Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le charme du Maure

 | 
Frédéric Alchalabi

Introduction

Texte intégral

  • 1 Dans Le charme du Maure, la forme Fernando de Pulgar (et non Fernando del Pulgar ou bien encore Her (...)

1Le Tractado del origen de los reyes de Granada (dorénavant Tractado, Histoire des émirs de Grenade, Histoire), attribué à Fernando de Pulgar et adressé à la reine Isabelle la Catholique, est un livre à la fois séduisant et singulier1.

  • 2 Chronica. De los muy altos y esclarecidos reyes Catholicos don Fernando y doña Ysabel de gloriosa m (...)

2Singulier, il l’est parce que son auteur – si l’on accepte que celui-ci est Fernando de Pulgar –, présentant son livre comme voulu par la reine immédiatement après la fin de la Reconquête, a écrit la première histoire complète de l’émirat de Grenade, depuis ses origines jusqu’à sa chute, le 2 janvier 1492. D’une certaine façon, le Tractado conclut la Crónica de los reyes católicos de Fernando de Pulgar (dorénavant Crónica, Chronique des Rois Catholiques, Chronique), qui s’arrête brusquement en 1490 même si elle est parfois complétée dans une partie des témoignages conservés par des informations postérieures qui ne sont pas de son auteur2.

  • 3 À ce propos, lire María Jesús VIGUERA MOLINS, « Fuentes árabes alrededor de la guerra de Granada »,(...)

3Le projet de l’auteur du Tractado est particulièrement intéressant : l’écrivain a pour ambition de relater l’histoire de l’émirat de Grenade, à partir de sources puisées dans l’historiographie castillane, sans recourir aux œuvres écrites par les historiens musulmans du Moyen Âge3.

  • 4 Lire la série d’articles écrits par Georges CIROT publiée dans le Bulletin Hispanique (des numéros  (...)
  • 5 G. CIROT, « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle », art. cit., 40 (2), p. 156. Pour (...)
  • 6 Il y a eu, au cours du Moyen Âge péninsulaire, une certaine maurophilie. À ce propos et au sujet de (...)

4Singulier, le livre l’est aussi parce que l’image du Maure qu’il diffuse est nuancée. Si l’auteur de l’Histoire narre, bien sûr, un affrontement, il s’attarde également beaucoup sur les alliances militaires et matrimoniales, voire sur les relations parfois étroites et très amicales entre les rois de Castille et les émirs de Grenade ou bien entre les lignages les plus illustres des deux camps. L’insistance, sur ce dernier point, de l’auteur de l’œuvre attribuée à Fernando de Pulgar est intéressante. Elle fait songer – partiellement – à la « maurophilie littéraire », que Georges Cirot a bien étudiée à la fin des années 1930, et au goût des auteurs espagnols du XVIe siècle pour l’Espagne musulmane4. L’intérêt en la matière de ces auteurs était aussi indéniable que paradoxal : quelques années avant l’expulsion des Morisques d’Espagne, entre 1609 et 1614, « la littérature (s’est trouvée) en contradiction avec les faits »5. Il y a là une certaine coïncidence avec l’Histoire des émirs de Grenade : le Maure, qu’il avait fallu combattre, n’était pas pour autant dépourvu d’un certain charme. Dès lors, une question se pose : si Fernando de Pulgar est bien l’auteur du Tractado, sa maurophilie n’est-elle pas annonciatrice – tout en n’étant pas isolée au Moyen Âge – du courant littéraire postérieur ?6

5Singulier, il l’est car, au fur et à mesure de son étude, son attribution à Fernando de Pulgar, pourtant affirmée dans le prologue des neuf manuscrits conservés de l’œuvre, m’a semblé artificielle et fallacieuse. Les premières recherches que j’ai menées sur le Tractado m’ont, d’ailleurs, incité à faire preuve de prudence. On sait, en effet, peu de choses sur l’ouvrage.

  • 7 Esteban de GARIBAY Y ZAMALLOA, Los qvarenta libros del compendio historial de las chronicas y vnive (...)
  • 8 C’est Garibay qui l’écrit, dans ses Mémoires : Discurso de mi vida, op. cit., p. 140-151.

6La plus ancienne allusion au Tractado que j’ai retrouvée provient de l’une des œuvres d’Esteban de Garibay (1533-1599) – nommé chroniqueur royal de Philippe II, le 16 avril 1592 –, imprimée à Anvers en 1571, Los qvarenta libros del compendio historial de las chronicas y vniversal historia de todos los Reynos de España (dorénavant Compendio)7. Garibay, qui a travaillé pendant dix ans – de 1556 à 15668 – à l’élaboration du Compendio, revient sur les sources qu’il a utilisées afin d’écrire les livres XXXIX et XL, consacrés à la présence musulmane dans la péninsule Ibérique de 711 à 1492 :

  • 9 Compendio, livre XXXIX, chapitre I, p. 324.

Hernando de Pulgar chronista de los catholicos principes don Fernando quinto y doña Isabel, reyes de Castilla, Leon y Aragon, en cuyo tiempo el reyno de Granada acabaron de perder los moros, escribio cierto tratado de algunos reyes moros de Granada, que a mi parecer, seria de los ultimos ; pero no he visto esta escritura, aunque la he procurado9.

7L’allusion de Garibay à un certain Tratado s’apparente à un rendez-vous manqué avec Pulgar : l’auteur du Compendio a eu connaissance – on ne saura pas par quel biais – d’une histoire traitant de quelques émirs de Grenade – les derniers, estime Garibay –, écrite par l’auteur de la Chronique des Rois Catholiques mais qu’il n’a pas réussi à se procurer en dépit de ses efforts.

8En 1622, Alonso López de Haro, l’auteur de la Segunda parte del Nobiliario genealogico de los reyes y titulos de España, mentionne précisément le Tractado et l’utilise, à propos de Pedro de Granada :

  • 10 Alonso LÓPEZ DE HARO, Segunda parte del Nobiliario genealogico de los reyes y titulos de España com (...)

