Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Pratiques langagières dans la Catalogne de l’époque moderne

L’exemple du Consell de Cent de Barcelone (xviie siècle)

p. 219-239

Résumé

La bibliographie consacrée à la situation linguistique de la Catalogne de l’époque moderne est abondante et il est parfois difficile de s’y retrouver pour un lectorat français, qui n’a pas nécessairement connaissance du processus de politisation que la langue a connu dans le dernier tiers du xixe siècle. Ce chapitre entend donc, dans un premier temps, proposer une synthèse des principales thèses auxquelles ont donné lieu les études historiques portant sur l’évolution du statut de la langue catalane entre l’introduction de la dynastie castillane des Trastamare à la suite du compromis de Caspe en 1412 et l’arrivée des Bourbons sur le trône d’Espagne au xviiie siècle. La seconde partie de la contribution s’attache aux pratiques langagières du Consell de Cent de Barcelone au xviie siècle, en observant une série de cas révélateurs offerts par les registres municipaux : les échanges épistolaires, l’activité diplomatique des Conseillers et certaines solennités accueillie par la ville.


Texte intégral

1La bibliographie consacrée à la situation linguistique de la Catalogne de l’époque moderne est imposante et n’est pas toujours aisée à manier, notamment pour un lectorat francophone qui, avant de s’y plonger, doit comprendre l’attachement profond et souvent fusionnel que de nombreux Catalans et catalanophones entretiennent avec leur langue maternelle ou d’adoption. À ce lien intime, s’ajoute un ensemble de facteurs historiques, politiques et sociolinguistiques qui explique la position engagée et parfois défensive qu’adoptent les historiens et les philologues dans leurs travaux. Premièrement, le processus de politisation de la langue engagé par le catalanisme et renforcé par le nationalisme entre la seconde moitié du xixe siècle et le début du xxe a conféré à celle-ci une place cardinale dans l’affirmation de l’identité et dans la construction de la nation. Deuxièmement, les prohibitions et les persécutions dont le catalan a fait l’objet au xviiie siècle et, plus encore, au xxe, à l’époque des dictatures de Primo de Rivera (1923-1930) et de Franco (1939-1975), expliquent pourquoi la langue a été au cœur des revendications politiques depuis le processus constituant de 1977-19781. Troisièmement, le fait que le catalan ait été et soit, encore aujourd’hui, une langue minoritaire2, la rend vulnérable dès lors qu’elle partage son quotidien avec une langue aussi mondialement diffusée et médiatisée que l’espagnol3.

2Ces quelques considérations préliminaires pourront certes sembler superfétatoires dans un article consacré à la situation linguistique dans la Catalogne des xvie et xviie siècles. Pour autant, elles sont essentielles pour comprendre pourquoi la bibliographie consacrée à la question qui nous occupe se fonde essentiellement sur deux grandes thèses qui sont les deux faces d’une même médaille : d’une part, celle de la « Décadence » de la langue et de la culture catalanes, héritée de la Renaixença du xixe siècle4 et, d’autre part, celle du « conflit » ou de la « bataille linguistique », qui aurait atteint son apogée au xviie siècle5. Nous nous proposons, dans les pages qui suivent, de procéder tout d’abord à un bilan historiographique, afin de pouvoir, dans un second temps, observer les pratiques langagières du Consell de Cent de Barcelone et, ainsi, suggérer quelques pistes de réflexion qui pourraient relancer les travaux sur la question linguistique.

La décadence du catalan au temps des Habsbourg

3La thèse de la décadence linguistique et culturelle reste largement admise depuis la seconde moitié du xixe siècle, tant par les historiens que par les spécialistes de littérature. Encore aujourd’hui, on parle très souvent de « Décadence » – avec majuscule – pour désigner par métonymie la période de déclin dans laquelle seraient entrées la langue et la culture catalanes au tournant du xvie siècle. Pour les hommes de lettres de la Renaixença, l’idée d’une « Décadence » répond autant à un besoin d’autopromotion6 qu’à une nécessité de comprendre un phénomène aussi étrange et complexe que la soudaineté du passage d’une littérature qui connaît son âge d’or dans la première moitié du xve siècle et son apogée avec le poète valencien Ausiàs March (1397-1459)7, à une littérature quantitativement moindre, voire quasi inexistante au tournant du xvie siècle. La conviction d’une décadence ne concerne pas que la littérature et s’étend, plus largement, à la société catalane. Cette vision a d’abord été théorisée par Valentí Almirall dans Lo Catalanisme (1886), qui n’aborde la question linguistique que de façon superficielle8. Selon lui, c’est la date de 1492 et la découverte de l’Amérique qui inaugurent la décadence du peuple catalan, lequel se serait alors montré trop méditerranéen pour comprendre les enjeux commerciaux et politiques liés à la colonisation du Nouveau Monde9.

4Quelques années plus tard, Enric Prat de la Riba se livre dans Compendi d’Història de Catalunya (1898) à une historicisation de la question linguistique. Selon lui, l’explication se trouverait davantage dans l’introduction en Catalogne de la dynastie castillane des Trastamare en 1412, à la suite du Compromis de Caspe. Ainsi, l’interruption de la lignée des comtes de Barcelone, avec la mort de Martin Ier (1410), aurait inauguré la « domination castillane » et provoqué un processus d’érosion du catalan qui, néanmoins, aurait « résisté » jusqu’au xviie siècle, moment à partir duquel la langue, du fait de la consolidation de la culture courtisane au cœur de la Castille, aurait commencé à se « prostituer », en recourant à tout un ensemble de « mots, d’idiotismes et d’habitudes orthographiques propres au castillan »10.

5Valentí Almirall et Enric Prat de la Riba sont des théoriciens du catalanisme politique et leurs thèses n’ont pas été reprises en l’état par les historiens. Elles ont néanmoins exercé une influence de premier ordre dans les travaux scientifiques postérieurs. Ainsi, Ferran Soldevila, dans son Història de Catalunya (1934-1935), voit dans l’établissement du bilinguisme à partir de la seconde moitié du xve siècle la marque de la perte d’un « prestigi idiomàtic i de conreu literari de la llengua pròpia »11. Cette marginalisation du catalan est pour lui, au fond, un symptôme de la « castillanisation » des structures politiques et, par conséquent, de la société. Il y voit en outre une traduction culturelle de la désagrégation de la couronne d’Aragon, de la perte de prestige international de la puissance « catalano-aragonaise » et de l’imposition d’un nouvel ordre reposant sur un impérialisme d’essence castillane12. Ce processus complexe, ajoute-t-il, a été rendu possible par une succession de crises politiques, sociales et économiques, mais également sanitaires et démographiques survenues tout au long du xve siècle13.

