Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Autonomie de la langue et mythification du passé national

Parallèle entre l’Espagne et les pays germaniques aux xvie et xviie siècles

p. 21-39

Résumé

Cet article a pour objet l’imbrication au xvie siècle et au début du xviie siècle de la réflexion apologétique sur la langue vernaculaire et de la réécriture du passé national, qui se développa en Espagne et dans les pays germaniques. On y analyse le lien du discours d’apologie et de défense de la langue vulgaire à un imaginaire proto-­nationaliste fondé sur l’autochtonie du peuple et la résistance historique à la colonisation romaine. La farouche rébellion des ancêtres devait se refléter dans l’indépendance de la langue par rapport au latin, ce qui se posait dans des termes très différents entre l’Espagne, qui tirait sa langue du latin et l’Allemagne, dont la langue n’était pas d’origine latine mais qui subissait la très forte influence du latin à la fois pour les productions savantes et pour les écrits administratifs de la chancellerie des Habsbourg.


Texte intégral

1Dans cet article, nous nous proposons de décrire le double mouvement de revalorisation de la langue et de réinvention du passé national auquel on se livre, en Espagne et dans les pays germaniques, aux xvie et xviie siècles1. Nous montrerons en quoi les deux phénomènes sont profondément connectés, en analysant comment, dans les deux espaces, le discours sur la nécessité de cultiver la langue vernaculaire, opposée au latin, s’accompagna de l’émergence d’un discours nationaliste sur les origines de la langue et d’un peuple autochtone ayant combattu les Romains et résisté vaillamment à la colonisation. Des deux côtés, la rhétorique est très proche : la farouche rébellion des ancêtres devait fonder la nouvelle indépendance de la langue sur le latin, auquel elle était trop souvent subordonnée, même dans les pays de langue allemande.

2Nous aborderons dans un premier temps l’exaltation de la langue vulgaire face à l’hégémonie linguistique latine, puis, dans un second temps, cette réécriture de l’histoire nationale, à travers le mythe du peuple originel et de sa langue, pure et autonome. Nous nous appuierons sur des grammaires, orthographes, traités sur l’origine du castillan, d’une part, et sur des extraits de l’anthologie de William Jervis Jones, Sprachhelden und Sprachverderber, Dokumente zur Erforschung des Fremdwortpurismus im Deutschen2, pour le domaine germanique, d’autre part, dont nous donnerons des traductions.

La naissance de l’idée d’autonomie de la langue

3Il faut tout d’abord rappeler que la question du rapport au latin ne se pose évidemment pas dans les mêmes termes dans des aires géographiques aussi diverses que l’Espagne et les pays germaniques à l’époque moderne. Ce rapport repose en grande partie sur l’origine latine ou non de la langue : si en péninsule Ibérique l’influence du latin est évidente à cause de la filiation castillan-latin, elle peut sembler moins importante au premier abord pour les pays de langue germanique. Cependant, à y regarder de plus près, ceux-ci aussi voient l’émergence d’un discours de prise d’autonomie sur le latin, en grande partie dû à la pratique du latin dans l’administration impériale et pour les ouvrages savants. La prise d’indépendance de la langue vulgaire, le fait de la légitimer en la cultivant et en produisant une littérature savante en vernaculaire, ce processus fut certes bien plus lent et progressif dans les pays de langues germaniques, où le latin règne encore sans partage dans les productions savantes jusqu’au xviiie siècle. En Espagne cependant, c’est dès le xvie siècle que se consolide toute une littérature de registre élevé en langue vulgaire. Comme le remarque Alexandra Merle, ce sont notamment les auteurs de traités politiques du début du siècle suivant, auxquels on pourrait ajouter, pour le xvie siècle, une grande partie des auteurs d’ouvrages portant sur le Nouveau Monde, ainsi que les grammairiens, qui représentèrent cette tendance à choisir le vulgaire pour des ouvrages savants3. Cependant, les discours et l’imaginaire associé au vulgaire, ainsi que l’idéologie « proto-nationaliste » que l’on attacha au soin de cultiver la langue, se modifia précocement, et même, dans le cas des pays de langue germanique, avant que les pratiques ne s’infléchissent vraiment, et une nouvelle volonté d’affirmation du vulgaire se fit jour, qui devait détrôner l’hégémonie symbolique du latin et son monopole du statut de langue de prestige. Tout en conservant une perspective comparatiste, nous contextualiserons le plus précisément possible cette émergence de discours latinophobes dans les deux espaces qui nous intéressent.

4L’idée d’autonomie de la langue propre, qui doit désormais se détacher du latin4, constitue ainsi un élément important de l’idéologie linguistique nationaliste qui émerge à la fin du xvie siècle, et que décrit Lucia Binotti dans son ouvrage La teoría del castellano primitivo. Nacionalismo y reflexión lingüística en el Renacimiento español5. L’apologie de la langue maternelle, et la subversion des hiérarchies linguistiques traditionnelles qui en résulte, prend la forme de l’énumération des qualités qui font du vulgaire une langue excellente, au moins égale au latin, sinon supérieure, d’une part, et de la naissance d’un discours subversif par rapport au latin d’autre part, que l’on retrouve aussi bien dans le Sud qu’à l’Est de l’Europe. Ce discours prend pour cible des positions traditionnelles ou supposées telles : l’emploi du latin pour l’expression noble, les genres humbles étant réservés au vulgaire qui se trouve du même coup déprécié ; la prétendue supériorité de la langue latine et son corollaire, la pauvreté du vulgaire, justifiant les emprunts lexicaux.

5Dès le début du xvie siècle, plusieurs auteurs espagnols s’insurgèrent contre cette inféodation du castillan au latin. Cette position, et ce fut également le cas dans les pays germaniques, prit souvent la forme d’une critique de la latinisation des graphies et de l’utilisation de mots latins dans la langue vulgaire. C’est une telle critique que formula le chanoine valencien Francisco Agustín Tárrega, dans son Discurso o recopilación de las necedades más ordinarias en que solemos caer hablando, introducidas (1592), édité et étudié par Evangelina Rodríguez Cuadros. Au sujet des fautes de langue, celui-ci se livre à un réquisitoire contre l’incorporation d’expressions ou de graphies latines au castillan :

Pero ¿quién dejará de pasar sucintamente por la tercera nación de las faltas comunes que sigo, a quién se debe el renombre de afectadas? En estas suelen caer más a menudo los ingenios, cuya seguridad viciosa engendró en ellos alguna confianza, que también lo es que, como proceden sin fundamento, arrimados al proprio amor y abono de sus cosas, producen por la boca monstruosidades compuestas de ignorancia y ciencia, como son las palabras latinas españoladas, o por otro nombre españolas enjertas en latín o en otra lengua extranjera. No puedo sufrir que se diga “en el interín” por entretanto; “carta missiva” por la que se envía de un amigo a otro; “razón bien adjectivada” por bien compuesta; “queso matusaleno” por viejo; “vade mecum” por bolsa para llevar cartapacios; “Doña Cándida” por doña Blanca; “un mitite de orsum” por un despeñadero muy alto; “ad futuram rey memoriam intacta docit”; “inteligible mansión”; “clarífica aurora”;”rutilante Phebo”; “Paranimpho”; “ebúrneos dientes”; “esso per omnia”; y no tiene “beata vileza”; sin otro millón de vocablos que podría castigar la lengua castellana como espías de la latina. Y a este propósito vienen los cuentos que por ahí corren fortuna entre lenguas de sacristanes, dignos de que por ellos el culto lenguaje español atendiese a desterrar de sus heredamientos estos enemigos solapados, que con trajes mentirosos de su nación les va ganando tierra y sembrando cizaña en los fértiles campos de su elocuencia. Como fue el de aquella señora viuda, formada de puntos en el aire, de éstas que escupen en caniquí, y comen a compás mayor hasta las natas con azúcar y canela, la cual por tener un devoto donde pudiese enderezar sus flautados suspiros y melindrosas lágrimas quiso que un pintor le pusiese en una tabla a S. Pedro haciendo penitencia, y para esto le dijo: “Maestro, yo querría que me pintases para mi oratorio un ‘flevit amare’ muy devoto”6.

6L’auteur, membre de l’Academia de los Nocturnos, présente dans ce passage une critique du langage affecté des vaniteux imbus d’eux-mêmes introduisant en castillan des mots latins à peine naturalisés. Cette habitude néfaste et précieuse rendrait la langue castillane « espionne » du latin, dans une métaphore de l’envie et de la jalousie, pas si éloignée de celle de l’esclavage utilisée quelques années plus tard par Lope de Vega7, en ce qu’elle indique une position d’imitation et donc d’infériorité. Les perpétrateurs d’emprunts lexicaux au latin (« palabras latinas españoladas ») sont rien de moins que des « ennemis déguisés » (« enemigos solapados »), dotés de faux habits espagnols (« trajes mentirosos de su nación »), indignes du beau castillan et semant le trouble dans l’éloquence castillane. Au-delà de l’appartenance de ce discours au genre de la satire anti-cultiste, dont elle est un témoignage précoce selon Evangelina Rodríguez Cuadros8, cette rhétorique de la nation, de l’inimitié et de l’espionnage laisse transparaître une claire rivalité linguistique entre castillan et latin. Les expressions latinisées des pédants sont non seulement ridicules parce qu’enflées et affectées, mais elles sont également délétères pour l’expression castillane, qui se voit envahie et comme soumise à un modèle exogène. C’est donc également en filigrane la nécessaire revalorisation de la langue vulgaire, le besoin de lui donner un lustre nouveau en la cultivant, au moins égal à celui du latin, qui se fait jour dans ce texte, et la volonté de ne plus subordonner le vulgaire à une quelconque langue de prestige. Les hiérarchies linguistiques entre les langues savantes et les vernaculaires étaient ainsi de moins en moins acceptées à une époque où l’on cherchait à codifier et standardiser les vulgaires9.

7Un même sentiment de fierté pour l’idiome maternel transparaît dans l’Alpina Rhaetia de l’historien suisse Aegidius Tschudi, publié en latin à Bâle en 1538, cette fois-ci au sujet de la création d’un latin de chancellerie hybride, obscur et pédant. L’auteur, élève de l’humaniste Heinrich Glareanus, ou Glaéran, et landmann catholique de Glaris à la fin des années 1550, s’était d’abord fait connaître comme géographe, après ses pérégrinations dans les Alpes suisses de 1524, voyage compilé dans l’Alpina rhaetia, assorti de sa célèbre carte de la Suisse ; et également comme historien des débuts de la Confédération helvétique, dans son Chronicon Helveticum (c. 1557-1571). Farouche défenseur de l’indépendance suisse dans son œuvre historique, Tschudi réalise ici un aparté, opposant la pureté de la langue allemande aux mélanges bâtards de latin et d’alémanique pratiqués dans les chancelleries :

Cum itaque nostro ævo Germanica lingua scribi commode possit, & latinæ linguæ characteres illam satis comprehendere queant, ad hoc tandem hominum curiositate ventum est, ut Cancellarium et Consistoriorum scribæ rursum nobis latinam linguam in media Germanica lingua obtrudere conentur, vix unam lineam sine admixtione latini alicujus vocabuli scribentes, perinde quasi penuriam vocum habeant in Germanica lingua, sua confusione efficientes, ut multi boni viri latinæ linguæ peritia destituti, nesciant quid in multis locis intelligere debeant aut quid significetur per illam aut istam sententiam. Quid quæso isti aliud faciunt, quam quod linguam nostram solidam, integram, impermixtam & nulla alia inferiorem, corrumpere […]10 ?

8Le style se fait volontiers hyperbolique, dans l’énoncé d’un paroxysme dangereux, avec les expressions « ad hoc… ventum est » et l’adverbe « vix », énonçant de manière superlative une situation inquiétante. L’introduction de mots latins dans les chancelleries est perçue comme une intrusion, une imposition forcée (« obtrudere »), ce mélange (« admixtio ») étant envisagé comme facteur de confusion, y compris chez les esprits les plus fins. Les hommes de lettres en perdent littéralement leur latin (« boni viri latinæ linguæ peritia destituti »), le sens en est menacé (« nesciant quid intelligere debeant »), mais aussi l’intégrité de la langue, à cause du mépris des scribes pour leur langue pourtant expressive, tandis que le « nulla alia inferiorem » proclame la dignité de la langue qui n’est inférieure à aucune autre. Ce texte correspond en fait à l’énoncé d’une réalité, celle de la pratique parfois excessive du multilinguisme latin / vulgaire par les employés de chancellerie, les diplomates et les secrétaires de princes au xviie siècle11.

9Cependant le passage, en plus d’une défense de la langue propre contre le choix du latin dans les chancelleries, pourrait également se comprendre dans le contexte de la naissance d’un proto-nationalisme helvète à la suite des guerres de Bourgogne des années 147012. La victoire des Suisses contre Charles le Téméraire (1477) avait ainsi fait naître un fort sentiment d’orgueil national, auquel on donnait libre cours dans des chroniques louant les exploits suisses et dans les chansons guerrières. Dans ce contexte d’éclosion d’une conscience nationale, formée par opposition à l’ennemi bourguignon, d’origine latine, il n’est pas étonnant que les Suisses aient eu tendance à vouloir supprimer l’usage du latin, langue de l’ennemi, et à privilégier le haut allemand ou alémanique, langue des Confédérés (eidgenössiche Landsprache) comme langue nationale. Cette prise de position contre l’usage du latin doit donc se lire à la fois comme rejet de la langue de l’ennemi mais aussi, à notre avis, comme conséquence de la prévalence historique alors donnée à l’allemand sur le latin, et défendue par Tschudi lui-même. L’auteur n’en écrit pas moins en latin, langue savante et universelle par excellence.

10Pour en revenir au domaine espagnol, la rhétorique anti-latine était d’autant plus développée qu’il existait une filiation génétique entre le latin et le castillan. Se déprendre de l’ascendant latin signifiait alors prouver l’autonomie de l’espagnol, qui n’était plus un simple dérivé de la langue-mère. Dans les pays de langue romane en effet, on commence à penser à partir de 1550, grâce aux réflexions d’humanistes italiens comme Benedetto Varchi et Niccolo Liburnio, que les langues romanes ne sont pas de simples corruptions du latin, mais des langues sui generis, comme l’a montré Lucia Binotti dans son ouvrage sur le castillan primitif13. On n’en est pas encore à récuser l’origine latine du castillan, mais la perception que l’on se fait de la genèse des vulgaires se modifie. Les humanistes italiens s’approprièrent ainsi les concepts aristotéliciens d’alteratio et de generatio et, les appliquant à la langue, décrivirent l’origine des idiomes néo-latins, non plus comme des altérations d’une substance latine préexistante, mais comme des générations de substances nouvelles, de langues de plein droit.

11En Allemagne, où la langue ne descendait pas du latin, le rejet de l’influence latine prenait plutôt la forme de la critique de l’affectation du sociolecte confus des scribes, ce que Tschudi appelle la curiositas, normalement le raffinement ou le soin apporté au maniement de la langue, mais pris ici en mauvaise part. Défendre l’intégrité de la langue revenait à devoir prouver la richesse de ses moyens d’expression, son « autarcie » lexicale14, c’est-à-dire son aptitude à nommer et exprimer toute chose sans besoin d’emprunter à une langue étrangère. L’historien Christoph Lehmann se livrait ainsi à un éloge de la copia germanique dans sa Chronica der freien Reichsstatt Speier, imprimée à Francfort en 1612 :

Aber hernach hat die Erfahrung bezeugt dass die Deutsche Sprache, zu Eröffnung eines jeden Gedanken und Meinung, zu aller Notdurft : zur Zierde, zu Bewegung der Gemühter, zu Ernst und Schimpff, zu Lieb und Leid, so reich von Wörten dass man nicht Not hat aus Lateinischer oder anderen Sprachen zu entlehnen, damit man rund zierlich und verständlich schreiben und reden könne15.

12L’abondance allemande est décrite dans une rhétorique elle-même abondante, marquée par l’accumulation, avec la répétition de la préposition de but « zu ». L’adverbe de totalité « aller » déclare l’universalité du vocabulaire allemand, décliné ici par paires plus ou moins cohérentes : le caractère semi-chaotique de l’énumération retranscrit justement cette multiplicité des possibles lexicaux, dans la juxtaposition étonnante de moyens et de buts rhétoriques (l’ornement et le movere), de tonalités (le sérieux, l’insulte) et de sentiments (l’amour et l’envie). L’allemand n’a nul besoin de recourir aux emprunts, et l’auteur enjoint à l’usage de mots clairs et puissants.

13Cependant, une langue qu’on proclamait ainsi pure, intègre, et expressive, devait désormais s’inventer une généalogie prestigieuse pour fonder, dans le passé, les nouvelles qualités qu’on lui reconnaissait dans le présent. Car, de toutes les qualités qu’on lui attribuait, il lui en manquait une, certainement la plus importante : l’antiquité. Nous aimerions à présent montrer que l’anoblissement de la langue vulgaire s’est appuyé sur la création d’un mythe historiographique, celui du peuple originel, intrinsèquement lié à sa langue dont il constituait la source et l’incarnation. L’émancipation de la langue maternelle et l’invention d’une histoire nationale fantasmée étaient donc inséparables.

La mythification du passé national et son lien avec le discours sur l’autonomie de la langue

14En effet, apparaît alors l’idée selon laquelle, si les langues allemande et castillane sont des langues de plein droit, c’est parce qu’elles descendent d’un peuple farouchement libre, ayant résisté à l’oppresseur latin et à l’imposition d’une langue exogène. Avant de montrer la connexion entre ces deux phénomènes, j’aimerais brièvement rappeler le contexte espagnol.

15La vision d’un ancêtre mythique est promue en Espagne par les tenants de la théorie du castillan primitif, décrite par Lucia Binotti dans l’ouvrage déjà cité. Celle-ci s’est élaborée dans le cadre de la polémique sur les plomos du Sacromonte, d’abord un ensemble de parchemins et de reliques retrouvés en 1588 sous la Torre Turpiana, puis des livres de plomb à proprement parler, découverts en 1595-1599 sous une colline attenante à la ville, alors renommée Sacromonte16. Pour les défenseurs de l’authenticité des libros plúmbeos, ceux-ci avaient été écrits à l’époque de Néron à la fois en latin, en arabe et en espagnol, et étaient censés prouver l’antiquité de la langue castillane, qui aurait co-existé avec le latin, et même, l’aurait précédé.

16Leur chef de file, Gregorio López Madera, juriste madrilène et membre du Conseil de Castille, soutenait ainsi que le latin descendait du castillan, et non l’inverse, et allait jusqu’à relever un certain nombre d’« hispanismes » chez les auteurs latins classiques, les mêmes que faisaient de son temps les étudiants espagnols lorsqu’ils essayaient tant bien que mal de parler ou d’écrire en latin, d’où l’idée que si la déformation du latin était la même, la langue maternelle ou native dont la poussée, au travers l’idiome appris et imposé, était cause de la déformation, l’était aussi17. Cette théorie ingénieuse et évidemment sophistique était destinée à rehausser le prestige de la langue castillane, associée par López Madera aux chrétiens mozarabes qui l’auraient préservée face aux différentes invasions, romaine, wisigothe, puis maure. Pureté « nationale » de la langue et religion se fondaient ainsi pour le renforcement de la généalogie chrétienne de l’Espagne, à une époque où, un siècle après l’achèvement de la Reconquête, il s’agissait d’effacer autant que possible toute trace du passé musulman de la péninsule18. L’insistance sur les « antigüos españoles », décrits comme le peuple que Túbal, petit-fils de Noé, amena en Espagne après le déluge, premiers habitants de la péninsule, permettait d’imaginer une population sinon autochtone, du moins très ancienne, à laquelle on pouvait s’identifier. Cette théorie connut en Espagne de nombreux adeptes, dont deux des plus grands grammairiens et maîtres de rhétorique du début du siècle19, Bartolomé Jiménez Patón20 et Gonzalo Correas21.

17Une recréation idéalisée des premiers Espagnols se fait ainsi jour chez ce dernier, professeur de grec à Salamanque, qui écrit, dans son Arte de la lengua española castellana, en 1625 :

Viéndose los Españoles engañados, volvieron sobre sí, y resistieron reciamente con continuas guerras y levantamientos hasta cerca del año primero de nuestra salud, que Octaviano hizo el postrer vencimiento de los cántabros. En estos doscientos años por las continuas guerras y rebeliones no se pudo introducir la lengua Latina […]22.

18C’est la lutte acharnée du peuple espagnol pour sa liberté qui explique selon Correas l’impossibilité d’imposer le latin. López Madera décrit lui aussi, au chapitre XVIII de la Seconde Partie de ses Discursos de la certidumbre de las reliquias descubiertas en Granada (1595 puis 1601), un peuple noble et insoumis, rebelle, attaché à sa langue que nul ne pouvait lui retirer, dans le raisonnement a fortiori du parallèle avec les morisques contemporains :

[…] ni lo sufrieran los ánimos tan nobles y tan indómitos como los españoles, pues en nuestros días experimentamos qué rebelión se siguió de querer quitar su lengua a una nación tan corta y tan sujeta como los pocos moriscos que habían quedado en este reino de Granada23.

19L’attachement à la langue se fonde sur la description du peuple espagnol « noble », « rebelle », et guère disposé à abandonner sa langue. La non-introduction du latin en péninsule Ibérique devenait chez López Madera le produit d’un esprit d’indépendance qui refusait l’imposition d’une langue exogène.

20Or, c’est exactement le même type de discours, connectant l’autonomie de la langue au passé glorieux d’un ancêtre valeureux, s’étant opposé aux Romains, que l’on trouve en Allemagne au début du xviie siècle. On y cherchait à fonder l’orgueil national dans un sentiment de « germanité » croissant depuis l’édition de la Germanie de Tacite vers 1500 par Konrad Celtis. Le codex de la Germanie, retrouvé à l’abbaye d’Hersferld puis transféré à la Bibliothèque vaticane de Rome entre 1451 et 1455, avait été édité – après une première publication italienne à Bologne en 1472 – six fois en Allemagne dans les trente dernières années du xve et les dix premières années du xvie siècle, puis avait fait l’objet de nombreux commentaires. Comme l’écrit Patrick Voisin, cette redécouverte se situait dans « un contexte où le Saint Empire romain germanique se sentait dépassé par la Renaissance italienne »24, d’où la nécessité de forger un sentiment de germanité sur lequel on pouvait fonder une nouvelle fierté nationale.

21Martin Opitz fut l’auteur qui, dans ce contexte, connecta le plus clairement le thème des ancêtres et celui de la langue. C’est ce dont témoigne de manière patente ce passage de l’Aristarque, publié en latin en 1617 :

Quotiescumque majores nostros Germanos, viros fortes ac invictos, cogito: religione quadam tacita ac horrore ingenti percellor. Augusta enim illa ac libera gens, sola divinæ virtutis suæ & factorum memoria reverentiam mihi quandam atque cultum imponit. Romanis, totius orbis victoribus, soli pectore adverso restiterunt; & cum illa

Terrarum dea gentiumque Roma

nihil non subjugasset, corda Germanorum, vi omni ac impetu majora, expugnare nondum potuit. Existimabant quippe heroes animosissimi patriæ suæ libertatem non murorum aut urbium magnificentia, sed mentis cujusque propugnaculo censeri […]25.

22Ceux que l’auteur nomme « nos ancêtres les Germains » (« majores nostros Germanos ») sont décrits comme forts et invaincus (« viros fortes ac invictos »), comme un peuple honorable et libre (« augusta illa ac libera gens »), doté d’une vaillance divine (« divinæ virtutis suæ »), qui aurait fait front aux Romains (« pectore adverso restiterunt »), tout en puissance et en impétuosité (« vi omni ac impetu »), jamais conquis (« expugnare nondum potuit [Roma] »), des héros courageux (« heroes animosissimi) combattant pour la liberté de leur patrie (« patriæ suae libertatem »).

23L’Aristarchus, débat scolastique publié en 1617, la même année que la fondation de la Fruchtbringende Gesellschaft à Weimar26, reliait ainsi la volonté de dignifier le vernaculaire à celle de fonder une identité allemande qui se démarquerait de l’influence latine, dans le double but d’une purification linguistique et d’une rénovation patriotique. Il s’agissait à la fois de montrer que la langue allemande était aussi apte que les autres langues européennes à s’employer en poésie, en encourageant l’éclosion d’une littérature en langue vulgaire capable de rivaliser avec celles des autres Nations européennes, et de s’opposer aux « valeurs dégradées de la Romania catholique »27.

24À la lumière de cette opposition aux valeurs de l’Europe latine et catholique, il est amusant de constater le paradoxe, voire la contradiction, du choix d’écrire son Aristarque en latin. Pourquoi écrire dans la langue de cette Romania honnie ? Tout d’abord, il ne faut pas oublier que l’ouvrage est une dissertation scolaire écrite alors qu’Opitz n’est encore qu’étudiant au gymnase académique de Beuthen an der Oder, centre de l’opposition à l’orthodoxie catholique dans l’empire des Habsbourg28. Ensuite, comme l’explique Marie-Thérèse Mourey, si l’urgence à revaloriser la langue nationale vient en Allemagne du complexe d’infériorité par rapport aux œuvres poétiques brillantes des voisins européens (Dante et Pétrarque en Italie, Marot et Ronsard en France), on a souhaité, tout en mettant en avant la spécificité germanique, conserver l’héritage latin de la respublica litteraria humaniste et érudite, ce qui explique le « maintien obstiné de la diglossie »29, question qui se pose aussi en Espagne mais peut-être dans une moindre mesure. La littérature en allemand, cantonnée au xvie siècle à un registre inférieur et populaire, faisait l’objet du mépris des savants et des lettrés pour une langue non encore codifiée et illustrée par des écrivains de renom, et le néo-latin était encore largement majoritaire dans la production d’ouvrages savants dans les pays de langue germanique. Marie-Thérèse Mourey décrit dans un autre article cette volonté de « restaurer la dignité » de la langue vernaculaire méprisée et de l’illustrer, afin d’imiter le processus de reconnaissance et de légitimation de la langue vulgaire déjà engagé en Italie, en Espagne et en France30.

25Mais désormais, si les Germains avaient ainsi résisté aux Romains, il devenait intolérable que leur langue soit marquée, encore au xvie siècle, du sceau de la soumission et de l’infériorité. Un peuple libre devait posséder une langue souveraine, et, inversement, on l’a vu, pour prouver que son vulgaire était excellent, il fallait montrer qu’il avait eu sa genèse, non seulement dans la plus haute antiquité, celle-ci fonctionnant comme garant de sa valeur et de son autorité, mais dans un peuple qui lui non plus n’était en rien inférieur aux Romains. Ce mouvement de revalorisation de la langue vulgaire reposait donc à la fois sur l’affirmation de son ancienneté, et son lien à un peuple farouchement indépendant.

26Les Allemands et les Néerlandais non seulement proposèrent, comme en Espagne, une vision idéalisée de leurs ancêtres respectifs, Germains et Bataves, mais entrelacèrent plus étroitement encore – ou plus explicitement qu’en Espagne et de manière plus développée – le thème de la langue et celui de la nation, en connectant antiquité de la langue et vertu des ancêtres, réalisant ainsi un glissement du thème de la lignée à celui de l’idiome, auquel le genus vint prêter toutes ses qualités. Ainsi Opitz dessina-t-il clairement, dans un autre passage de l’Aristarchus, un parallélisme entre les Germains et la langue :

Eam tam generosam, tam nobilem ac patriam suam spirantem linguam, per ita prolixam tot seculorum seriem, puram nobis & ab omni externa illuvie mundam tradiderunt31.

27En employant des épithètes qui normalement devraient qualifier la lignée (generosus et nobile) et en appliquant l’adjectif generosam (de genus, le peuple) à la langue, l’auteur inscrivait dans la langue même ce lien indéfectible entre l’idiome allemand et son peuple. Le savant et juriste néerlandais Hugo Grotius se fit lui aussi le chantre de cette adéquation de la langue à la souche, dans ses Poemata collecta, publiées à Leyde en 1617, la même année que l’Aristarchus, au sujet de la langue allemande :

O patria salve lingua, quam […]
nec adulteravit inquilina contages,
sed casta, sed pudica, sed tui juris,
Germana priscæ fortitudinis proles:
Lingua imperare nata, […]
O patria salve lingua et æviter flore32.

28Dans l’adresse « Germana priscæ fortitudinis proles », la métaphore filiale fait de la langue la progéniture de son peuple, à travers l’emploi en métonymie et en hypallage de « fortitudinis », là où l’on devrait lire « generis fortis proles », fille d’un peuple courageux, réalisant ainsi le transfert des qualités du peuple vers la langue. Or, on sait le double intérêt de Grotius pour la généalogie et le comparatisme linguistique. L’écriture de cette dédicace au Glossarium vocabulorum veterum Teutonicorum celticorumque d’Abraham Mylius, son ami et correspondant, sur sa demande, en 1617, est à replacer dans le contexte plus large de la linguistique pré-comparative des Pays-Bas, et dans les théories, bien que non totalement partagées par Grotius, de Mylius. Ce dernier expliquait le parallèle entre le persan et les langues occidentales, sujet de nombre d’écrits linguistiques dans la première décennie du xviie siècle dans les Pays-Bas, par une ancienne colonisation germanique de la quasi-totalité du monde occidental et du Proche-Orient33, idée qui a logiquement pu inspirer le « Lingua imperare nata » de la dédicace de Grotius. Le De lingua Belgica (1612) du pasteur de Dordrecht34 reliait ainsi antiquité de la langue et gloire militaire du peuple germanique, dans une optique résolument nationaliste35.

29Cette poussée d’orgueil national batave se laisse également mieux comprendre au regard des écrits de Grotius lui-même, historiographe de la jeune République de Hollande, et de son apologie de la nation hollandaise, libre et rebelle, contre l’oppression espagnole36. Dans son Liber de antiquitate batavicæ, publié à Leyde en 1610, celui-ci se livrait ainsi à un parallèle entre les héros antiques de la résistance aux Romains, comme Claudius Civilis37, et les instigateurs récents de la révolte contre la domination hispanique aux Pays-Bas, comme Oldenbarnevelt. Pour décrire les anciens Hollandais, il utilise d’ailleurs des termes assez proches de ceux d’Opitz sept ans plus tard : « Ipsæ legiones Romanæ validissimos exercitus sui artus vocant, viros fortissimos, veteres tot bellorum victores »38. Le thème était particulièrement prisé des artistes et des lettrés du début du xviie siècle qui souhaitaient par là inventer des héros nationaux dignes de la jeune République des sept Provinces Unies hollandaises, et capables de la démarquer des provinces catholiques des Pays-Bas du Sud, demeurés fidèles à la Couronne espagnole, et à leur héritage latin. Le peintre et graveur érudit Otto van Veen, maître de Rubens à Anvers et représentant important du maniérisme dans les Flandres, publia ainsi en 1612 une version illustrée du récit de Tacite de la révolte de Civilis, formée d’un frontispice allégorique et de trente-cinq gravures d’Antonio Tempestà représentant des scènes des livres IV et V des Histoires39.

30Cette description d’ancêtres bataves braves et forts avait pris naissance dans la polémique qui surgit aux Pays-Bas en 1515 après la nouvelle édition de Tacite par Filippo Beroaldo à Rome, qui donnait pour la première fois à connaître les livres I à VI des Annales, où l’auteur latin évoquait la localisation de la Batavorum insula40, polémique dont il faut dire quelques mots ici pour mieux comprendre l’évolution du rapport des auteurs nationalistes au monde romain. Au sein de ce débat, l’enjeu était pour les humanistes hollandais de rattacher la Batavie et leurs glorieux habitants à la Hollande. Cette première apparition d’un revival batave allait d’abord être le fait du cercle humaniste de Gouda, auquel appartenait Érasme, qui publie son adage Auris Batavia en 1508, Willem Hermans, et surtout son oncle, Cornelius Aurelius41. Celui-ci se livra à un véritable plaidoyer pour l’appartenance de la Batavie à la Hollande, et à une louange sans précédent du peuple batave, dans le Defensiorum gloriæ Batavinæ, rédigé en 1509 mais publié seulement en 1586 par Bonaventure de Smet dans l’ouvrage Batavia, sive de Antiquo veroque ejus insulæ quam Rhenus in Hollandia facit situ42. La description des anciens Bataves, au-delà des qualités de probité, bravoure, force, érudition, patience, loyauté et patriotisme qu’Aurelius leur prête43, intéresse par son traitement de leur rapport aux Romains : en 1509, les Bataves sont encore décrits comme « amis et frères des Romains »44, et Civilis, bien que rebelle, est présenté avant tout comme l’artisan de la paix avec le colonisateur latin45 ; en 1612, chez Grotius, c’est sur l’appétit de liberté et la prise des armes que l’on insiste pour décrire le soulèvement du même Civilis. Cette différence de traitement signale bien l’évolution, qui est semblable en Espagne à la même période, d’une volonté de perpétuation de l’héritage romain à une attitude de prise de distance, que l’on retrouve au double niveau du rapport à l’Histoire et à la langue.

31Si Grotius adjoint à la langue des qualificatifs qui normalement s’appliquent au peuple, c’est encore plus explicitement qu’Opitz assimile les caractères de la nation à ceux de la langue dans l’Aristarchus. Selon lui, de même que le peuple et ses actes sont héroïques, de même la langue qui en découle doit être pleine de vigueur et de majesté : « Accedebat ad vitæ ac gestorum gravitatem lingua factis non dispar: succulenta illa & propriæ cujusdam majestatis plenissima46 ».

32L’invention d’un passé national était donc destinée à montrer l’antiquité et la valeur de la langue à la mesure de l’ancienneté et les qualités des ancêtres : langue et population originelle se trouvaient mêlées dans l’imaginaire patriotique d’une genèse linguistique revalorisée, désormais considérée comme pure de toute influence étrangère, en particulier latine. Ces récits réinventés devenaient ainsi un moyen pour asseoir la dignité de la langue maternelle, même si, chronologiquement, ils étaient déjà apparus au xve siècle (comme chez Giovanni Nanni) alors que les discours sur l’autonomie de la langue n’avaient pas encore émergé. Ces fictions historiques préexistantes furent ainsi réemployées à la fin du xvie siècle dans un nouveau but de dignification du vulgaire.

33C’est également l’extrême diversité des contextes nationaux au sein desquels ont émergé les théories et les rhétoriques de la langue originelle qui ressort, et la forte plasticité du discours sur le lien entre langue et nation, qui a permis sa réadaptation successive dans des pays de langues et de cultures si différentes. La séduisante hypothèse a été réinterprétée maintes fois en fonction des enjeux de chaque pays : fierté suisse après la guerre contre les Français, résistance hollandaise à l’oppression espagnole, recréation d’une Espagne exempte de tout lien avec les invasions musulmanes venues d’Afrique et pourvue d’un peuple autochtone et autonome. La notion a pu cristalliser toutes les projections dans une Europe des Habsbourg où, au-delà de la relative cohésion administrative, commençaient à éclore les sentiments nationaux. Dans tous les cas, la revalorisation des peuples originaux justifiait et fondait en droit l’autonomie de la langue nationale et la légitimité de ses prétentions au rang de langue de culture et de prestige, dans le cadre du combat culturel entre nations.

34Il resterait notamment à déterminer si l’on peut retracer la trajectoire précise de ces idées d’une aire à l’autre ; je pense notamment à Opitz, dont les formulations sont assez proches de celles de López Madera. On sait que celui-ci s’appuyait à son tour sur des lettrés suisses et français qui avaient défendu le caractère originel de leur langue, comme Angelo Rocha dans sa Bibliotheca Vaticana (1591), et l’érudit Gilbert Génébrard dans sa Chronographia sacra (1580)47, mais ses emprunts à l’historien suisse Aegidius Tschudi n’ont pas encore été repérés et analysés, ce que nous nous réservons de faire dans un prochain travail.

Notes de bas de page

1 Je tiens à remercier très chaleureusement Alexandra Merle, Éric Leroy du Cardonnoy et Mercedes Blanco pour leur relecture attentive.

2 William Jervis Jones, Sprachhelden und Sprachverderber, Dokumente zur Erforschung des Fremdwortpurismus im Deutschen, Berlin, De Gruyter, 1995.

3 Alexandra Merle, « Langue(s) et nation(s) dans une monarchie composite », Revue française d’histoire des idées politiques, 36, 2012, p. 327-346, p. 333-334.

4 Nous avons déjà abordé ce sujet dans un autre travail : Marie-Églantine Lescasse, « Una lengua independiente del latín. Gramáticos frente a la lengua gongorina e ideología lingüística en España (siglos xvi-xvii) », in Mercedes Blanco, Aude Plagnard (dir.), El universo de una polémica: Góngora y la cultura del siglo xvii, Madrid/Francfort, Iberoamericana-Vervuert, 2021, p. 505-529.

5 Lucia Binotti, La teoría del castellano primitivo. Nacionalismo y reflexión lingüística en el Renacimiento español, Münster, Nodus, 1995.

6 Francisco Agustín Tárrega, Discurso o recopilación de las necedades más ordinarias en que solemos caer hablando, éd. Evangelina Rodríguez Cuadros, València, Alfons el Magnànim, Institució Valenciana d’Estudis i Investigació. Generalitat valenciana y Diputación provincial de Valencia, 1993, p. 420-422.

7 « Pues certifico a vuestra excelencia que le pudiera traer infinitos ejemplos, como decir: “por la de la buena fama gloria” y “por ende, las conmemoradas acatando causas” y “láctea emanante”, “temblante mano” y “peregrinante principio”, cosas que tanto embarazan la frasis de nuestra lengua, que las sufrió entonces por la imitación latina, cuando era esclava, y que ahora que se ve señora, tanto las desprecia y aborrece. », Félix Lope de Vega, Epístolas de « la Filomena », éd. Pedro Conde Parrado, Paris, Labex OBVIL, 2015, édition électronique, fol. 197r.

8 Evangelina Rodríguez Cuadros, « Teoría y práctica del manierismo en el lenguaje poético del Cancionero de la Academia de los Nocturnos de Valencia : la imitación garcilasiana », in Pedro Piñero Ramírez (dir.), Dejar hablar a los textos. Homenaje a Francisco Márquez Villanueva, vol. 2, Sevilla, Universidad de Sevilla, 2005, p. 999-1000.

