Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le charme du Maure

 | 
Frédéric Alchalabi

Chapitre 2. Indices

Texte intégral

1. Fernando de Pulgar, jeune retraité. Retour sur sa carrière posthume (XVIe-XVIIIe siècles)

  • 1 Sur les considérations autour de l’âge de Fernando de Pulgar, voir C4, p. VIII. Dans « Fernando de (...)
  • 2 Francisco CANTERA, « Fernando de Pulgar y los conversos », Sefarad : revista de la escuela de Estud (...)

1L’Histoire des émirs de Grenade commence par un prologue qui prend la forme d’une lettre rédigée pour Isabelle Ire par l’auteur présumé, Fernando de Pulgar, et signée de celui-ci. Les informations dont nous disposons, à propos de la vie de Fernando de Pulgar, sont lacunaires. Il serait né entre 1420 et 1435, à Tolède ou à Madrid ou bien encore à Pulgar (localité située dans les environs de Tolède)1. De façon plus certaine, nous savons qu’il a vu le jour au sein d’une famille juive qui s’est convertie au christianisme2.

  • 3 Claros varones, p. 73.

2Selon l’une des affirmations de Pulgar, dans le prologue des Claros varones, il a fréquenté la cour des rois de Castille, Jean II et Henri IV : « Yo, muy exçelente Reina e señora, criado desde mi menor hedad en la corte del rey vuestro padre e del rey don Enrique vuestro hermano… »3.

  • 4 « … me dispuse a escrevir de algunos claros varones, perlados e cavalleros, naturales de los vuestr (...)

3Fernando de Pulgar s’est mis au service du pouvoir royal ; c’est, d’ailleurs, pour avoir été au plus près de la cour qu’il a pu écrire les différents portraits qui composent les Claros varones : dans son livre, il insiste sur ses liens étroits avec ceux dont il évoque le souvenir ; il privilégie aussi la connaissance directe des témoins sur lesquels il écrit ou bien des faits qu’il rapporte4.

  • 5 « Verdad es que el noble cavallero Fernand Pérez de Guzmán escrivió en metro algunos claros varones (...)
  • 6 Alfonso de PALENCIA, R. B. TATE, Jeremy LAWRANCE (éd.), Gesta Hispaniensia ex Annalibus Suorum Dier (...)

4Ses liens avec la famille Mendoza sont notoires, tout comme ceux entretenus avec Fernán Pérez de Guzmán – auteur, au milieu du XVe siècle, des Generaciones y semblanzas, œuvre à laquelle Fernando de Pulgar fait allusion dans le prologue des Claros varones et dont il s’est inspiré5 – ou bien encore avec Alonso de Cartagena, dont il a pu avoir été le disciple au même titre que Rodrigo Sánchez de Arévalo, Alfonso de Palencia et Diego Rodríguez de Almela6.

  • 7 Les lettres de Pulgar (dorénavant Letras) ont été publiées par Paola ELIA et Jesús DOMÍNGUEZ BORDON (...)

5Fernando de Pulgar a épousé une femme dont l’identité nous est inconnue. Avec elle, il a eu au moins une fille, qui est entrée dans les ordres à l’âge de douze ans. Il lui a adressé l’une des lettres faisant partie des trente-trois écrites de sa main, que nous conservons : « Muy amada fija : pocas palabras te fablé desde que nasciste fasta que, conplida la hedad de doce años, escogiste ser consagrada por la bienauenturança venidera… »7.

  • 8 Fernán Pérez de Guzmán, pour sa part, en possédait vingt-neuf. Voir J. FRADEJAS LEBRERO, « Fernando (...)
  • 9 Ibid., p. 112.
  • 10 Sur le travail de Fernando de Pulgar effectué pour Henri IV, voir Elisa RUIZ GARCÍA, « El poder de (...)

6Homme d’une grande culture – sa bibliothèque était composée d’environ quatre-vingts livres8 –, Fernando de Pulgar connaissait le latin ainsi que le français. La maîtrise de cette dernière langue lui a permis d’être nommé conseiller et ambassadeur dans le royaume de France par les Rois Catholiques, le 5 février 14759. Pulgar s’était déjà rendu en France, certainement entre 1459 et 1464, à la demande d’Henri IV10.

7La mort d’Henri IV, en 1474, et l’arrivée au pouvoir d’Isabelle, la même année, n’a pas infléchi l’investissement de Pulgar au service du pouvoir royal. Il poursuit son travail pour la couronne, tout en se tenant éloigné des querelles opposant les partisans de la jeune reine à ceux de Jeanne, qui allaient entraîner la Castille dans une guerre avec le royaume du Portugal pendant cinq ans.

  • 11 Lorsque, dans la Crónica, Pulgar évoque sa mission, il tait son nom : « Otrosí, enviaron luego vn s (...)
  • 12 J. FRADEJAS LEBRERO, « Fernando de Pulgar vida y obra », art. cit., p. 113.

8Fernando de Pulgar annonce le décès d’Henri IV à Louis XI, roi de France, en 147511. À présent au service d’Isabelle Ire, Fernando de Pulgar se fait remarquer pour son intelligence ; néanmoins, il s’éloigne de la cour – lassé, peut-être, de ses intrigues ou bien contraint à l’éloignement pour des raisons que nous ignorons –, dans les années 1478-1479. Il est alors à Villaverde et à Madrid, occupé par des tâches autres, différentes de celles qui jusque-là avaient été les siennes12.

9Il ne reste pas longtemps loin de la cour. En 1480 ou peu de temps après, la reine Isabelle lui demande de remplacer le chroniqueur Alfonso de Palencia qui avait succédé à Juan de Mena en 1456. Dans l’une de ses lettres (XXIX), Fernando de Pulgar révèle à quel point sa retraite lui était plaisante et avec quel manque d’enthousiasme il a accepté cette nouvelle charge :

  • 13 Letras, p. 133.

Yo, señor, soy aquí más traído que venido ; porque estando en mi casa retraído, e casi libre ya de la pena del cobdiciar, e començando a gozar del beneficio del contentamiento, fui llamado para escreuir las cosas destos señores13.

  • 14 J. FRADEJAS LEBRERO, « Fernando de Pulgar vida y obra », art. cit., p. 123.

10Pulgar commence alors, en 1480, la rédaction de la Crónica, devant rendre constamment des comptes à la reine. Celle-ci demande à lire régulièrement le travail de son chroniqueur14. La lecture de la lettre XI – écrite en 1482 – nous éclaire parfaitement sur le contrôle exercé par Isabelle sur Fernando de Pulgar. L’écrivain accepte d’écrire sous surveillance :

  • 15 Letras, p. 53-54.

Yo iré a vuestra alteza segund me lo envía a mandar e leuaré lo escrito fasta aquí para que lo mande examinar ; porque escreuir tiempos de tanta iniusticia conuertidos por la gracia de Dios en tanta iusticia, tanta inobediencia en tanta obediencia, tanta corrubción en tanta orden, yo confieso, señora, que ha menester mejor cabeça que la mía para las poner en memoria perpetua, pues son della dignas. Y si vuestra alteza manda poner diligencia en los edificios que se caen por tiempo y no hablan, cuánto más la deue mandar poner en vuestra historia que ni cae ni calla. Muchos tenplos y edificios hicieron algunos reyes y enperadores pasados, de los cuales no queda piedra que veamos, pero queda escriptura que leemos15.

  • 16 Sur les conditions de la capture de l’émir, lire M. Á LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país (...)

11Fernando de Pulgar assiste alors à la campagne militaire contre l’émirat de Grenade. Il y participe, parfois activement. Il est à Alhama, à Cambil ou bien à Málaga. Au même titre que les collaborateurs des Rois Catholiques, Fernando de Pulgar intervient dans le débat à propos du sort réservé à Mohammed XII Boabdil (1482-1483/1487-1492), capturé à Lucena le 21 avril 1483 puis relâché peu après16.

  • 17 C4, p. XXVII.
  • 18 C4, p. XXVI-XXVII. Voir aussi Diccionario filológico de literatura medieval española, op. cit., p.  (...)

12Dans le même temps, il jouit d’une excellente réputation d’écrivain : chroniqueur respecté, qu’Isabelle a fait venir à ses côtés après avoir perçu en lui les qualités d’un bon historiographe, il devient un prestigieux homme de lettres. Dans les années 1480, son activité littéraire est intense. La rédaction concomitante – en 1484, semble-t-il17 – des Claros varones et de la Crónica en témoigne. En 1485, quinze de ses lettres ainsi que les Coplas de Mingo Revulgo sont publiées à Burgos par Fadrique de Basilea18.

  • 19 C4, p. XXIX.
  • 20 Ibid., p. XXIX.

13À partir de 1485, les documents sont moins nombreux. Fernando de Pulgar est à Villaverde, à Loja peut-être, plusieurs fois à Madrid et à Baza. Un témoignage daté du 15 janvier 1492 fait état de la décision de verser à Pulgar la somme de 45 000 maravédis19. Comme il s’agit du dernier document mentionnant explicitement Fernando de Pulgar, il est généralement admis que son décès a eu lieu en 1492 ou peu de temps après20.

14La réputation d’écrivain de talent et de bon chroniqueur, dont jouissait Fernando de Pulgar de son vivant, ne prend pas fin avec lui. Au contraire, l’ensemble de son œuvre connaît une carrière posthume très honorable. C’est ce que montre la fortune littéraire et éditoriale des œuvres de Pulgar jusqu’en 1788, année où l’Histoire des émirs de Grenade est publiée par Antonio Valladares de Sotomayor dans la revue Semanario erudito.

  • 21 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 56, not (...)
  • 22 Aucun témoignage manuscrit de l’œuvre n’est conservé. Voir F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa d (...)

15Le premier à réserver une place de choix à Fernando de Pulgar, dans l’historiographie castillane postérieure, est Elio Antonio de Nebrija, devenu chroniqueur royal le 21 mars 150921. Nebrija écrit alors, en latin, une œuvre – Rerum a Ferdinando V et Elisabet Hispaniarum Regibus gestarum Decades II – imprimée à Grenade en 1545 par Sancho de Nebrija, petit-fils de l’auteur, puis rééditée cinq ans plus tard au même endroit22. Dans cet ouvrage, Nebrija utilise et adapte la Crónica de Pulgar.

  • 23 Pour une étude plus complète, consulter Andrés BERNÁLDEZ, Manuel GÓMEZ-MORENO, J. de M. CARRIAZO (é (...)

16À son tour, Andrés Bernáldez a recours non pas à la Crónica mais aux Claros varones et aux Letras de Pulgar, au moment de rédiger les Memorias del reinado de los Reyes Católicos vers 151523. Bernáldez reprend le portrait du roi Henri IV, tiré des Claros varones :

  • 24 Memorias del reinado de los reyes católicos, op. cit., p. 3.

Aquí comiença la historia e vida del rey don Enrique, según la escribió Fernando del Pulgar, coronista del rey don Fernando e de la reina doña Isabel, nuestros señores, en el libro que fizo de los Claros varones24.

  • 25 Sur les fonctions politiques que Galíndez de Carvajal a exercées, de 1503 à 1525, voir F. GÓMEZ RED (...)

17Nebrija avait reçu un exemplaire de la Chronique des Rois Catholiques écrite par Fernando de Pulgar des mains de Lorenzo Galíndez de Carvajal, censeur et éditeur de chroniques à la demande du roi Ferdinand V25. Les Anales Breves écrits, vers 1525, par Galíndez de Carvajal, en conservent la trace :

  • 26 Lorenzo GALÍNDEZ DE CARVAJAL, Anales breves, in : Cayetano ROSELL (éd.), Crónicas de los reyes de C (...)

Lo que Antonio de Lebrija despues escribió no fue como coronista, aunque tenia título de ello, sino como traducidor de romance en latin, de lo mismo que tenia escrito Hernando de Pulgar ; porque yo fui testigo que le dí la corónica original para que la tradujese en latin26.

18Lorenzo Galíndez de Carvajal revient également sur la fortune de la Crónica de Fernando de Pulgar, dans les Anales breves :

  • 27 Anales breves, op. cit., p. 536b-537a.

Ovo otra desdicha esta corónica de Pulgar, que cayó originalmente en manos de otra persona principal, el cual hizo en su cosa propia algunas adiciones, como le plugo, las cuales, puesto que fuera verdad, como es de creer, era especie de falsedad é grande ambicion ponerlas por su autoridad en corónica de tan altos Príncipes, aunque algo le excusa la escaseza y brevedad del coronista ; pero aquellas adiciones no van en la corónica de suso escrita puesto que es de creer que algunos, no advertidos de esto, las ternán en sus libros, solamente se puso en la dicha corónica á la letra lo que el coronista escribió como á él le plugo, sin mudar ni disminuir ni acrescentar una sola palabra, por excusar mas mudanzas de verdad ; excepto cuando en algunos nombres propios erró, los cuales se redujeron á la verdad27.

  • 28 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 59-61.

19L’auteur est critique à l’égard du travail fourni par Fernando de Pulgar dans la Crónica. Selon lui, le chroniqueur ne manquait pas de qualités mais de nombreux défauts ternissent son œuvre. Par exemple, en parfait connaisseur de la production historiographique antérieure, Lorenzo Galíndez de Carvajal reproche à Pulgar son manque d’impartialité28. Fernando de Pulgar abrège également trop souvent la Chronique, au goût de Galíndez de Carvajal :

  • 29 Anales breves, op. cit., p. 536a-536b.

Y no embargante que Hernando del Pulgar, que por mandado de la Reina Católica escribió esta corónica hasta el año de 1490, era buena persona, elocuente y discreto, y es de creer que escribió verdad segun la relacion que tuvo de los hechos, y que lo que dejó fué porque no lo supo ni alcanzó ; pero no se puede negar haber pecado en muchos casos, y tanto mas cuanto la corónica era de Príncipes mas gloriosos […]. En todo ello el coronista pasa sucintamente, que lo que escribe aun no es una suma muy breve de lo mucho que deja por decir ; y lo que peor es, que en muchas partes y lugares procede tan desnudo de particularidades, que ni nombra las personas, ni dice el hecho entero con sus circunstancias como pasó, antes trocándolo e abreviándolo demasiadamente, lo confunde con alguna retórica vana, de que muchas veces se usa, en tanta manera, que no se puede del todo bien juzgar si lo hizo por dolo ó por culpa, porque aunque en las corónicas principalmente se deben contar las vidas y hechos de los príncipes ; pero no por eso se deben dejar ni olvidar los hechos notables de las personas que inciden en el tiempo de que la corónica habla y trata, nombrándolas y expresando los lugares y circunstancias necesarias que se requieren para entera noticia del hecho y para mayor gloria de los Reyes en cuyo tiempo los tales hechos pasaron, y para memoria de los porvenir, fama y ejemplo de sus subcesores, que se esfuercen á los seguir. […] Lo que parece mas grave, que en unos lugares no cuenta el coronista los hechos, mas júzgalos ántes de los contar, siendo por ventura a él incierto el fin é intencion que en los hacer tuvieron los que los hicieron […]29.

  • 30 Dans le livre XX de Opus de rebus Hispaniae memorabilibus, Lucio Marineo Sículo écrit : « Scripsit (...)
  • 31 Dans une lettre datée du 5 décembre 1578, adressée à Antonio Zurita, l’évêque de Tarragone, Antonio (...)

20Le jugement négatif exprimé par Lorenzo Galíndez de Carvajal n’empêchera pas, plus tard, Lucio Marineo Sículo d’admirer l’éloquence de Pulgar30 ni Gonzalo Fernández de Oviedo de faire confiance aux Claros varones et à la Crónica pendant l’élaboration des Batallas y quincuagenas entre 1535 et 155631.

21En 1565, la Crónica est imprimée à Valladolid. Elle n’est pas attribuée à Pulgar mais à Nebrija :

  • 32 Transcription de la page de couverture de C1. Au folio 2v, apparaît un commentaire du petit-fils de (...)

Chronica de los muy altos y esclarecidos Reyes Catholicos don Fernando y doña Ysabel de gloriosa memoria dirigida a la Catholica Real Magestad del rey don Philipe nuestro Señor compvesta por el maestro Antonio de Nebrixa, chronista que fue de los dichos reyes Catholicos. Impressa en Valladolid, en casa de Sebastian Martinez. Año de M.D.LXV 32.

22Deux ans plus tard, en 1567, la Crónica est imprimée à Saragosse. Cette fois, Fernando de Pulgar est bien considéré comme l’auteur de l’ouvrage. Néanmoins, Pedro Vallés – homme d’église aragonais, né au début du XVIe siècle, amateur d’histoire et auteur d’une biographie de Hernando de Avalos imprimée en 1557 –, qui complète la Chronique en lui ajoutant quarante-quatre chapitres évoquant la découverte de l’Amérique ainsi que les affaires de Naples et de Navarre, estime que le texte est une traduction du latin :

  • 33 C2, fol. 2r. Sur Pedro Vallés, lire José de JAIME GÓMEZ, José María de JAIME LORÉN, « Pedro Vallés, (...)

Breve y compendiosa adicion, hecha por el maestro Valles a la Chronica de los Catholicos, y esclarecidos Reyes don Hernando, y doña Ysabel de felice memoria, que fue por Hernando del Pulgar recopilada : y compuesta en latin por el maestro Antonio de Nebrissa : y agora en Romance traduzida por su nieto33.

  • 34 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 64.

23À une date antérieure à 1576, Francisco Medina de Mendoza utilise la Crónica de Pulgar afin d’écrire la Suma de la vida del reverendísimo cardenal don Pedro González de Mendoza, arzobispo de Toledo y patriarca de Alejandría34.

  • 35 Ginés PÉREZ DE HITA, Paula BLANCHARD-DEMOUGE, (éd.), Historia de los bandos de Zegríes y Abencerraj (...)
  • 36 G. CIROT, « À propos de la nouvelle de l’Abencerrage », Bulletin Hispanique, 31 (2), 1929, p. 131-1 (...)

24La Chronique des Rois Catholiques a également servi à élaborer des œuvres de fiction. Dans son édition de la première partie des Guerras civiles de Granada de Ginés Pérez de Hita – œuvre publiée à Saragosse en 1595 qui relate les dernières années de l’émirat de Grenade vues du côté musulman – Paula Blanchard-Demouge a bien montré la dette de l’auteur envers Fernando de Pulgar35. Pour leur part, Georges Cirot, dans un article, et Francisco Rico, dans l’édition que ce dernier a consacrée au Guzmán de Alfarache que Mateo Alemán a écrit en 1599, ont prouvé qu’Alemán s’est servi de la description du siège de Baza diffusé par la Crónica36.

  • 37 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 65-66.
  • 38 Ibid., p. 68-70.

25Tout au long du XVIe siècle, les lettres écrites par Fernando de Pulgar – imprimées en 1543 à Zamora et en 1545 à Valladolid – inspirent d’autres auteurs. Parmi eux, Antonio de Guevara en 1528, ou bien Francisco Delicado, la même année, dans le Retrato de la lozana andaluza37. Au cours du même siècle, la figure de Fernando de Pulgar se confond même avec celle d’un vir facetus : nombre de ses traits d’esprit sont repris dans la Floresta española de Melchor de Santa Cruz datant de 157438.

  • 39 Ibid., p. 72-73.

26En 1632, sont publiés conjointement, à Anvers, les Claros varones et les Letras39. À partir de cette date, une longue parenthèse s’ouvre dans la carrière posthume de Pulgar, dont les œuvres ne sont plus imprimées.

  • 40 Ibid., p. 73.
  • 41 Il s’agit de C3.
  • 42 C3, p. 225-227.

27La parenthèse se referme en 1747 avec une nouvelle impression par Antonio Marín des Claros varones et des Letras. En 1775, Eugenio Llaguno édite les deux œuvres40. En 1780, Benito Monfort prend en charge la troisième édition de la Chronique des Rois Catholiques41. Dans son prologue, Monfort s’attarde sur la question de la transmission de l’œuvre, en même temps qu’il exalte les qualités nombreuses, selon lui, de son auteur42.

  • 43 Je remercie le personnel de la Bibliothèque Universitaire de Clermont-Ferrand d’avoir bien voulu me (...)
  • 44 Dans le premier numéro du Semanario erudito, Antonio Valladares de Sotomayor a demandé à ses lecteu (...)

28C’est dans ce contexte que, en 1788, Antonio Valladares de Sotomayor publie l’Histoire des émirs de Grenade, sous le titre Tratado de los reyes de Granada y su origen compuesto por Hernando del Pulgar, cronista de los muy altos y muy esclarecidos señores reyes católicos don Fernando y doña Isabel. Dedicado a la dicha reyna nuestra señora y compuesto por su mandado, qu’il attribue à Fernando de Pulgar, dans le douzième numéro de la revue Semanario erudito, où elle occupe les pages 57-144 (H-S8)43. Il ne s’agit pas d’une édition critique de l’Histoire : Antonio Valladares de Sotomayor s’est uniquement servi des manuscrits P ou Nb – ou bien d’un autre manuscrit appartenant à la même branche, égaré ou non répertorié dans les catalogues de bibliothèques – puisqu’il propose à ses lecteurs une version identique à ces deux témoignages, comportant les mêmes lectures et lacunes, des espaces étant parfois laissés vacants alors qu’ils sont complétés dans les autres manuscrits44.

  • 45 J. HERRERA NAVARRO, « Don Antonio Valladares de Sotomayor : datos biográficos y obra dramática », i (...)

29Selon Antonio Valladares de Sotomayor, il était important de restaurer l’éclat de l’Espagne, en faisant l’éloge de ceux qui ont participé à sa construction tant historique et idéologique – d’ailleurs, dans son œuvre théâtrale, Valladares de Sotomayor exaltait régulièrement la fonction monarchique45 – que culturelle. Dans ce cadre, une chronique supposément écrite par Fernando de Pulgar et voulue par Isabelle la Catholique trouve d’autant plus sa place dans la revue que la Crónica de Pulgar a été éditée par Benito Monfort en 1780, soit peu de temps auparavant. Les lecteurs du premier numéro du Semanario erudito pouvaient lire le passage suivant :

  • 46 Semanario Erudito, 1, 1787, s. p.

A pesar de la nota de desidiosa que muchos Extrangeros, y algunos Españoles ponen á nuestra Nacion, es constante, que no solo en los siglos llamados de ignorancia se escribieron en España tantas obras, como en qualquiera otra de las Naciones de Europa, sino que en los principios del restablecimiento de las letras, y en todo el Siglo XVI contribuyó como la que mas al aumento de las ciencias, y propagacion de la literatura. […] En el Semanario Erudito, que publicamos, pretendemos ocurrir en mucha parte á los daños mencionados, recordando los nombres de los personages que han servido bien á la Nacion, propagando la instruccion que nos dexaron muchos sabios Españoles, é ilustrando con sus obras así politicas como historicas, y de varia erudicion un siglo tan poco conocido como el pasado46.

  • 47 « L’Espagnol a de l’aptitude pour les sciences, il a beaucoup de livres, et cependant, c’est peut-ê (...)
  • 48 Lire les pages consacrées à ce sujet par Julio CARO BAROJA, El mito del carácter nacional. Meditaci (...)

30En écrivant ces lignes, Antonio Valladares de Sotomayor songeait peut-être à l’article consacré à l’Espagne par Nicolas Masson de Morvilliers, publié en 1782 dans Encyclopédie méthodique. Géographie moderne ; Masson de Morvilliers se demandait ce que l’Europe devait à l’Espagne – dans le domaine scientifique –, la réponse implicite étant « rien »47. On comprend peut-être mieux la démarche entreprise par Valladares de Sotomayor, qui trouve sa place dans une série d’entreprises particulières ayant pour intention de démontrer que Nicolas Masson de Morvilliers s’était trompé48.

  • 49 M. S. CARRASCO URGOITI, El moro de Granada en la literatura : del siglo XV al XIX (edición facsímil (...)
  • 50 Washington IRVING, André BELAMICH (trad.), Contes de l’Alhambra. Esquisses et légendes inspirées pa (...)
  • 51 J. HERRERA NAVARRO, « Don Antonio Valladares de Sotomayor : datos biográficos y obra dramática », a (...)

31Le choix de Valladares de Sotomayor de publier une œuvre historiographique portant sur l’histoire de l’émirat de Grenade et attribuée à Fernando de Pulgar est donc pleinement justifié par le contexte culturel d’une Espagne qui n’a jamais oublié le chroniqueur d’Isabelle Ire. Par ailleurs, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle et dans la première partie du XIXe siècle, plusieurs auteurs se sont directement inspirés de faits survenus dans l’émirat grenadin. Plus précisément, en 1787, une œuvre de Luis Repiso Hurtado – intitulée Mahomad Boabdil – est publiée. Quelques années auparavant, en 1764, Juan de Echeverría commençait à publier ses guides de Grenade relatant le passé musulman de la ville – Paseos por Granada y sus contornos –, qui allaient être réunis en deux volumes en 181449. Un peu plus tard, l’écrivain américain Washington Irving, futur ambassadeur des États-Unis en Espagne de 1842 à 1845, séjournera à Grenade à partir de 1829 ; il tirera de son séjour une œuvre, les Contes de l’Alhambra50. Antonio Valladares de Sotomayor lui-même, s’il n’est pas l’auteur d’ouvrages ayant pour cadre l’émirat de Grenade, s’est néanmoins inspiré de l’histoire du règne de Rodrigue et de celle de la chute de l’Espagne wisigothique provoquée par l’invasion musulmane de 711 pour écrire deux pièces, Saber del mayor peligro triunfar sola una mujer. La Elvira et Egilona, viuda del Rey Don Rodrigo51.

2. La forge de l’histoire (I) : sources, approche méthodologique et portée du discours historique, dans la Chronique des Rois Catholiques et dans l’Histoire des émirs de Grenade

  • 52 L’hypothèse de F. GÓMEZ REDONDO est cohérente : « Aunque Pulgar no pasara de 1490 en la Crónica de (...)
  • 53 Voir l’édition de C. ROSELL, Anónima continuación, in : Crónicas de los reyes de Castilla, op. cit. (...)

32Les données biographiques dont nous disposons à propos de Fernando de Pulgar rendent plausible l’hypothèse selon laquelle l’Histoire des émirs de Grenade peut lui être attribuée. Même si Lorenzo Galíndez de Carvajal a donné à Elio Antonio de Nebrija la Chronique des Rois Catholiques de Pulgar, sans jamais évoquer une certaine Histoire des émirs de Grenade, la documentation conservée prouve que Fernando de Pulgar était encore en vie après janvier 1492 et la chute de l’émirat. L’hypothèse est séduisante et signifierait, par la même occasion, que l’historiographe ne serait pas mort en 1492 mais un peu plus tard. Il aurait écrit l’Histoire des émirs de Grenade après avoir abandonné la rédaction de la Crónica, pensant peut-être revenir vers elle une fois l’Histoire achevée. Surpris par la mort, il n’aurait pu le faire52. L’Histoire des émirs de Grenade viendrait compléter la Crónica de Pulgar, comme celle-ci l’a été dans les versions imprimées en 1565, 1567 et 1780 ou bien par la Anónima continuación53.

