Version classiqueVersion mobile

Correspondencias entre mujeres en la Europa medieval

 | 
Jean-Pierre Jardin
, 
Annabelle Marin
, 
Patricia Rochwert-Zuili
, 
et al.

Correspondencias familiares entre mujeres

Trouver sa place dans la famille royale et vivre loin des siens. La correspondance féminine de Matha d’Armagnac, épouse de l’infant Jean d’Aragon (1373-1378)

Alexandra Beauchamp

Texte intégral

  • * Cette étude résulte de ma collaboration au projet « Ioculator seu mimus (MiMus). Performing Music a (...)
  • 1 Les archives de la chancellerie de l’infante Matha d’Armagnac sont regroupées dans les registres AC (...)

1Entre son mariage à Barcelone le 25 avril 1373 et sa mort, le 23 octobre 1378, Matha d’Armagnac, duchesse de Gérone et comtesse de Cervera, épouse de l’infant Jean d’Aragon, ne cesse d’écrire aux femmes de sa connaissance*. Elle s’adresse non seulement aux femmes de sa parenté gasconne et française, membres de la familia qui l’a vue naître et qu’elle a côtoyées jusqu’à son mariage, mais aussi aux femmes de sa nouvelle famille royale d’Aragon, à leurs alliées et à ses nouvelles fidèles de la Couronne d’Aragon. 311 de ses lettres féminines sont copiées dans les six registres de sa chancellerie aujourd’hui conservés. Ils ne compilent vraisemblablement qu’une partie de la correspondance engagée par l’infante durant ses cinq années de vie au sud des Pyrénées mais témoignent d’une dynamique production épistolaire1.

  • 2 Si l’on suit Dominique BARROIS, Jean Ier, comte d'Armagnac, (1305-1373), son action et son monde, t (...)
  • 3 D. BARROIS, op. cit.
  • 4 Philippe WOLFF, « The Armagnacs in Southern France (14th-15th Century), Bulletin of the Institute o (...)
  • 5 Françoise AUTRAND, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris : Fayard, 2000, p. 247-261.

2Matha d’Armagnac est née entre 1349 et 1355 et était donc âgée de 18 à 24 ans en 1373 lorsqu’elle épousa le fils aîné du roi d’Aragon, qui avait 23 ans2. Elle est la fille d’un puissant prince français, Jean, comte d’Armagnac, de Fezensac et de Rodez, vicomte de Lomagne, d’Auvillars et de Mauléon, seigneur des terres d’Eauze et de Rivière († 1373), alors proche et très fidèle conseiller du roi de France3. Sa vaste principauté, frontalière des territoires aquitains du roi d’Angleterre et du domaine méridional du roi de France, occupe une position stratégique au cœur de la guerre de Cent ans4. Matha jouit aussi d’une ascendance maternelle prestigieuse, puisque sa mère, Béatrix de Clermont († 1364), dame de Charolais, était arrière-petite-fille de saint Louis. Son frère Jean II dit le Gras († 1384), comte de Charolais, hérite du comté d’Armagnac en 1373, tandis que sa sœur aînée, Jeanne († 1388) a épousé en 1360 le duc Jean de Berry, frère du roi Charles V de France5.

  • 6 D. Barrois, op. cit., p. 318 ; Áurea L. JAVIERRE MUR, Matha de Armanyach, duquesa de Gerona, Madrid (...)
  • 7 Á. L. JAVIERRE MUR, Matha de Armanyach…, p. 7.

3Pour l’infant Jean d’Aragon, dont la première promise, Jeanne de France, fille de Charles V, est décédée après leurs épousailles et la signature de leur contrat de mariage en septembre 1371, le mariage avec Matha d’Armagnac est un pis-aller6. Pour la Couronne d’Aragon, cette alliance est néanmoins très stratégique : elle neutralise à la fois le danger représenté par l’alliance traditionnelle du comte d’Armagnac avec le roi de Castille (désormais allié de la France) et son opposition farouche au comte de Foix-Béarn, allié de longue date de la Maison d’Aragon. Elle conforte donc la frontière Nord de la Couronne d’Aragon et sa position face à la France et à la Castille. Signe de ces enjeux, le contrat de mariage, signé à Lectoure le 6 mars 1373 prévoit une très forte dot (150 000 livres tournois) et le roi d’Aragon s’engage à fournir à sa bru un douaire très conséquent de 100 000 sous de Barcelone7. Mariée à l’héritier désigné du trône aragonais, Matha a vocation à devenir reine consort à la mort de son beau-père (laquelle n’advient cependant qu’en 1387, quatorze ans après la mort de la princesse).

  • 8 Ibid., p. 82; ead., Mata d’Armanyac, duquessa de Girona, Barcelone : Dalmau ed., 1967. On retrouve (...)

4L’analyse des 311 lettres de Matha d’Armagnac adressées à des femmes permet de bien cerner la position particulière occupée par la princesse durant ses cinq années de vie dans la Couronne d’Aragon. Dans la monographie qu’elle lui a consacrée en 1930, Áurea Javierre Mur la qualifiait de « femme véritablement singulière », insistait sur sa figure de bonne épouse, de bonne chrétienne, fort pieuse et pacifique, qui goûtait une vie domestique luxueuse mais était peu adepte des fastes et fêtes de la cour8. Dans les pages suivantes, par l’examen du contenu et de la tonalité de sa correspondance féminine, je me propose d’aller au-delà de ce portrait, en interrogeant à la fois les spécificités des lettres que cette princesse adresse aux femmes par rapport aux lettres envoyées à des hommes, et celles de ses lettres écrites aux femmes de sa connaissance dans la Couronne d’Aragon par rapport à ses lettres « françaises ».

Une correspondance au féminin ?

Des caractéristiques originales ?

  • 9 Sur les conditions d’enregistrement des documents émis par les membres de la Maison d’Aragon, voir (...)
  • 10 Le Vocabulaire international de la diplomatique, § 404, p. 99 (http://www.cei.lmu.de/VID/), définit (...)

5Les lettres écrites par Matha aux femmes de sa connaissance sont dispersées dans quatre des six registres de sa chancellerie, qui par leur mise en forme et leur organisation ne se distinguent guère des registres de la chancellerie des autres membres de la famille royale aragonaise9. Les registres 1811 et 1812, définis par les archivistes comme des « Registro[s] de la correspondencia familiar mantenida por Matha de Armañac », compilent quasi uniquement des lettres ou lettres missives, c’est-à-dire des documents qui ont pour vocation de saluer leur destinataire, homme ou femme, de lui envoyer des informations ou des nouvelles, voire de dialoguer à distance10. Les deux autres registres de l’infante contenant des lettres féminines (reg. 1809 et 1814 portant respectivement les titres Graciarum et pecunie et Comune et curie), regroupent aussi la copie de nombreux actes émis en son nom qui, malgré le titre des registres, ne concernent cependant pas que l’exercice de ses pouvoirs de grâce et de justice et la gestion de ses finances et de sa cour.

  • 11 Par exemple le registre 1809 couvre les mois de mai 1373 à juillet 1375, mais après le fol. 62v° (l (...)
  • 12 Le registre 1811 garde copie (fol. 1r°-55v°) de lettres essentiellement adressées à la parenté et a (...)

6L’enregistrement chronologique des lettres de la princesse semble avoir prévalu au sein des différents cahiers de papier qui composent les registres 1809, 1812 et 1814. Mais la reliure désordonnée desdits cahiers perturbe aujourd’hui leur ordre11. Le registre 1811 rassemble quant à lui deux types de cahiers d’enregistrement qui distinguent d’une part les lettres envoyées en France et en Avignon et d’autre part celles envoyées dans la péninsule Ibérique, copiées dans l’ordre chronologique de leur émission12. Aucun de ces registres n’est uniquement voué à la correspondance féminine de Matha d’Armagnac. Ses deux registres dits familiares, comptent par exemple à eux deux 861 lettres dont « seulement » 166, soit près de 20%, sont adressées à des femmes, mais cette proportion est bien inférieure dans les deux autres registres.

  • 13 C’est le cas des lettres à la prieure du monastère de Sijena : ACA, C, reg. 1809, fol. 42v°, 152v°, (...)
  • 14 Après le mariage de sa belle-sœur, l’infante Éléonore d’Aragon, avec l’héritier du trône de Castill (...)
  • 15 À l’exclusion des nombreuses lettres adressées en latin à quelques évêques, à son cousin Gilles Ayc (...)
  • 16 Sur la définition de cette typologie : Maria Josefa ARNALL JUAN, Lletres reials a la ciutat de Giro (...)
  • 17 L’expression est de Ramon GUBERN, Epistolari de Pere III, Barcelone : Ed. Barcino, 1955, p. 8.
  • 18 Ibid., p. 8-10 et Stefano CINGOLANI, Epistolari del rei Pere el Cerimoniós, sous presse (je remerci (...)

7Les 311 lettres féminines répertoriées sont majoritairement rédigées en catalan et c’est d’ailleurs dans cette langue que Matha d’Armagnac écrit à ses parentes en Gascogne. Plus rares sont celles écrites en aragonais à des interlocutrices aragonaises13 ou en castillan, aux femmes de la famille royale de Castille14. Ces caractéristiques linguistiques ne les différencient en rien des lettres que la princesse destine aux hommes de sa parenté15. Ce sont principalement des lettres closes16, parfois scellées de son sceau du secret, mais malgré le caractère répétitif de certaines expressions et le formulaire traditionnel de certaines lettres, le « vernis de chancellerie » de sa correspondance est léger17. Le vocabulaire et le style employés sont assez variés, le ton est parfois informel, l’argumentation vigoureuse et alerte laisse souvent poindre une forme de spontanéité, voire parfois l’expression de l’émotion et du sentiment (j’y reviendrai). Malgré leur saisissante vivacité, les lettres de Matha d’Armagnac ne sont néanmoins pas sans rappeler les riches lettres produites par d’autres membres de la famille royale d’Aragon18.

  • 19 Par exemple, le 3 avril 1375, Matha d’Armagnac s’enquiert de la santé de la reine d’Aragon sa belle (...)
  • 20 Certaines lettres accréditant des messagers ne transmettent aucune autre information, comme celle d (...)

8À l’instar de ses contemporains, l’infante accrédite de nombreux messagers chargés en son nom de poursuivre le dialogue avec ses interlocutrices et de transmettre ses paroles. Parmi les 311 lettres qu’elle adresse à des femmes on recense 33 lettres de créance19. Un grand nombre des informations et de l’échange entretenu avec ses proches parentes (comme avec leurs homologues masculins) passe donc par un autre biais que les lettres qui, qualitativement, malgré leur richesse thématique, sont sûrement plus pauvres que les contenus qui s’échangent à l’oral20.

