Version classiqueVersion mobile

Le charme du Maure

 | 
Frédéric Alchalabi

Chapitre 1. Traces

Texte intégral

1. Les témoignages manuscrits de l’Histoire des émirs de Grenade

1L’Histoire des émirs de Grenade peut être lue dans neuf manuscrits conservés en Espagne, au Portugal et en Argentine. Trois de ces exemplaires se trouvent à la Bibliothèque Nationale d’Espagne de Madrid. Deux autres établissements madrilènes (la Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole ainsi que la Bibliothèque du Palais Royal) conservent, chacun, un manuscrit. On peut consulter les quatre autres à la Bibliothèque Universitaire de Salamanque, à la Biblioteca da Ajuda et à l’Academia das Ciências de Lisbonne, à la Bibliothèque Nationale d’Argentine de Buenos Aires.

  • 1 À propos du choix des lettres ayant pour fonction de désigner des manuscrits, lire M. Á. PÉREZ PRIE (...)
  • 2 Hernando del PULGAR, Robert Brian TATE (éd.), Claros varones de Castilla. A critical edition with i (...)

2D’après les catalogues des différentes bibliothèques, l’ensemble des témoignages conservés datent des XVIe-XVIIIe siècles. Dans l’enquête, chacun des manuscrits est désigné par des lettres1. Plus particulièrement, dans le cas des manuscrits 150 et 7 867, les lettres G et B – choisies auparavant par Robert Brian Tate et Miguel Ángel Pérez Priego – sont utilisées2. Les pages qui suivent sont consacrées à la description formelle de chacun des neuf manuscrits.

  • 3 Il s’agit des folios 9r, 12r, 16r, 18r, 21r, 22r, 25r, 26r, 28r, 30r, 31r, 37r, 41r, 42r, 45r, 47r, (...)
  • 4 H. del PULGAR, R.B. TATE (éd.), Claros varones de Castilla. A critical edition, op. cit., p. LVII.

3G : Madrid, Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole, manuscrit 150, copie datant du XVIe siècle d’après le catalogue de la bibliothèque, 152 folios, 200x150 mm, papier, A-F12 et G10, écriture pleine page, réclames au verso des folios (sauf aux folios 14v, 59v et 73v) et au recto de certains folios3. La foliotation du manuscrit était inexistante lorsque Robert Brian Tate l’a consulté4. Les folios 83v-85v et 106v sont laissés en blanc. Le manuscrit est constitué de l’Histoire des émirs de Grenade attribuée à Fernando de Pulgar, intitulée Tractado de el origen de los reies de de (sic) Granada por Fernando de el Pulgar, cronista de los mui altos, i esclaresçidos Reies Catholicos don Fernando, i dona Ysabel dirigido a la dicha reina, nuestra señora, i compuesto por su mandado, qui occupe les folios 1r-83r, et de Los claros varones de Hespaña (folios 86r-153r). Les deux œuvres ont été reproduites par une même main. Une annotation incomplète précède le folio 1r : « Como yo Francisco Gomez ».

4Le folio 151v offre une indication chronologique. Le manuscrit a été écrit après 1518 :

Aqui se acaban los claros varones de España los cuales se compilaron en la noble e muy grande e nombrada cibdad de Granada por mandado e cuydado del Señor Juan Lorencio mercader en casa de Andres de Burgos a quince de agosto año del señor de mill e quinientos e diez y ocho años.

5B : Madrid, Bibliothèque Nationale d’Espagne, manuscrit 7 867, XVIIe siècle, 111 folios (le premier folio est manquant), 210x160 mm, papier, écriture pleine page, réclames à tous les folios sauf au folio 3v. Le manuscrit est constitué de Tratado de los reyes de Granada y su origen conpuesto por Hernando del Pulgar coronista de los muy altos señores y esclarecidos Reyes Catolicos don Fernando y dona Ysabel dirigido a la dicha reyna nuestra señora y conpuesto por su mandado (fol. 2r-61r) suivi de Los claros varones de Hespaña (63r-111v). Un premier copiste s’est chargé de reproduire l’Histoire des émirs de Grenade ; un autre s’est occupé des Claros varones.

  • 5 D’après le catalogue de la bibliothèque, le manuscrit date du XVIe siècle mais Devid PAOLINI estime (...)
  • 6 Voir Benito SÁNCHEZ ALONSO, Fuentes de la historia española e hispanoamericana. Ensayo de bibliogra (...)

6Na : Madrid, Bibliothèque Nationale d’Espagne, manuscrit 18 73817, XVIe siècle ou XVIIe siècle5, 39 folios, 300x215 mm, papier, un seul copiste, écriture pleine page. Avant le titre (Tratado de los reyes de Granada y su origen compuesto por Hernando del Pulgar coronista de los mui altos esclarecidos serenisimos Reyes Catholicos don Fernando y doña Isabel dirixido a la dicha reyna nuestra señora compuesto por su mandado año de 1492), figure un commentaire écrit au crayon à papier : Publicado en Semanario Erudito t. XII pgs 57-144. Vid. Sanchez Alonso, Fuentes, t. I, 155, n°969, y también los mss. 7867, 7972 /marge : NO/, y 92276.

  • 7 La foliotation est tardive puisque, lorsque Ramón Menéndez Pidal a examiné ce manuscrit, elle était (...)

7: Madrid, Bibliothèque du Palais Royal, manuscrit II/1746, XVIIe siècle, 77 folios, 200x145 mm, papier, foliotation postérieure au XVIIe siècle7, A-F12 et G5, réclames jusqu’au folio 76v, un seul copiste, écriture pleine page. Le titre choisi est Tractado de los reyes de Granada y su origen compvesto por Hernando de el Pulgar cronista de los mvy altos e mvy esclarecidos señores Reyes Catolicos don Fernando e dona Ysabel. Dedicado a la dicha reyna nvestra señora y compvesto por sv mandado.

  • 8 Je remercie Tarik Alchalabi, qui a traduit les deux passages. Son aide a également été précieuse da (...)
  • 9 Sur la mort de l’infant d’Aragon, lire Francisco FERNÁNDEZ SERRANO, « La muerte y el epitafio de do (...)
  • 10 Augenadali, dans G, section 13, fol. 13v. Anjonadaly, dans Na (fol. 8v), B (fol. 14r), S (fol. 17v) (...)

8Dans ce manuscrit, on peut lire de nombreux commentaires marginaux, dont deux sont écrits en arabe aux folios 14r et 36v8. Ainsi, au folio 14r, deux prénoms – Abdelaly et Anjonadaly –, écrits en caractères appartenant à l’alphabet latin, sont suivis de la locution à la fin de rédigée en arabe. Le passage est consacré à l’assassinat, en 1275, de Sancho, âgé de vingt-cinq ans, fils du roi Jacques Ier d’Aragon, tombé entre les mains de deux frères de l’émir mérinide Abu Yusuf Yaqub (1258-1286), Abdelaly ou Anjonadaly et Ozmin, qui le tuent9. Dans le texte, le terme cautivo précède un signe, qui est suivi d’un espace blanc puis de « […] y Ozmin hermanos […] ». Il s’agit, vraisemblablement, d’un renvoi au commentaire marginal qu’il faut lire de droite à gauche, comme en arabe, signifiant peut-être que à la fin de/après cautivo suivent les prénoms Abdelaly ou Anjonadaly10.

9Au folio 36v, figurent deux autres passages écrits en arabe, traduits en castillan, relatifs à l’assassinat de l’émir Mohammed VI (1360-1362) – le roi Vermeil – par Pierre Ier de Castille. La traduction (que torpe triunfo, que pequeña caballeria) est éloignée de ce qui est écrit dans le folio : « […] que ruin cabalgada habeis hecho en quien se fiaba de vos. […] ».

  • 11 R. MENÉNDEZ PIDAL, Crónicas generales de España, op. cit., p. 180.

10: Salamanque, Bibliothèque Universitaire, manuscrit 1731, XVIIe siècle, 88 folios, 205x145 mm, papier, une seule main, écriture pleine page. La foliotation du manuscrit est postérieure : comme dans le cas de P, lorsque Ramón Menéndez Pidal l’a consulté, les folios n’étaient pas numérotés11.

11Le folio 3r indique la provenance de l’exemplaire conservé à Salamanque : De la Bibliotheca del Colegio mayor de Cuenca. Dans ce manuscrit, l’Histoire s’intitule Tratado de los reyes de Granada y su origen compuesto por Hernando del Pulgar coronista de los mui altos i esclarecidos Reyes Catholicos don Fernando i doña Isabel dirigido a la dicha reina nuestra señora i compuesto por su mandado.

12La : Lisbonne, Biblioteca da Ajuda, manuscrit 51-II-11, XVIIe siècle, 109 pages, papier, 205x145 mm, 1-312, 3-414, 4-512, 56, une seule main, écriture pleine page. Il y a des erreurs dans la pagination du manuscrit : ce dernier comporte deux pages 29 et 84. Réclames au bas des pages paires (2-28) puis impaires (29-83) et, à nouveau, paires (84 et 88-108).

