Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Première partie – La Estoria de España et l’historiographie médiévale

Chapitre 4 - Statut et fonctions de la Estoria de España

Texte intégral

1. Statut de la Estoria de España

  • 1 B. LACROIX, op. cit., p. 15 et B. Guenée, » Histoires, annales et chroniques. Essai sur les genres (...)
  • 2 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 279.

1Au Moyen Âge les mots qui désignent l’histoire sont nombreux et souvent synonymes : histoires, annales, chroniques, gesta rerum, de rebus gestis, breviarum, compendium, flores historiarum, images, speculum, memoria seaculorum1 La frontière est particulièrement mince entre les plus répandus, « histoire », « chronique » et « annales ». Les usages des historiographes ont varié au cours des siècles et ensuite les éditeurs de la Renaissance ont parfois échangé les noms « histoires » et « chroniques »2. Il n’est donc pas toujours évident de les distinguer clairement. En suivant les définitions des auteurs de l’Antiquité et en examinant les pratiques du Moyen Âge, certains historiens, en particulier Bernard Guenée, ont pu établir quelques différences entre ce que recouvre chacun de ces termes.

  • 3 Ibid., p. 281 : « Ils savaient qu'en grec ϊςτωρ était d'abord “celui qui sait pour l'avoir vu”, “le (...)
  • 4 Cicéron (auteur) et Guy Achard (éd. et trad.), De l’Invention, Paris : Les Belles Lettres, 1994, I, (...)
  • 5 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 281-282.

2En raison de l’étymologie3 les premiers historiens romains distinguaient les histoires des annales en fonction des temps qu’elles narraient : les annales parlent du passé et les histoires racontent le présent en faisant la part belle aux témoignages. Cependant, au Ier siècle avant notre ère, Cicéron (106-43 av. J.-C.) ne fait déjà plus cas de cette distinction puisqu’il définit ainsi l’histoire : « historia est gesta res ab aetatis nostrae memoria remota »4. En fait, les termes de la dichotomie restent les mêmes, mais son sens se déplace. Aussi bien chez Cicéron, que chez Aulu-Gelle (v. 130-v. 180) ou Sempronius Asellio (av. 159-apr. 91 av. J.-C.), les annales se limitent aux faits, alors que les histoires sont teintées de morale et ont une mission explicative5.

3Aux IVe et Vsiècles,les traducteurs d’Eusèbe de Césarée (v. 265-339) désignent par « histoire » son œuvre longue et plus complète, l’Histoire Ecclésiastique et choisissent « chronique » pour désigner son œuvre abrégée, les Canons chronologiques et abrégé de l'histoire universelle des Grecs et des Barbares. La catégorisation évolue encore : l’histoire est longue alors que la chronique est courte. Bien qu’Isidore de Séville (v. 560-636) reprenne la dichotomie des Anciens entre histoire et annale, le début du Moyen Âge emploie indifféremment les trois mots histoires, annales, chroniques pour désigner les récits du passé.

  • 6 « Crónico, ca », Diccionario de la lengua, Real Academia Española, http://dle.rae.es.

4Les annales (du latin annus, année) relatent les faits année par année, les chroniques (du grec χρονικά [βιβλία] livres qui suivent l’ordre du temps)6 relatent les faits en suivant la chronologique. La différence est donc ambigüe entre annales et chroniques. Le terme « annales » perd finalement du terrain au XIIe pour pratiquement disparaître au XIIIe. À l’époque d’Alphonse X, il ne reste alors en usage que les termes « histoire » et « chronique » qui sont généralement confondus, et le terme « annales » n’apparaît donc pas dans la Estoria de España. Bernard Guenée introduit cependant des nuances entre histoire et chronique. Les histoires seraient plus détaillées et elles pourraient s’affranchir de la chronologie pour ordonner les évènements par règne ou par matière. Les chroniques quant à elles, seraient plus brèves et suivraient une chronologie plus stricte. Au Moyen Âge, la distinction se ferait donc sur l’ampleur et le détail.

5Cependant, cette forme de distinction ne semble pas pour autant en opposition avec celle que les Romains établissaient, à partir de Cicéron notamment. En effet, si les histoires des médiévaux peuvent s’affranchir du carcan de la chronologie pour clarifier leur récit, l’expliciter en l’organisant différemment, elles se rapprochent en cela des histoires des Romains qui donnaient à l’histoire un rôle explicatif et moral. En parallèle, les chroniques qui restent attachées à la chronologie rejoignent les annales romaines – on a vu la proximité sémantique de leur étymologie – qui donnaient un déroulé des faits année par année.

  • 7 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 285.
  • 8 B. LACROIX, op. cit., p. 38.

6Toutefois, ces différences restent des nuances et elles sont surtout théoriques tant les termes de « chronique » et « histoire » ont été utilisés comme synonymes. « Histoire » avait d’ailleurs un sens très large, voire trop large. Aujourd’hui encore, ce mot peut désigner ce qui s’est passé, le récit de ce qui s’est passé ou n’importe quel genre de récit alors que le terme de chronique n’a que le sens de récit d’évènements. C’est sans doute pour cela qu’au XIVe siècle, les récits historiques sont presque exclusivement désignés par le mot de chronique7. Les chroniques sont devenus très longues8, ce qui rend donc l’argument de la taille caduc. On ne saurait donc perdre de vue que la catégorisation des récits à vocation historique n’est généralement pas opérante au Moyen Âge. Leur emploi répond sûrement le plus souvent à ce que Bernard Guenée qualifie de « mode ».

  • 9 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 286.

Du VIe au XVIe siècle, la mode a pu faire passagèrement préférer un mot à un autre. Il reste que, tout au long de ce millénaire, beaucoup ont pris histoires, annales, chroniques pour de parfaits synonymes et ont, sans plus de réflexion, utilisé l'un ou l'autre pour désigner tout ouvrage dont l'auteur avait entendu relater des faits qui s'étaient réellement passés9.

  • 10 Jacques Rancière, Les Mots de l’histoire : essai de poétique du savoir, Paris : Seuil, 1992.
  • 11 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 283 et Isidore de Séville (auteur), Manuel Ant (...)
  • 12 PCG, 551, p. 305, 8b-21b.

7Qu’en est-il pour la Estoria de España ? Ou pour détourner le titre d’un essai de Jacques Rancière10, quels sont les mots de l’histoire dans l’œuvre d’Alphonse X ? Selon la première dichotomie établie par les Romains et reprise par Isidore de Séville11, la Estoria de España est à la fois annale avec le récit des origines et à la fois histoire avec le récit du passé récent des royaumes de Castille et de León et de leur présent. Ensuite, si on se sert de la dichotomie romaine plus tardive et des nuances médiévales analysées par Bernard Guenée, la Estoria de España se rapproche certes des annales/chroniques en cela que de nombreux chapitres relatent les évènements année par année, dans ce qui ressemble parfois à un simple inventaire et qu’il ne s’agit évidemment pas d’un traité de morale. Cependant, la Estoria de España s’apparente aussi aux histoires car elle n’a rien d’un récit abrégé : elle sait aussi s’affranchir d’une chronologie stricte afin de traiter une période, un règne, l’histoire d’un peuple comme un tout, de façon cohérente. De plus, elle introduit parfois des explications : par exemple il est précisé que les Wisigoths ont détruit leur armement et leurs défenses, ce qui, dit le texte, a grandement facilité l’invasion de 71112. Malgré toutes les réserves exprimées plus haut à propos de la catégorisation au Moyen Âge, la Estoria de España serait donc à rapprocher plus des histoires que des chroniques. Que dit Alphonse X à ce propos ? Ou plutôt, que dit la Estoria de España d’elle-même ?

  • 13 Ibid., prologue, p. 4, 11a, 28a, 44a.
  • 14 En comptant le prologue mais pas le titre, 461 fois sous l’orthographe « estoria » et 3 fois sous l (...)

8Le titre tout d’abord, Estoria de España, parle bien d’histoire. « Aqui se comiença la Estoria de Espanna que fizo el muy noble rey don Alfonsso », et le terme apparaît trois fois dans le prologue. En plus du titre, le texte est une nouvelle fois explicitement associé à Alphonse X : « Nos don Alfonsso […] mandamos ayuntar quantos libros pudimos auer de istorias ». Et pour définir ce qu’est cette histoire, ce qu’il fait en l’écrivant, Alphonse X utilise le terme « fecho dEspanna » à trois reprises dans le prologue13. Le terme « histoire » apparaît ainsi à 464 reprises dans le récit des origines de la Estoria de España14.

  • 15 PCG, 565, p. 320, 11b. Orthographié « coronica ».
  • 16 Ibid., prologue, p. 4, 29a ; 511, p. 283, 49a ; 527, p. 295, 4a-5a. Orthographié « cronica ». Selon (...)
  • 17 PCG, 430, p. 245, 12a-13a : « cuenta ell arçobispo don Rodrigo et don Lucas de Thuy en sus estorias(...)

9Le terme « chronique » est nettement moins présent, il n’apparaît que quatre fois dans le récit des origines. Il sert une fois seulement à désigner l’œuvre d’Alphonse X15, et dans les autres cas, il renvoie aux productions historiographiques des époques antérieures : (Lucas de Tuy, Jiménez de Rada, Isidore le Jeune)16. Mais, dans le même temps, Rada ou Tuy sont associés deux fois17 au terme « histoire ».

