Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Introduction générale

À mon grand-père, Raoul Escurignan.

À mes aïeux Escurignan et Brechoteau,
ceux qui n’ont pas laissé leur vie à la Grande Guerre,
l’ont donnée au travail de la terre.

Toute ma gratitude va à Madame le Professeur Ghislaine Fournès.

Ce livre n’aurait pu voir le jour sans ses conseils avisés, sa bienveillance et son amitié.

Texte intégral

  • 1 Au sujet de la Reconquête voir Martín F. Ríos Saloma, La Reconquista: una construcción historiográf (...)
  • 2 Joseph ORTIZ Y SANZ, Compendio cronológico de la Historia de España desde los tiempos más remotos h (...)

1En 711, la défaite du roi wisigoth Rodrigue lors de la bataille du Guadalete marque l’effondrement du Royaume de Tolède et ouvre la porte de la péninsule Ibérique à l’invasion musulmane. Dans le nord, la cordillère cantabrique sert de refuge à une poignée de chrétiens qui y maintiennent d’abord une poche de résistance avant d’y fonder le Royaume des Asturies. S’organise alors une guerre de conquête des territoires dominés par les musulmans, territoires qui reçurent le nom d’Al-Andalus. Ces conquêtes sont sous-tendues par l’idée que les chrétiens sont les maîtres légitimes de toute la péninsule et qu’il leur incombe de reprendre ce qui leur appartient afin de mener à bien une restauration spirituelle, c’est-à-dire chrétienne. C’est ce que nous appelons la Reconquête1. Bien que le verbe « reconquistar » ne date que de 17962, le terme s’est aujourd’hui imposé pour désigner la période allant de la bataille de Covadonga (721 dans la Estoria de España) jusqu’à la prise de Grenade en 1492, ainsi que le processus de formation et d’expansion des royaumes chrétiens.

2La reconquête territoriale a réellement pris de l’ampleur au milieu du XIe siècle avec la définitive disparition du Califat de Cordoue à la suite d’une guerre civile. En 1085, la prise de Tolède, l’ancienne capitale des Wisigoths, par Alphonse VI (roi de León de 1065 à 1109 et roi de Castille de 1072 à 1109) est un symbole de ce processus. Dès lors, les chrétiens ne cessent de progresser même si leur avancée est parfois freinée, particulièrement par les Almoravides, arrivés dans la péninsule Ibérique en 1086, et les Almohades arrivés en 1147. En 1212, une coalition menée par les rois de Castille, d’Aragon et de Navarre remporte une victoire décisive lors de la bataille de Las Navas de Tolosa qui affaiblit considérablement les Almohades et relance la Reconquête. Ferdinand III (roi de Castille de 1217 à 1252 et roi de León de 1230 à 1252), père d’Alphonse X, s’empare ainsi de la vallée du Guadalquivir (Cordoue est reprise en 1236, Jaén en 1246 et Séville en 1248).

  • 3 À propos du règne d’Alphonse X, voir Manuel González Jiménez, Alfonso X, 1252-1284, Palencia : Ed. (...)
  • 4 M. González Jiménez, op. cit., p. 36-37 et J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 207.
  • 5 M. González Jiménez, op. cit., p. 61.

3Lorsqu’Alphonse X (1252-1284)3 monte sur le trône de Castille et León en 1252, il hérite des deux royaumes définitivement réunifiés et considérablement agrandis par son père. Il se retrouve ainsi à la tête du seul royaume qui dispose encore de frontières avec Al-Andalus, désormais réduit à une étroite bande de terre autour de Grenade ; Alphonse X est ainsi le seul protagoniste chrétien de la Reconquête dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Ferdinand III lui laisse un royaume en paix, mais les défis qui s’offrent à lui n’en sont pas moins nombreux. Il doit en effet faire face à une situation économique désastreuse en raison d’une inflation galopante. Il doit aussi organiser le difficile repeuplement des importants territoires récemment conquis et réaliser l’unité des royaumes et des territoires nouvellement incorporés à la couronne de Castille4. De plus, à partir de 1256, et ce pendant dix-neuf ans, il tente de se faire élire empereur du Saint-Empire Romain en se fondant sur son lignage maternel : sa mère, Béatrice de Souabe, est en effet apparentée à Frédéric II Hohenstaufen, empereur du Saint-Empire de 1220 à 1250. Le fecho del Imperio marque alors profondément la politique juridique et économique d’Alphonse X5.

  • 6 H. S. Martínez, op. cit., p. 317.  
  • 7 Ibid., p. 317.
  • 8 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 111 et J. Valdeón Baruque, Alfonso X el Sabio…, p. 89-90.
  • 9 M. González Jiménez, op. cit., p. 125-127 ; J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 110-111 et H. S. Martín (...)
  • 10 H. S. Martínez, op. cit., p. 317 et J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 283.

4La dernière décennie de son règne voit se cristalliser tous les mécontentements causés par sa politique économique et juridique qui provoque l’attitude hostile à son égard de pratiquement toute la société6 ainsi que de graves déconvenues7. D’abord, le début des années 1270 est marqué par une importante révolte nobiliaire. Les nobles ont pourtant sensiblement renforcé leur pouvoir personnel grâce aux donadíos, ces territoires immenses qu’ils ont reçus comme récompense après la Reconquête de l’Andalousie, ainsi qu’au contrôle des postes les plus importants à la cour. Néanmoins, ils exigent toujours plus, exacerbant ainsi les rivalités nobiliaires, à tel point que, selon Joseph F. O’Callaghan, la moindre faveur royale destinée à l’une ou l’autre des grandes familles est aussitôt perçue par les autres lignages comme une attaque personnelle8. Ils estiment aussi que leurs droits et privilèges sont bafoués par les nombreux tributs levés par le Roi Sage, ainsi que par sa politique d’homogénéisation juridique. Ils réclament donc la baisse drastique de leurs impôts, le retour au respect de la coutume et des juges spéciaux pour les hidalgos. Ils refusent également de continuer à servir en Italie pour le fecho del Imperio9. Pour retrouver la paix, le Roi Sage accepte de faire de nombreuses concessions qui sont un premier frein à ses projets politiques et juridiques. Ensuite, en 1275, une première pénétration des Mérinides, une dynastie berbère venue du Maghreb, dévaste le sud de la péninsule Ibérique. Au cours de la campagne qui vise à les repousser, Ferdinand de la Cerda (1255-1275), fils et héritier du souverain, trouve la mort. Alphonse X, tombé gravement malade, finit alors par renoncer au trône impérial10.