13À la première page, une inscription précise que le manuscrit était précédemment conservé à la Livraria publica do Colegio de Coimbra da Companhia de Jesus. Il y a des commentaires en marge, en particulier lorsqu’il est question de rois portugais. Après le titre (Origen de los reyes de Granada. A la mui alta y mui esclaresida reyna y señora Doña Isabel muger del catholico rey don Fernando 5° nuestro señor. Por Hernando del Pulgar su chronista. Año de 1496), figure une table dans laquelle sont répertoriés les différents émirs de Grenade, avec une indication des pages où ils apparaissent.

14Lc : Lisbonne, Biblioteca da Academia das Ciências, manuscrit 431 vermelho, XVIIe siècle, 81 folios, 200x145 mm, papier, 1-108, réclames au verso des folios (sauf aux folios 34v et 61v) et aux folios 26r, 31r, 66r-79r, une seule main, écriture pleine page.

15Le titre de l’œuvre est le même que dans le manuscrit La. Les six premiers folios ne sont pas numérotés. Au folio 48r, une tache d’encre rend difficile la lecture du mot tiranos. Le terme est réécrit dans la marge. Les commentaires marginaux sont nombreux. Ils concernent, tout particulièrement, les souverains portugais, comme dans La. Une réserve est exprimée, dans la marge du folio 9r : « parece errada esta cuenta ».

  • 12 Je remercie chaleureusement Madame Maria do Rosário Ferreira, de l’Université de Coimbra, ainsi que (...)

16Les premières pages du manuscrit sont précédées des armoiries des familles Brito (en haut, à gauche), Vasconcelos (en bas, à gauche) et Barbosa (en bas, à droite) et d’une quatrième qu’il n’a pas été possible d’identifier. Les origines de ces trois lignages nobles sont anciennes12. La copie de l’Histoire des émirs de Grenade a peut-être été exécutée pour eux ; néanmoins, en l’absence d’explication concernant les circonstances de la conservation des manuscrits La et Lc dans des bibliothèques lisboètes, il n’est pas permis d’en dire davantage sur les raisons d’une éventuelle diffusion de l’œuvre au Portugal.

17Nb : Madrid, Bibliothèque Nationale d’Espagne, manuscrit 9227, XVIIIe siècle, 343 folios (les folios 341-343 sont laissés en blanc), 320x210 mm, papier, foliotation en chiffres romains, un seul copiste, écriture pleine page. L’Histoire des émirs de Grenade a sa place aux folios 1r-95r. Elle s’intitule : Tratado de los reyes de Granada y su origen compuesto por Hernando del Pulgar coronista de los mui altos esclarecidos serenisimos Reyes Catholicos don Fernando y doña Isabel dirixido a la dicha reyna nuestra señora compuesto por su mandado año de 1492. Il y a des réclames au bas des folios pairs (4v-94v) et des folios 25v, 49v.

18Le manuscrit comprend aussi : Formulae illustriores ad praecipua genera epistolarum conscribenda. Simul cum praeceptis quibus fere uti solet M.T. Cicero. Auctore Petro Joanne Nuñesio, Politioris literaturae in Barchinonensi et Valentina Universitatibus, iusu Regis Catholici Primario professore (fol. 97r-156r), Pracepta quedam comunia omni generi Epistolarum congruentia ex veteribus collecta. A sapientissimo Magistro Petro Joanne Nunnesio Valentino (fol. 157r-158v), De coniunctionibus quibus coniunguntur periochae apud. M.T. Ciceronem (fol. 159r-160r), Tabla para hallar las Epistolas familiares de M.T.C. a qualquier proposito mui provechosa para qualquier que quisiere imitalle y aprovecharse de ellas (fol. 161r-162v), De vocalibus quas Cicero coniungit raro aut saepius (fol. 163r) Tabla de sobre escritos latinos mui util y necesaria (fol. 164r-167r), Oratio habita a Petro Iohanne Nunnesio Valentino, in Academia Valentina, ad Philipum tertium Margaritam Austricam, reges. Albertum, et Isabellam Flandris duces ; qui praesentes scholis ad stiterunt (fol. 168r-170r), Francisco Peresio Collado, viro docto studioso ac diligenti Benedictus Arias Montanus (fol. 171r-173v), Carta del Dotor Bartolhome Valverde (fol. 174r-177v), Josephi Stephani Episcopi primum Vestani, deinde Aureolani de cantu ecclesiastico, et cantoribus hodiernis (fol. 178r-183v), Verba Tertuliani quae habentur tomo primo in libro de Palio, capite tertio numero quadragessimo quarto et quinto ellucidantur a Francisco Barrientos T.D. (fol. 185r-189v), Amantissimo fratri Hipolito Barrientos. Franciscus Barrientos. S.P.D. (fol. 191r-196v), Discursos del Doctor Don Antonio Covarruvias y Leyba, escritos en defensa de las Reliquias descubiertas en la Torre Turpiana, y en las cavernas del Monte Valparayso de Granada (fol. 197r-216r), Historia de Barcelona. Libro I, cap. I-III (fol. 217r-226r), Quien fue Osiris (fol. 227r-237v), Barcelona antigua. Discurso historico de su fundacion (fol. 239r-265v), Répertoire d’auteurs de l’Antiquité (fol. 267r-282r), Tabla de los Capitulos de las Obras de Epicteto Filosofo (fol. 283r-286v), Al Illustrissimo Señor Don Iñigo Lopez de Mendoza, Duque quarto de el Infantado, el maestro Alvar Gomez (fol. 287r-288v), De la vida de Epicteto Filosofo (fol. 289r-292r), Enchiridion de Epicteto Filosopho (fol. 292r-340r).

