Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Présences de la langue espagnole au Portugal (xvie-xviie siècles) : textes et contextes

p. 241-257

Résumé

Entre 1580 et 1640, le Portugal faisait partie d’une double Monarchie avec l’Espagne, sous le règne de la dynastie des Habsbourg. Le bilinguisme était déjà une réalité au Portugal, en grande partie à cause de la politique matrimoniale des rois portugais, mais au cours de la double Monarchie, la circulation d’œuvres castillanes augmentera. Cette étude vise à attirer l’attention sur la circulation d’œuvres castillanes au cours de la période en question, au Portugal, en mettant en évidence la diffusion des modèles littéraires et des tendances culturelles importés d’Espagne.


Texte intégral

1Afin de surmonter les signes de difficultés et de complexités diverses qui se sont fait sentir dans les territoires de l’Orient appartenant à la couronne portugaise, le roi Sébastien Ier du Portugal décide de centrer sa stratégie politique sur la conquête de places dans le nord de l’Afrique. Alliant des objectifs économiques, religieux et évangélisateurs, le jeune roi part avec ses troupes pour une entreprise militaire en Afrique. La bataille de Ksar El Kébir, qui a eu lieu le 4 août 1578 et pendant laquelle le roi Sébastien Ier a disparu, s’est soldée par un véritable désastre pour le Portugal1, ouvrant une crise politique accentuée par la mort en 1580 du cardinal-roi Henri, son grand-oncle, qui lui avait succédé sur le trône. Ce « vide dynastique » déclencha une véritable lutte pour le pouvoir, qui aboutit à l’acclamation de Philippe II d’Espagne, fils de l’empereur Charles Quint et d’Isabelle du Portugal et petit-fils d’Emmanuel Ier, comme roi du Portugal lors des Cortes de Tomar en 1581. Ayant ainsi perdu son indépendance, le Portugal fera partie d’une double Monarchie qui durera soixante ans. Ce sera une période difficile pour le Portugal en raison de plusieurs facteurs. Comme on le sait, l’Espagne étant en guerre avec d’autres territoires européens, le Portugal a fini par être impliqué dans des conflits qui n’avaient rien à voir avec la politique ou l’économie portugaises : à titre d’exemple, il convient de rappeler le cas de « l’Invincible Armada », qui a quitté le port de Lisbonne en 1588. Cette situation s’est avérée extrêmement négative pour le Portugal, car, dans la mesure où il était intégré dans un système de double Monarchie, il a fini par subir les contrecoups de la crise ressentie dans les territoires appartenant à l’empire des Habsbourg. Par ailleurs, les dispositions stipulées aux Cortes de Tomar, en 1581, en ce qui concerne l’autonomie, les lois, les coutumes et les libertés des Portugais, ont été, tout au long du règne de Philippe III et Philippe IV, méprisées, reflétant une administration très peu équilibrée.

2Malgré ces difficultés, le temps de l’union des Couronnes a été aussi une époque au cours de laquelle, dans le cadre littéraire et culturel, le bilinguisme au Portugal2, désormais soutenu par l’unité politique3, a continué à se développer, ce qui contribuait même à la création de « castillanismos » dans le lexique portugais. De même, la diffusion au Portugal de genres littéraires très diversifiés largement répandus en Espagne, ainsi que la circulation d’œuvres étrangères – dont certaines étaient des « best-sellers » à l’époque4 – traduites en castillan, ont connu un important essor. La réception de la littérature espagnole a été, selon Ivo Castro, l’un des principaux stimulants dont a bénéficié la création littéraire au Portugal, si bien que le portugais est devenu l’une des langues d’expression littéraire les plus importantes au cours des trois derniers siècles5. Ainsi, dans le contexte de la culture écrite, en plus de la dimension du bilinguisme, qui reflète les relations et les dialogues entre portugais et castillan, il ne faut pas perdre de vue l’existence de textes castillans dans les bibliothèques portugaises6, ainsi que la traduction d’œuvres castillanes en portugais.

Le bilinguisme au Portugal aux xvie-xviie siècles : textes et pratiques

3Il est bien connu que les relations entre les royaumes ibériques et, en particulier, les politiques matrimoniales adoptées par les rois portugais ont favorisé la cristallisation du bilinguisme, qui sera amplifié pendant la dynastie d’Avis7, atteignant un point qui peut être considéré comme extrêmement important sous le règne d’Emmanuel Ier, qui épouse successivement trois princesses de Castille (Isabelle et Marie, filles des Rois Catholiques, et Éléonore de Habsbourg, fille de Jeanne la Folle et de Philippe le Beau), ainsi que sous le règne de Jean III, qui épouse Catherine de Castille, la dernière fille de Jeanne la Folle et de Philippe le Beau8. De cette façon, l’importance du castillan augmente à la cour et favorise une vitalité qui se propage à d’autres milieux, comme en témoigne la circulation orale9. Il faut aussi considérer que les différents ordres religieux « ont été un moyen fréquent de relations internationales »10 et que la réforme de l’Université, sous le règne du roi Jean III, a contribué à amplifier l’influence espagnole dans le royaume portugais. En fait, comme l’a souligné Vitor Aguiar e Silva, le Portugal et la Castille feront partie d’une « communauté inter littéraire », un « milieu interculturel », tout au long de la période allant du xvie siècle à la première moitié du xviie siècle11. Selon Sousa Viterbo, « la littérature espagnole devient presque commune aux deux pays », ce qui ne signifie pas que la littérature écrite en portugais devienne réciproquement courante en Espagne comme au Portugal12.

4Dans son étude « O bilinguismo castelhano-português na época de Camões », Pilar Vásquez Cuesta a utilisé le terme « diglossie » pour caractériser la « coexistence » entre les deux langues dans la culture portugaise aux xvie et xviie siècles13.

5Selon l’expression de Vázquez Cuesta, une première manifestation de ce « processus de colonisation linguistique »14 est précisément le revers subi par la traduction en portugais à partir d’autres langues. Aux xvie et xviie siècles, les traducteurs portugais commencent souvent à utiliser l’espagnol comme langue cible, comme le montrent de nombreux exemples15. Pour le reste, il est important de ne pas perdre de vue le fait que, pour des raisons de nature politique et historique, le castillan avait une importance qui doit être prise en compte.

6Cependant, un regard sur la littérature espagnole (mais en considérant aussi les traductions en castillan) au cours du règne de la dynastie des Habsbourg implique, bien entendu, de considérer le cadre culturel dans lequel s’inscrit cette production dans le contexte du Siècle d’or, qui ne peut être séparé de son apogée économique, mais aussi des interrelations de nature culturelle avec d’autres pays européens, surtout les États italiens, qui contribueront à la « relocalisation » du centre culturel de l’Italie vers l’Espagne. En fait, il ne faut pas oublier que l’Italie, jusqu’à la fin du xvie siècle, a joué un rôle fondamental dans la formation des valeurs culturelles espagnoles16.

7La première grammaire espagnole d’Antonio de Nebrija, publiée en 1492, établit le cadre initial d’une phase de consolidation de la langue. Le castillan acquiert une grande quantité de néologismes, parce que ce moment-là coïncide avec l’expansion de la Couronne de Castille qui, dans ses fondements politiques, a réussi à consolider son dialecte en tant que langue dominante. C’est donc l’époque où se répand l’idée de la « lengua compañera del imperio »17 : en fait, il faut rappeler que l’Espagne était devenue la métropole d’un vaste empire qui s’étendait sur les territoires européens et les territoires appartenant au « Nouveau Monde ». En ce sens, la langue et la culture castillanes étaient largement répandues, encadrées dans un contexte qui tendait à valoriser la dimension héroïque. Dans ce contexte, on peut évoquer le poème épique La Austriada (1584) de Juan Rufo. Cette œuvre a été commandée par Marie, sœur de Philippe II et impératrice du Saint-Empire, et célèbre la vie de Jean d’Autriche (demi-frère de Philippe II) : les dix-huit premiers chants commémorent sa campagne contre les morisques rebelles dans la Alpujarra et les six derniers témoignent de ses actes militaires contre les Turcs dans la Méditerranée, qui ont abouti à la bataille navale de Lépante en 1571.

8Si le bilinguisme était déjà une réalité au Portugal, en grande partie à cause de la politique matrimoniale des rois portugais, il prendra des contours plus larges dans le contexte de la double Monarchie, entre 1580 et 1640, sous le règne des Habsbourg. Une ample bibliographie a déjà mis en évidence l’utilisation progressive du castillan dans les œuvres publiées par des auteurs portugais après 158018, en même temps que l’augmentation de la circulation d’œuvres castillanes ; beaucoup d’entre elles seront imprimées en typographies portugaises, poursuivant une tendance déjà ressentie tout au long du xvie siècle. Ainsi, le bilinguisme, désormais « soutenu par une unité politique, apparaît comme un élément dont la vitalité, bien que conditionnée et stimulée par la conjoncture, s’inscrit donc dans une tendance structurelle qui l’a précédé19 ». Ainsi, comme nous allons essayer de le montrer, il faut rappeler que l’option du castillan en tant qu’instrument littéraire et culturel peut être liée à d’autres raisons, qui dépassent la dimension politique ou linguistique.

9En tout état de cause, il convient de noter que, même avant la double Monarchie, des auteurs portugais ont choisi d’utiliser le castillan pour composer leurs textes : à titre d’exemple, on peut se référer au Cancioneiro Geral, compilé par Garcia de Resende et publié en 1516, à Lisbonne, qui rassemble des compositions poétiques en espagnol et en portugais. Dans un contexte où les voix qui défendaient le portugais, comme celles de João de Barros et d’António Ferreira, ont été étouffées, d’autres ont été bornées, en voyant le castillan comme une langue dotée d’une plus grande portée, du point de vue géographique, politique et culturel, que le portugais.

10Ainsi, le caractère « universel » – ou « universalisant » – de la langue castillane est utilisé comme argument par le mathématicien et cosmographe Pedro Nunes pour justifier le fait qu’il a écrit son Libro de Algebra en Arithmetica y geometría (Anvers, 1567), dédié au cardinal D. Henrique, dans cette langue :

E primeiramente a escreui em nossa lingoa Portuguesa, & assi a uio V. A. mas despois considerando que ho bem quanto mais cõmum & vniuersal, tanto he mais excelente em toda Espanha que a nosa, por esta causa a quis trasladar em lingoa Castelhana, para nella se auer de imprimir, porque não careça della aquella nação tanto nosa vizinha, com a qual tanto comunicamos, & tanta amizade temos.20

11Jerónimo Corte Real, qui écrit en portugais, essayant d’imiter Luís de Camões, son Successo do Segundo Cerco de Diu, Estando Dõ Joham de Mazcarenhas por Capitam da Fortaleza, Ano de 1546 (Lisbonne, 1574), publie, en 1578, la Felicissima victoria concedida del cielo al señor don Iuan d’Austria en el golfo de Lepanto de la poderosa armada Othomana. Ce choix est motivé par la présence, parmi ses ancêtres, de membres d’importantes familles de la noblesse castillane :