  • 21 Tel ce « faire-part de naissance » des plus brefs envoyés à sept destinataires, dont quatre femmes (...)
  • 22 ACA, C, reg. 1812, fol. 29v°.

9On remarque aussi que Matha d’Armagnac, comme ses semblables, envoie souvent la même lettre, mot pour mot, à ses destinataires, qu’ils soient masculins ou féminins21. Loin de ne concerner que des lettres circulaires très stéréotypées (telles les litterae de statu sur lesquelles je reviendrai), ces courriers peuvent évoquer des affaires précises dont elle souhaite spécifiquement informer différents destinataires, hommes comme femmes. Le 30 novembre 1376, elle écrit par exemple une lettre identique à l’infant Jean de Castille et à son épouse l’infante Éléonore d’Aragon, sa belle-sœur : après s’être réjoui d’avoir reçu de bonnes nouvelles de la santé de la famille royale de Castille, avoir demandé qu’on lui écrive souvent à ce propos et donné de bonnes nouvelles de toute la famille royale d’Aragon, elle évoque la somme de florins que le roi de Castille doit verser au roi d’Aragon à Noël. Elle précise qu’en réponse à la demande du roi et des infants de Castille et à sa propre intervention auprès du roi d’Aragon, celui-ci accepte finalement de recevoir cette somme en reales d’argent22. Dans cette affaire, Matha d’Armagnac intervient manifestement auprès du roi d’Aragon comme intercesseur de son beau-frère et de sa belle-sœur, qui eux-mêmes font l’interface avec le roi de Castille ; écrire individuellement aux deux infants offre ici non seulement à la princesse des garanties de bonne livraison de ses lettres, mais aussi de protection contre toute mauvaise interprétation ou dissimulation du résultat obtenu, positif pour son image et celle du roi d’Aragon. Cet exemple pousse à interroger plus précisément le caractère genré des lettres que Matha d’Armagnac adresse à ses correspondantes féminines et à en comparer les thématiques avec ses lettres envoyées à des hommes (et réciproquement).

Des thématiques féminines ?

  • 23 ACA, C, reg. 1811, fol. 95v°-96r°, 16 mai 1376.
  • 24 « Car cosi, segons que nós havem entès, vós tenits a gran deshonor et a gran vituperi nostra cosina (...)
  • 25 « més vos val star e vivir en casa de vostre frare que no viure ab dolor et ab afany ab vostre mari (...)
  • 26 « si neguna rancor li havets per quiny partit se vulla, que vós ho vullats perdonar per amor de nós (...)
  • 27 À la comtesse de Luna, elle écrit : « E d’açò, cara sor, que·ns havets fet saber vos consellam que· (...)

10Le thème des différends conjugaux revient à plusieurs reprises dans correspondance de la princesse, lorsqu’elle dispense des conseils à des femmes comme à des hommes qui en sont victimes. Elle répond ainsi non seulement à de proches armagnacaises, qui semblent l’avoir sollicitée, mais écrit aussi à leur époux et les tance parfois vertement. À la vicomtesse de Fezensaguet, manifestement maltraitée par son mari, elle écrit qu’elle s’occupe de son affaire et lui demande de se faire lire la lettre qu’elle a adressée au vicomte23. Dans cette dernière, l’infante lui reproche de déshonorer sa femme et de se déshonorer par la même ainsi que ses amis et sa descendance, en traitant plus mal son épouse que si elle était fille de paysan, malgré le lignage auquel ils appartiennent tous deux, et malgré les engagements qu’il avait pris en présence de l’infante, avant son départ vers la Couronne d’Aragon. Elle lui fait donc la morale et le menace malgré la distance24. À Maria, l’épouse de Maurin de Biran, l’un des fidèles serviteurs de sa famille et interlocuteur récurrent de la duchesse de Gérone, tout aussi malheureuse en ménage, elle déconseille, dans une longue lettre, de venir la rejoindre, lui recommande d’attendre le retour de son mari et, s’il le permet, d’aller s’installer chez son frère car, selon l’infante, « mieux vaut vivre dans la maison de son frère qu’avec douleur et souci avec son mari »25. Audit mari, elle reproche de ne pas se comporter bien avec sa femme, malgré la pacification du ménage obtenue par le passé par la comtesse d’Armagnac, et l’invite à laisser partir son épouse si son attitude fait qu’elle ne peut continuer à vivre avec lui26. Matha d’Armagnac semble en revanche bien se garder d’interpeler ou de morigéner ses beaux-frères l’infant Martin et le comte d’Ampurias, qui semblent être en désaccord avec leur épouse respective l’infante Marie de Luna et l’infante Jeanne d’Aragon, fille du roi Pierre le Cérémonieux. Sollicitée par ces princesses, la comtesse de Gérone leur écrit des lettres sibyllines dans lesquelles elle leur conseille de faire ce que voudront leur époux et précise avoir détruit leurs lettres27.

  • 28 « e axí sforçats-vos bé e dats-vos alagria et plaer » (ACA, C, reg. 1811, fol. 71r°, 14 avril 1375) (...)
  • 29 « he entés, car frare, que en Gascunya ha barreyaments et que en la vostra terra del comdat ha mal (...)
  • 30 « e guardat-vos, si us plau, car frare, que en lo finament e en tot ço que farets ab lo comte de Ff (...)
  • 31 ACA, C, reg. 1811, fol. 58r°-59v°, 6-7 décembre 1374 ; 64v°, 7 février 1375.
  • 32 ACA, C, reg. 1811, fol. 56r°-58r°, 25 novembre-5 décembre 1374 ; 59r°, 60r°-61r°, 10 au 22 décembre (...)
  • 33 ACA, C, reg. 1811, fol. 18r°, 19 décembre 1374 ; 21v°, 18 février 1375.
  • 34 À Jean, vicomte de Labarthe, sire des quatre vallées d’Aure, Neste, Barousse et Magnoac : ACA, C, r (...)
  • 35 ACA, C, reg. 1811, fol. 64v°-65r°, 7 février 1375 ; fol. 69v°, 23 mars 1375 (lettre et articles dét (...)
  • 36 Sur ce contexte particulier, voir Carles PUIGFERRAT I OLIVA, « Fam, guerra i pesta a la plana de Vi (...)
  • 37 Éléonore se voit confier à neuf reprises la direction des affaires royales, comme lieutenante de so (...)
  • 38 ACA, C, reg. 1809, fol. 86r°, 89r°, 91r°, 94v°-94r° [sic], 95r°, 97r°, 15 novembre, 24 décembre 137 (...)
  • 39 ACA, C, reg. 1809, fol. 86r°, 89v°-89r° [sic], 92v°, 94r°-95v° [sic], 95v°-95r° [sic], 97r°, 15 nov (...)

11Certains conseils épistolaires de Matha d’Armagnac sont plus clairement de nature politique et visent aussi bien des femmes que des hommes. Elle annonce par exemple en avril 1375 à sa belle-sœur l’infante Éléonore son futur mariage avec l’infant Jean de Castille (il contribue à sceller la paix entre les deux couronnes), lui précise qu’elle devra être en Castille d’ici un mois et lui recommande de faire des efforts et de se réjouir28. Elle ne se prive pas de sermonner son frère, le comte d’Armagnac, en juillet 1375 à propos de l’état de son comté qui, selon ses informations, serait en péril car mal gouverné29. L’année suivante, elle le met aussi vivement en garde de préserver son honneur dans le règlement de sa querelle avec le comte de Foix30. L’actualité politique et militaire du temps est de fait souvent évoquée par la princesse dans sa correspondance, et à ce sujet aussi, elle traite avec des hommes mais aussi avec des femmes. Parmi les nombreuses affaires qui l’occupent, et pour lesquelles elle ne semble pas ménager sa peine, elle écrit par exemple à de nombreuses reprises entre novembre 1374 et avril 1375 au roi d’Aragon31, à son mari le duc de Gérone32, à son propre frère le comte d’Armagnac33, et à des proches et conseillers de ce dernier34, mais aussi à la reine35 au sujet de l’engagement de troupes gasconnes au service de la Couronne d’Aragon. Il s’agit alors de lutter contre l’invasion du Roussillon, de la Cerdagne et de la Catalogne par l’infant Jacques de Majorque et ses grandes compagnies36. Considérant l’implication de la reine consort, Éléonore de Sicile, dans le gouvernement et la vie politique de la Couronne37, il n’est pas étonnant que l’infante – qui se démène par exemple pour que les troupes de mercenaires du bâtard d’Armagnac passent à la solde du roi son beau-père –, évoque avec elle ce type d’affaire. Dans la même logique, elle s’adresse à la reine38 aussi bien qu’au roi39 afin d’obtenir les fortes sommes promises par ce dernier, mais jamais versées, pour l’entretien de sa Maison.

  • 40 Voir par exemple les neuf exemples de litterae de statu compilés dans le formulaire publié par Mari (...)

12Le thème le plus présent dans la correspondance de la duchesse de Gérone reste néanmoins celui de la santé. De la sienne, de celle de ses proches, comme de ses correspondants traitent des dizaines de lettres, adressées aussi bien à des femmes qu’à des hommes. L’essentiel de ce corpus de lettres dites d’état (litterae de statu) est composé de missives extrêmement stéréotypées, qui constituent des traductions catalanes quasi littérales des modèles de litterae de statu proposés dans les formulaires de la chancellerie aragonaise40. La lettre adressée le 8 novembre 1376, à sa nièce, Bonne de Berry, alors âgée de neuf ans, en constitue un bon exemple :

  • 41 ACA, C, reg. 1812, fol. 25r° ; de nombreux autres exemples sont rédigés sur ce type de modèle, tell (...)

Molt cara neboda, per ço com sabem que us plaurà e n’haurets pler vos certifficam que·l senyor duch de Gerona, marit e senyor nostre molt car, e nós e nostra cara filla la infanta som ben sans, Déus mercè. E pregam-vos, neboda cara, que·ns certiffiquets com pus sovín porets dela bona salut e sanitat de nostre car frare lo duch de Berrí, pare vostre e de nostra cara sor la duquessa de Berrí, mare vostra, e de la vostra persona e de vostres frares, car gran pler n’aurem. E si res volets, neboda cara, d’aquestes partides, scrivits-nos-en, car nós o complirem de bon cor41.

  • 42 C’est le cas le 19 juin 1374, dans une lettre d’état envoyée à sa belle-sœur l’infante Éléonore d’A (...)
  • 43 Le 3 mai 1378, elle adresse par exemple une très courte littera de statu identique au comte d’Armag (...)
  • 44 Stefano M. CINGOLANI, « Diplomacia íntima : como mantener la paz en tiempo de paz », in : Óscar VIL (...)
  • 45 C'est le cas dès le 19 octobre : ACA, C, reg. 1814, fol. 15r°-15v° ; les lettres qui leurs sont adr (...)
  • 46 Parmi de nombreux exemples, on peut citer le début de la lettre de créance en faveur de Madame de F (...)

13Quand l’infante ne remercie pas en premier lieu son interlocuteur de lui avoir donné de ses (bonnes) nouvelles, elle l’informe directement comme ici – et dans cet ordre – de la bonne santé de son époux, d’elle-même et parfois de leur fille (l’infante Jeanne, née en août 1375, la seule de ses enfants qui survit), avant de lui demander de lui écrire souvent pour l’instruire de sa santé et de celle de sa parenté. Les termes sont généralement succincts et le contenu informatif très réduit, en terme de santé, même si elle souligne parfois que sa grossesse en cours se passe bien (« stam bé de nostre prenyat »). La neutralité du propos de ce genre de lettres ne laisse cependant de surprendre, quand on sait que certaines d’entre elles sont envoyées dans des périodes assez cruciales, comme les fins de grossesse de la princesse ou les semaines qui suivent la naissance et la mort d’un enfant (thèmes par ailleurs récurrents de sa correspondance sur lesquels je reviendrai), dont elle ne dit mot dans ces litterae de statu assez expéditives et formatées42. L’enjeu de ces lettres, souvent adressées à l’identique à des interlocuteurs différents, féminins comme masculins, semble donc moins être de donner un véritable bulletin de santé que de signaler qu’elle est toujours en vie et de montrer son intérêt pour ses correspondants, femmes et hommes, en leur demandant des nouvelles de leur santé43. Elles visent aussi, ce faisant, à entretenir ses contacts et son réseau de parents et amis. C’est pourquoi Stefano Cingolani voit dans les nombreuses litterae de statu envoyées à travers l’Europe par les membres de la famille royale aragonaise une pratique de diplomatie intime particulièrement cultivée en temps de paix44. Dans cette logique, la princesse multiplie les lettres dont le seul objet est de demander des nouvelles à sa parenté. C’est par exemple souvent le cas des lettres concernant sa fille, l’infante Jeanne, née vers la mi-août 1375, dont elle est très vite et longtemps séparée, et qui suscite une vaste correspondance. Ses missives à la gouvernante de l’enfant, Albamunt de Pavie, veuve de Pere Gilabert, et à son médecin, maître Juan de Ordás, n’ont parfois pour seul but que de leur demander de l’informer au plus vite de sa santé45. Une variante fréquente de ce type de lettre peut aussi viser autre chose que ce seul échange de nouvelles : Matha d’Armagnac y évoque brièvement la santé de son mari et d’elle-même et s’enquiert de celle de son destinataire, avant d’aborder l’objet plus spécifique de sa lettre46. Donner des nouvelles constitue dans ce cas une forme de politesse et une attention personnelle, préalable à l’évocation d’une affaire précise.

  • 47 « són stada fort desmenyada, e tos que he haüda alscuns dies, creu, senyora, que·m sie sdevengut pe (...)
  • 48 Géraude de Montlezun, veuve de Jean de Lomagne († vers 1365), seigneur de Fimarcon, serait née vers (...)

14Mais la correspondance de Matha d’Armagnac offre aussi des bulletins de santé beaucoup plus détaillés et informatifs que ces sèches litterae de statu, adressés à divers correspondantes et correspondants. Sa santé étant des plus fragiles du fait de ses grossesses (pas moins de cinq en cinq années de mariage), les sempiternelles expressions toutes faites (« som ben sans, Déus mercè ») laissent parfois la place à des descriptions évocatrices de son état. Ses lettres diffèrent alors totalement, par leur formulation et leur ton des litterae de statu génériques et neutres. C’est ainsi que consciente que son devoir de jeune mariée est de donner un héritier à la couronne, elle ne cesse par exemple d’adresser au roi et à la reine d’Aragon, ses beaux-parents, des bulletins qui témoignent de ses difficiles grossesses47. Dans une lettre au ton assez dramatique, en date du 18 juillet 1378, elle fait aussi part à l’une de ses principales correspondantes armagnacaises, sa cousine et très chère dame de Fimarcon48, d’un nouvel accès de fièvre tierce, source de grandes douleurs et surtout de la naissance et de la mort prématurées de son cinquième (et dernier) nouveau né, l’infante Éléonore :

  • 49 ACA, C, reg. 1812, fol. 88r° ; le 16 juillet, une lettre au roi évoquait les mêmes éléments (ACA, C (...)

Sapiats que a IIII dies del present mes de juliol, nos vench accident de febre terçana molt forts, e a l’XIn jorn de la dita febre, per los grans accidens que n’havíem, infantam filla, la qual, aprés alscuns dies, per les grans passions que sofertes havie dins nostre persona per rahó de la dita febre, morí49.

15À partir de juin 1375, la santé de son époux, l’infant Jean se dégrade. Matha ne cesse alors d’écrire des lettres détaillées et parfois très terre à terre au roi d’Aragon son beau-père (la reine est décédée le 20 avril). Il s’agit parfois de véritables rapports, rédigés presque heure par heure, dans lesquels elle conte par le menu l’évolution des maux et accidents de santé du prince, sans ménager les détails, mais en s’en excusant, comme dans cette lettre du milieu de matinée, le 12 juin :

  • 50 ACA, C, reg. 1811, fol. 78v°.

digmenge pus prop passat, en la nit, vench flux de vendre al senyor duch, marit e senyor meu molt car, axí, senyor, que exí en cambra, parlant ab reverència de la vostra molt gran altesa, XII o XIII vegades, les dues en gran quantitat e les altres en pocha quantitat. E ir, senyor, que fon diluns, exí IIII vegades, axí metex en pocha quantitat, e la nit prop passada XI o XII vegades e en pocha quantitat. Però senyor, gràcies a nostro senyor Déus, non ha haüt scalfament de febre ne gran enuig que hom haje pogut conèxer. Ço que d’aquí avant s’en seguirà, senyor, jo u notificaré a la vostra gran altesa per ses jornades, mas fiu en Déu que serà tot bé50.

  • 51 En témoigne, parmi de nombreux exemples, la formule qui clôt l’une de ses lettres, le 5 septembre 1 (...)

16Au-delà de l’inquiétude paternelle que la duchesse de Gérone semble ici vouloir rassurer, il s’agit aussi pour elle de contrôler les informations transmises au roi et sûrement de lutter contre une forme de désinformation ou de commérages d’autant plus dangereux pour elle et son mari, que les relations de l’héritier du trône et de son père sont assez conflictuelles51. À travers ces exemples, on note combien le sexe des correspondants de Matha d’Armagnac semble bien moins influencer la forme de ses lettres et la précision des informations sanitaires transmises, que l’état des relations entretenues avec eux.

  • 52 Parmi de nombreux exemples, le 2 février 1375, elle informe la reine d’Aragon de sa toute nouvelle (...)

17On le constate aussi sur le thème, déjà évoqué, des considérations de la princesse sur les grossesses et les naissances. Elle annonce bien sûr ses propres grossesses et ses accouchements à ses parentes, mais aussi, en des termes similaires, aux hommes de sa famille, car c’est un fait politique52. Pour cette même raison, elle envoie aussi à ses beaux-parents des détails sur la santé de ses nouveau-nés, telle sa lettre pour rassurer la reine d’Aragon inquiète d’éventuelles malformations de son premier petit-fils, l’infant Jacques, né le 23 juin 1374 :

  • 53 ACA, C, reg. 1809, fol. 99r°, 7 juillet 1374.

Dels formaments de l’infant que volets saber, senyora, ell nasqué feble per lo mal prenyat que jo haguí, però, Déus mercè, ell nesqué dret de sos menbres ; e les orelles, qui·s deyts si·s tenien, senyora, no·s tenien, no·s tenen, ans eren et són axi com de tot infant que n’és a sos dies e, Déus mercè, lo dit infant ha prés e pren tot dia gran mellorament et mama bé e fa tots sos actes que fer deu53.

  • 54 À son frère, le comte d’Armagnac, elle déplore et tente de justifier la mort de son troisième bébé, (...)
  • 55 À sa sœur, la duchesse de Berry, dont elle vient d’apprendre la grossesse, elle écrit ainsi le 11 d (...)
  • 56 « Molt alta senyora e mare a mi molt cara, he haüt gran pler del regiment lo qual, per la dita vost (...)
  • 57 « Sapiats cara tia, que la vostra pedra que·ns donàs nos ha fet molt bé, e sapiats que som feta pre (...)

18Matha écrit aussi à ses parentes et parents, pour leur annoncer la mort précoce de ses nouveau-nés, comme on l’a vu avec l’exemple de la lettre adressée à la dame de Fimarcon, et ses lettres en la matière ne sont pas plus précises lorsqu’elles sont adressées à des femmes, que lorsqu’elles le sont à des hommes54. Ses félicitations ne sont en revanche adressées qu’à ces dernières, dont elle a appris la grossesse ou l’accouchement55 et c’est avec elles qu’à ces sujets, elle échange des remèdes et conseils, comme en attestent les remerciements adressés en mars 1374 à la reine d’Aragon qui lui a conseillé un régime de grossesse56 ou ceux envoyés à la comtesse d’Urgell qui lui a offert une pierre, laquelle lui aurait permis de tomber enceinte à la Noël 137457.

19Malgré ces derniers exemples d’échanges « féminins », la correspondance de Matha d’Armagnac n’est pas vraiment genrée. Peut-on en revanche établir des différences parmi ses missives adressées à des femmes, en fonction de leur destination géographique ?

Une correspondance différente lorsque Matha d’Armagnac écrit à ses parentes françaises ou ibériques ?

Deux corpus inégaux en nombre de missives

  • 58 Seules deux lettres ne sont pas adressées à sa parenté armagnacaise : elle en écrit une à la reine (...)
  • 59 Seules quatre litterae de statu sont adressées à la reine de Castille (ACA, C, reg. 1811, fol. 41v° (...)
  • 60 Lettres de juin, juillet, août et septembre 1377 (ACA, C, reg. 1812, fol. 50r°, 51r°-51v°, 52v°, 53 (...)

2082 missives, soit seulement 25,7% des 311 lettres féminines de Matha d’Armagnac, sont adressées à ses 16 correspondantes françaises, principalement originaires d’Armagnac et de ses confins58. Elle envoie en revanche 231 lettres, soit 74,3% du corpus à ses 33 correspondantes ibériques, très majoritairement originaires de la Couronne d’Aragon59. Cette surreprésentation des missives ibériques profite principalement aux femmes de la famille royale d’Aragon, qui reçoivent près de la moitié des lettres adressées au sud des Pyrénées (114 lettres, soit 49,35%). La reine d’Aragon, Éléonore de Sicile, qui décède pourtant dès avril 1375, est destinataire de 47 de ces lettres ; sa fille, l’infante Éléonore de Sicile, sœur de l’époux de Matha et qui réside parfois à ses côtés, en reçoit 27 et le flot des courriers qu’elle lui adresse perdure après son mariage avec l’infant Jean de Castille en juin 1375 ; la comtesse d’Ampurias, l’infante Jeanne d’Aragon, fille du roi Pierre IV et de sa première épouse, et la comtesse Marie de Luna, épouse de l’infant Martin, le beau-frère de Matha, bénéficient chacune de 17 lettres. Quant à Sibylle de Fortià, la concubine puis quatrième épouse du roi Pierre le Cérémonieux, elle ne reçoit que six missives de la duchesse de Gérone, néanmoins toutes antérieures à son mariage avec le roi en octobre 137760. La première correspondante ibérique de Matha d’Armagnac, en nombre de lettres, est cependant étrangère à la famille royale : il s’agit d’Albamunt de Pavie, déjà citée, gouvernante de l’infante Jeanne, la fille de Matha. Elle lui écrit à 51 reprises. Les 27 autres correspondantes ibériques de l’infante sont principalement des nobles dames catalanes ou aragonaises, ainsi que la prieure du monastère de Sainte-Marie de Sigena et les nourrices de ses enfants. Parmi les 16 correspondantes de Matha au Nord des Pyrénées, destinataires de 82 lettres, seules trois se distinguent par la récurrence des missives reçues : à elles seules, la dame de Fimarcon, cousine et fidèle amie de Matha d’Armagnac, la comtesse d’Armagnac, Jeanne de Périgord sa belle-sœur et la duchesse de Berry, Jeanne d’Armagnac, sa propre sœur reçoivent 70,73% des lettres féminines envoyées au nord des Pyrénées (soit 58 des 82 lettres et respectivement 23, 18 et 17). Ses autres correspondantes appartiennent vraisemblablement au cercle des familles proches de la famille comtale et de la princesse, dont le réseau armagnacais reste à étudier.

21Malgré le poids bien différent de ces deux corpus, rares sont les éléments distinguant les lettres françaises par rapport à leurs équivalents ibériques.

De l’influence de l’amitié et de la frontière sur la tonalité des lettres ?

  • 61 Cf. supra note 47.
  • 62 « són stada fort desmenyada, et vòmit et tos que he haüda, creu que·m sie sdevengut per rahó del pr (...)
  • 63 Notamment, sa lettre dramatique du 18 juillet 1378 citée supra (ACA, C, reg. 1812, fol. 88r°) et sa (...)
  • 64 Comme en témoigne l’exemple suivant : « Mon stat e les novelles de part deçà lo dit mossèn Pere [de (...)

22Qu’elles résident en Aragon, en Catalogne, en Castille ou en Armagnac, les correspondantes de la duchesse de Gérone reçoivent toutes des litterae de statu. La plupart de ces lettres, comme on l’a souligné, restent très générales, voire évasives se contentant d’informer du bon état de santé de l’infante et de sa famille à coup de formules répétitives. Quelques missives féminines ibériques et françaises de l’infante contiennent certes des informations détaillées sur sa piètre santé, mais elles sont assez rares. Auprès de la reine d’Aragon sa belle-mère, à qui elle est liée par une relation filiale et de subordination, elle s’épanche parfois par écrit sur son cas et sur ses déboires sanitaires61. Elle le fait aussi, en février 1374, dans la première des 17 lettres adressées à sa belle-sœur, la comtesse d’Armagnac, diffusée dans les mêmes termes à 11 autres proches armagnacais, à qui elle écrit qu’elle va bien après avoir été fort malade, avoir vomi et avoir cru mourir du fait de sa grossesse ; mais c’est presque sa seule lettre explicite envoyée à sa large parenté gasconne, malgré ses ennuis de santé ultérieurs62. Car outre cette missive, seules deux des 23 lettres destinées à la dame de Fimarcon, sa fidèle amie, s’autorisent ce genre de confidences63. Il semble donc que Matha évite d’en dire trop sur son « état » dans ses lettres en général et en particulier dans celles qui devront traverser les frontières de la Couronne d’Aragon et préfère s’en remettre à des messagers, comme le montre clairement sa correspondance avec sa sœur Jeanne, duchesse de Berry, à laquelle elle n’envoie par écrit aucun véritable bulletin de santé64.

  • 65 ACA, C, reg. 1811, fol. 7v°.
  • 66 ACA, C, reg. 1811, fol. 43v°-44r°. Cette idée de consolation est présente dans plusieurs lettres à (...)
  • 67 « Entès havem que sots stada en lo loch de Areyo, prop de aquestes partides, et que sots sana, de l (...)
  • 68 La dame de Fimarcon la rejoint dans la Couronne d’Aragon vraisemblablement dans la deuxième moitié (...)
  • 69 « Per què us pregam, cosina, que encontinent que puxats cavalcar sens perill de vostra persona que (...)
  • 70 « Per què us pregam com pus affectuosament podem que encontinent vingats a nós, car mester vos have (...)
  • 71 « Cara cosina, pregam-vos com pus affectuosament podem que encontinent o al pus tost que puscats vó (...)

23L’expression de l’amitié et des sentiments est en revanche plus fréquente dans la correspondance française de Matha d’Armagnac que dans son équivalent ibérique où elle n’apparaît guère. Ses missives à ladite duchesse de Berry, qui en disent bien peu sur la santé de Matha, témoignent en revanche de son fort attachement pour sa sœur. Dans une lettre du 6 avril 1374, avant de dire brièvement qu’elle va bien et de donner créance à un messager, l’infante remercie vivement sa « cara sor » de lui avoir envoyé une bague et formule ouvertement ses sentiments, en affirmant que « per amor de vós jo guardar-l’é [l’anneau] tant com durarà »65. Elle ne cesse aussi, dans ses lettres envoyées au-delà des Pyrénées, d’exprimer son désir de revoir et de côtoyer sa sœur, ses cousines et amies avec qui elle a grandi, témoignant ainsi du poids de l’éloignement et peut-être de sa solitude. Elle n’hésite pas à y employer des mots et des images forts pour signifier que la vue, la présence de ses proches et leurs retrouvailles la réjouiraient grandement, voire même lui redonneraient vie. Le 9 décembre 1375, ayant prévu de se rendre à Perpignan et donc aux portes du Languedoc, elle écrit à la susdite Jeanne de Berry son espoir de pouvoir l’y voir, le plaisir et le réconfort qu’elle y trouverait : « hauríem fort gran pler que us víssem, per què us pregam, cara sor, que en tot cas, si fer se pot, vingats a la dita vila de Perpinyà, on nos serem, segons dits és, car fort gran consolació e pler haurem de vostra vista »66. Elle se prête de même à rêver de réduire les distances les séparant quand elle s’adresse à Marguerite, épouse de son cousin Jean, vicomte de Labarthe sire des quatre vallées d’Aure, Neste, Barousse et Magnoac : ayant appris qu’elle n’était pas loin d’elle, vraisemblablement à Aragnouet, dans les Pyrénées, à la frontière nord de l’Aragon, elle lui écrit en effet en mai 1375, depuis Saragosse, qu’elle se réjouirait de la voir, mais qu’elle a malheureusement entendu dire que les cols étaient encore enneigés67. Ses lettres à la dame de Fimarcon, offrent les plus beaux exemples d’expression de ses sentiments et peut-être de la peine engendrée par leur séparation. À partir de février 1376, l’infante lui dit à de multiples reprises qu’elle se languit d’elle et la prie de venir la rejoindre68. Pour ce faire, elle ne se prive pas de dire son plaisir/déplaisir et donc de faire usage d’un vocabulaire qui ressort du registre souverain, qu’elle emploie par ailleurs fréquemment69. Mais, sous la plume de Matha d’Armagnac, loin de n’exprimer que l’ordre et le désir de soumission, ces appels sont accompagnés de l’expression de son affection (« Pregam-vos com pus affectuosament podem »)70 et soulignent que la présence à ses côtés de sa « cara cosina » est aussi une question de survie en plus d’être source de grande joie pour la princesse71. La franchise attendrissante et la tonalité parfois grave des lettres adressées par Matha d’Armagnac à ses parentes gasconnes, peu après la mort prématurée de ses nouveau-nés – dont elle ne dit mot –, n’est alors pas sans laisser soupçonner son désespoir. Il faut néanmoins souligner que les lettres de ce type sont malgré tout exceptionnelles au sein du corpus des lettres « françaises » de la princesse. La position de Matha (potentielle future reine consort), le caractère « diplomatique » de toute correspondance échangée en pleine guerre de Cent ans avec le royaume voisin, tempèrent sûrement ses propos et réservent ses épanchements plus intimes aux nombreux messagers qui, comme on l’a vu, portent ses lettres et paroles à ses parentes.

  • 72 L'expression « axí com de filla vostra natural » est récurrente (ACA, C, reg. 1811, fol. 62r°, 6 ja (...)
  • 73 À l'infante Jeanne, comtesse d'Ampurias, elle écrit ainsi en février 1377 : « responem-vos que a nó (...)

24On ne trouve aucun exemple comparable dans les lettres envoyées aux nouvelles parentes ibériques de l’infante. L’expression de son attachement à la reine d’Aragon sa belle-mère – qui la désigne toujours comme sa chère fille – et à ses belles-sœurs, semble plus convenu et politique, résulter d’abord d’un devoir filial et sororal. Matha cherche clairement à se rendre agréable, à être digne de leur confiance. Elle ne cesse de réitérer sa piété filiale naturelle envers la reine, dont elle se présente comme la dévote fille, prête à lui rendre tous les services qu’elle souhaitera et surtout à obéir à sa volonté72. Son inquiétude pour la santé et la survie de sa belle-mère comme de ses belles-sœurs est réelle73 mais il faudrait néanmoins mener une analyse comparative de la correspondance de l’infante et de la dégradation progressive des relations entre son époux l’infant Jean et le roi, pour mesurer la part stratégique de ces missives.

25Le ton alerte et la grande diversité des missives adressées par Matha d’Armagnac à des femmes font certes de sa copieuse correspondance féminine une correspondance richissime pour l’historien, mais ce n’est pas une correspondance à part, ni sur le fond, ni sur la forme. Aucune des thématiques évoquées n’est propre à ses lettres féminines. On les retrouve dans ses lettres adressées à des hommes, bien qu’à des degrés divers et sous des formes parfois quelque peu différentes. Des missives comme celles envoyées à ses sœur, belle-mère, belles-sœurs, cousines, tantes, amies et fidèles, sont aussi écrites en des termes similaires, pour les mêmes raisons et sur les mêmes thèmes à leurs semblables masculins. Il est donc difficile de parler en l’état d’une correspondance au féminin, voire d’une spécificité des lettres adressées aux femmes par la duchesse de Gérone. Il faudrait néanmoins, pour affiner l’analyse étudier plus spécifiquement les lettres rédigées par les interlocuteurs masculins de Matha, pour mesurer l’originalité des lettres de la princesse, par rapport aux correspondances masculines contemporaines. De la même façon, une analyse comparative des lettres des grandes épistolières que furent les reines d’Aragon Éléonore de Sicile et Violant de Bar permettrait sûrement de mieux appréhender les spécificités de la correspondance de Matha d’Armagnac. L’étude comparée des lettres envoyées à ses correspondantes féminines ibériques et françaises montre enfin elle un très net déséquilibre quantitatif au profit des premières malgré leur proximité géographique, mais peut-être une expression plus personnelle, faute d’être véritablement intime, à destination de ses parentes demeurées en France. Les lettres que Matha leur écrit n’offrent néanmoins, malgré leur fraîcheur, qu’un témoignage ténu d’un attachement sincère et d’une séparation douloureuse, qu’elle formule sûrement plus directement par l’intermédiaire de ses messagers. Faute de conserver les éventuelles instructions écrites, remises à ces messagers, cette correspondance ne révèle donc vraisemblablement qu’une infime partie des relations entretenues par la princesse avec les femmes de sa parenté, durant les cinq années de sa vie au sud des Pyrénées.

Notes

* Cette étude résulte de ma collaboration au projet « Ioculator seu mimus (MiMus). Performing Music and Poetry in medieval Iberia » (ERC-CoG-2017-772762, Université de Barcelone, dirigé par Anna Alberni (PI), avec la participation de Stefano Maria Cingolani, Anna Fernàndez Clot et Carles Vela). 

1 Les archives de la chancellerie de l’infante Matha d’Armagnac sont regroupées dans les registres ACA, C, reg. 1809-1814, qui représentent un total de 787 folios et couvrent les mois de mai 1373 à octobre 1378 ; seuls les registres 1809, 1811, 1812 et 1814 contiennent des lettres adressées à des femmes respectivement au nombre de 68, 85, 79 et 79. Elles sont émises entre septembre 1373 et septembre 1378 ; aucune lettre féminine des quatre premiers mois de son mariage n'est conservée.

2 Si l’on suit Dominique BARROIS, Jean Ier, comte d'Armagnac, (1305-1373), son action et son monde, thèse de doctorat soutenue à l’université de Lille 3, 2004 sous la dir. de Bertrand Schnerb, p. 217, et l’on en juge par la date de naissance de sa mère (née dans les années 1310), le premier testament de son père (1347) qui ne la cite pas, et la date de naissance de sa sœur aînée, Jeanne d’Armagnac (1348). Je ne sais pas d’où Rafael TASIS, Joan I. El rei caçador i músic, Barcelone : Ed. Aedos, 1959, p. 66 tient qu’en 1374, Matha avait 26 ans.

3 D. BARROIS, op. cit.

4 Philippe WOLFF, « The Armagnacs in Southern France (14th-15th Century), Bulletin of the Institute of Historical Research, 20, 1945, p. 186-191; D. BARROIS, op. cit., p. 47-57.

5 Françoise AUTRAND, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris : Fayard, 2000, p. 247-261.

6 D. Barrois, op. cit., p. 318 ; Áurea L. JAVIERRE MUR, Matha de Armanyach, duquesa de Gerona, Madrid : Tipografía de Archivos, 1930, p. 6-7 ; Rafael OLIVAR BERTRAND, Bodas reales entre Francia y la Corona de Aragón, Barcelona : Ed. Alberto Martín, 1947, p. 139-145 ; R. TASIS, Joan I…, p. 55-64 ; R. TASIS, Pere el Cerimoniós i els seus fils, Barcelone : Ed. Vicens Vives, 1962, p. 147-148.

7 Á. L. JAVIERRE MUR, Matha de Armanyach…, p. 7.

8 Ibid., p. 82; ead., Mata d’Armanyac, duquessa de Girona, Barcelone : Dalmau ed., 1967. On retrouve ce portrait d’une femme pieuse, dévouée et effacée sous la plume du biographe de son époux, R. TASIS, Joan I…, p. 65, 76-78, qui écrit que Matha d’Armagnac fut une épouse soumise à son mari et à ses beaux-parents, une « muller afable i malaltissa, que no sabia ni volia intervenir en els afers de l’Estat […]. Es preocupava de feines casolanes i de treballs de costura, que devien ésser la seva distracció més estimada ».

9 Sur les conditions d’enregistrement des documents émis par les membres de la Maison d’Aragon, voir Alexandra BEAUCHAMP, « Les mentions de la chancellerie de l’infant Jean d’Aragon jusqu’à son accès au trône (1361-1386). Implication du prince dans la gestion de ses affaires et traçabilité du travail en chancellerie », à paraître in : Olivier CANTEAUT (dir.), Le discret langage du pouvoir. Les mentions de chancellerie du Moyen Âge au xviie siècle, Paris : ENC, 2019 ; sur les archives de la chancellerie des reines d’Aragon, voir ead., « La conservación de las cartas de las reinas de Aragón del siglo XIV », in : Jean-Pierre JARDIN, José Manuel NIETO SORIA, Patricia ROCHWERT-ZUILI et Hélène THIEULIN-PARDO (coord.), Cartas de mujeres en la Europa medieval : España, Francia, Italia, Portugal (siglos XI-XV), Madrid : La Ergástula, 2018, p. 69-87.

10 Le Vocabulaire international de la diplomatique, § 404, p. 99 (http://www.cei.lmu.de/VID/), définit ainsi cette typologie documentaire : « Une missive est une lettre par laquelle une personne, publique ou privée, communique avec une autre pour l'informer ou pour lui demander des informations, lui rendre compte, la prier ou la requérir. Si certaines missives – et notamment dans le domaine de la diplomatie – répondent à certaines règles de forme et constituent une espèce diplomatique, la plupart d'entre elles sont de nature privée et sont rédigées avec une grande liberté de forme ». Armando PETRUCCI, « Du brouillon à l’original : la lettre missive au Moyen Âge », Genesis, 9, 1996, p. 67-72. Cette typologie documentaire et le grand nombre de lettres adressées par la princesse à ses proches parents en Armagnac comme dans la Couronne d’Aragon explique sûrement le nom donné à ces registres dits familiare par les archivistes. Il n’est pas sans faire écho au Familiarum rerum liber de Pétrarque, qui y compile sa correspondance, réelle ou fictive (selon l'analyse de Philippe GUERIN, « Pétrarque épistolier : quelques principes pour un recueil (ou comment lutter contre les souris, la poussière et le temps », in : Antonio CASTILLO GOMEZ et Verónica SIERRA BLAS (dir.), Cartas – Lettres – Lettere. Discursos, prácticas y representaciones epistolares (siglos XIV-XX), Alcalá de Henares : Universidad de Alcalá, 2014, p. 77-95).

11 Par exemple le registre 1809 couvre les mois de mai 1373 à juillet 1375, mais après le fol. 62v° (lettres de juillet 1374), l’enregistrement reprend en novembre 1373 (jusqu’au fol. 65v°), puis couvre les mois de septembre à novembre 1374 (fol. 66r°-84r°) puis de septembre 1373 à juillet 1375 (fol. 85r°-179r°). Les fol. 85r°-94v° regroupent quasi exclusivement des lettres adressées à la reine d’Aragon.

12 Le registre 1811 garde copie (fol. 1r°-55v°) de lettres essentiellement adressées à la parenté et aux connaissances gasconnes de Matha d’Armagnac, ainsi qu’à ses contacts en Avignon entre février 1374 et avril 1376, tandis que les fol. 56r° à 104r° concernent quasi exclusivement des lettres adressées à sa famille et à ses relations dans la Couronne d’Aragon entre novembre 1374 et juin 1376.

13 C’est le cas des lettres à la prieure du monastère de Sijena : ACA, C, reg. 1809, fol. 42v°, 152v°, 158v°, et reg. 1811, fol. 9r°-9v°.

14 Après le mariage de sa belle-sœur, l’infante Éléonore d’Aragon, avec l’héritier du trône de Castille, en avril 1375, Matha d’Armagnac lui écrit alternativement en castillan ACA, C, reg. 1811, fol. 41v°, 82r° et reg. 1812, fol. 23v°, 29v°, 31v°, 63v°, 65v°, 66v°, 78r°, 85r°, 90v° et en catalan, ACA, C, reg. 1811, fol. 78r°, 79r°, 80v°, 93v° et reg. 1812, fol. 33r°, 83r°. Elle écrit en revanche systématiquement en castillan à la reine de Castille : ACA, C, reg. 1811, fol. 41v°, 77r° et reg. 1812, fol. 31r°, 85r°.

15 À l’exclusion des nombreuses lettres adressées en latin à quelques évêques, à son cousin Gilles Aycelin de Montaigut, évêque de Tusculum et cardinal dit « de Thérouanne » et au souverain pontife.

16 Sur la définition de cette typologie : Maria Josefa ARNALL JUAN, Lletres reials a la ciutat de Girona (1293-1515), Lérida : Fund. Noguera, 2000, 1, p. 80-82 et 89 ; María Luz MANDINGORRA LLAVATA, « Al servicio del rey. Sobre la carta real diplomática de la Corona de Aragón (1336-1458) », Anuario de Estudios Medievales, 47/2, 2017, p. 647-677.

17 L’expression est de Ramon GUBERN, Epistolari de Pere III, Barcelone : Ed. Barcino, 1955, p. 8.

18 Ibid., p. 8-10 et Stefano CINGOLANI, Epistolari del rei Pere el Cerimoniós, sous presse (je remercie très vivement l’auteur de m’avoir permis de consulter sa belle compilation précédée d’une très riche introduction). Parmi de nombreux exemples, voir aussi Jesús Ernesto MARTÍNEZ FERRANDO, Jaime II de Aragón, su vida familiar, Barcelone : CSIC, 1948, 2 vol. ; Nuria GIL ROIG, « Correspondencia de Jaime II con sus hijos. Afecto, formalismo o interés », Aragón en la Edad Media, 14-15/1, 1999, p. 693-707 ; María NARBONA CÁRCELES, « Que de vostres letres nos vesitets. La casa de María de Castilla (1416-1458) y la documentación epistolar como fuente para su estudio", Mélanges de la Casa de Velázquez, 44/2, 2014, p. 183-201.

19 Par exemple, le 3 avril 1375, Matha d’Armagnac s’enquiert de la santé de la reine d’Aragon sa belle-mère à qui elle écrit ; elle lui donne aussi de bonnes nouvelles de sa grossesse, de sa santé et de celle du duc son époux ; elle annonce enfin l’envoi par le duc son mari et par elle-même, à la reine et au roi, de son dispenser Huguet Cardona, au sujet du paiement de sa dot et donne créance à ce dernier : « supplicant a vós, senyora, molt humilment, que a les paraules que·l dit meu dispenser vos dirà, sobre los dits afers, de part del dit senyor duch et mia, vos plàcia dar fe et creença, axí com si lo dit senyor et jo les vos dehíem » (ACA, C, reg. 1811, fol.70v°-71r°) ; sur cette typologie documentaire, voir Stéphane PEQUIGNOT, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d'Aragon (1291-1327), Madrid : Casa de Velázquez, 2009, p. 32-34.

20 Certaines lettres accréditant des messagers ne transmettent aucune autre information, comme celle du 9 juin 1378, envoyée par Matha d’Armagnac à sa cousine, la dame de Fimarcon, en réponse à sa lettre ; elle y annonce l’envoi d’un messager et accrédite les paroles qu’il lui transmettra sur un sujet qui demeure mystérieux « vostres letres havem reebudes a les quals a present no us responem, mas sobre alscunes coses de nostra part a vós explicadores, havem-nos informat largament de nostra entenció lo fel cambrer del senyor duch Pere Ramon de Ligardes, al qual, cara cosina, vos pregam que a les paraules que·l dit Pere Ramon vos dirà sobre el dit fet donets plenera fe e creença » (ACA, C, reg. 1812, fol. 83v°).

21 Tel ce « faire-part de naissance » des plus brefs envoyés à sept destinataires, dont quatre femmes et trois hommes de sa parenté gasconne, le 29 juin 1374 : « Cara cosina, per ço con sé que·n reebrets plaer e goig vos notiffich que a nostre senyor Déus ha plagut que la vespre de sent Johan Baptista prop passada infanté fill » (ACA, C, reg. 1811, fol. 12v°).

22 ACA, C, reg. 1812, fol. 29v°.

23 ACA, C, reg. 1811, fol. 95v°-96r°, 16 mai 1376.

24 « Car cosi, segons que nós havem entès, vós tenits a gran deshonor et a gran vituperi nostra cosina, vostra muller, de la qual cosa nos maravellam molt, car vós sabets que, con nós vos en parlam en nostre paýs, que vós nos promesés que vós la provehiríets bé e honrablament segons que fer se devie, et segons lo linatge d’on ella és et aquell d’on vós sots ; e depuys que nós ne són partida, havets fet piyor, et si ella fos filla de un pagès e fos vostra muller no y poguérets haver fet piyor que fet havets, et que us sea molt leig, e fets gran desonor a vós mateix e a vostres amichs et a vostres infants, e no podets dir que per causa que ella haje feta, jamés la tingats en la vida que la tenits, que ans creu verament que per la sua bonesa e per les sues bones obres e oracions, nostre senyor Déus vos fa bé, si jamés vos en fa. Perquè us pregam carament tant com podem que vós en açò vullats donar remey et proveyr per tal manera que sie honor vostra e sua, et profit axí com se pertany. E guardats que açò no haje falta, car si u havie, si ben vos stam luny, vós conexeríets que greu nos serie, e del romanament vos haurem que grahir e·ns en farets gran pler. E d’açò hajam vostra resposta, car nós sabem que tot ço de què us havem scrit és veritat » (ACA, C, reg. 1811, fol. 94v°-95r°, 16 mai 1376). 

25 « més vos val star e vivir en casa de vostre frare que no viure ab dolor et ab afany ab vostre marit » ACA, C, reg. 1811, fol. 96r°-96v°, 16 mai 1376.

26 « si neguna rancor li havets per quiny partit se vulla, que vós ho vullats perdonar per amor de nós, et star axí com bon marit deu star ab sa muller, bé et honestament per honor de Déu et per amor de vós mateix. E si tanits que vós no vullats que stigue en casa vostra, hajats-li bona companyia e trametets-le a vostre frare com vós siats vengut a Aux […] e après proveyts-le per guisa que puxe viure et passar sa vida, car en altra manera no porie passar, et val més que si havíets mal ne afany en casa » (ACA, C, reg. 1811, fol. 95r°-95v°, 16 mai 1376).

27 À la comtesse de Luna, elle écrit : « E d’açò, cara sor, que·ns havets fet saber vos consellam que·n façats ço que volrà lo dit infant. Encontinent havem trencada la dita vostra letra » (ACA, C, reg. 1812, fol. 40r°, 8 mars 1377) ; à la comtesse d’Ampurias elle précise : « E sapiats qu’encontinent cremam la vostra letra e lo trelat de la letra del comte vostre marit, e consellam-vos que dels affers en la dita letra contenguts façats ço quel dit comte volrà » (ACA, C, reg. 1812, fol. 41r°-41v°, 9 mars 1377).

28 « e axí sforçats-vos bé e dats-vos alagria et plaer » (ACA, C, reg. 1811, fol. 71r°, 14 avril 1375). Sur ce mariage et son contexte, voir Rafael OLIVAR BERTRAND, Bodas reales entre Aragón, Castilla, Navarra y Portugal, Barcelone : Aedos, 1949 et Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Historia del reinado de Juan I de Castilla, Madrid, Universidad Autónoma, 1977, p. 19. Ce conseil de Matha d’Armagnac reste mystérieux car selon Rafael Tasis, Jean de Castille et Éléonore d’Aragon partageaient une inclination mutuelle et ce mariage n’était pas seulement une alliance diplomatique (Joan I…, p. 71).

29 « he entés, car frare, que en Gascunya ha barreyaments et que en la vostra terra del comdat ha mal recapte e que és tota barreyada e que y ha mal regiment, enaxí que molta gent s’en ix e s’en vol exir, e és-nos fort greu. E axí, car frare, par a mi que y deguéssets trametre quiacom que us hi donàs recapte e que posàs la terra en bon estament, car la terra ab afany la conquer hom e és mester que la tingue hom a prop que no·s perde per mal recapte. Per què us prech, car frare, que y proveescats segons dit és » (ACA, C, reg. 1811, fol. 34v°, 5 juillet 1375) ; elle écrit aussi en ce sens le même jour à trois proches, conseillers et serviteurs de son frère, le comte de Monlezun, Pere Bayle, chancelier d’Armagnac et Maurin de Biran, leur reprochant que « la terra de nostre car frare lo comte d’Armanyach és tota barreyada e que no y ha qui y don recapte ne regiment » (fol. 35r°-35v°).

30 « e guardat-vos, si us plau, car frare, que en lo finament e en tot ço que farets ab lo comte de Ffoix hi guardets votre honor, per manera que en tot cas ne iscats honorablement » (ACA, C, reg. 1812, fol. 30v°, 10 décembre, 1376).

31 ACA, C, reg. 1811, fol. 58r°-59v°, 6-7 décembre 1374 ; 64v°, 7 février 1375.

32 ACA, C, reg. 1811, fol. 56r°-58r°, 25 novembre-5 décembre 1374 ; 59r°, 60r°-61r°, 10 au 22 décembre 1374.

33 ACA, C, reg. 1811, fol. 18r°, 19 décembre 1374 ; 21v°, 18 février 1375.

34 À Jean, vicomte de Labarthe, sire des quatre vallées d’Aure, Neste, Barousse et Magnoac : ACA, C, reg. 1811, fol. 17v°, 18r°, 11 et 18 décembre 1374 ; au bâtard d’Armagnac, qu’elle parvient à rallier à la cause aragonaise :  ACA, C, reg. 1811, fol. 21v°-22r°, 28r°, 19 février, 14 avril 1375.

35 ACA, C, reg. 1811, fol. 64v°-65r°, 7 février 1375 ; fol. 69v°, 23 mars 1375 (lettre et articles détaillant les conditions de l’engagement de ses troupes au service du roi d’Aragon, négociées par Matha).

36 Sur ce contexte particulier, voir Carles PUIGFERRAT I OLIVA, « Fam, guerra i pesta a la plana de Vic. 1374-1376 », Ausa, 19, 2000, p. 73-106 et Manuel SÁNCHEZ MARTÍNEZ, « Les villes de Catalogne et les Grandes Compagnies (1365-1366) », in : Christiane RAYNAUD (dir.), Villes en guerre. Actes du colloque tenu à l'Université de Provence (Aix-en-Provence, 8-9 juin 2006), Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 2008, p. 43-62. Á. JAVIERRE MUR, Matha de Armanyach…, p. 40-47 détaille l’invasion de l’infant de Majorque et l’intervention de Matha d’Armagnac dans ce contexte.

37 Éléonore se voit confier à neuf reprises la direction des affaires royales, comme lieutenante de son époux, et en particulier entre l’automne 1374 et mars 1375 : Sebastian ROEBERT, « …talem et tantam potestatem qualis et quanta a domino nobis est comissa ». Funktionen und Wirkungen der Königin in der Krone Aragon am Beispiel Eleonores von Sizilien, thèse de doctorat soutenue à l'université de Leipzig en 2017, p. 217-220, 283-308 (à paraître sous le titre Die Königin im Zentrum der Macht. Reginale Herrschaft in der Krone Aragón am Beispiel Eleonores von Sizilien (1349–1375), Berlin : de Gruyter).

38 ACA, C, reg. 1809, fol. 86r°, 89r°, 91r°, 94v°-94r° [sic], 95r°, 97r°, 15 novembre, 24 décembre 1373, 12 février, 8, 13 avril et 2 juin 1374.

39 ACA, C, reg. 1809, fol. 86r°, 89v°-89r° [sic], 92v°, 94r°-95v° [sic], 95v°-95r° [sic], 97r°, 15 novembre, 23 décembre 1373, 12 février, 8, 13 avril et 2 juin 1374.

40 Voir par exemple les neuf exemples de litterae de statu compilés dans le formulaire publié par Mariano USÓN SESÉ, « Un formulario latino de la Cancillería Real aragonesa (siglo XIV) », Anuario de Historia del Derecho Español, 6, 1929, doc. 75-83, p. 390-393.

41 ACA, C, reg. 1812, fol. 25r° ; de nombreux autres exemples sont rédigés sur ce type de modèle, telle cette brève littera de statu à la dame de Manyalt, le 23 novembre 1373 : « Amda, vostra letra he reebuda de la qual he haüt pler. E per ço con entèn que axí matex n’aurets pler, vos certiffich que·l senyor duch, marit e seynor a mi molt car, e jo som ben sans et en bona disposició de nostres persones, gràcies a nostre senyor Déus. E pregam-vos que sovín hajam vostres letres, car pler n’avem » (ACA, C, reg. 1809, fol. 64r°) ; ou encore cette lettre au duc de Gérone son mari, datée du 3 mars 1377 : « Molt car senyor, per ço com stam en gran ànsia de saber la vostra bona sanitat e hauríem gran pler de saber aquella, vos pregam, senyor, que de la dita vostra bona salut nos certifiquets sovén per vostres letres. Certifficant-vos, senyor, per ço com sabem que us plaurà, que nós som ben sana e en bona disposició de nostra persona, Déus mercè. Manats-nos, senyor, ço que us plàcia » (ACA, C, reg. 1812, fol. 39r°).

42 C’est le cas le 19 juin 1374, dans une lettre d’état envoyée à sa belle-sœur l’infante Éléonore d’Aragon, quatre jours avant la naissance de son premier né, l’infant Jacques, elle ne dit mot de sa grossesse (ACA, C, reg. 1809, fol. 99v°) ; le 4 octobre, dans une brève littera de statu à son beau-frère l’infant Martin, elle dit juste que « el senyor duch, marit e senyor nostre molt car, e nós som ben sans gràcies a Nostre Senyor » (ACA, C, reg. 1812, fol. 59v°) sans évoquer son quatrième né, l’infant Alphonse, qui avait vu le jour le 9 septembre ; comme le notait déjà Áurea Javierre, ce silence suggère le décès du bébé (Matha d’Armanyach…, p. 25).

43 Le 3 mai 1378, elle adresse par exemple une très courte littera de statu identique au comte d’Armagnac son frère, à la comtesse d’Armagnac, et à leur fils Jean d’Armagnac, au duc de Berry, à la duchesse de Berry sa sœur (ACA, C, reg. 1812, fol. 75r°).

44 Stefano M. CINGOLANI, « Diplomacia íntima : como mantener la paz en tiempo de paz », in : Óscar VILLARROEL (coord.), Cultura política y diplomacia: la península Ibérica y el Occidente europeo (siglos XI al XV), Madrid : Sílex, à paraître.

45 C'est le cas dès le 19 octobre : ACA, C, reg. 1814, fol. 15r°-15v° ; les lettres qui leurs sont adressées à ce sujet sont souvent réduites à cette brève requête « pregam-vos que sovín per vostres letres nos certiffiquets de la bona salut e sanitat de nostra cara filla, car gran pler nos en farets e ab ància que n’estam » (ACA, C, reg. 1814, fol. 17r°, 24 novembre 1375).

46 Parmi de nombreux exemples, on peut citer le début de la lettre de créance en faveur de Madame de Fimarcon, qu’elle adresse à la duchesse d’Anjou : « Cara e amada cosina, per ço com sabem que n’haurets pler, vos certifficam que·l senyor duch, marit e senyor nostre molt car, e nós e nostra cara filla la infanta som ben sans, Déus mercè, la qual cosa desigam saber de vós e de nostre car cosí lo duch e de vostre fill. Per què us pregam que tota ora que avinent vos sie nos en certiffiquets, car cosa serà de què haurem pler » (ACA, C, reg. 1812, fol. 68v°, 10 mars 1378).

47 « són stada fort desmenyada, e tos que he haüda alscuns dies, creu, senyora, que·m sie sdevengut per rahó del prenyat ; però, senyora, ara stich bé, e m’és passat l’accident, gràcies a nostre senyor Déus » (à la reine d’Aragon, ACA, C, reg. 1809, fol. 28v°, 4 février 1374) ; « jo axí matex que són ben mellorada de l’accident que haüt he per rahó del prenyat » (au roi, ACA, C, reg. 1809, fol. 34r° et 92v°-92r°, 2 mars 1374) ; « vos certiffich que·l dit senyor duch e jo som ben sans, ja sie, senyor, que con fuy entrada en los setèn mes, en lo qual ara són, haguí un accident fort per lo qual stava en gran dupte que la creatura no isqués, e a Nostro Senyor ha plagut que·l dit accident m’és passat de tot, en tal manera que bé stich e·m trop mellor del prenyat que despuys que són prenys » (au roi, ACA, C, reg. 1812, fol. 52v°-53r°, 25 juillet 1377).

48 Géraude de Montlezun, veuve de Jean de Lomagne († vers 1365), seigneur de Fimarcon, serait née vers 1310 et a sûrement l’âge de la défunte mère de Matha d’Armagnac.

49 ACA, C, reg. 1812, fol. 88r° ; le 16 juillet, une lettre au roi évoquait les mêmes éléments (ACA, C, reg. 1812, fol. 87v°). On notera que ces deux missives de l'infante, comme l’indiquent les mentions de chancellerie hors de leur teneur, sont émises en son nom sur ordre du duc son époux.

50 ACA, C, reg. 1811, fol. 78v°.

51 En témoigne, parmi de nombreux exemples, la formule qui clôt l’une de ses lettres, le 5 septembre 1376 : « E per ço, molt alt senyor, vos certifich del dit accident que si alcun vos en dehíe res siats informat de la veritat » (ACA, C, reg. 1812, fol. 19v°). Elle venait d’expliquer à son beau-père le récent accident de santé de son mari « E com vench, senyor, dijous a IIII del present mes de setembre, a la quarta ora, axí com lo dit senyor duch oýe missa, vingueren-li alscuns fums al cap, e après vench-li vòmit e gità molta fleuma, e puys stech bé, e axí, senyor, que volie scriure a mestre Guillem Colteller [son médecin] que vengués, e pus que bé stave no y tramès, mas à·l vist mestre Bernat Oriol, qui li ha ordonades alscunes coses, après de les quals ha estat e sta bé, Déus mercè » (ACA, C, reg. 1812, fol. 19v°). On s’interroge d’ailleurs sur l’état réel de santé de l’infant et l’exagération éventuel de ces bulletins de santé, quand on sait que lui-même avait imaginé des stratagèmes, quelques semaines auparavant, pour quitter la proximité de son père et s’installer loin de lui à Saragosse aux côtés de son épouse (R. TASIS, Joan I..., p. 72).

52 Parmi de nombreux exemples, le 2 février 1375, elle informe la reine d’Aragon de sa toute nouvelle grossesse en ces termes « són feta prenys de Nadal ençà » (ACA, C, reg. 1811, fol. 63v°) ; l’année d’après, le 8 janvier 1376, elle annonce une autre grossesse au roi d’Aragon : « jo que són feta prenys, gràcies a nostre senyor Déus » (ACA, C, reg. 1811, fol. 86v°) et à son beau-frère l’infant Martin le 19 janvier « nós, car frare, que som feta prenys e ara entram en lo terç mes » (ACA, C, reg. 1811, fol. 87v°).

53 ACA, C, reg. 1809, fol. 99r°, 7 juillet 1374.

54 À son frère, le comte d’Armagnac, elle déplore et tente de justifier la mort de son troisième bébé, l’infant Jean : « E sapiats, car frare, que ara, poch dies són passats, nostre senyor Déus me havie donat I fill, e après pochs dies ha·l-se pres. Beneyt sia Ell a qui ha plagut, car açò no és stada colpa mia, mas a quantes dones infanten en Barchelona sdevé que elles moren o los infants que han » (ACA, C, reg. 1811, fol. 104r°, 7 août 1376).

55 À sa sœur, la duchesse de Berry, dont elle vient d’apprendre la grossesse, elle écrit ainsi le 11 décembre 1373 « cara sor, he haüt gran pler con he entès que sots grossa de prenyat. Plàcia a nostre senyor Déus que·l vos aport a bé axí com desijats. E prech-vos que·m certifiquets con hajats parit, si havets haüt fill o filla, con gran pler n’auré » (ACA, C, reg. 1809, fol. 65v°) ; elle félicite aussi chaleureusement sa belle-sœur, Marie, comtesse de Jérica et de Luna en ces termes le 28 juin 1377: « Molt cara sor, entès havem que vós sots grossa de prenyat, de la qual cosa havem haüt pler, e plàcia a nostre senyor Déus que·l vos aporte a bé axí com vós desiyats » (ACA, C, reg. 1812, fol. 50r°) ; le 7 janvier 1378, elle se réjouit de la naissance : « Molt cara sor, vostra letra havem reebuda, per la qual havem entès que sots storta del vostre prenyat, et havets haüt I fill. De la qual cosa havem haüt gran pler. Plàcie a nostre senyor Déus que·l vos salve, axí com vós desiyats » (ACA, C, reg. 1812, fol. 65r°).

56 « Molt alta senyora e mare a mi molt cara, he haüt gran pler del regiment lo qual, per la dita vostra letra, me havets fet saber que tengua per rahó del prenyat, lo qual regiment, senyora, entèn a tenir, Déus volent, axí com vós, senyora, manats » (ACA, C, reg. 1809, fol. 93r°-94v°, 25 mars 1374) ; elle lui écrit qu’elle compte bien suivre le régime conseillé : « Jo, senyora, tench e entèn a tenir, Déus volent, lo regiment que vós, senyora, me digués con jo partí de la vostra gran altesa, a la manera per la qual de vós, senyora, ne fuy informada » (ACA, C, reg. 1809, fol. 95r°, 12 avril 1374) ; en mars 1374, en réponse à la suggestion de la reine, elle lui demande de lui envoyer sa bonne recette pour soigner ses douleurs aux seins : « en la dita vostra letra se contè que per a remey del mal de la mamella que jo he haüt vós teníets una bona recepta, ab la qual jo serie, si la hagués haüda tantost, per guarida, per tal, senyora, vos suplich que la dita recepta vullats e us plàcia donar a’n Johan Janer, uxer d’armes del dit senyor duch, lo qual la·m trametrà decontinent, per tal que jo la dita recepta tenga per a quant obs me serà » (ACA, C, reg. 1809, fol. 102v°-102r° [sic]) ; et en mars 1375, à nouveau enceinte, elle lui demande de lui envoyer son « livre de médecine » (ACA, C, reg. 1811, fol. 69r°). Elle invite aussi sa belle-sœur, Marie de Luna, enceinte, à la prudence : « pregam-vos, cara sor, que us guardets de totes coses contrarioses a vostre prenyat per manera que vingue a bé, si a Déu plau » (ACA, C, reg. 1812, fol. 50r°, 28 juin 1377).

