Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 11-20


Texte intégral

1Ce volume a été conçu pour prolonger les réflexions menées lors d’un colloque international organisé il y a quelques années dans le cadre du programme « Les Habsbourg en Europe : échanges, transmissions, représentations » soutenu par les équipes ERLIS (Université de Caen-Normandie), CIRLEP (Université de Reims Champagne-Ardenne) et CERCLL (Université de Picardie Jules-Verne) et généreusement accueilli par l’Institut historique allemand à Paris1.

2Dans la continuité des premiers travaux de ce programme qui s’attache à étudier l’histoire culturelle des territoires placés sous la souveraineté de la maison d’Autriche depuis le règne de Charles Quint, en embrassant les possessions de la branche issue du premier Habsbourg d’Espagne et celles de la branche cadette, afin de s’interroger sur l’existence de possibles similitudes, sur des influences, échanges et circulations entre ces territoires2, les contributions réunies ici s’intéressent aux langues vernaculaires et à leurs usages par les princes de la maison d’Autriche et leur entourage et dans les pratiques de gouvernement.

3On sait tout l’intérêt que la recherche a accordé dans les dernières années à la défense et à la propagation des langues vernaculaires depuis la Renaissance, au développement des traductions et à la constitution de pôles urbains cosmopolites et plurilingues en Europe3. Ces travaux ont été menés du point de vue de l’histoire culturelle et sociale4, mais aussi dans la perspective d’une histoire institutionnelle et politique : en effet, le plurilinguisme caractérisant aussi bien les territoires dépendant du Saint-Empire que le vaste ensemble de possessions de la monarchie hispanique – des Flandres et de la Franche-Comté aux territoires italiens et à la péninsule Ibérique, sans compter les territoires extra-européens – a suscité des interrogations quant au maniement des langues dans la manière de les administrer et de les gouverner et aux rapports entre la langue du monarque et celle(s) des sujets5.

4Ce volume prétend apporter une contribution à ces questionnements : il s’agira d’abord ici de chercher à savoir dans quelle mesure les relations familiales et politiques entre des espaces culturels gouvernés par la même dynastie – relations qui n’ont pas toujours été exemptes de frictions, voire de ruptures, comme l’ont montré les résultats de recherches entreprises depuis plusieurs années6 – ont favorisé les échanges et l’interpénétration linguistique. Si l’étude de la circulation des élites d’une cour à l’autre et de la constitution de réseaux nobiliaires est déjà bien avancée et s’est considérablement développée en particulier depuis une quinzaine d’années7, il n’en est pas de même de celle des transferts culturels8 et des interactions linguistiques entre les cours des Habsbourg9.

5On s’intéressera dans un second temps à la gestion du plurilinguisme au sein des territoires respectivement gouvernés par les deux branches de la maison d’Autriche, une situation qui ne pouvait manquer de susciter réflexions et recommandations. On a observé, dans le cas de la monarchie espagnole, une tension – ou des contradictions – entre des textes qui incitent à la propagation de la langue du monarque, le castillan, pour accompagner la domination politique, et d’autres qui encouragent les conseillers, puis le roi lui-même, à parler les diverses langues des sujets afin d’entretenir leur loyauté. Cet idéal de roi polyglotte semble devenir un leitmotiv dans les traités d’éducation du prince et dans les arts de gouverner dès la deuxième moitié du xvie siècle10, sans qu’il y ait forcément adéquation avec les pratiques.

