Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Première partie – La Estoria de España et l’historiographie médiévale

Chapitre 2 - La Estoria de España : évolution ou rupture ?

Texte intégral

  • 1 General Estoria, titre du prologue, p. 3.
  • 2 Ibid., prologue, p. 3, 20b-30b.
  • 3 PCG, prologue, p. 4, 26a-28a.
  • 4 Ibid., titre du prologue, p. 3.
  • 5 Ibid., prologue, p. 4, 44a.

1La Estoria de España et la General Estoria ont été composées sous l’égide d’Alphonse X et en collaboration avec lui, mais le monarque ne présente pas le rôle qu’il a joué de la même façon dans chaque prologue. Dans la General Estoria, il se positionne comme l’instigateur de la chronique, mais non comme son rédacteur : « aqui se comiença la general e grand estoria que el muy noble rey don Alfon […] mando fazer »1, et un peu plus loin : « yo don Alfonsso […] despues que oue fecho ayuntar muchos escritos e muchas estorias delos fechos antiguos, escogi dellos los mas uerdaderos e los meiores que y sope; e fiz ende fazer este libro »2. En revanche, dans la Estoria de España, s’il se donne aussi à voir comme commanditaire, nous lisons ainsi : « mandamos ayuntar quantos libros pudimos auer de istorias en que alguna cosa contassen de los fechos dEspanna »3 ; il s’assume aussi et surtout comme rédacteur, comme le montre la phrase suivante : « aqui se comiença la estoria de Espanna que fizo el muy noble rey don Alfonsso »4 et, plus loin, « compusiemos este libro »5. Cela constitue une nouveauté, puisque c’est la première fois qu’un roi s’affirme comme rédacteur d’une chronique. Les deux antécédents immédiats de la chronique, le Chronicon Mundi et le De Rebus Hispaniae ont bien été commandés par des souverains, Bérangère de Castille pour le premier et Ferdinand III de Castille, son fils, pour le second, mais ces derniers ne sont pas intervenus dans la rédaction.

  • 6 Y. Bonnaz, op. cit., version Rotense, 5, 2, p. 31 « notre ordre ».
  • 7 Ibid., p. 134, et Claudio Sánchez-Albornoz, Investigaciones sobre historiografía hispana medieval ( (...)
  • 8 Y. BONNAZ, op. cit, version Érudite, lettre/prologue, p. 31.
  • 9 Ibid., p. 31 : « Adefonsus Rex Sebastiano nostro salutem […] nos quidem ex eo tempore, sivut ab ant (...)
  • 10 G. Martin, « Un récit… », note 58, p. 36. « Rien ne prouve l’authenticité de la lettre – l’identifi (...)
  • 11 Y. BONNAZ, op. cit., incipit de la version Rotense, p. 31 : « […] in tempore glorioso ordoni regis (...)
  • 12 Ibid., p. LIII et p. 134.
  • 13 Ibid., p. 134 : « le souverain en est, sans risque d’erreur, l’inspirateur, le maître d’œuvre ».

2Il y a bien l’exemple de la Chronique dite d’Alphonse III, mais nous n’avons aucune certitude sur son ou ses auteurs. En effet, deux éléments pourraient laisser croire que le roi lui-même serait l’auteur de cette chronique du début du Xe siècle. La première version de la chronique (version Rotense) affirme que la ville de Viseu a été repeuplée sur « iussu nostro »6, ce qui laissait penser à Sánchez Albornoz7 qu’Alphonse III en était l’auteur. Quant à la lettre qui sert de prologue à la seconde version (version Érudite), elle semble être revendiquée par « Adefonsus Rex »8 qui se propose de présenter la chronique à un certain Sébastien9, ce qui semble montrer que c’est le roi qui a écrit, si ce n’est la chronique, au moins le prologue. Cependant, plusieurs points viennent contredire cette idée. Selon Georges Martin, le repeuplement de Viseu par Alphonse III n’est pas attesté et rien ne prouve l’authenticité de la lettre10. De plus, les incipit des deux versions affirment que la chronique a été écrite pendant le règne des fils11 d’Alphonse III, donc après la mort de ce dernier. Yves Bonnaz pense que « le rédacteur de la chronique est très probablement un clerc, un familier du roi habitué au style officiel des actes royaux »12, même s’il reconnaît que le roi en est sûrement l’inspirateur13. Au regard des travaux de Georges Martin et Yves Bonnaz, il semble que nous puissions légitimement penser qu’Alphonse X, tout en s’inscrivant dans une tradition de rois instigateurs, est bien le premier à prendre une part active dans la rédaction.

  • 14 Antonio García Solalinde, « Intervención de Alfonso X en la redacción de sus obras », Revista de Fi (...)
  • 15 Gonzalo Menéndez Pidal, « Cómo trabajaron las escuelas alfonsíes », Nueva Revista de Filología Hisp (...)
  • 16 Citons par exemple les deux étymologies données pour la ville de Carthagène. Selon une première ver (...)

3En effet, même si Alphonse X se présente comme (l’unique ?) artisan et rédacteur de le Estoria de España, et compte tenu de la somme de travail que représentent ces deux chroniques, nous pouvons être certains qu’il n’a pas pu la rédiger entièrement et seul. Antonio G. Solalinde14 et Gonzalo Menéndez Pidal15 ont montré qu’elles sont en réalité le fruit d’un travail collectif mené dans des ateliers d’écriture en collaboration et sous l’étroite supervision du roi. Inés Fernández-Ordónez fait remarquer à ce propos certaines incohérences16, preuves que chaque section a été confiée à un ou plusieurs historiographes différents qui ne connaissaient pas toujours le travail réalisé par son ou ses collègues sur le même sujet. Néanmoins, le travail réalisé par ces ateliers n’est nulle part reconnu, et les noms des historiographes chargés de rédiger les Histoires n’apparaissent pas, seule la figure du Roi Sage est mise en avant. Cette mise en lumière du roi au détriment des autres rédacteurs a pour conséquence un autre changement.

  • 17 Chronicon Mundi, prologue 2, p. 10, 148-149 : « michi Luce indigno diachono », CM trad., p. 9 : « m (...)

4En effet, lorsqu’il s’agit du Chronicon Mundi ou du De Rebus Hispaniae, nous savons qu’il s’agit des œuvres de Lucas de Tuy et de Jiménez de Rada. Ces deux chroniques avaient marqué une rupture en posant clairement l’identité de leurs auteurs. Ceux-ci s’exprimaient à la première personne dans leur prologue, s’adressaient à leur suzerain en leur nom17. L’anonymat des ateliers alphonsins, ainsi que leur caractère laïque constituent donc un changement par rapport aux deux chroniques de la première moitié du XIIIe siècle.

  • 18 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », p. 128.

5Cependant, s’agit-il bien d’un changement ou ne s’agitait-il pas plutôt d’un retour en arrière ? En effet, l’anonymat des ateliers rappelle les premières chroniques qui étaient le fruit de clercs confinés dans leurs monastères et contraints à l’anonymat. De plus, Lucas et Rodrigue bénéficient d’une grande autonomie et d’une vraie liberté de réflexion, alors que dans le cas des ateliers, les historiographes sont exclusivement au service du projet et de la réflexion royale. C’est pourquoi, dans ce dernier quart du XIIIe siècle, même si les ateliers alphonsins ne sont plus constitués uniquement de clercs et n’écrivent plus en latin, il semble que le statut qui leur est accordé ne diffère guère de celui des copistes du XIIe siècle. Dans ces conditions, « l’accaparement par le roi lui-même de l'autorité d'écriture »18 et le retour à l’anonymat se comprennent comme un recul de l’autonomie de l’historiographe, dont la liberté semble, si ce n’est totalement disparaître, être difficilement praticable.

6Par ailleurs, la prise en main de la rédaction par l’autorité royale a aussi pour conséquence l’élargissement des sources dont les ateliers peuvent disposer. Pour mener à bien la tâche qui leur est confiée, les équipes alphonsines peuvent ainsi compter sur des sources d’une richesse inédite.

  • 19 En 1291, Édouard Ier fait ainsi entreprendre des recherches dans les bibliothèques des chapitres et (...)
  • 20 B. Lacroix, op. cit., p. 100.
  • 21 Alphonse X descend par sa mère, Béatrice de Souabe, de l’empereur des Romains Frédéric Ier, il desc (...)
  • 22 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », p. 135.

7Des rois comme Alphonse X ou Édouard Ier d’Angleterre19 (roi de 1272 à 1307) ont conscience des possibilités et limites face auxquelles ils se trouvent, mais leur pouvoir et la nécessité rendent possible pour la première fois une consultation massive des bibliothèques. Le roi a en effet plus de possibilités qu’un archevêque et surtout plus qu’un moine copiste. Il peut envoyer ses hommes à travers tout le royaume bien plus librement qu’un clerc souvent attaché toute sa vie à un diocèse ou à un monastère20, sans compter que le royaume de Castille n’a cessé de s’accroître, ce qui facilite l’accès aux sources qui se trouvaient jusque-là en territoire musulman ou dans un autre royaume chrétien. Le jeu des accords matrimoniaux et des ambassades permet aussi de tisser des alliances dynastiques, diplomatiques qui favorisent les échanges aussi bien économiques que culturels21. Il peut aussi réunir les meilleurs traducteurs pour travailler sur les sources religieuses, profanes, juives, musulmanes… qui ont été réunies. Ce faisant, il peut non seulement aller plus loin que ses prédécesseurs, mais il fait « valoir la puissance totalisatrice de la royauté »22, en imposant le modèle d’une autorité supérieure, capable de réunir et de concentrer tous les savoirs, et en rendant obsolète le travail des autres historiographes, incapables de mettre en œuvre la même mécanique que le Roi Sage.

  • 23 Voir G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 317-383.
  • 24 B. Guenée, « L'enquête historique ordonnée par Édouard Ier, roi d'Angleterre, en 1291 », in : Compt (...)
  • 25 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale », p. 209, et C.-O. Carbonell, op. cit., p. 42.
  • 26 M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 15-16.
  • 27 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale », p. 208 : « Puisque la religion chrétienne es (...)
  • 28 C.-O. CARBONELL, op. cit., p. 42.
  • 29 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale », p. 211.
  • 30 Depuis l’Antiquité, le programme de l’enseignement classique se divise en deux branches, le quadriv (...)
  • 31 Il faut par exemple attendre 1338 pour qu’un catalogue d’histoires et de chroniques fasse son appar (...)

8Georges Martin a d’ailleurs montré que la seconde partie du récit de la Estoria de España visait à servir les intérêts politiques d’Alphonse X23. Les formidables recherches de sources à travers le royaume sont promises à servir des fins politiques, tout comme celles entreprises pour Édouard Ier. À ceci près que les recherches ibériques avaient pour objectif la rédaction d’une chronique, là où l’enquête anglaise, très urgente, devait servir à obtenir la soumission des prétendants écossais24. Au Moyen Âge, il n’était pas rare que l’histoire serve ainsi une autre science. Il s’agit d’une discipline auxiliaire25 qui est au service de la théologie, de l’exégèse et de la morale en fournissant des exemples édifiants26, ou encore du droit27 ou de la grammaire. Il n’y a pas d’historiens, mais des moralistes, des théologiens et des philosophes…28. Pour Bernard Guenée, l’histoire « n’était chez aucun le souci exclusif, ni même l’occupation essentielle. L’histoire était au Moyen Âge une activité secondaire »29. Preuve que l’histoire n’est pas une discipline à part entière, elle n’est pas enseignée dans les universités où prévalent encore les sept arts libéraux30, et les classements des bibliothèques médiévales ne comptent pas de section historiographique, les livres d’histoires sont dispersés au milieu des autres ouvrages31. Compte tenu de cette caractéristique de l’historiographie médiévale, il n’est donc pas étonnant de trouver une autre utilité à la Estoria de España que la seule connaissance du passé. Cependant, dans le cas d’Alphonse X, même si la visée politique de la seconde partie de la Estoria de España est à prendre en compte, on ne peut réduire l’entreprise historiographique alphonsine à cette seule visée politique.

  • 32 G. MARTIN, « Le pourvoir historiographique… », note 4, p. 124.

9Tout d’abord, il faut envisager l’ampleur de l’œuvre historiographique alphonsine : la General Estoria et la Estoria de España forment un tout, un ensemble cohérent, même s’il est resté inachevé. Ensuite, il faut considérer les moyens employés et la somme de travail colossale qui a été nécessaire pour mener une telle tâche à bien. Enfin, l’investissement direct du roi est aussi un signe révélateur de l’intérêt qu’il portait à ce projet. En effet, jusque-là les rois avaient passé commande d’histoires, ils ne s’étaient jamais impliqués de la sorte dans leur réalisation. Tout ceci témoigne de l’intérêt porté à l’historiographie par le Roi Sage, non comme auxiliaire, mais comme discipline autonome qui « acquiert une importance égale à celle de la science naturelle et du droit »32. Cette prise en charge royale traduit donc à notre sens un changement dans la conception et la vision de l’historiographie, au moins aux yeux du roi.

10Ainsi, la Estoria de España, et plus largement l’œuvre historiographique entreprise par Alphonse X, marque à de nombreux égards, plus qu’une simple évolution, une véritable rupture dans la pratique historiographique. Le roi n’est plus seulement commanditaire, il est partie prenante dans la rédaction. Les rôles sont bouleversés, les méthodes de recherches et de travail aussi. La matière à disposition des rédacteurs de la Estoria de España est sans commune mesure avec celle à laquelle ont eu par exemple accès les rédacteurs de la Chronique Albeldense. Néanmoins, l’écart se mesure peut-être surtout dans la vision même de l’historiographie. En effet, cette tâche à l’ampleur inédite (ampleur des sources, du travail, de la diffusion) n’a été rendue possible que par une rupture des pratiques, elle-même conséquence d’une rupture dans la conception de l’historiographie. Et s’il est un autre indice de la distance que prend le Roi Sage avec la tradition, c’est la langue qu’il choisit pour rédiger ses œuvres.

Notes

1 General Estoria, titre du prologue, p. 3.

2 Ibid., prologue, p. 3, 20b-30b.

3 PCG, prologue, p. 4, 26a-28a.

4 Ibid., titre du prologue, p. 3.

5 Ibid., prologue, p. 4, 44a.

6 Y. Bonnaz, op. cit., version Rotense, 5, 2, p. 31 « notre ordre ».

7 Ibid., p. 134, et Claudio Sánchez-Albornoz, Investigaciones sobre historiografía hispana medieval (siglos VIII al XII), Buenos Aires : Facultad de Filosofía y Letras, Instituto de Historia de España, 1967, p. 42 : « nadie, sino el rey podía escribir “iussu nostro”, pues sólo en nombre del monarca y por su orden se hacían las pueblas. El refundidor, clérigo erudito, no se atreve a emplear las palabras del príncipe, impropias en su pluma, y escribe “a nobis” […]. A través de toda la crónica se advierte la pluma de un laico, y el “iussu nostro” a que acabamos de referirnos, parece argumento de fuerza para su atribución al rey ».

8 Y. BONNAZ, op. cit, version Érudite, lettre/prologue, p. 31.

9 Ibid., p. 31 : « Adefonsus Rex Sebastiano nostro salutem […] nos quidem ex eo tempore, sivut ab antiquis et a praedecessoribus nostris audiuimus, et uera esse cognouimus, tibi breuiter intimabimus » : « Le roi Alphonse à notre Sébastien, salut […] nous allons nous-même te la présenter brièvement à partir de ce temps, comme nous l’avons entendue des anciens et de nos prédécesseurs et telle que nous l’avons tenue pour exacte ».

10 G. Martin, « Un récit… », note 58, p. 36. « Rien ne prouve l’authenticité de la lettre – l’identification de Sébastien reste incertaine ».

11 Y. BONNAZ, op. cit., incipit de la version Rotense, p. 31 : « […] in tempore glorioso ordoni regis dive memorie adefonsi regis filio collecta », et incipit de la version Érudite, p. 31 : « […] in tempore gloriosi garseani regis adefonsi filii collecta ». García Ier fut roi de León (910-914), et Ordoño II fut roi de Galice (910-914) puis de León (914-924) après la mort de García.

12 Ibid., p. LIII et p. 134.

13 Ibid., p. 134 : « le souverain en est, sans risque d’erreur, l’inspirateur, le maître d’œuvre ».

14 Antonio García Solalinde, « Intervención de Alfonso X en la redacción de sus obras », Revista de Filología Española, 2, 1915, p. 283-288.

15 Gonzalo Menéndez Pidal, « Cómo trabajaron las escuelas alfonsíes », Nueva Revista de Filología Hispánica, 4, 1951, p. 363-380.

16 Citons par exemple les deux étymologies données pour la ville de Carthagène. Selon une première version la ville doit son nom à celui de Carthage (PCG, 7, p. 10, 31a-32a : « Carthagena, que ouo este nombre de Cartago la grand »), mais dans une seconde version la ville doit son nom à un esclave de Didon, Carthon. La chronique dit aussi à propos de l’enlèvement par Alaric Ier de la sœur de l’empereur Flavius Honorius, lors du sac de Rome, que cet évènement a déjà été abordé : « segund que a desuso contado la estoria », 367, p. 210, 13b, alors que cet épisode n’a pas encore été évoqué. À propos des problèmes rencontrés par les ateliers de rédacteurs, voir I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 47-68.

17 Chronicon Mundi, prologue 2, p. 10, 148-149 : « michi Luce indigno diachono », CM trad., p. 9 : « mandó a mi, Lucas, indigno diachono ». De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 88-89 : « ego Rodericus indignus cathedre Toletane sacerdos », DRH trad., p. 57 : « yo, Rodrigo, indigno sacerdote ». On remarquera la similitude entre les formules de captatio benevolentiae utilisées par les deux chroniqueurs.

18 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », p. 128.

19 En 1291, Édouard Ier fait ainsi entreprendre des recherches dans les bibliothèques des chapitres et des monastères de son royaume afin de prouver ses droits sur l’Écosse. M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 22 , et B. Guenée, « Marsile de Padoue et l’histoire », in : id., Politique et histoire au Moyen Âge…, p. 327-340, p. 328.

20 B. Lacroix, op. cit., p. 100.

21 Alphonse X descend par sa mère, Béatrice de Souabe, de l’empereur des Romains Frédéric Ier, il descend par son père, Ferdinand III, d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II Plantagenêt, ce qui l’apparente au roi Édouard Ier d’Angleterre, il est aussi apparenté au roi saint Louis qui est le cousin germain de son père et il marie son fils aîné, Ferdinand de la Cerda, à Blanche de France, la fille de saint Louis. Enfin, Alphonse X est marié avec Violante d’Aragon, ce qui fait de lui le gendre de Jaime Ier d’Aragon. La Castille entretient donc des liens dynastiques avec de nombreux royaumes chrétiens.

22 G. Martin, « Le pouvoir historiographique… », p. 135.

23 Voir G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 317-383.

24 B. Guenée, « L'enquête historique ordonnée par Édouard Ier, roi d'Angleterre, en 1291 », in : Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 119, 1975, p. 572-584.

25 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale », p. 209, et C.-O. Carbonell, op. cit., p. 42.

26 M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 15-16.

27 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale », p. 208 : « Puisque la religion chrétienne est fondée sur ces deux livres d’histoire que sont l’Ancien et le Nouveau Testaments, le premier effort du théologien sera historique […] Puisque l’un des buts du trivium est de donner des règles de conduite, des exemples à fuir ou à imiter, il sera tout naturel de chercher dans le passé, c’est-à-dire dans des livres d’histoire, des exemples vrais. »

28 C.-O. CARBONELL, op. cit., p. 42.

29 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale », p. 211.

30 Depuis l’Antiquité, le programme de l’enseignement classique se divise en deux branches, le quadrivium qui s’attache aux études scientifiques et le trivium, ou études littéraires, qui s’intéresse aux arts du discours : la grammaire, la rhétorique, la dialectique. L’histoire a toujours été un support pour l’étude du trivium, mais elle n’en faisait pas partie en tant que matière principale.

31 Il faut par exemple attendre 1338 pour qu’un catalogue d’histoires et de chroniques fasse son apparition à la Sorbonne. B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale », p. 216, ainsi que p. 208. En fait, les chercheurs considèrent qu’il n’y a pas eu de réelle autonomie de l’histoire vis-à-vis des autres matières avant 1880, Nicolas Offenstadt, L’historiographie, Paris : PUF, Que sais-je ?, 2011, p. 41.

32 G. MARTIN, « Le pourvoir historiographique… », note 4, p. 124.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search