33Pourtant, plusieurs arguments contribuent à rendre invraisemblable une telle hypothèse. Dans le prologue, l’auteur de l’ouvrage attribué à Fernando de Pulgar énumère les sources dont il s’est servi afin d’écrire son livre. Il a eu à sa disposition une chronique écrite par Hernando de Baeza :

Por todos estos caminos y valiendome de Fernando de Baeza, interprete asalariado de los reyes moros y testigo de vista de todos estos subcesos, de los cuales tiene un libro manuscripto – que yo he visto, de muy entera relacion de todo […], G, section 1, fol. 3r ; B, fol. 3r.

  • 54 Sur l’œuvre de Baeza, voir F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos : el umbra (...)
  • 55 Hernando de BAEZA, Las cosas que pasaron entre los Reyes de granada desde el tiempo de el rrey don (...)

34L’ouvrage de Baeza est de grande valeur. L’auteur – qui n’est connu que par ce qu’il révèle dans son livre – a vécu à Grenade, à partir de 1487, auprès de Mohammed XII Boabdil. Les deux hommes se sont rencontrés lorsque l’émir a été fait prisonnier après que celui-ci a été capturé à Lucena54. Hernando de Baeza et Boabdil ont tissé des liens d’amitié suffisamment étroits et solides pour que le premier suive l’émir jusqu’à Grenade, après sa libération. De fait Hernando de Baeza a connu, de l’intérieur, les dernières années du règne de Mohammed XII ; il les a relatées dans son œuvre, ce qui contribue à rendre son témoignage exceptionnel. Celui-ci est conservé sous une forme incomplète, à travers deux manuscrits qui s’achèvent sur la même phrase – « El rey respondió : dexadme… » – à laquelle Juan de Mata Carriazo a tenté de trouver une fin55.

35Un passage de l’œuvre de Baeza permet de comprendre que celle-ci a été écrite après la disparition de la reine Isabelle Ire, décédée le 26 novembre 1504 :

  • 56 Relaciones de algunos sucesos de los últimos tiempos del reino de Granada que publica la Sociedad d (...)

(Algunos caualleros) acordaron de concertar un su hermano, que despues dixeron el rey çagal, que fue el que entregó al rrey y á la rreyna católica, de gloriosa memoria, á baça, y á Guadix y á almeria, y á otra mucha parte del rreyno, de alçalle por rrey56.

  • 57 Sur la mort de Charles, lire Henry KAMEN, Felipe de España, Madrid : Siglo XXI de España Editores, (...)

36Hernando de Baeza a écrit son livre entre la fin de l’année 1504 et 1568. L’un des deux exemplaires de l’œuvre est conservé à la Bibliothèque de l’Escurial ; cet exemplaire fait partie d’un manuscrit dans lequel l’ouvrage de Baeza côtoie la Chronique des Rois Catholiques de Pulgar. L’ensemble du manuscrit a été voulu par le roi Philippe II ; il est dédié à son fils, Charles, décédé le 24 juillet 1568 à l’âge de vingt-trois ans mais qui est encore en vie au moment où le manuscrit est rédigé : les deux œuvres sont précédées d’un prologue, long de quatorze folios, dans lequel il est conseillé au jeune Charles d’imiter Isabelle Ire et Ferdinand V érigés au rang de souverains modèles57.

37L’allusion au livre de Baeza pose un premier problème : si Pulgar a survécu à la reine, s’il n’est pas mort en 1492 mais après 1504, pourquoi n’a-t-il pas achevé la rédaction de la Chronique des Rois Catholiques et pour quelles raisons son nom disparaît-il de la documentation officielle ?

  • 58 Sur Ambrosio de Morales, voir José ANDRÉS GALLEGO (coord.), José María BLÁZQUEZ, Emilio MITRE, Fern (...)

38L’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade utilise – en plus de l’œuvre de Baeza – d’autres documents de nature diverse. Il porte un grand intérêt aux épitaphes ou bien aux inscriptions qui ornent les façades des demeures grenadines. À l’instar de l’historiographe du XVIsiècle Ambrosio de Morales – continuateur de la Crónica general de Florián de Ocampo –, l’auteur accorde un grand intérêt aux sources épigraphiques58. Il a demandé à ce que soient traduites, pour lui, les inscriptions écrites en arabe, au même titre que l’ensemble des autres documents rédigés dans cette langue :

[…] y asimismo ha sido necesario valerme de los interpretes de Vuestra Alteza para la traduccion de las escripturas arabigas y antiguas de contractos de estos reyes, y de otros contractos de pazes entre ellos mismos, y otros de alianzas con los reyes de Castilla, y para la traduccion de los epitaphios que estan en la dicha lengua arabe en losas de alabastro /fol. 3r/ en el alcaçar real de la Alhambra, y en epitaphios de sepolturas, y en otras casas antiguas de los reyes en Generaliphe, y en casas como la del Gallo en el Alcaçaba, y la del inphante Alnayar, junto a la mezquita mayor, donde hay escudos antiguos y letreros arabigos que dicen los nombres de sus fundadores, G, section 1, fol. 2v-3r.

  • 59 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 500-503
  • 60 Letras, lettre XX, p. 84.

39Le recours à l’épigraphie n’est pas rare au Moyen Âge, mais il serait inédit chez Fernando de Pulgar. Pour écrire la Chronique des Rois Catholiques, celui-ci a choisi soigneusement ses sources. Il n’a retenu que des documents authentiques et officiels ; il a écarté les sources qui, à ses yeux, n’étaient pas fiables59. Pulgar exécrait les rumeurs, comme il l’a écrit dans une lettre adressée à Íñigo de Mendoza, comte de Tendilla : « […] sufro yo a estos labradores que me cuenten a mí las cosas que vos hacés en Alhama »60.

  • 61 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 528-529

40Fernando de Pulgar a intégré, au sein de son récit, les informations qu’il avait trouvées auparavant dans d’autres chroniques royales. Il les a alors assimilées, en ne révélant pas en général leur origine. En effet, les passages dans lesquels Fernando de Pulgar donne les titres des ouvrages qu’il a compulsés pour écrire le sien sont très rares61. En voici quelques exemples.

41Pulgar a utilisé la chronique d’Henri IV ; il ne fait pas référence explicitement à son auteur, Diego Enríquez del Castillo :

  • 62 C4, I, p. 9. C2, fol. 2v. Je souligne.

Y luego murió de pestilençia, en Cardeñosa, aldea de la çibdad de Ávila, estando con el arçobispo de Toledo y don Juan Pacheco, que era ya maestre de Santiago, e el conde de Plazençia, e el conde de Benavente, e otros algunos de los [caballeros y perlados que le avían alçado por rey, según] que en la Corónica del rey don Enrrique más por extenso se recuenta62.

  • 63 C4, I, p. 16. C2, fol. 4v. Je souligne.

42Il fait allusion à la même chronique, quand il écrit : « Esta reyna (Juana), como ya en la Corónica del rey don Enrrique deve ser relatado… »63.

  • 64 C4, I, p. 36 et 48. C2, fol. 9r et 11v.

43À deux reprises, Pulgar mentionne la chronique de Jean II, dans son ouvrage. Il se souvient de Juan Pacheco ou bien d’Enrique Fortuna. Il renvoie alors le lecteur à la chronique du père d’Isabelle, de façon similaire : « segúnd en la Corónica del rrey don Juan es más largamente rrecontado », « según en su Crónica será contado »64.

44L’auteur du Tractado s’est, lui aussi, servi de chroniques royales :

Para cumplir yo con el mandato de Vuestra Alteza, me ha sido forçoso no solo pasar nuestras historias de los inclitos reyes progenitores de Vuestra Alteza – que, con haçañas dignas de memoria, fueron recuperando los reinos, ciudades, villas y fortaleças perdidas – donde se refieren los reyes y caudillos de los moros que las poseian […], G, section 1, fol. 2v ; B, fol.  v.

45À la différence de Fernando de Pulgar, non seulement il cite davantage les titres de ses sources mais il renvoie aussi à des chapitres précis :

Hallo escripto – en las historias antiguas de Hespaña, que mandó recopilar el señor rey don Alonso el Sabio, y en la del arçobispo don Rodrigo, y en la de Rasis y otros historiadores arabes […], G, section 2, fol. 4r ; B, fol. 4r.

  • 65 Je souligne.

Por lo cual y porque traia muchos christianos y mozarabes en su exercito y por tener el tanta parte en esta nacion – segun escribe el arçobispo don Rodrigo (libro nono, capitulo doce), y [segun] la cronica del señor rey don Fernando el Sancto y la del señor rey don Alonso el onceno, en el capitulo cincuenta y cinco en que se escribe la genealogia de los reyes de Granada que procede de los reyes de Zaragoza en Aragon […], G, section 7, fol. 8r ; B, fol. 8r65.

46C’est selon le même mode opératoire qu’est écrite une partie du portrait de Pedro I de Granada, dans les Claros varones du manuscrit B :

  • 66 Je souligne.

[…] anduvo mucho tiempo en la corte el infante Çelin de Castilla siguiendo la aliança que el rey Joseph su padre habia tenido con el señor rey don Juan el segundo como mas largamente lo refiere en su coronica en los capítulos 116 y 118, B, fol. 99r66.

  • 67 J. de M. CARRIAZO, « Las arengas de Pulgar », Anales de la Universidad Hispalense. Facultad de Filo (...)
  • 68 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 561.

47En terme d’écriture, les différences entre la Chronique des Rois Catholiques et l’Histoire des émirs de Grenade sont nombreuses. Le goût de Fernando de Pulgar pour les discours, qui faisait la particularité de la Chronique, disparaît. Juan de Mata Carriazo, en effet, a montré que Fernando de Pulgar concédait une place importante aux discours, en tant que procédé narratif67. Pulgar l’a reconnu lui-même, dans la lettre écrite au comte de Cabra (lettre XXXIII), son but est d’imiter Tite-Live – ou du moins de s’en approcher – afin d’embellir le discours historique, tout en faisant ressortir le dramatisme d’une situation déterminée68 :

  • 69 Letras, p. 142.

Yo, muy noble e magnífico señor, en esto que escribo no llevo la forma destas corónicas que leemos de los reyes de Castilla ; mas trabajo cuanto puedo por remidar, si pudiere, al Tito Livio e a los otros estoriadores antiguos, que hermosean mucho sus corónicas con los razonamientos que en ellas leemos, envueltos en mucha filosofía e buena doctrina69.

48Le goût de Pulgar pour les discours est palpable, dans cette lettre destinée à la reine Isabelle :

  • 70 Apud G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 49 (...)

Es menester algunas vezes fablar como el rey y como vuestra alteza y asentar los propósitos que hovistes en las cosas ; asentar asimismo vuestros consejos, vuestros motivos ; otras vezes requiere fablar como los de vuestro Consejo ; otras vezes como los contrarios ; después desto, las fablas y razonamientos y otras diversas cosas70.

49Dans la lettre XXXIII, adressée au comte de Cabra, Pulgar reconnaît être soucieux du fond et de la forme de ses écrits, n’hésitant pas à réécrire les discours qu’il a entendus afin de les améliorer, sans changer leur contenu :

  • 71 Letras, p. 142.

Y en estos tales razonamientos tenemos liçençia de añadir, ornándolos con las mejores e más eficaces palabras e razones que pudiéremos, guardando que no salgamos de la sustancia del fecho71.

50Au moment d’évoquer la discussion qui s’est engagée autour de la libération ou non de Mohammed XII – divisant la cour, opposant Alonso de Cárdenas et Rodrigo Ponce de León, qui prennent tour à tour la parole –, Pulgar écrit dans la même lettre :

  • 72 Ibid., p. 142.

E porque me escrivieron que çerca de la deliberación del rey moro ovo algunos votos, dellos pro e dellos contra, yo hice dos razonamientos : el uno que no se debía soltar, el otro consejando que se suelte72.

51Pulgar reconnaît, à demi-mots, qu’il a inventé les deux discours. Il s’adresse alors au comte pour lui soumettre sa version des faits afin que celui-ci la modifie éventuellement :

  • 73 Ibid., p. 142-143.

Enbíolos a V.S., y si mandáredes quel postrimero razonamiento se intitule a V.S., pues en aquel se determinó el Consejo, luego lo faré. Suplico a V.S. que los mande guardar e no se comuniquen con ninguno, salvo con la señora condesa, a serviçio de la cual yo soy tan afiçionado que puede ser bien segura que tiene el estoriador de su mano73.

52Or, dans l’Histoire des émirs de Grenade, le lecteur doit se contenter de quelques bribes de discours, éparses et très éloignées des pratiques habituelles de Pulgar en la matière. Les discours – évoqués par Pulgar dans sa lettre – d’Alonso de Cárdenas et de Rodrigo Ponce de León à propos du sort de Boabdil disparaissent ; ils sont remplacés par un passage laconique : « Sobre dar libertad al rey chico hubo diferentes pareceres […] », G, fol. 67r, section 91 ; B, fol. 55r.

53Dans la Chronique, Fernando de Pulgar écrit que, après avoir capturé Boabdil, le roi Ferdinand veille à ce que celui-ci soit traité avec tous les égards qu’il mérite. Il le fait savoir à Boabdil, en lui envoyant quelques-uns des siens. L’émir répond alors :

  • 74 C4, II, p. 82. C2, fol. CXVIr.

Decid al rey de Castilla, mi señor, que yo no puedo ser triste estando en poder de tan altos e poderosos reyes como son el Rey e la Reyna su muger, especialmente siendo tan vmanos, e teniendo tanta parte de la graçia que Dios da a los reyes que bien ama. Otrosí le decid que días ha que pensaua ponerme debaxo de su poderío, para recebir de sus manos el reyno de Granada, segúnd que lo reçibió el rey mi abuelo del rey don Juan su suegro, padre de la Reyna, E quel trabajo mayor que tengo en esta prisión es aver fecho por fuerça lo que pensaua facer de grado74.

54L’auteur de l’ouvrage attribué à Fernando de Pulgar ne fait pas parler Boabdil directement. Au contraire, il se contente d’un discours indirect :

  • 75 La version de B est légèrement différente : «  […] que no podia estar triste en su poder y que de l (...)

[…] que el no podia estar triste en su poder y que lo que le pesaba era ver que habia de hacer – siendo su prisionero – lo que – siendo libre – habia mucho tiempo que deseaba, que era recibir la corona de Granada – como la habia recibido el rey Ismael, su abuelo – de mano del señor rey don Juan su suegro y padre de la señora reina doña Isabel, su mujer, G, section 90, fol. 67r75.

  • 76 Je souligne les passages qui suivent.

55Il n’y a plus aucune trace, dans l’Histoire des émirs de Grenade, du goût de Fernando de Pulgar pour les discours. Mieux, la seule bribe de discours présente dans l’Histoire, lorsque celle-ci traite de la guerre contre l’émirat de Grenade, est absente de la Chronique. Elle paraît même curieuse sous la plume de Pulgar. Ainsi, la chute de Zahara est suivie d’un présage absent des pages de la Chronique des Rois Catholiques – que ce soit dans la version de 1567 ou bien dans l’édition de Juan de Mata Carriazo –, que Fernando de Pulgar aurait peut-être écarté ne le considérant pas comme authentique et fiable. Les deux versions transmises par les manuscrits G et B sont proches76 :

  • 77 « […] el cual le dixo, viendose herido, que ruin cabalgada habeis hecho de quien se fia de vos […]  (...)
  • 78 Pero LÓPEZ DE AYALA, Germán ORDUÑA (éd.), Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique, su herma (...)

56Les derniers mots de l’émir Mohammed VI, assassiné par Pierre Ier qui l’avait invité à la cour, sont repris sous la forme d’un discours indirect : « […] el cual (el rey bermejo) le dixo, viendose herir, que habia hecho muy pequeña cabalgada » , G, section 38, fol. 36r77. Le passage est proche de celui rédigé par Pero López de Ayala, dans la chronique de Pierre Ier : « E el rrey Bermejo desque se vio ferido dixo al rrey en su arauigo : ‘Pequeña caualgada feziste’ »78 .

57Ozmin, qui a trahi l’émir de Grenade Ismaël Ier (1314-1325), annonce l’accession au pouvoir de son successeur Mohammed IV, le fils de l’émir défunt. L’auteur de l’ouvrage attribué à Fernando de Pulgar rapporte une partie du propos d’Ozmin :

  • 79 Je souligne.

el mismo (Ozmin) levantó la voz y dixo : « Rey tene/fol. 28v/mos, rey tenemos. Mahomat hijo de Ismael es nuestro rey ». Y diciendo lo mismo, todos tomaron al rey niño en ombros […], G, section 28, fol. 28r-28v ; B, fol. 27v79.

58Compte tenu de l’intérêt de Fernando de Pulgar pour les discours, leur absence dans l’Histoire intrigue : pourquoi l’auteur de la Chronique des Rois Catholiques aurait-il soudainement décidé de ne plus avoir recours à un procédé d’écriture auquel il était attaché ?

59Les points communs entre l’Histoire des émirs de Grenade et la Chronique des Rois Catholiques sont rares. Le Tractado s’ouvre sur une lettre – le mot carta est employé dans le manuscrit G mais il disparaît de B – adressée à la reine :

  • 80 Je souligne. « Muy alta y muy esclarecida reyna y señora nuestra aunque hubiera muchos varones doct (...)

Carta dedicatoria. Muy alta y esclarecida reina. Muy alta y muy esclarecida reina y señora nuestra : aunque hubiera muchos varones doctos y leidos en las historias […], G, section 1, fol. 2r80.

60Le passage rappelle une partie de l’introduction de la Chronique de Pulgar, même si celle-ci ne prend pas la forme d’une lettre :

  • 81 C2, fol. 1r. Je souligne.

Con fauor del muy alto Dios y de la Reyna celestial, entendemos escreuir la Chronica de la muy alta y muy excelente princesa doña Ysabel, hija del muy alto y muy poderoso Rey don Juan el segundo de Castilla y de Leon81.

  • 82 Claros varones, p. 71-73. Letras, p. 53 et p. 71. Je souligne. G. PONTÓN remarque que, chez Fernand (...)

61Ces formules sont stéréotypées. D’autres, similaires et comparables, sont employées à plusieurs reprises, aussi bien dans l’introduction des Claros varones qu’au sein des lettres XI et XVI : « Muy exçelente e muy poderosa reina nuestra señora », « muy exçelente reina e señora », « Para la reina. Muy alta e excelente e poderosa reina e señora : Pasados tantos trabajos y peligros… » (XI), « Razonamiento fecho a la reina cuando fizo perdón general en Seuilla. Muy alta e excelente reina e señora : estos caualleros e pueblos desta vuestra cibdad… » (XVI)82.

62Il y a une deuxième convergence entre la Chronique des Rois Catholiques et l’Histoire des émirs de Grenade. Selon les auteurs des deux ouvrages, il revient aux chroniqueurs de prouver que les desseins de Dieu sont de protéger le royaume et Isabelle :

  • 83 C4, p. 3. Dans C2, le même passage est abrégé et simplifié : « En la qual (Chronica) se vera como p (...)

En las quales (cosas) verán los que esta Corónica leyeren los efectos de la Prouidençia de Dios magnifiestos claramente en sus obras, çerca de la subçesión desta princesa en los reynos de Castilla y de León83.

  • 84 Le passage est identique dans B (fol. 2v).

De todo debemos dar las gracias a nuestro señor, criador del cielo y de la tierra, y reconocer a Vuestra Alteza por instrumento suyo […], G, section 1, fol. 3v84.

  • 85 Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique, Paris : Aubier Montaigne, 1980, p. 29.

63Le rôle de l’historien n’est cependant pas le même dans les deux œuvres. Dans la Chronique des Rois Catholiques, Fernando de Pulgar a conscience du fait que, comme l’a écrit Bernard Guenée, l’histoire possède « la noble tâche de dire ce qu’a fait Dieu ; gesta Dei, (elle) est par essence religieuse »85 :

  • 86 C4, I, p. 3-4.

En la narración de los quales guardaremos toda tenprança ; porque si el yerro en que alguno cae es prohibido afear por palabra, ¿ quánto más nos debemos refrenar de lo poner en escrito ? Y porque no será bien considerado maculando a ninguno escreuir en esta vida cosa contraria a la verdad, de que en la otra a Dios se oviese de dar estrecha cuenta86.

64Pulgar considère, dans la Chronique, que l’historien a l’obligation de rendre hommage à tous ceux qui ont accompli des actes glorieux ; il ne doit pas non plus hésiter à dénoncer ceux qui, à l’inverse, ont eu une attitude indigne de leur rang :

  • 87 Ibid., I, p. 3-4. Le même passage, dans C2, est plus concis : « Otrosi haremos memoria de aquellos (...)

Otrosí, despuesto todo odio e afiçión de personas, haremos memoria de aquellos que por sus virtuosos trabajos mereçieron aver loable fama, de la qual es razón que gozen sus desçendientes. Asimismo de algunos que, vençidos de los pungimientos de cobdiçia, inbidia e de otros algunos pecados, herraron a lo que devían ; porque se vea por esperiençia e sea enxenplo a los binientes el galardón que avn acá en esta vida dan los viçios y pecados a los que dellos se dexan vençer87.

65Fernando de Pulgar insiste sur cette même nécessité, dans le prologue des Claros Varones :

  • 88 Claros varones, p. 71-72.

Yo, muy exçelente reina e señora, de amas cosas veo menguadas las corónicas destos vuestros reinos de Castilla e de León, en perjuizio grande del onor que se deve a los claros varones naturales dellos e a sus decendientes. Porque como sea verdad que fiziesen notables fechos, pero no los leemos estendidamente en las corónicas cómo los fizieron, ni veo que ninguno los escrivió aparte como fizo Valerio e los otros88.

66Avant lui, Fernán Pérez de Guzmán, dans les Generaciones y semblanzas, a procédé de même :

  • 89 Fernán PÉREZ DE GUZMÁN, R. B. TATE, (éd.), Generaciones y semblanzas, Londres : Tamesis Books, 1965 (...)

E ansí lo fallará quien las romanas estorias leyere ; que ovo muchos prínçipes romanos que de sus grandes e notables fechos non demandaron premio ni galardón de riquezas salvo el renonbre o título de aquella provinçia que vençían e conquistavan, así como tres Çipiones e dos Metelos e otros muchos. Pues tales como éstos que non querían sinon fama, la qual se conserva e guarda en las letras, si estas letras son mintrosas e falsas ¿ qué aprovechó a aquellos nobles e valientes onbres todo su trabajo, pues quedaron frustados e vazíos de su buen deseo e privados del fruto de sus mereçimientos que es fama ?89.

67Dans l’Histoire des émirs de Grenade, en revanche, il n’y a rien de tel. Il n’est fait allusion ni à la quête de vérité ni à l’impartialité de l’historien. Le concept de gloire est bien évoqué mais dans un registre plus restreint, puisqu’il n’est question que de celle d’Isabelle et de Ferdinand, ce qui tranche avec la Chronique et les Claros varones :

  • 90 L’auteur du passage s’est-il inspiré d’un romance relatif au siège de Grenade qu’utilise à plusieur (...)

Y, al cabo de tan largo tiempo, vino a parar esta dichosa empresa y el triunpho de ella para gloria de sus nombres, que por voluntad divina parece que les estaba reservada, G, section 1, fol. 2v ; B, fol. 3v90.

68Deux derniers arguments contribuent à renforcer les doutes sur la validité de l’attribution de l’Histoire des émirs de Grenade à Fernando de Pulgar et à situer son contexte d’écriture bien après la disparition de l’auteur de la Chronique des Rois Catholiques.

69Le premier argument a trait à la phrase d’ouverture de l’ouvrage sur lequel porte l’enquête. Le Tractado débute par une phrase à la syntaxe surprenante, puisqu’elle prend la forme d’une tournure concessive débutant par aunque mais ne se terminant pas comme il se doit :

  • 91 Plus surprenant encore, la phrase d’ouverture tronquée n’est corrigée dans aucun des neuf manuscrit (...)

Muy alta y muy esclarecida reina y señora nuestra : aunque hubiera muchos varones doctos y leidos en las historias – que son luz de la verdad, testigos de los tiempos y maestros para el exemplo de la vida – que pudieran escribir mejor que yo este Tractado de los reyes moros de Granada a quien Vuestra Alteza, por su insigne valor y perseverancia, y el rey nuestro señor, por sus felices armas, truxeron a su obediencia, dando dichoso fin a las conquistas de los moros de Hespaña, que en espacio de mas de setecientos años dieron materia de una y otra parte a los mas gloriosos hechos de ar/fol. 2v/mas que de ningunas naciones – de los persas, scitas, medos y romanos – se han escripto […], G, section 1, fol. 2r-2v ; B, fol. 2r-2v91.

70Cette phrase est une compilation de deux passages empruntés à la Chronique des Rois Catholiques imprimée à Saragosse en 1567. D’une part, elle repose sur la reprise d’une brève partie de la préface écrite par Pedro Vallés, présente uniquement dans les exemplaires imprimés en 1567 : la préface, de fait, est absente de la version publiée en 1565 ; elle disparaît de celle de 1780 et elle n’apparaît pas dans l’édition que Juan de Mata Carriazo a préparée en 1943. Pedro Vallés justifie à cet endroit son souhait de compléter l’histoire du règne de Ferdinand V. Incité par quelques-uns de ses proches, il intègre des informations de son cru.

  • 92 À propos de l’influence de Cicéron sur les historiens postérieurs, voir B. GUENÉE, Histoire et cult (...)

71D’autre part, la première phrase de l’Histoire des émirs de Grenade récupère un court passage – qui n’est pas de Vallés mais de Pulgar –, se trouvant, cette fois, dans les exemplaires de 1565, 1567 et 1780 mais pas dans l’édition de Carriazo. À cet endroit, Fernando de Pulgar soutient que le discours historique doit tendre vers le vrai. Il fait aussi appel à Cicéron pour ajouter que l’histoire est école de vie – magistra vitae – et, de ce fait, exemplum vitae92 :

  • 93 Voici les passages de C2, retranscrits dans leur intégralité : « Al candido Lector. Considerando yo (...)

72Les emprunts sont évidents et figurent en caractère gras93. Dans l’Histoire des émirs de Grenade, des passages (varones doctos leidos, luz de la verdad, par exemple) écrits auparavant par Pedro Vallés et Fernando de Pulgar sont récupérés. L’auteur de l’ouvrage attribué à Fernando de Pulgar opère des choix dans la source qu’il consulte : il reprend, certes, une partie des termes de Pedro Vallés et de Fernando de Pulgar mais il en rejette d’autres, qui apparemment lui semblent inutiles, comme « y de gran espiritu » ou bien encore « sino por aficion de amigos, como dixe ». L’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar peut aussi formuler différemment sa source : no por falta devient aunque, ce qui a pour effet de nuire au sens de la phrase.

73Le deuxième argument est lié à l’allusion – qui a déjà été relevée dans les pages qui précèdent – aux épitaphes de l’Alhambra. Dans Historia del rebelión de los moriscos del Reino de Granada, Luis del Mármol Carvajal révèle que cette découverte n’a pas eu lieu du vivant de Fernando de Pulgar puisqu’elle s’est produite en 1574 :

  • 94 Luis del MÁRMOL CARVAJAL, J. CASTILLO FERNÁNDEZ (éd.), Historia del rebelión y castigo de los moris (...)

A las espaldas del cuarto de los Leones, hacia mediodía, estaba un rauda o capilla real, donde tenían sus enterramientos, en la cual fueron halladas el año del Señor mil quinientos setenta y cuatro unas losas de alabastro que, según parece, estaban puestas a la cabecera de los sepulcros de cuatro reyes de esta casa ; y en la parte de ellas que salía sobre la tierra, porque estaban hincadas derechas, se contenían de entrambas partes epitafios en letra árabe dorada puesta sobre azul, en prosa y en verso, en loa y memoria de los yacentes94.

  • 95 Alonso del Castillo est né dans les années 1520. Licencié en médecine de l’Université de Grenade, t (...)
  • 96 C’est ce que suppose J. CASTILLO FERNÁNDEZ dans Historia del rebelión y castigo de los moriscos del (...)

74Luis del Mármol Carvajal et, avant lui, le Morisque Alonso del Castillo se sont chargés de la traduction des épitaphes95. Le travail d’Alonso del Castillo pourrait avoir été effectué entre 1575 et 157996.

75Ces constats permetttent d’arriver à une conclusion surprenante : l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade, qui prétend être Fernando de Pulgar et écrire un livre – dont les pratiques d’écriture et les méthodes de travail ne ressemblent en rien aux habitudes du chroniqueur d’Isabelle – à la demande de la reine pour le lui remettre, avait à sa disposition un exemplaire de la Chronique imprimé en 1567, savait que les épitaphes de l’Alhambra avaient été découvertes en 1574 puis traduites entre 1575 et 1579, c’est-à-dire environ cent cinquante ans après la naissance de Pulgar et plus de soixante-dix ans après la mort de la reine…

76Le même constat incite à approfondir l’examen de la Chronique des Rois Catholiques de Pulgar en comparant précisément son contenu, d’une part, à celui de l’Histoire des émirs de Grenade et, d’autre part, à celui des portraits de Pedro et d’Alonso de Granada dans la version des Claros varones transmise par le manuscrit B.

3. La forge de l’histoire (II) : variations, divergences et contradictions

77Les auteurs de la Chronique des Rois Catholiques et de l’Histoire des émirs de Grenade ne partagent pas la même ambition. Au sein de la première, Fernando de Pulgar souhaite retracer le règne de la reine Isabelle Ire, en s’attardant sur les événements majeurs qui l’ont ponctué. Dans la seconde, le chroniqueur prétend porter à la connaissance des lecteurs l’histoire de l’émirat de Grenade de ses origines jusqu’à sa chute.

78Fernando de Pulgar, dans la Chronique, examine les faits survenus entre 1465 et 1490. Les informations divulguées, dans l’œuvre de Pulgar et dans l’Histoire des émirs de Grenade, sont différentes jusqu’à l’année 1478 : ce n’est, en effet, qu’à partir de ce moment qu’elles commencent à être – en partie – communes alors qu’elles ne le sont pas au cours de la période s’étalant de 1465 à 1478. Compte tenu de ce constat, l’étude qui suit est menée à rebours : le traitement réservé aux années 1478-1490/1492 est examiné dans cette partie ; enfin, l’ensemble de la partie suivante est consacré à l’analyse des événements survenus entre 1465 et 1478 et à la question des sources dont s’est servi l’auteur de l’Histoire.

  • 97 Sur ce sujet, voir L. SUÁREZ, Isabel I reina, op. cit., p. 221-243.

79Toutes les informations transmises par l’auteur de la Chronique des Rois Catholiques, à propos de la premère période considérée, ne sont pas reproduites par celui de l’ouvrage apocryphe sur lequel porte l’enquête. Certaines sont ainsi absentes des pages de l’Histoire des émirs de Grenade. Par exemple, l’auteur de cette dernière ne consacre aucun mot ni à la guerre d’Italie – que Fernando de Pulgar évoque au cours du récit de l’année 1483 – ni à la question de la restitution du Roussillon et de la Cerdagne – qui se pose en 1484, un an après le décès de Louis XI – ni à propos du mariage de l’infant Alphonse de Castille avec Isabelle de Portugal en 1490. Il est vrai que ces différents événements ne concernent pas directement l’histoire de l’émirat de Grenade même s’ils n’ont pas été sans effet sur elle, ne serait-ce que parce qu’ils ont occupé les Rois Catholiques à d’autres affaires, retardant de fait l’achèvement de la Reconquête97.

80D’autres absences sont plus difficilement expliquables. L’auteur de l’ouvrage apocryphe attribué à Fernando de Pulgar ne juge pas utile de laisser une place à la bulle du pape de 1483. Pourtant, celle-ci est centrale dans la Chronique des Rois Catholiques. L’auteur de cette dernière a pleinement conscience des efforts de l’Église, qui participe à la guerre en finançant la Reconquête et en accordant des indulgences à tous ceux qui prennent part au conflit contre les Maures.

81Plus étonnant encore : Fernando de Pulgar détaille précisément, dans la Chronique des Rois Catholiques, les sièges de villes et leurs préparatifs, ce qui ne suscite jamais l’intérêt de l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade. Pulgar relate longuement les batailles opposant l’armée des Rois Catholiques aux troupes grenadines. Il s’attarde sur les décisions prises à propos de l’administration des villes reconquises, qui doivent être réorganisées. Par exemple, Fernando de Pulgar laisse de la place au discours de l’un des capitaines de l’armée chrétienne de Loja. Celui-ci rassure ses hommes, lesquels craignent une nouvelle offensive maure visant à reprendre la ville récemment conquise par les soldats de Ferdinand et d’Isabelle.

  • 98 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 249.

82Lorsque des événements sont relatés, dans l’Histoire des émirs de Grenade et dans la Chronique des Rois Catholiques, le traitement qui leur est réservé diffère. Ainsi, le récit, dans le manuscrit G, de la chute de Zahara – qui tombe entre les mains de l’émir Mouley Hacen en décembre 1481 – est laconique. Pourtant, comme bon nombre de chroniqueurs de son temps, Fernando de Pulgar considère dans la Chronique qu’il s’agit d’un événement majeur : c’est, entre autres raisons, à cause de cette défaite qu’Isabelle et Ferdinand ont décidé de mener à terme la Reconquête98. Dans l’Histoire des émirs de Grenade et la Chronique des Rois Catholiques, il est écrit :

83L’historien du Tractado se contente d’affirmer que l’émir Mouley Hacen a rompu la trêve signée avec les chrétiens, qu’il s’est emparé de Zahara puis qu’il a quitté la ville après y avoir laissé des hommes d’armes. Le récit de Pulgar, dans la Crónica, est plus circonstancié : Zahara était mal protégée – Fernando de Pulgar insiste ainsi sur la responsabilité des chrétiens, première cause de la débâcle de ces derniers –, ce qui a permis aux soldats de l’émir d’escalader les murs de l’enceinte, de gagner la bataille qui s’est engagée entre les deux armées, de tuer les habitants de la ville et de les voler.

  • 99 Ibid., p. 250.

84La réaction des Rois Catholiques à la défaite de Zahara ne se fait pas attendre. Isabelle et Ferdinand décident de s’en prendre à la ville d’Alhama, qu’ils reprennent aux Maures le 28 février 148299. Le récit de la victoire chrétienne est beaucoup plus développé dans la Chronique que dans l’Histoire, occupant les pages 6-22 du texte édité par Carriazo et les folios XCVIIv-Civ de la version de 1567.

  • 100 C2, 3e partie, chapitre II, fol. XCXVIIv-XCXVIIIv. C4, 2, chapitre CXXVII, p. 5-13.

85Dans la Chronique, Pulgar se souvient de l’assaut des chrétiens ; il décrit l’effroi des Maures, qui restent stupéfaits devant l’offensive chrétienne100 ; il rend surtout grâce à Dieu, qui épaule les troupes des Rois Catholiques et qui punit les infidèles. Le jugement de Pulgar est sans appel :

  • 101 C4, p. 11. Je souligne.

Esto considerado, creemos que plugo a la justiçia de Dios darles (a los moros) tal pugniçión ; que avn fasta los perros de aquella çibdat no quedasen biuos ; porque fuese enxenplo para los que lo oyesen, e temiesen de perseverar en los pecados por no yncurrir en la yra diuina101.

  • 102 Il s’agit du Romance de la conquista de Alhama, con la cual se comenzó la última guerra de Granada  (...)

86En revanche, dans l’Histoire, il n’y a rien de cela : la victoire d’Alhama tient en huit mots ; l’auteur de l’ouvrage accorde beaucoup d’importance à ce qui n’est qu’une rumeur annonciatrice de la chute de Grenade provoquée par la faute de l’émir – qui rappelle un autre romance célèbre102 –, absente de la Chronique des Rois Catholiques ; enfin, les efforts vainement fournis par l’émir pour récupérer la ville sont évoqués :

87Il y a là une différence de taille. Si, dans la Chronique des Rois Catholiques, la perte d’Alhama par les soldats de l’émir est perçue comme un châtiment infligé aux infidèles par Dieu – qui rendra plus aisée, par la suite, la victoire définitive des chrétiens –, dans l’Histoire la chute de l’émirat de Grenade s’explique uniquement par la témérité du pouvoir grenadin, qui déclenche de nouvelles hostilités sans en mesurer les conséquences.

88Il se produit également un changement de perspective intéressant, entre les manuscrits G et B : dans le premier, la ville d’Alhama est prise par les chrétiens (se tomó), alors que, dans le second, elle est perdue par les musulmans (se perdio). L’on retrouve la même concision dans les récits des victoires d’Íllora – sur laquelle s’étend pourtant Fernando de Pulgar, dans la Chronique des Rois Catholiques, quand il rapporte les faits qui se sont produits en 1486 – et de Tájara (G, folio 66v, section 89), absents du manuscrit B. La portée religieuse et idéologique des victoires d’Íllora et de Tájara disparaît des pages de l’Histoire des émirs de Grenade.

89À la brièveté du Tractado par rapport à la Crónica, s’ajoute son désordre, en particulier dans le manuscrit G. Ainsi, en 1482, les Maures, défaits à Loja, parviennent à prendre le dessus à Cañete. C’est, du moins, l’ordre chronologique suivi dans la Chronique des Rois Catholiques, aux chapitres CXXXII-CXXXVII de l’édition de Carriazo et aux chapitres VII-X de l’exemplaire de 1567. Dans le manuscrit G, l’ordre inverse est choisi :

Y lo que es muy digno de reparo que, dado que andaban tan revueltos los moros, ninguna de las partes llamo en su ayuda a los catholicos fieles, tiniendolos tan cerca que estaban sobre Loxa y por su caudillo – el rey catholico don Fernando –, antes consta que en lo mas recio de aquella guerra civil hicieron los moros diversas entradas y cabalgadas en tierra de christianos y tomaron la villa de Cañete que esta asentada en frontera de aquel reino. En el sitio de Loxa se hallaban cercados tres mil valientes moros, los cuales dieron tanto que hacer al rey catholico que le obligaron a levantar sus gentes […], G, sections 85-86, fol. 64v.

90Dans le manuscrit B, l’ordre chronologique suivi par Fernando de Pulgar est rétabli :

[…] quedando en el reyno superior el hijo al padre con todas estas diferencias no dejaban de aunarse contra los christianos que tenian cercada a Loja hallandose el cerco el rey don Fernando donde estaban tres mil valientes moros encerrados con el alcayde Aliatar que dieron tanto en que entender al rey que le obligaron a alçar el cerco y mataron al maestre don Rodrigo Tellez Jiron y al retirarse el rey le desbarataron donde peligraron muchos caballeros de nuestra parte. Con este suceso el rey Alboacen volvio con gente sobre Ahalama aunque no la pudo cobrar que vino en persona el rey don Fernando a socorrerla. Los moros tomaron a Cañete y prendieron alguna gente, quemaron el pueblo y echaron las paredes por el suelo, B, fol. 54v.

  • 103 C2, fol. CXLv, pour la première date ; C4, II, p. 172, pour la seconde. Dans le Tractado : G, secti (...)

91La victoire de Ronda – qui, comme dans la Chronique, suit celles de Coín et Cártama – est évoquée uniquement dans le manuscrit G avec une erreur de date : dans la Chronique des Rois Catholiques, Fernando de Pulgar situe la chute de Ronda le 20 ou le 22 mai 1485 et non le 23 mai, comme le fait l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade103.

92Les différences et, pis encore, les incohérences entre l’Histoire des émirs de Grenade et la Chronique des Rois Catholiques sont nombreuses. Les auteurs de l’Histoire et de la Chronique relatent les événements s’étant produits lors de la guerre de Grenade d’une façon non uniforme, parfois contradictoire. La rupture définitive entre les deux œuvres se produit lorsqu’a lieu la bataille de Baza, à laquelle prend part Yahya Alnayar.

  • 104 L. SUÁREZ, Isabel I reina, op. cit., p. 260.
  • 105 Carlos DE MIGUEL MORA, « La toma de Baza : estrategia militar y política internacional », in : José (...)

93Le siège de la ville débute vraisemblablement le 20 juin 1489, pour s’achever le 4 décembre de la même année avec la reddition de l’ancienne forteresse musulmane104. Il s’agit d’un moment capital dans la guerre des Rois Catholiques contre l’émirat grenadin, situé après la prise de Málaga en 1487 et avant celle de Grenade, cinq ans plus tard105. Les combats menés afin de s’emparer de Baza ont été sanglants, plus encore que ceux occasionnés lors de la victoire de Málaga qui, pourtant, fit de nombreuses victimes dans les deux camps. Isabelle et Ferdinand estimaient que, une fois Baza reprise, la guerre entamée quelques années auparavant allait prendre fin. Ils n’avaient pas tort : un an avant le siège de Baza, en 1488, les Rois Catholiques occupaient les villes côtières de Marbella, Málaga, Vélez-Málaga et, au nord-ouest de cette dernière, la ville de Ronda ; à l’intérieur, ils possédaient Alhama, Loja, Íllora et Moclín et, de fait, ils menaçaient la ville de Grenade. Mohammed al Zaghal contrôlait la zone centro-orientale : les villes de Baza, Guadix, Almería lui obéissaient ainsi que les Alpujarras. Grenade, notamment, restait fidèle à Boabdil, qui gouvernait avec l’aide des Rois Catholiques. Une victoire à Baza aurait porté un coup sévère à Mohammed al Zaghal et aurait offert au couple royal l’émirat, puisque Boabdil avait conclu un accord avec Isabelle et Ferdinand. Boabdil, pourtant, après la chute de Baza, en décidera autrement.

94Dans les pages des Claros varones du manuscrit B, une description physique de Pedro I de Granada – qui s’appelait encore, au moment du siège de Baza en 1489, Yahya Alnayar – est insérée. D’après l’auteur du portrait, il inspirait le plus profond respect à ceux qui le rencontraient :

Don Pedro de Granada fue de buena estatura y de miembros bien compuesto de muy buen rostro blanco y que tiraba a rubio y de presencia tan venerable provocaba a respecto y muy agradable a los que lo trataban, B, fol. 98v.

95Un peintre anonyme du XVIe siècle le représente dans un tableau dont la photographie – reproduite sur la page de couverture du livre que le lecteur a entre les mains – est conservée au Musée d’Art Hispano-Musulman de l’Alhambra de Grenade. Pedro I de Granada apparaît debout et en armure, une tête tranchée – certainement celle d’un Maure – à ses pieds.

96Pedro I de Granada était le fils de Selim (ou Celin) Alnayar, dont le portrait – datant lui aussi du XVIe siècle –, œuvre d’un peintre anonyme, est également conservé sous la forme d’une photographie qui est actuellement la propriété du même Musée.

Portrait de Selim Alnayar, œuvre anonyme du XVIe siècle

Portrait de Selim Alnayar, œuvre anonyme du XVIe siècle

Archivo del Patronato de la Alhambra y del Generalife, colección fotográfica del Museo de Arte Hispano Musulmán/ F 007462.

  • 106 À propos de Youssef IV, voir M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571 (...)

97Pedro I de Granada était le petit-fils de l’émir Youssef IV (1432)106. Celui-ci, à son tour, descendait de l’émir Mohammed VI, le même degré de parenté que celui qui existait entre Youssef IV et Pedro I de Granada unissant les deux hommes. Youssef IV parvint à prendre le pouvoir à Grenade, le 1er janvier 1432. Il avait donné auparavant des gages d’obéissance à Jean II et à Álvaro de Luna, qui l’aidèrent à monter sur le trône en affaiblissant l’émir alors au pouvoir, Mohammed IX (1419-1427/1430-1431/1432-1445/1447-1453), battu par l’armée castillane lors de la bataille de la Higueruela le 1er juillet 1431.

98Youssef IV accepta d’être le vassal du roi de Castille, d’être présent aux Cortes, de payer un lourd tribut annuel à la couronne castillane, de libérer tous les prisonniers chrétiens emprisonnés dans ses geôles. L’accord mécontenta les Grenadins. En outre, l’appui militaire promis fut insuffisant. Mohammed IX put reprendre le pouvoir et fit exécuter Youssef IV. L’auteur de l’ouvrage attribué à Fernando de Pulgar préfère révéler à ses lecteurs que l’émir Youssef est mort de vieillesse. Avec la disparition de Youssef IV, la possibilité de voir le trône de Grenade occupé par un émir allié du pouvoir castillan s’évanouit.

  • 107 Manuel ESPINAR MORENO, Juan GRIMA CERVANTES, « Un personaje almeriense en las crónicas musulmanas y (...)
  • 108 «  […] el ynfante Celin, su padre, quedo por señor de Almeria », B, fol. 98v.

99Selim et les partisans de son père furent épargnés par Mohammed IX107. Selim, l’homme fort d’Almería108, dut envisager de nouvelles alliances. L’auteur des Claros varones du manuscrit B affirme qu’il était l’allié d’Alphonse, qu’une partie de la noblesse a désigné comme roi le 5 juin 1465 lors de la farsa de Ávila : «  […] y fue aliado del infante don Alonso que se in/fol. 99r/titulo rey contra el rey don Enrique, su hermano », B, fol. 98v-99r.

100Dans la lettre qu’aurait écrite Alphonse, le frère d’Isabelle, un an après son décès et recopiée dans Origen, il est question de l’appui militaire que le jeune garçon aurait reçu de Selim : « […] vine […] a las ciudades de Ubeda e de Baeza e de Jaen donde me llego la caballeria de Vuestra Merced », Origen, fol. 21r.

101D’après cette lettre, Alphonse aurait éprouvé beaucoup de respect pour le père de Yahya Alnayar/Pedro I de Granada ; le frère d’Isabelle s’adresse à lui en ces termes : « El rey de Castilla y de Leon al engrandecido y honrado de los moros el infante de Almeria Abenzelin Alnayar […] », Origen, fol. 22r. Alphonse promet à son allié le trône de Grenade, s’il parvient à prendre le dessus sur le roi Henri IV :

  • 109 Ajout au-dessus de deuda : para restaurar vuestro estado.

[…] espero en Dios de vos pagar esta deuda109 e que hayais de mi mano la casa e reino de Granada segun la hubo el rey don Juzef vuestro padre del rey don Juan mi señor y padre que haya santo parayso e no teneis que recelar de los mensageros del rey Mahomat, Origen, fol. 22r. 

  • 110 C’est ce que supposent M. ESPINAR MORENO, J. GRIMA CERVANTES, « Un personaje almeriense en las crón (...)

102D’après l’auteur des portraits de Pedro I de Granada et d’Alonso I de Granada figurant dans les Claros varones du manuscrit B, Selim a également fréquenté la cour d’Henri IV : « […] y anduvo mucho tiempo en la corte el ynfante Celin de Castilla siguiendo la aliança que el rey Joseph su padre habia tenido con el señor rey don Juan el segundo », B, fol. 99r. Peut-être Selim a-t-il profité de son séjour à la cour afin de faire valoir ses droits légitimes sur l’émirat de Grenade, rappelés dans le passage précédemment cité et souligné d’Origen110 ?

103La disparition d’Alphonse contrarie les projets de grandeur de Selim, sans leur porter un coup fatal. Dans une autre lettre datée du 27 juin 1474 – reproduite dans Origen et suivant celle de l’infant Alphonse –, le roi Ferdinand promet à Selim de débarquer à Almería avec des troupes aragonaises. Ferdinand couvre Selim et son épouse – la señora infanta – de cadeaux :

[…] suplicare al rey don Juan de Aragon mi señor e padre que envie gente de guerra por mar de Valencia a Almeria en vuestra ayuda y envio para muestra de mi voluntad seis balajes y dos espadas guarnecidas de oro y para la señora infanta un paño de brocado […], Origen, fol. 22v.

104L’auteur des deux portraits des Claros varones du manuscrit B fait de Selim un Maure apprécié des chrétiens. Il loue ses qualités :

[…] y traya acompañamiento de gentes de a pie y de a caballo y en su casa agasajaba a los grandes señores de Castilla con quien tenia mucho trato y amistad y ellos se pagaban mucho de las grandes partes asi personales en los exercicios de la caballeria en que era muy diestro como en las del animo de principe inclinado a la verdad y cortesia y cumplimiento de su palabra y por cosa del mundo no la quebraba, B, fol. 99r.

  • 111 L’identité de la mère de Yahya Alnayar n’est pas révélée dans la version des Claros varones du manu (...)
  • 112 C. DE MIGUEL MORA, « La toma de Baza : estrategia militar y política internacional », art. cit.
  • 113 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 258.

105Yahya Alnayar n’a pas immédiatement tiré profit des relations étroites établies par son père avec les princes chrétiens111. En 1489, à la demande de Mohammed al Zaghal, Yahya Alnayar défend la ville de Baza assiégée par les troupes des Rois Catholiques112. Le choix de Mohammed peut surprendre. À cette époque, en effet, les relations entre Yahya et Mohammed al Zaghal étaient tendues. En 1483, Yahya a été sur le point de remettre Almería, sans combattre, entre les mains des Rois Catholiques113.

106D’après l’auteur de l’ouvrage généalogique Origen, le roi Ferdinand V a même proposé à Yahya – qui a accepté – d’envoyer ses troupes à Almería. La proposition du souverain rappelle celle faite à Selim, quelques années auparavant. Pourtant, les renforts promis ne sont pas arrivés : les pluies ont été fortes et ont empêché la bonne réalisation de l’opération. Yahya a dû alors mesurer son armée à celle de l’émir, qui a pris une première fois le dessus mais qui a été défait ensuite par Yahya et les siens. D’après l’auteur d’Origen, la victoire est amère ; Yahya n’oublie pas que Ferdinand n’a pas été là quand il a eu besoin de lui :

Cidiaya Alnayar, caudillo de Almeria, hijo del dicho infante Abenzelin, caudillo de Almeria, y su reino se conservo en el valerosamente. Y cuando el señor rey don Fernando el Catholico apoderado ya de los reinos de Castilla y Leon por la señora reina doña Isabel su mujer emprendieron la conquista del reino de Granada, uno de los principales medios de que se valieron para ello fue del dicho Cidiaya, contrario del rey chico. Y trataron con el dicho caudillo que le entregase la fortaleza de la ciudad de Almeria y que meterian en ella mucha gente de guerra que le ayudase, fundando este trato y amistad en la alianza que habian tenido con el dicho infante Celin, su padre. Y el se determino a entregarla y se aplazo dia para ello y por grandes aguas que sobrevinieron la gente del dicho señor rey don Fernando no pudo llegar al dia aplazado y llego al socorro la gente del rey chico y otros hermano suyo y se apoderaron de parte de la ciudad y levantaron mucha parte del pueblo contra el dicho Cidiaya ; y hubieron una batalla en que salio vencido y se retiro a sus fortalezas de la taha de Marchena […] y entro la gente del rey chico y parte del pueblo y tomaron la fortaleza y le saquearon todos los bienes y riquezas que /fol. 23v/ en ella tenia. En este intermedio Cidiaya reforzo su gente y […] la volvio a ganar y degollo a un hermano del rey chico que estaba dentro y se volvio a apoderar de la ciudad quedando receloso y mal contento de la falta que habia hecha el dicho señor rey catholico de no acudir a tiempo al trato que tenia hecho, Origen, fol. 23r-23v.

  • 114 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 258.
  • 115 Ibid., p. 258. C. DE MIGUEL MORA, « La toma de Baza : estrategia militar y política internacional » (...)

107Deux ans plus tard, en 1485, Yahya a entamé des démarches auprès des Rois Catholiques afin de négocier sa reddition, en échange du duché de Gandie et du mariage de l’un de ses fils, peut-être Ali Omar/Alonso I de Granada – qui, de plus, aurait obtenu les villes d’Almería et de Vera –, avec une fille de Juan de Benavides114. La reddition de Yahya n’a pas eu lieu : Mohammed al Zaghal, en 1488, a eu vent de la trahison de Yahya Alnayar, sans être pourtant en mesure de la prouver115. Ni l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade ni celui du portrait de Pedro I de Granada dans les Claros varones du manuscrit B n’évoquent ces différentes affaires.

  • 116 C. DE MIGUEL MORA, « La toma de Baza : estrategia militar y política internacional », art. cit., p. (...)

108Revenons au siège de Baza. D’après Carlos de Miguel Mora, trois hommes ont été chargés de la défense de la ville par Mohammed al Zaghal : Yahya Alnayar, Mohammed Ben Hacen, Abu Ahmed Abdallah116. Des trois hommes chargés de protéger Baza, il n’en reste que deux, dans le manuscrit G : Abdelin (Abu Ahmed Abdallah) et Yahya Alnayar. Dans le manuscrit B, Yahya Alnayar est le seul défenseur de la ville :

109Dans la Chronique des Rois Catholiques, Fernando de Pulgar donne dix noms de Maures ayant défendu Baza :

  • 117 C2, CXCIIv. La lecture de C4 est identique, si ce n’est l’orthographe d’Alnayar, écrit Alnacal (II, (...)

110Estauan por capitanes, el caudillo que se llamaua Mahomad Hacen y por alcayde otro moro que llamauan Hamete Abahali y estauan otros ocho capitanes que se llamauan Yaya Alnayal, y Alcaymalfor, y Aliabocar Adalgan, y Mahomad Alatar, y Hamete Alatar, y Reduan Çafarja y Ali Çabadon117.

  • 118 Alfonso de PALENCIA, R. G. PEINADO SANTAELLA, (éd.), Guerra de Granada, Grenade : Universidad de Gr (...)

111Ici, Yahya Alnayar ne se distingue pas des autres, à la différence de ce qui est écrit dans les manuscrits G et B. Alfonso de Palencia, dans sa version de la guerre de Grenade, ne mentionne même pas son nom118. D’ailleurs, aucun autre historiographe de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle ne se souvient de lui et de son rôle à Baza.

  • 119 C. DE MIGUEL MORA, « La toma de Baza : estrategia militar y política internacional », art. cit., p. (...)
  • 120 Francisco Rafael de Uhagón LAURENCÍN évoque les lettres de 1474 et 1483, dans « Ducado de Cidi Yahy (...)

112Yahya défend-il la ville par esprit de revanche parce que Ferdinand n’a pas pu respecter l’accord de 1483, comme le suggère Carlos de Miguel Mora119 ? Ni l’auteur de l’ouvrage attribué à Fernando de Pulgar ni celui de l’œuvre consacrée aux origines familiales des Granada Venegas ne le disent. Dans Origen, une nouvelle lettre de Ferdinand V à Yahya, datée du 7 novembre 1489, est reproduite. Sa présence dans Origen prétend prouver – à condition que le document soit fiable – que les contacts entre les deux hommes ont été maintenus, même lorsqu’ils se sont affrontés. Dans cette lettre, le roi prie le défenseur de Baza de l’excuser pour ce qui s’est passé en 1483 : « […] debeys estar cierto : no fue culpa mia ni suya sino de las muchas lluvias y de /fol. 24v/ la xente del rey Muley Boabdili », Origen, fol. 24r-24v120.

113Dans la Chronique des Rois Catholiques, Fernando de Pulgar propose un récit du siège de Baza riche en détails. Avant de donner les noms des défenseurs de la ville, il la décrit très précisément :

  • 121 C4, II, p. 372 ; C2, fol. CXCIIv.

Esta çibdat, segúnd nos pareçió, es asentada casi al mediodía, desuiada de la entrada de la mar de Levante por espaçio de diez leguas. E en aquella parte do es fundada podrá aver de tierra llana diez leguas de largo, e tres de ancho, çercada por todas partes de vna sierra que se llama Jabalcohol, do deçienden las aguas a lo llano […]121.

114Le chroniqueur revient ensuite sur les renforts de troupes envoyés par Mohammed al Zaghal, qui compliquent la tâche des soldats des Rois Catholiques. Il faut dire que la bataille de Baza est capitale pour Mohammed al Zaghal : son issue peut précipiter la chute de l’émirat ou, au contraire, contrarier les plans d’Isabelle et de Ferdinand. Les Maures l’ont bien compris :

  • 122 C4, II, p. 398 ; C2, II, fol. CXCIXr.

E como quier que los moros vían las gentes que de nuevo venían a continuar en aquel sitio, pero entendiendo que aquella çibdat avida por los cristianos avría poca resistençia en las çibdades de Guadix e Almería, e en todas las otras villas y tierras que estauan a la obediençia del rey moro que estaua en Guadix, acordaron de mostrar esfuerço, e abiuar más sus fuerças para se defender e pelear por la guarda de aquella çibdat122.

115Les combats font rage. Les assauts sont répétés et sanglants :

  • 123 C4, II, p. 400 ; C2, fol. CXCIXv.

Todos los días salían los moros a pelear con los cristianos, vezes con aquellos que guardauan las estanças que tenían puestas los del real del artillería, e otras veçes con las guardas de la sierra, e muchos días con aquellos que guardauan los castillos. E en estas peleas syenpre facían daño e los recebían ; e algunos días facían rebatos dos o tres veces, en los quales convenía que todo el real tomase armas, para socorrer las partes do conbatían123.

  • 124 Je souligne les passages qui suivent.

116L’auteur de l’ouvrage attribué à Fernando de Pulgar, comme à son habitude, ne décrit pas la bataille. Pourtant, pour une fois, il aurait aimé le faire. Il est précisé, dans les manuscrits G et B, que les témoignages relatifs à la rudesse des combats sont nombreux ; tous les témoins – qu’ils soient musulmans ou chrétiens – s’accordent pour dire qu’un livre entier devrait être consacré à la bataille mémorable de Baza124 :

  • 125 C4, II, p. 417 ; C2, fol. CCIVr.

117Le désespoir gagne les troupes castillanes. L’ennemi est redoutable et peut tenir encore pendant tout l’hiver, d’après l’auteur de la Chronique des Rois Catholiques : « […] e vista la pertinaçia de los moros, y sabido que tenían mantenimientos para todo el ynvierno, estauan syn esperança que la çibdat se pudiese tomar »125.

118Les proches collaborateurs des Rois Catholiques demandent à Isabelle de venir sur place. La reine, d’après son chroniqueur, doit voir de ses propres yeux que les combats incessants ne mènent à rien :

  • 126 C4, II, p. 417 ; C2, fol. CCIVr.

E porque la Reyna viese las peleas continuas, e las muertes e feridas que todos los días avía en el real, e las aventuras grandes e peligros e trabajos que sufrían e esperauan sufrir las gentes de su hueste, e el poco fruto que de aquello todo se conseguía, ynsistían suplicándole que todauía viniese al real126.

119La venue de la reine est décisive. Isabelle redonne espoir à ses soldats :

  • 127 C4, II, p. 418-419 ; C2, fol. CCIVv.

E la venida de la Reyna al real fué con plaçer común de todos ; espeçialmente porque como las gentes deseauan ver cosas nuevas, creyan que su venida avría tal novedat, que el çerco que avía durado seys meses con grandes trabajos e peligros oviese algún fin127.

120C’est alors que se produit un miracle, dont beaucoup furent témoins, mais que Fernando de Pulgar ne parvient à expliquer. Isabelle, par sa seule présence, fait taire les canons, met fin aux combats et incite le défenseur de Baza – qui est anonyme dans la Chronique – à négocier la reddition de la ville :

  • 128 C4, II, p. 419 ; C2, fol. CCIVv.

Otrosy, los moros, sabida la venida de la Reyna e del cardenal de España, no podemos pensar si creyendo que venía para facer algúnd asiento fasta tomar la çibdat, o movidos por alguna otra ymaginación, pero de qualquier cosa que ello proçediese, fué por çierto caso digno de admiración ver la súbita mutaçión que en su propósito se vido. E porque fuymos presentes e lo vimos, testificamos verdat delante Dios que la sabe, y delante los onbres que lo vieron, que después del día que esta Reyna entró en el real pareçió que todos los rigores de las peleas, todos los espíritus crueles, todas las yntençiones enemigas e contrarias, cansaron e çesaron, e pareçió que amansaron. De tal manera, que los tiros de espingardas e ballestas, e de todo género de artillería, que sola vna ora no çesauan de se tirar de la vna parte a la otra, dende en adelante no se vido ni oyó, ni se tomaron armas para salir a las peleas que todos los días antepasados fasta aquel día se acostunbrauan tomar, salvo la gente del real que continava yr a las guardas del canpo en los lugares que solían estar. E luego el caudillo començó a fablar con los cristianos, diçiendo que quería oyr lo que el Rey e la Reyna demandauan128.

121L’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar évoque, lui aussi, le découragement qui s’empare des soldats chrétiens :

122En revanche, la chute de Baza ne doit rien à Isabelle. C’est un autre miracle qui a lieu : saint Pierre, muni de ses clefs, apparaît au plus fort de la bataille et pousse Yahya Alnayar à se convertir au christianisme :

123Le détournement du récit de la chute de Baza diffusé par la Chronique des Rois Catholiques est manifeste puisqu’Isabelle, dans l’Histoire des émirs de Grenade, est remplacée par saint Pierre puis Yahya Alnayar.

124Le détournement de la Chronique ne prend pas fin ici. Il est encore plus flagrant ensuite. L’auteur de l’ouvrage attribué à Fernando de Pulgar reprend, parfois littéralement, des passages de la Chronique des Rois Catholiques, pour les adapter à sa manœuvre :

125Paradoxalement, c’est au moment où l’Histoire est le plus proche de la Chronique, où elle lui emprunte ses mots, qu’elle lui est le plus infidèle voire parodique. L’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar est bien espiègle ! Pour l’auteur de la Chronique des Rois Catholiques, il était important de construire l’image d’une reine soutenue par Dieu. Or, ici, c’est Yahya Alnayar qui bénéficie de Son appui et qui exécute Sa volonté. Si Fernando de Pulgar avait été l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade, aurait-il accepté de contredire sciemment ce qu’il avait écrit dans la Chronique des Rois Catholiques ? Est-il possible qu’une telle manipulation, minorant le rôle de la reine dans la chute de Baza, ait échappé au contrôle rigoureux auquel Isabelle soumettait les écrits de Pulgar ?

126Ce n’est pas tout. Dans l’Histoire des émirs de Grenade, Isabelle joue un rôle actif un peu après la chute de Baza. Dans tous les manuscrits, à l’exception notable de G, c’est elle qui, par ses prières, a joué un grand rôle dans la conversion du chef musulman. La reine a été entendue par Dieu :

  • 129 Je souligne.

[…] y con haber estado mucho tiempo con el infante Celin, su padre, en la corte del señor rey don Enrique, donde habia tenido deseo de ser christiano, se determino en creer en la fe catolica y que el le habia hecho aquella misericordia para tan buen fin y desde este punto que nuestro señor obro este milagro por la continua oracion que Vuestra Alteza hiço toda la noche en su oratorio, cesaron todos los rigores de las peleas, B, fol. 59r129.

127Il y a mieux. La version de l’Histoire transmise par le manuscrit G ne va pas au-delà du désir de conversion au christianisme de Yahya Alnayar. Celui-ci souhaite être chrétien mais, dans ce témoignage, il reste et demeure musulman. Isabelle lui confie que, grâce à son aide, la guerre qu’elle mène contre l’émirat de Grenade est pratiquement gagnée. Mais c’est à Yahya qu’elle s’adresse et non à Pedro I de Granada :

Y la reina le dixo que, pues el estaba de parte suya, que hacia por cierta la empresa de Granada que le pertenecia. Y habiendole recibido por su vasallo a el y a su hijo y sobrinos, les dieron acostamientos en su casa, prometiendoles villas, lugares y otras muchas mercedes. Y Zidi Haiai /fol. 81r/ les prometio procuraria con todas sus fuerças, con su primo […], G, section 113, fol. 80v-81r.

128Ce n’est qu’à la fin du manuscrit G, presque incidemment, que Yahya Alnayar se nomme Pedro de Granada. Il n’est pas question de son baptême :

Las personas que en aquella ocasion quedaron del linaje de este rey Chico fueron el rey Viejo – que habia muerto en la fortaleça de Illora, llamado Muley Albohacen, hijo de Ismael, ultimo de este nombre ; de los del linaje del rey Abenhut, el infante Cidi Yaia, que despues se llamo don Pedro de Granada, G, section 117, fol. 82v.

129En revanche, dans le manuscrit B – que ce soit dans l’Histoire ou bien dans les Claros varones –, Isabelle ne discute pas avec Yahya Alnayar mais avec Pedro de Granada, qui s’est converti au christianisme, a été baptisé – en secret avec, comme parrain et marraine, le couple royal Ferdinand et Isabelle –, s’appelant désormais Pedro comme le saint qui lui est apparu :

  • 130 Je souligne.

Isabel le dixo que pues le tenia de su parte, segura tenia la impresa de Granada ; y entonces los reyes los recibieron por sus vasallos a el y a su hijo y sobrinos y dieronles acostamientos en su casa y prometieronles villas y vasallos de la taha de Marchena que habian sido del infante Celin, su padre, y otras mercedes. Y Cidi Aya les prometio de procurar con todas sus fuerças con su primo y cuñado el rey de Guadix que entregase aquella ciudad y la de Almeria sin los daños y muertes que las demas habian costado. Y asi el rey y la reyna le pidieron que su bautismo fuese secreto en su camara que no lo supiesen los moros de su parcialidad porque no le dexasen hasta estar hecha la entrega de Guadix y Almeria. Y los reyes fueron sus padrinos y se llamo don Pedro de Granada y asi fue a verse con el rey de Guadix, B, fol. 60r130.

  • 131 « Cidi Aya, hijo del infante Celin […] » B, fol. 61v.

130Curieusement, dans le manuscrit B, Pedro I de Granada redevient Yahya Alnayar, à une reprise, avant de retrouver sa nouvelle identité131.

131L’auteur du portrait de Pedro I de Granada, dans les Claros varones du manuscrit B, insiste sur le caractère nécessairement secret du baptême de Yahya Alnayar. Habilement, le même auteur fait en sorte que la capitulation du défenseur de Baza, suivie de sa conversion, ne passe pas pour une trahison du camp musulman – même si elle en a toutes les apparences, ses anciens coreligionnaires ne devant rien savoir de son baptême – mais pour une conséquence de l’apparition de saint Pierre : « […] con condicion que habia de recibir secretamente en su camara el sancto bautismo porque no le dexase el exercito de los moros que le seguia. Sirvio mucho a Dios y a los señores reyes », B, fol. 100v.

  • 132 M.Á. LADERO QUESADA, Granada, historia de un país islámico, op. cit., p. 20. La taha de Marchena re (...)

132Dans l’exemple précédemment tiré de la version de l’Histoire des émirs de Grenade, diffusée par le manuscrit B, deux passages sont importants. Tout d’abord, l’insistance sur les terres promises à Pedro I de Granada et aux siens pour leur collaboration militaire avec les troupes des Rois Catholiques est notable et bien plus grande que dans G. Yahya, désormais vassal du roi Ferdinand V, se voit gratifié de la taha – c’est-à-dire d’une division territoriale, à vocation essentiellement militaire, des zones montagneuses de l’émirat132 – de Marchena, laquelle appartenait auparavant à Selim, située actuellement dans la province d’Almería.

  • 133 Voir María Dolores SEGURA DEL PINO, « Las iglesias parroquiales de la Taha de Marchena a principios (...)
  • 134 M.Á. LADERO QUESADA, Los mudéjares de Castilla en tiempo de Isabel I, Valladolid : Instituto “Isabe (...)

133Or, la taha initialement promise à Pedro I de Granada – non seulement pour les services qu’il était en train de rendre à la couronne, mais aussi parce qu’elle avait appartenu à son père – a finalement été donnée par les Rois Catholiques au fidèle Gutierre de Cárdenas, le 23 août 1494133. Il n’y a pas de véritable rancœur, à propos du revirement des Rois Catholiques, dans les manuscrits G et B. Pourtant, la décision d’Isabelle et de Ferdinand a rendu Pedro I de Granada et les siens bien amers134. D’ailleurs, les copistes des manuscrits P et Nb insistent fort significativement sur la légitimité, selon eux, des droits des descendants des Alnayar sur la taha, en écrivant respectivement dans la marge des folios 75v et 92v : « Derechos a la Taha de Marchena de los Granadas ».

  • 135 Ángel GALÁN SÁNCHEZ, Los mudéjares del reino de Granada, Grenade : Universidad de Granada-Diputació (...)

134Le deuxième passage significatif de l’exemple donné est celui relatif à la date de la conversion secrète de Yahya Alnayar au christianisme. D’après Ángel Galán Sánchez, celle-ci a eu lieu vers 1500, c’est-à-dire plusieurs années après la chute de l’émirat et après la conversion de son fils Ali Omar/Alonso I135. Pourtant, ce n’est pas ce qui est affirmé ni par l’auteur des portraits apocryphes apparaissant dans les Claros varones du manuscrit B, ni par celui de l’ouvrage attribué à Fernando de Pulgar recopié dans le même manuscrit, où le baptême de Yahya a lieu avant la chute de l’émirat.

  • 136 « Eran cristianos viejos incluso los descendientes de moros que se hubieran convertido al cristiani (...)
  • 137 M. GARCÍA ARENAL, F. RODRÍGUEZ MEDIANO, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en tiempos (...)
  • 138 J. CASTILLO FERNÁNDEZ, « Hidalgos moriscos : ficción histórica y realidad social. El ejemplo del li (...)

135Les enjeux liés à la date de conversion de Yahya étaient particulièrement importants pour les descendants chrétiens de la famille Alnayar : affirmer que la conversion à la foi chrétienne d’un musulman de Grenade a eu lieu avant 1492 revenait à faire de ce dernier un vieux chrétien136. Plus largement, la preuve apportée de la conversion au christianisme d’un musulman avant 1492 a permis à quelques Morisques du royaume de Grenade d’échapper à la dispersion de 1571 ; si, de plus, des Morisques parvenaient à prouver qu’ils descendaient de l’ancienne aristocratie musulmane de Grenade et que, dans le même temps, ils rendaient ou ils avaient rendu des services remarquables à la couronne, il leur était possible d’accéder à la condition d’hidalgo137 ; dès lors, ils étaient exonérés de la farda, impôt dont devaient s’acquitter tous les Morisques, et ils étaient autorisés à porter des armes ou à posséder des esclaves en provenance d’Afrique138.

136L’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar continue sur sa lancée : il confère désormais à Yahya un rôle prépondérant dans la guerre de Grenade, qu’il n’a pas dans la Chronique des Rois Catholiques. Yahya commence par écrire à Mohammed al Zaghal, son parent, pour lui demander de ne plus résister à Isabelle et Ferdinand puisque cela est contraire aux desseins de Dieu. Il en profite pour dire qu’il a vaillamment résisté mais qu’il est inutile de contrarier la volonté divine :

Y luego despacho cartas al rey Albohardil el Zagal – que estaba en Guadix – avisandole el estado de aquel cerco y como se habian mantenido mas de seis meses con las mas recias y continuas peleas y escaramuzas que se habian visto en los siglos pasados. Y como la voluntad divina del alto y poderoso Dios era mirar por el rey don Fernando – a quien, con divina virtud, habia librado de tan grandes peligros como los que habia recibido en este cerco – y que, por esto, era de parecer no solo de entregarle aquella ciudad sino de que el rey Zagal se pusiese con todo lo que tenia en manos de tan gran principe, G, section 112, fol. 80r.

137Mohammed al Zaghal laisse alors Yahya négocier la reddition de la ville : c’est à lui de trouver les conditions les plus avantageuses pour les vaincus. Les Rois Catholiques reçoivent Yahya Alnayar comme vassal et se montrent généreux envers lui et les siens. Yahya/Pedro  I parvient à convaincre, sans rencontrer la moindre difficulté, Mohammed al Zaghal, qui bénéficie du même traitement de faveur que lui :

El rey Albohardil recibio la carta de Zidi Haiai en Guadix – a quien tenia respeto por el parentesco y valor de su persona. Y acordandose del esfuerço con que le habia defendido aquella ciudad y que no habia bastado y que de Granada no habia que esperar socorro, puso en sus manos la entrega de la ciudad de Baza, con las condiciones que mas salu/fol. 80v/dables le pareciesen para el bien de los capitanes que se hallaban en ella y asimismo de los que la moraban.

Con esta respuesta (aunque causo mucha confusion), Zidi Haiai los procuro asegurar de su libertad y bienes. Y hablando con los Reyes Catholicos, se dieron rehenes de una a otra parte. Y acompañado con el alcaide y muchos capitanes, se volvio a veer con el comendador mayor de Leon (que fue el medio por donde aquel trato se començo), el cual asimismo estaba con los capitanes del exercito del rey catholico. Y se sentaron las paces y las condiciones de la entrega de Baza.

Y Zidi Yaia – muy acompañado de capitanes y caballeros christianos – fue a hacer reverencia al rey y a la reina, los cuales le hicieron mucha honra como a persona de sangre real. Y la reina le dixo que, pues el estaba de parte suya, que hacia por cierta la empresa de Granada que le pertenecia. Y habiendole recibido por su vasallo a el y a su hijo y sobrinos, les dieron acostamientos en su casa, prometiendoles villas, lugares y otras muchas mercedes. Y Zidi Haiai /fol. 81r/ les prometio procuraria con todas sus fuerças, con su primo el rey Zagal, la entrega de Guadix y la de Almeria, sin daño de muertes y peleas, como hasta alli se habia platicado.

Y, con esta promesa, se fue Zidi Yaia a veer con su primo, los cuales – habiendolo tratado con Gutierre de Cardenas, comendador mayor de Leon – volvieron juntos y entregaron a los Reyes Catholicos las ciudades de Guadix y Almeria. Y el rey Albohardir el Zagal quedo, desde entonces, por vasallo de los Reyes Catolicos y le dieron a Andarax, en la sierra de Granada, con hasta diez mil ducados de renta para su sustentacion, G, section 113, fol. 80r-81r.

138La fin est heureuse pour le fils de Selim. Dans la Chronique de Pulgar, les choses diffèrent quelque peu. Les Rois Catholiques dépêchent Alonso de Cárdenas, afin d’arriver à un accord de paix avec le caudillo de Baza, qui reste anonyme. Le discours – il s’agit d’un nouveau discours direct qui disparaît du Tractado – de l’homme de confiance d’Isabelle et Ferdinand est menaçant mais convaincant :

  • 139 C4, II, p. 420-421 ; C2, fol. CCIVr.

- Si vos, honrrado caudillo, pensáys que, fecho lo último de vuestro poder, podréys al fin defender la çibdat de Baça al poderío del Rey e de la Reyna, mis soberanos señores, dígoos que aunque soys conocido por cauallero esforçado, seréys avido por onbre mal aconsejado […]139.

  • 140 C4, II, p. 422-425 ; C2, fol. CCVr-CCVIIr.

139Dans la Chronique des Rois Catholiques, ce n’est pas Yahya qui a la charge de négocier directement la reddition de la ville, contrairement à ce qui se passe dans le Tractado. Yahya se rend jusqu’à Guadix afin de rencontrer Mohammed al Zaghal pour lui faire part de la situation, en attendant ses ordres. La décision est prise rapidement : il faut signer l’accord proposé par les Rois Catholiques140.

140Yahya annonce la nouvelle à Alonso de Cárdenas. Il se soumet et, comme dans l’Histoire, il promet de faire en sorte que les villes de Guadix et Almería se rendent. Yahya s’exprime ainsi, d’après Fernando de Pulgar :

  • 141 C2, fol. CCVv-CCVIr ; C4, II, p. 426.

Noble cauallero, ni la mengua de nuestros muros, ni menos la de los moros que los guardamos, nos costriñen a entregar al rey don Fernando y a la reyna doña Ysabel la ciudad de Baça : pero mueuenos la gran virtud y nobleza de su real condicion, que pone voluntad a estos capitanes y a mi para se la entregar, que solamente la aura de mis manos. Pero mouido con feruiente amor que tengo a su seruicio, prometo a vos noble cauallero tener tal manera, como sin trabajo ni costa las ciudades de Guadix y Almeria sean entregadas en su poder : con tal pacto que los moradores dellas (viuiendo so el imperio de su real señorio) puedan mantener la ley de sus padres, y morar en sus casas, y posseer sus bienes. Otrosi auiendo su real poderío para la defensa y seguridad que todo buen rey es obligado a hazer a sus leales sieruos, segun que vos de parte de sus grandezas lo offrecistes141.

  • 142 C2, fol. CCVIr ; C4, II, p. 426.
  • 143 C4, II, p. 430 ; C2, fol. CCVIv.

141Comme dans le manuscrit G, Fernando de Pulgar révèle dans la Chronique que Yahya entre au service des Rois Catholiques, lesquels le récompensent généreusement : « […] agradecieron al caudillo su buena voluntad y offrecimiento y prometieron de le hazer mercedes, y recibir a el y a sus parientes en su seruicio »142. De même, Yahya incite Mohammed al Zaghal à se rendre parce qu’il est inutile de résister, non pas à Dieu comme dans l’Histoire, mais au roi Ferdinand : « E que no pensase (Mohammed al Zaghal) que reçibía ynjuria en perder lo que poseya, pues lo tomaua vn rey tan poderoso, a quien no podía resistir »143.

142Alors que Yahya disparaît de la Chronique des Rois Catholiques, dans l’Histoire des émirs de Grenade, son rôle est central, tout comme celui de son fils Ali Omar. Ainsi, Boabdil, voyant s’évanouir la menace pour son pouvoir que représentait Mohammed al Zaghal, ne se rend pas alors qu’il l’avait promis à Ferdinand. Boabdil attaque les troupes chrétiennes mais les Rois Catholiques parviennent à le faire plier, grâce à la coopération militaire efficace de Mohammed al Zaghal, de Yahya – qui devient Pedro I de Granada au même moment dans le manuscrit B – et de son fils :

143L’insistance, dans le manuscrit B, sur l’efficacité de l’aide apportée aux Rois Catholiques par Pedro I de Granada et son fils Alonso I, est remarquable. Tous les deux sont à la tête d’une armée de soldats chrétiens et musulmans. Rusé, Alonso I de Granada, à une occasion, donne à ses bateaux l’aspect de navires africains venant en aide aux troupes musulmanes de l’émirat. Le stratagème trompe les Maures ; la victoire d’Alonso I est éclatante. Les Rois Catholiques sont satisfaits de leurs nouveaux alliés :

[…] (los reyes) tomaron por medio de nombrar por general del exercito que formaron de los christianos y de los moros leales que no se habian levantado en el rio de Almeria y Taha de Marchena a don Pedro de Granada y a don Alonso, su hijo, los cuales fuesen el uno por capitan general por tierra y don Alonso de la armada del mar para ir contra los rebelados y rebeldes de Adra y empedillos el socorro de Africa. Don Pedro fue por parte de tierra y don Alonso, /fol. 61r/ su hijo, por la parte de la mar y, pintando los navios y puniendoles banderas de manera que pareciesen de Africa, los moros que estaban en Adra – creyendo que la armada de don Alonso era socorro que les venia de Africa – salieron a recibirlos y don Pedro baxo de la parte de la tierra y don Alonso, su hijo, de parte de la mar ; les dieron la batalla en que mataron mas de dos mil y quinientos moros y les ganaron el estandarte. Con esta vitoria, desmayaron mucho los rebeldes. Nuestros reyes hubieron gran placer de ello ; el rey moço que habia salido de Granada con gente de guerra para socorrer los rebeldes de Adra, cuando supo la vitoria que don Alonso y don Pedro habian tenido, con ellos fue sobre la taha de Marchena donde estaba Pedro de Calatayud y Diego de Soto, comendador de Moratalla, B, fol. 60v-61r.

144Dans le portrait d’Alonso diffusé par les Claros varones du manuscrit B, il est également question des victoires remportées par le fils de Pedro de Granada, au détriment des Maures :

[…] fue alguacil mayor de Granada y capitan general de la armada de la mar. Fue de los mas aventaxados capitanes de su tiempo. Gano la vitoria de Adra y una bandera a los moros, gano la batalla de la vega y siete banderas a los moros […], B, fol. 101r.

  • 144 À ce sujet, voir L. SUÁREZ, Fernando el Católico, Barcelone : Ariel, 2004, p. 436.

145D’ailleurs, Alonso I semble confiné dans un rôle martial. Ainsi, une grande partie de son portrait apocryphe diffusé par le manuscrit B est consacrée à ses exploits militaires, réalisés pour le compte de Ferdinand V, comme sa participation à la prise d’Oran le 17 mai 1509144. Nulle part, dans les Claros varones du manuscrit B, il n’est fait allusion à sa conversion, lorsqu’il était connu sous le nom d’Ali Omar. L’auteur de son portrait insiste, de façon significative, sur le fait qu’il descendait d’émirs :

Don Alonso fue alto de cuerpo, de buena proporcion, de miembros tan fuertes que mostraban su gran fortaleça, y la barba de color taeña, de muy gran y apacible presencia que mostraba su linaxe real de que queda dicho en el capitulo de don Pedro de Granada, su padre, B, fol. 101r.

Portrait d’Alonso de Granada, œuvre anonyme du XVIe siècle

Portrait d’Alonso de Granada, œuvre anonyme du XVIe siècle

Archivo del Patronato de la Alhambra y del Generalife, colección fotográfica del Museo de Arte Hispano Musulmán/ F 007440.

146Pedro I de Granada peut compter sur l’aide de son fils. Mais c’est bien le père qui joue le rôle décisif de troisième homme de la vie politique de l’émirat de Grenade et qui se glisse dans les habits d’homme providentiel, favorisant l’achèvement de la Reconquête. Grâce à lui, le 2 janvier 1492, Isabelle et Ferdinand entrent victorieusement dans l’Alhambra de Grenade. Boabdil leur remet les clefs de la ville ; son pouvoir s’est effondré, l’émirat n’est plus :

Los capitulos de las entregas se hicieron por medio de don Iñigo Lopez de Mendoza, conde de Tendilla, y por Hernando de Zafra, secretario del rey. Y despues de todo asi asentado, entraron los reyes con triumfo muy /fol. 83r/ magestuoso en el Alhambra, a los cuales salio al encuentro el rey Chiquito ; y entrego las llaves al rey catolico y el a la reina y la reina al principe don Juan, de cuya mano las recibio el conde de Tendilla como persona que estaba nombrado para la tenencia de aquella fuerça y capitan general del reino y costa de Granada, G, section 117, fol. 82v-83r.

  • 145 Sur Isabel de Solís/Zoraya, lire les deux travaux de José Enrique LÓPEZ DE COCA CASTAÑER, « Doña Is (...)

147Les lignes finales du manuscrit G diffèrent sensiblement de celles du manuscrit B. Dans celui-ci, le souvenir des deux enfants que Mouley Hacen a eus avec Zoraya – une captive chrétienne connue sous le nom d’Isabel de Solís puis convertie à l’islam – est évoqué. Après le décès de Mouley Hacen et la chute de Grenade, Zoraya embrasse à nouveau la foi chrétienne et retrouve son prénom de naissance145. Les deux enfants, issus de l’union de Zoraya/Isabel avec l’émir, suivent la voie tracée par leur mère. Une fois baptisés, ils se nomment Fernando et Juan. Tous ont été incités au baptême par Pedro I de Granada :

Las personas que de este linaje real quedaron en aquella saçon fueron dos hijos del rey Alboaçen el viexo que habia poco que habia muerto retirado en la fortaleça de Yllora que los habia tenido en una christiana, hija del alcayde de Martos. El mayor se llamaba Cidi Cad, el segundo Cidi Nayar. A esta reyna madre de los dos hijos la llamaron por su mucha hermosura la Zoraya, que en su lengua quiere decir el lucero de la mañana. Cuando el rey moço segundo se paso a Africa las Alpuxarras se paso a Africa vendio las Alpujarras. /fol. 62r/ Las vendio por /blanc/ cuentos de maravedis a Vuestras Alteças y reservo para si la taha de Orgiga que renunzio en Cidi Cad y Cidi Nayar, sus dos medios hermanos que el mayor se llamo don Fernando de Granada y el segundo se llamo don Juan quando, a instancia de Vuestra Alteza y a persuasion de don Pedro de Granada, recibieron el bautismo de nuestra santa fee catolica, y la reina Zoraya se llamo doña Isabel y a estos les dio la taha de Orgiba que despues la tomo Vuestra Alteza., B, fol. 61v-62r.

148L’auteur des portraits des deux Morisques, dans le manuscrit B, consacre quelques mots au destin de Pedro I de Granada et de son fils, Alonso I. Le premier est devenu l’un des maîtres de la Grenade reconquise :

[…] y reconociendo el rey catolico lo que se debia al dicho don Pedro, le hicieron de su consejo y le dieron el oficio mas preheminente de alguacil mayor de Granada cuando establecio el cabildo della, fiandole todas las cosas de la guerra y de la religión, en compania del arçobispo fray Fernando de Talavera y con el cardenal fray Francisco Gimenez, a quien hospedo en su casa, y fue parte para que recibiesen el bautismo mas de 12 O almas […], B, fol. 100v.

  • 146 D’après E. SORIA MESA, Pedro de Granada s’est marié une seconde fois, avec Elvira de Sandoval. La s (...)

149L’auteur révèle que Pedro de Granada meurt en février 1506, enterré avec les honneurs réservés aux bons et nobles chrétiens, pleuré de tous146 :

  • 147 Sur les détails de l’enterrement de Pedro de Granada, voir M. ESPINAR MORENO, J. GRIMA CERVANTES, « (...)

Murio por hebrero, año de mil y quinientos y seis, y fue sepultado en su capilla en la iglesia mayor de Granada con grandes tumbulos y pompas y general sentimiento de aquella ciudad y todo el reyno, B, fol. 100v147.

  • 148 J. A. GARCÍA LUJÁN, « Genealogía del linaje Granada Venegas desde Yusuf IV, Rey de Granada (1432), (...)

150Alonso I de Granada décède en février 1534, à l’âge de soixante-sept ans. L’auteur de son portrait apocryphe ne l’écrit pas mais l’on sait que, comme son père, Alonso I de Granada a été alguacil mayor de Grenade en 1501 et chevalier de l’ordre de Santiago148.

  • 149 Ibid., p. 16.
  • 150 Ibid., p. 18.

151L’Histoire des émirs de Grenade, dans le manuscrit B, s’achève sur les mariages de Pedro I de Granada et d’Alonso I de Granada. Le premier a épousé Cetti Meriem/María Venegas, la mère d’Ali Omar/Alonso I. D’après la documentation connue, leur mariage a été célébré le 14 juillet 1461149. Cetti était la fille de Redouane Bannigas – devenu Pedro Venegas, après sa conversion au christianisme et son baptême – et de Cetti Meriem al Mawl. Ali Omar/Alonso I, s’est marié à Juana de Mendoza, fille de Francisco Hurtado de Mendoza, à la fin du XVe siècle. Leur fils, Pedro II, a été le premier descendant des Alnayar à pouvoir utiliser et réunir les noms Granada Venegas150. C’est bien à cet enfant – que Fernando de Pulgar, décédé bien avant sa naissance, n’a pas pu connaître –, qu’il est fait référence dans B :

  • 151 Alonso I de Granada s’est marié une deuxième fois, en 1511, avec María de Quesada Acuña : ibid., p. (...)

El rey Zagal, como esta dicho, se paso a Africa y vendio los veinte y tres lugares del Val de Lecrin por cinco cuentos de maravedis a Vuestras Alteças y las salinas de la Malaha renunzio en Cidi Aya, su primo y cuñado, hijo del infante Celin, que como dicho es despues se llamo don Pedro de Granada, el cual caso con una señora de los Benegas, señores de Luque ; y a don Alonso, su hijo, casaron los señores reyes con doña Juana de Mendoza, dama de Vuestra Alteza e hija de don Francisco Hurtado de Mendoza, su mayordomo. De los unos y de los otros hay ilustre generacion en estos reinos. Con que he dado fin de la sucesion de estos reyes que Vuestra Alteza me mando escribir en este tratado., B fol. 62r151.

4. La forge de l’histoire (III) : les outils de l’imposteur

152Fernando de Pulgar n’a pas écrit l’Histoire des émirs de Grenade. Pour en être définitivement convaincu, il faut accompagner les arguments avancés jusqu’ici par l’examen des sources utilisées afin de rédiger la partie de l’ouvrage consacrée à la guerre des années 1481-1492 contre l’émirat. L’auteur de l’œuvre apocryphe attribuée à Fernando de Pulgar, dans sa version transmise par le manuscrit G, se sert principalement de deux chroniques, le Compendio écrit par Esteban de Garibay et la Historia general de Juan de Mariana : par un curieux paradoxe, il essaie de faire croire aux lecteurs, sans le leur dire explicitement, que Fernando de Pulgar – témoin et parfait connaisseur de cette période – a utilisé deux livres imprimés bien après la mort du chroniqueur, en 1571 pour l’œuvre de Garibay, et en 1592 ou 1601 dans le cas de l’ouvrage écrit par le jésuite Mariana.

  • 152 Apparaissent, en caractère gras, les termes communs à la Chronique des Rois Catholiques, au manuscr (...)

153Les écarts significatifs entre l’Histoire des émirs de Grenade et la Chronique des Rois Catholiques relevés antérieurement serviront à présent d’exemples. Lorsque l’émir Mohammed Boabdil fait répondre à Ferdinand – qui s’inquiète de ses conditions de captivité – qu’il est heureux d’être auprès des Rois Catholiques, le récit de l’Histoire présente de nombreuses similitudes avec celui du Compendio écrit par Esteban de Garibay152 :

154Le récit proposé par l’auteur du Tractado est beaucoup plus proche du même récit écrit par Esteban de Garibay que de celui de Fernando de Pulgar : d’une part, il s’agit d’un discours indirect ; d’autre part, l’auteur de l’ouvrage apocryphe reprend une grande partie du passage du Compendio. En revanche, comparé au passage correspondant de la Chronique, les formes du discours du Compendio et du Tractado diffèrent et les termes en commun sont nettement moins nombreux.

155Esteban de Garibay affirme s’être servi des chroniques royales médiévales castillanes :

  • 153 Compendio, Livre XXXIX, chapitre I, p. 323-324.

Destos reyes y de los de mas sucessores suyos, se hablara, segun se pudieren mejor sus cosas colegir de diuersas chronicas destos reynos de España, especialmente de las historias particulares de los reyes de Castilla, donde ay notables apuntamientos suyos, parte dellos escritos necessariamente, y parte por la loable curiosidad y diligencia de los autores153.

156À ce titre, Garibay a pu utiliser, dans le passage en question, la Chronique des Rois Catholiques, en l’adaptant : en poder de tan altos e poderosos reyes devient en poder de tan grandes principes, qui, à son tour, disparaît de l’Histoire des émirs de Grenade.

157L’auteur de l’Histoire procède comme il l’a fait pour écrire la première phrase de son prologue : après avoir choisi la source dont il se sert, il sélectionne un passage qu’il reprend intégralement ou pas. Il opte alors pour une paraphrase du texte source ou bien pour sa reformulation, par le biais de synonymes.

  • 154 Je souligne les passages qui suivent.

158Il ne s’agit pas d’un exemple isolé. D’autres passages sont réécrits, de façon semblable, comme lorsqu’il est question de la chute de Zahara154 :

159Comme dans l’exemple précédent, qui concernait Boabdil, le récit fait dans le manuscrit G est très proche du Compendio. Ici, l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade reprend des passages trouvés chez Garibay ou alors il s’en inspire, en proposant une glose qui s’en approche.

  • 155 Je souligne les passages qui suivent.

160C’est à la suite des derniers passages cités en exemple que, en même temps, les auteurs du Compendio et du Tractado font état du présage suivant la victoire musulmane de Zahara, absent de la Crónica155 :

  • 156 Je souligne les passages qui suivent.

161De même, si le récit revenant sur la victoire d’Alhama est concis dans le Tractado à la différence de celui de la Crónica, c’est parce qu’il est tout aussi bref dans le Compendio156 :

  • 157 À ce propos, consulter les pages écrites par G. PONTÓN, dans C4, p. LXVI-LXVIII. Voir également J. (...)

162L’écart précédemment remarqué entre l’Histoire et la Chronique trouve son explication : Fernando de Pulgar n’a pas décidé – de façon aussi subite qu’incompréhensible – de passer sous silence, dans le Tractado, la responsabilité des chrétiens dans la chute de Zahara et l’éclat de la victoire d’Alhama, et de faire disparaître toute intervention divine dans l’entreprise de Reconquête des Rois Catholiques qui irrigue les pages de la Chronique157 ; les silences de l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade sont ceux d’Esteban de Garibay et ils sont acceptés par l’auteur qui se fait passer pour Fernando de Pulgar.

163La suite du récit de la guerre de Grenade confirme les affinités qu’entretiennent l’Histoire et le Compendio. Les musulmans demandent de l’aide à leurs coreligionaires africains. Fernando de Pulgar ne juge pas nécessaire de s’attarder sur les conditions d’un tel soutien, dans la Chronique des Rois Catholiques. En revanche, les auteurs de l’Histoire et du Compendio écrivent :

  • 158 Je souligne les passages qui suivent.

164Un attentat – commis par un Maure étant parvenu à pénétrer dans le campement des Rois Catholiques – a visé Isabelle et Ferdinand. Esteban de Garibay tait cette information. C’est vers la Historia general qu’il faut se tourner, afin d’illustrer l’écart qui sépare le Tractado de la Crónica. Ainsi, le récit du manuscrit G est beaucoup plus proche de la Historia general que de la Crónica158 :

165Si l’on compare les narrations proposées par l’auteur de l’ouvrage apocryphe et par Juan de Mariana au récit du chroniqueur des Rois Catholiques, deux différences apparaissent. D’une part, il ne s’agit plus d’une attaque qui devait aboutir à la mort d’Isabelle et de Ferdinand mais à celle du roi uniquement. D’autre part, la protection divine dont jouit Isabelle disparaît.

166Dans le même exemple, les schémas narratifs du Tractado et de la Historia general sont identiques. Le Maure qui se prépare à assassiner le roi apparaît fugacement alors que, dans la Chronique des Rois Catholiques, Fernando de Pulgar décline l’identité de l’agresseur, révèle son lieu de naissance, précise où il habitait à ce moment, s’attarde sur la description physique du Maure, sur l’inspiration divine et salvatrice d’Isabelle – qui fait attendre le criminel dans une autre tente que la sienne –, sur l’attaque des victimes, Beatriz de Bobadilla et Álvaro de Portugal. Dans le Tractado et la Historia general, l’arrivée de l’assassin dans le camp chrétien, sa méprise, son forfait puis la mort qui l’attend sont décrits brièvement.

167L’auteur de l’ouvrage apocryphe a recours à l’œuvre de Juan de Mariana à d’autres reprises. D’ailleurs, la chronique du jésuite complète régulièrement, dans le manuscrit G principalement, le livre de Garibay. Ainsi, les derniers événements de l’année 1482 sont relatés à partir de passages tirés du Compendio et de la Historia general :

168Dans la Historia general, avant l’extrait cité, Juan de Mariana a relaté la victoire des Maures à Cañete. Le passage offre un autre exemple d’écho textuel entre l’œuvre du jésuite et l’Histoire des émirs de Grenade ; il explique, à présent, le désordre chronologique déjà remarqué entre la Chronique des Rois Catholiques et l’Histoire :

169Le jésuite, en revanche, ne dit rien sur le siège de Loja. Pour cette raison, l’auteur de l’ouvrage apocryphe utilise l’œuvre de Garibay ; pour autant, il n’approuve pas entièrement la version du futur chroniqueur de Philippe II. Selon Esteban de Garibay, le roi Ferdinand V, après le siège de Loja et la tentative infructueuse de Mouley Hacen de s’emparer d’Alhama, se rend à Cordoue. Dans le manuscrit G, la version de Mariana, pour qui le souverain se rend à Tolède, est acceptée. Isabelle, qui – d’après Mariana – accompagne son époux, disparaît des pages du Tractado. Mariana détaille l’organisation des territoires voulue par les Rois Catholiques ; l’historien de la chronique apocryphe rédige des lignes fidèles à l’œuvre du jésuite. Aussi bien le passage du Tractado que celui de la Historia general diffèrent de la version de Pulgar lue dans la Chronique des Rois Catholiques. Dans cette dernière, c’est à Pero Manrique et à Alfonso de Cárdenas que la responsabilité des frontières de Jaén et d’Écija sont respectivement confiées :

  • 159 C4, II, p. 40 ; C2, fol. CVr.

(El rey y la reyna) dieron cargo a don Pero Manrrique conde de Treuiño, a quien fiizieron duque de Nájara, de la frontera de Jaén ; e a don Alfonso de Cárdenas, maestre de Santiago, mandaron que estoviese en la çibdad de Éçija159.

  • 160 C4, II, p. 40 ; C2, fol. CVr.

170Dans le Tractado, les noms et les lieux sont inversés. En revanche, il n’y a pas d’erreur à propos de Juan de Silva : « […] E porque Diego de Merlo, que era asistente de la çibdad de Seuilla, era muerto, encomendaron la justiçia e guarda de aquella çibdat a don Juan de Silua, conde de Cifuentes »160.

  • 161 C4, II, p. 40 ; C2, fol. CVr.

171Fernando de Pulgar affirme, dans la Chronique, que les Rois Catholiques se rendent ensuite à Cordoue puis à Madrid, ce que ne révèlent ni l’auteur de l’ouvrage apocryphe, ni Garibay, ni Mariana : « E proueydas las cosas que entendieron ser neçesarias a la prouinçia del Andaluzía, partieron de la çibdad de Córdoua, e vinieron para la villa de Madrid »161.

172Le même procédé compilatoire – consistant à associer le Compendio à la Historia general   est mis en application, lorsqu’il est question des tractations devant aboutir à la libération de Boabdil :

173Les emprunts apparaissent en caractère gras. Comme dans l’exemple précédent, l’historien se faisant passer pour Fernando de Pulgar dans la version transmise par le manuscrit G commence par récupérer les informations reproduites dans le Compendio. Puis, quand Esteban de Garibay est sur le point de transcrire à la forme indirecte le discours de Boabdil – lequel remercie les Rois Catholiques pour les bonnes conditions de captivité qui lui ont été réservées –, l’auteur de l’ouvrage apocryphe se tourne vers le livre de Mariana, qui était plus concis au moment de traiter les événements antérieurs. Il n’y a aucune coïncidence lexicale, à ce moment, entre le Tractado et la Historia general. En revanche, les coïncidences sont plus nombreuses après et témoignent de la filiation entre les deux textes.

174L’emprunt à Mariana n’apparaît pas, dans le manuscrit B. D’une façon générale d’ailleurs, si G accueille dans ses pages des passages provenant de la Historia general, ce n’est pas le cas de B. Par exemple, lorsque le marquis de Cadix reprend Zahara, les Rois Catholiques lui offrent un présent pour le remercier. Fernando de Pulgar n’en fait pas état dans sa Chronique, pas plus que Garibay dans le Compendio. Il faut se tourner, à nouveau, vers Juan de Mariana :

175De même, les Rois Catholiques récompensent le comte de Cabra pour avoir capturé Boabdil à Lucena. Fernando de Pulgar évoque, lui aussi, l’attitude généreuse d’Isabelle et de Ferdinand mais, d’une part, sans les détails donnés par l’auteur du Tractado et, d’autre part, à un moment différent : dans la Chronique, le passage se situe juste après que le comte s’est emparé de l’émir alors que, dans l’Histoire et dans le livre de Mariana, il vient immédiatement après le cadeau offert au marquis de Cadix :

176Ici, aux nombreux cas de paraphrase, il faut ajouter un exemple d’inversion sujet-verbe et relever les choix de reformulation, proches du texte source : añadiese/añadir, la cabeza de un rey coronado/la cabeza del rey chico coronada. C’est parce qu’il a recours au livre du jésuite et non à la Chronique de Pulgar que l’auteur de l’ouvrage apocryphe se trompe de date, au moment d’évoquer la victoire chrétienne à Ronda. Des détails sur l’accueil, à Séville notamment, des défenseurs vaincus de Ronda, absents de la Crónica et du Compendio, sont ajoutés. Dans la Historia general, de plus, Juan de Mariana révèle des informations absentes de la Chronique des Rois Catholiques, à propos de la distribution de biens confisqués par l’Inquisition à un certain Gonzalo Picón ou Pizón, en faveur des Maures les plus illustres, défaits à Ronda :

  • 162 Je souligne les passages qui suivent.

177Enfin, à plusieurs reprises, dans la marge du manuscrit G figurent des précisions se trouvant dans le livre de Juan de Mariana. Ainsi, dans les deux œuvres, les victoires de Cambil et Alavar obtenues en 1485, remportées cent vingt ans après la défaite subie par Pierre Ier au même endroit en 1365, sont évoquées. La chronique du roi de Castille écrite par Pero López de Ayala ne fait pas état de ce revers162 :

178Dans cet exemple, il n’y a pas de cas de paraphrase comme précédemment. Les villes de Cambil et Alavar sont décrites plus brièvement dans l’Histoire des émirs de Grenade ; le plan d’attaque des soldats des Rois Catholiques est rapidement évoqué. C’est à la marge que le copiste du manuscrit G complète ce qu’il écrit par ce qu’il lit chez Mariana.

  • 163 Je souligne les passages qui suivent.

179Le cas n’est pas isolé et d’autres commentaires marginaux du manuscrit G proviennent du texte établi par Juan de Mariana163 :

180Lorsque, dans le manuscrit G, l’auteur de l’ouvrage apocryphe traite des années 1465-1481, communes elles aussi avec la Chronique des Rois Catholiques de Fernando de Pulgar, il ne fait pas non plus appel directement à celle-ci mais aux œuvres d’Esteban de Garibay et de Juan de Mariana. D’emblée, il convient de signaler une différence de fond flagrante entre le Tractado et la Crónica : dans la première œuvre, l’historien relate l’arrivée au pouvoir de l’émir Mouley Hacen, les difficultés politiques et militaires de ce dernier. Dans la deuxième œuvre, l’auteur s’attarde principalement sur les diverses étapes qui ont conduit Isabelle jusqu’au trône de Castille, sans consacrer un mot à ce qui retient l’attention de l’auteur de l’ouvrage apocryphe.

181La version lue dans le manuscrit G s’étend sur la descendance de Mouley Hacen ; elle est alors très proche de celle du Compendio :

182Esteban de Garibay explique que lorsque Zoraya se convertit au christianisme, retrouvant ainsi sa religion d’origine, elle choisit le prénom de la reine Isabelle. Dans la version diffusée par le manuscrit G, il n’est pas fait état des raisons de ce choix.

183La dernière phrase du passage est identique à celle de la chronique de Garibay, si ce n’est l’inversion entre real et sangre. Le même passage est modifié et abrégé dans le manuscrit B :

[…] (el rey) tuvo dos mujeres entre las demas a quien amo mucho la primera su prima, en quien tuvo al infante Maomad Boabdelin […] y otra mujer del linaje de christianos, hija del alcayde de Martos, en quien tuvo dos hijos, el primero llamado Cad y el segundo Nayar, que despues fueron christianos como se vera adelante. Algunos años tuvo paz este rey con el de Castilla […], B, fol. 51v.

184Dans le manuscrit B, la dernière phrase lue dans l’extrait du manuscrit G est déplacée. C’est ce déplacement qui explique en partie pouquoi la fin du manuscrit G diffère de celle de B.

185L’auteur de l’ouvrage apocryphe s’intéresse – à l’inverse de Fernando de Pulgar, dans la Chronique des Rois Catholiques, mais à l’instar de Diego Enríquez del Castillo dans celle du roi Henri IV – à un duel ayant opposé deux nobles castillans à la cour de Mouley Hacen. L’un d’eux, Diego de Córdoba, a été emprisonné – avec ses proches – par Alonso de Aguilar, avant d’être libéré par ordre du roi, courroucé par cette affaire. S’estimant lésé, Diego de Córdoba écrit une lettre à Henri IV dans laquelle il lui fait savoir qu’il souhaite obtenir réparation. Diego de Córdoba envisage l’organisation d’un duel, que le souverain refuse. Le noble se tourne vers Mouley Hacen, qui accepte que le duel ait lieu à Grenade.

186Enríquez del Castillo propose un récit au début abrupt, allant à l’essentiel dès les premières lignes. En revanche, aussi bien Esteban de Garibay que l’historien du Tractado s’arrêtent sur la demande de Diego de Córdoba faite à Mouley Hacen. Les deux textes sont très proches :

187Dans le manuscrit G et le Compendio, Diego de Córdoba révèle à l’émir les raisons de son courroux. Celles-ci sont absentes de la chronique du roi Henri IV :

188Face au refus du roi de Castille d’organiser un duel qui permettrait à Diego de Córdoba d’obtenir réparation s’il en sortait vainqueur, l’émir de Grenade accepte que le combat ait lieu sur ses terres. Diego de Córdoba et Alonso de Aguilar entament une correspondance dans laquelle des propos acerbes sont échangés. Alonso de Aguilar accepte de se rendre sur place, afin d’affronter celui qu’il a été contraint de libérer peu de temps auparavant. Esteban de Garibay fait allusion à la chronique d’Enríquez del Castillo. L’allusion disparaît de l’Histoire des émirs de Grenade :

189Pourtant, le jour venu, Alonso de Aguilar décide de ne pas se rendre dans l’émirat. Diego de Córdoba a attaché un portrait du noble à la queue d’un cheval lancé au galop. Diego de Córdoba est donné vainqueur par l’émir :

190La version du manuscrit G est beaucoup plus proche de celle du Compendio que de la chronique d’Henri IV. Diego de Córdoba voit (vido/viesse) que son adversaire n’est pas sur le champ de bataille. Il le fait constater par ses témoins (rey de armas/reyes de armas, dans le Compendio et le Tractado ; oficiales de armas, dans la chronique d’Henri IV). Le stratagème trouvé par Diego de Córdoba pour prendre le dessus sur son adversaire provient de la chronique de Diego Enríquez del Castillo. La formulation de l’Histoire, cependant, est plus proche de celle du Compendio que de la chronique d’Henri IV.

  • 164 Je souligne les passages qui suivent.

191Au moment d’annoncer le décès du souverain castillan, l’auteur de l’ouvrage apocryphe n’a pas recours – semble-t-il – à l’ouvrage de Diego Enríquez del Castillo mais à celui de Juan de Mariana164 :

192L’historien du Tractado ne se sert pas de la chronique écrite par Diego Enríquez del Castillo puisque dans celle-ci l’historiographe affirme que le roi est mort à quarante-neuf ans, après avoir régné environ pendant vingt-deux années ; il semble faire confiance à Juan de Mariana, pour qui Henri IV est décédé à l’âge de quarante-cinq ans, après avoir gouverné durant vingt ans, quatre mois et vingt-deux jours. Du reste, aussi bien l’auteur de l’ouvrage apocryphe que Juan de Mariana sont d’accord avec Nebrija, qui écrivait :

  • 165 Elio Antonio de NEBRIJA, Virginia BONMATÍ, Felicidad ÁLVAREZ (éd. et trad.), Nebrija historiador : (...)

Como las enfermedades se agravaban cada vez más y los médicos ya no le garantizaban nada, el rey regresó a Madrid donde murió a los quince días de haber salido de allí, el día 11 de diciembre del año 1.474 después de Cristo. Reinó veinte años, cuatro meses y veintidós días y vivió cincuenta años. Su cuerpo fue depositado en el Monasterio de San Jerónimo, cerca de Madrid […]165.

  • 166 Le passage suivant se trouve dans Claros varones, op. cit., p. 87.

193Ni la Chronique des Rois Catholiques ni les Claros varones de Fernando de Pulgar ne sont utilisés. En effet, selon Pulgar, Henri IV est bien décédé le onze décembre 1474 mais à cinquante ans, après un règne de vingt ans166 :

194Au même moment, au sein du manuscrit B, le choix est fait de ne pas utiliser l’histoire écrite par le jésuite ni même les chroniques de Diego Enríquez del Castillo ou bien Fernando de Pulgar ; au contraire, c’est la chronique d’Esteban de Garibay qui est employée. Après avoir donné brièvement l’année de décès du roi, Garibay affirme que les Rois Catholiques sont arrivés au pouvoir après avoir dû se défendre de l’agression militaire portugaise, ce qui a permis à l’émir de vivre en paix pendant quelques années :

195La préférence pour Garibay dans le manuscrit B et celle pour Mariana au sein de G sont confirmées ailleurs. En 1478, l’émir Mouley Hacen souhaite que perdure la paix. Isabelle et Ferdinand, en échange, lui demandent de payer le tribut – les parias – que les émirs avaient l’habitude de verser aux souverains castillans. Mouley Hacen refuse. Il déclare alors que le métal avec lequel on frappait monnaie à Grenade sert désormais à fabriquer des armes pour que les Maures puissent se défendre d’une intervention militaire castillane. Fernando de Pulgar écrit, dans la Chronique :

  • 167 C4, I, p. 325 ; C2, fol. 71r.

En estos días que el rey e la reyna estouieron en la çibdad de Seuilla, el rey de Granada enbió sus enbaxadores a demandar treguas por çierto tiempo. El rey e la reyna, avido sobréllo su consejo, acordaron de gelas dar, pagando cada año las parias que los reyes moros acostumbraban dar. El rey moro, que se llamaba Muley Albohacén, respondió que los reyes de Granada que solían dar parias eran muertos ; e que en las casas do se labraba estonces la moneda que se pagaba en paria, se labraban agora fierros de lanzas para defender que no se pagasen. El rey e la reyna, como quiera que conocieron ser soberbiosa respuesta, pero acordaron de gelas otorgar por tres años. E no se demandaron estonçes a los moros parias ningunas de las que solían dar quando les otorgauan treguas, por causa de la guerra que tenían con el rey de Portugal ; e pendiente aquélla, no estauan en tienpo de mover guerra contra moros167.

196Dans B, la lecture de Garibay est conservée. L’auteur du Compendio s’est inspiré de la Chronique des Rois Catholiques :

  • 168 Les emprunts apparaissent en caractères gras. 

197Dans le manuscrit G, sont mêlées des informations issues du Compendio et de la Historia general168 :

198Dans les manuscrits G et B, le témoignage de Garibay est ensuite reproduit afin de relater la chute de Zahara.

5. À la recherche de saint Pierre

  • 169 A. de PALENCIA, R. G. PEINADO SANTAELLA (éd.), Guerra de Granada, Grenade : Universidad de Granada, (...)
  • 170 Diego de VALERA, J. de M. CARRIAZO, (éd.), Crónica de los reyes católicos, Madrid : José Molina imp (...)

199Aucun des historiographes castillans ayant écrit entre la fin des XVe-XVIe siècles ne fait allusion à l’apparition de saint Pierre lors de la bataille de Baza et à la conversion au christianisme de Yahya Alnayar. Fernando de Pulgar n’écrit rien à ce sujet, tout comme Alfonso de Palencia, lequel insiste pourtant sur les nombreux faits d’armes s’étant produits à Baza169. Les chroniques de Juan de Flores et de Diego de Valera s’arrêtant respectivement en 1476 et 1488, il ne peut y être question de ces événements170. Dans une autre histoire écrite par Diego de Valera – la Crónica abreviada ou Valeriana –, adressée à la reine Isabelle Ire, l’auteur fait bien état d’une apparition de saint Pierre mais elle concerne le Cid :

  • 171 D. de VALERA, La Corónica de España abreviada, Séville, 1567, fol. LXIXr. La Crónica abreviada ou V (...)

Acaecio alli, que estando el Cid vna noche en su cama pensando en lo que le conuenia hazer para dar la batalla al rey Bucar, apareciole en su camara vna gran claridad de que fue espantado, e apareciole vn hombre viejo e cano, e traya en la mano vna gran llaue e dixole. Rodrigo duermes, e como quiera que desto fue muy turbado dixole no, e yo te requiero de parte de Dios que me digas quien eres. El viejo le respondio, Rodrigo no temas que yo soy el apostol sant Pedro, e vengo a ti por te hazer saber que de oy en XXX dias dexaras este mundo e yras en la vida bienaventurada e quierete Dios hazer tanta merced que la tu gente desbaratara al rey Bucar, e tu seyendo muerto venceras esta batalla por la honra de tu cuerpo y esto sera con la ayuda del apostol Santiago que nuestro señor embiara a la batalla, por ende trabaja de fazer enmienda a Dios de tus pecados y seras saluo, e todo esto te otorgo nuestro señor Jesucristo a mi suplicacion e ruego por la honra que heziste a la mi casa de Cardeña171.

  • 172 Anales breves, p. 545a.

200Lorenzo Galíndez de Carvajal consacre à peine quelques mots à la victoire remportée par les Rois Catholiques, à Baza : « Este año vinieron los reyes á la Andalucía por Guadalupe, y cercaron á Baza, y en fin del año la ganaron »172. Andrés Bernáldez relate le siège de la ville et la victoire des troupes chrétiennes en insistant, comme Pulgar, sur la présence décisive de la reine, qui redonne de l’espoir aux siens tout en décourageant l’ennemi. Il ne se produit aucun miracle :

  • 173 Historia de los Reyes Católicos don Fernando y doña Isabel, in : C. ROSELL (éd.), Crónicas de los r (...)

Partió la reyna de Jaen, é llegó al real, á cinco dias de noviembre, donde le fué fecho solemne recibimiento, como solia en los otros reales ; con su venida todos los del real fueron muy alegres y esforzados, porque en pos de sí llevaba muchos mantenimientos siempre, y gente, y creian que por su venida se les haria mas aina el partido con los moros. Los moros fueron mucho maravillados con su venida en invierno, y se asomaron de todas las torres y alturas de la ciudad, ellos y ellas, á ver la gente del recibimiento, y oir las músicas de tantas bastardas, clarines y trompetas italianas, é chirimias, é sacabuches, é dulzainas, é atabales, que parecia que el sonido llegaba al cielo. […] é despues de esto, passados algunos dias, desque los moros conocieron la voluntad del rey, que no habia de alzar de sobre ellos fasta cumplir su propósito, ordenaron demandar partido, y demandaron seguro, é salió el caudillo mayor de Baza Hazen el viejo, é vino al real á fablar en el partido con el rey y reyna […]173.

  • 174 Florián de OCAMPO, Crónica general de España, in : Las glorias nacionales : grande historia univers (...)

201Ni Florián de Ocampo, le chroniqueur de Charles V – dans la Crónica general de España imprimée une première fois en 1543 –, ni Ambrosio de Morales – qui poursuit la chronique du précédent dans la Continuación de la Crónica general de España –, pas plus que Jerónimo Zurita – l’auteur des Anales de la Corona de Aragón – ne font allusion à l’apparition miraculeuse de saint Pierre à Baza, suivie de la conversion au christianisme de Yahya Alnayar174.

202Le récit de la reddition de Baza, dans le Compendio de Garibay, est bref. À aucun moment, le futur chroniqueur de Philippe II n’affirme que le gouverneur musulman de la cité a embrassé la foi chrétienne. C’est d’ailleurs un autre Maure, Mohammed Ben Hacen, qui offre la ville aux Rois Catholiques, se rangeant alors aux côtés de ces derniers comme dans la chronique de Bernáldez. C’est également Mohammed Ben Hacen – et non Yahya Alnayar – qui part à la rencontre de Mohammed al Zaghal, le conjurant de se rendre après avoir livré les villes de Guadix et Almería :

  • 175 Compendio, Livre XL, chap. XLI, p. 423. Pour les Maures de Baza, il valait mieux s’allier à Isabell (...)

Desta forma se dieron a los christianos otras tierras de las Alpujarras, y Mahomad Aben Hazan, que rendiendo a Baça, se auia hecho vassallo de los reyes de Castilla, fue a Almeria, a verse con el afligido rey Muley Boabdelin, y representandole muchas causas y razones, para obedecer al tiempo y a tan grandes reyes, acabo con el, que dexando la diadema real, quedaria por vasallo de los reyes de Castilla, y les entregaria las ciudades de Almeria y Guadix […]175.

203D’ailleurs, comme dans la Chronique des Rois Catholiques, Yahya Alnayar n’est que l’un des défenseurs, parmi d’autres, de la ville :

  • 176 Ibid., Livre XL, chap. XXXIX, p. 422. Je souligne.

Para la defensa de Baça no solo metio en la ciudad muchas armas y vituallas, mas aun diez mil moros combatientes de pie y de cauallo, y con ellos muchos capitanes diestros y cursados en las guerras passadas, entre los quales eran los principales Roduan Cafarja, Hali Cahadon, Amet Alhatar, Hiaya Albayal, Alcay Malfat, cuyo caudillo principal era Mahomad Aben Hazan, y alcayde de la fortaleza Mahomad Aben Hali176.

204Juan de Mariana annonce, d’une façon laconique, la chute de la ville, sans consacrer un mot à l’apparition de saint Pierre et à la conversion miraculeuse de Yahya Alnayar :

  • 177 Historia general, Livre XXV, chap. XIII, p. 585.

La venida de la reyna (como yo pienso) fue causa que los cercados perdiesen el animo y el brio por entender se tomaba el cerco muy de proposito. Trocóse pues de repente el gobernador de la ciudad llamado Hacen el viejo, que tenia tambien cuidado de la guerra. Por una platica que con él tuvo Gutierre de Cardenas comendador mayor de Leon, dado que se pudiera entretener mucho tiempo, se inclinó á concertarse : comunicó el negocio con su rey que estaba en Guadix177.

  • 178 Diego HURTADO DE MENDOZA, Manuel GÓMEZ MORENO (éd.), De la guerra de Granada, Madrid : Real Academi (...)

205Diego Hurtado de Mendoza, né à Grenade en 1503 ou en 1504 et mort à Madrid en 1575, a écrit une chronique consacrée au conflit militaire dont il a été le témoin, opposant les Morisques révoltés à l’armée de Philippe II, intitulée Guerra de Granada178. Dans celle-ci, imprimée en 1627, l’auteur revient rapidement sur l’histoire de l’émirat de Grenade, sans dire un mot sur la bataille de Baza.

  • 179 L. del MÁRMOL CARVAJAL, Primera parte de la descripcion general de Affrica : con todos los successo (...)
  • 180 L. del MÁRMOL CARVAJAL, J. CASTILLO FERNÁNDEZ (éd.), Historia del rebelión y castigo de los morisco (...)

206En 1573, sont imprimées à Grenade conjointement la première et la deuxième partie de Descripción de África, toutes deux écrites par Luis del Mármol Carvajal179. Les deux tomes sont consacrés à l’ensemble des affrontements ayant opposé les chrétiens aux musulmans, depuis la naissance de l’islam jusqu’à 1571, année au cours de laquelle a eu lieu la bataille de Lépante. Leur succès est immédiat ; l’ouvrage, dans son ensemble, jouit d’une excellente réputation en Espagne et hors de ses frontières180. Luis del Mármol Carvajal y évoque rapidement l’issue de la bataille de Baza. Comme les autres historiens, il ne fait aucune allusion à saint Pierre :

  • 181 Libro tercero y segundo volumen de la primera parte de la descripcion general de Affrica : con todo (...)

[…] el alcayde que estaua dentro, trato de partido, y rindio la ciudad, y sus fortalezas con ciertas condiciones que le fueron guardadas, y los christianos la ocuparon a quatro de diziembre del dicho año181.

207Un passage extrait d’Origen fournit une piste qui semble conduire jusqu’à la source faisant état de la présence du saint sur le champ de bataille. En effet, l’auteur de l’ouvrage généalogique révèle, au folio 25v, que Pere Antoni Beuter se serait davantage étendu que Fernando de Pulgar – dans la Chronique, est-il écrit – sur l’apparition miraculeuse de saint Pierre à Baza : « […] Anton Beuter se alargo mas en este caso milagroso ».

  • 182 Pere Antoni BEUTER, Primera part de la Història de València (València 1538). Segunda parte de la Co (...)

208Pere Antoni Beuter était un historien valencien né dans les années 1490-1495, issu d’une famille de marchands slaves ou allemands182. Il a écrit une histoire consacrée à la ville de Valence en deux parties imprimées respectivement en 1538 puis en 1551. En 1604, la deuxième partie est à nouveau imprimée, en castillan cette fois. Pere Antoni Beuter promet de compléter son œuvre par un troisième tome. Celui-ci, cependant, demeure introuvable de nos jours, soit parce qu’il a été égaré, soit parce que, surpris par la mort le 5 décembre 1554, Pere Antoni Beuter n’a pu mener la rédaction de l’ouvrage à son terme.

  • 183 Ibid., p. 295.

209Beuter mentionne bien saint Pierre… mais pour affirmer que celui-ci est intervenu afin de sauver un enfant mort-né, à Valence183. Nulle part, dans les deux parties conservées, il n’est question du siège de Baza ni même de la guerre contre l’émirat de Grenade menée par les Rois Catholiques : soit Pere Antoni Beuter a traité du baptême de Pedro I de Granada, conséquence de l’apparition de saint Pierre, dans la troisième partie qui nous est inconnue, soit l’allusion de l’auteur de l’ouvrage généalogique à l’œuvre du Valencien est erronée.

  • 184 « […] muchos de los soldados entraron y saquearon grandes riquezas, cautivando algunas cabezas, ent (...)

210Saint Pierre demeure absent. Toutefois, on retrouve une trace de la conversion du gouverneur de Baza – certes, sans l’intervention du saint – non pas dans une œuvre historiographique mais dans un roman. Au chapitre VIII de la première partie du Guzmán de Alfarache, Mateo Alemán insère un court récit consacré à l’histoire de deux amants maures, Ozmín et Daraja. Cette dernière est la fille unique du gouverneur de Baza, à qui Mateo Alemán ne donne pas de nom184. Au moment du siège de la ville par les Rois Catholiques, les troupes chrétiennes pénètrent à l’intérieur et ravissent Daraja. La beauté de la jeune femme impressionne les assaillants. Elle est conduite jusqu’à Ferdinand puis Isabelle, laquelle la traite avec tous les égards qu’elle mérite : même si l’identité de son père n’est pas connue dans le roman, il est notoire que Daraja descend d’émirs :

  • 185 Guzmán de Alfarache, op. cit., p. 196-197.

El rey la estimó en mucho, pareciéndole de gran precio. Luego la envió a la reina su mujer, que no la tuvo en menos y, recibiéndola alegremente, así por su merecimiento como por ser principal decendiente de reyes, hija de un caballero tan honrado, como por ver si pudiera ser parte que le entregara la ciudad sin más daños ni peleas, procuró hacerle todo buen tratamiento, regalándola de la manera, y con ventajas, que a otras de las más llegadas a su persona185.

  • 186 « Y aunque los reyes vinieron después a juntarse en Baza, rendida la ciudad con ciertas condiciones (...)

211La reine fait en sorte que Daraja l’accompagne jusqu’à Séville, avec l’accord de son père qui vient de perdre la bataille de Baza et de se rendre, obtenant des conditions avantageuses de la part des vainqueurs ; les contacts entre le gouverneur et les Rois Catholiques ne sont jamais rompus186.

  • 187 L’enlèvement de Daraja a plongé Ozmín dans un profond désarroi. Refusant de la perdre à jamais, le (...)

212Isabelle doit assister au siège final de Grenade, aux côtés de son époux. La reine est contrainte de laisser la belle Maure entre les mains de Luis de Padilla. Désormais sans ses protecteurs, Daraja éprouve l’absence des siens, en particulier celle d’Ozmín à qui elle était promise et dont elle est sans nouvelles depuis l’enlèvement dont elle a été la victime ; elle parvient à le retrouver après de nombreuses péripéties187.

213Enfin réunis, Ozmín et Daraja accompagnent Ferdinand et Isabelle. Celle-ci annonce à Daraja que, après leur défaite à Baza, ses parents se sont convertis au christianisme. À aucun moment, Isabelle ne fait état d’une conversion miraculeuse. La reine demande alors aux deux jeunes gens s’ils veulent recevoir le baptême, tout en ne les y obligeant pas :

  • 188 Ibid., p. 242.

La reina se adelantó, diciéndoles cómo sus padres eran cristianos, aunque ya Daraja lo sabía. Pidióles que, si ellos lo querían ser, les haría mucha merced ; mas que el amor ni temor los obligase, sino solamente el de Dios y de salvarse, porque de cualquier manera, desde aquel punto se les daba libertad para que de sus personas y hacienda dispusiesen a su voluntad188.

  • 189 Ibid. p. 242.

214Daraja et Ozmín font part aux Rois Catholiques de leur intention d’abandonner la religion musulmane et d’embrasser la foi chrétienne. Ils sont baptisés, ayant comme parrain et marraine Ferdinand et Isabelle, à l’instar de Yahya Alnayar dans l’Histoire des émirs de Grenade : « Así fueron baptizados, llamándolos a él Fernando y a ella Isabel, según sus altezas, que fueron los padrinos de pila […] »189.

  • 190 Ibid., p. 242. Je souligne.

215Les derniers mots de l’épisode inséré dans le roman, consacrés à la descendance des deux jeunes gens, présentent une certaine similitude avec ceux de tous les manuscrits du Tractado, à l’exception de G : « […] y luego a pocos días de sus bodas, haciéndoles cumplidas mercedes en aquella ciudad, adonde habitaron y tuvieron ilustre generación »190,

  • 191 Je souligne.

[…] despues, se llamo don Pedro de Granada, el cual caso con una señora de los Venegas, señores de Luque ; y a don Alonso, su hijo, casaron los señores reyes con doña Juana de Mendoza, dama de Vuestra Alteza e hija de don Francisco Hurtado de Mendoza su mayordomo. De los unos y de los otros hay ilustre generacion en estos reinos, B, fol. 62r191.

  • 192 Francisco BERMÚDEZ DE PEDRAZA, Antigvedad y excelencias de Granada. Por el licenciado Francisco Ber (...)

216La conversion au christianisme de Yahya Alnayar apparaît, enfin, dans un ouvrage historiographique datant du début du XVIIe siècle. En 1608, un livre de Francisco Bermúdez de Pedraza achevé depuis 1602, intitulé Antigvedad y excelencias de Granada et traitant de l’histoire locale de la ville de Grenade ainsi que de sa géographie, est imprimé192.

217Francisco Bermúdez de Pedraza consacre plusieurs lignes à la conversion de Yahya Alnayar. L’auteur ne mentionne pas saint Pierre – comme aucun des historiens ayant écrit les chroniques précédemment examinées –, tout en étant beaucoup plus précis que Mateo Alemán : le gouverneur de Baza se nomme bien Yahya Alnayar et non Mohammed Ben Hacen ; Yahya décide de recevoir le baptême, après avoir miraculeusement vu une croix dans le ciel. Cependant, Francisco Bermúdez de Pedraza ne situe pas la conversion miraculeuse du fils de Selim au moment du siège de Baza mais en 1486 :

  • 193 Antigvedad y excelencias de Granada, fol. 71r.

Este infante (Selim) tuuo por hijo sucessor en su casa a Cidiyaya cauallero valeroso, como el nombre significa, el qual de auer visto milagrosamente vna cruz en el ayre, concibio en el coraçon vn ardientissimo desseo de ser christiano, y assi ofrecida la ocasion, recibio la fe catolica, seis años antes que se ganara Granada, siruiendo a los Catolicos Reyes, en la conquista deste reyno, con su persona y vasallos, desde el año de mil y quatro zientos y ochenta y seis, hasta el de nouenta y dos en que se dio fin a la guerra193.

218Ce n’est qu’après que Yahya contribue aux chutes de Baza et Almería. En définitive, Francisco Bermúdez de Pedraza fait de Yahya Alnayar un chrétien caché, musulman en apparence, qui, trois ans avant le siège de Baza, était déjà au service des Rois Catholiques. L’auteur détaille également les privilèges accordés par ceux-ci à leur allié :

  • 194 Ibid., fol. 71r.

Por esto y por el entrego que hizo, de las ciudades de Baça y Almeria, se hallaron los reyes tan obligados de su fidelidad y seruicios, que le hizieron merced del habito de Santiago, la vara de alguazil mayor de Granada, y del consejo de guerra, y prometieron la taha de Marchena, que auia sido de su padre, y la permutaron por juros de por vida, y dos priuilegios : vno de no pagar alcauala, y otro de dar siete cedulas de armas194.

219En dépit des différences relevées, Francisco Bermúdez de Pedraza – parmi les seize chroniqueurs ou romanciers auxquels il vient d’être fait allusion – est le premier à évoquer la conversion miraculeuse de Yahya Alnayar. Même si le récit de l’événement n’est pas identique à celui du Tractado, Francisco Bermúdez de Pedraza semble avoir consulté l’œuvre apocryphe attribuée à Pulgar. En effet, quelques lignes auparavant, Francisco Bermúdez de Pedraza consacre un passage aux sources qu’il a utilisées. Dans ce cadre, il affirme avoir eu recours à plusieurs chroniques :

  • 195 Ibid. fol. 70r-70v. Je souligne.

Esta genealogia y sucession de los reyes moros de Granada, fue sacada de las historias general de España del rey don Fernando el santo, del rey don Alonso el onzeno, del arçobispo de Toledo don Rodrigo, y de Hernando del Pulgar, de los Anales de Aragon, y de otros libros manuscritos, y escrituras autenticas […]195.

220Or, comme il n’est question de la conversion miraculeuse de Yahya Alnayar ni dans la Chronique des Rois Catholiques, ni dans les œuvres précisément citées dans l’extrait, l’ouvrage de Fernando de Pulgar auquel il est fait allusion ne peut être que l’Histoire des émirs de Grenade apocryphe. D’ailleurs, à propos du fils de Yahya, Ali Omar/Alonso I de Granada, Francisco Bermúdez de Pedraza écrit :

  • 196 Ibid., fol. 71v. Je souligne.

(Alonso de Granada) ganó la vitoria de Adra el año de mil y quatrozientos y nouenta y dos, y la de la torre Romani en la vega de Granada, como refiere Pulgar donde tomó siete vanderas que siruen de trofeos en su capilla, para memoria perpetua de su valor196.

221La nouvelle allusion à Pulgar est, en partie, exacte car elle renvoie le lecteur, non à la Chronique des Rois Catholiques, mais au Tractado voire aux Claros varones du manuscrit B écrits par l’auteur qui se fait passer pour Fernando de Pulgar :

[…] don Alonso, /fol. 61r/ su hijo, por la parte de la mar, y pintando los navios y puniendoles banderas de manera que pareciesen de Africa, los moros que estaban en Adra, creyendo que la armada de don Alonso era socorro que les venia de Africa, salieron a recibirlos ; y don Pedro baxo de la parte de la tierra y don Alonso, su hijo, de parte de la mar ; les dieron la batalla en que mataron mas de dos mil y quinientos moros y les ganaron el estandarte. Con esta vitoria, desmayaron mucho los rebeldes, B, fol. 60v-61r.

[…] fue de los mas aventaxados capitanes de su tiempo. Gano la vitoria de Adra y una bandera a los moros ; gano la batalla de la vega y siete banderas a los moros, B, fol. 101r.

222Francisco Bermúdez de Pedraza a compulsé une version du Tractado accompagnée peut-être de celle des Claros varones contenant le portrait ajouté du Morisque. Cela signifie qu’une mouture de l’Histoire des émirs de Grenade et des Claros varones apocryphes circulaient avant 1602, date d’achèvement du livre de Bermúdez de Pedraza. L’œuvre sur laquelle porte l’enquête a donc été écrite à partir des années 1575-1579 ; elle était terminée en 1602.

  • 197 G. CIROT, Études sur l’historiographie espagnole : Mariana historien, op. cit., p. 303.
  • 198 Ibid., p. 303-317.

223Il est possible d’affirmer avec certitude que le manuscrit G est postérieur à la Historia general de Juan de Mariana, qui est amplement exploitée voire explicitement mentionnée aussi bien dans la marge de ce témoignage que dans celle de B. Le jésuite a répertorié soigneusement les ouvrages auxquels il a eu recours, comme dans les exemplaires de sa chronique imprimés en 1601 et 1608197. Les sources de Mariana sont donc connues : il a consulté les chroniques écrites par Rodrigo Jiménez de Rada, Alphonse X, Diego de Valera, Lucio Marineo Sículo, Esteban de Garibay et Ambrosio de Morales, entre autres ; il a lu, notamment, les Claros varones, les chroniques royales castillanes et les histoires écrites par Diego Enríquez del Castillo, Alfonso de Palencia, Ramon Muntaner, Pere Tomich, Jerónimo Zurita, Jerónimo de Blancas, Pedro Mártir de Anglería, Luis del Mármol Carvajal198. Or, nulle part il n’est question d’une histoire des émirs de Grenade écrite par Fernando de Pulgar, qui aurait servi de source à la Historia general.

224L’autre certitude est que Esteban de Garibay n’a pas pu avoir entre les mains d’exemplaire de l’Histoire des émirs de Grenade puisque celle-ci est postérieure au Compendio. D’ailleurs, à aucun moment Esteban de Garibay n’évoque le rôle fondamental, dans la chute de l’émirat, que l’auteur de l’ouvrage apocryphe veut faire jouer au fils et au petit-fils de Selim Alnayar. Les deux hommes n’apparaissent même pas dans les pages du Compendio. Les deux seuls Maures – convertis ensuite au christianisme – qui retiennent l’attention de Garibay, sont les fils de Mouley Hacen et non les Alnayar :

  • 199 Compendio, Livre XL, chap. XLIII, p. 427.

[…] y algunos recibieron la agua del Santo Bautismo, especialmente los infantes Cad y Nacre, que se llamaron don Fernando y don Iuan, con su madre Zoroyra, que se nombro doña Isabel, segun se noto en el principio de la historia del rey Muley Albohacen, padre de los infantes199.

225Esteban de Garibay dit donc vrai, lorsqu’il déclare avoir vainement cherché à se procurer un Tratado de algunos reyes moros de Granada écrit par Fernando de Pulgar. Sa déclaration est également importante : Fernando de Pulgar a peut-être écrit une chronique consacrée à l’histoire de l’émirat de Grenade mais ce n’est pas celle sur laquelle porte l’enquête.

226L’Histoire des émirs de Grenade n’est donc pas la première chronique écrite après la fin de la Reconquête examinant l’histoire de l’émirat. Elle est élaborée dans un contexte historique et culturel particulier : un peu après la guerre contre les Morisques du royaume de Grenade suivie de leur dispersion et quelques années avant l’expulsion définitive des Morisques d’Espagne, son auteur s’intéresse à l’histoire des Maures et à celle de l’émirat ; elle prouve également que les alliances entre chrétiens et musulmans – voire les liens d’amitié entre eux – ont existé au Moyen Âge. Pour arriver à ses fins, l’historien qui se fait passer pour Fernando de Pulgar sans vraiment chercher à lui ressembler, utilise le Compendio de Garibay en lui apportant de profondes modifications.

Notes

1 Sur les considérations autour de l’âge de Fernando de Pulgar, voir C4, p. VIII. Dans « Fernando de Pulgar vida y obra », art. cit., p. 110, J. FRADEJAS LEBRERO est un peu plus précis puisqu’il estime que Pulgar est né vers 1425.

2 Francisco CANTERA, « Fernando de Pulgar y los conversos », Sefarad : revista de la escuela de Estudios Hebraicos, 4 (2), 1944, p. 295-348.

3 Claros varones, p. 73.

4 « … me dispuse a escrevir de algunos claros varones, perlados e cavalleros, naturales de los vuestros reinos, que yo conoscí e comuniqué… », ibid, p. 73. Je souligne.

5 « Verdad es que el noble cavallero Fernand Pérez de Guzmán escrivió en metro algunos claros varones naturales dellos que fueron en España », ibid., p. 72.

6 Alfonso de PALENCIA, R. B. TATE, Jeremy LAWRANCE (éd.), Gesta Hispaniensia ex Annalibus Suorum Dierum Collecta, 2 t., Madrid : Real Academia de la Historia, 1998-1999, 1, p. XXXV.

7 Les lettres de Pulgar (dorénavant Letras) ont été publiées par Paola ELIA et Jesús DOMÍNGUEZ BORDONA, respectivement dans Letras, Pise : Giardini, 1982 et Letras. – Glosa a las coplas de Mingo Revulgo, Madrid : Espasa Calpe, 1958. Les passages cités sont issus de cette dernière édition.

8 Fernán Pérez de Guzmán, pour sa part, en possédait vingt-neuf. Voir J. FRADEJAS LEBRERO, « Fernando de Pulgar vida y obra », art. cit., p. 111.

9 Ibid., p. 112.

10 Sur le travail de Fernando de Pulgar effectué pour Henri IV, voir Elisa RUIZ GARCÍA, « El poder de la escritura y la escritura del poder », in : José Manuel NIETO SORIA (coord.), Orígenes de la monarquía hispánica : propaganda y legitimación (ca. 1400-1520), Madrid : Dykinson, 1999, p. 275-313, p. 281. Les voyages de Pulgar en France ont laissé des souvenirs que l’auteur rappelle aussi bien dans les Claros varones, lorsqu’il évoque un livre rédigé en français dans lequel son auteur a écrit les portraits des principaux nobles de son temps (« Eso mismo vi en Francia el compendio que fizo un maestre Jorge de la Vernada, secretario del rey Carlos, en que copiló los fechos notables de algunos cavalleros e perlados de aquel reino que fueron en su tiempo », Claros varones, p. 72), que dans la lettre (XXIII) qu’il adresse à sa fille (« Un religioso carmelita de santa vida, cuya mocedad auía seido enbuelta en las cosas del mundo, me dixo en París que si no pecara, no aborreciera tanto los pecados ni amara tanto las virtudes… », Letras, p. 97.

11 Lorsque, dans la Crónica, Pulgar évoque sa mission, il tait son nom : « Otrosí, enviaron luego vn su secretario al rrey don Luys de Françia, a le notificar cómo el rrey don Enrrique su hermano era pasado desta presente vida », C4, p. 68.

12 J. FRADEJAS LEBRERO, « Fernando de Pulgar vida y obra », art. cit., p. 113.

13 Letras, p. 133.

14 J. FRADEJAS LEBRERO, « Fernando de Pulgar vida y obra », art. cit., p. 123.

15 Letras, p. 53-54.

16 Sur les conditions de la capture de l’émir, lire M. Á LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico, op. cit., p. 251.

17 C4, p. XXVII.

18 C4, p. XXVI-XXVII. Voir aussi Diccionario filológico de literatura medieval española, op. cit., p. 522-523. Les Coplas de Mingo Revulgo ont été éditées par J. DOMÍNGUEZ BORDONA, en compagnie des Letras. Voir aussi Vivana BRODEY, (éd.), Las Coplas de Mingo Revulgo, Madison : Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1986.

19 C4, p. XXIX.

20 Ibid., p. XXIX.

21 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 56, note 60.

22 Aucun témoignage manuscrit de l’œuvre n’est conservé. Voir F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos : el umbral del Renacimiento, op. cit., 1, p. 145-148 et G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 57, note 62.

23 Pour une étude plus complète, consulter Andrés BERNÁLDEZ, Manuel GÓMEZ-MORENO, J. de M. CARRIAZO (éds.), Memorias del reinado de los reyes católicos, Madrid : Real Academia de la Historia-Patronato Marcelino Menéndez Pelayo del Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1962, p. v-lxvi. Lire aussi F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos : el umbral del Renacimiento, op. cit., 1, p. 116-140.

24 Memorias del reinado de los reyes católicos, op. cit., p. 3.

25 Sur les fonctions politiques que Galíndez de Carvajal a exercées, de 1503 à 1525, voir F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos : el umbral del Renacimiento, op. cit., 1, p. 150, note 282.

26 Lorenzo GALÍNDEZ DE CARVAJAL, Anales breves, in : Cayetano ROSELL (éd.), Crónicas de los reyes de Castilla, desde don Alfonso el Sabio hasta los Católicos Don Fernando y Doña Isabel, 3 t., Madrid : Atlas (BAE), 1953, 3, p. 533-565, p. 537b. Sur les Anales breves, voir F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos : el umbral del Renacimiento, op. cit., 1, p. 150-152.

27 Anales breves, op. cit., p. 536b-537a.

28 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 59-61.

29 Anales breves, op. cit., p. 536a-536b.

30 Dans le livre XX de Opus de rebus Hispaniae memorabilibus, Lucio Marineo Sículo écrit : « Scripsit et Hispano sermone Ferdinandus Pulgarius, homo nimirum in suo genere scribendi satis eloquens, cuius magnum volumen in latinum sermonem vertit Antonius Nebrissensis », apud G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 61.

31 Dans une lettre datée du 5 décembre 1578, adressée à Antonio Zurita, l’évêque de Tarragone, Antonio Agustín s’emporte contre le style de Pulgar, lequel ne peut être tenu comme auteur éloquent : « De las (oraciones) de Hernando del Pulgar no me acuerdo : oféndeme tanto el acabar las cláusulas con el verbo a la postre y otras cosas dél, que, aunque se levanta más que otros, lo tengo por escritor bárbaro, como a Garibay y a fray Gauberto », ibid., p. 64.

32 Transcription de la page de couverture de C1. Au folio 2v, apparaît un commentaire du petit-fils de Nebrija : « Entre los libros y obras del maestro Antonio de Nebrixa mi abuelo, quedó la chronica de los catholicos rey y reyna don Fernando y doña Ysabel bisabuelos de Vuestra Magestad. […] Supplico a Vuestra Magestad, que el seruicio que en esto mi abuelo hizo, y yo agora hago lo mande fauorecer, y tomar debaxo de su amparo. No procede esta chronica mas de hasta la toma de Granada : porque preuenido el maestro mi abuelo de la muerte, no pudo escriuir el descubrimiento de Indias ni la recuperacion del reyno de Napoles, ni otras cosas que despues sucedieron en tiempo destos muy altos y poderosos reyes. Antonio de Nebrixa », C4, p. LXXIII.

33 C2, fol. 2r. Sur Pedro Vallés, lire José de JAIME GÓMEZ, José María de JAIME LORÉN, « Pedro Vallés, paremiólogo aragonés del siglo XVI », Paremia, 6, 1997, p. 349-354.

34 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 64.

35 Ginés PÉREZ DE HITA, Paula BLANCHARD-DEMOUGE, (éd.), Historia de los bandos de Zegríes y Abencerrajes (Primera parte de las Guerras civiles de Granada), Madrid : Bailly-Baillière, 1913, p. XXVIII-LI.

Pour une vision d’ensemble de l’œuvre, tenant compte des études plus récentes qui lui ont été consacrées, lire le travail d’Alfonso D’AGOSTINO dans Pablo JAURALDE POU (dir.), Delia GAVELA, Pedro C. ROJO ALIQUE (coord.), Diccionario filológico de literatura española siglo XVI, Madrid : Nueva Biblioteca de Erudición y Crítica-Editorial Castalia, 2009, p. 786-798.

36 G. CIROT, « À propos de la nouvelle de l’Abencerrage », Bulletin Hispanique, 31 (2), 1929, p. 131-138. Mateo ALEMÁN, Francisco RICO (éd.), Guzmán de Alfarache, Barcelone : Planeta, 1983, p. 194-197.

37 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 65-66.

38 Ibid., p. 68-70.

39 Ibid., p. 72-73.

40 Ibid., p. 73.

41 Il s’agit de C3.

42 C3, p. 225-227.

43 Je remercie le personnel de la Bibliothèque Universitaire de Clermont-Ferrand d’avoir bien voulu mettre à ma disposition le numéro douze de la revue. Le titre exact de ce numéro est le suivant : Semanario erudito, que comprehende varias obras ineditas, criticas, morales, instructivas, politicas, historicas, satiricas, y jocosas, de nuestros mejores autores antiguos, y modernos. Dalas a luz Don Antonio Valladares de Sotomayor. Tomo duodecimo. Le numéro comporte les précisions suivantes : Madrid MDCCLXXXVIII. Por Don Blas Roman, Se hallará en las Librerías de Maféo, Carrera de San Gerónimo, en la de Bartolomé Lopez, Plazuela de Santo Domingo, y en la de la Viuda de Sanchez, Calle de Toledo, y en los puestos del Diario. Con privilegio real. Le numéro contient également d’autres documents : Señores subscritores de dentro y fuera de la Corte, a los tomos X.°, XI.°, y XII.° de la obra periodica, intitulada Semanario erudito (pages I-XVI), Informe reservado que hizo a S. M. en virtud de real orden, D. Miguel Antonio de la Gandara, sobre un manifiesto del obispo de Avila, relativo a varios puntos del concordato (pages 3-56), Conquista del reyno de Portugal por el mejor derecho que tenia a su corona, entre otros pretendientes, por muerte del rey don Sebastian, el señor Felipe II.° siendo generalisimo de sus armas el duque de Alva (pages 145-190), Dictamen del maestro Fr. Agustin Rubio, prior del convento de la pasion en Madrid, Respondiendo á la consulta que se le hace sobre deudas antiguas de la Real Hacienda (pages 191-221), Dictamen del marques de la mina Sobre la reforma del exército de España en la retirada de Italia (pages 222-244), Carta del cardenal Sandoval, arzobispo de Toledo, a la magestad de Felipe Quarto, sobre la contribucion del estado Eclesiástico, negándose á venir á la Corte donde estaba llamado (pages 245-259), Representacion hecha al Sr. D. Fernando el VI. por su ministro el marques de la ensenada, Proponiendo medios para el adelantamiento de la Monarquía, y buen gobierno de ella (pages 260-282), Indice de los papeles que contienen los tomos X.°, XI.° y XII.° de esta obra (pages 283-286), Señores que han subscrito a esta obra despues de impresa la primera lista (page 287). Il y a des réclames au bas de chacune des pages du numéro de la revue. Au sein de ce numéro, force est de constater que les sujets abordés sont divers.

44 Dans le premier numéro du Semanario erudito, Antonio Valladares de Sotomayor a demandé à ses lecteurs qui possédaient des manuscrits dignes d’être publiés de les lui apporter. C’est certainement dans ces conditions qu’il a eu entre ses mains l’un des manuscrits de cette branche : « Si hubiese algun particular, que procurando coadyuvar nuestro zelo, deseoso del bien de la Nacion, quisiere, que salgan á luz algunos M. SS. utiles que tenga, procurará ponerlos en alguno de los puestos donde se ha de vender este Semanario : quedando á nuestro cuidado su pronta publicacion, y el de dar los exemplares correspondientes á los que exerciten este rasgo de generosidad », Semanario Erudito, 1, s.p. Antonio Valladares de Sotomayor romancier, auteur dramatique et journaliste du XVIIIe siècle, a pris l’initiative de publier le Semanario Erudito dès 1787. Originaire de Galice, Valladares de Sotomayor s’est établi à Madrid en 1760, alors qu’il était âgé de vingt-trois ans. Il écrivit de nombreux romans ou bien des pièces de théâtre, à la qualité parfois contestée. Au cours des quatre années durant lesquelles il s’est occupé du Semanario Erudito (de 1787 jusqu’à 1791), Antonio Valladares de Sotomayor a publié trente-quatre numéros de la revue, lesquels lui ont permis de divulguer des œuvres inédites – historiques ou bien littéraires – et, plus personnellement, d’acquérir un certain prestige. La revue disparut pourtant, emportée par la « panique » – pour reprendre un terme admis relativement à cette période – qui s’était emparée de José Moñino y Redondo, comte de Floridablanca, lequel, craignant que les idées révolutionnaires françaises ne mettent en péril la monarchie espagnole, fit interdire les journaux, épargnant la presse gouvernementale mais pas le Semanario erudito. Une fois le contexte politique espagnol plus apaisé, Antonio Valladares de Sotomayor essaya de faire renaître la revue qu’il avait créée mais ses efforts furent vains. Lire l’article de Jerónimo HERRERA NAVARRO, riche en détails et en données relatives à la vie d’Antonio Valladares de Sotomayor : « Don Antonio de Valladares de Sotomayor : nuevos datos biográficos », Cuadernos para investigación de la literatura hispánica, 30, 2005, p. 429-450. Jean-Pierre AMALRIC revient parfaitement sur le contexte historique, dans « Les élites : genèse, apogée et crise des Lumières », in : Bartolomé BENNASSAR (coord.), Histoire des Espagnols, VIe-XXe siècle, Paris : Robert Laffont, 1992, p. 589-624 : « Mais (le comte Floridablanca) est traumatisé par la rafale désordonnée qui franchit les Pyrénées. La “panique” qui s’empare de lui, selon l’expression de Richard Herr, lui inspire une tentative désespérée pour verrouiller le pays à l’abri de la contagion révolutionnaire. […] Et surtout le ministre passe une “nouvelle alliance” avec le Saint-Office […]. La presse en fait particulièrement les frais : les nouvelles de France font l’objet d’un systématique black-out, au point qu’on a pu dire que la Bastille n’a jamais été prise pour les lecteurs de la Gaceta de Madrid ! Du reste, un édit du 24 février 1791 interdit la publication de tous les périodiques, hormis les journaux gouvernementaux : l’essor de la presse s’en trouve brisé pour de longues années », p. 620. Sur l’histoire du Semanario Erudito, consulter les pages 13-24 de la thèse inédite de Ibrahim Soheim EL SAYED, Don Antonio Valladares de Sotomayor, autor dramático del siglo XVIII. La thèse a été dirigée par Emilio PALACIOS FERNÁNDEZ et soutenue à l’Université Complutense de Madrid, le 24 février 1992.

45 J. HERRERA NAVARRO, « Don Antonio Valladares de Sotomayor : datos biográficos y obra dramática », in : Homenaje a Pedro Sainz Rodríguez, 4 t., Madrid : Fundación Universitaria Española, 1986, 2, p. 349-365.

46 Semanario Erudito, 1, 1787, s. p.

47 « L’Espagnol a de l’aptitude pour les sciences, il a beaucoup de livres, et cependant, c’est peut-être la nation la plus ignorante de l’Europe. Que peut-on espérer d’un peuple qui attend d’un moine la liberté de lire et de penser ? […] Aujourd’hui le Danemark, la Suède, la Russie, la Pologne même, l’Allemagne, l’Italie, l’Angleterre et la France, tous brûlent d’une généreuse émulation pour le progrès des sciences et des arts ! Chacun médite des conquêtes qu’il doit partager avec les autres nations ; chacun d’eux, jusqu’ici, a fait quelque découverte utile, qui a tourné au profit de l’humanité ! Mais que doit-on à l’Espagne ? Et depuis deux siècles, depuis quatre, depuis dix, qu’a-t-elle fait pour l’Europe ? », Encyclopédie méthodique. Géographie moderne. Tome premier. A Paris, chez Panckoucke, Libraire, hôtel de Thou, rue des Poitevins ; A Liège, Chez Plomteux, Imprimeur des Etats. M.DCC.LXXXII. Avec Approbation et Privilège du Roi, p. 565.

48 Lire les pages consacrées à ce sujet par Julio CARO BAROJA, El mito del carácter nacional. Meditaciones a contrapelo, Madrid : Semanarios y ediciones, 1970, p. 94-99 et les notes correspondantes.

49 M. S. CARRASCO URGOITI, El moro de Granada en la literatura : del siglo XV al XIX (edición facsímil y estudio preliminar de Juan Martínez Ruiz), op. cit., p. 147-221.

50 Washington IRVING, André BELAMICH (trad.), Contes de l’Alhambra. Esquisses et légendes inspirées par les Maures et les Espagnols, Paris : Libretto, 2011.

51 J. HERRERA NAVARRO, « Don Antonio Valladares de Sotomayor : datos biográficos y obra dramática », art. cit., p. 362-363.

52 L’hypothèse de F. GÓMEZ REDONDO est cohérente : « Aunque Pulgar no pasara de 1490 en la Crónica de los reyes Católicos, su vida tuvo que alargarse hasta la conquista del reino de Granada como lo demuestra este Tractado que compone, por orden de la reina, con el fin de averiguar el origen de esta monarquía y los diversos linajes a ella vinculados. No ha sobrevivido ningún testimonio coetáneo a su autor y las copias más antiguas, en número de seis, pertenecen al siglo XVII ; no es fácil saber si el cronista se apartó del registro de datos que estaba llevando a cabo y fue, mientras tanto, ocupado por Isabel en esta labor, o bien, enfermo, dejara la crónica para una vez recuperado seguir sirviendo a la corte con la formación de esta pieza historiográfica y, a la vez, genealógica, merecedora por ello de ser considerada un producto de la cronística general, el primero en reflejar la historia del reino de Granada, relatada desde la perspectiva del bando cristiano », Historia de la prosa de los Reyes Católicos : el umbral del Renacimiento, op. cit., 1, p. 276-277.

53 Voir l’édition de C. ROSELL, Anónima continuación, in : Crónicas de los reyes de Castilla, op. cit., 3, p. 513-531.

54 Sur l’œuvre de Baeza, voir F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos : el umbral del Renacimiento, op. cit., 1, p. 283-288.

55 Hernando de BAEZA, Las cosas que pasaron entre los Reyes de granada desde el tiempo de el rrey don Juan de castilla segundo de este nombre hasta que los catholicos Reyes ganaron el rreyno de granada scripto y copilado por hernando de baeça, el qual se hallo presente a mucha parte delo que cuenta ylo demas supo delos moros de aquel Reyno y de sus coronicas, Escurial : Bibliothèque, ms. Y-iii-6, fol. 465r-478v. Id., Las cosas que pasaron entre los Reyes de Granada desde el tiempo del Rey Don Juan de Castilla, segundo de este nombre hasta que los Catolicos Reyes ganaron el Reyno de Granada : escrito, y copilado por Hernando de Baeza, el qual se halló presente à mucha parte de lo que cuenta y lo demas que supo de los Moros de aquel Reyno y de sus cronicas, Madrid : Bibliothèque Nationale d’Espagne, ms. 11267/21. Il existe une édition critique du texte, utilisée ici : Rafael LAFUENTE Y ALCÁNTARA (éd.), Relaciones de algunos sucesos de los últimos tiempos del reino de Granada que publica la Sociedad de Bibliófilos Españoles, Madrid : Sociedad de Bibliófilos Españoles, 1867, p. 1-44. Le passage cité se situe à la page 44. Lire J. de M. CARRIAZO, « Una continuación inédita de la Relación de Hernando de Baeza », in : En la frontera de Granada (avec une introduction de Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ), Grenade : Universidad de Granada, 2002, p. 527-536.

56 Relaciones de algunos sucesos de los últimos tiempos del reino de Granada que publica la Sociedad de Bibliófilos Españoles, op. cit., p. 15-16. Je souligne.

57 Sur la mort de Charles, lire Henry KAMEN, Felipe de España, Madrid : Siglo XXI de España Editores, 1998, p. 127.

58 Sur Ambrosio de Morales, voir José ANDRÉS GALLEGO (coord.), José María BLÁZQUEZ, Emilio MITRE, Fernando SÁNCHEZ MARCOS, José Manuel CUENCA TORIBIO, Historia de la historiografia española. Nueva edición revisada y aumentada, Madrid : Encuentro ediciones, 2003, p. 81-82.

59 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 500-503.

60 Letras, lettre XX, p. 84.

61 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 528-529.

62 C4, I, p. 9. C2, fol. 2v. Je souligne.

63 C4, I, p. 16. C2, fol. 4v. Je souligne.

64 C4, I, p. 36 et 48. C2, fol. 9r et 11v.

65 Je souligne.

66 Je souligne.

67 J. de M. CARRIAZO, « Las arengas de Pulgar », Anales de la Universidad Hispalense. Facultad de Filosofía y Letras, 15, 1954, p. 43-74.

68 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 561.

69 Letras, p. 142.

70 Apud G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 494.

71 Letras, p. 142.

72 Ibid., p. 142.

73 Ibid., p. 142-143.

74 C4, II, p. 82. C2, fol. CXVIr.

75 La version de B est légèrement différente : «  […] que no podia estar triste en su poder y que de lo que le pesaba era de ver que hazia siendo su prisionero lo que habia mucho tiempo que deseaba haçer siendo libre que era recibir la corona de Granada de su mano como /fol. 55v/ Ismael su aguelo lo habia hecho de mano del rey don Juan su suegro y padre de la señora reina doña Isabel su mujer […] », B, fol. 55r-55v.

76 Je souligne les passages qui suivent.

77 « […] el cual le dixo, viendose herido, que ruin cabalgada habeis hecho de quien se fia de vos […] », B, fol. 34v.

78 Pero LÓPEZ DE AYALA, Germán ORDUÑA (éd.), Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique, su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno, 2 t., Buenos Aires : Secrit, 1994-1997, 2, p. 60.

79 Je souligne.

80 Je souligne. « Muy alta y muy esclarecida reyna y señora nuestra aunque hubiera muchos varones doctos y leidos en las istorias […] », B, fol. 2r.

81 C2, fol. 1r. Je souligne.

82 Claros varones, p. 71-73. Letras, p. 53 et p. 71. Je souligne. G. PONTÓN remarque que, chez Fernando de Pulgar, il y a une gradation dans la salutatio : « La distribución jerárquica de los saludos también resulta evidente, puesto que los monarcas son los que merecen una adjetivación más cumplida : “Muy poderoso rey y señor” para Alfonso V de Portugal (letra VII) y “Muy alta y excelente y poderosa reina y señora” o “Muy alta y excelente reina e señora” para la reina Isabel (letras XI y XVI) », in : G. PONTÓN, Correspondencias. Los orígenes del arte epistolar en España, Madrid : Biblioteca Nueva, 2002, p. 59.

83 C4, p. 3. Dans C2, le même passage est abrégé et simplifié : « En la qual (Chronica) se vera como por la gracia de Dios succedio (Ysabel) por reyna en los reynos del rey su padre », fol. 1r. G. PONTÓN évoque la question du providentialisme dans les Letras de Pulgar, dans La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 482 et p. 485-488. À propos de la question du providentialisme sous le règne d’Isabelle Ire, lire José CEPEDA ADÁN, « El providencialismo en los cronistas de los reyes católicos », Arbor, 17, 1950, p. 177-190, José Manuel NIETO SORIA, Fundamentos ideológicos del poder real en Castilla (siglos XIII-XVI), Madrid : Eudema, 1988, Id., « La imagen y los instrumentos ideológicos de exaltación del poder regio », in : Luis RIBOT, Julio VALDEÓN, Elena MAZA (coord.), Isabel la Católica y su época. Actas del congreso internacional, Valladolid-Barcelona-Granada, 15 a 20 de noviembre de 2004, 2 t., Valladolid : Instituto Universitario de Historia Simancas-Universidad de Valladolid, 2007, 1, p. 171-190, N. SALVADOR MIGUEL, Isabel la Católica. Educación, mecenazgo y entorno literario, op. cit., p. 197-210, Rafael Gerardo PEINADO SANTAELLA, « El final de la Reconquista : elegía de la derrota, exaltación del triunfo », in : Manuel GARCÍA FERNÁNDEZ, Carlos Alberto GONZÁLEZ SÁNCHEZ (coord.), Andalucía y Granada en tiempos de los Reyes Católicos, Séville-Grenade : Secretariado de Publicaciones de la Universidad de Sevilla-Editorial Universidad de Granada, 2006, p. 55-86.

84 Le passage est identique dans B (fol. 2v).

85 Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique, Paris : Aubier Montaigne, 1980, p. 29.

86 C4, I, p. 3-4.

87 Ibid., I, p. 3-4. Le même passage, dans C2, est plus concis : « Otrosi haremos memoria de aquellos que por sus virtuosos hechos merecieron auer loable fama y honrra, de la qual es razon que gozen sus descendientes », fol. 1r. Sur le concept de gloire, dans la fiction et dans l’historiographie médiévales péninsulaires, voir M.R. LIDA DE MALKIEL, La idea de la fama en la Edad Media castellana, México-Madrid-Buenos Aires : Fondo de Cultura Económica, 1983.

88 Claros varones, p. 71-72.

89 Fernán PÉREZ DE GUZMÁN, R. B. TATE, (éd.), Generaciones y semblanzas, Londres : Tamesis Books, 1965, p. 2.

90 L’auteur du passage s’est-il inspiré d’un romance relatif au siège de Grenade qu’utilise à plusieurs reprises Miguel de Cervantes, dans les deux parties du Quichotte, « ¡ Tate, tate, folloncicos ! / De ninguno sea tocada ; / porque esta empresa, buen rey, / para mí estaba guardada » ?, Miguel de CERVANTES, F. RICO (éd.), Don Quijote de la Mancha. Edición del Instituto Cervantes 1605-2005, Madrid : Galaxia Gutenberg-Círculo de lectores-Centro para la edición de los clásicos españoles, 2005, p. 557. Je souligne.

91 Plus surprenant encore, la phrase d’ouverture tronquée n’est corrigée dans aucun des neuf manuscrits conservés.

92 À propos de l’influence de Cicéron sur les historiens postérieurs, voir B. GUENÉE, Histoire et culture historique, op. cit., p. 27-29. La bibliographie portant sur l’écriture du discours historique et sur ses prétentions – particulièrement son ambition d’être authentique, complète et exemplaire – est importante. En plus de Histoire et culture historique de B. GUENÉE, lire Roland BARTHES, Critique et vérité, Paris : Éditions du Seuil, 1999, Guy BOURDÉ, Hervé MARTIN, Les écoles historiques. Nouvelle édition, Paris : Éditions du Seuil, 1997, Michel de CERTEAU, L’écriture de l’histoire, Paris : Gallimard, 1975, Roger CHARTIER, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris : Albin Michel, 2009, Christian DELACROIX, François DOSSE, Patrick GARCIA, Nicolas OFFENSTADT (dir.), Historiographies. Concepts et débats, 2 t., Paris : Gallimard, 2010, François HARTOG, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris : Éditions du Seuil, 2012, Jacques LE GOFF, Histoire et mémoire, Paris : Gallimard, 1988, Henri-Irénée MARROU, De la connaissance historique, Paris : Éditions du Seuil, 1954, Antoine PROST, Douze leçons sur l’histoire. Édition augmentée, Paris : Éditions du Seuil, 2010, Paul RICOEUR, Histoire et Vérité, Paris : Éditions du Seuil, 1967, id., La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris : Éditions du Seuil, 2000, Paul VEYNE, Comment on écrit l’histoire, Paris : Éditions du Seuil, 1978.

93 Voici les passages de C2, retranscrits dans leur intégralité : « Al candido Lector. Considerando yo los muy grandes, y memorables hechos del catholico Rey don Fernando, nunca harto alabado, nuestro Aragones de felice memoria : acabados con soberana grandeza, y admirable prudencia de animo tan christiano : puse la mano en estas adiciones de mi profession ajenas, mouido por ruego de amigos, porque el hilo desta historia fuesse con sus reales hazañas continuado hasta el vltimo fin de sus días : no por falta de varones doctos, muy leidos, y de gran espiritu : que mucho mejor que yo, la pudieran, y pueden poner : sino por aficion de amigos, como dixe. Cierto ellas dignamente merescian ser por Homero, Vergilio, o Quinto Curtio pregonadas : no por la falta de mi ingenio, y baxo estilo, que con su flaqueza mas las escuresce, que ilustra : toda via confiado en el fauor, y sombra del Christiano y candido lector las emprendi : reciba la muy buena, y entera voluntad si faltan las fuerças, que de seruir tuue con este mi pobre trabajo. Vale », C2, fol. Iv.

