Version classiqueVersion mobile

Cristóbal de Villalón, Gramática castellana

 | 
Cristóbal de Villalón

Critères de transcription

Texte intégral

1L’édition semi-paléographique de la Gramática castellana de Cristóbal de Villalón qui est ici proposée a pour objectif de promouvoir et faciliter des travaux sur la langue castillane du XVIe siècle. Son public cible est en priorité constitué par les historiens de la langue qui trouveront ici matière à nourrir leur réflexion sur un état de langue, tel qu’il peut être représenté dans un manuel de grammaire publié dans la deuxième moitié du XVIe siècle. Les critères de transcription retenus permettront ainsi de mener à bien des travaux sur la graphie, la morphologie et la syntaxe.

2Tout travail d’édition suppose, en effet, un certain nombre de choix éditoriaux, en cohérence avec la visée de l’édition et le public cible, mais aussi en adéquation avec la lisibilité du texte.

Critères de transcription communs aux éditions semi-paléographique et modernisée

3Pour éviter toute interférence qui contreviendrait aux explications que Villalón formule dans sa grammaire à propos des pratiques ou usages qu’il juge ou non normatifs, deux espaces discursifs distincts ont été pris en compte :
l’espace du métalangage proprement dit au sein duquel s’effectuent les interventions, à partir des critères édictés ci-dessous, en vue d’une transcription modernisée. Ainsi, la phrase suivante, présente sous cette forme dans l’édition facsimilée :

Y en este orden de proçeder pussieron çinco differençias de declinaçion, que quiere dezir, de variaçion de la letra final de cada caso por si (cf. édition facsimilée, p. 15)

a été transcrite comme suit :

Y en este orden de proceder pusieron cinco diferencias de declinación, que quiere decir, de variación de la letra final de cada caso por sí (cf. édition modernisée, § 3)

l’espace des exemples et illustrations de formes ou de paradigmes qui appartiennent en propre à l’état de langue du castillan, tel que décrit par Villalón, exempt ici de toute intervention.

Les critères retenus sont (donc) les suivants :
– Les exemples de langue sont mis en italiques :

Que todo nombre que en el singular acabare en vocal hará su plural añadiendo un -s, como hombre, hombres (cf. édition facsimilée, p. 17).

– Les éléments de terminologie métalinguistique en mention sont encadrés par des guillemets hauts :

Los casos, como digo que son seis, se nombran por este manera: “nominativo”, “genitivo”, “dativo”, “acusativo”, “vocativo”, “ablativo”, los cuales todos, como digo, difieren por la letra final, que cada caso acabó en su letra diferente, como lo sabe el que aprendió el latín (cf. édition facsimilée, p. 15).

– Les gloses sémantiques sont placées entre guillemets simples.

Y dice adelante la definición que el nombre no significa ‘acción’, ni ‘pasión’, ‘hacer’, ni ‘padecer’ (cf. édition facsimilée, p. 14).

– Toute erreur manifeste dans le texte a été corrigée. Les corrections sont indiquées entre crochets : sospecha[v]a pour sospechana.

– La pagination du texte facsimilé est respectée de même que la disposition des alinéas ; le numéro de page apparait entre crochets.

– La ponctuation est régularisée conformément aux normes de la Real Academia Española (2010).

– Les majuscules sont régularisées conformément aux normes de la Real Academia Española (2010).

– Dans le cas des désinences ou terminaisons isolées, la majuscule, lorsqu’elle est présente dans le texte facsimilé, est respectée. Dans la transcription, les désinences ou terminaisons sont précédées d’un tiret et apparaissent en italiques : -Ud.

Todo nombre acabado en -Ud, es del género femenino como juventud, salud, senectud, virtud.

– Les abréviations sont résolues : grã > gran ; cõvienen > convienen.

Critères de transcription pour l’édition semi-paléographique

4En tenant compte du double impératif de respect de la langue originale du texte et de lisibilité, voici les principaux critères que nous avons retenus pour l’édition semi-paléographique :

Régularisation des majuscules conformément à l’usage actuel

5Nous adoptons des critères de transcription des majuscules conformes à la pratique actuelle, sachant que les notions de phrase et de proposition ne se définissaient pas de la même façon à l’époque de Villalón. La restitution d’un usage des majuscules conforme à l’usage actuel participe de la volonté de lisibilité du texte.

Régularisation de la ponctuation conformément aux usages actuels de la RAE

6Nous adoptons des critères de ponctuation conformes aux usages actuels de la RAE. Toutefois, les lecteurs intéressés par les normes de ponctuation qui ont guidé l’écriture de la Gramática castellana de Villalón, peuvent se reporter au dernier chapitre de sa grammaire dans lequel Villalón explicite son propre usage des signes de ponctuation.

Conservation de l’ensemble des graphies, telles qu’elles se présentent dans le texte.

7Lorsqu’un changement a été opéré, une note de bas de page le signale.
Nous avons ainsi maintenu la variation graphique sienpre / siempre.
Toutefois, nous avons opéré les interventions suivantes dans le texte :

– Caractérisation de la valeur consonantique de /b/ moyennant le recours au graphème v face au graphème u : inuentor > inventor ; ainsi le graphème u ne conservera qu’une valeur vocalique dans notre transcription : huviesen.

– Résolution des abréviations : inuẽtor > inventor.

– Séparation des groupes « préposition + article ou démonstratif » selon l’usage moderne : dela > de la ; enesta > en esta, mais maintien des lexies séparées, dès lors qu’elles peuvent servir à des études d’ordre syntaxique (enclise) : maravillando me. Il n’y a pas non plus à ce niveau de régularisation de l’accent graphique, les deux lexies restant séparées.

Maintien des signifiants morphologiques de l’époque

8Exemple : deste, della, metello, terná (avec une note). Une variante comme desta est intéressante car elle représente une variante de de comme le français « du ».

Conservation des graphies savantes

  • 1 Real Academia Española, Ortografía de la lengua española, Madrid : Espasa Calpe, 1999, p. 21.

9Nous avons choisi de conserver les digraphes et groupes savants, en raison notamment de leur longévité puisqu’ils obéissent vers le milieu du XVIe siècle à une tradition qui va durer encore au moins un siècle et demi. Ils ne disparaissent généralement de manière définitive que vers la fin du XVIIIe siècle. Ce choix reste en cohérence avec d’autres usages graphiques d’origine savante, tels que le groupe ct (auctoridat) que nous avons choisi de maintenir. Il s’agit de mots tels que orthographia, sinecdoche, methafora, methonimia, propheta, prohemio. Nous trouvons également dans le texte de Villalón des variantes telles que : profeta, orthografia, metafora.
S’agissant plus spécifiquement des digraphes avec h, voici ce qu’en dit la Real Academia Española1 :

También se fue suprimiendo progresivamente la h de los dígrafos con dicha letra (ph, th, rh y ch) en palabras de procedencia hebrea o griega. Desde 1779 se suprimen th y rh ; así, Thamar, Athenas, theatro, rheuma, pasaron a escribirse Tamar, Atenas, teatro, reuma.
La combinación
ph también se eliminó en favor de f a partir de 1803 (phantasma, amphora, orthographía se escribieron desde entonces fantasma, ánfora, ortografía).
El dígrafo
ch quedó eliminado para representar el sonido velar oclusivo sordo en palabras como Christo, chimera, choro, que desde 1803 se escribieron Cristo, quimera, coro.

Selon cette même logique, nous nous proposons de conserver le groupe « qu » lorsqu’il se présente : qual, quando, quatro.

Critères de transcription pour l’édition modernisée

10L’édition modernisée que nous proposons de la Gramática castellana de Cristóbal de Villalón a pour objectif de promouvoir et faciliter des travaux sur la description grammaticale du castillan au XVIe siècle. Son public cible est en priorité constitué par les grammairiens et linguistes qui trouveront ici matière à nourrir leur réflexion sur la description grammaticale, la conscience linguistique et les ressources métalinguistiques, telles qu’elles pouvaient être représentées et explicitées dans un manuel de grammaire publié dans la seconde moitié du XVIe siècle.

11Le texte de Villalón a la particularité de présenter ce qu’il conviendrait d’appeler des normes orthographiques et de ponctuation, propres aux usages de la langue écrite à son époque : « siguesse la quarta parte, y libro final de la Gramatica Castellana. En la qual se trata de la Ortographia : que es el orden que se deve guardar para bien escrevir en la lengua castellana ». Toutefois, il est à noter que Villalón ne respecte pas nécessairement dans son texte les normes qu’il édicte. Par exemple, il met en évidence l’opposition entre la vibrante simple et la vibrante multiple, en recommandant de bien la respecter à l’écrit. Notons cependant que Villalón écrit honrra avec rr aux pages 79-80 du facsimilé, bien que le graphème ne soit pas à l’attaque du mot (prinçipio de parte) :

De la r ya diximos quando de la l. Pero agora es de notar que el castellano algunas vezes la pronunçia simple, como en estos vocablos carga, tarde, mar, y otras vezes la pronunçia doblada, como en estos vocablos: amarra, parra, barra. Y para escrevir la bien conviene que se guarde esta regla: que una r sola, por pequenna que sea puesta en prinçipio de parte, vale por dos. Como en estos vocablos razon, reñon, rumor, reuma, y los semejantes. Pero en medio del vocablo donde es menester r doblada para la pronunçiaçion del vocablo, conviene que se pongan dos juntas pequennas, como en estos vocablos parra, barra, amarra, los quales, a no llevar mas de una r sola, mudan la sinificaçion, porque ay differençia clara entre xara y jarra, vara y barra y los de mas (cf. édition facsimilée, p. 79).

12Dans ces conditions, des critères de transcription ont été proposés pour la régularisation du texte, dès lors qu’ils n’entraînent aucune altération du système phonologique.

Modernisation de l’accentuation

  • 2 L’édition semi-paléographique n’en comporte pas non plus.

13Les accents graphiques sont représentés selon les règles édictées par la Real Academia Española (2010), sachant que l’édition facsimilée n’en comporte aucun2. Ainsi, le choix a été fait de transcrire les pronoms démonstratifs et l’adverbe solo sans accent.

Choix du graphème actuel

14Le choix du graphème actuel est de rigueur, dès lors que la variation graphique ne repose sur aucune opposition phonologique à l’époque, conformément aux descriptions de Villalón lui-même dans la quatrième partie de sa grammaire.

15– La variation graphique b/v est régularisée suivant les graphies actuelles : tubo > tuvo ; huuiessen > hubiesen.

Viniendo pues a la letra b, que es la primera en el orden del a, b, c, después de la a, que es vocal. Digo que en esta nuestra lengua los castellanos muy poco la dividen y diferencian de la v. Porque ninguna diferencia han hecho en el escribir la palabra con b, más que con v. Porque entre ellos ansí escriben bibir y bever. Y escriben bien con v, y otras cualesquiera palabras semejantes, porque en la pronunciación ningún puro castellano sabe hacer diferencia” (Cf. édition facsimilée, p. 66).

16– La variation graphique c/ç/z est régularisée par le graphème c devant voyelle palatale : differençia > diferencia ; hazer > hacer.

Pero es de notar, que digo que la c simple tiene el mismo sonido que la q, porque suele el castellano escrebir la c con una cedilla al pie, que la haze casi z. Y ansí usan los castellanos escrebir çebolla, çedaço, çelestial, çelada, çelebrar. Entonces no es simple c, sino con cedilla, y entonces no se puede poner en lugar de la q, ni la q en lugar de la c, porque entonces en estos vocablos es c, media z. (Cf. édition facsimilée, p. 68).

La z en el castellano tiene la mesma pronunciación que la c con cedilla, dos veces pronunciada. Porque, como dijimos cuando tratamos de la c, que usaba della de dos maneras el castellano simple, y entonces vale tanto como q y dijimos que usa della el castellano con cedilla y que entonces vale tanto como media z. Por tanto decimos que la z vale tanto en la pronunciación castellana como dos veces la c con cedilla. Y ansí escribimos con ella estos vocablos: zángano, zaque, zebra, zorzal, zebratana, zorra, zumbido y los semejantes” (Cf. facsimilé, p. 81).

17– La variation graphique j (a,o,u) / g (e,i) / x est régularisée par le graphème j : dexar > dejar, les trois graphèmes renvoyant à l’époque à la fricative palatale sourde.
Pour une meilleure lisibilité du texte, la variation graphique j (a,o,u) / g (e,i) / x a été régularisée. Le graphème x n’a pas été retenu. À cette époque, seul l’assourdissement des fricatives était généralisé ; la vélarisation de la fricative palatale sourde n’avait pas encore eu lieu.

La x en el castellano tiene la mesma pronunciación en el vocablo que tiene la j larga que el latino llama consonante, porque poca diferencia hace decir jarro o xarro, jornada o xornada, porque todo se halla escripto en el castellano. Verdad es que algo más áspera se pronuncia la x que la j consonante. Y por esta causa digo que se debe aconsejar el cuerdo escriptor con sus orejas para bien escrebir. Dirá jarro y no xarro. Dirá xabón y no jabón. Y ansí en los de más que se le ofrecieren” (Cf. édition facsimilée, p. 81).

18– Le digraphe -ss- est régularisé en -s-, du fait de l’absence d’opposition, à cette date, entre fricatives alvéolaires sourdes et sonores : tienesse > tiénese.

La s también usa el castellano en su pronunciación simple y doblada, aunque pocas veces muda la sinificación el vocablo por ir simple o doblada. Pero, porque es mucha razón que el cuerdo escriptor escriba como deba pronunciar, se pone esta regla: que cuando la s está entre dos vocales diversas se puede doblar sin vicio, como en estos vocablos caussa, camuessa, camissa, gruessa. Pero cuando la s está entre dos vocales semejantes, de manera que la vocal que se sigue es la mesma que precede, entonces es necesario que doble la s, como en estos vocablos fuesse, dixesse, pusiesse, y ansí en los semejantes (Cf. édition facsimilée, p. 80).

19– Le digraphe -ff- est régularisé en -f- : differençia > diferencia.

20– L’usage du h est régularisé conformément à l’usage actuel : Prohemio > Proemio ; aver > haber.
Remarque : on trouve la forme han dans l’original : como se han de ordenar y componer por evitar barbarismos en el hablar.
Villalón ne fait aucunement allusion au h muet : il ne reconnaît que le h aspiré.

La h ya hemos dicho que no es letra sino aspiración, que da alma y espíritu, y fuerza a la palabra donde se pone, que se debe pronunciar con vehemencia. Y hemos dicho cómo se pone en lugar de la f, y cómo se ha de pronunciar echando el huelgo con fuerza y sonido de la boca” (Cf. édition facsimilée, p. 74).

21– Le h à l’initiale est régularisé pour les mots provenant d’étymons latins en F- : fablar > hablar.

La f en castellano tiene el mesmo sonido y pronunciación que la aspiración h, y ansí donde quiera que el castellano puede poner la h, pone la f. También fazer como hazer, fablar como hablar, filo como hylo, fijos como hijos, fincar como hincar. Y ansí comúnmente si se usase, se podría poner en todo lugar la una letra en lugar de la otra. Pero porque en muchas provincias y tierras de Castilla no lo usan en muchos vocablos, parecen algunos feos que en otros suenan bien, como estos vocablos que hemos dicho. Y no suena tan bien decir hortuna como fortuna, ni hatiga, como fatiga. Y en unas partes dicen ahorro, y a lo mesmo dicen en otras aforro, y en otras dicen hormas de zapatos, y en otras formas. Y ansí concluimos en este propósito: que pues el sonido y pronunciación es la mesma en ambas letras, cualquiera manera se sufrirá que queramos decir. Pero debe se mirar con gran aviso que digamos siempre el mejor sonido que hiciere a las orejas con la costumbre de los más cuerdos y más avisados en el hablar en aquella provincia, porque entonces parecerá mejor (Cf. édition facsimilée, p. 72-73).

22– La distinction phonologique entre les vibrantes simples et multiples est notée graphiquement selon les critères de l’espagnol actuel : onrra > honra.

23– Les mots écrits avec -qu prononcé [kw] dans l’édition facsimilée sont transcrits par -cu : quando > cuando, sauf pour les exemples que Villalón mobilise en discutant précisément ces questions de grapho-phonologie dans la quatrième partie de sa grammaire.

Les groupes « préposition + article ou démonstratif »

24Ils sont transcrits selon l’usage actuel : dela > de la ; enesta > en esta ; desta > de esta.

L’enclise et son accentuation

25– L’enclise et son accentuation sont régularisées graphiquement : maravillando me > maravillándome.

26– L’enclise du pronom est maintenue pour un verbe situé en tête d’une proposition indépendante ou principale : Sacanse estos nombres que son del genero comun de dos… > Sácanse estos nombres que son del género común de dos.

Autres critères de transcription

27– L’apocope des adjectifs et des adverbes est régularisée selon le système actuellement en vigueur.

28– Lorsqu’une unité lexicale ancienne a évolué au niveau morphologique (sans changement de sens), c’est la forme actuelle qui a été choisie : ayuntar > juntar ; agora > ahora. Il en va de même de certaines autres formes telles que alguno > alguien.

29– La désinence de la deuxième personne du pluriel des verbes est régularisée : quisieredes > quisiereis.

Notes

1 Real Academia Española, Ortografía de la lengua española, Madrid : Espasa Calpe, 1999, p. 21.

2 L’édition semi-paléographique n’en comporte pas non plus.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search