La lengua y frasis castellano, escogi, aunque murmurado y arguido de algunos de mi pátria: Con los quales no me ha valido dezir que los Mendoças, y Baçanes de Castilla, abuelos mios, a ello me dan licencia, cuya sangre en vn mismo grado me fuerça y obliga quasi con igual razon. Por estos y por otros mil inconuenientes he passado, y a todos facilmente ha resistido el desseo de presentar a V.M. este libro debuxado de mi mano, para que la variedad de las colores, y la inuencion dela pintura a que V. M. es inclinado, haga fácil aquel peso y moléstia de vna lectura falta de inuencion, y de aquel ornamento y polido estilo que en los grandes ingenios, solo se hallan.21

12Dans ce contexte, il ne sera pas inutile de rappeler l’intérêt que les œuvres portugaises auront suscité dans le cadre littéraire espagnol : c’est le cas de Lusiada de el famoso poeta Luys de Camões, traduite en vers espagnol par le maestro Luys Gomez de Tapia (Salamanque, 1580), qui montre le succès des modèles et des codes poétiques de matrice classique à la Renaissance – mais qui reflète également de manière symptomatique un déséquilibre des compétences linguistiques des Espagnols et des Portugais.

13En outre, certains auteurs portugais choisiraient même de traduire des textes de cette nature en castillan plutôt qu’en portugais22. Par exemple, il convient de mentionner l’œuvre Los Sonetos y Canciones del Poeta Francisco Petrarcha, traduite du toscan au castillan par le Portugais Henrique Garcês, publiée à Madrid en 1591.

14Poursuivant une tendance antérieure, pendant la période de la double Monarchie, la circulation d’œuvres en castillan appartenant à différents typologies a considérablement augmenté, ce qui témoigne de tendances et de « modes » littéraires et culturelles « importées » d’Espagne ou latu sensu de l’Europe. De plus, le fait que ces œuvres aient été traduites en castillan – assez souvent peu de temps après leur editio princeps – semble avoir conditionné leur traduction en portugais : c’est sans doute le cas de la traduction de Il Cortegiano de Baldassare Castiglione, faite par Juan Boscán (Barcelone, 1534).

15À titre d’exemple, il convient aussi de mentionner la réception fructueuse que la traduction d’œuvres classiques en castillan a connue dans le royaume du Portugal au temps de la double Monarchie. Depuis le début du xvie siècle, un très grand nombre d’œuvres grecques et latines ont été traduites en castillan. Ce sont des traductions qui circuleront ensuite au Portugal et conditionneront peut-être l’existence de traductions en portugais : c’est ce que semblent indiquer quelques inventaires de bibliothèques, comme celle du duc de Bragance, D. Teodósio I23. En tout état de cause, la forte présence du castillan dans le cadre culturel du Portugal peut expliquer l’absence de traductions en portugais, ainsi que la circulation des œuvres en langue castillane qui sont entrées dans le pays. D’autre part, la typographie portugaise du xvie siècle reflète également l’ascendant de cette langue au Portugal24. À titre d’exemple, rappelons l’édition à Lisbonne en 1614, par Vicente Alvarez, de La Eneida de Virgilio, Principe dos Poetas latinos, traduzida en octaua rima, y verso castellano traduite par Gregorio Hernández de Velasco (1re édition : Tolède, 1555).

16Par ailleurs la diffusion d’œuvres qui s’inscrivent dans le domaine de la fiction sentimentale, destinées principalement à un public courtisan, s’est produite au Portugal par le biais de traductions en castillan. C’est le cas du Libro llamado Fiameta, publié à Lisbonne en 1541, une traduction de l’Elegia di Madonna Fiammetta (c. 1343-1344) de Giovanni Boccaccio.

17L’influence de la culture castillane au Portugal peut également expliquer l’accueil chaleureux que les livres de chevalerie espagnols ont connu tout au long du xvie siècle. Ces œuvres, ancrées dans la tradition et le prestige de la « matière de Bretagne », centrée sur les aventures du roi Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde, ont connu un grand succès éditorial dans la péninsule Ibérique. Dans la réévaluation des textes de cette nature, l’Amadis de Gaula (1508) de Garci Rodríguez de Montalvo occupe une place primordiale, car il devint un modèle pour l’écriture d’œuvres ultérieures. En effet, plusieurs livres de chevalerie ont envahi la péninsule Ibérique : en fait, l’importance des textes castillans est telle que la production portugaise ne peut rivaliser avec eux. Bien que des œuvres de cette nature soient devenues obsolètes, en 1587, le Lisuarte de Grèce, dont la paternité est attribuée à Feliciano de Silva, est imprimé à Lisbonne.

18Il en va de même pour la diffusion d’œuvres relevant du genre communément appelé « novela picaresca », qui accueille une série de récits centrés autour de l’autobiographie d’un personnage de statut social peu élevé, dont les tentatives de promotion sociale sont confrontées à leurs desseins pervers et se heurtent à leurs déceptions continuelles. L’œuvre anonyme Lazarillo de Tormes (1554) peut être considérée comme la pionnière du genre, ce qui constituerait un modèle pour l’écriture de nombreux autres textes de cette nature. Cependant, ce genre narratif n’a connu aucune production au Portugal, sans doute parce que les œuvres en castillan connaissaient un tirage important. Certains des textes inscrits dans ce courant ont même été imprimés dans des ateliers de typographie portugaise : c’est le cas de la Primera Parte de Guzmán de Alfarache (à Lisbonne, chez Jorge Rodrigues, 1600), dédiée à Philippe III d’Espagne.

