Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tractado del origen de los reyes de Granada

Présentation

Frédéric Alchalabi

Texte intégral

  • 1 Un ouvrage généalogique inédit, conservé à la bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madri (...)

1L’édition critique du Tractado del origen de los reyes de Granada – œuvre également désignée ici sous le titre Histoire des émirs de Grenade – complète Le charme du Maure, enquête publiée dans e-Spania Books. La visée de l’enquête est double : d’une part, prouver que l’attribution du Tractado del origen de los reyes de Granada – livre dans lequel l’histoire de l’émirat de Grenade est relatée dans une version singulière faisant la part belle au lignage Alnayar aux dépens de celui des Alhamar, dont sont issus la plupart des émirs ayant effectivement régné – à l’historiographe d’Isabelle la Catholique, Fernando de Pulgar, n’est pas crédible ; de l’autre, démontrer que l’Histoire des émirs de Grenade a été commandée par l’illustre famille morisque de Grenade Granada Venegas – dont les membres sont les descendants directs des Alnayar – entre 1575-1579 et 1602 et qu’elle fait partie d’un ensemble historiographique aussi vaste que méconnu, patiemment construit dans un temps long1.

  • 2 L’ouvrage occupe les pages 57-144 du numéro de la revue.

2L’ambition de l’édition critique du Tractado del origen de los reyes de Granada est autre. Son but est d’offrir la possibilité de lire l’ouvrage apocryphe aux lecteurs qui ne peuvent accéder aux neuf manuscrits actuellement connus reproduisant le Tractado del origen de los reyes de Granada. Elle se veut plus précise et plus détaillée que la seule édition que l’Histoire des émirs de Grenade ait connue – qui n’est pas une édition critique – et publiée dans le douzième tome de la revue Semanario erudito en 1788 par Antonio Valladares de Sotomayor2.

3L’ensemble formé par les neuf manuscrits n’est pas homogène. Son examen permet de distinguer trois états de rédaction : une version du Tractado del origen de los reyes de Granada minoritaire et non primitive, une version majoritaire vulgaire, une version majoritaire amplifiée moins diffusée que la précédente. La version majoritaire vulgaire est composée de six manuscrits : les manuscrits 7 867 et 18 738 (Bibliothèque Nationale d’Espagne de Madrid), 1 731 (Bibliothèque universitaire de Salamanque), 440 (Bibliothèque Nationale d’Argentine de Buenos Aires, Fonds Foulché-Delbosc), 51-II-11 (Bibliothèque Da Ajuda de Lisbonne), 431 vermelho (Bibliothèque de l’Académie des Sciences de Lisbonne). Ces six témoignages diffusent un récit non pas identique – on relève quelques légères variantes et des erreurs de copie – mais leur contenu est très proche. Ils prennent principalement appui sur le Compendio historial d’Esteban de Garibay imprimé en 1571, dont le contenu est non seulement repris mais aussi corrigé.

  • 3 Dans les notes de bas de page de l’édition critique du manuscrit G, la distinction entre la version (...)

4Les manuscrits II/1746 (Bibliothèque du Palais Royal de Madrid) et 9 227 (Bibliothèque Nationale d’Espagne) font partie de l’ensemble majoritaire amplifié. Reposant eux-aussi en grande partie sur la chronique de Garibay, ils restent proches des six manuscrits de la première version, tout en développant plusieurs passages de celle-ci et exaltant davantage encore les qualités du lignage Alnayar. Le manuscrit II/1746, en outre, est riche en commentaires marginaux – dont deux sont écrits en arabe – qui éclairent à la fois le contexte de rédaction de la copie et le contenu du témoignage. L’un des deux manuscrits de cette branche ou un manuscrit apparenté à celle-ci a été utilisé par Antonio Valladares de Sotomayor pour être publié dans Semanario erudito : le contenu de cette publication, en effet, est très proche des témoignages de la version majoritaire amplifiée3.

  • 4 Je conserve la désignation du même manuscrit choisie auparavant par Robert Brian TATE et Miguel Áng (...)