Don Pedro de Granada […] sirvio (a los Reyes Católicos) con mucho amor antes de la entrega de Granada, por cuya causa les fueron entregadas las ciudades de Baça, Guadix y Almeria, fue su capitan general con su gente y parte de la destos catolicos principes para yr a castigar el primer rebelion de las Alpujarras ; juro a estos Catolicos Reyes, como uno de los grandes señores y caballeros destos Reynos, segun escribe Hernando del Pulgar en su tratado genealogico de los reyes de Granada, folio 19, al cual estimaron y honraron con muchas, y grandes ventajas en los actos publicos10.

  • 11 Le lecteur trouvera en annexe la liste des descendants de la famille Alnayar/Granada Venegas, en dé (...)
  • 12 Il s’agit du document 8213, long de 619 folios.
  • 13 Deux travaux ont été consacrés à l’inventaire de la bibliothèque de Pedro de Granada Venegas : José (...)

9Enfin, en 1643, a lieu l’inventaire de la bibliothèque de Pedro III de Granada Venegas – descendant de Pedro I de Granada, dont Alonso López de Haro a évoqué le souvenir –, décédé le 5 février de la même année à Madrid11. Les responsables de l’inventaire ont écrit un long document actuellement conservé aux archives notariales de Madrid, dans lequel tous les biens possédés par le défunt sont répertoriés, en particulier ses livres12. Un manuscrit intitulé Tratado de los reyes de Granada por Hernando de Pulgar et un autre (Tratado de Hernando de Pulgar), qui peut être un deuxième exemplaire de la même œuvre, y ont leur place13.

  • 14 Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos : el umbral del Renacimiento, 2 (...)
  • 15 J. de M. CARRIAZO, La España de los Reyes Católicos (1474-1516), in : Ramón MENÉNDEZ PIDAL (dir.), (...)
  • 16 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, Programa de literatu (...)
  • 17 José FRADEJAS LEBRERO, « Fernando de Pulgar vida y obra », in : Isabel la Católica y Madrid : ciclo (...)

10Le Tractado a suscité l’intérêt de quelques chercheurs. Fernando Gómez Redondo s’en est récemment occupé, en consacrant des pages utiles à l’étude de l’œuvre, sans pour autant se pencher sur la question cruciale de la paternité du livre14. En 1969, Juan de Mata Carriazo a douté de l’attribution de l’Histoire des émirs de Grenade à Fernando de Pulgar mais sans démontrer précisément pourquoi celui-ci ne peut l’avoir écrite15. Plus fermement, dans sa thèse entièrement vouée à l’étude de l’ensemble de l’œuvre de Fernando de Pulgar, Gonzalo Pontón a repoussé l’idée que l’historien puisse avoir été l’auteur du Tractado, sans pour autant étayer ses arguments ni, du reste, émettre d’hypothèse à ce sujet ; il faut dire que ce n’était pas l’objectif de son travail de recherche16. José Fradejas Lebrero, plus prudemment, a émis un avis moins tranché que Gonzalo Pontón, attendant une confirmation ou, à l’inverse, une infirmation, permettant d’attribuer ou non l’œuvre à Fernando de Pulgar17.

  • 18 Nicasio SALVADOR MIGUEL, Isabel la Católica. Educación, mecenazgo y entorno literario, Alcalá de He (...)
  • 19 Semanario erudito, 12, 1788, p. 57-144.
  • 20 M.S. CARRASCO URGOITI, El moro de Granada en la literatura : del siglo XV al XIX, op. cit., p. 28.
  • 21 Emilio LAFUENTE Y ALCÁNTARA, Relaciones de algunos sucesos de los últimos tiempos del reino de Gran (...)

11Pour sa part, Nicasio Salvador Miguel a appelé de ses vœux une édition critique du Tractado18. Il est vrai que, en 1788, Antonio de Valladares de Sotomayor a bien publié le Tractado mais sans en faire d’édition critique19. María Soledad Carrasco Urgoiti a consulté la version imprimée par Valladares de Sotomayor, la jugeant défectueuse20. Au XIXe siècle, Emilio Lafuente y Alcántara a regretté les nombreuses lacunes qui émaillent la version de 1788, dues, selon lui, à la méconnaissance de l’histoire de l’émirat de la part de Pulgar21. Un comble pour l’auteur de la Chronique des Rois Catholiques, témoin de la campagne militaire victorieuse menée par Isabelle Ire et Ferdinand V !

  • 22 C4, note 4, p. XLVII.
  • 23 Diccionario filológico de literatura medieval española, op. cit., p. 549-550 et 556.
  • 24 Patricia GARCÍA SÁNCHEZ MIGALLÓN a lu deux communications, en 2015, portant le même titre : « Camin (...)

12Juan de Mata Carriazo, à nouveau, dans une note de l’introduction de son édition de la Crónica, annonçait son intention d’examiner l’œuvre en détail afin de l’éditer plus tard, mais il ne put le faire22. En 2002, María Isabel Hernández González rangeait le Tractado parmi les livres écrits par Pulgar et faisait part de son projet de publier les œuvres complètes de l’historien23. La publication annoncée n’a pas encore vu le jour. Patricia García Sánchez Migallón, de l’Université Complutense de Madrid, envisage d’éditer le Tractado qui, selon elle, a bien été écrit par Fernando de Pulgar24.

13Livre insaisissable pour Esteban de Garibay, lu et utilisé à plusieurs reprises dans la première moitié du XVIIe siècle, vu comme défectueux ensuite, à la paternité parfois contestée – sans, pour autant, que la question de l’auteur n’ait été encore définitivement tranchée –, une part d’ombre – que ce travail prétend dissiper – enveloppe l’Histoire des émirs de Grenade.

