Version classiqueVersion mobile

Le charme du Maure

 | 
Frédéric Alchalabi

Chapitre 3. Empreintes

Texte intégral

1. L’émirat de papier

1.1 Grenade avant Grenade

  • 1 Rachel ARIÉ, España musulmana (Siglos VIII-XV), in : Manuel TUÑÓN DE LARA (coord.), Historia de Esp (...)
  • 2 M.J. VIGUERA MOLINS, « Los reinos taifas y el dominio magrebí (siglos XI-XIII) », in : M. BARRIOS A (...)

1L’émirat de Grenade s’est élevé sur des cendres : le 16 juillet 1212, les troupes almohades sont battues, lors de la bataille de Las Navas de Tolosa, par une coalition chrétienne regroupée autour d’Alphonse VIII de Castille, Sanche VII de Navarre et Pierre Ier le Catholique, roi d’Aragon1. Les premiers contingents almohades étaient arrivés dans la péninsule Ibérique à l’automne 1145. Peu à peu, ils prirent le contrôle d’al-Andalus où neuf califes almohades se succédèrent de 1163 à 12322.

  • 3 Ibid., p. 184-185.

2À partir de la déroute de 1212, le pouvoir des Almohades n’a cessé de faiblir pour disparaître complètement une vingtaine d’années plus tard. Le dernier calife almohade, al Mamun, ne put rien contre l’avancée de la Reconquête et les progrès de l’armée de Ferdinand  III, roi de Castille en 1217 puis de León en 1230 ; il fut tout aussi impuissant face aux soulèvements de Mohammed Ibn Yusuf Ibn Hud – proclamé émir des musulmans à Murcie, en août 1228 –, de Zayyan Ibn Mardanis à Valence, d’Ibn Mahfuz à Niebla, de Mohammed Ibn Yusuf Ibn Nasr Ibn Alahmar, musulman issu d’un lignage noble et seigneur d’Arjona, ville située au nord-ouest de Jaén3.

3Les quatre hommes soulevés contre le calife furent rivaux. Ibn Hud (1228-1238), aux origines modestes, sembla être en mesure de prendre le dessus. Lorsqu’il se rebella contre les Almohades, à l’été 1228, il se plaça immédiatement sous l’autorité du calife abbasside de Bagdad – ce qui constituait un gage de légitimité – et purifia les mosquées – d’après Rodrigo Jiménez de Rada, dans De rebus Hispaniae sive historia gothica –, souillée par la présence des Almohades :

  • 4 Rodrigo JIMÉNEZ DE RADA, Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd. et trad.), Historia de los hechos de España, (...)

En tiempos de este rey Fernando, se levantó un tal Abenhut en el castillo de Ricote, en tierras de Murcia, y comenzó a enfrentarse con los almohades, que tenían sometidos a los árabes de la península con tan duro yugo que apoyaron sin más problemas la tentativa de Abenhut ; y capturada Murcia, y las fortalezas y castillos cercanos, les cortó la cabeza a todos los almohades que pudo hallar, y considerando que todas las mezquitas estaban infectadas por la presencia de los almohades, hizo que sus sacerdotes las purificaran echándoles agua, e hizo que fueran negras las enseñas de sus armas, que portaba en las batallas y en otros momentos como anunciando con el luto el exterminio de su pueblo4.

  • 5 M. Á. LADERO QUESADA, « El reino de Granada y la corona de Castilla en la baja Edad Media », in : M (...)

4Ibn Hud parvint à dominer tout al-Andalus ou presque : seules les villes de Valence et de Niebla échappaient à son contrôle5.

  • 6 R. ARIÉ, España musulmana (Siglos VIII-XV), op. cit., p. 36.
  • 7 M. Á. LADERO QUESADA, « El reino de Granada y la corona de Castilla en la baja Edad Media », art. c (...)

5En dépit de circonstances qui semblaient le conduire au faîte du pouvoir, Ibn Hud dut vite déchanter : en 1230, il ne put rien, comme al Mamun avant lui, contre l’armée chrétienne au cours d’un affrontement s’étant tenu dans les environs de Jerez ; un an plus tard, Ibn Hud fut défait vers Mérida6. Accumulant les défaites sur les champs de bataille, Ibn Hud devait aussi s’acquitter de tributs à verser aux princes chrétiens, qui lui permettaient d’obtenir des trêves bienvenues – comme celle de 1233 avec la Castille – compte tenu des revers que son armée subissait. Dès lors, le mécontentement gronda dans les territoires contrôlés par Ibn Hud : les troupes musulmanes étaient humiliées et, de surcroît, il revenait aux Maures de payer des sommes considérables aux chrétiens7.

  • 8 M. Á. LADERO QUESADA, ibid., p. 189. Id., Granada, historia de un país islámico (1232-1571), op. ci (...)

6L’effort demandé était trop lourd, notamment pour Mohammed Ibn Yusuf Ibn Nasr Ibn Alahmar. Celui-ci – qui se disait descendant du prophète Mahomet et qui allait devenir le premier émir de Grenade, régnant de 1237 à 1273, léguant à l’émirat nasride le nom de son aïeul Nasr –, se souleva contre Ibn Hud en avril 12328.

  • 9 R. ARIÉ, España musulmana (Siglos VIII-XV), op. cit., p. 36.

7Pour Mohammed Alahmar, le chemin du pouvoir fut parsemé d’embûches. Après s’être rebellé contre l’autorité d’Ibn Hud, Mohammed fut reconnu comme émir à Arjona. Grâce à l’aide de l’un de ses proches, Abu Hassan Ali Ibn Asquilula, il put compter sur le soutien des villes de Guadix, Baza, Porcuna et Jaén9.

Portrait d’Ibn Hud Alnayar, œuvre anonyme du XVIe siècle

Portrait d’Ibn Hud Alnayar, œuvre anonyme du XVIe siècle

Archivo del Patronato de la Alhambra y del Generalife, colección fotográfica del Museo de Arte Hispano Musulmán/ F 007457.

8Pour leur part, les Cordouans et les Sévillans, méfiants à l’égard de Mohammed, ne reconnurent pas son autorité ; en 1234, celui-ci fut contraint de se déclarer vassal d’Ibn Hud.

  • 10 Ibid., p. 36.
  • 11 « Asy commo el muy magnífico rey don Fernando, que ganó a Seuilla día de Sant Clemeynte, e la bíspe (...)

9La rivalité entre les deux hommes ne s’arrêta pas là. En 1236, Ferdinand III put reprendre Cordoue à Ibn Hud avec la complicité du Nasride10. Plus tard, l’auteur de la Historia de los hechos del marqués de Cádiz apprendra à ses lecteurs que Ferdinand a également bénéficié de l’aide de la Vierge, qui est apparue au roi afin de lui remettre les clefs de la ville11.

10Le crédit d’Ibn Hud auprès de la population musulmane fut définitivement atteint. En 1237, Mohammed fit son entrée à Grenade, qui allait devenir la capitale de l’émirat alors en gestation. En 1238, Ibn Hud fut assassiné à Almería ; Mohammed prit le contrôle de la ville puis, peu après, celui de Málaga.

  • 12 M. Á. LADERO QUESADA, « El reino de Granada y la corona de Castilla en la baja Edad Media », art. c (...)
  • 13 Ibid., p. 190.
  • 14 M. Á. LADERO QUESADA, Granada, historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 127.

11Alors à la tête de l’émirat, Mohammed Ier dut abandonner Arjona, reprise par l’armée chrétienne en 1244. Au mois d’août 1245, l’émir Mohammed fut contraint de livrer Jaén à Ferdinand III et de lui verser la somme considérable de 150 000 maravédis – qui a été portée à 50 000 en 1252 –, en échange d’une trêve de vingt ans12. Comme l’affirme Miguel Ángel Ladero Quesada, le traité de Jaén, signé en février 1246, fut l’acte de naissance de l’émirat nasride de Grenade13. Dès lors, les relations entre la Castille et l’émirat de Grenade oscilleront entre soumission et méfiance. Mohammed reconnut le roi de Castille comme étant son seigneur, lui devant consilium et auxilium ; l’émir – vassal du roi de Castille – se vit obligé d’aider Ferdinand III, en envoyant cinq cents chevaliers à l’assaut de Séville, qui tombera en 1248 dans l’escarcelle du prince chrétien14.

12Dans les manuscrits G et B, les tensions entre le lignage Alnayar – duquel fait partie Ibn Hud, d’après l’auteur du Tractado mais aussi selon celui d’Origen – et le clan Alahmar sont palpables. En outre, l’historien du Tractado met en garde ses lecteurs sur les dangers de la division au sein d’un même état :

  • 15 Je souligne.

Y para que [esto] llegue a ser, se conse/fol. 7r/guirá con la veneracion del culto divino, con premiar a los varones virtuosos y fuertes con honras, y con castigar a los malos y no consentir divisiones, pues, como dice el Spiritu Sancto, desvelan reinos, como lo vemos executado en este de Granada, que la division entre si mesmos y la ambicion de reinar los acabó, estando divididos en dos linajes que fueron los de Aben Hut Elnayar y los de Mahomat Alhamar, de que trataremos en el capitulo siguiente, G, section 4, fol. 6v-7r ; B, fol. 7r15.

  • 16 Quant à lui, Rodrigo Jiménez de Rada écrit : « Por su parte Abenhut pertenecía a la familia de Aboh (...)
  • 17 Je souligne les passages qui suivent.

13L’auteur de l’ouvrage apocryphe ne manque pas d’audace. À plusieurs reprises, il contredit la vérité historique. S’il écrit bien qu’Ibn Hud Alnayar est parvenu à prendre le dessus, dans un premier temps, sur le clan Alahmar, il travestit également voire corrige l’histoire. Par exemple, les origines d’Ibn Hud Alnayar sont loin d’être humbles ; au contraire, sa famille est bien plus illustre que celle de Mohammed Alahmar. L’auteur de l’ouvrage apocryphe révèle qu’Ibn Hud descend des rois d’Aragon16. Les versions de G et B sont légèrement différentes17 :

  • 18 À ce propos, voir E. SORIA MESA, « Una versión genealógica del ansia integradora de la élite morisc (...)
  • 19 « […] de nacion godo », Origen, fol. 2r.
  • 20 Jerónimo de BLANCAS, Comentarios de las cosas de Aragón, obra escrita en latín por Jerónimo de Blan (...)

14L’auteur d’Origen confirme bien les informations divulguées par les deux manuscrits, en les complétant : Ibn Hud Alnayar provient, non de souverains d’Aragon mais, plus précisément, d’anciens rois musulmans de Saragosse – les Banu Hud18 –, puisque son premier aïeul connu – à la fois d’origine wisigothique et descendant de musulmans – s’appelait Ibdinabal19. Celui-ci a commencé à régner à Saragosse en 775. Il inaugure ainsi une dynastie composée de seize rois, menant jusqu’à Ibn Hud : Marsil, Muza Abenhazin, Abenlope ou Abenalfaje, Abenayar, Mudir, Inmundar, Almugdabir, Iralmundafar, Zulema ou Zelin, Abet Abenhut, Iusef Abenhut, Albozaben, Abdimelech, Abet Almuzacaith, Abulazen gouvernent après Ibdinabal. La succession de ces rois, depuis Ibdinabal, est identique dans Aragonensium rerum comentarii, œuvre écrite par l’historien aragonais Jerónimo de Blancas et imprimée à Saragosse en 158820.

  • 21 Origen, fol. 9r-9v.

15Selon l’écrivain de l’ouvrage généalogique consacré aux Alnayar et à leurs descendants, les Banu Hud restent les maîtres du royaume jusqu’en 1110, année où Abulazen, seixième et dernier roi de Saragosse, perd le pouvoir au profit d’Alphonse Ier d’Aragon dit le Batailleur21 :

  • 22 Je souligne.

Se escribe en este libro la generacion de la dicha casa de Granada y los reyes donde descienden, cuyo principio fue un principe del linaje de los godos que vino a ser rey de Zaragoza en el año del señor de setecientos y setenta y cinco. Y poseyeron aquel reino hasta el año de mil ciento y diez en que perdieron aquel reino, habiendole ganado el señor rey don Alonso, marido de la reina doña Urraca, que llamaron enperador. De estos reyes de Zaragoza procedio el rey Abenhut que, en tiempo del señor rey don Fernando el santo, fue el ultimo rey de la Andaluzia y puso la silla real en Granada, Origen, fol. 1r22.

  • 23 Origen, fol. 10r.
  • 24 « […] Mahomad Abenhudiel que despues fue rey de Murcia con ayuda del señor rey don Alonso el decimo(...)

16Dans Origen, Ibn Hud est le dernier roi d’al-Andalus mais il est aussi celui qui fixe la capitale de l’émirat à Grenade. Au sein du même ouvrage, Ibn Hud Alnayar est le fils d’Abraen, roi d’Almería et de Grenade23. Son frère – Mohammed Abenhudiel – règne à Murcie, grâce à l’aide d’Alphonse X de Castille24.

17Dans l’ouvrage généalogique, l’auteur consacre quelques mots à la victoire que remporte Ibn Hud Alnayar – aidé par les Mozarabes et d’autres chrétiens, affirme-t-il – sur les Almohades :

Abenhut Alnayar, principe muy valeroso, hijo de Abraen rey de Almeria y Granada, estando como dicho es en el Val de Ricote y habiendo hecho algunos asientos de paz con los almoades y sus caudillos, no se los cumplieron haciendoles muchas violencias, por las cuales determino de poner la vida y convoco todos los mozarabes y andaluzes, muchos christianos para esta empresa tan dificultosa, Origen, fol. 10r.

18Cette victoire inspire à Ibn Hud une devise, qu’il fait inscrire sur ses étendards :

[…] y fiando de Dios la victoria della, puso en sus banderas y estandartes una letra que decia no hay otro venzedor sino Dios y tino de negro la banda antigua de sus armas en campo de plata para muestra de sentimiento hasta salir de la servidumbre de los almoades y lo que le tenian usurpado y todos los caudillos, mozarabes, andaluzes y los christianos que /fol. 10v/ vivian en las fronteras se concordaban en ayudar Abenhut por ser principe de tan antiguo y real linaje, Origen, fol. 10r-10v.

  • 25 À ce sujet, voir Virgilio MARTÍNEZ ENAMORADO, « Lema de príncipes. Sobre la galiba y algunas eviden (...)

19Il n’y a pas d’autre vainqueur que Dieu. La devise est connue… mais ce n’est pas celle de la famille Alnayar ! C’est cette même phrase, attribuée à Mohammed Ier, devise du lignage Alahmar, qui orne de nombreux murs de l’Alhambra de Grenade25.

20L’auteur d’Origen insiste ; Ibn Hud Alnayar est à l’origine de l’édification du palais rouge des émirs :

  • 26 Je souligne.

[…] Hizo dos edificios en Granada. Uno en la fortaleza principal que despues llamaron Alhambra donde se ven los escudos de la banda negra que el traia y unas casas en lo llano de la ciudad donde […] se ven los mismos escudos de armas y los letreros que en la lengua arabe dicen su fundador, Origen, fol. 10v26.

21Dans un court passage du portrait apocryphe de Pedro de Granada dans les Claros varones du manuscrit B, l’auteur qui usurpe l’identité de Fernando de Pulgar affirme que le fils de Selim provient du lignage d’Ibn Hud Alnayar : « […] fue hijo del infante Celin, del linaje de los reyes de Granada que procedian de los reyes de Aragon Çaragoça de los godos », B, fol. 98v.

Il n’y a pas d’autre vainqueur que Dieu, Alhambra de Grenade.

Il n’y a pas d’autre vainqueur que Dieu, Alhambra de Grenade.

22L’auteur de l’œuvre généalogique consacré au lignage Alnayar/Granada Venegas confirme cette filiation. En outre, il révèle que, à partir de l’assassinat d’Ibn Hud Alnayar, les descendants de ce dernier ont été en conflit avec les membres de la famille Alahmar et ceux de l’homme fort de Málaga, Abu Said Farray Ibn Ismael Ibn Nasr :

  • 27 Je souligne.

[…] y quedaron sus descendientes en continuas guerras con los del linaje de Benalamar, alcayde de Arjona, y con los de Aben Farache, alcayde de Malaga, que era tanbien de su familia, Origen, fol. 1r27.

23D’après le même écrivain, l’arrivée sur le trône de Youssef IV en 1432 constitue un tournant dans l’histoire de l’émirat puisque ce sera son petit-fils, Yahya/Pedro, descendant également d’Ibn Hud Alnayar, qui permettra aux Rois Catholiques de s’emparer de l’émirat :

[…] hasta que el año de mil cuatrocientos treinta y dos, en tiempo del señor rey don Juan el segundo, con su ayuda y de muchos caballeros christianos, cobro el reyno de Granada ; y este rey tuvo por hijo a Benzilin, infante de Almeria que fue padre de don Pedro de Granada el primero, a quien nuestro señor milagrosamente por medio del apostol san Pedro […] trujo a su santo conocimiento y fe catholica, tomando su persona y gente por medio /fol. 1v/ muy eficaz para servir y ayudar a los señores Reyes Catholicos a ganar el reyno de Granada que habia setecientos años que estaba en las tinieblas de la infidelidad, Origen, fol. 1r-1v.

24Ce n’est pas tout. Dans le Tractado, le lecteur est la proie d’une manœuvre idéologique à la portée considérable, liée à la question de l’origine des émirs de Grenade et du fondement de leur pouvoir. L’auteur de l’ouvrage apocryphe soutient que l’émirat nasride de Grenade n’a jamais véritablement existé ; à sa place, s’est formé puis a prospéré l’émirat hudide de Grenade, pour ainsi dire, du nom du premier émir – d’après l’historien –, Ibn Hud Alnayar et non Mohammed Ier.

25De façon fort significative, tous les manuscrits du Tractado et celui de la Bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid reproduisant Origen considèrent que le premier des vingt et un émirs de Grenade était Ibn Hud Alnayar, ce que ne font ni les historiographes des XIIIe-XVIe siècles, ni les historiens contemporains. Au folio 8v (section 7) du manuscrit G et au folio 8r du manuscrit B, l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade affirme que, dans un passage de la chronique d’Alphonse XI écrite par Fernán Sánchez de Valladolid, il est question des origines d’Ibn Hud. L’affirmation est exacte. Elle fait allusion au chapitre LI de l’œuvre :

  • 28 Crónica del rey don Alfonso XI, chapitre LI, p. 205a.

Et falló en escripto, que en el tiempo del comienzo del regnado del rey don Fernando de Castiella et de Leon que ganó á Córdoba et á Sevilla et las villas del Obispado de Jaen, que se levantó en Ricote, en el regno de Murcia, un moro que decian Abenhuc, que era del linage de los reyes de Zaragoza ; et con poder que tomó, apremió los moros, et guerreó tanto contra los que eran del linage de los Almoades, que se apoderó en toda la tierra que los moros tenian aquende la mar. Et al tiempo que el rey don Fernando tenía cercada á Córdoba, mataron á este Abenhuc en Almaria28.

26En revanche, selon Fernán Sánchez de Valladolid, Mohammed Alahmar – et non Ibn Hud – est bien le premier émir de Grenade. Mohammed, d’après l’auteur de la chronique d’Alphonse XI, est devenu émir après l’assassinat de son concurrent :

  • 29 Ibid., p. 205a.

Et en aquel tiempo avia en Arjona un moro que decian don Mahomad, et porque era muy rubio llamábanle los moros Abenalhamar que quiere decir bermejo : et era de grand fuerza et muy ardido, et por esto los de Arjona tomáronlo por rey en el año de la era de mill et doscientos sesenta et ocho años. Et porque las ciubdades de Granada et de Almaria non avian tomado reyes en señorío apartado desque mataron en Almaria al rey Abenhuc, este don Mahomad Abenalhamar rey de Arjona veno á Granada, et tomáronlo por rey en el año de la era de mill et doscientos setenta et cinco años29.

  • 30 Ibid., p. 205a. Je souligne.

27À la mort de Mohammed Alahmar, son fils Mohammed II (1273-1302) lui succède. Fernán Sánchez de Valladolid est catégorique : il s’agit du deuxième émir de Grenade, son père – Mohammed – ayant été le premier : « Muerto aquel rey Abenalhamar, regnó empos él su fijo don Mahomad Alamir Aboabdille, et por lo del padre dixiéronle Abenalhamar, et fué el segundo rey de Granada »30.

28Pour Juan de Mariana, c’est également au moment de l’arrivée au pouvoir de Mohammed Alahmar que débute véritablement l’histoire de l’émirat de Grenade :

  • 31 Historia general, Livre XIII, chapitre I, p. 741. Je souligne.

El rey moro Alhamar juntó á los demas estados que tenia, el señorio de Granada con voluntad de aquellos ciudadanos : ciudad poderosa en armas y en varones, y que por la fertilidad de sus campos no tiene mengua de cosa alguna. Este fue el principio del reyno de Granada que duró desde entonces hasta el tiempo y memoria de nuestros abuelos31.

29La succession des émirs de Grenade établie par l’auteur de l’ouvrage attribué à Fernando de Pulgar est la même que celle du Compendio de Garibay à une différence près, qui est loin d’être négligeable. Dans ce dernier ouvrage, Esteban de Garibay considère que le premier émir de Grenade est Mohammed Alahmar :

  • 32 Compendio, Livre XXXVIII, chapitre XXIV, p. 321-322. Je souligne.

El nueuo rey Mahomad Aben Alhamar viendose señor de Arjona, començaron poco a poco a darsele otros pueblos y tierras, en especial las ciudades de Iaen, Baça y Guadix, no escusando lo mesmo la ciudad de Granada, la qual aunque al principio se escuso, no queriendo admitir a ninguno por rey, despues no solo recibio al rey Mahomad Aben Alhamar por su principe, mas aun erigio y ensalço a la mesma ciudad con silla real y matriz y cabeça del reyno, siendo el mesmo el primer rey de Granada32.

  • 33 Dans ce tableau, les successions des émirs de Grenade établies par Esteban de Garibay, par l’auteur (...)

30Le nom du premier émir de Grenade fait donc l’objet d’un désaccord profond, entre l’auteur du Compendio et l’historien qui usurpe l’identité de l’écrivain de la Chronique des Rois Catholiques. En dehors de cette différence, la succession des émirs de Grenade est la même, dans les deux œuvres33 :

  • 34 Historia general, Livre XV, chapitre IX, p. 879.

31Dans le manuscrit G – tout comme dans le manuscrit B –, la chronologie est identique à celle du Compendio de Garibay. Elle diffère sensiblement de celle proposée par Miguel Ángel Ladero Quesada. Juan de Mariana, pour sa part, en propose une autre, non retenue par l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade. Par exemple, selon le jésuite, Mohammed III cesse de régner en 1310 et non en 130934.

32Pour sa part, Francisco Bermúdez de Pedraza considère lui aussi, dans Antigvedad y excelencias de Granada, qu’Ibn Hud Alnayar a été le premier émir de Grenade. L’affirmation de Francisco Bermúdez de Pedraza apporte la confirmation que l’auteur a pu consulter l’Histoire des émirs de Grenade :

  • 35 Antigvedad y excelencias de Granada, op. cit., fol. 67v-68r. Je souligne.

De los vltimos reyes ay la memoria siguiente. Abenhuc descendiente de los reyes de Aragon, guerreo desde Murcia, y vencio los almohades, y vino a ser rey de toda el Andaluzia, y auiendo perdido a Cordoua, passó su silla real a Granada, y fue rey della, al qual mató su vassallo Abenrrami en Almeria, año de mil y dozientos y treinta y seis, auiendo reynado ocho años, y sus alcaydes se alçaron con sus ciudades : entre los quales fue vno el alcayde de Arjona que le sucedio en el reyno. Mahomat Abenalhamar segundo rey de Granada, començó a reynar el año de mil y dozientos y treinta y seis por muerte de Abenhuc […]35.

33À travers la divergence profonde de l’auteur du Tractado – qui, comme celui de l’ouvrage généalogique conservé à la Bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid, veut voir en Ibn Hud le premier émir de Grenade – par rapport aux historiographes antérieurs, se pose la question de l’origine, latente et fondamentale, le mot se retrouvant aussi bien dans les titres de tous les manuscrits connus de l’Histoire des émirs de Grenade que dans celui d’Origen.

  • 36 L’écrivain de l’œuvre généalogique Origen insiste, à la fois, sur le fait que les fils d’Ibn Hud Al (...)

34À l’origine de l’émirat de Grenade, il y a un homme, Ibn Hud Alnayar, à l’ascendance illustre, vaincu puis trahi, qui périt assassiné et dont les héritiers sont lésés puisque, d’après l’historien de l’œuvre apocryphe sur laquelle porte l’enquête, Mohammed Ier usurpe le pouvoir et foule aux pieds les droits de la famille Alnayar36.

35L’auteur qui se fait passer pour Fernando de Pulgar consacre quelques lignes aux derniers instants de la Cordoue mahométane. La ville est menacée par Ferdinand III mais Ibn Hud Alnayar ne peut se résoudre à la laisser tomber entre les mains du roi de Castille. Il décide alors d’aller secourir la cité et ses habitants. Sa mission tourne court. Lorenzo Suárez de Figueroa, au service d’Ibn Hud depuis quatorze ans après être tombé en disgrâce auprès de Ferdinand III, trahit l’émir afin de pouvoir se réconcilier avec le roi :

36Les informations divulguées par le manuscrit G sont corrigées et complétées dans le manuscrit B. Les deux témoignages confirment la version diffusée par la Primera crónica general de España :

  • 37 ALFONSO X, Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Antonio GARCÍA SOLALINDE, Manuel MUÑOZ CORTÉS, José GÓMEZ PÉREZ (é (...)

Et el rey don Fernando gradeçiol mucho lo que dezie, et perdonol et recibiol por su uasallo, et en yendose don Llorençio, torno al rey et dixol : « señor, vengo a uos por vna cosa que se oluido de uos dezir : mandat agora vnas tres noches o quatro fazer muchos fuegos aqui en vuestra hueste, porque si Abenhut diere algunos veedores que vengan de noche a uer la hueste, que por los fuegos que y vieren entiendan que es la vuestra hueste muy mayor de quanto es ». Et el rey dixo que lo farie. Don Llorenço fuese, et desque llego alli o dexara sus bestias caualgo et andido, et amanesciol en Castro, et dende fuese para Eçija, et llego y al primer suenno. Desi fuese para Abenhut ; et Abenhut le dixo : « ¿ que as uisto, Llorenço Suarez ? » Et el le respondio : « Sennor, yo non uollo oso dezir, porque he miedo que me non creeredes ; mas enbiad y quien lo uea, et fallaran al rey don Fernando con muy grant gente et muy buena. Mas ayna fuera yo conbusco, sinon que me detoue alla por tal de uos venir con lo cierto ». Et Abenhut le dixo : « pues ¿ qué me conseiades que faga ? ». Et Llorenço Suarez le dixo : « señor non me cae a mi de uos consejar, mas euos a seruir et conplir uuestro mandado, et mandatme lo que faga »37.

37Le règne d’Ibn Hud Alnayar prend également fin car l’émir est la victime des siens : ceux-ci l’ont assassiné parce qu’ils lui reprochaient de protéger excessivement les chrétiens. Un tel reproche est absent de la Primera crónica general de España, de la chronique d’Alphonse XI, de la Historia general de Juan de Mariana ou bien du Compendio, dans lequel Esteban de Garibay considère l’assassinat d’Ibn Hud comme la conséquence d’une traîtrise, à l’instar de Rodrigo Jiménez de Rada :

  • 38 Compendio, Livre XXXVIII, chap. XXIV, p. 321.

Estando el rey Aben Hut en Almeria, fue vn dia combidado de vn mal vassallo suyo, y grande priuado, por nombre Aben Arramin, a quien otros llaman Aben Roman, el qual como traydor, haziendole emborrachar, le ahogó luego en vna pila de agua, y otros dizen, que le dio de puñaladas […]38.

38Au contraire, l’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar écrit :

[…] y por tenerlo por afecto a favorecer a los dichos mozarabes porque traia en su corte a algunos de ellos por caudillos, los moros se conjuraron contra el y lo mataron a traicion en la fortaleza de Almeria, G, section 7, fol. 8r ; B, fol. 8v.

39Dès lors, une fois débarrassé d’Ibn Hud, Mohammed Alahmar peut confisquer le pouvoir, qui appartenait pourtant – comme le soutient l’auteur de l’histoire apocryphe – à la famille Alnayar, grâce à l’aide efficace de Ferdinand III :

[…] despojando a sus hijos, que quedaron de poca edad. Con lo cual, los caudillos que tenian las ciudades en tenencia se alçaron con ellas.

Y /fol. 8v/ el que en estas revoluciones llevó la mejor parte fue Mahomat Aben Alhamar, alcaide de Arjona, y se intitulo rey de ella cuando mataron a Aben Hut, que fue el año de mil y ducientos y treinta y seis, y luego aspiró al titulo de rey de Granada, concertandose con el señor rey don Fernando el Sancto que le diese el castillo de Jaen para tener paso seguro y facil para Cordoba, como lo vino a conseguir, contradiciendo los nobles y poderosos moros, en particular del linaje de Soliman que era de illustre sangre y hacia las partes de los hijos del rey Aben Hut y se correspondia con su hermano Mahomat Aben Hut, que fue rey de Murcia. Pero, con la gran ayuda del señor rey don Fernando, Aben Alhamar quedo establecido en el nuevo estado, habiendole dado Granada la obediencia, y, a su exemplo, otras ciudades, aunque Guadix y Malaga y Almeria, que eran del linaje del rey Aben Hut y amparaban a sus hijos, la retardaron, G, section 7, fol. 8r-8v ; B, fol. 8v-9r.

40Les villes de Guadix, Málaga et Almería, fidèles aux Alnayar, ne reconnaissent pas immédiatement le nouvel émir Mohammed Alahmar. Celui-ci, néanmoins, fait plier les plus réticents, lesquels lui font allégeance. Mohammed dirige alors l’émirat, au détriment de la famille Alnayar. Celle-ci parvient à récupérer le pouvoir par l’écriture. L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade veille scrupuleusement à ôter toute légitimité politique au lignage Alahmar et à restaurer les droits de même nature du clan Alnayar. Pour ce faire, les sources dont il dispose sont singulièrement modifiées.

1.2 D’un tyran l’autre

  • 39 « Et porque las ciubdades de Granada et de Almaría non avian tomado Reyes en señorío apartado desqu (...)

41L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade ne s’attarde pas sur le règne de Mohammed Ier : le lecteur doit se contenter du récit de son arrivée au pouvoir – située, dans l’œuvre, en 1236 – et de l’annonce de son décès en 1273. Il peut s’agir d’un choix délibéré de la part de l’historiographe, dont le but serait de minorer l’importance du règne qu’a pu avoir celui qui, dans le Tractado, est un usurpateur. Au contraire, Esteban de Garibay et Juan de Mariana consacrent, pour leur part, plusieurs pages à la narration du règne de l’émir et des faits survenus entre 1236 et 1273. Peut-être l’auteur de l’ouvrage apocryphe se sert-il d’une autre source, en particulier de la chronique d’Alphonse XI où Fernán Sánchez de Valladolid est tout aussi concis, puisqu’il ne mentionne que la prise du pouvoir de Mohammed Ier puis la mort de l’émir39.

  • 40 Je souligne le passage qui suit, issu de l’Histoire des émirs de Grenade.

42Mohammed II (1273-1302), le fils de l’émir défunt, arrive au pouvoir. Les informations données par Esteban de Garibay, dans le Compendio, sont reproduites au sein des manuscrits G et B. Les deux témoignages font état de dissensions à la tête de l’émirat. Trois factions émergent alors : l’une soutient Mohammed, une autre son frère cadet Youssef, la dernière regroupe les partisans d’une autre solution, qui consisterait à voir régner un descendant d’Ibn Hud Alnayar40 :

43L’auteur de la chronique apocryphe reprend exactement quelques-uns des termes employés par Esteban de Garibay ou bien adapte certains des passages du Compendio en les complétant. De façon significative, l’historien qui usurpe l’identité de Fernando de Pulgar insiste, à la fin du passage extrait de G et de B, sur la légitimité des droits au trône des descendants d’Ibn Hud Alnayar, compte tenu de leur ascendance illustre.

44Mohammed prend le dessus sur ses deux rivaux et finit par s’imposer. À son décès, en 1302, son fils Mohammed III (1302-1309) lui succède. L’émir vit en paix avec la Castille, gouvernée par Ferdinand IV, mais Brahem, l’un des descendants d’Ibn Hud Alnayar, brouille les cartes du jeu politique de l’émirat en faisant valoir ses droits au trône :

  • 41 Juan de Mariana écrit : « Al vulgo que andaba alterado, atizaban los principales ; mayormente Aborr (...)

45L’auteur de l’ouvrage apocryphe corrige en profondeur le Compendio. D’après ce qui est écrit dans les manuscrits G et B, des historiographes – en l’occurrence, au moins deux d’entre eux, qui ne sont pas nommés, Esteban de Garibay et Juan de Mariana – se méprennent en appelant Brahem, Aborrabe41. Brahem se soulève contre l’émir, devenant dans le même temps roi d’Almería. Si, selon Garibay, Brahem a usurpé ce titre, méritant d’être qualifié de tyran, dans le Tractado le nouveau roi d’Almería est dans son droit. Brahem fait la guerre à Mohammed III afin de le renverser et de récupérer l’émirat de Grenade qui lui appartient en tant que descendant d’Ibn Hud Alnayar.

  • 42 Je souligne.

46L’analyse des discours tenus – au sein de G, de B et dans le Compendio – révèle un déplacement intéressant. Dans les deux témoignages manuscrits, toute accusation d’usurpation du pouvoir et de tyrannie portée par Garibay est supprimée. De ce fait, dans les manuscrits G et B, ce sont les descendants d’Ibn Hud Alnayar qui subissent les conséquences de l’assassinat de leur aïeul à Almería, lesquelles ont permis aux Alahmar de confisquer le pouvoir et de s’asseoir sur le trône à leur place : « (Brahem) se apodero de la ciudad de Al/fol. 16v/meria donde habian muerto thiranicamente a sus predecesores », G, section 16, fol. 16r-16v42.

  • 43 En procédant de la sorte, l’auteur du Tractado donne raison à Jean Gerson qui, au début du XVe sièc (...)

47La correction apportée par l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade au Compendio de Garibay est nette ; dans les deux œuvres, l’histoire des premières années de l’émirat donne lieu à des interprétations opposées. En ce sens, le Tractado est une réfutation du Compendio : au sein de l’ouvrage apocryphe, les descendants d’Ibn Hud, le premier émir de Grenade, ne font que réclamer un pouvoir qui leur a toujours appartenu et que les Alahmar leur ont ravi. Bref, dans l’Histoire des émirs de Grenade, le tyran n’est pas celui que l’on croit. Dans ce cadre, les tentatives des Alnayar pour récupérer le pouvoir sont légitimes, du point de vue de l’auteur de la chronique apocryphe43.

48En dépit de ses efforts, Brahem ne parvient pas à faire vaciller l’autorité des Alahmar. Pourtant, la mésentente entre les membres du lignage Alhamar était notoire. Dans les manuscrits G et B, tout comme dans le Compendio, Mohammed III périt assassiné. L’émir tombe sous les coups de son frère, Mohammed IV, appelé également Nasr Ier (1309-1314). Celui-ci usurpe le pouvoir :

  • 44 Je souligne le passage extrait du Compendio.

49L’émir Mohammed ne conserve pas le pouvoir. Ismaël Ier (1314-1325), fils d’Abu Said Faray, renverse l’assassin de Mohammed III, en dépit de l’arrivée de renforts castillans venus le secourir. L’émir est contraint de se réfugier à l’Alhambra. Acculé et sans espoir de victoire, il n’y reste pas longtemps. Il se rend et doit la vie sauve à Ismaël, qui lui laisse la ville de Guadix44 :

  • 45 « Et él (el infante don Pedro), movió luego dende, et venose para Córdoba, et salió luego dende, et (...)

50Dans le passage extrait du Compendio, Esteban de Garibay juge utile de préciser que, selon lui, un tyran chasse l’autre. Son commentaire, absent de la chronique d’Alphonse XI, disparaît à son tour du Tractado45. L’auteur de l’ouvrage apocryphe préfère insister sur l’hégémonie du nouveau maître de Grenade et, surtout, sur le retour à la tête de l’émirat des descendants du lignage Alnayar.

1.3 L’émirat hudide de Grenade

  • 46 Je souligne les extraits des passages qui suivent.

51Une fois Mohammed IV déposé, l’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar affirme que les Nasrides perdent le pouvoir dans tout l’émirat de Grenade. Les manuscrits G et B n’apportent aucune certitude sur la durée du règne du dernier émir descendant des Alahmar. Les doutes qui y sont exprimés rappellent, partiellement, ceux qui étreignent Esteban de Garibay au même moment46 :

52L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade estime que, avec l’arrivée du nouvel émir, le pouvoir quitte les mains du clan Alahmar pour retourner entre celles du lignage Alnayar, le seul qui peut légitimement prétendre à régner :

  • 47 B : ceso la linea de los Abenlemines por la via de varon y volvio a su lugar la rel rey Abenut, pri (...)

Habiendo sucedido – como habemos visto – Ismael al rey Mahomat Aben Alhamar, su tio, veremos como y cuando cesó la linea de los Aben Alhamares por la via de varon y volvio a su lugar la del rey Aben Hut Elnayar, primero y legitimo rey de Granada, cuyo descendiente era Ismael por la linea de su madre – y tambien lo era el rey Mahomat Aben Alhamar, el primero de este nombre –47, los cuales reyes se habian conservado en Granada espacio de setenta y siete años, desde el rey Mahomat Aben Alhamar el primero hasta el rey Mahomat Aben /fol. 20v/ Alhamar, cuarto de este nombre y ultimo de los Aben Alhamares.

  • 48 Je souligne.

Tuvo tres hijos el nuevo rey Ismael – el primero se llamo Mahomat, como su bisabuelo, padre de su aguela la infanta de Granada ; el segundo se llamo Farrachen, como su aguelo, padre de su padre ; y el tercero, Ismael, como su padre –, de los cuales el primero y el ultimo llegaron a ser reyes, como lo ira mostrando el hilo de la historia, G, section 20, fol. 20r-20v ; B, fol. 20r48.

53D’après les manuscrits G et B, Ismaël descend par sa mère d’Ibn Hud Alnayar – primero y legitimo rey de Granada : l’insistance à ce propos, dans G, est notable. Selon B, Ismaël fait bien partie de la famille d’Ibn Hud Alnayar mais du côté paternel. S’étant imposé par la force, Ismaël Ier – tyran d’usurpation – inspire de la méfiance à Esteban de Garibay :

  • 49 Compendio, Livre XXXIX, chap. XXI, p. 349. Je souligne.

Ismael, primero deste nombre, sucedio al rey Mahomad Aben Nazar Aben Lemin Abedialle su tio, en el dicho año de mil y trezientos y treze, reynando en Castilla y Leon, el dicho rey don Alonso el duodecimo. Desta manera la linea masculina de los reyes moros de Granada faltando en la corona real por la rebelion y tyrania del rey Ismael, vino a caer en la sucession y linea de mugeres : porque si este rey fuera del derecho de las armas tenia alguna acion a la corona real de Granada, era por la parte materna, por ser (como queda visto) hijo de hija del rey Mahomad el segundo, con que la primera linea masculina de los reyes de Granada perecio en el rey Mahomad Aben Nazar, auiendo durado setenta y siete años. Tuuo este rey Ismael tres hijos, llamados el primero Mahomad, y el segundo Ferrachen, del nombre del aguelo paterno, y el tercero Ismael, de los quales el primero y el tercero vinieron a reynar en Granada, como la historia lo mostrara en sus lugares49.

  • 50 María Jesús RUBIERA MATA, « El arraez Abu Said Faray Ben Ismail ben Nasr, gobernador de Málaga y ep (...)
  • 51 Ibid., p. 128.

54Selon Garibay, avec la déposition de Mohammed, l’arrivée sur le trône d’émirs héritant du pouvoir par voie masculine prend fin. Le chroniqueur a raison : Ismaël était le fils d’Abu Said Faray, le gouverneur de Málaga depuis 1279. Celui-ci, né vers 1248, était le cousin de Mohammed II, son père étant le frère de Mohammed Ier50. Abu Said a su gagner l’estime de l’émir Mohammed II, ce qui lui a permis de devenir son homme de confiance51. C’est pour cette raison que Mohammed II a choisi de marier sa fille, Fatima, avec Abu Said Faray, afin de renforcer les liens entre les deux hommes.

  • 52 Ibid., p. 129.
  • 53 Ibid., p. 129.

55Le mariage fut célébré en 1265. Fatima devait encore être une très jeune fille, au moment d’épouser son mari, car le premier enfant connu du couple est né en 127952. Fatima s’est impliquée personnellement dans les affaires politiques de l’émirat en étant la tutrice de ses petits-fils, les émirs Mohammed VI et Youssef Ier53.

  • 54 R. ARIÉ, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides (1232-1492). Réimpression suivie d’une postface (...)

56L’activité militaire d’Abu Said Faray a été importante. Son plus grand succès est la conquête de Ceuta en 130454. Quatre ans plus tard, en décembre 1308, Ferdinand IV de Castille et Jacques II d’Aragon se mettent d’accord, à Alcalá de Henares, pour achever la reconquête des territoires occupés par les musulmans dans la péninsule Ibérique. Les deux rois font entrer, dans leur coalition, l’émir mérinide Abu-l-Rabi Sulayman (1308-1310).

  • 55 M.Á LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 146.
  • 56 M. J. RUBIERA MATA, « El arraez Abu Said Faray Ben Ismail ben Nasr, gobernador de Málaga y epónimo (...)

57En juillet 1309, les villes d’Almería et Algésiras sont assiégées ; dans le même temps, Ceuta tombe entre les mains de l’émir mérinide, aidé par l’armée aragonaise55. Abu-l-Rabi Sulayman se retourne contre Jacques II d’Aragon et s’allie à l’émir nasride pendant que ce dernier négocie, avec Ferdinand IV, une paix onéreuse pour l’émirat56.

58Le mécontentement gronde à Grenade. Une partie des opposants à l’émir essaient de convaincre Abu Said Faray de prendre le pouvoir. Abu Said Faray réfléchit. Il décide plutôt de faire reconnaître comme émir son fils Ismaël qui, en tant que petit-fils – par voie maternelle – de Mohammed II, est un candidat légitime au trône.

  • 57 Ibid., p. 132.
  • 58 Ibid., p. 132.
  • 59 Ibid., p. 133.

59Dans un premier temps, la tentative de coup d’état menée par Abu Said Faray échoue. La ville de Málaga est la seule à reconnaître le nouvel émir57. L’armée d’Abu Said Faray conquiert Antequera, Marbella, Vélez et marche sur Grenade. Le siège de la ville est trop long pour les hommes d’Abu Said Faray, contraint de signer une trêve avec l’émir nasride et de se retirer à Málaga58. Son fils, Ismaël, manigance pour s’emparer du pouvoir et mène une opération militaire qui lui offrira Grenade et son palais. Dans le même temps, Abu Said Faray – accusé d’avoir voulu fuir la cité de Málaga – meurt misérablement, en résidence surveillée à Salobreña, en 132059.

  • 60 Dans Descripción de África, Luis del Mármol Carvajal n’opère aucune distinction entre la première d (...)

60Dans les deux passages précédemment cités du Compendio, Esteban de Garibay affirme que la branche masculine du lignage Alahmar – la première dynastie nasride – a régné pendant soixante-dix-sept ans, avant de laisser la place à la deuxième dynastie nasride, issue d’Abu Said Faray60. L’auteur de la chronique apocryphe reprend à son compte le même nombre d’années… pour affirmer que, après avoir régné pendant soixante-dix-sept ans, les Alahmar doivent abandonner le pouvoir, le laissant désormais entre les mains de ceux à qui ils l’ont confisqué en 1236, les Alnayar :

  • 61 Je souligne.

[…] los cuales reyes se habian conservado en Granada espacio de setenta y siete años, desde el rey Mahomat Aben Alhamar el primero hasta el rey Mahomat Aben /fol. 20v/ Alhamar, cuarto de este nombre y ultimo de los Aben Alhamares, G, section 20, fol. 20r-20v ; B, fol. 20r61.

  • 62 Je souligne l’extrait du Compendio.

61Ismaël ne règne pas sereinement. Le précédent émir, Mohammed IV, peut compter sur le soutien militaire de la Castille apporté par l’infant Pedro. Celui-ci décide de s’attaquer, avec ses soldats, au territoire désormais gouverné par Ismaël Ier62 :

62Fort significativement, l’auteur se faisant passer pour Fernando de Pulgar retranche à l’ouvrage de Garibay la critique du chroniqueur portée à propos des conditions d’accès au pouvoir du nouvel émir et sur sa misérable fin.

63Ismaël, dans le Tractado, n’est pas un tyran d’usurpation comme le laisse entendre Garibay. Sa fin, cependant, est hâtée par Ozmin, l’allié d’hier, qui avait permis à Ismaël de prendre le dessus sur Mohammed. La trahison d’Ozmin trouve son origine dans la perte d’un être cher. Dans l’Histoire des émirs de Grenade et dans le Compendio, Ozmin déplore le décès de son petit-fils lors de la bataille de Martos, rendant l’émir responsable de la disparition du jeune homme. Il se répand en injures et en invectives, prenant à témoin les Grenadins.

  • 63 Je souligne les passages qui suivent.

64Le désespoir de l’ancien allié est alors connu de Mohammed, fils du potentat d’Algésiras, qui reproche un autre crime à Ismaël Ier : à l’issue de la bataille de Martos, l’émir, charmé par la belle esclave chrétienne que Mohammed avait décidé de ramener de sa campagne militaire, a contrarié ses plans en la gardant pour lui. De plus, Ismaël tient des propos méprisants à l’égard de Mohammed, qui s’en souvient avec rancune lorsqu’arrivent jusqu’à lui les paroles chargées d’amertume et de tristesse d’Ozmin. Les deux hommes s’unissent, mettant tout en œuvre afin de renverser Ismaël et d’installer au pouvoir un autre Mohammed, descendant des Alahmar par voie masculine, rétablissant ainsi un ordre successoral interrompu par Ismaël Ier63 :

65L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade – qui a décidé de voir en Ismaël le premier émir descendant d’Ibn Hud Alnayar, régnant, de ce fait, légitimement – ne peut accepter entièrement la version de Garibay, pour qui Ismaël est un tyran d’usurpation. L’historien se faisant passer pour Fernando de Pulgar corrige alors en deux temps le Compendio. D’une part, il supprime l’allusion à la légitimité des droits successoraux des membres de la première dynastie nasride. D’autre part, il rappelle que, en 1236, les Alahmar se sont déjà emparés du pouvoir, au détriment d’Ibn Hud Alnayar et des siens, les seuls – répète-t-il – qui pouvaient gouverner légitimement à Grenade.

66Ismaël n’échappe pas à la mort, tombant sous les coups de ses ennemis réunis dans une même ligue factieuse, même si le complot ne se déroule pas comme prévu. Mohammed, le fils de l’homme fort d’Algésiras, l’un de ses frères et son fils se mettent d’accord avec Ozmin : tous trois demanderont à être reçus par l’émir puis ils se jetteront sur lui pour l’assassiner.

67Les trois hommes sont à l’intérieur de l’Alhambra, cachant leurs sabres dans les manches de leurs habits. Ils marchent, dans le palais, en compagnie de l’émir et de son vizir : le père et le fils se trouvent devant Ismaël Ier alors que le frère de Mohammed discute, derrière l’émir, avec l’homme de confiance de ce dernier. C’est alors que les hommes de tête sortent leurs sabres avec lesquels ils s’acharnent sur l’émir, lui assénant plusieurs coups mortels.

68Le vizir, surpris et blessé en quatre endroits de son corps par le frère de Mohammed, reprend vite ses esprits. Il dégaine son arme et, à lui seul, parvient à mettre en fuite Mohammed et son fils. Il enferme le troisième assaillant dans l’une des salles de l’Alhambra.

  • 64 Je souligne les passages qui suivent.

69Une fois hors de danger, le vizir s’occupe de son seigneur. Il le porte dans ses bras ; il dépose son corps dans une pièce du palais, où sa mère – Fatima, qui n’est nommée ni dans le Tractado, ni dans le Compendio – ainsi que des médecins essaient, en vain, de le sauver. Le vizir part à la recherche des assassins ; après les avoir retrouvés, il les égorge. Ozmin, le traître, fait mine de découvrir ce qui s’est passé64 :

70Pour l’auteur de l’ouvrage sur lequel porte l’enquête, il est hors de question de considérer comme un mauvais émir, comme un émir inutile, celui qu’il veut faire passer pour un descendant d’Ibn Hud Alnayar. Le sort réservé à Ismaël n’est pas celui qui attend tout tyran, comme l’affirme Garibay dans les derniers mots de l’extrait cité. L’image écornée de l’émir, transmise par le Compendio, est franchement améliorée dans le Tractado ; son auteur ne voit pas en Ismaël un usurpateur, tout comme Fernán Sánchez de Valladolid avant lui :

  • 65 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. LV, p. 207a.

Et salió á la puerta del Alhambra, et falló y á Ozmin et á todos los caballeros. Et Ozmin preguntóle, qué era del rey. Et el alguacil díxole, que era vivo et sano, et que le mandaba que le fuese ayudar á prender algunos que avian seido en consejo de quererle matar. Et Ozmin, por mostrar que él non fuera en aquel consejo, et otrosí porque le dixo que el rey era vivo et sano, dixo que iria con él, et que le ayudaria. Et el alguacil dexó recabdo en el Alhambra, porque lo acogiesen quando veniese : et fué por la villa, et Ozmin con él, et otros caballeros, et priso todos los caballeros parientes de Mahomad fijo del arrayaz de Algecira et de su hermano, et todos sus amigos, aquellos que él sospechó que eran en aquel consejo. Et tornó al Alhambra, et matólos todos ; et entró al palacio do estaba el rey su señor, et fallólo que se finaba : et estovo con él esforzándolo fasta que se finó. Et desque el rey Ysmaél fué finado, el alguacil envió decir á Ozmin et á toda la caballería, que veniesen allí, ca el rey quería fablar con ellos65.

  • 66 Pour sa part, Francisco Bermúdez de Pedraza écrit : « Ismael primero deste nombre, y sexto rey de G (...)

71La correction de l’histoire apportée par le Tractado est singulière. Dans Origen, à aucun moment, l’auteur de l’ouvrage généalogique ne fait d’Ismael Ier et de son père, Abu Said Faray, des membres de la famille Alnayar66.

72L’histoire de l’émirat de Grenade – de son origine jusqu’au milieu de la première moitié du XIVe siècle – est, désormais, entièrement biaisée. À la figure du fondateur de la dynastie hudide – Ibn Hud Alnayar –, s’ajoute à présent celle de l’émir Ismaël. Les deux hommes sont des points d’inflexion sur lesquels prend appui l’œuvre. L’auteur du Tractado tisse peu à peu sa toile : il ne lui reste plus qu’à associer les autres gouvernants à Abu Said Faray – non pas le vrai mais son double, celui qui fait partie du lignage Alnayar –, pour que le pouvoir ne quitte plus jamais les mains des descendants d’Ismaël ; il lui faut aussi atténuer une partie des passages les plus critiques du Compendio, voire les supprimer. Les règnes des successeurs d’Ismaël sont examinés en fontion de ces deux impératifs.

1.4 Biffures, atténuations et trous de mémoire

  • 67 Je souligne l’extrait du Compendio.

73À la mort d’Ismaël, c’est son fils Mohammed qui est porté à la tête de l’émirat. Trop jeune pour régner, il a besoin d’un tuteur. Ozmin, soulagé de voir que personne n’a eu vent de sa participation au complot ayant abouti à l’assassinat de l’émir, voit dans la jeunesse de Mohammed un moyen de mettre la main sur le pouvoir et de régner en coulisses. La section 28 du manuscrit G s’achève sur la reconnaissance du nouvel émir ; la section 29 débute avec celle du nouvel homme fort de l’émirat, Ozmin. L’ordre est le même dans le Compendio, où un commentaire de Garibay, absent des manuscrits G et B, est inséré. Dans ce passage supprimé, l’historiographe déplore l’inconstance perpétuelle voire l’irresponsabilité continuelle des Maures en matière de bon gouvernement67 :

74L’auteur de l’ouvrage apocryphe passe sous silence l’annonce du destin funeste du jeune Mohammed faite par Garibay. Il prend également grand soin de ne pas révéler que Mohammed Alahmar, le prétendant au trône, est en fuite mais qu’il reviendra à Grenade et qu’il deviendra le neuvième émir. Le silence de l’auteur du Tractado est éloquent : il lui revient d’éliminer, sur le papier, toute trace laissée par les membres de la dynastie nasride.

75À son tour, le 25 août 1333, l’émir Mohammed est assassiné par deux des fils d’Ozmin, qui reprochent à leur victime d’être trop proche des chrétiens – en particulier du souverain, Alphonse XI – et de se vêtir à leur manière. Les fils d’Ozmin poignardent Mohammed :

76Dans cet extrait, le choix de l’historien du Tractado est riche de sens. Comme dans le Compendio, l’auteur de l’ouvrage apocryphe attribué à Fernando de Pulgar révèle aux lecteurs que les criminels ont bénéficié du soutien de l’un des membres du lignage Alahmar, Mohammed, qui prend une grande part dans la mort de l’émir. Ainsi, contrairement à l’exemple précédent dans lequel Esteban de Garibay affirmait que Mohammed Alahmar allait devenir – plus tard – le neuvième émir de Grenade, ce que taisait l’auteur du Tractado, si le même Mohammed Alahmar apparaît, c’est pour en faire l’un des acteurs de la chute de l’émir. Dans la Historia general, Juan de Mariana insiste davantage encore que Garibay sur la légitimité des revendications des descendants de la première dynastie nasride et, à l’inverse, sur l’illégitimité de l’émir Mohammed, qui tombe sous les coups de poignard des fils d’Ozmin :

  • 68 Historia general, Livre XVI, chap. III, p. 7. Je souligne.

[…] y el rey de Granada caminó á Malaga con deseo de ver aquella ciudad. Alli los hijos de Ozmin (que á todas estas cosas se hallaron presentes) se conjuraron de matarle. Abominaban y blasfemaban dél : cargabanle que con la familiaridad y trato que tenia con los christianos, á sí mismo y á su nacion y secta deshonraba. Acaso traia puesta una ropa que le dió el rey de Castilla : esto les encendió mas el enojo y saña que contra él tenian, y les dió mayor ocasion de calumniarle. Andaba con el rey un cierto moro llamado Alhamar, de la sangre y alcuña de los primeros reyes de Granada, mas noble que señalado, ni de grande cuenta. A este tentaron primero los hijos de Ozmin, y le persuadieron que se vengase de la notoria injuria y agravio que se le hacia en tenerle usurpado el reyno que de derecho le venía ; y que castigase el grande desacato que contra su secta se cometia. Concertado la traycion, estando el rey muy seguro y descuidado della, le mataron á puñaladas en veinte y cinco dias del mes de agosto68.

77L’auteur du Compendio et le jésuite proposent un récit proche de celui de la chronique d’Alphonse XI, même si Esteban de Garibay et Juan de Mariana insistent plus que Fernán Sánchez de Valladolid sur le rôle de Mohammed Alahmar dans le complot :

  • 69 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. CXXVII, p. 258a.

Porque en aquellas vistas quel rey de Granada ovo con el rey de Castiella estudieron amos los reyes muy grand pieza en fabla, los fijos de Ozmin, que eran y con el rey de Granada, coydaron que aquella fabla era á daño dellos. Et por esto desque el rey de Granada ovo su real sesegado cerca del rio de Guadiaro, segun que la estoria ha contado, envió por su alguacil para acordar con él por quáles de los sus logares iria á la villa de Malaga : et otrosí como enviaria aquellas gentes, que allí avia traido, para Granada, et á los otros logares donde avian venido cada unos dellos. Et el rey de Granada tenia vestida una crocha quel rey de Castiella le diera, que era de muy buen paño, et con muy buenos adobos. Et Abotebe et Abrahen fijos de Ozmin, aviendo voluntat de matar aquel su rey, dixieron, que porque él comiera con el rey de Castiella, et otrosí porque traía vestidos los sus paños, que era christiano. Et esto fablaronlo con algunos de aquellos que entendieron que los avian de ayudar : et venieron á la tienda dó estaba aquel su rey : et luego que allí llegaron, sacaron sus espadas, et mataronlo, et fue muerto á veinte et cinco dias de agosto69.

78Une fois l’émir assassiné, son frère, Youssef Ier (1333-1354), devient le maître de Grenade aux dépens de son autre frère, Farrachen. Dans les manuscrits G et B, les événements s’accélèrent. L’arrivée au pouvoir de Youssef est annoncée à la section 34. Quelques lignes plus tard – à la fin de la section 36 –, l’auteur de l’ouvrage apocryphe porte à la connaissance de ses lecteurs le décès d’Alphonse XI et l’arrivée sur le trône de son fils, Pierre Ier, en 1350. Au même moment, Esteban de Garibay consacre dix pages aux événements survenus entre 1333 et 1350.

79Le choix de l’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar, consistant à ne pas retenir les chapitres consacrés à cette période dans le Compendio, est révélateur. Il permet, notamment, de taire l’accusation portée par Garibay à propos de l’éventualité d’un empoisonnement du roi Alphonse XI voulu par l’émir de Grenade et les Maures :

  • 70 Compendio, Livre XXXIX, chapitre XXXVIII, p. 373.

Esta muerte del rey de Castilla algunos autores dan a sentir, auer sucedido por orden y forma de los moros, que fueron partes, para darle veneno, como despues en algunos años fue publico en la ciudad de Granada, y lo mesmo procuraron y tentaron de hazer de algunos reyes sus sucessores, en presentes que les embiauan70.

  • 71 Je souligne l’extrait du Compendio.

80En 1354, le règne de Youssef Ier prend fin. À son tour, l’émir est victime d’un complot auquel a pris part son oncle, Mohammed Alhachuz – c’est-à-dire le vieillard –, le frère d’Ismaël Ier71 :

  • 72 Il y a, dans l’insinuation de Garibay, une coïncidence notable avec celle de Juan Ginés de Sepúlved (...)

81Le passage présenté en caractères gras, extrait du Compendio, témoigne de la conviction de Garibay : les Maures étaient incapables de bien gouverner72. Une telle affirmation n’a pas sa place dans le Tractado ; son auteur la fait alors disparaître.

  • 73 Dans Origen, le lien familial unissant Mohammed VI aux Alnayar est immédiatement revendiqué : Cidih (...)

82Mohammed Alhachuz est renversé en 1360 par celui que l’auteur de l’ouvrage apocryphe considère comme le dixième émir de Grenade, Mohammed VI (1360-1362). L’auteur de l’Histoire n’essaie pas, à ce moment, de faire passer le nouvel émir pour un descendant d’Ibn Hud Alnayar ; il le fera plus tard73. À la section 38, la version des manuscrits G et B est très proche de l’histoire écrite par Esteban de Garibay :

83Après l’assassinat de Mohammed VI par Pierre Ier, en 1362, Mohammed Alhachuz revient au pouvoir ; il le gardera jusqu’en 1379. Dans la section 39 – qui ne fait que quelques lignes – le récit des années 1362-1379 est abrégé. Esteban de Garibay, pour sa part, ne fait pas le même choix. Il consacre à cette période plusieurs pages inspirées des chroniques de Pierre Ier et d’Henri II écrites par Pero López de Ayala. Dans le Tractado, le choix d’opter pour un bref résumé de ces années cruciales pour la Castille qui voient l’accession au trône de la famille Trastamare peut être la conséquence d’un calcul mûrement réfléchi de la part de son auteur. De cette façon, celui-ci passe sous silence la guerre que mène l’émir Mohammed contre Henri II, en 1370. Esteban de Garibay écrit :

  • 74 Compendio, Livre XL, chap. VII, p. 383. Les passages repris par Garibay se trouvent au chapitre III (...)

Con esto en el año de mil y trezientos y setenta el rey Mahomad continuo las guerras de los christianos, haziendo muchas correrias y caualgadas en Andaluzia, dando a entender que queria ayudar a los hijos del rey don Pedro, que en la villa de Carmona estaua en grande manera fortalecidos : pero no tardo en hazer treguas con el rey don Henrique, auiendo entendido en ellas los maestres de Santiago y Calatraua74.

84Le soutien de l’émir à la cause du roi est d’autant plus gênant que, sous la plume de Garibay, Pierre Ier est dépeint comme un tyran d’exercice :

  • 75 Compendio, Livre XXXIX, chap. XXXVIII, p. 373. Je souligne.

Quando don Pedro rey de Castilla començo a reynar, quedo abierta la guerra entre christianos y moros, pero no se hizieron ningunos daños notables, ni passaron otras cosas señaladas, porque el nueuo rey de Castilla no curando de continuar la guerra, que el rey su padre auia començado, no tardo en concordar treguas con los moros, cessando por algunos años las armas : porque este principe al tiempo que començo a reynar, siendo en edad moço, y en condiciones aspero y siniestro, tomo tanto que hazer con sus proprios subditos, a vnos quitando las vidas, y a otros los estados, y a muchos lo vno y lo otro, que sin curar de seguir las pisadas de los reyes catholicos de Castilla su padre y progenitores, causo a los reyes moros de Granada larga paz, mostrandose muy amigo del rey Iuceph75.

85C’est peut-être pour cette raison que l’auteur de l’ouvrage apocryphe préfère ne pas s’étendre sur les liens d’amitié liant Mohammed Alhachuz à Pierre Ier, à l’inverse de Garibay. De plus, chez ce dernier, l’émir, vassal de Pierre Ier, fait preuve d’un grand zèle au moment où le roi de Castille mène la guerre à Pierre III de Catalogne et IV d’Aragon dit le Cérémonieux :

  • 76 Ibid, Livre XL, chap. V, p. 380.

Al qual (rey de Castilla) el rey Mahomad queriendo ser grato, y viendo, que personalmente andaua conquistando pueblos de Aragon, le embio seyscientos ginetes muy exercitados en la guerra con vn caudillo moro, llamado Farax Reduan, y hallando al rey don Pedro sobre Taraçona, fue ganada esta ciudad, y despues vinieron a su poder Teruel y otros pueblos y ciudades, no parando, hasta poner cerco sobre la ciudad de Valencia. En todas las guerras que el rey don Pedro tuuo con Aragon, siempre el rey Mahomad le ayudo por mar y tierra con toda voluntad, gratitud, y aficion […]76.

86Selon Garibay, la fidélité envers le souverain castillan de Mohammed Alhachuz est sans faille, ce qui n’est pas le cas de Mohammed VI, qui entame des pourparlers avec le roi d’Aragon afin de fragiliser Pierre Ier. Il n’est pas non plus question de ceci dans l’Histoire des émirs de Grenade :

  • 77 Ibid, Livre XL, chap. II, p. 376.

El qual (rey bermejo) auiendo vsurpado el reyno, temio tanto del rey de Castilla, creyendo, que por el amor que tenia al desposseydo rey Mahomad su amigo y vasallo, le seria enemigo, que conociendo las guerras, que en estos dias auia entre los reynos de Castilla y Aragon, començo a dar muestras, de querer ayudar al rey de Aragon, con quien despues hizo su liga contra el rey de Castilla, el qual siendo desto auisado […] pidio treguas, y quedaron por amigos, con condicion, que el rey de Castilla no ayudasse al despojado rey Mahomad. Condecendio a este partido el rey de Castilla, por estar tan entremetido en la guerra de Aragon, pero no se le oluido, el auerle querido hazer guerra el rey bermejo en fauor del rey de Aragon su enemigo, lo qual le costo la vida, segun se vera en su lugar […]77.

  • 78 Je souligne les passages qui suivent.

87En 1379, à la mort de Mohammed Alhachuz, son fils Mohammed Guadix (1379-1392) – surnommé à tort Gundir, dans le manuscrit G – règne à Grenade. Aussi bien l’historien du Tractado que l’auteur du Compendio sont d’accord pour affirmer que le nouvel émir descend d’Abu Said Faray78 :

88Dans l’Histoire des émirs de Grenade, il y a peu de place pour Mohammed Guadix. Il n’y est question que de son mariage et des différents rois qui se succèdent à la tête de la Castille au même moment : à la mort d’Henri II, Jean Ier puis Henri III deviennent les nouveaux souverains du royaume voisin de l’émirat. Esteban de Garibay ne s’attarde pas, lui non plus, sur le règne de l’émir. En revanche, il considère nécessaire de retracer les conditions d’accession au pouvoir des émirs précédents, en soulignant l’illégitimité d’un bon nombre d’entre eux. La généalogie proposée par le futur chroniqueur de Philippe II contredit celle qu’élabore peu à peu l’historien du Tractado ; de ce fait, elle n’y a pas sa place :

  • 79 Ibid, Livre XL, chap. VIII, p. 384-385. Je souligne.

[…] començo a reynar este rey Mahomad, nieto por linea de varon del arraez Farrachen, y viznieto por linea de hembra del dicho rey Mahomad el segundo, y reuiznieto de Mahomad, primer rey moro de Granada. Entre todos los reyes predecessores suyos este rey Mahomad fue solo, el que con quietud començando a reynar en Granada, sin ninguna turbacion, violencia, ni tyrania, acabo pacificamente, como consta de lo escrito, porque aun Mahomad Aben Alhamar primer rey, no dexo de tener dificultades, antes que esta ciudad le diesse la obediencia : y despues su hijo Mahomad Mir Almuz Lemin, segundo rey, tuuo tanta contradicion, que sino fuera por los caualleros castellanos, que en Granada estauan desnaturados, huuiera duda en su sucession. El rey Mahomad, el tercero, aunque quietamente obtuuo el reyno, fue despues priuado del : y el rey Mahomad Aben Azar, quarto rey, entro con tyrania, quitando el reyno a su hermano mayor : y Ismael, quinto rey, le huuo con grande violencia, priuando del al rey Mahomad su tio : y Mahomad sexto rey, obtuuole con muchos escandalos y turbaciones, por la muerte que sus enemigos dieron a traycion al rey su padre, y lo mesmo sucedio despues del. Iuceph, septimo rey, alcanço el reyno en perjuyzio del derecho del infante Farrachen su hermano primogenito, heredero del reyno : y Mahomad Lagus el viejo, otauo rey, entro en el reyno tyranicamente por muerte que los suyos dieron al rey Iuceph su sobrino : y Mahomad el bermejo, noueno rey, huuo por la mesma orden de violencias y tyranias, despojando de la ciudad de Granada, y de lo mejor del reyno al predecessor, de modo que assi resulta, que solo este Mahomad, decimo rey, fue el que principio, y acabo pacificamente su reyno en todos los reyes, que hasta agora han reynado en Granada79.

89Mohammed Guadix règne pacifiquement, selon Garibay et l’auteur du Tractado. En 1392, année du décès de l’émir, son fils Youssef II (1392-1396) accède au pouvoir. L’auteur de l’ouvrage apocryphe tait les origines de l’émir, à la différence d’Esteban de Garibay :

  • 80 Ibid, Livre XL, chap. IX, p. 386.

Desta manera en la corona real de Granada se continuaua la linea y sucession masculina de Farrachen arraez de Malaga, hartas vezes nombrado, y adelante se continuo hasta el tiempo, que la historia lo mostrara80.

  • 81 Je souligne le passage du Compendio.

90En revanche, dans les manuscrits G, B et au sein de l’ouvrage de Garibay, une grande place est consacrée à la fin de l’émir. Celui-ci meurt assassiné par le souverain mérinide, qui lui offre comme présent une casaque empoisonnée, pratique courante chez les Maures d’après Garibay. L’auteur de l’Histoire fait disparaître l’affirmation du futur chroniqueur de Philippe II. Peu après avoir revêtu le vêtement offert, Youssef perd des lambeaux de peau. Tout son entourage est plongé dans une profonde stupeur et assiste, impuissant, à l’agonie aussi lente qu’atroce de l’émir81 :

  • 82 Je souligne les passages qui suivent.

91Mohammed IX (1396-1408), l’un des fils de Youssef II arrive au pouvoir. Dans le manuscrit G, Mohammed descend d’Abu Said Faray alors que, dans B, l’émir est lié à Ibn Hud Alnayar82 :

92En 1408, Youssef III (1408-1423) succède à son frère Mohammed IX, mort, comme son père, pour avoir porté un vêtement empoisonné :

  • 83 Je souligne les passages qui suivent.

93En 1423, le fils de Youssef III, Mohammed le Gaucher, est porté à la tête de l’émirat. Le règne du nouvel émir – destitué à plusieurs reprises mais revenant toujours au pouvoir – est chaotique. Garibay ne s’en étonne pas puisque, d’après lui, les Maures se soulèvent volontiers contre ceux qui les gouvernent. Aussi bien l’auteur de l’ouvrage apocryphe que celui du Compendio voient en Mohammed un descendant d’Abu Said Faray83 :

  • 84 Je souligne les passages qui suivent.

94Mohammed le Gaucher est renversé une première fois par Mohammed el pequeño (1427-1429). Ni l’historien se faisant passer pour Fernando de Pulgar ni Esteban de Garibay ne jugent nécessaire de révéler les origines familiales de l’émir mais les deux auteurs s’accordent pour en faire un tyran d’usurpation84 :

95L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade travaille par retouches successives. Il détourne les passages qu’il emprunte au Compendio d’Esteban de Garibay afin de les adapter à ses desseins ; il en supprime d’autres, quand il les estime éloignés de ces derniers. C’est ainsi que, après Ibn Hud Alnayar et Ismaël Ier, l’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar conduit ses lecteurs jusqu’au troisième et dernier émir qui lui importe véritablement, Youssef IV.

1.5 L’émir de poche et les seconds couteaux

96Mohammed le Gaucher parvient à récupérer le pouvoir puis il fait exécuter Mohammed, l’usurpateur. L’accalmie est de courte durée : en 1432, Youssef IV – père de Selim Alnayar et grand-père de Yahya Alnayar/Pedro I de Granada – est porté à la tête de l’émirat grâce au soutien du royaume de Castille. Un peu avant la prise de pouvoir de Youssef, l’auteur de l’ouvrage apocryphe a consacré quelques lignes à l’année 1431, pendant laquelle les troupes chrétiennes ont remporté plusieurs victoires sur l’armée musulmane de l’émirat de Grenade, notamment celle de la Higueruela.

  • 85 Crónica del rey don Juan II, p. 490-500. Voir les pages que F. GÓMEZ REDONDO consacre à la chroniqu (...)
  • 86 Je souligne les passages qui suivent.

97Alvar García de Santa María réserve à ces succès les chapitres I à XXII de l’année 1431, dans la chronique de Jean II dont il est l’auteur85. Leur résumé fait par Esteban de Garibay est repris dans le Tractado. Dans les deux livres, comme dans la chronique du roi, émerge tout particulièrement la figure de Youssef, le futur émir, qui est considéré par le roi de Castille comme l’un de ses alliés86 :

  • 87 « Y estando el rey dubdoso de lo que debia hacer, vínose para él un caballero moro, que llamaban Gi (...)
  • 88 P, fol. 49r ; La, p. 70 ; Lc, fol. 52r ; Nb, fol. 60v ; Ba, fol. 74r. L’ajout est absent de G, de N (...)

98Youssef, dans les extraits des manuscrits G et B, descend du roi Vermeil Mohammed VI, comme l’ont également écrit Alvar García de Santa María ou bien Juan de Mariana, en plus de Garibay87. Dans le manuscrit B, un ajout fait du nouvel émir l’un des descendants d’Ibn Hud Alnayar. Cette précision est riche de sens ; d’ailleurs, elle est reproduite dans cinq autres manuscrits de l’Histoire des émirs de Grenade88.

99Dans le Compendio, Esteban de Garibay a déjà fait allusion à Youssef. Selon lui, le petit-fils de Mohammed VI s’est emparé de l’émirat de Grenade illégitimement. Youssef est bien un tyran d’usurpation :

  • 89 Compendio, Livre XL, chap. II, p. 376. Je souligne.

Este principe (Mahomad el bermejo) como con publico escandalo alcanço el reyno, sucediole tambien, que muriesse publicamente, aunque andando el tiempo vn nieto suyo, llamado Iuceph Aben Almao, decimo sexto rey de Granada, segun la historia lo enseñara, torno a tyranizar el reyno posseydo agora deste rey bermejo su aguelo89.

  • 90 Je souligne les passages qui suivent.

100Dans les manuscrits G et B, ce passage n’est pas conservé. Pour l’auteur de l’ouvrage apocryphe attribué à Fernando de Pulgar, il n’est pas concevable de faire du grand-père de Yahya Alnayar un tyran. L’extrait dans lequel Esteban de Garibay évoque le pouvoir dont jouissaient les souverains castillans au sein même de l’émirat, faisant ou défaisant les émirs selon leur bon gré, disparaît de la chronique apocryphe90 :

101Dans ce passage, les informations contenues dans le manuscrit B complètent celles divulguées par le manuscrit G : au sein de B, Youssef ne descend pas uniquement du roi Vermeil mais aussi d’Ibn Hud Alnayar. Esteban de Garibay n’affirme rien de tel.

  • 91 Pedro CARRILLO DE HUETE, Juan de Mata CARRIAZO, (éd.), Crónica del halconero de Juan II. Edición fa (...)

102Une fois arrivé au pouvoir grâce à Jean II, Youssef IV écrit à son protecteur. Il existe plusieurs versions de cette lettre, reproduite notamment dans la chronique de Jean II ainsi que dans la Crónica del halconero de Juan II de Pedro Carrillo de Huete, tout comme dans Origen91. Juan de Mariana n’estime pas nécessaire de s’y référer :

  • 92 Je souligne l’extrait du Compendio.

103Le règne de Youssef IV est fugace. Au bout de six mois, Mohammed le Gaucher récupère le pouvoir que l’aïeul de Yahya Alnayar lui avait confisqué, d’après Esteban de Garibay. Toute allusion à l’usurpation du trône par Youssef IV disparaît du Tractado92 :

104À partir de ce moment, l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade ne consacre plus aucun mot à l’origine des émirs suivants. L’historien se faisant passer pour Fernando de Pulgar ne les rattache plus ni à Ibn Hud Alnayar, ni à Abu Said Faray, ni à Ismaël Ier, ni à Youssef IV. À propos de Mohammed el coxo, qui s’empare du pouvoir en 1445 au détriment de Mohammed le Gaucher, il écrit :

105Esteban de Garibay rédige quelques lignes relatives au destin de Mohammed le Gaucher, qui disparaissent du Tractado :

  • 93 Compendio, Livre XL, chap. XXIII, p. 401.

Los sucessos del rey Mahomad el yzquierdo, parecen casi yguales a los de Iustiniano, segundo deste nombre emperador de Constantinopla, si yguales fueran en grandeza de estados porque si el emperador Iustiniano, perdio dos vezes el imperio, la primera vez cortandole las narizes, y la segunda, la cabeça : este perdio tres vezes el reyno de Granada, segun queda visto, pareciendo, que el tiempo andaua jugando con este rey, mas que con ningun principe moro, predecessor ni sucessor suyo, que silla real huuiesse jamas tenido, no solo en Granada, mas aun en lo resto de los reynos de España : porque no se halla de otro auerle tantas vezes desposseydo del reyno93.

106Comme pour Mohammed el coxo, l’ascendance d’Aben Ismael (1443-1465) reste inconnue, aussi bien dans le Tractado que dans le Compendio :

  • 94 Je souligne le passage tiré du Compendio.

107Les origines familiales de Mouley Hacen ne sont évoquées ni dans l’Histoire des émirs de Grenade, ni dans l’ouvrage de Garibay. Celui-ci s’attarde sur la traduction du terme mouley ; l’auteur de l’ouvrage apocryphe ne garde pas ce passage du Compendio94 :

108L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade et celui du Compendio taisent les origines familiales de Mohammed Boabdil :

109Dans le Tractado, rien n’est inventé mais tout est détourné. L’ouvrage repose sur la réécriture de faits authentiques tirés de sources transformées. Il est fondé aussi bien sur des malentendus volontairement créés, sur des ambigüités cultivées, que sur des faits authentiques et avérés. Son auteur prend appui sur plusieurs figures de l’aristocratie musulmane : Ibn Hud Alnayar, le premier émir ; Ismaël, le fils d’Abu Said Faray, descendant d’Ibn Hud ; Youssef IV, l’émir à partir duquel la question de la légitimité du pouvoir et de son origine ne se pose plus, tous les regards étant tournés à sa mort vers son fils – Selim – et son petit-fils, Yahya. Tout est vrai, sans l’être.

2. Affinités

110La guerre menée par les Rois Catholiques contre les Maures est nécessaire. L’auteur de l’ouvrage apocryphe ne laisse planer aucun doute à ce sujet :

  • 95 La fin de l’extrait se rappoche d’un passage de l’histoire écrite par Juan de Mariana : « No descan (...)

No cesaban los christianos de hacer entradas y correrias en tierras de los moros asi por su natural inclinacion como por mandado de la reina. Y habiendose juntado para deter/fol. 69v/minar una buena empresa, contra la opinion del maestre de Sanctiago siguieron el parecer del marques de Cadiz, que era de tomar a Alora, que es un pueblo en el camino que va de Antequera a Malaga junto al rio que los antiguos llamaron Saduca, G, section 95, fol. 69r-69v95.

111L’affirmation de la nécessité de lutter contre les infidèles n’est pas nouvelle. Par exemple, dans le Libro de los estados, Juan Manuel insiste sur l’importance de la Reconquête. Juan Manuel ajoute que ceux qui participent à la guerre doivent avoir un comportement en tout point exemplaire ; dans le cas contraire, ils subiraient les foudres de Dieu :

  • 96 Don Juan Manuel, Ian MACPHERSON, R. B. TATE (éd.), El libro de los estados, Madrid : Castalia, 1991 (...)

[…] commo quier que todos los que van contra los moros fazen bien, pero non devedes crer que todos los que mueren en la tierra de los moros son mártires nin sanctos. Ca los que allá van robando et forçando las mugeres et faziendo muchos pecados et muy malos, et mueren en aquella guerra, ni aun los que van solamente por ganar algo de los moros, o por dineros que les dan, o por ganar fama del mundo, et non por entención derecha et defendimiento de la ley et de la tierra de los christianos, éstos, aunque mueren, Dios, que sabe las cosas escondidas, sabe lo que a de seer destos tales96.

112Pour sa part, Fernando de Pulgar, dans la Chronique des Rois Catholiques, met régulièrement l’accent sur le fait qu’il importe de mettre un terme à l’existence – intolérable, selon Isabelle et Ferdinand – d’un émirat musulman dans la péninsule Ibérique. Le roi et la reine estiment, comme don Juan Manuel, que la lutte contre les infidèles est une cause noble, supérieure à toute autre. Désormais en paix avec le Portugal, les souverains de Castille et d’Aragon peuvent consacrer leurs efforts à la Reconquête :

  • 97 C4, II, p. 3 ; C2, fol. XCXVII.

El rey e la reyna, después que por la gracia de Dios reynaron en los reynos de Castilla e de León, conosciendo que ninguna guerra se debía principiar salvo por la fe e por la seguridad, siempre tovieron en el ánimo pensamiento grande de conquistar el reyno de Granada, e lanzar de todas las Españas el señorío de los moros y el nombre de Mahoma. Pero el negocio era grande, y ellos estovieron tan ocupados en la guerra que tovieron con el rey de Portogal, y en poner orden en las cosas de Castilla, que no pudieron luego complir su deseo. E según en la segunda parte desta Historia avemos recontado, dieron treguas a los moros por algunos años97.

113L’auteur de la Historia de los hechos del marqués de Cádiz estime, quant à lui, que les Rois Catholiques rendent service à l’Église en luttant contre les mahométans :

  • 98 J.L. CARRIAZO RUBIO (éd.), Historia de los hechos del marqués de Cádiz, op. cit., p. 137-138.

Porque commo quiera que los muy serenísimos rey y reyna nuestros sennores, el muy magnífico sennor rey don Fernando e la muy esclareçida sennora reyna donna Ysabel, reyes y sennores de los reynos de Castilla, Aragón y Çeçilia, elegidos, alunbrados y enbiados por la graçia del Spíritu Santo para esecutar su justiçia y ensalçar la santa fe cathólica […]98.

114En bataillant contre les Maures, Rodrigo Ponce de León, le marquis de Cadix, œuvre pour l’exaltation de la foi chrétienne :

  • 99 Ibid., p. 145.

[…] Y así podemos bien dezir por el marqués de Cádiz, el segundo y buen conde Fernand Gonçález, y segundo y santísimo cauallero Çid Ruy Díaz, pues que averiguadamente y fablando toda la verdad, tan nobles y tan esforçadas cosas dél podemos contar, de sus grandes victorias y vençimientos que en los moros fizo, fauoreçiendo y ensalçando la santa fe cathólica. Y porque todos sus fechos fueron de cauallero entero, muy varón y con grand seso y esforçado coraçón y manos, no podemos tanto bien dezir que de mucho más no tenga meresçimiento, segund sus grandes virtudes99.

115Cependant, selon l’auteur de l’ouvrage apocryphe, les infidèles que les Rois Catholiques ont combattus puis vaincus ne sont pas tous blâmables. L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade opère un tri parmi les Maures, distinguant de façon manichéenne les bons des mauvais.

116Ceux qui, ayant compris à temps qu’ils vivaient dans l’erreur, ont fait le choix d’abandonner la religion musulmane pour se convertir au christianisme – à l’image de Yahya Alnayar/Pedro I de Granada –, entrent dans la catégorie des bons Maures. La conversion – en apparence volontaire et sincère – d’une partie des vaincus de 1492 est présentée comme étant l’un des facteurs ayant contribué à la victoire définitive de Ferdinand V et Isabelle Ire :

[…] por sus inexcrutables juicios, para el fin de aquella monarchia que guardo este dia tan deseado por largos tiempos para gloria y honor de Vuestra Alteza, acabando tan intrinseca y cruda guerra, para la qual aplicó nuestro señor el esfuerço incomparable de Vuestras Altezas, la division entre si de los reyes moros, la conversion a nuestra Santa Fee de algunos de los mas poderosos de su familia, con que vino a contrastarse esta ultima dificultad, que por espacio de mas de septecientos años parecia invencible, G, section 1, fol. 3v ; B, fol. 3v.

  • 100 Les Grenadins ont également reproché à Mohammed Boabdil d’être trop proche des chrétiens. Ils se so (...)

117L’auteur de l’ouvrage apocryphe s’attache, en outre, à faire de certains musulmans des philochrétiens, à l’image d’Ibn Hud Alnayar ou de Youssef IV : ceux-ci ont toujours soutenu les chrétiens – le cas des juifs n’est jamais évoqué – vivant à l’intérieur ou à l’extérieur de leurs frontières. D’ailleurs, c’est le philochristianisme de celui que l’historien se faisant passer pour Fernando de Pulgar considère comme le premier émir de Grenade qui lui a coûté la vie100.

118L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade montre aussi combien des musulmans, comme Selim et Yahya Alnayar, ont apprécié la compagnie des chrétiens de la cour d’Henri IV, le deuxième s’en souvenant au moment d’accepter de recevoir le baptême. L’islam n’aura été qu’une parenthèse dans la famille Alnayar ; cette parenthèse se referme avec la conversion miraculeuse de Yahya/Pedro qui embrasse la foi chrétienne, religion d’une partie de ses ancêtres wisigoths, les aïeux inconnus d’Ibdinabal.

119À l’image de Yahya Alnayar, plus tard, bon nombre de musulmans se sont convertis au christianisme d’après l’auteur du Tractado : « Y fue Dios obrando con divina providencia efectos milagrosos por diferentes caminos, convirtiendo algunos de los principales a la sancta fe catholica », G, section 3, fol. 5r ; B, fol. 5r.

  • 101 Lire, à ce propos, la synthèse écrite par A. D’AGOSTINO, dans Diccionario filológico de literatura (...)
  • 102 M.S. CARRASCO URGOITI, Francisco LÓPEZ ESTRADA, Félix CARRASCO, La novela española en el siglo XVI, (...)
  • 103 Les Guerras civiles de Granada seront imprimées cinquante et une fois, de 1597 à 1847 : Historia de (...)

120Le philochristianisme de la famille Alnayar en rappelle un autre. En 1595 – c’est-à-dire dans la période chronologique au cours de laquelle l’Histoire des émirs de Grenade a été écrite –, les Guerras civiles de Granada de Ginés Pérez de Hita sont imprimées. La vie de Ginés Pérez de Hita nous est mal connue101. Né vers 1537 et mort après 1600 – peut-être en 1619 –, originaire du royaume de Murcie, il a participé à la guerre menée par Philippe II contre les Morisques. Il a relaté cette expérience dans la deuxième partie des Guerras civiles de Granada imprimée à Cuenca en 1619. L’auteur – qui était peut-être Morisque – a également écrit des poèmes et une histoire de Troie en vers102. Le succès des Guerras civiles de Granada, œuvre pseudo-historiographique, a été considérable : l’ouvrage ne compte pas moins de trente-huit impressions, étalées entre 1597 et 1690103.

  • 104 « Historia de los vandos de los Zegries y Abencerrages caualleros moros de Granada, de las ciuiles (...)
  • 105 Sur les sources de l’œuvre, lire l’introduction de Paula Blanchard-Demouge, ibid., p. XXVIII-LI.

121Dans la première partie de sa chronique, Ginés Pérez de Hita retrace l’histoire de l’émirat de Grenade, depuis ses origines jusqu’au début du XVIe siècle. Son œuvre est présentée comme étant la traduction d’un autre livre écrit par un Maure appelé Aben Hamin104. L’histoire de Pérez de Hita prend appui non seulement sur la Chronique des Rois Catholiques de Fernando de Pulgar mais aussi sur le Compendio de Garibay – qui est paraphrasé –, sur la Crónica sarracina de Pedro de Corral105. L’auteur insère également, dans son œuvre, des romances.

122Dans les Guerras civiles de Granada, aucune des informations transmises par l’historien du Tractado ne sont reprises. Par exemple, Ginés Pérez de Hita préfère énumérer les noms des émirs de Grenade – Ibn Hud Alnayar est absent de cette liste –, en se servant du Compendio :

  • 106 Ibid., p. 3. Je souligne.

[…] mas por no gastar tiempo no diré sino de los reyes moros que por su orden la governaron y fueron conocidos por reyes della, dexando a parte los califas passados y señores que tuvo, siguiendo a Estevan Garibay Çamalloa. El primer rey moro que Granada tuvo se llamó Mahomad Alhamar. Éste reynó en ella treynta y seys años y más meses : acabó año de mil y docientos setenta y tres años106.

  • 107 Le clan des Zegríes insinue que celui des Abencerrage essaie de trahir Boabdil. Les Abencerrage – p (...)

123À l’instar de ce qu’écrit l’auteur de l’ouvrage apocryphe – dans lequel deux familles, les Alnayar et les Alahmar, se battent pour le pouvoir –, la grande fresque peinte par Ginés Pérez de Hita est ternie par les luttes intestines entre deux clans rivaux, les Zegríes et les Abencerrage. Dans les Guerras civiles de Granada, cette rivalité conduit l’émirat à sa perte107.

  • 108 G. CIROT, « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle », art. cit., 41 (4), 1939, p. 345- (...)
  • 109 Augustin REDONDO, « Moros y moriscos en la Literatura española de los años 1550-1580 », Annales Lit (...)
  • 110 Sur l’œuvre et sa transmission, voir l’introduction de Francisco LÓPEZ ESTRADA (éd.), El Abencerraj (...)
  • 111 G. CIROT, « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle », art. cit., 40 (2), 1938, p. 154. (...)

124Le Tractado ne partage pas l’ensemble des traits caractéristiques des Guerras civiles de Granada ou bien des autres œuvres appartenant au registre de la littérature maurophile écrite à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, sans parler du Romancero108. L’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar contribue, lui aussi, à une meilleure connaissance « d’une civilisation brillante et de sa perle, Grenade »109 ; cependant, l’auteur de l’œuvre sur laquelle porte l’enquête ne développe pas d’histoire d’amour entre jeunes Maures, comme dans l’épisode intégré au Guzmán de Alfarache auquel il a déjà été fait allusion dans le chapitre précédent, ou bien comme dans les Guerras civiles de Granada ou l’Abencerraje. Cette dernière œuvre – dont l’action se situe au XVe siècle et qui a été imprimée en 1561, ce qui en fait un ouvrage antérieur au Tractado – fait la part belle à la générosité de Rodrigo de Narváez à l’égard de son prisonnier – le Maure Abindarráez – que Rodrigo libère afin de le laisser se marier à la belle Jarifa110. Dans ce roman, l’auteur affecte de prendre les Maures pour des héros « aussi pleins de valeur que de sentiments »111.

125Au sein du Tractado, il n’y a pas de place pour le développement littéraire du sentiment amoureux. En revanche, comme dans l’œuvre de Ginés Pérez de Hita, la principale qualité du Maure dans l’Histoire des émirs de Grenade est de collaborer avec les chrétiens et d’embrasser leur foi : si le Maure est charmant, c’est parce qu’il est au service des chrétiens et qu’il reconnaît leur supériorité.

126Par exemple, selon Ginés Pérez de Hita, les survivants de la famille Abencerrage trouvent refuge auprès de Ferdinand V et se convertissent au christianisme. L’expérience et les choix des Abencerrage rappellent ceux des Alnayar dans le Tractado :

  • 112 Guerras civiles de Granada, op. cit., p. 209.

Los Abencerrages hizieron su camino a donde estava el rey don Fernando, yendo con ellos el fuerte Sarrazino y su muger Galiana, y Reduán y su hermosa Haxa, y Abenámar y su querida Fátima, y Zulema y su linda Daraxa ; porque el rey le avía quitado el alcaydía que le avía dado. Todos éstos llevavan intención de ser christianos, como lo fueron, porque siendo llegados adonde estava el rey don Fernando, fueron dél y de su corte muy bien recebidos. Y tornados todos christianos, con gran plazer del rey y de sus grandes, les fueron assentadas plaças de grandes y aventajados sueldos. Las damas moras, siendo christianas, la reyna doña Isabel las hizo damas de su estrado112.

127Dans les Guerras civiles de Granada, Moussa essaie de convaincre son frère Boabdil de livrer la ville de Grenade aux Rois Catholiques. La médiation de Moussa fait songer à l’intervention de Yahya Alnayar auprès de Mohammed al Zaghal. En outre, Moussa annonce à son frère que, comme d’autres nobles grenadins, il caresse le désir de se convertir au christianisme. L’auteur de l’ouvrage apocryphe et celui de l’œuvre généalogique consacrée aux Granada Venegas font état des mêmes souhaits chez les Alnayar :

  • 113 Ibid., p. 285-286.

El valeroso Muça, que desseava que la ciudad se diesse al christiano, viendo aquella gran división armada de nuevo entre los más principales cavalleros de Granada, holgó mucho, para lo que él y los de su vando pretendían, que era ser christianos y dar la ciudad al rey don Fernando. […] « El rey Fernando te da donde vivas, con renta para tu persona y familia ; entrégale a Granada ; mira no le indignes más contra ti de lo que está. […] Advierte que están determinados los más principales cavalleros de Granada de passarse con el rey y te dar cruel guerra. Y si quieres saber quién son, has de saber que los Alabezes y los Gazules, Aldoradines y Vanegas, Açarques, Alarifes y otros de su parcialidad, que conoces muy bien, y yo el primero, queremos ser christianos y darnos al rey Fernando »113.

128Enfin, dans les Guerras civiles de Granada, Ginés Pérez de Hita insiste sur la générosité des Rois Catholiques qui récompensent ceux qui se convertissent au christianisme. Dans l’Histoire des émirs de Grenade ainsi que dans Origen, Yahya Alnayar et son fils tirent également profit des largesses d’Isabelle et de Ferdinand :

  • 114 Ibid., p. 288-289.

Acabado de dar assiento el rey don Fernando en las cosas de la ciudad de Granada, mandó que a los cavalleros Abencerrages se les bolviessen todas sus casas y haziendas, y sin esto les hizo grandes mercedes. Lo mismo hizo con el buen Sarrazino, y con Reduán, y Abenámar ; los quales siempre le avían servido en la guerra bien y lealmente. Muça se tornó christiano y la hermosa Zelima, y los casó el rey, y les dio grandes averes. La reyna Sultana fue a besar las manos de los Cathólicos Reyes, la qual recibieron benigna y amorosamente, y ella dixo que quería ser christiana, y ansí fue hecho. Baptizola el nuevo Arçobispo, y le puso por nombre doña Isabel de Granada. Casóla el rey con un principal cavallero y le dio dos lugares mientras viviesse. Todos los Alabezes, y Gazules, y Vanegas, y Aldoradines, se tornaron christianos, y el rey les hizo grandes mercedes, especialmente al Malique Alabez, que se llamó don Juan Avez, y el mismo rey fue compadre suyo, y de Aldoradín, al qual llamó de su propio nombre Fernando Aldoradín114.

129Ces différents aspects sont largement développés par l’auteur de l’ouvrage apocryphe. Ce dernier observe les relations entre chrétiens et musulmans sous deux angles. Il s’arrête sur les services que se sont mutuellement rendus les membres des deux camps et sur les marques concrètes d’estime. Il consacre également plusieurs lignes déterminantes aux unions matrimoniales mixtes.

2.1 Les bannis, les amis et le corrompu

130Chrétiens et musulmans ont trouvé refuge et protection, lorsque cela a été nécessaire, auprès de l’émir de Grenade ou bien des souverains castillans :

[…] conforme a los subcesos de la guerra, los castellanos odiados o desfavorecidos de sus reyes o de sus padres y hermanos se iban a valer de los reyes de Granada, y los moros de Granada, por los mismos accidentes, iban a valerse de los reyes de Castilla ; y los unos y los otros recibian honra, dandoles socorro de gente y dineros, G, section 1, fol. 3r ; B ; fol. 3r.

131La pratique est ancienne. Déjà, révèle l’auteur du Tractado, aux premiers temps de la conquête musulmane de la péninsule Ibérique, quelques Wisigoths ont offert leur soutien aux envahisseurs alors que, dans le même temps, des Maures ont prêté main-forte aux troupes chrétiennes afin de les aider à reconquérir les territoires perdus :

[…] los unos procurando defender lo conquistado, aunandose con algunos godos, y los otros valiendose tambien de algunos mozarabes, procurando cobrar lo perdido, G, section 1, fol. 2v ; B, fol. 2v.

132D’après l’auteur du Tractado, ces différentes alliances étaient temporaires. Lorsqu’elles ne s’avéraient plus nécessaires, les sujets de l’émir et ceux du roi de Castille finissaient toujours par rejoindre leur seigneur naturel :

[…] hasta que se componian /fol. 3v/ las diferencias que les habian obligado a haberse ido. Y, en el interin, peleaban los unos contra los otros bravamente, guardando siempre la fidelidad y omenaje que se hacian los unos a los otros, de que estan llenas nuestras historias, G, section 1, fol. 3r-3v ; B, fol. 3r-3v.

  • 115 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 131-132. Cons (...)

133Aux XIIIe-XIVe siècles, selon l’auteur de l’ouvrage apocryphe, plusieurs Castillans se sont réfugiés à la cour de l’émir, qui les a protégés en échange de leurs services. Entre 1266 et 1273, des nobles se « dénaturalisent », quittant la cour d’Alphonse X pour celle de Mohammed Ier115 :

Pero vencio todas estas dificultades el rey Mahomat Muzlemin, con el ayuda y armas del infante don Phelipe – primo del rey de Castilla – que estaba en Granada, y, con el, don Nuño Gonzalez de Lara y Fernan Ruiz de Castro y Pedro de Mendoza y Lorenzo Venegas y Alonso Pe/fol. 9v/rez de Guzman y otros infanzones, que – desde el tiempo del rey Mahomat, su padre – estaban en Granada, G, section 8, fol. 9r-9v ; B, fol. 9v. 

134L’un des Castillans, Nuño de Lara, avait rejoint la cour de l’émir Mohammed, se plaignant à la fois du traitement qu’Alphonse X lui réservait et du peu d’égard avec lequel le souverain considérait les siens. Mohammed a alors permis à Nuño de séjourner à Grenade :

  • 116 À propos des mêmes faits, il est écrit, dans la Crónica del rey don Alfonso X : « […] É estando el (...)
  • 117 Il n’y a rien de tel dans les chapitres XLV-L de la chronique d’Alphonse X. Je souligne les extrait (...)

135Quand Alphonse X comprend que la présence de nobles castillans auprès de l’émir de Grenade peut avoir des répercussions politiques aussi considérables que néfastes sur son règne, il fait en sorte que les séditieux reviennent à sa cour. Ceux-ci le rejoignent alors, non sans scrupules. Les regrets des Castillans sont absents de la chronique d’Alphonse X116. Dans l’Histoire des émirs de Grenade, ils sont amplifiés par rapport au Compendio. Nuño de Lara et les autres nobles sont reconnaissants envers l’émir qui les a particulièrement bien traités117 :

  • 118 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 137.

136Le départ des nobles chrétiens de la cour de Grenade mécontente Mohammed II, qui s’en plaint auprès de l’émir mérinide Abu Yusuf Yaqub. Celui-ci, au printemps de l’année 1275, fait venir des troupes afin de guerroyer contre l’armée d’Alphonse X, parti pour l’Allemagne118. Les effets de ce conflit ont été désastreux pour le royaume de Castille. C’est à cette occasion que décèdent l’héritier de la couronne, Fernando, ainsi que Nuño de Lara.

137L’auteur du Tractado annonce à ses lecteurs que Mohammed II a reçu avec consternation la nouvelle de la disparition de son allié castillan. L’émir n’a pas oublié le soutien que Nuño lui a fourni, à la mort de Mohammed Ier, quand les prétendants au trône étaient nombreux et gênaient l’ambition qu’il nourrissait de succéder à son père à la tête de l’émirat. En gage de reconnaissance, d’après les auteurs du Tractado et du Compendio, Mohammed II a fait construire, pour son ami, une demeure digne de l’amitié qu’il lui porte :

  • 119 « […] Don Nuño é los que estavan con él pelearon con los moros que venian con Aben Yuzaf, é fueron (...)

138Mohammed II apprend aussi avec tristesse le sort réservé à la dépouille de Nuño de Lara. Un soldat mérinide, en effet, a décapité le noble castillan à la demande de son souverain. L’émir Mohammed prend alors la décision de faire transporter le corps et la tête de Nuño de Lara jusqu’à Cordoue, où l’ami d’antan pourra reposer en paix119 :

139Plus tard, en 1327, comme le révèle l’auteur de la chronique d’Alphonse XI, Juan Manuel décide de prêter main-forte à l’émir de Grenade dans le but de nuire au roi de Castille :

  • 120 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. LXXXIX, p. 227a.

Et don Joan, desque ovo tomado los dineros quel rey le mandó dar, fué al regno de Murcia, et dixo que queria entrar correr á tierra de moros, et non lo fizo : et envió decir al rey de Granada, que non era su voluntat de se partir de la postura et avenencia et amistat que con él avia, mas que ge lo queria guardar. Et entretanto quel rey tenia cercada la villa de Teba, don Joan veno á andar por la tierra del rey, et tomaba yantares ; et, en los logares dó quier que llegaba dabangelas. Et agora la estoria dexa de contar desto, et contará de los otros fechos que acaescieron en el regno120.

  • 121 F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa medieval castellana, op. cit., 1, p. 1109.

140À l’image de l’un des fils d’Ozmin – le Grenadin qui a trahi l’émir Ismaël et qui a été battu par Juan Manuel le 29 août 1326121 –, appelé Brahem et surnommé l’ivrogne, lequel a rejoint la cour d’Alphonse XI, Juan Manuel est accueilli par l’émir Mohammed V à Grenade :

  • 122 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. LXIII, p. 212a.

141Pero Martínez, à propos duquel l’auteur de l’Histoire consacre les derniers mots du passage cité, inspirait de la méfiance à Fernán Sánchez de Valladolid dans la chronique d’Alphonse XI : « Pero Martinez Calvillo […] era vasallo de don Joan, et era uno de los que mas deservian al rey »122. Comme Juan Manuel, dans le Tractado, Pero Martínez se met au service de l’émir :

El año de mil y trecientos y treinta y tres, invio el infante Abimelec al rey de Granada que le acudiese con socorro. Y el rey Mahomat partio de su tierra con gran poder y /fol. 32r/ muchos caballeros christianos que andaban en su servicio, entre los cuales [estaban] Pero Martinez Clavijo, Alonso Perez de Guzman y otros, G, section 33, fol. 31v-32r ; B, fol. 30v.

142Peu à peu, les échanges de cadeaux entre puissants de l’émirat et du royaume prennent le pas sur les services rendus et les alliances nouées entre chrétiens et musulmans. Par exemple, Mohammed IX – ou Mohammed VII (1392-1408), d’après la chronologie établie par Miguel Ángel Ladero Quesada – confie à l’une de ses épouses le soin de remettre à Henri III des bijoux d’une valeur inestimable :

143Pour sa part, Youssef III envoie des cadeaux de nature diverse – des chevaux, de belles épées, des étoffes, des fruits secs – aux tuteurs de Jean II, afin de négocier une trêve qui ne lui sera pas accordée : l’ambassadeur de l’émir – prénommé Ali – ne peut assurer à Catherine de Lancastre et à Ferdinand que Youssef acceptera d’être le vassal du jeune roi de Castille et de payer le tribut qui, à ce titre, lui sera demandé. Le récit de l’ambassade d’Ali à la cour du roi de Castille est beaucoup plus détaillé par Alvar García de Santa María, dans la chronique de Jean II, que dans le Tractado ou le Compendio :

144En 1417, Youssef envoie des bijoux à Catherine de Lancastre afin de confirmer une trêve conclue avec la Castille. Une nouvelle fois, la chronique de Jean II est plus riche en détails que ne le sont l’Histoire des émirs de Grenade et l’œuvre écrite par Garibay :

  • 123 Alvar García de Santa María écrit : « En este tiempo habia una requesta entre Juan Rodriguez de Cas (...)

145Deux ans plus tard, en 1419, l’émir accueille Juan Rodríguez de Castañeda et Íñigo Ortiz de Estúñiga, venus à Grenade pour se battre lors d’un duel. À la demande de Catherine de Lancastre, le combat n’a pas lieu. Youssef III offre généreusement des objets de valeur aux deux hommes123 :

  • 124 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 173.
  • 125 Alvar García de Santa María écrit : « En este tiempo vino á la villa de Lorca un caballaro moro lla (...)

146En 1428, c’est au tour de Jean II d’accueillir à sa cour le vizir Youssef Ibn Sarray, de la famille des Abencerrage. Celui-ci, persécuté par Mohammed le Gaucher, est contraint de s’enfuir de Grenade124. Accompagné de trente hommes, il arrive à Lorca, dans le royaume de Murcie, où il est reçu par Lope Alonso de Lorca, qui le mène jusqu’au roi de Castille125 :

  • 126 « […] y el rey acordó de los embiar al rey de Tunez, á le decir que embiase al reyno de Granada al (...)

147Après le retour au pouvoir de Mohammed VIII, Youssef essaie, avec succès, d’obtenir l’appui du roi Jean II, qui permet à Mohammed IX de régner à nouveau126 :

148Les Maures sont, certes, généreux – tout comme les Castillans – mais leur générosité peut être corruptrice. Ainsi, en 1431, les Grenadins s’assurent le concours d’Álvaro de Luna non par la négociation mais par la remise d’un présent. Les mahométans – voyant que l’offensive menée contre l’émirat par le roi de Castille menace considérablement l’intégrité du territoire qu’ils gouvernent – freinent les ardeurs guerrières de Jean II en achetant l’appui d’Álvaro de Luna. Pour une poignée de fuits secs enrobant des pièces d’or, le connétable décide d’arrêter l’avancée des Castillans, qui se trouvent non loin de l’Alhambra. Alvar García de Santa María n’est pas certain de trouver là le veritable argument expliquant pourquoi les Castillans lèvent subitement le siège. En outre, par rapport à la chronique de Jean II, dans le Tractado et le Compendio, l’ordre des événements relatés est inversé :

2.2 Du sang impur dans les sillons ?

149À partir de la section 2 du manuscrit G, le récit de l’Histoire des émirs de Grenade est très brièvement consacré à la chute de l’Espagne wisigothique et à celle de son roi, Rodrigue. L’auteur du Tractado nomme trois auteurs de sources qu’il a consultées : Rodrigo Jiménez de Rada, Alphonse X, Ahmed al Razi. Contrairement à ce qui a été annoncé dans le prologue, il précise que les ouvrages d’autres historiens arabes, dont il ne révèle pas l’identité, ont été également compulsés :

Hallo escripto – en las historias antiguas de Hespaña, que mandó recopilar el señor rey don Alonso el Sabio, y en la del arçobispo don Rodrigo, y en la de Rasis y otros historiadores arabes […], G, section 2, fol. 4r ; B, fol. 4r.

  • 127 Voir Diccionario filológico de literatura medieval española. Textos y transmisión, op. cit., p. 328 (...)

150L’allusion à la chronique de l’historien arabe du Xe siècle Ahmed al Razi signifie, peut-être, que l’une des sources du Tractado a été la Crónica sarracina de Pedro de Corral. La chronique d’Ahmed al Razi, traduite au XIVe siècle à la cour portugaise du roi Dinís en latin puis en portugais, a été translatée en castillan en 1342. L’on ne sait rien des manuscrits portugais, hormis quelques citations que l’on lit chez André de Resende. De la version castillane, réalisée à partir de la mouture portugaise du texte, quatre manuscrits sont conservés. Ils s’interrompent au moment où Rodrigue devient roi, la Crónica sarracina de Pedro de Corral prenant alors le relais de la chronique d’Ahmed al Razi127.

151D’après l’auteur de l’ouvrage apocryphe, Rodrigue n’a pas été capable de bien gouverner. Au cours de son règne, les justes et les valeureux ont été écartés ; à l’inverse, tous ceux qui ne méritaient que le mépris ont été placés à la tête de l’état. L’Espagne wisigothique dépeinte par l’historien se faisant passer pour Fernando de Pulgar vit dans le chaos :

[…] que, reinando en Hespaña los reyes godos, el rey don Rodrigo se dio a los vicios, ociosidad y deleites, con que no se hacia justicia ni se atendia al gobierno. Y los varones de merecimiento eran despreciados, y los inhabiles y codiciosos eran collocados en los gobiernos, la milicia – braço diestro de la republica – despreciada, las fronteras mal proveidas, las cercas y las murallas de las ciudades y villas, derribadas con el tiempo y no reparadas por el descuido de sus reyes, G, section 2, fol. 4r ; B, fol. 4r.

152Dans les manuscrits G et B, la piètre image du règne de Rodrigue diffusée par la Estoria de España promue par Alphonse X est confirmée. Dans celle-ci, pourtant, si Rodrigue dirige un royaume en proie au désordre permanent, c’est par la faute de son prédécesseur, Vitiza. À cause de lui, le diable s’est emparé de toute l’Espagne, la menant à sa perte :

  • 128 ALFONSO X, R. MENÉNDEZ PIDAL, A. GARCÍA SOLALINDE, M. MUÑOZ CORTÉS, J. GÓMEZ PÉREZ (éd.), Primera c (...)

[…] el diablo, que es enemigo dell humanal linnage et que non queda con su enuidia de uuscar le mal quanto el mas puede, sembro la su mala simient et negra en el regno de Espanna, e metio en los poderosos soberuia, e en los religiosos pereza et negligencia, e entre los que auien paz et amor discordia, e en ricos et abondados luxuria et muchodumbre de pecados, e en los sabios et entendudos pereza de enbotamiento, en manera que los obispos et clerigos torno tales como a los uiles omnes del pueblo, e al rey et a los principes assi como a ladrones128.

153Pourtant, d’après Rodrigo Jiménez de Rada dans la Historia de rebus Hispanie, le règne de Vitiza a débuté sous les meilleurs auspices :

  • 129 Historia de los hechos de España, op. cit., p. 140.

Y habiendo tenido Witiza unos inmejorables comienzos, empezó poco después a echarse a perder y obligó a marcharse de la ciudad regia a Pelayo, hijo del duque Fáfila de Cantabria, quien más tarde se alzó junto a los ástures contra los sarracenos, por el motivo que antes conté de su padre ; y si bien antes de su libidinosidad quedaba a escondidas, ahora ya saca por completo a la luz la desvergüenza de su pasión, y a rienda suelta, no se abstuvo de ningún pecado. Y ojalá hubiera perecido él solo en sus aberraciones y no hubiera contagiado con sus porquerías a lo mejor del clero y el pueblo de los godos. Pues llegó a tal grado de relajación que detentó al mismo tiempo muchas esposas y amantes para saciar su deseo. Y con tal ejemplo empujaba a los hombres nobles e influyentes de los godos a crímenes semejantes, y con este ejemplo pecados semejantes se extendían entre el pueblo bajo129.

  • 130 « Pero como el enemigo de la raza humana no cesa de mirarla con malos ojos, esparció la altanería s (...)

154Le royaume wisigothique étant mal gouverné, Rodrigue se soulève contre Vitiza et s’empare du pouvoir. Il est déjà trop tard : l’Espagne est profondément et durablement affectée par la corruption de ceux qui sont à sa tête130.

155L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade rappelle le crime principal commis par Rodrigue, le viol de la fille du comte Julián. Afin de venger l’honneur de son enfant et de laver celui de sa famille, Julián favorise l’entrée des musulmans en Espagne. Les soldats de l’armée mahométane, commandés par Moussa Ibn Nusair et Tarik Ibn Ziyad, balaient les troupes wisigothiques incapables de résister à l’envahisseur. Une fois la péninsule Ibérique conquise, Tarik se retire ; Moussa gouverne, seul, l’ancien royaume wisigoth :

En este estado las cosas estando, el rey se enamoró de la Caba, hija del conde don Julian, que estaba en su palacio, y el padre era /fol. 4v/ gobernador en Zeuta en Africa. Y como este fuese muy emparentado y la hija se le quexase de la fuerça que el rey le hiço, esta zentella encendio el fuego dispuesto en los animos : de un acuerdo, trataron con Ulit Miramamolin – que llamaron emperador de Africa – que viniese con gente en Hespaña y que muchos de ellos le ayudarian a la conquista, en especial los hijos del rey Acosta [y el] obispo don Olpas. Y, finalmente, Ulit condescendio con su demanda e invió a Muza Aben Zair y a Tarif y a Aben Zarza (sic), que dicen eran de los caliphas reyes de Damasco y de Arabia la felice.

Pasaron con gente a Hespaña y la conquistaron. Y Ulit mandó volver a Tarif y a Aben Zarza (sic) a Africa, y quedo por gobernador de Hespaña Muza Aben Zair, G, section 2, fol. 3r-4v ; B, fol. 4r-4v.

156Le fils de Moussa, nommé Abd al Aziz – ou Abdalasisis dans les manuscrits G et B, où il n’est pas question de l’appeler Balagies –, épouse Egilona, la veuve de Rodrigue. À partir de cet instant, débutent au sein de tous les manuscrits de l’Histoire des émirs de Grenade les exemples d’unions matrimoniales célébrées entre conjoints chrétiens et musulmans. À propos du mariage entre Abd al Aziz et Egilona, l’auteur de l’ouvrage apocryphe écrit :

Abdalasisis – o, por otro nombre corrompido en nuestras historias, llamado Balagies – casó con Egilona, mujer que habia sido del rey don Rodrigo, G, section 2, fol. 4v ; B, fol. 4v.

157Egilona – l’auteur du Tractado ne le précise pas – n’est pas la seule épouse d’Abd al Aziz mais l’une de ses sept femmes. Dans la Crónica sarracina, Abd al Aziz présente à Egilona les avantages de leur union : en se mariant avec lui, elle pourra notamment régner à ses côtés – tout en n’étant pas la seule, certes –, comme elle le faisait lorsque Rodrigue était encore en vie :

  • 131 Pedro de CORRAL, James Donald FOGELQUIST (éd.), Crónica del rey don Rodrigo (Crónica sarracina), 2  (...)

-Señora, no vós pensedes que los moros tienen mancebas, antes son mugeres ; ca nuestra ley nos manda tener siete mugeres si mantenerlas pudiéremos. Por ende tanbién podedes vós ser mi muger como cada una de las otras, e si rey perdistes, rey cobraredes, e así señor de toda España como don Rodrigo era ; e de tanto vos fago omenaje : que no quedará cosa que todo no lo cunpla luego a vuestra guisa, e vós seredes señora de toda España así como antes érades, e por ello no vos servirán de menor guisa131.

158Le règne d’Abd al Aziz est bref. À peine monté sur le trône, le mari d’Egilona est assassiné par les siens. Un passage du Tractado explique les motivations des criminels : ceux-ci reprochent au fils de Moussa de mener une politique bien trop favorable aux chrétiens – les Mozarabes, précise l’écrivain du Tractado –, à leur goût. Abd al Aziz a trop écouté les conseils d’Egilona :

  • 132 Ajout dans B : que despues, reconciliada a la fe, murio martir en Cordoba, fol. 4v.
  • 133 Dans la Crónica sarracina, Egilona n’est pas contrainte de se convertir à l’islam. Pedro de Corral (...)

[…] y se /fol. 5r/ coronó rey, a usança de los godos, en Sevilla. Y, por favorecer mucho a los mozarabes, a instancia de su mujer132, y servirse de ellos en oficios del gobierno, lo mataron, G, section 2, fol. 4v-5r ; B, fol. 4v133.

159Les raisons qui poussent les assassins d’Abd al Aziz à agir sont différentes dans le livre de Pedro de Corral. Selon celui-ci – qui reprend peut-être une partie du récit de la Crónica mozárabe de 754 –, les meurtriers du jeune homme reprochent à leur souverain de porter une couronne sur la tête. D’après eux, il s’agit d’une preuve du cryptochristianisme d’Abd al Aziz. Celui-ci est poignardé alors qu’il se recueille dans une mosquée :

  • 134 Ibid., 2, p. 347. Sur le lien du passage avec la Crónica mozárabe de 754, voir la note 339 (p. 347) (...)

El Rey Abalagís estando un día en la cámara de la Reina Eliaca su corona de oro en la cabeça entró en la cámara una dueña que era fija del Rey, e era casada con un cavallero moro que avía hombre (sic) Seyed. E quando lo vio así con la corona maravillóse dello, e así como fue en su casa contólo a su marido. E el marido le dixo que no lo podía creer fasta que lo viese por sí mismo. E sin más tardar se fue al palacio, e entró en la cámara e falló al Rey de la manera que su muger le avía dicho, e mostró que dello no curava, e fuése para otro cavallero que avía nombre Habibi ; e desta guisa lo sopieron todos los mayorales de la corte, e ovieron su consejo sobre tal fecho, e acordaron pues que él tenía corona en la cabeça que era christiano, e acordaron de lo matar, e fueron luego todos armados a la cámara, e no lo fallaron, ca él avía entrado en la mezquita, e allí le dieron tantas feridas hasta que murió134.

  • 135 Esteban de Garibay ne confond pas les deux hommes : « En el mesmo año que Tarragona padecio esta ca (...)

160De la chute de Rodrigue à l’assassinat d’Abd al Aziz, l’auteur d’Origen propose un récit très proche de celui du Tractado, même s’il confond Moussa et Abd al Aziz135. L’écrivain mentionne la chronique d’Ahmed al Razi et la Estoria de España. Dans l’ouvrage généalogique retraçant les origines de la famille Granada Venegas, Abd al Aziz est assassiné parce qu’il était trop proche des chrétiens – d’après ceux qui l’ont tué –, comme dans l’Histoire des émirs de Grenade :

Y, para que mejor se entienda, se tomara la ystoria de su principio, siguiendo a Rasis (historiador arabe) y a la Coronica General de España. Dos años despues de la perdida del rey don Rodrigo, que fue el año de setecientos y dieciseis, los moros ganaron la ciudad de Zaragoza dejando los christianos en ella con nombre de mozarabes ; y los capitanes principales que pasaron de España a la conquista della por orden de Ulit Miramemolin de Africa fueron Muça Anbençair y Taric Abenzarza. Por mandado de Ulit, (Taric) fue tornado de Africa y Muça Abençair quedo solo por gobernador de España. Caso (Muça) con doña Ruzilona, mujer que habia /fol. 2r/ sido del rey don Rodrigo, y otras historias, corrompiendo el nombre, le llaman Balagis ; el cual puso su silla real en Sevilla y fue el primero que puso corona en la cabeza a usanza de los reyes godos ; por ocasion que favorecia mucho a los christianos, le mataron los arabes, Origen, fol. 1v-2r.

  • 136 Sur leur nombre, voir B. VINCENT, « Los moriscos que permanecieron en el reino de Granada después d (...)
  • 137 Miguel de LUNA, Luis Fernando BERNABÉ PONS (prologue), Historia verdadera del rey don Rodrigo. Edic (...)

161L’histoire du règne d’Abd al Aziz a également inspiré Miguel de Luna, un Morisque étant parvenu à rester dans le royaume de Grenade en dépit des ordres de dispersion reçus dès 1570136. Miguel de Luna est né dans les années 1540-1550 ; il est mort en 1615. Il était peut-être le gendre d’Alonso del Castillo, le traducteur des inscriptions arabes de Grenade137.

  • 138 Ibid., p. 97.
  • 139 Voir M. BARRIOS AGUILERA, La invención de los libros plúmbeos. Fraude, historia y mito, Grenade : U (...)
  • 140 « Los árabes son una de las más excelentes gentes, y su lengua una de las más excelentes lenguas. E (...)

162Les deux hommes ont été les principaux auteurs d’une falsification célèbre138. À partir du 21 février 1595 et jusqu’en 1599, divers documents – connus sous le nom de livres de plomb du Sacromonte – sont découverts139. Écrits au moyen d’étranges caractères arabes appelés salomoniques, ils confirmaient la présence à Grenade de Cecilio, disciple arabe de saint Jacques, qui – en compagnie de Tesifón – aurait été l’un des premiers évangélisateurs de la péninsule. Les livres de plomb faisaient de la langue arabe l’un des biais ayant contribué à diffuser les Évangiles140.

  • 141 B. VINCENT, « Algunas voces más : de Francisco Núñez Muley a Fátima Ratal », art. cit., p. 97.
  • 142 M. GARCÍA ARENAL, F. RODRÍGUEZ MEDIANO, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en tiempos (...)
  • 143 Ibid., p. 24-25.
  • 144 Ibid., p. 27. Il est question des documents découverts à la Torre Turpiana, dans Nb, aux folios 197 (...)

163Tous ces documents étaient faux et témoignaient d’une tentative de syncrétisme ethnico-religieux141. Ils faisaient suite à une autre découverte : celle de diverses pièces présentées comme authentiques, sans l’être. Le 19 mars 1588, pendant les travaux de démolition du minaret de l’ancienne mosquée de Grenade – appelée Torre Vieja puis Torre Turpiana –, des ouvriers retrouvèrent une caisse à l’intérieur de laquelle se trouvaient un os, un morceau de tissu de forme triangulaire et un parchemin142. Le parchemin – rédigé en partie en arabe – contenait une prophétie de saint Jean sur la fin du monde ; il y était écrit que le morceau d’étoffe avait appartenu à la Vierge – qui l’aurait utilisé pour sécher ses larmes lors de la passion du Christ –, et que l’os était l’un de ceux du martyr saint Stéphane143. Le parchemin était signé de saint Cecilio, présenté comme ayant été le premier évêque de Grenade ; il suggérait aussi que des chrétiens s’étaient installés dans la ville dès le Ier siècle après la mort de Jésus-Christ144.

  • 145 Lire Francisco MÁRQUEZ VILLANUEVA, « La voluntad de leyenda de Miguel de Luna », in : El problema m (...)
  • 146 « Y auiendo dado parte a personas graues, y curiosas de lo que contenia esta Historia (tan vsada, y (...)

164Miguel de Luna est l’auteur d’un livre intitulé Historia verdadera del rey don Rodrigo, dont la première partie a été publiée à Grenade par René Rabut en 1592, et la deuxième, dans la même ville, par Sebastián de Mena en 1600145. La Historia verdadera del rey don Rodrigo est une chronique fabuleuse imaginée par Miguel de Luna, dans laquelle l’auteur propose à ses lecteurs un récit plus ou moins détaillé de la conquête de la péninsule Ibérique par les troupes musulmanes. Reprenant un motif répandu dans la littérature chevaleresque, Miguel de Luna précise avoir trouvé puis traduit en espagnol l’œuvre d’un historien arabe nommé Abulcacim Abentarique, témoin des faits qu’il relate146.

  • 147 F. MÁRQUEZ VILLANUEVA, « La voluntad de leyenda de Miguel de Luna », art. cit., p. 48-49.
  • 148 Historia verdadera del rey don Rodrigo. Edición facsímil, p. XLIV-XLVI. F. MÁRQUEZ VILLANUEVA, « La (...)

165Selon l’auteur morisque, Rodrigue était un roi tyrannique, cruel, responsable de la disgrâce de son peuple, autorisant la polygamie y compris pour les membres de l’Église – comme l’a fait Vitiza, d’après Rodrigo Jiménez de Rada147. Pour Miguel de Luna, les conquérants musulmans ont rétabli l’ordre et la paix dans l’ancien royaume wisigothique, tout en garantissant aux chrétiens la liberté de culte148.

166Dans l’Histoire des émirs de Grenade, l’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar ne va pas aussi loin que Miguel de Luna : les musulmans, amis des chrétiens, ne sont pas les garants de l’ordre ; le rôle qui leur est réservé n’est pas toujours aussi flatteur. En revanche, la deuxième partie de l’ouvrage de l’écrivain morisque partage des points communs avec le Tractado.

  • 149 Historia verdadera del rey don Rodrigo. Edición facsímil, p. XLIX.

167Dans la deuxième partie de la Historia verdadera del rey don Rodrigo, les Maures s’inquiètent : une fois la conquête achevée – à l’exception des Asturies, qui résistent aux assauts des soldats musulmans –, ils n’ont pas de femmes à leurs côtés. Les Maures proposent alors aux chrétiennes de se convertir à l’islam. Bon nombre d’entre elles acceptent, rapidement suivies par des chrétiens149.

168Comme dans l’Histoire des émirs de Grenade, Abd al Aziz épouse Egilona – qui n’est pas, dans l’ouvrage du Morisque Luna, la veuve de Rodrigue mais sa fille –, bien réticente à cette idée. En dépit du sentiment premier de rejet que lui inspire Abd al Aziz, Egilona finit par aimer son mari :

  • 150 Ibid., p. 399-400.

Y aunque a ella se le hizo muy de mal por entonces, le acepto por marido : con condicion, que la avia de dexar vivir libremente en la Ley de los Christianos, y que no le haria fuerça a dexarla en ningun tiempo. Y el Abdalaziz fue contento dello, y con esta condicion se casso con ella, y la recibio por muger, y fueron celebradas sus bodas con grande solemnidad, como era razon. Fue tanto el amor, y voluntad que tenia a esta infanta el Abdalaziz, que casi no se hallava sin ella vn solo momento : y no vivia engañado en esta voluntad que la tenia, porque si el la queria, ella a el mucho le amava150.

169Egilona essaie vainement de convaincre son époux de se convertir au christianisme. C’est à ce moment que Miguel de Luna annonce que le couple attend un enfant :

  • 151 Ibid., p. 400.

[…] y assi deseava ella en su coraçon que el Abdalaziz quisiesse tornarse christiano, y no le osava dezir ninguna cosa que tocasse a esta materia : y para incitarle a ella, tenia sus aposentos llenos de imagenes ; y para que el Abdalaziz las reverenciasse, mando labrar las puertas de aquellos aposentos donde las tenia muy baxas, y pequeñas, a fin de que quando el entrasse en ellos a su conversacion, de necesidad abaxasse, y abaxandose hiziesse reverencia, y acatamiento a aquellas imagenes. Y preguntandola el Abdalaziz, que porque labrava aquellas puertas tan pequeñas? Le replico ella diziendo, que los aposentos abrigados eran mas sanos para la salud, y aun ella estava criada en aquella costumbre, y era necessario continuarla, para poder vivir sin enfermedad. Desta manera vivieron algunos dias, hasta que ella se sintio preñada, de lo qual se holgo mucho que el Abdalaziz tuviesse en ella hijos151.

170Abd al Aziz devient roi d’Espagne. De ce fait, son enfant est appelé à devenir le premier roi d’une dynastie christiano-musulmane. L’espoir suscité par l’arrivée de cet héritier au sang mêlé sera vain. L’enfant mourra. Abd al Aziz périra assassiné, non pas parce qu’il porte une couronne mais bien parce qu’il est accusé de vouloir se convertir au christianisme :

  • 152 Ibid., p. 423. Deux jours après l’assassinat de son époux, Egilona fait une fausse couche et perd l (...)

Mas como ellos (los virreyes del reyno) tenian diferente intento que el suyo, viendo aquella buena ocasion que se les ofrecia, despues de tanto tiempo que la estauan deseando ; y como por otra parte viessen quanto queria, y amaua a la reyna Egilona, siendo christiana, y de diferente sangre que la suya, acordaron de leuantarle testimonio, diziendo, que tenia intento de tornarse christiano, como ella lo era, y que en aquello (conforme a su ley) cometia delito, y por ello incurria en pena de muerte152.

171Comme dans le Tractado, c’est le philochristianisme d’Abd al Aziz qui cause sa perte, comme il a perdu Ibn Hud Alnayar. La coïncidence est significative. Elle porte témoignage du traitement littéraire du philochristianisme et de son importance dans des ouvrages pseudo-historique – comme la Historia verdadera del rey don Rodrigo – ou historiographique – à l’image de la chronique apocryphe sur laquelle porte l’enquête – écrits dans la deuxième moitié du XVIe siècle ou dans la première partie du XVIIe siècle. En accordant une grande place au lignage Alnayar – dont les membres sont issus d’unions mixtes –, depuis Ibdinabal au VIIIe siècle, l’auteur de l’ouvrage apocryphe contribue également à faire de leurs descendants – les Granada Venegas – des hommes porteurs d’avenir, comme l’aurait été l’enfant d’Abd al Aziz et d’Egilona, d’après Miguel de Luna, s’il avait survécu. L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade écrit un livre de son temps, dans lequel il partage les préoccupations idéologiques d’une partie de la communauté morisque de Grenade, qui transparaissent dans l’œuvre de Miguel de Luna.

172Après l’assassinat d’Abd al Aziz, l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade raconte comment Pélage parvient à défaire l’armée musulmane. Les archers de celle-ci voient revenir vers eux les flèches qu’ils décochent et qui doivent atteindre leurs ennemis :

  • 153 Esteban de Garibay s’arrête sur la victoire d’une troupe composée, selon lui, de mille hommes qui b (...)

Con la muerte de este rey Abdalasisis y con la victoria que tuvieron los christianos en el monte Euseba – donde, milagrosamente, los moros fueron muertos y, con ellos, el obispo de Sevilla, don Olpas, y muchos moros y godos que los seguían –, fue creciendo el poder de los christianos, G, section 3, fol. 5r ; B, fol. 4v-5r153.

173À cause de cette défaite, l’autorité des conquérants musulmans est contestée. Pis encore, leur pouvoir se désagrège :

174Dans les manuscrits G et B, apparaissent des noms de chefs musulmans s’étant imposés en plusieurs villes d’Espagne, après la mort d’Abd al Aziz et la victoire obtenue par Pélage. L’allusion à Ibdinabal, roi de Saragosse et premier aïeul connu des Alnayar, et à Galafre, roi de Tolède, est remarquable pour deux raisons. D’une part, Ibdinabal est parvenu à imposer son autorité à Saragosse grâce à une armée composée de soldats chrétiens et musulmans, comme l’affirme l’auteur d’Origen :

[…] fue tan valeroso este principe Ybdinabal que, no quiriendo reconocer a Abdaramen rey de Cordoba, junto gran exercito de mozarabes y de moros ; y se apodero del reino de Zaragoza y fue el primero que se intitulo rey della en el año de nuestro señor Jesuchristo de setecientos y setenta y cinco, Origen, fol. 2v.

175Cependant, Ibdinabal est chassé de son royaume nouvellement conquis. Il parvient, néanmoins, à récupérer le pouvoir grâce à l’intervention militaire de l’empereur Charlemagne en sa faveur. Une fois son autorité restaurée, Ibdinabal s’engage à protéger les chrétiens de son royaume. D’après l’écrivain de l’ouvrage généalogique consacré aux Granada Venegas :

[…] (el rey Carlos) restituyo en el reino a Ybdinabal e hizo que sus convezinos le reconociesen vasallaje y dejo vivir los godos /fol. 3r/ christianos, que llamaban mozarabes, en la fee, Origen, fol. 2v-3r.

  • 154 Adeline RUCQUOI, « La France dans l’historiographie médiévale castillane », Annales, Économies, Soc (...)

176D’autre part, dans un passage, l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade évoque le mariage entre Charlemagne et Galienne (appelée Galiana dans le texte), la fille de Galafre. L’histoire de Charlemagne et de Galienne était connue de Rodrigo Jiménez de Rada, qui l’a exploitée dans De rebus Hispaniae, comme l’ont fait à leur tour les collaborateurs d’Alphonse X dans la Estoria de España154.

  • 155 Francisco BAUTISTA, (éd.), La materia de Francia en la literatura medieval española. La “Crónica ca (...)

177Reine exemplaire dans les manuscrits G et B, chrétienne – ce qui n’est précisé que dans ce dernier manuscrit –, l’image de Galienne est conforme à celle laissée par l’auteur de la Crónica carolingia rédigée dans la deuxième moitié du XIVe siècle ou au tout début du XVe : « Mucho fue aquella dueña Sevilla Galiana buena reina e santa, e mucho la amó el rey Carlos, mas non quiso Dios que d’ella oviese linaje »155.

178Pour sa part, Esteban de Garibay a écrit un passage, dans le Compendio, consacré aux amours de Charlemagne et de Galienne, tout en considérant cette histoire comme fabuleuse. Il exprime également ses doutes à propos de l’origine du Palais Gallien de Bordeaux et de celui de Tolède :

  • 156 Compendio, Livre XXXVII, chap. XV, p. 282-283.

Algunos autores quieren tambien auer sucedido en el reyno de Toledo otro rey moro, llamado Galafre, que dizen ser padre de vna hermosa infanta mora, llamada Galiana, de cuyas cosas no solo tratan los chronistas españoles, mas aun estrangeros, diziendo, que Carlos Magno, hijo de Pepino rey de Francia, oyda la fama de su grande hermosura, venido a Toledo, hizo armas por sus amores con vn principe moro, por nombre Bramante, que se queria casar con ella, y que venciendole, huuo por muger a la infanta Galiana, y la lleuo a Francia, donde se torno christiana. Esto es artificio fabuloso […] pero pudo ser, con algun cauallero estrangeros, llamado Carlos, que es nombre comun y muy vsado entre los nobles del reyno de Francia, de donde por algunas ocasiones venido a Toledo la lleuase a Francia. De aqui puede ser, que resultassen estos cuentos, a los quales ayuda mucho, el hallar oy dia en Francia edificios antiguos, que como los de Toledo se llaman de Galiana, segun se ven claro en Burdeos en el ducado de Guiayna, ciudad de las muy grandes y populosas de Francia, como Toledo lo es en España, porque en ambas ciudades de Toledo y Burdeos se hallan en edificios antiguos este nombre de Galiana, que no dexa de carecer de misterio e indicio de venir a sentir, a que huuo algo, de lo que la fama heredada conserua hasta nuestros dias156.

179Dans le manuscrit B – où sont confondus Charlemagne et Charles Martel, ce qui n’est pas le cas dans G – l’origine du Palais Gallien de Bordeaux est également évoquée :

180Les deux passages sont riches de sens : compte tenu du mariage de l’empereur avec Galienne et du lien fraternel qui unit Galafre à Ibdinabal, voilà à présent les Alnayar parents de Charlemagne !

181Les unions entre Abd al Aziz et Egilona, Charlemagne et Galienne, inaugurent la série de mariages mixtes – toujours entre chrétiens et musulmans, quel que soit leur sexe, jamais avec un conjoint juif – dont l’auteur du Tractado se fait l’écho.

182L’auteur de l’ouvrage apocryphe évoque le souvenir de Lope, roi de Tolède et fils de Moussa Abenzair, qui a marié ses deux filles à des comtes chrétiens :

183Rodrigo Jiménez de Rada et les collaborateurs d’Alphonse X confirment une partie des informations divulguées par le Tractado :

  • 157 Historia de los hechos de España, op. cit., p. 179.

Por su parte, Lupo, el hijo de Muza que ocupaba el gobierno de Toledo, al conocer lo que le había sucedido a su padre, se sometió al rey Ordoño con todo lo que tenía, y mientras vivió le prestó sumisión y luchó muchas veces contra los árabes en ayuda del rey Ordoño, a quien se había entregado157.

  • 158 ALFONSO X, R. MENÉNDEZ PIDAL, A. GARCÍA SOLALINDE, M. MUÑOZ CORTÉS, J. GÓMEZ PÉREZ (éd.), Primera c (...)

Lope, aquel de quien dixiemos fijo de Muça, que era adelantado de Toledo quando oyo dezir daquel mal que acaesciera a so padre, fuesse poral rey don Ordonno con quanto auie, et tornosse su uassallo158.

184Ramire de León a épousé une princesse musulmane, Ortiga, qui s’est convertie au christianisme :

185El señor rey don Ramiro, con las nuevas de la virtud y hermosura de doña Ortiga – hija de Albohacem, rey de Algarve, su confederado –, casó con ella, y ella se convirtió a la fe y fue muy sancta reina ; y de ella huvo al rey don Ordoño y al infante Albohacem, que tomó el nombre del abuelo materno. Y estando afligido y preso el rey /fol. 6r/ don Alfonso de Leon, le fue a favorecer el rey Almenor y lo tuvo dos años en su casa y le ayudo a cobrar su reino, G, section 3, fol. 5v-6r.

186Dans le manuscrit B, il est précisé que les références de ce mariage se trouvent chez Pedro de Barcelos :

  • 159 Je souligne.

El rey don Ramiro, con las nuevas de la virtud y hermosura de doña Ortiga – hija de Alboacen, rey del Algarve, su confederado – caso con ella, y ella se convirtio a la fe y fue muy santa reina ; y della hubo al rey don Ordoño y al infante Alboacen, que tomo el nombre del aguelo materno como largamente lo escribe el conde don Pedro de Portugal. Estando afligido y preso el rey don Alonso de Leon, se fue a favorecer del rey Alimemon de Toledo que le tubo dos años en su casa y le ayudo a cobrar su /fol. 6r/ reino, B, fol. 5v-6r159.

  • 160 Pedro de BARCELOS, Nobiliário do conde Dom Pedro, filho d’el rei Dom Dinis de Portugal. Ordenado e (...)

187L’affirmation est exacte, le comte portugais faisant bien allusion à cette union, dans le Nobiliário160.

  • 161 Pour une étude exhaustive à propos du traitement de Zaida dans une partie de la production écrite a (...)

188Alphonse VI s’est marié à la Maure Zaida qui, après sa conversion au christianisme, s’est nommée Marie161. Le récit relatif à cette union figurant dans le manuscrit B est plus complet que celui de G :

189Jacques Ier d’Aragon, après avoir conquis le royaume musulman de Majorque, a généreusement recueilli le fils de l’ennemi vaincu. L’enfant de Retabohibes – ainsi s’appelait le roi mahométan de l’île, dans le manuscrit B – se nommera désormais Jacques, se verra offrir des terres par Jacques le Conquérant et se mariera à une noble Aragonaise :

190Dans les Anales de la Corona de Aragón, Jerónimo Zurita confirme l’ensemble des informations divulguées :

  • 162 Jerónimo ZURITA, Anales de la Corona de Aragón, op. cit., p. 124. Le jésuite Mariana écrit égalemen (...)

[…] y cobró allí el rey un hijo del rey de Mallorca, que era de hasta trece años, que despues se hizo cristiano y se llamó don Jaime, y casólo con una doncella principal que se decía doña Eva, que era hija de don Martín Roldan y nieta de don Roldan del linaje de Alagon, y fueron señores de Gotor ; y confirmóles el rey la baronia de Illueca y Gotor : y hubieron á don Blasco de Gotor, que fué padre de Miguel Pérez de Gotor162.

191L’auteur du Tractado relate la générosité dont a fait preuve Jacques Ier d’Aragon à l’égard du roi maure Zeit Aben Zeit. Celui-ci est baptisé – son prénom de baptême est Vincent –, se voyant offrir de nombreuses terres et bien marié :

192Pere Antoni Beuter consacre un passage détaillé à cet épisode. Le roi Zeyt, ravi de l’accueil que lui a réservé Jacques Ier, a décidé de vivre en paix avec le roi d’Aragon. Zeyt se souvient aussi des derniers mots que deux hommes d’Église – qu’il a suppliciés – lui ont soufflés avant de mourir : selon eux, après leur mort, Zeyt se convertira au christianisme et comprendra qu’il vivait dans l’erreur.

193Le roi maure embrasse, en effet, la foi chrétienne. Cependant, comme pour Yahya Alnayar, il lui est demandé – alors qu’il s’appelle désormais Vincent Bellvis parce qu’il a de beaux yeux – de ne pas ébruiter l’annonce de son baptême afin d’éviter que ne se soulèvent les musulmans que le roi Jacques s’apprête à soumettre :

  • 163 Primera part de la Història de València (València 1538). Segunda parte de la Corónica General (Valè (...)

El Zeytabuceyt que se hallo en estos tratos quedo tan pagado de la manera real del rey don Jayme, que se le offrecio por muy determinado seruidor, y le acompaño hasta en Teruel, y de entonces entro pacificamente por Aragon, y Cathaluña. Y los christianos tambien por sus tierras que tenia en el reyno de Valencia. Este rey moro mandara matar a dos frayles de la orden de san Francisco que vinieron de Teruel a predicar la fe christiana a los moros de Valencia en el tiempo que el reynaua y murieron en la plaça que estaua fuera de los muros de la ciudad de Valencia delante del huerto real, que es agora el mismo lugar do esta el monasterio de san Francisco, y entre otras cosas que los frayles le dixeron quando los lleuauan a martyrizar, fue que le profetizaron que hauia de morir christiano : y assi acordandose entonces que se hauian cumplido muchas cosas que los dichos santos frayles le dixeran de los trabajos que hauia de passar, acordose bien de lo que le dixeran de su conversion a la fe christiana, y por esto quiso informarse de los articulos de la fe, y de lo que tiene respeto a la religion y vida christiana y dandole Dios su gracia fue inspirado, y quiso ser christiano, y llamaronle Vicente : pero quiso que se tuuiesse secreto su baptismo, hasta que fuesse tiempo, que a salua suya lo publicasse, porque se temia que se le alçarian las tierras que tenia en lugares fuertes y fragosos si los moros sabian que se era hecho christano. Como de hecho se le rebelaron quando lo supieron, y todas aquellas sierras hasta Onda, que las huuo de conquistar despues el rey don Jayme, y diole al rey don Vicente alias Zaytabuceyt muchas heredades en termino de Xativa, y dellas tienen aun muchas sus decendientes los Belluisos, linage que es oy muy noble en el reyno de Valencia /marge : baptizose el rey moro de Valencia Zayt Abuzeyt : y llamose don Vicente, y por tener lindos ojos, le dixeron Belluis/163.

194Dans une chronique consacrée au règne de Jacques Ier écrite par Bernardino Gómez Miedes et imprimée en 1584, il est également question de la conversion secrète de Zeyt Aben Zeyt :

  • 164 Bernardino GÓMEZ MIEDES, La historia del rey don Iayme de Aragon, primero deste nombre, llamado el (...)

Porque desde entonces començaron ya a sembrarse algunas discordias entre padre y hijo. En este tiempo Abuzeit que muchos días antes se hauia hecho secretamente christiano, porque los moros de su parcialidad no se offendiessen, y dexassen de ayudarle en beneficio de los christianos164.

195L’historien valencien Francisco de Diago, né vers 1560 et mort en 1615, a consacré quelques lignes – dans les Anales del reyno de Valencia imprimés à Valence en 1613 –, à la conversion de Zeyt. Il confirme ce que Beuter, Gómez Miedes et l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade ont écrit. Il ajoute également que, comme Yahya Alnayar à Baza, Zeyt a vu une croix dans le ciel – la croix de Caravaca – portée par deux anges, destinée à un prêtre s’apprêtant à dire la messe :

  • 165 Francisco de DIAGO, Anales del Reyno de Valencia. Tomo primero, que corre desde su población despué (...)

Al principio de su pontificado dexo la secta de Mahoma y se conuirtio a la fe el rey moro Zeyt Abuzeyt, a quien por pertenecer a su obispado de Segorbe, instruyo en lo que conuenia para poder recebir el sacramento del baptismo. Recibiolo quando estuvo bien dispuesto y enseñado en la fe, y fue llamado Vincente, y procuro que los moros no lo entendiessen tan presto, a fin de que teniendo noticia de su conuersion, no se hiziessen todos del vando de su competidor Zaen. Y persuadese cierto moderno que el medio que tomo Dios para la conuersion deste rey moro, fue el de hauerse hallado presente al milagro de la Cruz de Carauaca. Que a este tiene el por el rey moro que assistio al caso, y se conuirtio por el milagro, quando desseando y procurando el por curiosidad que vn sacerdote christiano, cautiuo suyo, dixesse missa delante del rey, y no començandola el sacerdote ya reuestido y puesto en el altar, porque no auia cruz en el, se abrio a deshora vn arco de la pared, y baxaron dos resplandecientes angeles, la que hasta hoy se conserva, en Caracava165.

196Les trois exemples précédents, tirés des chroniques de Pere Antoni Beuter, Bernardino Gómez Miedes et Francisco de Diago – même si la chronique de ce dernier a été imprimée à un moment où l’Histoire des émirs de Grenade était vraisemblablement achevée ; bien entendu, l’utilisation d’une source antérieure à l’ouvrage de Diago, évoquant la descente depuis le ciel de la croix de Caravaca, ne peut être exclue –, sont intéressants. L’exemple fourni par Zeyt Aben Zeyt a pu servir de modèle à l’historien se faisant passer pour Fernando de Pulgar, au moment de rédiger la version traitant de la conversion miraculeuse de Yahya Alnayar et de la discrétion de Pedro I de Granada à propos de son baptême. De ce fait, l’image de Yahya Alnayar/Pedro I de Granada, dans l’Histoire des émirs de Grenade, serait le reflet de celle de Zeyt Aben Zeyt ; l’auteur de l’ouvrage apocryphe aurait alors ajouté l’allusion à saint Pierre, dont il n’est question dans aucune chronique antérieure au Tractado.

197Pendant tout le récit consacré à l’histoire de l’émirat de Grenade, il ne sera plus fait allusion aux mariages mixtes unissant des chrétiens à des musulmans, dans le Tractado. Il faut attendre la fin de l’ouvrage et l’annonce des mariages de Pedro de Granada, d’Alonso de Granada ainsi que ceux de Fernando et Juan – les fils de Mouley Hacen et de son épouse, la captive chrétienne Isabel/Zoraya –, pour trouver d’autres exemples d’alliances matrimoniales entre des chrétiennes et d’anciens musulmans convertis au christianisme.

  • 166 Jérôme Münzer l’écrit : « Vidimus etiam duos filios juniores Regis Granate, adolescentes pulchros e (...)

198Les enfants de Mouley Hacen, après avoir reçu le baptême le 30 avril 1492, ont régulièrement accompagné les Rois Catholiques lors de leurs déplacements166. Fernando a été le quatrième époux de doña Mencía de la Vega. À la mort du fils de l’émir, en mars 1512, Lorenzo Galíndez de Carvajal dresse un sombre portrait de doña Mencía, responsable de la mort de son mari :

  • 167 Anales breves, p. 559a. Je souligne.

En marzo de este año fallesció en Burgos el infante de Granada, don Fernando, hermano del rey chiquito de Granada, que se llamaba Muley Abdalla, y hermano del infante don Juan de Granada, hijos de Alí Abul Hacen, rey de Granada. Este infante don Fernando tuvo persona valerosa, y casó con doña Mencía de la Vega, señora de Tordehumos, é Guardo, é Castrillo, hija de don Diego de Sandoval e doña Leonor de la Vega. […] é así la hija doña Mencía de la Vega, fué muy mala muger y fue casada muchas veces […] ; y la cuarta con este infante don Fernando de Granada, y al cabo se dice que el dicho infante murió de enojos que de ella rescibió167.

  • 168 Ibid., p. 604.
  • 169 Ibid., p. 604. Lorenzo Galíndez de Carvajal écrit : « Y el infante don Juan de Granada, su hermano, (...)

199Fernando n’a pas eu de descendance168. Son frère, Juan, n’a pas connu le même sort. Il s’est marié, une première fois, à Beatriz de Sandoval puis, devenu veuf, il a épousé María de Toledo, qui lui a donné plusieurs enfants169.

200Dans les manuscrits G et B, les épouses des demi-frères de Boabdil, Saad/Fernando et Nasr/Juan, ne sont pas présentes :

Este rey tuvo dos mujeres, a quien amo ternisimamente : de la primera, hubo al infante Mahomat Boabdelin y de la segunda – que era christiana renegada, llamada Zoroixa – hubo dos hijos llamados el uno Cado y el segundo Nacre ; y ambos a dos se reduxeron a nuestra sancta fee y el mayor se llamo don Fernando y el menor don Juan, en tiempo del rey don /fol. 60r/ Fernando el Catolico cuando se ganó Granada ; y su madre a el tanto movida del exemplo de sus hijos se volvio a la fee asimismo y se llamó doña Isabel. Hay sucesion de esta real sangre en los reinos de Castilla, G, section 77, fol. 59v-60r ; B, fol. 62r.

  • 170 B. VINCENT, « Histoire d’une déchéance : la famille des Fez Muley à Grenade au XVIe siècle », in : (...)

201Juan, le fils cadet de Mouley Hacen, a eu l’occasion de témoigner de sa fidélité envers la couronne. En 1567, Francisco Núñez Muley – un Morisque né vers 1490, descendant des émirs du Maroc, toujours loyal à l’égard du pouvoir royal – rédige un mémoire dans lequel il démontre « l’inanité des mesures acculturantes prises à l’encontre de l’ensemble des Morisques du royaume de Grenade »170. Dans ce document, Francisco Núñez Muley détaille le soutien qu’a apporté Juan de Granada, à la monarchie :

  • 171 Apud J. E. LÓPEZ DE COCA CASTAÑER, « Granada en el siglo XV : las postrimerías nazaríes a la luz de (...)

Y don Juan de Granada, hermano del rey Abdilehi (Boabdil), también fue general en Castilla, de los reales, trabajó y apaciguó lo que pudo y hizo lo que debía a buen vasallo de su majestad171.

  • 172 E. SORIA MESA, La nobleza en la España moderna, op. cit., p. 98.
  • 173 Ibid., p. 99.
  • 174 Ibid., p. 99.

202Pour leur part, Pedro I de Granada et Alonso I de Granada ont épousé de nobles dames issues de la noblesse chrétienne. La deuxième épouse de Pedro, Elvira de Sandoval, n’était autre que la sœur de la première femme avec laquelle Juan de Granada s’est marié, Beatriz de Sandoval172. Par la suite, leurs descendants seront également liés par le mariage à de puissantes et nobles familles. Pedro, le fils aîné d’Alonso, se mariera, une première fois, à doña María de Rengifo y Ávila, fille du gouverneur du Generalife et veinticuatro – ou conseiller municipal de Grenade –, Gil Vázquez Rengifo, une deuxième fois, à doña María de Mendoza. Pedro, leur fils, épousera doña María de Velasco puis doña Leonor de Fonseca y Leiva173. Depuis le mariage du premier Pedro de Granada, les filles de la famille s’unissent, pour leur part, à des hommes qui ne sont pas choisis pour leur noblesse mais pour leur influence et leur poids dans la ville de Grenade. Il s’agit, la plupart du temps, de veinticuatros174.

203Comme les musulmans convertis au christianisme érigés en exemple dans les passages précédemment cités, Fernando et Juan de Granada, Pedro I et Alonso I de Granada sont – du moins, d’après ce qui est écrit – des chrétiens fidèles et sincères. Le passé musulman de leurs familles ne leur porte pas préjudice.

  • 175 E. SORIA MESA, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí en la o (...)

204Dans la société grenadine des années suivant la chute de l’émirat, les mariages mixtes n’étaient pas devenus une norme175. Pour la période antérieure à 1492, dans tous les manuscrits du Tractado, l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade essaie de convaincre ses lecteurs que les mariages mixtes ont été courants dans l’ensemble des couches sociales de l’émirat :

Y no solo entre los principes sino entre los nobles e inferiores hubo estos /fol. 6v/ casamientos ; tanto que escribe Fernando de Baeça que, de ducientas mil almas que habia en la ciudad de Granada, aun no eran quinientas de la nacion africana sino naturales, hespañoles y godos que se habian mezclado y tomado la ley de los vencedores. Tales son los efectos de las victorias y tanto puede la mudanza de los tiempos, G, section 4, fol. 6r-6v.

205Dans ce passage, l’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar fait allusion à la chronique écrite par Hernando de Baeza. D’après ce dernier, la ville de Grenade était essentiellement constituée d’autochtones chrétiens vivant dans la cité avant l’invasion musulmane et s’étant convertis à l’islam après la victoire de l’armée de Moussa et de Tarik.

206Dans les deux versions mutilées que nous conservons de l’œuvre de Baeza, cette affirmation est introuvable. Et pour cause : dans le manuscrit B, entre deux lignes du folio 6v, le commentaire suivant – écrit, semble-t-il, par le copiste : l’écriture et l’encre utilisée sont les mêmes que dans le témoignage manuscrit – est inséré : « a quien sigue Zurita ».

207L’allusion à Jerónimo Zurita est exacte. Celui-ci affirme dans les Anales de la Corona de Aragón que, lors du concile célébré à Vienne en 1311, les ambassadeurs du roi Jacques II d’Aragon ont porté à la connaissance du pape Clément V des informations relatives à la situation de la ville de Grenade :

  • 176 J. ZURITA, Anales de la Corona de Aragón, op. cit., p. 634.

Para entender mejor en cuánto crecimiento fueron las cosas de aquella ciudad, en daño y destruccion de la cristiandad, no es inconveniente repetir en este lugar una cosa muy señalada que se ha ya referido en estos anales, de que informaron los embajadores del rey don Jaime el segundo al papa Clemente quinto en el año de mil trescientos once, estando celebrando concilio universal en la ciudad de Viena que en aquel año en la ciudad de Granada habia doscientas mil personas y no se hallaban quinientas que fuesen moros de natura que no tuviesen madres como padres o abuelos cristianos, y habia cincuenta mil que habían renegado la fé católica, y pasaban de treinta mil cristianos que estaban cautivos en aquel reino176.

208À la fin de la section 4, entièrement consacrée aux unions mixtes, l’auteur de la chronique apocryphe fait appel à l’Histoire romaine de Tite-Live :

Materia es muy asentada, no solo en nuestra Hespaña mas en todas las naciones antiguas, el admitir a los valerosos y premiar sus hazañas con grados de nobleza ; asi, escribe Tito Livio que lo hacian los romanos con sus soldados, animandolos [a la virtud con premios de nobleza que daban] a los que los merecian y ganaban con hazañas en las guerras – asi para propagacion del imperio como para defensa de el –, dandoles gradatim honras de ciudadanos romanos y luego de quirites, y asi las demas hasta llegar al consulado, G, section 4, fol. 6v ; B, fol. 6v.

209L’allusion à Tite-Live n’est pas anodine. Elle permet à l’auteur du Tractado d’évoquer l’origine de l’empire romain, tout en tissant implicitement des liens avec la situation de l’Espagne des années postérieures à la fin de la Reconquête.

  • 177 « Les Romains étaient désormais assez forts pour soutenir la lutte contre n’importe lequel de leurs (...)

210L’histoire romaine intéresse particulièrement l’auteur de l’ouvrage apocryphe. Son intérêt est compréhensible. Dans leur empire naissant, selon Tite-Live, les Romains se sont retrouvés sans femmes177. Très vite, les mariages mixtes – dont l’importance pour l’auteur du Tractado est désormais connue – se sont révélés nécessaires pour la survie de Rome :

  • 178 Ibid., p. 69. Je souligne.

Sur proposition du sénat, Romulus envoya des ambassadeurs dans les villes voisines pour obtenir en faveur du nouveau peuple un traité d’alliance reconnaissant le droit de mariage : comme tous les êtres, disaient-ils, les villes à leur naissance étaient peu de chose ; grâce à leur valeur et à la faveur des dieux, elles acquéraient avec le temps de grandes ressources et un grand renom. Ils savaient que les dieux avaient présidé à la naissance de Rome et que la valeur ne lui ferait pas défaut. Qu’ils acceptent donc de mêler leur sang et leur race, comme il est normal dans la communauté humaine. Nulle part les propositions des ambassadeurs ne furent bien accueillies, tellement les peuples méprisaient et redoutaient à la fois cette présence qui constituait pour eux et pour leurs descendants une menace de plus en plus précise178.

  • 179 Ibid., p. 70-71. Les Sabines acceptent de rester à Rome aux côtés de leurs maris romains : « Mais R (...)
  • 180 « (Les Sabines) se précipitèrent au milieu du champ de bataille, séparant les armées en ligne, sépa (...)

211Les Romains se sont unis aux Sabines qu’ils ont ravies à leurs époux ou à leurs parents, lors de Jeux organisés à Rome179. Les Sabins ont alors mené une guerre contre les Romains, à laquelle les Sabines sont parvenues à mettre un terme180.

212L’auteur de l’ouvrage apocryphe s’intéresse aux conséquences de cette guerre. Il ne lui a pas échappé que, à l’issue du conflit, les Romains et les Sabins ont fini par s’entendre : les deux peuples se sont mis d’accord sur un principe d’union politique des deux états. Les Sabins – désormais nommés Quirites, comme le rappellent aussi bien l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade que Tite-Live – ont été intégrés à la population romaine :

  • 181 Ibid., p. 77. Peu après cet accord, un roi sabin – Numa Pompilius – règnera à Rome : ibid., p. 85-9 (...)

Les chefs s’avancèrent donc pour conclure un accord. Ils firent la paix et décidèrent en outre de réunir les deux états ; le pouvoir royal fut partagé et le gouvernement concentré à Rome. La Ville avait ainsi doublé et les citoyens, pour accorder malgré tout une compensation aux Sabins, prirent le nom de Quirites, qui vient de Cures181.

213C’est par l’intégration des vaincus sabins, par la réconciliation avec les ennemis d’hier, que les Romains sont parvenus à construire leur empire et à faire de Rome son centre. La conclusion de l’auteur du Tractado, à ce sujet, est d’une grande clarté : […] y esta fue la causa principal con que llegó Roma a ser señora de las gentes […] (G, section 4, fol. 6v ; B, fol. 7r).

214L’intention de l’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar est limpide. Dans l’Histoire des émirs de Grenade, ce dernier souhaite à Isabelle la Catholique de connaître, dans ses royaumes, le même destin que celui des Romains. En d’autres termes, l’Espagne peut être une deuxième Rome, si elle parvient à intégrer et à assimiler les vaincus morisques, comme avant elle Rome l’a fait avec les Sabins : […] esto mismo deseo en la felice monarchia de Vuestra Alteza (G, section 4, fol. 6v ; B, fol. 7r).

215L’auteur de la chronique apocryphe recommande à la reine de conserver l’unité de la foi catholique dans les territoires qu’elle gouverne, de savoir reconnaître les plus méritants et, à l’inverse, de punir ceux qui menacent son autorité :

Y para que [esto] llegue a ser, se conse/fol. 7r/guirá con la veneracion del culto divino, con premiar a los varones virtuosos y fuertes con honras, y con castigar a los malos y no consentir divisiones, pues, como dice el Spiritu Sancto, desvelan reinos, como lo vemos executado en este de Granada, que la division entre si mesmos y la ambicion de reinar los acabó, estando divididos en dos linajes que fueron los de Aben Hut Elnayar y los de Mahomat Alhamar, de que trataremos en el capitulo siguiente, G, section 4, fol. 6v ; B, fol. 7r.

  • 182 A. DOMÍNGUEZ ORTIZ, B. VINCENT, Historia de los moriscos. Vida y tragedia de una minoría, op. cit., (...)
  • 183 Ibid., p. 19.

216Le propos manque – volontairement ou non – de clarté : qui sont précisément ceux qu’il faut châtier ? S’agit-il des vaincus, classés dans deux catégories, ceux qui ont embrassé avec conviction la foi chrétienne et qui ont collaboré avec les vainqueurs, et ceux qui – en dépit de leur conversion au christianisme – ont continué à pratiquer la religion musulmane en secret, cherchant également à nuire à la monarchie ? Dans ce cas, s’agit-il des Mudéjars du royaume de Grenade, qui se sont vu refuser le droit de porter des armes – qui, pourtant leur a été accordé une première fois – et d’acheter des terres afin de favoriser l’arrivée de colons chrétiens, en particulier dans la vega de Grenade182 ? L’auteur de l’Histoire désigne-t-il les Mudéjars de l’Albaicín de Grenade qui se sont soulevés pendant trois jours, à partir du 18 décembre 1499, afin de protester contre l’entreprise du cardinal Cisneros de convertir au christianisme soit les elches ou helches, ces chrétiens ou enfants de chrétiens devenus musulmans, soit tous les Mudéjars183 ? Songe-t-il aux Mudéjars qui se sont rebellés, non plus à Grenade mais en plusieurs endroits de l’ancien émirat, dans les années 1500-1501 ?

  • 184 Ibid., p. 19.
  • 185 Ibid., p. 19-21.
  • 186 Ibid., p. 22.

217Un brevet royal du 12 février 1502 a obligé les Mudéjars de la couronne de Castille à choisir entre la conversion et l’exil184. Les autorités ecclésiastiques se sont efforcées, jusque dans les années 1510, de mettre en œuvre les moyens nécessaires afin d’obtenir une conversion sincère au christianisme des Morisques, qui n’étaient aux yeux de l’Église que – provisoirement – de mauvais chrétiens185. Dans les lignes du Tractado, l’auteur fait-il allusion aux Morisques de Grenade qui ont assisté aux tentatives orchestrées par les autorités, visant à faire disparaître une partie de leur culture, comme en témoigne un document du 7 décembre 1526 interdisant ou limitant l’usage de l’arabe, le port de certains vêtements, la circoncision ou bien les rites d’abattage des animaux186 ?

  • 187 Ibid., p. 25-26.
  • 188 C’est ce que l’on appelle la taqiyya, feinte ou dissimulation. Voir, à ce sujet, Louis CARDAILLAC, (...)
  • 189 Lire Andrew HESS, « The Moriscos : An Ottoman Fifth Column in Sixteenth-Century Spain », The Americ (...)

218Le 14 décembre 1526, Charles Quint adresse au Pape une lettre dans laquelle il regrette, premièrement, que la conversion des Mudéjars au début du siècle n’a pas été volontaire et, deuxièmement, que les nouveaux convertis ont manqué d’instruction chrétienne187. La politique d’assimilation, entamée alors, échoue : l’auteur du Tractado fait-il référence aux Morisques qui, bien que baptisés, ont continué à pratiquer l’islam, la religion de leurs ancêtres, à l’abri des regards indiscrets188 ? Évoque-t-il le cas des Morisques de Grenade que le pouvoir royal, qui a subi de lourdes défaites en Méditerranée face aux Turcs entre 1551 et 1555, voyait comme une cinquième colonne susceptible de favoriser un débarquement des Ottomans dans la péninsule Ibérique189 ?

  • 190 Fernand BRAUDEL, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 3 t., Paris : (...)
  • 191 A. DOMÍNGUEZ ORTIZ, B. VINCENT, Historia de los moriscos. Vida y tragedia de una minoría, op. cit., (...)

219En interdisant les costumes morisques des hommes et des femmes – comme, pour ces dernières, le port du voile dans la rue –, la fermeture des maisons, l’usage des bains publics, l’emploi de la langue arabe, la Pragmatique promulguée le 1er janvier 1567 « va mettre le feu au poudre », comme l’a écrit Fernand Braudel190. Le mémoire de 1567 de Francisco Núñez Muley ne changera rien. Le mécontentement palpable des Morisques débouchera sur le soulèvement du 24 décembre 1568. Dans le passage extrait de l’Histoire des émirs de Grenade, l’auteur désigne-t-il les révoltés, en particulier l’un d’eux, reconnu comme leur roi, Hernando de Córdoba y Válor qui retrouvera son identité musulmane au moment du soulèvement en se faisant appeler Aben Humeya ? Ou bien fait-il allusion à son adjoint, Farax Aben Farax, ou bien encore à Aben Aboo, successeur d’Aben Humeya et qui périra assassiné par l’un de ses partisans, Gonzalo el Seniz, le 15 mars 1571191 ?

  • 192 Ibid., p. 35.
  • 193 Ibid., p. 57.
  • 194 Ibid., p. 60.

220La guerre a été féroce et les dégâts profonds : le 1er novembre 1570, l’ordre de disperser les Morisques de Grenade vers la Castille, l’ouest de l’Andalousie et l’Extrémadure, est donné192 ; tout Morisque devenait désormais suspect aux yeux des chrétiens, lesquels étaient perçus comme d’éventuels délateurs par les anciens mahométans193. Il y eut des rumeurs, en avril 1577, à propos d’un éventuel retour des Morisques de Grenade chez eux. Tout ceci était faux194. En 1582, dans la Austríada, Juan Rufo reproche aux Morisques leur fécondité trop importante, ayant quatre enfants en trois ans :

  • 195 Apud, J. CARO BAROJA, Los moriscos del reino de Granada, op. cit., p. 344, note 42.

Ellos gozando de sus largas vidas,
en los fértiles senos de Vandalia,
nosotros en batallas muy reñidas,
con toda la Asia, la África y la Galia;
nosotros por las ondas homicidas
desde el Indo remoto hasta Italia.
Ellos bien reservados destos daños,
teniendo a cuatro hijos en tres años
195.

  • 196 Ibid., p. 69-72.
  • 197 Sur la démographie morisque, voir Henri LAPEYRE, Géographie de l’Espagne morisque, Paris : S.E.V.P. (...)

221Face à l’impossibilité d’évangéliser les Morisques et de les assimiler, une solution a peu à peu émergé à partir du début des années 1580, consistant à les expulser définitivement d’Espagne196. Le duc de Lerma fut le promoteur, sous le règne de Philippe III, de l’expulsion des Morisques d’Espagne, en fondant sa position non pas sur des principes religieux mais sur des arguments politiques : les Morisques menaçaient la sécurité de l’état. L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade évoque-t-ils ces Morisques qui présentaient un danger et qui allaient être expulsés en nombre197 ?

222Il appartient aux monarques espagnols de séparer le bon grain de l’ivraie, en distinguant ceux qui, parmi les descendants des vaincus de 1492, se sont soumis à leur autorité et ont collaboré avec eux – rendant des services comme jadis et s’unissant par le mariage à des conjoints chrétiens –, de ceux qui ont refusé de leur obéir. Le Tractado est plus qu’une œuvre historiographique partiellement généalogique : il est, à la fois, manifeste, doléance et requête.

3. Arabesques

223Si Fernando de Pulgar ne peut avoir écrit l’Histoire des émirs de Grenade, si celle-ci a été rédigée entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle, qui peut être son auteur ? Un premier constat s’impose : la culture historique du responsable de l’ouvrage est vaste. Le chroniqueur qui se fait passer pour Fernando de Pulgar est capable de faire allusion à l’Histoire romaine de Tite-Live. Il connaît également l’historiographie médiévale. Il se sert ainsi de la chronique d’Ahmed al Razi, du De rebus Hispaniae de Rodrigo Jiménez de Rada, d’une histoire de Ferdinand III, de la Estoria de España d’Alphonse X, de la chronique d’Alphonse XI écrite par Fernán Sánchez de Valladolid, du Nobiliário de Pedro de Barcelos. Il mentionne la chronique de Jean II écrite par Alvar García de Santa María. Il a lu l’un des exemplaires imprimés en 1567 de la Chronique des Rois Catholiques de Fernando de Pulgar, s’en servant pour relater la chute de Baza tout en réécrivant l’épisode. Il évoque la chronique écrite par Hernando de Baeza, même s’il semble tirer le passage auquel il fait allusion des Anales de la Corona de Aragón de Jerónimo Zurita.

224L’historien du Tractado est un compilateur. Il rassemble des témoignages issus de chroniques royales et de sources moins officielles, épigraphiques notamment. Le résultat de son travail est adressé à Isabelle Ire, à qui il feint de soumettre sa chronique, comme l’a fait Diego de Valera dans la Crónica abreviada :

  • 198 D. de VALERA, La Corónica de España abreviada, Séville, 1567, fol. Cv.

Aqui pongamos silencio a la pluma serenissima princesa : humilmente suplicando a vuestra real magestad, que si en lo por mi escripto algunos defectos hallare (como no dubdo) lo mande corregir y enmendar : atribuyendo la culpa de aquellos a mi poco saber e no a falta de mi voluntad muy desseosa de vuestro seruicio198.

225L’auteur du Tractado s’intéresse aussi à l’histoire médiévale de la couronne d’Aragon, en particulier au règne de Jacques Ier le Conquérant. Son intérêt dans ce domaine est lié à l’affirmation selon laquelle Ibn Hud Alnayar descend des rois musulmans de Saragosse.

226L’auteur du Tractado utilise aussi des œuvres écrites au XVIe siècle, sans jamais l’admettre.  Pour ne pas mettre en péril la validité de l’attribution frauduleuse de l’Histoire à Fernando de Pulgar, sans doute était-il plus prudent d’affirmer avoir eu recours à des chroniques royales – me ha sido forçoso no solo pasar nuestras historias de los inclitos reyes progenitores de Vuestra Alteza […], G, section 1, fol. 2v ; B, fol. 2v –, sans donner davantage de détails sur leurs titres.

227Pourtant, l’historien du Tractado a bien lu des chroniques écrites au XVIe siècle. Il connaît parfaitement le Compendio d’Esteban de Garibay, qu’il adapte ou corrige. Le manuscrit G est le seul témoignage dans lequel la Historia general de Juan de Mariana est utilisée. L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade a peut-être eu accès aux chroniques de Pere Antoni Beuter, Jerónimo de Blancas, Bernardino Gómez Miedes voire Francisco de Diago.

  • 199 Les allusions à ces différents ouvrages se situent aux fol. 2v, 3r, 4r, 10v, 13v, 23v.
  • 200 Fol. 5r.
  • 201 Une partie des documents présents dans Origen sont repris au sein de Copia de documentos y cartas r (...)

228Une grande partie des lectures de l’écrivain du Tractado sont communes avec celles de l’auteur de la généalogie de la famille Granada Venegas, Origen. Au sein de ce livre, qui mentionne précisément le Tractado, il est fait régulièrement allusion au De rebus Hispaniae, à la chronique de Ferdinand III, à la Estoria de España, aux chroniques d’Alphonse XI et de Jean II, à la Crónica abreviada de Diego de Valera, à la Chronique des Rois Catholiques de Pulgar, au témoignage laissé par Hernando de Baeza, aux Anales de la Corona de Aragón de Zurita, à la chronique de Pere Antoni Beuter, au Compendio de Garibay, à l’histoire de Jerónimo de Blancas199. L’auteur d’Origen mentionne une Crónica del Cid, qui semble absente du Tractado200. Il reproduit aussi des lettres supposément écrites par les Rois Catholiques et Philippe Ier, recopiées à leur tour dans d’autres manuscrits201.

229La chronique attribuée à Fernando de Pulgar n’est pas uniforme. Deux versions du texte subsistent : l’une, minoritaire, ne peut être lue que dans le manuscrit G ; l’autre, majoritaire, est reproduite dans les huit manuscrits restants dont B. Un même prologue ouvre ces deux moutures puis des choix différents sont opérés, en particulier à partir du récit des années 1474-1492. À ce moment, dans le manuscrit G, des informations provenant de la Historia general de Juan de Mariana sont intégrées, ce qui n’est pas le cas dans les huit autres témoignages manuscrits.

  • 202 Dans l’une de ses œuvres, saint Euloge répertorie, en effet, les noms des martyrs mentionnés au sei (...)

230Le manuscrit G peut sembler plus complet que ceux de la version majoritaire. Par exemple, il s’agit du seul témoignage qui dresse une liste détaillée des martyrs de Cordoue, peut-être connus par l’intermédiaire de saint Euloge202. Exhaustive, elle déborde dans la marge du manuscrit :

[…] mu/fol. 5v/rieron por el nombre de Christo, nuestro señor redentor, como lo hicieron en Cordoba /à partir de cet endroit, un espace de deux lignes semble avoir été volontairement laissé vacant. Des prénoms y sont insérés : « Los Santos Gamesindo y Siervo de Dios, Eulogio, electo arçobispo de Toledo, Rodrigo y Salomon, Lucrecia, Helias, Paulo, Isidoro Perfecto y Amador, Secundino, Isaac, Sancho, Pedro, Benilde, Fandilas, Anastasio, Pelagio Zoylo, Argimiro, Abundio, Sisinando, Aurea, Pablo, Aurelio, (un prénom illisible), Cristobal, Leovigildo, Sabiniano, Columba ». Dans la marge, figurent aussi d’autres prénoms : « Emila y Hieremias, Rogelio, siervo de Dios, Pompusa, Adulpho y Juan, hermanos, Fausto, Acisclo y Victoria, hermanos y patronos de aquella ciudad. Vicencio, Sabina y Cris/teta, Flora y Maria/ y otros en Granada, G, section 3, fol. 5r-5v.

  • 203 Je souligne.

231Dans B et les sept autres manuscrits, il est écrit qu’il y a eu beaucoup d’autres martyrs, en plus d’Egilona : « […] murieron por el nombre de Jesu Christo, nuestro redentor, como lo hicieron en Cordoba la reina Egilona y otros muchos y otros en Granada », B, fol. 5r203. La longue liste du manuscrit G, se présente sous une forme bien plus brève au sein des huit autres témoignages.

232À l’inverse, il peut arriver que des faits rapportés au sein de G soient complétés dans les autres manuscrits. Par exemple, dans le manuscrit B, si Mohammed II a fait construire une somptueuse demeure pour son ami Nuño de Lara, le récit du manuscrit G est plus laconique : « el cual rey tuvo gran voluntad a estos caballeros christianos, y en especial a don Nuño de Lara », G, section 8, fol. 10r.

233Enfin, dans le manuscrit G, le traitement de la figure de Yahya Alnayar est beaucoup moins élaboré que dans la version majoritaire. Dans celle-ci, Yahya est le seul défenseur de Baza – alors que, dans G, il y en a deux –, ce qui contribue à attirer l’attention sur lui et à mettre en lumière son rôle dans la chute de la ville. Dans la version majoritaire, l’annonce de la conversion de Yahya Alnayar est plus rapide que dans G, où la nouvelle n’est dévoilée qu’à la fin. La version transmise par le manuscrit G est donc à part. Peut-être a-t-elle été écartée volontairement par le promoteur de l’œuvre, au profit de celle diffusée par la version majoritaire et par l’imprimerie en 1788, parce que la place réservée non plus à Yahya Alnayar mais bien à Pedro de Granada n’était pas suffisante.

234Le Tractado est présenté comme ayant été écrit par Fernando de Pulgar pour la reine Isabelle. Le compilateur de l’ouvrage ne se soucie pas d’imiter l’écriture de l’auteur de la Chronique des Rois Catholiques ni sa méthode de travail. Décide-t-il d’attribuer l’ouvrage à Pulgar pour rappeler le prestige dont celui-ci a joui de son vivant et après sa mort ou bien parce qu’Esteban de Garibay a évoqué une chronique de Pulgar, différente de la Chronique des Rois Catholiques, sur laquelle l’auteur du Compendio n’a pas réussi à mettre la main, pour cette raison créée de toutes pièces ?

  • 204 Lire M. del C. ÁLVAREZ MÁRQUEZ, J. A. GARCÍA LUJÁN, « Las lecturas de don Pedro de Granada Venegas, (...)

235Deux manuscrits du Tractado se trouvaient dans la bibliothèque du premier marquis de Campotéjar, Pedro III de Granada Venegas, dont l’inventaire est fait par plusieurs secrétaires à la mort de ce dernier en 1643204. Le document établi par les secrétaires, à cette occasion, est conservé aux archives notariales de Madrid.

  • 205 Les années de publication des exemplaires imprimés présents dans la bibliothèque de Pedro III de Gr (...)

236Les secrétaires ont consigné plus ou moins précisément les titres des œuvres conservées par le marquis puis ils ont estimé leur valeur. Pedro de Granada Venegas possédait plusieurs centaines de livres. Sa riche bibliothèque était composée en très grande majorité d’ouvrages consacrés à l’histoire d’Espagne. Le Tractado côtoyait un exemplaire de 1567 de la Chronique des Rois Catholiques de Fernando de Pulgar et d’autres ouvrages205 : la Crónica general de España de Pere Antoni Beuter (1604), la Crónica abreviada de Diego de Valera (1482), les Anales de la Corona de Aragón de Zurita (1585), un exemplaire en latin de la chronique de Mariana et un autre en espagnol (1595 et 1617), les Anales de Francisco de Diago (1613), les Comentarios de Aragón de Jerónimo de Blancas (1588), le Nobiliário de Pedro de Barcelos intitulé Linajes de España (sans date), la chronique d’Alphonse X (1554), la chronique d’Alphonse XI (1595), la chronique de Jean II (1590), une chronique du Cid (sans date), une œuvre que les secrétaires chargés de l’inventaire ont intitulée Conpendi Ystoria – sans identifier son auteur et sans mentionner de date – qui pourrait être le Compendio de Garibay, plusieurs histoires relatives au règne de Jacques Ier d’Aragon.

Inventaire des biens de Pedro de Granada Venegas. Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213.

Inventaire des biens de Pedro de Granada Venegas. Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213.

Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 53r.

Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 53r.

565 : Crónica de los Reyes Católicos (Saragosse, 1567).

Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 54r.

Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 54r.

667 : Tratado de los reyes de Granada (Fernando de Pulgar, manuscrit).

Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 54r.

Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 54r.

674 : Tratado de Hernando de Pulgar de mano.

Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 114r.

Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 114r.

297 : Conpendi ystoria.

237En définitive, hormis De rebus Hispaniae de Rodrigo Jiménez de Rada et la chronique d’Ahmed al Razi, figuraient dans la bibliothèque de Pedro III de Granada Venegas toutes les œuvres qui ont été nécessaires à l’élaboration du Tractado et de l’ouvrage généalogique Origen. D’autres, rencontrées au cours des pages précédentes, étaient présentes : le Nobiliario de López de Haro (1622) – qui contient la plus ancienne allusion directe au Tractado – ou bien les Antigüedades y excelencias de Granada (deux exemplaires de 1608 et 1638) de Francisco Bermúdez de Pedraza, qui relaie l’annonce de la conversion de Yahya Alnayar au christianisme et qui accepte de voir en Ibn Hud Alnayar le premier émir de Grenade.

238Un membre de la famille Granada Venegas peut-il avoir été le promoteur du Tractado ? La présence dans la bibliothèque de Pedro III de Granada Venegas de l’ensemble des livres utilisés est un premier argument en faveur de cette hypothèse. La famille Granada Venegas avait également les moyens de promouvoir la rédaction de l’Histoire des émirs de Grenade.

  • 206 Inmaculada OSUNA est l’auteur de deux livres portant sur le cercle littéraire réuni autour des Gran (...)
  • 207 J. GONZÁLEZ VÁZQUEZ, « La Academia Granada-Venegas en la Granada del siglo XVI y comienzos del XVII (...)
  • 208 Ibid., p. 419. Las lágrimas de Angélica de Luis Barahona de Soto sont sauvées des flammes : « Llorá (...)

239L’arrière petit-fils de Yahya Alnayar/Pedro I de Granada, Alonso II de Granada Venegas Rengifo – qui était né à la fin des années 1530 et qui allait décéder en 1611 – avait su s’entourer – sur les conseils de sa première épouse, María Manrique de Mendoza –, d’un cercle d’auteurs se réunissant chez eux, à la Casa de los Tiros ou bien dans les jardins du Generalife, à partir de la fin des années 1560 jusqu’à environ 1610206. À cette occasion, Alonso II de Granada Venegas et son fils Pedro III – lui-même poète207 – ont côtoyé des hommes de lettres, comme Gonzalo Mateo de Berrío ou bien Luis Barahona de Soto – auteur féru de généalogie dont l’un des livres a pu échapper au bûcher dans lequel ont fini la plupart des romans lus par don Quichotte – et des historiens, comme Diego Hurtado de Mendoza peut-être208.

Façade de la Casa de los Tiros de Grenade (Calle Pavaneras).

Façade de la Casa de los Tiros de Grenade (Calle Pavaneras).

Intérieur de la Casa de los Tiros (détail).

Intérieur de la Casa de los Tiros (détail).

Intérieur de la Casa de los Tiros (détail).

Intérieur de la Casa de los Tiros (détail).

Jardin de la Casa de los Tiros.

Jardin de la Casa de los Tiros.
  • 209 Sur l’armoirie de la famille Alnayar/Granada Venegas et leur évolution, lire J.A. GARCÍA LUJÁN, « D (...)

Armoirie des Granada Venegas dans la cour de la Casa de los Tiros209.

Armoirie des Granada Venegas dans la cour de la Casa de los Tiros209.

Armoirie des Granada Venegas dans le jardin de la Casa de los Tiros.

Armoirie des Granada Venegas dans le jardin de la Casa de los Tiros.

Armoirie des Granada Venegas au Generalife.

Armoirie des Granada Venegas au Generalife.

Armoirie des Granada Venegas sur la façade d’une maison à Úbeda (calle Beltrán de la Cueva).

Armoirie des Granada Venegas sur la façade d’une maison à Úbeda (calle Beltrán de la Cueva).

Au centre, figure l’inscription Il n’y a de Dieu que Dieu écrite en arabe.

  • 210 Ibid., p. 423-424.

240Cinq écrivains du cercle s’intéressaient tout particulièrement à l’histoire et à la mythologie. Juan de Arjona puis, à la mort de celui-ci, Gregorio Morillo ont traduit la Thébaïde de Stace avant 1600. À la même période, Francisco de Faría a translaté l’Enlèvement de Proserpine de Claudien. Luis de Bavia a assuré la traduction en espagnol d’une œuvre préalablement écrite en italien, intitulée Historia de la Unión del Reino de Portugal a la Corona de Castilla et publiée à Barcelone en 1610. Agustín de Tejada s’est intéressé à l’histoire andalouse, dans ses Discursos históricos de Antequera. En 1605 puis en 1607, Gregorio Morillo a écrit deux ouvrages relatifs aux livres de plomb du Sacromonte, Discurso de las reliquias del Monte Sancto de Granada y de lo sucedido en su descubrimiento et De la invención de las reliquias, láminas y libros del Monte Sacro de Granada210.

241Par conséquent, aussi bien Alonso II de Granada Venegas que son fils Pedro III ont été au contact, entre la fin des années 1560 et 1610 – c’est-à-dire au moment où le Tractado a été écrit –, d’auteurs intéressés par la généalogie, l’histoire et la mythologie. Ceux-ci ont pu consacrer leur temps à l’écriture d’une chronique relative à l’histoire de l’émirat favorable aux Alnayar. Les œuvres nécessaires à la réalisation de la compilation ont ensuite été réunies dans la bibliothèque de Pedro III de Granada Venegas.

  • 211 C’est A. Redondo qui parle d’obsession du lignage dans « Légendes généalogiques et parentés fictive (...)
  • 212 Sur le livre de Diego Matute de Peñafiel Contreras, ibid., p. 26-27.
  • 213 Ibid., p. 31 et p. 35.

242Le père et le fils avaient des raisons de promouvoir la rédaction du Tractado. Celui-ci s’inscrit dans un contexte culturel particulier. À partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, les écrits généalogiques abondent. Dans ces ouvrages, une véritable « obsession du lignage » est perceptible211. Cette dernière conduit leurs auteurs à des affabulations généalogiques. Par exemple, dans un livre de Diego Matute de Peñafiel Contreras publié en 1614 et intitulé Prosapia de Christo, le roi Philippe III a sa place dans le lignage du Christ212. À l’image de cette œuvre, de nombreuses falsifications généalogiques voient le jour, sans que la plupart des lecteurs ne s’en émeuvent. Bien au contraire, de tels écrits jouaient un rôle politique et social certain, dans une Espagne à la recherche de son identité, hantée par l’ancienneté et l’authenticité gothico-castillane de la souche213.

  • 214 J. CARO BROJA, Los moriscos del reino de Granada, op. cit., p. 80 et p. 274, note 83.

243Chez les Morisques, les affabulations généalogiques n’étaient pas rares. Par exemple, dans le royaume de Valence, la famille Aben Amir, qui résidait à Benaguasil (ville située au nord-ouest de Valence), affirmait descendre d’Al Mansur et des anciens rois musulmans de Valence214. Pour leur part, les Granada Venegas, que ce soit dans Origen ou le Tractado, cultivent et manipulent la mémoire collective dont Francisco Núñez Muley a souligné l’importance :

  • 215 Apud M. GARCÍA ARENAL, F. RODRÍGUEZ MEDIANO, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en ti (...)

¿ De qué sirve que se pierdan las memorias ? Que, bien considerado, aumentan la gloria y ensalzamiento de los Católicos Reyes que conquistaron este reino. Esta intención y voluntad fue la de sus altezas y la del Emperador, que está en la gloria ; para éstos se sustentan los ricos alcázares de la Alhambra y otros menores en la mesma forma que estaban en tiempos de los reyes moros, porque siempre manifestasen su poder y por memoria y trofeo de los conquistadores215.

244Les autres Morisques de Grenade – ceux qui, à l’inverse des Granada Venegas, ne descendaient pas de l’aristocratie musulmane grenadine – n’ont pas oublié le rang occupé par les Alnayar dans l’émirat. Deux anecdotes illustrent l’ascendant des Granada Venegas sur les Morisques moins bien nés.

  • 216 Ibid., p. 90.

245Entre 1568 et 1570, un Morisque ayant pris part à la révolte des siens est capturé par l’armée du roi d’Espagne puis il est interrogé. Ses interrogateurs veulent s’assurer de la sincérité de sa conversion au christianisme. C’est à cette occasion qu’il leur fait part de son interprétation, très personnelle, de la Trinité. Celle-ci se compose de Dieu, de Mahomet… et d’Alonso II de Granada Venegas : Dixo que auía tres dioses y que uno era dios del çielo y el otro era Mahoma y en la tierra hera don Alonso Benegas y que por estos avía de morir216.

246Comme Ginés Pérez de Hita et Luis del Mármol Carvajal, l’auteur de La guerra de Granada, Diego Hurtado de Mendoza s’est intéressé au conflit de la fin des années 1560. Il apprend aux lecteurs que, dans les premiers temps de la rébellion des Morisques, les révoltés ont écrit à Alonso II de Granada Venegas afin de lui demander d’être leur roi. Pour Alonso II, la tentation de reprendre le pouvoir qu’une partie des siens a exercé avant lui a été grande ; il a tenu bon, préférant servir loyalement Philippe II :

  • 217 D. HURTADO DE MENDOZA, M. GÓMEZ MORENO (éd.), De la guerra de Granada, op. cit., p. 41.

[…] enviaron personas ciertas a solicitar, entre otros, a don Alonso Venegas, hombre noble, de gran autoridad entre ellos, que con la carta cerrada fué a el ayuntamiento de regidores, y leída, pensando un poco cayó desmayado ; mas tornándole los otros regidores y reprehendiéndolo, respondió : recia tentación es la de reino, y dióles la carta en que parescía cómo le ofrecían tomalle por rey de Almería. Vivió doliente desde entonces, pero leal y ocupado en servicio del rey217.

247Les Granada Venegas ont dû régulièrement apporter les preuves de leur noblesse et de la sincérité de leur foi, destinées aux autres chrétiens, ceux qui qui ne descendaient pas de Maures et qui n’ont pas eu à être convertis de force au christianisme. Francisco Henríquez de Jorquera, auteur d’une œuvre intitulée Anales de Granada, rapporte que, le jeudi 16 juin 1588, un représentant du roi en visite officielle à Grenade a fait retirer les dais où figuraient les armes de la famille Granada Venegas, provoquant le courroux d’Alonso II. Celui-ci a songé à tuer de sang-froid le responsable de cet affront puis il s’est ravisé, préférant faire part de l’outrage à Philippe II. Un an plus tard, en guise de compensation, Alonso II de Granada Venegas est devenu chevalier de l’Ordre de Santiago :

  • 218 Apud E. SORIA MESA, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí en (...)

[…] andando visitando las calles como es costumbre una personal del real acuerdo, lo fué agora el señor licenciado don García de Medrano, del consejo de su magestad y su alcalde de corte en esta real chancillería y vido colgados unos doseles en las casas de don Pedro de Granada y Venegas, en la calle de la cárcel en cuyas colgaduras estaban los escudos y coroneles de las armas desta real casa, los quales fueron mandados descolgar por el señor alcalde, por lo qual se alborotaron don Alonso Venegas de Granada y todos sus hijos y muchos cavalleros, deudos y amigos de suerte que se entendió que mataran al dicho alcalde ; y abiéndolos apaciguado los tribunales y otras personas, este día se partió a la corte el obispo don alonso a quexarse a su magestad de este agravio en contra de su nobleça y sangre y de sus grandes preheminencias y mercedes y previlegios de los reyes católicos y del emperador Carlos quinto que le escribía a su abuelo deste noble cavallero, llamándole de primo como se hallan en cartas que estan aun oy en los archivos desta novilisima casa218.

248La Casa de los Tiros a longtemps gardé la trace d’une autre falsification, liée à un événement survenu dans la vie d’Alonso I de Granada, le fils de Yahya Alnayar/Pedro I de Granada. La pièce principale de la demeure se nomme la Cuadra Dorada. Il s’agit d’une grande salle dotée d’un plafond où sont représentés des hommes ou des femmes – comme, par exemple, Pélage, Isabelle Ire, Ferdinand V ou bien Charles Quint – s’étant illustrés lors de batailles importantes dans l’histoire de l’Espagne. Leurs portraits sont accompagnés de brefs commentaires. Le plafond est composé de huit rangées séparées par une épée au bout de laquelle se trouve un cœur.

Intérieur de la Cuadra Dorada (Casa de los Tiros).

Intérieur de la Cuadra Dorada (Casa de los Tiros).

Détail de la cour de la Casa de los Tiros.

Détail de la cour de la Casa de los Tiros.

Détail de l’actuelle porte d’entrée de la Cuadra Dorada (Casa de los Tiros).

Détail de l’actuelle porte d’entrée de la Cuadra Dorada (Casa de los Tiros).

El corazón manda.

  • 219 J. A. GARCÍA LUJÁN, La Casa de los Tiros de Granada, Grenade : José Antonio García Luján, 2006, p.  (...)
  • 220 Francisco GONZÁLEZ DE OLIVA, Ignacio HERMOSO ROMERO, Concepción GONZÁLEZ PECULO, Pilar GUARDIA GARC (...)
  • 221 J. A. GARCÍA LUJÁN, La Casa de los Tiros de Granada, op. cit., p. 15.
  • 222 Ibid., p. 23.
  • 223 Au total, douze membres du lignage Alnayar/Granada Venegas étaient représentés, ibid., p. 29-33 et (...)

249La Casa de los Tiros a été édifiée entre 1525 et 1535 à la demande de Gil Vázquez Rengifo, dont il a été question plus haut219. C’est lui qui a demandé à ce que la Cuadra dorada soit ainsi décorée220. Pedro II de Granada Venegas y a habité avec sa première épouse – la fille de Gil Vázquez Rengifo – María de Rengifo y Ávila. La Casa de los Tiros est devenue, à partir de ce moment, la demeure des Granada Venegas221. Comme la Cuadra Dorada, la façade de la maison rend hommage aux héros. Cette fois, il s’agit de personnages mythologiques : les statues de la façade sont des représentations de Jason, Hercule, Thésée, Hector et Mercure222. Un guerrier est peint sur l’un des murs intérieurs de la demeure, près de l’entrée de la Cuadra Dorada. La présence – jusqu’à une date inconnue – des portraits d’Ibn Hud Alnayar, de Selim Alnayar, de Pedro I de Granada et d’Alonso I de Granada côtoyant ceux de rois et de reines d’Espagne – ces derniers sont maintenant exposés sur les murs de l’escalier principal –, depuis Isabelle la Catholique jusqu’à Philippe IV, n’est sans doute pas anodine223 ; au contraire, elle témoigne de l’importance accordée par l’ensemble du lignage Granada Venegas aux armes, au courage des combattants, à la fidélité de leurs ancêtres à l’égard de la couronne.

  • 224 F. GONZÁLEZ DE OLIVA, I. HERMOSO ROMERO, C. GONZÁLEZ PECULO, P. GUARDIA GARCÍA, V. DEL AMO, Museo C (...)
  • 225 J. A. GARCÍA LUJÁN, La Casa de los Tiros de Granada, op. cit., p. 43.
  • 226 Pour la date de la fin de la restauration, lire F. GONZÁLEZ DE OLIVA, I. HERMOSO ROMERO, C. GONZÁLE (...)
  • 227 Ibid., p. 81-84. L’inscription concerne Alphonse X : Crónica del rey don Alfonso X, chap. XVII, p.  (...)

250Les auteurs du cercle littéraire se réunissaient dans la Cuadra Dorada224. Dans cette salle, Alonso I de Granada avait sa place en compagnie des guerriers ou des monarques peints au plafond. Quelques lignes lui étaient consacrées : Alonso de Granada, entre otras muchas hazañas que hizo, ganó una victoria de los moros en la Vega de Granada y siete banderas en Adra225. Les travaux de restauration de la Casa de los Tiros – menés sous la responsabilité de l’architecte Fernando Wilhelmi Manzano et achevés en 1929 – ont permis de découvrir que cette inscription en recouvrait une autre226. Sous l’inscription concernant Alonso I de Granada, il était écrit : Alfonso, Rey de Castilla, español, entre otras muchas hazañas, dio a la emperatriz de Constantinopla XV marcos de oro con que rescatar a su marido de los turcos227. C’est cette dernière inscription que l’on peut lire dans la salle, de nos jours.

Représentation d’un guerrier à l’entrée de la Cuadra Dorada (Casa de los Tiros).

Représentation d’un guerrier à l’entrée de la Cuadra Dorada (Casa de los Tiros).

Détail du plafond de la Cuadra Dorada. Portrait d’Alfonso (Casa de los Tiros).

Détail du plafond de la Cuadra Dorada. Portrait d’Alfonso (Casa de los Tiros).

251Cette autre falsification appelle deux commentaires. D’une part, aussi bien l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade – dans la version majoritaire, comme au folio 61r du manuscrit B – que celui des portraits des deux Morisques présents dans les Claros varones du même témoignage évoquent les victoires remportées dans la vega de Grenade et à Adra : […] fue de los mas aventaxados capitanes de su tiempo. Gano la vitoria de Adra y una bandera a los moros ; gano la batalla de la vega y siete banderas a los moros, Claros varones, fol. 101r.

252D’autre part, le mode opératoire du faussaire de la Casa de los Tiros est le même que celui des auteurs de l’Histoire des émirs de Grenade et des portraits ajoutés aux Claros varones : un document ou un support existant déjà est utilisé puis transformé afin de laisser une place à part à un ou plusieurs membres du lignage Alnayar/Granada Venegas. Il ne s’agit pas d’une coïncidence mais d’une véritable marque de fabrique : le Tractado est l’une des pièces témoignant de l’entreprise de manipulation et de falsification de l’histoire menée par les Granada Venegas, entre la fin du XVIe siècle et le début du siècle suivant.

  • 228 E. SORIA MESA, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí en la o (...)
  • 229 El caso y pareceres de veinte y quatro teologos, doctores y maestros en santa teologia y lectores d (...)

253Ces falsifications ont été utiles. Dès la fin de la Reconquête, les descendants des Alnayar, Yahya/Pedro en tête, se sont engagés dans une course aux honneurs en faisant d’abord de beaux mariages, en voulant acquérir ensuite des titres de noblesse228. À ce propos, la Bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid conserve un document de 1603, long de seize folios, dans lequel le secrétaire Cristóbal Ruiz recopie les avis de vingt-quatre théologiens relatifs à l’intégration de Pedro III de Granada Venegas dans l’Ordre d’Alcántara229.

254Cristóbal Ruiz commence par rappeler que Pedro III de Granada Venegas a servi la couronne pendant plus de vingt-huit ans. D’une part, il a été ménin d’Anne d’Autriche durant sept années ; d’autre part, il a participé à diverses campagnes militaires :

  • 230 Ibid., fol. 272r.

Aviendo don Pedro de Granada Venegas seruido a su Magestad mas de veinte y ocho años en su real casa, los siete siendo menino de la reyna doña Ana nuestra señora, que santa gloria aya, y en las jornadas de Portugal, y en Salobreña, y Almuñecar, y otras ocasiones, en que ha gastado su vida, y mucha hazienda. Entre otras cosas, suplicó a su Magestad le hiziesse merced del habito de Santiago, y su Magestad fue seruido de hazerle merced del de Alcantara230.

  • 231 Ibid., fol. 272r-272v.
  • 232 Ibid., fol. 272v-273r.

255Le document retrace les origines familiales de Pedro. Il y est écrit que ce dernier est le fils d’Alonso II de Granada Venegas, qui a maté la révolte des Morisques, le petit-fils de Pedro II de Granada Venegas, qui s’est battu aux côtés de Charles V, l’arrière-petit-fils d’Alonso I de Granada, lequel a combattu pour les Rois Catholiques, l’arrière-arrière-petit-fils de Pedro I de Granada, chevalier de l’Ordre de Santiago, descendant des rois d’Aragon et des émirs de Grenade, s’étant converti au christianisme et ayant participé à la chute de l’émirat pour le compte d’Isabelle Ire et Ferdinand V231. À ce moment, Cristóbal Ruiz insiste sur les privilèges accordés à l’ancien gouverneur de Baza : exonération d’impôt et droit de porter des armes232.

256La question que soulève le document, à laquelle les vingt-quatre théologiens sont tenus de répondre, est la suivante : compte tenu des statuts de l’Ordre d’Alcántara, qui excluent ceux qui ne sont pas hidalgos et tous ceux qui ont des origines juives ou musulmanes, Pedro III de Granada Venegas y a-t-il sa place ? Les conditions d’entrée dans l’ordre sont rappelées :

  • 233 Ibid., fol. 273r.

El estatuto de la Orden de Alcantara, en el cap. I del tit. 53. a fol. 103. excluye del habito de Alcantara al que no fuere noble hijo dalgo, al fuero de España, sin tener parte, ni mezcla de conuerso, moro, herege, ni iudio, ni villano, mas que sea de linage antiguo de christianos. Y en el interrogatorio, que esta a fol. 115. aprieta esto mas y, dize, que no tenga las dichas mezclas en ningun grado por remoto que sea233.

257À première vue, Pedro III de Granada Venegas est concerné par les règles d’exclusion puisqu’il descend de Maures. Pourtant, une exception est faite. Pedro III de Granada Venegas est au-dessus de ces règles :

  • 234 Ibid., fol. 273r.

[…] y para obuiar que con mala voluntad, o entendimiento no se pudiesse poner por obstaculo, tomando literalmente este estatuto, que para diferentes fines y personas se hizo, don Pedro suplicó a su Magestad, que pues constandole su descendencia, y del estatuto de la dicha Orden, le hizo merced del habito della, por saber que por su nobleza y antiguedad no le comprehendia234.

258Le cas de Pedro III de Granada Venegas est bien différent. Lui-même avance un argument développé par l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade. Il y a eu des mariages mixtes unissant des rois chrétiens à des princesses musulmanes – comme ceux, affirme-t-il à l’image de l’auteur de l’ouvrage apocryphe dont il reprend une partie des sources, de Ramire de León et Ortiga, Charlemagne et Galienne, Alphonse et Zaida –, dont de nombreuses chroniques se font l’écho. De ce fait, est-il blâmable parce que, dans sa famille, se mêlent des chrétiens et des musulmans ? D’autres chevaliers de l’Ordre ne sont-ils pas dans le même cas que lui ? Cristóbal Ruiz écrit :

  • 235 Ibid., fol. 273r.

Y entre otras razones que alego para la excepcion deuida a este caso, fue el casamiento del señor rey don Ramiro de Leon, con doña Hortiga, hija del rey Albohacen del Algarue, como lo escriue el conde don Pedro, y el casamiento del rey de Francia con Galiana, hija del rey moro de Toledo, como lo refiere la Coronica general de España, y el casamiento del señor rey don Alonso, que gano a Toledo, con doña Zayda, hija del rey de Seuilla, de quien tuuo por hijo al infante don Sancho, como refieren todas las Coronicas de Castilla, y la decendencia de otras grandes casas de señores destos reynos de Castilla, Aragon, Valencia, y Portugal, que son tan sabidas, assi por Coronicas, como porque por su mucha grandeza y calidad, son notorias, y que todos los que dellas proceden, tienen oy el habito de Alcantara, y de todas las demas ordenes, y cosas de limpieza del reyno, que es consequencia expressa deste caso235.

  • 236 E. SORIA MESA l’écrit aussi : « Queda claro que había moriscos y moriscos », La nobleza en la Españ (...)
  • 237 El caso y pareceres de veinte y quatro teologos, doctores y maestros en santa teologia y lectores d (...)

259Chacun des hommes d’Église consultés se montre favorable à l’intégration de Pedro III de Granada Venegas dans l’Ordre d’Alcántara. Plusieurs d’entre eux soutiennent qu’il y a Morisques et Morisques236. C’est le cas d’Esteban de Ogeda237 et de Francisco de Castroverde. Celui-ci affirme notamment qu’il faut distinguer les Morisques issus de l’aristocratie musulmane de Grenade des autres :

  • 238 Ibid., fol. 273v. Je souligne.

La verdadera respuesta deste caso consiste en la verdadera intelligencia del estatuto de la Orden de Alcantara, porque por ella se vera si el dicho don Pedro de Granada esta comprehendido en el estatuto, y saluo meliori iudicio, parece que el tenor del estatuto habla con solos los que descienden de moros ordinarios, y cuya sangre no se ennoblezca con tan generosa descendencia, como es la del linage de los reyes238.

260Pedro González del Castillo dit, peu ou prou, la même chose :

  • 239 Ibid., fol. 277r. Je souligne.

Lo segundo, porque, como está muy bien dicho en los pareceres antes deste, la costumbre tiene interpretado, que el estatuto no se entiende en caso de tan gran nobleza, y tan notoria, aunque sea de moros, pues en otros semejantes no ha sido obstaculo, para que muchos caualleros ayan dexado de tener habitos de la dicha Orden : y a don Alonso de Granada, padre del dicho don Pedro, se le dio despues de estar reduzido el estatuto de la Orden de Santiago a la forma del de Alcantara239.

261En outre, Francisco de Castroverde estime que les descendants de l’aristocratie musulmane, qui sont membres de l’Ordre de Santiago, honorent l’institution :

  • 240 Ibid., fol. 274r.

Lo quarto, haze al caso mucho, que el estatuto de la Orden de Santiago, hablando de los que descienden de sangre ilustre entre los moros, dize que los tales honran aquella orden, tomando su habito, dezirseha es otro estatuto, y otra Orden, yo no lo alego porque se aya de seguir aquella ley, sino por testimonio tan valiente de ser aquella nobleza que honra vna Orden militar tan graue y tan honrada240.

262Pedro González del Castillo est d’accord, une nouvelle fois, sur ce point. Pour lui, il s’agit d’une question de justice et d’équité :

  • 241 Ibid., fol. 277r-277v.

Lo quarto, porque las Ordenes militares se instituyeron para dilatar y amplificar la religion christiana ; y si sus estatutos excluyeran a los caualleros y personas nobles, conuertidas de la gentilidad a la fe catholica, no se consiguiera este fin, antes se desuiara, pues fuera desanimar a los que tienen nobleza para que no se conuirtiessen, ni recibiessen nuestra sagrada religion, viendo que no los tratauan como a las demas personas nobles de christiandad antigua. Lo qual no es justo, pues la gracia no destruye la naturaleza, sino antes la perficiona : y la religion christiana no disminuye la nobleza, sino antes la acrescienta, y mejora, y sube de quilates. Y sobre la nobleza parece la religion tan bien, como el esmalte sobre el oro241.

263Le même Pedro González del Castillo justifie son avis. Les histoires – il n’en cite aucune – prouvent que, depuis plus de cent vingt ans, les Granada Venegas luttent pour la défense et l’expansion de la foi chrétienne :

  • 242 Ibid., fol. 276v-277r.

Y hallandose, como se hallan, en el dicho don Pedro de Granada, y en sus antepassados estas dos cosas con grandes ventajas, que son, nobleza de sangre real, y tan ilustre, y tanta christiandad, acompañada de tan feruoroso zelo del augmento de nuestra santa fe catholica, como le testifican tantas y tan insignes hazañas, y seruicios tan señalados, hechos a nuestro Señor, y a su Yglesia, assi por el dicho don Pedro, como por sus padres, abuelos, bisabuelos, y rebisabuelos, derramando su sangre, y auenturando sus vidas, y gastando sus haziendas por la defensa de la fe catholica, y augmento de nuestra sagrada religion, como cuentan las historias, y se dize en esta relacion242.

264Juan de León se sert également de l’argument historiographique. Il affirme connaître des chroniques prouvant que les Granada Venegas descendent directement des rois d’Aragon et des émirs de Grenade. Il ne donne pas de titres d’œuvres mais il respecte scrupuleusement l’ordre suivi par l’auteur du Tractado, selon lequel Ibn Hud Alnayar, le premier émir de Grenade, descend d’Ibdinabal, le premier roi maure de Saragosse :

  • 243 Ibid., fol. 285r.

Y digo lo quarto, que no importa, que quando se conuirtieron, no eran reyes actualmente ; porque naturalmente lo eran, aunque estauan desposseydos, pues venian por linea recta de los reyes moros de Aragon y Granada, y consta por la coronicas, y sus papeles243.

265Juan Vaca retient l’argument avancé par Pedro III de Granada Venegas, à propos des mariages mixtes ayant uni des princes chrétiens à de nobles musulmanes :

  • 244 Ibid., fol. 281v.

[…] no he querido multiplicar otras (razones) de nueuo, sino solo dezir, que los que por nobleza natural eran tales, que aun en diferentes leyes los reyes de Castilla casauan con sus linages, sin perder de su calidad y grandeza244.

266Lorenzo de Villegas tient le même discours :

  • 245 Ibid., fol. 282v.

Segundo, en razon de interpretacion, bien grande la tienen hecha, los señores reyes de España y Francia y Portugal auiendo casado con hijas de principes moros, y decendientes dellos, por ser cosa que no desdezia de su grandeza y nobleza245.

267José de Luján ajoute les cas exemplaires des Manrique et de Jacques, le fils du roi maure de Majorque, baptisé puis marié à une noble Aragonaise :

  • 246 Ibid., fol. 283v.

[…] los descendientes de los Manriques, por su mucha nobleza, y la que tienen por decender de Mudarra Conçalez, que era hijo de hija de principes moros de Cordoua, y los decendientes de la casa de Luna, en Aragon, por doña Maria de Gotor, descendiente de don Iayme de Gotor, de quien haze mencion la Coronica del rey don Iayme que gano a Mallorca, que es consequencia expressa de este caso246.

268Dans cette quête permanente de reconnaissance et d’honneurs, une chronique apocryphe attribuée à Fernando de Pulgar et adressée à la reine Isabelle la Catholique, développant l’histoire de l’émirat de Grenade, faisant des Alnayar les seuls héritiers légitimes du trône et voyant ceux-ci comme des philochrétiens, tombait à point nommé pour la famille Granada Venegas.

Notes

1 Rachel ARIÉ, España musulmana (Siglos VIII-XV), in : Manuel TUÑÓN DE LARA (coord.), Historia de España, 13 t., tome 3, Barcelone : Labor, 1992, p. 35.

2 M.J. VIGUERA MOLINS, « Los reinos taifas y el dominio magrebí (siglos XI-XIII) », in : M. BARRIOS AGUILERA, R. G. PEINADO SANTAELLA (éd.), Historia del reino de Granada, 3 t., Grenade : Universidad de Granada-El legado andalusí, 2000, 1, p. 155-185, p. 179-180.

3 Ibid., p. 184-185.

4 Rodrigo JIMÉNEZ DE RADA, Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd. et trad.), Historia de los hechos de España, Madrid : Alianza, 1989, p. 345-346.

5 M. Á. LADERO QUESADA, « El reino de Granada y la corona de Castilla en la baja Edad Media », in : M. BARRIOS AGUILERA, R. F. PEINADO SANTAELLA (éd.), Historia del reino de Granada, op. cit., 1, p. 189-210, p. 189.

6 R. ARIÉ, España musulmana (Siglos VIII-XV), op. cit., p. 36.

7 M. Á. LADERO QUESADA, « El reino de Granada y la corona de Castilla en la baja Edad Media », art. cit., p. 189.

8 M. Á. LADERO QUESADA, ibid., p. 189. Id., Granada, historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 125.

9 R. ARIÉ, España musulmana (Siglos VIII-XV), op. cit., p. 36.

10 Ibid., p. 36.

11 « Asy commo el muy magnífico rey don Fernando, que ganó a Seuilla día de Sant Clemeynte, e la bíspera antes de su fiesta, en la noche, le apareçió nuestra Sennora la Virgen María e le puso las llaues de la çibdad en la mano e lo metió dentro », Juan Luis CARRIAZO RUBIO (éd.), Historia de los hechos del marqués de Cádiz, Grenade : Universidad de Granada, 2003, p. 142.

12 M. Á. LADERO QUESADA, « El reino de Granada y la corona de Castilla en la baja Edad Media », art. cit., p. 190.

13 Ibid., p. 190.

14 M. Á. LADERO QUESADA, Granada, historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 127.

15 Je souligne.

16 Quant à lui, Rodrigo Jiménez de Rada écrit : « Por su parte Abenhut pertenecía a la familia de Abohayet, otrora rey de Zaragoza […] », Historia de los hechos de España, op. cit., p. 345.

17 Je souligne les passages qui suivent.

18 À ce propos, voir E. SORIA MESA, « Una versión genealógica del ansia integradora de la élite morisca : el Origen de la casa de Granada », art. cit., p. 215-216.

19 « […] de nacion godo », Origen, fol. 2r.

20 Jerónimo de BLANCAS, Comentarios de las cosas de Aragón, obra escrita en latín por Jerónimo de Blancas cronista del reino ; y traducida al castellano por el P. Manuel Hernandez de las Escuelas Pias, Saragosse : Diputación Provincial, 1878, p. 115-123.

21 Origen, fol. 9r-9v.

22 Je souligne.

23 Origen, fol. 10r.

24 « […] Mahomad Abenhudiel que despues fue rey de Murcia con ayuda del señor rey don Alonso el decimo », ibid., fol. 10r. Dans la chronique d’Alphonse X, l’auteur déclare que les Murciens refusent de reconnaître Mohammed Alahmar comme émir : « E en este tiempo los de Murcia non queriendo aver por señor aquel Aben-Alhamar… », Crónica del rey don Alfonso  X, chap. X, p. 8b.

25 À ce sujet, voir Virgilio MARTÍNEZ ENAMORADO, « Lema de príncipes. Sobre la galiba y algunas evidencias epigráficas de su uso fuera del ámbito nazarí », Al-Qantara, XXVII, 2, 2006, p. 529-550.

26 Je souligne.

27 Je souligne.

28 Crónica del rey don Alfonso XI, chapitre LI, p. 205a.

29 Ibid., p. 205a.

30 Ibid., p. 205a. Je souligne.

31 Historia general, Livre XIII, chapitre I, p. 741. Je souligne.

32 Compendio, Livre XXXVIII, chapitre XXIV, p. 321-322. Je souligne.

33 Dans ce tableau, les successions des émirs de Grenade établies par Esteban de Garibay, par l’auteur de l’ouvrage apocryphe et par M. Á. LADERO QUESADA (Granada. Historia de un país islámico [1232-1571], op. cit., p. 103) sont reproduites.

34 Historia general, Livre XV, chapitre IX, p. 879.

35 Antigvedad y excelencias de Granada, op. cit., fol. 67v-68r. Je souligne.

36 L’écrivain de l’œuvre généalogique Origen insiste, à la fois, sur le fait que les fils d’Ibn Hud Alnayar auraient dû succéder à leur père à la tête de l’émirat et sur l’aide que leur a fournie Alphonse X : « […] El sobre dicho rey Abenhut de la casa de Alnayar dejo dos hijos, el mayor llamado Abuzalen Abraen Alnayar que se retrujo a la ciudad de Guadix donde estaba por alcayde un su ayo que le habia criado y fortificaron esta ciudad y se defendieron en esta, y el segundo hijo se llamo Jusef Abenhut que se fue a la ciudad de Malaga y la fortifico ; y, despojados del titulo de reyes, se intitularon caudillos de estas ciudades y se valieron del favor del señor rey don Alonso el Sabio que se cuenta el dezimo de este nombre […] », Origen, fol. 12r. Rodrigo Jiménez de Rada décrit les circonstances de l’assassinat d’Ibn Hud, en ces termes : « Pero, invitado por uno de los suyos, que se llama Avenroman, a un banquete y a un festín familiar, a lo que es muy aficionado aquel pueblo, es asesinado en un aposento del castillo de Almería por una conjura de su huésped y vasallo », Historia de los hechos de España, op. cit., p. 346.

37 ALFONSO X, Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Antonio GARCÍA SOLALINDE, Manuel MUÑOZ CORTÉS, José GÓMEZ PÉREZ (éd.), Primera crónica general de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuará bajo Sancho IV en 1289, 2 t., Madrid : Gredos, 1955, 2, chap. 1 047, p. 734b. Voir aussi le passage pratiquement identique dans Patricia ROCHWERT-ZUILI (éd.), Crónica de Castilla, paragraphes 27-31, Paris : Les livres d’e-Spania, avril 2010, « XI. Fernando III en Castilla y León », in : Crónica de Castilla, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 13 avril 2011, consulté le 7 mars 2016. URL : http://e-spanialivres.revues.org/190.

38 Compendio, Livre XXXVIII, chap. XXIV, p. 321.

39 « Et porque las ciubdades de Granada et de Almaría non avian tomado Reyes en señorío apartado desque mataron en Almaría al rey Abenhuc, este don Mahomad Abenalhamar rey de Arjona veno á Granada, et tomáronlo por rey en el año de la era de mill et doscientos setenta et cinco años : et porque los moros lo llamaban Benalhamar, que quiere decir bermejo, tomó las señales bermejas, segun que las ovieron despues los reyes de Granada. Et porque los de Sevilla non quisieron que fuese su rey este don Mahomad Abenalhamar, veno en ayuda deste rey don Fernando á la conquista de Sevilla. Et este don Mahomad Abanalhamar regnó en Granada, et en Almaría, et en Arjona quarenta e dos años, et morió en Granada en el mes de enero en la era de mil et trecientos once años », Crónica del rey don Alfonso XI, chap. LI, p. 205a.

40 Je souligne le passage qui suit, issu de l’Histoire des émirs de Grenade.

41 Juan de Mariana écrit : « Al vulgo que andaba alterado, atizaban los principales ; mayormente Aborrabes un caballero que venía de los reyes de Marruecos, con su gente y la de sus aficionados se apoderó de la ciudad de Almeria, y se intituló rey della », Historia general, Livre XV, chapitre IX, p. 876.

42 Je souligne.

43 En procédant de la sorte, l’auteur du Tractado donne raison à Jean Gerson qui, au début du XVe siècle, estimait que la tyrannie était difficilement définissable et identifiable puisque tout puissant est toujours vu comme un tyran par ses ennemis (Alain BOUREAU, « Tyran », in : Claude GAUVARD, Alain de LIBÉRA, Michel ZINK, [dir.], Dictionnaire du Moyen Âge, Paris : Quadrige-PUF, 2002, p. 1412). Tout naturellement, l’allusion à l’usurpation du pouvoir – présente aussi bien dans le Compendio que dans le Tractado mais vue sous des angles distincts –, ouvre la question de l’origine de celui-ci et de la légitimité des gouvernants. Traditionnellement, la légitimité du souverain se fonde sur le respect des lois divine et naturelle mais aussi sur un ensemble de règles relatives à l’ordre de succession et à la dévolution du pouvoir (Patrick BOUCHERON, « Tyrannicide », in : C. GAUVARD, A. de LIBÉRA, M. ZINK, [dir.], Dictionnaire du Moyen Âge, op. cit., p. 1413). La tyrannie est difficilement concevable dans la durée, le prince illégitime ne pouvant se maintenir longtemps au pouvoir (ibid., p. 1413). Dès lors, le tyran – qui n’est pas uniquement le mauvais roi dont parlait Aristote ou le souverain qui, par ses abus, est devenu illégitime – se définit comme celui qui, détenant du pouvoir et de l’autorité, contrevient à la loi divine : « De la royauté on passe à la tyrannie, car la tyrannie est une perversion de monarchie, et dès lors le mauvais roi devient tyran » (ARISTOTE, Jules TRICOT [trad.], Éthique à Nicomaque, Paris : Vrin, 1997, p. 412). Le roi juste ou digne s’oppose au tyran, qui règne pour son propre profit, et au roi inutile qui, faible et incompétent, nuit au bien du royaume (« Tyrannicide », art. cit., p. 1413). Dans le Policraticus achevé en 1159, Jean de Salisbury a développé la distinction entre le tyran d’origine ou d’usurpation et le tyran d’exercice, le tyrannicide étant prôné dans tous les cas : « L’excès d’ambition personnelle trouve sa parfaite illustration dans la tyrannie ; d’une manière plus précise, Jean s’emploie à nous rappeler qu’une marge étroite sépare quelquefois le comportement du prince de celui du tyran ; César, tout en restant un prince, a frôlé de près la limite qui sépare les deux types de pouvoir. C’est l’ignorance ou le refus du savoir qui est à l’origine de déviances telles que celle que représente la tyrannie, à laquelle Jean consacre de longs chapitres (VIII, 17-23) » (Denis FOULECHAT, Charles BRUCKER [éd.], Le Policratique de Jean de Salisbury (1372) Livres I-III, Genève : Librairie Droz, 1994, p. 19-20). Thomas d’Aquin a repris à son compte la distinction établie par Jean de Salisbury, en affirmant que le tyrannicide est légitime, dans le cas d’une tyrannie d’usurpation ; en revanche, le tyrannicide est un crime, lorsque le roi est un tyran d’exercice (« Tyrannicide », art. cit. p. 1413). Bien plus tard, dans les commentaires de la Politique d’Aristote de Pedro de Osma et Fernando de Roa – publiés, en latin, à Salamanque, en 1502 –, le tyrannicide visant à se débarasser du tyran d’usurpation ainsi que du tyran d’exercice sera admis, grâce au développement de la notion de guerre juste menée contre le mauvais roi, distincte de la sédition (Alexandra MERLE, « Un renouveau de la littérature politique à la cour de Charles Quint ? », paragraphe 28, e-Spania [en ligne], 13, juin 2012, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 29 novembre 2019. URL : http://e-spania.revues.org/21251  ; DOI : 10.4000/e-spania.21251). Selon Antonio de Guevara, dans Relox de príncipes, publié en 1529, il revenait à Dieu de châtier les tyrans (ibid., paragraphe 34).

44 Je souligne le passage extrait du Compendio.

45 « Et él (el infante don Pedro), movió luego dende, et venose para Córdoba, et salió luego dende, et yendo su camino para allá para lo acorrer, llególe mandado en el camino de como le avian tomado el Alhambra, et lo avian echado dende et le avian enviado á Guadix que le dieron : et que se llamase aquel fijo del Arrayas de Málaga rey de Granada », Crónica del rey don Alfonso XI, chap. VI, p. 178a.

46 Je souligne les extraits des passages qui suivent.

47 B : ceso la linea de los Abenlemines por la via de varon y volvio a su lugar la rel rey Abenut, primero rey de Granada, cuyo descendiente era Ismael por via de su padre aunque tambien lo era del rey Maomad Abenalamar el primero por su madre, fol. 20r.

48 Je souligne.

49 Compendio, Livre XXXIX, chap. XXI, p. 349. Je souligne.

50 María Jesús RUBIERA MATA, « El arraez Abu Said Faray Ben Ismail ben Nasr, gobernador de Málaga y epónimo de la segunda dinastía nasrí de Granada », Boletín de la Asociación Española de Orientalistas, 11, 1975, p. 127-133, p. 128.

51 Ibid., p. 128.

52 Ibid., p. 129.

53 Ibid., p. 129.

54 R. ARIÉ, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides (1232-1492). Réimpression suivie d’une postface et d’une mise à jour par l’auteur, Paris : De Boccard, 1990, p. 73-87.

55 M.Á LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 146.

56 M. J. RUBIERA MATA, « El arraez Abu Said Faray Ben Ismail ben Nasr, gobernador de Málaga y epónimo de la segunda dinastía nasrí de Granada », art. cit., p. 131.

57 Ibid., p. 132.

58 Ibid., p. 132.

59 Ibid., p. 133.

60 Dans Descripción de África, Luis del Mármol Carvajal n’opère aucune distinction entre la première dynastie nasride et la deuxième : « […] reynaron el (Mahomad) y sus descendientes mas de dozientos y cinquenta años con nombre de Alahamares, hasta que los Catolicos Reyes don Hernando y doña Ysabel les quitaron el reyno […], op. cit., Livre II, fol. 196v. Sur Abu Said Faray, il écrit : « […] luego passo el reyno a los hijos de vna nieta del fundador que caso con Farax alcayde de Malaga, que tambien era de aquella casa, y reyno el hijo mayor y dos hijos suyos », ibid., fol. 197r.

61 Je souligne.

62 Je souligne l’extrait du Compendio.

63 Je souligne les passages qui suivent.

64 Je souligne les passages qui suivent.

65 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. LV, p. 207a.

66 Pour sa part, Francisco Bermúdez de Pedraza écrit : « Ismael primero deste nombre, y sexto rey de Granada, hijo de Farrachen alcayde de Malaga, priuó del reyno a su tio Abenayar, en el año referido, en el qual cessó la linea de los Aben Alhamares, auiendo estado el reyno en ellos setenta y siete años : matole a traycion vn hijo del arraez de Algezira estando en el Alhambra año de mil y trezientos y ventidos », Antigüedad y excelencias, op. cit., fol. 68v.

67 Je souligne l’extrait du Compendio.

68 Historia general, Livre XVI, chap. III, p. 7. Je souligne.

69 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. CXXVII, p. 258a.

70 Compendio, Livre XXXIX, chapitre XXXVIII, p. 373.

71 Je souligne l’extrait du Compendio.

72 Il y a, dans l’insinuation de Garibay, une coïncidence notable avec celle de Juan Ginés de Sepúlveda, auteur de la Exhortación para que, hecha la paz con los príncipes cristianos, haga la guerra contra los Turcos, adressée à Charles Quint : « Ayant établi que la tyrannie est la forme de gouvernement ordinaire des Turcs, et non une distorsion accidentelle d’un gouvernement monarchique, et qu’elle menace directement la Chrétienté, Sepúlveda énonce la nécessité de lutter contre le pouvoir ottoman », A. MERLE, « L’Empereur et le Tyran. La lutte contre le pouvoir ottoman selon Juan Ginés de Sepúlveda », in : Annie MOLINIÉ-BERTRAND, Jean-Paul DUVIOLS (dir.), Charles Quint et la monarchie universelle, Ibérica n°13, Paris : Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 183-192, p. 187.

73 Dans Origen, le lien familial unissant Mohammed VI aux Alnayar est immédiatement revendiqué : Cidihaya Abenabraen Alnayar, caudillo y señor de Almeria, hijo del dicho Omar, caso con hija de un arraez principal, su tio materno, llamado Mahomat el bermejo, el cual con su ayuda privo del reyno a Mahomat Lagus el viejo y vino a ser decimo rey de Granada año de mil trezientos y sesenta […], Origen, fol. 12v.

74 Compendio, Livre XL, chap. VII, p. 383. Les passages repris par Garibay se trouvent au chapitre III (année 1370) et aux chapitres I-II (année 1371) de la chronique d’Henri II de Pero López de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique, su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno, op. cit., 2, p. 308 et 315-318.

75 Compendio, Livre XXXIX, chap. XXXVIII, p. 373. Je souligne.

76 Ibid, Livre XL, chap. V, p. 380.

77 Ibid, Livre XL, chap. II, p. 376.

78 Je souligne les passages qui suivent.

79 Ibid, Livre XL, chap. VIII, p. 384-385. Je souligne.

80 Ibid, Livre XL, chap. IX, p. 386.

81 Je souligne le passage du Compendio.

82 Je souligne les passages qui suivent.

83 Je souligne les passages qui suivent.

84 Je souligne les passages qui suivent.

85 Crónica del rey don Juan II, p. 490-500. Voir les pages que F. GÓMEZ REDONDO consacre à la chronique de Jean II, dans Historia de la prosa medieval castellana, 4 t., Madrid : Cátedra, 1998-2007, 3, p. 2207-2268.

86 Je souligne les passages qui suivent.

87 « Y estando el rey dubdoso de lo que debia hacer, vínose para él un caballero moro, que llamaban Gilayre, que habia seydo christiano é llevado cativo de edad de ocho años, y habíase tornado moro ; é dixo al rey que si iba á la vega de Granada, creia, segun el gran poder que llevaba, que toda la tierra se le daria, é que era cierto que se vernia á su merced un infante de Granada que se llamaba don Yuzaf Abenalmao, que era nieto del rey de Granada que llamaban el bermejo, que mandara matar el rey don Pedro en Sevilla », Crónica del rey don Juan  II, 1431, chap. XVI, p. 496a. « Prometia (Gilayro) que luego que los fieles se presentasen á vista de la ciudad de Granada, Juzeph Benalamo, nieto que era de Mahomad el rey bermejo que fue muerto en Sevilla, se pasaria con buen numero de gente á sus reales », Historia general, Livre XXI, chap. III, p. 318.

88 P, fol. 49r ; La, p. 70 ; Lc, fol. 52r ; Nb, fol. 60v ; Ba, fol. 74r. L’ajout est absent de G, de Na (fol. 26r) et de S (fol. 56r). L’auteur de l’ouvrage généalogique écrit : « Juseph Abenalmaul, hijo de Cidihaya Alnayar, caudillo de Almeria, y de hija del dicho rey Abenalamar el vermejo que murio en Sevilla […] », Origen, fol. 13v.

89 Compendio, Livre XL, chap. II, p. 376. Je souligne.

90 Je souligne les passages qui suivent.

91 Pedro CARRILLO DE HUETE, Juan de Mata CARRIAZO, (éd.), Crónica del halconero de Juan II. Edición facsímil (presentación por Manuel González Jiménez, estudio preliminar por Rafael Beltrán), Grenade-Séville-Madrid : Universidad de Granada-Universidad de Sevilla-Marcial Pons, 2006.

92 Je souligne l’extrait du Compendio.

93 Compendio, Livre XL, chap. XXIII, p. 401.

94 Je souligne le passage tiré du Compendio.

95 La fin de l’extrait se rappoche d’un passage de l’histoire écrite par Juan de Mariana : « No descansaban de dia ni de noche ni en invierno ni en verano ; antes ordinariamente hacia correrias, y todo mal y daño en todos los lugares que podian. Tratabase en Cordova de hacer una nueva jornada, y consultaban por qué parte sería mejor acometer. Y dado que el maestre de Santiago era de contrario parecer, los mas se conformaron con el marques de Cadiz, que debian acometer á Alora, que es un pueblo puesto casi en medio del camino que hay desde Antequera á Malaga. Un rio pequeño que pasa junto á él, algunos piensan que los antiguos le llamaron Saduca », Historia general, Livre XXV, chap. VI, p. 560.

96 Don Juan Manuel, Ian MACPHERSON, R. B. TATE (éd.), El libro de los estados, Madrid : Castalia, 1991, p. 225.

97 C4, II, p. 3 ; C2, fol. XCXVII.

98 J.L. CARRIAZO RUBIO (éd.), Historia de los hechos del marqués de Cádiz, op. cit., p. 137-138.

99 Ibid., p. 145.

100 Les Grenadins ont également reproché à Mohammed Boabdil d’être trop proche des chrétiens. Ils se sont alors rebellés contre lui : J.E. LÓPEZ DE COCA CASTAÑER, « La conquista de Granada : el testimonio de los vencidos », Norba. Revista de Historia, 18, 2005, p. 33-50, p. 38. L’auteur de l’ouvrage apocryphe n’affirme rien de tel.

101 Lire, à ce propos, la synthèse écrite par A. D’AGOSTINO, dans Diccionario filológico de literatura española siglo XVI, op. cit., p. 786-798.

102 M.S. CARRASCO URGOITI, Francisco LÓPEZ ESTRADA, Félix CARRASCO, La novela española en el siglo XVI, Madrid-Frankfurt am Main : Iberoamericana-Vervuert, 2001, p. 62-64.

103 Les Guerras civiles de Granada seront imprimées cinquante et une fois, de 1597 à 1847 : Historia de los bandos de Zegríes y Abencerrajes (Primera parte de las Guerras civiles de Granada), op. cit., p. XCVII-CXI.

104 « Historia de los vandos de los Zegries y Abencerrages caualleros moros de Granada, de las ciuiles guerras que huuo en ella, y batallas particulares que huuo en la Vega entre moros y christianos, hasta que el rey don Fernando quinto la gano. Agora nvevamente sacado de vn libro arauigo, cuyo autor de vista fue vn moro llamado Aben Hamin, natural de Granada », ibid., sn.

105 Sur les sources de l’œuvre, lire l’introduction de Paula Blanchard-Demouge, ibid., p. XXVIII-LI.

106 Ibid., p. 3. Je souligne.

107 Le clan des Zegríes insinue que celui des Abencerrage essaie de trahir Boabdil. Les Abencerrage – puissante famille musulmane qui parvint, notamment, à asseoir sur le trône de Grenade Mohammed IX au détriment de Mohammed VIII (M. Á. LADERO QUESADA, Granada, historia de un país islámico [1232-1571], op. cit., p. 173) – sont également accusés de christianophilie. Les Zegríes reprochent aux Abencerrage de se montrer bien trop cléments envers les chrétiens enfermés dans les geôles grenadines : « Eran, finalmente, amigos de christianos : ellos mismos en persona se halla que yvan a las mazmorras a visitar los christianos cautivos, y les hazían bien, y les embiavan de comer con sus criados (Guerras civiles de Granada, op. cit., p. 55). Enfin, les Zegríes sont jaloux des Abencerrage, dont le charme envoûte toutes les dames maures : « Mas teníase por muy cierto que no avía Abencerrage en Granada, o en su reyno, que no fuesse favorecido de damas y de las más principales » (ibid., p. 55). Pour toutes ces raisons, les Zegríes mentent à l’émir. Ils lui font croire que son épouse, Sultana, est amoureuse d’un autre homme, Albinhamad, de la famille des Abencerrage. Ils affirment que des témoins ont aperçu les deux amants supposés en train de se promener dans les jardins du Generalife, Albinhamad cueillant des roses pour Sultana. L’émir, gagné par la jalousie, fait réunir trente-six membres de la famille Abencerrage dans le patio de los leones de l’Alhambra, où il les fait égorger. Les autres membres du lignage – ceux qui ont survécu au massacre – se vengent en assassinant plusieurs parents des Zegríes. Boabdil, contraint de quitter Grenade, est remplacé par son père Mouley Hacen. Celui-ci ne parvient pas à s’imposer ; Boabdil récupère alors la jouissance du pouvoir. Boabdil ne reste pas longtemps à la tête de l’émirat. Il remet à Ferdinand V les clefs de la ville ; désormais, au-dessus de l’Alhambra, s’élève une croix et flotte la bannière des Rois Catholiques : « Finalmente, el moro le besó en el braço y le entregó las llaves ; las quales les dio el rey al conde de Tendilla por le aver hecho merced de la alcaydía, la qual tenía bien merecida. Y ansí entraron en la ciudad y subieron al Alhambra, y encima de la Torre de Comares, tan famosa, se levantó la señal de la Santa Cruz y luego el estandarte de los dos christianos reyes » (ibid., p. 288). L’émir déchu pleure, dans sa demeure, moqué par sa mère : « Y ansí como el moro rey llegó a su casa, que era en el Alcaçava, començó a llorar lo que avía perdido. Al qual llanto le dixo su madre : « Que pues no había sido para defendella como hombre, que hazia bien de llorar la como muger » (ibid., p. 289). Pour leur part, les Zegríes sont contraints à l’exil, tout comme Boabdil, lequel meurt assassiné en Afrique, par des Maures qui lui reprochent d’avoir laissé l’émirat entre les mains des Rois Catholiques : « El rey mandó que si quedavan Zegrís, que no viviessen en Granada, por la maldad que hizieron contra los Abencerrages y la reyna Sultana. Los Gomeles todos se passaron en África, y el rey chico con ellos, que no quiso estar en España, aunque le avían dado a Purchena en que viviesse, y en África le mataron los moros de aquellas partes, porque perdió a Granada » (ibid., p. 290).

108 G. CIROT, « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle », art. cit., 41 (4), 1939, p. 345-351, et 42 (3), 1940, p. 213-227.

109 Augustin REDONDO, « Moros y moriscos en la Literatura española de los años 1550-1580 », Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1995, p. 51-83, p. 56. Du même auteur, consulter : « L’image du morisque (1570-1620), notamment à travers les Pliegos sueltos. Les variations d’une altérité », in : A. REDONDO (dir.), Les représentations de l’Autre dans l’espace ibérique et ibéro-américain. II, Perspective diachronique : actes du colloque organisé à la Sorbonne par le GRIMESREP les 19, 20 et 21 mars 1992, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1993, p. 17-31.

110 Sur l’œuvre et sa transmission, voir l’introduction de Francisco LÓPEZ ESTRADA (éd.), El Abencerraje (Novela y romancero), Madrid : Cátedra, 2014. Consulter Jorge GARCÍA LÓPEZ, Eugenia FOSALBA, G. PONTÓN, Historia de la literatura española 2. La conquista del clasicismo 1500-1598, Barcelone : Crítica, 2013, p. 324-328. Lire Alfonso D’AGOSTINO, « El Abencerraje (Años ’50 del siglo XVI) », Diccionario filológico de literatura española siglo XVI, op. cit., p. 3-9.

111 G. CIROT, « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle », art. cit., 40 (2), 1938, p. 154. Les relations entre Abindarráez, Xarifa et Rodrigo sont très amicales : « De esta manera quedaron los unos de los otros muy satisfechos y contentos y trabados con tan estrecha amistad, que les duró toda la vida », El Abencerraje (Novela y romancero), op. cit., p. 172. Dans El remedio en la desdicha, œuvre imprimée en 1620 mais écrite certainement depuis plus longtemps, Lope de Vega adapte l’histoire d’Abindarráez et de Xarifa. Voir G. CIROT, « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle », art. cit., 41 (1), 1939, p. 65-85.

112 Guerras civiles de Granada, op. cit., p. 209.

113 Ibid., p. 285-286.

114 Ibid., p. 288-289.

115 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 131-132. Consulter également, sur le même sujet, Georges MARTIN, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Annexes des cahiers de linguistique hispanique médiévale, vol. 6, Paris : Klincksieck, 1992, p. 323.

116 À propos des mêmes faits, il est écrit, dans la Crónica del rey don Alfonso X : « […] É estando el rey de Granada en su tienda, vino fablar con él Nuño Gonzalez, fijo de don Nuño, é díjole que el rey don Alfonso avia fecho algunos agravamientos é tuertos á don Nuño su padre é á don Juan Nuñez su hermano deste Nuño Gonzalez, é que si ellos fallasen esfuerzo en el rey de Granada por que les ficiesse ayuda é bien, que él fablaria con ellos é faria que le ayudassen. É desque esto oyó el rey de Granada, plogóle mucho ende, é fabló con él, diciéndole que los arrayaces le tenian por fuerza su tierra é que le facian muchos daños, é el rey que le facia muy grand tuerto en non le guardar el pleito que avia puesto en Alcalá de Benzaide. É si Nuño Gonzalez fablase con don Nuño, su padre, é con don Juan Nuñez, su hermano, é con otros ricos homes del reino que le quisiesen ayudar, que ayudaria él á ellos en manera que el rey don Alfonso les emendase todas las querellas que avian dél. É sobresto el rey de Granada dió á Nuño Gonzalez de sus joyas é partió con él de sus doblas, é fuese para Granada, é el rey don Alfonso, pues que vió que la tierra del reino de Murcia se poblaba de cristianos é que labraban las fortalezas que tenian comenzado á poblar, dejó homes que lo ficiesen, é él vino á Villa Real é dende á Toledo, é moró y algund tiempo », Crónica del rey don Alfonso X, chap. XVI, p. 12a.

117 Il n’y a rien de tel dans les chapitres XLV-L de la chronique d’Alphonse X. Je souligne les extraits de l’Histoire des émirs de Grenade.

118 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 137.

119 « […] Don Nuño é los que estavan con él pelearon con los moros que venian con Aben Yuzaf, é fueron vencidos los cristianos, é murio y don Nuño en la pelea […]. E Aben Yuzaf mostraba que le pesaba de la muerte de don Nuño, ca dicia que lo quisiera tomar vivo, é mandóle cortar la cabeza é envióla al rey de Granada […]. El rey de Granada envióle decir que era pagado con aquella parte que le enviaba ; pero que le pesaba por la muerte de don Nuño, ca éste fizo mucho porque él fuese rey. É esta cabeza envióla á Córdoba, é envió decir que la enterrasen con el cuerpo », Crónica del rey don Alfonso X, chap. LXII, p. 49b.

120 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. LXXXIX, p. 227a.

121 F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa medieval castellana, op. cit., 1, p. 1109.

122 Crónica del rey don Alfonso XI, chap. LXIII, p. 212a.

123 Alvar García de Santa María écrit : « En este tiempo habia una requesta entre Juan Rodriguez de Castañeda, señor de Fuentedueña, y entre Iñigo Destúñiga, hijo de Diego Lopez Destúñiga ; é fué la causa porque un escudero de Iñigo Destúñiga mató á traycion á un criado de la reyna, que llamaban Antonio Bonel, que era hombre muy esforzado é gran justador, é queríalo bien la reyna, con el qual Juan de Castañeda tenia gran amistad, é sobre la muerte deste Antonio hubieron palabras los dichos Juan de Castañeda é Iñigo Mariscal, é Juan de Castañeda dixo á Iñigo Mariscal que si él decia no haber mandado matar á Antonio Bonel, quél gelo combateria de su persona á la suya, é gelo haria conocer ; é Iñigo respondió que no era verdad. E sobresto se acordaron de ir demandar al rey de Granada que les tuviese segura la plaza, é ambos á dos fueron á Granada mucho guarnidos, é acompañados de parientes é amigos ; é la reyna escribió al rey de Granada rogándole afectuosamente que metiese en el campo aquellos caballeros, é los sacase por buenos sin dar lugar que se combatiesen. El rey de Granada lo hizo así, é honrólos quanto pudo, é dióles sus dádivas como en tal caso se acostumbran, é hízolos amigos, y embiólos en Castilla », Crónica del rey don Juan II, 1417, chap. III, p. 373b.

124 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 173.

125 Alvar García de Santa María écrit : « En este tiempo vino á la villa de Lorca un caballaro moro llamado don Yuzaf Abenzarrax, con treinta de caballo, que habia seydo alguacil mayor de Granada é gran privado del rey Mahomad, é fuera echado del reyno por el rey Mahomad el pequeño, el qual se vino para el rey en Illescas ; é vino con él Lope Alonso de Lorca, que era caballero y regidor de Murcia, e sabia bien la lengua arábiga », Crónica del rey don Juan II, 1428, chap. XV, p. 449a-449b.

126 « […] y el rey acordó de los embiar al rey de Tunez, á le decir que embiase al reyno de Granada al rey don Mahomad el izquierdo, que se habia ido para él quando le echaron del reyno, é que le daria favor para lo cobrar ; para lo qual le mandó dar sus cartas de creencia é todo lo necesario para el viage. E llegados al rey de Tunez y explicada la creencia por Lope Alonso, el rey hubo muy gran placer con ellos, é luego mandó aderezar la gente que habia de ir con él, que fueron hasta trecientos de caballo é ducientos de pie ; los quales eran del reyno de Granada é se habian allá pasado por el amor que le habian. E Lope Alonso vino con él, con el qual el rey de Tunez embió al rey presente de ropa delgada de lino é de seda, é de almisque é de algalia é alambar, é de otras muchas maneras de perfumes ; é vinieron por tierra de Africa sesenta jornadas hasta que llegaron á la cibdad de Oran que es en el reyno de Tremecen, é de allí vinieron en Vera, que es en el reyno de Granada, donde este rey don Mahomad el izquierdo fué recebido por rey ; é de allí Lope Alonso se puso por mar, é fué desembarcar á Cartagena, é dende á pocos dias se fué para el rey, é le hizo relacion de todas las cosas pasadas, y le dió presente que el rey de Tunez le embiaba, de que el rey hubo placer. E luego como en Almeria se supo que el rey izquierdo era en Vera, embiáronle á pedir por merced que se fuese para allá é lo rescibirian por rey, é así se hizo », Crónica del rey don Juan II, 1428, chap. XV, p. 449b.

127 Voir Diccionario filológico de literatura medieval española. Textos y transmisión, op. cit., p. 328-329. Lire l’édition de Diego CATALÁN, María Soledad DE ANDRÉS (éd.), Crónica del moro Rasis, versión del Ajbar Muluk Al-Andalus de Ahmad Ibn Muhammad Ibn Musa Al-razi ; romanzada para el rey don Dionís de Portugal hacia 1300 por Mohamad, alarife, y Gil Pérez, clérigo de don Perianes Porçel, Madrid : Gredos-Seminario Menéndez Pidal, 1975.

128 ALFONSO X, R. MENÉNDEZ PIDAL, A. GARCÍA SOLALINDE, M. MUÑOZ CORTÉS, J. GÓMEZ PÉREZ (éd.), Primera crónica general de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuará bajo Sancho IV en 1289, op. cit., 2, chap. 551, p. 305a.

129 Historia de los hechos de España, op. cit., p. 140.

130 « Pero como el enemigo de la raza humana no cesa de mirarla con malos ojos, esparció la altanería sobre el poder, la indiferencia sobre la religión, el enfrentamiento sobre la paz, la lujuria sobre la riqueza, la indolencia sobre la diligencia, hasta el punto de que tal como obraba el pueblo, así también el sacerdote, y como los pecadores, así también el rey. Este, como recelara de que lo fueran a derrocar por sus maldades, dispuso que fueran derribadas las murallas de las ciudades, menos las de unas pocas que temió echar abajo, y trocar el hierro de las armas en arados, de manera que pareciera que buscaba la paz, la tranquilidad y el placer como quien no quiere ver las faltas de nadie. Por su parte, actuaba con maña para que no pudieran enfrentársele quienes pretendían poner coto a sus crímenes. Por tanto, al desbordarse la tromba del desenfreno en toda España, al desafiar el rey Witiza la mirada de la Majestad, la tierra se colmó de maldad. En verdad, toda la carne había corrompido su camino, y el que era mejor quedó como un abrajo, y el que obraba bien, como espino de zarza », ibid., p. 141.

131 Pedro de CORRAL, James Donald FOGELQUIST (éd.), Crónica del rey don Rodrigo (Crónica sarracina), 2 t., Madrid : Clásicos Castalia, 2001, 2, p. 341.

132 Ajout dans B : que despues, reconciliada a la fe, murio martir en Cordoba, fol. 4v.

133 Dans la Crónica sarracina, Egilona n’est pas contrainte de se convertir à l’islam. Pedro de Corral écrit qu’Abd al Aziz a respecté le souhait exprimé par la veuve de Rodrigue de rester fidèle à ses convictions religieuses : « E la Reina en que vio que a fazerle convenía, díxole : - Señor, comoquiera que yo consienta lo que a vos plaze pídovos que de mi ley no sea quitada, e biva por christiana. E el Rey Abalagís gelo otorgó, e fizo con ella boda así como lo manda la ley de los moros », ibid., 2, p. 341.

134 Ibid., 2, p. 347. Sur le lien du passage avec la Crónica mozárabe de 754, voir la note 339 (p. 347) de l’édition de J. D. Fogelquist.

135 Esteban de Garibay ne confond pas les deux hommes : « En el mesmo año que Tarragona padecio esta calamidad (719), Abdulaziz, hijo de Muça Aben Zayr, que en Seuilla auia constituydo su assiento, fue aconsejado de la susodicha reyna Egilone, su muger, que tomasse corona y diadema real, al vso de los principes godos, de lo qual el siendo contento, supo tan mal esto a los caudillos de los moros y arabes, que creyendo auerse tornado christiano, escriuen, que le mataron al tiempo que hazia su oracion de la çala, y sucediole vn caudillo, llamado Ajub », Compendio, Livre XXXVI, chap. XVII, p. 256.

136 Sur leur nombre, voir B. VINCENT, « Los moriscos que permanecieron en el reino de Granada después de la expulsión de 1570 », art. cit., p. 267-286.

137 Miguel de LUNA, Luis Fernando BERNABÉ PONS (prologue), Historia verdadera del rey don Rodrigo. Edición facsímil, Grenade : Universidad de Granada, 2001, p. VII-IX.

138 Ibid., p. 97.

139 Voir M. BARRIOS AGUILERA, La invención de los libros plúmbeos. Fraude, historia y mito, Grenade : Universidad de Granada, 2011. Consulter également : M. BARRIOS AGUILERA, M. GARCÍA ARENAL, (coord.), Los plomos del Sacromonte. Invención y tesoro, Valence-Grenade-Saragosse : Universitat de València-Universidad de Granada-Universidad de Zaragoza, 2006.

140 « Los árabes son una de las más excelentes gentes, y su lengua una de las más excelentes lenguas. Eligiólos Dios para ayudar su ley en el último tiempo después de haberle sido grandísimos enemigos », apud M. GARCÍA ARENAL, F. RODRÍGUEZ MEDIANO, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en tiempos de Contrarreforma, op. cit., p. 35.

141 B. VINCENT, « Algunas voces más : de Francisco Núñez Muley a Fátima Ratal », art. cit., p. 97.

142 M. GARCÍA ARENAL, F. RODRÍGUEZ MEDIANO, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en tiempos de Contrarreforma, op. cit., p. 24.

143 Ibid., p. 24-25.

144 Ibid., p. 27. Il est question des documents découverts à la Torre Turpiana, dans Nb, aux folios 197r-216r.

145 Lire Francisco MÁRQUEZ VILLANUEVA, « La voluntad de leyenda de Miguel de Luna », in : El problema morisco (desde otras laderas), Madrid : Libertarias, 1991, p. 45-97. Consulter aussi : M. GARCÍA ARENAL, F. RODRÍGUEZ MEDIANO, « Médico, traductor, inventor : Miguel de Luna, cristiano arábigo de Granada », Chronica Nova, 32, 2006, p. 187-231. Entre 1600 et 1676, le livre de Luna fut réimprimé, à six reprises (Historia verdadera del rey don Rodrigo. Edición facsímil, op. cit., p. XXIV-XXV). Lope de Vega s’en est servi afin d’écrire El último godo (ibid., p. XXV). Dès 1627, le livre a été traduit en anglais puis en français, à partir de 1638, en italien enfin en 1648 (ibid., p. XXVI-XVII).

146 « Y auiendo dado parte a personas graues, y curiosas de lo que contenia esta Historia (tan vsada, y bien recibida entre los aabes (sic) deseosos de saber vna verdad tan sepultada en esta lengua, de la qual carecian nuestras historias : pidieronme muy encarecidamente hiziesse esta version, para aprouechar a los curiosos, pues el intento principal del Autor fue tratar, y memorar con verdad la perdida del rey don Rodrigo, y conquista de España, juntamente con las guerras del reyno de las Arabias, y de toda la Africa (sin aficion) dando a cada vno el valor, y honra, de la qual le doto naturaleza, certificando auerse hallado personalmente en todas las batallas, y reencuentros que tuvo Tarif Abenciet, capitan del rey Jacobo Almançor, con el rey don Rodrigo, y con las demas ciudades de España, excepto en el cerco de Carmona, y Merida (como el lo declaro en el prologo que hizo a los lectores en el principio de su Historia (y assi yo con zelo de aprouechar a los que tienen deseo de saber, y obedeciendo lo que me fue mandado, determine de padecer todos los trabajos, e inconuenientes que se podian rerecer, por solo aprouecharte con vna lectura tan verdadera como esta es, y tan deleada de nuestros españoles, siendo de autor tan graue, y que con tanta verdad la aya tratado, como parece por su discurso », ibid., sn. Francisco Bermúdez de Pedraza fait allusion à Abulcacim Abentarique : « Con esto leuantó Tarif su campo, y marchó para el Alpuxarra. Muerto el rey Iacob Almançor, en cuyo nombre se hizo la guerra en España, sucedio en el reyno (como refiere Abentaric) /commentaire dans la marge : Abentaric traduzido por Luna/ su hijo Abilgualil », Antigvedades y excelencias, op. cit., fol. 67r. Je souligne.

147 F. MÁRQUEZ VILLANUEVA, « La voluntad de leyenda de Miguel de Luna », art. cit., p. 48-49.

148 Historia verdadera del rey don Rodrigo. Edición facsímil, p. XLIV-XLVI. F. MÁRQUEZ VILLANUEVA, « La voluntad de leyenda de Miguel de Luna », art. cit., p. 93.

149 Historia verdadera del rey don Rodrigo. Edición facsímil, p. XLIX.

150 Ibid., p. 399-400.

151 Ibid., p. 400.

152 Ibid., p. 423. Deux jours après l’assassinat de son époux, Egilona fait une fausse couche et perd l’enfant qui suscitait tant d’espoirs. Elle ne survivra pas aux deux décès : « La reyna Egilona, como estuviesse en su casa, y su marido muerto violentamente, recibio tan gran pesar, que dentro de dos dias malpario, y sobre el parto abortiuo le acudieron terribles accidentes, de los quales murio naturalmente, y passo desta presente vida (ibid., p. 423). Le royaume musulman d’Espagne a laissé passer sa chance, selon Miguel de Luna. Divisé, sans héritier issu de l’union d’un musulman et d’une chrétienne, il ne pourra résister longtemps aux assauts de l’armée chrétienne : « Luego aquellos alcaydes virreyes entraron en consejo, y hizieron aueriguacion de la vida de Abdalaziz, y auiendo substanciado el processo breue, y sumariamente, le dieron por bien muerto. Y assi de buena conformidad cada vno de ellos se despidio del que auian alçado por rey de Hispala, y se boluio a su prouincia, y auiendo llegado a ella, se corono por rey, y fueron jurados por tales : y assi se torno a diuidir España en los mismos nueve reyes que estaua diuidida antes que el Abdalaziz la conquistasse por orden del rey Abencirix. De las quales coronaciones, y nouedades se causaron muchos inconuenientes, y desconformidades entre todos aquellos reyes. Y a esta causa, luego que supo con certidumbre el rey don Alonso el christiano la muerte del rey Abdalaziz, y las disensiones, y coronaciones que auia auido entre aquellos tiranos, se holgo en estremo, pareciendole que se le aparejaua tiempo, y ocasion decente, tan buena como se podia desear ; assi para poder conseruar su reyno, como para hazer guerra a los moros, y ganarles de nueuo algunos lugares, y fuerças que tenian en aquella frontera de su reyno, ensanchando sus estados. Todo lo qual sucedio en el año ciento y veinte y tres de la Hixera. Y las preuenciones que el rey don Alonso ordeno para hazer guerra a los moros, tratara el capitulo siguiente » (ibid., p. 423-424).

153 Esteban de Garibay s’arrête sur la victoire d’une troupe composée, selon lui, de mille hommes qui bataillent contre vingt mille soldats maures : « Passados algunos dias que sabian los moros, que las gentes de las Asturias auian alçado por rey a don Pelayo, refieren, que embio Tarif contra el a vn capitan, llamado Alchama, con Oppas falso christiano, arçobispo que fue de Seuilla, para que con halagos, y ofertas, y en defeto con rigor de armas, le quitassen de lo principiado : pero el rey don Pelayo recogiendose con mil christianos escogidos en vna grand cueua de monte Auseba, escriuen, que vencio en el año de sietecientos y diez y ocho a los moros, contra los quales, siendo diuinalmente ayudado alcanço vitoria, con muerte de veynte mil enemigos, tornando contra ellos las saetas, que tirauan a los christianos, los que escaparon, fueron parte muertos, y parte presos, huyendo por las montañas », Compendio, Livre XXXVI, chap. XVI, p. 255.

154 Adeline RUCQUOI, « La France dans l’historiographie médiévale castillane », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 3, 1989, p. 677-689, p. 686. Consulter également l’étude très complète de Carlos ALVAR, « Carlomagno en la literatura castellana medieval », in : BOIXAREU, Mercè, LEFERE, Robin (coord.), La historia de Francia en la literatura española. Amenaza o modelo, Madrid : Castalia, 2009, p. 69-101.

155 Francisco BAUTISTA, (éd.), La materia de Francia en la literatura medieval española. La “Crónica carolingia”, Flores y Blancaflor, Berta y Carlomagno, San Millán de la Cogolla : Cilengua, 2008, p. 286. Sur la datation de l’œuvre, voir les pages 29-38 de l’édition de F. BAUTISTA.

156 Compendio, Livre XXXVII, chap. XV, p. 282-283.

157 Historia de los hechos de España, op. cit., p. 179.

158 ALFONSO X, R. MENÉNDEZ PIDAL, A. GARCÍA SOLALINDE, M. MUÑOZ CORTÉS, J. GÓMEZ PÉREZ (éd.), Primera crónica general de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuará bajo Sancho IV en 1289, op. cit., 2, chap. 640, p. 366a.

159 Je souligne.

160 Pedro de BARCELOS, Nobiliário do conde Dom Pedro, filho d’el rei Dom Dinis de Portugal. Ordenado e illustrado com notas e índices por Joao Baptista Lavanha cronista-mor de Sua Magestade, Bibliothèque Nationale d’Espagne, manuscrit 1450, fol. 7r. Voir également Maria do Rosário FERREIRA, « A estratégia genealógica de D. Pedro, Conde de Barcelos, e as refundições do Livro de Linhagens », in : e-Spania [En ligne], 11 | juin 2011, mis en ligne le 20 novembre 2013, consulté le 29 novembre 2019. URL : http://e-spania.revues.org/20273 ; DOI : 10.4000/e-spania.20273.

161 Pour une étude exhaustive à propos du traitement de Zaida dans une partie de la production écrite au Moyen Âge espagnol, lire le travail d’Alberto MONTANER : « La mora Zaida, entre historia y leyenda (con una reflexión sobre la técnica historiográfica alfonsí) », in : Barry TAYLOR, Geoffrey WEST (éd.), Historicist essays on Hispano-medieval narrative : in memory of Roger M. Walker, Londres : Maney Publishing for the Modern Humanities Research Association, 2005, p. 272-352. Juan de Mariana évoque le mariage d’Alphonse VI et de Zaida, dans la Historia general : « Despues de doña Constanza casó don Alonso con la hija de Benabet rey moro de Sevilla, que se volvió christiana, mudado el nombre de Zayda que tenia en doña Maria : otros dicen se llamó doña Isabel. Deste casamiento nació don Sancho : creese fuera un gran principe si se lograra, y que igualara la gloria de su padre, como lo mostraban las señales de virtud que daba en su tierna edad : parece que no quiso Dios gozase España de tan aventajadas partes », Historia general, Livre IX, chap. XX, p. 545.

162 Jerónimo ZURITA, Anales de la Corona de Aragón, op. cit., p. 124. Le jésuite Mariana écrit également que Jacques Ier le Conquérant a recueilli le fils de son ennemi, le roi maure de Majorque, l’a baptisé puis l’a marié à une noble et chrétienne Aragonaise. Comme dans le manuscrit G mais à la différence du manuscrit B, Juan de Mariana ne révèle pas l’identité de l’épouse : « Tomada la ciudad, sin dilacion se entregó la fortaleza, en que hallaron un hijo de aquel rey en edad de trece años, que adelante bautizaron, y se llamó D. Jayme. Heredóle el rey en tierra de Valencia, y dióle por juro de heredad la villa de Gotor, de que toman su apellido sus descendientes, caballeros principales de aquel reyno ; asi bien como de otro caballero por nombre Carrocio natural de Alemaña, noble y que sirvió muy bien en esta guerra, y en recompensa de sus trabajos le dieron el lugar de Rebolledo, decienden los Carrocios, gente noble y principal, y que dura hasta nuestros tiempos en el mismo reyno de Valencia », Historia general, Livre XII, chap. XIV, p. 622.

163 Primera part de la Història de València (València 1538). Segunda parte de la Corónica General (València 1604). Introducció de Vicent Josep Escartí, op. cit., p. 133-134.

164 Bernardino GÓMEZ MIEDES, La historia del rey don Iayme de Aragon, primero deste nombre, llamado el Conquistador compuesta primero en lengua latina por Bernardino Gomez Miedes agora nueuamente traduzida por el mismo autor en lengua castellana, Impresso en Valencia : en casa de la viuda de Pedro de Huete, 1584, p. 202.

165 Francisco de DIAGO, Anales del Reyno de Valencia. Tomo primero, que corre desde su población después del diluvio, hasta la muerte del Rey don Iayme el Conquistador, Valence : en casa de Pedro Patricio Mey, 1613, Livre VII, chap. XIV, fol. 299v.

166 Jérôme Münzer l’écrit : « Vidimus etiam duos filios juniores Regis Granate, adolescentes pulchros et longos, qui optime sunt in fide nostra eruditi et boni christiani. E primo nomen est Ferdinandus, juniori vero Iohannes », apud J. E. LÓPEZ DE COCA CASTAÑER, « Granada en el siglo XV : las postrimerías nazaríes a la luz de la probanza de los infantes don Fernando y don Juan », in : Emilio CABRERA (coord.), Andalucía entre oriente y occidente : 1236-1492. Actas del V Coloquio internacional de historia medieval de Andalucía, celebrado en Córdoba durante los días 27 al 30 de noviembre de 1986, Cordoue : Excelentísima diputación provincial de Córdoba, 1988, p. 599-641, p. 603. C’est dans cet article (p. 603) que figure la date du baptême des fils de l’émir Mouley Hacen. Sur Juan de Granada et ses descendants, voir V. SÁNCHEZ RAMOS, « Un rey para los moriscos : el infante don Juan de Granada », Sharq al-Andalus, 14-15, 1997-1998, p. 285-315.

167 Anales breves, p. 559a. Je souligne.

168 Ibid., p. 604.

169 Ibid., p. 604. Lorenzo Galíndez de Carvajal écrit : « Y el infante don Juan de Granada, su hermano, casó con doña Beatriz de Sandoval, hija de don Juan de Sandoval, hijo de don Diego Gomez de Sandoval, primer conde de Castro. », Anales breves, p. 559a-559b.

170 B. VINCENT, « Histoire d’une déchéance : la famille des Fez Muley à Grenade au XVIe siècle », in : Nikita HARWICH VALLENILLA (éd.), Hommage à Alain Milhou, 2 t., Mont-Saint-Aignan : Publications de l’Université de Rouen, 2003, 1, p. 69-79, p. 70. Sur Francisco Núñez Muley, lire B. VINCENT, « Algunas voces más : de Francisco Núñez Muley a Fátima Ratal », art. cit., p. 93-97. Consulter aussi, à propos de Francisco Núñez Muley, J. CARO BAROJA, Los moriscos del Reino de Granada. Ensayo de historia social, op. cit., p. 143-144.

171 Apud J. E. LÓPEZ DE COCA CASTAÑER, « Granada en el siglo XV : las postrimerías nazaríes a la luz de la probanza de los infantes don Fernando y don Juan », art. cit., p. 604.

172 E. SORIA MESA, La nobleza en la España moderna, op. cit., p. 98.

173 Ibid., p. 99.

174 Ibid., p. 99.

175 E. SORIA MESA, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí en la oligarquía granadina. Siglos XV-XVII », art. cit., p. 59-60. B. VINCENT, « Las élites moriscas granadinas », in : VINCENT, Bernard, El río morisco, Valence-Grenade-Saragosse : Universitat de València-Universidad de Granada-Universidad de Zaragoza, 2015, p. 187-199, p. 191-192.

176 J. ZURITA, Anales de la Corona de Aragón, op. cit., p. 634.

177 « Les Romains étaient désormais assez forts pour soutenir la lutte contre n’importe lequel de leurs voisins ; mais le manque de femmes condamnait leur puissance à s’éteindre au bout d’une génération, s’ils n’avaient pas l’espoir de faire souche à Rome et si les autres peuples refusaient de s’unir à eux », TITE-LIVE, Annette FLOBERT (éd. et trad.), Histoire romaine. Livres I à V, Paris : GF-Flammarion, 2001, p. 68-69.

178 Ibid., p. 69. Je souligne.

179 Ibid., p. 70-71. Les Sabines acceptent de rester à Rome aux côtés de leurs maris romains : « Mais Romulus en personne se montra ici ou là, expliquant que les vrais coupables étaient leurs pères, qui avaient refusé par orgueil de donner leurs filles à leurs voisins ; leur union serait légitime ; elles partageraient avec leur époux leurs biens, le droit de cité et l’affection de leurs enfants, la plus douce des joies au cœur des hommes. Qu’elles apaisent donc leur courroux et acceptent de bonne grâce ceux que le hasard leur aurait donnés pour maîtres ; le temps bien souvent transformait l’ouvrage en plaisir ; leurs maris les traiteraient d’autant mieux qu’ils voudraient, en remplissant leurs devoirs conjugaux, les consoler d’être séparées de leurs parents et de leur patrie. Les ravisseurs de leur côté cherchaient à gagner leurs faveurs, prétendant avoir agi sous l’empire de la passion ; or ce sont là des arguments très puissants pour vaincre la résistance des femmes », ibid., p. 71.

180 « (Les Sabines) se précipitèrent au milieu du champ de bataille, séparant les armées en ligne, séparant les ressentiments ; elles suppliaient tour à tour leur père et leur mari de ne pas se couvrir par un crime affreux du sang d’un gendre ou d’un beau-père, de ne pas souiller par le meurtre de leurs parents les enfants qu’elles avaient mis au monde, leurs petits-fils ou leurs fils. « Si vous n’acceptez pas cette alliance et cette union, tournez contre nous votre colère : c’est pour nous que vous faites la guerre, pour nous que nos pères et nos maris sont blessés et succombent à leurs blessures. Mieux vaudrait pour nous être mortes que vous survivre, ou veuves ou orphelines ! » La scène émut à la fois les soldats et les chefs. Le silence s’établit soudain et on cessa de se battre », ibid., p. 77.

181 Ibid., p. 77. Peu après cet accord, un roi sabin – Numa Pompilius – règnera à Rome : ibid., p. 85-91.

182 A. DOMÍNGUEZ ORTIZ, B. VINCENT, Historia de los moriscos. Vida y tragedia de una minoría, op. cit., p. 18.

183 Ibid., p. 19.

184 Ibid., p. 19.

185 Ibid., p. 19-21.

186 Ibid., p. 22.

187 Ibid., p. 25-26.

188 C’est ce que l’on appelle la taqiyya, feinte ou dissimulation. Voir, à ce sujet, Louis CARDAILLAC, Morisques et chrétiens. Un affrontement polémique (1492-1640), Paris : Klincksieck, 1977. B. VINCENT est l’auteur d’une mise au point à propos de l’utilisation du terme galvaudé taqiyya, dans « El río morisco », in : Bernard VINCENT, El río morisco, Valence-Grenade-Saragosse : Universitat de València-Universidad de Granada-Universidad de Zaragoza, 2015, p. 131-143.

189 Lire Andrew HESS, « The Moriscos : An Ottoman Fifth Column in Sixteenth-Century Spain », The American Historical Review, 74 (1), 1968, p. 1-25. Consulter A. DOMÍNGUEZ ORTIZ, B. VINCENT, Historia de los moriscos. Vida y tragedia de una minoría, op. cit., p. 28-29. Voir Raphaël CARRASCO, « Péril ottoman et solidarité morisque (la tentative de soulèvement des Morisques des années 1577-1583) », Revue d’Histoire Maghrébine, 25-26, 1982, p. 33-50.

190 Fernand BRAUDEL, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 3 t., Paris : Le Livre de Poche, 1990, 2, p. 525.

191 A. DOMÍNGUEZ ORTIZ, B. VINCENT, Historia de los moriscos. Vida y tragedia de una minoría, op. cit., p. 35.

192 Ibid., p. 35.

193 Ibid., p. 57.

194 Ibid., p. 60.

195 Apud, J. CARO BAROJA, Los moriscos del reino de Granada, op. cit., p. 344, note 42.

196 Ibid., p. 69-72.

197 Sur la démographie morisque, voir Henri LAPEYRE, Géographie de l’Espagne morisque, Paris : S.E.V.P.E.N., 1959. Trois cent mille Morisques auraient été expulsés, d’après A. DOMÍNGUEZ ORTIZ, B. VINCENT, Historia de los moriscos. Vida y tragedia de una minoría, op. cit., p. 200.

198 D. de VALERA, La Corónica de España abreviada, Séville, 1567, fol. Cv.

199 Les allusions à ces différents ouvrages se situent aux fol. 2v, 3r, 4r, 10v, 13v, 23v.

200 Fol. 5r.

201 Une partie des documents présents dans Origen sont repris au sein de Copia de documentos y cartas referentes a la conquista del reino de Granada, Bibliothèque Nationale d’Espagne, ms. 12979/19. Dans Casas de títulos y particulares (Bibliothèque Nationale d’Espagne, ms. 11680), des informations provenant du Tractado et d’Origen sont également exploitées.

202 Dans l’une de ses œuvres, saint Euloge répertorie, en effet, les noms des martyrs mentionnés au sein de G. Voir María Jesús ALDANA GARCÍA (éd.), Obras completas de San Eulogio : introducción, traducción y notas, Cordoue : Servicio de publicaciones de la Universidad de Córdoba, 1998. L’auteur de l’Histoire peut avoir tiré ces noms des chroniques de Florián de Ocampo – qui précise que Vicencio, Sabina et Cristeta, les martyrs dont les noms sont rayés de la liste, provenaient d’Ávila – et d’Ambrosio de Morales : F. de OCAMPO, Crónica general de España, op. cit., p. 582-625, A. de MORALES, Continuación de la Crónica general de España, op. cit., p. 277-290.

203 Je souligne.

204 Lire M. del C. ÁLVAREZ MÁRQUEZ, J. A. GARCÍA LUJÁN, « Las lecturas de don Pedro de Granada Venegas, I marqués de Campotéjar (1559-1643) », art. cit.

205 Les années de publication des exemplaires imprimés présents dans la bibliothèque de Pedro III de Granada Venegas figurent entre parenthèses.

206 Inmaculada OSUNA est l’auteur de deux livres portant sur le cercle littéraire réuni autour des Granada Venegas : Poética Silva. Un manuscrito granadino del Siglo de Oro, Cordoue-Séville : Universidad, 2000 et Poesía y academia en Granada en torno a 1600 : la Poética Silva, Séville : Universidad, 2003. On lira aussi José GONZÁLEZ VÁZQUEZ, « La Academia Granada-Venegas en la Granada del siglo XVI y comienzos del XVII », in : J. A. GARCÍA LUJÁN, (coord.), Nobleza y monarquía. Los linajes nobiliarios en el reino de Granada, siglos XV-XIX. El linaje Granada Venegas, marqueses de Campotéjar. Actas del simposio celebrado en Huéscar del 16 al 18 de septiembre de 2010, op. cit., p. 413-428, p. 415-417.

207 J. GONZÁLEZ VÁZQUEZ, « La Academia Granada-Venegas en la Granada del siglo XVI y comienzos del XVII », art. cit., p. 418.

208 Ibid., p. 419. Las lágrimas de Angélica de Luis Barahona de Soto sont sauvées des flammes : « Lloráralas yo – dijo el cura en oyendo el nombre – si tal libro hubiera mandado quemar, porque su autor fue uno de los famosos poetas del mundo, no sólo de España, y fue felicísimo en la tradución de algunas fablas de Ovidio », M. de CERVANTES, F. RICO (éd.), Don Quijote de la Mancha. Edición del Instituto Cervantes 1605-2005, op. cit., p. 95.

209 Sur l’armoirie de la famille Alnayar/Granada Venegas et leur évolution, lire J.A. GARCÍA LUJÁN, « De Heráldica granadina : escudos de armas del linaje Granada Venegas, marqueses de Campotéjar », in : Francisco Reyes MARSILLA DE PASCUAL (coord.), Littera scripta in honorem Prof. Lope Pasucal Martínez, Murcie : Universidad de Murcia, 2002, p. 361-378.

210 Ibid., p. 423-424.

211 C’est A. Redondo qui parle d’obsession du lignage dans « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au Siècle d’Or », in : A. REDONDO (éd.), Les parentés fictives en Espagne (XVIe-XVIIe siècles). Colloque international (Sorbonne, 15, 16 et 17 mai 1986) organisé par le Centre de recherche sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles, études réunies et publiées par Augustin Redondo, Paris : Publications de la Sorbonne, 1988, p. 15-35, p. 18.

212 Sur le livre de Diego Matute de Peñafiel Contreras, ibid., p. 26-27.

213 Ibid., p. 31 et p. 35.

214 J. CARO BROJA, Los moriscos del reino de Granada, op. cit., p. 80 et p. 274, note 83.

215 Apud M. GARCÍA ARENAL, F. RODRÍGUEZ MEDIANO, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en tiempos de Contrarreforma, op. cit., p. 75.

216 Ibid., p. 90.

217 D. HURTADO DE MENDOZA, M. GÓMEZ MORENO (éd.), De la guerra de Granada, op. cit., p. 41.

218 Apud E. SORIA MESA, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí en la oligarquía granadina. Siglos XV-XVII », art. cit., p. 57. Voir également M. GARCÍA ARENAL, F. RODRÍGUEZ MEDIANO, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en tiempos de Contrarreforma, op. cit., p. 92.

219 J. A. GARCÍA LUJÁN, La Casa de los Tiros de Granada, Grenade : José Antonio García Luján, 2006, p. 23.

220 Francisco GONZÁLEZ DE OLIVA, Ignacio HERMOSO ROMERO, Concepción GONZÁLEZ PECULO, Pilar GUARDIA GARCÍA, Vicente DEL AMO, Museo Casa de los Tiros de Granada. Guía oficial, Junta de Andalucía : Consejería de Cultura, 2005, p. 68.

221 J. A. GARCÍA LUJÁN, La Casa de los Tiros de Granada, op. cit., p. 15.

222 Ibid., p. 23.

223 Au total, douze membres du lignage Alnayar/Granada Venegas étaient représentés, ibid., p. 29-33 et p. 47-49.

224 F. GONZÁLEZ DE OLIVA, I. HERMOSO ROMERO, C. GONZÁLEZ PECULO, P. GUARDIA GARCÍA, V. DEL AMO, Museo Casa de los Tiros de Granada. Guía oficial, op. cit., p. 73.

225 J. A. GARCÍA LUJÁN, La Casa de los Tiros de Granada, op. cit., p. 43.

226 Pour la date de la fin de la restauration, lire F. GONZÁLEZ DE OLIVA, I. HERMOSO ROMERO, C. GONZÁLEZ PECULO, P. GUARDIA GARCÍA, V. DEL AMO, Museo Casa de los Tiros de Granada. Guía oficial, op. cit., p. 20.

227 Ibid., p. 81-84. L’inscription concerne Alphonse X : Crónica del rey don Alfonso X, chap. XVII, p. 13b.

228 E. SORIA MESA, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí en la oligarquía granadina. Siglos XV-XVII », art. cit., p. 62.

229 El caso y pareceres de veinte y quatro teologos, doctores y maestros en santa teologia y lectores della, sobre el despacho del habito de Alcantara, que su magestad hizo merced a don Pedro de Granada Venegas, document 9/323, fol. 272r-288r. Pedro de Granada Venegas devient membre de l’Ordre en 1607.

230 Ibid., fol. 272r.

231 Ibid., fol. 272r-272v.

232 Ibid., fol. 272v-273r.

233 Ibid., fol. 273r.

234 Ibid., fol. 273r.

235 Ibid., fol. 273r.

236 E. SORIA MESA l’écrit aussi : « Queda claro que había moriscos y moriscos », La nobleza en la España moderna : cambio y continuidad, op. cit., p. 97.

237 El caso y pareceres de veinte y quatro teologos, doctores y maestros en santa teologia y lectores della, sobre el despacho del habito de Alcantara, que su magestad hizo merced a don Pedro de Granada Venegas, op. cit., fol. 275r-275v.

238 Ibid., fol. 273v. Je souligne.

239 Ibid., fol. 277r. Je souligne.

240 Ibid., fol. 274r.

241 Ibid., fol. 277r-277v.

242 Ibid., fol. 276v-277r.

243 Ibid., fol. 285r.

244 Ibid., fol. 281v.

245 Ibid., fol. 282v.

246 Ibid., fol. 283v.

Table des illustrations

Titre Portrait d’Ibn Hud Alnayar, œuvre anonyme du XVIe siècle
Crédits Archivo del Patronato de la Alhambra y del Generalife, colección fotográfica del Museo de Arte Hispano Musulmán/ F 007457.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Il n’y a pas d’autre vainqueur que Dieu, Alhambra de Grenade.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Inventaire des biens de Pedro de Granada Venegas. Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 53r.
Légende 565 : Crónica de los Reyes Católicos (Saragosse, 1567).
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 54r.
Légende 667 : Tratado de los reyes de Granada (Fernando de Pulgar, manuscrit).
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 54r.
Légende 674 : Tratado de Hernando de Pulgar de mano.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Comunidad de Madrid, tomo 8213, fol. 114r.
Légende 297 : Conpendi ystoria.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Façade de la Casa de los Tiros de Grenade (Calle Pavaneras).
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Intérieur de la Casa de los Tiros (détail).
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Intérieur de la Casa de los Tiros (détail).
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Jardin de la Casa de los Tiros.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Armoirie des Granada Venegas dans la cour de la Casa de los Tiros209.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Armoirie des Granada Venegas dans le jardin de la Casa de los Tiros.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Armoirie des Granada Venegas au Generalife.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Armoirie des Granada Venegas sur la façade d’une maison à Úbeda (calle Beltrán de la Cueva).
Légende Au centre, figure l’inscription Il n’y a de Dieu que Dieu écrite en arabe.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Intérieur de la Cuadra Dorada (Casa de los Tiros).
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Détail de la cour de la Casa de los Tiros.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Détail de l’actuelle porte d’entrée de la Cuadra Dorada (Casa de los Tiros).
Légende El corazón manda.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Représentation d’un guerrier à l’entrée de la Cuadra Dorada (Casa de los Tiros).
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Détail du plafond de la Cuadra Dorada. Portrait d’Alfonso (Casa de los Tiros).
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1801/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 981k

© e-Spania Books, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search