5La version minoritaire est faite d’un seul témoignage, le manuscrit 150 de la bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole de Madrid, qui sera dorénavant désigné par la lettre G4. Elle se différencie des deux autres versions par les sources dont elle se nourrit. L’auteur de la branche minoritaire se sert ainsi de passages issus du Compendio historial connus par l’intermédiaire d’un manuscrit de la version majoritaire vulgaire – les développements présents dans la version majoritaire amplifiée sont absents des folios du manuscrit G – mais il en ajoute aussi d’autres, en particulier pour la période s’étalant de 1474 à 1492, tirés de la Historia general du jésuite Juan de Mariana, imprimée en latin en 1592 puis en espagnol en 1601. Les lignes finales du manuscrit G ne ressemblent en rien à celles des huit autres.

6Compte tenu de l’existence de trois états de rédaction, le choix a été fait d’établir trois éditions critiques du Tractado del origen de los reyes de Granada. La possibilité de s’en tenir à une seule édition critique a été écartée : les notes de bas de page auraient été trop nombreuses et, de ce fait, la lecture serait vite devenue fastidieuse ; le résultat obtenu n’aurait pas rendu compte de façon satisfaisante de la richesse du Tractado del origen de los reyes de Granada. Dans ces conditions, les avantages de l’édition électronique sont certains : les éditions critiques correspondant aux trois états de rédaction du Tractado del origen de los reyes de Granada seront publiées progressivement et, au moment de la publication de la version majoritaire vulgaire, un stemma codicum comprenant les neuf manuscrits sera proposé. Les trois éditions critiques du Tractado del origen de los reyes de Granada seront finalement complétées par celle de la source principale et commune des trois versions, les livres trente-huit à quarante du Compendio historial de Garibay, qui en compte quarante au total et qui demeure inédit.

  • 5 Il s’agit des folios 9r, 12r, 16r, 18r, 21r, 22r, 25r, 26r, 28r, 30r, 31r, 37r, 41r, 42r, 45r, 47r, (...)
  • 6 H. del PULGAR, R.B. TATE (éd.), Claros varones de Castilla. A critical edition, op. cit., p. LVII.

7La première édition à voir le jour est celle de la version minoritaire diffusée par le seul manuscrit G. D’après le catalogue de la Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole où il est conservé, il daterait du XVIe siècle ; l’utilisation de la Historia general de Juan de Mariana, certainement dans sa version en espagnol, tendrait à prouver qu’il daterait du XVIIe siècle au moins. Sa description formelle est la suivante : 152 folios, 200x150 mm, papier, A-F12 et G10, écriture pleine page, réclames au verso des folios (sauf aux folios 14v, 59v et 73v) et au recto de certains folios5. La foliotation du manuscrit était inexistante lorsque Robert Brian Tate l’a consulté6. Les folios 83v-85v et 106v sont laissés en blanc. Une annotation incomplète précède le folio 1r : « Como yo Francisco Gomez ». Le manuscrit est constitué de l’Histoire des émirs de Grenade attribuée à Fernando de Pulgar, intitulée Tractado de el origen de los reies de de (sic) Granada por Fernando de el Pulgar, cronista de los mui altos, i esclaresçidos Reies Catholicos don Fernando, i dona Ysabel dirigido a la dicha reina, nuestra señora, i compuesto por su mandado, qui occupe les folios 1r-83r, et de Los claros varones de Hespaña (folios 86r-153r). Les deux œuvres ont été reproduites par une même main.

8Deux remarques sont nécessaires. La première concerne l’architecture de l’ensemble du manuscrit G puisque – à l’instar du manuscrit 7 867 – le Tractado del origen de los reyes de Granada côtoie une copie des Claros varones de Fernando de Pulgar, comme s’il s’agissait d’un recueil de deux œuvres effectivement écrites par l’historiographe d’Isabelle la Catholique. La deuxième est de type formel. Si un seul copiste a reproduit aussi bien le Tractado del origen de los reyes de Granada que les Claros varones – l’écriture est identique, de même que l’encre utilisée, de couleur foncée – et a porté des commentaires dans la marge, une deuxième main à l’écriture différente a rédigé d’autres commentaires marginaux, écrits à l’encre claire. Dans l’édition critique, les commentaires marginaux rédigés à l’encre foncée par le copiste figurent en note et, lorsqu’ils ne sont pas de sa main, la précision [encre claire] est donnée en note également.

9L’identification des deux mains a son importance. À plusieurs reprises, le copiste place en marge les passages originaux issus de l’ouvrage de Juan de Mariana que l’auteur de la version minoritaire intègre au sein de son récit. Le copiste se garde de révéler leur origine : le fait de considérer qu’un historiographe du XVe siècle comme Fernando de Pulgar ait été en mesure de lire une œuvre de Juan de Mariana dont la première impression date de 1592 aurait grandement nui à la couverture historiographique sous laquelle l’auteur de l’Histoire des émirs de Grenade – quelle que soit sa version – se cachait.

10La présence des commentaires marginaux du copiste témoigne des conditions de l’élaboration du manuscrit : les passages de la chronique du jésuite portés en marge par le copiste (comme dans la section 104, par exemple) laissent à penser que celui-ci avait sous les yeux – en même temps qu’il écrivait – la source maniée par l’auteur de la version minoritaire du Tractado del origen de los reyes de Granada ou bien qu’il y a eu à nouveau recours après l’avoir consultée et une fois son travail de copie achevé mais qu’il a jugé nécessaire d’y faire une allusion voilée, en ne choisissant pas de la désigner précisément mais en décidant d’en recopier des passages. Une autre hypothèse – qui expliquerait les raisons de ce va-et-vient dans la marge entre le Tractado del origen de los reyes de Granada et la Historia general – est envisageable : l’auteur et le copiste de la version minoritaire ne formeraient qu’une seule et même personne, ce qui ferait du manuscrit G un témoignage autographe dans lequel l’auteur reproduirait en marge les passages de la source dont il se sert. L’hypothèse n’étant pas aisément vérifiable, le copiste et l’auteur seront considérés comme deux personnes distinctes dans l’édition critique.

  • 7 La consultation de deux ouvrages de Pedro SÁNCHEZ-PRIETO BORJA a été utile pour établir les critère (...)

11L’édition du manuscrit G repose sur une double exigence consistant à rester fidèle aux pratiques du copiste, tout en garantissant une bonne lisibilité de l’œuvre aux lecteurs actuels7. Le choix a été fait de ponctuer le texte en respectant les règles modernes de la ponctuation et non pas en reproduisant l’usage que le copiste a de cette dernière. Des sections définies en fonction de leur contenu, absentes du manuscrit G, ont été distinguées. Chaque numéro de section est suivi d’un appel de note dans lequel sont précisées les sources utilisées par l’auteur de la version minoritaire, lorsque leur identification a été possible.

12Le choix a également été fait de régulariser l’orthographe et non pas de la moderniser. La régularisation de l’orthographe du manuscrit a contribué à la disparition de variantes graphiques. Ainsi :

  • /i/ et /j/ à valeur vocalique sont écrits /i/

  • le /i/ final (mui, hai) est rendu par /y/ (muy, hay)

  • /u/ et /v/ à valeur vocalique sont devenus /u/

  • /v/ et /u/ à valeur consonantique (uiuo, cavo) sont rendus par /v/ ou /b/ en fonction de l’orthographe actuelle (vivo, cabo)

  • les groupes /ff/, /ss/, /rr/ et /Rr/ sont réduits à /f/, /s/, /r/

  • le /h/ initial est maintenu même s’il disparaît du mot en espagnol actuel (horden)

  • le /b/ à l’intérieur de mots comme cibdad, cabdal, subcesos est conservé

  • à propos de /c/ et /ç/ : /c/ apparaît devant /e/ et /i/ et /ç/ devant /a/, /o/, /u/

  • /c/ et /z/ sont maintenus dans facer/fazer

  • /c/ remplace /sç/ devant /e/ et /i/  

  • les groupes /sc/, /sp/ placés à l’initial du mot sont écrits /esc/ et /esp/

  • /n/ à valeur de /ñ/ (dona) devient /ñ/ (doña)

  • /m/ remplace /n/ en position implosive devant /b/ et /p/ (tanbien devient tambien)

  • /j/ est choisi devant /e/ et /i/ à la place de /g/ 

  • /x/ est conservé dans des formes comme dixo

  • maintien de /ll/ dans des mots comme illustre

  • conservation des formes savantes (tractado, quatro)

  • une seule et même orthographe est choisie pour la conjonction y alors qu’elle apparaît sous les formes i et y dans le manuscrit.

13Les majuscules sont réservées aux noms propres ou bien aux mots situés au début de la phrase. La forme xpo est développée sous celle de christiano. La séparation des formes adverbiales n’est pas maintenue. Les formes du type delos et destos sont devenues de los et de estos. Les formes comme decillo sont conservées. Le passage d’un folio à un autre est précisé par le biais de l’indication /fol. xr/ ou /fol. xv/. Les accents écrits que le lecteur verra sont ceux portés par le copiste dans le manuscrit G ; les critères d’accentuation écrite – sur certaines formes verbales conjuguées, par exemple – de l’espagnol moderne n’ont pas été retenus.

14Les erreurs de lecture ou de copie de l’auteur du manuscrit sont indiquées par le biais de la locution sic et corrigées en note. Les corrections apportées au texte édité figurent entre crochets : […].

15Le Tractado del origen de los reyes de Granada est une œuvre qui mérite d’être connue, ne serait-ce que parce qu’elle témoigne des efforts d’une famille morisque afin de trouver sa place dans l’Espagne des XVIe-XVIIe siècles. Puissent l’édition de la version minoritaire ainsi que les éditions à venir être utiles à ceux qui sont intéressés par l’Espagne du Moyen Âge et du Siècle d’Or, par l’historiographie produite dans la péninsule Ibérique entre les XIIIe et XVIIe siècles, ainsi qu’à tous ceux qui – plus largement – se penchent sur la question de l’intégration d’une minorité – quelle qu’elle soit – au sein d’une communauté plus large.

Notes

1 Un ouvrage généalogique inédit, conservé à la bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid (manuscrit 9/195), intitulé Origen de la Casa de Granada, est consacré à l’ascendance de Juan de Granada Venegas, troisième marquis de Campotéjar, depuis le VIIIe siècle. La mort sans descendance du marquis en 1660 est connue de l’auteur, ce qui signifie que l’œuvre n’a pu avoir été écrite qu’à partir de cette date. Le Tractado del origen de los reyes de Granada est utilisé par l’écrivain, qui remploie également les sources dont s’est servi le même auteur. Les deux ouvrages sont ainsi liés, même si leur rédaction est espacée dans le temps. Voir Frédéric ALCHALABI, « Inventer, prouver, convaincre dans Origen de la Casa de Granada (manuscrit 9/195 de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid) », sous presse.

2 L’ouvrage occupe les pages 57-144 du numéro de la revue.

3 Dans les notes de bas de page de l’édition critique du manuscrit G, la distinction entre la version majoritaire vulgaire et la version majoritaire amplifiée disparaît au profit d’une branche unique appelée version majoritaire, lorsque les passages cités sont identiques dans les huit manuscrits.

4 Je conserve la désignation du même manuscrit choisie auparavant par Robert Brian TATE et Miguel Ángel PÉREZ PRIEGO : Hernando del PULGAR, Robert Brian TATE (éd.), Claros varones de Castilla. A critical edition with introduction and notes by Robert Brian Tate M.A., Ph. D, Oxford : Clarendon Press, 1971, p. LVII-LVIII et Fernando de PULGAR, M. Á. PÉREZ PRIEGO (éd.), Claros varones de Castilla, Madrid : Cátedra, 2007, p. 63-64.

5 Il s’agit des folios 9r, 12r, 16r, 18r, 21r, 22r, 25r, 26r, 28r, 30r, 31r, 37r, 41r, 42r, 45r, 47r, 50r, 54r, 56r, 72r, 78r, 80r. La description formelle du manuscrit effectuée dans Le charme du Maure est reprise ici.

6 H. del PULGAR, R.B. TATE (éd.), Claros varones de Castilla. A critical edition, op. cit., p. LVII.

7 La consultation de deux ouvrages de Pedro SÁNCHEZ-PRIETO BORJA a été utile pour établir les critères d’édition sur lesquels se fonde l’édition critique du Tractado del origen de los reyes de Granada : Cómo editar los textos medievales. Criterios para su presentación gráfica, Madrid : Arco Libros, 1998 ; La edición de textos españoles medievales y clásicos. Criterios de presentación gráfica, San Millán de la Cogolla : Cilengua, 2011.

© e-Spania Books, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter