Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 259-260


Texte intégral

1Les contributions réunies ici sur les usages des langues vernaculaires et les stratégies et pratiques développées face au plurilinguisme, que ce soit entre les membres de la dynastie de Habsbourg ou au sein des territoires composites que constituent la monarchie espagnole, d’une part, et, d’autre part, le Saint-Empire romain germanique, ont permis de mettre en lumière, au-delà de la variété des cas étudiés, l’importance de deux notions : adaptabilité et efficacité.

2Si la langue espagnole – ou plutôt castillane – domine jusqu’à un certain point les échanges entre les membres des deux branches habsbourgeoises au cours des xvie et xviie siècles, elle n’exerce pas une totale suprématie qui pourrait être liée à la construction d’une identité culturelle de la dynastie et, au-delà du cercle familial et courtisan, ne devient pas non plus la langue de communication politique privilégiée entre les territoires de la maison d’Autriche. L’emploi d’autres langues que l’espagnol et l’allemand est courant, en fonction de la variété des situations. Le choix des langues est effectué en fonction des capacités linguistiques des correspondants ou des interlocuteurs, et la recherche de l’efficacité prévaut.

3À l’échelle des relations entre monarques et sujets, entre administration et administrés, la perception de la valeur politique des choix linguistiques est réelle, et ce dès le xvie siècle, mais la volonté de garantir la loyauté des sujets ne passe pas nécessairement par une homogénéisation linguistique et, plus largement, culturelle. Dans le Saint-Empire, l’allemand est vu pendant longtemps comme une « lingua franca », n’excluant pas la pratique des autres langues vernaculaires. Si, à la fin du xviiie siècle, s’affirme sous Joseph II la volonté d’en faire la langue de l’administration, il ne s’agit pas d’une germanisation ou austriacisation forcée mais plutôt d’une mesure visant à améliorer le fonctionnement de l’État. Dans la monarchie espagnole, dont les choix linguistiques en matière d’administration sont présents dans ce volume à travers l’exemple catalan, au siècle précédent, on constate la coexistence de la langue du roi – le castillan, considéré comme langue « espagnole » – et d’autres langues vernaculaires propres aux différents royaumes. Le choix de la langue utilisée, non pas par l’administration royale mais par les instances locales, dépend de la nature de l’échange et du destinataire. L’enquête demande à être poursuivie et élargie à d’autres institutions et à d’autres espaces. On se bornera à suggérer que, si l’on ne constate guère dans les territoires gouvernés par la branche aînée des Habsbourg ce mouvement d’uniformisation des usages linguistiques en matière d’administration qui a été relevé dans l’empire de la branche cadette à la fin du xviiie siècle, cette divergence tient sans doute avant tout à un évident décalage chronologique. Il n’y a peut-être pas lieu d’opposer le respect par les Habsbourg des particularismes linguistiques (entre autres) de leurs différents territoires à une volonté d’homogénéisation qui serait propre aux Bourbons et qui se manifesta en Espagne lors de leur accession au trône après la mort sans descendance de Charles II.

4D’autres prolongements et approfondissements nécessaires concernent une mise en comparaison, à l’intérieur d’un même espace potentiellement sujet à une situation de diglossie, des pratiques linguistiques des membres de diverses couches sociales, ou de certaines professions (les marchands par exemple, dont les activités sont propices au maniement de plusieurs langues). De même, au-delà des pratiques, la perception ou le ressenti qu’avaient des questions linguistiques les populations des différents territoires réunis au sein de la monarchie, dont ce volume donne un aperçu, constitue, malgré les contraintes que suppose la recherche de sources appropriées, un objet d’étude d’un grand intérêt.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.