19En ce qui concerne les œuvres relevant de la littérature religieuse et de spiritualité, il convient de noter que les courants d’orientation mystique qui se sont répandus dans la péninsule Ibérique aux xvie et xviie siècles ont pris un poids fondamental. Dans ce cadre, il faut souligner la large diffusion que les textes de sainte Thérèse d’Ávila, la réformatrice de l’ordre du Carmel, ont connue au Portugal tout au long de la période de l’union des Couronnes. Les œuvres de sainte Thérèse d’Ávila ont par ailleurs été imprimées dans des ateliers de typographie portugaise en langue castillane – c’est le cas du Tratado que escrivió […] a las hermanas religiosas de nuestra Señora del Carmen del Monasterio del Señor S. José de Avila, imprimé à Évora, par la veuve de André de Burgos, en 1583, et des Libros de la beata madre Teresa de Jesús, publiés à Lisbonne, par António Álvares, en 1616 –, montrant ainsi à quel point cette langue avait une grande importance dans le domaine culturel, notamment en ce qui concerne la diffusion des modes de prière et des exercices spirituels et ascétiques.

20Il est intéressant de noter que certains auteurs castillans écrivent sur des thèmes portugais. À titre d’exemple, on évoquera la Primera Parte del Romancero Historiado. Trata de los hazañosos hechos de los Christianissimos Reyes de Portugal (Lisbonne, 1610) de Francisco Segura :

parece que oygo algunos, con su acostumbrada manera de murmurar dezir, que quien me ha metido a mi, en tratar los hechos de que en este Romãcero hago mencion, pues ni yo era deste Reyno, ni era possible que supiesse las cosas, tan de rayz, que pudiesse determinadamente escreuillas, a mas de que pocos escriuen cõ realidade lo verdadeiro, pues los naturales para engrandecer su patria, siempre se alargan, y los que no lo son callan sus proezas, y si las dizen, es con alguna capa que encubra lo mejor.25

21L’auteur souhaite signaler aux Castillans les actes de bravoure de deux rois portugais : Alphonse Henriques et Alphonse V, deux figures qui, curieusement et symptomatiquement, se croisent avec l’histoire du royaume de Castille.

22Pendant la période de la double monarchie, on enregistre d’autres cas d’auteurs portugais qui écrivent en castillan. Souvent, ils semblent l’avoir fait parce que le destinataire de l’œuvre était castillan. C’est le cas de Manuel Tomás, qui compose à l’âge de 17 ans un poème à la gloire de saint Thomas d’Aquin, El angelico doctor S. Thomaz de Aquino, su vida, excellencias y muerte (Lisbonne, Jorge Rodrigues, 1626), sa seule œuvre en castillan. Le poème est dédié à Fernando Alvia de Castro, qui a exercé son activité au sein de l’administration de la couronne hispanique dans le royaume portugais. Probablement, la même explication séduisante peut s’appliquer au cas de El Macabeo (1638), un poème épique écrit par Miguel da Silveira et dédié à D. Ramiro Felipe de Guzmán, duc de Medina de las Torres.

23Martim Afonso de Miranda, né à Lisbonne, serviteur de la Maison ducale de Bragance, publie, en 1618, les Discursos historicos de la vida, y muerte de Don Antonio de Zuñiga (Lisbonne, António Álvares, 1618), dédiés à D. Pedro de Zuñiga, marquis de Flores de Ávila. Il est curieux qu’un serviteur de la Maison ducale de Bragance, que de nombreux secteurs de la société portugaise considéraient comme l’héritière légitime de la couronne portugaise, ait écrit un ouvrage panégyrique consacré à une importante figure espagnole, en castillan. Le choix de cette langue semble être lié, précisément, au fait que le sujet de la biographie et le destinataire sont espagnols ; mais dans ce contexte, les termes que l’auteur utilise dans le prologue pour évoquer le règne de Philippe III sont révélateurs :

Pero esto passaua en aquellos tan miserables tiempos, en los quales la Tyrania tenia el Cetro: y los vicios estauan en los lugares publicos, las virtudes estauan arrinconadas, y tal aquella Monarchia, que los que mas tenian a su cuenta la paz, y quietud della essos mismos eran los tumultuosos, y amotinadores, mas en estos que en que los Reynos de Castilla, y Portugal se gouiernan por la Catholica Magestad del Rey Don Phelippe tercero nuestro Señor, que mil siglo viua, por tan Santos, y dotos Prelados, y se defiende por soldados tan valerosos, como experimentados en la militar fortaleza, lugar me queda de vna gran confiança, que no se harà mal con este mi libro, ni con su humilde Autor, por dos razones, la vna por ser hecho por Portugues, y la otra por ser en loor de vn tan grãde soldado.26

24Pour sa part, le docteur Aleixo Abreu, en dédiant au père António de Soto Mayor, confesseur de Philippe IV, le Tratado de las Siete Enfermedades (Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 1623), semble accomplir un acte de gratitude envers ce religieux. Ainsi, le choix du castillan peut être justifié par le souci d’adapter le discours, d’un point de vue linguistique, à son dédicataire, bien qu’il soit important de considérer le spectre de portée de cette langue :

instado de mi agradecimiento, manifestador de honores recebidos; y aunque es desigual la satisfacion a la deuda, con el reconocimiento de mis obligaciones espero reduzir a V. P. R. que ampare mis escritos, pues son hijos de la experiencia, a quien V. R.ma no solo autorizo con su persona en la cura de sus achaques, en el tiempo que assistio en esta Ciudad a su Magestad Catholica del Rey Don Philippe III.27

25Malgré le poids du castillan dans le cadre littéraire et la large diffusion d’œuvres grecques et latines traduites dans cette langue, il existe des cas qui reflètent la volonté de publier des traductions de textes classiques en portugais : à titre d’exemple, on peut se référer aux Eclogas e Georgicas de Vergilio, Primeira Parte das suas Obras (Lisbonne, Geraldo da Vinha, 1624). Ce livre a été traduit par Leonel da Costa et on peut ressentir un certain regret quant au fait qu’il n’existe pas de traductions portugaises de textes remontant à l’Antiquité classique. En fait, dans la dédicace adressée à D. António de Mascarenhas, comte et seigneur de Palma, Leonel da Costa affirme que c’est l’absence de traduction en portugais des œuvres de Virgile, « sendo jà tantas vezes traduzido na de outras nações », qui l’a amené à se lancer dans cette entreprise « épineuse ». La licence délivrée par le père Tomás de S. Domingos considère ce travail non seulement comme une traduction, mais comme

nova composição & livro novo: porque como he em verso & taõ dificultoso como os peritos na arte da poesia, bem se colige de sua dificuldade a novidade, ainda quanto à matéria: porque he mui dificultoso aplicar a phrasi Grega, & latina a nossa materna lingoa Portugueza, no que o Author se mostrou não só bom Latino, mas bom Grego, cousa tão nova em nossos tempos.28

26La même tendance semble se refléter dans l’Eneida portugueza (deux vols. Lisbonne, 1664-1670), dans laquelle le traducteur, João Franco Barreto, fait référence aux différentes traductions en langues vernaculaires de l’épopée écrite par Virgile, mettant en évidence les complexités « épineuses » qu’implique le travail de traduction et faisant l’éloge du portugais comme langue dotée de dignité littéraire. En ce sens, il vaudra la peine de citer la licence délivrée par João de Medeiros Correa, datée de 12 novembre 1659 :

obra de grande honra & credito para a nossa lingoa Portugueza, porque fazendoa seus mesmos naturaes grosseira e falta de palavras significativas, o Autor a trata com tanta delicadeza e perfeiçam, que me parece fica excedendo às mais politicas de Europa, e havendo eu visto algumas traducçoens que há desta matéria em Castelhano, e Italiano, nenhuma se igualou a esta, antes entre ellas esta resplandecendo.29

27Pour sa part, António de Sousa de Macedo évoque l’argument de la large diffusion de la langue castillane pour justifier son choix linguistique dans l’œuvre intitulée Flores de España, Excelencias de Portugal (Lisbonne, Jorge Rodriguez, 1631). Dans la dédicace adressée au « Reyno de Portugal », l’auteur écrit :

Y perdonad si dexada la excelente lengua Portuguesa escriuo en la Castellana, porque como my intento es pregonaros por el mundo todo, he vsado desta por mas vniuersal, y porque tambien los Portugueses saben estas excelências, y assi para ellos no es menester escriuilas.30

Le castillan et le portugais sur les plans littéraire et culturel après la restauration de l’indépendance

28La restauration de l’indépendance en 1640 inaugure une nouvelle ère politique et une nouvelle dynastie. Le Portugal a de nouveau un roi naturel : Jean IV, duc de Bragance

29Comme l’a déjà souligné Luís Reis Torgal, « la Restauration a été une période particulièrement féconde du point de vue de la production politique »31, car il fallait justifier « l’insurrection contre le gouvernement philippin », « pour obtenir le soutien des grandes puissances », mobiliser les Portugais pour reconnaître et légitimer la dynastie de Bragance récemment inaugurée. Parmi les diverses œuvres à caractère politique produites dans le contexte de la Restauration, il y a, curieusement et symptomatiquement, un nombre important de textes écrits en castillan : cela reflète la prise de conscience de la large portée de cette langue. Il s’agissait d’atteindre un public plus large, et de le persuader de la légitimité de la cause restaurationniste.

30Le changement politique et administratif ne signifie cependant pas que la présence du castillan dans le territoire portugais a cessé de se faire sentir. En effet, plusieurs auteurs portugais continuent d’utiliser le castillan dans la production de leurs textes, continuant ainsi la tendance précédente. Mais par ailleurs, surtout à partir de la deuxième décennie du xviie siècle, à côté du latin et de l’espagnol, le français commence à s’imposer comme une référence. Il suffira de rappeler le rôle joué par les traductions des gazettes françaises et les relations après la Restauration32.

31Dans le contexte post-restauration, António Pais Viegas publie Principios del Reyno de Portugal : con la vida y hechos de Don Alfonso Henriquez su primero rey (Lisbonne, Paulo Craesbeeck, 1641). Dans le prologue de cet ouvrage, l’auteur justifie ainsi le choix du castillan :

La primera sera que causa tuue para escriuir vna historia que se halla modernamente compuesta? Y la segunda porque la escreui en castellano siẽdo yo Portugues, y la historia Portuguesa? A esto respõdo, que en treze años que gaste fuera de Portugal, noté que de los princípios de nuestro Reyno se tenia muy poca, o ninguna noticia fuera del, porque nuestras primeras historias fueron muy limitadas, y las que vltimamente se compusieron, aun que son mas copiosas, como estan en Portugues, no son leydas fuera de Portugal sinò de muy poca gente que entiende algo de nuestra lengua. Y aunque entre esta aya algunos hombres que escriuieron historia, no quisieron nunca divulgar lo mas admirable de la nuestra (fuesse qual ellos quisieren el motiuo) y assi quedaron siempre estas noticias dentro de los limites deste Reyno, merecendo llegar a los vltimos términos del mundo como llegaron nuestras armas; falta que no suplieron algunos Portugueses, que escriuieron en Castellano por hazerlo con tanta breuedad que no propusieron cosas en forma que bastasse para hazerse conceto claro de su grandeza. Esta me parecio causa bastante para tomar el trabajo de escriuir esta parte de nuestra historia en lengua Castellana, la qual nuestros Portugueses casi todos entienden, y en Europa es mas comum, y podra diuulgarse por mas partes.33

32Dans ce contexte, toujours marqué par une présence significative du castillan dans le cadre littéraire et culturel, on citera particulièrement deux œuvres dédiées à Catherine de Bragance, reine d’Angleterre34, écrites dans cette langue : l’Epitome panegyrico de la vida admirable, y muerte gloriosa de S. Rosa de Santa Maria, virgen dominicana (1670)35, traduit en espagnol, depuis le latin, par António de Sousa de Macedo, et les Flores del desierto cogidas en el jardin de la clausura minorítica de Londres (Lisbonne, 1674) du Fr. Paulino da Estrela.

33Il est bien connu que, notamment au cours du xviie siècle et à la suite de la Réforme, les royaumes catholiques européens ont investi dans la construction d’une « histoire de la sainteté territoriale »36. Cette stratégie impliquait la production massive de « Vies » de saints et de « Vies » pieuses, inscrites dans le cadre de la Contre-Réforme, qui a favorisé une offensive de disciplinement social37, et de la construction d’une « sainteté territoriale ». Dans le cas portugais, il était urgent de travailler à la divulgation des saints nationaux – d’autant plus que le Portugal s’était toujours distingué, surtout depuis le miracle d’Ourique (où le Christ était apparu à D. Alfonso Henriques), par des dons et des signes divins, qui montraient clairement le caractère providentiel du royaume de Portugal38. L’une de ces marques serait le grand nombre de saints portugais, parce que, selon Antonio de Sousa de Macedo, « quando en las otras partes del mundo nacia un Santo, era mucho, y en Portugal no parian las madres menos de nueue martires cada vez »39. Cette urgence dans la récupération – en valorisant la confrontation des sources disponibles – et la diffusion de « Vies » des « saints » du Portugal s’imposait, parce que la vérité est que, si l’on exclut les saints de culte immémoriel – en particulier des martyrs ou des vierges – de l’ancienne Lusitanie, de la Galice « Bracarense » ou remontant à l’époque du Haut Moyen Âge, le Portugal ne comptait que quatre saints canonisés, à savoir : saint Teotónio, saint Antoine (qui n’était pas considéré en Europe comme Portugais, parce qu’il avait vécu et était mort en Italie…), sainte Élisabeth du Portugal, canonisée en 162540 – il faut cependant rappeler que la reine était aragonaise d’origine et que le Portugal faisait alors partie de la double Monarchie41 – et saint Jean de Dieu, canonisé en 1690. Ainsi, il était urgent de porter les « saints » portugais aux autels et c’est dans ce contexte que s’inscrit l’écriture de « Vies » qui, comme on le sait, constituait souvent un support pour les procès en béatification et en canonisation.

34Le manque ou la rareté des « vies » écrites en portugais – tandis qu’il existait plusieurs textes de cette nature rédigés en espagnol – est également l’un des facteurs qui stimulèrent la production de textes à caractère hagiographique, comme en témoignent les paroles du père António Escobar (ordre du Carmel) dans le « prologue au lecteur » de A Fenix de Portugal, a flor transformada em Estrella, a estrella transferida a Sol: a idea moral, politica, historica de tres estados discursada a vida da Raynha Santa Izabel Infanta de Aragão (1680)42 :

Magoado de ver a vida da Rainha Santa escrita nos idiomas, Italiano, Frances, Alemão, & Castelhano, & não em Portugues, considerando menor defeito estar mal escrita na nossa lingoa do que não estar escrita, começava a escrevella em Evora quando o incendio da guerra em 4 livros manuscritos me arrebatou todos os cabedais da minha lição; mas vendo agora nos fervores da devoção que excitou a sua Tresladação geral, este sentimento, me arrogei a escrevela, quando a falta da vista, & de quem me lea impede o valerme do mesmo que tenho escrito […], pois não posso ler a minha letra.43

35Cependant, il est fort possible que ce choix très patriotique du P. António de Escobar ait été guidé par les critiques émises par le docteur P. Francisco Brandão, dans sa licence, datée du 24 mai 1670, à l’œuvre El heroe portugues. Vida, haçañas, vitorias, virtud i muerte del Excellentissimo señor, el señor Don Nuno Alvarez Pereira, publiée en 1670 (Lisbonne, par Diogo Suares de Bulhões). Le censeur s’exprimait en effet en ces termes :

Li sobre o ditto tratado, & vendoo em lingoa Castelhana, entendi, que avia de ser mal aceito ao Heroe a quẽ se dedicava. Com tudo, respeitãdo o zelo que mostra quem fez estes discursos políticos, que não demostra anno, dia, nem final finamento do Heróe, a que devem todos os Principes de Europa sua mayor estimação, entendi ser particular influencia do Ceo, inspirar ao Autor escrever em lingoa Castelhana estes discursos para que na quella nação sejão melhor aceitos, pello idioma, ainda, que desengraçados pella materia.V. A. ordene, & mande, que nenhum Portugues escreva na lingoa Castelhana, visto nenhũ Castelhano escrever em lingoa Portuguesa. Permita só, que estes taes discursos passem, & não admita maes […].44

36Cette œuvre sera plus tard traduite en portugais par Bernardo José Lemos Castel Branco et publiée en 1744 (Lisbonne, par l’Officina de Pedro Ferreira), avec le titre O heroe portuguez: vida, proezas, victorias, virtude e morte do senhor D. Nuno Alvares Pereira. Dans le « Prologue », le traducteur écrit :

Discreto Leitor: Bem sey que traduzir do Castelhano livros tão bons, como este, se julga por ociosidade, ou se avalia por ignorância. Se do primeiro modo, condemna-se o trabalho, como inútil: Se do segundo, satyriza-se a diligencia, como inerte; pois he certo, que só a huma Obra, como a mal alinhada Historia do Emporador Carlos Magno […] póde ser bastante a sua tradução para a sua vulgaridade.

Conclusion

37Comme nous l’avons vu, pendant la période où le Portugal était gouverné par les Habsbourg d’Espagne, la circulation d’œuvres castillanes et d’œuvres étrangères traduites en castillan a considérablement augmenté, et beaucoup de ces œuvres ont été imprimées chez des imprimeurs portugais. Ce contexte a très probablement eu une influence sur la production et la traduction d’œuvres en portugais. En effet, le Portugal s’est révélé très perméable à la diffusion des modèles littéraires et des tendances culturelles importés d’Espagne. Cette situation n’a connu de nuances qu’après la Restauration de 1640, ainsi que dans diverses circonstances ayant favorisé l’apparition d’échanges dans les contextes politiques et culturels de l’Europe. En ce sens, les cas évoqués constituent quelques exemples de l’importance que la littérature et la culture du passé peuvent avoir pour la connaissance actuelle des différentes dimensions de l’Europe, dans ses multiples pratiques et configurations.

Notes de bas de page

1 Maria Augusta Lima Cruz, D. Sebastião, Lisbonne, Círculo de Leitores, 2006. Voir aussi : Ana Maria Pinhão Ramalheira, Alcácer Quibir e D. Sebastião na Alemanha. Representações historiográficas e literárias (1578 - ca. 1800), Coimbra, Minerva, 2002 ; Lucette Valensi, Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des Trois Rois (1578), Paris, Chandeigne, 2009.

2 Pilar Vázquez Cuesta, « O bilinguismo castelhano-português na época de Camões », Arquivos do Centro Cultural Português, XVI, 1981, p. 807-827 ; Ivo Castro, « Sur le bilinguisme littéraire castillan-portugais », Arquivos do Centro Cultural Calouste Gulbenkian, XLIV, 2002, p. 11-23 ; Ana Isabel Buescu, « Aspectos do bilinguismo português-castelhano na Época Moderna », Hispania: revista española de historia, 64, 1, Madrid, janv.-avril 2004, p. 13-38.

3 Ana Isabel Buescu, « Aspectos do bilinguismo… », art. cit., p. 29.

4 Keith Whiddon, « The problem of the “best-seller” in Spanish Golden-Age literature », Bulletin of Hispanic Studies, 57, 1980, p. 189-198.

5 Ivo Castro, art. cit., p. 12.

6 Ana Isabel Buescu, « Livros e livrarias de reis e de principies nos séculos xv e xvi. Algumas notas », in Na corte dos Reis de Portugal. Saberes, ritos e memórias, Lisbonne, Colibri, 2010, p. 53-81 ; Maria Valentina C. A. Sul Mendes, « O livro quinhentista espanhol em bibliotecas portuguesas », Leituras. Revista da Biblioteca Nacional, 9-10, 2001-2002, p. 223-235.

7 Luis Adão da Fonseca, « Política e cultura nas relações luso-castelhanas no séc. xv », Península. Revista do Instituto de Estudos Ibéricos da Faculdade de Letras do Porto, 2003, p. 53-61.

8 Sousa Viterbo, « A literatura hespanhola em Portugal », in Historia e Memorias da Academia das Sciencias de Lisboa, tomo XII, Parte II, no 5, Lisbonne, 1915, p. 151-454. Voir aussi : Ana Isabel Buescu, Catarina de Áustria: infanta de Tordesilhas, rainha de Portugal, Lisbonne, Esfera dos Livros, 2007.

9 Ana Isabel Buescu, « Aspectos do bilinguismo… », art. cit., p. 23.

10 Sousa Viterbo, art. cit., p. 153.

11 Vítor Aguiar e Silva, « Camões e a comunidade luso-castelhana nos séculos xvixvii (1572-1648) », in A Lira Dourada e a Tuba Canora, Lisbonne, Cotovia, 2008, p. 5592.

12 Sousa Viterbo, art. cit.

13 Pilar Vázquez Cuesta, art. cit.

14 Pilar Vázquez Cuesta, A Língua e a Cultura Portuguesas no Tempo dos Filipes, Lisbonne, Publicações Europa-América, 1988, p. 49.

15 Xosé Manuel Dasilva, « La traducción literaria entre español y portugues en los siglos xvi y xvii », e-Spania, 27, juin 2017 (doi:10.4000/e-spania.26695).

16 Giuseppe Bellini, « Italia, España, Hispanoamérica : una comunidad literaria renacentista », Studi di Letteratura Ispano-americana, 33, 2001, p. 45-60.

17 Eugenio Asensio, « La lengua compañera del imperio. Historia de una idea de Nebrija en España y Portugal », in Estudios Portugueses, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian/Centre culturel portugais, 1974, p. 1-16.

18 Domingo García Peres, Catalogo razonado de los autores portugueses que escribieron en castellano, Madrid, 1890 ; Sousa Viterbo, op. cit. ; J. Martínez Almoyna, A. Vieira de Lemos, La Lengoa Española en la Literatura Portuguesa, Madrid, Imnasa, 1968 ; Diogo Ramada Curto, O Discurso Político em Portugal (1600-1650), Lisbonne, Universidade Aberta, 1988, p. 15.

19 Nous traduisons l’article de Ana Isabel Buescu, « Aspectos do bilinguismo… », art. cit., p. 29.

20 Pedro Nunes, Libro de Algebra en Arithmetica y geometria, Anvers, en casa de los herederos d’Arnoldo Birckman, 1567, « Dedicatoria ».

21 Jerónimo de Corte Real, Felicissima victoria concedida del cielo al señor don Iuan d’Austria en el golfo de Lepanto de la poderosa armada Othomana, Lisbonne, por Antonio Ribeiro, 1578, « Prólogo ».

22 Xosé Manuel Dasilva, art. cit.

23 Ana Isabel Buescu, « Livros em castelhano na livraria de D. Teodósio I (c. 1510-1563), 5o duque de Bragança », Revista de estudios humanisticos. Historia, 12, 2013, p. 105-126 ; Ead., A livraria renascentista de D. Teodósio I, duque de Bragança, Lisbonne, Biblioteca Nacional de Portugal, 2016.

24 Ana Isabel Buescu, « Aspectos do bilinguismo… », art. cit., p. 20.

25 Francisco de Segura, op. cit., « Aos lectores ».

26 Martim Afonso de Miranda, op. cit., « Prólogo ».

27 Aleixo de Abreu, op. cit., « Dedicatoria ».

28 Leonel da Costa, op. cit., « licença ».

29 João Franco Barreto (trad.), Eneida Portuguesa, op. cit., « licença ».

30 António de Sousa de Macedo, Flores de España, Excellencias de Portugal, Lisbonne, 1631 : « Al Reyno de Portugal ». « No le bastan a un Reyno para ser famoso heroicas virtudes de sus naturales, si le faltan escritos que las publiquen […]. Entre todas las naciones que padecen en esta parte es la Portuguesa tan pobre de Chronicas antíguas, quan sobrada de insignes virtudes, y gloriosas hazañas de que muchos libros pudieran estar llenos. » (« Al lector »).

31 Luís Reis Torgal, Ideologia Política e Teoria do Estado na Restauração, vol. 1, Coimbra, Biblioteca Geral da Universidade, 1981, p. 121 (nous traduisons). Voir aussi Iva Delgado, Escritores Políticos de Seiscentos, Lisbonne, Instituto de cultura e língua portuguesa, 1986.

32 Diogo Ramada Curto, O Discurso Político em Portugal…, op. cit., p. 16.

33 « Dedicatoria ».

34 Catherine de Bragance était la fille du roi Jean IV du Portugal et de la reine Louise de Guzmán et l’épouse de Charles II d’Angleterre. Voir D. António Caetano de Sousa, História Genealógica da Casa Real Portuguesa, tomo VII, Coimbra, Atlântida, 1953, p. 179-186 ; Joana Almeida Troni, Catarina de Bragança (1638-1705), Lisbonne, Colibri, 2008.

35 Lisbonne, Antonio Craesbeeck de Mello.

36 Henri Fros, « Culte des saints et sentiment national. Quelques aspects du problème », Analecta Bollandiana, t. C – Mélanges offerts à Baudoin de Gaiffier et François Halkin, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1982, p. 729-735.

37 Marina Caffiero, « Tra modelli di disciplinamento e autonomia soggestiva », in Giulia Barone, Marina Caffiero, Francesco Scorza Barcellona (dir.), Modelli di santità e modelli di comportamento. Contrasti, intersezioni, complementarità, Turin, Rosenberg & Sellier, 1994, p. 265-278 ; Dilwyn Knox, « “Disciplina” : le origini monastiche e clerical del buon comportamento nell’Europa cattolica del Cinquecento e del primo Seicento », in Paolo Prodi (dir.), Disciplina dell’anima, disciplina del corpo e disciplina della società tra Medioevo ed Età Moderna, Bologne, Il Mulino, 1994, p. 69-99 ; Gabriella Zarri (dir.), Donna, disciplina, creanza cristiana dal xv al xvi secolo. Studi e testi a stampa, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1996.

38 Ana Isabel Buescu, « Um mito das origens da nacionalidade : o milagre de Ourique », in Diogo Ramada Curto, Francisco Bettencourt (dir.), A Memória da Nação, Lisbonne, Sá da Costa, 1991, p. 49-69 ; Maria de Lurdes Correia Fernandes, « História, santidade e identidade. O Agiologio Lusitano de Jorge Cardoso e o seu contexto », Via Spiritus, 3, 1996, p. 25-68 ; Maria de Lurdes Correia Fernandes, « O Agiologio Lusitano de Jorge Cardoso (†1669) : hagiografia, memória, história e devoção na Época Moderna em Portugal », in Sofia Boesch Gajano, Raimondo Michetti (dir.), Europa Sacra. Raccolte agiografiche e identità politiche in Europa tra Medioevo ed Età Moderna, Rome, Carocci, 2002, p. 227-240.

39 António Sousa de Macedo, Flores de España, Excellencias de Portugal, Lisbonne, Jorge Rodrigues, 1631, f. 88v.

40 António de Vasconcelos, Evolução do culto de Dona Isabel de Aragão, Coimbra, 1894, 2 vols.

41 Cécile Vincent-Cassy, « Quand les reines étaient saintes. La canonisation de sainte Élisabeth de Portugal (1271-1336) et la monarchie espagnole au xviie siècle », Faces de Eva, 7, 2002, p. 127-144.

42 Coimbra, por Manoel Dias.

43 P. António de Escobar, A Fenix de Portugal, op. cit., « prologo ao leitor ». Fr. António de Escobar exagère clairement : au moment où il a publié cet ouvrage, des « Vies » de la reine Élisabeth du Portugal existaient déjà : Diogo Afonso de Macedo, Vida e milagres de Santa Izabel Rainha de Portugal, Coimbra, por João de Barreira, 1560, et António Gomes, Vida de Santa Izabel, Evora, 1625.

44 P. António de Escobar, El heroe português, op. cit., « licenças ».

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.