Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le charme du Maure

 | 
Frédéric Alchalabi

Préface

Bernard Vincent

Texte intégral

1L’œuvre de Fernando de Pulgar a été depuis le temps de son élaboration, durant le dernier tiers du XVe siècle, considérée comme majeure. Quatre éléments ont sans cesse fait l’objet de commentaires et d’éditions : les Coplas de Mingo Revulgo ; les Claros varones de Castilla ; la Crónica de los señores Reyes Católicos don Fernando y doña Isabel ; les letras qui sont au nombre de 33. Rappelons par exemple, en s’en tenant aux initiatives postérieures à 1900, que la Crónica a été éditée en 1943 et en 2008 et les Claros varones en 1923, 1940, 1971, 1985 et 2007 ce qui traduit la constance de l’intérêt porté à l’historien castillan chroniqueur officiel de la reine Isabelle.

2Il est dans ces circonstances d’autant plus surprenant que le Tractado del origen de los reyes de Granada qui aurait été commandé par la reine à son chroniqueur et qui lui aurait, à en juger par la mention figurant dans le titre, été dédié par son auteur, n’ait pas suscité davantage de curiosité. Jusqu’à ce jour nous ne disposions que de l’édition, non critique, réalisée par Antonio de Valladares de Sotomayor en 1788. Nous devons de ce fait être très reconnaissants à Frédéric Alchalabi d’avoir voulu combler cette lacune et d’y avoir à cet effet consacré une étude approfondie.

3Il faut d’abord saluer la qualité de la démarche. Le chercheur, familier de l’historiographie médiévale, s’était sans aucun doute de longue date posé beaucoup de questions à propos de ce texte au contenu à bien des égards énigmatique. Il a conduit pour y répondre une enquête – le mot est justement revendiqué – minutieuse. Je souligne à dessein le terme enquête parce que le cheminement suivi dans cet ouvrage est parfaitement comparable à celui d’un policier qui ne négligerait aucun indice, aucune piste. Et ainsi au cours de la lecture nous sommes bientôt convaincus que ce texte est un faux dont il faut retrouver l’auteur et son mobile.

4Pour ce faire Frédéric Alchalabi a procédé en trois étapes. Il a d’abord examiné jusque dans les moindres détails tous les exemplaires existants du Tractado del origen de los reyes de Granada. Ils sont au nombre de 9 conservés dans sept bibliothèques distinctes, en Espagne, au Portugal et en Argentine. Il a décidé d’établir l’édition du plus complet d’entre eux, le manuscrit 150 de l’Académie Royale d’Espagne et de le compléter en fournissant les variantes de deux autres conservés au Palais Royal et à la Bibliothèque Nationale de Madrid, les autres exemplaires n’apportant aucun élément différent. Il y a là indéniablement un travail érudit impeccable, respectueux des normes de transcription, auquel tous les spécialistes pourront se référer. Le Tractado del origen de los reyes de Granada sort définitivement de l’ombre.

5C’est là le premier apport important du travail de Frédéric Alchalabi. Le second conduit à la remise en cause de l’attribution du traité à Fernando de Pulgar. Remise en cause qui me semble irréfutable tant sont accumulées des preuves relevant aussi bien de la confrontation des écritures de Pulgar et de l’auteur du traité (Pulgar fait souvent tenir des discours aux protagonistes de sa chronique alors que l’auteur du traité ne leur donne jamais la parole) que des différences significatives quant aux récits des événements. De surcroît le nombre d’emprunts à des œuvres postérieures à la mort de Pulgar, principalement au Compendio d’Esteban de Garibay, publié en 1571, et à l’Historia general de España de Juan de Mariana, dont la première édition en latin est de 1592, est impressionnant. Un exemple en apparence minuscule et pourtant révélateur de la méticulosité de l’enquête : Pulgar donne dans sa Crónica la date exacte, 22 mai 1485, de la prise de Ronda par les Rois Catholiques alors que l’auteur du traité situe l’événement le 23, suivant en cela l’erreur de Juan de Mariana. Frédéric Alchalabi est parvenu à détecter ces emprunts parce qu’il a une rare maîtrise de l’historiographie espagnole. Il a su abattre la traditionnelle frontière dressée entre études médiévales et études modernes ce qui lui a permis de repérer de nombreux passages et même de détails du Traité provenant de textes que Fernando de Pulgar ne pouvait pas connaitre.

6Reste au terme de l’enquête à confondre le « coupable ». Il n’y a dans le Traité aucune indication menant à une certitude. Frédéric Alchalabi a raison de n’écarter a priori ni une entreprise individuelle ni une entreprise collective. Il me semble cependant que l’hypothèse présentée est convaincante et à tout le moins intéressante et vraisemblable. Il pense que le ou les commanditaires de l’ouvrage appartiennent au milieu des morisques grenadins bien intégrés à la société majoritaire et très concrètement à la famille Granada Venegas.

7Il tire une longue série d’arguments de l’analyse fouillée du traité. Je n’en retiendrai ici que deux aspects qui paraissent décisifs. Le récit de l’histoire de l’émirat grenadin n’est nullement neutre. Tout en étant souvent très dépendant du Compendio de Garibay son auteur s’en écarte sur nombre de points précis et sur l’interprétation générale de l’histoire de l’émirat. Il rejette l’idée du chroniqueur de Philippe II, développée à satiété par les chroniqueurs chrétiens, de l’incapacité des Maures à bien gouverner. Et il s’attache à montrer que la dynastie légitime à la tête de l’émirat est celle des Alnayar qui a été souvent combattue et supplantée par la dynastie des Alhamar.

8Pour les besoins de la cause des Alnayar plusieurs figures sont revendiquées, celle d’Ibn Hud, fondateur de l’émirat que les chroniqueurs chrétiens ne reconnaissent pas, d’Ismaël Ier (1313-1322), de Youssef IV (1432) ancêtre de Cidi Yahya Alnayar dont le rôle est singulièrement mis en valeur dans l’épisode essentiel de la reddition de la ville de Baza, en 1489. Yahya Alnayar aurait, selon le Tractado, livré la place après que Saint Pierre lui est apparu.

9Yahya se convertit au christianisme et devint Pedro de Granada Venegas, conséquence somme toute logique de l’attitude constamment adoptée par les membres de sa lignée. C’est là la seconde idée-force développée tout au long du texte-plaidoyer. Les Alnayar avaient, à en croire le Tractado, toujours fait preuve de philochristianisme, cause pourtant de leurs déboires à commencer par l’assassinat d’Ibn Hud, leur fondateur. Comme l’affirme Frédéric Alchalabi, le Tractado est à la fois « manifeste, doléance et requête » émanant d’une famille célèbre, les Granada Venegas, et écrit « à la fin du XVIe siècle voire début du XVIIe siècle ».

10Le lien entre le Tractado et la famille Granada Venegas est établi. Il s’agit donc bien d’une plaidoirie pro domo que l’illustre parentèle développe ou fait développer en un temps où il est sans cesse question de conversion et d’authentiques chrétiens d’origine morisque au sein du royaume de Grenade. A partir des années 1580 et jusqu’au moment de l’expulsion générale (1609-1614) des morisques de l’ensemble de l’Espagne ont abondé les demandes d’individus ou de familles cherchant à échapper à la déportation et rappelant que leurs ancêtres s’étaient volontairement convertis avant même la fin de la guerre de Grenade menée par les Rois Catholiques contre l’émirat. Les archives regorgent de centaines de requêtes en ce sens.

11Les Granada Venegas n’avaient nul besoin de solliciter la grâce royale car chacun savait que leur ancêtre Cidi Yahya était devenu Pedro et son fils Ali Omar, Alonso, avant le 2 janvier 1492, jour de la chute de Grenade. Et qu’ils avaient de multiples fois administré la preuve d’une adhésion sans faille au christianisme. Par exemple les membres de la famille entrés dans les ordres étaient nombreux. Felipe, petit-fils de Yahya-Pedro et frère de Pedro II était dominicain. A la génération suivante, celle d’Alonso II né vers 1540, deux de ses sœurs Juana et Mencia furent clarisses au couvent grenadin d’Isabel la Real. Parmi les frères de Pedro III, son successeur à la tête de la famille, figuraient Francisco Leandro, bénédictin et définiteur général de son ordre, Fernando chanoine de la cathédrale de Cuenca, Felipe dominicain et Lorenzo franciscain. De surcroit six membres au moins des Granada Venegas ont appartenu à des ordres militaires : quatre à l’ordre de Santiago (Pedro II, son frère Egas, Alonso II et son fils Juan de Granada Mendoza), un à l’ordre de Calatrava (Francisco, frère de Pedro III) et un à l’ordre d’Alcantara (Pedro III) comme le rappelle Frédéric Alchalabi.

12Il est significatif qu’en mai 1561, Pedro II ait imposé lui-même l’habit de l’ordre de Santiago, en l’église du couvent des Comendadoras de Santiago de la cathédrale de Grenade, à son petit-fils Alonso Maza. En effet le nouveau chevalier était fils de Luis Maza, alguacil mayor de la Chancellerie de Grenade et de Leonor, fille de Pedro II. Ou encore qu’en 1623 à l’occasion du procès de béatification de Jean de Dieu, mort à Grenade en 1550, Pedro III ait témoigné en évoquant les liens entre le futur saint et sa famille. Sa grand-mère, épouse de Pedro II, se souvenait des nombreuses visites de Jean de Dieu à sa maison très généreuse pour l’assistance aux pauvres.

13Parallèlement les Granada Venegas ont été de fidèles et loyaux sujets des Habsbourg. Alonso I a participé à la conquête d’Oran en 1509 ; Pedro II à l’expédition de Tunis en 1535 et à la victoire de Saint Quentin en 1557 ; Alonso II a été très actif aux côtés du Marquis de Mondéjar puis de Juan de Austria au cours de la rébellion des morisques grenadins. Enfin Pedro III s’est illustré dans la campagne du Portugal en 1581.

14Ainsi la famille était parfaitement intégrée à l’élite de la société vieille-chrétienne et son prestige considérable tant auprès de la plupart des morisques que des vieux-chrétiens. Cependant l’impureté de leur sang, jamais oubliée, pouvait être rappelée à tout moment en cette époque de forte tension séparant la fin de la rébellion des morisques grenadins en 1570 de l’expulsion des minoritaires entre 1609 et 1614. Quand en 1580 une enquête établit un comptage des morisques qui ont été autorisés à demeurer dans le royaume de Grenade après 1570, les élites morisques tôt converties au christianisme sont énumérées. Parmi les 32 familles inscrites dans le document figurent en bonne place Alonso II, son frère Jerónimo, et Pedro III. Comme si la macule n’était jamais effacée. Et l’incident survenu en 1588 que Frédéric Alchalabi rappelle opportunément à partir du récit fourni par le chroniqueur Henriquez de Jorquera est révélateur. Le jour de la Fête-Dieu célébrée en grande pompe à Grenade, García de Medrano, alcalde de la Chancellerie royale, fit retirer de la maison de Pedro II Granada Venegas située en face de la cathédrale les riches tentures où figuraient les armes de la famille. L’affront public provoqua un tel scandale que le patriarche Alonso, père de Pedro, se déplaça immédiatement à la cour.

15Je suis convaincu du bien-fondé de l’hypothèse avancée par Frédéric Alchalabi. Le projet de la rédaction du Tractado del origen de los reyes de Granada a été probablement forgé dans le climat des années 1580-1590 par le milieu du cercle littéraire dont Alonso II et son fils Pedro III étaient les âmes. Il s’insère dans une vaste « entreprise lignagère » dont les éléments sont parfaitement analysés dans le dernier chapitre de la troisième partie de ce livre joliment intitulé Arabesques. On peut rapprocher tous ces éléments de deux mémoires adressés le premier par Alonso II au roi Philippe II en 1573, le second par Pedro III au roi Philippe III selon toute ressemblance en 1615, c’est-à-dire au cœur de l’entreprise. L’un et l’autre égrènent les services qu’eux-mêmes et leurs ancêtres ont rendus à la Couronne. La demande de récompense pour services rendus n’a rien d’original mais généralement les intéressés s’en tiennent à leur propre trajectoire. Au contraire Alfonso et Pedro s’attardent longuement aux apports de chacun de leurs aïeux. Avec cependant une différence notable. Alonso remonte aux derniers temps de l’émirat alors que Pedro fait commencer sa généalogie avec son arrière-grand-père Alonso I dont les premiers exploits, qui dateraient de 1491, seraient donc postérieurs à sa conversion. Ce mot – conversion – n’apparaît pas dans le document. Ne serait-ce pas qu’en 1573, en période d’élaboration d’une solution radicale à la question morisque, le rappel d’une conversion précoce était nécessaire tandis qu’en 1615, les morisques ayant été expulsés, l’argument avait beaucoup perdu de sa portée. Si tel était le cas, on pourrait avancer l’idée que le Tractado del origen de los reyes de Granada aurait été rédigé avant le décret d’expulsion de 1609.

16Le tournant du XVIe au XVIIe siècle était propice à ce genre d’entreprise. Je suis à cet égard tenté de faire un rapprochement avec la grande falsification dont la ville de l’Alhambra a été le théâtre entre 1588 et 1599, celle de la découverte des reliques de la Torre Turpiana (l’ancien minaret de la grande mosquée) et ensuite des livres de plomb du Sacramonte. A cette falsification qui avait pour objectif de donner une origine commune aux chrétiens et aux arabes espagnols auraient participé des morisques parfaitement christianisés. Et il n’est pas exclu que les Granada Venegas aient prêté la main à l’opération.

17Ces réflexions finales sont peut-être hardies. Elles sont provoquées par la richesse de ce volume qui a l’immense mérite de prendre constamment le lecteur à partie, le faisant juger de tel rapprochement ou de tel écart entre deux morceaux de texte et lui montrant ensuite l’importance des enjeux sous-jacents. Frédéric Alchalabi réussit le tour de force d’établir l’édition impeccable d’un texte complexe, ambitieux et quasi méconnu et d’en proposer des clefs de lecture à la fois fermes et ouvertes. Le lecteur a entre les mains un grand livre d’histoire à la fois politique, sociale et culturelle.

© e-Spania Books, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter