Version classiqueVersion mobile

Correspondencias entre mujeres en la Europa medieval

 | 
Jean-Pierre Jardin
, 
Annabelle Marin
, 
Patricia Rochwert-Zuili
, 
et al.

Redes femeninas de influencia y de poder

« Quemadmodum bonus pater familias » : réseaux épistolaires de femmes au XIVe siècle. Quelques exemples de l’Italie du Nord

Isabella Lazzarini

Texte intégral

Quemadmodum bonus pater familias

  • 1 Archivio di Stato di Mantova (ASMn), Archivio Gonzaga (AG), b. 2389, l. 185, Cabrino Tedoldi à Gale (...)
  • 2 Isabella LAZZARINI, « Comunicazione epistolare, autografia e reti relazionali: il carteggio di Gale (...)

1En novembre 1399, Cabrino Tedoldi écrivait de Mantoue à Galeazzo Buzoni, référendaire de Francesco Gonzaga, seigneur de la ville, en ce moment à Venise pour compte de ce dernier, que « ad negozia rurallia consors vestra prudens at valens agit et procedit quemadmodum bonus pater familias ». Galeazzo pouvait donc veiller tranquillement aux affaires de son seigneur, tandis que, à la maison, son épouse et ses propres amis veillaient à sa place sur les siens1. Il s’agit d’une phrase significative : l’on reconnaît à Iva Buzoni les compétences d’un bon pater familias, et – à l’occasion – son rôle. Témoigne de ces compétences et de ce même rôle l’insolite quantité de lettres qu’Iva, toscane de naissance et sœur de Guido de Beziis, évêque de Mantoue de 1367 à 1386, écrivait à son mari soit en latin, soit en langue vulgaire : parmi les quelque 180 lettres privées adressées à Galeazzo entre octobre 1398 et décembre 1399 qui ont étés préservées aux archives de la chancellerie de Mantoue, 13 sont les lettres d’Iva2.

  • 3 Sur la diffusion des lettres au Moyen Âge, voir au moins Armando PETRUCCI, Scrivere lettere. Una st (...)

2On va revenir sur cette correspondance : pour l’instant, elle nous sert d’ouverture et de présentation de ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est-à-dire l’existence, au XIVe siècle, d’une écriture épistolaire féminine qu’on n’osera pas définir comme « diffusée », faute de sources, mais qui est quand même présente et significative, à l’allure presque régulière. Cette familiarité avec la lettre est liée au rôle des femmes à l’intérieur et à l’extérieur du circuit familial, non seulement parmi les mères, les épouses, les filles des seigneurs, mais aussi à plusieurs échelons de la société politique de l’Italie du nord3.

  • 4 Letizia ARCANGELI, Susanna PEYRONNEL (dir.), Donne di potere nel Rinascimento, Rome : Viella, 2008  (...)
  • 5 Deanna SHEMEK, « “Ci Ci” and “Pa Pa”. Script, Mimicry, and Mediation in Isabella d’Este’s Letters » (...)
  • 6 G. ZARRI (dir.), op. cit. ; James DAYBELL, Women Letter-Writers in Tudor England Oxford : Oxford Un (...)
  • 7 Duccio BALESTRACCI, Cilastro che sapeva leggere. Alfabetizzaione e isttruzione nelle campagne tosca (...)
  • 8 Andrea ZORZI, Le signorie cittadine in Italia, secoli XIII-XV, Milan : Mondadori, 2010 ; Jean-Claud (...)

3L’écriture épistolaire féminine dans le milieu des cours de l’Italie du XVe siècle est très bien connue : tant les réseaux des clientèles par lettres des duchesses de Milan ou de Ferrare, des marquises de Mantoue ou d’Urbino4 que les correspondances dites ‘familiales’ (pédagogiques, ou bien dynastiques) ont été récemment analysées5. De même, la croissante attitude épistolaire des femmes aristocrates – et l’attention plus poussée à la conservation des archives familiales – à partir du début du XVIe siècle, en Italie mais aussi dans le reste de l’Europe, ne fait plus de mystère6. Quelques indices, toutefois, permettent de supposer que la familiarité des femmes avec l’écriture épistolaire commence plus tôt, et non seulement dans les sociétés marchandes – qui ont dès le XIIIe siècle la plume à la main7 – mais aussi dans les sociétés seigneuriales, dans les domus ou bien les cours des seigneurs qui vont devenir les princes de l’Italie de la Renaissance : dans les points centraux donc d’une société politique où les seigneurs ne sont ni des rois, ni des princes, mais sont issus d’une région sociale aristocratique et urbaine en cours de définition, dont les limites vers le bas sont encore flous et la mobilité sociale et dynastique est très forte8.

4Mon propos est donc d’explorer systématiquement la richesse des sources préservées aux archives de Mantoue à la recherche de tout témoignage d’écriture épistolaire féminine (de femme à femme, mais aussi de femme à homme et vice versa) au XIVe siècle. Ces correspondances arrivent d’un vaste éventail de cours et de villes italiennes et donnent un cadre significatif – soit géopolitique, soit social – d’occurrences, surtout à partir du milieu du XIVsiècle. Si les lettres entre femmes sont rares, les lettres des femmes aux hommes – familiales, mais aussi politiques ou au contenu économique et de patronage – sont plus fréquentes. Enfin, les lettres adressées aux femmes par les seigneurs et les hommes politiques, ou parlant d’elles, à leur tour donnent témoignage de l’existence de réseaux épistolaires réguliers et significatifs même là où les lettres des femmes n’ont pas survécu. Ces réseaux et ces témoignages nous permettent non seulement d’ajouter la société politique seigneuriale aux contextes déjà connus d’écriture épistolaire féminine dans l’Italie du XIVe siècle, mais aussi de restituer à ces femmes une voix dans l’espace familial, dynastique, politique et social de leur temps.

Sources et contexte

  • 9 Alessandro LUZIO, L’Archivio Gonzaga di Mantova. II. La corrispondenza familiare, amministrativa e (...)
  • 10 Pietro TORELLI, L’Archivio Gonzaga di Mantova, Ostiglia : Mondadori, 1920 ; I. LAZZARINI, « Corrisp (...)

5Je présente ici les résultats d’une première enquête conduite sur les séries des archives des Gonzaga de Mantoue, qui ont étés choisis à cause de leur richesse de sources épistolaires pour le XIVe siècle. J’ai fouillé toutes les séries avec du matériel du Trecento, soit provenant de l’extérieur de la ville, soit produit à l’intérieur, c’est-à-dire la Corrispondenza estera (série E) et l’ensemble de la Corrispondenza interna (série F)9. Il nous faut nous arrêter un instant sur ces sources. L’on a quelque raison de croire que les lettres adressées aux seigneurs, puis marquis et ducs de Mantoue au XIVe et XVe siècle étaient préservées dans les salles de la chancellerie dans un ordre avant tout chronologique. Une première distinction entre celles qui arrivaient de l’extérieur de l’État et celles qui étaient destinées à une circulation interne commence à apparaître dans la deuxième moitié du XVe siècle : c’est alors que l’on peut soupçonner que les lettres ‘souveraines’ des rois et des princes ont reçu un traitement particulier au sein de la masse des lettres de l’extérieur, surtout si elles étaient liées à des négociations particulièrement significatives (paix, alliances – même dynastiques, c’est-à-dire mariages – et condotte militaires). Un siècle plus tard, en 1582, le duc Guillaume confia au juriste Francesco Borsato la tâche de réordonner l’archive magno : Borsato passa au peigne fin les énormes dépôts des lettres reçues à la chancellerie, en les ordonnant par pouvoir expéditeur (et à l’intérieur des groupes par expéditeur, selon le vieil ordre chronologique) et donc en séparant les lettres internes de toutes les autres. Une troisième grande phase de mise en ordre des archives des Gonzaga s’acheva à la fin du XVIIIe siècle, lorsque le préfet des archives, Giovan Battista Baretti, divisa ultérieurement chaque groupe de lettres ‘extérieures’ dans les trois sous-séries dans lesquelles nous les trouvons organisés aujourd’hui : les lettres envoyées par les gouvernements et les princes (Signori/principi/reggimenti) et celles envoyées par les ambassadeurs et tous ceux qui écrivaient à Mantoue (Inviati e diversi), qui sont précédées par les instructions aux ambassadeurs (Istruzioni agli inviati). Ces mêmes années ont vu aussi la rupture du lien originaire entre les différentes formes des lettres internes : on a divisé de fait les lettres des minutes et des soi-disant ‘Lettere originali dei Gonzaga’ (la correspondance échangée entre les membres de la dynastie dominante) ; enfin, au XIXe siècle, les séries – totalement artificielles – des autographes ont été créées10.

  • 11 A. LUZIO, op. cit., p. 76-221 (Carteggio estero) ; p. 47-52 (Lettere originali dei Gonzaga) ; p. 60 (...)
  • 12 Cette distribution irrégulière oblige à un contrôle capillaire de toutes les buste pour reconstruir (...)
  • 13 Mario VAINI, Ricerche gonzaghesche (1185-inizio sec. XV), Florence : Olschki, 1994 ; I. LAZZARINI, (...)
  • 14 I. LAZZARINI, « Pratiques d’écriture et typologie textuelles : lettres et registres de chancellerie (...)

6Ce long discours est nécessaire pour expliquer les quelques contradictions de nos sources : j’ai fouillé les séries des lettres en provenance de 33 villes ou pays divers (d’Italie, mais aussi de l’Empire et d’Europe, tels la France : en bref, toutes celles qui conservent un matériel du Trecento), auxquelles j’ai ajouté les lettres en provenance de Mantoue et des pays de la seigneurie des Gonzaga, les brouillons et les lettres originelles des Gonzaga11. Cela dit, dans ces buste, la division entre lieux et entre typologies documentaires – tardive – est tout sauf cohérente. Dans les séries milanaises l’on trouve les lettres en provenance de Pavie, mais pas celles en provenance de Crémone et de Brescia, qui ont droit à une série à elles ; dans l’énorme masse des correspondances de Rome, l’on trouve plein de lettres des petits états seigneuriaux de la Romagne, qui ont pour leur part aussi droit à des séries autonomes (Rimini, Ravenna, Forlì). Dans la série des Minute, l’on trouve soit les brouillons des lettres envoyées par les Gonzaga, soit les copies des lettres parvenues à la chancellerie de l’extérieur, en prévalence d’argument politique12. À cette difficile adaptation des matériels anciens à des séries archivistiques modernes créées sur la base d’une conception du pouvoir et des relations internationales différente de celle d’origine et sur une géographie politique bien plus tardive, il faut ajouter deux problèmes proprement liés aux correspondances du XIVe siècle. Le premier est typologique : dans les buste de ‘lettres’, calquées sur une idée de correspondance officielle née à la Renaissance, ont trouvé place plusieurs textes qui n’ont pas forcément la nature d’une lettre, tels des notes, des listes, des comptes. Deuxièmement, pour une bonne partie du XIVe siècle, les véritables lettres n’ont que la date du jour et du mois : l’on peut compter sur une datation explicite plus précise à partir des années 1360, lorsque l’usage de spécifier l’année se répandit au point que dater toutes les lettres (même celles encore sans indication de l’année, mais en série avec les autres) devient plus simple. Cette particularité a pour effet d’emphatiser les correspondances postérieures aux années 1360. Ces années sont, en effet, une période cruciale pour la définition du pouvoir seigneurial des Gonzaga parce que, grâce à la mort plus ou moins accidentelle d’un certain nombre de seigneurs (Ugolino di Guido, 1366 ; Guido di Luigi, 1369 ; Francesco di Guido, 1370), Ludovico Gonzaga, IIIe capitaine de la ville, resta seul au pouvoir, et inaugura la série ininterrompue de seigneurs, puis princes, de la descendance qui devint la branche centrale de la dynastie13. Cela dit, il faut ajouter aussi que bien que les années de Ludovico (1360-1380) correspondent à une croissance inédite de témoignages et de leur conservation, il ne s’agit pas du début d’un processus linéaire : après la mort de Ludovico, les années 1382-1398 voient une diminution dramatique des lettres, et si l’on peut supposer que l’âge mineur de l’héritier, Francesco, a ralenti les communications, il faut penser aussi à des pertes documentaires. Lorsque l’on arrive à la fin du siècle, tout d’un coup les lettres se multiplient (et donc l’on peut supposer une première perte massive pour les années 1390), pour disparaître presque à nouveau entre les années 1400 et 1440 environ (deuxième perte)14.

7Une dernière précision est nécessaire : ici, il n’en est pas question de faire une histoire – même brève – des correspondances des Gonzaga. L’on utilisera plutôt, bien sûr de façon avisée, les archives de Mantoue en tant que dépôt (particulièrement riche par rapport aux alentours) de sources épistolaires du XIVe siècle. Il ne faut pas penser que la relative abondance des lettres féminines que l’on trouve à Mantoue soit liée à un caractère particulier des domaines des Gonzaga. Je ne vois aucune raison pour ne pas croire que les archives des villes et des seigneuries voisines et contemporaines étaient différentes : leur pauvreté actuelle est due à des raisons de conservation et de pertes postérieures plutôt que d’absence originelle. Cette première enquête se veut donc une exploration dans l’écriture épistolaire féminine de l’époque : une enquête sur ses caractères, son rôle, sa signification parmi la masse des lettres des hommes, tout comme sur les critères, les raisons et les logiques de sa conservation.

Quantité et qualité

  • 15 Bien sûr, les chiffres peuvent augmenter dans le cas d’autres trouvailles archivistiques.

8Mais le moment est venu de quelques données quantitatives et de quelques considérations qualitatives. Sur une quantité d’environ 7.000 lettres du XIVe siècle (écrites, comme on le disait avant, depuis 34 villes et pays), 298 sont écrites par des femmes (pour être précis, par 39 femmes)15. Une moitié de ces lettres est écrite par une femme et est adressée à une femme. La majorité des lettres est adressée à quelqu’un lié à l’autrice par des rapports dynastiques, même si le cas de lettres adressées à des hommes en dehors de la famille (officiers, clients, fidèles) n’est pas exceptionnel. À ces 300 lettres il faut ajouter trois centaines environ d’autres qui sont adressées par des hommes à des femmes.

  • 16 Un cas très représentatif est Ferrare : parmi les quelque 300 lettres de la correspondance des sign (...)
  • 17 Voir les buste ASMn, AG, 511 (Duchi d’Austria), 514 (Principi elettori), 544 (Innsbruck).

9Les lieux qui donnent les correspondances féminines les plus riches sont évidemment les seigneuries les plus proches de celle des Gonzaga, avec lesquelles la famille dominante de Mantoue avait des rapports dynastiques, politiques et culturels habituels et significatifs16 ; d’un autre côté, néanmoins, nous trouvons quelques surprenants petits groupes de lettres qui arrivent de plus loin, mais qui sont toujours liées à une logique dynastique (par exemple, les principautés impériales)17. Rien de Florence, rien de Venise : cela non plus ne doit pas surprendre, étant donné la politique endogamique des deux villes (mais un autre discours peut être tenu sur Gênes, nous y reviendrons).

  • 18 Sur Donnina et John Hawkwood, voir la n. 41 ; sur Alberto Galluzzi et Agostina Gonzaga, voir Giorgi (...)

10Parmi ces 39 femmes, 9 ne sont pas liées par mariage à des seigneurs : l’on trouve quelques filles naturelles (telles Donnina Visconti, fille de Bernabò, épouse de John Hawkwood, ou Agostina Gonzaga, fille de Ludovico et épouse du juriste bolonais Alberto Galluzzi18), ou, en majorité, des femmes qui, issues de familles aristocratiques mais pas seigneuriales, sont les épouses des cadets, des capitaines, des nobles de la plaine du Pô, des officiers et des magistrats pontificaux, des aristocrates de la région entre Vérone et Padoue ou de la vallée de l’Adige. Parfois on les trouve au service de leurs aînées, parfois elles agissent en leur nom propre. Le cas exceptionnel de la correspondance Buzoni nous montre les épouses et les filles de l’élite politique d’une seigneurie : comme leurs princesses, elles savaient utiliser la lettre comme instrument régulier de communication avec leurs pères, mères, frères, sœurs, enfants et époux.

11Le cadre est assez vaste et détaillé pour nous offrir plusieurs données sur lesquelles réfléchir : la quantité n’est pas énorme, mais la qualité est significative.

Écrire de sa propre main, écrire en langue vulgaire

12Avant d’entrer dans le détail des différentes typologies de correspondances et d’autrices, il faut s’arrêter sur deux autres éléments généraux du cadre.

  • 19 À propos de l’autographie des élites, il n’y a que peu de choses pour le XVe siècle : Francesco MON (...)
  • 20 Voir la bibliographie aux notes 5 et 17.
  • 21 Même pauvreté d’études spécifiques sur l’éducation des élites au XIVe siècle : en général, voir Rob (...)

13La familiarité avec la lettre en tant que moyen de communication plus ou moins régulier s’exprime en fait non seulement avec le recours à son usage par l’intermédiaire d’un chancelier, mais aussi grâce à l’écriture de sa propre main, qui manifeste un niveau d’alphabétisation assez poussé pour permettre l’expression directe de la volonté d’écrire19. La question est complexe : au XVe siècle, aux échelons les plus élevés de la société princière, les princesses suivaient un processus formatif très semblable à celui des leurs frères, et donc étaient parfaitement capables d’écrire en langue vulgaire et en latin. Lorsqu’elles devenaient adultes et entraient dans une phase d’écriture régulière de lettres tant à l’intérieur du réseau dynastique que pour gouverner, néanmoins, elles se servaient de professionnels de l’écriture du pouvoir, c’est-à-dire de chanceliers20. Au XIVe siècle, on ne sait pas grand-chose à propos des processus éducatifs des femmes dans les cours seigneuriales de l’Italie du Nord, et, dans la relative pauvreté de lettres en général, les témoignages d’écriture personnelle sont encore plus rares. Il y a toutefois quelques situations dans lesquelles l’on voit non seulement les filles des seigneurs, mais aussi les femmes des élites prendre la plume : il s’agit normalement d’écritures internes au cercle dynastique et familial, où l’expression d’une familiarité poussée entre générations ou entre époux se combine à une nécessité moins forte de formalisation et d’apparence ; ou bien dans quelque cas il s’agit d’une propension – peut-être même un plaisir – personnel21.

  • 22 Grazia BRAVETTI MAGNONI, « Elisabetta Gonzaga », in : Anna FALCIONI (dir.), Le donne di casa Malate (...)
  • 23 Francesco Gonzaga à Margherita Gonzaga da Carrara, Mantoue, 17 juin 1393, ASMn, AG, b. 2093, l. 136 (...)
  • 24 ASMn, AG, b. 2389 : on y reviendra. Sur la famille Buzoni, voir aussi Giovan Battista BORGOGNO, « S (...)

14Parmi les lettres aux archives de Mantoue, il y a quelques cas d’écriture à peu près régulière de main propre : aux années 1370-1380, il s’agit de Tora (Teodora), fille d’Ugolino Gonzaga et d’Emilia de Bonifacio della Gherardesca et épouse de Paolo de Montefeltro (qui écrit 17 lettres, dont 6 de sa propre main) et pour la fin du siècle, d’Elisabetta, fille de Ludovico Gonzaga et d’Alda d’Este, et épouse de Carlo Malatesta (qui écrit 12 lettres aux années 1390-1399, dont 5 de sa propre main)22. Si Elisabetta Gonzaga Malatesta (et sa belle-sœur Margherita Malatesta Gonzaga), tout comme leur tante Tora, savaient écrire, d’autres dans ce groupe de filles et épouses des seigneurs du Trecento ne le savaient pas : Francesco Gonzaga recommanda en 1393 à sa tante Margherita (de la même génération de Tora), fille de Guido Gonzaga et veuve de Jacopino da Carrara, seigneur de Padoue, rentrée à Mantoue après la mort de son époux et presque une mère pour lui et pour sa sœur après la mort de leur mère naturelle Alda (en 1381), de donner sa lettre « a la vostra femena chi sa lezere ala quale fatevella lezere e ordinatelli che tegna questo secreto apresso d’ela »23. En général, dans les années 1390 le cadre de l’alphabétisation féminine des élites semble plus clair : si l’on regarde la correspondance Buzoni, lorsque l’épouse de Galeazzo, Iva, semble se servir surtout d’un chancelier, sa fille Bartolomea écrivait à son père habituellement de sa propre main. Son écriture n’est ni très assurée, ni claire, mais évidemment Bartolomea n’éprouvait aucun besoin de se servir d’un chancelier (et il ne s’agit pas du fait qu’elle ne pouvait pas se permettre d’en avoir un : elle était mariée à Francesco de Marsilio Gonzaga)24.

  • 25 Cela dit, un intérêt croissant commence à se manifester autour des parcours de quelques femmes de l (...)

15Le deuxième élément intéressant (même s’il était prévisible) est lié au fait que l’écriture autographe féminine est toujours en langue vulgaire. Ces femmes connaissaient probablement le latin. Les épouses des seigneurs avaient au quotidien à faire avec des lettres et des actes en latin : elles disposaient aussi, bien sûr, de chanceliers et de notaires qui pouvaient, à l’occasion, leur traduire les textes, mais l’impression est que le latin – au moins le latin médiéval du gouvernement et de la loi – était une langue familiale pour toutes. Tout de même, à quelques exceptions près, elles n’étaient probablement pas à vrai dire literate : elles ne connaissaient pas assez la gramatica, le latin, pour être à l’aise en l’écrivant de leur propre main25. Il s’agit là d’un phénomène qui n’est pas exclusivement féminin : exception faite bien sûr pour les professionnels de l’écriture ou les intellectuels, une bonne partie des hommes qui écrivaient de leur propre main (les aristocrates, les capitaines, les marchands), écrivaient surtout en langue vulgaire. Le phénomène toutefois est généralisé parmi les femmes : dans l’état de l’art, aucune des 19 lettres probablement autographes de femmes que j’ai trouvées n’est en latin. Le contraire n’est pas vrai : les femmes dictaient à leurs chanceliers même des lettres en langue vulgaire. Il faut ajouter néanmoins que les lettres ‘de gouvernement’ écrites par celles, entre nos femmes, qui revêtaient un rôle public, étaient presque toutes en latin, selon une habitude générale qui ne commença à disparaître qu’à la fin du XIVe siècle.

Les épouses des seigneurs : entre famille, dynastie et pouvoir

16La plupart des lettres féminines aux archives de Mantoue sont écrites par et aux épouses, filles, sœurs, veuves, mères des seigneurs de la plaine du Pô : Gonzaga, Visconti, Este, della Scala, da Carrara. Femmes donc de pouvoir : femmes au pouvoir aussi, surtout vers la fin du siècle.

  • 26 Pour une reconstruction récente et attentive aux liens entre les familles majeures, voir E. CROUZET (...)

17Il y a ici, de toute façon, trois considérations préliminaires à faire. La première tourne autour du croisement systématique et parfois paroxystique des liens dynastiques : les familles aristocratiques et seigneuriales (issues tant des anciennes seigneuries territoriales, que de l’élite urbaine) étaient toutes entrecroisées – et l’homonymie était si répandue – qu’il devient parfois difficile même d’identifier exactement ceux et celles dont l’on parle26. Les circuits de correspondance féminins donc bâtissent, maintiennent et témoignent de l’existence de clusters d’hommes et de femmes étroitement liés horizontalement (par rapport aux générations) et verticalement (par rapport à la descendance). Surtout au plus haut niveau, donc, n’y a que rarement la correspondance d’une seule femme : autour d’une femme éminente – l’épouse du seigneur – se développait toute une constellation de femmes plus jeunes ou plus âgées qui avaient avec elle un lien de parenté (belles-filles, belles-sœurs, sœurs, tantes, tantes veuves rentrées chez elles etc.) et qui, dans leurs lettres, tissaient un réseau minutieux de liens dynastiques qui comprenaient aussi les hommes, en même temps protecteurs et protégés.

  • 27 Pour un cadre d’ensemble de quelques-unes de ces ‘constellations’ seigneuriales, voir pour la Romag (...)
  • 28 ASMn, AG, b. 1413 (D’Arco, Castelbarco e Castelnovo, signori) : Orsolina (lettre n. 7, [Arco, 1 mai (...)
  • 29 William CAFERRO, John Hawkwood. An English Mercenary in Fourteenth Century Italy, Baltimore : The J (...)

18Deuxième élément : cette élite seigneuriale, apparemment composée d’un groupe limité de familles, ne l’était pas – pas encore. Par rapport au scénario du XVe siècle, la sélection brutale parmi les familles de l’élite de l’Italie post-communale qui produira les dynasties des princes de la Renaissance n’a pas encore eu lieu. Les jeux étaient encore ouverts : entre les Visconti ou les Gonzaga d’un côté, et les Alidosi, les Ordelaffi, les Castelbarco, les Pico de la Mirandola, les da Correggio de l’autre, il ne s’ouvrait pas encore l’abîme déterminé par le contrôle définitif d’une ou de plusieurs villes27. Et donc, du côté dynastique, ces grandes familles lignagères s’entremêlaient bien plus qu’au siècle suivant. Le processus de définition dynastique et de différentiation de rang entre les seigneurs/princes et les aristocrates était encore flou. Le résultat est que parmi les femmes qui écrivaient, en manifestant et en consolidant par ce moyen les liens de sang, de solidarité, d’intérêts, nous trouvons parfois des personnages dont l’on n’attendrait pas une agency épistolaire si claire. Un exemple parmi d’autres : dans les années 1360-1380, trois femmes écrivirent aux Gonzaga de quelques châteaux de la vallée de l’Adige. Il s’agit d’Orsolina da Correggio, épouse du comte Antonio d’Arco, de Tommasina, fille de Luigi I Gonzaga, épouse et puis veuve du comte Guglielmo II da Castelbarco, et de Margherita da Castelbarco, veuve du miles Azzo degli Alidosi. Il s’agit de 7 lettres (sur un total de 61 lettres des Castelbarco aux Gonzaga au XIVe siècle), donc une proportion pas négligeable, qui nous révèlent tout un réseau de parenté entre d’un côté les aristocrates de la vallée de l’Adige, et de l’autre les petits seigneurs de Romagne (Alidosi, mais aussi Ordelaffi – une lettre de Tommasina en parle) qui passe par un nœud mantouan, Tommasina28. Finalement, l’influence – lointaine mais continue – de la guerre de Cent Ans et la présence dans la plaine du Pô de compagnies anglaises, écossaises, impériales, bretonnes, françaises29, combinée à la nécessité de maintenir un canal de communication avec la Curie romaine à Avignon, élargit l’éventail des mariages possibles au-delà des Alpes (célèbres sont les mariages des filles de Bernabò Visconti) et nos correspondances en témoignent avec une certaine richesse.

19Cela dit, voyons en détail comment cela se passait en analysant deux de ces réseaux actifs dans les années 1370-1380.

Alda d’Este

  • 30 Voir les textes cités à la note 12 : sur Ludovico, voir aussi Isabella LAZZARINI, « Gonzaga, Ludovi (...)
  • 31 Sur les Este au XIVe siècle, voir Andrea CASTAGNETTI, Società e politica a Ferrara dall’età postcar (...)

20Le premier réseau s’active autour d’Alda d’Este, épouse de Ludovico, fils de Guido de Luigi I Gonzaga. Ludovico appartenait à la troisième génération de Gonzaga au pouvoir, et fût le premier qui, grâce à l’assassinat de ses deux frères Ugolino et Francesco et à la disparition plus ou moins naturelle des héritiers des autres fils de son grand père, Luigi, Filippino et Feltrino, se trouva en 1370 être le seul seigneur de la ville de Mantoue30. Alda, de son coté, était la fille d’Obizzo d’Aldovrandino d’Este, un des marquis d’Este qui étaient seigneurs de Ferrare et – de façon intermittente – des villes voisines, Modène et Reggio31. Nous arrêter sur le détails des croisements dynastiques, bien que possible, ne serait qu’un casse-tête : il nous suffira de tenir toujours en compte le fait que les Este et les Gonzaga au milieu du XIVe siècle, étaient liés à plusieurs reprises et sur plusieurs générations avec les seigneurs de Vérone (della Scala), de Pise (Donoratico), Milan (Visconti), Ravenne (da Polenta), Malatesta (Rimini) Padoue (da Carrara), Correggio (da Correggio), Trévise (da Camino), par des liens directs, c’est-à-dire, sans compter toutes les dérivations qui arrivent des réseaux matrimoniaux propres à chaque famille (d’où, par exemple, sortent les Fieschi, les d’Arco, les princes germaniques et savoyards etc.). Il nous faut nous arrêter un instant sur les arbres généalogiques des Este et de Gonzaga à ce point de l’histoire : Guido eut trois fils légitimes – Ugolino, Francesco et Ludovico – et trois filles – Margherita, Beatrice et Tommasina –. Ugolino épousa Verde d’Alboino della Scala (Vérone) puis, après la mort de Verde, Emilia de Bonifacio de Donoratico (seigneur de Pise) et enfin Caterina di Matteo Visconti et de Gigliola de Filippino Gonzaga (Milan) ; Francesco épousa Lete da Polenta (Ravenne), fille à son tour de Guido et d’Alixia de Obizzo d’Este ; Ludovico épousa Alda d’Obizzo d’Este. Quant aux filles de Guido, Margherita épousa Jacopino da Carrara (Padoue) ; Beatrice se maria avec Niccolò d’Aldovrandino d’Este (le frère d’Obizzo) et Tommasina avec Azzo da Correggio (on reviendra sur elle). Pour résumer, Ludovico Gonzaga et sa sœur Beatrice épousèrent deux Este de génération différente, Niccolò et sa niece Alda ; Francesco, le troisième frère Gonzaga, épousa la nièce d’Alda du côté da Polenta, c’est-à-dire la fille de sa sœur Alixia (lorsqu’une tante du même nom avait épousé auparavant le dernier seigneur de Mantoue de la maison des Bonacolsi, Rinaldo dit Passerino). Et tout cela sans compter toutes les dérivations, par exemple celles liées aux della Scala.

  • 32 Au cœur d’une longue instruction diplomatique écrite par Ludovico Gonzaga à Bertolino Capilupi, son (...)
  • 33 ASMn, AG, Lettere originali dei Gonzaga b. 2092 : l. 328, Ferrara, Alda à Ludovico, 25 mai (s.a. ma (...)
  • 34 ASMn, AG, b. 1180 (Ferrara, signori), 18 lettres au total : l. 88-90 (Ugo), 189-200 (Alberto), 217 (...)
  • 35 ASMn, AG, b. 1180 (Ferrara, signori), 20 lettres au total : l. 235-251 (Verde della Scala), 254-257 (...)
  • 36 ASMn, AG, b. 1180 (Ferrara, signori), 3 lettres au total : 228 (Beatrice), 231, 232 (Verde d’Este).
  • 37 Alberto d’Este à Alda d’Este Gonzaga, Ferrare, 23 octobre [1366-1369?], ASMn, AG, b. 1180, l. 197.

21Le rôle d’Alda au sein de la seigneurie des Gonzaga fut important : elle devint un terminal de pouvoir par rapport à Ferrare et à tout le réseau mobilisé par les Este32. À Mantoue, bien évidemment, on n’a pas que très peu de lettres d’Alda33, mais les lettres adressées à elle témoignent de la plus que probable régularité de son activité épistolaire. La correspondance en provenance de Ferrare conserve en fait les lettres que ses frères Ugo, Francesco et Alberto, et son cousin Rinaldo (fils de son oncle Niccolò) écrivirent à Alda en lui envoyant leurs vœux, quelques nouvelles politiques, quelques recommandations pour leurs fidèles, ou bien des requêtes à propos de questions de confins34. Elle conserve aussi les lettres des épouses de la confrérie des Este : Verde fille de Mastino della Scala – donc sœur de la fameuse Beatrice dite Regina della Scala, épouse du puissant Bernabò Visconti – et épouse de Niccolò II (frère d’Alda), qui écrit 17 lettres, en majorité en latin, à Alda, en lui envoyant ses émissaires, ou bien des dons ou des requêtes de biens de luxe ; Costanza, fille de Malatesta Ungaro des seigneurs de Rimini, et épouse d’Ugo, frère d’Alda, qui écrit soit à sa belle-sœur, soit à Ludovico (en langue vulgaire)35. Et parfois, parmi cette correspondance l’on trouve aussi quelques lettres des Este qui rentrèrent à Ferrare après la mort de leurs époux, telles Beatrice, sœur d’Alda mariée à Waldemar, margrave d’Anhalt et comte de Ceneda, ou Verde fille d’Aldovrandino II d’Obizzo d’Este et de Beatrice de Rizzardo da Camino (seigneur de Trévise), épouse du duc Conrad von Tech (et nièce d’Alda)36. Une lettre d’Alberto d’Este résume cette sociabilité dynastique au féminin, mais si importante pour la parenté qu’il fallait en parler entre hommes et femmes. Le 23 octobre d’une année non spécifiée (mais probablement entre 1366 et 1369), Alberto raconta à sa sœur Alda que Beatrice d’Este, Costanza Malatesta et Alixia da Polenta étaient arrivées à Ferrare « pour leur joie », hôtes de leur ‘mère’ Verde della Scala. Sœurs, cousines, belles-sœurs : Alberto les désigne toutes comme ses sœurs et celles d’Alda, avec la formule de respect qui définissait comme sœurs toutes les femmes de la génération de l’écrivant(e) et comme mères toutes celles de la génération précédente37. La lettre est très rapide, pas plus que trois lignes : mais elle nous ouvre tout un réseau dynastique important et un système de sociabilité de cour dont les femmes étaient les protagonistes, mais d’où la parenté entière sortait renforcée. Il y a plus : on n’y fait ici qu’une allusion, parce qu’on y reviendra. Les lettres de Ferrare classées comme lettres d’ambassadeurs et divers conservent aussi trois lettres de dames de l’aristocratie padouane adressées à Alda en tant que marquise d’Este par naissance et seigneur de Mantoue par mariage : le réseau dynastique s’étendait donc aux aristocrates des cours liées par ces rapports.

Regina della Scala

  • 38 Sur Milan et la domination des Visconti, voir encore pour les événements Francesco COGNASSO, « L’un (...)
  • 39 I. LAZZARINI, « Gonzaga, Gigliola », « Gonzaga, Feltrino », « Gonzaga, Filippino », « Gonzaga, Ugol (...)
  • 40 Gigliola SOLDI RONDININI, « della Scala, Beatrice », in : DBI 37 (1989), p. 388-389 et Gian Maria V (...)
  • 41 ASMn, AG, b. 1605 (Milano, signori – 1366-1377) et b. 1606 (Milano, signori – 1378-1399). Plusieurs (...)
  • 42 E. CROUZET PAVAN, J.C. MAIRE VIGUEUR, op. cit. et bibliographie.
  • 43 ASMn, AG, b. 1604-1606 (Milano, signori). À propos de Donnina, William Caferro, souligne que John H (...)

22Milan et les Visconti représentent pour Mantoue un pôle inévitable : de Milan vient un danger continu, et donc les alliances dynastiques avec les Visconti sont cruciales38. Pour cela, les Gonzaga et les Visconti ont une longue histoire de mariages croisés : la fille de Filippino de Luigi, Gigliola, avait épousé Matteo Visconti (frère de Galeazzo et de Bernabo) dans les années 1340 ; leur seule fille, Caterina, finit par devenir en 1358, après une paix humiliante avec Bernabò Visconti, la troisième épouse de l’inquiet Ugolino, aîné de Guido de Luigi et son cousin. Caterina n’était pas seulement une Visconti : elle était aussi l’héritière – contestée – de sa mère Giliola et surtout de son grand père Filippino Gonzaga. En mettant les mains sur elle, Ugolino devenait l’homme fort de la confrérie des Gonzaga et de son domaine sur la ville natale de la dynastie, l’antagoniste principal de son oncle Feltrino, seigneur de Reggio, et l’allié préféré de Bernabò Visconti39. Son assassinat en 1362 ne coupa pourtant pas les ponts avec Bernabò, dont l’ombre se projeta sur les Gonzaga jusqu’à sa fin, en 1385. L’épouse de Bernabò, Beatrice dite Regina, fille de Mastino della Scala et de Taddea de Jacopo da Carrara (mariée en 1350), est la figure centrale des réseaux épistolaires féminins qui tournaient autour de Milan jusqu’à sa mort, en 1384, un an avant l’assassinat de son époux40. Entre 1369 et 1383 elle écrit à Mantoue 82 lettres, auxquelles il faut ajouter 2 mandats de chancellerie : il s’agit d’une quantité sans pareille au moins jusqu’aux lettres de Margherita Malatesta entre 1398 et 1399 (mais Margherita était, seule, en charge du gouvernement de Mantoue dans ces deux années, lors du pèlerinage en Terre Sainte de Francesco)41. Les lettres de Regina couvrent tout le spectre d’une correspondance seigneuriale et presque princière : elles sont en grande majorité en latin et toutes écrites par des chanceliers. L’on va de brefs messages pour remercier ou accompagner des dons aux lettres de créance pour ses envoyés, des lettres politiques (dans lesquelles la seigneure de Milan prouve très bien connaître les affaires de Mantoue grâce à ses rapports directs avec les émissaires de Ludovico Gonzaga) et administratives aux missives dynastiques (il ne faut pas oublier qu’entre 1375 et 1381 l’on négocia et célébra le mariage entre Francesco Gonzaga et Agnese, fille de Regina et de Bernabò)42. Autour de cette correspondance, à la fois inédite par sa quantité (et par sa précocité – au moins à partir de ce qui est arrivé jusqu’à nous – dans la quantité) et exceptionnelle par sa qualité, tourne tout un réseau de lettres au féminin : les deux femmes Gonzaga de souche, Gigliola di Filippino Gonzaga et sa fille Caterina Visconti, épouse et puis veuve d’Ugolino, et mère du petit Bernardo (qui meurt jeune), et les Visconti par naissance et par mariage, de Blanche de Savoie (l’épouse de Galeazzo Visconti) à Isabelle de France (la première épouse de Gian Galeazzo, fille de Jean II, roi de France), de Violante (épouse de Ludovico Visconti, d’une branche mineure de la famille) à Donnina (fille naturelle de Bernabò, mariée au capitaine anglais John Hawkwood43), écrivirent régulièrement à Mantoue, à Ludovico et Francesco jusqu’au 1368, et à Ludovico et à Alda après : mais la correspondance de Regina était tout autre chose.

Les autres

  • 44 Le mariage, bien que bref, révèle l’existence d’un intérêt des Gonzaga – et en général des seigneur (...)
  • 45 ASMn, AG, b. 1066 (Pesaro e Urbino, signori), l. 3-32 ; ASMn, AG, b. 1140 (Bologna, inviati e diver (...)
  • 46 Pour le contexte, voir Jean-Claude MAIRE VIGUEUR, « Comuni e signorie in Umbria, Marche e Lazio », (...)
  • 47 A. LUZIO, op. cit., p. 178, n. 1.

23Les clusters de correspondances des seigneures n’épuisent néanmoins pas les typologies possibles : il y avait aussi le cas de femmes issues de familles seigneuriales et mariées dans d’autres, parfois mineures, qui maintinrent à elles seules un réseau épistolaire significatif avec leur parentèle d’origine. Deux cas sont exemplaires. Le premier est représenté par Tora Gonzaga, la seule fille survivante de la brève union entre Ugolino Gonzaga et Emilia di Bonifacio della Gherardesca, comte de Donoratico et seigneur de Pise et de Bertecca, fille de Castruccio Castracani degli Antelminelli44. Teodora dite Tora (l’onomastique nous ramène en Toscane) se maria en 1365 avec le comte Paolo de Galasso de Montefeltro, et entretint une correspondance très serrée avec ses oncles Francesco et Ludovico, puis le seul Ludovico, et les femmes de la maison de Gonzaga (Alda d’Este, mais aussi Margherita Gonzaga da Carrara), entre les années 1366 et 137145. Tora écrivit 19 lettres où elle rappela à sa famille d’origine son affection, comme toujours dans ces lettres, mais surtout supplia tous les membres qu’elle pouvait joindre de lui donner ou au moins prêter de l’argent pour aider son époux, qui – avec ses frères et son neveu Antonio – était en grande difficulté avec le légat pontifical, qui arriva même à déposséder les Montefeltro de leurs palais à Urbino46. L’intérêt de l’épistolaire de Tora réside non seulement dans le nombre, relativement significatif, de ses lettres, mais surtout dans leur caractère : Tora de fait écrit la plupart du temps de sa propre main, même si son langage très proche de l’oralité et son écriture irrégulière à la limite de la compréhension révèlent une certaine manque de familiarité avec l’écrit. Tout de même, elle savait écrire de sa propre main, et soit pour emphatiser ses requêtes, soit parce qu’elle n’avait pas de chancelier (ce qui donnerait raison à ses protestations d’indigence), elle le faisait. Le dossier est d’un grand intérêt, même s’il a provoqué l’ironie – facile et anachronique – d’un des anciens directeurs de l’Archive de Mantoue au début du XXe siècle, Alessandro Luzio, qui, du haut de son amour pour la Renaissance, définit les lettres de Tora « in gergo dialettale, sgangherate anche nella grafia »47.

  • 48 À propos du contexte général de la région, voir Augusto VASINA, « L’area emiliana e romagnola », in (...)
  • 49 Azzo lui-même était un personnage de grande envergure et aux relations vastes et illustres ; voir e (...)
  • 50 Trois lettres d’Antonia sont conservées dans ASMn, AG, b. 1301 (Reggio, signori) : sans numération (...)
  • 51 ASMn, AG, b. 1313 (Correggio, signori), l. 72 : Guardasone, 28 mai 1367. Sur la culture à Mantoue d (...)
  • 52 ASMn, AG, b. 1313 (Correggio, signori), l. 33-36, 55-62, 71-73, 82-83, 91-92, 110-112, 118, 151-152 (...)

24Tommasina Gonzaga da Correggio était une femme d’une toute autre trempe : fille de Guido de Luigi – et donc sœur d’Ugolino, Francesco et Ludovico, de même que de Beatrice Gonzaga d’Este et de Margherita Gonzaga da Carrara –, elle épousa en 1340 Azzo de Giberto II de Guido de Giberto I da Correggio48. Les da Correggio, au milieu du Trecento, étaient une parenté importante, aux ambitions seigneuriales sur Parme et fort liée aux autres grandes dynasties padouanes 49 ; à Mantoue, une sœur de Giberto II épousa Francesco di Rinaldo Bonacolsi, et Antonia de Guido di Giberto I se maria avec Feltrino Gonzaga50 ; Carlo Fieschi, frère d’Isabella, épouse de Luchino de Matteo Visconti, se maria avec Bianca de Giberto II, la sœur d’Azzo. Tommasina était donc à son tour au milieu d’un réseau dynastique puissant et complexe. Veuve d’Azzo en 1362 et mère de Guido et Ludovico, elle gouverna à leur place à la mort de son époux, même si elle dut faire face soit à l’hostilité de Giberto III de Guido, soit à la mort en bataille de Ludovico, en 1372. Les lettres de Tommasina révèlent une femme de pouvoir au plein sens du mot, mais aussi une femme de culture : en 1367 elle écrivit à son père en lui demandant son Meliaduse en langue vulgaire et d’autres livres en latin51. Elle écrivit entre 1366 et 1376 25 lettres à Mantoue, à son père Guido, à ses frères Ludovico et Francesco, et puis au seul Ludovico et à sa femme Alda52. Une lettre à Ludovico Gonzaga, néanmoins, mérite notre attention. De Guardasone le 25 aout 1369, Tommasina écrivit à son frère :

El me besogna scriverve cosa la quale io non credì ma[i] che dovesse besognare che ve scrivesse, e la qual cosa e crezo [credo] che vui no aspetasti ma[i] d’oldire. De que e ve fazo a savere chell’è mo sette anni che sum in sta de vedovità e per questo tempo c’ho retto e governà me fioli e i fatti so ben e sí ben che non crezo che loro ní altri possan dire el contrario, anchora go maridà cinque serore dentro maderna e bastarde e oge fatto murare le castelle soe e oge fatto ogn’avanzo chi se possa far per me e de que niuno aven ma ní pensero ní fadiga. El padre so mi lassò ben che e dovesse rezere e governare.

  • 53 ASMn, AG, b. 1313, l. 91, Guardasone, 25 août 1369.

25Malgré tout, elle était en train de faire face à l’hostilité de Giberto, mal conseillé par des mauvaises personnes : Giberto « ame tollto le chiave et la bailia la quale e ho abui zà è trenta anni ». Dans les sept dernières années, elle continua : elle n’avait acheté pour elle-même que « doe gonelle » et jamais « ní mantello, ní pelliza ». Elle écrivit à Ludovico parce que « vo [v’ho] per me padre e per mia madre e per me fradello » : elle était prête à se transférer à Mantoue, et lui demanda si c’était le cas de faire savoir tout cela à « misser Bernabò et a madona [Regina della Scala] »53. Cette lettre, qui n’eut aucune suite, parce que nous trouvons notre Tommasina à sa place jusqu’en 1376, est de toute façon révélatrice du pouvoir que l’on pouvait déléguer à une femme et, le cas échéant, des efforts des autres branches de la même parenté pour se l’approprier. Trente ans plus tôt, nous voyons ici le pendant politique et dynastique du bon père de famille qu’était Iva Buzoni : et ici aussi, c’est une lettre qui nous le raconte.

Les autres

26Mais il n’y a pas que des épouses ou des filles de seigneur à avoir la plume à la main, bien qu’elles soient beaucoup plus représentées. Les témoignages d’une familiarité avec l’instrument de la lettre pour protéger ses intérêts ou manifester sa dévotion et ses liens envers des puissants personnages (hommes et femmes), avec lesquels l’on partageait un milieu social commun – et parfois des intérêts tant politiques qu’économiques –, sont beaucoup plus rares, mais, si possible, plus significatifs encore. Les séries de Mantoue nous en donnent deux groupes qui représentent les deux faces d’une même médaille.

Les dames

  • 54 Mais deux femmes de l’aristocratie rurale et urbaine écrivirent à Ludovico aussi de Crémone : il s’ (...)

27D’un côté, nous avons les rares lettres écrites par des membres des élites urbaines et des aristocraties territoriales qui tournaient autour des seigneurs : en particulier, la correspondance de Ferrare nous révèle un petit groupe de femmes de l’aristocratie de cour, qui – s’il le fallait – savaient recourir aux lettres pour obtenir des faveurs ou plaider la restitution de leur dot ou la protection de leurs propriétés en l’absence de leurs époux, et qui pouvaient compter sur un professionnel de l’écriture pour écrire leurs lettres selon les règles de la chancellerie54. Il s’agit de Lucia, épouse du ferrarais Francesco Ariosti, qui dans les années 1360 écrivit de Modène, en langue vulgaire, à Alda d’Este, que :

  • 55 ASMn, AG, b. 1288 (Modena, inviati e diversi), l. 40.

la vostra servedrixe Lucia de Francesco de Ariosti molto se ve recomanda. Façove a savere ch’io sunto a Modena cum Francesco sana e salva, unde pregove madona mia che se per mi se po alchuna cosa, vui me dobia comandare como a vostra serva ch’io sum in ogne logo dove mi sia55.

  • 56 ASMn, AG, b. 1227 (Ferrara, inviati e diversi), l. 234-5. Il est intéressant de remarquer que les d (...)
  • 57 ASMn, AG, b. 1227, l. 245, Ferrare, 19 août 1374.
  • 58 ASMn, AG, b. 1227, l. 247, Ferrare, 24 août 1374.

28Il s’agit aussi d’une certaine Stefania/Stefanina de Ruffini (de famille mantouane d’ancienne souche rurale et seigneuriale) qui écrivit à Ludovico le 27 janvier 1374 pour le supplier de l’aider à récupérer de son mari, Matteo di Lapo, une partie de sa dot. La lettre – en langue vulgaire – est très intéressante : Stefania raconte que, à son arrivée à Ferrare, elle a donné au marquis d’Este les lettres en sa faveur que lui adressaient Ludovico e Alda. Le marquis a donc envoyé un de ses chanceliers à la maison de Matteo, qui néanmoins refusa de lui restituer ses biens, en soutenant que le seigneur de Mantoue et sa femme Alda lui avaient promis tout cela au moment où ils lui donnèrent Stefania en mariage. La Ruffini donc était une dame de la cour des Gonzaga que l’on avait mariée à Ferrare, probablement grâce à l’intervention d’Alda elle-même. Elle s’y connaissait très bien en détails juridiques sur sa position et sur les mécanismes administratifs et sociaux de deux cours : apparemment, elle se débrouillait bien dans ce double milieu56. En 1374, deux autres femmes écrivirent en langue vulgaire à Alda sur le même ton. Catalina, épouse de messire Cinella da Savignana, protestait que les officiers de Alda la contraignaient à payer plus d’impôts que d’ordinaire sur ses possessions de Quingentole57. Vitixe Ariosti – apparemment une dame de la cour des Este – après avoir renseigné Alda sur le bien-être de ses proches à Ferrare, la supplia « de restituire de stado e de la conditione de l’Alda [les noms ici ne sont sûrement pas choisis par hasard] mia fiola e chomo l’è stada al più tosto che vui possì, cum zò sia chossa che l’anemo mio non repossa in fino che non ò novella certa da vui di soi facti »58.

29Cette dernière lettre, en langue vulgaire et quand même écrite avec beaucoup d’assurance pour une suppliante (« al più tosto che vui possì/novella certa da vui »), pourrait même être autographe. À ces traces éparses, il faut aussi ajouter les références aux lettres féminines que l’on trouve parsemées dans les lettres des épouses des seigneurs, ou bien des hommes – seigneurs, aristocrates, hommes de cour, militaires, juges – qui représentent le gros de ces correspondances.

30Pas grand-chose tout de même, bien sûr, mais assez pour révéler une pratique que l’on a quelques raisons de croire plus habituelle et ordinaire qu’exceptionnelle ou extraordinaire.

Les femmes de la famille Buzoni

  • 59 À propos de l’éducation des jeunes Buzoni (ou mieux, de l’éducation des fils de Galeazzo), voir And (...)

31L’idée d’une diffusion de l’usage de la lettre parmi les femmes des élites urbaines et des aristocraties territoriales liées aux cours est confirmée par la correspondance Buzoni, dont l’on est partis. Ce dossier de lettres personnelles adressées aux années 1398-9 au référendaire de Francesco Gonzaga, Galeazzo Buzoni, nous est arrivé par hasard. Galeazzo, à son retour de Venise, dut l’amener à la chancellerie pour des raisons personnelles et l’oublier là-bas, où elle est restée parmi les lettres de service. Dans une période qui va du 27 octobre 1398 au 28 décembre 1399, 173 lettres au moins ont été envoyées à Galeazzo par un large nombre d’individus : collègues, amis, intendants, membres de sa famille. Parmi ces derniers, son épouse Iva lui écrivit 13 lettres, tandis que sa fille Bartolomea 6, sa fille Fiordelisia 2, et deux autres femmes liées à la famille (Provenzale Malatesta et une Altadonna) une chacune. Iva lui écrivit en latin et en langue vulgaire, en lui parlant de la gestion de la maison et des propriétés à la campagne, de la santé des fils et des filles, des entreprises de dévotion auxquelles elle était mêlée avec Margherita Malatesta Gonzaga ; les filles Bartolomea et Fiordilisia lui parlèrent de leurs affaires quotidiennes, en langue vulgaire et, Bartolomea, de sa propre main (dans des lettres de petit format, dont la mise en page n’est pas ordonnée mais dont la main, même, si elle n’est pas élégante, démontre une certaine familiarité avec l’écriture). Les autres deux femmes lui demandaient des faveurs et des grâces. Donc, une correspondance régulière, qui témoigne que dans les familles des élites autour des cours seigneuriales des dernières décennies du XIVe siècle, la lettre était un instrument habituel au cœur des rapports entre hommes et femmes et entre générations différentes59. Si dans la plupart des cas les rapports étaient clairs – les hommes monopolisaient les rôles publics, les femmes s’occupaient des affaires de la famille et de la domus – le cas échéant, les bornes se brouillaient : une femme comme Iva, de bonne instruction, sœur d’un évêque, sûre d’elle et bien insérée dans les cercles du pouvoir de son époux et de ses seigneurs, pouvait bien jouer – dans une certaine mesure et en son absence – son rôle.

Conclusions

  • 60 ASMn, AG, bb. 2388 (Carteggio interno, Lettere senza provenienza ; ici, l’on trouve aussi une lettr (...)
  • 61 Heidi Wunder a développé l’idée du couple matrimonial comme unité complémentaire dans l’Allemagne d (...)

32Dans les mêmes mois où Iva Buzoni renseignait son époux sur l’état de ses propriétés, Margherita Malatesta Gonzaga écrivait à Francesco Gonzaga – et à ses chanceliers, trésoriers, vicaires, podestats, capitaines – des dizaines de lettres, en gouvernant à sa place60. À la fin du XIVe siècle, le processus de création lignagère d’un pouvoir seigneurial qui parfois – comme à Milan – était déjà devenu princier, passa toujours plus par une répartition des prérogatives et des fonctions entre le seigneur/prince et son épouse. Ce partage – ou, peut-être mieux, cette gestion parallèle et complémentaire – des tâches et des responsabilités devient évident aussi en dehors de la complexe réalité du pouvoir seigneurial et de sa définition patrilinéaire lorsque le hasard de la conservation nous permet de percer la relative obscurité des archives privées61.

  • 62 Eugenio DUPRÈ THESEIDER (éd.), Epistolario di Santa Caterina da Siena, Rome : Tipografia del Senato (...)
  • 63 Chris WICKHAM, Medieval Europe. From the Breakup of the Western Roman Empire to the Reformation, Ne (...)

33Dans ce scénario, l’épistolarité féminine est dans le même temps un phénomène culturel en soi, et un indice du rôle des femmes à l’intérieur des réseaux dynastiques et familiaux et dans la société politique : il ne faut pas oublier que c’est dans les années 1370 que Catherine de Sienne écrivit aux grands du monde plus de 380 lettres en langue vulgaire62. Ce que Chris Wickham appelle une « increase in ambiguities » due à la complexité croissante du monde social du bas moyen âge, ouvre aux femmes des contextes où il leur est possible de « negotiate space for their own protagonism »63. Nos sources, qui mériteraient une analyse bien plus détaillée, nous offrent un aperçu de ces espaces quotidiens de négociation. Elles nous révèlent en même temps la présence des femmes au cœur des mécanismes du pouvoir dynastique et courtois des seigneuries de la plaine du Pô, et leur familiarité avec l’écriture en tant que moyen d’autoreprésentation, lien interpersonnel, instrument de contrôle et de pouvoir, ressource, même – parfois – plaisir. Dans nos sources, cette familiarité avec l’écriture épistolaire est déjà bien attestée dès le milieu du XIVe siècle : la quantité des lettres féminines n’est pas négligeable ; la variété des autrices et le contenu des lettres nous permettent de considérer aussi que leur qualité est tout sauf négligeable. Tant en latin qu’en langue vulgaire, écrites par des chanceliers ou de manu propria, les lettres qu’on a rapidement vues nous révèlent la multiplicité du phénomène épistolaire non seulement dans les sociétés urbaines et marchandes – ce sur quoi une solide tradition historiographique a justement insisté – mais aussi dans ce monde ‘courtois’ dont pour le Trecento on a tendance à restituer une image surtout mâle.

Notes

1 Archivio di Stato di Mantova (ASMn), Archivio Gonzaga (AG), b. 2389, l. 185, Cabrino Tedoldi à Galeazzo Buzoni, Mantoue, 12 novembre [1399].

2 Isabella LAZZARINI, « Comunicazione epistolare, autografia e reti relazionali: il carteggio di Galeazzo Buzoni (Mantova, 1398-9) », in: Eugenio CAMERLENGHI, Giuseppe GARDONI, Isabella LAZZARINI, Viviana REBONATO (dir.), Società, cultura, economia. Studi per Mario Vaini, Mantoue : Accademia Nazionale Virgiliana, 2013, p. 143-154.

3 Sur la diffusion des lettres au Moyen Âge, voir au moins Armando PETRUCCI, Scrivere lettere. Una storia plurimillenaria, Rome-Bari : Laterza 2008 ; sur les lettres des femmes en Italie, Gabriella ZARRI (dir.), Per lettera. La scrittura epistolare femminile tra achivio e tipografia, secoli XV-XVII, Rome : Viella, 1999 ; Maria Grazia NICO OTTAVIANI, « Me son missa a scriver questa letera…». Lettere e altre scritture femminili tra Umbria, Toscana e Marche nei secoli XV-XVI, Naples : Liguori, 2006 ; Luisa MIGLIO, Governare l’alfabeto. Donne, scrittura e libri nel Medioevo, Rome : Viella, 2008.

4 Letizia ARCANGELI, Susanna PEYRONNEL (dir.), Donne di potere nel Rinascimento, Rome : Viella, 2008 ; Maria Nadia COVINI, Donne, emozioni e potere alla corte degli Sforza. Da Bianca Maria a Cecilia Gallerani, Milan : Unicopli, 2012.

5 Deanna SHEMEK, « “Ci Ci” and “Pa Pa”. Script, Mimicry, and Mediation in Isabella d’Este’s Letters », Rinascimento, 43 (2003), p. 75-91 ; Christina ANTENHOFER, Briefe zwischen Süd und Nord. Die Hochzeit und Ehe von Paula de Gonzaga und Leonhard von Görz im Spiegel der fruustlichen Kommunikation (1473-1500), Innsbruck : Universitätverlag, 2007 ; Monica FERRARI, « Un’educazione sentimentale per lettera : il caso di Isabella d’Este (1490-1493) » in : Isabella LAZZARINI (dir.), I confini della lettera. Pratiche epistolari e reti di comunicazione in Italia nel tardomedioevo, Reti Medievali, 10 (2009), p. 351-377 ; I. LAZZARINI, « Un dialogo fra principi. Rapporti parentali, modelli educativi e missive familiari nei carteggi quattrocenteschi (Mantova, secolo XV) », in : M. FERRARI (dir.), Costumi educativi nelle corti europee (XIV-XVIII secolo), Pavia : Pavia University Press, 2010, p. 53-76 ; Carolyn JAMES, « Marriage by Correspondence. Politics and Domesticity in the Letters of Isabella d’Este and Francesco Gonzaga, 1490-1519 » Renaissance Quarterly, 65 (2012), p. 321-352 ; Monica FERRARI, Isabella LAZZARINI, Federico PISERI, Autografie dell’età minore. Lettere di tre dinastie italiane tra Quattrocento e Cinquecento, Rome : Viella, 2016 ; I. LAZZARINI, « Epistolarità dinastica e autografia femminile : la corrispondenza delle principesse di casa Gonzaga (fine XIV-primo XVI secolo » in : Chiara CONTINISIO, Raffaele TAMALIO (dir.), Donne Gonzaga a Corte. Reti istituzionali, pratiche culturali e affari di governo, Rome : Bulzoni, 2018, p. 49-62.

6 G. ZARRI (dir.), op. cit. ; James DAYBELL, Women Letter-Writers in Tudor England Oxford : Oxford University Press, 2006.

7 Duccio BALESTRACCI, Cilastro che sapeva leggere. Alfabetizzaione e isttruzione nelle campagne toscane alla fine del Medioevo (XIV-XVI secolo), Pise : Pacini, 2004 : voir, par exemple, Vanna ROSATI (ed.), Le lettere di Margherita Datini a Francesco di Marco (1384-1410), Prato : Fondazione Datini, 1977.

8 Andrea ZORZI, Le signorie cittadine in Italia, secoli XIII-XV, Milan : Mondadori, 2010 ; Jean-Claude MAIRE VIGUEUR (dir.), Signorie cittadine nell’Italia comunale, Rome : Viella 2013 ; Paolo GRILLO (dir.), Signorie cittadine e modelli monarchici, Rome : Viella, 2013 ; Andrea ZORZI (dir.), Le signorie cittadine in Toscana. Esperienze di potere e forme di governo personale, Rome : Viella, 2013 ; Elisabeth CROUZET PAVAN, Jean-Claude MAIRE VIGUEUR, Décapitées. Trois femmes dans l’Italie de la Renaissance, Paris : Albin Michel, 2018.

9 Alessandro LUZIO, L’Archivio Gonzaga di Mantova. II. La corrispondenza familiare, amministrativa e diplomatica dei Gonzaga, Verona : Mondadori, 1922.

10 Pietro TORELLI, L’Archivio Gonzaga di Mantova, Ostiglia : Mondadori, 1920 ; I. LAZZARINI, « Corrispondenze diplomatiche nei principati italiani del Quattrocento. Produzione, conservazione, definizione », in : Andrea GIORGI, Katia OCCHI (dir.), Carteggi fra basso medioevo ed età moderna. Pratiche di redazione, trasmissione e conservazione, Bologna : Il Mulino, 2018, p. 13-38.

11 A. LUZIO, op. cit., p. 76-221 (Carteggio estero) ; p. 47-52 (Lettere originali dei Gonzaga) ; p. 60-66 (Minute) ; p. 67-71 (Corrispondenza da Mantova e Paesi).

12 Cette distribution irrégulière oblige à un contrôle capillaire de toutes les buste pour reconstruire la correspondance d’un écrivant ou d’une écrivante.

13 Mario VAINI, Ricerche gonzaghesche (1185-inizio sec. XV), Florence : Olschki, 1994 ; I. LAZZARINI, « Un “bastione de mezo”: trasformazioni istituzionali e dinamiche politiche (secc XIV-XVIII) », in : Marzio A. ROMANI (dir.), Storia di Mantova. Uomini, ambiente, economia, società, istituzioni, vol. I, L’eredità gonzaghesca. Secoli XII-XVIII, Mantoue : Tre Lune, 2005, p. 443-505.

14 I. LAZZARINI, « Pratiques d’écriture et typologie textuelles : lettres et registres de chancellerie à Mantoue au bas Moyen Âge (XIVe-XVe siècles) », in : Guido CASTELNUOVO, Olivier MATTÉONI (dir.), De part et d’autre des Alpes II. Chancelleries et chanceliers des princes au bas Moyen Âge, Chambéry : Université de Savoie, 2011, p. 77-108.

15 Bien sûr, les chiffres peuvent augmenter dans le cas d’autres trouvailles archivistiques.

16 Un cas très représentatif est Ferrare : parmi les quelque 300 lettres de la correspondance des signori de la maison d’Este, 24 sont écrites par des femmes ; à celles-ci, l’on peut ajouter 4 lettres écrites à des femmes par des hommes : ASMn, AG, b. 1180, et aussi les 5 lettres de femmes ferraraises mais non de la maison d’Este qui sont préservées (sur les Este, voir la n. 22). Un autre cas intéressant est représenté par la seigneurie de Rimini : sur 34 lettres totales, 6 sont écrites par des femmes (dont 3 d’une femme à une autre) : ASMn, AG, b. 1080. Il faut aussi souligner que quelques lettres des dames Malatesta ont été écrites de la région bolonaise – et sont donc préservées parmi les lettres de la busta ASMn, AG, b. 1140 (Inviati e diversi, Bologna) et 839 (Inviati e diversi, Rome). Sur les Malatesta, le travail de Philip JONES, The Malatesta of Rimini and the Papal State, Cambridge : Cambridge University Press, 1974, reste fondamental.

17 Voir les buste ASMn, AG, 511 (Duchi d’Austria), 514 (Principi elettori), 544 (Innsbruck).

18 Sur Donnina et John Hawkwood, voir la n. 41 ; sur Alberto Galluzzi et Agostina Gonzaga, voir Giorgio TAMBA, « Galluzzi, Alberto », in : Dizionario Biografico degli Italiani (dorénavant DBI), 51 (1998).

19 À propos de l’autographie des élites, il n’y a que peu de choses pour le XVe siècle : Francesco MONTUORI, Francesco SENATORE, « Discorsi riportati alla corte di re Ferrante d’Aragona », in : Giancarlo ABBAMONTE, Lorenzo MILETTI, Luigi SPINA (dir.), Discorsi alla prova, Naples : Pubblicazioni del Dipartimento di Filologia classica F. Arnaldi dell’Università degli studi di Napoli Federico II, 2009, p. 519-577 ; Isabella LAZZARINI, « ‘Lessico familiare’ : linguaggi dinastici, reti politiche e autografia nella comunicazione epistolare delle élites (Italia, XV sec.) », in : Antonio CASTILLO GOMEZ, Véronica BLAS (dir.), Cartas - Lettres - Lettere. Discursos, praticas y representaciones epistolares (siglos XIV-XX), Alcalà de Henares : Universidad de Alcalà, Servicio de publicaciones, 2014, p. 163-179 ; pour l’éducation à l’écriture des enfants princiers, M. FERRARI, I. LAZZARINI, F. PISERI, op. cit. Pour le XIVe siècle, la pauvreté d’études sur l’autographie des seigneurs se transforme en vide presque total.

20 Voir la bibliographie aux notes 5 et 17.

21 Même pauvreté d’études spécifiques sur l’éducation des élites au XIVe siècle : en général, voir Robert BLACK, Humanism and Education in Medieval and Renaissance Italy. Tradition and Innovation in Latin Schools from the Twelfth to the Fifteenth Century, Cambridge : Cambridge University Press, 2001 ; pour Mantoue, plusieurs informations sur la culture des élites urbaines dans Andrea CANOVA, Dispersioni. Cultura letteraria a Mantova tra Medio Evo e Umanesimo, Milan : Officina libraria, 2017 : mais l’enquête de Canova part des manuscrits littéraires et non pas des lettres.

22 Grazia BRAVETTI MAGNONI, « Elisabetta Gonzaga », in : Anna FALCIONI (dir.), Le donne di casa Malatesti, Rimini : B. Chigi, 2006, p. 375-390.

23 Francesco Gonzaga à Margherita Gonzaga da Carrara, Mantoue, 17 juin 1393, ASMn, AG, b. 2093, l. 136. Il est intéressant de souligner que si Margherita, de famille seigneuriale, ne savait pas lire, une de ses dames – qui reste malheureusement inconnue – le savait.

24 ASMn, AG, b. 2389 : on y reviendra. Sur la famille Buzoni, voir aussi Giovan Battista BORGOGNO, « Studi linguistici su documenti trecenteschi dell’Archivio Gonzaga di Mantova », Atti e memorie dell’Accademia Nazionale Virgiliana di Mantova, n.s. 11 (1972), p. 27-112 et M. VAINI, op. cit., p. 173-179.

25 Cela dit, un intérêt croissant commence à se manifester autour des parcours de quelques femmes de l’aristocratie septentrionale à la précoce éducation humaniste, telles Maddalena, fille de Ugolino Scrovegni et Luca de Pietro Rossi, épouse de Francesco de Giovanni Manfredi (sur laquelle voir Margaret KING, « Goddess and captive : Antonio Loschi’s poetic tribute to Madddalena Scrovegni (1389), study and texts », Medievalia et humanistica, n.s., 10 (1981), p. 103-27 et, en dernier lieu, Rémy SIMONETTI, « Scrovegni, Maddalena », in : DBI, 91 [2018], http://www.treccani.it/enciclopedia/maddalena-scrovegni_(Dizionario-Biografico) et la véronaise Angela Nogarola (d’une génération antérieure aux sœurs Isotta et Ginevra, humanistes renommées du XVe siècle), sur laquelle voir Angelo PIACENTINI, « Un’egloga viscontea di Angela Nogarola », Studi umanistici piceni, 23 (2013), p. 113-29 ; id., « L’egloga di Angela Nogarola a Francesco Barbavara », Aevum, 88 (2014), p. 503-31. Voir en général Margaret KING, « Women and Learning », in : Oxford bibliographies online. Renaissance and Reformation (http://www.oxfordbibliographies.com/abstract/document/obo-9780195399301/obo-9780195399301-0032.xml?rskey=lJW2a3&result=1&q=Margaret+King#firstMatch, dernière mise à jour, 27 sept. 2017). Je remercie chaleureusement Carla Maria Monti pour ces renseignements.

26 Pour une reconstruction récente et attentive aux liens entre les familles majeures, voir E. CROUZET PAVAN, J.-C. MAIRE VIGUEUR, op. cit. (mais même un livre dédié à trois femmes comme Décapitées n’a que des arbres généalogiques simplifiés des Este, Visconti, Gonzaga et Malatesta qui ne tiennent compte que des hommes, p. 400-401). En général, il faut encore recourir, avec prudence, aux dossiers de Pompeo Litta (Pompeo LITTA, Famiglie celebri italiane, Milan : Basadonna, 1819-1853), surtout pour les familles moins célèbres.

27 Pour un cadre d’ensemble de quelques-unes de ces ‘constellations’ seigneuriales, voir pour la Romagne, John LARNER, The Lords of Romagna. Romagnol Society and the Origin of the Signorie, Londres : MacMillan, 1965 et pour la plaine du Pô, Giorgio CHITTOLINI, La formazione dello stato regionale e le istituzioni del contado, Turin : Einaudi, 1979.

28 ASMn, AG, b. 1413 (D’Arco, Castelbarco e Castelnovo, signori) : Orsolina (lettre n. 7, [Arco, 1 mai 1366], à Ludovico et Francesco Gonzaga) ; Tommasina (lettres n. 8 [Arco, 1 mars 1366] à Guido Gonzaga – son frère ; n. 11 [même date et lieu] à Ludovico et Francesco Gonzaga ; n. 29 [Arco, 12 avril 1370] à Ludovico Gonzaga ; n. 37, [Arco, 20 septembre 1373] à Ludovico Gonzaga ; n. 47 [Arco, 22 août 1374] à Ludovico G.) ; Margherita (lettre n. 76 [Castelbarco, 20 novembre 1382] à Francesco Gonzaga). Sur les rapports entre Bonacolsi, Gonzaga, della Scala et les parentés de la Val d’Adige, voir Gian Maria VARANINI (dir.), Gli Scaligeri. 1277-1387, Vérone : Mondadori, 1988, ad indicem.

29 William CAFERRO, John Hawkwood. An English Mercenary in Fourteenth Century Italy, Baltimore : The John Hopkins University Press, 2006.

30 Voir les textes cités à la note 12 : sur Ludovico, voir aussi Isabella LAZZARINI, « Gonzaga, Ludovico », in : DBI, Rome : Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 66, 2006, p. 797-801.

31 Sur les Este au XIVe siècle, voir Andrea CASTAGNETTI, Società e politica a Ferrara dall’età postcarolingia alla signoria estense, Bologna : Clueb, 1985 ; Trevor DEAN, Land and Power in Late Medieval Ferrara. The Rule of the Este, 1350-1450, Cambridge : Cambridge University Press, 1988. Pour les Este du Trecento, en general, voir P. LITTA, op. cit., fasc. 26 (1832) et les fiches biographiques respectives dans le DBI : en particulier, pour Obizzo III, voir Paolo BERTOLINI, « Este, d’Obizzo », in : DBI 43 (1993), p. 411-429.

32 Au cœur d’une longue instruction diplomatique écrite par Ludovico Gonzaga à Bertolino Capilupi, son envoyé à Milan près de Bernabò et Regina le 20 juin 1377, Ludovico ordonna à Bertolino de raconter à Bernabò les résultats d’une visite d’Alda à Ferrare pour le compte des seigneurs de Mantoue mais sur requête de son frère Niccolò (« ob requisitionem iamdiu factam per dominum Marchionem [Niccolò] de domina Alda ipsa domina ivit Ferariam ad istam curiam »). Avant son départ, Ludovico recommanda à son épouse de parler avant tout avec Verde della Scala (épouse de Niccolò et sœur de Regina), et puis avec Niccolò lui-même afin de renforcer l’amitié entre les trois cours, déjà étroitement liées par les mariages croisés. Le texte de l’instruction récapitule à Bertolino tout l’échange entre Alda et Verde (en reproduisant le dialogue entre les deux femmes), qui, sous le langage de l’affection réciproque entre parents, avait un contenu strictement diplomatique. L. OSIO (éd.), op. cit., I, doc. CXXXVIII, p. 190. Une lettre de Galeazzo Buzoni, sans indication de l’an, mais écrite à Ludovico de Ferrare le 30 mai (ASMn, AG, b. 1227, l. 431 [Ferrara, inviati e diversi]), parle aussi d’une mission d’Alda à Ferrare. Cette mission semble être la même dont parle aussi la seule lettre d’Alda à Ludovico qui nous est restée (voir la note suivante).

33 ASMn, AG, Lettere originali dei Gonzaga b. 2092 : l. 328, Ferrara, Alda à Ludovico, 25 mai (s.a. mais probablement 1377, voir n. 31) ; la l. 36, signé Alda et adressée à Margherita Malatesta Gonzaga, est en effet d’Alda fille de Margherita et Francesco (et donc, assez tardive).

34 ASMn, AG, b. 1180 (Ferrara, signori), 18 lettres au total : l. 88-90 (Ugo), 189-200 (Alberto), 217 (Rinaldo) ; 220, 224 (Francesco).

35 ASMn, AG, b. 1180 (Ferrara, signori), 20 lettres au total : l. 235-251 (Verde della Scala), 254-257 (Costanza). À ces lettres il faut ajouter aussi les lettres adressées à Alda d’autres villes : ASMn, AG, b. 839 (Rome, inviati e diversi), l. 60, 100, 387 (Alixia d’Este da Polenta à Alda, sa sœur, de Ravenne) ; l. 156, 402 (Damisella Gonzaga Alidosi, fille naturelle de Luigi I Gonzaga, Imola) ; ASMn, AG, b. 1066 (Pesaro e Urbino, signori), l. 25, 26 (Tora Gonzaga Montefeltro, da Urbino) ; ASMn, AG, b. 1140 (Bologna, inviati e diversi), l. 425 (Agostina Gonzaga Galluzzi, Bologne) ; ASMn, AG, b. 1313 (Correggio, signori), l. 37, 62, 72 (Tommasina Gonzaga da Correggio : Tommasina écrit à Alda même de Guastalla, ASMn, AG, b. 1397, lettre non numerotée, 25 avril 1375, et de Parme, ASMn, AG, b. 1367, l. 150). Même les hommes extérieurs aux dynasties seigneuriales écrivirent à Alda: ASMn, AG, b. 1227 (Ferrara, inviati e diversi), l. 359 (Niccolò Ariosti) ; ASMn, AG, b. 1288 (Modena e reggio, inviati e diversi), l. 156-157 (Giovanni Confalonieri, potestat de Modène) ; ASMn, AG, b. 1329 (Mirandola, signori), lettre non numérotée et sans année, mais du 12 juin (Spinetta Pico della Mirandola) ; ASMn, AG, b. 1430 (Venezia, inviati), l. 50 (Ziliolo Gonzaga) : ASMn, AG, b. 1591 (Padova, inviati e diversi), l. 165 (Florimonte Brognoli). Au total, 19 lettres.

36 ASMn, AG, b. 1180 (Ferrara, signori), 3 lettres au total : 228 (Beatrice), 231, 232 (Verde d’Este).

37 Alberto d’Este à Alda d’Este Gonzaga, Ferrare, 23 octobre [1366-1369?], ASMn, AG, b. 1180, l. 197.

38 Sur Milan et la domination des Visconti, voir encore pour les événements Francesco COGNASSO, « L’unificazione della Lombardia sotto Milano », in : Storia di Milano, V, La signoria dei Visconti (1310-1392), Milan : Fondazione Treccani degli Alfieri, 1955, p. 3-569 e Id.. « Il ducato visconteo da Gian Galeazzo a Filippo Maria Visconti », in : Storia di Milano, VI, Il Ducato visconteo e la repubblica ambrosiana (1392-1450), Milan : Fondazione Treccani degli Alfieri, 1955, p. 3-386 ; sur les rapports entre Mantoue et Milan au Trecento, I. LAZZARINI, « La difesa della città. La definizione dell’identità urbana in tempo di guerra e in tempo di pace (Mantova, XIV-XV secolo) », in : Donata DEGRASSI (dir.) La città sotto assedio, Reti Medievali, Rivista, 8 (2007), http://www.rivista.retimedievali.it/.

39 I. LAZZARINI, « Gonzaga, Gigliola », « Gonzaga, Feltrino », « Gonzaga, Filippino », « Gonzaga, Ugolino », in : DBI, 57, 2001, p. 773-775, 729-732, 749-751.

40 Gigliola SOLDI RONDININI, « della Scala, Beatrice », in : DBI 37 (1989), p. 388-389 et Gian Maria VARANINI, « Donne e potere in Verona scaligera e nelle signorie trecentesche », in : Paola LANARO, Alison SMITH (dir.), Donne a Verona. Una storia della città dal medioevo a oggi, Vérone : Cierre Edizioni, 2011, p. 46-68. Moggio Moggi, instituteur du fils Giovanni, écrivit un carme et une épitaphe pour la mort de Regina, en 1384 : Moggio MOGGI, Carmi ed epistole, Paolo GARBIN (éd.), Padoue : Antenore, 1996, p. 90-120 (encore merci à Carla Maria Monti pour le renvoi). À propos du contexte, voir G. M. VARANINI (dir.), op. cit.

41 ASMn, AG, b. 1605 (Milano, signori – 1366-1377) et b. 1606 (Milano, signori – 1378-1399). Plusieurs de ces lettres ont été publiées par Luigi Osio : Luigi OSIO (éd.), Documenti diplomatici tratti dagli archivi milanesi e coordinati per cura di Luigi Osio, I, Milan : Tipografia Bernardoni, 1864, ad indicem. Il faut aussi ajouter à cette correspondance les lettres d’autres hommes qui mentionnent avoir reçu des lettres de Regina : par exemple, Guido da Correggio écrivit en 1376 à Ludovico Gonzaga que « recepi litteram Illustris et Excelse domine domine Regine de la Scala » à propos d’un problème de limites avec la Mirandola (ASMn, AG, b. 1313, l. 165, Parma, 22 avril 1376) ; grâce à cette lettre, nous sommes informés d’un échange épistolaire dont nous n’avons pas autre trace.

42 E. CROUZET PAVAN, J.C. MAIRE VIGUEUR, op. cit. et bibliographie.

43 ASMn, AG, b. 1604-1606 (Milano, signori). À propos de Donnina, William Caferro, souligne que John Hawkwood, à partir de son mariage avec elle, traitait ses affaires « through his wife, Donnina, who was clearly a very literate woman », W. CAFERRO, op. cit., p. 11. Sur le mariage des deux, p. 191-208.

44 Le mariage, bien que bref, révèle l’existence d’un intérêt des Gonzaga – et en général des seigneurs septentrionaux, tels les della Scala (Mastino contrôla brièvement Lucca en 1335, après la mort de Castruccio Castracani en 1328) – envers l’inquiet monde seigneurial toscan, sur lequel voir en dernier lieu A. ZORZI (dir.), Le signorie cittadine.

45 ASMn, AG, b. 1066 (Pesaro e Urbino, signori), l. 3-32 ; ASMn, AG, b. 1140 (Bologna, inviati e diversi), l. 246-247.

46 Pour le contexte, voir Jean-Claude MAIRE VIGUEUR, « Comuni e signorie in Umbria, Marche e Lazio », in : Giuseppe GALASSO (dir.), Storia d’Italia, vol. VII**, Turin : UTET, 1987, p. 323-609 ; pour l’époque de Paolo et les difficultés des Montefeltro dans les années 1360-1379, ibidem p. 580-581. Sur les Montefeltro, Gino FRANCESCHINI, I Montefeltro, Milan : Dall’Oglio, 1970.

47 A. LUZIO, op. cit., p. 178, n. 1.

48 À propos du contexte général de la région, voir Augusto VASINA, « L’area emiliana e romagnola », in : Giuseppe GALASSO (dir.), Storia d’Italia, VII*, Comuni e signorie nell’Italia nordorientale e centrale: Veneto, Emilia-Romagna, Toscana, Turin : UTET, 1987, p. 361-562, en particulier p. 479-486 et 502-538 et Andrea GAMBERINI, « Il contado di fronte alla città » in : Roberto GRECI (dir.), Storia di Parma, III.1, Parma medievale: poteri e istituzioni, Parme : Monte Università, 2010, p. 169-211. Sur Azzo da Correggio, Giorgio MONTECCHI, « Correggio, da, Azzo » in : DBI 29 (1983), p. 425-430 et A. GAMBERINI, op. cit., p. 187-203. Sur le triple mariage de 1340, Chiara BUSSI, Daniela FERRARI (dir.), I Gonzaga. Cavalieri, vesti, vino: la magna curia del 1340, Cinisello Balsamo : Silvana, 2016.

49 Azzo lui-même était un personnage de grande envergure et aux relations vastes et illustres ; voir en dernier lieu Carla Maria MONTI, « Gli esordi del pensiero politico signorile di Petrarca: i testi per Azzo da Correggio e Luchino Visconti », Studi medievali e umanistici, 15 (2017), p. 43-80.

50 Trois lettres d’Antonia sont conservées dans ASMn, AG, b. 1301 (Reggio, signori) : sans numération et sans mention de l’année (mais entre 1335 et 1349), elles sont envoyées de Reggio et datées du 1er octobre, du 25 mars et du 5 novembre.

51 ASMn, AG, b. 1313 (Correggio, signori), l. 72 : Guardasone, 28 mai 1367. Sur la culture à Mantoue dans la deuxième moitié du Trecento, voir en dernier ressort A. CANOVA, Dispersioni, et Id. (dir.), Medio Evo e Umanesimo a Mantova. Letterati e libri tra due età, Atti e memorie della Accademia Nazionale Virgiliana, n.s. 84 (2016), p. 133-280.

52 ASMn, AG, b. 1313 (Correggio, signori), l. 33-36, 55-62, 71-73, 82-83, 91-92, 110-112, 118, 151-152. À ces lettres, il faut ajouter les deux écrites par Tommasina à Alda d’autres lieux : ASMn, AG, b. 1367 (Parma, inviati), l. 150 ; ASMn, AG, b. 1397 (Guastalla, inviati), lettre non numérotée, mais du 27 avril 1375 (à Alda).

53 ASMn, AG, b. 1313, l. 91, Guardasone, 25 août 1369.

54 Mais deux femmes de l’aristocratie rurale et urbaine écrivirent à Ludovico aussi de Crémone : il s’agit de Taddea, épouse de Gabriotto da Canossa, podestat à Crémone, et de Speronella, veuve du dominus Guglielmo Cavalcabò, ASMn, AG, b. 1619 (Milano, inviati e diversi), l. 163 (Crémone, 31 janvier s.a.) et 185 (Crémone, 25 avril [1380]).

55 ASMn, AG, b. 1288 (Modena, inviati e diversi), l. 40.

56 ASMn, AG, b. 1227 (Ferrara, inviati e diversi), l. 234-5. Il est intéressant de remarquer que les deux lettres de Stefania sont adressées à Ludovico et non à Alda.

57 ASMn, AG, b. 1227, l. 245, Ferrare, 19 août 1374.

58 ASMn, AG, b. 1227, l. 247, Ferrare, 24 août 1374.

59 À propos de l’éducation des jeunes Buzoni (ou mieux, de l’éducation des fils de Galeazzo), voir Andrea CANOVA, « Medio evo e umanesimo a Mantova. Una storia per manoscritti », in : A. CANOVA (dir.), op. cit., p. 263-278, en particulier aux p. 270-272.

60 ASMn, AG, bb. 2388 (Carteggio interno, Lettere senza provenienza ; ici, l’on trouve aussi une lettre de Donnina Visconti à Ludovico Gonzaga : l. 11, Bagnacavallo, 7 septembre [1379]) ; 2389 (CI, Lettere da Mantova) ; 2093 (CI, Lettere originali dei Gonzaga).

61 Heidi Wunder a développé l’idée du couple matrimonial comme unité complémentaire dans l’Allemagne du premier âge moderne : on peut emprunter cette idée et l’appliquer de façon plus systématique aux derniers siècles du moyen âge. Voir Heide WUNDER, He is the Sun, She is the Moon. Women in Early Modern Germany, Cambridge, Mass : Harvard University Press, 1998 (éd. originale : Munich : C.H. Beck’sche Verlag, 1992).

62 Eugenio DUPRÈ THESEIDER (éd.), Epistolario di Santa Caterina da Siena, Rome : Tipografia del Senato, 1940.

63 Chris WICKHAM, Medieval Europe. From the Breakup of the Western Roman Empire to the Reformation, New Haven et Londres : Yale University Press, 2016, p. 194.

© e-Spania Books, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search