  • 25 A. DOMÍNGUEZ ORTIZ et B. VINCENT distinguent trois étapes, dans le conflit avec les Morisques : « H (...)

14Pour cette raison, l’étude menée prend la forme d’une enquête qui repose sur une hypothèse bâtie autour d’un double postulat : Fernando de Pulgar ne peut être considéré comme l’auteur du Tractado ; celui-ci est l’œuvre d’un ou de plusieurs auteurs qui, bien après la Reconquête – à la fin du XVIe siècle voire au début du XVIIe –, ont écrit une histoire de l’émirat très favorable à une illustre famille morisque de Grenade, les Granada Venegas – à laquelle appartiennent Pedro I de Granada et Pedro III de Granada Venegas –, issue du lignage musulman Alnayar, ayant échappé à la dispersion des Morisques du royaume de Grenade décidée après la rébellion de 1568-1570 et qui, plus tard encore, ne sera pas concernée par l’expulsion des Morisques des années 1609-161425.

  • 26 Dans Le charme du Maure, il est appelé Yahya Alnayar quand il était encore musulman puis Pedro I de (...)

15Le personnage central de cette famille – pour ne pas dire son maillon –, que l’on découvrira peu à peu dans les pages qui suivent, se nomme Yahya (ou Cidi Yahya) Alnayar, appelé Pedro de Granada après sa conversion au christianisme et son baptême26. C’est son portrait qui est reproduit sur la page de couverture de l’enquête.

  • 27 J. A. GARCÍA LUJÁN, « Genealogía del linaje Granada Venegas desde Yusuf IV, Rey de Granada (1432), (...)
  • 28 Origen de la casa de Granada, Madrid, Bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire, ms. 9/195, fol. (...)

16Yahya Alnayar est certainement né dans les années 1440 ; Pedro de Granada décède, en 150627. Yahya Alnayar était issu d’une famille musulmane prestigieuse et puissante. Il était le petit-fils de l’émir Youssef IV, qui a brièvement régné en 1432, et il descendait d’Ibn Hud Alnayar, défait par Ferdinand III devant Cordoue en 1236. D’après l’auteur d’Origen de la casa de Granada (dorénavant Origen) – œuvre inédite conservée à la Bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid, utilisant notamment le Tractado comme source et retraçant l’histoire de la famille Alnayar/Granada Venegas de ses origines jusqu’à la fin du XVIIe siècle –, son plus ancien ancêtre était Ibdinabal, en partie Wisigoth et musulman, qui régna à Saragosse en 77528.

17En 1489, Yahya Alnayar a défendu vaillamment la ville musulmane de Baza, attaquée par les troupes des Rois Catholiques. Après d’âpres combats ayant duré six mois, il a dû se rendre. C’est au cours de ce siège que Yahya a décidé de se convertir au christianisme, après l’apparition miraculeuse de saint Pierre au plus fort de la bataille : le saint, ses clefs à la main, a incité le défenseur de Baza à la conversion. En somme, il s’agissait de procéder à un échange symbolique : celui des clefs du paradis contre celles de Baza, en attendant celles de Grenade et de l’Alhambra. Origen garde le souvenir de cette apparition, une vignette représentant saint Pierre figurant au premier folio du manuscrit.

Origen de la Casa de Granada, Biblioteca de la Real Academia de la Historia de Madrid, ms. 9/195, fol. 1r (détail).

Origen de la Casa de Granada, Biblioteca de la Real Academia de la Historia de Madrid, ms. 9/195, fol. 1r (détail).
  • 29 Voir Ángel GALÁN SÁNCHEZ, « Poder cristiano y “colaboracionismo” mudéjar en el Reino de Granada (14 (...)

18Avec son fils Ali Omar, né en 1467 et mort en 1534 – qui est devenu Alonso I de Granada après s’être converti, lui aussi, au christianisme et après avoir été baptisé –, Pedro I de Granada fait partie des Morisques provenant de l’aristocratie musulmane de Grenade qui ont collaboré avec les Rois Catholiques et leurs successeurs29. Après la disparition de Pedro I et d’Alonso I, d’autres générations se sont succédées, issues de mariages avec des familles de l’aristocratie chrétienne. Pedro II de Granada Venegas Mendoza (1502-1556), Alonso II de Granada Venegas Rengifo (né à la fin des années 1530 et mort en 1611), Pedro III de Granada Venegas (1559-1643), premier bénéficiaire de la famille du titre de marquis de Campotéjar l’année de son décès, possesseur d’un ou plusieurs exemplaires de l’Histoire comme on l’a vu. Tous, en profitant des largesses des Rois Catholiques et de celles des souverains qui leur ont succédé, ont prospéré.

  • 30 E. SORIA MESA, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí en la o (...)
  • 31 Ibid., p. 54.
  • 32 Manuel BARRIOS AGUILERA, La convivencia negada. Historia de los moriscos del Reino de Granada, Gren (...)

19En effet, une fois la Reconquête achevée, Isabelle Ire et Ferdinand V sont parvenus à s’attacher les services des descendants vaincus de l’aristocratie musulmane ayant fait le choix de rester en Espagne, en leur distribuant des privilèges, en leur octroyant une position semblable à celle des vainqueurs, en leur attribuant un rôle politique important à Grenade30. La protection offerte par les Rois Catholiques n’était pas désintéressée. En échange de telles faveurs, Pedro de Granada et ses descendants ont soutenu activement les entreprises, militaires notamment, de la couronne. Par exemple, Pedro et son fils ont participé à la répression menée à l’encontre des Mudéjars du royaume de Grenade qui s’étaient rebellés en 149931. La communauté morisque de Grenade formait un ensemble complexe, dans lequel les descendants de la noblesse musulmane, à présent intégrés à l’ordre nouveau, servaient aussi d’intermédiaires entre la couronne et ceux qui ne l’étaient pas toujours, la masse morisque32.

  • 33 B. VINCENT, « Los moriscos que permanecieron en el reino de Granada después de la expulsión de 1570 (...)
  • 34 Origen, fol. 21r-22r.

20Comme quelques autres grandes familles morisques de Grenade, les Granada Venegas font partie des vainqueurs de la guerre contre l’émirat menée par les Rois Catholiques à partir de la défaite chrétienne de Zahara – conquise par les troupes de l’émir, en décembre 1481 – jusqu’à la chute de Grenade. Au fil du temps, pour ces autres vainqueurs, pour ces privilégiés issus de l’aristocratie grenadine qui n’ont pas été expulsés – pourquoi se débarrasser des meilleurs d’entre eux33 ? –, il s’est avéré nécessaire de réécrire l’histoire, comme, par exemple, dans Origen où l’auteur fait alterner la reproduction de chartes authentiques avec celle de faux documents : l’œuvre contient une lettre d’Alphonse, le frère cadet d’Isabelle, datée du 7 juin 1469… soit un an après la mort du jeune garçon34 !

  • 35 Voir J. CASTILLO FERNÁNDEZ, « Hidalgos moriscos : ficción histórica y realidad social. El ejemplo d (...)
  • 36 Antonio Luis CORTÉS PEÑA, B. VINCENT, Historia de Granada. La época moderna. Siglos XVI, XVII y XVI (...)

21Origen ne constitue pas un cas isolé. D’autres œuvres à caractère généalogique écrites dans la deuxième moitié du XVIe siècle et au XVIIe siècle, fondées en partie sur des documents qui n’étaient pas authentiques, liaient des familles nobles et morisques de l’époque à l’aristocratie musulmane grenadine de l’émirat35. Fort paradoxalement, dans une Espagne où la question de la pureté de sang était devenue prédominante, il n’était ni nécessaire ni même souhaitable, pour un descendant de l’aristocratie musulmane de Grenade, de cacher ses origines et, encore moins, ses différents soutiens à la cause chrétienne au cours des XIIIe-XVe siècles. Comme l’ont écrit Antonio Luis Cortés Peña et Bernard Vincent, Grenade était alors un nouveau monde dans l’ancien, une terre ouverte aux ambitieux36.

  • 37 B. VINCENT, « Algunas voces más : de Francisco Núñez Muley a Fátima Ratal », », in : B. VINCENT, El (...)

22Le Tractado – œuvre apocryphe – est un exemple de ces falsifications des XVIe-XVIIe siècles, s’insérant dans le cadre, non plus de la production généalogique, mais historiographique. L’effort est remarquable. Comme dans Origen, derrière le Tractado se cache une vaste entreprise lignagère liée à la situation des Granada Venegas dans l’Espagne de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe. Le charme du Maure n’est pas, pourtant, le livre consacré à la famille Granada Venegas que Bernard Vincent attendait en 199537. La portée et l’envergure de l’enquête menée se veulent plus modestes.

23La finalité de l’enquête est de démontrer que l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade se tourne vers le passé – en rendant légitime le pouvoir, voire l’emprise, qu’avait la famille Alnayar sur l’émirat de Grenade –, dans le but de mieux construire le présent et d’assurer l’avenir, en renforçant l’influence des Granada Venegas dans une Espagne désormais entièrement chrétienne, du moins officiellement. Deux contextes historiques sont pris en compte dans les pages qui suivent : celui des siècles qui retiennent l’attention de l’auteur de l’Histoire et celui de l’écriture ainsi que de la réception de l’ouvrage. L’utilité du Moyen Âge est patente : celui-ci constituait, à l’époque où l’Histoire a été écrite, une matrice qui devait être contrôlée pour ne pas être compromettante.

24L’enquête menée a pour ambition de répondre à plusieurs questions. Quelles pièces concrètes apportent la preuve que l’attribution du Tractado à Fernando de Pulgar est inacceptable ? Pourquoi et comment l’Histoire poursuit-elle et relaie-t-elle, par le biais d’une chronique apocryphe se présentant comme une compilation de sources médiévales écrite à la fin du XVe siècle, les efforts d’intégration et d’assimilation au sein de la société chrétienne d’une famille morisque issue de l’élite grenadine ? Comment l’auteur du Tractado voit-il le passé de cette famille et l’histoire de l’émirat nasride ? L’Histoire des émirs de Grenade est-elle le fruit d’une entreprise individuelle – celle d’un auteur écrivant, seul et de son plein gré, un livre traitant de l’histoire de l’émirat, favorable à la famille Granada Venegas – ou bien collective ? Dans cette dernière hypothèse, une intervention directe d’un membre de la famille Granada Venegas, en tant que promoteur de l’Histoire, est-elle envisageable ? L’enquête, en somme, porte sur la réception et l’exploitation de l’histoire et de l’historiographie médiévales péninsulaires, dans un ouvrage écrit à la charnière des XVIe-XVIIe siècles par un auteur anonyme tentant de se faire passer pour Fernando de Pulgar.

25Le charme du Maure s’articule autour de trois chapitres. Le premier est consacré à la tradition manuscrite de l’œuvre et à la question du choix des témoignages – le manuscrit 150 de la Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole de Madrid accompagné du manuscrit 7867 de la Bibliothèque Nationale d’Espagne de Madrid – servant de point d’appui à l’enquête. Tout au long du deuxième chapitre, les arguments démontrant que Fernando de Pulgar ne peut avoir écrit l’Histoire des émirs de Grenade sont développés. Enfin, dans le dernier chapitre, les trois idées directrices, autour desquelles l’ouvrage s’articule, sont exposées.

Notes

1 Dans Le charme du Maure, la forme Fernando de Pulgar (et non Fernando del Pulgar ou bien encore Hernando del Pulgar) a été préférée puisqu’il s’agit de celle qui apparaît dans les documents de l’époque. Cependant, la forme que les éditeurs des différentes œuvres de l’auteur ont choisie n’a pas été modifiée, que ce soit dans les notes de bas de page ou bien dans la bibliographie. Voir, à ce sujet, María Isabel HERNÁNDEZ GONZÁLEZ dans Carlos ALVAR, José Manuel LUCÍA MEGÍAS (coord.), Diccionario filológico de literatura medieval española. Textos y transmisión, Madrid : Nueva biblioteca de erudición y crítica-Editorial Castalia, 2002, p. 521. Comme pour Miguel Ángel LADERO QUESADA et Christine MAZZOLI-GUINTARD, les auteurs respectifs de Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), Madrid : Editorial Gredos, 1989, p. 101 et Gouverner en terre d’Islam, Xe-XVe siècle, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 51-52, dans l’enquête, il est question d’émirs et d’émirat de Grenade et non de rois ou de royaume de Grenade comme l’écrit l’auteur de l’ouvrage apocryphe. Lorsque le nom d’un émir est mentionné pour la première fois, ses dates de règne figurent entre parenthèses. Ces dates correspondent à celles admises par M. Á. LADERO QUESADA et non pas à celles données par l’auteur du Tractado, souvent erronées.

2 Chronica. De los muy altos y esclarecidos reyes Catholicos don Fernando y doña Ysabel de gloriosa memoria. Dirigida a la Catholica Real Magestad del Rey don Philipe nuestro Señor. Compvesta por el maestro Antonio de Nebrixa, chronista que fue de los dichos reyes Catholicos. Impressa en Valladolid, en casa de Sebastian Martinez. Año de M.D.LXV., dorénavant C1. Chronica de los mvy Altos, y esclarecidos Reyes Catholicos don Hernando y Doña Ysabel de gloriosa memoria, dirigida a la Catholica Real Magestad del Rey don Philipe nuestro Señor : compuesta que fue en romance por Hernando del Pulgar chronista de los dichos Reyes Catholicos : vista por el excelentissimo y Reuerendissimo señor don Hernando de Aragon, Arçobispo de çaragoça y Visorey de Aragon. Con vna sumaria adicion de las otras conquistas : y con su licencia impressa. En çaragoça en casa de Juan Millan, Año, M.D.LXVII. Véndense en casa de Miguel de Guelues als çapilla Infançon, mercader de libros, y vezino de la dicha ciudad, dorénavant C2. Crónica de los señores Reyes Católicos don Fernando y doña Isabel de Castilla y de Aragón escrita por su cronista Hernando del Pulgar, cotejada con antiguos manuscritos y aumentada de varias ilustraciones y enmiendas, in  : Cayetano ROSELL (éd.), Crónicas de los reyes de Castilla, desde don Alfonso el Sabio hasta los Católicos Don Fernando y Doña Isabel, 3 t., Madrid : Atlas (BAE), 1953, 3, p. 223-511, dorénavant C3. Fernando del PULGAR, Juan de Mata CARRIAZO (éd.), Crónica de los reyes católicos. Edición facsímil, 2 t., présentation par Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ et étude préliminaire de Gonzalo PONTÓN, Grenade-Séville-Madrid : Universidad de Granada, Universidad de Sevilla, Marcial Pons, 2008, dorénavant C4. Après avoir localisé préalablement quarante-trois manuscrits, analysés ensuite avec attention, Juan de Mata Carriazo a alors choisi – afin d’établir son édition de la Chronique des Rois Catholiques – de faire principalement confiance au manuscrit 18062 de la Bibliothèque Nationale d’Espagne de Madrid. Celui-ci constituait, à ses yeux, une version inédite de l’œuvre – du moins différente de celle transmise par les exemplaires imprimés en 1565, 1567 et 1780. La version contenue dans le manuscrit 18062 était plus détaillée : Juan de Mata Carriazo l’a considérée, pour cette unique raison, comme étant beaucoup plus proche de l’original de Fernando de Pulgar que ne l’étaient les trois versions précédemment imprimées. Le travail d’édition de la chronique de Pulgar de Juan de Mata Carriazo a fait l’objet de réserves : M. I. HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, Diccionario filológico, op. cit., p. 549, et G. PONTÓN, C4, p. LXXVI-LXXXVIII. D’une part, il a été reproché à Carriazo d’avoir comblé les lacunes du manuscrit 18062 non pas en utilisant des manuscrits appartenant à la même tradition textuelle mais en se servant de la version imprimée en 1780 : l’édition qu’il propose se distingue donc par son caractère hybride (C4, p. XIV). G. PONTÓN estime, avec raison, dans son étude préliminaire : « Entiendo pues que el principal reproche crítico que hoy puede hacerse a la tarea de Carriazo es que partió de la idea de que el manuscrito 18.062 es el mejor, y no llegó a esa conclusión : ante la importancia de su descubrimiento, se resistió a supeditarlo a un criterio de coherencia textual », p. LXXXIV. D’autre part, Juan de Mata Carriazo a sans doute écarté un peu trop rapidement le manuscrit 1759, conservé également à la Bibliothèque Nationale d’Espagne, qui reproduit une version de la Crónica attribuée à Lorenzo Galíndez de Carvajal, dont le contenu est proche de celui des versions imprimées. Plus généralement, sur le travail d’édition de Juan de Mata Carriazo, voir Rafael BELTRÁN, « Don Juan de Mata Carriazo, editor de crónicas medievales », in : Juan Luis CARRIAZO RUBIO (coord.), Juan de Mata Carriazo y Arroquia, perfiles de un centenario (1899-1999), Séville : Universidad de Sevilla-Secretariado de publicaciones de la Universidad de Sevilla, 2001, p. 59-109. Compte tenu de ces réserves, l’examen de C4 est complété, dans ce travail, par celui de C2.

3 À ce propos, lire María Jesús VIGUERA MOLINS, « Fuentes árabes alrededor de la guerra de Granada », in : M. Á. LADERO QUESADA (coord.), La incorporación de Granada a la corona de Castilla, Grenade : Diputación provincial de Granada, 1993, p. 419-439.

4 Lire la série d’articles écrits par Georges CIROT publiée dans le Bulletin Hispanique (des numéros 40 à 46, de 1938 à 1944), depuis « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle », Bulletin hispanique, 40 (2), 1938, p. 150-157, jusqu’à « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle (suite et fin) », Bulletin hispanique, 46 (1), 1944, p. 5-25. Consulter aussi María Soledad CARRASCO URGOITI, qui rappelle ce que l’on doit à Marcelino MENÉNDEZ PELAYO, lequel s’était intéressé à ce sujet avant G. CIROT : « Menéndez Pelayo ante la maurofilia literaria del siglo XVI : comentarios al capítulo VII de los Orígenes de la novela », in : Raquel GUTIÉRREZ SEBASTIÁN, Borja RODRÍGUEZ GUTIÉRREZ (éd.), Orígenes de la novela : estudios : ponencias presentadas al congreso I Encuentro Nacional Centenario de Marcelino Menéndez Pelayo celebrado en Santander los días 11 y 12 de diciembre de 2006, Santander : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cantabria, Sociedad Menéndez Pelayo, 2007, p. 279-293. Lire aussi Barbara FUCHS, Una nación exótica. Maurofilia y construcción de España en la temprana Edad Moderna, traduction effectuée par Horacio PONS, Madrid : Ediciones Polifemo, 2011 (traduction de l’étude parue en anglais sous le titre Exotic Nation. Maurophilia and the Construction of Early Modern Spain, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 2009). Consulter enfin María Rosa LIDA DE MALKIEL, « El moro en las letras castellanas », Hispanic Review, 28 (4), octobre 1960, p. 350-358.

5 G. CIROT, « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle », art. cit., 40 (2), p. 156. Pour une vision d’ensemble de l’histoire des Morisques, voir Antonio DOMÍNGUEZ ORTIZ, Bernard VINCENT, Historia de los moriscos. Vida y tragedia de una minoría, Madrid : Alianza Editorial, 1984.

6 Il y a eu, au cours du Moyen Âge péninsulaire, une certaine maurophilie. À ce propos et au sujet de la présence des Maures dans la production écrite médiévale, lire Ana BENITO, « La ubicua presencia del moro : maurofilia y maurofobia literaria como productos de consumo cristiano », in : Belén BISTRUÉ, Anne ROBERTS (coord.), Disobedient Practices : Textual Multiplicity in Medieval and Golden Age, Newark : Juan de la Cuesta-Hispanic Monographs, 2015, p. 103-128, M.S. CARRASCO URGOITI, El moro de Granada en la literatura : del siglo XV al XIX (edición facsímil y estudio preliminar de Juan Martínez Ruiz), Grenade : Universidad – Servicio de Publicaciones, 1989, Harry Austin DEFERRARI, The Sentimental Moor in Spanish literature before 1600. A Thesis in Romanic Languages presented to the Faculty of the Graduate School of the University of Pennsylvania in partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Doctor of Philosophy, Philadelphie : Westbrook, 1927, Amelia GARCÍA VALDECASAS, Rafael BELTRÁN LLAVADOR, « La maurofilia como ideal caballeresco en la literatura cronística del XIV y XV », Epos : revista de filología, 5, 1989, p. 115-140, Jean-Pierre JARDIN, « Les représentations du Maure dans la littérature castillane du XIIIe siècle », in : Augustin REDONDO (dir.), Les représentations de l’Autre dans l’espace ibérique et ibéro-américain. I, Perspective synchronique : actes du colloque organisé à la Sorbonne par le GRIMESREP les 8, 9 et 10 mars 1990, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1991, p. 23-31, José Luis MOURE : « Alteridad y asimilación en las figuras del moro en la cronística castellana de los siglos XIV y XV », in : Susana B. MURPHY (coord.), El otro en la Historia : el extranjero. Compilación de trabajos presentados en el VII Congreso Internacional de ALADAA (Asociación Latinoamericana de Estudios Afroasiáticos) México, noviembre de 1992, Buenos Aires : Facultad de Filosofía y Letras – Universidad de Buenos Aires, 1995, p. 37-51, Irene ZADERENKO, « La imagen del moro en la Leyenda de los infantes de Lara », Letras, 48-49, 2003-2004, p. 159-164, id., « La maurofilia en la poesía épica medieval », Letras, 67-68, janvier-décembre 2013, p. 185-194, id., « Maurofilia en la leyenda de los Siete infantes de Lara, un rasgo excepcional de la épica española », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 36, 2013, p. 59-82. Sur la part des références à l’islam, à l’époque de Pierre Ier, ainsi que sur leur signification, consulter la thèse de Julie MARQUER, Propagande politique et Islam d’Occident sous le règne de Pierre Ier de Castille (1350-1369), dirigée par Georges MARTIN et soutenue le 29 novembre 2014, à l’Université Paris – Sorbonne.

7 Esteban de GARIBAY Y ZAMALLOA, Los qvarenta libros del compendio historial de las chronicas y vniversal historia de todos los Reynos de España. Compvestos por Estevan de Garibay y Çamalloa, de nacion Cantabro, vezino de la villa de Mondragon, de la Prouincia de Guipuzcoa, diuidido en quatro tomos. Dirigidos al dotor Monserrate Ramon, y del Consejo de su Magestad, en el Principado de Cathaluña. Año 1628. Impresso en Barcelona, Por Sebastian de Cormellas. Y a su costa. Sur Garibay, lire Alfredo ALVAR EZQUERRA, « Esteban de Garibay (1533-1599) », http://www.proyectos.cchs.csic.es/humanismoyhumanistas/esteban-de-garibay-biografia, ISBN 978-84-694-8478-4, page consultée le 28 novembre 2019. Lire aussi l’introduction des Mémoires de Garibay : Esteban de GARIBAY Y ZAMALLOA, Jesús MOYA, (éd.), Discurso de mi vida, Bilbao : Universidad del País Vasco/Euskal Herriko Unibertsitatea, Servicio Editorial, 1999. Voir enfin Iñaki BAZÁN, (coord.), El historiador Esteban de Garibay, Saint-Sébastien : Eusko Ikaskuntza, 2001, en particulier deux articles : Iñaki BAZÁN, « La historiografía medieval vasca y su influencia en la obra de Garibay », p. 75-122, et J. MOYA, « El alma de Garibay. Perfil psicológico, a través de su Autobiografía (una mentalidad de la Contrarreforma) », p. 123-148.

8 C’est Garibay qui l’écrit, dans ses Mémoires : Discurso de mi vida, op. cit., p. 140-151.

9 Compendio, livre XXXIX, chapitre I, p. 324.

10 Alonso LÓPEZ DE HARO, Segunda parte del Nobiliario genealogico de los reyes y titulos de España compuesto por Alonso Lopez de Haro. En Madrid : por la viuda de Fernando Correa de Montenegro, 1622, p. 107. Je souligne. La transcription du Nobiliario apparaît également dans María Teresa FERNÁNDEZ-MOTA, « Cidi Yahia Alnayar, caudillo de Baza y Almería », Hidalguía, 130, 1953, p. 469-480, p. 479-480.

11 Le lecteur trouvera en annexe la liste des descendants de la famille Alnayar/Granada Venegas, en débutant par Selim Alnayar.

12 Il s’agit du document 8213, long de 619 folios.

13 Deux travaux ont été consacrés à l’inventaire de la bibliothèque de Pedro de Granada Venegas : José Luis BARRIO MOYA, « Los libros y las colecciones artísticas del marqués de Campotéjar (1643) », Analecta Calasanctiana, 25, 1983, p. 183-194, María del Carmen ÁLVAREZ MÁRQUEZ, José Antonio GARCÍA LUJÁN, « Las lecturas de don Pedro de Granada Venegas, I marqués de Campotéjar (1559-1643) », Historia. Instituciones. Documentos, 35, 2008, p. 148-189, p. 184. Consulter aussi J.A. GARCÍA LUJÁN, « La memoria escrita de la Casa de Granada : el archivo del marquesado de Campotéjar (s. XV-1643) », Historia. Instituciones. Documentos, 40, 2013, p. 35-79.

14 Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos : el umbral del Renacimiento, 2 t., Madrid : Cátedra, 2012, 1, p. 276-282. F. GÓMEZ REDONDO s’est intéressé au Tractado, ailleurs, en le définissant comme une œuvre historiographique clef, liée à son contexte culturel et littéraire : « pieza historiográfica imprescindible para comprender las estructuras subyacentes en los libros de asunto morisco, por cuanto reconstruye todo un ambiente de leyendas que oficializa la materia contenida en los romances fronterizos », in : Carlos ALVAR, Ángel GÓMEZ MORENO, F. GÓMEZ REDONDO, La prosa y el teatro en la Edad Media, Madrid : Taurus, 1991, p. 59.

15 J. de M. CARRIAZO, La España de los Reyes Católicos (1474-1516), in : Ramón MENÉNDEZ PIDAL (dir.), Historia de España, Madrid : Espasa Calpe, 1969, tome 17.1, p. 394.

16 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, Programa de literatura española, Departamento de filología española, Université Autonome de Barcelone, p. 597-603.

17 José FRADEJAS LEBRERO, « Fernando de Pulgar vida y obra », in : Isabel la Católica y Madrid : ciclo de conferencias, Madrid : Instituto de Estudios Madrileños, CSIC, 2006, p. 109-143.

18 Nicasio SALVADOR MIGUEL, Isabel la Católica. Educación, mecenazgo y entorno literario, Alcalá de Henares : Centro de Estudios Cervantinos, 2008, p. 227-228.

19 Semanario erudito, 12, 1788, p. 57-144.

20 M.S. CARRASCO URGOITI, El moro de Granada en la literatura : del siglo XV al XIX, op. cit., p. 28.

21 Emilio LAFUENTE Y ALCÁNTARA, Relaciones de algunos sucesos de los últimos tiempos del reino de Granada que publica la Sociedad de Bibliófilos Españoles, Madrid : Sociedad de Bibliófilos Españoles, 1868.

22 C4, note 4, p. XLVII.

23 Diccionario filológico de literatura medieval española, op. cit., p. 549-550 et 556.

24 Patricia GARCÍA SÁNCHEZ MIGALLÓN a lu deux communications, en 2015, portant le même titre : « Camino hacia una edición crítica del Tratado del origen de los reyes de Granada de Fernando del Pulgar » (IV Jornadas de iniciación a la investigación, Université Complutense de Madrid, 23-25 mars 2015 ; I Congreso internacional de jóvenes investigadores de la Universidad de León. Mundo hispánico : cultura, arte y sociedad, 28-30 mai 2015). Les actes de ces deux journées n’ayant pas été publiés au moment où l’enquête a été rédigée, je n’ai pu consulter que le résumé du travail de P. GARCÍA SÁNCHEZ MIGALLÓN lu à l’Université de León, dans lequel l’auteur attribue, sans aucune hésitation, l’Histoire des émirs de Grenade à Fernando de Pulgar.

25 A. DOMÍNGUEZ ORTIZ et B. VINCENT distinguent trois étapes, dans le conflit avec les Morisques : « Hay general acuerdo sobre las tres etapas del conflicto cristiano-morisco, articuladas en torno a tres acontecimientos decisivos : 1500-1502, conversión de los mudéjares castellanos, 1568-1570, sublevación de los moriscos granadinos y 1609-1614, expulsión general », Historia de los moriscos, op. cit., p. 17. À propos des années 1570-1571, A. DOMÍNGUEZ ORTIZ et B. VINCENT écrivent : « El 1.° de noviembre de 1570 se ordena el envío de todos los moriscos granadinos hacia las dos Castillas, Andalucía Occidental y Extremadura. En pocos días, 50.000 personas, poco más o menos, abandonan para siempre sus lugares de origen. El 30 de noviembre, don Juan de Austria, que ha dirigido la guerra desde el lado cristiano, terminada su misión, se aleja de Granada. El 15 de marzo de 1571 Aben Aboo, sucesor de Aben Humeya como jefe de los sublevados, es asesinado por Gonzalo el Seniz, uno de sus antiguos partidarios. La resistencia morisca ya no es más que un fuego que se extingue lentamente », ibid., p. 35. Le lignage Granada Venegas, comme d’autres familles, a pu échapper à l’expulsion décrétée sous Philippe III. Pour une vue d’ensemble, voir Enrique SORIA MESA, Los últimos moriscos. Pervivencias de la población de origen islámico en el Reino de Granada (siglos XVII-XVIII), Valence-Grenade-Saragosse : Universitat de València-Universidad de Granada-Universidad de Zaragoza, 2014.

26 Dans Le charme du Maure, il est appelé Yahya Alnayar quand il était encore musulman puis Pedro I de Granada, une fois baptisé.

27 J. A. GARCÍA LUJÁN, « Genealogía del linaje Granada Venegas desde Yusuf IV, Rey de Granada (1432), hasta la extinción de la varonía del linaje (1660) », in : J. A. GARCÍA LUJÁN (coord.), Nobleza y monarquía. Los linajes nobiliarios en el reino de Granada, siglos XV-XIX. El linaje Granada Venegas, marqueses de Campotéjar. Actas del simposio celebrado en Huéscar del 16 al 18 de septiembre de 2010, Huéscar : Asociación Cultural Raigadas, 2010, p. 13-43.

28 Origen de la casa de Granada, Madrid, Bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire, ms. 9/195, fol. 2v-3r. Voir également E. SORIA MESA, « Una versión genealógica del ansia integradora de la élite morisca : el Origen de la casa de Granada », Sharq al-Andalus, 12, 1995, p. 213-221. C’est au folio 25r que l’auteur de l’œuvre généalogique fait allusion à l’Histoire des émirs de Grenade : « […] segun escribe Fernando del Pulgar en el tratado de los reyes de Granada […] ».

29 Voir Ángel GALÁN SÁNCHEZ, « Poder cristiano y “colaboracionismo” mudéjar en el Reino de Granada (1485-1501) », in : José Enrique LÓPEZ DE COCA CASTAÑER, Estudios sobre Málaga y el Reino de Granada en el V centenario de la conquista, Málaga : Servicio de Publicaciones-Diputación Provincial de Málaga, 1988, p. 271-289. Comme pour son père, dans ce travail, Ali Omar s’appelle ainsi quand il était encore musulman ; il se nomme Alonso, quand il est question de lui après son baptême.

30 E. SORIA MESA, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí en la oligarquía granadina. Siglos XV-XVII », Áreas, 14, 1992, p. 51-64, p. 53.

31 Ibid., p. 54.

32 Manuel BARRIOS AGUILERA, La convivencia negada. Historia de los moriscos del Reino de Granada, Grenade : Editorial Comares, 2007, p. 138. Javier CASTILLO FERNÁNDEZ, « La asimilación de los moriscos granadinos : un modelo de análisis », in : Antonio MESTRE SANCHÍS, Enrique GIMÉNEZ LÓPEZ, (coord.), Disidencias y exilios en la España moderna. Actas de la IV reunión científica de la Asociación española de historia moderna, Alicante, 27-30 de mayo de 1996, 2 t., Alicante : Caja de Ahorros del Mediterráneo-Universidad de Alicante-AEHM, 1997, 2, p. 347-361, p. 348.

33 B. VINCENT, « Los moriscos que permanecieron en el reino de Granada después de la expulsión de 1570 » in : B. VINCENT, Andalucía en la edad moderna : economía y sociedad, Grenade : Diputación provincial de Granada, 1985, p. 267-286, p. 281. À propos de ces autres vainqueurs de la guerre, voir Valeriano SÁNCHEZ RAMOS, « Los moriscos que ganaron la guerra », in : Abdeljelil  TEMIMI (éd.) : Mélanges Louis Cardaillac, 2 t., Zaghouan : Fondation Temimi pour la Recherche Scientifique et l’Information, 1995, 2, p. 613-627.

34 Origen, fol. 21r-22r.

35 Voir J. CASTILLO FERNÁNDEZ, « Hidalgos moriscos : ficción histórica y realidad social. El ejemplo del linaje Enríquez Meclín de la tierra de Baza (siglos XV-XVIII) », in : A. TEMIMI (éd.), Mélanges Louis Cardaillac, op. cit., 1, p. 161-180 et E. SORIA MESA, La nobleza en la España moderna : cambio y continuidad, Madrid : Marcial Pons, 2007.

36 Antonio Luis CORTÉS PEÑA, B. VINCENT, Historia de Granada. La época moderna. Siglos XVI, XVII y XVIII, Grenade : Editorial don Quijote, 1986, p. 190. Voir aussi E. SORIA MESA, Linajes granadinos, Grenade : Diputación de Granada-Los libros de la estrella, 2008, p. 23.

37 B. VINCENT, « Algunas voces más : de Francisco Núñez Muley a Fátima Ratal », », in : B. VINCENT, El río morisco, Valence-Grenade-Saragosse : Universitat de València-Universidad de Granada-Universidad de Zaragoza, 2006, p. 89-104, p. 91.

Table des illustrations

Titre Origen de la Casa de Granada, Biblioteca de la Real Academia de la Historia de Madrid, ms. 9/195, fol. 1r (détail).
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/1787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© e-Spania Books, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site