Version classiqueVersion mobile

Correspondencias entre mujeres en la Europa medieval

 | 
Jean-Pierre Jardin
, 
Annabelle Marin
, 
Patricia Rochwert-Zuili
, 
et al.

Correspondencias familiares entre mujeres

« Señora hermana mi coraçón » : affects, services et vie quotidienne à travers la correspondance des comtesses de Feria

Annabelle Marin

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir l’introduction de Benoît GRÉVIN, « Lettres en contexte (Xe-XIIe siècles), Partie 1 », Cahiers (...)

1« L’histoire de la lettre au Moyen Âge revient de loin1 » : c’est ainsi que l’historien Benoît Grévin débute l’introduction du numéro 61 des Cahiers de civilisation médiévale portant sur des « lettres en contexte ». Il invite non seulement à étudier la lettre dans sa forme, mais à s’intéresser aussi à son contexte de création et à sa logique de circulation. S’il est largement question de lettres recopiées et insérées dans des collections, ses remarques doivent servir de préalable à toute étude historique d’une forme épistolaire car, si l’histoire de la lettre au Moyen Âge revient de loin, elle revient aussi à la mode. La difficulté d’analyser ce type de source, l’« objet-lettre », a été au centre de réflexions historiographiques intéressantes. L’accent a été surtout mis sur le fait que l’épistolaire de la fin du Moyen Âge concerne non seulement les hommes mais aussi les femmes et l’étude des cartas de mujeres ouvre des perspectives sur les pratiques de pouvoir des femmes au XVe siècle. Étudier ces correspondances permet non seulement de saisir les interactions entre les hommes et les femmes, mais aussi de dessiner les contours d’un espace social commun, et d’approcher les surfaces relationnelles propres à chacun et à chacune. En ce qui concerne les femmes nobles en Castille au XVe siècle, peu de lettres sont connues et l’on constate que seules des cartas émises ou destinées à des infantes et des reines ont fait l’objet d’études approfondies, dans le cadre d’un renouveau historiographique formidable qui est au cœur des problématiques explorées par le projet MISSIVA.

Un dossier documentaire inédit

2Couvrant le XVe siècle, la correspondance présentée et étudiée ici est inédite et comporte plusieurs caractéristiques. Ce sont des lettres écrites par ou à des femmes nobles, les comtesses de Feria, qui n’appartiennent donc pas à la famille royale. Découvertes dans les archives des ducs de Medinaceli à Tolède, ces correspondances impliquent des épouses des dignitaires de la cour des rois Trastamare, issu du lignage des Suárez de Figueroa. Originaire de Galice, cette famille entre sur la scène de l’histoire politique de Castille à partir de 1387 lorsque l’un de ses membres, Lorenzo Suárez de Figueroa, occupe la charge de Maestre de la Orden de Santiago. À la tête de l’une des maisons les plus importantes d’Estrémadure, il est un allié du monarque, notamment dans la défense des frontières avec le Portugal et en Andalousie. La domination territoriale exercée par ce lignage, qui détient de nombreux titres, ne cesse de grandir au Moyen Âge. Si les membres du lignage appartiennent à ce que certains historiens ont pu qualifier « d’épigones Trastamare » (au sens d’une nouvelle noblesse créée par les monarques de la même dynastie), bien loin de s’opposer aux grands lignages castillans (tels que les Mendoza, Guzmán, Dávalos), ils s’y allient par des stratégies matrimoniales habiles.

3Le dossier se compose de dix lettres couvrant trois générations de femmes. Des lettres mettant en scène Elvira Lasso de Mendoza ont attiré notre attention dans le cadre de ce colloque s’intéressant aux correspondances féminines. Elles permettent en effet d’aborder plusieurs liens familiaux originaux et peu étudiés par les historiens faute de sources pour la période (le XVe siècle), l’espace (la Castille) et la catégorie sociale (la haute noblesse) considérées : des liens entre tante et neveu (lettres 52.009, 52.011 et 52.013) ou encore des liens entre belles-sœurs comme l’évoquent les lettres 52.017 et 52.019 du corpus.

Historiographie et démarche

  • 2 Agnès FINE, Christiane KLAPISCH-ZUBER et Didier LETT, « Liens et affects familiaux », Clio. Femmes, (...)
  • 3 Jacques REVEL « L'Histoire au ras du sol » in : Giovanni LEVI, Le pouvoir au village, Paris : Galli (...)
  • 4 Jean-François CHAUVARD, « Source notariale et analyse des liens sociaux. Un modèle italien ? » in :(...)
  • 5 Maurice GODELIER, Les métamorphoses de la parenté, Paris : Flammarion, 2004, p. 641.
  • 6 Ibid., p. 663.

4Pour analyser ces lettres, notre démarche s’inscrit dans des tendances poursuivies par les historiens et anthropologues depuis plusieurs décennies. Il s’agit tout d’abord de dépasser certaines fictions historiographiques en revenant notamment sur la théorie des « sphères » ou « espaces séparées » qui est une manière de représenter la société née pendant la Révolution française. Cette idée consistant à séparer la sphère privée (domestique et familiale) de la sphère publique des citoyens a la dent dure et imprègne subrepticement et parfois de manière inconsciente notre façon d’envisager certains faits. Des travaux d’historiens ont pu remettre en question cette séparation pour insister sur la porosité existant entre ces deux sphères. En ce qui concerne le contexte historique qui nous intéresse, nous devons doublement nous en départir : d’une part, parce que la distinction entre la sphère publique et privée au Moyen Âge et plus largement sous l’Ancien Régime n’est pas nette et, d’autre part, parce que cette séparation privée / publique implique aussi une séparation hommes / femmes qui est à relativiser puisque, bien loin d’être tenues à l’écart des affaires, les femmes nobles sont impliquées dans leur gestion active. De nombreux travaux tendent aussi à souligner et à analyser l’accès différencié au sein de la famille entre les filles et les garçons au patrimoine matériel et immatériel2. En outre, l’analyse de cas particuliers (ici les correspondances des comtesses de Feria) s’inscrit dans une tendance à faire « une histoire au ras du sol »3, pour reprendre l’expression consacrée de Jacques Revel, ou plutôt au ras des pratiques. De plus en plus, historiens et anthropologues s’emploient à démontrer que les actions évoluent selon le contexte et la situation, comme l’a de nombreuses fois démontré Christiane Klapisch-Zuber. Les relations familiales sont alors envisagées moins comme des systèmes que comme des processus divers et changeants. Jean-François Chauvard écrit d’ailleurs qu’« il est impossible aujourd’hui d’étudier une famille, un groupe, une communauté sans partir des individus eux-mêmes, de leur pratique, de leur comportement, de leurs relations et du même coup sans faire sien l’arsenal méthodologique de la micro-histoire : la reconstitution biographique, les configurations relationnelles, l’analyse de réseau »4. Pour décrire la parenté, l’anthropologue français Maurice Godelier distingue deux niveaux : l’individuel et le social. Au niveau individuel, on naît et vit à plusieurs « places » dans la parenté : on peut être à la fois un père et un fils, un frère et un oncle, une fille, une épouse et une mère. Certaines positions sont choisies (le fait d’être parent), d’autres sont subies (le fait de naître, mais aussi de devenir un oncle). Par ses choix et aussi par les choix des personnes avec lesquelles il s’allie, un individu passe donc d’une position à l’autre dans l’univers de la parenté5. Maurice Godelier ajoute que si c’est toujours du social qui devient du parental, et non l’inverse, alors c’est toujours du social qui transforme les rapports de parenté6. Il convient donc d’étudier le rôle des femmes au sein de la famille selon leur place dans la parenté tout autant que selon leur genre. Car le statut familial, la place occupée à un instant t dans la famille a une valeur explicative tout aussi importante que le genre pour expliquer les différences au sein de pratiques de transmission.

5Dans ce colloque intitulé « correspondance entre femmes, échanges et médiations épistolaire », il est question de se concentrer sur la question de la médiation exercée exclusivement par des femmes au moyen de la lettre. Au vu de notre corpus et des réflexions historiographiques et méthodologiques précédentes, une interrogation s’impose alors : existait-il au sein de la haute noblesse féminine des chaînes de médiation (au sens d’entremise, de participation) dont la lettre était le principal support ? Si oui, sur quels sujets portait la médiation ?

Amitiés féminines ou sociabilités nobiliaires ?

  • 7 Matthieu Gellard, Une reine épistolaire : lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis, Pari (...)
  • 8 Bénédicte SERE, Penser l’amitié au Moyen Âge : étude historique des commentaires sur les livres VII (...)

6Analysant la correspondance féminine de Catherine de Médicis7, Matthieu Gellard a formulé la question suivante : une reine de France peut-elle avoir des amies ? S’il est vrai que le pouvoir d’une reine de l’époque moderne n’équivaut pas à celui d’une aristocrate, nous voudrions tout de même nous demander si des liens amicaux unissaient les femmes nobles et, si oui, quelle en était la nature8.

  • 9 Claire BIDART, L’amitié, un lien social, Paris : Éd. la Découverte, 1997.
  • 10 « L’amitié n’est pas tout entière contenue dans un rapport entre une personne et une autre. Elle s’ (...)
  • 11 « Un ensemble d’individus entre lesquels fonctionnent certains codes, certaines règles, des symbole (...)

7L’amitié prend un sens différent selon les époques. Les ouvrages de sociologie la définissent comme un lien social basé avant tout sur la confiance et le soutien qui seraient le « noyau stable de [s]a définition », et qui se déclinerait ensuite selon un ensemble de variations9. La proximité sociale, à savoir une ressemblance sur le plan social et culturel, est l’un des facteurs de naissance d’une amitié puisque partager les mêmes réalités et vivre le même quotidien entraîne la création de liens spécifiques où l’échange est permis. L’homophilie de classe s’impose souvent quelle que soit l’époque considérée, les affinités d’âge pouvant aussi rentrer en compte. En définitive, les amitiés naissent dans « un environnement social »10 composé d’un ensemble de personnes plus restreint que l’entourage domestique et que l’on peut qualifier de cercle social11.

  • 12 Ángela Muñoz Fernández évoque « un escenario de relaciones personales, libremente configuradas, anu (...)
  • 13 Régine LE JAN, Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris : Picard, 2001, p. 173. On (...)
  • 14 Voir notamment Joaquín YARZA LUACES, El retablo de la flagelación de Leonor de Velasco, Madrid : El (...)
  • 15 Leonor de Velasco était la fille de Beatriz, qui la mentionne abondamment dans son testament, tandi (...)
  • 16 « Ytem mando que den a santa clara de medina de pomar donde està la señora mi sobrina e sobrinas ve (...)
  • 17 « Una vez más, los objetos litúrgicos tendían puentes entre los miembros de la familia, entre los v (...)

8Si les cours seigneuriales constituaient des « espaces-refuges »12, au sens d’un espace de sécurité et de stabilité émotionnelle pour les aristocrates entourées de femmes qui leur étaient familières, criadas ou membres féminins, des relations moins codifiées et plus personnelles entre les femmes d’une même famille, « à la périphérie de la parenté »13, pouvaient se détacher. Celles-ci, vivant ou non sous le même toit, pouvaient développer des liens privilégiés d’ordre affectif et politique. Plusieurs cas de figure laissent en effet envisager des relations de cet ordre-là, par exemple celui de Mencía de Mendoza avec Leonor de Velasco14, abbesse du couvent de Medina de Pomar, et Leonor de Mendoza, abbesse du monastère de las Huelgas, toutes deux parentes éloignées de la comtesse de Haro15. Les legs effectués à ces dernières par la comtesse permettent d’appréhender cette relation de proximité : elle fait notamment une série de donations aux moniales du couvent de Medina de Pomar, qui appartient à la famille de son mari16. Selon Felipe Pereda, Leonor de Mendoza eut un rôle important dans la vie de la comtesse, qui lui confia la garde d’une importante quantité d’argent qu’elle voulait éloigner de son fils lors de la querelle qui les opposa. De son côté, Leonor de Mendoza reçut quelques 30 000 maravedís. C’est aussi à elle que fut confiée la charge de donner à San Francisco de Guadalajara une série d’objets liturgiques qui, selon la belle expression de Felipe Pereda, sont autant de ponts entre les vivants et les morts d’une même famille17.

  • 18 Il invite à étudier non seulement la lettre dans sa forme, mais aussi à s’intéresser à son contexte (...)
  • 19 « Iten avia en este cofreçillo algunas escripturas asy como cartas mensajeras » in : : Enrique PARD (...)
  • 20 Voir Bruno DUMEZIL et Laurent VISSIÈRE, Épistolaire politique. 1. Gouverner par les lettres, op. ci (...)
  • 21 Autrement, pour un état des lieux conceptuel et historiographique relatif à la question des affects (...)
  • 22 Les lettres envoyées ne sont pas écrites, ni signées par la comtesse. À l’instar de celles de la du (...)
  • 23 Même s’il semble difficile de percevoir dans ce corpus un caractère rhétorique et proprement littér (...)
  • 24 L’historien Matthieu Gellard évoque les difficultés à savoir même si des complicités évidentes semb (...)
  • 25 « Letter-writing was merely the translation of experience onto paper, a practice requiring neither (...)

9Pour communiquer entre elles, les aristocrates pouvaient évidemment utiliser la correspondance18, comme le prouve notamment la présence d’un coffre rempli de « algunas escripturas asy como cartas mensajeras » dans l’inventaire d’Aldonza de Mendoza19. Si leurs échanges témoignent d’une connaissance et d’une gestion méthodique et raisonnée des choses du quotidien ainsi que des affaires de famille, ils révèlent aussi le rôle de la lettre comme vecteur de l’action politique20. Existait-il alors au sein de la haute noblesse féminine des chaînes de médiation (au sens d’entremise, de participation) ? Si oui, sur quels sujets portaient la médiation ? Dans les courtes lettres impliquant Elvira Lasso de Mendoza, les registres de l’affection et de l’amitié sont mobilisés de telle sorte que les pistes sont brouillées entre alliance et famille. Aristocrate possédant les codes sociaux et rhétoriques propres à son rang, la comtesse utilise un vocabulaire mobilisant les affects21. C’est en employant des formules stéréotypées22 (comme dans d’autres correspondances masculines) que la comtesse met en scène une affection proportionnée à son rang social23. On relève dans la lettre 52.017 le terme « mi coraçon » ainsi que des termes religieux, tandis que le ton général de la lettre 52.019 témoigne d’une certaine bienveillance : à travers l’emploi du registre de la vassalité, symbolisé par l’emploi de « mi señora », une certaine affection semble se faire jour. Si la rareté de ce type de sources empêche de répondre à la question de la sincérité24, le but de ces lettres semble bien d’échanger des « informations familières et familiales »25. Dans les correspondances féminines, la santé est en effet un thème récurrent, en particulier les grossesses, mais d’autres informations du quotidien (tissus et tenues des cérémonies) sont aussi des thèmes attendus.

  • 26 Une vraie proximité pouvait unir ces femmes comme l’évoque l’épisode retranscrit par María Jesús FU (...)

10Dans ces lettres, la figure de la belle-sœur émerge26, et notamment dans la lettre n° 52.017 où la comtesse de Feria s’adresse à sa belle-sœur, sa cuñada, Isabel de Figueroa, fille de Lorenzo Suárez de Figueroa et d’Isabel Mexia et épouse de Gonzalo Fernández de Córdoba. Cette lettre démontre qu’il existait une grande porosité entre les affaires du comte et celles de la comtesse. Elvira Lasso de Mendoza semble informée des ordres donnés par son mari Gómez Suárez de Figueroa à son Mayordomo d’Ecija alors que plusieurs centaines de kilomètres les séparent. En effet, son époux est à la cour, Elvira, à Zafra et les directives mentionnent un Mayordomo à Ecija tandis que la belle-sœur, destinataire de la lettre, doit, elle aussi, être en Andalousie. Il est question de l’octroi de 5 000 maravedís du comte Gómez Suárez de Figueroa à sa sœur pour le procès de son neveu, qui n’est autre qu’Alonso Fernández de Córdoba, « el desheredado ».

  • 27 Jean-Marie MOEGLIN émet des doutes sur la spontanéité de ces lettres, précisant que : « une vision (...)
  • 28 Il était précisé dans l’inventaire qu’il s’agissait de Teresa García Fernández, mais une nouvelle r (...)
  • 29 Miguel RODRÍGUEZ LLOPIS, « Poder y parentesco en la nobleza santiaguista del siglo XV », Historia a (...)
  • 30 A.D.M, Sección Histórica, 264-26, documento n° 5 « Don Fernando de Antequera solicita de Gomes Suár (...)
  • 31 J.-M. MOEGLIN, « Du gouvernement par lettres. Conclusions », in Bruno DUMEZIL et Laurent VISSIÈRE, (...)

11Ces lettres peuvent être envisagées comme une forme de correspondance politique adressée à des femmes participant aux jeux de pouvoir de l’époque, intriguant ou usant d’un « pouvoir de nuisance ». Certaines épouses peuvent jouer un rôle de médiatrice auprès de leur mari, et parfois même auprès du roi27. La lettre 52.019 s’inscrit dans un contexte bien particulier : celui de l’élection du Maestre de la Orden de Santiago. García Fernández de Villagarcía (1385-1387) a été maître tandis que sa femme María Ramírez de Guzmán (1411-1427) avait été comendora du même ordre. Leur fils, García Fernández de Villagarcía (II), qui devint d’abord comendador mayor de León en 1396 puis comendador mayor de Castilla, épousa Beatriz Suárez de Figueroa, sœur de Gómez et fille d’un autre maître, Lorenzo Suárez de Figueroa. À la mort de ce dernier, García Fernández voulut briguer le poste mais dut faire face aux ambitions d’Henri de Trastamare. La correspondance que nous avons trouvée met en scène un échange entre Teresa Gutierres de Cespedes, « freyla de la orden de Santiago »28, et Elvira Lasso de Mendoza. Si l’intervention du comte Gómez de Suárez de Figueroa dans cette lutte opposant l’infant à un membre de Figueroa est connue et a été étudiée29, cette lettre révèle aussi des actions féminines plus discrètes. En effet, Elvira Lasso de Mendoza demande d’envoyer des documents que Teresa Gutierres de Cespedes ne semble pas posséder. Il existe donc des liens entre la comtesse et les femmes de l’ordre militaire de Santiago. L’historien Miguel Rodríguez Llopis évoque un réseau qui se forma et fut bouleversé par la désignation de Enrique de Aragón comme maestre de 1409 à 1445. Don Fernando écrit à Gómez Suárez de Figueroa que « agora es me dicho que algunas personas vos an movido que querades trabta con algunos vuestros parientes de la dicha orden para que den sus bozes al comendador mayor de Castilla, lo qual yo non puedo creer30». Cela montre bien qu’au sein de ces élections, les tractations nobiliaires étaient importantes. Les aristocrates ne font pas simplement qu’« écrire pour maintenir leur place dans le jeu social, pour ne pas disparaître de la scène publique31 » : elles agissent aussi pour leur clan, animées d’une conscience lignagère.

  • 32 « La organización del poder que se produjo en torno a los siglos XI-XIII creo una paradoja históric (...)

12Ainsi, les amitiés féminines entre les aristocrates castillanes semblent-elles un vecteur important pour faire avancer les intérêts des lignages. L’existence d’une sociabilité féminine, structurée autour d’échanges familiers et féminins, est bien réelle et se double d’échanges plus politiques liés aux lignages32. Des cartas échangées entre les femmes du clan Feria montrent qu’elles évoquaient entre elles, en même temps que des questions de chaussures, des questions économiques. Ce n’est pas tant le contenu que la lettre en elle-même qui est importante, et le lien qu’elle permet d’entrevoir au sein de surfaces relationnelles bien plus larges et diverses que l’on aurait pu l’escompter. L’analyse de ce type d’écrits livre donc un autre visage des femmes de la haute noblesse et permet d’envisager la manière qu’elles avaient de s’immiscer dans les affaires du lignage. Ces lettres doivent donc être considérées comme de véritables instruments de communication, les aristocrates participant à part entière à la vie des lignages.

« Que querades trabta con algunos vuestros parientes33 » : entraide et solidarité au sein des lignages

  • 33 A.D.M, Sección Histórica, 264-26, documento n° 5 « Don Fernando de Antequera solicita de Gomes Suár (...)
  • 34 Cristina JULAR PÉREZ-ALFARO, « Dominios señoriales y relaciones clienterales en Castilla : Velasco, (...)
  • 35 María Concepción QUINTANILLA RASO, La nobleza señorial en la Corona de Castilla., Grenade : Univers (...)
  • 36 Nous reviendrons plus en détail sur ce fait en analysant un exemple. Voir M. RODRÍGUEZ LLOPIS, « Po (...)
  • 37 Voir María ASENJO GONZÁLEZ, « La cultura pactual hispánica », in : François FORONDA (coord.), Avant (...)
  • 38 Marie-Claude Gerbet propose la définition suivante : « Clan familial, parti politique. Le bando lin (...)
  • 39 Miguel Ángel LADERO QUESADA, « Linajes, bandos y parcialidades en la vida política de las ciudades (...)

13Une des caractéristiques de la haute noblesse pour cette période est bien la structuration et l’inflation des formes de relation intra-nobiliaire, qu’il s’agisse de relations verticale ou horizontale, dans le cadre du clientélisme34. L’historienne María Concepción Quintanilla Raso a livré une analyse de ce fait en mobilisant notamment la notion de « sociabilité », en partie basée sur des travaux de l’historien Maurice Agulhon35. Les grands nobles concluent des pactes impliquant des alliances qui peuvent passer par des mariages, mais pas exclusivement36, et qui permettent de renforcer leur pouvoir au point que certains historiens ont pu parler pour ce phénomène de « pactisme37 » pour l’Aragon, ou des bandos38 pour la Castille, qui sont une forme de structure politique informelle qui naît dans le cadre des nombreux affrontements autour de l’arrivée au pouvoir des Trastamare39. Par la mise en place de véritables stratégies de légitimation et d’affirmation, les alliances matrimoniales participent de cette tendance de la haute noblesse à s’unir et à établir un système de valeurs, un langage et des symboles communs.

  • 40 « Instituyo por my universal heredera a la dicha señora doña Brianda de Mendoça e de luna fija del (...)

14Une grande partie de la surface sociale de l’aristocrate est composée de liens avec les membres du lignage. Une fois mariées, les femmes sont toujours en relation avec leur lignage d’origine, non seulement avec ses membres féminins (mère, sœurs), mais aussi avec des figures masculines telles que leur père ou leur oncle40.

  • 41 Il s’agirait de son oncle.
  • 42 Il s’agirait de sa belle-fille et son beau-fils.

15Le testament de Leonor Pimentel évoque des prêts réalisés et remboursés relatifs à des échanges de pierres précieuses entre la duchesse et d’autres membres de la famille, notamment Elvira de Zúñiga, comtesse de Belcazar, Teresa de Zúñiga, comtesse de Santa Marta, Diego López de Zúñiga, comte de Miranda41 ainsi qu’Álvaro de Zúñiga et Leonor de Zúñiga42. Si ces legs (en forme de compensation, règlements et arrangements patrimoniaux) ont été analysés comme tels, ils témoignent aussi des formes de solidarités nobiliaires entre les membres d’une même famille.

  • 43 Íñigo López de Mendoza, second comte de Tendilla, était le petit-fils du marquis de Santillane. Nev (...)
  • 44 Juan Luis CARRIAZO RUBIO, Beatriz Pacheco y la Andalucía de los Reyes Católicos, Séville : Fundació (...)
  • 45 Juan Luis Carriazo Rubio évoque un rythme d’écriture de 3 lettres par jour (soit 2 000 lettres en q (...)
  • 46 Nous renvoyons aux travaux de Carriazo Rubio : J. L. CARRIAZO RUBIO, « Literatura y rivalidad famil (...)
  • 47 Nous renvoyons aux pages de J. L. CARRIAZO RUBIO, Beatriz Pacheco y la Andalucía de los Reyes Catól (...)

16Leonor Pimentel a pu, pour des motifs économiques, échanger et solliciter l’aide des membres de sa famille élargie, quand Beatriz Pacheco, retirée à Carmona, a continué à intervenir dans les affaires du lignage en s’informant notamment auprès de son beau-frère, le comte de Tendilla43. L’historien Juan Luis Carriazo Rubio précise qu’elle vivait à Carmona, « apartada pero no desconectada del mundo ni de los asuntos internos del linaje »44. La source exceptionnelle45 que constitue la correspondance du comte de Tendilla comporte des lettres envoyées à Beatriz dans lesquelles il l’informe des manigances de Luis Ponce de Léon46. Le comte de Tendilla y apparaît comme un allié influent et un confident, on remarque l’habilité politique des deux interlocuteurs qui échangent en toute sincérité et sans ambages de sujets familiers, attestant par là d’une véritable proximité. Le temps, la santé des membres du lignage et les mariages célébrés ponctuent une série d’échanges qui s’apparente à une chronique familiale47.

  • 48 « E io, como avía sabido que mi maridon andava perdido por el mundi, traté con mi señora mi tía, he (...)
  • 49 « En el plano de las relaciones internobiliarias, es preciso tener en cuenta la eficacia propagandí (...)

17De nombreux passages dans les Memorias de Leonor López de Córdoba évoquent le poids des liens avec les oncles et tantes. Ainsi, le mari de Leonor semble-t-il se trouver à Badajoz « con su tío Lope Fernández de Padilla » tandis que Leonor rejoint ses parientes. Les deux tantes de Leonor ont, dans le récit, des rôles d’entraide différents. Si la señora tía María García Carrillo fournit un refuge à l’aristocrate, Teresa Fernández Carrillo, freyla de la orden de Guadalajara, a un rôle de conseillère avisée dans un passage des Memorias qui illustre aussi les liens entre le lignage, l’ordre et le roi48. Les aristocrates s’inscrivent dans les solidarités familiales qu’elles n’hésitent pas à mobiliser. Si la structuration en bandos politiques des principaux lignages de Castille tout au long du XVe siècle, étudiée à travers les pactos, avait mis en lumière le poids des solidarités familiales, ces exemples révèlent que, dans ces alliances qui pouvaient être mouvantes et éphémères, les femmes ont joué un rôle important de régulation49.

Conclusion : des correspondances aristocratiques plus que féminines ?

  • 50 Damien BOQUET, Piroska NAGY, Sensible Moyen Âge : une histoire des émotions dans l'Occident médiéva (...)

18À la question posée en introduction qui était « existait-il au sein de la haute noblesse des chaînes de médiation spécifiquement féminines dont la lettre était le principal support ? », la réponse, après l’étude de ce dossier documentaire, est oui. Il existait bien ce que l’on pourrait qualifier d’espace relationnel exclusivement féminin où la médiation était présente. La seconde comtesse de Feria, Elvira Lasso de Mendoza, échangeait non seulement avec des femmes de son entourage familial proches telles que sa belle-sœur mais aussi pour régler des problèmes politiques d’une certaine ampleur, comme l’évoquent les échanges avec des parentes lointaines qui furent étudiés. Cette correspondance manifeste d’une certaine affection, voire d’une amitié qui « au sein de l’élite aristocratique, était à la fois un langage commun (codifié) et une expérience vécue »50. Cette amitié, féminine ou non, réelle ou feinte, était dite et mise en scène dans un cadre au sein duquel s’inscrivaient de nombreuses relations dans les milieux nobles : plus que des échanges entre femmes ou parentes, il s’agissait surtout d’échanges entre aristocrates. Les liens qu’on a pu étudier ici unissaient des belles-sœurs, hermanas. Ils ne tenaient pas au sang partagé par ces femmes mais bien au prestige et aux impératifs qu’impliquait plutôt le partage du nom du lignage des Suárez de Figueroa. Cet exemple de parenté basé sur l’alliance et non sur la filiation démontre que les femmes de la haute noblesse, à l’instar d’Elvira Lasso de Mendoza, étaient à la croisée d’intérêts patrimoniaux divers (le lignage de leur père, de leur mari, de leur frère parfois ou même de leur fils) qu’elles ont pu défendre exclusivement, conjointement, tour à tour ou de manière épisodique, si la situation familiale et économique l’exigeait. Stephen Kolsky a pu parler « d’une minuscule élite de femmes » et d’ « une attraction pour des femmes exceptionnelles, dont la figure est manipulée pour créer un autre féminin par opposition au modèle traditionnel de la femme », qu’en-est-il alors des autres femmes nobles dans l’histoire du Moyen Âge occidental ?

Annexes

Lettre par laquelle Fernando de Antequera sollicite l’intervention de Gómez Suárez de Figueroa dans l’élection du Maestre de l’ordre de Santiago en faveur de son fils l’infant don Enrique.

Source : ADM, Sección Histórica, 264-26. Documento n°5 in Fernando MAZO ROMERO, « Los Suárez de Figueroa y el señorío de Feria », Historia, instituciones, documentos, 1, 1974, p. 111-164, ici p. 160-161.

« Yo, el infante, embío mucho saludar a vos, Gomes Suárez de Figueroa commo aquel que mucho amo e preçio. Bien sabedes en commo por mis cartas vos hey a escripto en commo la reyna, mi señora e mi hermana, e yo avemos determinado que la esleçión del maestradgo de Santiago sea fecha en don Enrique, mi fijo, al qual el rey, mi señor e mi sobrino, tiene dada su boz ; po rende que vos rogava que quisierades trabajar con esos comendadores e vuestros parientes, sobrinos del maestre vuestro padre, e vuestros amigos, que por vos avían de fazer, porque la dicha esleçión fuera fecha en el dicho don Enrique, mi fijo. Ca por el gran amorío que yo siempre ove con el maestre, vuestro padre, yo estava entregado para vos fazer muchas merçedes en manera que la merçed del dicho maestre vuestro padre non vos fiziere mengua segund que más largamente por mis cartas vos embíe dezir.

Agora es me dicho que algunas personas vos an movido que querades trabta con algunos vuestros parientes de la dicha orden para que den sus bozes al comendador mayor de Castilla, lo qual non puedo créer.

Por que vos ruego que vos querades fazer aquellas cosas que vos yo embíe rogar trayendo vuestras bozes al dicho don Enrique, mi fijo, porque en él sea fecha la esleçion del dicho maestradgo. Ca sed çierto commo por las dichas cartas vos embíe dezir que por el grand amorío que yo al dicho vuestro padre ove, yo so muy entregado a vos para vos fazer muchas merçedes. 

Dada en Otordesollas, doze días de junio. Yo, García, escrivano del dicho señor infante, la fize escrivir por su mandado. Yo, el infante »

Un corpus épistolaire inédit

Source : A. D. M, Archivo Histórico, Leg. 52 028 (transcription personnelle)

 

« Muy magnífica señora,

 

Avnque en este caso yo sea la parte menor, quiero ser la mayor |

en besar las manos a vuestra senoría para tantas y tan q[u]eri-|

-das merçedes como me [h]a hecho en las hazer a mis hijos y |

avnque yo, señoría, lo [sicpour le ?] quesyese aquí dezyr lo que dello [h]e sentydo |

y syento, no lo sabrya. [un mot manquant] ella [idem] es tal y en (motrayé) ta-|

-les preçios las cosas (que en) que byen se puede agora |

dezyr muy bien « de tal mano, tal dado ». Ple-|

-ga a Nuestro Señor por su ynfynita miserycor-|

dia dé tanta vida al señor conde y vuestra |

señoria que con muy crecido estado ponga casa [?] |

a la señora doña María y tras ella a todos los |

otros señores y más a los que Nuestro Señor les quiera |

dar. Y asy quedo [h]abiendo de la rrazón que hasta |

aquí tenía, agora [?] más su capellana para rro-|

-gar a Nuestro Señor para la vida y estado de vuestra |

señoría. Y lo que aquí no puedo dezir, rremitome a santo |

Domingo que lo diga para mí a vuestra señoría.

 

[Signature à lire à partir des informations disponibles] »

 

 

Source : A.D.M, Archivo Histórico, Leg. 52 017 (transcription personnelle)

 

« Señora hermana mi coraçón, yo, doña Elvira Lasa de Mendoça, muger de Gomes Suares de Figueroa, me encomiendo |

en vuestra merçed así como aquella que amo como a mí mesma e a quien muy de grado sería mandada. Señora, sa-|

-bed que en la cuenta que agora dio el mayordomo de Eçija aqui en Cafra, yo fallé que non vos avía dado los |

maravedis que vuestro hermano en vos libro para el pleito de mi sobrino por lo qual si Dios me ayude yo ove grande |

enojo del que por çierto yo pensé que vos los avía dado e tengo grand quexa destos por nunca me lo aver |

escrivido, que quando vuestro hermano agora vn año estava en la corte enbió vn libramiento al mayordomo que |

pagase çinco mill maravedis por vnas carneçerias que se avían conplado para día çierto e él enbiome desir que |

no tenía otros maravedis salvo çinco mill maravedis que tenía para enbiar a vos quando enbiasedes por ellos e que sy |

mandava que se pagasen de aquellos por quanto se avían de pagar a día çierto e que dende a quinze o ve-|

-ynte dias entendía aver rreçcabdo para vos enbiar e yo escrivile que lo fesiese asi e paresçe, señora, |

que el nunca vos los enbió e vos nunca me lo escrivistes e yo bien creo que alguna dubda ovistes que |

yo hera plasentera dello, lo qual si Dios me salue espero el contrario, señora, mucho vos tengo en |

merced el alfardilla e el anime [?] que me enbiastes. Dios vos mantenga. Escripta siete días |

de jullio. E señora al mayordomo dixe que en [mot que je comprends pas] dineros en lo que vos quesiesedes vos contenta-

-se luego de lo más que pudiese ver e pidovos de merçed que me mandades faser quatro pares de chapiñes e |

los dos sean desflorados para que sean mas rresios. S [?]

 

[Signature :] Doña Elvira Lasa [Paraphe] »

 

 

 

Source : A.D.M, Archivo Histórico, Leg. 52 019 (transcription personnelle)

 

« Señora. 

 

Teresa Gutierres de Çespedes, freyla de la orden de Santiago, vuesta servidora, beso vuestras manos e me encomiendo en vuestra merçed así como a | mi señora que tengo de servir e ser mandada todos los días de ma vida. Rreçebi vna vuestra carta que me fue dada por vn vuestro escudero e ella | entendida vuestra merçed podra saber que quanto el infante veno a Merida enbio a quemar el oliva e quemaron las casas [?] del comendador | mi hermano e casi [?] todas las otras cosas que en ellas se quemaron fueron quemadas todas las escripturas así cuentos como obliga-|-çiones que quedaron de mi padre el comendador que santo parayso aya en las quales escripturas estavan los alcançes que vos enbiastes | a demanda. E por ende, señora, yo no puedo enbiar a vuestra merçed los dichos alcançes ca Dios sabe que sy quemados no fueren | que tan de grado los enbiara a vuestra merçed como a mi padre sy bivo fuera, pero allá enbio a vuestra merçed vna escriptura que rrema-|-neçió entre vnos libros que teniamos yo e mis hermanos en el castillo de Alfanje que paresçe ser de alcançe fecho contra el | dicho mi padre, la qual enbio a vuestra merçed con el dicho escudero. Otrosy señora en merida esta otra arca con çiertas escripturas | que quedaron del dicho comendador mi padre sy vuestra merçed manda buscar las escripturas que en ella estan, yo daré vna carta para | el que tiene la dicha arca que la dexe sacar [?]. Sobre lo qual señora yo fablé con el dicho vuestro escudero a vuestra merçed plega de lo | créer de todo lo que cerca destos alcançes de mi parte a vuestra merçed dixiere, ca yo fablé con el lo que çerca dello me paresçe que | vuestra merçed deve fazer. Otrosy, señora, Dios sabe el trabajo que con coraçón llegó por la muerte de mi señor [?] Gomes Suares | lo qual yo no podía escrevir tan luengo por carta. El señor Dios todo poderoso vos dexe bevir e acabar a su servicio como vuestro | coraçón desea. Escripta dies de março.

 

[Signature :] Toda vuestra servidora, Teresa Gutierres. [Paraphe] »

Notes

1 Voir l’introduction de Benoît GRÉVIN, « Lettres en contexte (Xe-XIIe siècles), Partie 1 », Cahiers de civilisation médiévale Xe-XIIe siècles, 61, 2018, p. 1-10.

2 Agnès FINE, Christiane KLAPISCH-ZUBER et Didier LETT, « Liens et affects familiaux », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 34 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 18 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/10215.

3 Jacques REVEL « L'Histoire au ras du sol » in : Giovanni LEVI, Le pouvoir au village, Paris : Gallimard, 1989, p.1-33.

4 Jean-François CHAUVARD, « Source notariale et analyse des liens sociaux. Un modèle italien ? » in : Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, François-Joseph RUGGIU et Vincent GOURDON (dir.), Liens sociaux et actes notariés dans le monde urbain : en France et en Europe, Paris : PUS, 2004, p. 87-108.

5 Maurice GODELIER, Les métamorphoses de la parenté, Paris : Flammarion, 2004, p. 641.

6 Ibid., p. 663.

7 Matthieu Gellard, Une reine épistolaire : lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis, Paris : Garnier, 2004. Plus particulièrement, Matthieu GELLARD, « Une reine de France peut-elle avoir des amies ? La correspondance féminine de Catherine de Médicis », Freundschaft: eine politisch-soziale Beziehung in : Deutschland und Frankreich, 12.–19. Jahrhundert, 2013.

8 Bénédicte SERE, Penser l’amitié au Moyen Âge : étude historique des commentaires sur les livres VIII et IX de l’Éthique à Nicomaque, XIIIe-XVe siècle, Turnhout : Brepols, 2007.

9 Claire BIDART, L’amitié, un lien social, Paris : Éd. la Découverte, 1997.

10 « L’amitié n’est pas tout entière contenue dans un rapport entre une personne et une autre. Elle s’inscrit dans des cadres sociaux, répond à certaines régularités sociales, montre une diversité ordonnée dans ses réalisations, ses façons de se construire, jusque dans ses définitions mêmes. Cette constatation ne conduit pas pour autant à la dépouiller de toute inventivité particulière, ni à la désenchanter radicalement. Le jardin : secret n’est ni envahi ni muré. Si l’amitié élabore bien un rapport entre individu et société, celui-ci se construit sur un mode spécifique, qui distingue l’amitié des autres formes de socialisation et confirme sa particularité », ibid., p. 70.

11 « Un ensemble d’individus entre lesquels fonctionnent certains codes, certaines règles, des symboles, des représentations, plus généralement un système d’interconnaissance. Les individus qui forment un cercle social ne se connaissent pas nécessairement mais ils se reconnaissent à travers des comportements, des pratiques qui manifestent leur appartenance à ce cercle » Ibid., p. 53. Ou aussi « l’acteur social et son réseau », Alexis FERRAND (dir.), Un niveau intermédiaire : les réseaux sociaux, Paris : Centre d’Études des Solidarités Sociales, 1987.

12 Ángela Muñoz Fernández évoque « un escenario de relaciones personales, libremente configuradas, anudadas con lazos de lealtad, servicio y afecto hacia la señora, hemos de entenderlo, sin : duda, como un espacio de « seguridad », de estabilidad emocional y de mantenimiento de vínculos con su mundo y yo originarios » in : A. MUÑOZ FERNÁNDEZ, « Relaciones femeninas y activación de los mecanismos del privilegio y la merced », in Las mujeres y el poder : representaciones y prácticas de vida, Madrid : Asociación Cultural Al-Mudayna, p. 121. Espace-refuge, la cour n’est pourtant pas le seul espace de mise en relation. Les aristocrates pouvaient se rencontrer lors des cérémonies qui rythmaient la vie nobiliaire et qui étaient autant de « rites d’interaction ».

13 Régine LE JAN, Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris : Picard, 2001, p. 173. On pense notamment aux cousines.

14 Voir notamment Joaquín YARZA LUACES, El retablo de la flagelación de Leonor de Velasco, Madrid : El Viso, 1999.

15 Leonor de Velasco était la fille de Beatriz, qui la mentionne abondamment dans son testament, tandis que Leonor de Mendoza était la fille illégitime du marquis de Santillane et donc la demi-sœur de la comtesse. Voir Felipe PEREDA ESPESO, « Mencía de Mendoza, mujer del I Condestable de Castilla », in : Begoña ALONSO RUIZ, María Cruz de CARLOS y Felipe PEREDA (dir.), Patronos y coleccionistas : los condestables de Castilla y el arte (siglos XV-XVII), Valladolid : Universidad de Valladolid, 2005, p. 45-46.

16 « Ytem mando que den a santa clara de medina de pomar donde està la señora mi sobrina e sobrinas veynte myll mrs para las cosas que ellas obieren menester e pidoles por merced que ruegen a nuestro señor ella e las otras señoras religiosas por el anima del condestable mi señor e por la mia e de mis fijas la condesa de miranda e duquesa de medina sydonia. » cité par ibid., p. 45.

17 « Una vez más, los objetos litúrgicos tendían puentes entre los miembros de la familia, entre los vivos y con los ya difuntos », ibid., p. 47.

18 Il invite à étudier non seulement la lettre dans sa forme, mais aussi à s’intéresser à son contexte de création et à sa logique de circulation. S’il est largement question dans ce numéro de lettres recopiées et insérées dans des collections, les remarques doivent être un préalable à toute étude historique d’une forme épistolaire car, si l’histoire de la lettre au Moyen Âge revient de loin, elle revient même à la mode. La difficulté d’analyser ce type de source, l’« objet-lettre », a été au centre de réflexions historiographiques intéressantes. L’accent a été surtout mis sur le fait que l’épistolaire de la fin : du Moyen Âge concernent non seulement les hommes mais aussi les femmes. L’étude des cartas de mujeres ouvre donc des perspectives sur les pratiques de pouvoir des femmes au XVe siècle. Étudier ces correspondances permet non seulement de saisir les interactions entre les hommes et les femmes, mais aussi de dessiner les contours d’un espace social commun, et d’approcher les surfaces relationnelles propres à chacun et à chacune. On connaît peu de lettres rédigées par les femmes nobles castillanes au XVe siècle. Seules des cartas émises ou destinées à des infantes et des reines ont fait l’objet d’études approfondies, notamment dans le cadre d’un renouveau historiographique formidable qui est au cœur des problématiques explorées par le projet MISSIVA. Pour une mise au point historiographique sur le sujet, nous renvoyons à : « Sources et bibliographie », in : Épistolaire politique. 1. Gouverner par les lettres, Paris : PUPS, 2014, p. 265-278. Et : Jean-Pierre JARDIN, José Manuel NIETO SORIA, Patricia ROCHWERT-ZUILI et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.), Cartas de mujeres en la Europa medieval, Madrid : La Ergástula, 2018.

19 « Iten avia en este cofreçillo algunas escripturas asy como cartas mensajeras » in : : Enrique PARDO DE GUEVARA Y VALDÉS (dir.), Mujeres con poder en la Galicia medieval (siglos XIII-XV), Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2017, p. 318. A.H.N, Sección Nobleza, OSUNA, C. 1837, D. 4.

20 Voir Bruno DUMEZIL et Laurent VISSIÈRE, Épistolaire politique. 1. Gouverner par les lettres, op. cit.

21 Autrement, pour un état des lieux conceptuel et historiographique relatif à la question des affects, nous renvoyons aux travaux de Damien BOQUET et Paulette L’HERMITE-LECLERCQ, L’ordre de l’affect au Moyen Âge : autour de la notion d’affectus-affectio dans l’anthropologie cistercienne au XIIe siècle, Paris : Atelier national de Reproduction des Thèses, 2003.

22 Les lettres envoyées ne sont pas écrites, ni signées par la comtesse. À l’instar de celles de la duchesse de Bourgogne, Isabelle de Portugal, elles semblent pliées et fermées par un sceau dont il ne reste plus rien. Monique SOMMÉ, « Formes du langage politique dans la correspondance d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne (1430-1471) », in : Épistolaire politique..., p. 53-64. Et Florence WEBER, « La lettre et les lettres : codes graphiques, compétences sociales. Des outils pour l’analyse des écritures ordinaires », Genèses. Sciences sociales et histoire, 18-1, 1995, p. 152-65. L’autographie épistolaire, même auprès des proches, ne semble pas pratiquée en Castille à la différence de ce qu’il se passe à la même époque dans les cours italiennes. Voir Isabella LAZZARINI, « “Lessico familiare” : linguaggi dinastici, reti politiche e autografia nella comunicazione epistolare delle élite di governo (Italia, XV secolo) », in : Cartas Lettres = Lettere. Discursos, prácticas y representaciones epistolares, 2014 : Alcalá de Henares : Universidad de Alcalá, Servicio de Publicaciones, p. 163-180. Et Monica FERRARI, Isabella LAZZARINI et Federico PISERI, Autografie dell’età minore. Lettere di tre dinastie italiane, Rome : Viella, 2016.

23 Même s’il semble difficile de percevoir dans ce corpus un caractère rhétorique et proprement littéraire.

24 L’historien Matthieu Gellard évoque les difficultés à savoir même si des complicités évidentes semblent se faire jour, toute hypothèse de sentiment partagé serait audacieuse. Il précise cependant que « si la question de la sincérité ne saurait être tranchée, elle mérite d’être posée ».

25 « Letter-writing was merely the translation of experience onto paper, a practice requiring neither art nor training, but only spontaneity and feeling », Meredith K. RAY, Writing gender in : women’s letter collections of the Italian Renaissance, Toronto : University of Toronto press, 2009, p. 11.

26 Une vraie proximité pouvait unir ces femmes comme l’évoque l’épisode retranscrit par María Jesús FUENTE PÉREZ, « Doña Aldonza de Mendoza. Imágenes del poder de una noble dama en la Castilla Bajomedieval » in : La participación de las mujeres en lo político. Mediación, representación y toma de decisiones, Madrid : Al-Mudayna, 2011, p. 8-95.

27 Jean-Marie MOEGLIN émet des doutes sur la spontanéité de ces lettres, précisant que : « une vision moderne de l’échange épistolaire donnerait le sentiment que la lettre est le lieu où s’exprime la spontanéité, où l’on peut saisir sur le vif l’expression des sentiments et des émotions », voir les conclusions de Jean-Marie MOEGLIN, Bruno DUMÉZIL, Laurent VISSIÈRE (dir.) Épistolaire politique…, p. 253-264.

28 Il était précisé dans l’inventaire qu’il s’agissait de Teresa García Fernández, mais une nouvelle recherche nous pousse à penser qu’il s’agit de Teresa Gutierres de Cespedes. En effet, il y avait un versant féminin : étudié par María Echániz Sans dans sa thèse qui se concentre sur le monastère féminin : de Sancti Spiritus de Salamanca. Les sœurs seculares (pas de documentation comme un collectif, pas de lieu de vie « temporel » avec les monastères, juste des références diverses et fragmentaires) ou conventuales n’avaient pas de position dans l’ordre et n’étaient pas les égales des hommes, mais on retrouve la même hiérarchie, et surtout la plupart de ces sœurs étaient les parentes (femmes, épouses, mères de frères) de hauts dignitaires. Voir María ECHÁNIZ SANS, Las mujeres de la Orden Militar de Santiago en la edad media, Salamanque : Junta de Castilla y Léon, 1992.

29 Miguel RODRÍGUEZ LLOPIS, « Poder y parentesco en la nobleza santiaguista del siglo XV », Historia agraria : Revista de agricultura e historia rural, 12, 1996, p. 57-90.

30 A.D.M, Sección Histórica, 264-26, documento n° 5 « Don Fernando de Antequera solicita de Gomes Suárez que influya para que la elección del maestrazgo de la orden de Santiago recaiga en su hijo, el infante don Enrique » in : Fernando MAZO ROMERO, « Los Suárez de Figueroa y el señorío de Feria », Historia, instituciones, documentos, 1, 1974, p. 111-164, ici p. 160-161.

31 J.-M. MOEGLIN, « Du gouvernement par lettres. Conclusions », in Bruno DUMEZIL et Laurent VISSIÈRE, Épistolaire politique. 1. Gouverner par les lettres, op. cit. p. 260.

32 « La organización del poder que se produjo en torno a los siglos XI-XIII creo una paradoja histórica al situar a la mujer en una encrucijada : aparentemente, cada vez más al alejada de recursos políticos de poder, reducida a un círculo familiar ; en realidad, entrando en un ámbito más propicio, el de la sociabilidad pacifica en palabras de Norbert Elias, donde le era posible desarrollar unas estrategias políticas propias, diferentes a las de una sociedad eminentemente guerrera », Ester PASCUA ECHEGARAY et Ana RODRÍGUEZ, « Nuevos contextos políticos en la sociedad plenomedieval », in : Ana M. AGUADO (éd.) Mujeres, regulación de conflictos sociales y cultura de la paz, Valence : Universitat de València, Servei de Publicacions : Asociación Española de Investigación de Historia de las Mujeres (AEIHM), 1999, p. 29-58, ici p. 42.

33 A.D.M, Sección Histórica, 264-26, documento n° 5 « Don Fernando de Antequera solicita de Gomes Suárez que influya para que la elección del maestrazgo de la orden de Santiago recaiga en su hijo, el infante don Enrique », F. MAZO ROMERO, « Los Suárez de Figueroa y el señorío de Feria », art. cit., p. 160-161.

34 Cristina JULAR PÉREZ-ALFARO, « Dominios señoriales y relaciones clienterales en Castilla : Velasco, Porres y Cárcamo (Siglos XII-XIV) », Hispania : Revista española de historia, 56-192, 1996, p. 137-171 ; Ignacio ATIENZA HERNÁNDEZ, « Pater familias, señor y patrón » in : Reina PASTOR (coord.), Relaciones de poder, de producción y de parentesco en la Edad Media y Moderna : aproximación a su estudio, Madrid : CSIC, 1990, p.411-458 et Isabel BECEIRO PITA, « Criados, oficiales y clientelas señoriales en Castilla (siglos XI-XV) », Cuadernos de historia de España, 75, 1998, p. 59-84.

35 María Concepción QUINTANILLA RASO, La nobleza señorial en la Corona de Castilla., Grenade : Universidad de Granada, 2008, p. 191‑249.

36 Nous reviendrons plus en détail sur ce fait en analysant un exemple. Voir M. RODRÍGUEZ LLOPIS, « Poder y parentesco en la nobleza santiaguista del siglo XV », art. cit.

37 Voir María ASENJO GONZÁLEZ, « La cultura pactual hispánica », in : François FORONDA (coord.), Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval, Paris : PUS, 2011, p. 437-450.

38 Marie-Claude Gerbet propose la définition suivante : « Clan familial, parti politique. Le bando linaje est un groupement électoral visant au partage des charges municipales, le bando parcialidad est un parti politique local ou national », voir le glossaire dans Marie-Claude GERBET, Les noblesses espagnoles au Moyen Âge, XIe-XVe siècles, Paris : Armand Colin, 1994, p. 252.

39 Miguel Ángel LADERO QUESADA, « Linajes, bandos y parcialidades en la vida política de las ciudades castellanas (siglos XIV y XV) » in : Bandos y querellas dinásticas en España al final de la Edad Media, Paris/Madrid : Ministerio de asuntos exteriores, Dirección general de relaciones culturales, 1991, p. 105-134.

40 « Instituyo por my universal heredera a la dicha señora doña Brianda de Mendoça e de luna fija del duque my señor que aya gloria, en su vida ; e despues de sus dias a la señora doña Brianda de la çerda my sobrina, nyeta de my señora la duquesa que santa gloria aya, y quiero e es my voluntad que despues de los días de la dicha doña Brianda de la çerda susceda en el remanente de los dos bienes myos un fijo o una fija suya legitimos e de legitimo matrimonio nascido qual ella quisiere e declarare por su […] ». Par exemple, un lien fort unissait Brianda de Mendoza à son oncle comme l’évoque le testament de ce dernier. Voir Montserrat RODRÍGUEZ POSILIO, « Francisca de Mendoza y Luna, Brianda de la Cerda y mendoza », in : Ester ALEGRE CARVAJAL (éd.), Damas de la Casa de Mendoza : historias, Leyendas y olvidos, Madrid : Polifemo, 2014, p. 205-217, p. 212.

41 Il s’agirait de son oncle.

42 Il s’agirait de sa belle-fille et son beau-fils.

43 Íñigo López de Mendoza, second comte de Tendilla, était le petit-fils du marquis de Santillane. Neveu du cardinal de Mendoza, « el Gran Tendilla » était l’un des nobles les plus influents et puissant d’Andalousie au temps des Rois Catholiques. Il s’était marié, en secondes noces, avec Francisca Pacheco, sœur de Beatriz qui mourut en 1507. Voir Íñigo LÓPEZ DE MENDOZA, María Amparo MORENO TRUJILLO, Juan María DE LA OBRA SIERRA et María José OSORIO PÉREZ, Escribir y gobernar : el último registro de correspondencia del conde de Tendilla (1513-1515), Granada : Universidad de Granada, 2007. Mais aussi José CEPEDA ADÁN, « El gran Tendilla, medieval y renacentista », in : El tránsito de la Edad Media al Renacimiento en la historia de España, Cuadernos de Historia, 1, 1967, p. 159-168. Et plus récemment : Ángel GÓMEZ MORENO et Teresa JIMÉNEZ CALVENTE, « Los Reyes Católicos, el Gran Tendilla y la nueva épica » in El conde de Tendilla y su tiempo, Jesús Bermúdez López (ed.) Granada : Universidad de Granada, 2018, p.333-350.

44 Juan Luis CARRIAZO RUBIO, Beatriz Pacheco y la Andalucía de los Reyes Católicos, Séville : Fundación pública andaluza, Junta de Andalucía, 2015 p. 155‑156.

45 Juan Luis Carriazo Rubio évoque un rythme d’écriture de 3 lettres par jour (soit 2 000 lettres en quelques 27 mois).

46 Nous renvoyons aux travaux de Carriazo Rubio : J. L. CARRIAZO RUBIO, « Literatura y rivalidad familiar en el linaje de los Ponce de León a fines del siglo XV », in : Actas del IX Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, La Coruña : Universidade da Coruña, 2005, 2, p. 65-78. José María MIURA ANDRADES, « Los Ponce de León y las órdenes mendicantes en la Edad Media », in : Marchena bajo los Ponce de León. Formación y consolidación del señorío, Marchena : Ayuntamiento de Marchena, 1997, p. 289-307. J. L. CARRIAZO RUBIO, « Los Ponce de León y la capitanía de Sevilla », Historia, instituciones, documentos, 31, 2004, p. 131-142. Id., « Dos siglos de estudios sobre los Ponce de León : historiografía de un linaje medieval », Historia, instituciones, documentos, 29, 2002, p. 9-30.

47 Nous renvoyons aux pages de J. L. CARRIAZO RUBIO, Beatriz Pacheco y la Andalucía de los Reyes Católicos…, p. 155-164.

48 « E io, como avía sabido que mi maridon andava perdido por el mundi, traté con mi señora mi tía, hermana de mi señora mi madre, que le dezían Theresa Fernández Carrillo. Estava en la Orden de Guadalaxara, que la hizieron mis visagüelos e dotaron precio para quarenta ricas hembras de su linaxe, que viniesen en aquella Orden. Enbiele a demandar le pluguiese que io fuesse acoxida en aquella Orden pues, por mis pecados, mi marido e oi éramos perdidos. Y ella [y toda la] Orden alcanzáronlo en dicha porque la señora mi madre se avía criado en aquellos monasterios, e de allí la sacó el rei don Pedro e la dio a mi padre que casase con ella porque ella era hermana de Gonzalo Díaz Carrillo e de Diego Carrillo, fixos de don juan Fernández Carrillo e doña Sancha de Roxas. E porque estos mis tíos avían temor del dicho señor rei don Pedro, que avía muerto y desterrado muchos de este linaxe y a mi agüelo le avía derrivado las cassas e dado quanto tenía a otrie, estos mis tíos fuéronse dende a servir a el rei don Enrique quando era conde, por este enoxo. Y nazí en Calatayud, en casa del señor rei, que fueron las señoras ynfants, sus fijas, mis madrinas ; y truxéronme con ellas al alcázar de Segovia con mi señora y madre, que ay murió ; y quedé io de edad que nunca la conozi », http://www.ub.edu/duoda/bvid/obras/Duoda.text.2011.02.0003.html.

49 « En el plano de las relaciones internobiliarias, es preciso tener en cuenta la eficacia propagandística de los numerosos acuerdos, amistades, alianzas etc que proliferaron en el siglo XV, en especial en la Corona de Castilla, constituyendo el armazón de las intensas y frecuentes luchas políticas », M. C. QUINTANILLA RASO, « La nobleza », in : José Manuel NIETO SORIA (coord.) Orígenes de la monarquía hispánica, Madrid, Sílex, 1999, p. 95-96. Voir aussi Bandos y querellas dinásticas en España al final de la Edad Media, Paris : ministère des Affaires Extérieures, 1991, 1. M. C. QUINTANILLA RASO, « Les confédérations de nobles et les bandos dans le royaume de Castille au bas Moyen Âge : l’exemple de Cordoue », Journal of Medieval History, 16, 1990, p. 165-179. M. Á. LADERO QUESADA, « Linajes, bandos y parcialidades en la vida política de las ciudades castellanas (siglos XIV y XV) », art. cit. Ana Belén SÁNCHEZ PRIETO, « Un tipo documental fundamentalmente nobiliario : La Confederación. Aspectos jurídico-diplomático (Siglos XV-XVI) », Cuadernos de estudios medievales y ciencias y técnicas historiográficas, 20, 1995, p. 47-63.

50 Damien BOQUET, Piroska NAGY, Sensible Moyen Âge : une histoire des émotions dans l'Occident médiéval, Paris : Seuil, 2015, p. 248 

Auteur

Sorbonne Université, Centre Roland Mounier

© e-Spania Books,

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search