19Ba : Buenos Aires, Bibliothèque Nationale d’Argentine, Fonds Foulché-Delbosc, manuscrit 440, rédaction de 1754, 118 folios, 295x205 mm, papier, un seul copiste, écriture pleine page, foliotation moderne écrite en chiffres romains avec des erreurs ou des folios perdus (absence du folio 6v, deux erreurs corrigées dans la foliotation aux folios 63r, 64r et 84r), réclames au bas des folios 4r, 4v, 5v, 7r, 7v, 8r, 8v, 9r, 9v, 10v, 11r, 11v, 12v, 14v, 15v, 16v, 20v, 27v, 33v, 36v, 41v, 45v, 81r, 99r. Plusieurs passages sont soulignés (42r, 44r, 55r, 97r).

  • 13 Voir María Alejandra PLAZA, « Trabajos de curso. La colección Foulché-Delbosc de la Biblioteca Naci (...)
  • 14 Feuilletant les pages du catalogue de la bibliothèque de Foulché-Delbosc, Jorge Max Rohde s’exclame (...)

20L’histoire du transfert de ce manuscrit à la Bibliothèque Nationale d’Argentine peut être retracée dans ses grandes lignes. Entre le 12 et le 17 octobre 1936, sept ans après le décès de l’éminent hispaniste français Raymond Foulché-Delbosc, 1 610 livres lui ayant appartenu furent mis en vente à l’Hôtel Drouot à Paris13. L’ambassade d’Argentine en France acquit alors – par l’intermédiaire de son représentant Jorge Max Rohde, impressionné par la richesse de la bibliothèque de Raymond Foulché-Delbosc, lequel possédait, entre autres œuvres de grande valeur, un manuscrit de la Crónica sarracina ou bien l’un des rares exemplaires conservés de l’édition de La Celestina imprimée à Séville en 1502 – 1 281 livres pour 283 631 francs14.

  • 15 J. L. BARRIO MOYA, « Noticias familiares sobre don Francisco Javier de Santiago Palomares, calígraf (...)

21Parmi les livres du fonds ainsi constitué, figure le manuscrit Ba, copié en 1754 par le paléographe et calligraphe espagnol Francisco Javier de Santiago y Palomares, alors âgé de vingt-six ans. Entre 1746 et 1756, Francisco Javier de Santiago y Palomares a travaillé aux côtés du jésuite Marcos Andrés Burriel, qui a étudié très précisément, à la demande du ministre José de Carvajal et du roi Ferdinand VI, le riche fonds documentaire de la cathédrale de Tolède15. Alors qu’il officiait dans cette ville, Francisco Javier de Santiago y Palomares, à en croire le folio 3r, a eu connaissance de l’Histoire des émirs de Grenade par le biais d’un manuscrit plus ancien, peut-être l’un de ceux qui nous sont connus ou bien – à l’inverse – un témoignage qui ne nous est pas parvenu : Origen, y Historia de los reyes moros de Granada, que de orden de la Reyna Catholica doña Isabel escribió su chronista Hernando del Pulgar quien la dedica a la misma reyna. Copiado de un MS. antiguo que me dio para este fin un religioso augustino calzado de Toledo. 1754. Francisco Javier de Santiago y Palomares.

  • 16 J.L. BARRIO MOYA, « Noticias familiares… », art. cit., p. 167.
  • 17 « Posiblemente, el manuscrito que se conserva en esta colección sea uno de los ejercicios de copia (...)

22Une fois sa mission à Tolède achevée, Francisco Javier de Santiago y Palomares s’est rendu à Madrid, où il a copié les vingt et un tomes de la collection documentaire des archives d’Espagne à Rome relative au règne de Philippe II16. L’existence de ce manuscrit reproduisant l’Histoire des émirs de Grenade confirme bien l’intérêt de Santiago y Palomares pour la connaissance historique ; il ne s’agit donc pas uniquement d’un exercice de copie, comme le laisse supposer la notice du catalogue de la Bibliothèque Nationale d’Argentine concernant ce témoignage17.

23L’enquête menée prend principalement appui sur l’étude du manuscrit G. Celle-ci est complétée par l’analyse du manuscrit B. Plusieurs raisons motivent ce choix.

  • 18 Des erreurs de copie ou des erreurs dues à la mauvaise lecture des sources utilisées sont commises. (...)

24Le manuscrit G se distingue de l’ensemble des autres par ses variations. Jusqu’à la narration des faits ayant eu lieu avant 1474, celles-ci sont peu significatives18. En revanche, les écarts entre G et les autres manuscrits sont plus nets, à partir du récit des événements survenus entre 1474 et 1492.

25De la transcription des neuf manuscrits correspondant à cette période, trois constats émergent : la version de G est souvent plus détaillée que celle des autres manuscrits ; les sections 93-98, 100, 104-106, 108-109 et 111 de G disparaissent des autres témoignages conservés de l’œuvre ; la fin de l’Histoire des émirs de Grenade diffère : elle est consacrée, dans le manuscrit G, à l’entrée des Rois Catholiques dans l’Alhambra et à la remise des clés de la ville, alors que les autres manuscrits s’intéressent au destin des vaincus.

26En outre, G est un témoignage isolé et unique, au sein de la tradition manuscrite de l’Histoire des émirs de Grenade, puisqu’il n’en existe aucune autre copie. Il s’avère donc nécessaire d’analyser particulièrement le manuscrit G, en s’interrogeant sur les raisons de sa spécificité. De ce fait, il est impossible de le couper des autres manuscrits.

27Cependant, il ne m’a pas semblé pertinent de comparer le manuscrit G aux huit autres – la lecture de l’enquête aurait été alourdie par les transcriptions de neuf manuscrits – mais au manuscrit B seulement. Ce choix est doublement motivé. D’une part, grâce à l’utilisation du manuscrit B, un témoignage de la version de l’Histoire des émirs de Grenade qui s’est imposée accompagne l’analyse de G. D’autre part, le contexte codicologique des manuscrits G et B invite à les associer. L’Histoire y précède toujours une version des Claros varones de Fernando de Pulgar, reproduisant un exemplaire imprimé à Séville par Estanislao Polono, le 22 mai 1500.

  • 19 Par exemple, aussi bien dans le manuscrit G que dans le manuscrit B – tout comme dans l’exemplaire (...)
  • 20 Juan de MARIANA, Historia general de España compuesta, emendada y añadida por el padre Juan de Mari (...)
  • 21 Sur la tradition textuelle de l’œuvre, voir M.I. HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, « De la tradición impresa a la (...)

28Les versions des Claros varones, diffusées par les deux manuscrits, sont liées. Elles partagent les mêmes erreurs de lecture ou bien un même commentaire marginal19. En effet, dans la marge de G et dans celle de B, il est écrit au sujet de Francisco Juan de Ortega, l’évêque de Coria : « Tambien fue don Francisco Joan de Ortega de Maluenda obispo de Coria sobrino de don Alfonso de Cartagena. Joan de Mariana, libro 22 capitulo 8, trata de este don Françisco », G, fol. 144r et B, fol. 110r. Ici, le commentaire marginal fait allusion à un chapitre de la Historia general de España (désormais Historia general), écrite par le jésuite Juan de Mariana, imprimée une première fois en latin ­– avec pour titre De rebus Hispaniae  – en 1592, puis – en castillan – en 160120. D’après le stemma consacré à la diffusion des Claros varones, élaboré par María Isabel Hernández González – qui a rééxaminé de façon convaincante, grâce à l’utilisation d’un manuscrit inédit retrouvé à Tolède, les propositions de Robert Brian Tate et d’Alberto Várvaro en la matière –, le texte reproduit dans le manuscrit G est antérieur à celui de B21.

  • 22 On peut rappeler, à ce propos, le commentaire de J.P. JARDIN : « Il est rare qu’un manuscrit soit l (...)

29La composition d’un manuscrit ne relève pas du hasard22. Dans la perspective ici adoptée, consistant à démontrer que l’Histoire des émirs de Grenade ne peut avoir été écrite par Fernando de Pulgar, l’association dans les manuscrits G et B de deux œuvres qui lui sont attribuées ne semble pas anodine. Au contraire, le contexte codicologique des deux manuscrits témoigne d’une véritable réflexion et d’un calcul de la part de l’auteur de l’ouvrage apocryphe ou de son promoteur.

  • 23 Les portraits du père et du fils sont édités dans l’annexe 1 du présent ouvrage.
  • 24 Pour la description détaillée de l’ensemble, consulter le Diccionario filológico de literatura medi (...)

30D’ailleurs, le manuscrit B, à son tour, se joue de la question de l’authenticité. Dans les Claros varones de ce manuscrit, deux portraits apocryphes – ceux de Pedro I de Granada et de son fils, Alonso I de Granada – sont intercalés aux folios 98v-100v et 101r23. Ils sont non seulement absents de G mais aussi des cinq autres manuscrits conservés des Claros varones de Castilla et des onze exemplaires imprimés entre 1486 et 1545, qui, à leur tour, reproduisent l’œuvre24. Les portraits de Pedro I de Granada et de son fils s’insèrent là où, aussi bien dans le manuscrit G que dans les versions connues des Claros varones, Fernando de Pulgar précise à l’attention de la reine Isabelle que de nombreux nobles ont accompli des actes mémorables ensuite développés :

  • 25 Claros varones, p. 159.

Otros muchos claros varones naturales de vuestros reinos ovo que fizieron cosas dignas de memoria, las quales si, como dixe, se escriviesen particularmente, sin duda sería mayor libro e de mayores e más claras fazañas que el que fizo Valerio e los otros que escrivieron los fechos de los griegos y de los romanos25.

31Le portrait de Pedro I de Granada remplace alors ceux de Pedro Fajardo, Suero de Quiñones, Juan Ramírez et Garcilaso de la Vega. Le portrait d’Alonso I est préféré à celui de Gonzalo de Saavedra.

  • 26 Le premier, semble-t-il, à s’être penché sur la question a été Adolfo BONILLA Y SAN MARTÍN, « Sobre (...)

32La présence de Pedro I de Granada et de celle de son fils, dans la version des Claros varones copiée dans B, ont été signalées depuis longtemps26. En revanche, le lien entre les portraits des deux hommes et l’œuvre qui les précède, l’Histoire des émirs de Grenade, n’a jamais été fait. Pourtant, le choix d’intégrer au sein de la version des Claros varones du manuscrit B les portraits de deux Morisques ayant prêté main-forte aux souverains castillans, lorsque cela a été nécessaire, n’est pas anodin.

33Dans le manuscrit G, les Claros varones jouent le rôle de béquilles sur lesquelles repose le Tractado : puisque tous les portraits sont l’œuvre de Fernando de Pulgar, pourquoi douter de l’attribution de l’Histoire des émirs de Grenade au même écrivain ? De même, au sein de B, l’attribution du Tractado à Fernando de Pulgar contribue à rendre crédible celle des portraits des deux Morisques au même auteur. La construction des manuscrits G et B est équilibrée et cohérente. Cependant, l’ensemble comporte des failles invitant à s’interroger sur la paternité de l’Histoire des émirs de Grenade.

Notes

1 À propos du choix des lettres ayant pour fonction de désigner des manuscrits, lire M. Á. PÉREZ PRIEGO, La edición de textos, op. cit. et Paul GÉHIN (dir.), Lire le manuscrit médiéval. Observer et décrire, Paris : Armand Colin, 2005.

2 Hernando del PULGAR, Robert Brian TATE (éd.), Claros varones de Castilla. A critical edition with introduction and notes by Robert Brian Tate M.A., Ph. D, Oxford : Clarendon Press, 1971, p. LVII-LVIII et Fernando de PULGAR, M. Á. PÉREZ PRIEGO (éd.), Claros varones de Castilla, Madrid : Cátedra, 2007, p. 63-64 (dorénavant Claros varones).

3 Il s’agit des folios 9r, 12r, 16r, 18r, 21r, 22r, 25r, 26r, 28r, 30r, 31r, 37r, 41r, 42r, 45r, 47r, 50r, 54r, 56r, 72r, 78r, 80r. Carmen CRESPO TOBARRA a décrit le manuscrit dans Catálogo de manuscritos de la Real Academia Española, Anejos del Boletín de la Real Academia Española, 50, Madrid : Real Academia Española, 1991, p. 145.

4 H. del PULGAR, R.B. TATE (éd.), Claros varones de Castilla. A critical edition, op. cit., p. LVII.

5 D’après le catalogue de la bibliothèque, le manuscrit date du XVIe siècle mais Devid PAOLINI estime qu’il est moins ancien : il daterait, probablement, du XVIIe siècle. Lire « Acerca de unos manuscritos “desconocidos” de la Biblioteca Nacional de España », Revista de Literatura Medieval, 21, 2009, p. 315-322, p. 317-318.

