Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Labyrinthe de Fortune

 | 
Monique De Lope-Rivière
, 
France Autesserre

Strophes I à CXXXVII

Texte intégral

  • 1 Le manuscrit 229 de la BNF que nous suivons à travers les éditions de M. Kerkhof et de J. G. Cummin (...)

1Préambule1 [I]

Au très prépotent roi Jean le deuxième
À qui Jupiter montra tant d’égards
Qu’il lui fit du monde aussi grand domaine
Qu’à lui-même du ciel s’attribua de part ;
Au grand roi d’Espagne, au nouveau César,
Que la Fortune veut bien fortuné,
À lui, le genou à terre incliné,
Lui qui réunit vertu et pouvoir,

2Il argumente contre la Fortune [II]

  • 2 Les strophes 2 à 12 portent une diatribe contre la Fortune, dont la roue est mentionnée à chacune d (...)
  • 3 Apollon est ici invoqué comme Dieu du chant, dont l’attribut est la lyre.

Tes cas fallacieux, Fortune, chantons2,
Les états de ceux que tu tournes et vires,
Tes rares fermetés et tes grandes ires,
Ceux que sur ta roue fâchés nous voyons.
Avant qu’à nos jours nous en arrivions,
Ma plume désire des faits du passé
Avec ceux présents faire un résumé :
Qu’Apollon conclue3, quand nous commençons.

3Invocation [III]

  • 4 Ces trois strophes réunissent les trois ‘protagonistes’ principaux du poème, auxquels s’en s’ajoute (...)

Toi, Callïope, sois-moi favorable,
Me prêtant les ailes d’un don si virtuose
Qu’enfin je discoure par là où je n’ose,
Présente à ma langue matière de fable4.
Que de Renommée la voix ineffable
Déclare les faits aujourd’hui présents
Pour qu’ils soient connus de toutes les gens ;
Que l’oubli n’enlève ce qui est mémorable.

4Il narre [IV]

Bien que je ne croie que fussent inférieurs
À ceux de l’Africain du Cid les exploits
Ni que moins féroces fussent au combat
Les guerriers d’ici que les guerriers d’ailleurs,
Les grandes actions qu’ont faites nos seigneurs,
La constance de qui plus les apprécie,
Gisent en ténèbres, leur gloire endormie,
Entachée d’oubli par manque d’auteurs.

5Il donne un exemple [V]

La grande Babylone, qu’avait entourée
La mère de Ninyas de briques en terre cuite,
Que dire d’ouvrage fait à la va-vite
Si nous la voyons au sol, effondrée,
Et si les murs que Phébus a élevés
La force argolique put les démolir,
Quelle œuvre mes mains peuvent bien bâtir
Dont le cours ne suive les faits du passé ?

6Il invoque à nouveau [VI]

Et donc de tes sources nouvelles répands
En moi ton subside, immortel Apollon ;
Souffle dans ma bouche afin que par ton don
Les vertus et vices je narre des puissants ;
À ces miens propos montrez-vous céans,
Ô filles de Thespies, avec vos faveurs,
Et par l’harmonie de si suave chœur
Palliez mes carences en les occultant.

7Il dispute avec la Fortune [VII]

Donne-moi licence, changeante Fortune,
De te réprouver ainsi que je dois.
Ce qui pour les sages nouveauté n’est pas
Être ignoré pourra de personne quelqu’une.
Envers ton agir ainsi je m’insurge,
Fais que tes cas l’un à l’autre s’accordent
Car toutes les choses régies par un ordre
Inclinent à prendre forme commune.

8Il exemplifie [VIII]

  • 5 Nous traduisons ce vers en tenant compte de l’avis du commentateur A du manuscrit 229 BNF : « Elles (...)

Que l’ordre du ciel t’en montre la voie :
Regarde du Nord la ferme constance,
Vois aussi Trïon, dont la gouvernance
Est d’être inconstant, qui sans fin tournoie,
Et les sept Pléiades que surveille Atlas,
Qui semblent ensemble un petit essaim :
Toujours elles se cachent quand la brume vient5.
Chacun d’eux respecte sa loi quelle qu’elle soit.

9Il conclut contre la Fortune [IX]

Comment se peut-il, Fortune, qu’il te plaise
Par loi de désordre régir toutes choses ?
Ce que font les âges, les plantes, les roses,
Ce que fait le ciel, ne peux-tu le faire ?
Montre tes œuvres ou toujours mauvaises
Ou prospères, bonnes, durables, éternelles ;
De coups alternants point ne nous harcèle,
Qui tantôt réjouissent et tantôt déplaisent.

  • 6 Cette dixième strophe se propose de décrire la Fortune, qui est aussi le dixième arcane du Tarot, l (...)

10Propriétés de la Fortune6 [X]

Bien considérée ta grande mouvance,
Tu suis une loi, même discordante
Ta fermeté est de n’être constante,
Ton tempérament est intempérance,
Ton ordre le plus sûr est sans ordonnance,
Ta règle consiste à être hors les normes,
Ta conformité à n’être conforme,
Et tu désespères toutes espérances.

11Comparaison [XI]

Comme les marins qui vont au ponant
Trouvent à Cadix l’océan sans fin,
L’Europe qui presque la Lybie rejoint
Lorsque Borée sait se montrer vaillant ;
Mais si c’est Auster qui meut le trident
Elles courent à rebours d’où elles sont venues
Les eaux, qui n’auront jamais et n’ont jamais eu
Là où je le dis un repos patent ;

12Application [XII]

  • 7 Première occurrence du verbe voir et projet global du poème : c’est une vision. Le poète voit un mo (...)

De même, fluctuante Fortune haïssable,
Tes cas incertains paraissent jumeaux
Qui vont sur des flots de biens et de maux,
Rendant toute course grandement instable.
Pour que je voie ton outrance notable7
La maison où roule ta roue montre-moi :
Comment notre vie y est traitée par toi
Je dirai ainsi, témoin véritable.

13Fiction [XIII]

À peine avais-je ces mots formulé
Que je sentis enlevée ma personne
Et pleine de furie la mère Bellone
Me prit sur son char de dragons tiré,
Et quand leurs ailes ne battaient pas assez,
Elle les frappait d’un dur fouet si bien
Qu’à force elle leur fit mener un tel train
Que vite ils me laissent là où ils voulaient.

14Comparaison [XIV]

Au milieu d’une plaine me lâchèrent soudain,
Après qu’avec moi un tour eurent fait,
Comme on voit parfois un aigle lâcher
La proie qui dans sa serre ne tient bien.
Moi, dans ce cas étonnant, surhumain,
Me trouvai effrayé en un grand désert
Où je vis une foule, en nombre peu clair,
D’aspect religieux autant que mondain.

15Il narre le nombre de la maison de la Fortune [XV]

Et toute l’autre plaine qui avoisinait
Était entourée d’un splendide mur
Si transparent, tellement clair et pur
Que marbre de Paros en blancheur paraît,
Au point que le regard de tout être créé
À travers la clarté diaphane de l’appareil
Aurait découvert autant de merveilles
Que dans son sein l’enceinte en recelait.

16Tromperie de la vue quand elle voit par transparence ou à travers une loupe [XVI]

Mais bien parce qu’en des lieux différents
Ma vue, même si je ne le demande,
Fait grande chose d’une chose non grande
Quand c’est à travers milieu transparent,
Je dis : « Jamais je ne serai content
Si ne peux bien voir ces formes hétéroclites
Aux grands mystères aussi insolites,
Si de plus près ne vais les regardant. »

17Comparaison [XVII]

Comme celui qui est devant un miroir
Où il se jette un regard par moments
Et n’est pas si comblé, tout en étant content,
Que s’il avait pu son visage bien voir,
Son pareil de même savait m’émouvoir,
Et jamais si satisfait ne pus me trouver
Que voir plus avant je n’eusse désiré,
Accusant mes yeux de n’assez percevoir.

18Il poursuit et compare par une fiction [XVIII]

Lors qu’avec ce vœu je me tenais là,
Descend une grande et sombre nuée ;
Obscurcissant l’air, elle le rend épais,
M’aveugle et m’entoure, plus rien je ne vois ;
Et là je craignais qu’il ne m’arrivât,
Étant prisonnier, comme à Polyphème
Qui dans sa caverne fut pris lui-même
Au leurre d’Ulysse lorsqu’il l’aveugla.

19[XIX]

Mais comme misère possède licence
De rendre plus fine la contemplation,
Et même surtout à ceux-là qui sont
Privés de toute visuelle puissance,
Je commence donc, avec éloquence,
Dans mon grand souci de pouvoir y voir,
Devant et derrière, et de toutes parts,
À sans trêve appeler divine clémence.

20Il poursuit en disant comment la Providence lui apparut [XX]

Aussitôt jaillissent de grandes clartés
Qui frappent la nue, toute l’asséchant,
En petits lambeaux la décomposant
Si bien qu’elles la font vite évaporer ;
Et reste au milieu, de fleurs entourée,
Une demoiselle à l’aspect grandiose ;
À la voir bien fou est celui qui ose
Dire qu’il en est de plus grande beauté.

21Du remède qu’elle lui apporte [XXI]

Très vite mes yeux eurent retrouvé
Tout entièrement leur vertu première,
Car à la venue de cette messagère
Ce qui était perdu leur fut restitué.
Et même si elle s’était ainsi dévoilée,
L’air grave invitait de son clair visage
Plus qu’à présenter d’amour les hommages
À montrer bonté et honnêteté.

22Proposition de l’auteur et ses questions à la Providence divine [XXII]

Sitôt que je vis que son apparence
Avait ressemblance à l’humain abord,
Ma peur écartée, je formule lors
Dans un style humble cette brève instance :
« Ô très séraphique, claire apparaissance,
Je t’en prie, dis-moi comment tu es venue
Et quel est donc l’art que tu suis le plus,
Et quel est le nom de ton éminence. »

23Réponse [XXIII]

Elle répondit : « À toi ma présence
N’est pas si nouvelle, car partout je suis.
Trois arts sont les miens, te le dis aussi,
Desquels il dépend très grande excellence :
Les choses présentes j’ordonne en essence,
Celles à venir dispose à mon gré ;
Le passé révèle ; si tu es éclairé,
Divine tu peux m’appeler Providence. »

24Émerveillement de l’auteur [XXIV]

« Ô toi la princesse et l’ordonnatrice
De tous les états et les hiérarchies,
Des paix et des guerres, des sorts et des vies,
Sur tous les seigneurs grande impératrice,
Ainsi c’est toi qui es la directrice
Et médiatrice de ce monde très grand !
Comment mon esprit si peu éloquent
De si haut colloque permit que je jouisse ?

25L’auteur la supplie de le guider [XXV]

Et puisqu’un si grand plaisir est donné
À ma vie qui nullement le mérite,
Te prie d’accepter d’en être le guide
Dans cette maison qui ici paraît,
Qui toute entière, je crois, se soumet
À toi, dont le nom saint j’invoque céans,
Plutôt qu’à Fortune, qui n’a rien dedans,
Usant d’un nom qu’elle usurpe de fait. »

26Réponse [XXVI]

Elle répondit : « Jeune homme, droit chemin
Suit ma voie, toi, viens et approche-toi.
Je te montrerai quelque peu de quoi
Arrive à tâter l’intellect humain ;
Quel est le défaut – tu sauras au moins –,
Le vice, l’état de chaque personne ;
Content de ce que tu verras, pardonne :
N’en demande pas plus au plus souverain. »

27Il poursuit l’histoire [XXVII]

  • 8 Première image du labyrinthe où on peut entrer mais dont il est difficile de sortir…

Et vers où elle vit la porte se trouver
Elle s’allait, par la main me tenant.
Bientôt me dit de remarquer comment
Était à tous grande ouverte l’entrée.
« Mais un piège ainsi s’y trouve caché »
Dit-elle, « qui brûle bien plus que tison ;
C’est que quiconque entre en cette maison
N’a d’issue que douteuse, mal assurée8. »

28Demande de l’auteur [XXVIII]

  • 9 Chant VI de l’Énéide. La référence à Enée, qui revient à la strophe XXXI s’accompagne d’une invocat (...)
  • 10 Sagesse du renoncement à l’excès (hybris), valeur de la mesure (vertu de tempérance).

« Angélique figure, qui le pouvoir en as,
Donne-moi un rameau pour bien me guider,
Comme au fils d’Anchise le fit la Cumée9
Lorsqu’à l’Hérèbe de descendre il tenta »
Lui dis-je ensuite, et elle déclara :
« Qui est constant face au temps adversaire
Et n’en veut pas plus que le nécessaire10
D’aucun rameau à se pourvoir n’aura. »

29Il poursuit son histoire [XXIX]

  • 11 Effet pernicieux du désir mimétique, qui débouche sur la frustration via l’obstacle.

Conversant ainsi nous passâmes la porte
Par où confluait une foule immense
Si bien que là où elle était le moins dense
Nous nous bousculions tous de belle sorte ;
Car pour la chose dont la quête nous porte,
Plus le désir est commun et s’efforce11,
Plus notre presse nous nuit et nous force,
Et ce qu’on recherche, moins on le remporte.

30Comparaison [XXX]

  • 12 « Flèche » en ancien français.

De même que l’homme blessé d’une saette12
Porteuse d’une cruelle barbelure
Tire, et ce faisant – malgré une main sûre –
Plus le crochet l’épreint et le blesse,
De même ma personne était toute sujette :
Quand je bataillais pour me dégager,
La presse de tous me tient plus serré,
Ne me gouvernant d’aucune finesse.

31Comment la Providence fit entrer l’auteur dans la maison de la Fortune [XXXI]

Mais la sage main de qui me guidait
Et qui, me voyant triste et incertain
Crut bon de donner à mon grand chagrin
La consolation que je désirais,
À la forte presse où je me trouvais
M’ôte, et me pose dedans, aussi libre
Que le fut Énée entrant dans le Tibre
Avec ses Pénates des Grecs qu’il craignait.

32Il décrit la hauteur de la maison [XXXII]

  • 13 Nous gardons mot à mot l’expression forgée par Juan de Mena, « orbe universo ».

À quelle vitesse je veux qu’on devine,
Je me trouve en haut de ce grand logis,
D’où par la vue pouvait être saisie
Toute sa partie terrestre et marine.
Inspire-moi, Phébus, de toute ta doctrine
Telle cadence que chante mon vers
Ce que nous y vîmes de l’orbe univers13
Et de toute l’autre cosmique machine.

33Protestation [XXXIII]

  • 14 À la strophe XXXIII nous sommes au 1/9e du poème, et Juan de Mena encadre la vision du monde (qui s (...)

Si strophes, parties, longues énonciations
Ne rendaient pas bien, dans ce dont je parle,
Regardons le sens et non le vocable,
S’il y a des longueurs dans les expressions,
Lesquelles je soumets à la correction
Des vrais connaisseurs, les seuls qu’elles craignent,
Et non des vulgaires qui toujours blasphèment
Suivant la rudesse de leurs opinions14.

  • 15 Le De imagine mundi, attribué au moyen âge à Saint Anselme, est reconnu comme la source d’inspirati (...)

34L’auteur montre les cinq zones de la terre15 [XXXIV]

De là on voyait le centre de la sphère
Et ses cinq zones avec toute l’australe,
Brumale, l’aquilon, et l’équinoxiale
Et ce qu’en soi la solsticiale resserre.
Au devant de moi alors arrivèrent
Quand plus avant je vais dans la maison,
Bêtes et gens aux étranges façons,
Monstres et formes vraies et mensongères.

35Asie Majeure [XXXV]

L’Asie Majeure dans la zone tierce
Et la Parthie je vis entre les rives
Du Tigre et de l’Indus, aux royaumes vides,
Dont les berges s’étendent en de vastes terres.
La province d’Arachosie je repère
Proche de la Perse et de l’Assyrie,
Et la Médie aussi, où la magie
Je crois qu’en premier on a découvert.

36[XXXVI]

  • 16 Nous traduisons d’après le remarque de M. Kerkoff, éd. cit., p. 114, note 284, qui attribue la déco (...)

Et près de l’Euphrate vis les Moabites,
Comment s’étendait la Mésopotamie,
L’Arabie, la Chaldée, où l’astronomie
D’abord fut trouvée16, puis les Ammonites,
Les Iduméens et les Madianites
Et d’autres provinces de peuples plus grands
Dont veuillent les lecteurs, si je vais passant,
Pardonner ma main qu’elles ne soient écrites.

37[XXXVII]

De l’Euphrate à la Méditerranée
Vis la Palestine, la belle Phénicie,
Qui vient du Phénix, qui y fait son nid,
Ou bien de Phénix, de Cadmos puîné ;
Le mont du Liban, où le Jourdain naît,
Où fut baptisé le fils de Marie,
Et vis Commagène et toute la Syrie,
Les Nabatéens, dont rien ne dirai.

38Égypte [XXXVIII]

  • 17 Mena forge ce nom à partir de celui du chef de la légion thébaine, Mauricius, et joue sur les deux (...)

Du côté austral je vis s’ensuivant
Le pays d’Égypte au rouge Nérée,
Qui a nom d’Égyptos, père de Lyncée,
Entouré du Nil qui va l’irrigant,
Où au ciel serein rien ne fait écran
Ni l’air se remplit de nuées de glèbe,
Où je vis Mauricie17, l’antique Thèbes,
Plus désolée que Stace ne prétend.

39[XXXIX]

Je vis, du côté où Notos s’élance,
Les monts du Caucase si bien se dresser,
À telle altitude, en tant de sommets,
Que jusqu’à l’Europe presqu’ils s’étendent,
Et luttent et combattent sur leurs pentes
Les Amazones amputées de leurs seins,
Sarmates, Massagètes et Colchidiens
Et les Hyrcaniens en terre distante.

40[XL]

Puis je vis les monts hyperboréens,
L’Arménie, la Scythie, toute l’Albanie ;
Même si, pour ne pas parler à l’infini,
Je laisse les Hébreux et tant d’autres coins,
Les Cappadociens, les Amorrhéens,
Et Nicée aussi où fut rassemblé
Le Synode saint qui a la foi délivré
D’autres bien pires que les Manichéens.

41Asie Mineure [XLI]

Vers l’Asie Mineure mon regard tourné
Vit cette Galacie où se dirigèrent
Les gens qui au roi bythinien portèrent
Des secours qui furent bien récompensés ;
Les champs de Phrygie longuement pleurés,
Carie, Isaurie nous vîmes au fond,
Lydie, Pamphilie, le pays du Pont,
Où Clément et Nason furent relégués.