10Le ratio entre « histoire » et « chronique » est donc écrasant. « Histoire » est employée 116 fois plus que « chronique » dans le récit des origines. Ce chiffre est certes à nuancer car il faudrait étudier chaque occurrence pour établir à quelle acception du mot histoire elle appartient : les évènements du passé, le récit de ces évènements ou n’importe quel récit, sachant que « chronique » n’a que le sens de récit des évènements. Cependant, la domination du terme « histoire » reste sans appel et l’utilisation du terme « chronique » est marginale, alors que nous savons qu’il était utilisé puisqu’il sert notamment à désigner l’œuvre de Lucas de Tuy, le Chronicon Mundi. D’après nos observations, il semble donc que le terme « chronique » qui était connu d’Alphonse X ne soit pas retenu par lui-même et ses collaborateurs pour désigner sa propre œuvre, mais plutôt pour désigner les œuvres de ses prédécesseurs, sans que cela exclue le terme « histoire », apte à désigner la production alphonsine ainsi que la production antérieure.

  • 18 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 285 : « Pour y parvenir [à distinguer les genr (...)
  • 19 Ibid., p. 283-284.

11Pour Alphonse X, la Estoria de España est bien de l’histoire, ce qui correspond aux catégorisations des récits historiques de son temps. S’est-il pour autant consciemment inspiré des Romains ou d’Isidore ? Si on peut penser qu’il s’agit bien d’un choix au vu de la prédominance écrasante du terme « histoire », il est loin d’être certain qu’il s’agisse d’un choix motivé par la lecture des Anciens. Selon Bernard Guenée, les médiévaux n’ont pas utilisé Aulu-Gelle18 et les définitions d’Isidore en la matière étaient maladroites et n’ont pas été suivies19. Toutefois, les termes servant à désigner le récit à vocation historique ne sont pas tout. Ils ne peuvent faire vraiment sens qu’à condition de les étudier dans un ensemble lexical plus large dont l’étude doit permettre d’élucider les visées de l’écriture alphonsine.

2. Fonctions revendiquées par la Estoria de España

Conservation et transmission du savoir

  • 20 Marta Lacomba, « Réécriture et traduction dans le discours d’Alphonse X », Cahiers d'études hispani (...)
  • 21 PCG, prologue, p. 3, 19a-20a.
  • 22 Ibid., prologue, p. 3, 18a-19a.
  • 23 Ibid., prologue, p. 3, 22a-23a.
  • 24 Ibid., prologue, p. 3, 10a-11a.
  • 25 Ibid., prologue, p. 3, 32a-46a : « fallaron las figuras de las letras... ». Ce topique est déjà pré (...)
  • 26 PCG, prologue, p. 3, 45a-46a.

12Le prologue de la Estoria de España peut se diviser en deux parties qui s’inspirent très largement du prologue de Jiménez de Rada, mais de façon différente20. D’abord une première partie générale qui constitue une traduction du prologue de Jiménez de Rada et qui explique la naissance de l’écriture. On peut résumer ainsi le propos de l’historiographe (ou des historiographes) : on ne peut pas faire confiance aux hommes pour se souvenir de tous les savoirs accumulés, que ce soit à cause de la mémoire faillible des hommes (« la oluidança en que las echan depues que las saben »21), que ce soit à cause de leur indifférence (« el desden de non querer los omnes saber las cosas »22) ou à cause de leur paresse (« por la pereza que es enemiga del saber »23). Dans ces conditions, la mort de ceux qui détiennent le savoir équivaut à la disparition du dit savoir : « los saberes se perderien muriendo aquellos que los sabien et no dexando remembrança »24 . C’est la raison pour laquelle les sages inventèrent l’écriture25, pour empêcher que les connaissances ne soient perdues : « fuessen guardados en escripto, por que non cayessen en oluido »26. Le prologue donne quelques exemples généraux de ces savoirs : la géométrie, l’astronomie et surtout l’histoire sainte :

  • 27 Ibid., prologue, p. 3-4, l. 35b-4a.

Onde si pararemos mientes el pro que nasce de las escripturas, connoscremos que por ellas somos sabidores del criamiento del mundo, et otrosi de los patriarchas como uinieron unos en pos otros, et de la salida de Egipto, et de la ley que dio Dios a Moysen, et de los reys de la santa tierra de Iherusalem, et del desteramiento dellos, et dell anunciamiento et del nacimiento et de la passion et de la resurrección et de la ascension de nuestro sennor Ihesu Cristo; ca de tod esto et dotras cosas muchas no sopieramos nada si, muriendo aquellos que eran a la sazon que fueron estos fechos, non dexassen escripturas porque lo sopiessemos27.

  • 28 Ibid., prologue, p. 3, 4a, 10a, 11a, 13a, 17a, 19a, 20a, 23a, 29a, 37a (x3), 40a, 44a, 46a, 2b, 5b, (...)

13L’importance de la conservation et transmission de ces savoirs constitue le cœur de cette première partie avec l’utilisation à vingt-cinq reprises du terme « saber »28 comme substantif ou comme verbe (parfois conjugué) pour désigner les connaissances des hommes et associer ces mots à la mort, à l’ignorance, à l’oubli et à la nécessité de préservation. Le récit historique, qu’il soit profane ou biblique, comme toutes les connaissances, est donc étroitement lié à la naissance de l’écriture qui permet sa transmission et empêche qu’il ne tombe dans l’oubli.

  • 29 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 6, 53-63 : « quia igitur placuit uestre excellencie maiestatis mee (...)
  • 30 PCG, prologue, p. 4, 26a-28a.

14Ensuite, après cet exposé général, la seconde partie donne les raisons de l’écriture de la chronique. Les arguments de Jiménez de Rada relèvent de la captatio benevolentiae : il sous-estime ses capacités et son rôle et se place ainsi sous la protection du roi Ferdinand III29 ; il cite aussi une liste de ses sources. En tant que souverain, il est exclu qu’Alphonse X s’adresse à un autre roi pour solliciter son attention bienveillante, et l’autodépréciation de ses capacités ou qualités ne paraît pas non plus très adaptée, ni à la personne royale ni à l’ampleur de son projet historiographique. Comme Jiménez de Rada, le monarque introduit une corrélation entre l’exposé de la première partie et son œuvre : le connecteur logique « e por end » fait le lien entre la nécessité de préserver le savoir et sa propre entreprise historiographique. Il s’affirme comme l’autorité à l’origine du projet, prenant ainsi la place de son père à qui Rada dédiait son travail : « mandamos ayuntar quantos libros pudimos auer de istoras en que alguna cosa contassen de los fechos dEspanna »30. Il reprend la même liste d’historiens énoncée par le Tolédan, à cette différence près qu’il inclut Jiménez de Rada et Lucas de Tuy qu’il fait figurer au premier rang de cette liste :

  • 31 Ibid., prologue, p. 4, 28a-44a. 

Tomamos de la cronica dell Arçobispo don Rodrigo que fizo por mandado del Rey don Ffernando nuestro padre, et de la de Maestre Luchas Obispo de Tuy, et de Paulo Orosio, et del Lucano, et de sant Esidro el primero, et de sant Alffonsso, et de sant Esidro el mancebo, et de Idacio Obispo de Gallizia, et de Sulpicio Obispo de Gasconna, et de los otros escriptos de los Concilios de Toledo et de don Jordan, chanceller del sancto palacio, et de Claudio Tholomeo, que departio del cerco de la tierra meior que otro sabio fasta la su sazon, et de Dion que escriuio uerdadera la estoria de los godos, et de Ponpeyo Trogo, et dotras estorias de Roma las que pudiemos auer que contassen algunas cosas del fecho dEspanna31.

  • 32 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 72 et 90 : « compilaui ». DRH trad., p. 57 : « recopilé » et « (...)
  • 33 M. LACOMBA, « Réécriture et traduction... », p. 32.
  • 34 PCG, prologue, p. 4, 44a-46a.
  • 35 Ibid., prologue, p. 4, 21a-24a : « rey de Castiella. de Toledo, de Leon. de Gallizia, de Seuilla, d (...)

15De compilateur32, le Tolédan est devenu source33, une auctoritas digne de foi. Alphonse X s’affirme aussi comme historien, en prenant cette fois la place de Rada « compusiemos este libro de todos los fechos que fallar se pudieron della »34. Le roi occupe à la fois le rôle de commanditaire et d’artisan. Son rang rappelé par l’énoncé de ses titres35 et la triple filiation dans laquelle il s’inscrit lui permettent d’asseoir sa potestas, son pouvoir, sa légitimité. Marine Poirier définit ainsi la « triple filiation » :

  • 36 Marine POIRIER, « Autorité et pouvoir dans les prologues alphonsins », Questes, 29, 2015, p. 115-13 (...)

Pour convoquer sa potestas dans son texte, l’asseoir et l’affirmer, le monarque se situe ici dans une triple filiation, elle-même classique et pouvant apparaître également comme un lieu commun des prologues médiévaux : la filiation spirituelle – il est roi « par la grâce de Dieu » –, la filiation royale – il se présente comme le fils du « très noble roi » son père Ferdinand III –, la filiation de peuples – en citant les territoires qui lui appartiennent, il renvoie aux peuples qui les occupent et sont au centre de son historiographie36.

  • 37 Pour cette question nous sommes les débiteurs de Marine POIRIER, art. cit., p. 122-123.
  • 38 Ibid., p. 122.

