Version classiqueVersion mobile

Cristóbal de Villalón, Gramática castellana

Présentation du projet dans son ensemble et de ses contributeurs

Texte intégral

Descriptif et objectifs du projet

  • 1 Cristóbal de Villalón, 1558. Gramática castellana […]. Edición facsimilar y estudio de Constantino (...)
  • 2 Ce présent ouvrage offre une édition semi-paléographique et une édition modernisée de la grammaire (...)

1Le projet se propose d’éditer et de traduire en langue française la Gramática castellana de Cristóbal de Villalón, publiée en 1558. L’approche comparative critique avec la Gramática de la lengua castellan d’Antonio de Nebrija, parue en 1492 en Espagne, a été privilégiée. Il vise ainsi, à partir de l’édition facsimilée de Constantino García1, à proposer une édition semi-paléographique et une édition modernisée du texte, ainsi qu’une traduction en langue française2.

2Première grammaire de la langue castillane, la grammaire de Nebrija est aussi l’une des toutes premières grammaires d’une langue romane en Europe, avant que ne fleurissent au XVIe siècle dans les divers pays européens, toute une série de grammaires en langue vernaculaire, parmi lesquelles, en Espagne, celle de Villalón qui peut être tenue pour la première grammaire en castillan complète, après celle de Nebrija. En ce sens, Nebrija peut être considéré comme un précurseur, d’autant qu’il était parallèlement un grand latiniste et qu’a priori, rien ne le prédisposait plus qu’un autre à cet intérêt pour la langue vernaculaire. Dans le même temps, il reste prisonnier de la conscience linguistique de son siècle, puisqu’il doit justifier son intérêt pour le castillan, ce qui n’est plus du tout d’actualité chez Villalón, vers le milieu du XVIe siècle.

3L’édition et traduction en français de la grammaire de Villalón, et l’attention portée à son étroite intertextualité avec celle de Nebrija, répondent donc à une volonté de diffuser auprès d’un public francophone ou capable de lire en français (historiens de la langue, des grammaires, linguistes, doctorants dans ces domaines…), et ne lisant pas nécessairement l’espagnol – ou l’espagnol du XVIe siècle surtout dans sa version facsimilée –, une des premières grammaires castillanes en langue vernaculaire, encore très mal connue. Elle a aussi pour ambition de sensibiliser un public d’hispanistes à la connaissance d’un texte qui a sa place dans l’histoire de la langue castillane, en le mettant en regard d’un autre – la Gramática de la lengua castellana de Nebrija – qui fait figure de modèle du genre.

4Pourront ainsi être étudiés un ensemble d’éléments métatextuels et paratextuels, permettant de réfléchir à l’histoire et à l’évolution de la description de la langue castillane, de susciter dans une perspective historique, une approche comparative entre description grammaticale ancienne et nouvelle, d’une part, et théories et description linguistiques, d’autre part.

5Cette approche vise également à enrichir le champ de la traductologie, dans sa dimension diachronique, mais aussi plus technique, dans la mesure où l’exercice de traduire une grammaire requiert des mécanismes et des ressorts qui ne sont pas ceux que l’on mobilise nécessairement pour d’autres types de textes. Actuellement peu de grammaires sont traduites, alors que cet exercice était assez répandu dans le passé.

Conception et organisation du projet

Responsabilité scientifique du projet

6Ce projet est né d’une idée originale de Maria Jiménez. Sa responsabilité scientifique a été assumée par Corinne Mencé-Caster, en collaboration étroite avec Maria Jiménez et Marie-Pierre Lavaud-Verrier. Il a pu être mené à bien par la forte implication d’enseignants-chercheurs linguistes et non linguistes qui s’y sont investis pleinement en constituant une sorte de « cellule permanente », fonctionnant dans le cadre d’un atelier d’édition et de traduction (voir infra « Contributeurs au projet »).

Perspective scientifique

7Ce projet collectif s’inscrit dans le cadre du séminaire de linguistique ibéro-romane RELIR de Sorbonne Université (EA 4080) et comporte, de ce fait, une dimension scientifique évidente. Éditer et traduire un texte « ancien » qui est lui-même dans un étroit rapport d’intertextualité avec un texte majeur comme celui de Nebrija, et avec d’autres textes – les grammaires latines, en particulier celles de Priscien et Donat, mais aussi l’ensemble des grammaires en langue vernaculaire qui fleurissent en Europe à la même époque – suppose de s’approprier les éléments de langage de ces hypotextes, de les analyser, de les mettre en perspective avec le langage grammatical de l’époque, à une période où cohabitent latin et langues vernaculaires, dans une situation de fin de domination de la langue latine, dépositaire jusque-là de l’entier du prestige linguistique.

8En ce sens, la publication d’une grammaire castillane qui revendique une totale autonomie par rapport au latin et une grammatisation du castillan en soi et pour soi constitue une rupture dans l’ordre existant jusqu’alors. Cette publication pose la question de la place d’une discipline générale – l’art grammatical constitué dans le cadre de la tradition gréco-latine – face à une discipline particulière qui est en voie de constitution – la grammaire d’une langue vernaculaire qui s’affirme dans une égale dignité avec le latin. Elle met aussi en question les autorités, leurs méthodes, leurs concepts : s’agit-il d’une reconfiguration de la discipline ? De l’émergence de nouvelles autorités du savoir sur la langue ? Comment le grammairien du castillan que prétend être Cristóbal de Villalón prend-il position par rapport à Antonio de Nebrija ? Comment entend-il décrire le « système » du castillan et en trouver les régularités ? En quoi se démarque-t-il des descriptions de Nebrija ? Comment cette description de la langue castillane, qui puise ses fondements dans celle de la Gramática de la lengua castellana de 1492, est-elle en mesure de questionner la linguistique d’aujourd’hui, que ce soit au niveau de la métalangue ou des modalités mêmes de la description des langues ? En quoi la traduction d’une grammaire ancienne peut-elle être un outil au service de la réflexion traductologique actuelle et des théories sur la langue et l’histoire de la langue ? Quelles intertextualités fructueuses sont-elles susceptibles d’entretenir avec les grammaires françaises et portugaises du XVIe siècle ?

9Ces quelques questionnements, qui sont certes loin d’être exhaustifs, permettent d’envisager les études et analyses qui pourraient être menées sur le sujet dans une perspective scientifique.

Perspective didactique et pédagogique

10Ce projet entend se développer aussi depuis une perspective didactique et pédagogique, et c’est pourquoi il importe d’y associer et d’y intégrer pleinement des étudiants et des doctorants. Éditer un texte est une aventure gratifiante qui implique d’identifier un ou des lecteur(s)-cible(s), de se confronter à la logique de découpage et de ponctuation d’un « manuscrit », de contraction des mots, du rapport entre graphies et phonèmes, afin de définir des critères d’édition cohérents et partagés. C’est se retrouver de l’autre côté du miroir en quelque sorte, comme « éditeur » et non plus comme « lecteur ». C’est aussi être sensibilisé à la notion d’« édition critique ».

11Traduire un texte long, dans sa complétude, qui plus est, de manière collective, est une expérience qui se distingue assez radicalement de la traduction d’un bref extrait dans le cadre d’un cours de version. Réfléchir ensemble dans une « horizontalité » de tous les instants à la traduction de ce texte, être confrontés à des difficultés de traduction qui semblent parfois insurmontables, mettre en commun des compétences différentes, échanger, débattre, sont autant de moyens de « faire vivre » la traduction sous un angle distinct de la perspective plus « scolaire » sous laquelle elle est généralement abordée.

12L’objectif est de montrer que l’exercice de la traduction suppose de l’endurance, de la ténacité, de la réflexion, tout autant que de la modestie et de la confiance en soi. Personne n’a la science infuse, mais en consultant les bons outils, en ne se décourageant pas, en osant faire des propositions, on avance et on en apprend énormément, par soi-même mais aussi avec les autres.

13L’atelier collectif d’édition et de traduction a cela de bon qu’il met enseignants et étudiants sur un pied d’égalité, l’étudiant pouvant donner son avis, exprimer de manière argumentée tel ou tel désaccord, formuler des propositions de critères d’édition, de choix de traduction, ce qui l’engage lui-même dans une dynamique de réflexion sur l’objet « texte », ainsi que sur les langues espagnole et française.

14De fait, ce projet est éminemment collectif et vise à rassembler des enseignants, des étudiants, des linguistes et non-linguistes, au service de l’édition et de la traduction d’un texte entier et complexe, et qui prend position par rapport à un autre texte fondateur, la Gramática castellana de Nebrija, en le critiquant rudement, sans pouvoir l’ignorer ni le dépasser.

Contributeurs au projet

15Le séminaire de linguistique hispanique (master) et le séminaire de recherche doctoral ont servi tous deux d’entrée au projet, dans sa double dimension scientifique et pédagogique. Les étudiants de master inscrits au séminaire ont participé à la traduction des extraits des deux textes (grammaires de Nebrija et Villalón), en réfléchissant dans le même temps aux problématiques scientifiques essentielles, posées par l’édition et la traduction d’un texte ancien qui, de plus, est une grammaire.

16L’atelier a fonctionné à partir d’une forme de « cellule permanente » d’enseignants-chercheurs, autour duquel ont gravité, selon leur disponibilité, des étudiants de licence et de master, des doctorants et des professeurs agrégés (anciens étudiants de Paris IV) intéressés par le projet et prêts à s’y investir.

17Toute l’équipe remercie Hélène Thieulin-Pardo qui, outre sa contribution à la cellule permanente, a réalisé un important travail de préparation des fichiers et a mis en ligne l’ouvrage.

« Cellule permanente » d’enseignants-chercheurs

Responsabilité scientifique
MENCÉ-CASTER Corinne (Sorbonne Université)

Coordination
JIMÉNEZ Maria (Sorbonne Université)
LAVAUD-VERRIER M. Pierre (Sorbonne Université)

Contributeurs permanents
BEAUMATIN Eric (Sorbonne Nouvelle–Paris 3)*
BENARROCH Myriam (Sorbonne Université)
DARBORD Bernard (Université Paris Nanterre)
LUCIEN Renée Clémentine (Sorbonne Université)
THIEULIN-PARDO Hélène (Sorbonne Université)
WEBER Élodie (Sorbonne Université)

*BLESTEL Élodie (Sorbonne Nouvelle–Paris 3) a aussi contribué un temps à ce projet.

Étudiants de master et doctorants

AZCONA Marguerite
CLERC Eva
LE GOFF Margotte
MOSCOGIURI Francesco
OLIVEIRA Chloé
PETRELLI Antonella
RICOUART Adrian
SEBBAGH Eva
THEUIL Cynthia

Notes

1 Cristóbal de Villalón, 1558. Gramática castellana […]. Edición facsimilar y estudio de Constantino García, Madrid : CSIC, 1971.

2 Ce présent ouvrage offre une édition semi-paléographique et une édition modernisée de la grammaire de Villalón. Un autre ouvrage, prochainement publié dans la collection « Studies » d’e-Spania Books, proposera la traduction en français de ce texte, ainsi qu’une série d’études sur son contenu.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search