57 « Sapiats cara tia, que la vostra pedra que·ns donàs nos ha fet molt bé, e sapiats que som feta prenys de Nadal ençà, del qual prenyat vós havets part, e del qual nos trobam e·ns sentim bé. Plàcie a nostre senyor Déus que·l nos aport a bé. E no (u)s maravellets com abans no us n’avem certifficada, car per molts accidents et causes que s’i esdevenen, trossús que·n fossem bé certa no u voliem dir » (ACA, C, reg. 1811, fol. 81r°-81v°, 9 juillet 1375). 

58 Seules deux lettres ne sont pas adressées à sa parenté armagnacaise : elle en écrit une à la reine de France (le 8 novembre 1376, pour la remercier de lui avoir envoyé du parfum, ACA, C, reg. 1812, fol. 24r°) et une autre à la duchesse d’Anjou (le 10 mars 1378, pour donner créance à la dame de Fimarcon qui rentre en Armagnac, ACA, C, reg. 1812, fol. 68v°).

59 Seules quatre litterae de statu sont adressées à la reine de Castille (ACA, C, reg. 1811, fol. 41v°, 77r° et reg. 1812, fol. 31r°, 85r°) et trois lettres sont envoyées à la reine de Chypre (cousine germaine du roi d’Aragon) demandant de lui envoyer des produits particuliers, la remerciant ou lui donnant des nouvelles (ACA, reg. 1812, fol. 23r°, 80v°-81r°, 89r°).

60 Lettres de juin, juillet, août et septembre 1377 (ACA, C, reg. 1812, fol. 50r°, 51r°-51v°, 52v°, 53v°, reg. 1814, fol. 136v°, 139r°) ; ce nombre réduit de lettre semble volontairement limité si l'on en croit une lettre de l'infante à son époux l'infant Jean, dans laquelle elle précise avoir informé toute la famille royale d'Aragon de la naissance de leur enfant, en septembre 1377, « exceptat, senyor, a madona Sibília, per causa la qual direm a vós, senyor, com a Déu plàcia que siats açí » (ACA, C, reg. 1812, fol. 57r°-57v°, 9 septembre 1377) ce qui semble nourrir le dossier de l'aversion du duc de Gérone et de son entourage pour la quatrième épouse du roi Pierre le Cérémonieux ; sur ladite Sibylle de Fortià et ses piètres relations avec les infants d’Aragon, voir Alberto BOSCOLO, Sibilla di Fortià, Regina d’Aragona, Padoue, CEDAM, 1970 ; Núria SILLERAS FERNÁNDEZ, « Money Isn't Everything: Concubinage, Class, and the Rise and Fall of Sibilla de Fortiá, Queen of Aragon (1377-87) », in : Theresa EARENFIGHT (éd.), Women and Wealth in Late Medieval Europe, New York : Palgrave MacMillan, 2010, p. 67-88.

61 Cf. supra note 47.

62 « són stada fort desmenyada, et vòmit et tos que he haüda, creu que·m sie sdevengut per rahó del prenyat ; però ara són mellorada, gràcies a nostro senyor Déus » (ACA, C, reg. 1811, fol. 1r°, 11février 1374) ; sont destinataires des mêmes nouvelles les dames de Fimarcon, d’Albret, de Saint-Bazeille et sœur Marguerite d’Albret (fol. 1v°-3r°).

63 Notamment, sa lettre dramatique du 18 juillet 1378 citée supra (ACA, C, reg. 1812, fol. 88r°) et sa dernière lettre envoyée à ladite dame de Fimarcon, le 12 août 1378, un mois avant sa mort, dans laquelle elle suggère sobrement être encore amoindrie : « per tal com sabem que n’haurets sobiran pler, vos certifficam que lo senyor duch, marit e senyor nostre molt car, e nós e nostra [cara] filla la infanta som ben sans, mercè de nostre senyor Déus . És ver, emperò, que lo dit senyor e nós som encara bé flaches per los grans accidents de febre que havem haüt quascú de nosaltres » (ACA, C, reg. 1812, fol. 89r°-89v°).

64 Comme en témoigne l’exemple suivant : « Mon stat e les novelles de part deçà lo dit mossèn Pere [de Santmur] les vos comptarà, lo qual vos prech que vullats creure de ço que us dirà de part mia sobre les dites coses » (ACA, C, reg. 1811, fol. 7v°, 6 avril 1374). Voir aussi : ACA, C, reg. 1811, fol. 13r°-13v°, 12 juillet 1374, fol. 33r°, 9 juin 1375, fol. 54r°, 14 avril 1376, fol. 93r°, 25 avril 1376, reg. 1812, fol. 17v°-18r°, 27 août 1376, fol. 24r°, 8 novembre 1376.

65 ACA, C, reg. 1811, fol. 7v°.

66 ACA, C, reg. 1811, fol. 43v°-44r°. Cette idée de consolation est présente dans plusieurs lettres à la dame de Fimarcon, comme ici, le 18 juillet 1378 : « desigem molt que vós fóssets açí ab qui nós consolar-nos poguéssem » (ACA, C, reg. 1812, fol. 88r°). Elle ne s'exprime qu'à une occasion dans la correspondance « aragonaise » de Matha, en faveur de l'infante Jeanne, comtesse d'Ampurias (ACA, C, reg. 1812, fol. 33v°-34r°).

67 « Entès havem que sots stada en lo loch de Areyo, prop de aquestes partides, et que sots sana, de la qual cosa havem haüt gran pler, e encara lo hàgrem major de la vostra vista, si fer se pogués, si no, segons havem entès, los ports són encara carregats de neu » (ACA, C, reg. 1811, fol. 32r°) ; Aragnouet est un village de la vallée d’Aure, aujourd’hui encore tout de même distant de quelques 340 km de route de Saragosse, par le tunnel de Bielsa. À l’abbesse des clarisses de Montauban, elle écrit aussi « nós hauríem gran pler de veure-us, si fer se podie » (ACA, C, reg. 1812, fol. 30r°, 28 novembre 1376).

68 La dame de Fimarcon la rejoint dans la Couronne d’Aragon vraisemblablement dans la deuxième moitié de l’année 1376 et y demeure au moins jusqu’en mars 1378, avant de repartir en Gascogne pour régler des affaires familiales.

69 « Per què us pregam, cosina, que encontinent que puxats cavalcar sens perill de vostra persona que us en vingats a nós, car lo major pler nos en farets que·ns puxats fer de res, et del contrari, nos faríets gran despler » (ACA, C, reg. 1811, fol. 51r°, 9 mars 1376) ; « vos pregam, cosina, com pus carament podem que encontinent al pus tost que porets vós en vingats a nós, segons que ja us havem scrit per nostres letres, e fer-nos-en-ets lo mellor pler que fer-nos puxats de res » (ACA, C, reg. 1811, fol. 52v°, 19 mars 1376) ; « E açò us pregam que no hage falla ne tarda per res del món, car fort nos en farets pler e del contrari nos en faríets gran despler » (ACA, C, reg. 1811, fol. 53v°-54r°, 3 avril 1376) ; je souligne ; sur l'usage de ce type de vocabulaire dans les actes princiers français, voir Élise FRÊLON-ALLONNEAU, « Le "bon plaisir" du Prince... et de quelques autres », in : Pierre BONIN, Florent GARNIER, Corinne LEVELEUX-TEXEIRA et Anne ROUSSELET-PIMONT (éd.), Normes et normativité. Études d’histoire du droit rassemblées en l’honneur d’Albert Rigaudière,  Paris : Économica, 2009 p. 173-188.

70 « Per què us pregam com pus affectuosament podem que encontinent vingats a nós, car mester vos havem per necessitat de nostra persona, e devem partir en breu d’açí de Gerona e volríem en tot cas que vós hic fóssets ans que hic partíssem. Per què us pregam que no laguiets de venir » (ACA, C, reg. 1811, fol. 50r°-50v°, 5 mars 1376) ; « desigem molt que vós fóssets açí, ab qui nós consolar-nos poguéssem, per ço us pregam com pus affectuosament podem, que encontinent vista la present, lexats tots afers, si a nós desigats jamés servir ne complaure, vós en vingats a nós ; sabents que d’açò·ns farets assenyalat pler e servey, e del contrari hauríem gran despler per lo gran necessari que us havem » (ACA, C, reg. 1812, fol. 88r°, 18 juillet 1378) ; je souligne.

71 « Cara cosina, pregam-vos com pus affectuosament podem que encontinent o al pus tost que puscats vós en vingats a nós per salut de nostra persona e profit vostre, segons que ja us havem scrit per nostres letres » (ACA, C, reg. 1811, fol. 53v°-54r°, 3 avril 1376) ; « Per cosa del món no haje falla ne tarda la dita vostra venguda, car aytant vos o grahirem con si·ns tornàvets de mort a vida » (ACA, C, reg. 1811, fol. 51r°, 9 mars 1376) ; « car en veritat, per lo gran pler que hauríem de vostra vista, seríem breument del tot guarida et fortifficada en nostra persona » (ACA, C, reg. 1812, fol. 89r°-89v°, 12 août 1378) ; je souligne.

72 L'expression « axí com de filla vostra natural » est récurrente (ACA, C, reg. 1811, fol. 62r°, 6 janvier 1375) ; « jo, senyora, iria a vós per fer-vos aquell servici que pogués, axí com filla deu fer a mara e senyora sua » (ACA, C, reg. 1811, fol. 61v°-62r°, 1er janvier 1375) ; « jo, axí com a humil e devota filla vostra, són aparellada de complir tots vostres manaments » (ACA, C, reg. 1811, fol. 70v°-71r°, 3 avril 1375) ; « del regiment lo qual per la dita vostra letra me havets fet saber […] entèn a tenir, Déus volent, axí com vós, senyora, manats » (ACA, C, reg. 1809, fol. 93r°-94v°, 25 mars 1374).

73 À l'infante Jeanne, comtesse d'Ampurias, elle écrit ainsi en février 1377 : « responem-vos que a nós és molt greu lo mal e afany vostro e de vostro fill, e con a Déu plàcia que vós e ell siats guarits, haurem gran pler que·ns vegam abdues e hagam consolació » (ACA, C, reg. 1812, fol. 33v°-34r°).

© e-Spania Books, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search