Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Première partie – La Estoria de España et l’historiographie médiévale

Chapitre 1 - Aux sources d’Alphonse X

Texte intégral

1. L’historiographie latine (péninsule Ibérique) Ve-XIIe siècles

  • 1 Charles-Olivier Carbonell, L’historiographie, Paris : PUF (Que sais-je ?), 1981, p. 38.
  • 2 Marie-Paule CAIRE-JABINET, Introduction à l’historiographie, Paris : Armand Colin, 2013, p. 29.
  • 3 Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier-Montaigne, (...)
  • 4 M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 29.
  • 5 Ibid., p. 29.

1Jusqu’au XIIe siècle, les chroniques étaient le fruit de clercs confinés dans leurs monastères et contraints à l’anonymat. Relater l’histoire des rois et des empereurs constitue une part importante de l’activité des clercs1 ; à cette époque-là, l’histoire est d’abord produite par et pour les clercs2. Ce sont ceux qui savent lire et écrire et qui ont donc la capacité de se constituer une bibliothèque (d’abord dans les cathédrales puis dans les monastères à partir de l’an mille3), ce sont aussi ceux qui représentent une autorité politique et morale dans des temps troublés4 et ce sont enfin ceux qui ont un devoir d’enseignement5, auprès du clergé et auprès de l’aristocratie laïque.

  • 6 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 31.
  • 7 C.-O. Carbonell, op. cit., p. 26-28.
  • 8 Philosophe romain du IIe siècle, auteur du Discours véritable ou Discours contre les Chrétiens.
  • 9 Philosophe grec (234-v. 310), auteur d’un traité Contre les Chrétiens.
  • 10 C-O. Carbonell, op. cit., p. 27.
  • 11 Saint Augustin d'Hippone (354-430) est un philosophe et théologien de l’Église chrétienne de Rome d (...)
  • 12 Paul Orose (v. 380-v. 420), prêtre, chroniqueur et théologien originaire de la péninsule Ibérique.
  • 13 C-O. Carbonell, op. cit., p. 27-28.
  • 14 Il s’agit de la première histoire universelle chrétienne. Cet ouvrage d’Orose, rédigé vers 416-417, (...)
  • 15 C-O. Carbonell, op. cit., p. 42-43.
  • 16 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 153.
  • 17 Krzysztof Pomian, Sur l’histoire, Paris : Gallimard, 1999, p. 91-92.

2De plus, le livre d’histoire par excellence, celui qui fait autorité à travers l’Europe, quelles que soient la langue ou les traditions, est la Bible6. À la différence de l’Islam ou de l’Hindouisme, le Christianisme est une religion d’histoire7. Aussi bien à travers l’Ancien que le Nouveau Testament, la Bible est avant tout un récit qui réunit plusieurs histoires : histoire de la Création, histoire des premiers hommes, histoire du peuple élu, généalogie et vie de Jésus… De plus, les Pères de l’Église (Eusèbe de Césarée, saint Jérôme…) ont écrit leur propre histoire et ont eu besoin de recourir à des arguments historiques lors des disputes avec les philosophes païens (Celse8, Porphyre9…) qui les accusaient notamment d’avoir causé des catastrophes comme le sac de Rome10. Saint Augustin11 demande d’ailleurs à Orose12 de rassembler une liste de catastrophes antérieures à l’ère chrétienne pour prouver que les chrétiens ne sont pas responsables de ces malheurs13 (Histoires contre les Païens)14. D’un point de vue plus pratique, l’Église a besoin d’un calendrier pour fixer la liturgie15. Citons par exemple le calendrier chrétien (ère chrétienne)16 fixé par le moine Denys le Petit au VIe siècle ou le calendrier bien plus tardif fixé par le pape Grégoire XIII17 (XVIe siècle).

  • 18 C-O. Carbonell, op. cit., p. 38.

3Ses aptitudes particulières, ses liens étroits avec le temps et son rôle au sein de la société médiévale expliquent donc que le clergé ait été chargé ou se soit chargé de cette tâche. C’est pour cela que Charles-Olivier Carbonell parle de « quasi-monopole historiographique »18.

  • 19 Yves Bonnaz, Chroniques Asturiennes (fin IXe siècle), Paris : CNRS, 1987, version Érudite, lettre/p (...)

4Pour ce qui est de l’anonymat des clercs, il était imposé par la nature même de leur travail. En effet, ils ne pouvaient être considérés comme historiographes puisqu’ils se contentaient de recopier les écrits des vrais auteurs, les « anciens ». Nous y reviendrons plus loin, mais la crédibilité des chroniques reposait justement sur le fait que leurs auteurs n’étaient pas censés être des auteurs mais de simples copistes, ou au mieux des continuateurs. La Chronique d’Alphonse III au début du Xe siècle en est un bon exemple : on ignore qui en sont les auteurs et le rédacteur affirme que l’histoire qu’il s’apprête à conter est celle qu’il tient des anciens, et ce faisant il certifie qu’il n’invente rien : « sivut ab antiquis et a praedecessoribus nostris audiuimus, et uera esse cognouimus, tibi breuiter intimabimus »19.

  • 20 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 77-80.
  • 21 Jacques LE GOFF, Les intellectuels au Moyen Âge, Paris : Seuil, 1957, p. 13-14.
  • 22 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale », in : id., Politique et histoire au Moyen Âge (...)
  • 23 M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 19-20.
  • 24 Ibid., p. 20.

5L’historiographie de cette époque est aussi marquée par la difficulté d’accéder aux sources, indispensables pour écrire l’histoire antérieure d’une centaine d’années au présent de l’historiographe20. Même si les réseaux monastiques sont étendus et denses, l’accès aux manuscrits est loin d’être aisé pour la plupart des moines. En effet, les manuscrits constituent avant tout un bien économique : ce sont des ouvrages de luxe qui ne sont pas toujours faits pour être lus mais plutôt pour grossir les trésors des églises21. S’en séparer est donc difficile22 et un simple moine n’a pas toujours la possibilité de se déplacer dans tous les monastères. De plus, les classements qui sont entrepris à partir du XIe siècle restent fragiles et inégaux23, dans les bibliothèques des laïcs, l’usage est le plus souvent celui de l’accumulation sans ordre24, sans compter les disparitions dues aux vols ou à un mauvais rangement.

  • 25 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 46-55.
  • 26 Ainsi, sur les trente-cinq œuvres de Bède le Vénérable, seules deux sont historiographiques, B. Gue (...)
  • 27 B. Guenée, « L’historien par les mots… », p. 221-237, p. 225.

6De plus, tous les monastères ne sont pas des centres culturels. Les moines savent lire, mais l’écriture et la lecture étant enseignées séparément, ils ne sont pas tous capables d’écrire. Tous les moines ne sont donc pas des scribes. Du reste, tous les monastères n’ont pas de scriptorium et tous les scriptoria n’ont pas l’ambition de développer les études historiques25. De toute façon, les historiographes sont et restent avant tout des moines : ils ne peuvent ni ne veulent consacrer tout leur temps à écrire l’histoire26. La plupart des historiens ne sont pas qu’historiens comme l’écrit Bernard Guenée : « au Moyen Âge on fait souvent de l’histoire, mais on n’est pas historien. Se dire ou être dit historien marque une activité, non un état »27.

  • 28 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale »…, p. 214 et id., Histoire et culture…, p. 283 (...)
  • 29 B. Guenée Histoire et culture…, p. 301.
  • 30 Ibid., 303-304, et Benoît Lacroix, L’historien au Moyen Âge, Montréal : Publications de l’Institut (...)
  • 31 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 306.
  • 32 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale »…, p. 214.
  • 33 Ibid., p. 215.
  • 34 Ibid., p. 215.

7Tout cela explique que la circulation des œuvres soit assez lente, puisqu’elle se fait de monastère voisin en monastère voisin, de copie de scriptorium en copie de scriptorium, ou sur initiative personnelle ou encore grâce au hasard28. La culture des historiographes est donc conditionnée par le lieu où ils travaillent29. Les auteurs les plus lus sont vraisemblablement Flavius Josèphe, Eusèbe, Orose, Cassiodore, Bède, César, Suétone, Lucain, Salluste, Tite-Live, Valère-Maxime30… ; à ce propos Bernard Guenée estime à une vingtaine de livres le fonds commun historiographique à la fin du Moyen Âge31. Et encore, parfois ce sont seulement certains chapitres qui sont recopiés. Au XIIe siècle, il y a ainsi peu de chance de connaître une œuvre écrite moins d’un demi-siècle auparavant32. La plupart des historiographes travaillent à l’aveugle33, ils ignorent ce qui se passe autour d’eux et leurs contemporains n’ont pas toujours connaissance de leur travail. Tel un tonneau des Danaïdes, « l’effort des générations successives ne se cumule pas forcément. Il est à reprendre sans cesse »34.

  • 35 Ibid., p. 213 : « Il faut bien dire que le tout-venant des historiens trouvait à les lire, à les da (...)
  • 36 B. Guenée, « La culture historique des nobles : le succès des “Faits des Romains” (XIIIe-XVe siècle (...)
  • 37 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 147-148.
  • 38 C.-O. Carbonnel, op. cit., p. 27.
  • 39 Ibid., p. 27 et K. POMIAN, op. cit., p. 91-93.
  • 40 K. Pomian, op. cit., p. 91-93.

8De plus, quand bien même la consultation est possible, la maîtrise des manuscrits n’est pas à la portée de tous35. En effet, d’autres problèmes se posent aux historiographes : difficultés à situer les évènements dans le temps, à authentifier ou ne serait-ce qu’à comprendre le texte source tant la maîtrise du latin n’est pas toujours suffisante36. Un autre souci habite les historiographes du Moyen Âge : l’ordre de succession des évènements qui jalonnent l’histoire, et plus précisément la synchronisation des différentes chronologies. La datation est très importante pour eux37 et, par exemple, dès le IIIe siècle, des auteurs comme Julius Africanus38 (v. 160-v. 240), Eusèbe de Césarée39 (v. 265-339) et Denys le Petit40 (v. 470-525-555) ont cherché à recouper, à faire correspondre l’histoire païenne avec l’histoire biblique afin d’établir une chronologie universelle de l’histoire.

  • 41 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 154.
  • 42 Ibid., p. 155, période de quinze ans correspondant à la révision de l’assiette de l’impôt foncier d (...)
  • 43 Ibid., p. 149-152, par exemple : les douze heures d’Origène, les six temps antérieurs au Christ d’E (...)
  • 44 Ibid., p. 155.
  • 45 L’ère hispanique est utilisée dans la péninsule Ibérique du IIIe siècle au XVe siècle. Elle a un dé (...)
  • 46 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 155-156.

9Les historiographes se sont aussi heurtés à différents obstacles, parfois insurmontables. Tout d’abord, se pose le problème du point de référence par rapport auquel n’importe quel évènement doit pouvoir être situé, peu importe le lieu ou l’époque. Pendant longtemps c’est la fondation de Rome (ab Urbe condita) qui sert de référence41, puis cet usage se perd et côtoie d’autres systèmes comme les années de règnes, le système de l’indiction42, les systèmes découpant le temps en âges43, le nombre d’années depuis un évènement important comme la Passion44, ou en ce qui concerne la péninsule Ibérique, l’ère hispanique45. C’est l’année de l’Incarnation (ère chrétienne), repère fondamental s’il en est, qui finit par être adopté, même si paradoxalement le processus est assez long entre son calcul par Denys le Petit (VIe siècle) et sa généralisation (XIe siècle)46.

  • 47 Ibid., p. 157 : « parfaits ou imparfaits, ces catalogues donnant des noms et des durées furent pour (...)
  • 48 Ibid., p. 158-159.
  • 49 Par exemple, le pape Séverin (640) fut élu en 638, mail il dut attendre la ratification impériale p (...)
  • 50 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 161-162. La systématisation est plus ou moins simultanée en Fra (...)

10En outre, une fois tel ou tel schéma de datation choisi, le problème reste entier pour l’historiographe qui manie les sources antérieures qui n’ont pas adopté cette référence. Les historiographes doivent alors utiliser les catalogues de roi, de papes, d’évêques, de nobles… Mais ces catalogues suscitent à leur tour des difficultés47 : parfois certains comportent des durées arrondies en années, or au bout de plusieurs règnes un décalage causé par les mois comptés en trop ou en moins peut s’installer48, sans compter que les interrègnes ne sont pas toujours précisés49. Parfois, les transcriptions ou les calculs à partir des chiffres romains sont faux. Parfois des noms disparaissent pour des raisons politiques, parfois encore les homonymes ne sont pas bien différenciés et les historiographes ne savent pas de qui il est vraiment question dans le récit. Sentant ces confusions, certains attribuent des surnoms aux rois, mais l’usage n’est pas systématique. À partir du XIe siècle, on commence à ajouter des nombres pour indiquer l’ordre de succession, mais là non plus l’usage n’est pas régulier. Il faut attendre la deuxième moitié du XIIIe siècle pour qu’Alphonse X systématise cet usage dans la Estoria de España50.

  • 51 Ibid., p. 147-148 et 157.

11On voit donc que les problèmes rencontrés par les historiographes sont essentiellement « techniques », même si les défaillances humaines existent. Bien que la bonne volonté des historiographes et leur persévérance (acharnement) leur permettent de trouver des solutions, Bernard Guenée parle de « conquête du temps »51, leur travail reste difficile et ils sont inégalement armés, inégalement cultivés.

  • 52 Éditée par Theodor Mommsen, Monumenta Germaniae Historica, Auctores Antiquissimi, 11, Chronica Mino (...)
  • 53 Éditée par Y. Bonnaz, op. cit., p. 10-30.
  • 54 Éditée par Y. Bonnaz, op. cit., p. 2-9.
  • 55 Éditée par Y. Bonnaz, op. cit., p. 31-59.
  • 56 Éditée par Manuel Gómez-Moreno, Introducción a la Historia silense, con versión castellana de la mi (...)
  • 57 On en connaît deux manuscrits presque identiques : le Codex regiovaticanus 667 (édité par Migne, 83 (...)
  • 58 Éditée par Georg Heinrich Pertz, Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, 1 Annales et chronica a (...)

12En péninsule Ibérique, les historiographes rédigent aussi leurs chroniques en latin et dans l’anonymat des scriptoria, et ils éprouvent les mêmes difficultés que les autres copistes. S’ajoute à cela un autre facteur déterminant. Il s’agit du contexte particulier de la Reconquête et de l’idéologie qui se développe dans les royaumes chrétiens pour la justifier. Cette situation conditionne l’aspect matériel en rendant plus difficile encore l’accès aux sources, et elle conditionne aussi et surtout le contenu des chroniques, la défaite de 711 et la Reconquête étant des éléments incontournables. De plus, l’historiographie chrétienne de la péninsule est encore plus qu’ailleurs héritière des auteurs péninsulaires tels qu’Orose (v. 380-ap. 417), Isidore de Séville (560/570-636) et saint Julien de Tolède (642-690). Parmi les plus importantes chroniques des premiers temps de l’historiographie chrétienne péninsulaire (VIIIe siècle-XIe siècle), citons la Chronique Mozarabe52 rédigée au VIIIe siècle, la Chronique d’Albelda53 et la Chronique Prophétique54 au IXe siècle, la Chronique dite d’Alphonse III55 au début du Xe siècle ou encore la Chronique de Sampiro56 au début du XIe siècle. Mentionnons aussi la Chronologia regum gothorum57 (VIIIe siècle) et la Chronique Moissiacense58 (IXe siècle) rédigées en Septimanie carolingienne mais dont les thématiques rejoignent celles des chroniques péninsulaires.

2. Le tournant du XIIIe siècle : Lucas de Tuy et Jiménez de Rada

  • 59 M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 29. Quatrième croisade 1204-1217, cinquième croisade 1217-1221.
  • 60 Ibid., p. 28.
  • 61 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie… », p. 209.
  • 62 Ibid., p. 210. Il cite Antonia GRANDSEN, Historical Writing in England, c. 220-c. 1307, Londres, 19 (...)
  • 63 Philippe POIRRIER, Introduction à l’historiographie, Paris : Belin, 2009, p. 9.
  • 64 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie… », p. 210.
  • 65 Ibid., p. 215.

13À partir du XIIe siècle, l’essor urbain de l’Occident chrétien et les croisades renouvellent le goût pour l’histoire et ouvrent de nouveaux horizons culturels59 qui intéressent aussi les laïcs. Les goûts et donc les lectures de ce nouveau public diffèrent de celles des clercs60. Bernard Guenée explique ainsi que « si intéressé que puisse être un moine par l’histoire, il va de soi qu’il est d’abord un homme de foi, pour lequel la doctrine et la pratique religieuses restent l’essentiel »61. Antonia Grandsen, quant à elle, qualifie l’historiographie écrite dans les monastères de « sous-produit de la religion »62, et même si l’expression semble un peu excessive, l’empreinte religieuse n’est certes pas adaptée à ce que pouvait rechercher un public laïque, ce qui explique que la pratique historiographique sorte du monastère63. Elle devient alors moins marquée par le religieux, moins savante car moins bien documentée, mais plus adaptée au goût et aux capacités du public. Parfois, un historiographe entretenu par de puissants personnages se contente d’une seule lecture dont il réécrit une version latine ou vernaculaire64. De plus, le perfectionnement des techniques de reproduction, la meilleure commercialisation, la création des universités, le goût des princes pour les livres ou encore le succès de la prédication des franciscains et des dominicains multiplient petit à petit le nombre de bibliothèques et améliorent l’accès aux livres65.

  • 66 Nous conservons un manuscrit de la seconde moitié du XVe siècle à la Bibliothèque Nationale d’Espag (...)
  • 67 Pendant longtemps les chercheurs ont cru que cette chronique avait été rédigée par un clerc du mona (...)
  • 68 Nous conservons deux manuscrits à la Real Academia de Historia, 9/4922, antigua A-189 et 9/450 anti (...)
  • 69 G. LE MORVAN, « La Chronica naiarensis : d'un néo-gothisme astur-léonais à un néo-gothisme castilla (...)
  • 70 Mis à part la Chronique de Sampiro qui a été rédigée par l’évêque d’Astorga, Sampiro, ce qui consti (...)

14Néanmoins, parler de véritable changement au XIIe siècle en Castille et León semble moins pertinent que pour le reste de l’Europe. En effet, les deux chroniques principales du XIIe siècle, la Legionense66, dite Silense67, (début du XIIe siècle) et la Najerense68 qui est la première chronique royale proprement castillane69 (fin du XIIe siècle), semblent partager plus de points communs avec la première phase de l’historiographie qu’avec la seconde, en particulier la rédaction en latin par un ou plusieurs clercs anonymes70. S’agissant des royaumes de Castille et de León, le tournant historiographique se situe durant la première moitié du siècle suivant, avec les œuvres de Lucas de Tuy et Rodrigue Jiménez de Rada, qui sont les principales sources de la Estoria de España.

  • 71 Jiménez de Rada termine le De Rebus Hispaniae en 1243 et le parachève en 1246.

15Lucas de Tuy, moine de Saint-Isidore de León et futur évêque de Tuy, achève en 1236 le Chronicon Mundi. Cette chronique, rédigée en latin, est une commande de la Reine Bérangère, mère du roi Ferdinand III de Castille et de León. Le récit s'ouvre sur l'Antiquité et va jusqu'à la conquête de Cordoue par Ferdinand III en 1236. L'archevêque de Tolède Rodrigue Jiménez de Rada termine le De Rebus Hispaniae dix ans plus tard71. Cette chronique commandée par le roi Ferdinand III est également rédigée en latin. Elle raconte aussi l'histoire de la Péninsule, de ses origines jusqu'au présent du Tolédan qui en est à la fois l'auteur et l'un des protagonistes, même si, au contraire de Lucas de Tuy, l’archevêque passe très brièvement sur l'histoire des peuples qui précédent les Goths en Espagne, passant directement du grec Hispan à l'histoire des Goths et évoquant brièvement et de façon elliptique les évènements qui se succèdent après Hispan.

  • 72 G. MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires… », p. 280. Aucune chronique du même genre n’est rédigée (...)
  • 73 Ibid., p. 279.
  • 74 Ibid., p. 279.

16Avec ces deux historiographes, et après une pause de plusieurs décennies72, l’histoire commanditée par le pouvoir royal pratiquement moribonde73 renaît, en même temps qu’elle s’éloigne de son modèle initial. Certes les deux auteurs utilisent toujours le latin, et ce sont des clercs, mais la ressemblance avec leurs devanciers s’arrête là. Georges Martin affirme ainsi que Lucas de Tuy « réinventa […] l’histoire d’Espagne et l’art de la rapporter »74.

  • 75 Enrique Jérez CABRERO, El Chronicon Mundi de Lucas de Tuy (c. 1238): técnicas compositivas y motiva (...)
  • 76 DRH trad., p. 19.
  • 77 Ibid., introduction, p. 16-27.
  • 78 M.-P. CAIRE-JABINET, p. 31-32, et G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 123.

17Tout d’abord, Lucas de Tuy et Jiménez de Rada se différencient de leurs prédécesseurs anonymes en affichant leurs noms, ainsi que par leur fonction (le premier, chanoine, a beaucoup voyagé et devient évêque de León en 123975, et le second devient archevêque de Tolède en 120976), et par leurs liens avec le pouvoir royal, en particulier pour Jiménez de Rada qui, en tant que conseiller des rois de Castille et acteur de la Reconquête, est l'un des personnages les plus importants et influents de son temps, tant au plan politique que religieux77. Pour les deux hommes, il s’agit de défendre les intérêts de leur royaume respectif dans le contexte de réunification des royaumes de Castille et León (1230). L'un des points d'achoppement les plus importants est sans doute le siège de la primatie des Espagne. En effet, Tolède et León se disputent la direction de l'Église Catholique de la Péninsule et le prestige et l'autorité que cela confère. De plus, les deux œuvres sont explicitement le fruit d’une commande royale, ce qui témoigne de l’intérêt porté par la monarchie à l’historiographie, à son utilité ou plutôt à son pouvoir78. Paradoxalement, même si les deux clercs répondent à une commande royale, ils bénéficient d’une plus grande indépendance.

  • 79 G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 126-127.

Lieu d'une investigation et d'une élaboration argumentaire sur les droits de la couronne ou d'un dialogue politique entre des intellectuels éclairés et le roi, la pratique historiographique ménageait à l'historien – même s'il agissait à l'initiative de la royauté et pour la servir – une grande autonomie, une grande liberté de réflexion. Pour être véritablement utile, il fallait véritablement chercher, il fallait véritablement penser. C'est pourquoi, l'apogée historiographique que constitue le règne de Ferdinand III est aussi l'apogée de l'autorité de l'historiographe.79.

  • 80 Ghislaine Fournès et Elvezio Canonica (éd.), Le miroir du prince : écriture, transmission et récept (...)
  • 81 G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 123.
  • 82 G. MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires… », p. 291. À propos de Jiménez de Rada : « convaincu de (...)

18En dressant les portraits des rois et des princes, Lucas et Rodrigue montrent les qualités dont les rois doivent être pourvus et les défauts ou les vices qu’ils doivent au contraire bannir. Cette méthode à portée didactique s’apparente à la tradition médiévale du Miroir des princes, destiné à éduquer le Prince et à le guider dans son gouvernement80. Dans un rapport de pouvoir avec le roi81, les deux clercs se positionnent donc comme conseillers et magistri du monarque. Ils peuvent se permettre d’exposer leur vision du pouvoir royal ou des relations que celui-ci doit entretenir avec la noblesse, même si en l’occurrence leurs avis divergent82.

19Cependant, malgré l’évolution des siècles et des contextes d’énonciation, en particulier la formation et le renforcement des royaumes chrétiens, les jeux de pouvoir entre les différents monarques, la reconquête progressive du territoire face à l’envahisseur, il est un élément constant, un aspect pratiquement présent dans toutes les chroniques asturiennes puis léonaises et enfin castillanes. Il s’agit du néo-gothicisme.

3. Le néo-gothicisme dans l’historiographie astur-léonaise et castillane

  • 83 Miguel Ángel Ladero Quesada, « Neogoticismus », in : R.-H. BAUTIER et alii, Lexicon des Mittelalter (...)
  • 84 Même si les recherches récentes semblent montrer une certaine continuité entre l’époque wisigothiqu (...)
  • 85 Les autres royaumes chrétiens ne se sont d’ailleurs pas construits selon le même raisonnement. Mich (...)
  • 86 Récarède (roi de 586 à 601) instaure l’unité religieuse en se convertissant au Catholicisme en 589. (...)

20Le néo-gothicisme ou néo-wisigothisme est une « représentation selon laquelle les royaumes astur-léonais puis castillano-léonais doivent être considérés comme les successeurs légitimes du royaume wisigothique »83. Cette construction idéologique84 revêt plusieurs aspects et possède plusieurs implications. Tout d’abord, il s’agit de mettre en scène les origines mythiques du royaume, c’est-à-dire une fondation nationale et identitaire, qui repose sur des ancêtres glorieux. Présenter les Astur-léonais comme les héritiers et continuateurs des Wisigoths favorise un sentiment d’appartenance, une cohésion du groupe, garantis par une même origine, soudée par le passé. Cela légitime aussi l’existence même du royaume puisqu’il est présenté comme la continuité naturelle du royaume de Tolède. Ensuite, si l’on déroule le fil de cette logique, le fait que les Astur-léonais soient (ou soient censés être) les dépositaires légitimes de l’autorité wisigothique, leur confère une autorité hégémonique sur les autres royaumes chrétiens85. Enfin, cette filiation, qu’elle soit biologique ou symbolique – cela dépend des auteurs et des périodes – a aussi vocation à attribuer aux Astur-léonais une autorité naturelle sur toute la péninsule Ibérique dont les Wisigoths étaient les premiers, et les seuls, à être parvenus à instaurer l’unité spatiale, politique et religieuse86. L’ensemble du territoire reviendrait donc de plein droit au royaume astur-léonais, ce qui justifierait la Reconquête, présentée comme la restauration légitime et naturelle d’un passé exalté et idéalisé. L’idéologie néo-gothiciste relève donc d’un véritable programme politique et s’appuie sur une construction du passé pour justifier le présent et tenter de réaliser l’avenir.

  • 87 G. Martin, « Un récit… », p. 25-27.
  • 88 Au sujet des différentes étapes de l’évolution politique du néo-gothicisme, voir le livre de Thomas (...)
  • 89 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 303.
  • 90 D’autres auteurs latins ont aussi contribué à forger cette image des Goths, comme Orose, Salvien, C (...)
  • 91 Isidore de Séville (auteur), Nathalie Desgrugillers-Billard (éd. et trad.), Histoire des Goths, des (...)
  • 92 Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves, 62, p. 110 : « aera DCLIX, ann. imperii Heraclii X, (...)
  • 93 Julien de TOLÈDE (auteur), Jocelyn Nigel Hillgarth, Wilhelm Levison et Bernhard Bischoff (éd.), San (...)
  • 94 S. TEILLET, op. cit., p. 585-586, 602.

21Le texte fondateur du néo-gothicisme est le Testamentum d'une donation faite par Alphonse II (roi des Asturies de 791 à 842) à la basilique du Saint-Sauveur d’Oviedo lors de sa fondation le 16 novembre 812. Ce document établit l’idée d’une continuité gothique qui enracinerait la royauté asturienne dans la royauté des Goths, et placerait déjà Alphonse II au-dessus de tous en insistant sur le passé et sur la Providence qui l’ont conduit à être roi. De plus, c’est pendant son règne qu’a lieu la découverte considérée comme miraculeuse du tombeau de l’apôtre Jacques à Compostelle. Grâce à ce tombeau, la région devient l’un des plus importants centres de pèlerinage de la Chrétienté et contribue au renforcement politique et économique du royaume astur-léonais qui se veut sauveur et garant de la Chrétienté87. Bien que le néo-gothicisme soit avant tout une idéologie politique88, c’est un projet à multiples facettes qui se manifeste également à travers l’historiographie et qui s’inspire notamment d’Isidore de Séville. L’évêque de Séville – qui figure parmi les auteurs les plus lus du Moyen Âge et à l’origine de la culture occidentale89 – est un modèle pour le néo-wisigothisme, dans le sens où il a posé les fondations du mythe wisigoth90. Contemporain de la conversion au Catholicisme du roi Récarède en 589, il a d’abord été témoin de l’unité religieuse et politique des Wisigoths et des autochtones hispaniques établie par Récarède, puis de l’unité territoriale réalisée par le fils de ce dernier, Swinthila qui a conquis les dernières terres possédées par les Byzantins. Dans son Historia Gothorum, Vandalorum et Suevorum91, Isidore célèbre la grandeur de l’Espagne et exalte l’identité gothique de l’Espagne unifiée politiquement et religieusement sous l’égide des rois wisigoths92. Mentionnons aussi Julien de Tolède, archevêque de Tolède de 680 à 690, qui compose vers 675 l’Historia Wambae93, une brève monographie, de « triple caractère historique, panégyrique et exemplaire »94 consacrée à l’éloge de Wamba, roi de 672 à 680.

  • 95 Le premier successeur de Pelayo est son fil Fafile (737-739), mais il n’a pas mené de campagnes mil (...)
  • 96 Y. Bonnaz, op. cit., Chronique Albeldense, 38, p. 23 : « Adefonsus, Pelagii gener, regnauit annis X (...)
  • 97 Ibid., 44, 1, p. 24 : « Il établit à Oviedo l’ordre des Goths tout entier, tel qu’il avait existé à (...)
  • 98 G. Martin, « Un récit… », p. 27-30.

22Sans prétendre à l’exhaustivité, donnons un aperçu des différentes étapes de l’évolution du néo-gothicisme dans l’historiographique astur-léonaise puis castillane. La Chronique Albeldense achevée entre 881 et 883 sous le règne d’Alphonse III (roi de 866 à 910) s’inspire du Testamentum ainsi que probablement d’un Chronicon perdu datant du règne d’Alphonse II. Elle renforce la légitimité du royaume en présentant Alphonse Ier, le gendre et successeur de Pelayo95, comme le fils du duc des Cantabres96, ce qui ferait de la monarchie astur-léonaise une royauté issue d'un Goth et d'un autochtone noble. Elle présente ensuite Alphonse II comme celui qui a restauré l’ordre des Goths tout entier, tant dans l’Église qu’au Palais : « Omnemque Gothorum ordinem sicuti Toleto fuerat tam in Ecclesia quam in Palatio in Oueto cuncta statuit »97. L’affirmation du royaume d’Oviedo comme le seul royaume héritier de Tolède répond aussi à la naissance d’une nouvelle dynastie en Navarre qu'Alphonse III voulait garder sous sa coupe98.

  • 99 Ibid., p. 35.
  • 100 Ibid., p. 30-35.

23La Chronique Prophétique, vraisemblablement rédigée en avril 883 par un mozarabe, annonce que dans les sept mois à venir Alphonse III restaurera le règne des Goths. Cependant, ce texte ne s’inscrit pas vraiment dans la tradition de la continuité néo-gothique asturienne car il s’agit de libérer et de restaurer le peuple des Goths, et non d’instaurer un nouveau royaume auquel se soumettre. Cette chronique a connu un grand succès99, mais son contenu était contraire aux intérêts du royaume des Asturies qui cherchait à s’imposer dans le contexte du des débuts de la Reconquête100.

  • 101 Uniquement dans la version Érudite, Y. BONNAZ, op. cit., version Érudite, 8, 1, p. 45 : « filius Pe (...)

24La Chronique dite d’Alphonse III, rédigée au début du Xe siècle et dont nous conservons deux versions (Rotense et Ovetense ou Érudite), est un document intéressant et novateur à plus d’un titre, en particulier si l’on tient compte de la richesse et de la diversité des sources et de l’important travail de refonte qui les accompagnent. Le texte met l’accent sur la continuité génétique et dynastique de la royauté en présentant Pelayo comme un wisigoth de sang royal et Alphonse Ier comme étant lui aussi un goth d’extraction royale101. Pour Georges Martin, cette chronique montre la conscience royale de la portée du texte historiographique.

  • 102 G. MARTIN, « Un récit… », p. 35-42.

Souci de la royauté d'assembler, d'unifier sous son autorité le matériau historique épars et dissemblable, d'accaparer tout l'héritage du discours sur le temps. Mais ces composants historiographiques, mêlés d'éléments exogènes – motifs folkloriques, thèmes mythologiques, topiques chrétiens plutôt que traditions historiques orales – sont déconstruits, puis réélaborés, pour la première fois, dans une narration véritable : suivie, cohérente, appliquée à interpréter en son sein l'ensemble des évènements, allant jusqu'à commenter elle-même. Il s'agit d'une émergence capitale : celle d'une conscience d'historien – ici d'abord une conscience d'écrivain –, parfaitement lucide quant aux fondements et aux enjeux de sa tâche, préoccupée par le poids du sens qu'elle donne aux faits, disposée à exploiter l'aptitude du récit historique à articuler un message idéologique complexe102.

  • 103 G. LE MORVAN, op. cit., p. 43.

25La Chronique Legionense (dite Silense), rédigée dans le premier tiers du XIIe siècle est une biographie inachevée du roi Alphonse VI (roi de León de 1065 à 1109 et roi de Castille de 1072 à 1109). La chercheuse Gaël Le Morvan a montré comment la chronique entend placer le règne d’Alphonse VI « au terme de la longue œuvre de restauration royale commencée par Pélage et Alphonse Ier »103. Celui qui a reconquis Tolède en 1085 est ainsi présenté à la fois comme restaurateur politique et restaurateur spirituel de l’ordre wisigothique.

26À la fin du XIIe siècle, la Chronique Najerense, transfère le mythe gothique à la Castille. Elle prend la forme d’une histoire universelle commençant par la Création et continuant par l’histoire biblique, classique, wisigothique puis castillano-léonaise, ce qui a certainement influencé Lucas de Tuy et Jiménez de Rada.

  • 104 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 189-192.
  • 105 E. Jérez Cabrero, op. cit., p. 186 : « entre otras, llamo la atención sobre las siguientes ocasione (...)

27À la mort d’Alphonse VII en 1157, Ferdinand II hérite du royaume de León et Sanche III de la Castille, ce qui affaiblit l’idéologie néo-wisigothique pendant plusieurs décennies. Ce n’est qu’en 1230, lorsque Ferdinand III réunit définitivement les deux royaumes, que la couronne renoue avec cette tradition. Lucas de Tuy et le Tolédan constituent alors une étape primordiale de l’historiographie et participent au renouveau du néo-gothicisme104. Lucas de Tuy continue par exemple de faire référence aux chrétiens du Nord de la péninsule Ibérique comme à des « Goths », même après la chute du roi Rodrigue et du royaume wisigoth105. Cependant, c’est surtout Jiménez de Rada qui contribue à ce renforcement. En effet, dans le chapitre VII, il résume plusieurs siècles d’histoire en quelques lignes :

  • 106 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 13-16, DRH trad., p. 71 : « Por tanto, España permaneció sometida (...)

Grecorum igitur seruitute Hispania remansit oppressa usque ad tempora Romanorum ; medio tempore regno diuiso plurium preda diripiencium uastationem non potuit fugere, que leonum faucibus cogebatur inferri106.

  • 107 Nous n’avons recensé que vingt-et-une références aux Romains.
  • 108 De Rebus Hispaniae, II, 6, p. 47 – III, 21, p. 106.
  • 109 Ibid., I, 8, p. 20 – II, 5, p. 46.
  • 110 Soit cinquante-six chapitres sur deux-cent-dix-sept.

28Dans le chapitre suivant, le Tolédan passe directement à l'histoire des Goths, à leur origine, leurs conquêtes, leur évolution… Et, sauf exception, il ne reparle plus de l'Hispanie avant l'arrivée des Goths sur le sol péninsulaire. La présence des Phéniciens, des Grecs, des Carthaginois et des Romains passe donc presque inaperçue et n'est évoquée que de façon indirecte et souvent à travers le prisme de l'histoire des Goths. En effet, Rada met en scène l'histoire de l'Espagne de telle façon qu’à la suite des Ibères seuls les Wisigoths semblent réellement importants et décisifs avant l'invasion musulmane, l'émergence des royaumes chrétiens et la Reconquête. Cette mise en exergue se fait donc au détriment des autres peuples, comme les Romains107, pourtant longtemps présents en Espagne et qui laissèrent un héritage important (notamment juridique ou architectural). Trente-neuf chapitres108 de la chronique sont consacrés aux Wisigoths en Hispanie, à partir du règne d'Athaulf (410-415) jusqu'à l'invasion musulmane qui marque la fin définitive du royaume de Tolède et des Goths, et avant cela dix-sept chapitres109 sont consacrés à leur origine et leur évolution bien avant leur arrivée en Espagne. En tout, cela représente un quart110 des chapitres. D’ailleurs, l’un des noms du De Rebus Hispaniae est Historia Gothica, ce qui tend à montrer que, dans cette œuvre, l’histoire de l’Espagne et des Espagnols se confond avec l’histoire des Goths. Tout comme Isidore de Séville, Rada insiste particulièrement sur l’unité politique et religieuse réalisée par les rois wisigoths, dont il fait des parangons de vertus, et il met aussi en scène la piété édifiante du royaume wisigoth en décrivant les Conciles de Tolède et en montrant le rayonnement religieux et culturel de la capitale qui domine l'Église Catholique. Il construit ainsi un lien entre Dieu et les Goths : lien qu’il esquisse avec la prise de Rome par Alaric Ier, développe ensuite avec le motif du bon gouvernement des rois, et ce lien est définitivement scellé par l'onction que reçoit Wamba.

  • 111 Pour une étude exhaustive, il faudra se reporter aux recherches de Gaël Le Morvan (G. LE MORVAN, op (...)
  • 112 Voir notre chapitre « Quelle mémoire pour l’Espagne ? ».
  • 113 La légitimation s’appuie aussi sur l’exposition des raisons de la défaite de 711.

29Il ne s’agit là que d’un rapide aperçu des textes fondamentaux du néo-gothicisme111, idéologie que nous développons plus loin dans ce travail112. Quoi qu’il en soit, la démonstration historiographique qui vise à installer et légitimer le mythe néo-wisigothique est bien une tradition établie avant Alphonse X. Elle repose sur une suite de mécanismes que l’on pourrait résumer ainsi : mythification des ancêtres wisigoths, explication de la chute du Royaume, établissement d’une permanence entre les Wisigoths d’avant 711, exaltation de Pelayo, sauveur providentiel, et enfin justification d’une continuité dynastique (de parenté de sang ou d’alliance) et politique de Pelayo jusqu’au présent des historiographes113. Inés Fernánez-Ordóñez affirme ainsi que la Estoria de España fonde la légitimation de la monarchie castillane sur le néo-gothicisme :

  • 114 I. Fernández-Ordóñez, « El taller historiográfico... », p. 24-25.

[...] basándose en el presupuesto, defendido desde la primitiva historiografía astur-leonesa, de que la monarquía asturiana y sus herederos son por linna los descendientes de los reyes godos114.

30Or, si on peut effectivement être d’accord avec la chercheuse en ce qui concerne le néo-gothicisme des chroniques qui ont précédé l’œuvre d’Alphonse X, il ne peut en être de même pour la Estoria de España. En effet, elle ne peut être étudiée sans considérer ce qui précède l’histoire des Goths, car le Roi Sage ne fait pas commencer son histoire avec l’arrivée de ces derniers. Il faut donc nécessairement prendre en compte les 385 premiers chapitres de la chronique, afin d’étudier et d’évaluer les persistances et les éventuelles distances qu’Alphonse X prend avec ce mythe.

Notes

1 Charles-Olivier Carbonell, L’historiographie, Paris : PUF (Que sais-je ?), 1981, p. 38.

2 Marie-Paule CAIRE-JABINET, Introduction à l’historiographie, Paris : Armand Colin, 2013, p. 29.

3 Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier-Montaigne, 1980, p. 45-55.

4 M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 29.

5 Ibid., p. 29.

6 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 31.

7 C.-O. Carbonell, op. cit., p. 26-28.

8 Philosophe romain du IIe siècle, auteur du Discours véritable ou Discours contre les Chrétiens.

9 Philosophe grec (234-v. 310), auteur d’un traité Contre les Chrétiens.

10 C-O. Carbonell, op. cit., p. 27.

11 Saint Augustin d'Hippone (354-430) est un philosophe et théologien de l’Église chrétienne de Rome des IVe et Vsiècles. Il est l’un des quatre Pères de l’Église d'Occident, avec saint Ambroise, saint Jérôme et Grégoire Ier.

12 Paul Orose (v. 380-v. 420), prêtre, chroniqueur et théologien originaire de la péninsule Ibérique.

13 C-O. Carbonell, op. cit., p. 27-28.

14 Il s’agit de la première histoire universelle chrétienne. Cet ouvrage d’Orose, rédigé vers 416-417, a eu un grand succès au Moyen Âge. OROSE (auteur), Marie-Pierre Arnaud-Lindet (éd. et trad.), Histoires contre les Païens, Paris : Les Belles Lettres, 1991.

15 C-O. Carbonell, op. cit., p. 42-43.

16 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 153.

17 Krzysztof Pomian, Sur l’histoire, Paris : Gallimard, 1999, p. 91-92.

18 C-O. Carbonell, op. cit., p. 38.

19 Yves Bonnaz, Chroniques Asturiennes (fin IXe siècle), Paris : CNRS, 1987, version Érudite, lettre/prologue, p. 31 : « sivut ab antiquis et a praedecessoribus nostris audiuimus, et uera esse cognouimus, tibi breuiter intimabimus » ; « comme nous l’avons entendue des anciens et de nos prédécesseurs et telle que nous l’avons tenue pour exacte ».

20 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 77-80.

21 Jacques LE GOFF, Les intellectuels au Moyen Âge, Paris : Seuil, 1957, p. 13-14.

22 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale », in : id., Politique et histoire au Moyen Âge, recueil d’articles sur l’histoire politique et l’historiographie médiévale, Paris : Publications de la Sorbonne, 1981, p. 205-219, p. 215.

23 M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 19-20.

24 Ibid., p. 20.

25 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 46-55.

26 Ainsi, sur les trente-cinq œuvres de Bède le Vénérable, seules deux sont historiographiques, B. Guenée, Histoire et culture…, p. 46-55.

27 B. Guenée, « L’historien par les mots… », p. 221-237, p. 225.

28 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale »…, p. 214 et id., Histoire et culture…, p. 283-285.

29 B. Guenée Histoire et culture…, p. 301.

30 Ibid., 303-304, et Benoît Lacroix, L’historien au Moyen Âge, Montréal : Publications de l’Institut d’études médiévales, 1971, p. 35.

31 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 306.

32 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie médiévale »…, p. 214.

33 Ibid., p. 215.

34 Ibid., p. 215.

35 Ibid., p. 213 : « Il faut bien dire que le tout-venant des historiens trouvait à les lire, à les dater et à les interpréter des difficultés insurmontables. Outre que le meilleur historien ne pouvait espérer maîtriser que les seules archives dont il avait la garde. Si bien que, aventuré loin des temps qui lui étaient proches et des horizons qui lui étaient familiers, un historien médiéval dépendait presque exclusivement des travaux de ses devanciers. »

36 B. Guenée, « La culture historique des nobles : le succès des “Faits des Romains” (XIIIe-XVe siècles) », in : id., Politique et histoire au Moyen Âge…, p. 299-326, p. 301.

37 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 147-148.

38 C.-O. Carbonnel, op. cit., p. 27.

39 Ibid., p. 27 et K. POMIAN, op. cit., p. 91-93.

40 K. Pomian, op. cit., p. 91-93.

41 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 154.

42 Ibid., p. 155, période de quinze ans correspondant à la révision de l’assiette de l’impôt foncier depuis Auguste.

43 Ibid., p. 149-152, par exemple : les douze heures d’Origène, les six temps antérieurs au Christ d’Eusèbe de Césarée, les six âges de Saint Augustin. Les difficultés persistaient lorsqu’il s’agissait de calculer la durée de chaque période (Jérôme, Isidore de Séville, Bède).

44 Ibid., p. 155.

45 L’ère hispanique est utilisée dans la péninsule Ibérique du IIIe siècle au XVe siècle. Elle a un décalage de 38 ans avec le calendrier Julien et commence en l’an 38 av. J.-C., ce qui correspondrait à l’établissement de la Paix romaine en Hispanie.

46 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 155-156.

47 Ibid., p. 157 : « parfaits ou imparfaits, ces catalogues donnant des noms et des durées furent pour les historiens du Moyen Âge l’indispensable instrument de leur conquête du temps. »

48 Ibid., p. 158-159.

49 Par exemple, le pape Séverin (640) fut élu en 638, mail il dut attendre la ratification impériale pendant vingt mois. Il en fut de même pour Léon II (682-683) qui fut élu en 681 mais dut attendre dix-huit mois. Administration pontificale de la Basilique Patriarcale Saint-Paul, Vingt siècles d’histoire, Librairie Éditrice vaticane, 2002, p. 35-37.

50 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 161-162. La systématisation est plus ou moins simultanée en France avec Primat qui utilise ce système en 1275 dans ses Grandes Chroniques de France.

51 Ibid., p. 147-148 et 157.

52 Éditée par Theodor Mommsen, Monumenta Germaniae Historica, Auctores Antiquissimi, 11, Chronica Minora 2, Berlin : Apud Weidmannos, 1894, p. 334-368.

53 Éditée par Y. Bonnaz, op. cit., p. 10-30.

54 Éditée par Y. Bonnaz, op. cit., p. 2-9.

55 Éditée par Y. Bonnaz, op. cit., p. 31-59.

56 Éditée par Manuel Gómez-Moreno, Introducción a la Historia silense, con versión castellana de la misma y de la crónica de Sampiro, Madrid : Est. tipográfico sucesores de Rivadeneyra (e.a.), 1921.

57 On en connaît deux manuscrits presque identiques : le Codex regiovaticanus 667 (édité par Migne, 83, col.1115-1118) et le Codex coenobii moissiacensis (édité par Claude De Vic et Joseph Vaissète dans leur Histoire Générale de Languedoc, Toulouse : Privat, 1872-1904).

58 Éditée par Georg Heinrich Pertz, Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, 1 Annales et chronica aevi Carolini, Hannover : Impensis Bibliopolii avlici Hahniani, 1826, p. 280–313.

59 M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 29. Quatrième croisade 1204-1217, cinquième croisade 1217-1221.

60 Ibid., p. 28.

61 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie… », p. 209.

62 Ibid., p. 210. Il cite Antonia GRANDSEN, Historical Writing in England, c. 220-c. 1307, Londres, 1974, p. 14.

63 Philippe POIRRIER, Introduction à l’historiographie, Paris : Belin, 2009, p. 9.

64 B. Guenée, « Y a-t-il une historiographie… », p. 210.

65 Ibid., p. 215.

66 Nous conservons un manuscrit de la seconde moitié du XVe siècle à la Bibliothèque Nationale d’Espagne, folios 1 à 59 du manuscrit 1181 (MSS/1181), publié par Manuel Gómez-Moreno (Manuel Gómez-Moreno, Introducción a la Historia silense, con versión castellana de la misma y de la crónica de Sampiro, Madrid : Est. tipográfico sucesores de Rivadeneyra (e.a.), 1921).

67 Pendant longtemps les chercheurs ont cru que cette chronique avait été rédigée par un clerc du monastère Saint-Dominique de Silos, ce qui donna son nom à la chronique. Néanmoins, nous savons maintenant que la chronique traduit davantage une idéologie léonaise, c’est pourquoi elle a été rebaptisée « Historia legionense ». À ce sujet voir notamment G. LE MORVAN, op. cit., p. 26.

68 Nous conservons deux manuscrits à la Real Academia de Historia, 9/4922, antigua A-189 et 9/450 antigua G-1, édités par Juan Antonio Estévez Sola (Juan Antonio Estévez Sola, Chronica Naierensis, Turnhout : Brepols, 1995).

69 G. LE MORVAN, « La Chronica naiarensis : d'un néo-gothisme astur-léonais à un néo-gothisme castillan », e-Spania, 7, juin 2009.

70 Mis à part la Chronique de Sampiro qui a été rédigée par l’évêque d’Astorga, Sampiro, ce qui constitue une exception.

71 Jiménez de Rada termine le De Rebus Hispaniae en 1243 et le parachève en 1246.

72 G. MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires… », p. 280. Aucune chronique du même genre n’est rédigée entre la Chronique Najerense (vers 1190) et le Chronicon (1236), nous ne tenons pas compte ici du Liber Regum (tournant du XIIIe siècle) puisqu’il fut rédigé en aragonais.

73 Ibid., p. 279.

74 Ibid., p. 279.

75 Enrique Jérez CABRERO, El Chronicon Mundi de Lucas de Tuy (c. 1238): técnicas compositivas y motivaciones ideológicas, Thèse doctorale dirigée par Diego Catalán, 2006, p. 180-182.

76 DRH trad., p. 19.

77 Ibid., introduction, p. 16-27.

78 M.-P. CAIRE-JABINET, p. 31-32, et G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 123.

79 G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 126-127.

80 Ghislaine Fournès et Elvezio Canonica (éd.), Le miroir du prince : écriture, transmission et réception en Espagne, XIIIe-XVIe siècles, Presses universitaires de Bordeaux, Pessac, 2011. Avant-propos, p. 11.

81 G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 123.

82 G. MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires… », p. 291. À propos de Jiménez de Rada : « convaincu de ce que l’harmonie politique du royaume repose sur un partage équitable du pouvoir entre la noblesse et la royauté ». Et Georges MARTIN, « Luc de Tuy, Rodrigue de Tolède, leurs traducteurs et leurs compilateurs alphonsins. Comparaison segmentaire d'une lexicalisation », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 14-15, 1989, p. 173-206, p. 175-176. À propos de Lucas : « conviction qui traverse tout le Chronicon : qu'il n'est pire ennemi de la couronne que la noblesse. Plus largement, c'est d'une extrême défiance à l'endroit de l'aristocratie laïque dans son ensemble dont témoigne son œuvre ».

83 Miguel Ángel Ladero Quesada, « Neogoticismus », in : R.-H. BAUTIER et alii, Lexicon des Mittelalters, München et Zürich : Artemis, 1993, t. 6, coll. 1090-1091, cité par Thomas DESWARTE, op. cit., p. 11. À propos du néo-gothicisme, voir Patrick HENRIET, « Le jour où la “reconquête” commença : jeux d’écritures et glissements de sens autour de la bataille de Covadonga (VIIIe-XIIIe siècles) », in : Claude CAROZZI et Huguette TAVIANI-CAROZZI (éd.), Faire l'événement au Moyen Âge, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2007, p. 41-58 ; Thomas DESWARTE, op. cit. ; G. LE MORVAN, op. cit. ; id., « La Chronica naiarensis… » ; id., « Un récit (la chute du royaume wisigothique d'Espagne dans l'historiographie chrétienne des VIIIe et IXe siècles) », in : G. MARTIN, Histoires de l'Espagne médiévale. Historiographie, geste, romancero, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 11, 1997, p. 11-42 ; Julia MONTENEGRO et Arcadio del CASTILLO, « Don Pelayo y los orígenes de la Reconquista : un nuevo punto de vista », Hispania, 180, 1992, p. 5-32 ; Alexander Pierre BRONISCH, « El concepto de España en la historiografía visigoda y asturiana », Norba : Revista de historia, 19, 2006, p. 9-42 ; Luis GARCÍA MORENO, « Los últimos tiempos del reino visigodo », Boletín de la Real Academia de la Historia, 189, 1992, p. 425-459 ; id., « Patria española y etnia goda (siglos VI-VIII) », in : Vicente PALACIO ATARD (éd.), De Hispania a España. El nombre y el concepto a través de los siglos, Madrid : Temas de Hoy, 2005, p. 41-53 ; Alain MILHOU, « De Rodrigue le pécheur à Ferdinand le Restaurateur », in : Jacques FONTAINE et Christine PELLISTRANDI (éd.), L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, colloque international du CNRS tenu à Paris, 14-16 mai 1990, Madrid : Casa de Velázquez, 1992, p. 365-382 ; Adeline RUCQUOI, « Les Wisigoths, fondements de la nation Espagne », in : Jacques FONTAINE et Christine PELLISTRANDI (éd.), L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, colloque international du CNRS tenu à Paris, 14-16 mai 1990, Madrid : Casa de Velázquez, 1992, p. 341-352 ; Yves BONNAZ, « Le néo-gothisme », in : Yves BONNAZ (éd.), Chroniques Asturiennes (fin IXe siècle), Paris : CNRS, 1987, p. LXXXVIII-XCIII ; id., « Divers aspects de la continuité wisigothique dans la monarchie asturienne », in : Mélanges de la Casa de Velázquez, 12, Madrid : Casa de Velázquez, 1976, p. 81-99.

84 Même si les recherches récentes semblent montrer une certaine continuité entre l’époque wisigothique et le royaume astur-léonais (T. DESWARTE, op cit., p. 46-48), cette continuité n’est pas complète et relève au moins en partie de la construction idéologique.

85 Les autres royaumes chrétiens ne se sont d’ailleurs pas construits selon le même raisonnement. Michel ROUCHE, « Préface », in : T. DESWARTE, op. cit., p. VIII et Michel Zimmermann, « Conscience gothique et affirmation nationale dans la genèse de la Catalogne (IXe-XIe siècles) », in : Jacques FONTAINE, L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique, p. 51-67.

86 Récarède (roi de 586 à 601) instaure l’unité religieuse en se convertissant au Catholicisme en 589. Swinthila (roi de 621 à 631) est le premier roi wisigoth qui règne sur toute le péninsule Ibérique.

87 G. Martin, « Un récit… », p. 25-27.

88 Au sujet des différentes étapes de l’évolution politique du néo-gothicisme, voir le livre de Thomas Deswarte, op. cit.

89 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 303.

90 D’autres auteurs latins ont aussi contribué à forger cette image des Goths, comme Orose, Salvien, Cassiodore, Jordanès… Voir Suzanne TEILLET, Des Goths à la nation gothique : les origines de l'idée de nation en Occident, du Vau VIIe siècle, Paris : Les Belles Lettres, 2011, p. 463-501. Cependant, c’est Isidore qui scelle le mariage des Goths et de l’Espagne et qui a été le plus lu et le plus suivi. Consulter à ce propos ibid., p. 403-501 et Jacques Fontaine, Isidore de Séville : genèse et originalité de la culture hispanique au temps des Wisigoths, Turnhout : Brepols, 2000, p. 361-376.

91 Isidore de Séville (auteur), Nathalie Desgrugillers-Billard (éd. et trad.), Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves, Clermont-Ferrand : Éd. Paleo, 2009, Isidore de Séville a rédigé deux versions de l’Histoire des Goths…, la seconde, la plus longue est entièrement consacrée à l’éloge des Goths et elle précédée d’un éloge de l’Espagne, le Laus Spaniae, dont nous reparlerons plus loin, J. FONTAINE, Isidore de Séville…, p. 224-225. L’archevêque a aussi rédigé une Chronique universelle dans laquelle il » se propose de montrer […] dans un récit suivi l’enchaînement continu des dynasties impériales et royales, qu’il voit se succéder linéairement par générations et par règnes », ibid., p. 221

92 Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves, 62, p. 110 : « aera DCLIX, ann. imperii Heraclii X, gloriosissimus Suintila gratia divina regni suscepit sceptra. Iste sub rege Sisebuto duces nactus officium, Romana castra perdomavit, Ruccones superavit. Postquam vero apicem fastigii regalis conscendit, urbes residuas quas in Hispaniis Romana manus agebat, praelio conserto obtinuit, auctamque triumphi gloriam prae caeteris regibus felicitate mirabili reportavit. Totius Hispaniae infra Oceani fretum monarchia regni primus idem potitus, quod nulli retro principum est collatum. Auxit eo praelio virtutis ejus titulum duorum patritiorum obtentus, quorum alterum prudentia suum fecit, alterum virtute praelii sibi subjecit ». Traduit p. 42-43 : « ère 659. Au cours de la dixième année du règne de l’empereur Héraclius, la grâce divine octroya le sceptre du royaume goth au très glorieux Swinthila. Sous le règne de Sisebut, il avait été nommé chef des armées, était parvenu à soumettre les soldats de Rome et à surpasser les Ruccons. Après avoir été élevé aux fastes de la royauté, il prit sous sa main le reste des villes de l’Espagne romaine, tenant fermement les combats. Il remporta une immense gloire de ce triomphe. Il avait en son pouvoir toute l’Espagne jusqu’au détroit de l’Océan, si bien qu’aucun roi avant lui n’avait regroupé autant de terres. Grâce à la puissance de ses batailles, il accrut son honneur par la prise de deux patrices : l’un grâce à sa prudence, l’autre grâce à la force de la lutte ».

93 Julien de TOLÈDE (auteur), Jocelyn Nigel Hillgarth, Wilhelm Levison et Bernhard Bischoff (éd.), Sancti Juliani Toletanae sedis episcopi opera. Pars 1, Turnhout : Brepols, 1976.

94 S. TEILLET, op. cit., p. 585-586, 602.

95 Le premier successeur de Pelayo est son fil Fafile (737-739), mais il n’a pas mené de campagnes militaires importantes et la tradition fait de lui un homme imprudent, tué par un ours au cours d’une partie de chasse. Sans descendance masculine et sans frère, c’est l’époux de sa sœur, Alphonse Ier qui monte sur le trône.

96 Y. Bonnaz, op. cit., Chronique Albeldense, 38, p. 23 : « Adefonsus, Pelagii gener, regnauit annis XVIII. Iste Petri Cantabriae ducis filius fuit » : « Alphonse, gendre de Pelayo, régna dix-huit ans. Il était le fils de Pierre, duc de Cantabrie ».

97 Ibid., 44, 1, p. 24 : « Il établit à Oviedo l’ordre des Goths tout entier, tel qu’il avait existé à Tolède, tant dans l’Église qu’au Palais ».

98 G. Martin, « Un récit… », p. 27-30.

99 Ibid., p. 35.

100 Ibid., p. 30-35.

101 Uniquement dans la version Érudite, Y. BONNAZ, op. cit., version Érudite, 8, 1, p. 45 : « filius Petri ducis <qui> ex semine Leuuigildi et reccaredi regum progenitus, tempore Egicani et Witizani princeps militiae fuit » : « fils du duc Pierre (qui), issu de la race des rois Léovigilde et Récarède, fut le chef de l’armée au temps d’Egica et de Witiza ».

102 G. MARTIN, « Un récit… », p. 35-42.

103 G. LE MORVAN, op. cit., p. 43.

104 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 189-192.

105 E. Jérez Cabrero, op. cit., p. 186 : « entre otras, llamo la atención sobre las siguientes ocasiones en que los cristianos españoles son considerados « godos » : IV.321-22, .516, .3521-22, 45, .365, .375, 67, .405, .455, .5725, .7050, .7755 y .8342 ».

106 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 13-16, DRH trad., p. 71 : « Por tanto, España permaneció sometida a la servidumbre de los griegos hasta los tiempos de los romanos ; durante un periodo intermedio el reino, roto, quedó al arbitrio del saqueo de cuantos querían y no pudo evitar su devastación, como la presa que a dentelladas se disputan los leones ».

107 Nous n’avons recensé que vingt-et-une références aux Romains.

108 De Rebus Hispaniae, II, 6, p. 47 – III, 21, p. 106.

109 Ibid., I, 8, p. 20 – II, 5, p. 46.

110 Soit cinquante-six chapitres sur deux-cent-dix-sept.

111 Pour une étude exhaustive, il faudra se reporter aux recherches de Gaël Le Morvan (G. LE MORVAN, op. cit.) qui a étudié les variations de la légende néo-gothiciste afin de montrer l’évolution de cette idéologie en fonction du contexte politique d’écriture.

112 Voir notre chapitre « Quelle mémoire pour l’Espagne ? ».

113 La légitimation s’appuie aussi sur l’exposition des raisons de la défaite de 711.

114 I. Fernández-Ordóñez, « El taller historiográfico... », p. 24-25.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search