6 Voir Benito SÁNCHEZ ALONSO, Fuentes de la historia española e hispanoamericana. Ensayo de bibliografía sistemática de impresos y manuscritos que ilustra la historia política de España y sus antiguas provincias de Ultramar, 3 t., Madrid : Publicaciones de la Revista de Filología Española, 1952.

7 La foliotation est tardive puisque, lorsque Ramón Menéndez Pidal a examiné ce manuscrit, elle était inexistante : R. MENÉNDEZ PIDAL, Crónicas generales de España, Madrid : sn, 1918, p. 180.

8 Je remercie Tarik Alchalabi, qui a traduit les deux passages. Son aide a également été précieuse dans la traduction des inscriptions de l’Alhambra.

9 Sur la mort de l’infant d’Aragon, lire Francisco FERNÁNDEZ SERRANO, « La muerte y el epitafio de don Sancho de Aragón, hijo de Jaime I. 1275 », in : Jaime I y su época. X congreso de historia de la corona de Aragón. Ponencias, 3 t., Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1979, 3, p. 509-516. Pour les dates du règne de l’émir mérinide, voir C. MAZZOLI-GUINTARD, Gouverner en terre d’Islam, op. cit., p. 344.

10 Augenadali, dans G, section 13, fol. 13v. Anjonadaly, dans Na (fol. 8v), B (fol. 14r), S (fol. 17v), La (p. 20), Lc (fol. 15r), Ba (fol. 21r). Dans Nb, l’espace est laissé en blanc et il n’y a aucun commentaire marginal (fol. 18v).

11 R. MENÉNDEZ PIDAL, Crónicas generales de España, op. cit., p. 180.

12 Je remercie chaleureusement Madame Maria do Rosário Ferreira, de l’Université de Coimbra, ainsi que Monsieur José Augusto Pereira de Sotto Mayor Pizarro, de l’Université de Porto – auteur d’une thèse de doctorat, soutenue à l’Université de Porto en 1997, intitulée Linhagens medievais portuguesas. Genealogias e estratégias (1279-1325), 2 tomes – pour leur aide, dans l’identification de ces familles portugaises.

13 Voir María Alejandra PLAZA, « Trabajos de curso. La colección Foulché-Delbosc de la Biblioteca Nacional de la República Argentina », Información, cultura y sociedad, 6, 2002, p. 114-133.

14 Feuilletant les pages du catalogue de la bibliothèque de Foulché-Delbosc, Jorge Max Rohde s’exclame alors, admiratif : « Hojeo el catálogo de la Biblioteca hispánica de Foulché-Delbosc, que el mes próximo se dispersará por el mundo. ¡ Cuánto tesoro ! La ciencia y el arte españoles hallan aquí magnífica expresión », ibid., p. 119.

15 J. L. BARRIO MOYA, « Noticias familiares sobre don Francisco Javier de Santiago Palomares, calígrafo toledano del siglo XVIII », Anales toledanos, 43, 2007, p. 165-186, p. 166-167. Talentueux, Francisco Javier de Santiago y Palomares a été considéré comme un véritable artiste. Comme le rappelle J.L. BARRIO MOYA, une place a été réservée à Francisco Javier de Santiago y Palomares au sein du Diccionario de los más ilustres profesores de las Bellas Artes en España, publié en 1800, dans lequel Ceán Bermúdez a répertorié les noms des artistes espagnols ou étrangers ayant travaillé en Espagne entre le Moyen Âge et le XVIIIe siècle. Pour sa part, Emilio Cotarelo y Mori, auteur du Diccionario biográfico y bibliográfico de calígrafos españoles, a considéré que Francisco Javier de Santiago y Palomares était le Pélage de la calligraphie : « Es el Pelayo, el restaurador de la buena escritura española en época en que, olvidada enteramente, iba el arte de escribir de descenso en descenso, caminando a una inevitable ruina, o mejor dicho, había llegado a ella », ibid., p. 165-166. Sur Francisco Javier de Santiago, lire aussi : María del OLMO IBÁÑEZ, « El archivo personal del calígrafo español Francisco Javier de Santiago Palomares (1728-1796) », Tabula : revista de archivos de Castilla y León, 14, 2011, p. 219-229.

16 J.L. BARRIO MOYA, « Noticias familiares… », art. cit., p. 167.

17 « Posiblemente, el manuscrito que se conserva en esta colección sea uno de los ejercicios de copia de documentos relativos a la historiografía castellana del siglo XV », http://catalogo.bn.gov.ar/F?func=myshelf_full&doc_number=000908890&current_library=BNA01&current_base=BNA01&format=999, page consultée le 28 novembre 2019.

18 Des erreurs de copie ou des erreurs dues à la mauvaise lecture des sources utilisées sont commises. Tarik Ibn Ziyad – le chef de l’armée musulmane qui débarqua à Gibraltar, en 711, et qui infligea une sévère défaite aux troupes wisigothes du roi Rodrigue – se dédouble : « e invió a Muza Aben Zair y a Tarif y a Aben Zarza, que dicen eran de los caliphas reyes de Damasco y de Arabia la felice », G, section 2, fol. 4v, je souligne. Dans le manuscrit G, Philippe de Castille, le frère du roi Alphonse X, devient le cousin du souverain : « infante don Phelipe – primo del rey de Castilla – que estaba en Granada », G, section 8, fol. 9r (je souligne). Au sein du manuscrit G, il est précisé que le surnom de l’émir Mohammed V (1354-1359, 1362-1391) est Gundir, en allusion… à la ville de Guadix. L’erreur est répétée, ce qui la rend manifeste : « Mahomat, octavo de este nombre, llamado Gundir, onceno rey de Granada, fue llamado Gundir por el aficion que tenia a aquel lugar », G, section 40, fol. 36v (je souligne). Le copiste du manuscrit G, parfois, se trompe et se rend compte aussitôt de sa méprise : « El año de mil y cuatrocientos y cuarenta y ocho, entro el rey Mahomat el Coxo por el reino de Murcia, en el cual hiço mucho daño, y prendio y mato muchos christianos. Y, en esta /fol. 56r/ entrada, murio don Juan Pacheco, digo don Alonso Tellez Xiron, primo de don Juan Pacheco, que en esta sazon era frontero de Chinchilla y Chillon, de lo cual el rey de Castilla recibio gran pesar », G, section 69, fol. 55v-56r (je souligne).

19 Par exemple, aussi bien dans le manuscrit G que dans le manuscrit B – tout comme dans l’exemplaire sévillan de 1500 (voir page 116 de l’édition de référence) –, l’adjectif acuto est employé au lieu de cauto : « (Fernand Álvarez de Toledo) era muy acuto […] » (G, fol. 107v) et « (Fernand Álvarez de Toledo) era muy acuto […] » (B, fol. 82v).

20 Juan de MARIANA, Historia general de España compuesta, emendada y añadida por el padre Juan de Mariana de la compañía de Jesús, con el sumario y tablas. En Madrid por D. Joachin de Ibarra impresor de cámara de su magestad. Año M.D.CC.LXXX. 2 tomes. Consulter également le travail, réalisé autrefois par G. CIROT, Études sur l’historiographie espagnole : Mariana historien, Bordeaux : Féret et Fils, 1905.

21 Sur la tradition textuelle de l’œuvre, voir M.I. HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, « De la tradición impresa a la tradición manuscrita. Consideraciones sobre el Libro de los claros varones de Castilla de Fernando de Pulgar a la vista de un nuevo testimonio manuscrito del siglo XV », in : Margarita FREIXAS, Silvia IRISO, (coord.), Actas del VIII Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, Santander, 22-26 de septiembre de 1999, 2 t., Santander : Consejería de cultura del gobierno de Cantabria, año jubilar lebaniego, Asociación Hispánica de Literatura Medieval, 2000, 2, p. 945-974 et « El texto de Claros varones de Castilla », in : Andrew M. BERESFORD, (coord.), « Quién hubiese tal ventura » : Medieval Hispanic Studies in Honour of Alan Deyermond, Londres : Department of Hispanic Studies, Queen Mary and Westfield College, 1997, p. 135-147. Le stemma proposé se trouve dans Diccionario filológico de literatura medieval española, op. cit., p. 530.

22 On peut rappeler, à ce propos, le commentaire de J.P. JARDIN : « Il est rare qu’un manuscrit soit le fruit du hasard. Le plus souvent, sa conception relève d’une volonté consciente visant à constituer un ensemble cohérent. », J.P. JARDIN (éd.), Suma de reyes du Despensero, « Introduction », paragraphe 61, in : Suma de Reyes du Despensero, Paris, CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 4), 2012, [En ligne], Mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 16 novembre 2015. URL : http://e-spanialivres.revues.org/487.

23 Les portraits du père et du fils sont édités dans l’annexe 1 du présent ouvrage.

24 Pour la description détaillée de l’ensemble, consulter le Diccionario filológico de literatura medieval española, op. cit., p. 526-530.

25 Claros varones, p. 159.

26 Le premier, semble-t-il, à s’être penché sur la question a été Adolfo BONILLA Y SAN MARTÍN, « Sobre un manuscrito de los Claros Varones de España de Hernando del Pulgar », in : A. BONILLA Y SAN MARTÍN, Anales de Literatura Española, Madrid : Establecimiento tipográfico de la viuda e hijos de Tello, 1904, p. 157-163.

© e-Spania Books, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search