42Europe [XLII]

  • 18 Le lac Méotide est l’ancien nom de la Mer d’Azov ; Mena transforme le mot pour la rime, nous lui re (...)

Et je vis Europe, ainsi appelée
De celle qui, sur nef taurine ravie,
Pour si juste cause ses frères induisit
À une quête qu’ils ne purent achever.
Vers Septentrion parurent après
Les monts Riphées, les lacs Méotides18,
Qu’à louer, lecteur, ici je t’invite,
Car de la Gothie voisins ils étaient.

43Haute et Basse Allemagne [XLIII]

  • 19 La 43e strophe est entièrement consacrée à la Gothie, pour rappeler l’origine de la dynastie hispan (...)

Et je vis la province très généreuse
Appelée Gothie selon notre usage,
D’où voulut Jupiter très haut et très sage,
Lorsqu’au début il forma toute chose,
Que vint d’une terre grandement fameuse
Le peuple des Goths qui le monde dévasta,
Pour que notre Espagne bénéficiât
D’une souche de rois à ce point glorieuse19.

44[XLIV]

  • 20 Nous traduisons selon la suggestion de M. Kerkhof, éd.cit., p. 121, note 347 : « caxa » évoquerait (...)

Des ondes du Tanaïs, vers le midi,
Jusqu’au Danube je vis la vallée
De la Scythie et l’Allemagne, grand carré20,
Avec les Daces, en de bien froids pays ;
Et jusques aux Alpes je découvris
La Rhétie, la Germanie supérieure,
Mésie, Panonie, et puis le meilleur :
Toutes les parties du royaume de Hongrie.

45Grèce [XLV]

Jusqu’à la grande mer Méditerranée,
Du côté de l’Auster, toute la Grèce vis :
Chaonie, Molossie, Hellade, Béotie,
Épire et sa source au don singulier
Où si tu veux des torches enflammer,
Quand tu les y mets mortes, feu elles prennent,
Si tu les mets vives, elles s’y éteignent
Car s’il donne du feu, le feu peut ôter.

46Thessalie et Italie [XLVI]

La grande Thessalie nous fut lors montrée,
Et le mont Olympe qui là se situe,
Lequel en hauteur excède les nues,
L’Arcadie, Corinthe tenant embrassée ;
Et depuis les Alpes je vis élevée
Du grand Océan jusques aux confins
L’Italie, à qui le peuple romain
Donnait nom Saturnie, à l’âge doré.

47France [XLVII]

  • 21 Il faut y voir le Jura, cf. France Autesserre, op.cit., p. 142.

Et je vis les trois Gaules, à savoir :
La lyonnaise, l’Aquitaine, et celle de Narbonne,
Qui du premier Franc qui porta couronne
France ont pris nom, selon son vouloir ;
De celle-ci commence le territoire
Au mont de Jovis21 et s’étire tant
Qu’à la haute mer ses limites étend
Où avec les Bretons elles ont à voir.

48Espagne [XLVIII]

  • 22 Pour « Mauritanie tingitane », de Tingis Tanger. Dès cette mention, et après avoir fait le tour de (...)

Je vis les provinces d’Espagne et du Ponant,
Celle de Tarragone et la Celtibérie,
La petite Carthage qui était en Hespérie,
Et toutes les contrées de l’Occident ;
La Vandalousie parut, pleine d’agréments,
De Lusitanie tout le territoire,
L’âpre Galice, la Tingitanie barbare22
Où habitent de très féroces gens.

49Afrique [XLIX]

Nous vîmes grand part de l’Éthiopie plus loin
Et puis de l’Afrique toutes les régions,
Les Syrtes où sont les trépieds d’Amon,
Et la terre de Leptis sise à leurs confins ;
Toute la Marmarique où il y a plein
D’habitants véloces, les troglodytes,
Et, si peu experts, de fer et de gîtes
En grande pénurie, là les Africains.

50[L]

Le Catabathmon montra sa présence ;
La Cyrénaïque, région de païens,
Et toute la terre des Numidiens
Où Jugurtha sut prouver sa vaillance.
Pentapole apparaît quand on avance,
Byzacène, Gétulie, et encore attenante
Toute la terre où vivent les Garamantes
Depuis que Juba y imposa sa puissance.

51Îles particulières [LI]

  • 23 De l’embouchure du Rhône à Antipolis, Pline énumère 10 îles (Naturalis historia, III, 79). Les Stoe (...)

De même la mer à nos yeux se présente
Avec toutes les îles qu’elle comporte,
Au sein des eaux vives comme des eaux mortes
Où la bonace ne craint pas la tourmente.
Les Stoechades23, neuf sont évidentes ;
Rhodes et la Crête, la centipole ;
Les nombreuses Cyclades : quiconque les survole
En verra bien six de moins que soixante.

52[LII]

La ronde Naxos voulut se montrer ;
Coos, Ortigie, appelée Délos,
D’où avait tiré son nom de Delios
Ce dieu que les poètes aiment invoquer.
Les îles éoliennes vîmes se dresser,
Icarie qui prit du naufrage connu
D’Icare son nom, et ne l’a perdu,
Lui qui vol savant n’a su gouverner.

53[LIII]

  • 24 Est-ce, par synecdoque, la Sardaigne, dont Bosa est une ville ? Ou Bozis renvoie-t-il à Ibiza, Ebus (...)
  • 25 Avec la Sicile, Trinaclia, se termine la vision des îles, rendue chaotique par le déplacement inces (...)
  • 26 Nous préférons le volcanique Etna (« Etneo », variante du manuscrit PN7) au mont Lilibée où Typhon (...)

Samos se montra, et les Baléares,
La Corse et Bozis24 et les Vulcaniennes,
Et les Gorgones, îles méduséennes,
Et d’autres qui sur les mers ne sont rares.
Vîmes Trinacrie25, ses trois promontoires,
Pélore, Pachino, et l’Etna26 après,
Où souffle ses feux le géant Typhée,
Proférant des plaintes et des cris bizarres.

54Comparaison [LIV]

En terre étrangère, c’est souvent le cas
Que quelqu’un voie ce qu’il n’a jamais vu ;
S’il ne le dédaigne, s’il s’arrête dessus
On se gaussera de ce compagnon-là
Car on tient pour grossier et plus que cela
Qui d’un fait nouveau pour lui s’esbaudit
Au point que ceux qui sont proches de lui
Comprennent qu’il l’a ignoré jusque-là.

55[LV]

De cette sorte moqué et repris
Par ma guide devais-je bien être quand
Elle me vit aller le monde regardant,
Les yeux et l’esprit tout-à-fait ravis ;
Car d’un ton affligé voilà qu’elle me dit :
« Laisse donc ce qui est sans intérêt ;
Regarde plutôt : nous verrons du droit côté
Quelque chose de ce qui t’amène ici. »

56Les trois roues qu’il vit dans la maison de la Fortune [LVI]

Tournant les yeux là où elle me disait,
Je vis plus avant trois très grandes roues
Deux étaient stables et ne bougeaient du tout,
Mais celle du milieu sans cesse tournait.
Et je vis que toutes au-dessous avaient,
Tombés à terre, des gens à foison
Dont le front portait chacun l’inscription
Du nom et du sort qui leur était fait,

57L’auteur questionne la Providence [LVII]

Sauf que sur l’une des deux inactives
Les gens qui devaient s’y trouver placés
Et ceux qui dessous attendaient de tomber
Leur blason couvraient d’opaque courtine.
Moi pour qui cela de sens semblait vide
De l’incertitude tirai beau discours
En priant ma guide de faire le jour
Sur cette figure qui me laissait stupide.

58Réponse [LVIII]

Elle me répondit : « De savoir il convient
Que de trois âges je veux t’entretenir :
Les temps passés, présents et à venir.
Chacun d’entre eux a sa roue et s’y tient ;
Deux sont arrêtées, dont l’une contient
Les gens du passé, l’autre du futur.
Celle qui tourne au milieu veille sur
Ceux que dans le temps présent elle retient.

59La Providence poursuit [LIX]

Apprends, toi, que la troisième, de fait,
Contient les formes et les simulacres
De nombreuses personnes sacrées et profanes
De gens qui au monde vont arriver ;
C’est pourquoi leur face est ainsi voilée,
Même si des hommes tu peux voir le contour,
Car ni leur nom ni de leur vie le cours
D’un esprit mortel être sus ne pourraient.

60La Providence explique pourquoi les hommes ne peuvent connaître l’avenir [LX]

L’esprit humain s’aveugle et s’opprime
Dans les arts grossiers que lui donne Minerve :
Vois ce qu’il ferait dans ceux que réserve
Celui qui de feux crépitants s’escrime !
Que personne donc ne pense ni estime
Pouvoir par l’art des prestiges savoir
Ce que l’esprit divin peut seul concevoir
Même s’il s’y entend, même s’il l’imagine.

61Avertissement de la Providence [LXI]

Mais viens avec moi et cela laissons :
De la roue au plus près maintenant te dirige
De ceux du passé, si tu veux voir prodige,
Mais à ce que je dis fais bien attention :
Au nom de l’amitié ou de l’aversion,
Du bon amour du pays, de sa gloire,
Ne feins pas le faux, ne triche sur l’histoire,
Mais de ce qu’a chacun fais juste raison.

62Des sept ordres qu’il y avait sur chaque roue [LXII]

Quand de la roue nous fûmes tout voisins
De sept orbes je vis qu’étais tissue
Sa rotondité, dans l’ordre voulu,
Mais ce n’était art de mortelles mains,
Et je vis qu’étaient tant de corps humains
Sur chacun des cercles des sept mentionnés
Et tels que jamais ne pourrait Léthé
Donner à l’oubli leurs noms souverains.

63De ceux qui étaient sur la première roue et l’ordre de Diane : les chastes et les chasseurs [LXIII]

Nous vîmes le fils de qui triompha
En usant de ruse plutôt que d’instinct
Des tours et détours du grand Labyrinthe
Et le Minotaure en fin acheva.
La bonne Hypermnestre à nous se montra,
Au visage plus pur que toute la Grèce
Et par-dessus toutes la chaste Lucrèce
Avec le couteau qui la disculpa.

64Comment il vit Artémise, femme de Mausolée, et Pénélope, femme d’Ulysse [LXIV]

  • 27 Le labyrinthe (strophe 63, 3e vers) et la prophétie (strophe 64, 2e vers) sont au commencement de c (...)

Nous te vîmes, femme du grand Mausolée,
Toi dont les larmes nous font prophétie27,
En baignant les cendres de ton mari,
Que vice est d’être veuve de plus d’un épousé ;
Et la compagne de l’homme rusé
Toi, Pénélope, toi qui sur ta toile
T’attardas le temps que reçoive sa voile
Les vents qu’Éole lui avait refusés.

65Comment il vit Argie et Alcide, autrement dit Hercule [LXV]

Sur la roue aussi nous vîmes debout
Comblée de multiples mérites, Argie,
Et du côté de la droite je vis
Alcide qui occupait ce côté presque tout,
En chasseur avec une masse à clous,
Comme quand il délivrait, dans l’ancien âge,
Les Calydoniens du monstre sauvage
Et la table royale de toute cette boue.

66[LXVI]

Moi qui voyais tellement attentifs
Ceux qu’on connaît pour leurs vertus diverses,
Voyant la roue qui ensemble les verse,
Mon penser ne pouvait rester oisif.
Providence me vit tellement pensif
Qu’elle me dit : « À ce point ne t’étonne pas,
Car Dieu les a mis dans cet ordre-là ;
Que d’étonnement ils ne te soient motif !

67[LXVII]

Ab inicio voulut l’esprit suprême
Qu’aucun de ces cercles ne paraisse ici
Sans que la gent qui s’y tient n’obéît
À l’influx sidéral de qui le gouverne.
Que ton jugement, s’il est instruit, discerne
Que chacune d’entre ces sept planètes
Opère ses influences parfaites
Sur chaque orbe pour la gloire éternelle.

68[LXVIII]

Si bien que la Lune, qui est la première,
Sur le premier cercle imprime son acte ;
La seconde au second garde ce pacte ;
Au troisième aussi le fait la troisième ;
Et, de toutes, tous, de cette manière,
Sont enclins à la seule disposition
Des vertus et de l’astrale impulsion
De la matière de chacune des sphères.

69[LXIX]

Et ainsi le cercle que tu as vu
Tu peux l’appeler cercle de la Lune,
Et tire de même leur nom de chacune
Pour que cela ne devienne confus.
Ores j’appuie sur ce dont tu doutais :
Si les chastes avec les chasseurs se situent,
C’est parce qu’ici les auteurs attribuent
À cette planète ce choix préféré.

70[LXX]

Rends-toi à la roue, alors, des présents
Pour que tu les voies ensemble les deux
Et requiers-nous sur ce qui t’est douteux :
Nous le résoudrons en vers évidents ;
Ayant vu le cercle des gens d’antan,
Ouvre bien les yeux et prête attention :
Tu verras l’autre qui est la condition
Des personnes modernes de notre temps ».

71Comment les trois Destins menaient la roue [LXXI]

  • 28 Depuis les régions olympiennes, les trois Parques veillent sur le sort des mortels, mais aussi sur (...)

Suivant son conseil, attentif regardant,
Vis les trois Destins28, Clotho le premier,
Lachésis le second, Atropos le dernier,
Chacun à son tour la roue ébranlant ;
Et je vis sur toutes prédominant
Au premier cercle par Diane tenu
Une reine telle que l’humaine vertu
Paraissait avoir à son commandement.

  • 29 Cinq traits sont attribués à cette reine parfaite par la répétition du possessif « su » : nombre de (...)

72La défunte reine de Castille [LXXII]29

  • 30 Nous suivons l’« hypothèse alchimique » de Francis Belzer dans « Le laberinto de Fortuna, labyrinth (...)

De pourpre candide30 son vêtement
Dénotait bien toute sa grande puissance.
Son faste n’ajoutait rien à sa prestance
Et sa vertu ne la privait de brillant.
En blancheur sur elle sa robe l’emportant,
Elle tient dans sa main un rameau de palmier,
Un don que Diane par-dessus tous prisait,
Plus que toute mesure dans la mesure étant.

  • 31 Dixième strophe du cercle de la lune, cette strophe contient la première (et brève) description du (...)

73[LXXIII]31

  • 32 La référence alchimique est très présente ici : l’œuvre au blanc, par distillation, donne une matiè (...)

Je vis du côté qui à gauche était
Le Sérénissime roi son mari,
Portant même livrée de blanc habit,
Non point mécontent de ce bas degré ;
Et je vis aussi sur le droit côté
Une reine telle, pleine de lustre,
Que des vertus d’une vie très illustre
Avait le blanc32 de son manteau brodé.

74Comparaison [LXXIV]

Mon visage tournai plein d’embarras
Vers qui remédiait à mon ignorance,
Tout comme l’enfant que de ses enfances
La douce mère détache sans émoi ;
Telle Providence alors me sembla
Quand elle me dit : « Je connais ici
Ton désir sans doute de savoir qui
Peuvent être ces gens en clair apparat.

75La reine de Castille défunte [LXXV]

Celle qui le siège le plus haut a pris
Ne devrait pas t’être si étrangère :
C’était d’Espagne la reine célèbre
La très vertüeuse dame Marie,
Qui au delà de son très haut prix
Non point seulement reine des Castillans,
Reçoit de ses frères un renom si grand,
Autant de Césars en la monarchie !

76[LXXVI]

  • 33 Pour exprimer ce changement de sexe, nous n’avons pas osé le néologisme « natureté », tardivement f (...)

Elle jouit de prudence et de vérité,
Elle jouit de justice, ce don immortel ;
Elle a des vertus connaissance telle
Qu’en femme en demande l’honnêteté.
Et si était changée son humanité33
Ainsi que ce fut de Cénée le cas,
À nombre de gens, à ce que je crois,
Leurs vices dompter ferait sa justeté.

77Elle célèbre la reine d’Aragon régnante [LXXVII]

L’autre que nous vîmes à la droite main
Était la reine des Aragonais ;
Tandis que son roi endosse le harnais
La reine maîtresse son royaume tient ;
Avec le don de justice qui est le sien,
Plus de royaumes conquiert son mari,
Mieux elle garde ce qui est conquis.
Vois quelle gloire votre Espagne détient !

78Elle célèbre encore sa vertu [LXXVIII]

  • 34 Nous suivons le choix de M. Kerkhof, op.cit., p. 142, note 621.

Peu de reines de Grèce on peut trouver
Qui eussent gardé sans tache le lit
De leurs maris quand de Troie le conflit
Dans les batailles aucune issue n’avait :
Mais il en est une34 sans y manquer,
Nouvelle Pénélope, comme le veut le sort.
Pense donc au renom que lui doit la mort
Quand sa gloire la vie ici-bas ne tait ! »

79Il célèbre une dame Coronel [LXXIX]

D’autres intègres un peu plus bas j’ai vu :
La très chaste dame à la main cruelle,
La digne couronne des Coronel,
Qui par le feu sa flamme vaincre sut.
Ô Rome citoyenne, si tu l’avais connue
Quand tu commandais au grand univers,
Quelle gloire, quel renom, quelle prose, quel vers,
Quel temple à Vesta lui élevasses-tu !

80Il célèbre les gens de basse condition [LXXX]

Je n’en cite pas d’autres, j’en tire argument,
Car leur grande vertu a beau réclamer,
Leurs noms obscurs cèle la Renommée
Parce qu’elles ne sont pas nées de noble sang.
Mais ne laisserai de dire mon sentiment,
À savoir que les plus humbles personnes
Remportent les claires et saintes couronnes,
Accordant aux vices moindre pensement.

81Il adresse le récit au roi [LXXXI]

Il vous appartient de tel ordre donner,
Roi excellent, très insigne seigneur,
Dans votre rôle de prince législateur,
À la vie politique de toujours veiller
Pour que la pudeur puisse être gardée
Et qu’en paix les gens dorment dans leur lit,
De punir les grands autant que les petits,
À qui ne pardonne ne lui pardonner.

82Comparaison [LXXXII]

De ces toiles que font les araignées
Que les lois présentes n’aient pas le défaut :
Elles prennent les faibles et vils animaux
Et montrent sur eux leur molle cruauté.
Les bêtes plus grosses, moins concernées,
Passant au travers déchirent la toile,
Si bien que le piège ne s’avère fatal
Que contre les faibles et pauvres armées.

83Il donne un conseil [LXXXIII]

Que les grands apprennent à vivre chastement,
Ne dépassent en vice les brutes sauvages,
En réprobation de nombreux lignages
Que les vils plaisirs ne gâtent les gens,
Que ceux qui dominent le monde présent
S’écartent de là où naissent les torts ;
Et si beau renom ils désirent fort,
Embrassent vie chaste et soient continents.

84Définition de la chasteté [LXXXIV]

C’est abstinence de vile accointance
Que la chasteté, après le moment
Où tout intérêt pour le vice cessant,
En actes et pensées on reste à distance.
Que seulement est chaste je ne pense
Celui qui les flèches de Vénus évite,
Mais qui se dénude aussi de tout vice,
Vêtant de vertus nouvelle apparence.

85Le deuxième ordre commence, celui de Mercure [LXXXV]

Je vis ceux qui sage conseil donnèrent
Et ceux qui en guerre arrangent les paix ;
En vîmes beaucoup, du lot détachés,
Qui juste profit du commerce cherchèrent,
Et d’autres qui délivrèrent leurs terres,
Et ceux qui pour éviter plus de crimes
Ont révélé bien de grandes traîtrises
Et beaucoup de gens ainsi ils sauvèrent.

86Il tire argument des anciens [LXXXVI]

  • 35 Capis et Laocoon ont dénoncé le traquenard du cheval de Troie, que Mena fait fusionner ici avec la (...)
  • 36 C’est plutôt Laocoon qui a subi l’étreinte mortelle des serpents envoyés par Poséidon.

Nestor l’ancien à nos yeux se montra
Et les orateurs plutôt mieux reçus
Du fils de Faune qu’objets de refus ;
Le roi qui son fils bien mort racheta
Et Capis, lui qui toujours redouta
Les dangers occultes du Palladïon35,
Et le prêtre sacré Laocoon
Qui les dragons de Pallas enlaça36.

87Il a parlé jusqu’ici des vertueux, et maintenant, des vicieux [LXXXVII]

En dessous de ceux-ci je vis mis à bas
Ceux qui les paix signées aussitôt rompent,
Et ceux qui pour l’or les vertus corrompent,
Fournissant pitance à tous renégats.
Je vis grand clergé de traîtres prélats
Qui les biens sacrés ont rendu vénaux.
Ô religion tissée de tant de maux,
Qui endoctrine hors la juste voie !

88[LXXXVIII]

Nous vîmes Pandare, le dard sanglant,
Frère de ce bon Eurition de Rome,
Qui lorsque Menesthée lâcha la colombe
L’abattit alors qu’elle volait au vent
Et qui excite contre les doriques gens
Les nerfs de la courroie de sa lance
Faisant à la trêve signée vïolence,
Un champ dépourvu de paix leur ouvrant.

89Il parle de ceux qui, par convoitise, sombrèrent dans le vice [LXXXIX]

  • 37 Pour ce verbe, nous suivons les indications de M. Kerkhof, op. cit., p. 142, note 706.

Ô Polymestor nous te trouvons là,
Toi qui trahis37 le bon Polydore
Dans la faim maudite de son grand trésor
Oublieux d’amour et de toute foi ;
Le vil Anténor s’approche de toi,
Triste origine de ceux de Padoue ;
Et même si Virgile plus d’honneur t’alloue,
Là, Énée, tu le tenais par le bras.

90[XC]

Tu te trouvais là, Euryphile, honteuse,
À vendre la vie de ton bon mari,
Par riches colliers ton esprit conquis,
Voulus être veuve, de plus rien désireuse.
Ô notre siècle, époque désastreuse,
On trouverait bien, si on les cherchait,
D’autres Éryphiles qui désireraient
Donner leurs maris pour chose si creuse.

91[XCI]

Bonnement ne peux sous silence te passer
Toi, maudit Opas, non plus que toi, Julien,
Vous, au plus profond de ce val de chagrin
Dont les larmes jamais ne peuvent rédempter.
Ah, quelle cruauté a pu vous pousser
À vendre un jour les terres et les lois
D’Espagne, que l’effort de nombreux rois
Durant tant d’années n’a pu recouvrer ?

92[XCII]

  • 38 Nous gardons le néologisme de l’adjectif forgé par Mena sur le nom du Mont Cyllène, en Arcadie, où (...)

Vers la moderne roue alors me tournai,
Au fond du cyllénien38 cercle second,
De semblables vices était son tréfonds
Si plein que je ne sais qui peut en parler !
Voyez si la gent qui reste voulez
M’accorder de dire ce qu’elle devient ;
Mais parler du présent il ne me convient :
Vérité le permet, crainte ne l’admet.

93L’auteur montre que la peur des présents l’empêche de dire leurs vices [XCIII]

Ô crainte du monde ! Tu nous impelles
À grands plaisirs feindre en lieu de tristesse,
De tant d’Entelle à faire des Darès
Et de tant de Darès à faire des Entelle ;
D’un petit nombre nous faisons kyrielles,
Tu nous fais dire bons ceux qui sont vicieux,
Prendre les cruels pour de très pïeux
Et les très pïeux les dire cruels.

94Comparaison [XCIV]

Comme l’esclave qui pour la nouvelle foi
De son patron se montre et s’affirme plus vif
Afin de sortir de l’état de captif,
Disant des paroles qu’il n’approuve pas,
Notre langue nous mène par semblable effroi
Vers le mensonge de l’adulation,
De sorte que chacun tirera conclusion
De dire le faux mais non ce qu’il doit.

95Sur les vices des religieux [XCV]

Et qui, de même, ne pourrait dire ici
Comment les choses sacrées se vendent
Et les vils usages où se dispendent
Les dîmes offertes à Sainte Marie ?
Sous les bonnes couleurs de la clergie
Les méchants dissipent la juste sueur
Des simples, des pauvres et des travailleurs,
La sainte voie catholique aveuglant ainsi.

96Il donne un exemple [XCVI]

  • 39 Nous suivons la lecture de M. Kerkhof, op. cit., note 763.

De Césarée on lit qu’un tremblement
Sa muraille à terre fit s’écrouler,
Les maisons39, les gens, entièrement ravagés,
Et qu’il ne resta mur sur son fondement,
Mais entier son temple trouvons seulement,
Et tout le clergé avec son prélat
Saufs : sûr qu’ils furent rédimés de cela
Grâce à leurs usages dévots et décents.

97Application [XCVII]

Si une telle secousse sur nous advenait,
– Ne le veuille point la divine clémence –,
Ce serait tout le contraire, je pense,
Dans quelque ville où elle se produirait ;
Je crois bien plutôt que s’effondrerait
La clergie ainsi que tout son temple
Et que la ville resterait en exemple
Libre, aucun dommage ne subirait.

98L’auteur adresse le discours au roi [XCVIII]

  • 40 On remarquera l’enchaînement des conséquences mettant en rapport la royauté et la loi à travers le (...)

Que votre sacrée et royale majesté
Donne à ses sujets un tel bénéfice
Que chacun use ainsi de son office
Que les lois demeurent en leur intégrité40,
Sans que convoitise ni rapacité
Ne viennent chez nous au bon ordre nuire
Et afin que de chaque état fasse fuir
La vile avarice sa sagacité.

  • 41 L’avarice se présente à la 99e strophe. Source de tous les vices pour le moyen âge castillan (convo (...)

99Définition de l’avarice [XCIX]41

L’avarice est certes, quelque lieu qu’elle aborde,
Un vice qui s’en prend à tous les biens,
De tout gain caché en quelque recoin
Inquisitrice jusqu’à la pléthore.
Elle sert les métaux, les métaux adore ;
De grandes rapines elle est gorge avide
Et de ce qu’elle tient souffre autant du vide
Que de ce qu’elle espère gagner encore.

100Le troisième ordre commence, celui de Vénus, où on parle de l’amour, bon et mauvais, sous toutes ses formes [C]

Là devant Vénus, sur degré spécial
Vis ceux qui dans le feu de leur jeunesse
Font que du vice la vertu renaisse
Par le sacrement matrimonïal.
Mais en dessous d’eux vis foule générale
De nombreux lignages si décadents
Que ma langue n’arrive à savoir comment
Dire tant d’espèces et sortes de mal.

101Argument de cet ordre [CI]

  • 42 Nefundum peccatum, Pecado nefando, l’acte de sodomie.

C’étaient fornicateurs et adultères,
Et d’autres qualifiés d’incestüeux,
Et ceux qui abouchent ces gens peccamineux
Et qui pour cela touchent vils salaires,
Et ceux qui par des actes volontaires
Vainement délectent leur vie coupable,
Et ceux entachés du crime abominable42,
À juste et à toute raison contraires.

102Il tire argument des anciens adonnés au mauvais amour [CII]

Nous vîmes unis, vilement embrassés,
La compagne de ce grand Atride-là
Qui mena de la Grèce tous les combats,
Avec Égiste en ébats dérobés,
Et nous vîmes Mirrha parmi les effondrés,
Devenue la sœur de qui elle était mère
Et mère du fils de son propre père,
Contre les lois humaines de parenté.

103[CIII]

Était là celui qui de force ôta
À sa chaste belle-sœur l’état de demoiselle,
À manger son fils, dédommageant celle
Que de deux manières il déflora.
Et vîmes dans le plus immonde des états
Avec Macarée la triste Canacé,
Eux de qui ensemble un tel fils est né
Que l’humaine vie alors outragea.

104[CIV]

Aussi des Centaures le père géant
Trouvâmes là, sans aucune grâce,
Auquel Junon fit, avec sa fallace,
Accomplir son désir mensongèrement ;
Et nous vîmes, ayant été plus avant,
Pleurer Pasiphaé ses actes immoraux,
Elle qui te préféra, Minos, le taureau ;
Scylla ne fit pas tel remplacement !

  • 43 Troubadour galicien passé à la légende, qui inspirera à Lope de Vega son Porfiar hasta morir. Le Ca (...)

105Comment il rencontra Macias43 [CV]

Regardant le cercle nous marchâmes tant
Que devant Macias alors nous trouvâmes
Et le vîmes pleurer de toutes ses larmes
Les jours où sa vie prit fin en aimant ;
De lui m’approchai, assez troublé quand
Je vis que c’était un homme de chez nous,
Et vis qu’il disait ce chant triste et doux
En vers élégiaque qu’il allait chantant :

106Chanson de Macias [CVI]

« Couronne d’amour amours m’ont baillée
Pour que de bouche en bouche mon nom soit repris ;
Mon mal alors n’était pas amoindri
Quand ses douleurs plaisir me donnaient.
Ces douces erreurs l’esprit dominaient,
Mais ne durent point autant qu’elles charment ;
Puisqu’elles m’ont causé comme à vous des larmes,
Sachez, vous, amants, l’amour désaimer.

107[CVII]

Fuyez un péril aussi passionné ;
Sachez être gais, cessez d’être tristes ;
Sachez desservir qui tant vous servîtes :
À d’autres qu’amours vos soins apportez.
Lesquels s’ils donnaient au même degré
Leurs rares plaisirs selon leur douleur,
Aucun amoureux ne verserait des pleurs
Ni mal aimé ne désespèrerait.

108[CVIII]

Et comme lorsqu’à quelque malfaiteur
Tandis que justice un autre punit
La crainte du châtiment donne envie
De vivre dès lors en étant meilleur,
Mais une fois qu’il ne ressent plus la peur
Revient à ses vices comme la fois première,
De même me rendirent où je désespère
Des désirs qui veulent qu’amoureux je meure. »

109L’auteur interroge la Providence [CIX]

Voyant si grande foule prise dans les tourments
Du feu vicïeux d’illicite amour,
Je dis : « Providence, éclaire-moi pour
Dissiper mon doute, car je ne comprends :
Tous ces gens, qui sont intelligents,
Pourquoi voulurent-ils aimer sans réflexion ?
Ils devraient avoir inscrite sur leur front
La peine qu’ici ils vont endurant. »

110La Providence répond en montrant certaines choses qui provoquent l’amour par artifice [CX]

  • 44 Il s’agit de l’hippomane, une formation de chair que l’on trouve parfois dans le placenta des vache (...)

Ma compagne dit, se mettant à rire :
« Ne causent amours ni en gardent la trêve
Les tissus44 du fils que jument élève,
Non plus qu’aiguilles plantées dans la cire
Ni le fil de fer ni même l’eau prime
De mai, bue dans le creux d’un vase de lierre,
Ni force des herbes ni vertu des pierres
Ni ce que sorcière vainement peut dire.

111D’autres raisons qui causent l’amour naturellement [CXI]

Mais d’autres raisons plus justes convoquent
Les cœurs à vivre de telles amitiés :
Des vertus et vies en conformité ;
Et, par dessus tout, les beautés provoquent,
L’appel des plaisirs que beaucoup évoquent,
Et quand les présents sont bien accueillis,
Ou par le lignage être nés choisis,
Ou être touchés par de doux colloques.

112[CXII]

Afin d’être aimé, il convient aussi
D’être le premier à d’amour aimer :
Car personne n’est si dur à donner
Qu’il ne donne mie s’il a beaucoup pris.
Et il devrait être à l’excès flétri
Ce cœur qui d’amour aimer ne voulant
Ne veut pas non plus être aimé pourtant
Ou de ce qu’on l’aime aurait grand ennui.

113Ici la Providence répond à une autre incertitude, quand il dit : « …qui sont intelligents » [CXIII]

On peut mettre en œuvre l’intellection
Quand l’amour est feint, futile et mesquin,
Mais le vrai amour nul péril ne craint
Ni requiert leçons de bonne raison ;
Et les jugements de tous tant qu’ils sont
Ne l’empêchent de suivre la voie qu’il désire ;
Sa flamme au contraire ne fait que grandir
Quand on lui oppose plus d’interdiction. »

114L’auteur adresse le discours au roi [CXIV]

Et donc, monarque, seigneur valeureux,
Que le royal sceptre de votre puissance
Frappe, mêlant rigueur à la clémence,
Pour que vous craignent tous les licencieux
Et que les actes vils du libidineux
Feu de Vénus entièrement terminent
Et que les humains plus que tout estiment
Le pur amour catholique vertueux.

115Définition de ce que sont le bon amour ou le mauvais [CXV]

  • 45 La parabole du fils prodigue est là pour en attester !

Lequel entre deux cœurs a telle médiation
Que les volontés qui point ne s’unissaient
Sa douceur les accorde et ensemble les met,
Ne faisant qu’une de leurs deux opinions ;
Et distribuant selon leurs affections
Aux amoureux sans jouissance une chaîne
Et aux aimés le délice sans la peine
Et aux moindres mérites les plus grands dons45.

116Le troisième ordre, celui de Vénus s’achève et le quatrième commence, celui de Phébus [CXVI]

J’y vis grande foule de saints docteurs,
Ceux qui contemplent ce si bon savoir
Qui continument pour nous peut valoir,
En nous rendant libres de nos erreurs ;
Grands philosophes et fleur d’orateurs,
Ici citharistes, ici prophètes,
Grands astrologues, ici les poètes,
Ici du quadrivium les connaisseurs.

117[CXVII]

Au dessus de tous la foule était faite
D’illustres maîtres, de docteurs très saints :
Il y avait Jérôme qui le chant soutient,
Grégoire, Augustin, maîtres exégètes;
Et nous vîmes le saint docteur dont la fête
Notre bon César toujours solennise,
Et bien d’autres docteurs que canonise
Le siège romain pour leur vie honnête.

118Philosophes [CXVIII]

  • 46 Dante voit Empédocle et Zénon au chant VI de sa Divine Comédie (Enfer).
  • 47 Métaphore ovidienne, ici transposée au philosophe : « aidé de la voile ou de la rame, l'art fait vo (...)

Vis les philosophes Cratès et Polémon,
Le bon Empédocle et Zénon le docte46,
Près de son père Platon, Aristote,
Guidant les autres d’un calme aviron47.
Vis aussi Socrate avec le poison
Mortel qu’il buvait, comme je le craignais,
Et vis Pythagore qui défendait
Des viandes manger en disproportion.

119Orateurs [CXIX]

Je vis Démosthène et je vis Gabien
Et aussi Tullius et sa langue riche,
Cassius Sévère, soufrant grand préjudice
De son exil par le peuple romain.
Étaient là Domitien, recteur africain,
Et nous vîmes Plutius avec Apollodore,
Et nous vîmes le feu du brillant trésor
De notre rhétoricien Quintilien.

120Musiciens [CXX]

  • 48 Au lieu de son frère Jubal, patron des musiciens. Tubal est le premier forgeron.
  • 49 Chiron le centaure était fils de Phylira, nymphe océanide.

Apparut Tubal48, premier inventeur
De mots consonants et douce harmonie ;
Apparut la harpe qu’Orphée prit avec lui
Lorsqu’aux enfers le conduisit son cœur ;
Apparut Phyliride49, musicien majeur,
Maître d’Achilles pour cithariser
Qui par son art sut frapper et dompter
Achille, un si redoutable dompteur.

121Prophètes : il cite les dix sibylles [CXXI]

  • 50 Nom inconnu, de même que celui de Vetona à la strophe suivante (ce dernier est-il dérivé des Vetton (...)

L’assemblée nous vîmes, vierge et parfaite,
Tout en haut, de celles à la vie tranquille,
Au nombre de dix, que sont les sibylles,
Dont chacune peut s’appeler prophète :
La Persique était avec la Dimète50,
La Babylonienne, grande Érythrée,
Et la Tiburtine, nommée Albunée,
Vîmes à côté de la Phrygiennette.

122[CXXII]

  • 51 Pour faire cinq à la strophe 122, Amalthée accompagne Vettone et s’ajoute à la sibylle de Cumes, én (...)

Phémonoé, qui dans l’ordre est sexte,
Était là aussi, elle qui en vers subtils
Annonce à voix forte les guerres civiles,
Dont Appius reçut réponse funeste ;
Nous vîmes la Lybique, cette vierge honnête ;
Il y avait Vettone avec Amalthée51 :
La dixième était la fameuse Cumée
De qui les Romains célèbrent la fête.

123[CXXIII]

Nous vîmes Homère qui tenait dans ses mains
La douce Ilïade ainsi que l’Odyssée.
Le grand Virgile je vis qui le suivait ;
Énée avec une troupe de Romains :
Élégiaques, lyriques et tragédiens,
Comiques, satyriques, épiques poètes,
Et les narrateurs d’autant de conquêtes
Qu’on en fit naître parmi les humains.

124Raison de ne pas faire l’éloge des poètes de Cordoue [CXXIV]

Ô fleur du savoir et de la noblesse,
Cordoue ma mère, à ton fils pardonne
Si dans les chants qu’à présent il entonne
Il ne divulgue rien de ta sagesse.
Si de valeureux sages je loue ta largesse,
Qui furent miroir merveilleux à l’extrême,
Je serai suspect, car natif de toi-même,
De les peindre mieux que le droit ne laisse.

125Il en vient aux présents [CXXV]

Nous venons au cercle de ceux du présent
Où en trouvons peu de cette confrérie ;
La doctrine de maux est plus riche aujourd’hui
Qu’elle ne l’est de vertus auprès des gens.
Mais parmi d’autres là resplendissant
Nous en vîmes un comblé de prudence
Sur qui ayant questionné ma Providence,
J’eus sa réponse par les vers suivants :

126[CXXVI]

« Celui que tu vois ici contemplant
Le mouvement des nombreuses étoiles,
Leur facture, leur force, l’ordre sidéral,
Qui mesure leur course, le quand, le comment,
Et qui a appris en philosophant
Quel est le moteur, le branle qu’il génère,
Éclairs et foudre et son du tonnerre,
Et les causes du monde sut en veillant,

127[CXXVII]

Cet illustre père, ce doux ferment,
Lui, célèbre sur le mont Castalie,
C’est le seigneur de Villena, Henri,
Honneur de l’Espagne et du siècle présent. »
Ô sage éminent, auteur très savant,
Jour après jour constamment je déplore
Que la Castille ait perdu ce trésor
Resté inconnu de la plupart des gens.

128[CXXVIII]

Perdit tes livres sans les avoir connus,
Car en guise d’obsèques certains te furent vite
Saisis et jetés dans le feu avide,
D’autres en désordre étant répandus.
Certes à Athènes les livres prétendus
De Pythagore qui furent réprouvés
Plus cérémonieusement furent brûlés
Quand devant le Sénat ils furent lus.

129Arts condamnés [CXXIX]

Au fond de ces cercles je vis effondrés
Ceux qui les arts condamnés étudient
Et je vis leur faute en deux répartie
Entre ceux qui enseignent et les enseignés.
Mages et jeteurs de sort condamnés,
Enchanteurs je vis en continüant,
Mathématiciens qui mauvaisement
Touchent des objets à nous prohibés.

130[CXXX]

Nos yeux dolents vers le cercle baissant,
Vîmes le mage Tyrrhénien se montrer ;
Avec lui Érichto qui à Sextus Pompée
Donna réponse, sa vie présageant.
Il y avait là, ses enfants dépeçant,
Médée l’impuissante devineresse,
Blessée de flèche mortelle de déesse,
Qui ne sut se doter de scrupules en aimant.

131[CXXXI]

Licinie et Publicie y étaient,
Donnant, pour l’opprobre de leurs lignages,
À leurs maris de funestes potages
D’herbes pleines de maléfice mêlés,
Car dès lors qu’est perdue toute pudicité,
Vertu nécessaire à toutes les femmes,
Telle furie monte, telle haine s’enflamme
Qu’elles prennent leurs maris en inimitié.

132[CXXXII]

  • 52 Nous proposons de comprendre cette « droite » comme l’épouse légitime, à laquelle l’homme se lie pa (...)

C’est pourquoi vous, parmi tant de maris,
Si de ce soupçon vous êtes travaillés,
Que votre droite52 ne s’en doute jamais,
Qu’on ne comprenne que vous avez compris.
Que les remèdes bien avant soient pris
Que les douleurs ne les rendent nécessaires ;
À grande ruse, ruse extraordinaire,
Mieux vaut surprendre plutôt qu’être surpris.

133Comparaison [CXXXIII]

Pour celui qui craint la mer déchaînée
Et les tempêtes redoute qu’elle engendre,
La meilleure garde est de ne pas la prendre,
De perdre l’envie de bien naviguer ;
Mais qui, s’y trouvant, prétend avancer
Sans être affligé de misère aucune,
Au signe premier de mauvaise fortune
Vers des havres sûrs doit se diriger.

134L’auteur adresse la question au roi [CXXXIV]

Il vous appartient, ô grand roi puissant,
De faire détruire tous ces savoirs faux
Par où des hommes et femmes infernaux
Cherchent à causer plus de mal qu’on l’entend.
De tous ceux qui meurent, il en est souvent
Qui meurent en secret d’un art maléfique
Et on feint que la mort ait eu pour motif
Un mal qui ne laisse penser aux méchants.

135[CXXXV]

Magnifique prince, en rien ne demande
De votre temps l’honnêteté immense
De souffrir qu’il y ait une mortelle engeance
Qui tue les gens d’une bouchée de viande.
Que la grande clémence et la loi trop tendre
De votre époque ne causent méfaits
De nouvelles Publicie et nouvelles Médée ;
Il y a bien assez d’autre misère ambiante.

136[CXXXVI]

  • 53 Nous suivons les éditions de Carla De Nigris, Ed. Crítica, Barcelona, 1994, note f, et de M.Kerkhof (...)

Que les arts licites, par votre clémence,
Croissent de même que les droits offices ;
Tombent les méfaits, périssent les vices ;
Que n’occulte plus le mal la patience,
Pour que contemplent en votre présenc
Les années quiètes53 de votre longue vie
L’art maléfique ainsi par vous détruit
Et même restaurée la sainte prudence.

137Définition de la Prudence [CXXXVII]

La prudence est science qui réduit à néant
Les torves désirs de la volonté ;
Sait ce qui est bon, connaît le mauvais,
Mais toujours les meilleures voies elle prend.
Elle écrase les vices et le mal pourfend,
Chez ceux qui l’aiment elle se convie,
Mène à bonnes fins, étant infinie,
Et donne à l’esprit l’éclat de l’argent.

Notes

1 Le manuscrit 229 de la BNF que nous suivons à travers les éditions de M. Kerkhof et de J. G. Cummins (Cátedra, Madrid, 1984), porte ces rubriques en rouge, que d’autres manuscrits ne présentent pas. Elles ont, entre autre, l’effet de singulariser chaque huitain en soulignant sa spatialité. Dans cette strophe, le schéma de rimes est exceptionnellement ABABBCCB ; nous le respectons.

2 Les strophes 2 à 12 portent une diatribe contre la Fortune, dont la roue est mentionnée à chacune de ces strophes, pour encadrer le passage.

3 Apollon est ici invoqué comme Dieu du chant, dont l’attribut est la lyre.

4 Ces trois strophes réunissent les trois ‘protagonistes’ principaux du poème, auxquels s’en s’ajouteront des secondaires plus tard. Le roi, la Fortune, le Poète. Ce dernier, lyrique par Apollon, est épique par Calliope.

5 Nous traduisons ce vers en tenant compte de l’avis du commentateur A du manuscrit 229 BNF : « Elles se cachent toujours le matin, la brume venue… ». Les Pléiades sont visibles dans l’hémisphère Nord à partir de l’automne et durant l’hiver : cela nous semble exclure un sens de ‘frimas’ pour le « bruma » que porte le texte.

6 Cette dixième strophe se propose de décrire la Fortune, qui est aussi le dixième arcane du Tarot, lequel était connu au XVe siècle sous le nom de « Triomphes ».

7 Première occurrence du verbe voir et projet global du poème : c’est une vision. Le poète voit un monde invisible qui lui donne un point de vue privilégié sur l’espace mais aussi accès à la vision des temps, historique, présent et à venir. Visionnaire, il est prophétique.

8 Première image du labyrinthe où on peut entrer mais dont il est difficile de sortir…

9 Chant VI de l’Énéide. La référence à Enée, qui revient à la strophe XXXI s’accompagne d’une invocation d’Apollon-Phébus (XXXII e-f). La puissance oraculaire du dieu qui inspire la Sybille Cumée garantit au chant de pouvoir dévoiler, révéler et formuler la prophétie.

10 Sagesse du renoncement à l’excès (hybris), valeur de la mesure (vertu de tempérance).

11 Effet pernicieux du désir mimétique, qui débouche sur la frustration via l’obstacle.

12 « Flèche » en ancien français.

13 Nous gardons mot à mot l’expression forgée par Juan de Mena, « orbe universo ».

14 À la strophe XXXIII nous sommes au 1/9e du poème, et Juan de Mena encadre la vision du monde (qui s’étend jusqu’à la strophe 54) en définissant le seul lecteur qu’il reconnaisse, doué d’intellection (entendidos) par opposition au vulgaire (grosseros) : s. 33 et 54.

15 Le De imagine mundi, attribué au moyen âge à Saint Anselme, est reconnu comme la source d’inspiration du poète. Cf. édition de J.G. Cummins, p. 189.

16 Nous traduisons d’après le remarque de M. Kerkoff, éd. cit., p. 114, note 284, qui attribue la découverte de l’astronomie aux Arabes et aux Chaldéens plutôt qu’aux Ammonites. Cette strophe et la précédente mettent en avant magie et astronomie, deux arts divinatoires reliés à la thématique du destin et de la Fortune.

17 Mena forge ce nom à partir de celui du chef de la légion thébaine, Mauricius, et joue sur les deux Thèbes, en Égypte et en Grèce, par la référence à Stace, auteur d’une Thébaïde. L’allusion aux frères ennemis et à la dévastation engendrée par les guerres intestines ne pouvait être que politique (France Autesserre, « Du De imagine mundi au Laberinto de Fortuna », Cahiers d’Études Romanes, 20/1, 2009, CAER, Université de Provence, p. 167).

18 Le lac Méotide est l’ancien nom de la Mer d’Azov ; Mena transforme le mot pour la rime, nous lui restituons sa forme. Cf. note 334 de l’édition de J.G. Cummins : « por decir lagos Meotes dijo Metoes », d’après un commentaire d’Hernan Nuñez, son commentateur et éditeur (1499).

19 La 43e strophe est entièrement consacrée à la Gothie, pour rappeler l’origine de la dynastie hispanique ; au milieu exact du passage, elle est aussi la dixième de cette vision du monde (cf. France Autesserre, op.cit., p. 159), faisant écho à la dixième strophe du poème, où est présentée la Fortune : sur les valeurs du nombre 10, cf. notre introduction.

20 Nous traduisons selon la suggestion de M. Kerkhof, éd.cit., p. 121, note 347 : « caxa » évoquerait la forme carrée ou rectangulaire de l’Allemagne.

21 Il faut y voir le Jura, cf. France Autesserre, op.cit., p. 142.

22 Pour « Mauritanie tingitane », de Tingis > Tanger. Dès cette mention, et après avoir fait le tour de la péninsule ibérique d’Est en Ouest, sautant sur toute la longueur de la péninsule depuis la Galice, le poète fait émerger le continent africain : de Tanger à l’Ethiopie, au vers suivant, le bond d’Ouest en Est est également remarquable. Vision labyrinthique !

23 De l’embouchure du Rhône à Antipolis, Pline énumère 10 îles (Naturalis historia, III, 79). Les Stoechades proprement dites sont au nombre de cinq selon Agathémère (Tableaux de géographie, IV, 20) et Strabon (Géographie, IV,1,10).

24 Est-ce, par synecdoque, la Sardaigne, dont Bosa est une ville ? Ou Bozis renvoie-t-il à Ibiza, Ebusa en latin ? Le De imagine mundi dit « Ebosus ». L’analyse du trajet labyrinthique que suit le regard du poète nous porterait à retenir Ibiza (cf. note suivante).

25 Avec la Sicile, Trinaclia, se termine la vision des îles, rendue chaotique par le déplacement incessant du regard du poète d’un bout à l’autre de la Méditerranée et même plus loin, jusqu’à l’océan Atlantique ; la strophe LIII montre ce trajet  (carte de France Autesserre, La rhétorique du labyrinthe…, p. 99) :

Image 10000000000001AB000000E007571A2B02613E75.jpg

26 Nous préférons le volcanique Etna (« Etneo », variante du manuscrit PN7) au mont Lilibée où Typhon ne souffle pas ses feux. Ainsi se termine le mouvement centrifuge de la vision du poète, déroulée en spirale, de l’extérieur jusqu’au centre de la Méditerranée, au centre de la terre, sous l’Etna.

27 Le labyrinthe (strophe 63, 3e vers) et la prophétie (strophe 64, 2e vers) sont au commencement de cette évocation de l’Histoire. Ce n’est pas par hasard.

28 Depuis les régions olympiennes, les trois Parques veillent sur le sort des mortels, mais aussi sur le mouvement des sphères célestes et l’harmonie du monde. Les roues de la Fortune sont ainsi maîtrisées par les « Destins ».

29 Cinq traits sont attribués à cette reine parfaite par la répétition du possessif « su » : nombre de la quintessence.

30 Nous suivons l’« hypothèse alchimique » de Francis Belzer dans « Le laberinto de Fortuna, labyrinthe du Grand-Œuvre ? », in: Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales. 26, 2003. p. 379-393 : « Dans le traité de Trismosin, c’est sous le signe de Luna que se réalise l’œuvre au rouge: ‘Luna [...] qui règne sur l’humide, enfante le roi immaculé dans son habit de pourpre.’ (c’est nous qui soulignons). Ne sommes-nous pas là tout près de la métaphore déconcertante utilisée par Mena, que nous avons relevée au début de cet article : « De cándida púrpura su vestidura » (72 a) ? N’y aurait-il pas là plus qu’un audacieux latinisme ? ». Notons par ailleurs que la pourpre désignait par synecdoque le vêtement impérial dans l’ancienne Rome.

31 Dixième strophe du cercle de la lune, cette strophe contient la première (et brève) description du roi.

32 La référence alchimique est très présente ici : l’œuvre au blanc, par distillation, donne une matière qui parvient au blanc par les noces chimiques des principes masculins et féminins, sous l’égide de la lune. Ici, les deux reines et le roi resplendissent en blanc sur ce premier cercle de Diane.

33 Pour exprimer ce changement de sexe, nous n’avons pas osé le néologisme « natureté », tardivement forgé au XVIIIe siècle.

34 Nous suivons le choix de M. Kerkhof, op.cit., p. 142, note 621.

35 Capis et Laocoon ont dénoncé le traquenard du cheval de Troie, que Mena fait fusionner ici avec la statue de Pallas sculptée par la déesse Athena et non exempte de dangers puisque Ajax perd la vie pour l’avoir reçue en attribution alors qu’Ulysse la convoitait.

36 C’est plutôt Laocoon qui a subi l’étreinte mortelle des serpents envoyés par Poséidon.

37 Pour ce verbe, nous suivons les indications de M. Kerkhof, op. cit., p. 142, note 706.

38 Nous gardons le néologisme de l’adjectif forgé par Mena sur le nom du Mont Cyllène, en Arcadie, où la légende fait naître Mercure.

39 Nous suivons la lecture de M. Kerkhof, op. cit., note 763.

40 On remarquera l’enchaînement des conséquences mettant en rapport la royauté et la loi à travers le comportement des sujets du roi.

41 L’avarice se présente à la 99e strophe. Source de tous les vices pour le moyen âge castillan (convoitise), elle est aussi un obstacle au processus du Grand Œuvre : Titus BURCKHARDT, L’alchimie, science et sagesse, Paris : Encyclopédie Planète, s.d., p. 64 : « Les alchimistes répètent souvent que le plus grand obstacle qui barre leur chemin est l’avarice. Ce vice représente pour leur art ce que l’orgueil est à l’amour, et l’illusion à la connaissance. Inversement, il est demandé aux disciples d’Hermès de ne rechercher la transmutation des métaux que dans un but charitable. » Cité par F. BEZLER, op. cit., p. 387.

42 Nefundum peccatum, Pecado nefando, l’acte de sodomie.

43 Troubadour galicien passé à la légende, qui inspirera à Lope de Vega son Porfiar hasta morir. Le Cancionero de Baena recueille cinq chansons de Macias, selon le Marquis de Santillane. Cf. La cour littéraire de Juan II, Comte de Puymaigre, Paris, 1873.

44 Il s’agit de l’hippomane, une formation de chair que l’on trouve parfois dans le placenta des vaches et des juments.

45 La parabole du fils prodigue est là pour en attester !

46 Dante voit Empédocle et Zénon au chant VI de sa Divine Comédie (Enfer).

47 Métaphore ovidienne, ici transposée au philosophe : « aidé de la voile ou de la rame, l'art fait voguer la nef agile. », Ovide, L'art d'aimer, livre I, préambule.

48 Au lieu de son frère Jubal, patron des musiciens. Tubal est le premier forgeron.

49 Chiron le centaure était fils de Phylira, nymphe océanide.

50 Nom inconnu, de même que celui de Vetona à la strophe suivante (ce dernier est-il dérivé des Vettons, peuple primitif de Vieille Castille ?). Le nombre des sibylles dans la strophe 121 est censé être de cinq puisque Phémonoé est dite sixième au premier vers de la strophe suivante. L’« Érythrée » est de ce fait un qualificatif de la Babylonienne, alors qu’il s’agit, dans la tradition, de deux sibylles distinctes. La Frigiana, au vers 967, devrait être la Tiburtine (et c’est notre choix de traduction), puisqu’elle s’appelle Albunée et qu’elle est en compagnie de la Phrygienne(tte) (vers 968).

51 Pour faire cinq à la strophe 122, Amalthée accompagne Vettone et s’ajoute à la sibylle de Cumes, énumérée en dixième rang. Mais Amalthée est le nom de cette dernière… La logique du nombre 5 (cf. notre Introduction) fait donc se distribuer dix sibylles en deux strophes, mais pour cela Mena en confond deux à la strophe 121, en dédouble une à la strophe 122, en « invente » deux (Dimeta et Vetona).

52 Nous proposons de comprendre cette « droite » comme l’épouse légitime, à laquelle l’homme se lie par la main droite lors du mariage. Dans l’évangile de Mathieu, en effet, c’est la main gauche qui doit ignorer le bien que fait la main droite et non l’inverse ! (Cf. M. Kerkhof, op.cit., note 1051).

53 Nous suivons les éditions de Carla De Nigris, Ed. Crítica, Barcelona, 1994, note f, et de M.Kerkhof, op.cit., note 1086.

© e-Spania Books, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter