Version classiqueVersion mobile

Le charme du Maure

 | 
Frédéric Alchalabi

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Apud Alfonso de BUSTOS Y BUSTOS (marqués de Corvera), Breve estudio del tratado de don Fernando el (...)

Conquistado por la Reina generosa
Fué Cidi Hiaya cuando en Baza le rindiera
Mil honores como a dama valerosa,
Aunque bravo defendiese su bandera.
Bautizado con su esposa que es María,
En la tienda de sus nuevos soberanos,
Son los grandes en España sus hermanos ;
Sus iguales en nobleza e hidalguía
1.

  • 2 Sur l’œuvre du poète, voir Jesús Daniel LAGUNA RECHE, Antología de un poeta olvidado : Bruno Portil (...)

1Voici les quelques vers que Bruno Portillo y Portillo – poète oublié, ayant écrit entre la deuxième moitié du XIXe siècle et la première partie du XXe siècle – a consacré à Yahya Alnayar/Pedro I de Granada dans La conquista de las almas2. Dans ces vers, Yahya Alnayar défend vaillamment Baza ; sa résistance est vaine : la ville et Yahya sont conquis par l’assaillante, Isabelle. Vaincu par la reine, Yahya est baptisé en compagnie de son épouse, sous la tente des Rois Catholiques, non pas comme dans l’Histoire des émirs de Grenade – puisque dans la version majoritaire il est seul à ce moment –, mais à l’instar d’Ozmín et Daraja dans le livre de Mateo Alemán, Guzmán de Alfarache. Une fois baptisé, Pedro I de Granada devient l’égal des plus grands du royaume, n’ayant ni à cacher le passé musulman de ses ancêtres, ni à rougir de son origine mahométane. Une grande partie des lignes directrices du Tractado se retrouvent dans les vers du poète, qui écrit plus de quatre cents ans après les faits auxquels il se réfère. Yahya Alnayar/Pedro I de Granada n’a pas été oublié, à l’époque de Bruno Portillo y Portillo.

2Une œuvre comme le Tractado a certainement contribué à ce que le souvenir du défenseur de Baza, celui de son fils, celui d’Ibn Hud Alnayar, ne soient effacés. Bien entendu, l’ouvrage à lui seul n’a pas suffi. La chronique apocryphe prend place au sein d’un projet bien plus complexe, composé de plusieurs pièces – la version des Claros varones du manuscrit B, Origen, un programme iconographique pensé et mené à la Casa de los Tiros de Grenade, des lettres recopiées et désormais dispersées dans diverses bibliothèques espagnoles –, dont l’ambition est de corriger l’histoire de l’émirat de Grenade afin de la rendre favorable au lignage Granada Venegas et compatible avec les ambitions de la famille. Il convient, à présent, d’analyser les témoignages écrits de l’ensemble et de les éditer avec le Tractado, qui leur est indissociable.

3La correction de l’histoire apportée par la chronique attribuée à Fernando de Pulgar était nécessaire, pour ne pas dire cruciale. Que l’on se mette à la place des descendants des Alnayar. Ceux-ci savaient qu’une partie de leur histoire familiale – par le biais d’Ibn Hud, de Youssef IV ou bien de Yahya Alnayar – était liée à celle de l’Espagne. Ils croisaient Ibn Hud, dans De rebus Hispaniae de Rodrigo Jiménez de Rada, dans la chronique d’Alphonse X, dans l’histoire d’Alphonse XI écrite par Fernán Sánchez de Valladolid. Qui plus est, Ibn Hud périssait assassiné par les siens, laissant le pouvoir entre les mains de l’un de ses concurrents, Mohammed Ier, et de la famille Alahmar.

4Une fois la Reconquête achevée, une fois ses acteurs disparus, pourquoi ne pas faire d’Ibn Hud un émir de Grenade – le premier – descendant des Wisigoths – par le biais de son premier ancêtre, Ibdinabal – et philochrétien, qui allait payer de sa vie la protection dont jouissaient les chrétiens sous son règne ? Pourquoi ne pas voir en Abu Said Faray un Alnayar et récupérer ainsi – sur le papier, du moins – le pouvoir à Grenade, en mettant fin par la plume aux soixante dix-sept années de règne des Alahmar ?

5Youssef IV apparaissait brièvement, dans la chronique de Jean II. En revanche, Yahya Alnayar n’avait pas assez de place, que ce soit dans la Chronique des Rois Catholiques de Fernando de Pulgar ou bien dans les autres ouvrages historiographiques écrits entre la fin du XVe siècle et celle du XVIe portant sur les dernières années de la Reconquête. Dès lors, pourquoi ne pas affirmer, jusqu’à trouver une version convenable, que Yahya a vu saint Pierre – qui l’a poussé à se convertir au christianisme, parodiant ainsi l’épisode de la chute de Baza relaté par Pulgar – et qu’il est devenu l’un des responsables de la victoire d’Isabelle et de Ferdinand ?

6Il fallait trouver le nom d’un historien qui puisse assumer la responsabilité du Tractado afin de rendre authentique et crédible un récit qui ne l’était pas. Pulgar était la personne idoine. Fernando de Pulgar avait été le chroniqueur des Rois Catholiques ; il avait consacré les Claros varones aux hommes les plus importants de son époque ; son nom réapparaissait dans les exemplaires de son histoire publiés en 1567 alors qu’il avait disparu au profit de celui de Nebrija. Qui plus est, il aurait écrit un Tratado de los reyes moros de Granada introuvable. Une place était laissée vacante dans la production historiographique du XVe siècle ; elle ne le restera pas longtemps.

7L’historien du Tractado – qui se fait passer pour Pulgar sans jamais chercher à travailler comme celui-ci en avait l’habitude –, compile des sources médiévales et des documents du XVIe siècle, prenant principalement appui sur le Compendio d’Esteban de Garibay. Il opère des choix afin de faire en sorte que le contenu de ces diverses sources soit en adéquation avec le cadre idéologique défini par le promoteur du Tractado : toute atteinte à l’image des Alnayar doit être supprimée des pages des manuscrits. Voilà aussi ce qu’est le Tractado : une révision en profondeur des livres XXXIX-XL de l’histoire écrite par Esteban de Garibay.

8Il fallait donc corriger l’ensemble des chroniques écrites au Moyen Âge et au XVIe siècle. La tâche était immense mais les descendants des Alnayar pouvaient compter – entre la fin des années 1560 et 1610 – sur l’aide de plusieurs plumes. La reconnaissance des mérites et de la noblesse de Pedro III de Granada Venegas – premier marquis de Campotéjar –, dans le document datant de 1603 conservé à la Bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid, est remarquable. L’avis unanime des vingt-quatre théologiens, tous favorables à faire de l’arrière-arrière-petit-fils de Yahya Alnayar un chevalier de l’Ordre d’Alcántara, montre bien à quel point l’ensemble des documents, dans lequel prend part le Tractado, a été un soutien efficace dans cette entreprise. Les Granada Venegas, grâce à ces pièces, ont été capables de modifier le cours de l’histoire afin de l’adapter aux exigences de leur temps présent. Voilà, sans doute, l’un des principaux enseignements de l’enquête : le passé est imprévisible.

Notes

1 Apud Alfonso de BUSTOS Y BUSTOS (marqués de Corvera), Breve estudio del tratado de don Fernando el Católico rey de Castilla y Aragón con Yahya Alnayar, antes príncipe Cidi Haya en lo que se refiere a la grandeza en favor del mismo reconocida, Madrid : sn, 1916, p. 17-18.

2 Sur l’œuvre du poète, voir Jesús Daniel LAGUNA RECHE, Antología de un poeta olvidado : Bruno Portillo y Portillo (1855-1935), Huéscar : Asociación cultural Raigadas, 2012.

© e-Spania Books, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search