16La grammaire est aussi éclairante à ce sujet37. En effet, dans la première partie du prologue, centrée sur les auctoritates, les verbes à la troisième personne du singulier et du pluriel dominent (86,4% des propositions principales) et se réfèrent aux sages. Dans la seconde partie, centrée sur la potestas, ce sont les verbes à la première personne qui prédominent dans les propositions principales (100%). Ils se réfèrent au Roi Sage à travers la première personne du singulier et le pluriel de Majesté. Marine Poirier écrit ainsi que « le roi énonciateur se positionne, dans cette deuxième étape, comme sujet unique »38. En d’autres termes, il subordonne les auctoritates à sa potestas. La chercheuse résume ainsi sa démonstration :

  • 39 Ibid., p. 123.

Le mouvement produit entre les deux temps est le suivant : une première étape de validation du discours par les autorités, qui, dans un lien direct de cause à effet [e por end], confluent toutes dans une deuxième étape vers un unique nom et titre – celui du roi – qui produit alors une subordination et agglutination de toutes les autorités citées39.

  • 40 PCG, prologue, p. 4, 47a-48a.

17En réalité, c’est le prologue tout entier qui a vocation à légitimer l’écriture alphonsine en établissant un lien entre les premiers sages et la perpétuation des connaissances d’un côté, et la rédaction de la Estoria de España de l’autre. En effet, outre le connecteur logique « por end », Alphonse X établit des parallèles sémantiques entre la première partie du prologue qu’il tient de Jiménez de Rada et la seconde partie qui concerne la Estoria de España. Il réutilise le verbe savoir, ce savoir qu’il fallait absolument protéger et explique pourquoi il a entrepris la rédaction de sa chronique : « Et esto fiziemos por que fuesse sabudo el comienço de los espannoles… »40.

  • 41 Ibid., prologue, p. 3, 3a-4a.
  • 42 Ibid., prologue, p. 3, 22b-23b.
  • 43 Ibid., prologue, p. 3, p. 4a.
  • 44 Ibid., prologue, p. 4, 45a-46a.
  • 45 Ibid., prologue, p. 4, 26a.
  • 46 Ibid., prologue, p. 3, 32a-35a.
  • 47 Ibid., prologue, p. 3, 22b-23b.
  • 48 Ghislaine Fournès : « Le prologue comme pré-texte chez Alphonse X (Lapidaire, Calila e Dimna), Cahi (...)
  • 49 PCG, prologue, p. 3, 44a-45a.
  • 50 M. POIRIER, art. cit., p. 124.

18Alphonse X se met aussi en scène dans la même posture que les premiers sages : « los sabios antigos [que] fallaron los saberes »41 et « los sabios ancianos [que] escriuieron los fechos »42. Tout d’abord, il partage les savoirs avec eux. Le prologue utilise l’expression « fallaron los saberes »43 pour décrire l’activité des premiers sages, ceux qui étaient si inquiets à la pensée de la disparition de leurs connaissances qu’ils cherchèrent des solutions. Or, ce même verbe « fallar » est associé à l’activité d’Alphonse X qui a fait chercher tous les manuscrits qui traitent de l’histoire d’Espagne : « todos los fechos que fallar se pudieron della »44. Alphonse X se présente donc dans la même posture de recherche du savoir que ces sages. Ensuite, il utilise le verbe « ayuntar » pour décrire son activité « mandamos ayuntar »45, ce qui fait référence aux premiers sages qui inventèrent l’écriture, » fallaron las figuras de las letras ; et ayuntandolas, fizieron dellas sillabas, et de sillabas ayuntadas fizieron dellas partes ; e ayuntando otrossi las partes, fizieron razon »46. Enfin, on a vu qu’Alphonse X utilise l’expression « fecho d’Espanna » pour décrire sa chronique, et c’est ce même mot « fecho » qui est utilisé pour décrire l’histoire que les anciens sages mirent par écrit : « escriuieron los fechos »47. Alphonse X, comme les premiers sages écrit l’histoire et contribue ainsi à préserver les textes et à les transmettre. En cela, ce prologue peut être rapproché des prologues des ouvrages scientifiques du Roi Sage qui expriment la nécessité de diffuser le savoir48. D’ailleurs, d’après le prologue les connaissances développées par les sages ne leur sont pas réservées, elles représentent un profit, un bénéfice pour toute l’humanité : « fueron fallados pora pro de los omnes »49. Par sa démarche il acquiert le savoir, il le protège et il le transmet, pour le plus grand bien de tous. Alphonse X se présente ainsi comme un maillon supplémentaire dans la chaîne de l’acquisition, de la conservation et de la diffusion du savoir, celle initiée par les anciens sages ; mieux, il « affirme l’assimilation et la synthèse de toutes les autorités, convoquées dans le paragraphe antérieur, sous son nom et titre de roi »50. En esquissant un récit de la naissance de l’écriture Alphonse X, ébauche en quelque sorte une histoire de son propre travail, ce qui lui permet de s’identifier à ces sages et de s’inscrire dans leur lignée.

  • 51 La Bible de Jérusalem, traduite en français sous la direction de l’École biblique de Jérusalem, Par (...)
  • 52 PCG, prologue, p. 3, 37b-41b : « somos sabidores […] de la salida de Egipto, et de la ley que dio D (...)
  • 53 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 149. C’est par exemple le cas dans les périodisations de saint (...)
  • 54 B. Lacroix, op. cit., p. 59.
  • 55 Ibid., p. 35.

19Parmi ces sages, il en est un qui les précède tous, dans le temps et par son importance. Il s’agit de Moïse. Moïse est un personnage majeur de l’histoire biblique, il fait sortir les Hébreux d’Égypte, reçoit les Tables de la Loi et mène les Hébreux à travers le désert51, à ce titre il apparaît dans le prologue52, où il est le seul personnage biblique cité avant le Christ. Il représente aussi un moment essentiel dans toutes les périodisations développées par les auteurs chrétiens53. Dans la tradition judéo-chrétienne, Moïse serait aussi l’auteur des cinq premiers livres de la Bible, ou Pentateuque (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome). Or, comme nous l’avons dit plus haut, pour les chrétiens la Bible est le livre d’histoire par excellence, celui qu’on ne peut remettre en question et comme l’a écrit Benoît Lacroix : « la Bible demeure la maîtresse incontestée et suzeraine de toute historiographie »54. Dans cette optique, Moïse est considéré comme le premier historien55, la première autorité :

  • 56 Ibid., p. 58-59.

Le Père de l’histoire n’est plus tellement Darès ou Thucydide, ni même Salluste ou Tite-Live ; c’est Moïse dont les textes font partout autorité. Dieu en personne les aurait inspirés et même dictés. Tout historien continue Moïse et le confirme à sa manière56.

  • 57 PCG, 1, p. 4, 26b-27b.
  • 58 Ibid., 1, p. 4, 50b-52b.

20Moïse est donc doublement important pour un historiographe médiéval : sans compter qu’il préfigure le Christ, il peut, telle une ancre dans le passé, servir à mesurer le temps, et il est aussi le premier historiographe. Il ne peut y avoir de plus grande autorité, de plus grand modèle à suivre que Moïse. C’est sans doute pour cela que Jiménez de Rada, et Alphonse X à sa suite, ouvrent leur récit avec Moïse. Les deux chroniques débutent ainsi par une référence à la Genèse narrant ensuite la Création, de la Chute, du Déluge, de la tour de Babel et de la confusion des langues. Et les rédacteurs prennent bien soin de dire que c’est Moïse qui a écrit la Genèse57 et rappellent plus loin, qu’ils s’appuient toujours sur la Genèse pour faire leur récit : « tod esto cuenta Moysen en este sobredicho libro, que es en el comienço de la Biblia »58. Moïse qui a été le premier à écrire l’histoire, sert à commencer le récit historique de Jiménez de Rada et d’Alphonse X, il est la première auctoritas qui justifie et authentifie ces récits.

Dire le vrai

21On peut se demander pourquoi Alphonse X qui a pensé, conçu et sûrement amplement réfléchi à ce projet reprend le prologue d’un autre. Il le reprend certes, souvent dans une traduction littérale, sans originalité pourrait-on penser, mais cela n’a rien d’anodin et les similitudes ne doivent pas occulter les modifications alphonsines, car ce sont elles qui font sens.

  • 59 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 56.
  • 60 En raison de la fragilité, de la cherté et de la rareté des manuscrits.
  • 61 B. Lacroix, op. cit., p. 216-217 : « Le plus étonnant est que même les théoriciens des institutions (...)
  • 62 G. Martin, « Luc de Tuy, Rodrigue de Tolède, leurs traducteurs et leurs compilateurs alphonsins… », (...)

22Tout d’abord, il transforme Jiménez de Rada en source digne de confiance puisque son nom et celui de son contemporain Lucas de Tuy se trouvent sous la plume du Roi Sage à égalité avec des noms prestigieux comme Orose, Lucain ou Isidore. Or, si Jiménez de Rada et Lucas de Tuy qui sont des auteurs contemporains, décédés respectivement en 1247 et 1249, peuvent devenir des sources dignes de confiance, des autorités, alors Alphonse X lui-même, qui de plus est investi de l’autorité royale, peut à son tour devenir une autorité. Au Moyen Âge, l’autorité par excellence, ou auctor, est un Ancien, c’est-à-dire un auteur de l’Antiquité ou un Père de l’Église. L’auctor est respecté, il est « autorité » et ce qu’il écrit a de la valeur. Et par corrélation ou réciprocité, un texte ne peut être cru que s’il émane d’un auctor59. Les historiographes n’ont pas toujours accès à ce qu’écrivent leurs contemporains60, mais même quand ils y ont accès, ils ne les utilisent pas61. En matière d’historiographie, les modernes n’ont de légitimité que s’ils reprennent les Anciens. Georges Martin parle de « l'impératif mental de s'adosser à une production antérieure, de la reproduire, d'ancrer […] le nouveau dans l'ancien »62. En reprenant Jiménez de Rada comme si celui-ci était un Ancien, Alphonse X légitime sa propre écriture : il n’invente rien car il reprend une source fiable. Ce que cette source a écrit lui permet de justifier son projet et de se placer dans la continuité historiographique en même temps qu’il assume l’autorité commanditaire et énonciatrice de l’œuvre depuis une posture royale.

  • 63 Étymologies…, I, 40, 1, p. 356-357.
  • 64 Cicéron (auteur), Edmond Courbaud (éd. et trad.), De Oratore, Paris : Les Belles Lettres, 1966, II, (...)
  • 65 Quintilien (auteur), Jean COUSIN (éd. et trad.), Institution Oratoire, Paris : Les Belles Lettres, (...)
  • 66 Polybe (auteur), Paul Dépech (éd. et trad.), Histoires, Paris : Les Belles Lettres, 1961, XII, 25b, (...)
  • 67 TITE-Live (auteur) et Gaston Baillet (éd. et trad.), Histoire romaine. Livre I, La fondation de Rom (...)
  • 68 Y. BONNAZ, op. cit., version Érudite, 6.3, p. 43-44, et dans la version Rotense, 6.3, p. 43-44 : « (...)
  • 69 Y. BONNAZ, op. cit., version Érudite, 8.3, p. 47, et dans la version Rotense, 8.3, p. 47 : « Hoc ue (...)
  • 70 Hormis la proposition « Dion que escriuio uerdadera la estoria de los Godos » (PCG, prologue, p. 4, (...)

23L’une des finalités de l’historiographie médiévale consiste en effet à convaincre le lecteur ou l’auditeur de la véracité de ce qui est raconté. La vérité est ce qui distingue le récit historique de tous les autres récits, c’est ce qui fait qu’il s’agit d’histoire et non d’une histoire. Isidore de Séville oppose ainsi l’histoire à la fable (fabula), ce qui s’est produit en vérité à ce qui aurait pu se produire mais ne s’est pas produit63. Le lecteur doit pouvoir différencier la fiction de l’histoire. Pour que ce pacte de lecture fonctionne, pour que le lecteur reçoive les chroniques comme des récits historiques donc vrais, il faut que le chroniqueur gagne la confiance de son lecteur. Comme garantie de vérité, certains récits historiques utilisent des formules topiques du type « nous n’allons dire que la vérité ». C’est le cas de Cicéron : « ne quid falsi dicere audeat […] ne quid ueri non audeat »64, de Quintilien65, de Polybe66, ou encore de Tite-Live67. Ces formules ont quelque chose de performatif, c’est comme si le fait d’annoncer que l’on ne va pas mentir suffisait à faire du récit un récit historique, à réaliser ce vœu de dire le réel. Ces formules font en quelque sorte advenir la réalité historique. Cette tradition est présente dans la Chronique d’Alphonse III avec des phrases telles que « non istud miraculum inane aut fabulosum putetis »68 ou « hoc uerum esse prorsus cognoscite, nec fabulosum dictum putetis, alioquin tacere magis eligerem, quam falsa promere maluissem »69. Cependant, il n’y a aucune affirmation de ce type dans le prologue d’Alphonse X70.

  • 71 DRH trad., p. 39.
  • 72 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 77 et B. Lacroix, op. cit., p. 45 et 70.

24Une autre façon de gagner la confiance de son lecteur est pour l’historiographe médiéval d’affirmer que l’une de ses connaissances a été témoin des faits racontés ou, mieux encore, d’en avoir été soi-même témoin. Parfois, le chroniqueur peut même être acteur. C’est le cas de Jiménez de Rada qui utilise la première personne du singulier pour s’adresser à son lecteur et qui parle de lui à la troisième personne lorsqu’il participe directement aux évènements qu’il relate71. Bien sûr nul n’est dupe, le lecteur sait qu’il s’agit d’une seule et même personne, mais en dissociant ainsi les deux archevêques, l’archevêque chroniqueur et l’archevêque personnage, il renforce ses propos et donne des gages de sa bonne foi. Orose distingue ainsi trois sortes de sources : ce qui a été vu, ce qui a été entendu et ce qui a été lu72. Si les deux premières sources peuvent sembler plus convaincantes, pour le récit des origines qui nous occupe, il est exclu qu’Alphonse X ait vu ou entendu quoi que ce soit, il ne peut donc s’agir que de sources écrites.

  • 73 Hans Robert JAUSS (auteur), Claude MAILLARD (trad.), Jean Starobinski (préface), Pour une esthétiqu (...)
  • 74 Ibid., p. 56.

25Toutefois, le fait qu’Alphonse X ne puisse témoigner lui-même ni produire de témoignage, ou qu’il n’utilise pas de formules de vérité, ne veut pas dire qu’il ne prétende pas à cette vérité dans le récit des origines. Il utilise un seul procédé, à la fois dans le prologue et dans le corps du texte : le recours aux autorités comme preuve de l’authenticité des faits. Le recours aux auteurs de l’Antiquité et aux Pères de l’Église, est indispensable, puisqu’ils sont des garants de véracité. Les rédacteurs doivent ainsi fondre leur récit dans le moule proposé, ou plutôt imposé, par leurs prédécesseurs. La Estoria de España se doit d’être conforme au « système de références »73 du public, c’est-à-dire à ce qu’il connaît des chroniques et à ce qu’il attend d’elles. Ils se plient donc aux « règles du jeu » avec lesquelles les textes antérieurs ont familiarisé les lecteurs74. Selon cette conception, le lecteur sait qu’un historien dit vrai et qu’il peut lui faire confiance car il dit l’avoir lu chez Orose ou saint Isidore. Dans le prologue, Alphonse X donne ainsi la liste des auteurs qu’il utilise, ou en tout cas qu’il dit utiliser. Cependant, sans aller plus avant dans la lecture, cette liste ne peut qu’attirer l’attention. Elle est identique à la liste donnée par Jiménez de Rada, exception faite de l’archevêque lui-même et de Lucas de Tuy pour les raisons déjà évoquées, ainsi que d’Orose et Lucain.

  • 75 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 6-7, 65-70.
  • 76 PCG, prologue, p. 4, 28a-42a.

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

Itaque es que ex libris beatorum Ysidori et Ildefonsi et Ysidori iunioris et Hidicii Gallecie episcopi et Sulpicii Aquitanici et conciliis Toletanis et Iordani sacri palacii cancellarii et Claudii Ptholomei orbis terre descriptoris egregii et Dionis, qui fuit historie Gothice scriptor uerus, et Pompei Throgi, qui fuit historiarum orientalium sollicitus supputator75.

Tomamos de la cronica dell Arçobispo don Rodrigo que fizo por mandado del Rey don Ffernando nuestro padre, et de la de Maestre Luchas, Obispo de Tuy, et de Paulo Orosio, et del Lucano, et de sant Esidro el primero, et de sant Alffonsso, et de sant Esidro el mancebo, et de Idacio Obispo de Gallizia, et de Sulpicio Obispo de Gasconna, et de los otros escriptos de los Concilios de Toledo et de don Jordan, chanceller del sancto palacio, et de Claudio Tholomeo, que departio del cerco de la tierra meior que otro sabio fasta la su sazón, et de Dion que escriuio uerdadera la estoria de los godos, et de Pompeyo Trogo, et dotras estorias de Roma76.

26Certes, Alphonse X suit de très près le prologue de Jiménez de Rada, mais compte tenu de l’effort centralisateur et totalisateur de son projet, on pourrait s’attendre à ce que la liste des auteurs soit plus étoffée, ne serait-ce que pour illustrer l’expression « mandamos ayuntar » et ainsi montrer que ce ne sont pas des paroles vaines. Il n’en est rien. Ses nouvelles sources lui ont-elles semblé moins connues ou moins présentables surtout s’il s’agissait de sources arabes ? C’est possible, mais peu probable. Si les textes arabes scientifiques étaient dignes d’être traduits en castillan pourquoi les textes à vocation historique auraient-ils posé un quelconque problème ? Peut-être aussi que, la finalité étant de hisser Rada et Tuy à la hauteur d’Orose, d’Isidore, de Jordanés, de Ptolémée, l’ajout d’auteurs moins vénérables aurait risqué d’affaiblir l’effet recherché. Peut-être aussi ne faut-il pas chercher un exposé programmatique des sources et encore moins l’équivalent d’une bibliographie dans le sens où nous l’entendons aujourd’hui. Peut-être ne faut-il pas y voir autre chose qu’une copie du prologue de Jiménez de Rada, la liste étant surtout là pour revendiquer une continuité entre les autorités et Alphonse X, qui s’engage en quelque sorte à ne rien inventer mais à simplement reprendre les écrits de ses illustres prédécesseurs.

  • 77 PCG, 147, p. 107, 19b.
  • 78 Ibid., 66, p. 48, 45b.
  • 79 Ibid., 74, p. 53, 49b-50b.
  • 80 Pline : ibid, 78, p. 57, 8a ; 105, p. 82, 27a. Eusèbe de Césarée : 85, p. 61, 45b ; 178, p. 128, 33 (...)
  • 81 Ibid, 105, p. 82, 27b-29b : « Plinio fabla de las naturas et de las noblezas de los omnes en el XXV (...)

27Dans le corps du récit, les pratiques alphonsines sont un peu différentes et s’écartent davantage du De Rebus Hispaniae. Parfois, les rédacteurs affirment qu’ils ont trouvé leurs informations chez un auteur ou des auteurs, mais sans préciser de qui il s’agit. Il y a ainsi des formules telles que : « ffallamos en las estorias que »77 . Cette simple allusion semble suffire à garantir qu’il n’y a pas d’invention, et elle est de plus accompagnée d’autres formules plus précises. En effet, les rédacteurs se réfèrent souvent directement à leurs sources grâce à des expressions telles que « Paulo Orosio cuenta en sos estorias »78 ou « segund dize la estoria de Paulo Orosio »79 . Les autorités ainsi citées sont Jiménez de Rada, Lucas de Tuy, Paul Orose, Lucain, Isidore, Pline, Eusèbe de Césarée et Suétone. Cette liste ne correspond pas complètement à la liste citée dans le prologue : en particulier Pline, Eusèbe de Césarée et Suétone, à qui le récit fait souvent référence, n’apparaissent pas dans la liste du prologue80, ce qui renforce l’idée que cette liste n’a pas vocation à l’exhaustivité. D’autres auteurs apparaissent aussi mais de façon plus anecdotique. C’est le cas de Cicéron, Huguccio, Flavius Josèphe, Hégésippe… Sauf dans de très rares exceptions81, la Estoria de España ne donne pas le nom des livres consultés, il faut se contenter du nom de leur auteur.

  • 82 Notons quelques exceptions : ibid., 90, p. 66, 16a-17ª : « desto da Orosio estos exiemplos » ; 65, (...)
  • 83 Nous avons fait le compte avec Jiménez de Rada et Lucas de Tuy. Ils sont associés dix fois au verbe (...)

28Pour faire référence à ces sages, la chronique utilise presque exclusivement82 les verbes « contar » et « dezir » généralement conjugués au présent. L’usage des deux verbes semble indifférent83. Ces verbes peuvent être simplement accolés au nom de l’auteur, souvent avant celui-ci : « cuenta X », « dize X ». Le couple « verbe d’action + auteur » est aussi fréquemment combinée avec le substantif « estoria » (au singulier ou au pluriel) ou la préposition « segund » ou l’adverbe « asi (cuemo) » : « cuenta X en su estoria », « diz X en su estoria », « assi cuemo cuenta X », « segund diz X » … Les mêmes termes peuvent aussi se combiner différemment, « estoria » devenant sujet, et l’auteur complément du nom : « segund dize la estoria de X », « cuenta la estoria de X ».

  • 84 Olivier Biaggini, « Le témoin impossible : Gonzalo de Berceo et la construction de l’auteur », La Q (...)

29Cependant, ces expressions sont utilisées de façon irrégulière, car les différentes sections de l’œuvre ont été élaborées par des groupes de travail différents, et ces références ont cela de commun avec nos bibliographies que pour nous aussi il s’agit de montrer que nous nous appuyons sur des autorités. Néanmoins, nous n’utilisons pas les citations pour nous abriter derrière elles et détourner leurs propos, mais plutôt afin de rendre compte de la propriété intellectuelle et de ne pas tomber dans le plagiat. Au Moyen Âge la notion de plagiat est complètement anachronique et relève en fait d’un mécanisme inverse. En effet, le plagiaire inscrit le discours d’autrui sous son nom, alors que l’historiographe médiéval inscrit son discours sous celui d’autrui84. Il ne faut donc pas voir dans ces renvois un équivalent de notre système de citations académiques, mais bien un procédé utilisé par Alphonse X pour démontrer la véracité de ces propos. Au-delà d’un renvoi au référent réel, ces formules sont donc utilisées comme un gage de fiabilité, de crédibilité.

  • 85 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 205-220.
  • 86 Ibid., p. 205.

30Cette méthode de références intertextuelles, est complétée par des renvois internes, à travers une série de connecteurs, qui font référence au récit lui-même. Il s’agit d’expressions telles que « ya oyestes », « vos avemos contado »… qui s’adressent directement au lecteur. Tout comme les renvois externes, les verbes « contar » et » dezir » sont utilisés, mais cette fois-ci pour faire référence à ce qu’Alphonse X a écrit. Ils placent donc le Roi Sage, qui transparaît dans le nous de majesté (avemos, dixiemos…), dans la même position que Jiménez de Rada ou Paul Orose. Le lecteur doit se fier au roi comme le roi s’est fié aux autorités. En plus des verbes « contar » et « dexir », la Estoria de España utilise aussi très souvent le verbe « oir », ce qui indique que le récit était destiné à la lecture personnelle et à la lecture collective ou orale. Ces verbes sont en général associés aux marqueurs d’antériorité « ya », « como de suso » quand ils sont conjugués au passé. Il arrive aussi qu’ils soient conjugués au futur pour annoncer ce que les rédacteurs diront plus loin (oyredes, contaremos…). De plus, la chronique s’adresse directement au lecteur (oyestes, vos dixiemos…) ce qui donne l’impression de l’inclure davantage dans le récit. Il est directement concerné, le roi s’adressant directement à lui. Parfois, le roi – ou ceux qui rédigent pour lui –, s’adresse au lecteur ou à l’auditeur à l’impératif : « sabet » et plus rarement « oyt ». Toutefois, ce système de références internes n’est pas parfait. En effet, à plusieurs reprises la Estoria de España précise qu’elle ne reviendra pas sur tel évènement car cela a déjà été dit, ou qu’elle ne parlera pas de tel autre évènement maintenant mais qu’elle le fera plus tard, alors qu’en fait, comme l’a noté Inés Fernández-Ordónez, rien n’a été dit et rien ne sera dit de ces évènements85. Il s’agit d’un autre indice confirmant que toutes les sections n’ont pas été écrites par les mêmes rédacteurs86. Néanmoins, même si parfois on n’a pas eu ces informations avant et qu’elles ne viendront jamais, on a l’impression d’en avoir eu connaissance. Ces connecteurs, tout comme le renvoi aux sources, jouent leur rôle et donnent une fluidité, une continuité au récit qui a toutes les apparences de la vérité.

  • 87 K. Pomian op. cit., p. 83.

31Ces « marques d’historicité87 », pour reprendre l’expression de Krzysztof Pomian, garantissent au lecteur qu’il a bien entre ses mains un récit historique, un récit du vrai :

  • 88 Ibid. p. 83.

Les marques d'historicité sont là pour dire au lecteur que le récit qui en est pourvu n'est pas un produit de l'imagination, qu'il n'est pas une œuvre de fiction, une fable. Ce récit se donne, au contraire, comme conforme à ce que son auteur a vu et entendu ou à ce qu'il a découvert en étudiant les sources88.

  • 89 C. Mencé-Caster, p. 43.
  • 90 Georges Martin, quant à lui, a établi cinq « opérations fondamentales » que l’on peut recouper avec (...)
  • 91 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 56-57.

32En effet, on l’a vu, il n’est pas question au Moyen Âge d’être soi-même auteur d’un récit historique. Si l’on reprend les quatre rôles énonciateurs décrits par saint Bonaventure, scriptor, compilator, commentator et auctor89, l’historien médiéval est censé n’être un scriptor : il a une action purement mécanique, il recopie sans rien modifier, comme une photocopieuse le ferait aujourd’hui, ou un compilator : il choisit les différents textes qu’il assemble ensuite. Le rôle d’auctor ne peut jamais être officiellement endossé par l’historien90. Même s’il choisit les passages et la façon de les agencer, le chroniqueur médiéval est théoriquement exclu de la création et il ne peut être détenteur de l’auctoritas. Il en va de sa crédibilité91.

3. Alphonse X est-il auctor ?

  • 92 E. FALQUE, « Lucas de Tuy y Rodrigo Jiménez de Rada : el uso de las fuentes », Cahiers de linguisti (...)
  • 93 Componer, du latin componere, signifie former par assemblage, mais aussi créer, faire, produire, no (...)
  • 94 C. Mencé-Caster. op. cit., p. 57.

33En continuant d’avoir recours aux autorités, aussi bien dans le prologue qu’au cours du récit, Alphonse X joue donc le jeu de l’historiographe médiéval, censé n’être qu’un simple copiste ou au mieux un compilateur dont la liberté créative se résume à faire des choix parmi ses sources92. Cependant, en tant que souverain, Alphonse X a une autorité et une liberté jamais rencontrées chez ses prédécesseurs. Il n’a pas besoin de se justifier, son autorité naturelle lui donne la légitimité pour prendre en charge l’énonciation. Est-ce pour autant suffisant pour accorder le statut d’auctoritas à Alphonse X ? Le monarque semble conscient des limites qui se posent à lui, il sait bien que les modernes ne peuvent théoriquement pas accéder à ce statut d’autorité. C’est pourquoi il développe des stratégies, d’abord dans le prologue puis tout au long du récit, afin de contourner les limites inhérentes à la pratique de l’histoire au Moyen Âge, tout en utilisant ces limites et ces contraintes à son avantage. En effet, d’un côté, il revendique ses sources anciennes, aussi bien dans le prologue que dans le corps du récit et, de l’autre, il multiplie les références qui établissent une correspondance entre ces autorités et lui-même. Tout d’abord, il fait de Jiménez de Rada et de Lucas de Tuy des autorités et non des moindres en les plaçant en tête de liste de ses sources, ce qui a pour effet de montrer qu’un moderne peut être une autorité. Le prologue lui permet aussi de s’identifier aux anciens sages en reprenant certains éléments du prologue de Jiménez de Rada. Il se présente comme un roi sage qui, en produisant une telle chronique, en protégeant le savoir et en le diffusant, se met à son service, comme il le fait d’ailleurs avec ses œuvres à caractère scientifique. Enfin, dans le récit lui-même les verbes renvoyant à l’activité langagière et historiographique, « contar », « dezir », établissent une concordance entre son travail d’écriture et celui d’auctores comme Orose, Suétone ou Jiménez de Rada, en le plaçant dans la même position qu’eux. Dans ces moments-là, il s’adresse d’ailleurs directement au lecteur, à la première personne du pluriel, et en utilisant régulièrement l’impératif, ce qui le place de facto dans une position d’autorité vis-à-vis du lecteur qui doit se tenir prêt à recevoir les connaissances offertes par son roi. De plus, l’utilisation du castillan, les motivations et les enjeux qui sous-tendent ce choix ne peuvent qu’appartenir à une figure d’autorité. L’expression « compusiemos este libro » peut alors prendre un sens différent. En effet, le verbe componer est quelque peu ambigu. Son acception la plus courante renvoie au processus de compilation – à partir de sources diverses, Alphonse X a sélectionné des passages et composé sa chronique tel un patchwork sans adopter une position d’auteur – mais il peut aussi renvoyer à un processus de création93, ce qui fait du Roi Sage un auctor et non plus un simple actor94. Par le biais de ces mises en parallèle, Alphonse X parvient donc à faire converger la figure auctoriale des Anciens et la sienne. Il se présente donc comme auctor, sans que cela ne nous renseigne sur la réception de la Estoria de España par ses contemporains.

  • 95 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie… », p. 205-207 et id. « L’historien par les mots ».

34Si Alphonse X peut être considéré comme auteur de ce récit à vocation historique, peut-il pour autant être pris pour un historien ? Au sens médiéval, la Estoria de España est bien une histoire : c’est un récit du passé qui donne tous les gages nécessaires de véracité. Il ne serait donc pas erroné de qualifier la Estoria de España « d’histoire » et Alphonse X « d’historien ». D’ailleurs, Bernard Guenée parle bien « d’historiens » pour désigner les auteurs médiévaux95. Toutefois, avons-nous affaire à de l’histoire dans le sens scientifique où nous l’entendons aujourd’hui ?

35L’histoire est une discipline scientifique très récente qui recherche normalement ce que l’on appelle « l’objectivité historique ». Malgré les apparences de vérité que se donnent les récits historiques médiévaux, leur élaboration, faite de sélections, d’omissions et de réorganisations, sans parler des inventions, les empêche de prétendre à une entière vérité historique. De toute façon, le recours aux sources, très lointaines dans le récit qui nous occupe, pose aussi certains problèmes. Les historiens médiévaux n’avaient pas la possibilité matérielle et parfois intellectuelle de faire une étude critique de leurs sources, et les versions qu’ils possédaient n’étaient pas toujours complètes. On ne recopiait souvent qu’un passage d’une œuvre, et il ne faut pas non plus négliger l'intervention des copistes qui peut être volontaire ou involontaire (sauts entre deux mots identiques qui peuvent faire disparaître plusieurs mots ou phrases…), mais qui peut être lourde de conséquences.

  • 96 B. Guenée, » Histoires, annales, chroniques… », p. 285 : « Et c'est peut-être pour cela que les aut (...)

36Affirmer que l’on dit la vérité ou dire que l’on recopie simplement un auteur ancien n’est donc pas un gage de véracité ni d’honnêteté intellectuelle, c’est d’ailleurs pour cela que nous ne cherchons pas la vérité dans la Estoria de España. Toutefois, même si la pratique médiévale de l’histoire médiévale et celle du XXIe siècle n’ont rien à voir, le terme « histoire » peut tout de même désigner notre pratique scientifique, le récit historique médiéval, ainsi que les faits historiques eux-mêmes ou encore n’importe quel récit. C’est pourquoi, même s’il n’est pas faux de parler de la Estoria de España comme d’une « histoire » dans l’acception médiévale du terme, l’usage de ce mot bien trop polysémique serait source de confusion. Pour parler de la Estoria de España, nous utiliserons donc les termes « chronique »96 ou « historiographie » dans le sens de narration des faits passés ou d’œuvre historique d’une époque donnée. Pour désigner ceux qui sont à l’origine de ces chroniques, nous parlerons de « chroniqueurs » et « d’historiographes ». Néanmoins, pour identifier les hommes qui travaillent dans les ateliers alphonsins, certes artisans du récit et jouissant à n’en pas douter d’une certaine autonomie – difficile à évaluer, mais nous savons que le roi a forcément dû déléguer –, nous utiliserons le terme « rédacteurs ». En effet, ils étaient les instruments au service d’un plan d’ensemble voulu et conçu par le Roi Sage, véritable architecte de ce projet.

4. L’abri idéologique97

  • 97 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 55.
  • 98 Cette thèse était défendue par Evelyn S. Procter : « a work of scissor and paste », Evelyn S. Proct (...)
  • 99 C’est ce que Corinne Mencé-Caster nomme la « dissidence fonction-compilateur », op. cit., p. 62-63.

37Est-il envisageable que les rédacteurs alphonsins, tout comme les chroniqueurs médiévaux en général, se soient contentés de recopier fidèlement les auctoritates qu’ils brandissent tels des boucliers, sans rien modifier, ou tout au plus en y choisissant des extraits ? La conception d’un simple copié-collé ou découpé-collé98 du compilator, défendue en son temps par Evelyn S. Procter, atteint vite ses limites. Si le scripteur sélectionne certains textes et en exclut d’autres, s’il décide de les agencer dans un certain ordre et pas un autre, en somme s’il fait des choix, ces choix ne mettent-ils pas en forme une œuvre nouvelle ?99 Opérer une sélection représente donc déjà une création en soi, d’autant plus s’il s’agit de plusieurs textes sources. Le chroniqueur doit choisir s’il reprend les différentes versions d’un même évènement sans donner son avis, ou alors en donnant son avis, ou bien s’il tente de faire coïncider les versions ou encore s’il ne choisit qu’une seule version. Plus qu’une simple compilation, il y a donc de toute façon un processus de réécriture qui transforme le ou les textes sources. De plus, il faut ajouter la traduction aux différentes fonctions énoncées par saint Bonaventure : puisque les sources d’Alphonse X sont rédigées en latin ou encore en arabe, il faut donc passer par l’étape de la traduction pour rédiger en castillan. Or, une traduction peut rarement être complètement automatique, elle implique forcément des choix, des nuances, des synonymes, des explicitations, des simplifications… Le résultat sera donc nécessairement un peu, voire très différent du texte source. En somme, les choix du chroniqueur vont donner naissance à une œuvre censée être identique mais qui ne peut l’être totalement. Il s’agit donc bel et bien d’un processus de création. Malgré la meilleure volonté, la sélection des passages et les choix de traduction laissent forcément une trace. Les chroniques qui impliquent le recours à plusieurs sources, à une sélection ou à une traduction, ce qui est le cas de la Estoria de España, ne peuvent donc en aucun cas être de simples répliques.

  • 100 P. LINEHAN, « Reflexiones sobre historiografía... », p. 102.

38Ce n’est donc pas parce qu’ils se cachent derrière des marques d’historicité que les rédacteurs se contentent de reproduire les Anciens. Dire la vérité n’est souvent que le but officiel ou avoué. Il y a souvent d’autres visées qui dépendent d’une conjoncture. En effet, les histoires médiévales sont toujours tributaires d’un contexte historique, politique, social, juridique précis et répondent, dans la plupart des cas, à la commande d’un prince ou d’une institution, comme c'est le cas ici avec une chronique, qui, plus que commandée, a été rédigée sous l’égide du Roi Sage. Les historiographes médiévaux rendent donc compte d'une certaine vision du passé, plutôt que du passé lui-même, ou comme l’a écrit Peter Linehan, « toda historia es historia contemporánea100 ». Il ne peut s'agir ni d'objectivité, ni de véracité, ni de récit historique fiable et scientifique. Le fait que les rédacteurs semblent pieds et poings liés et que leur crédibilité dépende de leur entière subordination ou soumission aux auctoritates, n’est-ce finalement pas là une chance, une opportunité pour ces rédacteurs ?

  • 101 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 56.

39En effet, selon Corinne Mencé-Caster, le recours aux formules topiques « permet de masquer leurs éventuelles positions dissidentes »101. L’emploi des Autorités détourne la responsabilité du compilateur, ce n’est pas lui qui parle, c’est un auctor. Alphonse X, comme Jiménez de Rada avant lui, se place derrière un « abri idéologique » offert par les écrits des Anciens, en se servant d’eux, en leur faisant dire ce qu’il veut sans jamais avoir l’air de le dire lui-même. Tant que le pacte de lecture semble respecté, le lecteur est en confiance et il peut être convaincu. A contrario, si le lecteur se méfie du narrateur parce que ses sources ne semblent pas fiables ou pire parce qu’il se présente comme le créateur du texte, alors il sera plus difficile pour le narrateur de convaincre le lecteur de quoi que ce soit, puisque son récit sera reçu comme fictionnel. Les évènements doivent être donnés pour vrais et surtout être reçus comme tels. S’ils donnent suffisamment de gages de cette conformité, de « marques d’historicité », alors cela leur permet d’ouvrir une brèche pour ajouter leurs propres idées en modelant le texte selon leurs intérêts, leur vision… L’invariance n’est donc qu’apparence, mais une apparence utile qui permet en réalité au chroniqueur, ici à Alphonse X et à ses équipes, de s’exprimer plus librement qu’il ne veut bien le reconnaître.

***

40Les rédacteurs alphonsins au service de leur souverain bénéficient donc de l’espace de liberté offert par la combinaison des deux autorités que nous venons d’identifier, celle des Anciens et celle du Roi Sage. Cependant, tout le mécanisme de l’abri idéologique implique que cette liberté ne s’exerce pas « à découvert » ou de façon explicite. Il nous appartient donc de détricoter le texte, d’en tirer les fils, afin de mettre au jour l’intervention dans le récit d’Alphonse X et de ses rédacteurs.

41Il est nécessaire d’identifier ce que nous appellerons les écarts entre les différentes sources et la production alphonsine car c’est dans ces écarts que transparaît le travail des rédacteurs. Ces écarts peuvent être de plusieurs types. Les omissions, les textes tronqués en vue de les simplifier, ou qui se trouvent dénaturés, peuvent nous permettre de faire émerger les évènements ou les conceptions qui ne coïncident pas avec l’idéal alphonsin. Les ajouts, les emprunts à une ou plusieurs autres sources – parfois tellement remaniés et dénaturés qu’ils s’apparentent davantage à des inventions –, les sélections, les réorganisations sont autant de distorsions dans lesquelles peuvent se profiler les visées du Roi Sage. Le souverain, comme Lucas de Tuy et Jiménez de Rada avant lui, peut façonner les Autorités selon le message qu’il veut transmettre. Nous devrons aussi être attentifs aux choix lexicaux opérés lors des traductions. Entre sélection, traduction orientée, manipulation et invention, il convient de déceler la trace laissée par Alphonse X, la distance qu’il a instaurée entre ses sources et son œuvre.

42Pour comprendre dans quelle mesure ces écarts font sens et quels objectifs ils servent, nous devrons tenir compte des nombreux facteurs et enjeux liés à la conjoncture socio-politique et aux spécificités de l’écriture alphonsine. La position de l’autorité d’énonciation a changé, la palette de choix est plus large, les rédacteurs sont retournés à leur anonymat au service d’un seul projet qui n’est pas leur. Le règne d’Alphonse X n’est pas celui de Ferdinand III, le Roi Sage doit repeupler un royaume immense, gérer plusieurs révoltes tout en menant de front ses ambitions péninsulaires et européennes. Tous ces éléments sont autant de données à prendre en compte et à mettre en lien avec les conceptions médiévales du pouvoir, de la justice, de l’espace, de la légitimité, de la mémoire, de la transmission…

43Il nous faudra donc extraire de la chronique, notamment au prix de comparaisons minutieuses, les intérêts, les objectifs, en somme les finalités idéologiques et sociopolitiques recherchées par le Roi Sage.

Notes

1 B. LACROIX, op. cit., p. 15 et B. Guenée, » Histoires, annales et chroniques. Essai sur les genres historiques au Moyen Âge » in : id., Politique et histoire au Moyen Âge, recueil d’articles sur l’histoire politique et l’historiographie médiévale, 1956-1981, Paris : Publications de la Sorbonne, 1981, p. 279-298, p. 280.

2 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 279.

3 Ibid., p. 281 : « Ils savaient qu'en grec ϊςτωρ était d'abord “celui qui sait pour l'avoir vu”, “le témoin”, d'où pour ςτορία le sens premier de “ce qu'on sait pour avoir été témoin” ».

4 Cicéron (auteur) et Guy Achard (éd. et trad.), De l’Invention, Paris : Les Belles Lettres, 1994, I, 27, p. 83 : « l’histoire raconte un évènement qui a eu lieu, à une époque éloignée de la nôtre ».

5 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 281-282.

6 « Crónico, ca », Diccionario de la lengua, Real Academia Española, http://dle.rae.es.

7 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 285.

8 B. LACROIX, op. cit., p. 38.

9 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 286.

10 Jacques Rancière, Les Mots de l’histoire : essai de poétique du savoir, Paris : Seuil, 1992.

11 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 283 et Isidore de Séville (auteur), Manuel Antonio Marcos Casquero et José Oroz Reta (éd.), Manuel Díaz y Díaz (préface), Etimologías, Madrid : Ed. Católica, 1982, I, 41, 1, et I, 44, 4, p. 358-361.

12 PCG, 551, p. 305, 8b-21b.

13 Ibid., prologue, p. 4, 11a, 28a, 44a.

14 En comptant le prologue mais pas le titre, 461 fois sous l’orthographe « estoria » et 3 fois sous l’orthographe « historia ».

15 PCG, 565, p. 320, 11b. Orthographié « coronica ».

16 Ibid., prologue, p. 4, 29a ; 511, p. 283, 49a ; 527, p. 295, 4a-5a. Orthographié « cronica ». Selon Juan Fernández Valverde, Isidore le Jeune était considéré comme l’auteur de la Chronique Mozarabe, DRH trad., p. 34.

17 PCG, 430, p. 245, 12a-13a : « cuenta ell arçobispo don Rodrigo et don Lucas de Thuy en sus estorias » et 461, p. 259, 39a-41a : « nos contamos aqui la estoria segund que la cuenta el arçobispo don Rodrigo ».

18 B. Guenée, « Histoires, annales et chroniques… », p. 285 : « Pour y parvenir [à distinguer les genres historiques], personne, apparemment, jusqu'à la fin du XIVe siècle, ne s'aida d'Aulu-Gelle ».

19 Ibid., p. 283-284.

20 Marta Lacomba, « Réécriture et traduction dans le discours d’Alphonse X », Cahiers d'études hispaniques médiévales, 33, 2010, p. 27-42, p. 29.

21 PCG, prologue, p. 3, 19a-20a.

22 Ibid., prologue, p. 3, 18a-19a.

23 Ibid., prologue, p. 3, 22a-23a.

24 Ibid., prologue, p. 3, 10a-11a.

25 Ibid., prologue, p. 3, 32a-46a : « fallaron las figuras de las letras... ». Ce topique est déjà présent chez Isidore de Séville, Étymologies…, I, 3, 2, p. 278 : « usus litterarum repertus propter memorian rerum. Nam ne oblivione fugiant, litteris alligantur. In tanta enim rerum varietate nec disci audiendo poterant omnia, nec memoria contineri », traduit, p. 279 : « las letras comenzaron a usarse por el deseo de mantener el recuerdo de las cosas : se las encadena a las letras para que no caigan en el olvido. Pues en tan extensa variedad de materias sería imposible aprenderlas todas ellas de oídas y guardarlas en la memoria ».

26 PCG, prologue, p. 3, 45a-46a.

27 Ibid., prologue, p. 3-4, l. 35b-4a.

28 Ibid., prologue, p. 3, 4a, 10a, 11a, 13a, 17a, 19a, 20a, 23a, 29a, 37a (x3), 40a, 44a, 46a, 2b, 5b, 9b, 16b, 39b et p. 4, 1a, 4a, 6a (x2), 19a.

29 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 6, 53-63 : « quia igitur placuit uestre excellencie maiestatis mee requirere ignoranciam paruitatis ut si, qua de antiquitatibus Hispanie […], ego uero tanti domini, tam excelsi, non possum precibus contraire et uix possibile cogor ob reuerenciam atemptare », et p. 7, 88-92 : « ego Rodericus indignus cathedre Toletane sacerdos stilo rudi et sapiencia tenui ad preconium nostre gentis et uestre gloriam maiestatis sollicitus compilaui, pro uenia supplicans eo quod munus tam exiguum ausus fui lecturorum diligencie exibere et conspectui tanti principis presentare ». DRH trad., p. 56-57 : « por tanto, ya que la excelencia de vuestra majestad tuvo a bien recurrir a la ignorancia de mi pobre persona para que me afanara en relatar, a petición vuestra, lo que viniese a mi memoria de las antigüedades de España […], yo ciertamente, me siento incapaz de negarme a los ruegos de tal y tan magnífico señor, y, por respeto, me veo obligado a intentar lo que a duras penas me es posible » et « yo, Rodrigo, indigno sacerdote de la silla de Toledo, con torpe pluma y escasa sabiduría […] pidiendo perdón por haberme atrevido a entregar a la curiosidad de los lectores y a poner al alcance de tan gran rey un presente tan pequeño ».

30 PCG, prologue, p. 4, 26a-28a.

31 Ibid., prologue, p. 4, 28a-44a. 

32 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 72 et 90 : « compilaui ». DRH trad., p. 57 : « recopilé » et « he recopilado ».

33 M. LACOMBA, « Réécriture et traduction... », p. 32.

34 PCG, prologue, p. 4, 44a-46a.

35 Ibid., prologue, p. 4, 21a-24a : « rey de Castiella. de Toledo, de Leon. de Gallizia, de Seuilla, de Cordoua, de Murcia, de Jahen et dell Algarue ».

36 Marine POIRIER, « Autorité et pouvoir dans les prologues alphonsins », Questes, 29, 2015, p. 115-136, p. 120.

37 Pour cette question nous sommes les débiteurs de Marine POIRIER, art. cit., p. 122-123.

38 Ibid., p. 122.

39 Ibid., p. 123.

40 PCG, prologue, p. 4, 47a-48a.

41 Ibid., prologue, p. 3, 3a-4a.

42 Ibid., prologue, p. 3, 22b-23b.

43 Ibid., prologue, p. 3, p. 4a.

44 Ibid., prologue, p. 4, 45a-46a.

45 Ibid., prologue, p. 4, 26a.

46 Ibid., prologue, p. 3, 32a-35a.

47 Ibid., prologue, p. 3, 22b-23b.

48 Ghislaine Fournès : « Le prologue comme pré-texte chez Alphonse X (Lapidaire, Calila e Dimna), Cahiers d’études hispaniques médiévales, 24, 2001, p. 399-415. Voir aussi Patricia ROCHWERT-ZUILI, « D’Alphonse X à Alphonse XI : l’affirmation du pouvoir dans les prologues des œuvres castillanes aux XIIIe et XIVe siècles », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 35, 2012, p. 45-60 ; M. Lacomba, « Réécriture et traduction… », p. 33-34 ; id., « Estrategias y eficacia de los prólogos alfonsíes », in : María Soledad ARREDONDO, Pierre CIVIL et Michel MONER (éd.), Paratextos en la literatura española (siglos XV-XVIII), Madrid : Casa de Velázquez, 2009, p. 253-266 ; Rafael CANO AGUILAR, « Los prólogos alfonsíes », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 14-15, 1989, p. 79-90 ; Aengus WARD, « El prólogo historiográfico medieval », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 35, 2012, p. 61-77.

49 PCG, prologue, p. 3, 44a-45a.

50 M. POIRIER, art. cit., p. 124.

51 La Bible de Jérusalem, traduite en français sous la direction de l’École biblique de Jérusalem, Paris : Éditions du Cerf, 1998, Exode.

52 PCG, prologue, p. 3, 37b-41b : « somos sabidores […] de la salida de Egipto, et de la ley que dio Dios a Moysen ».

53 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 149. C’est par exemple le cas dans les périodisations de saint Paul, d’Origène et d’Eusèbe de Césarée. Il n’y a que saint Augustin qui n’utilise pas le personnage de Moïse pour marquer le commencement d’un nouvel âge.

54 B. Lacroix, op. cit., p. 59.

55 Ibid., p. 35.

56 Ibid., p. 58-59.

57 PCG, 1, p. 4, 26b-27b.

58 Ibid., 1, p. 4, 50b-52b.

59 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 56.

60 En raison de la fragilité, de la cherté et de la rareté des manuscrits.

61 B. Lacroix, op. cit., p. 216-217 : « Le plus étonnant est que même les théoriciens des institutions ecclésiastiques et politiques du Moyen Âge à qui l’histoire contemporaine aurait pu rendre de grands services, ignorent les chroniques et les annales de leur temps. » Même Érasme n’utilise pas les historiens contemporains comme source primaire.

62 G. Martin, « Luc de Tuy, Rodrigue de Tolède, leurs traducteurs et leurs compilateurs alphonsins… », p. 206.

63 Étymologies…, I, 40, 1, p. 356-357.

64 Cicéron (auteur), Edmond Courbaud (éd. et trad.), De Oratore, Paris : Les Belles Lettres, 1966, II, 15, 62, p. 31 : « ne rien oser dire tout de faux […] dire tout ce qui est vrai ».

65 Quintilien (auteur), Jean COUSIN (éd. et trad.), Institution Oratoire, Paris : Les Belles Lettres, 1976, II, 4, 2, p. 36 : « historiam, in qua est gestae rei expositio », « l’histoire qui contient le récit d’une action réelle ».

66 Polybe (auteur), Paul Dépech (éd. et trad.), Histoires, Paris : Les Belles Lettres, 1961, XII, 25b, p. 34 : « l’objet propre de l’histoire est premièrement de connaître les discours véritables » et plus généralement ».

67 TITE-Live (auteur) et Gaston Baillet (éd. et trad.), Histoire romaine. Livre I, La fondation de Rome, Paris : Les Belles Lettres, 2009, préface, p. 2-7.

68 Y. BONNAZ, op. cit., version Érudite, 6.3, p. 43-44, et dans la version Rotense, 6.3, p. 43-44 : « Non istud inane aut fabulosum putetis », traduits par : « ne pensez pas qu’il s’agisse d’un miracle chimérique ou fabuleux » et « ne pense pas qu’il s’agisse d’une chimère ou d’une fable ».

69 Y. BONNAZ, op. cit., version Érudite, 8.3, p. 47, et dans la version Rotense, 8.3, p. 47 : « Hoc uerum esse cognoscite et nec fabulosum putetis, alioquin tacere magis quam falsa promere maluissem », traduits par : « sachez que c’est un fait absolument véridique, et ne pensez pas qu’il s’agisse d’une fable, sans quoi j’eusse préféré me taire que de raconter des mensonges » et « sachez que c’est la vérité et ne pensez pas qu’il s’agisse d’une fable, autrement j’eusse préféré le silence au mensonge ».

70 Hormis la proposition « Dion que escriuio uerdadera la estoria de los Godos » (PCG, prologue, p. 4, 40a-41a) qui ne nous semble pas signifiante.

71 DRH trad., p. 39.

72 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 77 et B. Lacroix, op. cit., p. 45 et 70.

73 Hans Robert JAUSS (auteur), Claude MAILLARD (trad.), Jean Starobinski (préface), Pour une esthétique de la réception, Paris : Gallimard, 2015, p. 54.

74 Ibid., p. 56.

75 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 6-7, 65-70.

76 PCG, prologue, p. 4, 28a-42a.

77 PCG, 147, p. 107, 19b.

78 Ibid., 66, p. 48, 45b.

79 Ibid., 74, p. 53, 49b-50b.

80 Pline : ibid, 78, p. 57, 8a ; 105, p. 82, 27a. Eusèbe de Césarée : 85, p. 61, 45b ; 178, p. 128, 33b ; 190, p. 141, 51b ; 207, p. 151, 15b ; 217, p. 154, 28a ; 275, p. 170, 19b… Suétone : 117, p. 94, 36a ; 167, p. 118, 54b ; 179, p. 129, 30a ; 180, p. 129, 49b ; 181, p. 130, 14b ; 182, p. 132, 27b…

81 Ibid, 105, p. 82, 27b-29b : « Plinio fabla de las naturas et de las noblezas de los omnes en el XXVII capitulo del setenio libro de la Natural Estoria ».

82 Notons quelques exceptions : ibid., 90, p. 66, 16a-17ª : « desto da Orosio estos exiemplos » ; 65, p. 48, 55a-56a : « segund cuentan las estorias que fablan dello » ; 67, p. 50, 28b-29b : « en esto se acuerdan los mas que fablaron en estas estorias » et 41b-42b : « de que fablan las estorias ».

83 Nous avons fait le compte avec Jiménez de Rada et Lucas de Tuy. Ils sont associés dix fois au verbe « diz(e/en) » (ibid., 430, p. 245, 35a ; 453, p. 255, 37b ; 460, p. 259, 13a ; 461, p. 259, 35a et 36a ; 503, p. 278, 34a ; 551, p. 305, 21b ; 553, p. 307, 30a ; 557, p. 310, 5b ; 561, p. 316, 17a), et neuf fois au verbe « cuenta » (104, p. 80, 50b ; 388, p. 217, 23b ; 430, p. 245, 12a ; 459, p. 258, 50a ; 460, p. 259, 13a ; 494, p. 274, 17b ; 495, p. 275, 5b ; 496, p. 275, 28b ; 561, p. 316, 21b).

84 Olivier Biaggini, « Le témoin impossible : Gonzalo de Berceo et la construction de l’auteur », La Question de l’auteur, Actes du XXXe congrès de la SHF, Brest, Université de Bretagne Occidentale, 2002, p. 131–146, p. 131.

85 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 205-220.

86 Ibid., p. 205.

87 K. Pomian op. cit., p. 83.

88 Ibid. p. 83.

89 C. Mencé-Caster, p. 43.

90 Georges Martin, quant à lui, a établi cinq « opérations fondamentales » que l’on peut recouper avec les trois premiers rôles énonciateurs de saint Bonaventure. Il s’agit de reproduire, réunir, assembler/bâtir, assembler/agencer et réviser. G. MARTIN, « Compilation (5 procédures fondamentales) ».

91 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 56-57.

92 E. FALQUE, « Lucas de Tuy y Rodrigo Jiménez de Rada : el uso de las fuentes », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 26, 2003, p. 151-161, p. 153 : « en un compilador la autoría no es un acto de creación, sino de elección ».

93 Componer, du latin componere, signifie former par assemblage, mais aussi créer, faire, produire, notamment une œuvre littéraire.

94 C. Mencé-Caster. op. cit., p. 57.

95 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie… », p. 205-207 et id. « L’historien par les mots ».

96 B. Guenée, » Histoires, annales, chroniques… », p. 285 : « Et c'est peut-être pour cela que les auteurs du XIVe siècle, ayant à dire « ouvrage historique », ont presque exclusivement utilisé le mot chronique. Par histoires, ils entendent le plus souvent les faits eux-mêmes, ou les récits qu'on en peut lire dans les chroniques ».

97 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 55.

98 Cette thèse était défendue par Evelyn S. Procter : « a work of scissor and paste », Evelyn S. ProcterAlfonso X of Castile. Patron of Literature and Learning, Oxford, Clarendon Press, 1951, p. 111.

99 C’est ce que Corinne Mencé-Caster nomme la « dissidence fonction-compilateur », op. cit., p. 62-63.

100 P. LINEHAN, « Reflexiones sobre historiografía... », p. 102.

101 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 56.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search