Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Charles Quint, empereur polyglotte ?

p. 43-88

Résumé

Cette contribution est consacrée à l’un des débats divisant les historiens spécialistes du règne de Charles Quint : la réelle capacité de l’empereur à maîtriser la langue latine ainsi que les langues européennes parlées par ses sujets. Pour beaucoup d’auteurs, le roi-empereur était un souverain polyglotte, alors que pour d’autres il avait été réticent à l’apprentissage des langues dans sa jeunesse et ne maîtrisait correctement que le français, sa langue naturelle, et l’espagnol, appris tardivement. Pour essayer d’apporter des éléments de clarification, on prendra en considération des témoignages de l’époque ainsi que les rares passages dans lesquels Charles Quint lui-même parle de la nécessité de l’apprentissage linguistique. On remettra en perspective certaines affirmations des premiers biographes de Charles Quint et l’on avancera l’hypothèse que le roi-empereur prit conscience de l’importance des langues pour la construction de son image et pour nourrir le respect de ses divers sujets envers sa personne. Pour étayer cette hypothèse, on s’attardera sur les années de formation de Charles Quint avant d’interroger les différents témoignages directs ou indirects ainsi que quelques travaux biographiques sur le roi-empereur.


Texte intégral

Favellava Spagnuolo con quella dolcezza proprietà di voce, come fosse nato in quella Provincia. Sapeva benissimo la lingua Francese, […]. Latinamente parlava a bastanza, e in Tedesco ottimamente1.

1Dans cet article, nous allons nous concentrer sur un aspect au sujet duquel les historiens ont été et sont encore aujourd’hui très souvent en désaccord, c’est-à-dire la réelle capacité de Charles Quint à maîtriser la langue latine et plusieurs langues européennes parlées par ses sujets. Pour beaucoup d’auteurs l’Empereur était un souverain polyglotte alors que pour d’autres il était un prince réticent à apprendre les langues. Nombreux sont les lieux communs nés autour de cet argument, dont il est difficile de repérer les sources. Encore aujourd’hui on continue d’attribuer à l’empereur des « deux mondes » une phrase dont on aurait bien du mal à citer la source : « Je parle anglais aux marchands, italien aux femmes, français aux hommes, espagnol à Dieu et allemand à mon cheval… ». Selon une autre version, Charles Quint aurait dit, on ne sait pas très bien à quel moment de sa vie : « J’ai appris l’italien pour parler au pape ; l’espagnol pour parler à ma mère ; l’anglais pour parler à ma tante ; l’allemand pour parler à mes amis ; le français pour me parler à moi-même ».

2Au-delà de ces lieux communs et de ces maximes, dans la réalité historique Charles Quint était-il vraiment en mesure de maîtriser toutes les langues parlées par ses sujets ? Quelle a été l’aptitude de ses maîtres formateurs par rapport à l’apprentissage de ces différentes langues et quelle fut l’aptitude du roi-empereur dans sa pratique courante au contact des différentes populations lors de ses innombrables voyages à travers une bonne partie de l’Europe ?

3Dans ce travail, nous allons essayer d’apporter un élément de clarification en tenant compte des témoignages de l’époque et en analysant également les rares passages dans lesquels l’Empereur lui-même parle de la nécessité pour un prince d’apprendre des langues. Il s’agit de vérifier la véridicité des affirmations faites par les premiers biographes de Charles Quint, d’explorer l’hypothèse d’une possible prise de conscience par Charles Quint du rôle que les langues jouaient dans l’image que les sujets se faisaient de leurs propres souverains et le respect qu’ils nourrissaient en conséquence envers le détenteur du pouvoir. Pour étayer cette hypothèse nous allons tout d’abord nous intéresser à ses années de formation avant d’interroger les différents témoignages directs ou indirects ainsi que quelques travaux biographiques sur le roi-empereur.

Une éducation chevaleresque

4La première chose qui interroge quand on étudie les vicissitudes de Charles Ier roi de Castille et d’Aragon est que, lorsqu’il arrive en Espagne, à dix-sept ans, il ne connaît ni la langue castillane ni les autres langues parlées par ses sujets dans la péninsule Ibérique. Comment est-il possible que, bien que Charles de Gand et son entourage sachent depuis longtemps qu’il allait devenir roi pour succéder à Ferdinand le Catholique, le problème de l’apprentissage de la langue parlée par les sujets ibériques ne se soit pas posé ? Il est vrai que Charles n’avait pas pu profiter de la proximité de sa mère, Jeanne de Castille, dont la langue maternelle était le castillan, mais il est également vrai que, pendant ses années de formation, il a eu des professeurs d’origine espagnole qui auraient très bien pu assumer cette tâche2. La paresse de Charles est-elle en cause ou y a-t-il d’autres raisons ? Il semblerait que l’une des premières causes se trouve dans la formation culturelle de la personne responsable de son éducation : Guillaume de Croÿ, seigneur de Chièvres, qui deviendra également le ministre plénipotentiaire dans les années d’initiation de Charles de Gand à l’administration du pouvoir.

5En 1506, pour faire face au vide du pouvoir à la suite de la mort de Philippe le Beau, les États Généraux des provinces des Pays-Bas réunis à Malines reconnurent le futur Charles Quint, alors âgé de six ans, comme le nouveau comte de Flandres et le seigneur des territoires gouvernés par son père et proclamèrent Maximilien Ier régent des Pays-Bas. Toutefois, l’empereur du Saint Empire romain germanique confia le gouvernement des territoires bourguignons à sa fille Marguerite jusqu’à la majorité de son petit-fils. Marguerite prit en charge trois de ses cinq neveux et s’installa à Malines dans un palais de style Renaissance qu’elle fit construire en face de la résidence ducale où vivaient les enfants de son frère Philippe.

6C’est dans une ambiance raffinée, dans un milieu culturel où la langue officielle était le français, que Charles de Gand passa ses années de formation. Il est certain que Marguerite fit tout son possible pour que ses neveux grandissent dans une ambiance agréable, paisible et joyeuse. Néanmoins, les historiens n’ont pas beaucoup d’informations concernant le programme éducatif de Charles car les documents existants sur cette période ne s’attardent pas sur les matières étudiées par le jeune disciple et jamais le futur Empereur ne mentionna quoi que ce soit sur cette période de sa vie dans ses Mémoires écrites quarante ans plus tard.

7D’une manière générale, on peut dire que les matières enseignées pour parfaire l’éducation d’un prince dans les cours européennes étaient le latin, le grec, le français et, moins fréquemment, les mathématiques, la logique et le droit. Parmi les textes étudiés, les œuvres de chevalerie étaient les plus prisées, car elles transmettaient les valeurs de la société médiévale comme la vertu chevaleresque, l’honneur et l’importance de la réputation. L’histoire familiale et les prouesses des ancêtres étaient également au programme. De même, la lecture des exploits et des actions exemplaires des héros antiques visait à parfaire l’éducation chevaleresque.

8Dans un premier temps, Charles Poupet, seigneur de La Chaulx, fut nommé chef d’études de Charles de Gand3. La formation du jeune prince était encadrée par deux maîtres flamands, Robert de Gand et Adrian Wiele, et par trois espagnols, Juan de Anchieta, Juan de Vera et Luis Cabeza de Vaca, un humaniste espagnol qui resta au service de Marguerite pendant huit ans comme « maître d’école » de Charles4. Dans un deuxième temps, en 1509, l’Empereur nomma Guillaume de Croÿ, seigneur de Chièvres, premier chambellan avec la charge d’encadrer l’éducation de Charles. Chièvres était un noble d’origine wallonne qui adhérait pleinement à l’esprit de la noblesse bourguignonne et il était probablement convaincu qu’un vrai prince devait surtout s’exercer à la pratique des armes et apprendre à faire la guerre. Charles continua ainsi à grandir au sein d’une culture aristocratique moins attachée à une bonne formation intellectuelle qu’à l’apprentissage du maniement des armes. L’exercice physique, le maniement de l’épée, les tournois et les joutes entre chevaliers étaient les principales disciplines dispensées. Préférant l’activité physique à la lecture, Charles voulait exceller dans l’art de la guerre et aspirait à marcher sur les traces de ses ancêtres5.

9Avec ses compagnons, il apprit à monter à cheval, à rompre les lances, à se battre en duel à l’épée et à chasser en forêt. Cela explique en partie le fait que le jeune garçon ait négligé l’étude du latin, du grec et d’autres matières qui selon Érasme étaient nécessaires à la formation d’un prince. En 1511, Marguerite nomma comme précepteur de Charles Adrien d’Utrecht, doyen de Saint-Pierre de Louvain. Cet homme d’origine modeste, aux coutumes austères, était partisan d’une vie religieuse fondée sur le retour à l’enseignement primitif du Christ, sur la piété sincère et sur la préférence pour la prière personnelle dans un rapport direct avec Dieu. Le futur pape Adrien VI transmit ces principes à son jeune disciple et lui inculqua une piété sincère et un christianisme pur.

10Ces années de formation furent fondamentales dans le parcours politique de Charles qui garda constamment à l’esprit les enseignements moraux, chevaleresques et religieux ainsi que les coutumes bourguignonnes dans lesquelles il fut élevé. Néanmoins, le jeune prince resta réticent à l’étude de la langue latine si l’on en croit un témoignage rapporté par Alfonso de Ulloa, l’un des premiers biographes de Charles Quint. Selon Ulloa, Charles avait été accueilli par un discours prononcé en latin lors de son arrivée à Gênes en 1529. Gêné de ne pas comprendre le discours, l’Empereur, qui s’apprêtait à être couronné « empereur des Romains » à Bologne, se serait excusé devant les autorités génoises en rappelant que son précepteur Adrien d’Utrecht lui disait toujours qu’un jour il regretterait « sa négligence enfantine » vis-à-vis de la langue latine6. Nous reviendrons plus avant sur cet aspect.

11En 1515, Érasme, quittant Bâle dans l’intention de se rendre en Angleterre, fut retenu trois jours à Gand par le chancelier des Pays-Bas, Jean le Sauvage, qui lui proposa la charge de conseiller de Charles de Gand et lui commanda un manuel d’éducation politique pour le prince. C’est dans un esprit irénique qu’Érasme rédigea l’Institutio principis christiani, fruit d’un travail de réflexion sur les liens indissociables que le pouvoir devait entretenir avec la religion7. Dans ce traité d’éthique gouvernementale paru à Bâle en mars 1516 Érasme, en tant que théologien, établissait un modèle de conduite morale et d’action politique pour le jeune prince et brossait le portrait idéal d’un hypothétique prince parfait8. Bien sûr, les humanistes de l’époque – au premier rang desquels Érasme – proposaient d’autres textes comme fondements pour l’éducation d’un prince. Cependant la Bible restait le texte sacré et, en tant que tel, le fondement de l’enseignement religieux.

12Peu de temps avant que Charles ne reçût en héritage les royaumes de Castille et d’Aragon, Érasme incitait le jeune homme à la lecture de l’Histoire ainsi que des grands auteurs de l’Antiquité païenne tels que Platon, Aristote, Cicéron, Sénèque ou Plutarque. Il proposait comme modèles David et surtout Salomon, ce dernier étant un roi pacifique à l’image du Christ, le véritable roi de l’Univers.

13Même si la pensée d’Érasme joua un rôle important à la Cour, Charles, sous l’influence de Chièvres, préférait les armes et les chevaux aux livres9. Il est tout à fait probable que le jeune prince n’ait pas lu son Institutio principis christiani puisque les années suivantes, surtout dans le contexte de sa rivalité avec François Ier, il fit exactement le contraire de ce que prescrivait ce manuel du parfait prince chrétien. Il fut sans doute moins perméable aux idées de l’humanisme chrétien que ne le fut son frère Ferdinand, et sa politique belliciste fut nettement contraire à la pensée iréniste d’Érasme10. Toutefois, il est difficile de penser que la raison de son éloignement des préceptes iréniques prônés par Érasme venait uniquement de la probable méconnaissance de la langue latine.

La Castille et le castillan

14Vers la fin de l’année 1502, Philippe le Beau était retourné en Flandre en laissant Jeanne de Castille enceinte auprès de ses parents. Le 10 mars 1503 naissait à Alcalá de Henares le frère de Charles qui portait le prénom de son grand-père maternel et parrain : Ferdinand. Après la naissance de son deuxième fils Jeanne de Castille, ne supportant plus l’éloignement de son mari, voulut à tout prix partir pour la Flandre. Ses parents s’y opposant, elle fut enfermée dans le château de Mota, près de Medina del Campo, où elle montra des signes d’agitation. Finalement, Jeanne put quitter la Castille pour Bruxelles après avoir laissé son deuxième fils à ses parents.

15La santé de Jeanne préoccupait sa mère Isabelle. Voyant la mort approcher, celle-ci dicta le 12 octobre 1504 ses dernières volontés, en considérant l’éventualité que Jeanne ne fût pas en mesure de gouverner la Castille. Un mois plus tard, elle y ajoutait un codicille. Jeanne restait l’héritière universelle et Philippe, en tant que roi consort, pouvait participer au gouvernement du royaume. Il était aussi précisé qu’en cas d’absence ou d’incapacité de Jeanne à gouverner, la régence de la Castille serait assurée par son époux Ferdinand, et ce jusqu’aux vingt ans de Charles de Gand11. Après la mort d’Isabelle, les Cortès de Toro de 1505 acceptèrent son testament et la régence de Ferdinand, mais refusèrent de considérer que la légitime héritière était inapte à gouverner.

16Par ailleurs, le 27 octobre de la même année, à Saragosse, les Cortès aragonaises acceptèrent de reconnaître Jeanne, Philippe et leurs enfants comme les successeurs sur le trône du royaume, tout en se réservant le droit de dissoudre le serment de fidélité si un éventuel remariage de Ferdinand le Catholique lui apportait un fils et qu’il voulait l’asseoir sur le trône d’Aragon. Pour obtenir cet héritier, Ferdinand II d’Aragon se rapprocha du roi de France. La paix avec la France fut établie par le traité de Blois de 1505. Ferdinand épouserait Germaine de Foix, nièce de Louis XII. Le roi de France cédait à Germaine ses droits dynastiques sur le royaume de Naples, alors que Ferdinand s’engageait à désigner comme héritier du Royaume d’Aragon l’éventuel fruit de ce mariage.

17D’autre part, concernant la Castille, le caractère épisodique mais toujours plus fréquent des crises de Jeanne, entrecoupées de moments de lucidité, donna une raison valable à son père de la tenir à l’écart du pouvoir. Ferdinand s’empressa de faire circuler dans les cours européennes la nouvelle de la folie de sa fille avant de la faire enfermer au palais ducal de Tordesillas en 1509, entourée d’une petite cour. Cette décision scella le destin de la reine de Castille. À partir du jour de son enfermement, Jeanne fut évincée et n’usa que sporadiquement de son pouvoir royal même si elle conserva son titre jusqu’à la fin de sa vie, en 1555.

18Le rêve de Ferdinand de léguer le trône d’Aragon à un descendant direct se brisa le 3 mai 1509 quand son fils Jean mourut le jour de sa naissance. Dès lors, il chercha à entraver l’avènement de Charles de Gand d’une autre façon ; il plaça tous ses espoirs dans le frère de Charles, le petit Ferdinand, son petit-fils né et élevé en Espagne. En mai 1512, il fit rédiger un testament à Burgos dans lequel il désignait le jeune Ferdinand régent de Castille et lui transmettait les titres de grand maître des ordres de Santiago, Calatrava et Alcantara qu’il avait reçus d’Isabelle.

19Jusqu’au bout, le vieux roi aragonais s’opposa à ce que Charles de Gand fût l’héritier au trône. Le jeune Ferdinand, qui avait grandi à ses côtés, parlait espagnol et avait reçu une véritable éducation de prince catholique, et était bien plus à même de diriger les royaumes de Castille et d’Aragon. Ferdinand II d’Aragon aimait Ferdinand comme un fils et souhaitait au moins lui donner le royaume d’Aragon en héritage. Pour éviter ce danger, Chièvres avait envoyé Adrien d’Utrecht en Espagne pour négocier avec Ferdinand II d’Aragon et préserver les intérêts de son pupille. Il proposait que le Roi Catholique reste régent de Castille jusqu’à ce que Charles atteigne ses vingt-cinq ans, même si la reine Jeanne venait à mourir. Il lui proposait aussi une aide de 50 000 ducats par an, à condition qu’il acceptât Charles comme héritier de son royaume d’Aragon.

20En décembre 1515 la nouvelle s’était répandue à la cour de Bruxelles que le roi d’Aragon persistait à vouloir confier à son petit-fils Ferdinand la régence provisoire de la Castille et la charge de grand maître des puissants ordres militaires et religieux de Santiago, Alcantara et Calatrava. Face à la menace que cela représentait pour Charles, il fut décidé qu’Adrien d’Utrecht devait convaincre le cardinal Cisneros de préparer le terrain de la succession de Charles et, si nécessaire, d’assumer lui-même la régence provisoire. Ferdinand II d’Aragon tenta jusqu’au bout de s’opposer à la succession de Charles, sinon pour la Castille du moins pour l’Aragon, la Sicile, Naples, le Roussillon, la Cerdagne et la Navarre. Ses conseillers peinèrent à le convaincre qu’en désignant son petit-fils Ferdinand comme son successeur il allait déclencher une guerre civile.

21Le 22 janvier 1516, le roi d’Aragon finit par changer d’avis et fit rédiger un nouveau testament. Il reconnaissait Charles comme son successeur légitime en Aragon malgré la loi salique excluant les femmes et leurs héritiers de la succession au trône. En revanche en Castille l’héritière était Jeanne, toujours enfermée à Tordesillas pour raisons de santé. Charles était son légitime successeur et Ferdinand le nommait gouverneur général tant que sa mère restait en vie. Par ailleurs, il désignait son fils naturel Alphonse, archevêque de Saragosse, régent d’Aragon et le cardinal Cisneros régent de Castille jusqu’à l’arrivée de Charles en Espagne. Ainsi, pour accroître le pouvoir de son successeur, Ferdinand le Catholique avait retenu une solution injuste aux yeux de beaucoup d’Espagnols et sans compassion à l’égard de son petit-fils espagnol Ferdinand, à qui il ne transmettait aucun de ses États.

22Finalement, le 23 janvier 1516 Ferdinand le Catholique quittait le monde des vivants à Madrigalejos en Estrémadure. La situation dans les royaumes d’Espagne devint alors très confuse. Les Castillans acceptant difficilement d’exclure Jeanne de Castille du trône, la question de la succession s’annonçait compliquée. Mis à part les deux régents désignés par le testament de Ferdinand, la cour de Bruxelles, de son côté, nomma Adrien d’Utrecht régent en Espagne. Soupçonnant un coup de force de Bruxelles, le Conseil de Castille envoya le 4 mars une lettre à Charles dans laquelle il affirmait que la mort de Ferdinand II d’Aragon ne lui donnait pas plus de droits que ceux qu’il possédait auparavant « car ces royaumes n’étaient pas les siens »12. De plus, il n’y avait aucune nécessité de se déclarer roi, car cela amoindrirait « l’honneur et la révérence qu’on doit par la loi divine et humaine à la reine notre souveraine et votre mère »13.

23L’influence de Chièvres sur Charles préoccupait don Alonso Manrique de Lara, évêque de Badajoz et membre de la Chapelle palatine, lequel depuis Bruxelles écrivit à Cisneros que Chièvres était français de naissance et encourageait le prince à nouer des liens avec le roi de France. De plus, Charles ne savait pas un mot de castillan, les courtisans flamands étaient très avides de pouvoir, des Espagnols présents à la cour de Bruxelles voulaient supprimer l’Inquisition et bientôt Charles serait proclamé roi de Castille et d’Aragon14.

24Ce fut le même évêque de Badajoz qui présida la cérémonie en hommage à Ferdinand II d’Aragon à Bruxelles les 13 et 14 mars 1516. Il s’agissait d’un rite revêtant les caractéristiques d’une véritable consécration de Charles comme successeur légitime de Ferdinand. Les versions imprimées en castillan et en latin du compte rendu de la cérémonie permettent de comprendre la prudence de la cour de Bruxelles face à l’héritière légitime des couronnes. La version castillane rapportait la phrase criée par le héraut dans l’église Sainte-Gudule, selon laquelle Charles apparaissait comme codétenteur du titre avec sa mère Jeanne. En revanche, dans la version latine destinée aux cours européennes, le nom de sa mère avait disparu afin de mettre en évidence les pleins pouvoirs de Charles sur les royaumes hérités15. Charles fut proclamé roi de Castille et d’Aragon même si l’héritière légitime du trône de Castille était sa mère Jeanne. La formule trouvée fut celle d’une monarchie cogouvernée – ce qui était vrai en théorie seulement – jusqu’en 1555, année de la mort de Jeanne et de l’abdication de Charles Quint.

25En septembre 1517, Charles et sa sœur Éléonore arrivèrent en Espagne. Après avoir rendu visite à leur mère au palais ducal de Tordesillas, ils se dirigèrent vers Valladolid. En chemin, Charles s’arrêta à Mojados, où l’attendait son jeune frère Ferdinand qu’il n’avait encore jamais vu. Si leur rencontre fut chaleureuse leur conversation fut limitée car ils ne parlaient pas la même langue. Ferdinand avait grandi dans la péninsule Ibérique sous la houlette de son grand-père espagnol tandis que Charles, éduqué dans la tradition bourguignonne, ne connaissait ni l’Espagne ni les langues parlées par ses sujets.

26C’est avec son frère Ferdinand que Charles allait faire son entrée à Valladolid le 18 novembre 1517. Derrière les deux jeunes princes, deux groupes de pouvoir se disputaient le destin politique de la péninsule. Toutefois, Charles avait un avantage sur son frère : sa primogéniture. Il fit valoir son droit d’aînesse et décida du sort de son frère, l’obligeant à quitter l’Espagne. C’est ainsi que Ferdinand fut bientôt destiné à partir pour les Pays-Bas, où il poursuivit sa formation au contact d’Érasme et dans la fascination que ce dernier exerçait sur lui. Assurément, avec ce départ, les royaumes espagnols perdaient toute possibilité de soustraire le pouvoir aux Flamands.

27Dès son arrivée en Espagne, Charles apparut pour beaucoup de nobles et hommes du peuple castillans comme un souverain étranger. Ses sujets le jugèrent hautain, peu chaleureux et superficiel et surtout incapable de parler castillan. L’évêque Mota faisait office d’interprète car Chièvres non plus ne connaissait pas la langue castillane alors qu’Adrien d’Utrecht s’exprimait surtout en latin16. Ce prince étranger qui arrivait en Espagne accompagné d’une cour elle-même essentiellement composée d’étrangers – emmenés par le « Français » Chièvres – ne manqua pas de révolter les Castillans, exaspérés par l’arrogance de ceux qui se comportaient en véritables occupants. Ses conseillers ne se soucièrent guère des exigences des Castillans, ne tenant pas compte de la colère de la noblesse locale qui se voyait spoliée de ses énormes bénéfices et des postes de pouvoir. Ces étrangers, nouveaux gouvernants de la Castille, étaient détestés de toute la population en raison de leur avidité.

28Le comportement des Flamands devint très vite insupportable aux yeux de la population, entraînant de nombreux affrontements et plusieurs victimes. Le mécontentement se manifesta dès les premières séances des Cortès de Valladolid. Les requêtes des représentants étaient regroupées en quatre-vingt-huit articles et concernaient en particulier l’apprentissage urgent de la langue castillane, le choix rapide d’une épouse pour assurer un héritier et la permanence de son frère Ferdinand en Espagne jusqu’à l’avènement d’un nouveau roi.

29Les réponses du gouvernement furent conciliantes sur d’autres aspects mais ces requêtes ne furent pas satisfaites. Par ailleurs, malgré les promesses de Charles, les Flamands continuaient à dicter leurs lois à la Cour. Face à l’arrogance du roi et de ses ministres, face aux engagements pris par Charles lors des Cortès et aux attentes déçues de la population castillane, les Comunidades se mobilisèrent pour exiger un changement. Prônant une véritable transformation politique, les comuneros voulaient limiter le pouvoir des conseillers de Charles. La révolte qui s’ensuivit fut un épisode emblématique de la capacité des Castillans à réagir face à l’arrogance des étrangers et à lutter pour leur liberté.

30Avec l’échec de la révolte la Castille paya un lourd tribut. La répression des insurgés fut violente et se traduisit par nombre de condamnations à mort et confiscations de biens. Lorsque Charles Quint regagna l’Espagne en 1522, ce fut dans l’intention de réhabiliter l’image qu’il avait laissée lors de son premier voyage. C’est ainsi qu’il s’efforça de montrer plus de respect pour les coutumes et les traditions du pays, plaça des nobles espagnols dans les différents conseils et surtout se décida finalement à apprendre le castillan. Il avait retenu la leçon. De son côté, la Castille garantit sa fidélité à la couronne et consentit à lui fournir, de longues années durant, les soldats et l’argent indispensables au maintien du système impérial.

Le Saint-Empire et l’allemand

31Le 28 juin 1519, à Francfort, Charles Ier d’Espagne fut élu empereur à l’unanimité par les sept électeurs, même si celui de Brandebourg déclara dans un acte notarial officiel que le vote fut dicté par la crainte des forces militaires présentes sur les lieux17. Après l’élection impériale et l’obtention du titre de « Roi des Romains » du Saint Empire, Charles se retrouva à la tête d’un agrégat de territoires sans cohésion, qui s’étendaient des Indes occidentales à l’Europe et où vivaient des peuples de cultures et de langues différentes comme le bourguignon, le flamand, l’espagnol, l’allemand, l’italien, sans oublier les langues parlées dans les Indes occidentales.

32Sitôt élu et couronné roi des Romains, Charles dut affronter l’un des plus graves problèmes de l’époque : la diffusion d’une nouvelle conception religieuse remettant sévèrement en cause la doctrine chrétienne officielle ainsi que l’autorité de l’Église de Rome et pouvant rompre l’unité du christianisme et mettre en danger son programme politique. En Allemagne, Martin Luther (1483-1546), frère théologien augustinien, était à l’origine de cette contestation. Le procès contre Luther qui se conclut à Rome le 3 janvier 1521 confirma l’excommunication du moine augustinien considéré comme un « hérétique notoire ». Peu de temps après, le 28 janvier 1521, s’ouvrirent les sessions de la Diète de Worms. Les représentants des états étaient impatients de connaître la position de Charles Quint à l’égard de Luther et refusaient d’entériner une condamnation avant que le moine ne soit entendu.

33Charles convoqua alors le frère Martin en lui accordant un sauf-conduit lui permettant de rejoindre sans incident la ville de Rhénanie. Le 18 avril, Luther prononça un discours devant la Diète dans lequel il refusait de se rétracter. Toutefois, les convictions religieuses de Charles étaient solides et les concepts inculqués par l’Église à propos des hérétiques et de la doctrine officielle bien ancrés en lui. De sa propre main, Charles écrivit un document en français contenant son credo religieux. Les documents originaux contredisent Prudencio de Sandoval lorsqu’il affirme que Charles, sans être vu par personne, aurait écrit la lettre directement en allemand18. Le lendemain, le texte fut lu devant les représentants de la Diète d’abord en français puis en allemand. Il considérait les théories de Luther comme hérétiques et souhaitait les éradiquer. Le texte commençait ainsi : « Vous savez que je suis descendu des empereurs très-crestiens de la noble nation Germanique, des roys catholiques d’Espaigne, des archeducz d’Austrie, des ducz de Borgoingne, lesquelz tous ont estéz jusques à la mort filz fidèles de l’église Romaine »19. La rédaction de ce texte en français prouve qu’à cette époque Charles ne connaissait pas l’allemand ou du moins ne maniait pas assez la langue de son grand-père Maximilien Ier pour pouvoir s’adresser directement en allemand aux représentants de la Diète du Saint-Empire.

34En effet, contrairement à Charles, son grand-père paternel, bien que très attaché à la tradition chevaleresque, avait reçu une éducation humaniste de premier ordre. Ce prince autrichien, protecteur des artistes et des arts qui se targuait de parler de nombreuses langues, fut l’un des souverains les plus atypiques de la Renaissance. Dès son arrivée dans les Pays-Bas bourguignons pour épouser Marie de Bourgogne, fille de Charles le Téméraire, il s’était adapté rapidement et sans heurts aux nouvelles coutumes et à l’esprit courtisan, militaire et chevaleresque de la cour. Soucieux de ne pas être considéré comme un prince étranger, il apprit au plus vite le français, langue officielle de la cour, et le flamand. Outre ces deux langues et son allemand natal, Maximilien Ier parlait aussi le latin, l’anglais et l’espagnol. Selon lui, il fallait être polyglotte, car un homme de guerre côtoyait des mercenaires originaires de tous les coins de l’Europe. Les quatre œuvres semi-autobiographiques composées par Maximilien sur la vie chevaleresque, la formation d’un prince et les triomphes militaires furent sans doute fondamentaux pour forger le caractère du jeune prince20. Pour Charles, son grand-père paternel était un modèle à suivre dans la manière de se gouverner et de gouverner ses sujets. Toutefois, il n’avait pas suivi son exemple sur le terrain linguistique et, en tant qu’empereur du Saint-Empire, il connaissait partiellement la langue parlée par le peuple allemand21. Néanmoins, son élection avait été possible parce que son grand-père était un Allemand et la candidature de son rival François Ier avait été écartée parce qu’il était impensable que les électeurs puissent élire un prince étranger alors que, depuis toujours, cette dignité revenait à la « nation germanique »22.

35L’idée que Charles se faisait du gouvernement du Saint-Empire apparut très clairement à la Diète de Worms de 1521. L’éventualité de former un gouvernement avec son propre président, comme les représentants des États l’avaient demandé à plusieurs reprises à Maximilien Ier, fut vite écartée. Les intentions de Charles de gouverner seul le Saint-Empire furent annoncées en toute transparence et les États l’acceptèrent. En son absence, le gouvernement serait délégué à un lieutenant qui pouvait être son frère Ferdinand ou le comte palatin du Rhin. Finalement, Charles finit par nommer son frère, qui ne parlait pas non plus l’allemand, pour le remplacer pendant ses périodes d’absence à la tête du gouvernement. La première de ces absences dura huit ans, de 1522 à 1530, et permit au luthéranisme de se développer rapidement dans la société allemande.

36Pendant ces années passées en Espagne, Charles recevait continuellement des nouvelles d’Allemagne. Les rapports entre les princes du Saint-Empire et Ferdinand n’étaient pas des meilleurs. Les premiers étaient irrités par les manières « à l’espagnole » et l’arrogance du jeune lieutenant qui les traitait comme de simples vassaux et « à la façon d’Espagne »23. Naturellement, les lettres en allemand écrites depuis la cour de Charles ne l’étaient pas de la propre main de l’Empereur. Elles revêtaient souvent un caractère officiel et étaient destinées à la chambre impériale. C’est le cas des lettres envoyées à Ferdinand concernant une mise au ban de François Ier, coupable d’avoir usurpé des terres appartenant au Saint-Empire24. L’objectif était de rendre publiques les décisions de l’Empereur afin que tout le monde sache la raison de son entrée en guerre25. Toutefois, nous disposons d’un témoignage du milieu des années vingt du xvie siècle, semblant indiquer que Charles était tout à fait capable de s’exprimer oralement en allemand26. Face aux ambassadeurs anglais et polonais qui le félicitaient pour la victoire de Pavie et en l’absence du chancelier Gattinara, Charles les aurait remerciés dans cette langue27. D’autre part, il ne faut pas oublier que Charles Quint s’était engagé lors de son élection à adopter les langues allemande et latine comme langues officielles pendant les Diètes.

37Sur certains objectifs politiques, les deux frères étaient en parfaite harmonie. Le gouvernement et le Tribunal impérial devaient rester entre leurs mains. Un accord rapide du pape pour le couronnement impérial à Rome était nécessaire, afin que les princes électeurs se prononcent en faveur de Ferdinand comme futur « Roi des Romains ». Cette élection aurait garanti aux Habsbourg la succession à la tête du Saint-Empire. Néanmoins les choses en Europe avançaient autrement, la guerre contre la France, la bataille de Pavie, la captivité de François Ier, le traité de Madrid, la Ligue de Cognac et le sac de Rome avaient détourné Charles de son projet dynastique en Allemagne.

38Après de stériles négociations entre la fin de 1527 et le début de 1528, le 21 janvier 1528, l’ambassadeur français Gabriel de Gramont, évêque de Tarbes, en présence de tous les autres ambassadeurs de la Ligue de Cognac, demanda à Charles, alors à Burgos avec sa cour, la libération de Clément VII, prisonnier au château Saint-Ange de Rome et celle des enfants de François Ier, retenus otages par l’Empereur. C’était une requête conjointe de tous les adhérents à la Ligue de Cognac. De plus, l’ambassadeur anglais Francis Poyntz sollicita de Charles 1,6 million de ducats d’indemnités28. Le héraut d’armes d’Henri VIII, Clarenceau, et l’un des seize hérauts du roi de France, Guyenne, se présentèrent le lendemain dans la grande salle de la Cour pour lire au roi-empereur une déclaration de guerre29. François Ier accordait quarante jours à son adversaire pour libérer le pape, restituer les deux otages et rembourser Henri VIII. Charles Quint, entouré de ses conseillers, accusa une nouvelle fois le roi de France de manquer à sa parole30. Il demandait simplement que le traité de Madrid soit respecté pour pouvoir ainsi récupérer la Bourgogne31 et il se déclara prêt à se battre en duel contre lui pour éviter la mort de chrétiens innocents.

39Dans la société chevaleresque du xvie siècle, habituée à la guerre et au combat individuel, une offense qui souillait l’honneur ou la dignité personnelle pouvait bien souvent être lavée par le duel. Manquer à la parole donnée était une infamie susceptible d’être résolue par les armes. Ainsi, selon les règles de la chevalerie, Charles pouvait défier son ennemi, même si, comme l’écrit l’historien florentin Guichardin, cela « était plus digne entre chevaliers qu’entre si grands princes »32.

40Le 4 novembre 1529, Charles Quint écrivit à son frère Ferdinand pour lui faire part de son intention d’aller à Rome afin de se faire couronner et pour recueillir son avis à propos de l’affaire de duel qui touchait « son honneur et sa vie ». Il avait consulté, disait-il, ses conseillers, des prélats, des grands d’Espagne et « plusieurs gentilzhommes et gens de longue robe, et a aultres personnes experimentees en telle matiere, pour avoir leur advis et conseil », et tout le monde lui avait dit qu’il avait « souffisamment satisfait et accompli à son honneur »33. Il priait aussi son frère de dépêcher les lettres qu’il avait écrites au roi de Pologne, aux princes électeurs, aux princes du Saint-Empire et à la Chambre impériale et lui demandait de faire « translater en allemand, imprimer et publier » les copies authentiques des lettres qu’il lui envoyait34. Son insistance pour faire publier en allemand tous les documents montre l’importance qu’il attachait à ce que les princes, les États et les sujets du Saint-Empire soient informés des raisons qui l’obligeaient à entrer en guerre pour défendre son honneur et sa réputation.

41Il s’agissait aussi d’une stratégie politique dont l’objectif final était de montrer à tous que son honneur était sauf et sa réputation et sa dignité irréprochables. L’Empereur était assurément conscient des potentialités de l’imprimerie comme moyen de communication, non seulement pour former et influencer une opinion publique naissante, mais aussi comme un moyen de propagande pour obtenir le consensus d’une partie des nouvelles catégories sociales qui accédaient dorénavant à la culture à l’intérieur de ses territoires ou de ceux qui étaient gérés par ses potentiels alliés.

42La réponse de Ferdinand ne lui parvint que quelques mois plus tard. Après avoir bien considéré le tout, écrivait-il, « il me semble, monseigneur, que votre majesté a bien et souffisamment satisfait et comply a votre honneur […] dieu en fera la vangeance et pugnira encoires notre ennemy, selon quil le merite »35. Nous avons cité ses passages en langue française pour mettre en évidence un aspect curieux des rapports épistolaires entre les deux frères qui occupaient les deux charges les plus importantes du Saint-Empire : Charles écrivait toujours à son frère en français et son frère pouvait répondre en français, mais la plupart du temps il le faisait en espagnol. Les années de formation en Espagne avaient laissé des traces bien profondes dans la langue et dans l’esprit de Ferdinand, lequel fut élu « Roi des Romains » le 5 janvier 1531 à Cologne malgré la vive opposition de plusieurs princes luthériens36. Cela avait été possible car Charles Quint avait été couronné « Empereur des Romains » le 24 février 1530, laissant ainsi vacant le titre de « Roi des Romains ». Désormais Ferdinand avait toute la légitimité juridique pour être à la tête du Saint-Empire. Un mois plus tard naissait la Ligue de Smalkalde formée par les princes protestants.

43Si l’hypothèse que Charles ne maîtrisait pas la langue allemande pendant ses premières années de règne nous semble plausible, il est tout à fait possible que pendant ses neuf voyages et séjours en Allemagne l’Empereur ait appris les rudiments de la langue utilisée dans le Saint-Empire, si difficile à manier sans un travail méthodique et constant. Toutefois, nous avons la preuve que lors de ces séjours dans les territoires allemands on préférait parfois s’adresser à Charles directement en français ou en espagnol afin d’éviter d’avoir recours aux traducteurs. C’est ce qui firent les ambassadeurs de la ville d’Ulm quand, agenouillés devant l’Empereur après la reddition du duc de Wurtemberg, ils lui demandèrent le pardon impérial. Et « la raison pour laquelle lui parlèrent en langue espagnole, disent que ce fut parce qu’ils jugèrent être plus respectueux lui parler dans une langue qui fusse sa propre naturelle et plus compréhensible que leur propre langue »37. Charles Quint répondit à son tour en espagnol38.

44D’ailleurs, nous ne disposons pas de témoignages directs sur des prises de parole de l’Empereur en allemand pendant les différentes Diètes auxquelles il participa. Sandoval, qui auparavant avait affirmé que Charles connaissait parfaitement l’allemand, explique que le comte palatin avait pris la parole à la place de l’Empereur lors de la Diète de Spire en 1544 parce qu’en Allemagne toutes les autorités avaient recours à des procureurs même quand elles étaient présentes39. Le comte palatin avait remercié au nom de l’Empereur les princes présents à la Diète. Ensuite le chancelier du Saint-Empire, Johann von Naves, avait pris la parole pour présenter en allemand la proposition de Charles pour trouver une solution permettant d’éviter la rupture entre catholiques et protestants40. Quelques années plus tard, après la bataille de Mühlberg, la langue allemande fut au centre d’un quiproquo linguistique à l’origine d’un casus belli.

La bataille de Mühlberg et un quiproquo linguistique

45En avril 1547, l’Empereur se décida à affronter les princes luthériens de la Ligue de Smalkalde lors de la bataille de Mühlberg41. C’est ainsi que l’Empereur résuma les conséquences de sa victoire militaire à sa sœur Marie :

Et furent lesdits ennemys poursuy si vivement, qu’il y demeura mort plus de mil hommes et environ deux mil chevaulx, sans les prisonniers qui sont en très grand nombre, et leur artillerie prinse avec toute la municion et leur bagaige.42

46Selon la propagande impériale cette journée fut beaucoup plus longue que les autres puisque, comme dans l’épisode biblique de Josué, Dieu avait arrêté la course du soleil pour donner la victoire à l’Empereur. De plus, selon son historiographe Luis de Ávila y Zuñiga, durant cette glorieuse journée l’Empereur aurait transformé la très célèbre phrase de Jules César « Veni, vidi, vici » en une version espagnole et chrétienne en attribuant à Dieu le mérite de la victoire : « vine, y vi, y Dios venció »43. Charles Quint dépassait l’image de Jules César parce qu’il défendait l’unité religieuse de la chrétienté44.

47Le 27 avril la ville de Torgau capitulait et l’armée impériale se lançait à l’assaut de Wittemberg, berceau du luthéranisme où résidaient la femme et les enfants du prince électeur Jean-Frédéric de Saxe, l’un des chefs de la Ligue de Smalkalde, qui avait été capturé lors de la bataille par le duc d’Albe. Dans une lettre à Marie de Hongrie du 25 avril 1547, Antoine Perrenot de Granvelle, évêque d’Arras, écrivait que Charles avait la « voulenté de tost faire trencher la teste à Jehan Fredericq »45. Pour lui sauver la vie, sa femme Sibylle de Clèves et le prince-électeur Joachim II de Brandebourg entamèrent des négociations avec l’Empereur. Un traité fut signé le 23 mai 1547, en vertu duquel Wittemberg acceptait de capituler. Le même jour, l’Empereur faisait son entrée triomphale dans la « nouvelle Jérusalem » des réformistes, la ville symbole de la révolte luthérienne.

48Avant de quitter Wittemberg, l’Empereur reçut une proposition de paix du landgrave Philippe de Hesse, l’autre chef de la Ligue46. De plus en plus isolé, le landgrave accepta les durs termes de la reddition à discrétion et sans condition (in [auf] gnad et ungnad) impliquant le rituel de la génuflexion (Fussfall) et la demande de pardon impérial47. Le landgrave accepta aussi d’autres conditions concernant sa fidélité à l’Empereur, sa participation à la lutte contre le Turc, la destruction d’une partie de ses forteresses, la consigne des pièces d’artillerie et le versement de 150 000 écus.

49Ainsi, le 19 juin 1547 Philippe de Hesse se présenta muni d’un sauf-conduit au camp impérial dans la ville de Halle en toute bonne foi, convaincu de pouvoir conserver sa liberté. Vers seize heures se déroula le rituel de la reddition devant l’Empereur siégeant sur un trône, entouré des ambassadeurs, des évêques, des aristocrates, des capitaines et des membres de sa Cour. Nombreuse était aussi la population accourue pour assister au spectacle. Selon un témoin présent à la cérémonie du Fussfall, le landgrave se serait arrêté un instant avant la cérémonie pour parler et plaisanter avec les deux électeurs présents, Joachim II de Brandebourg et Maurice de Saxe. Le signalant avec le doigt, Charles aurait proféré une menace en flamand « Wel, ik zal u leeren lachgen » (Eh bien, je vais t’apprendre à rire) que le landgrave ne sembla pas comprendre ou du moins pas trop prendre au sérieux48.

50Agenouillé avec les mains jointes et la tête inclinée contre la terre, il écouta son chancelier Günterode demander la grâce et le pardon. Le vice-chancelier Georg Sigmund von Seld lut la réponse de l’Empereur concertée avec les médiateurs, en vertu de laquelle la reddition ne comportait ni peines corporelles ni prison à perpétuité49. Lorsque le landgrave se releva, l’Empereur refusa de lui donner la main comme le prévoyait la cérémonie50. De plus, une fois le souper avec Granvelle et les deux électeurs terminé, un coup de théâtre se produisit : le duc d’Albe arrêta le landgrave51.

51Vaines furent les protestations de Joachim II de Brandebourg et de Maurice de Saxe, gendre du landgrave, qui considérèrent cette arrestation comme une violation de l’accord qu’eux-mêmes avaient écrit en allemand. À l’origine du quiproquo se trouvait l’expression équivoque « nit in ewiger Gefencknus halten » [ne pas le garder en prison à vie] présente dans le traité et proposée par Granvelle et par le vice-chancelier Seld aux deux électeurs lors d’un dîner arrosé52. Les termes de l’accord avaient été ratifiés par ces quatre personnes. Dans ses Mémoires, Charles justifie sa décision en expliquant que les deux électeurs auraient été responsables d’une erreur d’interprétation et qu’il avait agi en conformité avec la convention53.

52L’Empereur resta inflexible. Selon lui, le fait que l’accord excluait la prison à perpétuité ne signifiait pas qu’il n’avait pas le droit d’emprisonner temporairement le landgrave54. Il respectait l’acte d’humiliation de « grâce et de disgrâce » (in [auf] gnad et ungnad) et, à la suite de l’intercession des deux électeurs, il avait décidé d’être clément, de lui retirer le ban et de ne pas le faire décapiter bien qu’il le méritât pour le crime de lèse-majesté. Le landgrave devait rester prisonnier afin que les conditions de la capitulation fussent respectées55.

53Certains historiographes ont avancé l’hypothèse que Charles avait délibérément choisi dans un premier brouillon de l’accord l’expression « nit in einiger Gefencknus » (aucun emprisonnement) pour la changer par la suite en « nit in ewiger Gefencknus ». Même si on pourrait accepter l’idée que Charles était à cette époque capable de comprendre l’allemand, il est difficile de penser qu’il soit à l’origine de ce jeu de mots. Il est plus probable que cette astuce ait été trouvée par Granvelle ou par Seld de manière à permettre à l’Empereur de garder le landgrave en prison à condition de le libérer un jour. L’Empereur, emmenant avec lui les deux chefs de la Ligue de Smalkalde prisonniers, prit le chemin d’Augsbourg où il avait convoqué la Diète. Maintenant qu’il avait gagné la guerre, il fallait résoudre le problème religieux.

Rome et le latin

54Pendant son règne Charles écrivit de nombreuses lettres aux différents papes élus au trône de Saint-Pierre. La plupart de ces lettres étaient écrites en latin, qui était alors la langue diplomatique utilisée dans de nombreuses cours d’Europe, ce qui peut nous induire en erreur en nous faisant penser que l’Empereur était le rédacteur de ces lettres. En fait, Charles avait négligé l’étude du latin et ces lettres ont été écrites par des secrétaires ou des ministres impériaux, comme Alfonso de Valdés ou le chancelier Gattinara, ou traduites en latin par l’un des nombreux traducteurs recrutés par la cour impériale. Charles disposait de toute une armada d’interprètes dans différentes langues pour écrire ou traduire des lettres aux différents souverains européens dans la langue diplomatique de l’époque, voire dans la langue des destinataires. En général, les minutes de la correspondance de Charles Quint avec son ambassadeur à Rome, d’abord Juan Manuel puis Luis Fernández de Córdoba, duc de Sessa, étaient rédigées en espagnol de la main du secrétaire Francisco de los Cobos, celles en latin, adressées au Sacré Collège ou au pape, étaient écrites en latin par Alfonso de Valdés ou par le chancelier Mercurino de Gattinara56.

55Comme nous l’avons souligné Adrien d’Utrecht, doyen à Louvain, avait aussi été choisi par Marguerite pour enseigner le latin à l’archiduc Charles. Toutefois, derrière l’aversion de Charles pour la langue latine est en cause l’indulgence de Chièvres. Dans son ouvrage de la fin du xviie siècle sur Guillaume de Croÿ et l’éducation du prince, Antoine Varillas écrivait :

[Chièvres] voyant que d’un côté son Pupile se plaisoit à l’Histoire, & qu’il avoit de l’autre aversion pour la Langue Latine, il eut plus d’égard à l’inclination de ce Prince qu’à son propre devoir. Qu’il le dispensa tout à fait de l’étude du Latin ; & consentit qu’il employa les heures qui y avoient été destinées, aux exercices de la dance, des armes, & des chevaux. Que cette négligence coûta cher à Charles & que lorsqu’il fût Empereur, il eut occasion de se plaindre de l’indulgence flateuse que son Gouverneur avoir eue pour luy. Qu’on luy fit un jour en Allemagne une harangue latine qui contenoit des affaires tres importantes, & qui demandoit sur le champ une réponse décisive ; & que cependant sa Majesté Impériale bien loin d’y satisfaire, ne l’entendit pas. Qu’elle porta fort impatiemment l’affront qu’elle reçût alors, & que ne pouvant s’en prendre à la Personne de Chièvres qui ne vivoit plus, elle s’en prit à sa mémoire, & la flétrit d’un opprobre éternel.57

56Le discours de Varillas s’inspire de celui de Prudencio de Sandoval, lequel au début du xviie siècle accusa Chièvres non pas d’indulgence mais plutôt d’avoir privé le duc Charles de l’apprentissage de la langue latine pour pouvoir mieux le garder sous son contrôle58. Selon Sandoval, Chièvres lui enlevait les livres en latin et lui faisait lire uniquement les histoires espagnoles et françaises, écrites dans le mauvais style ancien des langues de ses ancêtres. Cela est interprété par l’historiographe d’une part comme la volonté de Chièvres de faire connaître au futur roi l’histoire de sa dynastie, d’autre part comme la preuve de la méconnaissance par le chambellan lui-même de « l’élégance et la beauté des histoires latines » car « personne – écrit Sandoval – n’aime ce qu’il ne comprend pas »59.

57Sur l’incapacité de Charles à comprendre un discours en latin, nous avons déjà évoqué un témoignage rapporté par Ulloa lors de l’arrivée à Gênes en 1529. Le regret de Charles de ne pas avoir suivi les conseils d’Adrien d’Utrecht d’apprendre la langue latine, revient aussi sous la plume de Sandoval : « Y assi quando ya era Emperador dando audiencias a los Embaxadores, como le hablavan en latin, y el no lo entendía, ni podía responderles, se dolia de no aver querido en su niñez hazer lo que su Maestro Adriano le aconsejava »60. Adrien d’Utrecht, maître d’école de Charles, puis grand inquisiteur et régent de Castille à l’époque de la révolte des Comuneros, allait devenir à la surprise générale pape à la mort de Léon X, sous le nom d’Adrien VI. Le nouveau pape s’embarqua à Tarragone le 7 août 1522 en direction de la capitale de la chrétienté. Il n’avait pas attendu Charles, qui avait pourtant manifesté son souhait de le rencontrer avant son départ. Le maître et l’élève étaient destinés à ne plus se revoir. Adrien arriva à Ostie le 28 août et fit son entrée solennelle à Rome le lendemain. Un pontife de « nation barbare » et méconnaissant les affaires d’Italie ne pouvait que susciter la crainte de la Curie et des Romains.

58La correspondance que Charles entretint avec son maître depuis l’élévation d›Adrien au siège pontifical jusqu’à sa mort est constituée de cinquante-six pièces61. Les lettres écrites par les secrétaires étaient rédigées en espagnol ou en latin alors que celles écrites de la propre main de l’Empereur l’étaient en français, la seule langue dont il se servait à l’époque dans sa correspondance personnelle. Le 7 mars 1522 Charles Quint manifesta depuis Bruxelles son enthousiasme pour l’élection d’Adrien : « Et me semble que estant le papat en votre main et lempyre en la myenne, est pour faire par ensemble beaucop de bonnes et grandes choses : et doit estre une mesme chose et unanime des deux, et lamour et obeissance que vous porte, nest naindre que celle que bon filz doit porter a son propre père »62. Contrairement à certains bruits qui couraient dans la curie romaine, Charles voulait assurer le nouveau pape qu’il avait agi favorablement pour son élection : « […] lesquels [ les bruits] je vous supplie ne vouloir croire ; mais soyez asseure, que jay este cause de votre dite ellection, et en ay eu austant plesir et joye, que si elle meust este donnee avec mon empyre »63. Charles aurait voulu qu’Adrien VI déclarât ouvertement que les deux plus hautes autorités de la chrétienté, l’Empereur et le pape, agiraient d’un commun accord en Italie afin de freiner François Ier dans sa tentative de reconquérir le duché de Milan. Et dès cette première lettre il mettait en garde Adrien sur les pratiques des agents du roi de France :

[…] que ferez plus à ma requeste que à celle de nul prince chretien, de crainte, que ancun savançast de vouloir mener quelque practique entre vous et le roy de France, et que par leurs doulces parolles vous cuydassent endormir, et que par ce fissiez chose que ne me fust conuenable ; ce que suis sehur ne vouldriez faire.64

59Par ailleurs, Charles en profitait pour lui rappeler l’époque où il était son écolier ainsi que les propos qu’Adrien tenait alors sur les Français : « Et vous souvenir de ce que autresfois mavez dit estant vostre escolier, quest ce que je vois par experiance estre veritable, et affin quil vous en souvienne, je vous reduitz a mémoire : et est que leurs parolles sont bonnes et doulces, mais à la fin ils ne cherchent qua tromper et amuser ung chacun »65. Le caractère privé de cette lettre et la différence avec celles écrites par ses secrétaires nous sont dévoilés par Charles lui-même : « De toutes mes nouvelles entendrez par lettre de main de secretaire, et baisant les mains de vostre sainctite, prie dieu vous donner ce que desirez. Cest de Bruxelles le VIIe de mars de la main de v[ot]re sainctite bon et humble filz Charles »66. La réponse en français que Charles reçut de la part du pape était pleine d’affection paternelle. Il y manifestait par ailleurs sa satisfaction que l’Empereur se souvint encore de l’époque pendant laquelle il avait été son écolier :

Tres chier et tres ame fils, salut et apostolique benediction. Jay este fort joyeux veues les lettres que votre majeste ma escript de sa propre main, veant que ne luy est cheu de la mémoire ce que de moy avoit ouy et a prins aux escoles. assavoir les Francois estre rices et abundans de promesses belles et doulces paroles, mais mesurer lamitié a leur profict.67

60On n’y trouve en revanche aucune référence au fait qu’à cette même époque Charles préférait d’autres occupations à l’étude du latin, ce dont il se repentit amèrement par la suite.

61Des négociations entre Charles et Adrien suivirent de près le couronnement de ce dernier. De la part du pontife elles eurent pour principal objet d’amener Charles Quint à consentir à la paix ou à une trêve avec le roi de France et de la part de l’Empereur d’attirer Adrien dans une ligue contre le monarque français. En septembre 1522, Charles avait remplacé son ambassadeur Juan Manuel, tombé en disgrâce auprès du pape, par Luis Fernández de Córdoba, duc de Sessa. Les lettres de l’Empereur à son nouvel ambassadeur servaient à expliquer et à compléter ses lettres au pape.

62Nous pouvons dire que les relations entre Charles Quint et Adrien VI furent constamment caractérisées par une affection et une confiance mutuelles, même si cela n’empêcha pas des moments de crispation entre eux. Aspirant à la paix entre les princes chrétiens, Adrien VI préféra afficher une certaine neutralité. Il imaginait une paix générale et demanda aux princes chrétiens « de déposer des armes si pernicieuses pour la République chrétienne »68.

63Le 30 avril 1523, le pape proclama une trêve de trois ans entre tous les princes chrétiens. Cependant, la découverte de certaines lettres du cardinal Francesco Soderini incitant le roi de France à attaquer la Sicile, considérée comme un fief du siège apostolique, l’exaspéra. Soderini fut accusé de lèse-majesté pontificale et emprisonné au château Saint-Ange69. En juillet 1523, alors que les Cortès se réunissaient de nouveau à Valladolid, un pacte secret fut conclu entre le pape, Charles Quint, Henri VIII, les Vénitiens, et Ferdinand, le frère de Charles Quint.

64Après la mort d’Adrien VI, le 14 septembre 1523, le cardinal Jules de Médicis fut élu au siège pontifical sous le nom de Clément VII et déçut rapidement les attentes du parti impérial à la Curie. Ainsi, il se proposa en avril 1524 comme médiateur de paix, annulant tous les engagements pris par son prédécesseur à la fin de son pontificat. Charles n’apprécia guère cette attitude du pape. Ensuite la décision de Clément VII de signer une alliance avec François Ier laissa Charles pantois. Le bruit courait qu’Henri VIII s’apprêtait à faire de même. Un document rédigé en français en février 1525 par l’Empereur révèle son état d’esprit au moment où il devait faire un choix politique décisif : continuer la guerre ou négocier la paix.

Me mettant à penser en mes affaires m’a samblé que la première parolles que devois dire et le meilleure remède, sy plaisoit à Dieu l’envoyer, estoit cest pais. C’est une chose fort bonne à dire et mal à recouvrer, car checun set que sans le consentement de l’ennemy la partie ne la peut avoir. […] Le remède peut sambler estre une bonne guerre.70

65Clément VII avait choisi d’entrer en guerre contre lui. Avoir comme ennemi le chef spirituel de la République chrétienne était inconcevable pour Charles : un roi excommunié perdait en théorie tous les droits sur ses propres territoires. Influencé par Gattinara, le Conseil d’État approuva une mesure de prévention : la possibilité pour le roi-empereur d’avoir recours aux armes afin de défendre ses propres territoires, y compris contre le pape en sa qualité de prince temporel.

66Le 23 juin 1526, le pape écrivit en latin, par le biais de Iacopo Sadoleto, une lettre accusatrice à l’Empereur, lui reprochant ouvertement d’entraver ses efforts de paix entre les princes chrétiens. La lettre parvint le 20 août au nonce apostolique Baldassare Castiglione chargé de la présenter à l’intéressé. Selon Gattinara, qui se chargea de rédiger une réponse très détaillée, également en latin, aux accusations du pape, « c’était une tentative basée sur une série de mensonges pour attribuer la responsabilité de la guerre à l’empereur »71.

67Une deuxième lettre du pape plus conciliante, toujours signée de Sadoleto, parvint au nonce mais il était trop tard. Entretemps, Gattinara avait déjà répondu : il condamnait sans ambages la politique pontificale, les manœuvres du pape lors de la bataille de Pavie, sa tentative de corrompre le marquis de Pescara ainsi que la ligue contre l’Empereur. Clément VII invoquait la légitime défense alors que l’Empereur ne s’était jamais proposé de l’attaquer ; il parlait de la pression exercée par tous les rois de la République chrétienne pour qu’il entre en guerre, alors que l’on savait pertinemment que ni le Danemark, ni la Hongrie, ni la Pologne ou la Bohème, et encore moins le Portugal n’avaient fait cette démarche.

68Pour Gattinara, cette guerre injuste allait se solder par la ruine de l’Église et la destruction de la République chrétienne. Il considérait que Clément VII était indigne de sa charge et qu’il fallait donc convoquer un concile de toute urgence. Une autre lettre en latin fut d’ailleurs envoyée au Collège des cardinaux afin qu’il procédât lui-même à la convocation du concile si Clément VII s’y refusait. De nombreux ambassadeurs présents à la cour impériale pensaient que l’extrême animosité du chancelier à l’égard du pape venait du fait qu’il ne l’avait pas nommé cardinal.

69L’ambassadeur vénitien Bernardo Navagero, témoin du rôle prépondérant que jouait désormais Gattinara à la cour, après l’échec de la voie flamande vers la paix incarnée par le vice-roi de Naples Charles de Lannoy, écrivait à Venise : « En réalité parmi les conseillers de l’Empereur, il est le seul à connaitre le latin (littere) et quand il veut faire une chose, il dit qu’ainsi ordonnent les lois impériales et qu’on ne peut pas faire autrement, et alors tout le monde se tait »72. Les lettres en latin furent rapidement publiées car le parti impérial voulait révéler les calomnies dont l’Empereur était victime et légitimer ainsi la guerre contre l’Église de Rome73.

Ill. 1 et 2 : Inuictissimi Romanorum imperatoris Caroli huius nominis quinti, … Ad duo Clementis septimi pontificis Romani brevia responsio, in qua ab ipso pontifice appellat petitque generalis christianorum omnium concilii congregationem cum nonnullis aliis litteris, atque actis publicis

Image 10000000000001EC000002D23D26703C60789EE0.jpg

Légende : Voir Invictissimi Romanorum Imperatoris Caroli hvivs nominis quinti ac Hispania Rvm Regis Catholici, ad duo Clementis septimi pontificis Romani brevia responsio, in qua ab ipso pontifice appellat petitque generalis. christianorum omnium concilii congregationem…, Impressum est Compluti Michaelem de Eguia anno 1527 die decimo mensis Aprilis (ark: /13960/t2k69371z).

Crédits : Public Domain Mark 1.0

Image 10000000000000E90000013B31FF440CD2E4E1E2.jpg

70En novembre 1529, l’Empereur faisait son entrée à Bologne pour être couronné par le pape Clément VII. Le décor dressé dans les rues de Bologne à cette occasion empruntait fortement au symbolisme impérial74. Il s’agissait de célébrer le roi des Romains, futur empereur du Saint-Empire romain germanique que la propagande impériale désignait comme l’homme destiné à élever cette vieille institution politique à une splendeur encore jamais connue. Une différence caractérisait néanmoins cette entrée : le triomphe qui accueillait l’empereur élu n’était pas organisé pour célébrer la victoire d’un prince ami. Bien au contraire le pape, vaincu sur les champs de bataille, recevait son ancien ennemi sur son territoire afin de régler des questions délicates avant de conclure la paix et de procéder au couronnement. Il voulait ainsi récupérer sur le plan diplomatique le terrain perdu sur le plan militaire.

71Après être passé sous les arcs de triomphe imprégnés d’histoire classique, de suggestions politiques et d’inscription latines, le cortège impérial entra dans la Piazza Maggiore où avait été dressée une structure en bois représentant la salle du Consistoire à Rome. L’Empereur descendit de son cheval et monta les marches pour rejoindre le pape qui l’attendait assis sur son trône75. Accompagné des cardinaux Alexandre Farnèse (futur pape Paul III) et Francisco de Quiñones76, potentiels interprètes, l’Empereur gravit la tribune, s’agenouilla pour marquer sa dévotion et embrasser humblement les pieds de Clément VII et prononça quelques mots en espagnol77 : « Padre santo soy venydo à besar los pyes de vuestra santitade, lo che à mucho tiempo è desiado, agora lo he complido con la obra, suplico à Dios, che sea en su servitio y de vostra Santidad. » Clément VII fit lever l’Empereur et répondit en italien : « Ringratiamo Dio che ci habbia condotto a questo giorno da noi tanto aspettato, sperando col mezzo di Vostra Maestà seguirà il servigio di Dio et della Christianità »78. Cet échange nous donne la possibilité de faire plusieurs remarques. Nous savons pour quelle raison Charles Quint ne s’adresse pas en latin au pape. Certes, il était incapable d’entamer avec lui un dialogue dans cette langue mais aurait cependant pu apprendre quelques formules de courtoisie pour l’occasion. Par ailleurs, on peut se demander pour quelle raison il s’exprima en espagnol et non en français, qui était sa langue naturelle. En effet, parler en espagnol après le sac de Rome pouvait sembler pour le moins indélicat. Néanmoins, on pourrait y voir un choix politique, car Charles Quint, tout en étant empereur du Saint-Empire romain germanique, tint peut-être à s’exprimer dans la langue castillane puisqu’il était aussi roi de Castille. C’était grâce à la Castille, à ses subsides et à ses soldats qu’il avait gagné la guerre contre le pape et contre le roi de France. Il pourrait donc s’agir d’un choix délibéré pour imposer la langue espagnole comme une nouvelle langue diplomatique. En effet le pape n’était pas seulement un prince spirituel respecté par Charles Quint mais aussi son rival en tant que prince temporel. De façon générale, on trouve toujours dans les attitudes de Charles Quint la même coexistence complexe entre, d’une part, son idéalisme sincère et sa foi dans sa mission impériale et, d’autre part, la défense de ses intérêts territoriaux et de sa dynastie.

72Par ailleurs, on peut aussi se demander pour quelle raison le pape répondit en italien. La première hypothèse pourrait être que la première rencontre bolonaise ne suivit pas un protocole particulier et que le pape, évitant le latin par politesse et ne pouvant pas s’exprimer en castillan, répondit dans la langue la plus facilement compréhensible par son interlocuteur. Cependant, il pourrait aussi s’agir d’un choix politique : en l’occurrence la langue italienne porterait une revendication identitaire et culturelle en permettant au pape de manifester face à la politique « italienne » de l’Empereur une opposition qui n’avait pas pu s’affirmer par la guerre. En fait, tous deux s’expriment dans leur langue de souverains temporels, qui plus est dans un contexte d’affirmation des deux langues vernaculaires. D’autre part, la présence des deux cardinaux, l’Italien Farnese et l’Espagnol Quiñones, pouvait permettre d’éviter d’éventuels malentendus. Toutefois, Alfonso de Ulloa nous donne une réponse qui pourrait nous faire penser que l’intervention des deux potentiels traducteurs n’était pas indispensable, car Clément VII « bene intendeva la lingua Spagnuola »79. Cela pourrait aussi expliquer le choix de Charles Quint de s’exprimer en castillan.

73En prévision du couronnement, Biagio Martinelli, maître de cérémonie de Clément VII, avait rédigé un compendium en latin, une sorte de nouvelle élaboration du Pontifical qui devait servir à établir les règles à suivre lors du déroulement du sacre de Charles Quint. Martinelli prit la précaution d’écrire en détail le déroulement de chaque partie de la cérémonie pour ne rien oublier. En effet, le dernier couronnement impérial s’était déroulé en 1458, plus de trois quarts de siècle auparavant, et seuls les journaux des anciens prédécesseurs de Martinelli décrivaient les procédures que devait suivre une telle cérémonie80.

74Devant les incertitudes de la conjoncture, le dominicain García de Loaysa, confesseur de Charles Quint et futur évêque d’Osma81, chargea le Vénitien Jérôme Balbi de mener une enquête sur les problèmes formels et juridiques liés au couronnement. C’est ainsi que quelques jours avant le sacre parut à Bologne un opuscule en latin intitulé De coronatione, qui fit consensus au sein de l’Église malgré certaines affirmations discutables concernant le rôle de l’Empereur dans les domaines temporel et spirituel82. Pour Balbi, comme pour Dante, il était préférable qu’un seul prince gouverne le monde dans la paix et la justice. Il établit le postulat de la monarchie universelle et rejoint ainsi les considérations de Miguel de Ulzurrun, lié à l’entourage de Gattinara, à propos de la soumission de toute nation au pouvoir impérial83. Une copie manuscrite de cet ouvrage en langue française, qui porte le titre de Livre de la coronation des papes et empereurs et de leurs puissances et dignités composé par Hierosme Balbe, évesque de Gurck, était destinée à l’Empereur lui-même afin qu’il puisse prendre connaissance des conclusions de l’auteur et donner son consentement à la publication84.

75Le fait que Charles ne connaissait pas le latin et qu’au fil des ans il l’ait regretté amèrement est confirmé indirectement par de nombreux documents de l’époque et aussi par le fait que l’Empereur ne parlait jamais en latin en public. Lorsque les besoins des cérémonies l’exigeaient cette tâche était en grande partie assumée lors des premières années du règne par le chancelier Gattinara, et plus tard par les deux Granvelle, père et fils. Charles comprit son erreur et essaya de la faire comprendre à son fils Philippe. Il fallait bien apprendre le latin et ne pas se contenter de n’en connaître que des rudiments car dans ce cas on n’aurait jamais le courage de s’exprimer dans cette langue en public. En effet, dans ses instructions de 1543, il écrit à son fils Philippe, âgé alors de seize ans :

Como os dixe en Madrid non haueys de pensar quel estudyo os hará alargar la niñez; antes os hará creçer en honra y reputación tal que, avnque la edad fuese menos, os ternyan antes por honbre; porque el ser honbre tenprano no está en pensar ny quererlo ser, ny en ser grande de cuerpo, syno sólo en tener juyzio y saber con que se hagan las obras de honbre, y de honbre sabyo, cuerdo, bueno y honrado. Y para esto es muy necesario a todos el estudyo y buenos exemplos y pláticas. Y sy a todos es necesario, pienso, hijo, que a vos más que a nadye, porque veys quantas tierras haueys de señorear, en quantas partes y quán distantes están las unas de las otras y quán diferentes de lenguas; por lo cual, sy las haueys y quereys gozar, es forçoso ser dellos entendido y entenderlos, y para esto no hay cosa más necessarya ny general que la lengua latyna. Por lo cual yo os ruego mucho que travajeys de tomarla de suerte que después, de corrido, no os atreuays a hablarla; ni serya malo tanbién saber algo de la francesa, mas no querría que, por tomar la vna, las dexásedes entranbas.85

76Ce n’est pas à la langue espagnole comme langue universelle que Charles Quint pense quand il écrit cette lettre à Philippe. Bien au contraire, il explique à son fils que pour pouvoir un jour diriger autant de territoires aussi dispersés et avec autant de langues parlées il est fondamental de bien connaître la langue latine pour pouvoir jouir de ces territoires, comprendre ses habitants et se faire comprendre. Tel est le fruit de l’expérience qu’il essaye de transmettre à son successeur. Charles aurait voulu que Philippe apprenne aussi la langue française mais, connaissant le tempérament de son fils, préférait ne pas trop insister. Il essaya à nouveau quelques années plus tard, sans beaucoup de réussite.

Le royaume de Naples, Paul III et l’italien

77Le 1er juin 1535, Charles quitta Barcelone à la tête de sa flotte en direction de l’Afrique. Le 10 juin, il arriva à Cagliari en Sardaigne, où l’attendaient six galères envoyées par le pape Paul III, quatre autres fournies par les chevaliers de Malte, ainsi que la flotte d’Alphonse d’Avalos avec l’armée en provenance d’Italie. D’après les témoins, « c’était la plus grande armée qu’on ait jamais vue sur la mer »86. Charles voulut visiter la ville de Cagliari, chef-lieu du royaume de Sardaigne, afin de se faire connaître de ses sujets. Le matin du 14 juin, il quitta l’île avec l’arrière-garde de sa flotte en direction du golfe de Tunis. C’était la première fois que l’Empereur « des deux mondes » foulait la terre africaine. C’était aussi la première fois qu’il allait se battre à côté de ses troupes, composées de mercenaires de tous bords qui parlaient des langues très différentes. Nous ne savons pas si l’Empereur avait à l’esprit les conseils de son grand-père Maximilien, mais il est certain que l’aventure tunisienne fut à certains égards formatrice en le plongeant par la force des choses dans un univers linguistique jusqu’alors peu fréquenté87. Nous disposons à ce propos d’un témoignage de Sandoval, dont l’authenticité peut toujours être questionnée, qui nous laisse penser que la fréquentation par l’Empereur de mercenaires de différentes « nations » avait porté ses fruits. Selon Sandoval, lors du siège de Landrecies tenu en 1543 par les troupes impériales, l’Empereur en ordonnant l’armée pour la bataille encourageait chaque « nation » de soldats dans sa propre langue88.

78Après la victoire de Tunis, dans son campement à deux milles de la Goulette, « le très excellent et puissant prince Don Carlos, par la divine clémence Empereur des Romains, toujours auguste Roi d’Allemagne, des deux Espagnes, des deux Siciles, de Jérusalem… » établit un traité avec Moulay Hassan rétabli sur le trône de Tunis89. L’accord, rédigé en castillan et en arabe, fut signé en présence de plusieurs interprètes dans la tente de l’Empereur le 6 août 1535, selon le calendrier chrétien, et au « sixième jour de la lune du mois du Casar de l’année de Mahomet de 942 », selon le calendrier musulman90.

79Le 20 août 1535, l’Empereur débarqua à Trapani avec son armée, 20 000 esclaves chrétiens libérés à Tunis et un nombre important d’esclaves musulmans capturés en Afrique. Il y séjourna jusqu’à la fin du mois et profita de ce temps de repos pour reconnaître les privilèges de la ville et concéder des franchises douanières91. Il entama alors son long périple à travers ses domaines jusqu’alors méconnus. Le 13 septembre, après un passage par Monreale, il fit son entrée triomphale à Palerme, première d’une longue série d’étapes au cours de son voyage à travers la péninsule italienne92.

80Les autorités de la ville, les nobles, le patriciat urbain et des représentants du clergé accompagnés d’une centaine de jeunes gens attendaient le roi-empereur aux portes de la ville93. Selon le chroniqueur Santa Cruz, dans les rues les gens du peuple criaient vigoureusement : « justice ! justice ! »94. Le 16 septembre, on convoqua un « Parlement » pour accorder un subside extraordinaire de 250 000 ducats à l’Empereur95. Charles Quint voulut que le discours d’ouverture dans la grande salle du palais Steri fût prononcé en langue toscane par l’un de ses conseillers siciliens, Ludovico Sánchez96. Le fait que ce discours n’ait pas été prononcé par l’Empereur lui-même nous laisse à penser qu’il n’était pas à cette époque en mesure de maîtriser suffisamment la langue italienne, encore moins la sicilienne, pour pouvoir convaincre les représentants des trois bras du Parlement sicilien de lui octroyer un subside.

81Charles Quint quitta Palerme le 14 octobre 1535 et demeura quelques jours à Messine afin d’administrer la justice avant de traverser, début novembre, le détroit et de séjourner quelques jours à Reggio de Calabre. Les seigneurs féodaux rivalisaient pour pouvoir accueillir sur leurs terres « sa Majesté impériale ». C’était une question de prestige. Tous organisèrent des fêtes et des parties de chasse pour divertir le mieux possible leur souverain. À Cosenza, l’Empereur rencontra Pierre-Louis Farnèse, fils du nouveau pape Paul III, et d’autres chevaliers napolitains venus à sa rencontre pour l’accompagner à Naples.

82L’Empereur quitta Cosenza le 9 novembre. En se dirigeant vers les terres de Pietrantonio Sanseverino, prince de Bisignano, le cortège passa le long d’un aqueduc construit pour l’occasion par Scipione Sanseverino, prince de Luzzi, sur lequel on saluait en lettres capitales le « TRANSEUNTE IMPERATORE ROMANORUM PRIMO CAROLO V ». Informé que Naples n’était pas encore prête à l’accueillir, l’Empereur décida de passer quelques jours à Pietra Bianca, la résidence du secrétaire du Conseil collatéral du royaume, Bernardino Martirano, à trois milles de la capitale. À l’occasion de la venue de l’Empereur à Naples, Martirano composa un poème intitulé Les Larmes d’Aréthuse, dans lequel il mettait en scène un amour tragique avec la récente conquête de Tunis comme toile de fond97. Le secrétaire y comparait l’expédition africaine à une nouvelle Iliade et ne tarissait pas d’éloges à l’égard des capitaines impériaux, tels Alphonse d’Avalos, Andrea Doria, Fernando de Alarcón ou Girolamo Tuttavilla. Accompagné de tous ces héros, l’Empereur était à la tête de ses troupes pour donner l’assaut et il ressemblait tantôt à Agamemnon, tantôt à Jules César par sa magnanimité et sa courtoisie, tantôt à un chevalier de l’Apocalypse dont la main serait guidée par la divine Providence98.

83Que l’Empereur eût des difficultés à maîtriser la langue qu’on parlait dans les différents territoires de ses royaumes italiens, nous pouvons le déduire aussi du journal du magistrat Gregorio Rosso, l’élu du peuple napolitain. Le matin du 23 novembre 1535, les représentants de la ville se rendirent à Pietra Bianca pour « baciare il ginocchio e la mano a Sua Maestà »99. Selon Rosso, au discours d’Ettore Minutolo qui signifia à l’Empereur l’amour et la fidélité de la noblesse et du peuple napolitain à la Couronne, Charles répondit avec « humanità, & amoreuolezza grande, in lingua Spagnola »100.

84D’autre part, on peut aussi légitimement se poser la question : pourquoi s’acharner à maîtriser des langues aussi différentes et aussi difficiles quand on dispose d’autant d’interprètes pour traduire ce qu’on lui dit ou ce qu’on lui écrit ? En effet, la suite impériale était composée d’hommes en provenance de toutes les régions d’Europe : aux Bourguignons et aux Flamands qui avaient accompagné Charles en Espagne étaient venus se joindre des Allemands, des Castillans, des Catalans, des Aragonais, des Francs-comtois, des Piémontais, des Génois, des Lombards et des Napolitains. Cette cour polyglotte était formée d’une élite militaire, culturelle et diplomatique où se distinguaient des diplomates comme Nicolas de Granvelle, Francisco de los Cobos, Diego Hurtado de Mendoza, Alfonso Idiáquez et Angelo Mai. On estime à plus de trois cents le nombre de diplomates qui avaient suivi l’Empereur à Tunis.

85L’Empereur fut marqué par ce séjour dans la capitale du Royaume, en raison des somptueuses fêtes masquées, des aventures mondaines, des tournois et des courses de taureaux qui se déroulèrent en son honneur. Pendant le carnaval Charles se promena à plusieurs reprises déguisé dans les rues de la ville, accompagné du vice-roi Pedro de Toledo ou d’Alfonso d’Avalos, marquis del Vasto. Il est possible que pendant le long séjour de plusieurs mois passés à Naples l’Empereur, en plus d’avoir recours à la langue espagnole parlée par toute l’aristocratie napolitaine, ait aussi appris à s’exprimer en napolitain, voire en toscan. Toutefois il est fort probable qu’il n’ait pas pour autant atteint une maîtrise suffisante pour s’exprimer dans cette langue devant le pape Paul III.

86En mars 1536, il quitta Naples en direction de Rome en nourrissant l’espoir de convaincre Paul III de convoquer rapidement un concile et de condamner son rival François Ier pour son invasion de la Savoie et ses relations avec Barberousse et Soliman. Le 5 avril, il entra à Rome par la porte Saint-Sébastien accompagné de quatre mille fantassins espagnols, quatre cents hommes d’armes et cent chevaux-légers. Quelques maisons avaient été démolies le long de la Via Sacra pour permettre à l’Empereur d’emprunter le même parcours que celui des triomphateurs de la Rome antique101. Le somptueux cortège traversa le forum impérial pour se rendre à Saint-Jean-de-Latran.

87Le séjour de Charles à Rome se déroula entre rencontres diplomatiques et célébrations de la Semaine sainte. L’Empereur apprit que les ambassadeurs de François Ier doutaient publiquement de sa parole concernant l’investiture du duché de Milan pour un membre de la famille royale française. Selon le récit de l’Empereur ces mêmes ambassadeurs tentaient de persuader le pape et les cardinaux que lui et son frère Ferdinand « étaient la cause de tous les maux de la chrétienté », défendaient leurs « intérêts particuliers » et étaient « passionnés de guerre », donc opposés à la paix102.

88En l’absence de résultat à l’issue de la première rencontre avec le pape, Charles Quint voulut accomplir un geste pour marquer les esprits avant de partir vers le nord de la péninsule. Le lundi de Pâques, avant la célébration de la messe, il fit irruption, accompagné de plusieurs ambassadeurs et de sa suite, dans la Sala dei Paramenti où le pape et le collège des cardinaux se trouvaient réunis. Il demanda à prendre la parole et, s’appuyant sur quelques notes griffonnées, exposa en castillan pendant plus d’une heure sa pensée politique et la conception qu’il se faisait de son autorité impériale et de son rôle de chef politique de la chrétienté103.

89Ce discours devant le pape fut interprété par certains historiens espagnols comme l’affirmation d’une identité nationale ; l’Empereur aurait pris conscience que l’espagnol était devenu la langue noble de la diplomatie, qu’elle était destinée à être comprise de tous les chrétiens et à être parlée dans toutes les cours européennes et du monde104. Néanmoins, nous savons que Charles Quint n’était pas en mesure de tenir un discours en latin, ce dont aurait pu se charger Granvelle s’il avait été présent, et qu’il pouvait choisir entre faire un discours en français ou en espagnol. Le cardinal du Bellay, porte-parole des Français présents à l’audience de Paul III, se plaignit de ne pas avoir saisi le sens du discours105. D’autres témoins furent très surpris de son ton et de sa longueur106.

90Nous pensons que l’Empereur choisit de faire ce discours dans sa deuxième langue, non pas parce qu’il considérait que la langue castillane devait devenir la langue diplomatique de l’Europe mais pour une raison plus simple. En réalité, le discours en castillan avait comme objectif d’empêcher les ambassadeurs français de comprendre entièrement son discours et d’éviter ainsi une réponse immédiate de leur part. En effet le lendemain, face à la protestation officielle des ambassadeurs français auprès du pape, l’Empereur résuma brièvement son intervention en italien. Le roi de France avait plusieurs alternatives : accepter la paix et ses propositions, continuer la guerre ou se battre en duel. Il accordait vingt jours au roi de France pour répondre à sa proposition de paix107.

91Le fait que l’Empereur ait pu résumer son discours de la veille en italien montre comment Charles Quint avait acquis quelques rudiments de cette langue au fil des années par expérience pratique (et aussi parce que depuis plusieurs mois il se trouvait dans la péninsule Italienne, ce qui lui permit de prononcer quelques phrases dans la langue de Dante ou, de façon plus probable, en dialecte napolitain). Toutefois, ces rudiments de la langue vernaculaire italienne durent en rester là si on s’en tient au témoignage de l’Arétin. C’est en 1543 que l’Arétin rencontra l’Empereur à Peschiera del Garda : traité par Charles Quint avec les mêmes honneurs qu’un puissant prince, l’écrivain chevaucha à sa droite pendant un long moment. Il lui récita un capitolo composé en son honneur, plein de louanges et d’expressions emphatiques et recherchées. Selon l’écrivain, l’Empereur lui aurait avoué en toute franchise à la fin de son récit n’avoir pas trop saisi la teneur de sa poésie : « “Duolmi d’essere uomo idiota non per altro che per non capirlo secondo il merito”, disse egli a me… »108. Il s’agissait d’un moment de gloire mondaine dont l’écrivain fut toujours très fier. La nouvelle avait vite fait le tour des cours et l’Arétin recevait des lettres de ses amis qui, d’un ton plus ou moins sérieux, célébraient l’événement109. C’est à Peschiera que l’Empereur aurait proposé à l’écrivain de le suivre à la Cour impériale mais l’Arétin, hostile à l’idée de devenir courtisan, déclina courtoisement l’invitation et fut prié par l’Empereur de pallier ce refus par ses écrits : « […] che anco sento ne le orecchie il timido de la sonora favella Augusta, la grave maniera de la quale adulterò la lingua de lo Italiano solo in dirmi : “Da che non vi pare di venir con noi più oltra, supplite almen con la pluma” »110. La « grave manière » avec laquelle l’Empereur aurait « dénaturé la langue italienne » nous laisse penser que le français et le castillan étaient les deux véritables langues maîtrisées correctement par l’empereur des Romains. Certes, Charles avait sûrement appris des rudiments de la langue toscane, mais il était certainement incapable de comprendre les vers emphatiques et flamboyants du « fléau des princes ».

La légende d’un empereur polyglotte

92En mai 1550, l’Empereur quitta Bruxelles pour se rendre à nouveau en Allemagne, où il avait convoqué une Diète à Augsbourg. Le 12 juin, il arriva à Cologne avec son fils Philippe, invité par le duc de Clèves à participer à une partie de chasse avant de rencontrer pour la première fois son oncle Ferdinand. Deux jours plus tard, alors qu’il remontait le Rhin en bateau jusqu’à Mayence, Charles commença à dicter en français ses Mémoires à son secrétaire Guillaume Van Male, qui pensait alors les traduire en latin111. Ce journal des événements les plus importants de son règne, vécus entre 1516 et 1548, était destiné à son fils Philippe. Charles avait voulu laisser une trace écrite de ses déplacements et des expériences militaires les plus significatives de sa vie. Suivant les modèles de Tite-Live, de Salluste ou des Commentaires de Jules César, Charles affichait dans ses Mémoires un intérêt tout particulier pour l’histoire militaire. Pendant longtemps les historiens ont douté de leur paternité.

93Les espoirs de Van Male furent vains, car Charles ne voulut pas rendre publics ses mémoires. Tout de suite après la mort de l’Empereur, le secrétaire pour les lettres latines s’était plaint à Antoine Perrenot de Granvelle que Luis Méndez de Quijada, ancien colonel d’infanterie et seul noble castillan présent à Yuste, lui avait pris de force les Mémoires pour les remettre à Philippe II. Ensuite, la version originale en français disparut pour on ne sait quelle raison et seule une version portugaise du début du xviie siècle fut conservée.

94Après le décès de l’Empereur en 1558, une rumeur s’était certainement répandue concernant la prochaine sortie en latin de ses mémoires, appelés aussi Commentaires. Ludovico Dolce, l’un des premiers biographes de Charles Quint, en parle dans son ouvrage112. Dolce fut aussi l’un des premiers auteurs à affirmer que l’Empereur maîtrisait plusieurs langues. Selon lui, Charles parlait l’espagnol comme s’il était né dans cette province, connaissait très bien la langue française, parlait assez bien le latin et très bien l’allemand113.

95Alonso de Santa Cruz, cosmographe de Charles Quint avec qui l’Empereur passait souvent ses journées à parler de philosophie naturelle ou des mouvements des corps célestes, écrivit dans sa biographie que ce dernier parlait indifféremment le flamand, l’italien, le français ou l’espagnol114. Un historien du xxe siècle, Salvador de Madariaga, considérait Santa Cruz comme un témoin irrécusable et s’appuya sur sa déclaration pour s’opposer à Morel Fatio, qui avait affirmé que l’Empereur parlait uniquement le français et l’espagnol115.

96Pour sa part Prudencio de Sandoval écrivait que Charles, encore jeune, connaissait bien le flamand, le français, l’allemand, l’italien et « mal l’espagnol jusqu’à ce qu’il devint adulte », et comprenait « quelque chose de la langue latine »116. Varillas affirmait de son côté que Charles lisait les histoires de Sleidan en latin et que quand il s’était retiré à Yuste il lisait les œuvres de saint Bernard dans cette même langue117. Ces ouvrages ne sont toutefois pas présents parmi les livres emportés par Charles à Yuste. D’autre part, Francesco Sansovino écrivait que l’Empereur avait probablement sur sa table de chevet le Prince de Machiavel, le Livre du Courtisan de Castiglione et les Histoires de Polybe, sans que ses livres aient jamais été présents dans la bibliothèque de l’Empereur118.

97Par la suite, de nombreuses biographies de Charles Quint, ainsi que des dictons dont il est difficile aujourd’hui de reconstruire l’origine, ont au cours des siècles contribué à la création d’une sorte de légende : l’Empereur aurait maîtrisé presque toutes les langues européennes et aurait destiné l’usage de chacune d’entre elles à différentes catégories sociales ou à des thèmes spécifiques des relations humaines.

98Dans cette perspective l’un des biographes de Charles Quint les plus créatifs fut sans doute un historien protestant italien, Gregorio Leti, né en 1630 à Milan et décédé à Amsterdam en 1701. Écrivain infatigable, Leti travaillait à plusieurs ouvrages à la fois et ses œuvres historiques sont souvent empreintes d’une imagination débordante. Ainsi, dans sa biographie de Charles Quint, écrite d’abord en italien puis traduite en plusieurs langues, on trouve plusieurs passages qui sont plus le fruit de son imagination qu’un récit basé sur des sources précises. Selon Leti, sachant que les lois impériales obligeaient un prince destiné à l’électorat ou à la couronne impériale à connaître le latin, Maximilien Ier « […] avait si fort à cœur, que son petit-fils s’avançat dans la connoissance de cette langue, que souvent quand il le tenoit entre ses bras en particulier, il lui enseignoit à prononcer quelque mot latin »119. Cependant, selon Leti les astres en avaient décidé autrement « car il est certain que jamais prince n’a eu moins d’inclination pour le latin que celui-ci »120. Pour Leti l’éducation était importante mais encore plus le « génie naturel » et si le jeune prince se refusait à apprendre le latin, « […] ce ne fut point la faute d’Adrien son Maître, qui lui voyant si peu d’inclination pour cette langue, et connoissant le besoin qu’il en avoit, lui disoit souvent : “Mon Prince apprenez la langue Latine, si vous ne le faites, vous vous en repentirez un jour” »121. Néanmoins ce prince, qui n’avait pas encore compris l’importance pour un futur empereur de savoir le latin, lui répondait :

Croyez vous donc, que mon Grand-Père veuille faire de moy en Maître d’Ecole ?122

99Ainsi vont les choses du monde, commente Leti, et les influences des astres sur les hommes. Cependant, toujours selon Leti, ces influences astrales ne concernaient fort heureusement pas l’apprentissage des autres langues européennes car le jeune prince montra :

[…] beaucoup d’inclination pour les langues vulgaires comme l’Italiêne, l’Espagnole, l’Angloise, la Flamande, la Françoise qu’il apprit parfaitement. Pendant qu’il les apprenoit, il avoit coutume de dire qu’il vouloit se servir de la langue italienne pour parler au pape, de l’Espagnole pour parler à la Reine Jeanne sa mère ; de l’Angloise pour parler à la Reine Catherine sa tante ; de la Flamande pour parler à ses Citoyens et Amis ; et de la Françoise pour s’entretenir avec lui-même.123

100En fait, Leti ne savait pas que la langue française était la langue naturelle de Charles, celle qu’il avait apprise à la cour de sa tante Marguerite, la sœur de son père Philippe, et donna une explication assez étonnante de sa décision d’étudier la langue française :

Il voulait faire entendre par cette dernière [s’entretenir avec lui-même en français] qu’il voulait faire revivre la memoire de Philippe son père, qui avoit appris à parler si parfaitement la langue Françoise, que l’on a dit de lui que jamais Etranger n’avoit possédé si parfaitement que lui cette langue, quoi que le Fils ne l’ait pas moins sçüe que son Père.124

101La langue française était la langue maternelle de Philippe le Beau, fils de Marie de Bourgogne qui avait grandi à la cour bourguignonne.

102Selon Leti un autre personnage influent dans l’éducation de Charles fut un certain « Carlo Cenrio », lequel en voyant que le Prince :

[…] avoit tant de passion pour l’Art de monter à cheval, que Cenrio, que Maximilien lui avoit donné pour le lui apprendre, au lieu de le solliciter à s’appliquer avec soin à l’apprendre, comme la pluspart des Maîtres sont obligez de le faire à l’égard de leurs Disciples, étoit obligé au contraire de l’exhorter à se donner du rélàche, craignant que sa trop grande application à ces exercices ne le rendît malade, comme on voit qu’un Arc qui est trop tendu se rompt.125

103Nous soupçonnons que ce Carlo Cenrio (Charles Cenrio dans la version française) « né à Anvers, d’une extraction noble, qui avoit beaucoup voyagé, et qui sçavoit en perfection l’art de monter à Cheval »126, n’était autre que le chambellan de Charles Guillaume de Croÿ, réduit par Leti à un rôle de professeur d’équitation. Ce doute vient à l’esprit du lecteur un peu plus tard dans le récit, lorsque Leti explique que pendant la révolte des Comunidades les comuneros invoquaient plusieurs prétextes pour se révolter, parmi lesquels le fait « qu’un Flamand nommé Cenrio que Charles avoit fait son Thresorier, envoyoit tout l’or d’Espagne en Flandres en espece »127. Nous savons que Chièvres était le vrai deus ex machina de la politique des Pays-Bas et que lorsque Charles se rendit en Espagne, les espoirs placés en lui furent vite déçus et la cupidité de sa cour flamande provoqua la colère de ses sujets castillans.

104Nous nous sommes attardés sur la biographie de Leti car elle est symptomatique de la manière dont le sujet qui nous intéresse dans ce travail a été traité par le passé. Les avis sur l’habileté de Charles à maîtriser les langues diffèrent même parmi les biographes les plus récents128. Il nous semble que nous pouvons souscrire à ce que Jean Babelon écrivait dans les années cinquante du siècle précédent dans sa biographie de Charles Quint. Il est tout à fait probable :

[…] qu’à la longue l’empereur ait reconnu la nécessité d’être polyglotte, mais les malveillants, ceux qui ne lui trouvent pas l’air intelligent, et qui l’accusent de réciter toujours une leçon, pense que l’adolescent, dont l’aspect physique est défavorable, parle mal, et ferait bien de ne pas s’en tenir au seul français : le futur roi de Castille et d’Aragon, de Naples et de Sicile, disent-ils, ne sait ni l’italien, ni l’espagnol, il n’entend pas l’allemand, pas plus que le thiois ou flamand.129

105Ce qui est certain c’est que cette prise de conscience arrivée tardivement pour Charles fit également défaut à son fils Philippe II, lequel était aussi peu doué pour les langues que son père. Dans une lettre adressée par Antoine Perrenot de Granvelle à Marie de Hongrie le 13 octobre 1550, citée par Michèle Escamilla, on peut remarquer comment l’Empereur insistait auprès de son fils sur la nécessité de continuer à travailler le latin et le français :

Monseigneur nostre prince – écrivait Granvelle – faict très bien son debvoir maintenant avec les Électeurs et autres princes de la Germanie, et parle avec eux latin, et S. M. [Charles Quint] a défendu, en sa présence, que nulluy de nostre langue luy parle en sa chambre sinon en françois ; et il a accepté la loy.130

106Les conseils de Charles concernant le latin avaient porté leurs fruits et Philippe mettait aussi de la bonne volonté pour apprendre la langue naturelle de son père. Le résultat fut néanmoins décevant. Cinq années plus tard, dans la grande salle d’apparat du palais du Coudenberg de Bruxelles, une réunion fut organisée en présence de l’Empereur et de son fils Philippe, de Marie de Hongrie, d’Emmanuel-Philibert, duc de Savoie, de Christine de Danemark, duchesse de Lorraine, de Guillaume de Nassau, prince d’Orange, de plusieurs chevaliers de l’ordre de la Toison d’or et d’une importante représentation des États Généraux accompagnant les gouverneurs des dix-sept provinces des Pays-Bas. Le conseiller Philibert de Bruxelles – président du Conseil des Flandres – prit la parole pour annoncer officiellement la volonté de l’Empereur d’abdiquer. Puis ce fut le tour de Charles : il se leva et prononça un discours en français qui retraçait chronologiquement les principaux épisodes de sa vie et ses voyages en Europe – neuf en Allemagne, six en Espagne, quatre en France, deux en Angleterre ainsi que d’innombrables passages par l’Italie. Il se sentait épuisé, guetté par la mort, et avait donc décidé de renoncer au pouvoir. Après avoir exhorté son fils à pratiquer la religion catholique, à régner pour la paix et la justice, l’Empereur, le visage pâle, éclata en sanglots et se laissa tomber sur le trône. Philippe, très ému, se jeta aux pieds de son père et lui promit fidélité. Charles l’invita à se relever et l’embrassa. Puis le prince prit la parole en français.

Messieurs, combien que j’entends raisonnablement le langage françois, si ne l’ai-je encoires si prompt que pour vous pouvoir parler en icelluy. Vous entendrez ce que l’évesque d’Arras vous dira de ma part.131

107Ses seules paroles dans cette langue qu’il ne maîtrisait pas furent pour présenter ses excuses. Il laissa donc aussitôt Antoine Perrenot de Granvelle parler à sa place. Il promit de gouverner dans le respect des lois et des coutumes des Pays-Bas et pour le bien commun de ses sujets. Cependant, un prince qui ne parlait pas la langue du peuple restait avant tout un prince étranger. Ironie de l’histoire, le très jeune homme sur l’épaule duquel Charles Quint s’était appuyé en entrant dans la salle du palais de Coudenberg, Guillaume de Nassau, prince d’Orange, allait être l’un des adversaires les plus redoutables de Philippe dans la lutte pour la liberté des Pays-Bas. Salvador de Madariaga explique ainsi la réticence de Philippe à apprendre la langue de son père :

Ne restent envisageables que deux explications : où il était certain d’avoir établi l’espagnol comme langue universelle ou il s’était résigné à l’avènement imminent d’une ère de nationalismes.132

108Néanmoins, cette hypothèse semble relever d’une lecture de l’histoire empreinte d’un certain espagnolisme sinon nationalisme et doit donc être envisagée avec prudence. En réalité Charles Quint avait fait tout son possible pour réserver le gouvernement des Pays-Bas à son fils en évitant de donner la régence de ces provinces à sa fille Marie et son gendre Maximilien, futur empereur. En plus de ne pas parler la langue de la Cour, Philippe n’avait pas su se gagner la confiance de l’aristocratie des Pays-Bas, en raison de son attitude perçue comme arrogante lors de son voyage à travers le pays en 1548.

Conclusion

109Au terme de cette réflexion, la légende d’un empereur polyglotte, échafaudée sur des sources rares, éparses ou douteuses et souvent nourrie par des visées hagiographiques sinon nationalistes, doit être largement nuancée. En raison de son éducation chevaleresque et peut être de son caractère, Charles ne se distingua pas par un fort intérêt humaniste pour les langues. À cet égard il ne recueillit que partiellement l’héritage de son grand-père Maximilien Ier, qui mania aussi bien les langues que les armes. Ce manque d’intérêt affecta en particulier l’insuffisant apprentissage du latin, qui était alors la langue diplomatique en vigueur en Europe, ce dont Charles se repentit amèrement à plusieurs reprises. Au-delà d’un apparent manque de curiosité intellectuelle, le faible intérêt du futur roi et empereur pour les langues comme instrument politique permettant d’établir des relations d’échange, de négociation et de pouvoir avec ses nombreux sujets ne laisse pas d’interroger. Tout au long de son règne Charles ne combla que partiellement ses lacunes, au gré de voyages et échanges épistolaires le mettant par la force des choses en contact avec ces langues. In fieri et parfois conflictuel, cet apprentissage linguistique du roi et empereur nourrit la prise de conscience souvent tardive de l’importance géopolitique du maniement des langues vernaculaires, dans un contexte où leur affirmation portait fréquemment une conscience identitaire. Pour autant, la leçon infligée à Charles par la révolte des Comunidades de Castille n’avait pas suffi aux Habsbourg : l’arrivée d’un prince étranger qui ne parlait pas la langue castillane avait été l’une des raisons de cette révolte, de même que la non-maîtrise du français par son fils Philippe II fut ensuite l’une des raisons du soulèvement des Pays-Bas contre ce monarque étranger. En dépit de certaines affirmations historiographiques concernant la supposée volonté de Charles Quint d’imposer l’espagnol comme langue universelle, celle-ci resta toujours sa deuxième langue. Sa langue de prédilection resta toujours le français, langue dans laquelle il dicta ses Mémoires vers la fin de sa vie et avec laquelle il échangea avec son entourage majoritairement francophone lors de sa retraite à Yuste. Cette fidélité à la langue française apprise à la cour de ses ancêtres fut sans doute nourrie à la fois par son affection pour la lignée du Téméraire et par l’obsession de récupérer les territoires bourguignons. On pourrait donc supposer que pour ces deux raisons Charles délégua souvent le maniement des autres langues de ses immenses possessions à l’entourage polyglotte de serviteurs royaux et impériaux sur lesquels il put constamment compter.

Notes de bas de page

1 Ludovico Dolce, Vita dell’invittissimo e gloriosissimo imperador Carlo Quinto, Venezia, Giolito de’ Ferrari, 1561, p. 160.

2 Les parents de Charles Quint, Philippe le beau (fils de l’empereur Maximilien Ier) et Jeanne de Castille (fille des Rois Catholiques) furent reconnus comme héritiers du trône de Castille par les représentants des Cortès le 22 avril 1502, dans la cathédrale de Tolède. Si l’archiduc d’Autriche et gouverneur des Pays-Bas maîtrisait le français et le flamand, il ne parlait pas le castillan. Jeanne fit l’interprète entre son époux et ses parents. Quelques jours plus tard, devant le grand autel de la cathédrale, Jeanne et Philippe prêtaient serment comme princes de Castille.

3 Seigneur de « Laxao » pour les Espagnols, il fut, par la suite, l’un des plus importants ambassadeurs de la diplomatie impériale.

4 Voir Correspondance de l’empereur Maximilien Ier et de Marguerite d’Autriche sa fille, gouvernante des Pays-Bas, éd. André J.G. Le Glay, Paris, Jules Renouard et Cie, 1839, vol. 2 (1507-1519), p. 115.

5 Alfred Kohler, Carlo V, Roma, Salerno, 2005, p. 31.

6 « Carlo V non imparò compiutamente le lettere Latine, si comprende chiaro da quelle parole che egli disse à Genova non intendendo troppo bene una oratione latina, che quivi li fu fatta. Per le quali si doleva molto, che egli non intendeva quei fiori, e quelle elegantie del parlar latino, ricordandose quanto gli havesse detto il vero Adriano suo maestro quando li diceva che un dì si pentirebbe della sua negligenza fanciullesca, non volendo imparare. » Alfonso de Ulloa, Vita dell’invittissimo e sacratissimo imperatore Carlo Quinto, Venezia, Valgrisi, 1560, p. 3. Cette phrase concernant les difficultés de l’Empereur à comprendre la langue latine est présente dans la première édition de l’ouvrage, dédiée à l’évêque de Trente Christoforo Madruzzo, mais elle est étonnamment absente dans la troisième édition de 1566, chez le même éditeur, dédiée au fils de Charles Quint, Philippe II. Dans tous les textes cités nous avons gardé la graphie originale pour montrer l’état des langues vernaculaires à cette époque et aussi la particularité du français écrit par Charles Quint, mâtiné de dialecte picard.

7 Voir Auguste Vincent, « Les premières éditions de l’Institutio principis christiani d’Érasme », in Mélanges offerts à Marcel Godat, Neuchâtel, Attinger, 1936, p. 90-96.

8 Voir Érasme de Rotterdam, La Formation du prince chrétien. « Institutio principis christiani », éd. Mario Turchetti, Paris, Garnier, 2015.

9 Sur l’influence d’Érasme sur Charles Quint voir, entre autres, Denis Crouzet, Charles Quint. Empereur d’une fin des temps, Paris, Odile Jacob, 2016 et Pierre Mesnard, « Charles Quint et les enseignements d’Érasme », in Jean Jacquot (dir.), Fêtes et cérémonies au temps de Charles Quint. Les fêtes de la Renaissance II, Paris, Éd. CNRS, 1960, p. 45-56.

10 Voir Jean-Claude Margolin, « Érasme entre Charles Quint et Ferdinand Ier, et le modèle érasmien du prince chrétien », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 99, 1, 1987, p. 275-301.

11 Voir Testamento y Codicilo de Isabel la Católica (2a edición), Valladolid, impr. de Miñón, 1947. (AGS, Patronato Real, leg. 30, doc. 2 et codicille conservé à la BNM : VITR/6/6).

12 Alonso de Santa Cruz, Crónica del emperador Carlos V, Madrid, Imprenta del Patronato de Huérfanos de Intendencia e intervención Militares, 1920, vol. 1, p. 108-109.

13 Ibid.

14 Voir Jerónimo López de Ayala, conde de Cedillo, El cardenal Cisneros, gobernador del Reino, Madrid, Real Academia de la Historia, 1921, vol. 2, p. 99.

15 Alfred Kohler, op. cit., p. 58.

16 « Y acordaron [les représentants de la ville de Tolède] de hablar á Xevres, pues todo se avia de proveer por su mano : y assi le hablaron en presencia del Obispo Mota, que fue el interprete, por no saber Xevres la lengua Castellana », Prudencio de Sandoval, Historia de la vida y hechos del emperador Carlos V. máximo: fortissimo, rey catholico de España, y de las Indias, islas, y tierra firme del mar oceano, Amberes, Verdussen, 1681, vol. 1, Ire partie, chap. XLIII, p. 108.

17 D. B. Wyndham Lewis, Charles Quint. Empereur d’Occident (1500-1558), Paris, Payot, 1932, p. 23.

18 « Queriendo el Emperador dar á entender lo mucho que deseava que se conservase limpia la Fé Christiana, y que por el parecer, y porfía de un solo Frayle no se altérase el mundo, despues de aver cenado, desabrido se encerró en su recamara á solas y sin que nadie le viesse escribió en lengua Tudesca una carta, y protestacion de la Fé… ». Prudencio de Sandoval, op. cit., vol. 1, livre 10, p. 382.

19 Le texte original a été publié par Otto de Habsbourg, Charles Quint. Un empereur pour l’Europe, Bruxelles, 1999, p. 103, et par Michèle Escamilla, « Charles Quint et l’Allemagne », in Marie-Catherine Barbazza (dir.), Quelques aspects du règne de Charles Quint, empereur d’Allemagne et roi d’Espagne, Montpellier, PU Montpellier 3, 2005, p. 181.

20 Voir Geoffrey Parker, Una nueva vida del emperador, Barcelona, Planeta, 2019, p. 53-60.

21 Manuel Fernández Álvarez, Carlos V, el césar y el hombre, Madrid, Espasa Calpe, 1999, p. 177.

22 Voir la lettre que Charles adresse aux sept électeurs au début de l’année 1519, in Papiers d’État du cardinal de Granvelle, d’après les manuscrits de la bibliothèque de Besançon, éd. Ch. Weiss, Paris, Imprimerie royale, 1841-1852, vol. 1, p. 111-113.

23 Karl Brandi, Charles-Quint (1500-1558), Paris, Payot, 1939, p. 183.

24 « Aussi, mon frere, par mes lectres en allemand je vous escripz et a ma chambre ymperialle, pour faire proceder au ban ymperial et confiscacion contre ledict roy Francois, nostre ennemj, des terres qu’il usurpe, occupe subgectes a lempire ». Correspondenz des kaisers Karl V, éd. Karl Lanz, Leipzig, Brockhaus, 1844, vol. 1, p. 83.

25 « Je vous prie que sans delay ny attendre consulte vers moj vous entendez a ceste matiere, de la faire pousser oultre comme mon lieutenant general et ordonner les adiourneent, sentence et condempnacions a la forme de lempire, ainsi que par madicte lectre en allemand je vous escriptz, de sorte quil en soit bruyt et renomme par tout le monde », ibid.

26 Antonio Paz y Melia, « El Embajador polaco Juan Dantisco en la Corte de Carlos V (1524-1527) », Boletín de la Real Academia de la Historia, XI, 1924, p. 65-66.

27 Voir Miguel Ángel Ochoa Brun, Historia de la Diplomacia Española. La Diplomacia de Carlos V, vol. 5, Madrid, Ministerio de Asuntos Exteriores, 1999, p. 610.

28 Cette somme incluait l’argent que le roi anglais lui avait prêté autrefois, une compensation à son refus d’épouser sa fille Marie et l’argent des pensions qu’il n’avait pas perçues du roi de France.

29 Voir El desafío de los Reyes de Francia y Inglaterra. Al Emperador y Rey n[uest]ro señor. Con sus Respuestas. Con privilegio Real, Burgos, J. Junta, 1528, et Le Défi porté à Charles Quint par les Hérauts d’Armes de France et d’Angleterre en 1528. Réimpression d’un poème populaire et d’une relation en prose publiés à Anvers, la même année, par J. de Liesvelt, Paris, P. Daffis, 1875.

30 La lecture du cartel fut faite en français et en espagnol « porque todos supiesen lo que en él se contenía », voir Alonso de Santa Cruz, op. cit., vol. 2, p. 432.

31 Voir Philippe Hamon, « L’honneur, l’argent et la Bourgogne. La rançon de François Ier », Revue française d’histoire des idées politiques, 1, 1995, p. 9-37.

32 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, éd. Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, Paris, R. Laffont, 1996, vol. 2, p. 545.

33 Correspondenz…, éd. Karl Lanz, op. cit., vol. 1, p. 292.

34 Ibid.

35 Ibid., vol. 1, p. 299.

36 Ibid., vol. 1, p. 414-415.

37 « La cagione perché gli parlarono in lingua Spagnuola, dicono che fu perché giudicarono esser più riverenza parlargli in lingua che fosse più natural sua, e più trattabile, che la lingua loro… » (Alfonso de Ulloa, op. cit., p. 442).

38 « L’lmperadore ancora egli rispose loro pur in lingua Spagnuola, dandogli humanissima e gratiosa risposta, secondo il suo costume, di che eglino rimasero così sodisfatti, come era il dovere », ibid. Voir aussi Luis de Ávila y Zuñiga, Comentario de la guerra de Alemania hecha por Carlos V, máximo Emperador Romano, Rey de España en el año MDXLVI y MDXLVII, Madrid, F.X. Garcia, 1767, p. 204.

39 « […] Conde Palatino en nombre del Emperador, (porque alli todos hablan por procuradores, aunque esten presentes) començó de hablar dándoles gracias por su venida, y averse juntado a su llamamiento. » Prudencio de Sandoval, op. cit., vol. 2, p. 358.

40 « Tras esto el Doctor Naves Chanciller del Imperio leyó en escrito la proposicion en lengua Tudesca, ella fue larga. », ibid.

41 On trouve le meilleur récit de cette bataille dans Denis Crouzet, op. cit., p. 380-404.

42 Correspondenz…, éd. Karl Lanz, op. cit., t. II, p. 563.

43 Luis de Ávila y Zuñiga, op. cit., p. 291.

44 Dans sa biographie, Ulloa s’inspire du récit d’Ávila y Zuñiga : « Quella vittoria così grande l’Imperadore l’attribuì a Dio come cosa data dalla sua divina mano, e così in lingua Spagnuola disse quelle tre parole di Cesare, quando ei fu vincitore; cangiando la terza come ogni Principe Christiano deve fare, conoscendo la gratia e il favore che Dio gli fa. Vine, y vi, y Dios vencio ». Alfonso de Ulloa, op. cit., p. 488.

45 August von Druffel, Beiträge zur Reichsgeschichte (1546-1555), München, G. Himmer, 1878, vol. 1, p. 57.

46 Voir la lettre de Charles à Ferdinand du 1er juin, dans Correspondenz…, éd. Karl Lanz, op. cit., t. II, p. 573.

47 Jean-Yves Mariotte, Philippe de Hesse (1504-1567). Le premier prince protestant, Paris, Honoré Champion, 2009, p. 255.

48 Bartholomew Sastrow, Herkommen, II, 29-30 cité par Geoffrey Parker, op. cit., p. 833 note 57. Il pourrait s’agir d’une phrase en brabançon, dialecte néerlandais parlé à Malines, ce qui expliquerait que Charles, contrairement à l’habitude des élites aristocratiques, n’avait pas entièrement négligé la langue que parlaient les gens du peuple qui fréquentaient la Cour de sa tante, même s’il ne l’a jamais maîtrisée. Il est aussi probable que sa nourrice ait été flamande, ce qui lui aurait permis d’acquérir des notions de cette langue.

49 Ainsi le raconte Luis de Ávila y Zuñiga : « El Emperador mandó a uno de su consejo Aleman, que estaba alli para responder en su nombre, que dixese estas palabras […] », op. cit., p. 325.

50 « Su Majestad no le tocó la mano ni le hizo ningún señal de cortesia », ibid., p. 326.

51 Karl Brandi, Charles Quint…, op. cit., p. 580-581 ; Jean-Yves Mariotte, op. cit., p. 258-264 et Denis Crouzet, op. cit., p. 400-404.

52 Voir Geoffrey Parker, op. cit., p. 405. Le docteur Seld avait pris la place de Johann von Naves.

53 Dans ces Mémoires, Charles écrit : « Y aunque entonces y despues dicho landgrave y los electores pretendieran que el emperador no había cumplido lo estipulado, obrando a su guisa e interpretando el convenio conforme a sus deseos, es absolutamente cierto que cuanto hizo se ajustaba a lo establecido en el citado convenio ». Salvador de Madariaga, Carlos V, Barcelona, Grijalbo, 1981, p. 260 et Corpus documental de Carlos V, éd. Manuel Fernández Álvarez, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, 1973, vol. 4, p. 563. Voir aussi Luis de Ávila y Zuñiga, op. cit., p 448.

54 « […] qu’il estoit évident que seulement la prison perpétuelle avoit esté exclue ». Lettre de Charles à Ferdinand, du 28 juin, in August von Druffel, op. cit., vol. 1, p. 64.

55 « Y así no entendió que no tratando sino de la prision perpetua, la temporal quedaba a discreción de aquel en cuyas manos se metia », Luis de Ávila y Zuñiga, op. cit., p. 328.

56 Des lettres de Gattinara adressées à Clément VII en latin se trouvent dans Carlo Bornate, Historia, vite et gestorum per dominum magnum cancellarium, Torino, Bocca, 1915, « Miscellanea di Storia Italiana », serie III, anno XVII, vol. 48, p. 440-441 ; 442, 445-446 ; 448 ; 451-454 ; 476-477 ; 479.

57 Antoine Varillas, La pratique de l’éducation des princes, ou Histoire de Guillaume de Croÿ, surnommé le Sage, seigneur de Chièvres, gouverneur de Charles d’Autriche qui fut empereur cinquième du nom, Amsterdam, H. Wetstein & H. Desbordes, 1684, p. 26.

58 « Quisiera Adriano quel Duque se afficionara á las letras, y por lo menos que supiera la lengua Latina : pero el Duque mas se inclinava à las armas, Cavallos, y cosas de guerra. […] Culpan en esto á Guíllelmo de Croy señor de Xevres su ayo, que por hazersé muy dueño del niño, y ganarlo para si solo, le quitava los libros, y ocupava en armas, y Cavallos, que seria bien fácil por ser mas inclinada aquella edad a estos exercicios que à las letras. » Prudencio de Sandoval, op. cit., Ire partie, chap. VII p. 4.

59 « Hazía que leyesse las Historias Españolas, y Francesas, escritas en las proprias lenguas, y con el mal estiIo que las antiguas tienen. Lo uno porque supiesse los hechos de sus passados en paz, y en guerra: lo otro porque este Cavallero entendía poco la elegancia y primor de las Historias Latinas : que ninguno ama lo que no entiende », ibid.

60 Ibid.

61 Voir Correspondance de Charles-Quint et d’Adrien VI, éd. P. Gachard, Bruxelles, M. Hayez, Imprimeur de la Commission royale d’histoire, 1859.

62 Correspondenz…, éd. Karl Lanz, op. cit., t. II, p. 563.

63 Ibid.

64 Ibid., vol. 1, p. 60.

65 Ibid.

66 Ibid.

67 Ibid., vol. 1, p. 60-61. Lettre d’Adrien du 3 mai 1522 depuis Saragosse.

68 Francesco Guicciardini, op. cit., vol. 2, p. 247.

69 Voir Juan Carlos D’Amico, « François Ier et les révoltes siciliennes », in François Ier et l’espace politique italien. États, domaines et territoires, Rome, EFR, 2018, p. 263-288.

70 Il s’agit de notes autographes de Charles Quint écrites entre février et mars 1525 et conservées aux Archives de Vienne. Voir le document original in Karl Brandi, Berichte und Studien zur Geschichte Karl V, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 1933 (Nachrichten von der Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, IX) p. 256-260.

71 Gattinara, Autobiografia, p. 141-142. Sur la violence de la réponse impériale à la lettre du pape, voir John M. Headley, « L’imperatore e il suo cancelliere : discussioni sull’impero, l’amministrazione e il papa », Rassegna degli archivi di Stato, 46, sept.-déc. 1986, p. 547-549.

72 Carlo Bornate, op. cit., p. 517.

73 Voir Invictissimi Romanorum Imperatoris Caroli hvivs nominis quinti ac Hispania Rvm Regis Catholici, ad duo Clementis septimi pontificis Romani brevia responsio, in qua ab ipso pontifice appellat petitque generalis. christianorum omnium concilii congregationem…, Impressum est Compluti Michaelem de Eguia anno 1527 die decimo mensis Aprilis (ark:/13960/t2k69371z). Voir aussi Epistolae duae, altera Clementis VII Papae ad Carolum V Imperatorem Aug, etc. altera Caroli V imp. Aug. etc. Clementi respondentis, Basilae, A. Cratandrum, 1528.

74 Pour la reconstitution du parcours, voir entre autres Pierre J. Goetghebuer, Entrée triomphale de l’empereur Charles Quint à Bologne, Gand, Hebbelynck, 1864 ; Jean de Vandenesse, « Journal des voyages de Charles Quint de 1514 à 1551 », in Louis P. Gachard, Collection des voyages des souverains des Pays-Bas, Bruxelles, Hayez, 1874, vol. II ; Manuel de Foronda y Aguilera, Estancias y viajes del Emperador Carlos V, Madrid, RAH, 1914 ; Ghislaine De Boom, Les Voyages de Charles Quint, Bruxelles, S. A. éditeurs, 1957 ; Vicente Cadenas y Vicent, Doble coronación de Carlos V en Bolonia, Madrid, Hidalguia, 1985 et Juan Carlos D’Amico, Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité, Caen, PU Caen, 2004.

75 Marin Sanudo, I Diari, Venise, R. Deputazione Veneta di Storia patria, 1892, vol. LII, p. 182.

76 Appelé aussi Fray Francisco de los Angeles, le franciscain Quiñones avait été envoyé par Charles en Espagne pour réformer son ordre et il avait joué un rôle de médiateur pendant la révolte des Comuneros.

77 Comme cela sera souvent le cas dans les célébrations bolonaises, les rites prévus par le cérémonial, auquel l’Empereur se conformait strictement, seront souvent interprétés comme des initiatives individuelles, des signes de libéralité, de magnanimité ou de piété de la part de Charles Quint.

78 Rome, Bib. Vaticane, ms Latino 9948, fol. 210vo.

79 Alfonso de Ulloa, op. cit., p. 244.

80 Voir Carlo Grigioni, « Biagio da Cesena », in Studi Romagnoli, Faenza, Lega, 1954, vol. V, p. 349-388 ; Gustave Constant, « Les maîtres de cérémonie du xvie siècle : leurs Diares », Mélanges d’archéologie et d’histoire, vol. 23, 1903, p. 161-229.

81 Successeur de Jean Glapion, en 1523, comme confesseur de Charles Quint, García de Loaysa avait été, en 1518, général de l’ordre des Dominicains. En 1524, il devint évêque d’Osma et président du conseil des Indes. Sa correspondance avec l’Empereur entre 1530 et 1532 a été publiée par Gottold Heine, Briefe an Kaiser Karl V, geschrieben von seinem Beichtvater in den Jahren 1530-32, Berlin, W. Besser, 1848.

82 Hieronymi Balbi, De coronatione, liber singularis ad Carolum V. Imp., colophon : « Ioannes Baptista Phaellus Bononiensis, Bononiae impressit, Anno Domini MDXXX [1530], Mense Februa. » Le livre fut imprimé à nouveau à Lyon par Sebastiano Griffio la même année et en 1537, et il y eut d’autres éditions en 1603, 1614, 1624 et 1792. Un exemplaire de cet ouvrage se trouve à Paris, à la réserve de la Bibliothèque nationale de France avec la cote M 365.

83 Miguel de Ulzurrun, Tractatus regiminis mundi, in Tractatus universi iuris, Venetiis, Zilletti, 1584, t. XVI, fol. 103vo-130vo.

84 C’est le manuscrit no 10571 de la Bibliothèque royale Albert Ier de Bruxelles.

85 Corpus documental de Carlos V, op. cit., vol. II, p. 98-99.

86 Voir Raimondo Turtas, « 10-14 giugno 1535 : Carlo V visita Cagliari al comando del “mayor exército que nunca se vido por la mar” », in B. Anatra, F. Manconi (dir.), Sardegna, Spagna e Stati italiani nell’età di Carlo V, Roma, Carocci, 2001, p. 335-352.

87 Selon Sandoval il y avait plus de 54 000 hommes dans l’expédition en provenance de tous les coins de l’Europe, y compris des Albanais qui parlaient le grec. Voir Prudencio de Sandoval, op. cit., vol. 2, p 172.

88 « Sábado que pensaron fuera la batalla, salió el Emperador todo armado, salvo la cabeça por ser conocido, en un cavallo encubertado, y ordenó el exercito, animando a cada nación en su lengua […] », ibid., vol. 2, p. 344.

89 Voir le traité de paix, in Papiers d’État du cardinal de Granvelle, op. cit., vol. II, p. 368-377. Voir aussi Alonso de Santa Cruz, op. cit., vol. 3, p. 283-293.

90 Ibid., p. 291.

91 La cérémonie eut lieu dans la cathédrale. V. Castaldo, « Il viaggio di Carlo V in Sicilia (1535) secondo una cronaca manoscritta napoletana », Archivio Storico per la Sicilia Orientale, 2e série, xxv, 1929, p. 91.

92 Voir Maria Antonietta Visceglia, Il viaggio cerimoniale di Carlo V dopo Tunisi, Carlos V y la quiebra del humanismo político en Europa (1530-1558), Madrid, Soc. Est. para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001, vol. 2, p. 133-172 ; Géraud Poumarède, « Le voyage de Tunis et d’Italie de Charles Quint ou l’exploitation politique du mythe de la croisade (1535-1536) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 67, 2005, p. 247-285. Pour les entrées de Charles Quint en Italie, voir André Chastel, « Les entrées de Charles Quint en Italie », in Jean Jacquot (dir.), Fêtes et cérémonies au temps de Charles Quint. Les fêtes de la Renaissance II, Paris, Éd. CNRS, 1960, p. 197-205 et le Bulletin de l’Association des historiens de l’art italien, 5, 1998-1999, p. 2-43.

93 Vincenzo Saletta, « Il viaggio di Carlo V in Italia », Studi meridionali, 9e année, fasc. III, 1976, p. 302-304.

94 Alonso de Santa Cruz, op. cit., vol. 3, p. 293.

95 Le Parlement était composé du bras ecclésiastique, du bras militaire et du bras « domanial » dont le chef était le représentant de la municipalité de Palerme.

96 Francesco Renda, Storia della Sicilia dalle origini ai giorni nostri, Palermo, Sellerio, 2003, vol. 2, p. 612. Sur Ludovico Sánchez, voir l’article de Manuel Rivero Rodríguez, in Real Academia de la Historia, Diccionario Biográfico (https://dbe.rah.es/biografias/17990/ludovico-sanchez).

97 Bernardino Martirano, Il Pianto d’Aretusa, Napoli, Loffredo, 1993.

98 Ibid., p. 85-89.

99 Voir Gregorio Rosso, Istoria delle cose di Napoli sotto l’impero di Carlo V, in Raccolta di tutti i più rinomati scrittori dell’istoria generale del regno di Napoli, Napoli, Gravier, 1770, t. VIII, IIe partie, p. 113.

100 « Parlò in nome de tutti assai bene Ettorre Minutolo, così buon Dottore, come ogni uno sà, fignificando à Sua Maestà, il grande amore, e fedeltà, che tene la Nobiltà, e Popolo de Napoli alla sua Corona, e la grande allegrezza, che sente vedendo la faccia del fuo Patrone, così glorioso per tante vittorie. L’lmperatore rispose con humanità, & amoreuolezza grande, in lingua Spagnola : che le cose della Città, e Regno di Napoli le teneva dentro del cuore, come cose de figli suoi, più che de vasalli. », ibid., p. 113.

101 Sur l’entrée de Charles Quint à Rome, voir La Triomphante entrata di Carlo V Imperadore Augusto : in l’alma Città di Roma (s.l., s.d.) ; B. Podestà, « Carlo V a Roma nel 1536 », Archivio della Società romana di Storia patria, 1, 1877, p. 312-344 et Fabrizio Cruciani, Teatro nel Rinascimento, Roma 1450-1550, Roma, Bulzoni, 1983, p. 569-580.

102 Voir Lettre de Charles Quint à Jean Hannart ambassadeur impérial en France. AGS, Estado K 1642, fol. 28.

103 Voir Manuel Rivero Rodríguez, « Il Gran Cancelliere e la sopravvivenza del suo progetto imperiale dopo la sua morte : il discorso di Carlo V a Roma nel 1536 », in Mercurino. Cardinale e Gran Cancelliere di Carlo V e la famiglia Arborio Gattinara, Gattinara, Associazione Culturale di Gattinara, 2016, p. 163-179.

104 Voir Ramón Menéndez Pidal, La España del Emperador Carlos V, Madrid, Espasa Calpe, 1986, p. XXVI. Voir aussi Salvador de Madariaga, op. cit., p. 137-143 et Alfred Morel Fatio, « L’espagnol langue universelle », Bulletin hispanique, XV, 2, avril-juin 1913, p. 212-215. Il n’existe pas de version originale de ce discours, simplement parce qu’il ne fut jamais écrit. Nombreuses sont, en revanche, les versions reconstruites par la suite, parfois contradictoires entre elles. Voir par exemple les différentes versions que donnent Sandoval (op. cit., vol. 2, livre 5, p. 227-228) et Santa Cruz (op. cit., t. III, chap. XIX, p. 332). Vicente Cadenas y Vicent considérait que tout ce matériel était peu fiable (Discurso de Carlos V en Roma en 1536, Madrid, Instituto Salazar y Castro, 1982, p. 5-29).

105 Prudencio de Sandoval, op. cit., vol. 2, livre 5, p. 228.

106 Voir le résumé de ce discours in Alonso de Santa Cruz, op. cit., vol. 3, p. 332-344.

107 Voir Lettera sopra il ragionamento che fece l’Imperatore Carlo Vto l’anno 1536 venendo da Tunisi in presenza di Papa Paolo III et Cardinali, Biblioteca Apostolica Vaticana, ms. Urb. Lat. 1568, fol. 61ro-72vo.

108 La pièce en vers dédiée à l’Empereur fut publiée par Bartolomeo Campi avec ce titre : Il capitolo di Messer Pietro Aretino in laude dello imperatore, et a Sua Maestà da lui proprio recitato. Elle sera envoyée par l’Arétin au duc d’Urbino en octobre 1543 et insérée dans le troisième livre des lettres. Voir Pietro Aretino, Lettere, éd. Paolo Procaccioli, Roma, Salerno, 1997, vol. 3, p. 52-60.

109 Voir par exemple la lettre que lui envoie Anton Francesco Doni depuis Plaisance in Anton Francesco Doni, Lettere, Vinegia, G. Scotto, 1545, livre I, p. 67.

110 Voir la lettre de l’Arétin « Al signor Montese » depuis Verona (juillet 1543) in Pietro Aretino, op. cit., vol. 3, p. 64.

111 Voir Corpus Documental de Carlos V, op. cit., vol. 4, p. 485.

112 « […] e dicesi, che egli a imitazione di Giulio Cesare compose in questo linguaggio [français] alcuni bellissimi Commentarii delle cose da lui fatte; i quali, come odo, hora si traducono in Latino e si daranno fuori », in Ludovico Dolce, Vita dell’invittissimo e gloriosissimo imperador Carlo Quinto…, op. cit., p. 160.

113 « Favellava Spagnuolo con quella dolcezza proprietà di voce, come fosse nato in quella Provincia. Sapeva benissimo la lingua Francese, […]. Latinamente parlava a bastanza, e in Tedesco ottimamente ». Ibid.

114 « […] Y conocíase su gran memoria en la variedad de las lenguas que sabía, como eran: lengua flamenca, italiana, francesa, española, las cuales hablaba tan perfectamente como si no supiera más de una », Alonso de Santa Cruz, op. cit., tomo II, p. 39.

115 Voir Salvador de Madariaga, op. cit., p. 136 et Alfred Morel Fatio, art. cit., p. 212-215.

116 « Supo bien el Duque Carlos las lenguas Flamenca, y Francesa, Alemana, Italiana, y mal la Española hasta que fue hombre. Entendió algo de la Latina. », Prudencio de Sandoval, op. cit., Ire partie, chap. VII, p. 4.

117 « Cependant les Allemands sçavent qu’il prenoit plaisir à lire Sleidan le plus poli des Historiens Latins de son temps, & qu’il disoit en le demandant, apportez-moy mon menteur ; & les Espagnols n’ignorent pas non plus que lorsqu’il se fut retiré dans le Monastère de Saint Juste, il fit sa lecture ordinaires des œuvres de Saint Bernard qui n’étoient point encore traduites, ce qui marque qu’il entendoit au moins le Latin. », Antoine Varillas, op. cit., p. 27.

118 Voir l’inventaire des livres recensés à Yuste dans José Luis Gonzalo Sánchez-Molero, « El caballero, la muerte y el libro », in Carmen García Frías Checa (dir.), Carlos V en Yuste. Muerte y gloria eterna, Madrid, Patrimonio Nacional, 2008, p. 148-149.

119 Pour ce passage dans l’édition italienne voir Gregorio Leti, Vita dell Invittissimo Imperadore Carlo V. Austriaco, parte I, Amsterdam, Georgio Gallet, 1700. Nous citons à partir de la version française, Id., La Vie de l’empereur Charles V traduit de l’italien, Bruxelles, Josse de Grieck, 1710, vol. 1, p. 38.

120 Ibid., p. 38-39.

121 Ibid., p. 39.

122 Ibid., p. 40.

123 Ibid.

124 Ibid.

125 Ibid., p. 43-44.

126 Ibid., p. 36.

127 Ibid., p. 134.

128 À titre d’exemple, voici ce que Manuel Fernández Álvarez écrivait à propos de la lettre écrite par Charles à son fils sur l’importance de la langue latine : « Natural era que el don de lenguas, poseido por el César y que tan útil le resultaba para entenderse y hacerse querer por tan distintos pueblos como los que regía, fuera asimilado y desarrollado por su hijo; como es sabido, no tuvo en ello fortuna. De todas formas, es digno de destacarse ese elogio de la lengua latina y, en suma, de los estudios clásicos, que en nuestros días hemos visto tan neciamente entorpecer. », Corpus documental de Carlos V, op. cit., vol. 2, p. 99. Cf. aussi Manuel Fernández Álvarez, Carlos V, el césar y el hombre, op. cit., p. 55, et Geoffrey Parker, op. cit., p. 57-58.

129 Jean Babelon, Charles Quint. 1500-1558, Paris, Société d’éditions françaises et internationales, 1947, p. 33.

130 Voir Pierre Chaunu, Michèle Escamilla, Charles Quint, Paris, Fayard, 2000, p. 369.

131 Ibid.

132 Voir Salvador de Madariaga, op. cit., p. 131. « No se ven más que dos esplicaciones : o estaba seguro de haber establecido el español como lengua universal, o se había resignado a ver venir una era de nacionalismos ».

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.