Version classiqueVersion mobile

Labyrinthe de Fortune

 | 
Monique De Lope-Rivière
, 
France Autesserre

Strophes I à CCC

Texte intégral

  • 126 Le manuscrit 229 de la BNF que nous suivons à travers les éditions de M. Kerkhof et de J. G. Cummin (...)

1Préambule126 [I]

Au très prépotent roi Jean le deuxième
À qui Jupiter montra tant d’égards
Qu’il lui fit du monde aussi grand domaine
Qu’à lui-même du ciel s’attribua de part ;
Au grand roi d’Espagne, au nouveau César,
Que la Fortune veut bien fortuné,
À lui, le genou à terre incliné,
Lui qui réunit vertu et pouvoir,

2Il argumente contre la Fortune [II]

  • 127 Les strophes 2 à 12 portent une diatribe contre la Fortune, dont la roue est mentionnée à chacune d (...)
  • 128 Apollon est ici invoqué comme Dieu du chant, dont l’attribut est la lyre.

Tes cas fallacieux, Fortune, chantons127,
Les états de ceux que tu tournes et vires,
Tes rares fermetés et tes grandes ires,
Ceux que sur ta roue fâchés nous voyons.
Avant qu’à nos jours nous en arrivions,
Ma plume désire des faits du passé
Avec ceux présents faire un résumé :
Qu’Apollon conclue128, quand nous commençons.

3Invocation [III]

  • 129 Ces trois strophes réunissent les trois ‘protagonistes’ principaux du poème, auxquels s’en s’ajoute (...)

Toi, Callïope, sois-moi favorable,
Me prêtant les ailes d’un don si virtuose
Qu’enfin je discoure par là où je n’ose,
Présente à ma langue matière de fable129.
Que de Renommée la voix ineffable
Déclare les faits aujourd’hui présents
Pour qu’ils soient connus de toutes les gens ;
Que l’oubli n’enlève ce qui est mémorable.

4Il narre [IV]

Bien que je ne croie que fussent inférieurs
À ceux de l’Africain du Cid les exploits
Ni que moins féroces fussent au combat
Les guerriers d’ici que les guerriers d’ailleurs,
Les grandes actions qu’ont faites nos seigneurs,
La constance de qui plus les apprécie,
Gisent en ténèbres, leur gloire endormie,
Entachée d’oubli par manque d’auteurs.

5Il donne un exemple [V]

La grande Babylone, qu’avait entourée
La mère de Ninyas de briques en terre cuite,
Que dire d’ouvrage fait à la va-vite
Si nous la voyons au sol, effondrée,
Et si les murs que Phébus a élevés
La force argolique put les démolir,
Quelle œuvre mes mains peuvent bien bâtir
Dont le cours ne suive les faits du passé ?

6Il invoque à nouveau [VI]

Et donc de tes sources nouvelles répands
En moi ton subside, immortel Apollon ;
Souffle dans ma bouche afin que par ton don
Les vertus et vices je narre des puissants ;
À ces miens propos montrez-vous céans,
Ô filles de Thespies, avec vos faveurs,
Et par l’harmonie de si suave chœur
Palliez mes carences en les occultant.

7Il dispute avec la Fortune [VII]

Donne-moi licence, changeante Fortune,
De te réprouver ainsi que je dois.
Ce qui pour les sages nouveauté n’est pas
Être ignoré pourra de personne quelqu’une.
Envers ton agir ainsi je m’insurge,
Fais que tes cas l’un à l’autre s’accordent
Car toutes les choses régies par un ordre
Inclinent à prendre forme commune.

8Il exemplifie [VIII]

  • 130 Nous traduisons ce vers en tenant compte de l’avis du commentateur A du manuscrit 229 BNF : « Elles (...)

Que l’ordre du ciel t’en montre la voie :
Regarde du Nord la ferme constance,
Vois aussi Trïon, dont la gouvernance
Est d’être inconstant, qui sans fin tournoie,
Et les sept Pléiades que surveille Atlas,
Qui semblent ensemble un petit essaim :
Toujours elles se cachent quand la brume vient130.
Chacun d’eux respecte sa loi quelle qu’elle soit.

9Il conclut contre la Fortune [IX]

Comment se peut-il, Fortune, qu’il te plaise
Par loi de désordre régir toutes choses ?
Ce que font les âges, les plantes, les roses,
Ce que fait le ciel, ne peux-tu le faire ?
Montre tes œuvres ou toujours mauvaises
Ou prospères, bonnes, durables, éternelles ;
De coups alternants point ne nous harcèle,
Qui tantôt réjouissent et tantôt déplaisent.

  • 131 Cette dixième strophe se propose de décrire la Fortune, qui est aussi le dixième arcane du Tarot, l (...)

10Propriétés de la Fortune131 [X]

Bien considérée ta grande mouvance,
Tu suis une loi, même discordante
Ta fermeté est de n’être constante,
Ton tempérament est intempérance,
Ton ordre le plus sûr est sans ordonnance,
Ta règle consiste à être hors les normes,
Ta conformité à n’être conforme,
Et tu désespères toutes espérances.

11Comparaison [XI]

Comme les marins qui vont au ponant
Trouvent à Cadix l’océan sans fin,
L’Europe qui presque la Lybie rejoint
Lorsque Borée sait se montrer vaillant ;
Mais si c’est Auster qui meut le trident
Elles courent à rebours d’où elles sont venues
Les eaux, qui n’auront jamais et n’ont jamais eu
Là où je le dis un repos patent ;

12Application [XII]

  • 132 Première occurrence du verbe voir et projet global du poème : c’est une vision. Le poète voit un mo (...)

De même, fluctuante Fortune haïssable,
Tes cas incertains paraissent jumeaux
Qui vont sur des flots de biens et de maux,
Rendant toute course grandement instable.
Pour que je voie ton outrance notable132
La maison où roule ta roue montre-moi :
Comment notre vie y est traitée par toi
Je dirai ainsi, témoin véritable.

13Fiction [XIII]

À peine avais-je ces mots formulé
Que je sentis enlevée ma personne
Et pleine de furie la mère Bellone
Me prit sur son char de dragons tiré,
Et quand leurs ailes ne battaient pas assez,
Elle les frappait d’un dur fouet si bien
Qu’à force elle leur fit mener un tel train
Que vite ils me laissent là où ils voulaient.

14Comparaison [XIV]

Au milieu d’une plaine me lâchèrent soudain,
Après qu’avec moi un tour eurent fait,
Comme on voit parfois un aigle lâcher
La proie qui dans sa serre ne tient bien.
Moi, dans ce cas étonnant, surhumain,
Me trouvai effrayé en un grand désert
Où je vis une foule, en nombre peu clair,
D’aspect religieux autant que mondain.

15Il narre le nombre de la maison de la Fortune [XV]

Et toute l’autre plaine qui avoisinait
Était entourée d’un splendide mur
Si transparent, tellement clair et pur
Que marbre de Paros en blancheur paraît,
Au point que le regard de tout être créé
À travers la clarté diaphane de l’appareil
Aurait découvert autant de merveilles
Que dans son sein l’enceinte en recelait.

16Tromperie de la vue quand elle voit par transparence ou à travers une loupe [XVI]

Mais bien parce qu’en des lieux différents
Ma vue, même si je ne le demande,
Fait grande chose d’une chose non grande
Quand c’est à travers milieu transparent,
Je dis : « Jamais je ne serai content
Si ne peux bien voir ces formes hétéroclites
Aux grands mystères aussi insolites,
Si de plus près ne vais les regardant. »

17Comparaison [XVII]

Comme celui qui est devant un miroir
Où il se jette un regard par moments
Et n’est pas si comblé, tout en étant content,
Que s’il avait pu son visage bien voir,
Son pareil de même savait m’émouvoir,
Et jamais si satisfait ne pus me trouver
Que voir plus avant je n’eusse désiré,
Accusant mes yeux de n’assez percevoir.

18Il poursuit et compare par une fiction [XVIII]

Lors qu’avec ce vœu je me tenais là,
Descend une grande et sombre nuée ;
Obscurcissant l’air, elle le rend épais,
M’aveugle et m’entoure, plus rien je ne vois ;
Et là je craignais qu’il ne m’arrivât,
Étant prisonnier, comme à Polyphème
Qui dans sa caverne fut pris lui-même
Au leurre d’Ulysse lorsqu’il l’aveugla.

19[XIX]

Mais comme misère possède licence
De rendre plus fine la contemplation,
Et même surtout à ceux-là qui sont
Privés de toute visuelle puissance,
Je commence donc, avec éloquence,
Dans mon grand souci de pouvoir y voir,
Devant et derrière, et de toutes parts,
À sans trêve appeler divine clémence.

20Il poursuit en disant comment la Providence lui apparut [XX]

Aussitôt jaillissent de grandes clartés
Qui frappent la nue, toute l’asséchant,
En petits lambeaux la décomposant
Si bien qu’elles la font vite évaporer ;
Et reste au milieu, de fleurs entourée,
Une demoiselle à l’aspect grandiose ;
À la voir bien fou est celui qui ose
Dire qu’il en est de plus grande beauté.

21Du remède qu’elle lui apporte [XXI]

Très vite mes yeux eurent retrouvé
Tout entièrement leur vertu première,
Car à la venue de cette messagère
Ce qui était perdu leur fut restitué.
Et même si elle s’était ainsi dévoilée,
L’air grave invitait de son clair visage
Plus qu’à présenter d’amour les hommages
À montrer bonté et honnêteté.

22Proposition de l’auteur et ses questions à la Providence divine [XXII]

Sitôt que je vis que son apparence
Avait ressemblance à l’humain abord,
Ma peur écartée, je formule lors
Dans un style humble cette brève instance :
« Ô très séraphique, claire apparaissance,
Je t’en prie, dis-moi comment tu es venue
Et quel est donc l’art que tu suis le plus,
Et quel est le nom de ton éminence. »

23Réponse [XXIII]

Elle répondit : « À toi ma présence
N’est pas si nouvelle, car partout je suis.
Trois arts sont les miens, te le dis aussi,
Desquels il dépend très grande excellence :
Les choses présentes j’ordonne en essence,
Celles à venir dispose à mon gré ;
Le passé révèle ; si tu es éclairé,
Divine tu peux m’appeler Providence. »

24Émerveillement de l’auteur [XXIV]

« Ô toi la princesse et l’ordonnatrice
De tous les états et les hiérarchies,
Des paix et des guerres, des sorts et des vies,
Sur tous les seigneurs grande impératrice,
Ainsi c’est toi qui es la directrice
Et médiatrice de ce monde très grand !
Comment mon esprit si peu éloquent
De si haut colloque permit que je jouisse ?

25L’auteur la supplie de le guider [XXV]

Et puisqu’un si grand plaisir est donné
À ma vie qui nullement le mérite,
Te prie d’accepter d’en être le guide
Dans cette maison qui ici paraît,
Qui toute entière, je crois, se soumet
À toi, dont le nom saint j’invoque céans,
Plutôt qu’à Fortune, qui n’a rien dedans,
Usant d’un nom qu’elle usurpe de fait. »

26Réponse [XXVI]

Elle répondit : « Jeune homme, droit chemin
Suit ma voie, toi, viens et approche-toi.
Je te montrerai quelque peu de quoi
Arrive à tâter l’intellect humain ;
Quel est le défaut – tu sauras au moins –,
Le vice, l’état de chaque personne ;
Content de ce que tu verras, pardonne :
N’en demande pas plus au plus souverain. »

27Il poursuit l’histoire [XXVII]

  • 133 Première image du labyrinthe où on peut entrer mais dont il est difficile de sortir…

Et vers où elle vit la porte se trouver
Elle s’allait, par la main me tenant.
Bientôt me dit de remarquer comment
Était à tous grande ouverte l’entrée.
« Mais un piège ainsi s’y trouve caché »
Dit-elle, « qui brûle bien plus que tison ;
C’est que quiconque entre en cette maison
N’a d’issue que douteuse, mal assurée133. »

28Demande de l’auteur [XXVIII]

  • 134 Chant VI de l’Énéide. La référence à Enée, qui revient à la strophe XXXI s’accompagne d’une invocat (...)
  • 135 Sagesse du renoncement à l’excès (hybris), valeur de la mesure (vertu de tempérance).

« Angélique figure, qui le pouvoir en as,
Donne-moi un rameau pour bien me guider,
Comme au fils d’Anchise le fit la Cumée134
Lorsqu’à l’Hérèbe de descendre il tenta »
Lui dis-je ensuite, et elle déclara :
« Qui est constant face au temps adversaire
Et n’en veut pas plus que le nécessaire135
D’aucun rameau à se pourvoir n’aura. »

29Il poursuit son histoire [XXIX]

  • 136 Effet pernicieux du désir mimétique, qui débouche sur la frustration via l’obstacle.

Conversant ainsi nous passâmes la porte
Par où confluait une foule immense
Si bien que là où elle était le moins dense
Nous nous bousculions tous de belle sorte ;
Car pour la chose dont la quête nous porte,
Plus le désir est commun et s’efforce136,
Plus notre presse nous nuit et nous force,
Et ce qu’on recherche, moins on le remporte.

30Comparaison [XXX]

  • 137 « Flèche » en ancien français.

De même que l’homme blessé d’une saette137
Porteuse d’une cruelle barbelure
Tire, et ce faisant – malgré une main sûre –
Plus le crochet l’épreint et le blesse,
De même ma personne était toute sujette :
Quand je bataillais pour me dégager,
La presse de tous me tient plus serré,
Ne me gouvernant d’aucune finesse.

31Comment la Providence fit entrer l’auteur dans la maison de la Fortune [XXXI]

Mais la sage main de qui me guidait
Et qui, me voyant triste et incertain
Crut bon de donner à mon grand chagrin
La consolation que je désirais,
À la forte presse où je me trouvais
M’ôte, et me pose dedans, aussi libre
Que le fut Énée entrant dans le Tibre
Avec ses Pénates des Grecs qu’il craignait.

32Il décrit la hauteur de la maison [XXXII]

  • 138 Nous gardons mot à mot l’expression forgée par Juan de Mena, « orbe universo ».

À quelle vitesse je veux qu’on devine,
Je me trouve en haut de ce grand logis,
D’où par la vue pouvait être saisie
Toute sa partie terrestre et marine.
Inspire-moi, Phébus, de toute ta doctrine
Telle cadence que chante mon vers
Ce que nous y vîmes de l’orbe univers138
Et de toute l’autre cosmique machine.

33Protestation [XXXIII]

  • 139 À la strophe XXXIII nous sommes au 1/9e du poème, et Juan de Mena encadre la vision du monde (qui s (...)

Si strophes, parties, longues énonciations
Ne rendaient pas bien, dans ce dont je parle,
Regardons le sens et non le vocable,
S’il y a des longueurs dans les expressions,
Lesquelles je soumets à la correction
Des vrais connaisseurs, les seuls qu’elles craignent,
Et non des vulgaires qui toujours blasphèment
Suivant la rudesse de leurs opinions139.

  • 140 Le De imagine mundi, attribué au moyen âge à Saint Anselme, est reconnu comme la source d’inspirati (...)

34L’auteur montre les cinq zones de la terre140 [XXXIV]

De là on voyait le centre de la sphère
Et ses cinq zones avec toute l’australe,
Brumale, l’aquilon, et l’équinoxiale
Et ce qu’en soi la solsticiale resserre.
Au devant de moi alors arrivèrent
Quand plus avant je vais dans la maison,
Bêtes et gens aux étranges façons,
Monstres et formes vraies et mensongères.

35Asie Majeure [XXXV]

L’Asie Majeure dans la zone tierce
Et la Parthie je vis entre les rives
Du Tigre et de l’Indus, aux royaumes vides,
Dont les berges s’étendent en de vastes terres.
La province d’Arachosie je repère
Proche de la Perse et de l’Assyrie,
Et la Médie aussi, où la magie
Je crois qu’en premier on a découvert.

36[XXXVI]

  • 141 Nous traduisons d’après le remarque de M. KERKOFF, éd. cit., p. 114, note 284, qui attribue la déco (...)

Et près de l’Euphrate vis les Moabites,
Comment s’étendait la Mésopotamie,
L’Arabie, la Chaldée, où l’astronomie
D’abord fut trouvée141, puis les Ammonites,
Les Iduméens et les Madianites
Et d’autres provinces de peuples plus grands
Dont veuillent les lecteurs, si je vais passant,
Pardonner ma main qu’elles ne soient écrites.

37[XXXVII]

De l’Euphrate à la Méditerranée
Vis la Palestine, la belle Phénicie,
Qui vient du Phénix, qui y fait son nid,
Ou bien de Phénix, de Cadmos puîné ;
Le mont du Liban, où le Jourdain naît,
Où fut baptisé le fils de Marie,
Et vis Commagène et toute la Syrie,
Les Nabatéens, dont rien ne dirai.

38Égypte [XXXVIII]

  • 142 Mena forge ce nom à partir de celui du chef de la légion thébaine, Mauricius, et joue sur les deux (...)

Du côté austral je vis s’ensuivant
Le pays d’Égypte au rouge Nérée,
Qui a nom d’Égyptos, père de Lyncée,
Entouré du Nil qui va l’irrigant,
Où au ciel serein rien ne fait écran
Ni l’air se remplit de nuées de glèbe,
Où je vis Mauricie142, l’antique Thèbes,
Plus désolée que Stace ne prétend.

39[XXXIX]

Je vis, du côté où Notos s’élance,
Les monts du Caucase si bien se dresser,
À telle altitude, en tant de sommets,
Que jusqu’à l’Europe presqu’ils s’étendent,
Et luttent et combattent sur leurs pentes
Les Amazones amputées de leurs seins,
Sarmates, Massagètes et Colchidiens
Et les Hyrcaniens en terre distante.

40[XL]

Puis je vis les monts hyperboréens,
L’Arménie, la Scythie, toute l’Albanie ;
Même si, pour ne pas parler à l’infini,
Je laisse les Hébreux et tant d’autres coins,
Les Cappadociens, les Amorrhéens,
Et Nicée aussi où fut rassemblé
Le Synode saint qui a la foi délivré
D’autres bien pires que les Manichéens.

41Asie Mineure [XLI]

Vers l’Asie Mineure mon regard tourné
Vit cette Galacie où se dirigèrent
Les gens qui au roi bythinien portèrent
Des secours qui furent bien récompensés ;
Les champs de Phrygie longuement pleurés,
Carie, Isaurie nous vîmes au fond,
Lydie, Pamphilie, le pays du Pont,
Où Clément et Nason furent relégués.

42Europe [XLII]

  • 143 Le lac Méotide est l’ancien nom de la Mer d’Azov ; Mena transforme le mot pour la rime, nous lui re (...)

Et je vis Europe, ainsi appelée
De celle qui, sur nef taurine ravie,
Pour si juste cause ses frères induisit
À une quête qu’ils ne purent achever.
Vers Septentrion parurent après
Les monts Riphées, les lacs Méotides143,
Qu’à louer, lecteur, ici je t’invite,
Car de la Gothie voisins ils étaient.

43Haute et Basse Allemagne [XLIII]

  • 144 La 43e strophe est entièrement consacrée à la Gothie, pour rappeler l’origine de la dynastie hispan (...)

Et je vis la province très généreuse
Appelée Gothie selon notre usage,
D’où voulut Jupiter très haut et très sage,
Lorsqu’au début il forma toute chose,
Que vint d’une terre grandement fameuse
Le peuple des Goths qui le monde dévasta,
Pour que notre Espagne bénéficiât
D’une souche de rois à ce point glorieuse144.

44[XLIV]

  • 145 Nous traduisons selon la suggestion de M. KERKHOF, éd. cit., p. 121, note 347 : « caxa » évoquerait (...)

Des ondes du Tanaïs, vers le midi,
Jusqu’au Danube je vis la vallée
De la Scythie et l’Allemagne, grand carré145,
Avec les Daces, en de bien froids pays ;
Et jusques aux Alpes je découvris
La Rhétie, la Germanie supérieure,
Mésie, Panonie, et puis le meilleur :
Toutes les parties du royaume de Hongrie.

45Grèce [XLV]

Jusqu’à la grande mer Méditerranée,
Du côté de l’Auster, toute la Grèce vis :
Chaonie, Molossie, Hellade, Béotie,
Épire et sa source au don singulier
Où si tu veux des torches enflammer,
Quand tu les y mets mortes, feu elles prennent,
Si tu les mets vives, elles s’y éteignent
Car s’il donne du feu, le feu peut ôter.

46Thessalie et Italie [XLVI]

La grande Thessalie nous fut lors montrée,
Et le mont Olympe qui là se situe,
Lequel en hauteur excède les nues,
L’Arcadie, Corinthe tenant embrassée ;
Et depuis les Alpes je vis élevée
Du grand Océan jusques aux confins
L’Italie, à qui le peuple romain
Donnait nom Saturnie, à l’âge doré.

47France [XLVII]

  • 146 Il faut y voir le Jura, cf. France AUTESSERRE, op.cit., p. 142.

Et je vis les trois Gaules, à savoir :
La lyonnaise, l’Aquitaine, et celle de Narbonne,
Qui du premier Franc qui porta couronne
France ont pris nom, selon son vouloir ;
De celle-ci commence le territoire
Au mont de Jovis146 et s’étire tant
Qu’à la haute mer ses limites étend
Où avec les Bretons elles ont à voir.

48Espagne [XLVIII]

  • 147 Pour « Mauritanie tingitane », de Tingis Tanger. Dès cette mention, et après avoir fait le tour de (...)

Je vis les provinces d’Espagne et du Ponant,
Celle de Tarragone et la Celtibérie,
La petite Carthage qui était en Hespérie,
Et toutes les contrées de l’Occident ;
La Vandalousie parut, pleine d’agréments,
De Lusitanie tout le territoire,
L’âpre Galice, la Tingitanie barbare147
Où habitent de très féroces gens.

49Afrique [XLIX]

Nous vîmes grand part de l’Éthiopie plus loin
Et puis de l’Afrique toutes les régions,
Les Syrtes où sont les trépieds d’Amon,
Et la terre de Leptis sise à leurs confins ;
Toute la Marmarique où il y a plein
D’habitants véloces, les troglodytes,
Et, si peu experts, de fer et de gîtes
En grande pénurie, là les Africains.

50[L]

Le Catabathmon montra sa présence ;
La Cyrénaïque, région de païens,
Et toute la terre des Numidiens
Où Jugurtha sut prouver sa vaillance.
Pentapole apparaît quand on avance,
Byzacène, Gétulie, et encore attenante
Toute la terre où vivent les Garamantes
Depuis que Juba y imposa sa puissance.

51Îles particulières [LI]

  • 148 De l’embouchure du Rhône à Antipolis, Pline énumère 10 îles (Naturalis historia, III, 79). Les Stoe (...)

De même la mer à nos yeux se présente
Avec toutes les îles qu’elle comporte,
Au sein des eaux vives comme des eaux mortes
Où la bonace ne craint pas la tourmente.
Les Stoechades148, neuf sont évidentes ;
Rhodes et la Crête, la centipole ;
Les nombreuses Cyclades : quiconque les survole
En verra bien six de moins que soixante.

52[LII]

La ronde Naxos voulut se montrer ;
Coos, Ortigie, appelée Délos,
D’où avait tiré son nom de Delios
Ce dieu que les poètes aiment invoquer.
Les îles éoliennes vîmes se dresser,
Icarie qui prit du naufrage connu
D’Icare son nom, et ne l’a perdu,
Lui qui vol savant n’a su gouverner.

53[LIII]

  • 149 Est-ce, par synecdoque, la Sardaigne, dont Bosa est une ville ? Ou Bozis renvoie-t-il à Ibiza, Ebus (...)
  • 150 Avec la Sicile, Trinaclia, se termine la vision des îles, rendue chaotique par le déplacement inces (...)
  • 151 Nous préférons le volcanique Etna (« Etneo », variante du manuscrit PN7) au mont Lilibée où Typhon (...)

Samos se montra, et les Baléares,
La Corse et Bozis149 et les Vulcaniennes,
Et les Gorgones, îles méduséennes,
Et d’autres qui sur les mers ne sont rares.
Vîmes Trinacrie150, ses trois promontoires,
Pélore, Pachino, et l’Etna151 après,
Où souffle ses feux le géant Typhée,
Proférant des plaintes et des cris bizarres.

54Comparaison [LIV]

En terre étrangère, c’est souvent le cas
Que quelqu’un voie ce qu’il n’a jamais vu ;
S’il ne le dédaigne, s’il s’arrête dessus
On se gaussera de ce compagnon-là
Car on tient pour grossier et plus que cela
Qui d’un fait nouveau pour lui s’esbaudit
Au point que ceux qui sont proches de lui
Comprennent qu’il l’a ignoré jusque-là.

55[LV]

De cette sorte moqué et repris
Par ma guide devais-je bien être quand
Elle me vit aller le monde regardant,
Les yeux et l’esprit tout-à-fait ravis ;
Car d’un ton affligé voilà qu’elle me dit :
« Laisse donc ce qui est sans intérêt ;
Regarde plutôt : nous verrons du droit côté
Quelque chose de ce qui t’amène ici. »

56Les trois roues qu’il vit dans la maison de la Fortune [LVI]

Tournant les yeux là où elle me disait,
Je vis plus avant trois très grandes roues
Deux étaient stables et ne bougeaient du tout,
Mais celle du milieu sans cesse tournait.
Et je vis que toutes au-dessous avaient,
Tombés à terre, des gens à foison
Dont le front portait chacun l’inscription
Du nom et du sort qui leur était fait,

57L’auteur questionne la Providence [LVII]

Sauf que sur l’une des deux inactives
Les gens qui devaient s’y trouver placés
Et ceux qui dessous attendaient de tomber
Leur blason couvraient d’opaque courtine.
Moi pour qui cela de sens semblait vide
De l’incertitude tirai beau discours
En priant ma guide de faire le jour
Sur cette figure qui me laissait stupide.

58Réponse [LVIII]

Elle me répondit : « De savoir il convient
Que de trois âges je veux t’entretenir :
Les temps passés, présents et à venir.
Chacun d’entre eux a sa roue et s’y tient ;
Deux sont arrêtées, dont l’une contient
Les gens du passé, l’autre du futur.
Celle qui tourne au milieu veille sur
Ceux que dans le temps présent elle retient.

59La Providence poursuit [LIX]

Apprends, toi, que la troisième, de fait,
Contient les formes et les simulacres
De nombreuses personnes sacrées et profanes
De gens qui au monde vont arriver ;
C’est pourquoi leur face est ainsi voilée,
Même si des hommes tu peux voir le contour,
Car ni leur nom ni de leur vie le cours
D’un esprit mortel être sus ne pourraient.

60La Providence explique pourquoi les hommes ne peuvent connaître l’avenir [LX]

L’esprit humain s’aveugle et s’opprime
Dans les arts grossiers que lui donne Minerve :
Vois ce qu’il ferait dans ceux que réserve
Celui qui de feux crépitants s’escrime !
Que personne donc ne pense ni estime
Pouvoir par l’art des prestiges savoir
Ce que l’esprit divin peut seul concevoir
Même s’il s’y entend, même s’il l’imagine.

61Avertissement de la Providence [LXI]

Mais viens avec moi et cela laissons :
De la roue au plus près maintenant te dirige
De ceux du passé, si tu veux voir prodige,
Mais à ce que je dis fais bien attention :
Au nom de l’amitié ou de l’aversion,
Du bon amour du pays, de sa gloire,
Ne feins pas le faux, ne triche sur l’histoire,
Mais de ce qu’a chacun fais juste raison.

62Des sept ordres qu’il y avait sur chaque roue [LXII]

Quand de la roue nous fûmes tout voisins
De sept orbes je vis qu’étais tissue
Sa rotondité, dans l’ordre voulu,
Mais ce n’était art de mortelles mains,
Et je vis qu’étaient tant de corps humains
Sur chacun des cercles des sept mentionnés
Et tels que jamais ne pourrait Léthé
Donner à l’oubli leurs noms souverains.

63De ceux qui étaient sur la première roue et l’ordre de Diane : les chastes et les chasseurs [LXIII]

Nous vîmes le fils de qui triompha
En usant de ruse plutôt que d’instinct
Des tours et détours du grand Labyrinthe
Et le Minotaure en fin acheva.
La bonne Hypermnestre à nous se montra,
Au visage plus pur que toute la Grèce
Et par-dessus toutes la chaste Lucrèce
Avec le couteau qui la disculpa.

64Comment il vit Artémise, femme de Mausolée, et Pénélope, femme d’Ulysse [LXIV]

  • 152 Le labyrinthe (strophe 63, 3e vers) et la prophétie (strophe 64, 2e vers) sont au commencement de c (...)

Nous te vîmes, femme du grand Mausolée,
Toi dont les larmes nous font prophétie152,
En baignant les cendres de ton mari,
Que vice est d’être veuve de plus d’un épousé ;
Et la compagne de l’homme rusé
Toi, Pénélope, toi qui sur ta toile
T’attardas le temps que reçoive sa voile
Les vents qu’Éole lui avait refusés.

65Comment il vit Argie et Alcide, autrement dit Hercule [LXV]

Sur la roue aussi nous vîmes debout
Comblée de multiples mérites, Argie,
Et du côté de la droite je vis
Alcide qui occupait ce côté presque tout,
En chasseur avec une masse à clous,
Comme quand il délivrait, dans l’ancien âge,
Les Calydoniens du monstre sauvage
Et la table royale de toute cette boue.

66[LXVI]

Moi qui voyais tellement attentifs
Ceux qu’on connaît pour leurs vertus diverses,
Voyant la roue qui ensemble les verse,
Mon penser ne pouvait rester oisif.
Providence me vit tellement pensif
Qu’elle me dit : « À ce point ne t’étonne pas,
Car Dieu les a mis dans cet ordre-là ;
Que d’étonnement ils ne te soient motif !

67[LXVII]

Ab inicio voulut l’esprit suprême
Qu’aucun de ces cercles ne paraisse ici
Sans que la gent qui s’y tient n’obéît
À l’influx sidéral de qui le gouverne.
Que ton jugement, s’il est instruit, discerne
Que chacune d’entre ces sept planètes
Opère ses influences parfaites
Sur chaque orbe pour la gloire éternelle.

68[LXVIII]

Si bien que la Lune, qui est la première,
Sur le premier cercle imprime son acte ;
La seconde au second garde ce pacte ;
Au troisième aussi le fait la troisième ;
Et, de toutes, tous, de cette manière,
Sont enclins à la seule disposition
Des vertus et de l’astrale impulsion
De la matière de chacune des sphères.

69[LXIX]

Et ainsi le cercle que tu as vu
Tu peux l’appeler cercle de la Lune,
Et tire de même leur nom de chacune
Pour que cela ne devienne confus.
Ores j’appuie sur ce dont tu doutais :
Si les chastes avec les chasseurs se situent,
C’est parce qu’ici les auteurs attribuent
À cette planète ce choix préféré.

70[LXX]

Rends-toi à la roue, alors, des présents
Pour que tu les voies ensemble les deux
Et requiers-nous sur ce qui t’est douteux :
Nous le résoudrons en vers évidents ;
Ayant vu le cercle des gens d’antan,
Ouvre bien les yeux et prête attention :
Tu verras l’autre qui est la condition
Des personnes modernes de notre temps ».

71Comment les trois Destins menaient la roue [LXXI]

  • 153 Depuis les régions olympiennes, les trois Parques veillent sur le sort des mortels, mais aussi sur (...)

Suivant son conseil, attentif regardant,
Vis les trois Destins153, Clotho le premier,
Lachésis le second, Atropos le dernier,
Chacun à son tour la roue ébranlant ;
Et je vis sur toutes prédominant
Au premier cercle par Diane tenu
Une reine telle que l’humaine vertu
Paraissait avoir à son commandement.

  • 154 Cinq traits sont attribués à cette reine parfaite par la répétition du possessif « su » : nombre de (...)

72La défunte reine de Castille [LXXII]154

  • 155 Nous suivons l’« hypothèse alchimique » de Francis BELZER dans « Le laberinto de Fortuna, labyrinth (...)

De pourpre candide155 son vêtement
Dénotait bien toute sa grande puissance.
Son faste n’ajoutait rien à sa prestance
Et sa vertu ne la privait de brillant.
En blancheur sur elle sa robe l’emportant,
Elle tient dans sa main un rameau de palmier,
Un don que Diane par-dessus tous prisait,
Plus que toute mesure dans la mesure étant.

  • 156 Dixième strophe du cercle de la lune, cette strophe contient la première (et brève) description du (...)

73[LXXIII]156

  • 157 La référence alchimique est très présente ici : l’œuvre au blanc, par distillation, donne une matiè (...)

Je vis du côté qui à gauche était
Le Sérénissime roi son mari,
Portant même livrée de blanc habit,
Non point mécontent de ce bas degré ;
Et je vis aussi sur le droit côté
Une reine telle, pleine de lustre,
Que des vertus d’une vie très illustre
Avait le blanc157 de son manteau brodé.

74Comparaison [LXXIV]

Mon visage tournai plein d’embarras
Vers qui remédiait à mon ignorance,
Tout comme l’enfant que de ses enfances
La douce mère détache sans émoi ;
Telle Providence alors me sembla
Quand elle me dit : « Je connais ici
Ton désir sans doute de savoir qui
Peuvent être ces gens en clair apparat.

75La reine de Castille défunte [LXXV]

Celle qui le siège le plus haut a pris
Ne devrait pas t’être si étrangère :
C’était d’Espagne la reine célèbre
La très vertüeuse dame Marie,
Qui au delà de son très haut prix
Non point seulement reine des Castillans,
Reçoit de ses frères un renom si grand,
Autant de Césars en la monarchie !

76[LXXVI]

  • 158 Pour exprimer ce changement de sexe, nous n’avons pas osé le néologisme « natureté », tardivement f (...)

Elle jouit de prudence et de vérité,
Elle jouit de justice, ce don immortel ;
Elle a des vertus connaissance telle
Qu’en femme en demande l’honnêteté.
Et si était changée son humanité158
Ainsi que ce fut de Cénée le cas,
À nombre de gens, à ce que je crois,
Leurs vices dompter ferait sa justeté.

77Elle célèbre la reine d’Aragon régnante [LXXVII]

L’autre que nous vîmes à la droite main
Était la reine des Aragonais ;
Tandis que son roi endosse le harnais
La reine maîtresse son royaume tient ;
Avec le don de justice qui est le sien,
Plus de royaumes conquiert son mari,
Mieux elle garde ce qui est conquis.
Vois quelle gloire votre Espagne détient !

78Elle célèbre encore sa vertu [LXXVIII]

  • 159 Nous suivons le choix de M. KERKHOF, op.cit., p. 142, note 621.

Peu de reines de Grèce on peut trouver
Qui eussent gardé sans tache le lit
De leurs maris quand de Troie le conflit
Dans les batailles aucune issue n’avait :
Mais il en est une159 sans y manquer,
Nouvelle Pénélope, comme le veut le sort.
Pense donc au renom que lui doit la mort
Quand sa gloire la vie ici-bas ne tait ! »

79Il célèbre une dame Coronel [LXXIX]

D’autres intègres un peu plus bas j’ai vu :
La très chaste dame à la main cruelle,
La digne couronne des Coronel,
Qui par le feu sa flamme vaincre sut.
Ô Rome citoyenne, si tu l’avais connue
Quand tu commandais au grand univers,
Quelle gloire, quel renom, quelle prose, quel vers,
Quel temple à Vesta lui élevasses-tu !

80Il célèbre les gens de basse condition [LXXX]

Je n’en cite pas d’autres, j’en tire argument,
Car leur grande vertu a beau réclamer,
Leurs noms obscurs cèle la Renommée
Parce qu’elles ne sont pas nées de noble sang.
Mais ne laisserai de dire mon sentiment,
À savoir que les plus humbles personnes
Remportent les claires et saintes couronnes,
Accordant aux vices moindre pensement.

81Il adresse le récit au roi [LXXXI]

Il vous appartient de tel ordre donner,
Roi excellent, très insigne seigneur,
Dans votre rôle de prince législateur,
À la vie politique de toujours veiller
Pour que la pudeur puisse être gardée
Et qu’en paix les gens dorment dans leur lit,
De punir les grands autant que les petits,
À qui ne pardonne ne lui pardonner.

82Comparaison [LXXXII]

De ces toiles que font les araignées
Que les lois présentes n’aient pas le défaut :
Elles prennent les faibles et vils animaux
Et montrent sur eux leur molle cruauté.
Les bêtes plus grosses, moins concernées,
Passant au travers déchirent la toile,
Si bien que le piège ne s’avère fatal
Que contre les faibles et pauvres armées.

83Il donne un conseil [LXXXIII]

Que les grands apprennent à vivre chastement,
Ne dépassent en vice les brutes sauvages,
En réprobation de nombreux lignages
Que les vils plaisirs ne gâtent les gens,
Que ceux qui dominent le monde présent
S’écartent de là où naissent les torts ;
Et si beau renom ils désirent fort,
Embrassent vie chaste et soient continents.

84Définition de la chasteté [LXXXIV]

C’est abstinence de vile accointance
Que la chasteté, après le moment
Où tout intérêt pour le vice cessant,
En actes et pensées on reste à distance.
Que seulement est chaste je ne pense
Celui qui les flèches de Vénus évite,
Mais qui se dénude aussi de tout vice,
Vêtant de vertus nouvelle apparence.

85Le deuxième ordre commence, celui de Mercure [LXXXV]

Je vis ceux qui sage conseil donnèrent
Et ceux qui en guerre arrangent les paix ;
En vîmes beaucoup, du lot détachés,
Qui juste profit du commerce cherchèrent,
Et d’autres qui délivrèrent leurs terres,
Et ceux qui pour éviter plus de crimes
Ont révélé bien de grandes traîtrises
Et beaucoup de gens ainsi ils sauvèrent.

86Il tire argument des anciens [LXXXVI]

  • 160 Capis et Laocoon ont dénoncé le traquenard du cheval de Troie, que Mena fait fusionner ici avec la (...)
  • 161 C’est plutôt Laocoon qui a subi l’étreinte mortelle des serpents envoyés par Poséidon.

Nestor l’ancien à nos yeux se montra
Et les orateurs plutôt mieux reçus
Du fils de Faune qu’objets de refus ;
Le roi qui son fils bien mort racheta
Et Capis, lui qui toujours redouta
Les dangers occultes du Palladïon160,
Et le prêtre sacré Laocoon
Qui les dragons de Pallas enlaça161.

87Il a parlé jusqu’ici des vertueux, et maintenant, des vicieux [LXXXVII]

En dessous de ceux-ci je vis mis à bas
Ceux qui les paix signées aussitôt rompent,
Et ceux qui pour l’or les vertus corrompent,
Fournissant pitance à tous renégats.
Je vis grand clergé de traîtres prélats
Qui les biens sacrés ont rendu vénaux.
Ô religion tissée de tant de maux,
Qui endoctrine hors la juste voie !

88[LXXXVIII]

Nous vîmes Pandare, le dard sanglant,
Frère de ce bon Eurition de Rome,
Qui lorsque Menesthée lâcha la colombe
L’abattit alors qu’elle volait au vent
Et qui excite contre les doriques gens
Les nerfs de la courroie de sa lance
Faisant à la trêve signée vïolence,
Un champ dépourvu de paix leur ouvrant.

89Il parle de ceux qui, par convoitise, sombrèrent dans le vice [LXXXIX]

  • 162 Pour ce verbe, nous suivons les indications de M. Kerkhof, op. cit., p. 142, note 706.

Ô Polymestor nous te trouvons là,
Toi qui trahis162 le bon Polydore
Dans la faim maudite de son grand trésor
Oublieux d’amour et de toute foi ;
Le vil Anténor s’approche de toi,
Triste origine de ceux de Padoue ;
Et même si Virgile plus d’honneur t’alloue,
Là, Énée, tu le tenais par le bras.

90[XC]

Tu te trouvais là, Euryphile, honteuse,
À vendre la vie de ton bon mari,
Par riches colliers ton esprit conquis,
Voulus être veuve, de plus rien désireuse.
Ô notre siècle, époque désastreuse,
On trouverait bien, si on les cherchait,
D’autres Éryphiles qui désireraient
Donner leurs maris pour chose si creuse.

91[XCI]

Bonnement ne peux sous silence te passer
Toi, maudit Opas, non plus que toi, Julien,
Vous, au plus profond de ce val de chagrin
Dont les larmes jamais ne peuvent rédempter.
Ah, quelle cruauté a pu vous pousser
À vendre un jour les terres et les lois
D’Espagne, que l’effort de nombreux rois
Durant tant d’années n’a pu recouvrer ?

92[XCII]

  • 163 Nous gardons le néologisme de l’adjectif forgé par Mena sur le nom du Mont Cyllène, en Arcadie, où (...)

Vers la moderne roue alors me tournai,
Au fond du cyllénien163 cercle second,
De semblables vices était son tréfonds
Si plein que je ne sais qui peut en parler !
Voyez si la gent qui reste voulez
M’accorder de dire ce qu’elle devient ;
Mais parler du présent il ne me convient :
Vérité le permet, crainte ne l’admet.

93L’auteur montre que la peur des présents l’empêche de dire leurs vices [XCIII]

Ô crainte du monde ! Tu nous impelles
À grands plaisirs feindre en lieu de tristesse,
De tant d’Entelle à faire des Darès
Et de tant de Darès à faire des Entelle ;
D’un petit nombre nous faisons kyrielles,
Tu nous fais dire bons ceux qui sont vicieux,
Prendre les cruels pour de très pïeux
Et les très pïeux les dire cruels.

94Comparaison [XCIV]

Comme l’esclave qui pour la nouvelle foi
De son patron se montre et s’affirme plus vif
Afin de sortir de l’état de captif,
Disant des paroles qu’il n’approuve pas,
Notre langue nous mène par semblable effroi
Vers le mensonge de l’adulation,
De sorte que chacun tirera conclusion
De dire le faux mais non ce qu’il doit.

95Sur les vices des religieux [XCV]

Et qui, de même, ne pourrait dire ici
Comment les choses sacrées se vendent
Et les vils usages où se dispendent
Les dîmes offertes à Sainte Marie ?
Sous les bonnes couleurs de la clergie
Les méchants dissipent la juste sueur
Des simples, des pauvres et des travailleurs,
La sainte voie catholique aveuglant ainsi.

96Il donne un exemple [XCVI]

  • 164 Nous suivons la lecture de M. KERKHOF, op. cit., note 763.

De Césarée on lit qu’un tremblement
Sa muraille à terre fit s’écrouler,
Les maisons164, les gens, entièrement ravagés,
Et qu’il ne resta mur sur son fondement,
Mais entier son temple trouvons seulement,
Et tout le clergé avec son prélat
Saufs : sûr qu’ils furent rédimés de cela
Grâce à leurs usages dévots et décents.

97Application [XCVII]

Si une telle secousse sur nous advenait,
– Ne le veuille point la divine clémence –,
Ce serait tout le contraire, je pense,
Dans quelque ville où elle se produirait ;
Je crois bien plutôt que s’effondrerait
La clergie ainsi que tout son temple
Et que la ville resterait en exemple
Libre, aucun dommage ne subirait.

98L’auteur adresse le discours au roi [XCVIII]

  • 165 On remarquera l’enchaînement des conséquences mettant en rapport la royauté et la loi à travers le (...)

Que votre sacrée et royale majesté
Donne à ses sujets un tel bénéfice
Que chacun use ainsi de son office
Que les lois demeurent en leur intégrité165,
Sans que convoitise ni rapacité
Ne viennent chez nous au bon ordre nuire
Et afin que de chaque état fasse fuir
La vile avarice sa sagacité.

  • 166 L’avarice se présente à la 99e strophe. Source de tous les vices pour le moyen âge castillan (convo (...)

99Définition de l’avarice [XCIX]166

L’avarice est certes, quelque lieu qu’elle aborde,
Un vice qui s’en prend à tous les biens,
De tout gain caché en quelque recoin
Inquisitrice jusqu’à la pléthore.
Elle sert les métaux, les métaux adore ;
De grandes rapines elle est gorge avide
Et de ce qu’elle tient souffre autant du vide
Que de ce qu’elle espère gagner encore.

100Le troisième ordre commence, celui de Vénus, où on parle de l’amour, bon et mauvais, sous toutes ses formes [C]

Là devant Vénus, sur degré spécial
Vis ceux qui dans le feu de leur jeunesse
Font que du vice la vertu renaisse
Par le sacrement matrimonïal.
Mais en dessous d’eux vis foule générale
De nombreux lignages si décadents
Que ma langue n’arrive à savoir comment
Dire tant d’espèces et sortes de mal.

101Argument de cet ordre [CI]

  • 167 Nefundum peccatum, Pecado nefando, l’acte de sodomie.

C’étaient fornicateurs et adultères,
Et d’autres qualifiés d’incestüeux,
Et ceux qui abouchent ces gens peccamineux
Et qui pour cela touchent vils salaires,
Et ceux qui par des actes volontaires
Vainement délectent leur vie coupable,
Et ceux entachés du crime abominable167,
À juste et à toute raison contraires.

102Il tire argument des anciens adonnés au mauvais amour [CII]

Nous vîmes unis, vilement embrassés,
La compagne de ce grand Atride-là
Qui mena de la Grèce tous les combats,
Avec Égiste en ébats dérobés,
Et nous vîmes Mirrha parmi les effondrés,
Devenue la sœur de qui elle était mère
Et mère du fils de son propre père,
Contre les lois humaines de parenté.

103[CIII]

Était là celui qui de force ôta
À sa chaste belle-sœur l’état de demoiselle,
À manger son fils, dédommageant celle
Que de deux manières il déflora.
Et vîmes dans le plus immonde des états
Avec Macarée la triste Canacé,
Eux de qui ensemble un tel fils est né
Que l’humaine vie alors outragea.

104[CIV]

Aussi des Centaures le père géant
Trouvâmes là, sans aucune grâce,
Auquel Junon fit, avec sa fallace,
Accomplir son désir mensongèrement ;
Et nous vîmes, ayant été plus avant,
Pleurer Pasiphaé ses actes immoraux,
Elle qui te préféra, Minos, le taureau ;
Scylla ne fit pas tel remplacement !

  • 168 Troubadour galicien passé à la légende, qui inspirera à Lope de Vega son Porfiar hasta morir. Le Ca (...)

105Comment il rencontra Macias168 [CV]

Regardant le cercle nous marchâmes tant
Que devant Macias alors nous trouvâmes
Et le vîmes pleurer de toutes ses larmes
Les jours où sa vie prit fin en aimant ;
De lui m’approchai, assez troublé quand
Je vis que c’était un homme de chez nous,
Et vis qu’il disait ce chant triste et doux
En vers élégiaque qu’il allait chantant :

106Chanson de Macias [CVI]

« Couronne d’amour amours m’ont baillée
Pour que de bouche en bouche mon nom soit repris ;
Mon mal alors n’était pas amoindri
Quand ses douleurs plaisir me donnaient.
Ces douces erreurs l’esprit dominaient,
Mais ne durent point autant qu’elles charment ;
Puisqu’elles m’ont causé comme à vous des larmes,
Sachez, vous, amants, l’amour désaimer.

107[CVII]

Fuyez un péril aussi passionné ;
Sachez être gais, cessez d’être tristes ;
Sachez desservir qui tant vous servîtes :
À d’autres qu’amours vos soins apportez.
Lesquels s’ils donnaient au même degré
Leurs rares plaisirs selon leur douleur,
Aucun amoureux ne verserait des pleurs
Ni mal aimé ne désespèrerait.

108[CVIII]

Et comme lorsqu’à quelque malfaiteur
Tandis que justice un autre punit
La crainte du châtiment donne envie
De vivre dès lors en étant meilleur,
Mais une fois qu’il ne ressent plus la peur
Revient à ses vices comme la fois première,
De même me rendirent où je désespère
Des désirs qui veulent qu’amoureux je meure. »

109L’auteur interroge la Providence [CIX]

Voyant si grande foule prise dans les tourments
Du feu vicïeux d’illicite amour,
Je dis : « Providence, éclaire-moi pour
Dissiper mon doute, car je ne comprends :
Tous ces gens, qui sont intelligents,
Pourquoi voulurent-ils aimer sans réflexion ?
Ils devraient avoir inscrite sur leur front
La peine qu’ici ils vont endurant. »

110La Providence répond en montrant certaines choses qui provoquent l’amour par artifice [CX]

  • 169 Il s’agit de l’hippomane, une formation de chair que l’on trouve parfois dans le placenta des vache (...)

Ma compagne dit, se mettant à rire :
« Ne causent amours ni en gardent la trêve
Les tissus169 du fils que jument élève,
Non plus qu’aiguilles plantées dans la cire
Ni le fil de fer ni même l’eau prime
De mai, bue dans le creux d’un vase de lierre,
Ni force des herbes ni vertu des pierres
Ni ce que sorcière vainement peut dire.

111D’autres raisons qui causent l’amour naturellement [CXI]

Mais d’autres raisons plus justes convoquent
Les cœurs à vivre de telles amitiés :
Des vertus et vies en conformité ;
Et, par dessus tout, les beautés provoquent,
L’appel des plaisirs que beaucoup évoquent,
Et quand les présents sont bien accueillis,
Ou par le lignage être nés choisis,
Ou être touchés par de doux colloques.

112[CXII]

Afin d’être aimé, il convient aussi
D’être le premier à d’amour aimer :
Car personne n’est si dur à donner
Qu’il ne donne mie s’il a beaucoup pris.
Et il devrait être à l’excès flétri
Ce cœur qui d’amour aimer ne voulant
Ne veut pas non plus être aimé pourtant
Ou de ce qu’on l’aime aurait grand ennui.

113Ici la Providence répond à une autre incertitude, quand il dit : « …qui sont intelligents » [CXIII]

On peut mettre en œuvre l’intellection
Quand l’amour est feint, futile et mesquin,
Mais le vrai amour nul péril ne craint
Ni requiert leçons de bonne raison ;
Et les jugements de tous tant qu’ils sont
Ne l’empêchent de suivre la voie qu’il désire ;
Sa flamme au contraire ne fait que grandir
Quand on lui oppose plus d’interdiction. »

114L’auteur adresse le discours au roi [CXIV]

Et donc, monarque, seigneur valeureux,
Que le royal sceptre de votre puissance
Frappe, mêlant rigueur à la clémence,
Pour que vous craignent tous les licencieux
Et que les actes vils du libidineux
Feu de Vénus entièrement terminent
Et que les humains plus que tout estiment
Le pur amour catholique vertueux.

115Définition de ce que sont le bon amour ou le mauvais [CXV]

  • 170 La parabole du fils prodigue est là pour en attester !

Lequel entre deux cœurs a telle médiation
Que les volontés qui point ne s’unissaient
Sa douceur les accorde et ensemble les met,
Ne faisant qu’une de leurs deux opinions ;
Et distribuant selon leurs affections
Aux amoureux sans jouissance une chaîne
Et aux aimés le délice sans la peine
Et aux moindres mérites les plus grands dons170.

116Le troisième ordre, celui de Vénus s’achève et le quatrième commence, celui de Phébus [CXVI]

J’y vis grande foule de saints docteurs,
Ceux qui contemplent ce si bon savoir
Qui continument pour nous peut valoir,
En nous rendant libres de nos erreurs ;
Grands philosophes et fleur d’orateurs,
Ici citharistes, ici prophètes,
Grands astrologues, ici les poètes,
Ici du quadrivium les connaisseurs.

117[CXVII]

Au dessus de tous la foule était faite
D’illustres maîtres, de docteurs très saints :
Il y avait Jérôme qui le chant soutient,
Grégoire, Augustin, maîtres exégètes;
Et nous vîmes le saint docteur dont la fête
Notre bon César toujours solennise,
Et bien d’autres docteurs que canonise
Le siège romain pour leur vie honnête.

118Philosophes [CXVIII]

  • 171 Dante voit Empédocle et Zénon au chant VI de sa Divine Comédie (Enfer).
  • 172 Métaphore ovidienne, ici transposée au philosophe : « aidé de la voile ou de la rame, l'art fait vo (...)

Vis les philosophes Cratès et Polémon,
Le bon Empédocle et Zénon le docte171,
Près de son père Platon, Aristote,
Guidant les autres d’un calme aviron172.
Vis aussi Socrate avec le poison
Mortel qu’il buvait, comme je le craignais,
Et vis Pythagore qui défendait
Des viandes manger en disproportion.

119Orateurs [CXIX]

Je vis Démosthène et je vis Gabien
Et aussi Tullius et sa langue riche,
Cassius Sévère, soufrant grand préjudice
De son exil par le peuple romain.
Étaient là Domitien, recteur africain,
Et nous vîmes Plutius avec Apollodore,
Et nous vîmes le feu du brillant trésor
De notre rhétoricien Quintilien.

120Musiciens [CXX]

  • 173 Au lieu de son frère Jubal, patron des musiciens. Tubal est le premier forgeron.
  • 174 Chiron le centaure était fils de Phylira, nymphe océanide.

Apparut Tubal173, premier inventeur
De mots consonants et douce harmonie ;
Apparut la harpe qu’Orphée prit avec lui
Lorsqu’aux enfers le conduisit son cœur ;
Apparut Phyliride174, musicien majeur,
Maître d’Achilles pour cithariser
Qui par son art sut frapper et dompter
Achille, un si redoutable dompteur.

121Prophètes : il cite les dix sibylles [CXXI]

  • 175 Nom inconnu, de même que celui de Vetona à la strophe suivante (ce dernier est-il dérivé des Vetton (...)

L’assemblée nous vîmes, vierge et parfaite,
Tout en haut, de celles à la vie tranquille,
Au nombre de dix, que sont les sibylles,
Dont chacune peut s’appeler prophète :
La Persique était avec la Dimète175,
La Babylonienne, grande Érythrée,
Et la Tiburtine, nommée Albunée,
Vîmes à côté de la Phrygiennette.

122[CXXII]

  • 176 Pour faire cinq à la strophe 122, Amalthée accompagne Vettone et s’ajoute à la sibylle de Cumes, én (...)

Phémonoé, qui dans l’ordre est sexte,
Était là aussi, elle qui en vers subtils
Annonce à voix forte les guerres civiles,
Dont Appius reçut réponse funeste ;
Nous vîmes la Lybique, cette vierge honnête ;
Il y avait Vettone avec Amalthée176 :
La dixième était la fameuse Cumée
De qui les Romains célèbrent la fête.

123[CXXIII]

Nous vîmes Homère qui tenait dans ses mains
La douce Ilïade ainsi que l’Odyssée.
Le grand Virgile je vis qui le suivait ;
Énée avec une troupe de Romains :
Élégiaques, lyriques et tragédiens,
Comiques, satyriques, épiques poètes,
Et les narrateurs d’autant de conquêtes
Qu’on en fit naître parmi les humains.

124Raison de ne pas faire l’éloge des poètes de Cordoue [CXXIV]

Ô fleur du savoir et de la noblesse,
Cordoue ma mère, à ton fils pardonne
Si dans les chants qu’à présent il entonne
Il ne divulgue rien de ta sagesse.
Si de valeureux sages je loue ta largesse,
Qui furent miroir merveilleux à l’extrême,
Je serai suspect, car natif de toi-même,
De les peindre mieux que le droit ne laisse.

125Il en vient aux présents [CXXV]

Nous venons au cercle de ceux du présent
Où en trouvons peu de cette confrérie ;
La doctrine de maux est plus riche aujourd’hui
Qu’elle ne l’est de vertus auprès des gens.
Mais parmi d’autres là resplendissant
Nous en vîmes un comblé de prudence
Sur qui ayant questionné ma Providence,
J’eus sa réponse par les vers suivants :

126[CXXVI]

« Celui que tu vois ici contemplant
Le mouvement des nombreuses étoiles,
Leur facture, leur force, l’ordre sidéral,
Qui mesure leur course, le quand, le comment,
Et qui a appris en philosophant
Quel est le moteur, le branle qu’il génère,
Éclairs et foudre et son du tonnerre,
Et les causes du monde sut en veillant,

127[CXXVII]

Cet illustre père, ce doux ferment,
Lui, célèbre sur le mont Castalie,
C’est le seigneur de Villena, Henri,
Honneur de l’Espagne et du siècle présent. »
Ô sage éminent, auteur très savant,
Jour après jour constamment je déplore
Que la Castille ait perdu ce trésor
Resté inconnu de la plupart des gens.

128[CXXVIII]

Perdit tes livres sans les avoir connus,
Car en guise d’obsèques certains te furent vite
Saisis et jetés dans le feu avide,
D’autres en désordre étant répandus.
Certes à Athènes les livres prétendus
De Pythagore qui furent réprouvés
Plus cérémonieusement furent brûlés
Quand devant le Sénat ils furent lus.

129Arts condamnés [CXXIX]

Au fond de ces cercles je vis effondrés
Ceux qui les arts condamnés étudient
Et je vis leur faute en deux répartie
Entre ceux qui enseignent et les enseignés.
Mages et jeteurs de sort condamnés,
Enchanteurs je vis en continüant,
Mathématiciens qui mauvaisement
Touchent des objets à nous prohibés.

130[CXXX]

Nos yeux dolents vers le cercle baissant,
Vîmes le mage Tyrrhénien se montrer ;
Avec lui Érichto qui à Sextus Pompée
Donna réponse, sa vie présageant.
Il y avait là, ses enfants dépeçant,
Médée l’impuissante devineresse,
Blessée de flèche mortelle de déesse,
Qui ne sut se doter de scrupules en aimant.

131[CXXXI]

Licinie et Publicie y étaient,
Donnant, pour l’opprobre de leurs lignages,
À leurs maris de funestes potages
D’herbes pleines de maléfice mêlés,
Car dès lors qu’est perdue toute pudicité,
Vertu nécessaire à toutes les femmes,
Telle furie monte, telle haine s’enflamme
Qu’elles prennent leurs maris en inimitié.

132[CXXXII]

  • 177 Nous proposons de comprendre cette « droite » comme l’épouse légitime, à laquelle l’homme se lie pa (...)

C’est pourquoi vous, parmi tant de maris,
Si de ce soupçon vous êtes travaillés,
Que votre droite177 ne s’en doute jamais,
Qu’on ne comprenne que vous avez compris.
Que les remèdes bien avant soient pris
Que les douleurs ne les rendent nécessaires ;
À grande ruse, ruse extraordinaire,
Mieux vaut surprendre plutôt qu’être surpris.

133Comparaison [CXXXIII]

Pour celui qui craint la mer déchaînée
Et les tempêtes redoute qu’elle engendre,
La meilleure garde est de ne pas la prendre,
De perdre l’envie de bien naviguer ;
Mais qui, s’y trouvant, prétend avancer
Sans être affligé de misère aucune,
Au signe premier de mauvaise fortune
Vers des havres sûrs doit se diriger.

134L’auteur adresse la question au roi [CXXXIV]

Il vous appartient, ô grand roi puissant,
De faire détruire tous ces savoirs faux
Par où des hommes et femmes infernaux
Cherchent à causer plus de mal qu’on l’entend.
De tous ceux qui meurent, il en est souvent
Qui meurent en secret d’un art maléfique
Et on feint que la mort ait eu pour motif
Un mal qui ne laisse penser aux méchants.

135[CXXXV]

Magnifique prince, en rien ne demande
De votre temps l’honnêteté immense
De souffrir qu’il y ait une mortelle engeance
Qui tue les gens d’une bouchée de viande.
Que la grande clémence et la loi trop tendre
De votre époque ne causent méfaits
De nouvelles Publicie et nouvelles Médée ;
Il y a bien assez d’autre misère ambiante.

136[CXXXVI]

  • 178 Nous suivons les éditions de Carla DE NIGRIS, Ed. Crítica, Barcelona, 1994, note f, et de M. KERKHO (...)

Que les arts licites, par votre clémence,
Croissent de même que les droits offices ;
Tombent les méfaits, périssent les vices ;
Que n’occulte plus le mal la patience,
Pour que contemplent en votre présenc
Les années quiètes178 de votre longue vie
L’art maléfique ainsi par vous détruit
Et même restaurée la sainte prudence.

137Définition de la Prudence [CXXXVII]

La prudence est science qui réduit à néant
Les torves désirs de la volonté ;
Sait ce qui est bon, connaît le mauvais,
Mais toujours les meilleures voies elle prend.
Elle écrase les vices et le mal pourfend,
Chez ceux qui l’aiment elle se convie,
Mène à bonnes fins, étant infinie,
Et donne à l’esprit l’éclat de l’argent.

138Le quatrième ordre finit, celui de Phébus, et le cinquième commence, celui de Mars [CXXXVIII]

  • 179 Nous proposons ici la forme ancienne de « cauchemar », au sens vieilli d’« oppression », que porte (...)

Et nous regardâmes le cercle de Mars
Où vîmes les rois en la juste guerre
Et ceux qui voulant mourir pour leur terre
Sur leurs ennemis eurent belle part ;
Et vîmes dessous, dans des cauquemares179
Ceux qui guerroyèrent pour causes indignes
Et ceux qui moururent en guerres marines
Et des orgueilleux, par milliers épars.

139Il tire argument des anciens [CXXXIX]

Les vaillants Metelle là se montraient,
Sépulcre enragé de Carthaginois ;
Là étincelaient les brillants harnois
De ces Camille qui la France dévastaient.
Les deux compagnons en accord étaient,
Petreus, Afranius, empêchant avec hargne
Les gens de César d’entrer en Espagne,
Quand depuis Lérida ils le tentaient.

140[CXL]

  • 180 Mucius est moins content de vivre qu’attristé de voir son ennemi, Porsenna l’Étrusque, qui vient de (...)

Nous vîmes Crassus, sanglante l’épée
De tant de batailles menées en Orient,
Lui dont a pu voir la romaine gent
La mort tant pleurée mais jamais vengée ;
Et vîmes la main de Mucius brûlée,
Lui que le salut du guerrier puissant
Attriste bien autrement que content
Ne le laisse la vie par lui accordée180.

141Invocation [CXLI]

  • 181 La Providence avait recommandé au poète d’être véridique sur les faits et les personnages historiqu (...)

Ô Mars belliqueux, souffre que je chante
Les guerres qui notre Castille ont accablée,
Les morts qu’elles firent, la grande pitié
Que le temps actuel devant nous présente.
Donne-moi, Pallas, faveur opérante
Et ce qui va suivre mets-le en tel ordre
Qu’avec les faits mes mètres s’accordent181,
Et vérité jouisse de mémoire constante.

142Comment était le roi [CXLII]

  • 182 Le roi est le premier des neuf personnages évoqués sur ce cercle et le seul favorisé par la Fortune (...)
  • 183 « Garni » au sens premier d’« armé ». C’est autour de ce mot pivot que se construit le chiasme qui (...)

Là par dessus tous Fortune avait mis
Le très prépotent roi Jean le deuxième182 ;
Non seulement d’Espagne mais du monde même
Se montrait roi, tel qu’il était ainsi :
D’armes fulgurantes son plastron garni183,
Et sa main droite de flamboyante épée,
Et lui d’un siège si richement sculpté
Qu’on aurait bien cru que Dédale le fit.

143[CXLIII]

  • 184 Nous osons ce néologisme pour mieux adhérer à l’expression de Mena.
  • 185 La comparaison fait de ce trône un miroir du passé (comparaison d’ordre visuel). À partir de cette (...)
  • 186 L’arc en ciel, trace de la déesse Iris, avec ses couleurs irisées renvoie à l’alchimie, selon F. BE (...)

Il regardait, d’un œil adorateur,
Comme en un clair miroir il le ferait,
Les titres complets de la grande lignée
De tous ses illustres progéniteurs184,
Lesquels tenaient, en ouvrage de valeur,
Le siège entouré de tant de figures185
Que bien ressemblait son architecture
À la belle Iris aux vives couleurs186.

144Comparaison [CXLIV]

Jamais de l’écu que forgea Vulcain
Dans les feux de l’Etna les plus ardents,
Avec lequel semait la terreur dans les camps
Achille devant l’armée des Troyens,
On ne sait qu’y fussent peintes à la main
Non plus que sculptées les fines ciselures
De tels chefs d’œuvres, en telles figures
Que j’en vis sur le siège que je dépeins.

145Peintures du siège [CXLV]

  • 187 Le poète choisit de ne citer que trois prénoms de rois, Alphonse, Ferdinand et Henri, pour rappeler (...)

Là je vis peints, dans l’ordre, les faits
Des rois Alphonse, avec leurs mandements,
Et ce que gagnèrent les rois Ferdinand,
En rendant plus vastes leurs royaumes bornés.
Là la justice, là les droits bien fondés,
La grande prudence de nos rois Henri187,
Pour que toi, Renommée, tu les publies,
Créant chez d’autres semblables intérêts.

146[CXLVI]

  • 188 Là encore, le trois est structurant : le poète ne retient que ces trois victoires, majeures, de la (...)

Sont sculptées là Las Navas si fameuses,
Triomphe qui est grand mystère divin,
La troupe de Maures qui d’Afrique vint,
Requérant en armes la mort furieuse.
Et sont aussi en mémoire glorieuse
Peintes ensembles les deux Algésires;
Et par les épées sont domptées les ires
D’Albohacen188, pour nous si couteuses.

  • 189 La deuxième évocation du roi sur le cercle de Mars se tient à la 10e strophe de ce cercle. C’est la (...)

147Il a parlé des rois passés : il parle maintenant du roi présent [CXLVII]189

  • 190 Nous gardons le latinisme « pelte » et pour « armas » nous faisons le choix d’une traduction synecd (...)

Croissaient à la fois les titres récents
De notre roi illustre et glorïeux,
Lesquels là-bas auraient crû pour le mieux
Si n’eussent recrû quelques soulèvements,
Lesquels, réduits en paix durablement,
Bientôt nous portent en un port tranquille,
Pour que la Castille garde en son style
Toge et olivier, non pelte et tranchant190.

148La plaine de Grenade [CXLVIII]

  • 191 Cette force quasi cosmique n’est pourtant portée que par des verbes impersonnels, à l’infinitif et (...)

Avec un peu plus de quarante milliers
De gens armés nous le vîmes, à point,
Sans personne d’inerme qui s’y soit joint,
Entrer dans la plaine rasant les oliviers,
Prenant les châteaux, gagnant lieux habités,
Faisant par la peur d’une telle légion
Trembler Grenade et toute sa région,
Au plus profond des mers le sable trembler191.

149[CXLIX]

  • 192 Nous conservons le déplacement syntactique du texte, dont l’ordre ordinaire serait : « fuyant comme (...)

Tant de Maures je vis décapités,
Qui plutôt que reclus derrière leurs murs
Ou désireux d’y avoir un temps sûr,
Voulurent la mort par rage d’épée,
Et nombre d’autres, en pièces taillés,
Préférant leur mort la trouver plus tard :
Fuyant, ne fuient la mort, comme des couards192,
Car pour les vils est toujours arrivée.

150Comparaison [CL]

  • 193 Lyaeus, surnom de Bacchus. Nous en adaptons la forme pour rimer avec Typhée (que Juan de Mena préfè (...)
  • 194 D’après les quatre évangiles, Zébédée était le père de Jacques et de Jean.

Comme en Sicile résonne Typhée
Ou bien des Milanais les fonderies
Ou comme célébraient en jeux et en cris
Les prêtresses du temple de Lyée193,
De ce tournoi le tumulte je voyais ;
Si grandes clameurs poussent tous ces gens
Que n’entendais rien, sinon seulement
Le nom du fils de ce bon Zébédée194.

151[CLI]

Nous vîmes aussi l’ombre de ce figuier
Où on vit se former soudainement
De morts et de pièces un tertre si grand
Qu’en prendre mesure raison ne pouvait ;
Et comme dans le sable où momie est celée
Un vent subit lève une haute dune,
Ainsi l’amas d’une telle multitude
Effraie qui avant ne l’avait vu jamais.

152Il recommande la guerre contre les Maures [CLII]

Ô vertüeuse et magnifique guerre !
En toi les querelles devraient se transformer,
En toi où les nôtres en mourant vivraient :
Gloire dans les cieux, renommée sur terre ;
En toi où la lance cruelle jamais n’erre
Et ne craint de verser le sang d’un parent ;
D’accord avec toi, délivre nos gens
De tant de disputes et de tant d’affaires.

153[CLIII]

Le mieux n’était pas, pour sa durée certaine,
De faire cette guerre, mais que faite soit,
Bien que celui qui prend la droite voie
Ne vient pas trop tard, aussi tard qu’il vienne.
Qu’elle ne tarde plus, qu’on ne s’en abstienne,
Mais que soient envieux de notre victoire
Les royaumes voisins, et ne tirent gloire
De notre discorde plus qu’il ne convienne.

154Camp d’Arisa [CLIV]

D’autres ciselures de moindre bruni
Portant épitaphes de titres connus
Détruites vis et tout à fait perdues
Les unes grattées, d’autres abolies ;
Sur celles qui par moi purent être saisies
Les guerres trouverez que mena l’Aragon,
Les camps d’Arisa et de Belamazan
Où ni vainqueurs ni vaincus je ne vis.

155Du camp de Medina del Campo [CLV]

De Medina vis aussi la rapine
Et je vis ses murs si tôt éventrés,
Je vis des pillards et vis des pillés
Faire la paix plus vite qu’on ne l’imagine ;
Vis devant son roi que chacun incline
Le heaume, la tête, et le gonfalon
Et vis les extrêmes se mettre à l’unisson,
Craignant la royale et juste discipline.

  • 195 La référence évangélique met en équivalence Jésus, le « Maître suprême » et Jean II, « notre grand (...)

156Comparaison195 [CLVI]

De même que lorsqu’au jardin répond
Le Maître suprême qui nous absout
Cette phrase sainte : « Qui cherchez-vous ? »
Aux fils de ceux qu’il sauva d’aride région
Et qu’alors ces gens sont pris de pamoison,
De même à Medina, suivant semblable loi,
Devant la face de notre grand roi,
Tout s’aplanit, d’évidente façon.

157Autre comparaison [CLVII]

Comme un air cruel sur la face se peint
De ceux qui entrent au jeu nommé palestre,
Et sitôt dedans laissent leur fureur paraître,
Quand au dehors ce visage n’auraient point,
Il en est ainsi de beaucoup enfin ;
Les illustres rois et les grands seigneurs
Transforment en joie leurs grandes rigueurs,
Jamais leur colère longtemps ne tient.

158[CLVIII]

Regardez aux fins, vous, de là partant,
Si vous poursuivez diverses querelles,
Ne vous méprenez sur les airs rebelles :
Car une chose pour l’autre parfois on prend ;
On a tort de dire des mots menaçants.
En mots et en actes vivez mesurés,
Car les désaccords viennent à s’accorder
Et reste offensé l’offenseur d’avant.

159La mort du Comte de Niebla [CLIX]

Je baissai les yeux, regardai les gens
Qu’au trône martial magnifiés je vis,
Dignes de la très insigne compagnie
Où nous rencontrons les plus prépotents.
Moi qui regardais tous ces innocents,
Sur un chevalier plus je m’attardai,
Et ma guide, quand je l’interrogeai,
À son propos dit les mètres suivants :

160[CLX]

« Celui qu’on voit dans la barque installé,
Assailli du piège des furieuses ondes
Dans des eaux cruelles plutôt que profondes,
Avec tant de gens dans la mer noyé,
C’est lui le vaillant, c’est l’infortuné
Le très vertüeux, très insigne comte
De Niebla, dont n’est besoin qu’on vous raconte
Où il périt au jour de sa destinée.

161[CLXI]

De ceux qui autour sont à sa hauteur,
Même s’ils étaient de magnifiques hommes,
Tous les grands titres dont tous on les nomme
Le nom les recouvre de leur seigneur,
Car tous les exploits qui ont assez de valeur
Pour se faire remarquer un à un,
Quand ils se joignent et vont en commun,
Tous perdent leur nom devant le meilleur.

162[CLXII]

  • 196 Eugène Kolher a proposé une traduction de plusieurs strophes de ce passage (str. 162-164, 168, 173- (...)

Arlanza, Pisuerga et même Carrion
Ont bien noms de fleuves ; et cependant
Lorsqu’ils se rejoignent, Duero les nommant
De plusieurs nous faisons une liaison.
Écoute dès lors quelle fut la perdition196
Du comte, lui seul, devant Gibraltar ;
Que sa mort, pleurée d’un digne désespoir,
Plonge tes yeux dans les lamentations.

163[CLXIII]

Lors de sa triste et si fatale issue,
Nombre de signes, par où les marins
Voient les auspices d’un mauvais destin,
N’auguraient que du mal à sa venue,
Si bien que, les voyant, d’une voix émue
Le maître prudent de toute sa flotte
Prévient le comte du mal qu’ils dénotent,
Pour qu’à cette voie il soit contrevenu.

164Signes qui annoncent la tempête, d’après les augures [CLXIV]

‘J’ai vu, dit-il, seigneur, des détours nombreux
La nuit dernière faire les planètes,
Crinières déployées s’enflammer les comètes,
Les armes et les fers resplendir de leur mieux,
Hurler tous les chiens sans coups douloureux,
Être triste présage d’affrontements futurs
Les oiseaux nocturnes, de mauvais augure,
Par les collines et tous les hauts lieux.

165Il a parlé des augures des oiseaux. Il parle du bateau [CLXV]

Je vis les gros cordages se casser
Lorsque je voulus remonter la câblure
Et je vis en deux se rompre la mâture
Bien que les voiles elle ne déployait ;
Les solides mâts dans le calme oscillaient ;
Les faibles trinquets avec leur misaine
Je vis aussi se lever à grand peine
Alors que les vents à nous se donnaient.

166Il fait appel à l’histoire pour servir son propos [CLXVI]

  • 197 Énée.

Lors du départ des rescapés troyens
De Carthage où Birsa montre ses puissants murs,
Le conseil prudent du bon Palinure
Toute la flotte loua comme sain,
Au point que voulut le roi très humain197,
Quand il le vit, au-delà de l’Achéron
Avec Leucaspis, d’Oronte compagnon,
Au fond de l’Averne lui toucher la main.

167[CLXVII]

Et donc, si la flotte en ce grand lagon
Doit se guider sur parole de sage,
Vous renoncerez à un tel voyage
Jusqu’à un jour où l’augure soit bon ;
Des divinités gagnez permission,
Voyant le signe de si grand désastre ;
Ne permettez pas que Gibraltar fasse
Du sang de nos rois carnage second.’

168[CLXVIII]

Le comte qui jamais aux superstitions
N’avait cru, non plus qu’à des signes tels,
Dit : ‘Je ne trouve rien de naturel,
Maître, dans toute cette argumentation ;
Ce que tu me dis, ni bonnes raisons
Ni vraies prédictions ne sont, ni parfaites,
Pas plus que des indices de tempête
Nous ne voyons, ce ne sont qu’opinions.

169Signes de la tempête selon ceux qui connaissent la nature [CLXIX]

Même si je voyais que la mensuelle lune,
Les cornes obscures, à nos yeux s’efface,
Ou qu’elle est rubiconde ou écarlate,
Je croirais que vents nous donne Fortune ;
Quand hors du délien berceau Phébus s’aventure
Si en feu le voyions ou bien turbulent,
Je craindrais la pluie et force de vent ;
Autrement ne sais qu’il nous importune.

170[CLXX]

Je ne vois pas non plus que des vents légers
Agitent les branches de nos taillis ;
Ni que battent les flots, pris de furie,
La plage de coups trop précipités ;
Je ne vois pas de dauphins se montrer,
Ni les cormorans vers les terres volant,
Ni les cygnes faire de changement,
Laisser les lagunes pour aller dans les prés.

171[CLXXI]

  • 198 La référence aux alcyons peut surprendre dans cette argumentation que le comte de Niebla veut fondé (...)
  • 199 En dehors de l’acception botanique actuelle, « pruine » a eu au moyen âge son sens latin de « gelée (...)

Ne battent plus des ailes les alcyons198,
Ni tentent en jouant de s’éclabousser,
Eux qui apaisent la mer courroucée
Par leurs chants languides et par leurs sons
Et à leurs petits, à contre-saison,
Font nid en hiver, sous la grande pruine199,
Où, posés près de la côte marine,
En une demi-lune arrivent à perfection.

172[CLXXII]

Ni la corneille ne va solitaire
Sur le sable sec en se promenant,
Avecques son chef tout son corps baignant,
En prévision de la pluie qu’elle espère ;
Ni vole le héron de haute manière,
Ni la sarcelle ne sort des eaux marines
Pour gagner les prés, ni son vol n’y incline,
Comme elle le ferait dans un temps contraire.

173Le comte conclut en conseillant le départ [CLXXIII]

  • 200 Le comte fait entendre la voix de la raison et manifeste la responsabilité de l’homme dans son prop (...)

Largue les voiles, qu’attendons-nous donc ?
Que lèvent les rames ceux qui sont sur les bancs
Avant que ne perdions cet excellent vent.
Non pas les augures mais les faits suivons,
Car une entreprise si sainte menons
Qu’autant qu’elle l’est il n’en est aucune ;
De vous ni de moi n’attend la Fortune
Devoir nous forcer, mais que la forcions200.’

174[CLXXIV]

Telles paroles le comte disait
Qu’on obéit à son commandement
Et qu’on mit les voiles gonflées au vent 
Sans que nul retard ne souffre la bordée ;
Comme la Fortune lors en disposait,
Arrivèrent près de la ville forte
Le comte avec sa splendide cohorte
Et dessus les eaux sa flotte suivait.

175[CLXXV]

L’étendard du comte arborant très haut,
Son fils était venu par voie de terre
Avec nombre de gens donnés par son père
Bien montés et bien armés comme il faut,
De façon qu’à l’heure où aurait lieu l’assaut,
Subitement, en ensemble parfait,
Des combats la ville eût à affronter
Là où elle était le plus en défaut.

176[CLXXVI]

  • 201 Dans ce déploiement physique de l’assaut, « artes » nous semble avoir le sens de ce qui est constru (...)

Le comte et les siens occupèrent la terre
Sise entre l’eau et le côté du mur,
Lieu que le jusant laisse à sec et sûr
Mais que l’eau montante recouvre entière ;
Qui arrive en dernier en tort se considère,
La pavesade resserre ses ailes,
Se lèvent les cordes, montent les échelles,
Se déploient les artifices201 de guerre.

177[CLXXVII]

Les Maures voyant croître les tromperies,
Se trouvant tous entourés d’artifices
Et subissant de partout préjudice,
Portèrent secours aux plus déconfits ;
Avec d’inévitables douleurs infinies,
Résistant avec rage aux forces étrangères,
Depuis les créneaux font tomber blocs de pierres
Et lancent tous ceux qui sont plus petits.

178Comparaison [CLXXVIII]

Tout comme le médecin très fameux,
Qui son stylet jamais ne lâcherait,
Sur un corps qui est de plusieurs coups blessé
Soigne tout d’abord le plus dangereux,
Ainsi ce peuple maudit, furïeux,
Sentant plus grand dam de la part du comte,
Formé en de gros bataillons affronte
Le péril là où il est le plus dommageux.

179[CLXXIX]

Envoyaient leurs tirs bombardes et canons,
Les trébuchets tiraient à qui mieux mieux
Des pierres, des dards et des flèches de feu,
Faisant des nôtres fort grande moisson.
Quelques Maures de brave réputation
Tout en tremblant lançaient leurs javelots ;
Transperçaient barrières, limites et enclos,
La peur qu’ils semaient renforçant leur action.

180[CLXXX]

Tandis qu’ils mouraient, tandis qu’ils tuaient,
Du côté de l’eau déjà monte l’onde
Et la marée couvre, superbe et profonde,
Les champs qui devant les murs se trouvaient,
Si bien que tous ceux qui là combattaient,
S’ils tentaient de regagner les bateaux,
Étaient empêchés par les hautes eaux
D’arriver aux fustes au large laissées.

181[CLXXXI]

  • 202 Nous respectons l’hyperbate, signe rhétorique du déchirement des hommes du comte.

En un effort dangereux et stérile
Une barque put le comte charger ;
Sain et sauf l’eût emporté, si où il était
Bonté ne lui eût été ennemie vile :
Attends un peu, si tu veux n’en perdre le fil…
Demeurant là et partir le voyant,
Nombre de ceux à le suivre impuissants
Imagine quel cri de douleur poussent-ils202 !

182Paroles des gens du comte [CLXXXII]

Entrant dans l’eau derrière lui, ils disaient :
‘Ainsi tu nous laisses, comte magnanime ?
Nos plaintes dernières, nos plaintes ultimes
En ta présence des faveurs nous seraient ;
Les eaux déjà notre vie ont défié :
Si de vivre tu ne peux nous garantir
Honore-nous de pouvoir mieux mourir ;
Nos bras en feront plus qu’ils ne devaient,

183[CLXXXIII]

Et nous nous soumettrons une fois de plus
À ces grands remparts, quoique ne le devions,
Pour qu’en mourant, nous, les tiens, nous puissions
Être déclarés morts mais jamais vaincus ;
Nous pourrions seulement être tenus
Pour téméraires, insensés, trop hardis,
Mais il vaudrait mieux une telle infamie
Que mourir ensevelis dans le flux.’

184Comment le comte, revenant vers ceux qu’il quittait, se noya avec eux [CLXXXIV]

  • 203 Dix strophes après la strophe 174, et au vers 5 également, revient cette mention de la Fortune. Il (...)

Ces voix firent que le comte, – malheur !,
Retournât sa barque, aux flèches s’offrant,
S’exposant aux armes des Mahométans,
Car la pitié l’emporta sur la peur.
Déjà Fortune203 avait disposé l’heure,
Et comme ses gens commençaient à monter,
La barque avec eux tous dut s’enfoncer,
Ne pouvant porter telle pesanteur.

185De quelle façon les gens se noient et leur agonie [CLXXXV]

Les malheureux corps plus ne respiraient,
Ils disparaissaient au-dessous des eaux,
Les faisant bouillonner en de mortels sanglots
D’eau, quand plus fort l’air voulaient aspirer ;
Les vies de tous de la sorte luttaient
Que les eaux entraient où sortaient les âmes ;
Perfide entrée sans cesse l’eau réclame,
Dure sortie les âmes refusaient. »

186L’auteur célèbre et loue la mort du comte [CLXXXVI]

Ô pitié plus grande qu’on n’ait jamais ouï !
Ô comte insigne ! Tu voulus si fort
Avec les tiens plutôt prendre la mort
Qu’avec ton fils encor jouir de la vie…
Si à mes vers est accordé crédit
Toujours ton renom et toujours ta gloire
Du monde auront éternelle mémoire :
Sur ta mort souvent il sera gémi.

187Il finit l’histoire du comte et poursuit [CLXXXVII]

Ayant vu que celle qui me guidait
Avait déjà mis fin à son histoire,
Je la supplie de me faire savoir
La vie d’autres gens que là je voyais ;
Alors elle implore, quand je l’en priai,
Le nom divin avec force, ardemment,
Et l’ayant invoqué très humblement,
Elle me répond vite, en personne qui sait :

188La mort du comte de Mayorga [CLXXXVIII]

  • 204 En levant son aviron pour arrêter sa course, Fortune cesse d’agir perfidement, et Renommée peut pre (...)

« Les illustres vertus, les sublimes actions,
La vive victoire que Mars accorda
Au comte béni, Jean de Mayorga,
Raison ne souffre que nous les taisions.
Que Fortune lève son perfide aviron204,
Que Renommée éploie ses ailes dorées,
Pour que la vie d’icelui soit chantée
À jamais comme nous la chanterons.

189[CLXXXIX]

En premier, sa vie heureuse chantons,
Son bras féroce, puissant et fameux,
En second, son jeune âge vertueux,
Enfin sa mort si précoce pleurons ;
Mais à nous qui tant ses actes aimons
Montra sa clémence la divine main :
Nous a fait le don de son frère, si bien
Qu’avec sa vie sa mort nous oublions.

  • 205 Juan de Mariana, traduisant en 1725 l’Histoire générale d’Espagne, justifie sa traduction de « adel (...)

190La mort du sénéchal205 Diègue de Ribère, qui mourut devant Alora [CXC]

Celui que tu vois d’une flèche percé,
Qui plus jamais ne bougera la tête,
Mais qui par vertu d’une mort tant honnêt
Laisse son sang si justement versé
Sur cette ville qu’on n’a point peu chantée,
C’est le sénéchal Diègue de Ribère,
Celui qui permit que votre frontière
Plus près de Grenade se soit déployée.

191Elle le compare à Scéva, autre preux qui mourut de même [CXCI]

En Imathie, non plus Scéva ne put
Faire preuve d’un plus ferme courage
En voulant ôter ce fût de son visage
Que lui donna Gortyne, et au fer si pointu ;
Ni aussi constant celui-là ne fut
Au moment où le triste Aulus, croyant
Que la force lui manquerait en mourant,
L’en trouvait plus féroce et plus résolu.

192[CXCII]

  • 206 Juan de Mena joue sur le titre de Diègue de Ribère, « adelantado » en en faisant le sujet du verbe (...)

Tu as fait échoir la vertu au rang,
Mourant sans faillir pour la sainte loi,
Tu as fait échoir ses royaumes au roi,
Lui étant loyal, fidèle et constant ;
L’échéance arrivée, ta gloire faisant,
Tu mourus en homme en juste combat ;
Celui qui à son nom fait échoir cela,
Sénéchal devait être immanquablement !206

193La mort de Rodrigue de Perea, sénéchal de Cazorla, comparé à Curion [CXCIII]

Celui qui a passé de l’âge la fleur,
D’une ire si juste le visage altéré,
Qui montre à son air, captif et blessé,
Que chagrin le tuerait plus que douleur,
Celui que tu vois en si grand honneur,
C’est lui le sénéchal de Perea
Qui fut victorieux de tant de combats
Que nous pouvons bien l’appeler vainqueur.

194Elle le compare à Curion, qui mourut de chagrin près de Carthage [CXCIV]

De même que Curion tout désir perdit
De vivre en voyant le cruel carnage,
Près des murailles rompues de Carthage,
Que de ses gens le malin Juba fit,
Parce que de justice faussement conduit
Curion, voulant à Juba très grand mal,
Voulut lui prendre le siège royal
En ces temps que la loi du Tribunat régit,

195[CXCV]

Et de même que Curion ne put pas
Contre male fortune faire bon cœur,
De même Perea, voyant ce malheur,
Les siens étant morts, vivre ne désira ;
Mais plutôt mourant, il va dire cela :
‘Je vainc celui qui ma force a vaincu ;
Puisqu’une vie sauve, honteuse, est indue,
Que purge la faute un honnête trépas’.

196La mort de Pierre de Narvaez, comparé à Pallas, et son père Rodrigue à Évandre [CXCVI]

Et cet autre jeune homme au sang bouillant,
Dont le corps se montre sans forme aucune,
L’égal en courage, sinon en fortune,
Des vertus de son père si vaillant,
C’est Narvaez, qui, mourant âprement,
En mourant apprend à venger sa mort,
Laquelle, infortune d’un sinistre sort,
S’ensuit des mains de la païenne gent.

197[CXCVII]

Suivant ce que son père Rodrigue fit,
Rapprocher de même nous pouvons, hélas,
Évandre du père, son fils de Pallas,
Dont les débuts furent fin ennemie ;
Mais lui est accordée, sans ce que je dis,
La couronne du ciel et de la terre,
Que gagnent tels gens en la sainte guerre,
Où pareille fin leur est une amie. »

198La mort de Jean de Merlo [CXCVIII]

Là, Jehan de Merlo, te vis avec douleur ;
Plus grande vis ta fin que ton effroi,
Plus grande ta perte que ce que donna
D’avantage ta mort à ton tueur.
Ô formidable, pestifère erreur !
Ô sorts cruels, superbes et furieux,
Qui toujours prenez les plus vertüeux
Et qui épargnez les gens de malheur !

199Il commence par ses faits d’armes à Bâle et à Arras [CXCIX]

Volontiers croyons que tu ne pensas
Que semblable fin aurait tout ton bien,
Lorsque sur cet Henry de Remestien
En joutes armées à Bâle triomphas ;
Tu n’en fis pas moins quand tu te trouvas
À Arras avec le seigneur de Charny,
Où de tant d’honneurs sur ce champ acquis
Ton roi, tes royaumes, ton bras, honoras.

200[CC]

Et d’autres gens bien divers que je vis
Je trouvai les blasons si puissants et forts
Que je me fis dire leurs noms et leurs sorts
Par ma compagne qui en fit le récit ;
Pour me faire plaisir, cédant celle-ci
À la requête de mon simple vœu,
Avec l’harmonie de son style pieux
Voulut me répondre en chantant ainsi :

201La mort de Laurent d’Avalos [CCI]

  • 207 Nous suivons la variante « al çerco travado » proposée par M. KERKHOF, éd. cit., note 1601.

« Celui que tu vois au cercle accroché207,
Qui veut monter et ne se maintient plus,
Dont le visage montre grâce perdue,
Par deux vilaines blessures touché,
C’est d’Avalos, lui, cet infortuné,
C’est ce jouvenceau, l’honnête Laurent,
Qui eut en un jour fin et commencement,
C’est lui qui de tous était tant aimé ;

202[CCII]

  • 208 Nouvelle mention de la Fortune, toujours au vers 5.

Lui, si bien aimé de Monseigneur l’Infant
Qui fut pour lui autant seigneur que père,
Lui qui fut pleuré par sa triste mère
Qui put devant elle voir mort son enfant.
Ô dure Fortune208, qui nous affliges tant !
Par toi il se perd au monde deux choses :
La vie et les larmes si pieuses que causent
Les vives douleurs du glaive tranchant.

203Lamentations que fit sur lui sa mère [CCIII]

Elle se montrait bien mère dans son chagrin,
La malheureuse, après qu’elle eut vu
Le corps sur les brancards, sanglant, étendu,
Du fils élevé avec tant de soin :
De propos cruels le ciel elle atteint,
De nouvelles douleurs sa faible santé,
Et de tant d’angoisses sa force est sapée
Que la malheureuse debout plus ne tient,

204[CCIV]

De ses ongles cruels son visage lacère
Et frappe sa poitrine démesurément ;
Sur sa bouche froide son fils baisant,
Elle maudit le bras du mortel adversaire,
Elle maudit cette première guerre ;
Elle cherche, en colère, cruelles querelles,
Se refuse toute réparation d’icelles
Et comme morte vivante s’avère.

205[CCV]

Elle disait en pleurant, d’une langue rageuse :
‘ Ô de mon fils si cruel meurtrier
Tu aurais dû me tuer et lui, l’épargner,
J’eusse été ennemie moins vigoureuse,
La mère eût été cible plus avantageuse
Pour que celui qui tue en eût moins de peine ;
Tu n’aurais montré envers lui tant de haine
Ni m’eusses laissée triste et querelleuse.

206[CCVI]

Si la mort à moi plutôt fût donnée,
Il aurait fermé mes yeux de ses mains,
Mon fils, devant ses frères et cousins,
Et morte une seule fois j’eusse été ;
Mais là, je mourrai plusieurs fois, infortunée,
Qui endure seule de laver ses blessures
De mes tristes larmes dont nul n’a cure,
Quoique versées par une mère peinée.’

207Comparaison [CCVII]

Pleurait de la sorte la pieuse matrone
Le fils bien aimé que tu as vu mort,
Emplie de tristesse penchée sur son corps
Comme sur son petit se montre la lionne ;
Comment pour penser il n’y aurait personne
Aux dommages causés par la triste poussée
De la discorde au royaume installée,
Où nul ne pourra gagner la couronne ? »

  • 209 Lieutenant du Grand Maître dans les Ordres militaires.

208La mort du clavier209 qui mourut au Couvent [CCVIII]

Je vis tout en haut venir en volant
L’âme toute fraîche de ce saint clavier
Séparée du corps du bon chevalie
Qui pour sa justice mourut en luttant ;
Si mes vers méritent crédit versifiant,
Pour des siècles à jamais aura perfection
De ce bon élu le célèbre nom,
Qu’assez bien jamais je ne peux louer louangeant :

209[CCIX]

Élu de tous comme noble guerrier,
Élu maître pour sa grande vaillance
Élu de tous aussi pour son excellence,
Parce qu’il fut constant, fidèle et vrai,
Celui qu’un désastre finit par tuer
D’une pierre d’une fronde partie ;
C’est pourquoi, Majorquins, je vous maudis,
Vous qui les frondes avez inventé.

210[CCX]

Moi qui voyais là gens de si haut vol,
Je dis : « Parmi tous ces vaillants barons
Comment ne voyons-nous pas le fort Milon
Qui au temple portait un taureau sur l’épaule ? »
Celle qui me guidait, par de douces parole
Répondit : « La roue de Mars présente
Ceux dont la force vertu représente ;
De la force nue elle ne raffole. 

211Que sont robustesse et force, et leurs différences [CCXI]

On n’appelle pas force mais robustesse
Celle des membres, ou grande vaillance ;
La grande force dans l’âme s’élance
Qui revêt les corps de riche noblesse,
De courtoisie, de sage hardiesse,
De grande constance, foi et loyauté ;
Ainsi renforce son autorité
Ceux que la nature a dotés de faiblesse. »

212Il adresse le discours au roi [CCXII]

Très illustre prince, ô roi choisi
De ceux qui sont forts de cette manière,
Que votre couronne superbe veuille faire
Qu’avec eux votre royaume soit régi ;
Car ceux-là préfèrent d’un juste avis
Non le profit mais la droite justice
Et avec constance servent et régissent
Et force vertueuse dans le temps requis.

213Ce qu’est la force vertueuse [CCXIII]

La force est bien cet élan de vigueur
Qui supporte l’aise comme le mal être ;
Hormis les choses qui sont malhonnête
Il n’en est d’autres qui lui fassent peur.
Elle fuit, dédaigne, s’écarte dans l’heure
De celles qui par vice difformes deviennent 
Les grandes vertus pour elle sont reines ;
À l’âme ferme donnent belle humeur.

214Le cinquième ordre finit, celui de Mars ; le sixième commence, celui de Jupiter [CCXIV]

Je vis ceux qui règnent en paix glorieuse,
Ceux qui sont humains pour leurs naturels,
Et nombre de ceux qui, bien que mortels,
De la chose publique ont conduite soigneuse ;
Et vis au-dessous d’eux la foule pleureuse
Des envahisseurs et des grands tyrans,
Qui par l’excès fatal de leurs agissements,
Laissent réputation cruelle et monstrueuse.

215Il tire argument des Anciens [CCXV]

Nous vîmes là Octavien désarmé,
Lui qui vécut des temps si triomphaux
Dans un monde si pacifié de maux
Qu’il garda les portes de Janus fermées ;
Et du brave Romain vîmes la renommée,
Fidèle gardien de la tarpéienne tour,
Lui qui de toutes ses forces accourt
Contre le nouveau tyran affamé.

216[CCXVI]

Et nous vîmes Codron jouir de la gloire,
Avec les constants et illustres Dèce,
Lesquels estimèrent pour moindre richesse
Leur vie, au regard de la noble victoire ;
Il y avait Torquatus, de digne mémoire,
De son fils le cruel bourreau se faisant
Bien qu’il le vît revenir triomphant,
Pour avoir transgressé la loi notoire.

217[CCXVII]

Deux justes vengeurs de la servitude,
Les vaillants Brutus se tenaient ici,
D’un sang tyran leurs visages salis,
Ne permettant point que change leur habitude ;
Voilà les Caton à plus d’altitude,
Le bon Caton d’Utique avec le censeur,
Qui se donnèrent martyre d’honneur,
Pour ne voir la peine de ces multitudes.

218[CCXVIII]

Il y avait là l’image du pauvre Fabrice,
Celui qui ne voulut que les sénateurs
Prissent l’or et l’argent des ambassadeurs
Non plus que le moindre autre bénéfice,
Prouvant qu’il serait plus habile office
Pour le peuple romain de se rendre maître
De ceux qui avaient l’or, plutôt que d’être,
En prenant leur or, coupable de vice.

219[CCXIX]

Ô siècle pervers, cruel, fallacieux,
Toi qui à des seigneurs donnes si grands offices,
Donne-nous parmi eux quelques Fabrice
Qui fassent au peuple un bien si fructueux !
Et ceux qui se targuent, d’un acte glorieux,
D’être plus courageux que nos aînés,
Puissent-ils être dignes de mériter,
Le nom de quelqu’un qui fut vertüeu

220Ayant parlé de ceux du passé, il en vient aux présents [CCXX]

Nous levâmes les yeux, alors, vers la gloire
Du cercle constant des nôtres présents,
Où nous rencontrâmes ces sublimes gens,
Ceux-là dont jamais ne meurt la mémoire ;
Et vîmes le renom ample et notoire,
La louange des rois de l’illustre Espagne,
Portant la tiare et la trabée royale
Qui sont les insignes de noble victoire.

221[CCXXI]

  • 210 Nous excluons la traduction de « bienaventurado » par « bien fortuné », car la fortune, qui qualifi (...)
  • 211 Le sens architectural du poème se manifeste dans l’écart à peu près égal entre les trois descriptio (...)

Vis notre roi magne, bienheureux, comblé210
Sur le plus haut siège qui point ne vacille,
Digne d’un royaume plus grand que Castille,
Un lion velu pour estrade à ses pieds ;
De la pourpre d’État était habillé,
Dans sa main droite un sceptre éburnéen,
Riche couronne tenait l’autre main,
Plus prépotent que le ciel étoilé211.

222[CCXXII]

  • 212 L’image du feu connote le silex présent dans les murailles de Madrid, par métonymie.

Tel l’avaient déjà trouvé les ambassadeur
En sa ville, de feu toute encerclée212,
Quand la grande ambassade se présentait
Des rois barbares et des grands seigneurs ;
Et tel le quittèrent, chargés d’honneurs,
Ceux qui rentrent joyeux, comblés de présents,
Sur les Auguste exaltant le roi Jean,
À travers leurs éloquents traducteurs.

223Suit un raisonnement consolateur de l’auteur à l’intention des pauvres gens qui depuis leur humble état regardent celui des rois en leur triomphe [CCXXIII]

N’ayez convoitise, vous, pauvres mortels,
De ce triomphe et de toutes ses lois ;
Où vous verrez grands seigneurs et grands rois,
N’enviez point leurs richesses car elles
Sont semence de beaucoup de maux, tels
Que doit les fuir toute personne sage,
D’autant plus que si bien on l’envisage,
Vos propres richesses sont plus naturelles.

224[CCXXIV]

Ceux-là souffrent de plus cruelle envie
De ces biens divers qui vous sont donnés
Que la convoitise qu’avoir pouvez
De leurs royaumes, vous tous ici,
Car vous voulez, vous, être eux les nantis,
Pour le seul usage de leur richesse
Et eux être vous, que nature en sa largesse
A comblés de dons beaucoup plus exquis.

225[CCXXV]

De vous ils envient cette beauté pure
Lorsque la leur n’est pas si conforme ;
De vous ils envient cette belle forme
Et bien souvent même votre libre allure ;
De vous ils envient prudence et mesure,
Force, courage et aussi la santé ;
Voyez qu’ils ne sont de tant de vertu dotés
Et qu’un heureux sort la richesse n’assure.

226Comparaison [CCXXVI]

  • 213 Strophe 226 : remarquons, suivant la logique numérique, que 2+2+6 = 10, nombre de la Fortune, au mo (...)

Sans compter que Fortune213, les grands seigneurs,
Plus ils sont tranquilles, plus elle en fait fi,
Et le plus souvent les pousse au conflit,
Et se plaît à jouer avec leurs honneurs ;
Et comme l’éclair frappe les hauteurs
Bien avant que de foudroyer la plaine,
De même les sorts donnent de la peine
Davantage aux grands qu’à leurs inférieurs.

227Il fait l’éloge de la pauvreté accueillie avec patience [CCXXVII]

Ô quelle vie sûre, la quiète pauvreté,
Ô don béni et si mal accueilli !
Riche s’appelle et non pauvre la vie
De celui qui de peu est contenté ;
La branlante maison d’humble simplicité
Du pauvre Amiclas ne redoutait guère
La main du César qui gouvernait la terre,
Même si avec force sa porte elle frappait.

228Il a parlé jusqu’ici de ceux qui vivaient ou régnaient avec justice ; il se met maintenant à traiter des tyrans et des usurpateurs [CCXXVIII]

La grande avidité de la tyrannie
Nous vîmes, arrivés au centre tout au fond,
Où de nombreux seigneurs sont tombés si profond
Que ne sais quelle langue en ferait le récit ;
Nous vîmes parmi eux, sans y voir d’euphorie,
Les trois Denys de Syracuse, étant
Avec une cruelle lignée de tyrans,
Fléaux que Dieu dans le monde expédie.

229[CCXXIX]

Itonus qui d’abord inventa la monnaie
Et frappa au coin l’alliage des métaux,
Moi, je le maudis, du fait de tous les maux
Que cause cette graine sans cesse semée ;
Par elle de justice nous sommes spoliés,
Les royaumes par elle nous scandalisent,
Par elle les grands ainsi nous tyrannisent,
Que j’ignore qui peut vivre en sûreté.

230Il adresse le discours au roi [CCXXX]

  • 214 Troisième vertu cardinale, la Justice (la Prudence et la Force ont déjà clos les cercles de Phébus (...)

Guérissez vos royaumes d’une crainte telle,
Ô notre bon prince, ô nouvel Auguste,
Ô lumière d’Espagne, ô roi très juste,
Car à régner sur terre vous a mis le ciel ;
Et ceux qui vous servent d’un méchant zèle,
Avides tyrans dont n’est bonne la loi,
Faites qu’ils apprennent à craindre leur roi,
Pour que la justice toujours ne chancelle214.

231Définition de la Justice [CCXXXI]

La justice est un sceptre que le ciel fit,
Qui le grand univers pour nous rend sûr,
Riche habitus que montre l’esprit pur,
Qui pour le bien public fut introduit,
D’un poids égal toujours elle garantit
Tous les états dans tous leurs offices ;
C’est même un fouet qui combat tous les vices,
Qui ne se corrompt pas pour un non, pour un oui.

  • 215 Dans l’œuvre alchimique, Saturne est « la porte des ténèbres par laquelle doit passer la matière po (...)

232Le sixième ordre finit, celui de Jupiter ; le dernier commence, celui de Saturne215 [CCXXXII]

  • 216 La justice s’installe avec une quatrième mention au début du cercle de Saturne.

Nous vîmes, au dernier cercle arrivés,
Les hauts personnages en leurs monarchies,
Et ceux qui gouvernent leurs seigneuries
Par la crainte d’une justice216 mesurée ;
Et vîmes en bas ceux qui, non châtiés
Souffrent que durent les maux et les vices,
Et ceux qui, négligents dans leurs offices,
Laissent bien des crimes mal corrigés.

233Question sur le connétable [CCXXXIII]

Ô toi, Providence, dis-moi encore
Qui est ce cavalier que je vois devant,
Par l’aspect de son corps à Tydée ressemblant,
Et par son conseil au très vieux Nestor ;
Pour que je parle de lui haut et fort,
Si je peux sortir de ce val avec aise,
Ne souffre que par ignorance je taise
Ce qui si notoire à mes yeux ressort.

234Comparaison [CCXXXIV]

  • 217 La « joie » est présente trois fois dans la strophe.

Tout comme le font ceux d’amour épris
Quand on leur parle de ce qu’ils aiment bien
– Où qu’ils se trouvent joie aux yeux leur vient
Ce qui les émeut leur visage trahit –,
De même n’eut point la mine moins réjouie
La Providence, questionnée par moi,
Et elle répondit, d’un air plein de joie217,
Écartant ses autres divins soucis :

235[CCXXXV]

  • 218 Strophe 235 : 2+3+5 = 10, pour cette nouvelle mention de la Fortune, observation déjà faite par F.  (...)
  • 219 Comme nous l’avons dit dans notre introduction, la bride serrée est image de tempérance, quatrième (...)
  • 220 Nous comprenons « d’él » comme « de ella ».

« Celui-ci chevauche sur la Fortune218
Et de rudes brides219 lui tient sur le cou
Même si de ses faveurs il a beaucoup220,
Elle, elle n’ose s’en prendre à aucune ;
Regarde, vois-le en discussion quelqu’une,
D’un regard humble, sans férocité ;
Comment, indiscret, tu ne reconnais
Le connétable Alvaro de Lune ? »

236[CCXXXVI]

  • 221
    Des trois occurrences du verbe faire, la dernière remet l’acte décisif au roi, qui « fait » le con (...)

« Ah, dis-je, maintenant je reconnais
Celui dont le courage, la force et le nom
Autant ses grandes qualités d’homme font
Que son état grand seigneur en a fait ;
Et sont telles qu’elles lui ont mérité
D’être fait221 de la main de notre grand roi,
Éclatante expérience de sa ferme loi,
Et de la Fortune toujours triompher ».

237[CCXXXVII]

Bien qu’ils ressentissent, je crois, le contraire,
Ceux qui voulurent mettre leur confiance
Dans le présent plus qu’en bonne espérance,
Alors que nos mondes tournaient à l’envers ;
Je parle d’aucuns qui voulaient ainsi faire,
Au commencement de ces dissensions,
Que sous couvert de certaines raisons
Du connétable ainsi se détournèrent.

238[CCXXXVIII]

Et furent poussés à faire cela
– Tel est l’argument que je peux présumer –,
Ceux qui furent aveuglés par l’épaisse fumée
Et la rumeur qui se répandit là
De certains que désir de savoir entraîna,
Par les paroles d’une femme érudite,
À travers pièges et sorts de science interdite,
La part où pencherait le résultat.

239[CCXXXIX]

  • 222 Il s’agit bien de suivre le raisonnement de ceux qui quittèrent le Connétable, afin de le comprendr (...)

Vu la réponse, semble-t-il, qu’ils recueillirent,
Ils considérèrent moins favorables
Les faits et la vie de leur connétable,
Et pour ce, peut-être, ainsi s’en déprirent ;
Mais si les faits tels qu’ils les accomplirent,
Il vous plaît, lecteur, que je les relate,
Souffrez que mes vers un peu je dilate
Pour que en aboutir là où ils aboutirent222.

240[CCXL]

Même si le sage, subtil, éclairé,
Finit par cacher ses actes et les cèle,
Plus de choses la Renommée révèle
Que celles dont elle sait garder le secret.
Et ces gens empreints d’un timide respect
Eurent rendez-vous avec une sorcière,
En tel lieu secret, de telle manière,
Que ses sorts purent avoir un effet.

241[CCXLI]

  • 223 L’énumération des ingrédients de l’onguent propre à réveiller le cadavre oraculaire s’inspire très (...)
  • 224 PLINE (Histoire naturelle, L. XXVIII, section 27) a parlé d’une vertu magique attribuée à une parti (...)
  • 225 Cet ingrédient n’apparaît pas chez Lucain. Pour l’alchimie, le loup, enfant de Saturne, représente (...)
  • 226 La tradition (Pline l’Ancien, Lucain, mais aussi Saint Jérôme et Rufin d’Aquilée) montre le cerf ma (...)
  • 227 Pierre d’aigle, ou aétite, mentionnée par PLINE L’ANCIEN, Histoire naturelle, Livre X, section 4 et (...)

Poumon de lynx là point ne faillit223,
Pas moins que de hyène l’osselet tors224
Après s’être formée d’échine de mort,
Et des yeux de louve après qu’elle a blanchi225,
Moelle de cerf qui tellement vieillit
Qu’il avale couleuvre pour rajeunir226,
Et de cette pierre que sait obtenir
L’aigle au moment de construire son nid227.

242[CCXLII]

  • 228 Nous choisissons ce nom savant du rémora, proche du mot « echino » que Mena adapte du grec. Le rémo (...)
  • 229 Lucain dit « horror ». Le point de vue s’est rationnalisé…

Là est mêlée grand part d’échénéide228,
Lequel, aussi petit poisson qu’il soit,
Pas une seule mais de nombreuses fois
Retient les fustes tandis qu’elles cheminent ;
Non plus que manque ce que, chimérique,
Engendre nature quand elle fait erreur229,
Et fragments d’autel, de sublime grandeur,
Tous consacrés aux liturgies divines.

243[CCXLIII]

Écume de ces chiens que l’eau affole,
Membranes de serpent céraste libyen,
Cendre de Phénix, tant qu’il est besoin,
Ossements d’ailes de dragons qui volent
Et d’autres serpents vipérins, encore
Veillant sur les pierres précieuses de près
Et mille autres choses encore ajoutées
Dont ceux qui en ont soin jusqu’au nom ignorent.

244[CCXLIV]

Cette mixtion ne fut sur le feu mélangée,
Selon des présomptions dont je tire argument,
Mais dans des eaux bouillant spontanément
Pour avoir traversé des veines soufrées
Cette décoction fut conglutinée ;
De sorte que, mort, n’importe quel corps
Qui en serait oint, réveillé alors
Pût ainsi aux vivants réponse donner.

245[CCXLV]

  • 230 Ces ombres vengeresses sont soit les défunts, soit les Érinyes. Nadine Ly montre que « sombras ultr (...)

La sorcière alors cherche sans répit
Un corps si méchant que par aventure
On lui refusa toute sépulture,
Pour avoir dans injuste bataille péri ;
Et quand tout se tait, au cœur de la nuit,
Elle le dépose au milieu d’un rond
Et de dedans conjure le démon
Et les ombres vengeresses230 aussi.

246[CCXLVI]

Elle commençait son invocation,
D’un murmure triste et voix dissonante,
Imitant les cris si pleins d’épouvante
Qu’émettent les fauves d’un bien triste son
Tantôt sifflant comme fait le dragon
Et poussant du tigre les cris stridents,
Tantôt jetant les forts aboiements
Que jettent les chiens qui sans maître sont.

247[CCXLVII]

D’une gorge rauque elle dit : « Je vous conjure,
Pluton, toi, bien triste, et toi, Proserpine,
De faire à vous deux que vite s’anime
Un esprit qui soit assez subtil et pur
Pour me parler dans ce corps mauvais à coup sûr
Et à toute question qui lui soit posée
Me satisfaire d’une réponse assurée
Concernant ce cas qui tant me pressure.

248[CCXLVIII]

  • 231 Cerbère terrorisait, par ses aboiements d’airain, les ombres séjournant aux enfers qui auraient ten (...)
  • 232 Hercules a enchaîné Cerbère. Charon est ici relié au sort de celui-ci.

Cerbère aux longs poils, laisse-le sortir,
Faisant taire ta triste gorge à trois têtes231 :
Sa venue tardive ne saurait plus être ;
Et fais-le passer, toi, le nocher vil.
Et que faites-vous ? Je vais m’endormir ?
Gare à ne point provoquer mon courroux,
Sinon à nouveau j’enverrai pour vous
Juger celui qui son joug vous a fait subir232.

249[CCXLIX]

Se tournant alors vers le corps mesquin,
Quand elle vit qu’il restait inerte,
D’une vive couleuvre le frappe, le fouette,
Afin qu’il attire l’esprit malin ;
Craint-il d’entrer, alors même qu’il vint,
Dans ces entrailles glacées et sans vie,
Ou si vient l’âme qui en est partie,
Peut-être s’attarde-t-elle en chemin ?

250[CCL]

La sorcière, voyant que le temps passait,
Par une fente qu’elle fit en terre
Dit : « Hécate, ne sens-tu plus la guerre
Que te font les mots par ma bouche lancés ?
Si à mes ordres tu n’obéissais,
Le visage que tu montres aux êtres d’enfer
Au ciel supérieur je saurai bien faire
Qu’il apparaisse blême, pourri, déprécié.

251[CCLI]

  • 233 Sans doute du grec « demiorgos ». Ce dieu des profondeurs fut exhumé comme père des dieux infernaux (...)

Sais-tu ce que je ferai, triste Pluton ?
J’ouvrirai les bouches où tu te gouverne
Et je frapperai tes sombres caverne
Soudain de lumière par mes incantations.
Obéissez-moi, ou Démogorgon233
J’invoquerai, qui, lorsqu’on l’appelle,
Fait trembler la terre, car destin a tel
Qu’il n’est lié au Styx par sa condition.

252[CCLII]

Du cadavre tremblent les membres froids,
Craignant d’entendre ce deuxième chant ;
Le sein courroucé ses mots va formant,
Redoutant la magicienne et sa loi ;
En baisers impies sur lui elle s’emploie
Et elle interroge dans un style muet
Le corps qui revit après son décès,
Pour que ce qu’elle a fait inutile ne soit.

253[CCLIII]

De voix bizarres dont il s’accompagne,
Le cadavre commence à dire ces mots 
« Moult sont furieux les êtres infernaux
Contre les grands du royaume d’Espagne,
Parce qu’ils leur font une injure magne
Accordant des trêves aux infidèles,
Car tant qu’ils étaient mortels et cruels,
Jamais contre aucun ils n’eurent de hargne.

254[CCLIV]

De nombreuses âmes ils les ont privés
En faisant la paix avec cette secte,
Et du coup, usant de ruse secrète,
Cherchent d’autres voies pour s’en emparer ;
Ils trouvent moyen, puisqu’il y a la paix,
De semer tel trouble chez les Castillans
Que de frère à frère se trahissant,
Trépassent et tombent ces infortunés.

255[CCLV]

  • 234 Nous suivons ici la lecture de Hernán Nuñez et de El Brocense, qui préfèrent « indignité » à « dign (...)
  • 235 Nous gardons l’hyperbate original dans ces deux vers qui exhortent les Castillans à ne point sacrif (...)

Il en restera tant d’indignités234
Et sur le départ telles discordances
Que verrez les poings rompre maintes lances
Et se révolter nombreuses cités.
Aussi vous autres, vous qui commandez,
Colère, colère tournez vers les Maures ;
Ne consumez point autant vos trésors,
Pour d’injustes causes, que vos années235.

256[CCLVI]

  • 236 Jusqu’ici, le trône royal a été désigné trois fois par le mot « silla », siège (str. 142, 143 et 14 (...)
  • 237 Nous considérons que le cadavre cesse de s’exprimer ici, avec l’annonce, lourde de menace, de la dé (...)

Et du connétable pour juger le fait,
Sur son sort je statue et ainsi le publie :
Il sera déchu du trône sublime236
Et même à la fin en tous points défait. »237
Quand on en vient à telle extrémité,
De mon point de vue, forcément il faut
Un prétexte à qui bonne raison fait défaut
Et que chacun cherche immédiat intérêt. 

257[CCLVII]

  • 238 À l’acte dans cette strophe 257 (reste résiduel = 14, soit 7 + 7), Fortune est responsable de la dé (...)

Combien de congés, combien de licences
Au bon connétable furent demandés !
Combien prononcèrent paroles osées,
De ces changements tirant arrogance !
Fortune238, qui toujours nous fait violence,
Permet que beaucoup partent en laissant
Leur propre seigneur, ne considérant
Quelle serait l’issue de ses excellences.

258[CCLVIII]

Ceux qui à cette nouvelle partaient
Licence demandent pour maintes raisons :
Une chose allèguent, autre est l’intention,
Cachée sous faux semblants de vérité.
Hé, arrêtez-vous ! Du moins attendez :
Entre honnêtes gens, la raison ne veut
Prétextes naissant d’un esprit capricieux
Quand leur seigneur est en nécessité.

259Comparaison [CCLIX]

Au caméléon qui au grand air vit
Sont semblables de tels comportements,
Lui qui de tout ce qu’il touche prend
Toutes les couleurs, changées à l’envi.
Ô riche noblesse, ô lignées choisies,
Ô illustre sang, comment tolérez-vous
Que des biens mondains un tel désir fou
Pousse les humains à telle vilénie ?

260[CCLX]

Que juste désir vous inspire Renommée :
Tant que Labienus a suivi César
On le déclarait bon de toutes parts
Jusqu’à ce qu’il eût pour seigneur Pompée ;
Ainsi des seigneurs, à ce qu’il m’apparaît,
Ceux qui prévariquent envers deux parties,
Plus on leur parle moins on les apprécie ;
Portent marchandise mais sont mal attelés.

261Comparaison [CCLXI]

Comme les arbres très vite se sèchent
Quand les gens maintes fois les déplacent,
Ainsi ceux qui chez trop de seigneurs se placent
De ce même vice je pense qu’ils pèchent ;
Comme ces rochers que d’en haut on dépêche
Jusques en bas vont sans être arrêtés,
Ainsi va de ceux que de se rétracter
De plusieurs seigneurs jamais rien n’empêche.

262[CCLXII]

Ô convoitise vile, de toutes erreurs
Mère, et carrière de tous les maux,
Aux yeux des mortels tu mets un bandeau
Sur les conditions de leurs serviteurs ;
Toi qui endurcis ainsi les seigneurs
Et qui les mérites à ce point affliges
En vaine espérance que tu en obliges
Beaucoup à ces misères et d’autres majeures !

263[CCLXIII]

Après que l’affaire se fut terminée,
Ceux qui étaient tout nouveaux adversaires,
Voyant l’issue tout à fait contraire
Au triste verdict qui fut prononcé,
Retournent vers celle qui leur avait donné
Ces exécrables et dures réponses,
Lui demandant si fausse était l’annonce
Des grandes fortunes qu’elle avait évoquées.

264[CCLXIV]

« Si ce que j’ai dit », dit-elle, « vraiment,
Sur le connétable vous l’avez entendu
Et si vous regardez les faits advenus
Vous verrez que tout eut lieu exactement :
Car il était prédit premièrement
Qu’il serait en tout très bientôt défait ;
Voyez à Tolède, où cela s’est passé,
Des armes d’acier alors l’y défaisant.

265[CCLXV]

  • 239 À la strophe 236, le connétable a été « fait » par trois fois : il est maintenant par trois fois dé (...)
  • 240 Mena fait allusion à la destruction d’une statue en cuivre du connétable. Mais l’expression connote (...)

Car un connétable armé qui se trouve
Sur grand tas d’or solidement assis
Par des mains haineuses vîmes détruit
Entièrement défait239 et changé en cuivre240
Comment voulez qu’encore l’éprouve
Fortune en tentant une chose impossible ?
Suffit qu’elle démolît sa première cible,
Car l’autre elle trouve plus dure que le rouvre.

266Comparaison [CCLXVI]

De même que font les féroces lions
Quand le jeûne les affame de sorte
Qu’ils mangent des chairs congelées et mortes
Parce que bêtes vives autour d’eux s’en vont,
De même le font les constellations
Quand leurs destinées trouvent un obstacle :
Elles s’acharnent sur un simulacre
Où elles exécutent leurs impressions.

267[CCLXVII]

  • 241 Le cercle de Saturne ici s’achève, le poète s’adresse à Alvaro de Luna au lieu de s’adresser au roi (...)

Et donc, magnifique et grand connétable,
L’aveugle Fortune qui de vous avait faim,
Se trouve assouvie par la forme d’airain,
Et dorénavant vous est favorable.
Et remarquons tous un fait admirable
Et que le voient ceux qui viendront de nous,
Que de vous et d’elle et d’elle et de vous
Jamais ne s’écarte une paix aimable.241

268Description du temps [CCLXVIII]

  • 242 La lumière du soleil levant supprime les ténèbres : celles que Saturne avait apportées. Dans ces té (...)
  • 243 Cette aurore mythologique, le lever du dieu Phébus, s’environne de trois lexèmes de la lumière (luc (...)

Le lucide Phébus déjà nous montrait
Le don qu’il ne put dénier à Phaéton :
Montant la pente de notre horizon,
Les sombres ténèbres partout supprimait242 ;
Ses cheveux dorés si bien répandait
Que les forêts et les bois en tous lieux,
Les sommets, les pics et les monts pierreux,
De lumière neuve il illuminait243.

269[CCLXIX]

Moi qui vis les signes du jour lumineux,
Me demandai si les faits du récit
Étaient nés, en dormant, de ma fantaisie,
Ou si j’avais été présent avec eux 
De poser la question je fis le vœu,
Pour voir élargie mon information,
– Était-ce vraie ou fictive vision ? –
À la Providence, qui me guide au mieux.

270[CCLXX]

Et par ces propos je l’interrogeai :
« Ô grande prophétesse, qui que tu sois,
D’un œil bienveillant, je t’en supplie, vois
Mon doute, et ta raison veuille l’éclairer :
Gracieuse compagne, je souhaiterais
Qu’à l’égard de notre grand roi fidèle
Tu me dises ce que dispose le ciel. »
D’une voix aimable alors elle a parlé :

  • 244 C’est la première des 21 (3 x 7 ou 2+1 = 3) strophes de la prophétie. Son nombre résiduel est 10. E (...)

271[CCLXXI244]

  • 245 L’oubli et le silence (olvidar/callar), la réputation morte ou endormie, l’absence de récit affirme (...)

« Il sera roi de rois et roi de seigneurs,
Triomphant des titres, les dominant de haut
Ainsi que les exploits des rois des Goths
Et la riche mémoire des prédécesseurs ;
Et marques si grandes, si hautes de faveur
Ses faits glorieux à ton roi donneront
Qu’en son temps illustre tout à fait seront
Oubliés245 devant lui ses antécesseurs.

272[CCLXXII]

  • 246 Chindaswinthe, dans le texte « Cindasvinto » abrégé en Cindo/Sindo.
  • 247 Le texte dit « lindo », beau ; par une licence toute platonicienne, la rime nous impose « bon ».

Géryon sera parmi les oubliés ;
Sera comme mort de Chindas246 le renom,
Ce roi des Goths magnifique et bon247,
Un des premiers à s’être baptisé ;
Mis en sommeil et non point racontés
Seront les faits de Wamba dans ce nouvel âge
Roi de Castille qui créa l’usage
De limites justes pour les archevêchés.

273[CCLXXIII]

Sera oublié tout ce qui est antique
Devant l’essor de sa réputation,
Seront oubliées d’Égica les actions,
Petit-fils de Chindas et fils d’Ervige ;
Viendra Wittiza, l’histoire l’exige,
Son souvenir mourra aussi bien que son maître ;
Et devant ses exploits songes sembleront être
Les plus grandes actions du roi goth Rodrigue.

274[CCLXXIV]

  • 248 Le déictique « éste » renvoie au roi actuel : « ton roi », a dit la Providence à la strophe 271, ce (...)

Au vôtre248, du pauvre Pélage les exploits
Reconnaîtront, malgré sa férocité,
Autant d’avantage qu’en reconnaît
Le triste décembre à mai, joli mois ;
Au vôtre ne causeront peur ni effroi
Ses ennemis devant lui si puissants :
Il fondra sur eux plus formidablement
Que la flamme de l’éclair ne foudroie.

275[CCLXXV]

Favila sera à cette heure en oubli
Et les faits glorieux d’Alphonse Ier,
Lui qui a gagné Ségovie en guerrier ;
Bragance, Ledesma, Zamora, Flavie
Et Salamanque fit nôtres jusqu’ici
Astorga, Saldaña, Simancas et Léon,
Amaya et Viseo, nous en fit le don,
Par un bras vainqueur des Maures affranchies.

276[CCLXXVI]

  • 249 Cf. DE NIGRIS, 276b et 275a-b, p.301.

Conquit Sepulveda, outre ce qu’il avait,
Tub249 et le Portugal, et puis il y mit
Des Galiciens, des gens des Asturies,
Tout un peuple qui vint là se mêler,
Une partie de Biscayens étant peuplée ;
Mais tout ce que tu entends que fit ce roi
Par l’entremise de la divine loi,
Devant le vôtre sera oublié.

277[CCLXXVII]

Alors Fruela, pour toutes ses erreurs,
Taira les motifs de sa triste mort,
Lui qui à son frère fit tant de tort
Que son meurtrier en font des auteurs ;
Si les beaux exploits devant les meilleurs
S’oublient, que les grands les petits fassent taire,
Que pourront d’autre les iniques faire
Que vite se taire devant tant de valeur !

278[CCLXXVIII]

Et devant les siens seront endormis
Du chaste Alphonse II tous les exploits :
Il fit pour celui qui le monde créa
Un temple à Oviedo où ses saints soient servis ;
Et encore moins les faits ne seront dits
De Calvo Laín et Nuño Rasuère,
Ouvrant bien plutôt grande la carrière
À ceux que le vôtre aura accomplis.

279[CCLXXIX]

  • 250 Il s’agit en fait d’Alphonse VI. Pour nommer les rois, Mena suit un ordre chronologique rigoureux, (...)
  • 251 Alphonse VII
  • 252 Sanche III

Se tairont les faits du grand Ferdinand,
De Sanche son fils, et d’Alphonse III250
Qui d’abord Tolède la forte gagna,
Et se disperseront, devant lui se taisant ;
La gloire que le vôtre ira conquérant
Alphonse IV251, qui fut empereur,
Peu à peu la perdra ; tant sera sa valeur
Que le second Sanche252 on ira oubliant.

280[CCLXXX]

  • 253 Alphonse VIII

D’Alphonse Quint253 ne restera membrance,
Qui aux Navas de Tolosa fut victorieux,
Un affrontement ô combien fameux,
Où l’événement dépassa l’espérance ;
Il n’y aura mémoire de la malchance
Du premier Henri, qu’à Palencia, petit,
Une tuile, ou bien Fortune, a occis,
Et plus que tout la divine ordonnance.

281[CCLXXXI]

Et tant de renom n’aura Ferdinand
En qui les royaumes se sont associés,
Roi et couronne de rois trépassés,
Dont le bras tant a gagné guerroyant ;
Lui, il a conquis, de force gagnant,
Le royaume de Murcie et toutes ses terres ;
Lui, il a conquis par force de guerre
Plus que je n’en dirai, le relatant.

282[CCLXXXII]

Ubeda, Andujar et aussi Montiel,
Vilches et Baños et Baeza conquit,
Têtes de Maures coupant à l’envie,
En seigneur qu’il était courageux et fidèle ;
Iznatoraf ainsi que Martos, lesquelles
Avec Salvatierra et Medellín gagna,
Ne souffrant que la rouille se formât
Sur son épée bien tranchante et cruelle.

283[CCLXXXIII]

  • 254 Lors de cette campagne, Ferdinand déploie tant de force, et a tant de bonheur dans l’issue de ses b (...)

Il conquit les villes de Castro et Baena,
Cordoue, Ecija, Palma, Estepa de plus,
Tant qu’il ne me souvient où aurait pu
Tenir sa force avec ce bonheur-là254 ;
Il prit Espejo, Trujillo et Marchena,
Fornachuelos, Luque et Montoro conquit ;
En tous ces lieux son trésor répandit,
Sans s’épargner ni peine ni tracas.

284[CCLXXXIV]

  • 255 Alcalá de Los Gazules près de Cadix.

Il prit Almodovar et Moratille
Il prit Zuheros et encore Albendin,
Il prit Los Gazules255 et ensuite enfin
Il prit surtout la grande Séville;
Il prit Xérès avec sa quadrille,
Cales et Arcos, Lebrija et Béjar ;
Et pour que mon récit ne soit trop bavard,
Je tais des exploits qui d’eux-mêmes brillent.

285[CCLXXXV]

  • 256 Alphonse X.

Mais d’après ce que le destin décrète
Pour ton roi illustre et sa majesté,
Devant ses exploits, sa prospérité,
Peu de cas ferez de toutes ces conquêtes ;
Ferez peu de cas de ces actions faites
Par Alphonse VI256, de mystère plein,
Qui fut appelé à l’empire romain
D’après ce que nos lectures répètent ;

286[CCLXXXVI]

Bien qu’Ellín et Chinchilla conquît,
Avec Las Peñas et Cuencas, par l’épée,
Montanches et Mérida la dépeuplée,
Badajoz et Niebla, la Castille aussi,
Et fit sauvetage tout à fait inouï :
De Constantinople le grand empereur
Délivra des Turcs, un exploit meilleur
Que mon vers tout simple ici ne le dit.

287[CCLXXXVII]

  • 257 Nous suivons la lecture de M. Kerkhof et C. de Nigris.

Irez Sanche III sous silence passant,
Lui qui conquit de Tarifa le fort.
Votre257 vue cessera de voir alors
Tous les hauts faits du troisième Ferdinand,
Lui qui Alcaudete prit en bataillant,
Et dont on dit qu’il mourut assigné
Par ceux de Martos qu’il fit précipiter,
D’après les chansons qu’en font les manants.

288[CCLXXXVIII]

  • 258 Locovin, Aloconin ou Lorquin : dans la Chronique du roi Don Pedro, une de ces villes gagnées par Al (...)

Le septième Alphonse, son trisaïeul,
Par son descendant voudra être surmonté :
Plus icelui sera fameux, parfait,
Plus il jouira de bonheur dans le ciel ;
Nonobstant qu’il abattit sans appel
Tous les souverains de Benamerin,
Et qu’il prit Las Cuevas et Alhaquin258
Avec valeureux et sublime zèle.

289[CCLXXXIX]

Teba, Cañete prit en conquérant,
Rute et Priego, Carcabuey gagna,
Faisant les exploits qu’on attend d’un roi,
À tous les périls secours apportant ;
Longue fatigue pour la gloire souffrant,
La grande Algésiras sur les Maures conquit,
Conquit Bencaide, par colère la prit,
Et Benameji, plus commodément.

290[CCXC]

  • 259 La répétition est dans le texte.

Vous verrez alors obscur le renom
Du cruel roi Pierre, devant la clémence
Que le vôtre montre, telle est l’expérience,
Envers qui il aime fidèlement bon ;
Vous verrez cesser l’éclatant renom259
De son bisaïeul, le bon roi Henri ;
Verrez son aïeul se taire devant lui,
Même s’il s’appelle du même nom.

291[CCXCI]

  • 260 Nous gardons ici l’ordre labyrinthique des deux derniers vers de cette strophe, tel que F. Autesser (...)

Toi, Henri, qu’on te taise est ton souhait,
Toi qui concorde de toutes tes terres
As été nommé, sans faire de guerre
Tenant ton royaume en si grande paix ;
Même si ton fils, plus favorisé,
Régner sur la terre du ciel tu le vois,
Il te suffit qu’en tant que père, toi,
Très haut de ce roi Jean, tu sois célébré260. »

292[CCXCII]

Celle qui me guide ainsi prophétisant,
Roi souverain, vos campagnes futures,
Vous donnant d’espoirs un si bel augure,
D’une langue inspirée, d’un ton éclatant,
Sa voix avertie maintenant baissant,
Représentait là, par un chuchotis,
Et comment et quand, dans les temps promis,
Votre bras toujours sera triomphant.

293[CCXCIII]

  • 261 Évoquée à la strophe 59.

Moi qui eusse voulu être bien assuré
De ces campagnes, quand elles auraient lieu,
Quand enfin les temps pour nous iraient mieux,
Ou quand nous verrions le royaume en paix,
J’eusse bien voulu être aussi informé
Sur toute la roue que j’ai dite du futur261,
Et sur les faits qui arrivent d’aventure
Ou qui sont régis par la destinée.

294[CCXCIV]

Mais cette image de la Providence,
Voilà qu’elle disparaît à mes yeux :
Je la vois lumineuse monter vers les cieux,
Montrant ce faisant sa digne excellence ;
Moi qui désirais avec révérence
Tenir embrassés ses membres charmants
Me trouvai les bras mes épaules étreignant,
Et cette vision s’enfuit de ma présence.

295Comparaison [CCXCV]

Comme les enfants ou les ignorants,
Voient dans la lumière les atomes qui dansent,
Et tendent les mains vers cette abondance
Mais eux se dérobent, le contact fuyant,
De la même façon, ou s’y paraissant,
Ma guide s’enfuit alors de mes mains ;
S’enfuirent les roues et les corps humains,
Toutes les causes à moi se celant.

296[CCXCVI]

  • 262 « Vos signes » : nous suivons la lecture de C. de Nigris qui s’appuie sur les manuscrits plutôt que (...)

Si donc les discours de tant de prophètes
Et ce que démontrent vos signes certains262
Et des animaux les viscères intestins
Et tout le mystère subtil des planètes
Et les prédictions des sciences secrètes
Nous prophétisent vos actes glorieux
Faites que soient vraies, Sire roi, par Dieu,
Ces prophéties qui ne sont pas parfaites.

297[CCXCVII]

  • 263 Comme nous l’avons dit dans notre introduction, le poème se parfait en 297 strophes, nombre inspiré (...)

Faites qu’ait dit vrai la grande Providence
Qui fut mon guide au long de ce chemin
Et qui vous offre, sur ordre divin,
Force, courage, vaillance et prudence,
Afin que votre royale excellence
Ait sur les Maures puissante victoire
Et, de tous les vôtres ainsi douce gloire, 
Que tous vous fassent, sire, révérence.263
…………………………………………………

298[CCXCVIII]

Le frêle esquif où voguent mes pensées,
Voyant les temps changeants et obscurs,
Las, se dirige vers les ports les plus sûrs,
Craignant des éléments l’adversité.
Les vents s’affrontent, les flots sont agités ;
Du gouvernail ma main enfin se lasse ;
Les neuf Muses veulent que silence se fasse ;
Mes longs tourments leur fin veulent trouver.

299[CCXCIX]

Et j’y mettais fin d’un geste complaisant,
Ma douce fatigue troquant contre loisir,
Non point que je n’eusse plus rien à dire,
Mais c’est erreur de dire, si on ne le ressent ;
Le trop long travail mes facultés altérant,
Si bien que parlant je ne sens ce que je dis,
Nous déterminâmes, moi et mon esprit,
De clore ce livre, taisant le présent.

300[CCC]

Mais une voix d’une sublime autorité
À moi se présenta sans plus attendre ;
« Écris », dit-elle « et que bonne à entendre
Croisse ton œuvre, disant la vérité,
Car n’est point un vice la prolixité
Qui a bonne façon de satisfaire ;
Et si des faveurs ont l’heur de te plaire,
Faveur est l’ordre de ma majesté. »

Notes

126 Le manuscrit 229 de la BNF que nous suivons à travers les éditions de M. Kerkhof et de J. G. Cummins (Cátedra, Madrid, 1984), porte ces rubriques en rouge, que d’autres manuscrits ne présentent pas. Elles ont, entre autre, l’effet de singulariser chaque huitain en soulignant sa spatialité. Dans cette strophe, le schéma de rimes est exceptionnellement ABABBCCB ; nous le respectons.

127 Les strophes 2 à 12 portent une diatribe contre la Fortune, dont la roue est mentionnée à chacune de ces strophes, pour encadrer le passage.

128 Apollon est ici invoqué comme Dieu du chant, dont l’attribut est la lyre.

129 Ces trois strophes réunissent les trois ‘protagonistes’ principaux du poème, auxquels s’en s’ajouteront des secondaires plus tard. Le roi, la Fortune, le Poète. Ce dernier, lyrique par Apollon, est épique par Calliope.

130 Nous traduisons ce vers en tenant compte de l’avis du commentateur A du manuscrit 229 BNF : « Elles se cachent toujours le matin, la brume venue… ». Les Pléiades sont visibles dans l’hémisphère Nord à partir de l’automne et durant l’hiver : cela nous semble exclure un sens de ‘frimas’ pour le « bruma » que porte le texte.

131 Cette dixième strophe se propose de décrire la Fortune, qui est aussi le dixième arcane du Tarot, lequel était connu au XVe siècle sous le nom de « Triomphes ».

132 Première occurrence du verbe voir et projet global du poème : c’est une vision. Le poète voit un monde invisible qui lui donne un point de vue privilégié sur l’espace mais aussi accès à la vision des temps, historique, présent et à venir. Visionnaire, il est prophétique.

133 Première image du labyrinthe où on peut entrer mais dont il est difficile de sortir…

134 Chant VI de l’Énéide. La référence à Enée, qui revient à la strophe XXXI s’accompagne d’une invocation d’Apollon-Phébus (XXXII e-f). La puissance oraculaire du dieu qui inspire la Sybille Cumée garantit au chant de pouvoir dévoiler, révéler et formuler la prophétie.

135 Sagesse du renoncement à l’excès (hybris), valeur de la mesure (vertu de tempérance).

136 Effet pernicieux du désir mimétique, qui débouche sur la frustration via l’obstacle.

137 « Flèche » en ancien français.

138 Nous gardons mot à mot l’expression forgée par Juan de Mena, « orbe universo ».

139 À la strophe XXXIII nous sommes au 1/9e du poème, et Juan de Mena encadre la vision du monde (qui s’étend jusqu’à la strophe 54) en définissant le seul lecteur qu’il reconnaisse, doué d’intellection (entendidos) par opposition au vulgaire (grosseros) : str. 33 et 54.

140 Le De imagine mundi, attribué au moyen âge à Saint Anselme, est reconnu comme la source d’inspiration du poète. Cf. édition de J. G. CUMMINS, p. 189.

141 Nous traduisons d’après le remarque de M. KERKOFF, éd. cit., p. 114, note 284, qui attribue la découverte de l’astronomie aux Arabes et aux Chaldéens plutôt qu’aux Ammonites. Cette strophe et la précédente mettent en avant magie et astronomie, deux arts divinatoires reliés à la thématique du destin et de la Fortune.

142 Mena forge ce nom à partir de celui du chef de la légion thébaine, Mauricius, et joue sur les deux Thèbes, en Égypte et en Grèce, par la référence à Stace, auteur d’une Thébaïde. L’allusion aux frères ennemis et à la dévastation engendrée par les guerres intestines ne pouvait être que politique (France AUTESSERRE, « Du De imagine mundi au Laberinto de Fortuna », Cahiers d’Études Romanes, 20/1, 2009, CAER, Université de Provence, p. 167).

143 Le lac Méotide est l’ancien nom de la Mer d’Azov ; Mena transforme le mot pour la rime, nous lui restituons sa forme. Cf. note 334 de l’édition de J.G. CUMMINS : « por decir lagos Meotes dijo Metoes », d’après un commentaire d’Hernan Nuñez, son commentateur et éditeur (1499).

144 La 43e strophe est entièrement consacrée à la Gothie, pour rappeler l’origine de la dynastie hispanique ; au milieu exact du passage, elle est aussi la dixième de cette vision du monde (cf. France AUTESSERRE, op.cit., p. 159), faisant écho à la dixième strophe du poème, où est présentée la Fortune : sur les valeurs du nombre 10, cf. notre introduction.

145 Nous traduisons selon la suggestion de M. KERKHOF, éd. cit., p. 121, note 347 : « caxa » évoquerait la forme carrée ou rectangulaire de l’Allemagne.

146 Il faut y voir le Jura, cf. France AUTESSERRE, op.cit., p. 142.

147 Pour « Mauritanie tingitane », de Tingis > Tanger. Dès cette mention, et après avoir fait le tour de la péninsule ibérique d’Est en Ouest, sautant sur toute la longueur de la péninsule depuis la Galice, le poète fait émerger le continent africain : de Tanger à l’Ethiopie, au vers suivant, le bond d’Ouest en Est est également remarquable. Vision labyrinthique !

148 De l’embouchure du Rhône à Antipolis, Pline énumère 10 îles (Naturalis historia, III, 79). Les Stoechades proprement dites sont au nombre de cinq selon Agathémère (Tableaux de géographie, IV, 20) et Strabon (Géographie, IV, 1, 10).

149 Est-ce, par synecdoque, la Sardaigne, dont Bosa est une ville ? Ou Bozis renvoie-t-il à Ibiza, Ebusa en latin ? Le De imagine mundi dit « Ebosus ». L’analyse du trajet labyrinthique que suit le regard du poète nous porterait à retenir Ibiza (cf. note suivante).

150 Avec la Sicile, Trinaclia, se termine la vision des îles, rendue chaotique par le déplacement incessant du regard du poète d’un bout à l’autre de la Méditerranée et même plus loin, jusqu’à l’océan Atlantique ; la strophe LIII montre ce trajet  (carte de France AUTESSERRE, La rhétorique du labyrinthe…, p. 99) :

Image 10000000000001AB000000E007571A2B02613E75.jpg

151 Nous préférons le volcanique Etna (« Etneo », variante du manuscrit PN7) au mont Lilibée où Typhon ne souffle pas ses feux. Ainsi se termine le mouvement centrifuge de la vision du poète, déroulée en spirale, de l’extérieur jusqu’au centre de la Méditerranée, au centre de la terre, sous l’Etna.

152 Le labyrinthe (strophe 63, 3e vers) et la prophétie (strophe 64, 2e vers) sont au commencement de cette évocation de l’Histoire. Ce n’est pas par hasard.

153 Depuis les régions olympiennes, les trois Parques veillent sur le sort des mortels, mais aussi sur le mouvement des sphères célestes et l’harmonie du monde. Les roues de la Fortune sont ainsi maîtrisées par les « Destins ».

154 Cinq traits sont attribués à cette reine parfaite par la répétition du possessif « su » : nombre de la quintessence.

155 Nous suivons l’« hypothèse alchimique » de Francis BELZER dans « Le laberinto de Fortuna, labyrinthe du Grand-Œuvre ? », in: Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales. 26, 2003. p. 379-393 : « Dans le traité de Trismosin, c’est sous le signe de Luna que se réalise l’œuvre au rouge: ‘Luna [...] qui règne sur l’humide, enfante le roi immaculé dans son habit de pourpre.’ (c’est nous qui soulignons). Ne sommes-nous pas là tout près de la métaphore déconcertante utilisée par Mena, que nous avons relevée au début de cet article : « De cándida púrpura su vestidura » (72 a) ? N’y aurait-il pas là plus qu’un audacieux latinisme ? ». Notons par ailleurs que la pourpre désignait par synecdoque le vêtement impérial dans l’ancienne Rome.

156 Dixième strophe du cercle de la lune, cette strophe contient la première (et brève) description du roi.

157 La référence alchimique est très présente ici : l’œuvre au blanc, par distillation, donne une matière qui parvient au blanc par les noces chimiques des principes masculins et féminins, sous l’égide de la lune. Ici, les deux reines et le roi resplendissent en blanc sur ce premier cercle de Diane.

158 Pour exprimer ce changement de sexe, nous n’avons pas osé le néologisme « natureté », tardivement forgé au XVIIIe siècle.

159 Nous suivons le choix de M. KERKHOF, op.cit., p. 142, note 621.

160 Capis et Laocoon ont dénoncé le traquenard du cheval de Troie, que Mena fait fusionner ici avec la statue de Pallas sculptée par la déesse Athena et non exempte de dangers puisque Ajax perd la vie pour l’avoir reçue en attribution alors qu’Ulysse la convoitait.

161 C’est plutôt Laocoon qui a subi l’étreinte mortelle des serpents envoyés par Poséidon.

162 Pour ce verbe, nous suivons les indications de M. Kerkhof, op. cit., p. 142, note 706.

163 Nous gardons le néologisme de l’adjectif forgé par Mena sur le nom du Mont Cyllène, en Arcadie, où la légende fait naître Mercure.

164 Nous suivons la lecture de M. KERKHOF, op. cit., note 763.

165 On remarquera l’enchaînement des conséquences mettant en rapport la royauté et la loi à travers le comportement des sujets du roi.

166 L’avarice se présente à la 99e strophe. Source de tous les vices pour le moyen âge castillan (convoitise), elle est aussi un obstacle au processus du Grand Œuvre : Titus BURCKHARDT, L’alchimie, science et sagesse, Paris : Encyclopédie Planète, str. d., p. 64 : « Les alchimistes répètent souvent que le plus grand obstacle qui barre leur chemin est l’avarice. Ce vice représente pour leur art ce que l’orgueil est à l’amour, et l’illusion à la connaissance. Inversement, il est demandé aux disciples d’Hermès de ne rechercher la transmutation des métaux que dans un but charitable », Cité par F. BEZLER, op. cit., p. 387.

167 Nefundum peccatum, Pecado nefando, l’acte de sodomie.

168 Troubadour galicien passé à la légende, qui inspirera à Lope de Vega son Porfiar hasta morir. Le Cancionero de Baena recueille cinq chansons de Macias, selon le Marquis de Santillane. Cf. La cour littéraire de Juan II, Comte de Puymaigre, Paris, 1873.

169 Il s’agit de l’hippomane, une formation de chair que l’on trouve parfois dans le placenta des vaches et des juments.

170 La parabole du fils prodigue est là pour en attester !

171 Dante voit Empédocle et Zénon au chant VI de sa Divine Comédie (Enfer).

172 Métaphore ovidienne, ici transposée au philosophe : « aidé de la voile ou de la rame, l'art fait voguer la nef agile. », OVIDE, L'art d'aimer, livre I, préambule.

173 Au lieu de son frère Jubal, patron des musiciens. Tubal est le premier forgeron.

174 Chiron le centaure était fils de Phylira, nymphe océanide.

175 Nom inconnu, de même que celui de Vetona à la strophe suivante (ce dernier est-il dérivé des Vettons, peuple primitif de Vieille Castille ?). Le nombre des sibylles dans la strophe 121 est censé être de cinq puisque Phémonoé est dite sixième au premier vers de la strophe suivante. L’« Érythrée » est de ce fait un qualificatif de la Babylonienne, alors qu’il s’agit, dans la tradition, de deux sibylles distinctes. La Frigiana, au vers 967, devrait être la Tiburtine (et c’est notre choix de traduction), puisqu’elle s’appelle Albunée et qu’elle est en compagnie de la Phrygienne(tte) (vers 968).

176 Pour faire cinq à la strophe 122, Amalthée accompagne Vettone et s’ajoute à la sibylle de Cumes, énumérée en dixième rang. Mais Amalthée est le nom de cette dernière… La logique du nombre 5 (cf. notre Introduction) fait donc se distribuer dix sibylles en deux strophes, mais pour cela Mena en confond deux à la strophe 121, en dédouble une à la strophe 122, en « invente » deux (Dimeta et Vetona).

177 Nous proposons de comprendre cette « droite » comme l’épouse légitime, à laquelle l’homme se lie par la main droite lors du mariage. Dans l’évangile de Mathieu, en effet, c’est la main gauche qui doit ignorer le bien que fait la main droite et non l’inverse ! (Cf. M. KERKHOF, op.cit., note 1051).

178 Nous suivons les éditions de Carla DE NIGRIS, Ed. Crítica, Barcelona, 1994, note f, et de M. KERKHOF, op.cit., note 1086.

179 Nous proposons ici la forme ancienne de « cauchemar », au sens vieilli d’« oppression », que porte le « pesar » espagnol.

180 Mucius est moins content de vivre qu’attristé de voir son ennemi, Porsenna l’Étrusque, qui vient de le gracier, lever sans encombre le siège de Rome.

181 La Providence avait recommandé au poète d’être véridique sur les faits et les personnages historiques aux dépens des engagements subjectifs (str. 61). Le poète y revient, en ajoutant ici le désir d’une concordance de la forme poétique avec les faits réels : la question aristotélicienne de la mimesis et de son effet cathartique est posée là.

182 Le roi est le premier des neuf personnages évoqués sur ce cercle et le seul favorisé par la Fortune. Dix strophes vont lui être consacrées (str. 142 à s.151, nombres résiduels = 7). Dans cette première strophe de sa description, la 5e du cercle de Mars, les compléments déterminatifs introduits par « de » sont au nombre de 5, nombre de la quintessence.

183 « Garni » au sens premier d’« armé ». C’est autour de ce mot pivot que se construit le chiasme qui organise la description physique du roi, avec la mention de son buste et de sa main droite. Déjà sous-entendu au vers 6, « garni » l’est encore au vers 7, « Et lui (garni) d’un siège si richement sculpté ». Cf. France AUTESSERRE, La rhétorique du Labyrinthe…, p. 345-346. Faut-il voir dans « garnido » un aspect plus décoratif que guerrier, malgré l’adjectivation jupitérienne des armes (« fulgurantes », « flamboyante ») ?

184 Nous osons ce néologisme pour mieux adhérer à l’expression de Mena.

185 La comparaison fait de ce trône un miroir du passé (comparaison d’ordre visuel). À partir de cette strophe 145, cela donne lieu à un procédé d’ekphrasis par où le poète, voyant ce que d’abord le roi voit comme un reflet, à son tour donne à voir l’histoire au lecteur.

186 L’arc en ciel, trace de la déesse Iris, avec ses couleurs irisées renvoie à l’alchimie, selon F. BEZLER (op.cit., p. 380) : « En effet, dans l’iconographie alchimique l’‘arc-en-ciel […] symbolise l’ensemble des couleurs de l’‘œuvre’. Qui plus est, dans une des plus célèbres descriptions du Grand-Œuvre, celle de ‘l’énigmatique Philalèthe’, qui distingue ‘sept régimes, en rapport chacun avec une planète déterminée’, c’est au régime de Mars que sont associées les couleurs de l’arc-en-ciel. Or, le trône de Juan II, si bizarrement orné des couleurs de l’arc-en-ciel, se trouve sur le Cercle de la planète Mars. La coïncidence est pour le moins troublante ».

187 Le poète choisit de ne citer que trois prénoms de rois, Alphonse, Ferdinand et Henri, pour rappeler « la grande lignée de tous ses illustres progéniteurs » (str. 143, v. 4 et 5). Plus loin, dans la prophétie de la Providence, il ne retiendra que trois groupes de rois. Structuration trinitaire récurrente.

188 Là encore, le trois est structurant : le poète ne retient que ces trois victoires, majeures, de la Reconquête.

189 La deuxième évocation du roi sur le cercle de Mars se tient à la 10e strophe de ce cercle. C’est la strophe 147, où nous voyons de plus une nouvelle incidence symbolique du nombre, 147 = 7 x 7 x 3. Tout est fait pour sublimer le roi sublime, quintessence et grand œuvre du poème.

190 Nous gardons le latinisme « pelte » et pour « armas » nous faisons le choix d’une traduction synecdochique (« tranchant »), pour le rythme et la rime.

191 Cette force quasi cosmique n’est pourtant portée que par des verbes impersonnels, à l’infinitif et au gérondif. Le roi n’est pas encore advenu à lui-même…

192 Nous conservons le déplacement syntactique du texte, dont l’ordre ordinaire serait : « fuyant comme des couards, ils ne fuient pas la mort ».

193 Lyaeus, surnom de Bacchus. Nous en adaptons la forme pour rimer avec Typhée (que Juan de Mena préfère à Typhon).

194 D’après les quatre évangiles, Zébédée était le père de Jacques et de Jean.

195 La référence évangélique met en équivalence Jésus, le « Maître suprême » et Jean II, « notre grand roi » et annonce son rôle messianique. Cette équivalence renvoie aussi au rapprochement, sur un mode païen, entre Jupiter et le roi, à la première strophe du poème.

196 Eugène Kolher a proposé une traduction de plusieurs strophes de ce passage (str. 162-164, 168, 173-177, 179-186), in Eugène KOLHER, Anthologie de la littérature espagnole du Moyen-Âge (1140-1500), Paris : Klincksieck, 1957. Compilé par Jean-Claude POLET, Patrimoine littéraire européen, 6, Bruxelles : De Boeck Université, 1995, p. 284-288.

197 Énée.

198 La référence aux alcyons peut surprendre dans cette argumentation que le comte de Niebla veut fondée sur l’observation de la nature. En effet, d’une part l’oiseau est mythique et d’autre part sa présence et sa nidification sont plutôt gage de calme au cœur des tempêtes hivernales… Les Géorgiques (I, 385-387 et I, 398-399) offrent le principal écho littéraire de ce passage.

199 En dehors de l’acception botanique actuelle, « pruine » a eu au moyen âge son sens latin de « gelée blanche » ou « frimas » que nous réhabilitons ici.

200 Le comte fait entendre la voix de la raison et manifeste la responsabilité de l’homme dans son propre destin. Cet engagement rationnel le conduit cependant à sa perte : Fortune vaut mieux que raison !

201 Dans ce déploiement physique de l’assaut, « artes » nous semble avoir le sens de ce qui est construit ingénieusement, engins ou machines.

202 Nous respectons l’hyperbate, signe rhétorique du déchirement des hommes du comte.

203 Dix strophes après la strophe 174, et au vers 5 également, revient cette mention de la Fortune. Il en reviendra une autre dans 5 strophes (str. 188) au v. 5 encore. La logique du 10 et du 5 (quintessence) accompagne là encore la Fortune.

204 En levant son aviron pour arrêter sa course, Fortune cesse d’agir perfidement, et Renommée peut prendre son essor.

205 Juan de Mariana, traduisant en 1725 l’Histoire générale d’Espagne, justifie sa traduction de « adelantado » par « sénéchal ». Nous prenons ce parti à sa suite.

206 Juan de Mena joue sur le titre de Diègue de Ribère, « adelantado » en en faisant le sujet du verbe « adelantar » à quatre reprises dans la strophe. Nous employons « échoir » et « échéance » qui font écho à « sénéchal ».

207 Nous suivons la variante « al çerco travado » proposée par M. KERKHOF, éd. cit., note 1601.

208 Nouvelle mention de la Fortune, toujours au vers 5.

209 Lieutenant du Grand Maître dans les Ordres militaires.

210 Nous excluons la traduction de « bienaventurado » par « bien fortuné », car la fortune, qui qualifiait le roi à la première strophe, ou l’installait à la strophe 142, n’est pas présente à cette troisième apparition de Jean II.

211 Le sens architectural du poème se manifeste dans l’écart à peu près égal entre les trois descriptions du roi, 69 strophes entre la première (cercle de la Lune, str. 73) et la deuxième (cercle de Mars, str. 142), 71 entre la fin de la deuxième (str. 148) et la troisième (cercle de Jupiter, str. 221). Le roi se montre ici avec les trois insignes régaliens adoptés par les Goths comme triade emblématique du pouvoir impérial, auxquels vient s’ajouter le lion. L’adjectif « velloso », velu, met en relief à travers la crinière le caractère solaire de la royauté. Le ciel étoilé, dont l’image clôt la strophe à travers la comparaison, donne à la puissance royale une dimension cosmique : le roi n’est-il pas « digne d’un royaume plus grand que Castille » ? Si la couronne était sur sa tête, et non dans sa main gauche, il aurait ici une hauteur divine, messianique...

212 L’image du feu connote le silex présent dans les murailles de Madrid, par métonymie.

213 Strophe 226 : remarquons, suivant la logique numérique, que 2+2+6 = 10, nombre de la Fortune, au moment où se présente son action sur les grands.

214 Troisième vertu cardinale, la Justice (la Prudence et la Force ont déjà clos les cercles de Phébus et de Mars respectivement). Deux fois présente dans cette strophe (justo, justiçia), elle le sera une troisième fois dans la suivante (str. 231), où tient sa définition.

215 Dans l’œuvre alchimique, Saturne est « la porte des ténèbres par laquelle doit passer la matière pour renaître, régénérée, à la lumière du paradis », Agrippa DE NETTESHEIM (1486-1535), De occulta philosophia, 1510.

216 La justice s’installe avec une quatrième mention au début du cercle de Saturne.

217 La « joie » est présente trois fois dans la strophe.

218 Strophe 235 : 2+3+5 = 10, pour cette nouvelle mention de la Fortune, observation déjà faite par F. BEZLER, op. cit., p. 388.

219 Comme nous l’avons dit dans notre introduction, la bride serrée est image de tempérance, quatrième vertu cardinale, après la Prudence, la Force et la Justice.

220 Nous comprenons « d’él » comme « de ella ».

221
Des trois occurrences du verbe faire, la dernière remet l’acte décisif au roi, qui « fait » le connétable après que ses qualités ont fait l’homme, et que son état l’a fait grand seigneur. La rime des vers 6 et 7 met le roi avant la loi : c’est l’inverse de la situation que le texte a présentée par trois fois (loi puis roi : aux strophes 156, v. 6 et 7, 223, v. 2 et 3, 230, v. 6 et 7). Le connétable n’a pas de légitimité divine, il dépend de la loi du roi.

222 Il s’agit bien de suivre le raisonnement de ceux qui quittèrent le Connétable, afin de le comprendre. C’est donc à partir du point de vue de ceux qui se sont détournés du Connétable que se développe dans le texte le destin de celui-ci, dans un premier temps montré comme maître de la Fortune.

223 L’énumération des ingrédients de l’onguent propre à réveiller le cadavre oraculaire s’inspire très précisément de la Pharsale de Lucain (livre VI) où Érichto la magicienne prédit par ce moyen l’avenir à Sextus Pompée (deux personnages mentionnés par Mena à la strophe 130). Francis Bezler montre les connotations alchimiques de tout ce passage (F. BEZLER, op. cit., p. 382-387).

224 PLINE (Histoire naturelle, L. XXVIII, section 27) a parlé d’une vertu magique attribuée à une partie de la colonne vertébrale de l’hyène, nœud vertébral qu’il nomme « atlantion ».

225 Cet ingrédient n’apparaît pas chez Lucain. Pour l’alchimie, le loup, enfant de Saturne, représente l’antimoine (ou le plomb). Au féminin, c’est un principe mercuriel qu’il évoque : cette louve qui a blanchi indiquerait-elle une association du mercure et de l’antimoine ? Les yeux, dans la préparation d’Erichto que décrit Lucain, sont des yeux de dragon.

226 La tradition (Pline l’Ancien, Lucain, mais aussi Saint Jérôme et Rufin d’Aquilée) montre le cerf mangeant le serpent.

227 Pierre d’aigle, ou aétite, mentionnée par PLINE L’ANCIEN, Histoire naturelle, Livre X, section 4 et Livre XXXIX, section 39. Sensée favoriser la ponte. On remarquera dans toute cette strophe les formules exprimant un processus.

228 Nous choisissons ce nom savant du rémora, proche du mot « echino » que Mena adapte du grec. Le rémora, qui « retient les navires », est un symbole alchimique du froid, convoqué pour ses pouvoirs d’immobilisation.

229 Lucain dit « horror ». Le point de vue s’est rationnalisé…

230 Ces ombres vengeresses sont soit les défunts, soit les Érinyes. Nadine Ly montre que « sombras ultriçes » est une matrice de sonorités qui se répètent dans les conjurations de la magicienne. Nadine LY, La poésie castillane de la fin du moyen Âge au début du siècle d’or, Paris : Ed du Temps, 1997.

231 Cerbère terrorisait, par ses aboiements d’airain, les ombres séjournant aux enfers qui auraient tenté d’en sortir. Le simple « por » employé par Mena indique un passage devant le féroce gardien plutôt qu’à travers sa gorge.

232 Hercules a enchaîné Cerbère. Charon est ici relié au sort de celui-ci.

233 Sans doute du grec « demiorgos ». Ce dieu des profondeurs fut exhumé comme père des dieux infernaux par Boccace dans sa Généalogie des Dieux ; il est bien connu des écrivains du Moyen Âge. Cf. Maurice CASTELAIN, « Démogorgon ou le barbarisme déifié », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, juillet 1932, p. 22-39.

234 Nous suivons ici la lecture de Hernán Nuñez et de El Brocense, qui préfèrent « indignité » à « dignité » dans ce contexte de discorde civile.

235 Nous gardons l’hyperbate original dans ces deux vers qui exhortent les Castillans à ne point sacrifier leurs fortunes et leurs vies en causes injustes.

236 Jusqu’ici, le trône royal a été désigné trois fois par le mot « silla », siège (str. 142, 143 et 144). Le connétable a-t-il droit à un « trône sublime » pour que sa chute soit plus accentuée ? Ou bien le poète indique-t-il par là que c’est lui, et non le roi, qui gouverne réellement le royaume ?

237 Nous considérons que le cadavre cesse de s’exprimer ici, avec l’annonce, lourde de menace, de la défaite du connétable. Le quatrain suivant est une réflexion du narrateur.

238 À l’acte dans cette strophe 257 (reste résiduel = 14, soit 7 + 7), Fortune est responsable de la débandade qui laisse le connétable privé de nombreux appuis.

239 À la strophe 236, le connétable a été « fait » par trois fois : il est maintenant par trois fois défait (str. 264 v. 6 et 8 et 265,v. 4).

240 Mena fait allusion à la destruction d’une statue en cuivre du connétable. Mais l’expression connote la transmutation, inversée, de l’or (vers 2) en cuivre, dans un processus alchimique qui dégrade le personnage. Destitué par simulacre, solide comme un chêne dans sa réalité, le connétable n’a plus rien à craindre de l’« aveugle Fortune » (str. 267).

241 Le cercle de Saturne ici s’achève, le poète s’adresse à Alvaro de Luna au lieu de s’adresser au roi comme il l’a fait à la fin des autres cercles. Lui seul est concerné par Saturne.

242 La lumière du soleil levant supprime les ténèbres : celles que Saturne avait apportées. Dans ces ténèbres le connétable semble resté, étroitement lié à la cécité de la Fortune.

243 Cette aurore mythologique, le lever du dieu Phébus, s’environne de trois lexèmes de la lumière (lucide, lumière, illuminait) : triple variation qui porte un symbolisme divin et royal à la fois, la puissance royale enfin restaurée par la volonté du ciel.

244 C’est la première des 21 (3 x 7 ou 2+1 = 3) strophes de la prophétie. Son nombre résiduel est 10. Elle annonce l’accomplissement du grand œuvre (10 est à la fois le nombre de la Fortune et celui du grand œuvre), l’accomplissement du roi sous la protection de la Trinité.

245 L’oubli et le silence (olvidar/callar), la réputation morte ou endormie, l’absence de récit affirment le contraire de ce que fait la narration, qui de fait remémore, dit et représente le passé glorieux, afin de mieux faire valoir le roi présent. Il y a là une sorte d’oxymore entre l’acte d’écrire (rappeler) et l’intention qu’il déclare (donner à l’oubli).

246 Chindaswinthe, dans le texte « Cindasvinto » abrégé en Cindo/Sindo.

247 Le texte dit « lindo », beau ; par une licence toute platonicienne, la rime nous impose « bon ».

248 Le déictique « éste » renvoie au roi actuel : « ton roi », a dit la Providence à la strophe 271, ce qui nous suggère ici « Au vôtre ».

249 Cf. DE NIGRIS, 276b et 275a-b, p.301.

250 Il s’agit en fait d’Alphonse VI. Pour nommer les rois, Mena suit un ordre chronologique rigoureux, depuis le mythique roi Géryon jusqu’à Jean II, tout en écartant certains rois, notamment les rois asturo-léonnais et léonnais. Ainsi il ne retient, après la période des Wisigoths (dont il valorise la continuité chez Jean II), que les rois des Asturies et de Castille : cela entraîne un numéro d’ordre des prénoms royaux différent de celui que connaît l’histoire. Cf. Joaquín GIMENO CASALDUERO, « Sobre las numeraciones de los reyes de Castilla », Nueva revista de filología hispánica, 1960, año XIV, 3-4, p. 271-294.

251 Alphonse VII

252 Sanche III

253 Alphonse VIII

254 Lors de cette campagne, Ferdinand déploie tant de force, et a tant de bonheur dans l’issue de ses batailles, que le poète ne saurait dire où pourrait tenir telle quantité de force et de chance.

255 Alcalá de Los Gazules près de Cadix.

256 Alphonse X.

257 Nous suivons la lecture de M. Kerkhof et C. de Nigris.

258 Locovin, Aloconin ou Lorquin : dans la Chronique du roi Don Pedro, une de ces villes gagnées par Alphonse XI porte le nom d’Alhaquin.

259 La répétition est dans le texte.

260 Nous gardons ici l’ordre labyrinthique des deux derniers vers de cette strophe, tel que F. Autesserre, op. cit., p. 563, le décrit en 3 étapes :
asás es a ti que por padre tú seas
1 2 3
De aqueste muy alto don Juan pregonado
4 5 6 7
Une première lecture progressive : 1, 3, 7 = que tú seas pregonado
Une deuxième, régressive : 7, 5, 2 = pregonado muy alto por [ser] padre
Une troisième, progressive : 2, 4, 6 = por [ser] padre de aqueste don Juan
Avec le roi Jean, dernier et 30e roi nommé, se réactivent le 10 et le 3 (cf note à la strophe 271) et se réalise en sa personne la régénération de la puissance royale.

261 Évoquée à la strophe 59.

262 « Vos signes » : nous suivons la lecture de C. de Nigris qui s’appuie sur les manuscrits plutôt que sur les éditions.

263 Comme nous l’avons dit dans notre introduction, le poème se parfait en 297 strophes, nombre inspiré de la divine Trinité (99 fois 3). En trois cents strophes, le 3 divin se multiplie par le nombre de la Fortune, 10, offrant au texte une ampleur symbolique également pertinente. Remarquons que la révérence qui clôt la strophe 297 est une image de respect autant que la salutation de qui se retire : elle fait écho à la première strophe du poème qui montrait le poète « le genou à terre incliné », tout en élargissant à « tous » cette attitude de respect. Le texte s’est donc déployé entre deux révérences (circularité) mais avec un dépassement universel. C’est un accomplissement autant qu’une fin. À l’inverse, l’ordre du roi de poursuivre l’écriture, sur lequel s’achève la strophe 300, relativise la fonction de clôture de celle-ci ; le poète y est renvoyé à sa tâche. À la strophe 297, le poème se ferme sur l’ordre divin que reçoit la Providence de donner au roi les qualités qui en feront un glorieux vainqueur : il est transformé, l’œuvre alchimique de l’écriture est accomplie. À la strophe 300, l’œuvre est appelée par le roi à continuer de dire la vérité, ce qui met plutôt l’accent sur son engagement historique (cf. str. 61 : « Ne feins pas le faux, ne triche sur l’histoire, / Mais de ce qu’a chacun fais juste raison »).

© e-Spania Books, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search