  • 11 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 285.
  • 12 Carlos de AYALA Martínez, « La política eclesiástica de Alfonso X : el rey y sus obispos », Alcanat (...)
  • 13 M. González Jiménez, op. cit., p. 328-330.
  • 14 Ibid., p. 186.
  • 15 Ibid., p. 197.

5Toutefois, l’abandon de la course à l’Empire et les diverses concessions du Roi Sage ne résolvent rien. La révolte nobiliaire continue de gronder et trouve un nouveau sujet de mécontentement : la succession au trône de Castille. En effet, la mort de Ferdinand de la Cerda provoque une lutte de succession entre les partisans d’Alphonse de la Cerda (1270-1333), fils aîné du défunt infant, âgé de seulement cinq ans à la mort de son père, et le futur Sanche IV (1284-1295), le frère de Ferdinand de la Cerda, âgé de dix-sept ans et héros de la campagne contre les Mérinides11 au cours de laquelle il a pris la place de son frère Ferdinand. Soutenu par la noblesse, le clergé12 et même les municipios dont Alphonse X a pourtant considérablement augmenté le pouvoir13, Sanche dépose son père en 1282 lors des Cortès de Valladolid14, ce qui contraint le Roi Sage à se replier à Séville qui lui demeure fidèle15 jusqu’à sa mort en 1284.

  • 16 ALPHONSE X (auteur), Juan Manuel CACHO BLECUA et María Jesús LACARRA (éd.), Calila e Dimna, Madrid  (...)
  • 17 ALPHONSE X (auteur), Sagrario RODRÍGUEZ M. MONTALVO (éd.), Lapidario (según el manuscrito escuriale (...)
  • 18 ALPHONSE X (auteur), Manuel RICO Y SINOBAS (éd.), « Libro de las tablas alfonsíes », in : Libros de (...)
  • 19 ALPHONSE X (auteur), Lloyd A. KASTEN et Lawrence KIDDLE (éd.), Libro de las cruces, Madrid-Madison  (...)

6Au cours de son règne, Alphonse X a développé une intense activité culturelle, d’une ampleur inédite au Moyen Âge. Il est ainsi à l’origine d’une production lyrique avec les Cantigas de Santa María, recueil de poésie mariale en galaïco-portugais, d’une production de contes exemplaires avec le Calila et Dimna16, ouvrage à vocation didactique traduit de l’arabe, ou encore d’une intense production scientifique. Citons par exemple le Lapidaire17, les Tables alphonsines18 et le Livre des croix19.

  • 20 ALPHONSE X (auteur), Kenneth Hale (éd.), Alfonso el Sabio, Setenario, Universidades de Buenos Aires (...)
  • 21 ALPHONSE X, Opúsculos legales del rey Don Alfonso el Sabio : publicados y cotejados con varios códi (...)
  • 22 ALPHONSE X, Opúsculos legales del rey Alfonso el Sabio : publicados y cotejados con varios códices (...)
  • 23 H. S. Martínez, op. cit., p. 323-326 et J. Valdeón Baruque, Alfonso X el Sabio…, p. 160-166.
  • 24 ALPHONSE X, Las Siete partidas, glosadas por Gregorio López, Madrid : Compañía general de impresore (...)
  • 25 J. Valdeón Baruque, Alfonso X el Sabio…, p. 163-166.

7Le monarque met au service de son idéal politique des ateliers de juristes et de chroniqueurs qui rédigent sous son égide une vaste production juridique et historiographique. Alphonse X entend en effet affermir son pouvoir, homogénéiser le système juridique à l’intérieur de son royaume et ainsi mettre fin à la pluralité normative, notamment en s’inspirant du droit romain et en abrogeant les fors et les systèmes de privilèges. Il fait ainsi rédiger le Setenario20, ainsi que l’Espéculo de las leyes21 et le Fuero real22 tous deux vraisemblablement promulgués en 125523. Les Siete Partidas24 sont l’aboutissement de ce travail d’uniformisation et règlementent tous les aspects de la vie du royaume : le droit canonique, les rôles du roi et de la noblesse, le droit civil et pénal, le fonctionnement de la famille…25. Néanmoins, le Roi Sage ne parvient pas à imposer ce code à l’ensemble du royaume en raison de la résistance de la noblesse et du clergé.

  • 26 ALPHONSE X (auteur), Antonio G. SOLALINDE (éd.), General Estoria, primera parte, Madrid : Centro de (...)
  • 27 Alphonse X (auteur), Ramón Menéndez Pidal (éd), Primera crónica general. Tomo I, Texto : Estoria de (...)

8Le projet historiographique d’Alphonse X n’est pas moins ambitieux que son œuvre juridique. Deux chroniques sont ainsi rédigées sous sa direction entre 1270 et 1284, l’une universelle, la General Estoria26 et l’autre particulière, la Estoria de España27. Le projet initial prévoyait de relier l'histoire des origines du monde avec l'histoire de la Castille en utilisant la Bible, l'histoire antique et la mythologie, ainsi que l’histoire du royaume wisigoth. Cependant, à la mort du roi en 1284, le projet reste inachevé.

  • 28 Inés Fernández-Ordóñez, « Estoria de España », in : Carlos Alvar et José Manuel Lucía Megías (éd.), (...)
  • 29 Mariano de la CAMPA, « Las versiones alfonsíes de la Estoria de España », in : Inés Fernández-Ordóñ (...)

9La Estoria de España retrace l'histoire de l'Espagne et plus spécifiquement l’histoire du royaume de Castille, de ses origines jusqu'au XIIIe siècle, ou plus exactement jusqu’au règne de Ferdinand III. La chronique narre l’histoire des rois qui ont régné sur la péninsule Ibérique en tant que territoire appartenant à un ensemble plus large (Carthage, Rome…) ou en tant que Royaume (Wisigoths) afin de célébrer un territoire et un passé communs, garants de l’identité hispanique. La première rédaction de la Estoria de España, ou Version primitive, a été entreprise sous l’égide du Roi Sage vers 127028. Quelques années plus tard, Alphonse X fait rédiger celle que nous appelons Versión enmendada después de 1274, même si, selon Mariano de la Campa, il serait plus juste de parler d’une autre famille de la Version primitive plutôt que d’une autre version29. Enfin, entre 1282 et 1284, alors qu’il est en exil forcé à Séville, abandonné de tous ou presque, contemplant à distance le royaume que son fils et une grande partie de ses sujets, au premier rang desquels la noblesse, lui ont arraché, le Roi Sage fait entreprendre une troisième rédaction de la Estoria de España, la Version critique qui constitue, selon Inés Fernández-Ordóñez, une rédaction alternative à la Version primitive :

  • 30 Inés Fernández-Ordóñez, « Variación en el modelo historiográfico alfonsí en el siglo XIII. Las vers (...)

Se caracteriza por una radicalización ideológica respecto de la primera, observable en la afirmación continua del poder del rey y en el rechazo a cualquier pacto con los estamentos, así como por la oposición a la soberanía portuguesa y a los intereses de la diócesis de Santiago30.

  • 31 PCG.
  • 32 Diego Catalán, De Alfonso X al Conde de Barcelos : cuatro estudios sobre el nacimiento de la histor (...)
  • 33 Georges MARTIN, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, (...)
  • 34 Inés Fernández-Ordóñez, Las Estorias de Alfonso el Sabio, Madrid : Istmo, 1992 ; id., « El taller h (...)
  • 35 Corinne Mencé-Caster, Un roi en quête d’auteurité, Alphonse X et l’Histoire d’Espagne (Castille, XI (...)
  • 36 Ramón Menéndez Pidal, Floresta de leyendas heroicas españolas. Rodrigo, el último godo, 3 t., Madri (...)
  • 37 Madeleine PARDO, « Le roi Rodrigue ou Rodrigue roi », Annexes des Cahiers d’études hispaniques médi (...)
  • 38 Georges MARTIN, « Un récit (la chute du royaume wisigothique d'Espagne dans l'historiographie chrét (...)
  • 39 Patrick HENRIET, « Le jour où la “reconquête” commença : jeux d’écritures et glissements de sens au (...)
  • 40 Thomas DESWARTE, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (VIIIe-X (...)
  • 41 G. LE MORVAN, op. cit.
  • 42 Adeline Rucquoi, « Les villes d’Espagne : De l’histoire à la généalogie », in : Hanno Brand, Pierre (...)
  • 43 Juan Antonio Estévez Sola « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », Habis, 21, 1990, p.  (...)
  • 44 José Antonio Caballero López, « Desde el mito a la historia », in : José Ignacio de la Iglesia Duar (...)
  • 45 Helena de Carlos Villamarín, « Mitos fundacionales en la Península Ibérica. Entre la historiografía (...)

10Depuis la publication de la Primera Crónica General par Ramón Menéndez Pidal en 190631, certains chercheurs de renom comme Diego Catalán32, Georges Martin33, Inés Fernández-Ordóñez34 ou encore Corinne Mencé-Caster35 ont étudié la genèse textuelle, les procédés d’écriture ainsi que certains aspects juridiques et politiques de la Estoria de España. Néanmoins, la plupart de ces excellents travaux se sont concentrés sur des aspects généraux et sur le récit postérieur au règne de Pelayo, c’est-à-dire à partir de la formation du Royaume des Asturies et du début de la Reconquête. Des recherches ont bien sûr porté sur le récit des origines, mais il s’agit d’études ponctuelles sur un fait, un peuple ou un personnage donné. Ainsi, Ramón Menéndez Pidal36, Madeleine Pardo37 ou encore Georges Martin38 ont consacré des articles ou des ouvrages au roi Rodrigue et à la chute du Royaume de Tolède. La figure de Pelayo, la bataille de Covadonga et l’idéologie néo-wisigothique du relèvement qui établit une continuité entre le Royaume de Tolède et le Royaume des Asturies, ont aussi été abondamment traitées. Citons, entre autres, les travaux récents de Patrick Henriet39, de Thomas Deswarte40 et de Gaël Le Morvan41. Plusieurs articles ont été également consacrés aux fondations et aux personnages mythiques par Adeline Rucquoi42, Juan Antonio Estévez Sola43, José Antonio Caballero López44 ou encore Helena de Carlos Villamarín45.

11Tous ces travaux, qui constituent des études remarquables et absolument indispensables pour appréhender la Estoria de España, ne proposent toutefois qu’une vision partielle du récit des origines ; aucune étude d’ensemble et approfondie n’a été consacrée à la narration de l’histoire de la péninsule Ibérique des origines jusqu’à Pelayo, alors que le récit des origines occupe un rôle fondamental dans la Estoria de España. Les 565 premiers chapitres de la chronique ne peuvent en effet être considérés comme un simple préliminaire sans aucune connotation politique, ni sans aucun lien avec les chapitres qui suivent ou avec le projet alphonsin en général. Le contexte politique du XIIIe siècle est le fruit d’un processus lent que l’on n’appelait pas encore Reconquête et qui trouve son origine dans l’invasion de 711 et la naissance du royaume des Asturies. Ce contexte est celui d’une Espagne morcelée et façonnée par le besoin d’expansion et les conséquences d’une société presque toujours en guerre.

12Néanmoins, l’Espagne n’a pas surgi au début du VIIIe siècle de notre ère, elle n’est pas apparue ex nihilo lorsque Tariq Ibn Ziyad a franchi le détroit de Gibraltar. Il faut, afin de mesurer la richesse et la complexité de l’histoire péninsulaire, prendre en compte ce large intervalle de temps entre les débuts de l’humanité et l’année 711. Il s’agit d’une longue période narrée dans la chronique alphonsine, narration courant sur les 565 premiers chapitres qui constituent bien un récit des origines, depuis la Création jusqu’à l’effondrement du Royaume de Tolède, en passant par les dominations grecque, carthaginoise, romaine, barbare et wisigothique, jusqu’à l’élection du roi Pelayo (en l’an 719 selon le récit), car avec lui s’ouvre l’histoire du Royaume des Asturies qui évolue ensuite vers le Royaume de León puis le Royaume de Castille. Toutefois, lorsque cela nous semblera nécessaire et pertinent, nous pourrons parfois pousser notre analyse au-delà de l’élection de Pelayo, jusque dans les premières décennies du royaume des Asturies.

  • 46 I. Fernández-Ordóñez, « Apéndice. La transmisión textual de la Estoria de España… », p. 223-233 ; i (...)

13La Version enmendada et la Version critique commençant le récit de l’histoire péninsulaire avec les Wisigoths – la première à partir d’Alaric Ier et la seconde dès les origines des Goths –, ces versions ne sont pertinentes qu’en ce qui concerne l’histoire des Wisigoths, histoire qui correspond à environ un tiers du récit des origines de la Version primitive. De plus, dans cette section wisigothique, la Version enmendada et la Version critique ne présentent que peu de divergences par rapport à la Version primitive46. En conséquence, la Version primitive sera notre version de référence – elle offre le récit des origines le plus complet – même si nous aurons ponctuellement l’occasion de citer la Version enmendada et la Version critique.

  • 47 Ibid.

14En 1906, Ramón Menéndez Pidal a publié ce qu’il pensait être la Version primitive sous le titre de Primera crónica general de España. Le brillant philologue pensait que les manuscrits E1 (Y-I-2) et E2 (X-I-4) de la Bibliothèque royale de l’Escurial étaient issus des ateliers alphonsins. Cependant, Diego Catalán a montré que seul le manuscrit E1 ainsi que les dix-sept premiers folios de E2, provenant en fait de E1, avaient été rédigés dans le scriptorium d’Alphonse X, tandis que le codex E2 a été composé à partir de plusieurs manuscrits sous le règne d’Alphonse XI (1312-1350). Ainsi, même si la Primera crónica general n’est pas entièrement fidèle au texte alphonsin, le récit depuis la Création jusqu’à la dix-septième année du règne d’Alphonse II le Chaste correspond bel et bien à la Version primitive47. C’est pourquoi nous désignerons notre corpus sous le nom de Estoria de Epaña, même si l’édition de Menéndez Pidal est bien notre édition de référence. Nous nous concentrerons, afin d’analyser et de comprendre le récit des origines élaboré par Alphonse X dans la Estoria de España, sur les chapitres 1 à 565, de la Création jusqu’à l’élection de Pelayo, même si nous permettrons de nous référer à quelques chapitres postérieurs, notamment à propos de la bataille de Covadonga ou du règne d’Alphonse Ier.

15Le récit des origines, divisé en chapitres, est structuré en fonction des peuples qui ont dominé l’Espagne :

  • Chapitres 1 à 13 : fondateurs mythiques (bibliques et grecs).

  • Chapitres 14 à 15 : Almujuces.

  • Chapitres 16 à 22 : Carthaginois.

  • Chapitres 23 à 364 : Romains.

  • Chapitres 365 à 385 : Vandales, Silings, Alains et Suèves.

  • Chapitres 386 à 565 : Wisigoths.

  • 48 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 19-26 et id., « El taller historiográfico alfonsí. La Estor (...)
  • 49 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 21.

16La chronique est donc agencée en fonction de l’enchaînement des dominations exercées par différents peuples. La succession de ces peuples et de leurs rois organise les grands mouvements du récit dont la continuité s’articule autour de la ligne chronologique de ceux qui détiennent le sennorio, c’est-à-dire qui exercent le pouvoir sur l’Espagne48. Cette logique structurelle se retrouve également à l’intérieur même des chapitres. En effet, comme l’a fait remarquer Inés Fernández-Ordóñez49, la chronologie en tête de chaque chapitre est établie en fonction du peuple ou du roi au pouvoir. Par exemple, dans la partie romaine de la chronique, les rédacteurs commencent par rappeler depuis combien de temps règne le roi dont il est question, avant de situer la date en fonction de la fondation de Rome lorsqu’il s’agit d’un roi ou d’un empereur romain. En troisième position, la chronique situe les évènements par rapport à l’ère hispanique et ensuite par rapport à la naissance du Christ. Enfin, elle utilise aussi parfois comme repère un épisode majeur de l’histoire universelle comme le règne d’un autre grand roi ou l’élection d’un nouveau pape. L’exposition des chapitres sur les Wisigoths suit le même schéma même si la fondation de Rome, omise, cesse d’être un jalon fondamental dans ce contexte. On voit que les premiers repères (années de règne, années de fondation de Rome) sont bien fondés sur celui qui exerce le pouvoir et qu’on ne trouve les références à l’ère hispanique ou à l’ère chrétienne qu’en position secondaire. Citons à titre d’exemple le début du chapitre 158 qui porte sur la quinzième année de règne de l’empereur Tibère :

  • 50 PCG, 158, p. 113, 51a-2b.

En el quinzeno anno del regno de Tiberio en que se cumplieron sietecientos et ochenta de la puebla de Roma, e que andaua la era en sessaenta et ocho, e ell anno de Nuestro Sennor en treinta, e el regno de Herodes Tetrarcha en quinze50.

17En organisant son récit de la sorte, le Roi Sage y introduit une singularité puisque jusqu’à présent l’historiographie astur-léonaise, puis l’historiographie léonaise et castillane traitaient essentiellement de la domination des Wisigoths. De plus, c’est la première fois qu’une chronique est rédigée en langue vernaculaire, le castillan, et non en latin, et c’est aussi la première fois qu’elle est rédigée directement sous l’égide du roi par des rédacteurs anonymes.

  • 51 Peter LINEHAN, « Reflexiones sobre historiografía e historia en el siglo alfonsino », Cahiers de li (...)

18La Estoria de España n’est ni un vrai Miroir des princes, ni un discours philosophique, ni un code juridique, il ne s’agit pas non plus d’un traité dans lequel Alphonse X explique sa politique, ce qu’est l’Espagne ou encore ce qu’il attend de ses sujets mais bien une narration des faits passés, ou plutôt d’une version de ces faits. Il nous faudra donc examiner le récit des différents épisodes et les nombreux portraits présents dans cette première partie de la chronique, et analyser les relations entre les personnages, la présence de mythes, le rôle de l’intertextualité et des correspondances intratextuelles, ainsi que les procédés d’écriture… Il nous faudra en somme détisser le texte – il n’est pas anodin que « texte » vienne de textus, tissu en latin – afin d’extraire les visées de l’écriture historiographique alphonsine. En effet, nous savons que l’historiographie est avant tout histoire contemporaine51, c’est-à-dire qu’elle est produite en fonction du contexte et des préoccupations du présent de rédaction, et il s’agira de mettre en évidence les valeurs défendues par le roi Sage, et de découvrir le lien, ou sûrement plutôt les liens, entre cette chronique et l’idéal alphonsin. Toutefois, l’une de nos hypothèses de travail est que la question des origines dépasse les questions identitaires du XIIIe siècle, questions souvent, pour ne pas dire toujours, chargées d’enjeux politiques et idéologiques. Analyser le récit des origines nous amènera donc à nous interroger sur les finalités multiples de ce récit fondateur, écrit à une période charnière de la Reconquête de la Péninsule par les royaumes chrétiens parmi lesquels la Castille entend jouer le premier rôle.

  • 52 Jean de SALISBURY (auteur), Katharine Stephanie Benedicta Keats-Rohan (éd.), Ioannis Saresberiensis (...)
  • 53 Lucas de TUY (auteur) et Emma FALQUE (éd.), Lucae Tudensis Opera omnia. Tomus I. Chronicon mundi, T (...)
  • 54 Rodrigue Jiménez de Rada (auteur) et Juan Fernández Valverde (éd.), Roderici Ximenii de Rada Histor (...)
  • 55 Durant tout le Moyen Âge, les nations occidentales se sont construites à partir de mythes, en utili (...)

19Alphonse X, par son action politique et par son œuvre, entend promouvoir une image de la royauté fondée à la fois sur les principes chrétiens et sur le droit romain. Il s’appuie en cela sur les nouvelles théories politiques, la théorie des Deux Glaives, et, surtout, sur la théorie organiciste énoncée par Jean de Salisbury qui, dans le Policraticus52, présente la société comme un corps dont le roi est la tête. Ces concepts ou problématiques étant également abordés dans les Siete Partidas, nous procéderons à une étude non pas comparative mais bien complémentaire de la chronique et de certaines lois de la somme juridique. Une étude comparative sera aussi nécessaire entre la Estoria de España et ses sources principales, le Chronicon Mundi53 achevé en 1236 par Lucas de Tuy et le De Rebus Hispaniae54 achevé en 1246 par Jiménez de Rada, archevêque de Tolède. Cela devrait nous permettre de comprendre dans quelle mesure le récit des origines est l’héritier de la tradition historiographique – qu’en est-il des concepts comme le néo-gothicisme et la translatio imperii55… ? – ou dans quelle mesure il s’en démarque. En effet, au cours des siècles et même des décennies qui ont précédé le règne d’Alphonse X, les chroniqueurs chrétiens, ont surtout façonné le passé de sorte qu’il puisse justifier, imposer même un droit et un devoir de reconquête. Cette construction, car il s’agit d’une construction historiographique et non d’histoire au sens moderne et scientifique du terme, reposait sur ce que les chercheurs ont appelé le néo-gothicisme, c’est-à-dire sur l’idée de continuité entre le Royaume de Tolède et le Royaume des Asturies. Toutefois, le contexte de rédaction de la Estoria de España est, sur bien des plans, distinct du contexte dans lequel les chroniques antérieures ont été élaborées. La dilatation des frontières du royaume suite à la victoire de Las Navas de Tolosa, aux grandes conquêtes de Ferdinand III et à la réunification des royaumes de León et de Castille, le fecho del Imperio, les nouvelles conceptions politiques d’Alphonse X, les contestations incessantes de la noblesse et du clergé ou encore l’accaparement de l’écriture par le roi lui-même… sont autant de facteurs nouveaux susceptibles de modifier les finalités de l’écriture. L’évolution des enjeux et l’apparition de nouveaux défis entraînent-t-elles de simples ajustements ou bien une modification plus profonde de la conception du passé de l’Espagne ? Tous ces changements ont-ils une influence sur la façon dont Alphonse X conçoit l’historiographie et entend l’utiliser ?

20Pour répondre à ces questionnements, il s’agira d’abord de replacer la Estoria de España dans son contexte historiographique et d’étudier les implications de l’appropriation directe de la narration par le Roi. Puis, dans une deuxième partie, nous analyserons la construction mentale et physique de l’Espagne que le Roi Sage réalise dans le récit des origines, notamment à travers les différents mythes qu’il associe à l’histoire de l’Espagne. Ensuite, dans une troisième partie, entre exemples et contre-exemples, nous dégagerons l’idéal royal défendu dans la chronique par Alphonse X. Enfin, dans une dernière partie, il nous appartiendra de mettre au jour l’image du pouvoir que le souverain construit tout au long du récit historiographique. Nous envisagerons, d’une part, les origines et les fondements du pouvoir en Espagne et, d’autre part, la façon dont le pouvoir peut et doit s’exercer au sein du royaume. Nous étudierons les arguments ainsi que les procédés narratifs et linguistiques mis en œuvre dans le récit des origines afin de mettre en évidence les continuités et les éventuelles divergences de l’écriture alphonsine vis-à-vis de ses modèles, et ainsi mettre au jour les finalités poursuivies par Roi Sage à travers la rédaction du récit des origines de la Estoria de España. Ce qui devrait nous permettre in fine d’apprécier la place qu’occupe la Estoria de España dans l’œuvre alphonsine ainsi que son originalité textuelle et idéologique.

Notes

1 Au sujet de la Reconquête voir Martín F. Ríos Saloma, La Reconquista: una construcción historiográfica (siglos XVI-XIX), Madrid : Marcial Pons Ediciones de historia, 2011 ; Julio Valdeón Baruque, La Reconquista. El concepto de España : unidad y diversidad, Madrid : Espasa-Calpe, 2006 ; Adeline RUCQUOI, Histoire médiévale de la Péninsule ibérique, Paris : Seuil, 1993 ; Denis MENJOT, Les Espagnes médiévales 409-1474, Paris : Hachette, 2009 ; Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ, « Sobre la ideología de la Reconquista : realidades y tópicos », in : José Ignacio de la IGLESIA DUARTE et José Luis MARTÍN RODRÍGUEZ (éd.), Memoria, mito y realidad en la historia medieval. XIII Semana de estudios medievales, Nájera, 2002, Logroño : Instituto de Estudios Riojanos, 2003, p. 151-170 ; Jorge LÓPEZ Quiroga, « El “mito-motor” de la Reconquista como proceso de etnogénesis socio-política », in : Thomas Deswarte et Philippe Sénac (éd.), Guerre, pouvoirs et idéologies dans l'Espagne chrétienne aux alentours de l'an mil : actes du colloque international organisé par le Centre d'Études Supérieures de Civilisation Médiévale Poitiers-Angoulême (26, 27 et 28 septembre 2002), Brepols, 2005, p. 113-122, ou encore Justo PÉREZ DE URBEL et Ricardo del ARCO Y GARAY, « España cristiana. Comienzo de la reconquista (711-1038) », in : Ramón MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Historia de España, 6, Madrid : Espasa-Calpe, 1956.

2 Joseph ORTIZ Y SANZ, Compendio cronológico de la Historia de España desde los tiempos más remotos hasta nuestros días, 2, Madrid : Imprenta Real, 1796, p. 192, cité par Gaël LE MORVAN, Le mythe néo-wisigothique dans la culture historique de l’Espagne médiévale (XIIe-XIIIe siècles), thèse de doctorat réalisée sous la direction de Georges Martin et soutenue en 2013, p. 14 : « se iban refugiando en las asperezas de Asturias. […] La desesperación, la pena de ver la patria perdida, y sobre todo, la Religión y favores del cielo, los animó a pensar no solo en defenderse, sino también en reconquistar la patria de mano del enemigo ».

3 À propos du règne d’Alphonse X, voir Manuel González Jiménez, Alfonso X, 1252-1284, Palencia : Ed. La Olmeda, 1999 ; Joseph F. O’Callaghan, El rey sabio, el reinado de Alfonso X de Castilla, Séville : Universidad de Sevilla, 1999 ; H. Salvador Martínez, Alfonso X el Sabio, una biografía, Madrid : Polifemo, 2003 ; Julio Valdeón Baruque, Alfonso X el Sabio, la forja de la España moderna, Madrid : Temas de hoy, 2003.

4 M. González Jiménez, op. cit., p. 36-37 et J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 207.

5 M. González Jiménez, op. cit., p. 61.

6 H. S. Martínez, op. cit., p. 317.  

7 Ibid., p. 317.

8 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 111 et J. Valdeón Baruque, Alfonso X el Sabio…, p. 89-90.

9 M. González Jiménez, op. cit., p. 125-127 ; J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 110-111 et H. S. Martínez, op. cit., p. 317.

10 H. S. Martínez, op. cit., p. 317 et J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 283.

11 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 285.

12 Carlos de AYALA Martínez, « La política eclesiástica de Alfonso X : el rey y sus obispos », Alcanate, Revista de Estudios Alfonsíes, 9, 2014-2015, p. 41-105 ; J.F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 78-92 et H. S. Martínez, op. cit., p. 321, 351.

13 M. González Jiménez, op. cit., p. 328-330.

14 Ibid., p. 186.

15 Ibid., p. 197.

16 ALPHONSE X (auteur), Juan Manuel CACHO BLECUA et María Jesús LACARRA (éd.), Calila e Dimna, Madrid : Castalia, 1984.

17 ALPHONSE X (auteur), Sagrario RODRÍGUEZ M. MONTALVO (éd.), Lapidario (según el manuscrito escurialense H. I. 15), Madrid : Gredos, 1981.

18 ALPHONSE X (auteur), Manuel RICO Y SINOBAS (éd.), « Libro de las tablas alfonsíes », in : Libros del saber de astronomía del rey don Alfonso X de Castilla, 5 vol., Madrid : Tipografía de don Eusebio Aguado, impresor de Cámara de S. M. y de su real casa, 1863-1867, vol. 4, 1866.

19 ALPHONSE X (auteur), Lloyd A. KASTEN et Lawrence KIDDLE (éd.), Libro de las cruces, Madrid-Madison : CSIC (Instituto Miguel de Cervantes), 1961.

20 ALPHONSE X (auteur), Kenneth Hale (éd.), Alfonso el Sabio, Setenario, Universidades de Buenos Aires, Instituto de Filología, 1945.

21 ALPHONSE X, Opúsculos legales del rey Don Alfonso el Sabio : publicados y cotejados con varios códices antiguos, 1 : El Espéculo o espejo de todos los derechos, Madrid : Real Academia de la Historia : 1836.

22 ALPHONSE X, Opúsculos legales del rey Alfonso el Sabio : publicados y cotejados con varios códices antiguos, 2 : Fuero real, Madrid : Real Academia de la Historia, 1836, p. 1-169.

23 H. S. Martínez, op. cit., p. 323-326 et J. Valdeón Baruque, Alfonso X el Sabio…, p. 160-166.

24 ALPHONSE X, Las Siete partidas, glosadas por Gregorio López, Madrid : Compañía general de impresores y libreros del reino, 1843.

25 J. Valdeón Baruque, Alfonso X el Sabio…, p. 163-166.

26 ALPHONSE X (auteur), Antonio G. SOLALINDE (éd.), General Estoria, primera parte, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1930 ; id., Segunda parte, Madrid : Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto Miguel de Cervantes, 1957. ALPHONSE X (auteur), Pedro SÁNCHEZ-PRIETO BORJA (éd.), General Estoria [tercera parte, cuarta parte, quinta y sexta partes], Madrid : Fundación José Antonio de Castro, 2009.

27 Alphonse X (auteur), Ramón Menéndez Pidal (éd), Primera crónica general. Tomo I, Texto : Estoria de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuaba bajo Sancho IV en 1289, Madrid : Bailly Bailliere, 1906 ; Inés FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ (éd.), Versión Crítica de la Estoria de España. Estudio y Edición desde Pelayo hasta Ordoño II, Madrid : Fundación Ramón Menéndez-Pidal, Universidad Autónoma de Madrid, 1993 ; et Mariano de la CAMPA GUTIÉRREZ (éd.), La Estoria de España de Alfonso X : Estudio y edición de la versión crítica desde Fruela II hasta la muerte de Fernando II, Málaga : Universidad de Málaga, 2009. Il existe aussi une version en ligne dirigée par Aengus WARD, URL : https://blog.bham.ac.uk/estoriadigital/.

28 Inés Fernández-Ordóñez, « Estoria de España », in : Carlos Alvar et José Manuel Lucía Megías (éd.), Diccionario filológico de literatura medieval española, Madrid : Castalia, 2002, p. 54-80. À propos des manuscrits de la Estoria de España que nous conservons aujourd’hui, voir du même auteur « Apéndice. La transmisión textual de la Estoria de España y de las principales crónicas de ella derivadas », in : Inés FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ (éd.), Alfonso X el Sabio y las Crónicas de España, Valladolid : Universidad de Valladolid / Centro para la Edición de los Clásicos Españoles, 2000, p. 219-260.

29 Mariano de la CAMPA, « Las versiones alfonsíes de la Estoria de España », in : Inés Fernández-Ordóñez (éd.), Alfonso X el Sabio y las crónicas de España…, p. 83-106, p. 86-88 : « esta Versión primitiva se ha conservado en numerosos y distintos manuscritos, los cuales pueden agruparse en diferentes ramas a las que tradicionalmente se les ha venido llamando, con mayor o menor fortuna, “versiones” cuando en realidad se trata de distintas familias de manuscritos que en poco modifican el texto de la redacción primitiva ».

30 Inés Fernández-Ordóñez, « Variación en el modelo historiográfico alfonsí en el siglo XIII. Las versiones de la Estoria de España », in : Georges MARTIN (éd.), La historia alfonsí : el modelo y sus destinos (siglos XIII-XV), Madrid : Casa de Velázquez, 2000, p. 41-74.

31 PCG.

32 Diego Catalán, De Alfonso X al Conde de Barcelos : cuatro estudios sobre el nacimiento de la historiografía romance en Castilla y Portugal, Madrid : Gredos, 1962 ; id., La Estoria de España de Alfonso X : creación y evolución, Madrid : Universidad Complutense de Madrid, 1992 ; id., De la silva textual al taller historiográfico alfonsí, Madrid : Fundación Menéndez Pidal, Universidad Autónoma, 1997 ; id., « El taller historiográfico alfonsí. Métodos y problemas en el trabajo compilatorio », Romania, 84, 1963, p. 354-375.

33 Georges MARTIN, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Paris : Klincksieck (Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 6), 1992 ; id., « Compilation (cinq procédures fondamentales) », in : id., Histoires de l'Espagne médiévale. Historiographie, geste, romancero, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 11, 1997, p. 107-121 ; « Le pouvoir historiographique (L’historien, le roi, le royaume. Le tournant alphonsin) », in : id., Histoires de l'Espagne médiévale…, p. 123-136 ; « El modelo historiográfico alfonsí y sus antecedentes », in : G. MARTIN (éd.), La historia alfonsí : el modelo y sus destinos (siglos XIII-XV), Madrid : Casa de Velázquez, 2000, p. 9-40 ; id., « Dans l’atelier des faussaires. Luc de Túy, Rodrigue de Tolède, Alphonse X, Sanche IV : trois exemples de manipulations historiques (León-Castille, XIIIe siècle) », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 24, 2001, p. 279-309 ; « Los intelectuales y la Corona : la obra histórica y literaria », in : Manuel RODRÍGUEZ LLOPIS (éd.), Alfonso X y su época, Murcie : Carroggio, 2002, p. 259-285…

34 Inés Fernández-Ordóñez, Las Estorias de Alfonso el Sabio, Madrid : Istmo, 1992 ; id., « El taller historiográfico alfonsí. La Estoria de España y la General Estoria en el marco de las obras promovidas por Alfonso el Sabio », in : Ana DOMÍNGUEZ RODRÍGUEZ et Jesús MONTOYA MARTÍNEZ (éd.), Scriptorium alfonsí, de los libros de astrología a las Cantigas de Santa María, Madrid : Universidad Complutense, 1999, p. 105-126 ; I. FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ, « Evolución del pensamiento alfonsí y transformación de las obras jurídicas e históricas del Rey Sabio », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 23, 2000, p. 263-283 ; id., « El taller de las Estorias », in : id. (éd.), Alfonso X el Sabio y las Crónicas de España…, p. 61-82 ; id., « Variación en el modelo historiográfico alfonsí en el siglo XIII. Las versiones de la Estoria de España », in : Georges MARTIN (éd.), La historia alfonsí : el modelo y sus destinos (siglos XIII-XV), Madrid : Casa de Velázquez, 2000, p. 41-74 ; I., FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ, « Novedades y perspectivas en el estudio de la historiografía alfonsí », Alcanate, Revista de Estudios Alfonsíes, 2, 2000-2001, p. 283-301 ; id., « De la historiografía fernandina a la alfonsí », Alcanate, Revista de Estudios Alfonsíes, 3, 2002-2003, p. 93-133.

35 Corinne Mencé-Caster, Un roi en quête d’auteurité, Alphonse X et l’Histoire d’Espagne (Castille, XIIIe siècle), Paris : Les livres d’e-Spania (Études, 2), 2011.

36 Ramón Menéndez Pidal, Floresta de leyendas heroicas españolas. Rodrigo, el último godo, 3 t., Madrid : Espasa-Calpe, 1956-1958.

37 Madeleine PARDO, « Le roi Rodrigue ou Rodrigue roi », Annexes des Cahiers d’études hispaniques médiévales, 17, 2006, p. 23-60.

38 Georges MARTIN, « Un récit (la chute du royaume wisigothique d'Espagne dans l'historiographie chrétienne des VIIIe et IXe siècles) », in : id., Histoires de l'Espagne médiévale…, p. 11-42.

39 Patrick HENRIET, « Le jour où la “reconquête” commença : jeux d’écritures et glissements de sens autour de la bataille de Covadonga (VIIIe-XIIIe siècles) », in : Claude CAROZZI et Huguette TAVIANI-CAROZZI (éd.), Faire l'événement au Moyen Âge, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2007, p. 41-58.

40 Thomas DESWARTE, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (VIIIe-XIe siècles), Turnhout : Brepols, 2003.

41 G. LE MORVAN, op. cit.

42 Adeline Rucquoi, « Les villes d’Espagne : De l’histoire à la généalogie », in : Hanno Brand, Pierre Monnet et Martial Staub (éd.), Memoria, communitas, civitas. Mémoire et conscience urbaines en Occident à la fin du Moyen Âge, Ostfildern : Jan Thorbecke Verlag, 2003, p. 145-166 ; id., « Le héros avant le saint : Hercule en Espagne », in : Véronique LAMAZOU-DUPLAN (éd.), Actes du Colloque international, Pau, 14-15-16 mai 2009, Pau : Presses Universitaires de Pau, 2011, p. 55-75.

43 Juan Antonio Estévez Sola « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », Habis, 21, 1990, p. 139-152 ; id., « Algo más sobre los orígenes míticos de Hispania », Habis, 24, 1993, p. 207-218 ; id., « Los orígenes míticos de Hispania en las Crónicas españolas de la Edad Media », in : José María CANDAU MORÓN, Francisco GONZÁLEZ PONCE et Gonzalo CRUZ ANDREOTTI (éd.), Historia y mito : el pasado legendario como fuente de autoridad (Actas del simposio internacional celebrado en Sevilla, Valverde del Camino y Huelva entre el 22 y el 25 de abril de 2003), Málaga : Servicio de publicaciones centro de ediciones de la diputación de Málaga, 2004, p. 365-388.

44 José Antonio Caballero López, « Desde el mito a la historia », in : José Ignacio de la Iglesia Duarte et José Luis Martín Rodríguez (éd.), Memoria, mito y realidad en la historia medieval : XIII Semana de Estudios Medievales, Nájera, del 29 de julio al 2 de agosto de 2002, 2003, Instituto de Estudios Riojanos, p. 33-60.

45 Helena de Carlos Villamarín, « Mitos fundacionales en la Península Ibérica. Entre la historiografía medieval y la del temprano humanismo », Euphrosyne, 1995, 23, p. 247-258.

46 I. Fernández-Ordóñez, « Apéndice. La transmisión textual de la Estoria de España… », p. 223-233 ; id. « Variación en el modelo historiográfico alfonsí… » ; et M. de la CAMPA, art. cit., p. 85-90.

47 Ibid.

48 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 19-26 et id., « El taller historiográfico alfonsí. La Estoria de España y la General Estoria en el marco de las obras promovidas por Alfonso el Sabio », in : Ana DOMÍNGUEZ RODRÍGUEZ, et Jesús MONTOYA MARTÍNEZ (éd.), Scriptorium alfonsí, de los libros de astrología a las Cantigas de Santa María, Madrid : Universidad Complutense, 1999, p. 105-126, p. 9. Voir aussi G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333.

49 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 21.

50 PCG, 158, p. 113, 51a-2b.

51 Peter LINEHAN, « Reflexiones sobre historiografía e historia en el siglo alfonsino », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 23, 2000, p. 101-111, p. 102.

52 Jean de SALISBURY (auteur), Katharine Stephanie Benedicta Keats-Rohan (éd.), Ioannis Saresberiensis Policraticus I-IV, Turnhout : Brepols, 1993.

53 Lucas de TUY (auteur) et Emma FALQUE (éd.), Lucae Tudensis Opera omnia. Tomus I. Chronicon mundi, Turnhout : Brepols, 2003, abrégé en Chronicon Mundi. Une traduction de la chronique a été éditée par Julio PUYOL, Crónica de España por Lucas, obispo de Tuy, primera edición del texto romanceado, conforme a un códice de la Academia, preparada y prologada por Julio Puyol, Madrid : Real Academia de la Historia, 1926, abrégé en CM trad..

54 Rodrigue Jiménez de Rada (auteur) et Juan Fernández Valverde (éd.), Roderici Ximenii de Rada Historia de rebus hispanie sive historia gothica, Corpus Christianorum, Continuatio mediaevalis, LXXII, Turnhout : Brepols, 1987, abrégé en De Rebus Hispaniae. La chronique a été traduite en espagnol par Juan Fernández Valverde (éd. et trad.), Historia de los hechos de España, Madrid : Alianza, 1989, abrégé en DRH trad.

55 Durant tout le Moyen Âge, les nations occidentales se sont construites à partir de mythes, en utilisant le concept de la translatio imperii, c'est-à-dire le transfert de pouvoir d'un empire à un autre, en l'occurrence de Troie et de l'Empire romain aux différents royaumes qui se sont créés lorsque l’Empire romain a éclaté sous la pression des peuples barbares. Ce phénomène de la translatio imperii est notamment présent en Italie à travers l'Enéide, en Germanie avec le Saint-Empire Romain Germanique présenté comme héritier de Rome, ou en Angleterre avec Geoffroy de Monmouth qui présente Brutus de Bretagne comme le petit-fils d'Énée et l'ancêtre du roi Arthur.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search