6Dans le domaine des études littéraires, la thèse de la Décadence est reprise par Jordi Rubió i Balaguer dans La cultura catalana del Renaixement a la Decacèndia (1964)14, ainsi que par Martí de Riquer et Joaquim Molas dans le volume de l’Història de la literatura catalana consacré à l’époque moderne (1964)15. Le catalan ayant été, tout au long du xvie siècle, progressivement abandonné par les élites au profit du castillan – langue du pouvoir et, donc, de prestige social –, le nombre de publications a drastiquement chuté et le catalan a, dès lors, été réservé à des publications de moindre qualité, destinées à un lectorat « populaire »16. Ce n’est que vers la fin des années 1990 et le début du xxie siècle qu’a été engagé un long et patient travail de déconstruction du concept, grâce à l’impulsion donnée par Albert Rossich17, qui a mis en doute la pertinence d’associer « décadence » et « castillanisation ». De là ont surgi des questionnements qui ont interrogé toute cette période à nouveaux frais : qu’entend-on par littérature catalane ? Comment doit-on considérer les textes écrits en latin, en italien et en castillan par des auteurs catalans ? Quid des œuvres écrites en plusieurs langues18? Plus récemment, Josep Solervicens a, pour sa part, mis en évidence que la conviction d’une décadence reposait, en réalité, sur un effet d’optique, dans la mesure où l’on s’est longtemps fondé sur le nombre d’œuvres publiées en langue catalane19. Or, les exigences du marché éditorial ont poussé les auteurs à publier en castillan. On citera, par exemple, le cas de Jeroni Pujades, auteur d’une Corónica universal del Principado de Cataluña. Le premier volume, financé par la municipalité de Barcelone, a été publié en catalan en 1609, tandis que le second, qui n’a fait l’objet d’aucune subvention, a été rédigé en castillan afin, selon les propres mots de l’auteur, de toucher un public plus large20. D’autre part, on sait que la proportion des œuvres éditées est très largement inférieure à celle des œuvres écrites. Il existe en effet de très nombreux textes ou fragments de textes qui, encore aujourd’hui, sont à l’état de manuscrit21 ou ont été récemment découverts et sont en train d’être étudiés22. En outre, il est fondamental de prendre en compte l’existence de textes qui ne nous sont pas parvenus et qu’il est impossible de quantifier23.

7Malgré cette profonde remise en question, le paradigme de la « Décadence » semble repris implicitement par de nombreux historiens, qui considèrent l’union avec la Castille inaugurée par le règne de Ferdinand et d’Isabelle comme le point de départ d’un processus d’homogénéisation à marche forcée et de « dénaturation » d’une (id)entité politique, rendu possible par la construction d’une monarchie autoritaire et centralisatrice24, ce qui a consolidé l’usage du castillan et la marginalisation du catalan. On pourra certes objecter qu’une vision aussi tranchée reposant sur la rupture épistémologique conventionnelle du xve siècle peut et doit faire l’objet de nuances. Il y a, néanmoins, un certain nombre d’éléments qui font consensus. Tout d’abord, le fait que, depuis l’élection de Ferdinand d’Antequera en 1412, la Catalogne se trouve en situation de diglossie25. Ensuite, il y a le processus de castillanisation de l’administration royale, qui s’est traduit par un recours accru à des agents non catalans, le plus souvent aragonais et castillans26. Enfin, le projet politique promu par Ferdinand et Isabelle à la suite des guerres civiles catalane (1462-1472) et castillane (1474-1479) se fonde sur les forces vives de la Castille, celle-ci étant le plus puissant des deux ensembles politiques qui composent la monarchie émergente27. Au tournant du xvie siècle, la Catalogne et plus généralement les territoires de la couronne d’Aragon peinent en effet à se remettre des crises à répétition qui ont ponctué le bas Moyen Âge28. Cela s’est traduit, comme l’a montré Max Cahner, par une présence de plus en plus marquée de la langue castillane dans l’administration royale et dans la correspondance diplomatique avec les puissances étrangères et la curie romaine29. Se serait donc engagé, selon Josep M. Nadal, un phénomène d’« expansion verticale du castillan »30. Langue du pouvoir, sa maîtrise devient alors un enjeu pour les couches privilégiées de la société catalane, qui l’adoptent et le font enseigner à leurs enfants au détriment du catalan pour pouvoir prendre part au cursus honorum31. À cela s’ajoute la politique matrimoniale suivie par la noblesse catalane au cours du xvie siècle. Les alliances avec les illustres familles castillanes furent nombreuses, au point que, au siècle suivant, tous les grands lignages catalans étaient enracinés en Castille32.

8Il y a donc eu, pour Anna Maria Torrent, une désaffection des Catalans issus des classes privilégiées pour leur langue et leur culture. Elle parle même d’un processus de « désintégration [dû] à l’incurie des Catalans »33. Certains textes des xvie et xviie siècles confirment cette hypothèse. Parmi les plus célèbres, on pourra citer, par exemple, dans les Col·loquis de la insigne ciutat de Tortosa de Cristòfol Despuig, ce commentaire inquiet de Lívio au sujet de l’usage généralisé du castillan parmi les principaux seigneurs et gentilshommes de Catalogne :

[…] lo escàndol que jo prenc en veure que per avui tan absolutament s’abraça la llengua castellana fins a dins de Barcelona per los principals senyors i altres cavallers de Catalunya, recordant-me que en altres temps no donaven lloc a aquest abús los magnànims reis d’Aragó.34

9Il estime, certes, nécessaire une bonne connaissance du castillan, qui est une langue pratiquée partout en Europe. Néanmoins, ajoute-t-il, il serait dangereux que les gentilshommes catalans délaissent leur propre langue au profit d’une langue étrangère. Le juriste perpignanais Andreu Bosch propose une analyse similaire de la situation. Il estime en effet que certains locuteurs – qu’ils soient originaires de Catalogne, du Roussillon ou de Valence – ont délaissé leur langue au profit du castillan. D’autres, ajoute-t-il, ont intégré à leur façon de parler des expressions étrangères, ce qui a entraîné une dénaturation de la langue originelle :

De manera que tant ab la mescla de dites differents llengües, com també ab les de les nacions vehines, València, Aragó y França, han formada en algunes parts una llengua tant extraordiària, deixant la materna, que ja molts no tenen bona satisfacció, dir, ni escriure ab ella, y lo pijor és que ho han posat a tal extrem, que nos pot averiguar de quina part de Cathalunya, Rosselló y Cerdanya son millors los vocables: perquè quiscuna los té mudats, y parla de sa manera, y defensa los seus, y així donan ocasió de esser judicats per las nacions estranyes, mes que mes com los demás actes de ostentació, predicant, escrivint, o altres se valgan ja comunament de la Castellana culpa notable nostra de averla anada aborrint, y mesclant de eixa manera, puix ella era de si tant polida, propia, y apte per qualsevol acte, de dir y escriurer, com dalt està provat.35

10Cette désaffection aurait été, selon Antoni Simon i Tarrés, encouragée par une « intelligentsia castellano-courtisane », elle-même influencée par les écrits de théoriciens de la « raison d’État catholique », tels que Giovanni Botero, Benito Arias Montano, Ambrosio de Morales ou encore Francisco de Medina qui, chacun à sa façon, ont défendu l’idée d’imposer la langue du roi à l’ensemble des sujets pour éviter les divisions, notamment dans les territoires qui ont une identité forte36. Certes, il n’y a pas eu de projet visant à imposer de force la langue castillane à l’ensemble de la Monarchie hispanique, du moins pas avant l’arrivée des Bourbons au xviiie siècle. Pour autant, avance-t-il, l’hégémonisme linguistique du castillan qui s’est exercé dans les territoires américains interroge sur les intentions des dirigeants castillans quant à une éventualité, sinon d’imposer, tout du moins de favoriser l’utilisation du castillan y compris dans les territoires péninsulaires37.

11Cette approche a servi de cadre théorique à l’interprétation de la « bataille linguistique » survenue entre le castillan et le catalan à l’occasion de la célébration du concile de Tarragone en 1636-1637, sur laquelle se sont penchés à la fois philologues et historiens, pour y voir une illustration du conflit linguistique. Modest Prats a montré que la vocation de ce concile était de réaffirmer l’impératif de prêcher en catalan38, ce dernier étant la langue la plus répandue en Catalogne. Il était question, ajoute-t-il, de réaffirmer ce principe posé lors du Concile de Trente et face à l’emploi généralisé du castillan par les religieux de la Compagnie de Jésus39. La « bataille » à laquelle font allusion les spécialistes se déroule en réalité dans le prolongement du concile provincial. Elle oppose Dídac Cisteller40 et Alexandre Ros i Gomar41. Tandis que le premier défendait le recours au catalan dans la prédication, argumentant que le castillan n’était pas compris en dehors de Barcelone, le second estimait que le castillan étant la langue du roi, ses sujets devraient se faire un devoir de la connaître : « Pero, sea lo que quisieran en esto, por lo menos es, sin duda, que la lengua del Príncipe soberano, doquiera que tienen vasallos, es muy favorecida ora por agradar al Príncipe, ora por confederarse entre sí con gracia y amistad los vassallos, por ser vínculo de afición la comunión en la lengua »42. Davantage qu’une « bataille », sans doute faudrait-il y voir une sorte de disputatio, même si l’absence de renseignements sur les conditions de rédaction de ces deux textes rend toute conclusion impossible. Toujours est-il qu’il y eut débat et que les arguments ressortissent à la fois de considérations religieuses et politiques43.

12La combinaison des trois paradigmes – Décadence, diglossie et bataille linguistique – repose sur la conviction que l’introduction du castillan au xve siècle a entraîné le développement d’une société bilingue inégalitaire, entre une langue dominante et une langue dominée. Dès lors, on l’a vu, l’enjeu a été, pour les philologues et les historiens, de comprendre quelles avaient été les modalités de la pénétration du castillan et en quoi celle-ci avait provoqué un déclin du catalan aussi rapide. En d’autres termes, il s’agissait de comprendre comment, en moins d’un siècle, ce dernier avait perdu son statut de langue hégémonique44 au profit d’une langue étrangère et quelles conséquences cela avait eu dans la durée. La thèse de la « castillanisation » de la société catalane à l’époque moderne, que ce soit d’un point de vue politique, sociologique ou culturel, continue de faire l’unanimité et les exemples l’illustrant sont légion. Néanmoins, il semblerait opportun de reprendre le dossier à l’aune de la relecture critique que les sociolinguistes ont faites des notions de « diglossie » et de « conflits linguistiques », les jugeant « aveuglée[s] par l’idéologie monolingue des États-nations »45. Le concept de « pratique langagière », théorisé dans les années 197046, pourrait dès lors s’avérer un point de départ utile pour aborder la question avec un nouveau regard en se penchant davantage sur « la réalité empirique de ce que font les locuteurs dans la matérialité des situations et des interactions sociales »47. Il serait donc question d’engager des recherches sur la praxis étudiée en contexte, dans la mesure des informations fournies par les sources, dans le but d’aller au-delà des avis et des opinions exprimés dans les textes théoriques et polémiques qui ont été mobilisés jusqu’à présent pour reconstituer l’histoire de l’évolution linguistique de la Catalogne entre le bas Moyen Âge et l’époque moderne. En somme, les efforts porteraient sur la réalité empirique de ce que font les locuteurs dans une situation d’interaction sociale, politique, culturelle ou économique donnée, afin de déterminer l’existence de patterns48 à différentes échelles.

13Le chantier est colossal et complexe. L’enquête, elle, est semée d’embuches d’ordre épistémologique, compte tenu que nous ne disposons que de sources écrites49. En outre, les concepts de sociolinguistique ou d’anthropologie linguistique ont été forgés pour décrire les pratiques dans des sociétés contemporaines. Aussi ne peuvent-ils être utilisés en l’état pour décrire des pratiques des xvie et xviie siècles. Notre intention, dans la seconde partie de cet article, n’est donc pas – tant s’en faut – de définir un cadre méthodologique global, mais plutôt d’essayer de faire un premier pas dans cette direction, en étudiant le cas du Consell de Cent de Barcelone à l’époque de Philippe IV (1621-1665)50. Cette institution, fondée par Jacques Ier d’Aragon en 1249, était chargée du gouvernement de la cité de Barcelone jusqu’à son abolition en 1714, à la suite de la Guerre de Succession. Au xviie siècle, le Consell de cent est composé de 144 membres et est dirigé par six conseillers principaux qui, en tant que gouvernants de la capitale de la Catalogne – cap i casal – exercent une influence importante sur l’ensemble des villes de la Principauté catalane, mais également en Méditerranée occidentale, d’où tout l’intérêt qu’il représente pour une première étude sur les usages de la langue catalane51.

L’exemple du Consell de Cent de Barcelone (1621-1665)

14La chronologie choisie ici aurait certes pu être différente. Elle se justifie néanmoins par la richesse des cas révélateurs offerts par les registres municipaux, qui permettent de se faire une première idée des pratiques langagières du gouvernement municipal en différents contextes : dans ses échanges épistolaires tout d’abord, dans son activité diplomatique ensuite, très active au cours de la période 1621-1652, et, enfin, à l’occasion de certaines solennités que la ville accueille.

15Les registres de correspondance de la ville sont un point d’entrée instructif. En effet, des copies de presque toutes les lettres émises et reçues par les Consellers sont conservées dans deux séries documentaires. D’une part, les Lletres Closes, un ensemble de 113 volumes pour une période comprise entre 1433 et 1714, contiennent, sous la forme de copies, toutes les lettres scellées envoyées par l’institution. D’autre part, les Lletres comunes originals, forment un ensemble de 130 volumes réunissant les lettres reçues entre 1400 et 171452, soit dans leur version originale soit sous la forme de copies.

16La consultation de ces volumes révèle que depuis la fin du xive siècle, le catalan et le latin sont les langues majoritairement utilisées dans la correspondance sortante. Jusqu’au milieu du xvie siècle, le latin est réservé aux lettres adressées à la papauté et aux autorités ecclésiastiques, mais on trouve également des courriers envoyés en latin dans l’Empire, en Suisse, en Angleterre, ou destinés à la communication avec l’Orient. Le catalan, pour sa part, est la langue utilisée pour s’adresser au roi, aux territoires ibériques, italiens et bourguignons53. Quant à la correspondance reçue par la ville, Stéphane Péquignot constate une plus grande diversité linguistique. Le latin garde certes une emprise forte ; toutefois, il cède de plus en plus le pas aux parlers romans dans les échanges avec des correspondants originaires de péninsule Ibérique et du royaume de France. On recense en effet un nombre croissant de lettres reçues en occitan, en portugais, en aragonais, en castillan et en français54.

17À partir de la seconde moitié du xvie siècle puis au siècle suivant, on constate, tout d’abord, une réduction du nombre de destinataires, Barcelone ayant perdu le statut de ville royale et de centre de gravité de la monarchie dont elle jouissait encore au xve siècle. Aussi, les réseaux épistolaires ont été redistribués et le nombre de correspondants est inférieur à celui des siècles précédents. Les Consellers échangent en priorité avec d’autres municipalités catalanes, avec Naples, Palerme, Saragosse, Palma et Valence. Ils écrivent plus ponctuellement aux villes françaises ou italiennes avec lesquelles Barcelone entretient des relations commerciales, principalement Gênes et, plus ponctuellement, Marseille et Nice. Les lettres scellées sont rédigées en catalan et on ne trouve aucune trace de traductions. De même, dans les registres de lettres reçues, la diversité linguistique est moins foisonnante qu’au bas Moyen Âge55. Les jurats de Saragosse et les députés du royaume d’Aragon écrivent en castillan56. Quant à Valence et Palma57, les échanges se font en catalan. Nous n’avons pas trouvé de lettres adressées par les villes de Nice et de Marseille.

18Le latin continue d’être réservé aux échanges avec la papauté, lesquels se matérialisent le plus souvent par l’envoi d’un messager portant, selon le cas, le titre de syndic ou d’ambassadeur58. Ce dernier emporte avec lui des instructions scellées écrites en catalan, mais le reste de la documentation est en latin : les lettres de créance, le lettres de recommandation et les memoriales qu’il devra remettre aux prélats avec lesquels il devra négocier59. Les lettres reçues de Rome sont elles aussi rédigées en latin et enregistrées en l’état sans faire l’objet d’une traduction. Le latin est encore présent dans les échanges avec les ecclésiastiques. En revanche, on trouve de plus en plus de lettres adressées par les évêques en vernaculaire. Les rares évêques catalans écrivent en catalan ; ceux originaires de Castille, la majorité au xviie siècle, répondent en castillan. On trouve, par exemple, dans cette langue, des lettres de García Gil Manrique, qui a été successivement évêque de Barcelone dans les années 1620 puis de Gérone dans les années 163060, ou encore des lettres de l’évêque de Solsona, Miguel Santos de San Pedro61.

19Dans certains actes d’ordre juridique ou judiciaire, on recourt tantôt au latin, tantôt au catalan, comme dans le cas des serments (jurament). Depuis le xiiie siècle, les agents de la ville, quelle que soit la charge qu’ils occupent, doivent prêter serment62. Les clauses liant l’officier sont exprimées en catalan ; en revanche, les serments sont précédés de formules stéréotypées en latin adaptées en fonction de la charge occupée :

Juramentum in manu et posse nobilis regentis vicariam Barchinone supra librum viridum prestatum per Illustrem Paulum de Altarriba doncellum Consiliarum in ordine primum electum et nominatum per generale consilium Centum juratorum celebratum secunda currentis pro eundo ad curiam domini Regis ex causis in deliberatione expressis […].63

20De même, dans les procès instruits par le syndic de Barcelone, les dépositions, en catalan, sont ponctuées de formulations latines. La date de la déposition et l’identité du déposant sont renseignées en latin : « Gilius Bru medecine professor naturalis ville de Tosa aetatis prout dixit […]. Et interrogatus ipse testis super contentis in dicta supplicatione ». D’une part, les questions sont introduites par la formule « Et interrogatus » ; de l’autre, les réponses sont précédées de « Et dixit senyor lo que jo puc dir acerca del que me interroga es que […] ». Chaque déposition est signée en catalan par le déposant et en latin par la personne qui a recueilli le témoignage : « Jo Gili Bru firmo la dita deposasio de ma mia propia. Generaliter autem. Ad omnia dixit que non sed que fuit citatus. Fuit sibi lectum et persevuerauit presentibus Magco Consiliario quinto et Magcis asociatis »64.

21Les échanges avec le monarque ou ses ministres sont eux aussi bilingues. À de rares exceptions près, surtout concentrées à l’époque de Charles II65, toutes les lettres adressées au roi, au vice-roi et aux ministres sont écrites en catalan. Les réponses, elles, sont en castillan. Elles sont intégrées en l’état dans les registres de correspondance sans traduction. L’intercompréhension et la maîtrise du castillan par les agents de la ville rendent-elles l’exercice de traduction inutile ? Ou existe-t-il des pratiques langagières ? La réponse n’est pas simple et les pratiques se révèlent complexes et riches.

22On peut certes partir de l’hypothèse que les agents de la ville maîtrisent suffisamment le castillan pour ne pas avoir besoin de traduction ou pour pouvoir directement écrire dans cette langue. Certains memoriales semblent en effet avoir été rédigés directement en castillan. Sans doute est-ce parce qu’ils sont plus courts et écrits pour répondre à une urgence. Ainsi, en mai 1640, par exemple, dans le contexte des affrontements entre les soldats et les populations locales qui ont préludé à la révolte des Catalans, la ville envoie trois ambassadeurs à la cour pour demander l’évacuation des soldats66. Pau Boquet, ambassadeur principal et représentant du Conseller en cap, adresse un courrier au Consell de Cent dans lequel il annonce que les trois ambassadeurs ont été assignés à résidence à Alacalá de Henares et que le conseil d’Aragon leur a interdit l’accès à la cour, ce qui est relativement fréquent à l’époque de Philippe IV67. Pau Boquet écrit avoir demandé aux ambassadeurs de la Diputació del General, déjà présents à la cour, de rédiger un memorial pour intercéder en leur faveur auprès du roi. Le document est écrit en castillan et conservé sous la forme d’une copie, comme l’indique la note marginale : « Copia del memorial se [h]a dado a su Magestad pidiendo licencia para entrar en esta corte los embaxadores de la Çiudad »68. De même, en 1632, Bertran Desvall et Francesc Joan Magarola ont été envoyés en ambassade auprès de l’infant Ferdinand, alors vice-roi de Catalogne69. Les deux ambassadeurs ont été chargés de transmettre à ce dernier un message, oralement d’abord puis par écrit. Le texte est retranscrit dans le Llibre de Solemnitats en castillan :

Dimarts a iii de dit [3 août 1632]. En aquest dia los señors Consellers enviaren una embaxada al Sr Infant Cardenal don Fernando la qual reportaren lo Sr Bertran Desvall, ciutadà honrat y lo sr Micer Francesc Joan Magarola, doctor en drets la qual explicaren de paraula y apres lay donaren en scrito que es del tenor següent:

Sereníssimo señor

Haviendo entendido esta ciudad de Barcelona que el Procurador fiscal de la Regia Corte a movido una causa criminal contra ella y su consejo de Cien iurados porque según se dize deslibero a 25 de julio que Micer Alexandre Soldevila síndico de la ciudad de Lérida por sus descendientes sean inabiles para tener officios y beneficios […].70

23On relève toutefois quelques indices suggérant que certains documents sont traduits du catalan vers le castillan. En 1622, le Consell de Cent écrit à l’un de ses ambassadeurs à la cour, Miquel D’Oms, pour le remercier d’avoir entrepris d’imprimer en castillan le memorial qui devra être utilisé lors de la négociation :

Ab la sua [carta] nos avisan de sa arribada en Madrit y de la gratta audientia que·ls ha donat lo Senyor Vicicanciller [del Consell d’Aragó] y que speraven la de Sa Magestar per medi de Sa Senyoria de que·ns som alegrats summament y·ns prometen de tant bons pricipis bons fins y bons effectes lo que·ns diuen de fer imprimir en castellà lo memorial.71

24Comment expliquer que certains documents soient écrits en catalan et d’autres en castillan ? Les memoriales sont des textes qui n’ont pas de valeur juridique. Il s’agit d’aide-mémoires énumérant tous les arguments que les messagers de la ville devront faire valoir auprès du roi, de ses ministres ou du vice-roi, que ce soit oralement – quand ils y sont autorisés – ou par écrit. Ce sont donc des documents qui répondent à un souci d’efficacité. À l’inverse, les lettres scellées ont, elles, une valeur juridique, dans la mesure où, de par leur caractère public, elles engagent la responsabilité de la personne qui les écrit, en l’occurrence les Consellers. Elles suivent, en outre, des codes et des patrons hérités des ordinations par lesquelles Pierre IV d’Aragon a réformé, entre autres, les formulaires de chancellerie72.

25Lors de la période de présence française (1641-1652), le modèle bilingue est maintenu : les Consellers écrivent en catalan et les Français, dans leur langue. Les lettres écrites en français sont enregistrées dans leur langue d’origine mais elles sont le plus souvent assorties d’une traduction en catalan, comme dans l’exemple suivant. Il s’agit d’une lettre adressée aux Consellers par laquelle le comte de Chavigny, alors secrétaire d’État aux affaires étrangères, annonce que René de Voyer d’Argenson, intendant général de l’armée de Catalogne et gouverneur entre 1641 et 1643, a été rappelé en France par le roi, et remplacé par Monsieur de la Berchère73.

Messieurs

Vous verrez par la lettre que le Roy vous escrit que sa Magesté veut faire revenir dans quelques mois M. d’Argenson en ces quartiers cy pour y servir dans ses Conseills. Et comme Sa Magesté prend un particulier soing de ce qui regarde le bien de la Catalongne Elle a voulu que M de la Berchere y allast presentement pour acquerir pendant le sejour que M. d’Argenson y fera encore la connoissance des affaires qui luy est necessaire affin de bien servir sa Mageste et la Province : cest ce qu’il fera avec tant de soing et d’affection joincte avec les autres bonnes re recommendables qualitez qui sont en sa personne que je ne doute point que vous ne soyez tres aises du choix que sa Mageste a fait de luy pour l’envoyer en vos quartiers. Sur ce je vous supplie de croire que je suis toujours Messieurs Très humble et très affectionne serviteur.

Saint Germain en Laye, le 29 avril 1643

Chavigny

Molts Il·lustres Señors

Per la lletra que sa Magestat del Rey nostre Señor que deu guarde li escriu veura V.S. com vol fer retornar assi dins alguns mesos lo Señor d’Argenson pera servirlo dins sos consellers y com sa Magestat pren un particular pensament del que te mira al be de Cathalunya a volgut que lo Señor de la Berchere y vaye promptament per adquirir devant lo temps que lo Señor Argenson y estará la conexença de lo[s] negocis que li seran necessaris a effecta de que puga ben servir a sa Magestat y a la provincia lo que fara ab tant de pensament y afictio com se espera de las bonas y singulars calitats que son en sa persona que jo no dubto en ninguna manera que VS nen sia molt content y satisfet de la electio que sa Magestat a fet de sa persona per enviarlo a aquexa provincia sobre de aso suplico a VS de creure que ho so[c] sempre de VS molt humil y molt afisionat servidor.

A Saint Germain en Laye a 29 de abril de 1643.

Chavigny

26La traduction se caractérise par une grande fidélité vis-à-vis du contenu et, globalement, de la syntaxe. À quelques légères variations près, le texte est identique. On constate néanmoins un changement significatif dans la façon de se référer au roi. En effet, là où le français se contente de dire « le Roy », le catalan recourt à la formule « sa Magestat del Rey nostre Señor » et ajoute l’incise, de rigueur, « que Deu guarde » que l’on trouve dans toute la correspondance de la ville et des institutions catalanes en général. On ne trouve toutefois aucune trace du traducteur74.

27La pratique orale est beaucoup plus difficile à cerner, faute de sources. La parole des rois est plutôt rarement consignée et dans les cas où elle a laissé des traces, celles-ci sont souvent laconiques75. L’étiquette de la cour d’Espagne accentue ce silence76 et on constate des changements importants dans l’administration de la parole royale entre les rois d’Aragon et les rois d’Espagne. Les premiers avaient, en effet, pour coutume de parler la langue de leurs sujets77. À l’époque de Philippe IV, dans les cérémonies organisées à l’occasion de son entrée inaugurale de 1626, le catalan prédomine dans les actes solennels, tout particulièrement lorsque le souverain prête serment de respecter les privilèges de la cité. Toutefois, à l’époque moderne, ce n’est plus le souverain qui lit le texte du serment mais le protonotaire ou un conseiller, comme l’indique cette description extraite du Dietari de la Generalitat :

Y axí matex muntaren dalt, en lo dit catafal, los dits senyors consellers de Barcelona, presidints en lo dit bras y estament real, y feren a sa magestat les matex(es) gràcies y offerta de prestar lo matex jurament de fidelitat y homenatges. Y encontinent se alsà sa magestat y tots los demés y lo dit protonotari de sa magestat llegí allí lo jurament que sa magestat prestave ab alta veu, y llegit aquell sa magestat posà la mà sobre la vera creu y jurà, com en lo dit acte de dit jurament està contengut.78

28Ces deux constats questionnent l’idée qu’au xviie siècle le roi connaît et pratique les langues de ses sujets, ce qu’indiquait Philippe IV lui-même dans l’autoportrait adressé à sœur María de Ágreda, à qui il écrivait « aprendí y supe bien las lenguas de España, la mía, la aragonesa, catalana y portuguesa ». On ne peut entièrement écarter la possibilité que le souverain maîtrise le catalan ; en revanche, on ne dispose, pour l’heure, d’aucun indice suggérant qu’il l’ait pratiqué avec ses sujets catalans. Au contraire, tout semble indiquer que, du moins dans la pratique, les échanges entre le roi et ses sujets catalans se déroulaient en castillan. C’est, en tout cas, à cette conclusion que mènent les courriers des ambassadeurs barcelonais qui, en faisant relation des audiences, retranscrivent les rares paroles du roi en castillan dans le texte. Ainsi, en 1622, l’ambassadeur du Consell de Cent, Pau Altarriba, rapporte avoir déclamé en catalan sa harangue, à laquelle le roi a répondu : « Yo me he holgado mucho de vuestra venida y mandaré ver vuestros papeles, y os despacharé presto y con gusto »79.

29Les actes cérémonials tels que les prises de serment ou encore l’inauguration des Cortès sont d’autres indices qui suggèrent qu’à partir de la seconde moitié du xvie siècle, le souverain ne prend plus la parole en catalan, contrairement à ce qui se pratiquait au Moyen Âge80. Ce changement ne date pas de l’époque de Philippe IV. La description des Cortès générales de Monzón de 1585 nous renseigne sur le fait que Philippe II n’avait pas lu lui-même le texte inaugural (la proposició) en catalan et qu’il avait confié cette tâche au protonotaire de la Couronne d’Aragon, Miguel Climent :

Sua regia magestas mandavit nobili domno Michaeli Climent, suo prothonotario et conciliario, ut a supremo dicti solii gradu, prout fieri solitum est, subscriptam proposicionis schedulam legeret quam a sua catholica magestate paulo ante receperat cum illis quibus decet reverentia et honore; et a dicto supremo solii regii gradu, in conspectu omnium ibi convocatorum et existentium diversorum statuum in multitudine copiosa, clara, alta et intelligibili voce legit et publicavit in lingua seu diomate cathalano ut solitum est, cuius quidem proposicionis schedule thenore est huiusmodi […].81

30Les quelques relevés effectués ici suggèrent une certaine fluidité dans les usages linguistiques. Le catalan reste la langue principale du gouvernement de la ville et le latin tend à occuper de plus en plus une position secondaire, étant réservé à des usages juridiques et aux échanges avec la curie romaine, la papauté et, dans une moindre mesure, certains ecclésiastiques, bien que, dans le cas de ces derniers, le vernaculaire tende à être plus fréquent. Le castillan n’est pas une langue inconnue du gouvernement de la cité, mais il est sous-représenté dans les registres écrits. C’est essentiellement dans leur communication avec l’administration royale que les Consellers recourent au castillan. On peut néanmoins avancer l’hypothèse de l’existence d’une pratique en partie codifiée. Tout indique, en effet, que l’on n’emploie pas une langue ou l’autre de façon aléatoire82. Les courriers émis par les Consellers sont écrits en catalan et suivent un patron dont ils ne peuvent pas s’éloigner, compte tenu qu’ils ont une valeur juridique et qu’ils engagent la responsabilité du Consell de Cent. En revanche, les memoriales écrits par les juristes pour aider les messagers de la ville dans leurs négociations avec le roi, le vice-roi ou les régents du conseil d’Aragon ou qui ont vocation, plus simplement, à leur être remis sont, eux, écrits ou traduits en castillan, dans la mesure où le catalan ne semble pas toujours compris à la cour. Aussi, dans certains cas, le choix de la langue semble-t-il déterminé par la prise en compte de la capacité de compréhension du destinataire, a fortiori lorsque la ville défend ses propres intérêts à la cour du roi d’Espagne ou auprès de la papauté. L’enquête mérite d’être poursuivie et élargie à d’autres institutions, politiques et religieuses, en procédant par sondage et dans la durée, afin de saisir les pratiques langagières dans toute leur complexité.

Notes de bas de page

1 Jordi Pujol, Memòries. Història d’una convicció (1930-1980), 3 t., t. I, Barcelona, La Butxaca, 2010, passim.

2 Les notions de « langue minoritaire », « minorité linguistique » ou encore « langue régionale » sont complexes à définir et leur sens varie d’un État à un autre, car elles sont associées à la revendication et à la concession de certains droits. Rafael Llussà, « L’État espagnol et ses langues vus de Catalogne », Hérodote, 105, 2002, p. 135-141 ; Christian Bassac et al., « Pour une définition de la notion de minorité linguistique : les difficultés du vague », Lengas, 83, 2018 (doi:10.4000/lengas.1713). Nous employons ici l’expression dans son sens le plus commun, pour rappeler qu’à l’époque moderne, c’est le castillan qui s’impose comme langue commune à l’ensemble de la monarchie hispanique.

3 Il existe de nombreuses études. Voir, entre autres, Isaac Gonzàlez Balletbò et al., Llengua i joves. Usos i percepcions lingüístics de la joventut catalana, Barcelona, Generalitat de Catalunya, 2014. Nous renvoyons également au site du gouvernement de Catalogne pour les dernières enquêtes. Nous ne mentionnons cette question que pour faire prendre conscience à un lectorat français des paramètres qu’il convient de considérer – quoi qu’on en pense – pour aborder la bibliographie relative aux questions linguistiques, car on ne peut la comprendre sans savoir ce que signifie parler une langue considérée comme minoritaire.

4 Enric Cassany et al., Història de la literatura catalana, V. Literatura contemporània (I). El Vuit-cents, Barcelona, Enciclopèdia catalana/Barcino, 2019. D’un point de vue historique et culturel, il importe de distinguer Renaixement et Renaixença. Le mot « Renaixement » renvoie au mouvement culturel de la Renaissance des xve-xvie siècles. Le terme Renaixença est certes lui aussi formé sur le verbe « renàixer », renaître, mais renvoie à un mouvement culturel de la seconde moitié du xixe siècle qui touche, selon des modalités différentes, les territoires de langues catalane et occitane. Il s’agit de faire renaître ces langues après plusieurs siècles de silence dû à une décadence culturelle commencée au tournant de l’époque moderne. En Catalogne, on date conventionnellement le début de la Renaixença avec la publication en 1833 de Oda a la pàtria de Carles Aribau. La promotion de la langue catalane se fait alors grâce à la publication de poésie (Jacint Verdaguer), de théâtre (Àngel Guimerà), de romans (Narcís Oller) et par la réhabilitation de la tradition des « jocs florals » (jeux floraux), due à Joaquim Rubio i Ors en 1841.

5 L’idée d’un conflit ou d’une bataille a d’abord été formulée par Mila Segarra, « El conflicte lingüístic català-castellà als segles xvi-xvii », in Pere Gabriel i Sirvent (dir.), Història de la cultura catalana. Renaixement i Barroc. Segles xvi-xvii, Barcelona, Éd. 62, 1997, p. 167-192, puis par Antoni Simon i Tarrés, Els orígens ideòlogics de la revolució catalana de 1640, Barcelona, Abadia de Montserrat, 1999. Id., Llengua i política a la Catalunya del segle xvii. Alexandre de Ros i Gomar (1604-1656), València, Afers, 2016, p. 39.

6 Julien Lanes Marsall, L’Ambassadeur de la République des Lettres. Vie et œuvre de Robert Robert i Casacuberta (1827-1873), Paris, Éd. hispaniques, 2017.

7 Lola Badia (coord.), Història de la literatura catalana/II, Literatura medieval (II). Segles xiv-xv, Barcelona, Enciclopèdia catalana/Barcino, 2014.

8 Valentí Almirall, Lo Catalonisme. Motius que el legitimen, fonaments científics i solucions pràctiques [1886], Barcelona, MOLC, 1979. Les paragraphes qu’il consacre à la langue se situent aux pages 69-70 de l’édition consultée.

9 Ibid., p. 52, le paragraphe intitulé « Causa determinant de la nostre decadència. Lo poble català és genuinament mediterrànic ».

10 Voir principalement les écrits fondateurs d’Enric Prat de la Riba, Compendi d’Història de Catalunya, in Id., Obra completa, éd. Albert Balcells et Josep M. Ainaud de Lasarte, Barcelona, Proa/Institut d’estudis satalans, 1998, vol. 1, p. 572-613 ; Ferran Soldevila, Història de Catalunya, Barcelona, Alpha, 1934-1945, vol. 2, p. 913-920.

11 Ibid., vol. 2, p. 166-219.

12 Enric Pujol Casademont, « Ferran Soldevila i la historiografía catalana del seu temps (1891-1971) », thèse de doctorat, Universitat Autònoma de Barcelona, 2000, p. 387-388.

13 Ferran Soldevila, op. cit.

14 Jordi Rubió i Balaguer, La cultura catalana del Renaixement a la Decadència, Barcelona, Éd. 62, 1964. Voir principalement les pages 131-139.

15 Riquer, Martí de, Molas, Joaquim (dir.), Història de la literatura catalana, vol. 10, Barcelona, Ariel, 1964.

16 Ernest Lluch, « La producció de llibres en català per territoris (1476-1860) », L’Avenç, 199, 1996, p. 20-24.

17 Albert Rossich, « Decadència i Renaixença: una visió programàtica de la literatura catalana. La literatura del xvi i del xvii vista des de la Renaixença », Estudis Universitaris Catalans, XXVIII, III, 1994, p. 33-50 ; Id., « És vàlid avui el concepte de decadència de la cultura catalana a l’època moderna? Es pot identificar decadència amb castellanització », Manuscrits : Revista d’Història Moderna, 15, 1997, p. 127-134 ; Id., « Literatura catalana moderna. Decadència? Aquesta no és la qüestió », Serra d’Or, 529, 2004, p. 33-35. Pour des travaux plus récents, voir Josep Solervicens et al. (dir.), Literatura moderna : Renaixement, Barroc i Il·lustració, Barcelona, Enciclopèdia Catalana/Barcino, 2016.

18 Albert Rossich, « Formas del plurilingüismo literario. Textos de doble y triple lectura », in Studia Aurea: Actas del III Congreso de la AISO, Pamplona, Ediciones Universidad de Navarra, 3 vol., vol. 1, 1996, p. 501-512.

19 Ernest Lluch, art. cit.

20 Eulàlia Miralles, « Canvi de llengua en el pas del segle xvi al xvii », in Actes del 13è col·loqui internacional de llengua i literatura catalanes, Barcelona, Abadia de Montserrat, 2006, p. 249-266. Voir également Carlos Pizarro Carrasco, « Imprenta y gobierno municipal en Barcelona. Sebastián y Jaime Matevat al servicio del Consell de Cent (1631-1641) », Hispania: Revista española de historia, 63, 213, 2003, p. 137-160.

21 Josep Solervicens, « Remuntar de la mecànica comprensió: la poètica barroca a l’àmbit català », in Antoni Lluís Moll, Josep Solervicens (dir.), La poètica barroca a Europa. Un nou sistema epistemològic i estètic, Lleida, Punctum&Mimesi, 2009, p. 151-182. Voir également Joan Santanach i Suñol, « La decadència de la Decadència. Consideracions sobre un concepte historiogràfic prescindible », in Albert García Espuche (dir.), Llengua i literatura. Barcelona. 1700, Barcelona, Ajuntament de Barcelona, 2011, p. 22-57

22 Mathias Ledroit, « Conceptos para el pueblo. A propósito de un diálogo publicado durante la revuelta de los catalanes de 1640: Insídies enemigues de Josep Bonaventura (1647) », in Los usos políticos del diálogo en la Monarquía hispánica en la época moderna, colloque international organisé par Mercedes Fernández Valladares et al. à Paris les 6 et 7 octobre 2022 (actes à paraître aux éditions Classiques Garnier).

23 Dès les années 1970, María Cruz García de Enterría insistait sur la question de la transmission et de la circulation des textes littéraires dans Sociedad y poesía de cordel en el Barroco, Madrid, Taurus, 1973. On renverra également aux travaux de Fernando Bouza, entre autres Corre manuscrito. Una historia cultural del Siglo de Oro, Madrid, Marcial Pons, 2001. Voir aussi la thèse de Verónica Zaragoza Gómez, En vers full desafiar… La poesia femenina a l’àmbit català (segles xvi-xvii) : edició crítica, Universitat de Girona, 2016. L’autrice édite quelques textes attribués à des poétesses et s’attache à reconstituer la biographie d’autres écrivaines dont on conserve des traces mais dont on a perdu les textes.

24 Antoni Simon i Tarrés, « The Medieval Legacy: Constitutionalism versus Absolutims. The Case of Catalonia », in Flocel Sabaté (dir.), The Crown of Aragon. A Singular Mediterranean Empire, Leiden/Boston, Brill, 2017, p. 459-483.

25 Joan Lluís Marfany, La llengua maltractada. El castellà i el català a la Catalunya del segle xvi al segle xix, Barcelona, Empúries, 2001 et Id., Llengua, nació i disglòssia, Barcelone, L’Avenç, 2008.

26 Max Cahner, « Llengua i societat en el pas del segle xv al xvi. Contribució a l’estudi de la penetració del castellà als Països Catalans », in Actes del Cinquè Col·loqui Internacional de Llengua i Literatura Catalanes, Barcelona, Abadia de Montserrat, 1980, p. 183-256. Pour Max Cahner, la castillanisation de l’administration royale en Catalogne s’expliquerait par le recours à des agents aragonais, l’administration aragonaise ayant subi une castillanisation bien avant les autres territoires de la couronne d’Aragon.

27 Ibid., p. 200-201. Voir également Ernest Belenguer Cebrià, La Corona de Aragón en la monarquía hispánica: del apogeo del siglo xv a la crisis del xvii, Barcelona, Península, 2001 et Id., Ferran II i la Corona de Aragó, Barcelona, Institut d’estudis catalans, 2018.

28 Sur la question de la crise du bas Moyen Âge, voir entre autres Maria Teresa Ferrer i Mallol, « L’expansió mediterrània de Catalunya i la crisi de la Baixa Edat Mitjana », in Princeses de terres llunyanes. Catalunya i Hongria a l’Edat Mitjana, Barcelona, Departament de Cultura i Mitjans de Comunicació / Oktatasi es Kulturalis Miniszterium, 2009, p. 341-363 et Ernest Belenguer Cebrià, « Una aproximació a la crisi de la baixa Edat Mitjana a Catalunya », Butlletí de la Societat Catalana d’Estudis Històrics, XXIV, 2013, p. 267-296.

29 Max Cahner, art. cit., p. 202-204. Voir également Ricardo García Cárcel, Historia de Cataluña. Siglos xvi-xvii, Barcelona, Ariel, 1985, 2 vol., t. 1, p. 81-112.

30 Josep M. Nadal, « El català en els segles xvi-xvii », L’Avenç, 100, 1987, p. 24-31.

31 Max Cahner, art. cit., p. 211.

32 Pere Molas Ribalta, L’alta noblesa catalana a l’Edat Moderna, Vic, Eumo, 2004.

33 Anna M. Torrent, « Llengua i poder polític a Catalunya al segle xvii », in Antoni Badia i Margarit, Michel Camprubí (dir.), Actes del vuitè col·loqui internacional de Llengua i Literatura catalanes, Barcelona, Abadia de Montserrat, 1989, vol. 2, p. 29-55.

34 Cristòfol Despuig, Los Col·loquis de la insigne ciutat de Tortosa (1557), éd. Enric Querol y Josep Solervicens, Barcelona, Abadia de Montserrat, 2011, p. 42.

35 Andreu Bosch, Sumari, índex o epítome dels admirables i nobilíssims títols d’honor de Catalunya, Rosselló i Cerdanya, Perpignan, Pere Lacavalleria, 1628, p. 21-22. À propos de la question linguistique chez Andreu Bosch, voir Christian Camps, « Andreu Bosch, un defensor de la llengua catalana al Rosselló », in Josep Massot i Muntaner (dir.), Homenatge a Arthyr Terry, Barcelona, Abadia de Montserrat, 1997, 4 t., t. III, p. 149-156. Derrière l’idée d’une dénaturation de la langue originelle se cache la thèse de l’existence d’une langue source, le Limousin (Llemosí), de laquelle dériveraient les différentes variantes du catalan. Voir August Rafanell Vall-Llosera (dir.), Un nom per a la llengua. El concepte de llemosí en la història del català, Vic, Eumo, 1991.

36 Antoni Simon i Tarrés, Llengua i política a la Catalunya del segle xvii. Alexandre Ros i Gomar (1604-1656), València, Afers, 2016, p. 34-53.

37 Ibid., p. 49.

38 Modest Prats, Política lingüística de l’església catalana. Segles xvi-xvii, Vic, Eumo, 1995, p. 17 sq.

39 Ibid., p. 19.

40 Dídac Cisteller, Memorial en defensa de la lengua catalana para que se predique en ella en Cataluña, Tarragona, Gabriel Roberto, 1636.

41 Alexandre Ros, Memorial en defensa de la lengua castellana, para que se predique en ella en Cataluña, s.l., s.n., s.d. Le texte est publié sous le pseudonyme de Juan Gómez Adrín. Bien qu’il ne soit pas daté, la date de 1636 fait l’unanimité.

42 Idem.

43 Enric Querol i Coll, « Alexandre Ros, degà de Tortosa i polemista al Concili Tarraconense del 1636 sobre la predicació en català », Beceroles: Lletres de llengua i literatura, 6, 2026, p. 145-160. Antoni Simon i Tarrés, Construccions polítiques i identitats nacionals, Barcelona, Abadia de Montserrat, 2005, p. 192-202 ; Matthias Gloël, « ¿En qué lengua predicar en Cataluña? La polémica de los memoriales de 1636 », Autoctonía. Revista de Ciencias Sociales e Historia, IV, 1, janv.-juin 2020, p. 28-43.

44 Lola Badia Pàmies et Isabel Grifoll, « Language : from the Countryside to the Royal Court », in Flocel Sabaté (dir.), The Crown of Aragon. A Singular Mediterranean Empire, Leiden/Boston, Brill, 2017, p. 361-386.

45 Marinette Matthey, « Diglossie », Langage et société, hors-série, 2021, p. 111-114. La citation est à la p. 114.

46 Josiane Boutet et al., « Sociolinguistique ou sociologie du langage ? », Critique, 344, p. 31-71.

47 Josiane Boutet, « Pratique langagière », Dictionnaire de la sociolinguistique, Paris, Éd. Maison des sciences de l’homme, 2021, p. 281-284. La citation est à la p. 182.

48 James Costa et Luca Greco, « Anthropologie linguistique », in Dictionnaire de la sociolinguistique, op. cit., p. 27-33. Nous conservons le terme en anglais ici, dans la mesure où son équivalent français, « schéma », ne traduit pas la première acception du terme anglais, à savoir, selon le Cambridge Dictionnary, « A particular way in which something is done, is organized, or happens ».

49 À propos des problèmes méthodologiques autour de cette question, voir Jean-Claude Waquet, « Introduction », in Stefano Andretta (dir.), Paroles de négociateurs : l’entretien dans la pratique diplomatique de la fin du Moyen Âge à la fin du xixe siècle, Rome, École française de Rome, 2010, p. 1-26.

50 On dispose de travaux ayant été réalisés dans ce sens pour la période du bas Moyen Âge. Nous renvoyons princpalement à Vicent Baydal, « La xarxa epistoral del Consell municipal de Barcelona (1433-1550) », in La ciutat en xarxa, Barcelona, Arxiu històric de la ciutat de Barcelona, 2009, p. 1-21 ; Id., « La correspondència municipal de Barcelona, València i Palma entre els segles xvixvii (c. 1510-c. 1630) », Scripta. International Journal of Medieval and Modern Literatur and Culture, 1, 2013, p. 105-136 ; Id., « El género epistolar en las escribanías municipales de Valencia y Barcelona (siglos xiv-xvi) », in Vicent Josep Escartí (dir.), Escribir y persistir. Estudios sobre la literatura en catalán, de la Edad Media a la Renaixença, Los Angeles/Buenos Aires, Argus-a, 2013, p. 81-98. Stéphane Péquignot, « Les langues des négociations au xve siècle. L’exemple de Barcelone », in Dejanirah Couto, Stéphane Péquignot (dir.), Les Langues de la négociation : approches historiennes, Rennes, PU Rennes, 2017, p. 97-128.

51 Jaume Dantí i Riu, El Consell de Cent de la ciutat de Barcelona (1249-1714), Barcelona, Rafael Dalmau, 2002. Id., Història connectada entre Catalunya i la Mediterrània (segles xvi-xviii), Barcelone, Rafael Dalmau, 2021

52 Il existe une autre série contenant, sous la forme de feuilles volantes, des brouillons de lettres, des notes préparatoires, des commentaires ayant servi à la rédaction finale des délibérations du Consell de Cent : les Bosses de deliberacions, qui se composent de 116 volumes, chronologiquement répartis entre 1439 et 1875. Nous la laisserons de côté, car elle présente un degré élevé de complexité et requiert une présentation beaucoup trop large que nous n’avons pas l’espace de réaliser ici.

53 Vicent Baydal, art. cit. et Stéphane Péquignot, « Les langues des négociations… », art. cit.

54 Stéphane Péquignot, « Les langues des négociations… », art. cit.

55 Nous n’avons pas encore trouvé dans les registres de réponses de Naples et de Palerme, ce qui, pour l’heure, ne nous permet pas de déterminer en quelle langue les deux villes répondent.

56 Arxiu Històric de la ciutat de Barcelona (dorénavant AHCB), Lletres closes originals, vol. 69, fol. 29.

57 AHCB, Lletres comunes originals, vol. 69, fol. 96.

58 Au sujet du problème posé par le titre d’ambassadeurs portés par les représentants du Consell de Cent, voir Mathias Ledroit, « La diplomacia del Consell de Cent », Pedralbes. Revista d’Història Moderna, 43, 2023, à paraître.

59 Pour ce qui concerne la documentation remise aux ambassadeurs du Consell de Cent, voir Mathias Ledroit, « Los embajadores del Consell de Cent en la corte de España. Aproximación a la actividad diplomática del Consell de Cent », Prohistoria, 35, 2021, p. 253-273 (doi:10.35305/prohistoria.vi35.1425).

60 AHCB, Lletres comunes originales, vol. 69, fol. 28

61 Ibid., fol. 46.

62 Montserrat Bajet Royo, El jurament i el seu significat jurídic al Principat segons el dret general de Catalunya (segles xiii-xviii), Barcelona, Universitat Pompeu Fabra, 2009.

63 AHCB, Registre de deliberacions, vol. 131, fol. 59r.

64 ACHB, Plets i processos, vol. 27, passim.

65 AHCB, Lletres closes, vol. 99 à 112.

66 Mathias Ledroit, « Les ambassadeurs catalans à Madrid en 1640 : chronique d’une guerre annoncée ? », in Béatrice Perez (dir.), Ambassadeurs, apprentis et maîtres comploteurs, Paris, PUPS, 2010, p. 333-341.

67 Mathias Ledroit, « La diplomacia del Consell de Cent », art. cit.

68 AHCB, Lletres comunes originals, vol. 76, fol. 247.

69 Eulogio Zudaire Huarte, « El Cardenal Infante, Virrey de Cataluña », Hispania, Revista española de historia, 84, 1961, p. 580-630 et Marion Duchesne, Fils et frères de roi : la place des infants Charles et Ferdinand de Habsbourg dans la Monarchie hispanique (1607-1634), thèse de doctorat, Université de Caen-Normandie, 2022, p. 519-534.

70 AHCB, Llibre de solemnitats, vol. 5, fol. 185.

71 AHCB, Lletres closes, vol. 79, fol. 127v.

72 Prosper de Bofarull i Mascaró (dir.), Ordenacions fetes per lo molt alt senyor Pere terç rey d’Aragó sobra lo regiment de tots los officials de la sua Cort, Barcelona, Colección de documentos inéditos del Archivo de la Corona de Aragón, t. V, 1850, p. 197-208.

73 Daniel Aznar Martínez, « Gloria y desgracia de un virrey francés de Cataluña. El mariscal de La Mothe-Houdancourt (1641-1644) », Pedralbes. Revista d’Història Moderna, 2006, p. 187-254.

74 Dans le cas des négociations à la cour de France, les Consellers adressent toute la documentation à leur ambassadeur en catalan, mais l’étude de la correspondance n’a, pour l’heure, pas permis de déterminer dans quelle(s) langue(s) les négociations étaient menées, bien que l’on puisse formuler l’hypothèse qu’elles se déroulaient en castillan, cette langue étant plus connue en France que ne l’était le catalan. Voir Daniel Moisés Sáez Rivera, « La lengua de las gramáticas y métodos de español como lengua extranjera en Europa (1640-1726) », thèse, Universidad Complutense de Madrid, 2007, 2 vol., vol. 1, p. 92-93.

75 Stéphane Péquignot, « Introduction. La parole des rois à la fin du Moyen Âge : les voies d’une enquête », e-Spania, 4, décembre 2007.

76 Rafael Valladares Ramírez, « Con voz tan baja. La audiencia del rey en la España del siglo xvii », in Rafael Valladares Ramírez, Feliciano Barrios Pintado, Juan Antonio Sánchez Bélen (dir.), En la Corte del Rey de España, Madrid, Polifemo, 2016, p. 127-179.

77 Stéphane Péquignot, « Les langues des négociations… », art. cit.

78 Dietari de la Generalitat de Catalunya. Volum V. Anys 1626 a 1644, Barcelona, Generalitat de Catalunya, 1999, p. 129.

79 Relación de la embaxada y solemne recebimiento que se hizo en la villa de Madrid a Pablo de Altarriba, Conceller en Cap, y Embaxador de la muy insigne, rica y leal Ciudad de Barcelona, en la Corte del invictíssimo Rey y señor nuestro don Felipe IIII, Barcelona, Estebán Liberós, 1622.

80 Stéphane Péquignot, « Les langues des négociations… », art. cit.

81 Corts Generals de Montsó (1585). Procés familiar del braç reial, Barcelona, Generalitat de Catalunya, 2001, p. 2.

82 Xavier Gil Pujol, « Las lenguas en la España de los siglos xvi y xvii : imperio, algarabía y lengua común », in Francisco Chacón Jiménez, Silvia Evangelisti (dir.), Comunidad e identidad en el mundo ibérico, Universitat de València, Universidad de Granada, Universidad de Murcia, 2013, p. 81-120.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.