Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Première partie – La Estoria de España et l’historiographie médiévale

Chapitre 3 - Le choix du castillan

Texte intégral

1Une différence majeure entre les chroniques de Lucas de Tuy et Jiménez de Rada d’un côté et les chroniques d’Alphonse X de l’autre est la langue dans laquelle elles ont été rédigées. En effet, les deux premiers auteurs ont, comme leurs prédécesseurs et leurs contemporains, écrit en latin, certes altéré, alors que le Roi Sage choisit le castillan. Ce changement d’importance ne peut être le fruit du hasard, il s’agit donc d’examiner les différentes implications de ce choix afin de dégager le ou les buts poursuivis par le monarque.

  • 1 Il s’agit d’un recueil de lois promulgué par le roi wisigoth Réceswinthe en 654.
  • 2 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », note 46, p. 134.
  • 3 Ibid., p. 134.

2Avant tout, Alphonse X n’est pas exactement le premier roi à utiliser le castillan à l’écrit, puisque son propre père, le roi Ferdinand III, a fait traduire le Liber Iudiciorum1 en castillan, sous le nom de Fuero Juzgo, et la chancellerie royale commençait déjà à employer le castillan2. Néanmoins, deux éléments de comparaison nous permettent de différencier l’usage de la langue vernaculaire fait par Alphonse X de celui de son père. D’une part, dans le cas de Ferdinand III, il s’agit d’une traduction, alors que l’œuvre de son fils, même si elle compte beaucoup de passages traduits, comporte aussi des œuvres originales, parmi lesquelles les œuvres juridiques (le Fuero Real, l’Espéculo de las leyes, les Siete Partidas) et historiographiques (la General Estoria et la Estoria de España). D’autre part, l’usage de la langue vernaculaire par Ferdinand III se limitait à la chancellerie et à un code juridique, un usage certes nouveau mais que l’on pourrait qualifier de pratique ou d’utilitaire, alors que chez Alphonse X, le castillan est aussi destiné aux sciences et à l’histoire3.

  • 4 Emma Falque, « Una edición crítica del Chronicon mundi de Lucas de Tuy », Cahiers de linguistique e (...)
  • 5 B. LACROIX, op. cit., p. 218.
  • 6 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », p. 134.
  • 7 B. GUENée, « La culture historique des nobles… », p. 304.
  • 8 Ibid, p. 301.
  • 9 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 215.

3L’utilisation de la langue vernaculaire plutôt que de la langue latine, savante, poursuit probablement un objectif pratique, celui de faciliter la diffusion et la compréhension des textes par le plus grand nombre. Toutefois, le lectorat du XIIIe siècle, même en langue romane n’est pas si étendu que cela. Certains semblent d’ailleurs douter de cette volonté de diffusion plus large4. Pourtant, même si tout le monde ne lit pas le castillan, tous peuvent au moins le comprendre dans le cadre de lectures faites à voix haute, et la transmission au Moyen Âge passe souvent par l’oralité5. Dans ce sens, les gloses explicatives peuvent viser à simplifier la « diffusion du message royal auprès des élites peu lettrées »6, ce qu’Henri II Plantagenêt (1133-1189) avait compris en favorisant la littérature en langue vernaculaire pour s’assurer du soutien de ses chevaliers7. De plus, la littérature en langue romane n’est pas forcément destinée à un public laïque. Les clercs aussi peuvent apprécier de lire dans leur langue courante, d’autant que tous les clercs ne maîtrisent pas parfaitement le latin8. Grégoire de Tours, lui-même, a écrit sur son insuffisante formation grammaticale et rhétorique9. Le castillan permet donc une diffusion plus large que le latin, en touchant les lettrés « savants » qui ne dédaignent pas les écrits en langue vernaculaire, mais aussi les lettrés non savants qui éprouvent des difficultés avec le latin, et enfin les non-lettrés qui peuvent tout de même en saisir la lecture orale.

  • 10 Juan Ramón Lodares, « Las razones del «castellano derecho» », Cahiers d'études hispaniques médiéval (...)
  • 11 Ibid., p. 321.
  • 12 Ibid., p. 322.

4Néanmoins, puisque l’utilisation du castillan prend une tout autre dimension que la traduction commandée par Ferdinand III, elle ne peut être résumée à un simple souci de diffusion. Aussi bien la traduction que la « création » (souvent faite de traductions) posent parfois un problème de taille : l’absence de termes précis et adaptés en castillan puisque jusque-là ce dernier n’a jamais été utilisé comme langue scientifique. Il s’agit d’un vrai travail d’élaboration, de recherche, pour trouver le mot le plus juste, le plus en adéquation avec les critères de ce que Juan Ramón Lodares appelle le « castellano derecho »10. D’après lui, le choix des mots se fait en fonction d’une conception naturaliste11 de la langue ou « razón de nombres »12, qui consiste à rechercher une correspondance entre les mots et la réalité extralinguistique, c’est-à-dire entre le nom des choses et les choses elles-mêmes. Citons ici ce que Juan Ramón Lodares a écrit à propos de ce concept et de son importance dans la production alphonsine :

  • 13 Ibid., p. 320-321.
  • 14 Ibid., p. 322.

Esta particular noción de rectitud idiomática, que considera a una lengua tanto más autorizada cuanto mejor refleje el mundo exterior, domina buena parte de la más granada reflexión gramatical del medioevo, consecuentemente, cala en muchas fuentes alfonsíes donde se participa de la idea de que hay un vínculo evidente, palpable y motivado entre la palabra y la cosa que se designa con ella y que una lengua es más recta cuanto más frecuentemente cumpla ese proceso13.

La razón de nombres es un concepto muy repetido en la obra alfonsí y motivado por las circunstancias que hemos ido señalando : como simple necesidad de aclarar términos nuevos, como consecuencia del proceso de intelectualización, como demostración de que el español era lengua suficiente para explicar las vinculaciones entre las palabras y las cosas, etc.; un nombre es razonable cuando está puesto de acuerdo con las características materiales del objeto o la noción que denomina, cuanto más directo y evidente es el enlace entre lo designado y la palabra que lo designa mayor razón hay en la voz
14.

  • 15 Ibid., p. 323-327.
  • 16 Ibid., p. 323-327.
  • 17 Ibid., p. 317 : « lenguas modélicas como el latín, el griego o el árabe » et p. 322 : « lengua sabi (...)

5De plus, selon le philologue, le choix des termes devait être en adéquation avec la tradition castillane (« costumbre »15) et l’autorité latine (« autoridad »16). C’est cette harmonie, entre la tradition vernaculaire, l’autorité latine et la « raison » qui montre la capacité du castillan à exprimer n’importe quelle notion et concept parfaitement exprimés par les langues savantes ou idéales que sont l’hébreu, le latin, le grec ou l’arabe17. Alphonse X se sert ainsi des traductions et des définitions scientifiques pour mettre en lumière cette triple articulation.

6Ces conclusions peuvent s’appliquer à tous les textes alphonsins. En effet, rédiger des lois, qui plus est inspirées des lois romaines donc latines, ou composer une histoire « nationale » et universelle depuis la Création ne peut pas être à la portée de n’importe quelle langue romane. À travers toutes ses œuvres, il s’agit donc pour Alphonse X de hisser une langue vernaculaire, la langue vernaculaire du royaume dont il est le roi, à la hauteur des langues savantes. Intellectualiser le castillan, c’est montrer qu’il est capable de véhiculer n’importe quel concept et qu’il est digne de rejoindre le cercle des auctoritates.

7Plusieurs manifestations de ce phénomène sont présentes dans le récit des origines. Citons-en quelques exemples qui montrent la diversité des langues sources et des sujets concernés. Les rédacteurs expliquent ainsi à plusieurs reprises l’étymologie de nom de villes, d’objets de la vie courante ou de concepts plus spécifiques comme l’empire :

  • 18 PCG, 55, p. 37, 18a-21a.
  • 19 Ibid., 114, p. 90, 9b-13b.
  • 20 Ibid., 125, p. 99, 26a-36a.

Por que en latin dizen ingenuo por ell omne libre, e a el dizien Carthon, puso ella nombre a aquella cibdat Carthagena18.
En latin dizen parare por appareiar, et esta palabra parare, segund cuenta Hugutio, componese con in, et dizen imperare. Et es imperare en el nuestro lenguaje tanto cuemo mandar sobre otros et señorear
19.
Que pechassen cadanno a Roma, quando se uiniessen escriuir, cada uno por su cabeça un dinero de plata o de oro, que ualiesse diez de los de la moneda usada que corrie aquella sazon por la tierra et con que mercauan las gentes sus cosas. E por que auie de ualer diez, por endel pusieron nombre “dinero”, que quiere tanto decir cuemo dezeno ; e dalli se començo ell uso de llamar dinero a toda moneda que corre por la tierra
20.

8Parfois ils traduisent littéralement des mots ou des phrases en donnant d’abord le mot en latin, puis sa traduction :

  • 21 Ibid., 319, p. 191, 24a-29a.
  • 22 Ibid., 366, p. 210, 4a-7a.
  • 23 Ibid., 406, p. 229, 29b-31b.

Deus stetit in congregacione deorum: in medio autem deos discernit. Que quiere decir : Dios souo en ell allegamiento de los dioses, et estando en medio dellos los uidga21.
Vandalia en latin, que quiere tanto dezir cuemo Andaluzia en el lenguaje castellano
22.
Fueron por ende dichos dalli adelante los federatos, que quier tanto dezir cuemo auenidos por amiztad et por paz
23.

9Plus rarement la chronique traduit aussi le grec et l’arabe comme le montrent les exemples suivants :

  • 24 Ibid., 78, p. 57, 26a-29a.
  • 25 Ibid., 556, p. 309, 33a-37a.

Esta palabra teatro, segund unas palabras que dizen en griego theoros por uuer et an por aderredor, tanto quier decir cuemo logar de uista fecho en cerco ; et tal era el teatro24.
Ayuntaron se en un mont que oy dia lieua nombre daquel moro et dizen le en arauigo Gebaltarif, et los cristianos Gibraltar, ca gebel en arauigo tanto quiere dezir como “monte”
25.

  • 26 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 8.
  • 27 J. R. Lodares, art. cit., p. 334.

10En outre, le simple fait que ce soit le roi lui-même qui utilise le castillan à l’écrit suffit à donner un certain poids à cette langue, qui passe du statut de langue orale à celui de langue écrite autorisée, accréditée par l’autorité royale. Selon l’expression de Corinne Mencé-Caster, Alphonse X se fait « artisan langagier »26, ce qui donne une nouvelle facette à son pouvoir et contribue à le renforcer, au moins symboliquement. Ce renforcement fonctionne à double sens : d’un côté, le roi donne du crédit à cette langue et la justifie à lui seul en l’employant à l’écrit et, d’un autre côté, l’utilisation du castillan montre le pouvoir et le savoir du roi qui est le premier à l’utiliser, à l’intellectualiser, à traduire des textes scientifiques… et à en faire une langue savante. Ces écrits servent donc à établir la capacité de la langue du Royaume de Castille à exprimer des idées complexes et aussi (et peut-être surtout ?) la capacité du roi qui s’appuie sur son vaste savoir pour traduire et construire une nouvelle terminologie. À ce propos Juan Ramón Lodares écrit que : « lo que se alaba y se fomenta en esa parte del prólogo (en realidad, en todo él) son las potestades de un poder real basado en los saberes »27.

  • 28 J. R. Lodares, art. cit., note 47, p. 333.
  • 29 María Nieve VILA RUBIO, « Léxico y conciencia histórica en Alfonso X », Cahiers de linguistique his (...)
  • 30 PCG, 1, p. 4, 40b-50b.

11Si les écrits et traductions d’Alphonse X rendent gloire à Dieu, ils rendent aussi gloire au roi qui est à la fois l’artisan de ces écrits et le représentant de Dieu sur Terre. Comme le souligne le philologue : « en los prólogos de los tratados astronómicos alfonsíes suele reiterarse una idea: las obras se traducen para mayor gloria de Dios y, consecuentemente, del rey que promueve la traducción »28. De plus, pour les traducteurs du Moyen Âge, l’aptitude de l’être humain à traduire prouvait l’existence de la langue commune qui avait existé avant que Dieu ne punisse les hommes qui avaient érigé la tour de Babel29. La dispersion des hommes est d’ailleurs racontée dans le tout premier chapitre de la Estoria de España30. Par son travail de traduction, Alphonse X contribue donc à corroborer l’existence de l’épisode de Babel, et il contribue aussi à l’œuvre de Dieu en mettant par écrit une langue envoyée par Dieu (certes comme une punition) et en contribuant à la modeler. En montrant l’étendue de son savoir et de ses facultés, Alphonse X tente d’étendre son pouvoir.

  • 31 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 107.
  • 32 Nous ne parlons ici que de codification sémantique ou lexicale, et non de normation grammaticale, s (...)
  • 33 Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris : Seuil, 2001, p. 59-60.

12Le Roi Sage, pour qui pouvoir et savoir sont indissociables31, se sert de la création lexicale et des gloses explicatives pour codifier32, formater, systématiser le sens et l’usage des mots pour ses sujets. En d’autres termes, il pratique une sorte de sémantisation forcée du castillan à destination de ses grands sujets. Le texte devient alors le lieu d’un rapport de force entre l’autorité monarchique qui se fait autorité d’énonciation et de sémantisation et ses destinataires. Citons à ce sujet une remarque éclairante de Pierre Bourdieu : « les rapports de communication par excellence que sont les échanges linguistiques sont aussi des rapports de pouvoir symbolique où s’actualisent les rapports de force entre les locuteurs ou leurs groupes respectifs »33.

  • 34 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 111.
  • 35 Ibid., p. 111.
  • 36 Ibid., p. 113.
  • 37 Ibid., p. 112.
  • 38 Ibid., p. 113.

13Quelle que soit la langue que l’on parle, celle-ci construit notre vision du monde, la façon dont nous nous représentons les choses et elle contribue même à la réalité de ce qui nous entoure. En la modelant, en la verrouillant34, en essayant de réaliser l’unité du langage écrit35, Alphonse X tente de modifier la perception de ses sujets ou récepteurs en créant « une nouvelle représentation de la Castille, de son seigneur naturel, de l’imaginaire socio-historique »36. La construction lexicale et sémantique permet, ou en tout cas est censée permettre, une réformation mentale et idéologique37. En opposant sa monosémie à ses (grands) sujets il cherche à « court-circuiter » l’appropriation différente qu’ils pourraient faire de ses écrits. Comme l’a écrit Corinne Mencé-Caster, Alphonse X « se fonde sur le pouvoir structurant des mots pour modifier le programme de perception de ses sujets et faire que ceux-ci, réalisent, par leur consentement à la ré-formation mentale qui est en jeu, son programme politique »38.

  • 39 E. FALQUE, art. cit., p. 230 : « La primera gran fractura del latín como lengua de cultura, dando p (...)
  • 40 C. de AYALA Martínez, art. cit., p. 43 : « El vicariato que la mediación eclesial no cuenta: es dir (...)
  • 41 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 103.
  • 42 La chronique du Liber regum (fin XIIe-début XIIIe) et le Vidal Mayor (1247-1252) compilation des Fo (...)
  • 43 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 113.
  • 44 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », p. 134.
  • 45 Cependant, comme le souligne J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 174, l’usage du castillan réduit son i (...)
  • 46 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », p. 134.
  • 47 Setenario, 1, p. 7 et p. 8. Les termes « castellano » et « romance » sont néanmoins les plus utilis (...)

14Tout au long de son règne, les combats politiques d’Alphonse X visant au double renforcement du pourvoir de la Castille dans la péninsule Ibérique et du roi en Castille, se situent sur plusieurs plans (fecho del imperio, fecho de allende, problèmes de succession…). Deux d’entre eux en particulier peuvent être reliés à l’utilisation du castillan plutôt que du latin : les tensions avec l’Église Catholique et la rivalité avec les autres royaumes chrétiens pour obtenir l’hégémonie péninsulaire. D’une part, le roi entend affirmer son pouvoir politique par rapport au pouvoir spirituel de l’Église Catholique39. En effet, le projet idéologique, à la fois politique et religieux, d’Alphonse X faisait de lui un représentant direct de Dieu sur Terre, sans besoin de l’intermédiaire du clergé40. Pour lui les princes de l’Église devaient se soumettre à son autorité, et non l’inverse. L’utilisation d’une langue romane comme langue officielle peut donc participer de ce programme politique visant à enraciner et renforcer l’autorité monarchique face à l’autorité religieuse latine41. D’autre part, la Castille n’est peut-être pas le premier royaume chrétien péninsulaire à utiliser sa langue parlée à l’écrit42, mais elle est la première à le faire comme langue officielle tout à la fois politique, culturelle et scientifique. Le castillan s’élève au-dessus des autres langues vernaculaires de la Péninsule en même temps qu’il se hisse à la hauteur du latin. Selon Corinne Mencé-Caster, le castillan se constitue en opposition aux grandes langues et civilisations et non aux dialectes péninsulaires43. Cependant, les deux oppositions ne sont pas incompatibles, au contraire. Le Roi Sage légitime le castillan en le rapprochant du latin, et il établit par là-même une « hiérarchisation politique »44 en affirmant sa supériorité sur les autres langues romanes et donc sur les autres royaumes. Le recours au castillan permet donc à Alphonse X de renforcer le poids de la Castille45, d’en faire une sorte de meneur naturel des royaumes chrétiens, déjà à l’avant-garde de la Reconquête, et maintenant à l’avant-garde de la politique, de l’histoire et des sciences. De plus, bien que les termes « castellano » et « romance » soient les plus utilisés46, Alphonse X va parfois plus loin, en affirmant que le castillan est la langue de l’Espagne, « el lenguaie de Espanna »47, reléguant ainsi au passage les autres langues romanes au rang de simples dialectes, et faisant du royaume de Castille et León l’unique véritable représentant de l’Espagne.

***

15En plus de rendre l’écrit et ses contenus plus accessibles, l’utilisation du castillan au détriment du latin est donc une manifestation du projet politique d’Alphonse X qui vise une légitimation extérieure et intérieure. Légitimation extérieure d’un côté, en faisant du castillan la seule langue romane péninsulaire capable de se hisser au rang du latin et de véhiculer les mêmes concepts que les langues savantes, plaçant ainsi le castillan sur un pied d’égalité avec le latin et associant par là-même le Royaume de Castille à Rome. Légitimation intérieure du pouvoir monarchique de l’autre, en se servant du castillan comme vecteur de démonstration du savoir et du pouvoir royal et comme vecteur de codification sémantique à destination des grands sujets.

16De plus, l’usage de la langue de Castille pour narrer l’histoire de l’Espagne, une histoire subordonnée à celle du royaume de Castille ne donne-t-il pas un relief tout particulier à cette chronique ? En effet, l’utilisation du castillan dans le contexte historiographique permet de donner une cohérence certaine au récit. Le Roi Sage rédige en quelque sorte une histoire autonome dont l’écriture n’est plus dépendante ni de la sagesse des clercs, traditionnels détenteurs du savoir, ni d’une langue latine, certes hautement symbolique mais commune aux lettrés de l’ancien Empire romain. La Estoria de Espanna est l’histoire de la Castille, rédigée par le roi de Castille en castillan.

Notes

1 Il s’agit d’un recueil de lois promulgué par le roi wisigoth Réceswinthe en 654.

2 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », note 46, p. 134.

3 Ibid., p. 134.

4 Emma Falque, « Una edición crítica del Chronicon mundi de Lucas de Tuy », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 24, 2001, p. 219-233, p. 230 : « si el romance adquiere fuerza frente al latín en la exposición de la historia alfonsí, ello se justifica menos como un interés por la divulgación ».

5 B. LACROIX, op. cit., p. 218.

6 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », p. 134.

7 B. GUENée, « La culture historique des nobles… », p. 304.

8 Ibid, p. 301.

9 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 215.

10 Juan Ramón Lodares, « Las razones del «castellano derecho» », Cahiers d'études hispaniques médiévales, 18-19, 1993, p. 313-334.

11 Ibid., p. 321.

12 Ibid., p. 322.

13 Ibid., p. 320-321.

14 Ibid., p. 322.

15 Ibid., p. 323-327.

16 Ibid., p. 323-327.

17 Ibid., p. 317 : « lenguas modélicas como el latín, el griego o el árabe » et p. 322 : « lengua sabia ».

18 PCG, 55, p. 37, 18a-21a.

19 Ibid., 114, p. 90, 9b-13b.

20 Ibid., 125, p. 99, 26a-36a.

21 Ibid., 319, p. 191, 24a-29a.

22 Ibid., 366, p. 210, 4a-7a.

23 Ibid., 406, p. 229, 29b-31b.

24 Ibid., 78, p. 57, 26a-29a.

25 Ibid., 556, p. 309, 33a-37a.

26 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 8.

27 J. R. Lodares, art. cit., p. 334.

28 J. R. Lodares, art. cit., note 47, p. 333.

29 María Nieve VILA RUBIO, « Léxico y conciencia histórica en Alfonso X », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 23, 2000, p. 13-24, p. 19 : « la capacidad del ser humano para traducir probaba la existencia de esa lengua común y abstracta ».

30 PCG, 1, p. 4, 40b-50b.

31 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 107.

32 Nous ne parlons ici que de codification sémantique ou lexicale, et non de normation grammaticale, stylistique ou orthographique. À ce propos nous renvoyons à l’article indispensable de Lodares (J. R. Lodares, art. cit.) au sujet de l’expression « castellano derecho » tirée du prologue du traité De las XLVIII figuras de la VIII espera et dans laquelle les philologues ont longtemps voulu voir une référence à une pureté de la langue. Cependant, Lodares indique que beaucoup de termes choisis ne sont pas d’origine castillane ou qu’un même mot peut s’écrire de façon différente, il rappelle aussi que la recherche d’une codification grammaticale au XIIIe siècle est complètement anachronique. Il ne peut donc s’agir de pureté orthographique. Le philologue démontre que le vrai but d’Alphonse X est de prouver la capacité du castillan à transcrire la réalité extralinguistique aussi bien que les langues savantes et de montrer qu’il existe une cohérence entre le terme choisi et le concept de la « razón de nombres ».

33 Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris : Seuil, 2001, p. 59-60.

34 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 111.

35 Ibid., p. 111.

36 Ibid., p. 113.

37 Ibid., p. 112.

38 Ibid., p. 113.

39 E. FALQUE, art. cit., p. 230 : « La primera gran fractura del latín como lengua de cultura, dando paso al romance de la Crónica general y de la General Estoria, no puede entenderse sino en el contexto de una monarquía castellana que decide recuperar una parte del poder que tiene la iglesia con una serie de decisiones claramente laicas : la introducción del derecho romano, la creación de universidades, y hasta la adopción del romance como vehículo de la expresión culta ».

40 C. de AYALA Martínez, art. cit., p. 43 : « El vicariato que la mediación eclesial no cuenta: es directamente el rey quien representa a Dios en la tierra. Por otra parte, la mayoría no admite excepciones: no cabe un poder que, en el interior de sus dominios, ensombrezca lo más mínimo la autoridad del rey, ni siquiera, por supuesto, el de la Iglesia. Pero es que, finalmente, los ministros y responsables de esta sagrada institución en el reino deben al rey la misma obediencia y fidelidad que cualquier otro de sus naturales. El esquema de sometimiento de la Iglesia respecto del poder del monarca, apunta a formulaciones que podrían ser envidiadas por los futuros regalistas ».

41 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 103.

42 La chronique du Liber regum (fin XIIe-début XIIIe) et le Vidal Mayor (1247-1252) compilation des Fors d’Aragon ont été rédigés en aragonais.

43 C. Mencé-Caster, op. cit., p. 113.

44 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », p. 134.

45 Cependant, comme le souligne J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 174, l’usage du castillan réduit son influence dans le nord de l’Europe.

46 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », p. 134.

47 Setenario, 1, p. 7 et p. 8. Les termes « castellano » et « romance » sont néanmoins les plus utilisés.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search