6Avant d’aborder les échanges linguistiques entre les princes de la maison de Habsbourg et entre leurs cours et d’explorer les éventuels rapports hiérarchiques qui s’établirent, dans l’usage, entre les diverses langues vernaculaires parlées par les membres de la dynastie, il a paru pertinent d’ouvrir ce volume par une étude comparative des réflexions menées, aussi bien dans la monarchie espagnole que dans les terres du Saint-Empire, sur les langues vernaculaires et leur dignité. C’est le propos de la contribution de Marie-Églantine Lescasse, qui s’est intéressée à des traités, des grammaires et dictionnaires comportant une réflexion sur la langue et ses usages aux xvie et xviie siècles. Mettant en parallèle des textes composés dans les pays germaniques et dans la péninsule Ibérique, elle montre à l’œuvre un semblable courant de valorisation des langues vernaculaires face au latin, tout en tenant compte des nuances liées à l’absence de filiation entre le latin et la langue allemande. Elle relève ainsi l’emprise plus prolongée du latin dans les pays germaniques, visible dans la permanence de l’emploi de cette langue pour la rédaction d’ouvrages savants aussi bien que dans les écrits de nature administrative. Même si l’on ne trouve pas chez les défenseurs de la langue allemande – ou du néerlandais – les positions extrêmes de certains auteurs espagnols qui, tel Gregorio López Madera, n’hésitent pas à proclamer l’antériorité du castillan par rapport au latin, l’exaltation de la noblesse des langues vernaculaires repose généralement sur la revendication de leur ancienneté et s’articule avec des théories « proto-nationalistes », fondées sur l’exaltation d’ancêtres héroïques qui résistèrent à la domination romaine – comme ce fut le cas des Germains et des Bataves.

7Le premier volet de cet ouvrage s’intéresse au maniement des langues par les membres de la maison de Habsbourg eux-mêmes, que ce soit dans leurs relations familiales ou dans leurs échanges avec leur entourage, en commençant par Charles Quint, dont les aptitudes et les pratiques linguistiques ont été jusqu’ici l’objet d’affirmations contradictoires dans l’historiographie et de jugements parfois hâtifs. Juan Carlos D’Amico s’emploie à reconstituer la formation que reçut le futur empereur et l’évolution au cours de son règne et de ses séjours dans différentes parties de ses territoires – on sait à quel point il fut un monarque itinérant – de sa maîtrise de plusieurs des langues parlées par ses sujets. Il établit que Charles négligea l’étude du latin – ce dont il se repentit plus tard, comme en témoignent plusieurs anecdotes et les instructions qu’il laissa à son fils Philippe II – et que les seules langues vernaculaires qu’il dominait pleinement furent le français – sa première langue – et le castillan, dont il fit l’apprentissage tardif après son arrivée mouvementée dans la péninsule Ibérique. S’il est permis de penser qu’il pouvait s’exprimer en flamand, sa connaissance de l’allemand semble avoir été limitée, de même que celle des langues parlées dans ses possessions italiennes. En somme, contrairement à son grand-père paternel Maximilien Ier, Charles Quint ne fut nullement un monarque polyglotte. Le français resta sa langue de prédilection dans sa correspondance personnelle, celle qui n’était pas confiée à des secrétaires ; ainsi, c’est en français qu’il écrivait à son frère Ferdinand, lequel lui répondait en castillan – la langue dans laquelle il avait été élevé. Toutefois, Charles Quint prit conscience de l’importance du latin comme langue de la diplomatie, et de l’intérêt qu’il y avait pour un monarque à entendre et à parler les langues de ses sujets.

8Les contributions de Rubén González Cuerva et de Luis Tercero Casado, qui explorent les relations entre les membres des deux branches de la dynastie respectivement au temps de l’impératrice Marie, fille de Charles Quint et épouse de Maximilien II, puis au milieu du xviie siècle, montrent que l’espagnol – c’est-à-dire le castillan – devint la langue « domestique » des Habsbourg, comme en témoignent les diverses correspondances entre les membres de la dynastie, et se répandit dans les milieux curiaux. Si les raisons de cette diffusion de l’espagnol à la cour de Vienne peuvent être en partie liées à l’ignorance de la langue allemande de la part d’impératrices issues de la branche espagnole – c’était le cas de l’impératrice Marie, qui était entourée majoritairement de dames espagnoles et exigeait de celles qui ne l’étaient pas qu’elles apprennent le castillan –, on peut aussi y voir une conséquence du prestige de la branche aînée et de sa suprématie durable sur la branche cadette. Rubén González Cuerva précise que cette domination de la langue adoptée par Charles Quint au cours de son règne était accompagnée du maintien à la cour de Vienne, dans la maison de l’impératrice, des manières et des traditions – y compris vestimentaires – de la cour d’Espagne, fondées sur l’étiquette bourguignonne, alors qu’en Espagne même se produisait une certaine évolution.

9Luis Tercero Casado confirme la permanence au xviie siècle, sous Philippe IV, du déséquilibre qui s’était instauré au cours du siècle précédent dans les pratiques linguistiques au sein des deux branches de la dynastie : si les rejetons de la branche cadette, pour certains éduqués en partie à la cour d’Espagne, maniaient le castillan avec aisance, l’inverse n’était pas vrai – même si l’allemand était parlé par les reines d’Espagne issues de la branche cadette, et par une partie de leur cercle intime. Ce déséquilibre semble avoir été consenti par les empereurs successifs, désireux d’inculquer la langue espagnole à leurs descendants et de la pratiquer eux-mêmes, et peu soucieux de défendre la langue allemande face à l’espagnol ou à l’italien qui était également parlé à la cour de Vienne – pour des raisons de proximité géographique essentiellement. Luis Tercero Casado montre que cette pratique de l’espagnol à Vienne allait au-delà du cercle familial ou dynastique : la noblesse de cour s’initiait volontiers à cette langue – et, plus largement, la culture espagnole était en vogue à Vienne, comme le prouve l’importance des publications en espagnol dans cette ville – tandis que les aristocrates espagnols, même voués à des missions diplomatiques, étaient rétifs à l’apprentissage de l’allemand, ou ne le jugeaient pas nécessaire. Ainsi, alors que les ambassadeurs impériaux à Madrid parlaient l’espagnol avec aisance, les envoyés du roi d’Espagne à Vienne, pour la plupart incapables de s’exprimer en allemand, avaient souvent recours à l’italien. Luis Tercero Casado conclut que, malgré sa forte présence au sein de la famille impériale et des milieux aristocratiques à Vienne, l’espagnol ne s’imposa pas comme première langue étrangère, en raison de la concurrence de l’italien et du latin en tant que langues de communication diplomatique.

10Les constatations auxquelles parvient Tibor Monostori, qui étudie la communication entre les États des Habsbourg à la même période, sont semblables : d’une part, les nobles et princes du Saint-Empire étaient bien plus nombreux à comprendre et à parler l’espagnol que les envoyés originaires de la péninsule Ibérique – tel le célèbre Saavedra Fajardo – à dominer l’allemand ; d’autre part, si, dans les armées de la guerre de Trente Ans, le plurilinguisme était de mise, l’espagnol ne devint pas la langue de communication privilégiée entre tous les territoires de la maison d’Autriche : le latin et l’italien jouèrent le rôle de lingua franca pendant la guerre de Trente Ans.

11Quant aux conseillers de haut rang, ils étaient supposés manier plusieurs langues. Ce fut le cas notamment des membres de la famille Perrenot, plus connus sous le nom de Granvelle, qui durent à leurs talents – y compris linguistiques – une ascension hors du commun. Le grand serviteur de la monarchie espagnole que fut Antoine Perrenot de Granvelle, dont la correspondance est étudiée par Rudy Chaulet et Laura García Almeida, parvint ainsi à être nommé vice-roi de Naples et président du conseil d’Italie. Polyglotte, Antoine Perrenot faisait usage du français (sa langue maternelle), de l’espagnol, de l’italien, de l’allemand et du néerlandais, en plus du latin, dans sa volumineuse correspondance qui touchait à des sujets très divers. L’étude menée par Rudy Chaulet et Laura García Almeida sur une partie de cette correspondance révèle que le choix de la langue n’était pas toujours dicté par le sujet traité ; le latin pouvait être fréquemment employé pour les sujets de haute politique et les courriers très formels, mais les connaissances et les pratiques linguistiques du destinataire jouaient un rôle important, l’objectif primordial étant l’efficacité. Aussi n’est-il guère pertinent, d’après les auteurs, de chercher des règles immuables dans l’emploi de ces différentes langues vernaculaires.

12Toutefois, les efforts réitérés de Granvelle pour dissuader les représentants espagnols de Philippe II dans les Flandres d’employer l’espagnol dans leurs échanges avec les populations locales, et ses missives demandant au roi d’y envoyer des francophones et néerlandophones, suggèrent une prise de conscience de la signification politique de l’usage des langues, surtout dans les territoires où l’autorité du monarque avait besoin d’être soutenue. Ces recommandations permettent d’esquisser un lien entre usages linguistiques et administration des territoires plurilingues, sujet qui occupe la seconde partie de cet ouvrage où cinq contributions explorent, dans le cas des possessions du Saint-Empire et de la monarchie espagnole des Habsbourg, les pratiques et les réflexions menées sur ces questions selon des perspectives différentes.

13Kristina Rzehak donne un aperçu des réflexions de l’empereur Maximilien Ier sur les rapports de l’allemand et des autres langues de son empire, vers 1500, en analysant trois ouvrages à tendance autobiographique dans lesquels l’empereur livre sa conception personnelle d’une politique des langues et des rapports du souverain à ses sujets qui s’insère dans une perspective plus large, celle que l’auteur appelle la « gestion de l’ambiguïté ». La politique en matière de langues doit être comprise comme faisant partie de cette gestion de l’ambiguïté en essayant de parvenir à un équilibre entre différents destinataires, mais également à un élargissement de ce même public par un recours à la langue vernaculaire qu’est l’allemand. Même si les trois ouvrages en question (Theuerdank, Weißkunig et Freydal) ne furent publiés qu’après la mort de Maximilien Ier – Kristina Rzehak se concentre donc principalement sur les intentions qui ont présidé à leur conception –, il est clair que l’empereur poursuivait une politique linguistique parfaitement illustrée par le personnage de Weißkunig, qui apprend sans hiérarchisation les langues des territoires qu’il dirige : elles permettent d’exercer le pouvoir de manière efficace et sans intermédiaire déformant, et l’usage des différentes langues doit permettre de rationaliser les relations avec ses vassaux. Cette position peut être considérée comme la première étape d’une évolution globale qui aboutira à long terme, dans les territoires du Saint-Empire, à une diminution de la tolérance vis-à-vis de l’ « ambiguïté » en matière linguistique.

14Josef Ernst analyse de son côté l’introduction du multilinguisme dans l’armée habsbourgeoise bien plus tard, dans la seconde moitié du xviiie siècle. L’une des nombreuses réformes menées par l’impératrice Marie-Thérèse concerna l’armée et la formation des militaires, notamment des futurs officiers, par la création de différentes « académies », dont celle de Wiener-Neustadt en 1752. Le comte Franz Joseph Kinsky von Wchinitz und Tettau (1739-1805) fut nommé en 1779 directeur de l’académie de Wiener-Neustadt après avoir été chargé par l’impératrice de mener une réforme de l’apprentissage des langues, résultat de la visite de plusieurs institutions européennes du même type afin de voir quelles étaient les méthodes utilisées et les bénéfices qu’on pouvait en tirer pour l’armée impériale polyglotte. Il développa ainsi dans plusieurs ouvrages une conception de l’apprentissage des langues fondée sur les répétitions, l’utilisation de la langue standard, de la traduction et de la communication orale ; selon lui la maîtrise de plusieurs langues était absolument nécessaire pour les officiers, même si l’allemand devait conserver pour lui la priorité, marquant ainsi d’un côté la prise en compte de la réalité de l’État mosaïque, de l’autre une volonté marquée d’aller vers un centralisme étatique ressenti comme nécessaire à un bon fonctionnement du pays. Il mit d’autre part en place une pédagogie centrée sur l’enfant et la popularité de son œuvre pédagogique est attestée par le fait que tous ses écrits furent publiés à la fin du xviiie siècle et continuèrent à être la référence implicite du multilinguisme dans la formation des officiers des armées polyglottes jusqu’à la fin de la monarchie habsbourgeoise mais aussi de l’armée autrichienne actuelle.

15Ces interrogations autour du multilinguisme dans l’armée sont prolongées par les réflexions de Werner Telesko concernant l’administration dans son ensemble dans la seconde moitié du xviiie siècle. Il analyse la langue comme instrument d’une centralisation raisonnée et d’une homogénéisation des pays de la monarchie. Le pluralisme linguistique, envisagé comme la base du multiculturalisme habsbourgeois, est une caractéristique de l’époque de Marie-Thérèse à laquelle son fils, Joseph II, mit un terme, car il aspirait à une politique de réforme axée sur le renforcement d’un centralisme unificateur, ce qui marqua le début des conflits linguistiques pour la monarchie. L’idée d’imposer l’allemand comme langue administrative était d’unir les États de la couronne entre eux et de représenter, d’un point de vue pragmatique, une force d’intégration, une lingua franca. Pour Joseph, l’emploi exclusif de l’allemand comme langue administrative en 1784 – il remplaça en Hongrie le latin considéré par l’Empereur comme langue morte et donc inutile – devait s’imposer pour créer un État unifié et centralisé. Même si l’allemand fut enseigné, il ne s’agit pas d’une germanisation ou austriacisation forcée mais plutôt de la garantie de plus d’efficacité dans le fonctionnement de l’État ; langue en quelque sorte « neutre », l’allemand devint pour une partie de la population synonyme d’ascension sociale par l’accès à des postes administratifs. La politique linguistique menée par les Habsbourg dans la seconde moitié du xviiie siècle correspond à un processus de modernisation administrative, nécessaire après les faiblesses mises au jour par la guerre de Succession d’Autriche, à travers une standardisation et une centralisation accrues qui transformèrent les pluralités en polarités et qui portaient en germe les conflits auxquels la monarchie allait faire face aux xixe et xxe siècles.

16La question complexe des rapports entre la langue du roi et celle des sujets est aussi abordée à propos de territoires gouvernés par les Habsbourg d’Espagne et dont la langue n’était pas celle du monarque. La contribution de Mathias Ledroit sur les usages respectifs du castillan et de la langue catalane dans la correspondance d’une importante institution barcelonaise aux xvie-xviie siècles, et celle de Paula Almeida Mendes sur la progression de la langue espagnole (ou plutôt castillane) au Portugal au temps des Philippe – de Philippe II qui réclama la couronne après la mort sans descendance directe du dernier roi de la dynastie des Avis, don Sébastien, à son petit-fils Philippe IV, dont la révolution (ou restauration) de 1640 rejeta l’autorité pour porter sur le trône le duc de Bragance – permettent de prendre en compte une autre perspective, celle des sujets, et de mettre en lumière des tensions qui s’inscrivent dans la longue durée.

17L’enquête que mène Paula Almeida sur un grand nombre d’écrits de nature variée publiés au Portugal, esquissant une étude des répercussions linguistiques et culturelles de la souveraineté des Habsbourg d’Espagne, montre que, si la pénétration de la langue et de la culture castillanes avait commencé bien avant l’accession de Philippe II au trône portugais et s’expliquait par la proximité géographique et par l’existence de relations étroites entre les deux couronnes, le phénomène s’est accentué pendant les soixante ans qu’a duré la double monarchie.

18Mathias Ledroit pour sa part estime que, s’il est indéniable que la souveraineté d’un monarque qui s’exprimait en castillan n’a pu que favoriser la diffusion de cette langue en Catalogne, aussi bien dans les usages administratifs que dans la pratique quotidienne des sujets et en particulier des élites, il ne faut pas pour autant considérer que cette diffusion fut hégémonique ni qu’elle fut le fruit d’une véritable stratégie culturelle. Il est nécessaire de s’affranchir de l’extrême politisation de la question linguistique perceptible dans une part non négligeable de l’historiographie pour aborder les rapports entre les langues à l’époque moderne. De fait, dans la Catalogne des xvie et xviie siècles, et sans doute dans la plupart des territoires de la monarchie espagnole au temps des Habsbourg, on constate, plus qu’un conflit entre les langues vernaculaires, une situation de diglossie et des pratiques langagières différentes selon le contexte et le statut des locuteurs. Ainsi, l’étude de la correspondance du Consell de Cent de Barcelone permet d’établir que les membres de cette institution employaient sous Philippe IV le catalan ou le castillan selon le destinataire, après avoir utilisé à l’époque médiévale le catalan en alternance avec le latin. Dans leur correspondance avec le roi, ils écrivaient en catalan et recevaient des réponses en castillan. En somme, chacun s’exprimait dans sa « première langue », à condition qu’elle fût comprise du destinataire, et l’objectif premier devait être, comme dans le cas d’autres correspondances étudiées dans ce volume, l’efficacité.

Notes de bas de page

1 Colloque international « Échanges linguistiques et circulation des savoirs dans l’empire des Habsbourg à l’époque moderne », organisé les 24-25 octobre 2019 par Rainer Babel (Institut historique allemand), Éric Leroy du Cardonnoy (ERLIS), Alexandra Merle (ERLIS), Thomas Nicklas (CIRLEP), Herta Luise Ott (CERCLL) et Ludolf Pelizaeus (CERCLL). Le colloque a été accueilli au sein de l’axe de recherche « Le système étatique et le processus de formation étatique à l’époque moderne » de l’IHA.

2 Pour une présentation des objectifs du programme, on pourra se reporter à l’introduction du premier volume de la collection « Studia habsburgica », Les Habsbourg en Europe. Circulations, échanges, regards croisés, Reims, Épure, 2018 (DOI : https://doi.org/10.4000/books.epure.2591).

3 Notamment le programme ANR/DFG Eurolab, qui a donné lieu à plusieurs colloques et volumes collectifs dont : Jean Balsamo et Anna Kathrin Bleuler (dir.), Les Cours comme lieux de rencontre et d’élaboration des langues vernaculaires à la Renaissance (1480-1620), Genève, Droz, 2016, et Roland Béhar, Mercedes Blanco, Jochen Hafner (dir.), Villes à la croisée des langues (xvie-xviie siècles). Anvers, Hambourg, Milan, Naples et Palerme, Genève, Droz, 2018.

4 Voir par exemple Javier Esteban Ochoa de Eribe, « La lengua del rey y las lenguas de sus reinos: por una historia social de las lenguas en la monarquía hispánica », in Juan José Iglesias Rodríguez, Rafael M. Pérez García, Manuel F. Fernández Chaves (dir.), Comercio y cultura en la edad moderna, Sevilla, Editorial Universidad de Sevilla, 2015, p. 1587-1600.

5 Voir Alexandra Merle, « Langue(s) et nation(s) dans une monarchie composite », Revue française d’histoire des idées politiques, 36, 2012, p. 327-346 ; Xavier Gil Pujol, « Las lenguas en la España de los siglos xvi y xvii: imperio, algarabía y lengua común », in Francisco Chacón Jiménez, Silvia Evangelisti (dir.), Comunidad e identidad en el mundo ibérico, València, Universitat de València, 2013, p. 81-120 ; enfin, les usages des langues dans l’administration des différents territoires de la monarchie ont fait l’objet du IX Seminario Internacional Historia Comparada – Red Sucesión organisé par Antonio Álvarez Ossorio-Alvariño, Cristina Bravo Lozano et Roberto Quirós Rosado en février 2020 à la Universidad Autónoma de Madrid : Gobierno de palabras. Las lenguas de la monarquía de España, 1556-1725, dont les actes sont à paraître.

6 José Martínez Millán, Rubén González Cuerva (dir.), La Dinastía de los Austria. Las relaciones entre la Monarquía católica y el Imperio, Madrid, Polifemo, 2011. Luis Tercero Casado, Infelix Austria: relaciones entre Madrid y Viena desde la Paz de Westfalia hasta la Paz de los Pirineos (1648-1659), thèse de doctorat, Université de Vienne, 2017.

7 On mentionnera en particulier les travaux collectifs menés par les chercheurs de l’IULCE, Instituto Universitario « La Corte en Europa », depuis l’ouvrage dirigé par José Martínez Millán et Rubén González Cuerva paru en 2011 mentionné plus haut jusqu’à des publications récentes, comme l’ouvrage coordonné par Tibor Marti et Roberto Quirós Rosado qui rapproche les pratiques en matière de représentation des cours de Hongrie et d’Espagne : Eagles looking East and West : Dynasty, Ritual and Representation in Habsburg Hungary and Spain, Turnhout, Brepols, 2021. Voir aussi Rubén González Cuerva, Pavel Marek, « The Dynastic Network between the Imperial and the Spanish Court (1556-1619) », in Rubén González Cuerva, Alexander Koller (dir.), A Europe of Courts, a Europe of Factions : Political Groupings at Early Modern Centers of Power (1550-1700), Leiden, Brill, 2017, p. 130-155.

8 On mentionnera ici quelques travaux pionniers sur la pénétration de la culture espagnole à Vienne, par exemple Christopher F. Laferl, « Literatura española en Viena durante la época de Carlos V », in Christoph Strosetzki (dir.), Aspectos históricos y culturales bajo Carlos V, Madrid, Iberoamericana Vervuert, 2000, p. 223-234 ; la thèse inédite de Bianca Maria Lindorfer, Cosmopolitan Aristocracy and the Diffusion of Baroque Culture: Cultural Transfer from Spain to Austria in the Seventeenth Century (European University Institute, 2009) et, du même auteur, « Las redes familiares de la aristocracia austriaca y los procesos de transferencia cultural: entre Madrid y Viena, 1550-1700 », in Bartolomé Yun Casalilla (dir.), Las redes del imperio. Élites sociales en la articulación de la Monarquía Hispánica, 1492-1714, Madrid, Marcial Pons, 2009, p. 261-288. Voir également, sur les échanges artistiques : Bernardo J. García García (dir.), Felix Austria. Lazos familiares, cultura política y mecenazgo artístico entre las cortes de los Habsburgo, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, 2016.

9 Sur les interactions linguistiques, on trouvera une première approche dans Dieter Messner, Lengua y cultura españolas en Viena en el siglo xvii. Una aproximación filológica, Salzbourg, Universität Salzburg, 2006 et dans Sònia Martínez Tortajada, Contacto de pueblos : el español y el alemán en la Austria de los siglos xvi y xvii, Kassel, Reichenberger, 2017.

10 Fadrique Furió Ceriol, dans un court traité consacré aux qualités des conseillers et dédié à Philippe II, écrivait que « los vassallos huelgan mucho de entender i ser entendidos de aquellos con quienes negocian » (Concejo y consejeros del príncipe, 1559). Plus tard, Juan de Mariana (De rege et regis institutione, 1599) et bien d’autres auteurs remarquent, comme le fait Eugenio de Narbona dans sa Doctrina política civil (1621), que « Hablar el príncipe a sus gentes en la propria lengua de ellos, grangea el amor y obliga a mucho ». Nous renvoyons à Alexandra Merle, “Langue(s) et nation(s)”, art. cit.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.