Version classiqueVersion mobile

Correspondencias entre mujeres en la Europa medieval

 | 
Jean-Pierre Jardin
, 
Annabelle Marin
, 
Patricia Rochwert-Zuili
, 
et al.

Redes femeninas de influencia y de poder

Hildegarde de Bingen et ses correspondantes : la femme, le féminin et Dieu

Myriam White-Le Goff

Texte intégral

1L’une des meilleures spécialistes françaises d’Hildegarde de Bingen, Laurence Moulinier, écrit :

  • 1 Laurence MOULINIER, « Hildegarde de Bingen : chants et lettres », in : Voix de femmes au Moyen Âge, (...)

Hildegarde vécut entourée de femmes et de sœurs, et nombre de ses relations ou amitiés nous sont connues par les lettres écrites par ou à des femmes, qui forment près d’un cinquième de sa correspondance1.

2Sur 474 lettres,

  • 2 Sylvain GOUGUENHEIM, « La place de la femme dans la création et dans la société chez Hildegarde de (...)

444 ont un destinataire identifiable […] et 88 proviennent de femmes ou leur sont adressées, soit 19,8% de l’ensemble, ce qui est loin d’être négligeable. L’éventail social de la répartition est assez limité : 71 lettres concernent des abbesses (soit 80,6% du total), 12 sont adressées à des nobles, 2 à des souveraines (Berthe Comnène, impératrice de Byzance, et Aliénor d’Aquitaine), 2 à une prénommée Sibylle de Lausanne et 1 à une inconnue. Si toutes les lettres manifestent admiration, amour et vénération pour la sainte […], elles ne diffèrent guère en somme de leurs homologues masculines2.

3L’historien Sylvain Gouguenheim observe avec justesse :

  • 3 Ibid., p. 113.

cette correspondance nous fournit aussi d’amples renseignements. Ne faisant intervenir aucun homme, ni comme intermédiaire, ni dans un rôle superviseur, elle nous offre l’inestimable intérêt de dialogues entre femmes, que l’on suppose dépourvus de retenue3.

  • 4 ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, trad. Anne L. CLARK, préface Barbara NEWMAN, New-York-Mah (...)

4C’est cette correspondance féminine que nous explorerons ici, en étant particulièrement attentifs aux lettres échangées avec Elisabeth de Schönau (1129-1165), autre mystique importante du XIIe siècle. Elisabeth était l’une des visionnaires les plus lues de son époque. Son œuvre était étudiée en Allemagne, en France et en Angleterre. Ses textes latins étaient présents dans au moins 145 manuscrits, c’est-à-dire plus que les manuscrits qui conservent les œuvres d’Hildegarde, d’Hadewijch d’Anvers, de Mathilde de Magdebourg et de Julienne de Norwich rassemblés4. En outre, les œuvres d’Elisabeth étaient réunies dans des manuscrits où se trouvaient celles d’auteurs de référence masculins : Hugues de Saint Victor ou Bernard de Clairvaux, par exemple. Hildegarde est la figure inspiratrice majeure d’Elisabeth qui a ses visions après publication du Scivias. Les deux femmes partagent la même culture et le monachisme bénédictin. Nous analyserons les caractéristiques de leur correspondance et nous nous interrogerons sur leur hypothétique spécificité féminine, avant d’explorer leur part plus universelle, publique, voire politique.

Caractéristiques des lettres féminines

  • 5 L. MOULINIER, op. cit., Lettre LXIV.

5En raison de l’image courante du féminin et en tenant compte de la sphère d’activités auxquelles les femmes sont associées, on ne sera pas surpris de relever la place des affects et de l’expression des sentiments personnels dans la correspondance féminine qui nous semble aller au-delà des lieux communs de la stylistique épistolaire codifiée, même si elle ne l’exclut pas. Celle des religieuses que nous observons ne fait pas défaut à cette intuition, malgré la distance de ces femmes avec les passions du monde. D’Hildegarde, on connaît la profonde affection qu’elle a eue pour Richardis von Stade, une jeune aristocrate dont elle a assuré l’éducation. Au moment où Richardis est nommée abbesse de Bassum, Hildegarde s’oppose farouchement à ce qu’elle quitte son couvent et, quand Richardis s’en va malgré tout, Hildegarde exprime une grande détresse. Elle épanche sa douleur et partage l’impression d’avoir été trahie, mais elle semble masquer ou canaliser sa subjectivité en recourant à différentes citations bibliques : Psaumes 44 : 11, 117 : 95

6Néanmoins dans la lettre à la mère de Richardis au moment où Hildegarde apprend que Richardis et sa sœur doivent quitter sa communauté pour une autre, Hildegarde laisse plus librement s’exprimer sa peine :

  • 6 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, trad. Rebecca LENOIR, Grenoble : Éd. Jérôme Million, 2007, p. 214.

Je te supplie et je te conjure de ne pas troubler mon âme en faisant jaillir de mes yeux des larmes amères, en lacérant mon coeur de funestes blessures à propos de Richardis et d’Adélaïde, mes filles bien-aimées6.

7À Richardis elle-même, après son départ, Hildegarde écrit aussi :

  • 7 Ibid., p. 230-231.

Malheur à moi, mère, malheur à moi fille, pourquoi m’as-tu abandonnée comme une orpheline ? J’ai aimé la noblesse de ton caractère, ta sagesse, ta chasteté, ton âme, tout ton être, au point que bien des gens m’ont dit : Que fais-tu ? À présent que pleurent avec moi tous ceux qui souffrent une douleur pareille à ma douleur, qui ont éprouvé dans l’amour de Dieu une telle affection de cœur et d’esprit pour un être – comme celle que j’ai éprouvée pour toi – mais à qui soudainement cet être fut arraché, comme tu m’as été ravie7.

  • 8 « Il s’agit de la sœur de Conrad III, tante de Frédéric Barberousse, la duchesse Gertrude von Stabl (...)

8On pourrait penser que la relation avec Richardis est singulière, mais, si on parcourt la correspondance d’Hildegarde, on trouve un certain nombre de lettres qui disent l’attachement des correspondantes vis-à-vis de l’abbesse. Ainsi de Gertrude8 qui écrit une longue lettre sur la souffrance causée quand l’attachement se heurte à la privation et au manque :

  • 9 L. MOULINIER, op. cit., Lettre LXII, La moniale Gertrude à Hildegarde (après 1161) (Bamberg), p. 12 (...)

Bien plus, le vin du chagrin, dont ta divine absence m’a fait m’enivrer, m’a abattue à tel point qu’il a fait naître en moi non seulement le dégoût de parler mais aussi de vivre. En effet, je crois qu’il aurait été mieux pour moi de ne jamais t’avoir vue, de ne jamais t’avoir sentie à mon égard si bienveillante et montrant un tel cœur de mère que, séparée et éloignée de toi par de telles distances, je te pleure immédiatement comme si je t’avais perdue.
Mais je place mon espérance en mon Dieu – le mien, parce que je n’ai rien de plus cher que lui – pour que jamais il ne me fasse quitter la pauvre forme boueuse de mon corps, avant de m’avoir réjouie par ta douce vue et ta suave conversation. Et si mes péchés exigent qu’il n’en soit pas ainsi, au moins, comme j’ai confiance en sa pitié, ne décevra-t-il pas mon espérance en me concédant de te voir là où nous ne serons jamais séparés de sa vue.
Que dire d’autre ? Je te demande, mère très aimée, de daigner prier pour moi celui qui te tient constamment embrassée et sous l’ombre de qui tu reposes, tel le faon, loin du bouillonnement des tentations et des vices, pour qu’il montre, à moi qui erre encore et le cherche, hélas !, sans le trouver le moins du monde, qu’on peut le trouver, et qu’il me fasse m’asseoir un jour à l’ombre de celui que je désire. Adieu9.

9Cette lettre en dit long sur les liens affectifs puissants qui existent alors entre femmes et religieuses. L’expression de l’affectivité va d’ailleurs ici de pair avec une confidence ultime : la quête difficile et vaine de Dieu par Gertrude.

  • 10 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 116.

10Et Gertrude n’est pas un cas isolé puisqu’on retrouve ce registre affectif dans la lettre de l’abbesse Hazzecha à Hildegarde : « je continue tout aussi ardemment que par le passé à vouloir te rencontrer ; mon esprit est sans cesse avec le tien, bien que je ne puisse être physiquement à tes côtés »10 ;

  • 11 Ibid., p. 120.

Moi qui suis ta servante, j’espère donc lire une lettre de ta sainteté et être ranimée par tes douces et tendres paroles de consolation comme par le souffle léger du vent. Car, ma mère et supérieure, toute mon espérance et tout mon réconfort, mon refuge et ma tutelle dépendent, après Dieu, de ton cœur maternel. Aussi c’est à toi seule que j’ai recours ; c’est de toi, après le Christ que je sollicite conseils et appui11.

11Le registre affectif caractérise encore la lettre d’une abbesse anonyme à Hildegarde :

  • 12 L. MOULINIER, op. cit., Lettre 49, p. 122.

Most beloved of all women, I rejoice in your blessedness […] It seems clear that I must accept with equanimity the fact that you have failed to visit me through your letters for a long time, although I am greatly devoted to you […] who would gladden me by informing me of your well-being, and would bear back news of me to you. For if it is not granted to me so see your beloved face again in this life – and I cannot even mention this without tears – I will always rejoice because of you, since I have determined to love you as my own soul. Therefore, I will see you in the eye of prayer, until we arrive at that place where we will be allowed to look upon each other eternally, and to contemplate our beloved, face to face, in all His glory12.

  • 13 Voir Myriam WHITE-LE GOFF, « Hildegarde de Bingen : Lettres, médiation et féminité », in : Jean-Pie (...)
  • 14 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 57 n. 1.
  • 15 Ibid., p. 53.
  • 16 Ibid., p. 54.
  • 17 Voir ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, op. cit., p. 243, par exemple, « A voice thundering (...)
  • 18 Voir ibid., p. 245-246, par exemple.
  • 19 Voir ibid., p. 142, par exemple.
  • 20 Marie-Anne VANNIER, « Visions d’Hildegarde de Bingen », Le Livre des Œuvres divines, Paris : Albin (...)

12La correspondance d’Elisabeth de Schönau comporte de même un grand nombre de termes exprimant l’affectivité. Mais, au-delà des affects qui mettent en avant la parole subjective, ce qui caractérise également la correspondance féminine est également le fait que la voix est voilée ou encore que l’auteur de la lettre n’affirme pas s’exprimer en son nom propre mais porter la parole d’un tiers. De nombreuses femmes, y compris laïques, affirment l’infirmité et l’humilité de leur condition, mais ce topos que nous avons déjà étudié précédemment, concernant la correspondance d’Hildegarde de Bingen, nous semble particulièrement significative ici13. Elisabeth de Schönau pose également de manière cruciale la question de l’autorité, au double sens d’interrogation de l’identité de l’auteur des lettres et de la légitimité de sa prise de parole. Elisabeth semble mal assumer l’autorité visionnaire qui lui est dévolue par son ange ou par Dieu, tous deux désignés par le terme dominus, dans ses lettres14. Dans une lettre à Hildegarde, Elisabeth de Schönau affirme : « cherchant à me préserver de l’orgueil et refusant d’être l’auteur d’étrangetés, je me suis efforcée par tous les moyens de cacher toutes ces révélations »15. Elisabeth se place sous l’autorité de l’ange par lequel elle affirme être missionnée et qui la bat de son fouet pour qu’elle partage les révélations qui lui sont faites16. Elisabeth utilise plusieurs expressions pour dire sa soumission à l’autorité divine : celle d’une voix tonnant dans son cœur ou le fait d’être une petite étincelle issue de Dieu, voire un méprisable ver17. L’expression d’Elisabeth passe par plusieurs stades pour être légitimée et elle précise bien qu’elle n’émane pas d’une volonté humaine. Dieu lui-même place les mots dans sa bouche et son frère, notamment, lui intime l’ordre de rendre publique ses révélations18. Elisabeth considère d’ailleurs que l’autorité d’Hildegarde a la même source : elle estime que le doigt de Dieu écrit en elle19. Effectivement, comme l’observe Marie-Anne Vannier, « Hildegarde ne se raconte pas, elle ne parle pas d’elle-même, elle répond à la voix qui lui dit : ‘Écris ce que je te dis’ »20.

  • 21 Peter DRONKE, Women writers of the middle Ages, Cambridge: Cambridge University Press, 1984, p. 183 (...)

13Cet effacement affecté de l’ego n’exclut pas, particulièrement chez Elisabeth les récits anecdotiques de la vie personnelle de la religieuse, très factuels. Elisabeth prend le temps de raconter les mésaventures qu’elle vit, elle évoque beaucoup sa personne, ses affects, ses sensations physiques, alors qu’Hildegarde se maintient davantage au plan spirituel et visionnaire. Un certain nombre des lettres d’Hildegarde prennent le tour de courts traités ou d’homélies, comme l’observe Peter Dronke21. De fait, un grand nombre de lettres se terminent par « Amen » et les abondantes citations bibliques qui étayent la réflexion donnent un écho universel à la correspondance singulière. L’autorité d’Hildegarde dans le milieu monacal lui permet de proposer de véritables petits traités moraux dans certaines lettres, comme le miroir des vierges que comporte sa lettre à la congrégation des moniales d’Andernach (1148-1150) :

  • 22 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., Lettre LIIr, p. 119. Voir également L. MOULINIER, art. cit (...)

Écoute cela : La terre exsude la verdeur des plantes jusqu’à ce que la saison hivernale ait raison d’elle. Et l’hiver enlève sa beauté à la fleur, et celle-ci cache la verdeur de sa floraison, de sorte que ne pouvant se révéler pour ainsi dire jamais, elle se dessèche, puisque l’hiver l’a emportée. Ainsi la femme ne doit pas se mettre en valeur et s’arranger en apprêtant ses cheveux, ni chercher à se rehausser en portant des diadèmes ou des bijoux en or, à moins que ce ne soit la volonté de son homme, et elle doit alors s’y plier pour lui plaire dans une juste mesure.
Cela n’est toutefois pas valable pour les vierges : elles se tiennent dans la simplicité et l’intégrité de la beauté du paradis, qui jamais n’apparaîtra comme aride, mais demeure toujours dans la plénitude de la verdeur de la fleur de la branche. La vierge ne couvre pas ses cheveux, symbole de sa verdeur, en vertu d’un commandement, mais elle se couvre de son propre chef, en vertu de sa suprême humilité, de même que tout un chacun cachera la beauté de son âme, de peur que l’oiseau de proie ne s’en empare par orgueil22.

  • 23 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 129.

14Par l’effacement relatif du moi, la correspondance atteint une forme d’universalité : parole divine qui s’exprime par la voix d’une religieuse singulière. Mais l’articulation du subjectif, du singulier et de l’universel se fait aussi dans un mouvement contraire, notamment par l’utilisation des images qui caractérise également les lettres que nous analysons. Elisabeth et Hildegarde utilisent des images et s’expriment parfois par des petites paraboles. Ce qui est singulier, dans leur cas, est qu’elles articulent des images bibliques et leurs propres images intérieures, leurs expériences de visionnaires, comme le dit Hildegarde à sa correspondante Hazzecha : « Si j’écris et si je parle, bien que je sois ignorante, c’est parce que le Saint-Esprit m’instruit dans une vision intérieure »23. Ces visions, elles aussi, sont nourries des images bibliques qui imprègnent leurs imaginaires. Hildegarde et Elisabeth impliquent leurs destinataires dans ces images qui donnent une résonnance plus large à leurs propos contingents. Ainsi, pour la moniale Gertrude à laquelle Hildegarde écrit :

  • 24 Ibid., Lettre LXIIr (après 1161), p. 122.

Songe en effet que ton consolateur t’a placée ‘comme un lis entre les ronces’ (Cant. 2, 2) quand, alors que tu possédais le faste et les richesses de ce siècle, que le Fils de Dieu a appelées ronces, tu as fait le choix de la vie spirituelle. Tu avais alors, dans les passions de ta conversion, la pourpre éclatante d’une rose de Jéricho24.

15Elisabeth procède de même, y compris avec Hildegarde à laquelle elle adresse ces mots : « In this way, you enter the path of contemplation of the Lord like a dove in the clefts of the rock, in the hollow in the wall (Sg 2 :14) »,

  • 25 ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, op. cit., p. 142.

because the Lord has placed you as worker in His vineyard (Mt 20 : 1). Indeed, the Lord sought workers in His vineyard, and He found them all idle because no one leads them. The vineyard of the Lord does not have a cultivator ; the vineyard of the Lord perishes ; the head of the church languishes and its members are dead25.

  • 26 Barbara NEWMAN, Sister of Wisdom, St. Hildegard’s Theology of the Feminine, Adelshot: Scolar Press, (...)

16À cet usage des images, lié à l’adresse épistolaire, il faut ajouter un point qui concerne nos travaux, bien que je l’aie déjà abordé lors d’un article précédent : l’usage de l’image de la femme et du féminin, en particulier. Comme l’observe bien Barbara Newman, Hildegarde se désigne elle-même comme « une pauvre petite femme » ou « femelle », comme une « pauvre figure féminine et [un] vase fragile »26. Hildegarde utilise encore l’image du féminin pour critiquer son époque, « âge efféminé ». Elle évoque Ève, la Vierge Marie ou des images de femmes pour théoriser sur l’église et la synagogue. La femme ou le féminin deviennent des moyens de comprendre et d’analyser le monde. Par là, on voit se dessiner l’une des singularités du style et de la pensée d’Hildegarde, par delà les convergences avec les lettres de sa contemporaine Elisabeth. De fait, en dépit de leurs convergences, les deux femmes ont des styles assez singuliers qui se dissocient sur certains points. Une des lettres qu’Elisabeth adresse à Hildegarde l’illustre bien :

  • 27 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., Lettre d’Elisabeth de Schönau, lettre 201, p. 51-59, p. 53 (...)
  • 28 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., Lettre d’Elisabeth de Schönau, p. 55-56.

Mais laissez-moi vous révéler la cause de cette rumeur afin que vous puissiez juger par vous-même en cette affaire si j’ai montré quelque présomption dans mes actes ou mes propos. Comme vous l’avez appris par d’autres, le Seigneur a répandu sur moi sa miséricorde au-delà de mes mérites et de tous mes espoirs, et à tel point qu’il a daigné bien souvent me révéler certains mystères célestes. Par l’intermédiaire d’un de ses anges, il m’a bien souvent signifié ce qu’il allait arriver à son peuple en ces jours, à moins qu’ils ne fassent pénitence pour leurs péchés, et il m’a ordonné de le révéler publiquement. Cherchant à me préserver de l’orgueil et refusant d’être l’auteur d’étrangetés, je me suis efforcée par tous les moyens de cacher toutes ces révélations. Un dimanche, alors qu’à mon habitude, j’étais ravie en extase, l’ange du Seigneur se dressa devant moi en disant : Pourquoi cacher de l’or dans la boue ? (…) Ayant ainsi parlé il leva sur moi son fouet et comme s’il était très en colère, avec une grande sévérité, il m’en infligea cinq coups, dont mon corps tout entier a souffert pendant trois jours27.
Il me répondit par ces mots : Je sais de façon certaine que je suis un véritable ange de Dieu, que les visions que tu as vues sont vraies, que les paroles que tu as entendues de ma bouche sont vraies, et qu’elles se réaliseront vraiment à moins que les hommes ne se réconcilient avec Dieu28.

  • 29 Ibid., p. 59.
  • 30 Ibid., p. 56.
  • 31 Ibid., p. 57.
  • 32 Ibid., p. 59.

17De façon générale, les lettres d’Elisabeth laissent plus de place à une vie incarnée et factuelle. Elisabeth entre dans les détails des événements, de ses pensées ou de ses sensations, tandis qu’Hildegarde semble plus distanciée, plus visionnaire, plus généralisante et homilétique. En outre, au moins dans ses échanges avec Hildegarde, Elisabeth semble chercher l’auto-justification et la consolation, comme elle l’énonce clairement : « je vous ai tout expliqué dans l’ordre, afin que vous sachiez que je suis innocente tout comme notre abbé et que vous puissiez le dire aux autres » et « m’envoyer quelques mots de consolation en retour »29. Elisabeth ne cesse de se désengager dans ses révélations et de dégager sa responsabilité, comme en attestent ses remarques dans la même lettre que nous venons d’observer : « J’ai agi contrainte par mon vœu d’obéissance, je n’ai pas osé transgresser l’ordre de mon supérieur »30, « Je perdis l’usage de tous mes membres et fus prise de langueur, ravie en extase. Et voici, l’ange du Seigneur m’apparut dans ma vision »31, « après que mon corps a beaucoup soufferte en extase, l’ange du seigneur m’apparut et je lui dis », « Je fus ravie en extase au prix de lourdes souffrances »32.

  • 33 B. NEWMAN, art. cit., p. 255.

18Barbara Newman souligne d’autres originalités d’Hildegarde notamment par rapport à Elisabeth et de sa pensée du féminin. Hildegarde ne se place pas elle-même dans la continuité de figures bibliques comme Deborah, Hannah ou Elisabeth, la cousine de Marie, mais préfère s’associer à des Vertus allégoriques : Ecclesia, Caritas, Scientia Dei… Elle ne cherche pas à gommer l’altérité homme/femme pour se présenter comme représentante de l’humanité. Au contraire, elle assume la faiblesse féminine mais aussi ses forces, tout comme pour le masculin. De fait, elle insiste sur la complémentarité sexuelle entre l’homme et la femme ainsi que sur l’association entre Dieu et l’Église33.

Fonction « féminine » de la correspondance

  • 34 ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, op. cit., p. 32. Voir également à ce sujet, S. GOUGENHEIM (...)
  • 35 Hildegarde, Lettres, op. cit., p. 106.
  • 36 Ibid., p. 108.

19L’un des enjeux de la correspondance féminine semble se trouver dans la consolation. Cet aspect n’est pas seulement lié à une image maternelle du féminin. Il est également reconnu par l’entourage religieux comme un signe d’élection divine. Ainsi, le frère d’Elisabeth, Ekbert, la compare aux femmes prophètes de la Bible, le biographe d’Hildegarde, Theodoric d’Echternach, fait de même pour Hildegarde, en citant les Commentaires d’Origène à propos de Deborah. Il présente précisément Deborah comme une figure de la consolation, en particulier pour les autres femmes, qu’elle incite à se rendre dignes du don prophétique, en se rappelant que ce qui importe est la pureté de l’âme bien plus que l’appartenance à tel ou tel sexe34. Elisabeth exprime d’ailleurs son accord avec son frère qui considère que l’une de ses missions est de conseiller mais aussi de consoler ses interlocuteurs. Les correspondants d’Hildegarde expriment la même attente, telle l’abbesse d’Erfurt, par exemple, qui la « supplie de [la] consoler de [s]es misère »35. D’ailleurs, Hildegarde cède à cette demande et lui répond : « maintenant cesse d’être inquiète, et sois en paix avec toi-même »36.

  • 37 Ibid., p. 95.
  • 38 M.-A. VANNIER, op. cit., p. 26. Voir également Sylvain Gouguenheim, art. cit., p. 111.
  • 39 B. NEWMAN, op. cit., p. 36.

20De fait, Hildegarde et Elisabeth tiennent souvent le rôle de directrices de conscience, ce qui implique tout autant de la consolation, des encouragements que des admonestations. Elles encouragent les sœurs qui doutent de leur vocation ou du sens de leur tâche. Ainsi, l’abbesse Sophie s’interroge pour savoir si elle doit persévérer dans ses responsabilités, par exemple, et s’en remet à la capacité d’Hildegarde de discerner quel cours doit prendre la vie d’une personne : « Est-il salutaire pour moi de me débarrasser du fardeau que je porte ou dois-je le porter plus longtemps37 ? » Elisabeth écrit à la communauté des sœurs d’Andernach une lettre d’exhortation à poursuivre leur action à la gloire de Dieu et leur explique la façon dont elles doivent vivre. Parallèlement, Marie-Anne Vannier incite à rapprocher la correspondance d’Hildegarde du « livre des mérites de la vie ou [de] l’appel à la responsabilité personnelle »38. D’ailleurs, dans leur correspondance réciproque, les deux mystiques manifestent également cet aspect de leur mission, puisqu’Hildegarde encourage Elisabeth en des termes très proches que ceux que Bernard de Clairvaux avait employés pour l’encourager, elle39.

21Toutefois, il ne s’agit pas seulement d’encouragement puisqu’Hildegarde met aussi Elisabeth en garde contre un trop grand ascétisme et une attitude trop dure par rapport à son propre corps. De manière générale, les deux femmes prônent la modération :

  • 40 S. GOUGUENHEIM, art. cit., p. 108.

je constate souvent que lorsque l’homme inflige à son corps des abstinences excessives, il suscite en lui un dégoût qui multiplie les vices davantage que s’il l’avait nourri selon la juste mesure40.

22Laurence Moulinier analyse ce message en ces termes :

  • 41 Laurence Moulinier, op. cit., introduction, p. 86-87.

Si tant de femmes, et pas seulement des abbesses, s’adressèrent et se confièrent à Hildegarde, c’est qu’elles pouvaient se reconnaître en elle, au-delà du désir de recevoir une lettre de la visionnaire la plus en vue de la chrétienté. Hildegarde les rappelle souvent à leur devoir tout en prônant la modération, le sens de la mesure, la discretio qu’elles sont nombreuses à oublier, et fait figure de directeur de conscience universel, sévère mais juste. Aussi, de même qu’elle prône une modération morale à ses correspondantes, elle vante une juste mesure dans le domaine des traitements à appliquer au corps et récuse tous les excès de l’ascétisme, qui n’est parfois qu’un des visages de l’orgueil, comme elle le rappelle au clergé de Cologne. Elle attire tout particulièrement sur cette question l’attention des femmes, Elisabeth de Schönau ou d’autres correspondantes moins connues : prétendre à la chasteté pour se targuer de sainteté, là est la suprême vanité, écrit-elle à Jutta, converse de Wechterswinkel ; de plus, l’abstinence immodérée, incongrua, qui ‘manque de la viridité des vertus’, est ‘desséchante’ et engendre, par conséquent, ‘non la paix mais l’irascibilité’41.

  • 42 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., à une abbesse (1173), Lettre XLIXr, p. 117.
  • 43 Ibid., p. 118.
  • 44 ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, op. cit., p. 242.
  • 45 Idem.
  • 46 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 118.

23Ainsi, les conseils deviennent dans certains cas franches admonestations. On trouve un lexique ferme dans les lettres d’Hildegarde, par exemple. Dans une lettre à une abbesse, par exemple, elle dit « et maintenant écoute-moi, qui t’avertis »42 ; dans une lettre à l’abbesse Sophie, elle implore « Que Dieu t’aide à rester éveillée dans la pure connaissance »43. On trouve le même vocabulaire dans les lettres d’Elisabeth, comme celle adressée à la communauté féminine de Bonn44. Et Elisabeth va jusqu’à faire de nets reproches à cette même communauté, intimant aux moniales de se détourner de leur folie pour retrouver la voie de la sagesse et de l’intelligence45, de même, elle envoie une mise en garde aux Saintes Vierges de Cologne, dont sa voix intérieure aurait dénoncé le mauvais comportement ou aux sœurs de Dirstein. Toutefois, l’ensemble des rôles endossés par les deux mystiques repose sur leur statut de médiatrices entre les hommes et Dieu, reconnu par leurs correspondants, comme Sophie qui prie Hildegarde de « bien vouloir consulter Dieu à [s]on sujet »46. Dans cette mesure, leurs lettres expriment la même fonction d’intercession qui a pu être dévolue à la Vierge Marie et qui s’appuie sur un double postulat de puissance et de faiblesse. Ces femmes ont un très grand pouvoir mais simplement parce qu’il émane de Dieu.

Fonction publique ou politique de la correspondance féminine

24Si les lettres échangées entre femmes abordent certaines questions presque triviales ou intimes, telle celle d’Hildegarde à Sibylle, une femme mariée de Lausanne, dans laquelle elle lui donne des conseils pour guérir un flux de sang, il n’en demeure pas moins que la correspondance d’Hildegarde et d’Elisabeth s’élève au-dessus de la contingence pour réhabiliter les femmes et le féminin, de façon plus profonde et significative. Selon Sylvain Gouguenheim,

  • 47 S. GOUGHENHEIM, art. cit., p. 100.

nous avons la chance grâce à sa correspondance d’entendre des femmes s’exprimer et, souvent, se plaindre de leur condition. Hildegarde leur répond et, à travers ses lettres, on peut voir se dessiner une vision assez précise de la femme et du rôle qu’elle tient ou doit tenir. Notons cependant que ses correspondantes sont pour la plupart des abbesses, ce qui limite la portée sociale des informations que nous pouvons en tirer47.

  • 48 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 135.

25Comme l’énonce Hildegarde, la femme « participe à la beauté suprême. Ô femmes, quel être étonnant tu es, toi qui as établi tes fondations dans le soleil puis, de là, as dominé la terre !48 » D’ailleurs, Hildegarde milite aussi pour les femmes dans son drame liturgique, le Jeu des Vertus, Ordo virtutum, où les 18 Vertus sont représentées comme des personnages féminins, alors que le Diable est le seul personnage masculin.

26Hildegarde met en avant deux figures féminines, en particulier, celles d’Ève et de Marie. Si ces figures apparaissent parfois comme des allégories de l’Église ou de la synagogue, elles sont aussi considérées pour elles-mêmes. Il est d’ailleurs singulier de voir Ève réhabilitée, revalorisée, sous la plume d’Hildegarde qui la rapproche du Christ et qui la propose donc comme modèle aux moniales : « Ève a été créée, non à partir de semence, mais à partir de la chair de l’homme, car Dieu l’a créée avec la même énergie que celle par laquelle il mit son Fils dans la Vierge » (Livre des œuvres divines, VII, 13). « La femme doit demeurer telle que fut Eve avant que Dieu ne la présente à Adam ; celle-ci tournait alors ses regards non vers Adam, mais vers Dieu » (Lettre 141). En ce qui concerne la Vierge Marie, c’est l’incarnation de la femme « fontaine de sagesse et de joie pleine et entière » (Lettre 13), selon l’idée qui se répand aux XII-XIIIe siècles et dont témoigne également Elisabeth. Marie est la rédemptrice et la réconciliatrice de toutes les femmes :

  • 49 HILDEGARDE DE BINGEN, Chant 7, cité par L. MOULINIER, op. cit., p. 27.

La femme a fait apparaître la mort, la Vierge lumineuse l’a anéantie et c’est pourquoi la bénédiction suprême réside dans la femme, surpassant toute créature, car Dieu s’est fait homme en la Vierge douce et bienheureuse49.

  • 50 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 131.

27Mais les lettres sont aussi le lieu de déchirements et de tensions. On y devine des rapports de force et des conflits. L’un des plus remarquable est celui qui oppose la Supérieure Tengswich à Hildegarde, précisément autour du statut de la femme et du féminin. Tengswich apparaît comme une jalouse qui met en cause les choix d’Hildegarde sous couvert de la féliciter pour « l’excellence de [sa] conception particulière de la vie religieuse »50. Les reproches portent à la fois sur les mœurs de la communauté dirigée par Hildegarde et sur l’origine sociale des jeunes moniales recrutéees :

  • 51 Ibid., p. 132-133.

Nous avons aussi entendu parler d’une habitude étrange qui vous est propre : les jours de fête vos vierges chantent les psaumes, debout dans l’église, les cheveux défaits, portant en plus de leurs robes de longs voiles de soie blanche qui descendent jusqu’à terre. Des couronnes en filigrane d’or, décorées de croix à l’avant et à l’arrière, sont posées sur leur chevelure ; la croix qu’elles portent sur le front est joliment gravée d’un agneau ; et de plus, leurs doigts sont ornés d’anneaux d’or, à l’encontre des recommandations expresses du premier berger de l’Église dans ses épîtres, prescrivant aux femmes de se comporter de manière décente, sans se parer ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habits somptueux. En outre, ce qui nous paraît tout aussi étonnant, vous faites entrer dans votre communauté uniquement des femmes issues de familles nobles et respectées et par contre vous en excluez toutes celles qui sont de basse extraction et de moindre fortune. Aussi, fortement troublées, nous éprouvons de graves doutes et incertitudes en songeant et resongeant au fait que notre Seigneur lui-même a accepté de pauvres pécheurs et d’humbles hommes au sein de la première église […]. Ô vénérable épouse du Christ, une conduite aussi nouvelle que la vôtre excède de fort loin notre faible entendement et cause notre profond étonnement. […] il nous a semblé légitime d’envoyer à votre sainteté cette modeste lettre, en demandant humblement et avec un grand respect à votre Honneur de daigner nous répondre sans tarder en nous précisant quelle est l’autorité dont vous vous réclamez pour justifier une telle conduite religieuse51.

  • 52 S. GOUGUENHEIM, art. cit., p. 114. Voir HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 134-138.

28Hildegarde répond doublement qu’il ne faut pas confondre les devoirs des Vierges et ceux des femmes mariées et pour la question sociale, « justifie son choix par le souci d’éviter les jalousies sociales et donc les discordes. L’homogénéité sociale garantirait donc l’harmonie spirituelle »52.

  • 53 S. GOUGUENHEIM, id.

Ce que Tengswich semble considérer comme une innovation injustifiée paraît bien être une règle établie à la charnière des Xe et XIe siècles. Certes, le chapitre 2 de la règle de saint Benoît va dans son sens. Il n’empêche que, dès la fin du XIIe siècle, le monastère d’Andernach sera réorganisé par des chanoines réguliers, instituant un recrutement uniquement aristocratique. Tengswich était ainsi désavouée53.

  • 54 Voir à ce sujet, Peter DINZELBACHER, Mittelalterliche Frauenmystik, « Das politische Wirken der Mys (...)

29Plus largement, il ne faut pas oublier qu’Hildegarde avait de puissants correspondants, hommes ou femmes, laïcs ou religieux, et que, par là, sa correspondance pouvait revêtir des implications socio-politiques dont nous ne maîtrisons peut-être pas l’ensemble. Ainsi, elle a échangé avec Aliénor, femme d’Henri II et reine d’Angleterre, avec Berthe, reine de Grèce, mais aussi avec le pape54 ou Frédéric Barberousse, par delà les éventuels conflits qui pouvaient opposer ces différentes personnalités d’ailleurs.

30En outre, Hildegarde et Elisabeth prennent clairement position à propos de certaines questions de leur temps et notamment à propos du mouvement cathare. Laurence Moulinier évoque l’attaque d’Hildegarde contre la prétendue pureté des Cathares, présents en Rhénanie depuis 1143 environ et particulièrement dans les années 1160.

  • 55 The Letters of Hildegard of Bingen, op. cit., introduction, p. 13.

Hildegarde was, of course, no schismatic, and it could be argued indeed that much of her work (not just the sermons so designated) was directed against the heretical notions of her age, for, in her view, a mighty female warrior (bellatrix) has arisen, whom God had called forth to bring virility back into the Church, and if Hildegard was not exactly that warrior herself, she was certainly her standard-bearer. […] As a dualist heresy, Catharism was especially repugnant to Hildegard. Holding that the universe is divided between two all-powerfull, warring principles, the Cathars believed that the material world – the domain, even the creation, of the Evil One – is itself evil, and must be rejected absolutely. One could scarcely conceive of a doctrine more distasteful to the seer who taught the essential goodness, the sanctity of all creation55.

31Elisabeth de Schönau entretient également Hildegarde sur le sujet :

  • 56 ELISABETH DE SCHÖNAU, The Complete Works, op. cit., p. 142-143.

My lady Hildegard, rightly are you called Hildegard because the stimulus of God works well in you with marvelous fortitude for the edification of His church. Be strong in the Holy Spirit, Blessed are you, for the Lord has chosen you and has appointed you like one of those about whom He said, ‘I have appointed you so that you may go and bring forth fruit and your fruit will endure’ (Jn 15 :16) […] Alas, what should be done about this, since the Lord finds few in His church who contemplate this with a blazing mind, but instead finds only those who wish to rule themselves and follow their own will. The Lord has tested them and found them sleeping. On account of this a thief has come and broken in and destroyed the foundation stone, and thrown it in a cistern that had no water and was not irrigated. The foundation stone is the head of the church that was thrown away. The church of God is arid, having not moisture and it is cold in love for God. But I also recall to myself that once there appeared to me poisonous serpents about to come into the church of God, secretly hoping to destroy God’s church. I understand this to refer to those Cathars who are now secretly beguiling the church of God56.

32Elisabeth a un propos bien plus violent qu’Hildegarde qui conserve toujours une forme de modération :

  • 57 Ibid., p. 144-145.

What is this that I have said about the guts of the ancient serpent ? There are some people who are now swallowed up in his gut and later will be east forth. They are murderers, adulterers, plunderers – the unjust who have hurled their souls into death. They are also the wretched Cathars, who are more abominable than all creatures and utter their blazing words in sulfury tongues. The earth is contaminated by their abominable faith. Just as once the peoples crucified Me, so daily I am crucified among them because they cultivate such practices. Oh, what devilish insanity ! They know that I am the Creator of heaven and earth and all things in them, and I see into the depths. They tear at My wounds, dismissing the body and blood of My sacraments, offered for the salvation of all believers. And if they provoke Me to wrath, I the Lord in My anger will wipe out the earth and its offspring all the way to hell. Cease, sinners against justice ! Cease the insanity ! If you do not, I will order you to be tortured beyond belief by hellish worms without end, in sulfur and fire inextinguishable. And there is no faculty that can comprehend this hellish punishment except that great leviathan who has streched out and is seducing the whole world57.

33Ce passage souligne combien l’investissement d’Hildegarde et Elisabeth dans les débats contemporains est loin de la douceur et de l’attention à l’intime que nous avons pu observer par ailleurs. Leurs correspondances révèlent donc l’amplitude du champ d’interaction de ces religieuses hors du commun.

34En somme, même si les échanges entre Hildegarde et ses correspondantes féminines permettent de définir certaines caractéristiques d’une stylistique féminine où s’expriment les affects et où s’efface la voix trop personnelle, ce sont aussi des traits bien moins genrés qui se dessinent quand les mystiques utilisent les images ou mettent en avant le registre moral jusqu’à sortir d’un niveau seulement interpersonnel pour toucher à l’universel et aborder de plein fouet les sujets religieux et politiques les plus brûlants. Le retentissement de ces lettres participe du déploiement d’un plus vaste imaginaire du féminin, comme en attestent aussi les visions d’Hildegarde, par exemple, y compris dans des images où la femme porte dans sa chair le devenir de l’Église et de l’humanité. Ainsi, dans le Scivias, on trouve l’image de la synagogue représentée telle une mère portant Moïse et les prophètes dans son sein et sa matrice, prête à enfanter d’une nouvelle alliance (Scivias I, 5, Eibingen ms.). Ailleurs, c’est l’Église qui tient dans ses bras, l’allégorie de la Virginité accompagnée de moines et de vierges (Scivias II, 5, Eibingen ms.). C’est encore le sein de l’Église en tant que femme qu’on trouve valorisé dans certaines images du Scivias (II, 3) que comporte le manuscrit d’Eibingen. L’Église-femme est géante et donne à voir ce que peuvent recouvrir les échanges de femmes.

Notes

1 Laurence MOULINIER, « Hildegarde de Bingen : chants et lettres », in : Voix de femmes au Moyen Âge, savoir, mystique, poésie, amour, sorcellerie XIIe-XVe siècles, dir. D. REGNIER-BOHLER, Paris : Robert Laffont, 2006, p. 77-124, introduction.

2 Sylvain GOUGUENHEIM, « La place de la femme dans la création et dans la société chez Hildegarde de Bingen », Revue Mabillon, revue internationale d’histoire et de littérature religieuses, Abbaye Saint-Martin, A. Picard et fils, Brepols, 1991, 63 (2), p. 99-118, p. 110-111. Concernant la proximité voire l’identité avec les lettres masculines, il nous faut d’emblée admettre qu’une grande partie de nos remarques ne concernent pas exclusivement les lettres entre femmes.

3 Ibid., p. 113.

4 ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, trad. Anne L. CLARK, préface Barbara NEWMAN, New-York-Mahwah, NJ, Paulist Press, 2000, préface p. xi.

5 L. MOULINIER, op. cit., Lettre LXIV.

6 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, trad. Rebecca LENOIR, Grenoble : Éd. Jérôme Million, 2007, p. 214.

7 Ibid., p. 230-231.

8 « Il s’agit de la sœur de Conrad III, tante de Frédéric Barberousse, la duchesse Gertrude von Stableck qui, après la mort de son mari (20 septembre 1156), a choisi la voie monastique, mais qui s’est trouvée ensuite en proie à un conflit intérieur extrêmement intense », S. GOUGUENHEIM, art. cit., p. 113

9 L. MOULINIER, op. cit., Lettre LXII, La moniale Gertrude à Hildegarde (après 1161) (Bamberg), p. 121. Voir aussi pour cette lettre The Letters of Hildegard of Bingen, I, trad. Joseph L. BAIRD et Radd K. EHRMAN, New York–Oxford : Oxford University Press, 1994, p. 141.

10 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 116.

11 Ibid., p. 120.

12 L. MOULINIER, op. cit., Lettre 49, p. 122.

13 Voir Myriam WHITE-LE GOFF, « Hildegarde de Bingen : Lettres, médiation et féminité », in : Jean-Pierre JARDIN, José Manuel NIETO SORIA, Patricia ROCHWERT-ZUILI et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.) Cartas de Mujeres en la Europa medieval, Espana, Francia, Italia, Portugal (siglos XI-XV), Madrid : La Ergástula, 2018, p. 175-186.

14 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 57 n. 1.

15 Ibid., p. 53.

16 Ibid., p. 54.

17 Voir ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, op. cit., p. 243, par exemple, « A voice thundering in the heart of Elisabeth, handmaid of the Lord, has said : ‘I am a small spark sent from the seat of great majesty. I speak to you sisters of the monastery in Bonn’ » ou « A small spark sent from the seat of great majesty and a voice thundering in the heart of a small worm-person shouts to the sisters of the Holy Virgins in Cologne, saying… », ou p. 244, « Greetings from Elisabeth to the most beloved abbess of Dietkirchen. I, a lowly worm-person, broken down and exhausted by the many miseries of this world, send every debt of prayer so that God may impart to you the reward that I obtain in my own soul only with His grace ».

18 Voir ibid., p. 245-246, par exemple.

19 Voir ibid., p. 142, par exemple.

20 Marie-Anne VANNIER, « Visions d’Hildegarde de Bingen », Le Livre des Œuvres divines, Paris : Albin Michel, « Spiritualités vivantes », 2015, p. 15.

21 Peter DRONKE, Women writers of the middle Ages, Cambridge: Cambridge University Press, 1984, p. 183 : « The Berlin manuscript La. Qu. 674 contains a series of fifty-six letters by Hildegard, of which the great majority, uniquely preserved here, have remained unknown. With one exception, the letters’ opening salutations are omitted in this collection : the copyist was not concerned with their personal or historical aspects, but wished to make of each letter a small treatise or homily. Thus he or she furnished nearly every piece in the collection with a title intended to stress what was exemplary, to give the contents an evident spiritual application ».

22 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., Lettre LIIr, p. 119. Voir également L. MOULINIER, art. cit., p. 86.

23 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 129.

24 Ibid., Lettre LXIIr (après 1161), p. 122.

25 ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, op. cit., p. 142.

26 Barbara NEWMAN, Sister of Wisdom, St. Hildegard’s Theology of the Feminine, Adelshot: Scolar Press, 1987.

27 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., Lettre d’Elisabeth de Schönau, lettre 201, p. 51-59, p. 53 et 54 ; et ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, op., cit., p. 138-142.

28 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., Lettre d’Elisabeth de Schönau, p. 55-56.

29 Ibid., p. 59.

30 Ibid., p. 56.

31 Ibid., p. 57.

32 Ibid., p. 59.

33 B. NEWMAN, art. cit., p. 255.

34 ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, op. cit., p. 32. Voir également à ce sujet, S. GOUGENHEIM, art. cit., « Elle sait aussi prodiguer des consolations à ces femmes souvent inquiètes, en proie à de réels conflits intérieurs », p. 113.

35 Hildegarde, Lettres, op. cit., p. 106.

36 Ibid., p. 108.

37 Ibid., p. 95.

38 M.-A. VANNIER, op. cit., p. 26. Voir également Sylvain Gouguenheim, art. cit., p. 111.

39 B. NEWMAN, op. cit., p. 36.

40 S. GOUGUENHEIM, art. cit., p. 108.

41 Laurence Moulinier, op. cit., introduction, p. 86-87.

42 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., à une abbesse (1173), Lettre XLIXr, p. 117.

43 Ibid., p. 118.

44 ELISABETH OF SCHÖNAU, The Complete Works, op. cit., p. 242.

45 Idem.

46 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 118.

47 S. GOUGHENHEIM, art. cit., p. 100.

48 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 135.

49 HILDEGARDE DE BINGEN, Chant 7, cité par L. MOULINIER, op. cit., p. 27.

50 HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 131.

51 Ibid., p. 132-133.

52 S. GOUGUENHEIM, art. cit., p. 114. Voir HILDEGARDE DE BINGEN, Lettres, op. cit., p. 134-138.

53 S. GOUGUENHEIM, id.

54 Voir à ce sujet, Peter DINZELBACHER, Mittelalterliche Frauenmystik, « Das politische Wirken der Mystikerinnen : Hildegard, Birgitta, Katharina », Paderborn: Ferdinand Schöningh, 1993, p. 255.

55 The Letters of Hildegard of Bingen, op. cit., introduction, p. 13.

56 ELISABETH DE SCHÖNAU, The Complete Works, op. cit., p. 142-143.

57 Ibid., p. 144-145.

© e-Spania Books, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search