Dans le premier chapitre, il est écrit : « Capitulo primero. Con fauor del muy alto Dios y de la Reyna celestial, entendemos escreuir la Chronica de la muy alta y muy excelente princesa doña Ysabel, hija del muy alto y muy poderoso Rey don Juan el segundo de Castilla y de Leon. En la qual se vera como por la gracia de Dios succedio por Reyna en los reynos del Rey su padre : y caso con el principe don Fernando hijo heredero del rey don Juan de Aragon y de Sicilia : el qual assi mesmo succedio por rey en aquellos reynos : y juntos en matrimonio reynaron en toda la mayor parte de las Españas, y porque la historia es luz de la verdad, testigo del tiempo, maestra y exemplo de la vida, mostradora del antigüedad : recontaremos (mediante la voluntad de Dios) la verdad de las cosas : en las quales veran los que esta historia leyeren, la vtilidad que trae a los presentes saber los hechos pasados : que nos muestran en el discurso desta vida, lo que deuemos saber para lo seguir : y lo que deuemos huyr para lo aborrecer. Otrosi haremos memoria de aquellos que por sus virtuosos hechos merecieron auer loable fama y honrra, de la qual es razon que gozen sus descendientes », C2, fol. 1r.

94 Luis del MÁRMOL CARVAJAL, J. CASTILLO FERNÁNDEZ (éd.), Historia del rebelión y castigo de los moriscos del reino de Granada, Grenade : Editorial Universidad de Granada, 2015, p. 36-37. Je souligne.

95 Alonso del Castillo est né dans les années 1520. Licencié en médecine de l’Université de Grenade, traducteur et interprète, il a mis ses compétences en arabe au service des autorités grenadines d’abord, de l’Inquisition ensuite, de Philippe II enfin. Consulter Darío CABANELAS RODRÍGUEZ, El morisco granadino Alonso del Castillo, Grenade : Patronato de la Alhambra, 1965, p. 89-97. L’entreprise de traduction des inscriptions de l’Alhambra d’Alonso del Castillo a été d’une importance capitale. Sur sa portée, consulter Emilio LAFUENTE ALCÁNTARA, Inscripciones árabes de Granada, precedidas de una reseña histórica y de la genealogía detallada de los reyes Alahmares, Madrid : Imprenta Nacional, 1859, p. IX-X. Voir aussi Emilio GARCÍA GÓMEZ, (éd.), Poemas árabes en los muros y fuentes de la Alhambra, Madrid : Instituto egipcio de estudios islámicos en Madrid, 1985. Plus largement, voir Évariste LÉVI-PROVENÇAL, Inscriptions arabes d’Espagne avec quarante-quatre planches en phototypie, 2 t., Leyde-Paris : Librairie et Imprimerie ci-devant E.J. Brill S.A.-Librairie coloniale et orientaliste E. Larose, 1931. D. CABANELAS RODRÍGUEZ confirme que les épitaphes ont bien été découvertes en 1574 : « En prosa y verso se hallan los textos grabados en las lápidas sepulcrales o epitafios de cuatro de los sultanes nazaríes de Granada : Muhammad II (1272-1301), Abu-l-Walid Ismail I (1313-1324), Yusuf I (1332-1354) y Yusuf III (1407-1417). Al trabajar en la fachada Este del palacio de Carlos V en 1574, se descubrió el emplazamiento de la antigua rawda, una de las dos necrópolis de los nazaríes, situada en los jardines del palacio, al este de la mezquita ; allí aparecieron los cuatro epitafios ya aludidos », El morisco granadino Alonso del Castillo, op. cit., p. 92-93.

96 C’est ce que suppose J. CASTILLO FERNÁNDEZ dans Historia del rebelión y castigo de los moriscos del reino de Granada, op. cit., p. 36, note 120.

97 Sur ce sujet, voir L. SUÁREZ, Isabel I reina, op. cit., p. 221-243.

98 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 249.

99 Ibid., p. 250.

100 C2, 3e partie, chapitre II, fol. XCXVIIv-XCXVIIIv. C4, 2, chapitre CXXVII, p. 5-13.

101 C4, p. 11. Je souligne.

102 Il s’agit du Romance de la conquista de Alhama, con la cual se comenzó la última guerra de Granada : « Paseábase el rey moro / por la ciudad de Granada, / desde la puerta de Elvira / hasta la de Vivarrambla. / Cartas le fueron venidas / cómo Alhama era ganada. / ¡ Ay de mi Alhama ! / Las cartas echó en el fuego, / y al mensajero matara ; / echó mano a sus cabellos / y las sus barbas mesaba. / Apeóse de la mula / y en un caballo cabalga ; / por el Zacatín arriba / subido había a la Alhambra ; / mandó tocar sus trompetas, / sus añafiles de plata, / porque lo oyesen los moros / que andaban por el arada. / ¡ Ay de mi Alhama ! / Cuatro a cuatro, cinco a cinco, / juntado se ha gran compaña. / Allí habló un viejo alfaquí, / la barba bellida y cana : / - ¿ Para qué nos llamas, rey, / a qué fue nuestra llamada ? / - Para que sepáis, amigos, / la gran pérdida de Alhama. / ¡ Ay de mi Alhama ! / - Bien se te emplea, buen rey, / buen rey, bien se te empleara ; / mataste los bencerrajes, / que eran la flor de Granada ; / cogiste los tornadizos / de Córdoba la nombrada. / Por eso mereces, rey, una pena muy doblada, / que te pierdas tú y el reino / y que se acabe Granada. / ¡ Ay de mi Alhama ! », in : R. MENÉNDEZ PIDAL, (éd.), Flor nueva de romances viejos, Madrid : Colección Austral, 2001, p. 225-227.

103 C2, fol. CXLv, pour la première date ; C4, II, p. 172, pour la seconde. Dans le Tractado : G, section 98, folio 71v.

104 L. SUÁREZ, Isabel I reina, op. cit., p. 260.

105 Carlos DE MIGUEL MORA, « La toma de Baza : estrategia militar y política internacional », in : José Antonio GONZÁLEZ ALCANTUD, Manuel BARRIOS AGUILERA, (coord.), Las tomas : antropología histórica de la ocupación territorial del reino de Granada, Grenade : Diputación de Granada-Biblioteca de Etnología, 2000, p. 281-317.

106 À propos de Youssef IV, voir M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 174-175.

107 Manuel ESPINAR MORENO, Juan GRIMA CERVANTES, « Un personaje almeriense en las crónicas musulmanas y cristianas. El infante Cidi Yahya Alnayar (¿1435?-1506) : su papel en la guerra de Granada », Boletín del Instituto de Estudios Almerienses, VII, 1987, p. 57-83, p. 58.

108 «  […] el ynfante Celin, su padre, quedo por señor de Almeria », B, fol. 98v.

109 Ajout au-dessus de deuda : para restaurar vuestro estado.

110 C’est ce que supposent M. ESPINAR MORENO, J. GRIMA CERVANTES, « Un personaje almeriense en las crónicas musulmanas y cristianas. El infante Cidi Yahya Alnayar (¿1435?-1506) : su papel en la guerra de Granada », art. cit., p. 59.

111 L’identité de la mère de Yahya Alnayar n’est pas révélée dans la version des Claros varones du manuscrit B, pas plus que dans l’Histoire des émirs de Grenade. Il n’est pas non plus question du mariage de Selim dans ces deux œuvres. D’après J. A. GARCÍA LUJÁN, Selim s’est marié en 1441 : « Genealogía del linaje Granada Venegas desde Yusuf IV, Rey de Granada (1432), hasta la extinción de la varonía del linaje (1660) », art. cit., p. 15-16. Une sœur de Selim Alnayar s’est mariée à Mohammed al Zaghal, selon l’auteur du portrait de Pedro de Granada reproduit dans le manuscrit B : […] muerto el infante Celin su padre con cuya hermana estaba casado el rey Muley Boabdelin que llamaron el Çagal y Muley Boabdelin a quien en diferencia suya llamaron el rey chico y tiniendo entre ellos rompida la guerra con tanto odio y enemistad confirmada con muertes de hijos y hermanos estaban tan ciegos desta pasion que viendo perder sus ciudades y villas sufrian mejor verlas en poder de christianos que de sus deudos tan enemigos y contrarios […], B, fol. 99r. Grâce à ce mariage, la famille Alnayar a été à nouveau liée au pouvoir en place.

112 C. DE MIGUEL MORA, « La toma de Baza : estrategia militar y política internacional », art. cit.

113 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 258.

114 M. Á. LADERO QUESADA, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), op. cit., p. 258.

115 Ibid., p. 258. C. DE MIGUEL MORA, « La toma de Baza : estrategia militar y política internacional », art. cit., p. 313.

116 C. DE MIGUEL MORA, « La toma de Baza : estrategia militar y política internacional », art. cit., p. 301.

117 C2, CXCIIv. La lecture de C4 est identique, si ce n’est l’orthographe d’Alnayar, écrit Alnacal (II, p. 372-373).

118 Alfonso de PALENCIA, R. G. PEINADO SANTAELLA, (éd.), Guerra de Granada, Grenade : Universidad de Granada, 1998.

119 C. DE MIGUEL MORA, « La toma de Baza : estrategia militar y política internacional », art. cit., p. 313.

120 Francisco Rafael de Uhagón LAURENCÍN évoque les lettres de 1474 et 1483, dans « Ducado de Cidi Yahya. (Informe pedido por el Ministerio de Gracia y Justicia con motivo del expediente incoado por el Marqués de Corvera, solicitando que le sea concedido el Ducado de Cidi Yahya) », Boletín de la Real Academia de la Historia, 71, 1917, p. 68-96. Dans ce rapport, l’auteur ne s’interroge pas sur leur authenticité.

121 C4, II, p. 372 ; C2, fol. CXCIIv.

122 C4, II, p. 398 ; C2, II, fol. CXCIXr.

123 C4, II, p. 400 ; C2, fol. CXCIXv.

124 Je souligne les passages qui suivent.

125 C4, II, p. 417 ; C2, fol. CCIVr.

126 C4, II, p. 417 ; C2, fol. CCIVr.

127 C4, II, p. 418-419 ; C2, fol. CCIVv.

128 C4, II, p. 419 ; C2, fol. CCIVv.

129 Je souligne.

130 Je souligne.

131 « Cidi Aya, hijo del infante Celin […] » B, fol. 61v.

132 M.Á. LADERO QUESADA, Granada, historia de un país islámico, op. cit., p. 20. La taha de Marchena regroupait Alsodux, Alhabia, Terque, Bentarique, Alhama, Huécija, Instinción et Rágol, comme l’écrit Cristina SEGURA GRAÍÑO, dans « Realengo y Señorío en la tierra de Almería en el siglo XV », in : En la España medieval. Estudios en memoria del Profesor don Salvador de Moxo, 3 t., Madrid : Editorial de la Universidad Complutense, 1982, 2, p. 595-618, p. 601.

133 Voir María Dolores SEGURA DEL PINO, « Las iglesias parroquiales de la Taha de Marchena a principios del siglo XVI », in : María de los Desamparados MARTÍNEZ SAN PEDRO, M. D. SEGURA DEL PINO, (éd.), La Iglesia en el mundo medieval y moderno, Almería : Instituto de Estudios Almerienses – Diputación de Almería, 2003, p. 177-186.

134 M.Á. LADERO QUESADA, Los mudéjares de Castilla en tiempo de Isabel I, Valladolid : Instituto “Isabel la Católica” de Historia eclesiástica, 1969, p. 42-43.

135 Ángel GALÁN SÁNCHEZ, Los mudéjares del reino de Granada, Grenade : Universidad de Granada-Diputación provincial, 1991, p. 264. Lire également id., « Poder cristiano y “colaboracionismo” mudéjar en el Reino de Granada (1485-1501) », in : José Enrique LÓPEZ DE COCA CASTAÑER, Estudios sobre Málaga y el Reino de Granada en el V centenario de la conquista, Málaga : Servicio de Publicaciones-Diputación Provincial de Málaga, 1988, p. 271-289. Voir enfin E. SORIA MESA, « Una versión genealógica del ansia integradora de la élite morisca : el Origen de la casa de Granada », art. cit., p. 219.

136 « Eran cristianos viejos incluso los descendientes de moros que se hubieran convertido al cristianismo antes de la conquista de Granada, pero ya no los que se convirtieron entre ella y los bautismos en masa », Julio CARO BAROJA, Los moriscos del Reino de Granada. Ensayo de historia social, Madrid : Alianza Editorial, 2010, p. 339, note 19. Sur cette question, lire aussi Mercedes GARCÍA ARENAL, Fernando RODRÍGUEZ MEDIANO, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en tiempos de Contrarreforma, Madrid : Marcial Pons Historia, 2010, p. 76.

137 M. GARCÍA ARENAL, F. RODRÍGUEZ MEDIANO, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en tiempos de Contrarreforma, op. cit., p. 77. Sur le même sujet, consulter également J. CASTILLO FERNÁNDEZ, « Luis Enríquez Xoaida, el primo hermano morisco del rey católico (análisis de un caso de falsificación histórica e integración social) », Sharq al-Andalus, 12, 1995, p. 235-253 et E. SORIA MESA, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí en la oligarquía granadina. Siglos XV-XVII », Áreas, 14, 1992, p. 51-64.

138 J. CASTILLO FERNÁNDEZ, « Hidalgos moriscos : ficción histórica y realidad social. El ejemplo del linaje Enríquez Meclín de la tierra de Baza (siglos XV-XVIII) », in : A. TEMIMI, (éd.), Mélanges Louis Cardaillac, op. cit., 1, p. 161-180, p. 163-164.

139 C4, II, p. 420-421 ; C2, fol. CCIVr.

140 C4, II, p. 422-425 ; C2, fol. CCVr-CCVIIr.

141 C2, fol. CCVv-CCVIr ; C4, II, p. 426.

142 C2, fol. CCVIr ; C4, II, p. 426.

143 C4, II, p. 430 ; C2, fol. CCVIv.

144 À ce sujet, voir L. SUÁREZ, Fernando el Católico, Barcelone : Ariel, 2004, p. 436.

145 Sur Isabel de Solís/Zoraya, lire les deux travaux de José Enrique LÓPEZ DE COCA CASTAÑER, « Doña Isabel de Solís, o la imaginación historiográfica », in : J. A. GONZÁLEZ ALCANTUD, M. BARRIOS AGUILERA, (coord.), Las tomas : antropología histórica de la ocupación territorial del reino de Granada, op. cit., p. 543-563 et « The Making of Isabel de Solis », in : Roger COLLINS, Anthony GOODMAN, (coord.), Medieval Spain : culture, conflict and coexistence. Studies in honour of Angus Mac Kay, Houndmille-Basingstoke-New York : Palgrave Macmillan, 2002, p. 224-241.

146 D’après E. SORIA MESA, Pedro de Granada s’est marié une seconde fois, avec Elvira de Sandoval. La sœur de cette dernière, Beatriz, a épousé Juan de Granada, l’un des deux fils de Mouley Hacen et de Zoraya/Isabel (E. SORIA MESA, La nobleza en la España moderna, op. cit., p. 98).

147 Sur les détails de l’enterrement de Pedro de Granada, voir M. ESPINAR MORENO, J. GRIMA CERVANTES, « Testamento y muerte de don Pedro de Granada », Mayurqa : revista del Departament de Ciències Històriques i Teoria de les Arts, 22 (1), 1989, p. 239-254.

148 J. A. GARCÍA LUJÁN, « Genealogía del linaje Granada Venegas desde Yusuf IV, Rey de Granada (1432), hasta la extinción de la varonía del linaje (1660) », art. cit., p. 19-22.

149 Ibid., p. 16.

150 Ibid., p. 18.

151 Alonso I de Granada s’est marié une deuxième fois, en 1511, avec María de Quesada Acuña : ibid., p. 20-22.

152 Apparaissent, en caractère gras, les termes communs à la Chronique des Rois Catholiques, au manuscrit G et au Compendio.

153 Compendio, Livre XXXIX, chapitre I, p. 323-324.

154 Je souligne les passages qui suivent.

155 Je souligne les passages qui suivent.

156 Je souligne les passages qui suivent.

157 À ce propos, consulter les pages écrites par G. PONTÓN, dans C4, p. LXVI-LXVIII. Voir également J. CEPEDA ADÁN, « El providencialismo en los cronistas de los reyes católicos », art. cit.

158 Je souligne les passages qui suivent.

159 C4, II, p. 40 ; C2, fol. CVr.

160 C4, II, p. 40 ; C2, fol. CVr.

161 C4, II, p. 40 ; C2, fol. CVr.

162 Je souligne les passages qui suivent.

163 Je souligne les passages qui suivent.

164 Je souligne les passages qui suivent.

165 Elio Antonio de NEBRIJA, Virginia BONMATÍ, Felicidad ÁLVAREZ (éd. et trad.), Nebrija historiador : La Lebrija de Elio Antonio de Nebrija, Muestra de las antigüedades de España, Historia de los Reyes Católicos (Primera Década), Lebrija : « Muy Antigua, Ilustre y Real Hermandad de los Santos » de Lebrija, 1992, p. 178.

166 Le passage suivant se trouve dans Claros varones, op. cit., p. 87.

167 C4, I, p. 325 ; C2, fol. 71r.

168 Les emprunts apparaissent en caractères gras. 

169 A. de PALENCIA, R. G. PEINADO SANTAELLA (éd.), Guerra de Granada, Grenade : Universidad de Granada, 1998.

170 Diego de VALERA, J. de M. CARRIAZO, (éd.), Crónica de los reyes católicos, Madrid : José Molina impresor, 1927. Juan de FLORES, Julio PUYOL Y ALONSO (éd.), Crónica incompleta de los reyes católicos, 1469-1476, según un autor anónimo de la época, Madrid : Tipografía de Archivos, 1934. Il n’est pas non plus question du siège de Baza, dans Nebrija historiador, op. cit.

171 D. de VALERA, La Corónica de España abreviada, Séville, 1567, fol. LXIXr. La Crónica abreviada ou Valeriana et le Tractado ont en commun d’être présentés comme ayant été commandés par la reine. Diego de Valera écrit, dans le prologue : « E con este tan loable y virtuoso desseo mandastes a mi, en suma escriuiesse […] », « […] el entrañable desseo que vue a cumplir vuestro mandado […] », sn. Je souligne. L’œuvre a été éditée, en 2009, par Cristina MOYA GARCÍA, Edición y estudio de la Valeriana : Crónica abreviada de España de Mosén Diego de Valera, Madrid : Fundación universitaria española, 2009.

172 Anales breves, p. 545a.

173 Historia de los Reyes Católicos don Fernando y doña Isabel, in : C. ROSELL (éd.), Crónicas de los reyes de Castilla, desde don Alfonso el Sabio hasta los Católicos Don Fernando y Doña Isabel, op. cit., 3, p. 635b-636a.

174 Florián de OCAMPO, Crónica general de España, in : Las glorias nacionales : grande historia universal de todos los reinos, provincias, islas y colonias de la monarquía española desde los tiempos primitivos hasta el año 1852, 6 t., Madrid-Barcelone : Librería de la Publicidad-Librería Histórica, 1852, t. 1. Ambrosio de MORALES, Continuación de la Crónica general de España, in : Las glorias nacionales : grande historia universal de todos los reinos, provincias, islas y colonias de la monarquía española desde los tiempos primitivos hasta el año 1852, 6 t., Madrid-Barcelone : Librería de la Publicidad-Librería Histórica, 1852, t. 2. Jerónimo ZURITA, Anales de la Corona de Aragón, in : Las glorias nacionales : grande historia universal de todos los reinos, provincias, islas y colonias de la monarquía española desde los tiempos primitivos hasta el año 1852, 6  t., t. 4-5 (2), Madrid-Barcelone : Librería de la Publicidad-Librería Histórica, 1852.

175 Compendio, Livre XL, chap. XLI, p. 423. Pour les Maures de Baza, il valait mieux s’allier à Isabelle et Ferdinand, la situation militaire leur étant défavorable et Mohammed al Zaghal ayant organisé une purge afin de se débarasser de ceux qui complotaient contre lui : « Fue cercada Baça con fossos y cauas, que tres leguas tenian en circuyto, y passauan tantas escaramuças, que en la ciudad de Granada se leuanto grande murmuracion, por no ser socorrido el pueblo, que por los enemigos de su religion estaua assidiado, y entre otras razones, diziendo, que por sus diuisiones estando Dios ayrado contra ellos, se perdia la tierra, vinieron a noticia del rey Mahomad estas y otras palabras de amotinamientos que contra su persona se atreuian a dezir alugnos caualleros moros. De quienes teniendo sospechas, que en la Alhambra, donde posaua, le querian matar, les gano de mano, porque auida informacion de la verdad, degollo a algunos moros principales de los mas culpados, con que la ciudad fue sossegada y puesta en quietud […] », ibid., Livre XL, chap. XXXIX, p. 422.

176 Ibid., Livre XL, chap. XXXIX, p. 422. Je souligne.

177 Historia general, Livre XXV, chap. XIII, p. 585.

178 Diego HURTADO DE MENDOZA, Manuel GÓMEZ MORENO (éd.), De la guerra de Granada, Madrid : Real Academia de la Historia, 1948. Sur Diego Hurtado de Mendoza, lire José Ignacio DÍEZ FERNÁNDEZ, dans Diccionario filológico de literatura española siglo XVI, op. cit., p. 509-525.

179 L. del MÁRMOL CARVAJAL, Primera parte de la descripcion general de Affrica : con todos los successos de guerras que a auido entre los infieles y el pueblo christiano y entre ellos mesmos desde que Mahoma inuento su secta, hasta el año del señor mil y quinientos y setenta y vno. En Granada : en casa de Rene Rabut : vendense en casa de Iuan Diaz mercader de libros, 1573. Id., Libro tercero y segundo volumen de la primera parte de la descripcion general de Affrica : con todos los successos de guerra y cosas memorables. Impresso en Granada : en casa de Rene Rabut : vendense en casa de Iuan Diaz mercader de libros, 1573.

180 L. del MÁRMOL CARVAJAL, J. CASTILLO FERNÁNDEZ (éd.), Historia del rebelión y castigo de los moriscos del reino de Granada, op. cit., p. XXV.

181 Libro tercero y segundo volumen de la primera parte de la descripcion general de Affrica : con todos los successos de guerra y cosas memorables, op. cit., fol. 238v.

182 Pere Antoni BEUTER, Primera part de la Història de València (València 1538). Segunda parte de la Corónica General (València 1604). Introducció de Vicent Josep Escartí, Valence : Generalitat valenciana, Consell valencià de cultura, 1995, p. 10-11.

183 Ibid., p. 295.

184 « […] muchos de los soldados entraron y saquearon grandes riquezas, cautivando algunas cabezas, entre las cuales fue Daraja, doncella mora, única hija del alcaide de aquella fortaleza », Guzmán de Alfarache, op. cit., p. 195-196. Pour une vue d’ensemble de l’œuvre de Mateo Alemán, dans son contexte d’écriture, voir Pedro RUIZ PÉREZ, Historia de la literatura española 3. El siglo del arte nuevo 1598-1691, Barcelone : Crítica, 2010, p. 196-219.

185 Guzmán de Alfarache, op. cit., p. 196-197.

186 « Y aunque los reyes vinieron después a juntarse en Baza, rendida la ciudad con ciertas condiciones, nunca la reina quiso deshacerse de Daraja, por la gran afición que la tenía, prometiendo a el alcaide su padre hacerle por ella particulares mercedes », ibid., p. 197.

187 L’enlèvement de Daraja a plongé Ozmín dans un profond désarroi. Refusant de la perdre à jamais, le jeune homme décide de partir de Grenade puis de se rendre à Séville. Fait prisonnier près de Loja, libéré ensuite, il se fait passer pour Rodrigo, le fils de Luis de Padilla. C’est ainsi qu’il arrive à Séville où il retrouve la demeure de Luis de Padilla, devant laquelle il passe régulièrement sans pouvoir y pénétrer. Ozmín prétend être jardinier. Sous une identité factice – désormais, il s’appelle Ambrosio –, il entre au service de Luis de Padilla. Dans la demeure sévillane de son seigneur, il aperçoit Daraja occupée à cueillir des fleurs dans le jardin. Les deux jeunes gens se reconnaissent et, heureux de se retrouver enfin, pleurent de joie. Au moment où ils vont s’embrasser, Rodrigo – le véritable fils de Luis de Padilla –, lui aussi amoureux de la jeune Maure, entre dans le jardin. Luis de Padilla soupçonne Ozmín de vouloir enlever Daraja. Il l’emprisonne immédiatement. Afin de sauver l’homme qu’elle aime, Daraja met au point un subterfuge. Elle révèle à Luis de Padilla qu’Ozmín/Ambrosio est un captif chrétien, qui a été élevé avec son futur mari et qui, pour cette raison, doit être considéré comme le frère de ce dernier. Le stratagème porte ses fruits : Ozmín est libéré et peut à nouveau retrouver Daraja dans le jardin afin de s’entretenir avec elle, sans que personne ne s’en émeuve. Luis de Padilla parvient, néanmoins, à faire quitter la maison à Ozmín. Daraja est alors gagnée par l’inquiétude et la mélancolie. Pour divertir la jeune fille, Luis de Padilla organise un tournoi auquel participe Ozmín, sous une fausse identité. Les réjouissances ne mettent pas fin aux tourments de Daraja, qui, toujours aussi mélancolique, doit quitter la ville. Ozmín, sous le nom de Juan Vives, la suit, accompagné d’un chrétien, Alonso de Zúñiga. En chemin, les deux hommes sont attaqués sans raison apparente par des paysans. Pour se défendre, Ozmín en tue plusieurs. Pour son crime, il est emprisonné puis condamné à mort. La sentence n’est pas appliquée : Ozmín doit la vie sauve aux Rois Catholiques, qui lèvent la peine infligée.

188 Ibid., p. 242.

189 Ibid. p. 242.

190 Ibid., p. 242. Je souligne.

191 Je souligne.

192 Francisco BERMÚDEZ DE PEDRAZA, Antigvedad y excelencias de Granada. Por el licenciado Francisco Bermudez de Pedraza, natural della : abogado en los reales consejos de su magestad. Dirigido a la muy noble, nombrada y gran ciudad de Granada. Año 1608. En Madrid, por Luis Sanchez, impressor del rey Nuestro Señor. Sur l’auteur, lire M. BARRIOS AGUILERA, La convivencia negada. Historia de los moriscos del Reino de Granada, op. cit., p. 494-500.

193 Antigvedad y excelencias de Granada, fol. 71r.

194 Ibid., fol. 71r.

195 Ibid. fol. 70r-70v. Je souligne.

196 Ibid., fol. 71v. Je souligne.

197 G. CIROT, Études sur l’historiographie espagnole : Mariana historien, op. cit., p. 303.

198 Ibid., p. 303-317.

199 Compendio, Livre XL, chap. XLIII, p. 427.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Portrait de Selim Alnayar, œuvre anonyme du XVIe siècle
Crédits Archivo del Patronato de la Alhambra y del Generalife, colección fotográfica del Museo de Arte Hispano Musulmán/ F 007462.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Portrait d’Alonso de Granada, œuvre anonyme du XVIe siècle
Crédits Archivo del Patronato de la Alhambra y del Generalife, colección fotográfica del Museo de Arte Hispano Musulmán/ F 007440.
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1797/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 745k

© e-Spania Books, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site