9 Voir Marie-Églantine Lescasse, art. cit.

10 « Bien qu’aujourd’hui on sache facilement écrire l’allemand et qu’on puisse suffisamment comprendre les lettres du latin, on en est arrivés au point où, à cause de leur affectation, les scribes dans les chancelleries et les consistoires essaient de nouveau de nous imposer la langue latine au milieu de l’allemand : c’est à peine s’ils écrivent une ligne sans y ajouter quelque mot latin, comme s’ils manquaient de mots en allemand. À cause de leur confusion, beaucoup d’hommes prééminents, abandonnés de leur connaissance du latin, ne savent pas ce qu’ils doivent comprendre dans de nombreux passages et ce qu’on a voulu dire par telle ou telle tournure. Que font-ils d’autre ceux-là, demandé-je, que corrompre notre langue, qui est une, intègre, non mélangée, et inférieure à aucune autre ? », Aegidius Tschudi, De prisca ac vera Alpina Rhaetia, imprimé à Bâle par Michael Isingrin, 1538, in William Jervis Jones, op. cit., p. 22-23. Sauf mention contraire, toutes les traductions sont les nôtres.

11 Mercedes Blanco a observé ce phénomène au sujet des diplomates de la paix de Westphalie (1648) dans « Guerre et paix d’après les diplomates espagnols de Westphalie », in Alexandra Merle et Annie Molinié-Bertrand (dir.), L’Espagne et ses guerres. De la fin de la Reconquête aux guerres d’Indépendance, Paris, PUPS, 2004, p. 163-181. Comme l’a remarqué Peter Burke, on trouve également un bon exemple de ces hybridations surprenantes dans la correspondance du général allemand von Wallenstein, qui s’illustra comme condottiere pendant la guerre de Trente Ans, et qui mêle dans une même expression formes lexicales allemandes et italiennes. Il utilise ainsi à plusieurs reprises l’expression « meine disegni » (p. 377, 378 et 383, « mes plans »), ainsi que, relevés par Burke, « solchen travaglio » (p. 333, « un tel travail »), « kein tregua » (p. 372 et 453, « pas de trêve ») ou encore « Guberno-sachen » (p. 363, « des affaires relatives au gouvernement »). Les pages indiquées entre parenthèses renvoient à l’édition que fit de ses lettres Ferdinand Tadra en 1879 : Albrecht von Wallenstein, Briefe Albrechts von Waldstein an Karl von Harrach, éd. Ferdinand Tadra, Wien, K. Gerolds Sohn, 1879. Voir sur ce cas Peter Burke, Languages and communities in Early Modern Europe, Cambridge/New York, CUP, 2004, p. 130.

12 Nous nous appuyons ici sur Christophe Büchi, Mariage de raison. Romands et Alémaniques, une histoire suisse, Genève, Zoé, 2015.

13 Lucia Binotti, op. cit.

14 Nous utilisons ici l’expression « autarcie lexicale » pour désigner les capacités que possède une langue à s’exprimer par ses moyens propres, sans besoin d’avoir recours à des mots d’origine étrangère.

15 « Mais l’expérience a montré que l’allemand, pour la divulgation de la pensée et de l’opinion de chacun, pour n’importe quel besoin, pour l’ornement, pour émouvoir les esprits, pour parler sérieusement, pour insulter, pour exprimer l’amour et l’envie, est si riche en mots que l’on n’a pas besoin d’emprunter au latin ou à d’autres langues pour parler et écrire de manière claire et élégante. », Christoph Lehmann, Chronica der freien Reichsstadt Speier, imprimé à Francfort par Niclas Hoffman, édité par Jonas Rosen, 1612, in William Jervis Jones, op. cit., p. 32-33.

16 Kathryn A. Woolard, « Bernardo de Aldrete and the Morisco problem: a study in early modern Spanish language ideology », Comparative studies in Society and History, 44, 3, 2002. Voir également, au sujet du déroulé de ces découvertes et de leurs conséquences : Katie Harris, « Forging history: The plomos of the Sacromonte of Granada in Francisco Bermúdez de Pedraza’s Historia Eclesiástica », The Sixteenth Century Journal, 30, 4, 1999, p. 945-966, p. 945-947.

17 « Hemos de rastrear esto por las mismas escrituras latinas, en las cuales, como vimos algunos vocablos, también hallaremos que introdujeron muchas veces su dialecto y frasis nuestros españoles, con que dejaron testificado ser la misma que ahora tenemos […]. Y en esto se tiene de proceder al revés, de los más nuevo a los más antiguo, para que conociendo que se tomaba en lo más cercano a nuestros tiempos las frasis y figuras de la lengua nuestra castellana, que entonces sin ninguna duda era la vulgar se vea claro que si sucedía lo mismo en los tiempos más antiguos, había la misma causa, que era haber la misma lengua. », Gregorio de López Madera, Discursos de la certidumbre de las reliquias descubiertas en Granada desde el ano de 1588 hasta el de 1598, imprimé à Grenade par Sebastián de Mena, 1601, fol. 72 v.

18 Voir Joseph Pérez, Andalousie. Vérités et légendes, Paris, Tallandier, 2018.

19 Au sujet de l’influence de López Madera sur Jiménez Patón et Gonzalo Correas, voir Marie-Églantine Lescasse, art. cit.

20 « Titulé esta obra Elocuencia Española, porque, como retórico quiere decir lo que elocuente, así retórica lo que elocuencia. Española porque esta lengua lo es originariamente de España. Confieso que dejándome llevar por el parecer de muchos había errado en tener nuestra lengua por latín corrompido, mas he visto estos días con mucha atención el agudo y doctísimo discurso que sobre esto hace el Doctor Gregorio López Madera, del Consejo de su majestad, y Alcalde de su casa y corte, maduro y universal ingenio en toda suerte de letras, en los del Monte Santo de Granada, capítulos 18 y 19. Me he sujetado a su verdad y podré decir lo que Horacio, que Dios ha alumbrado mis sentidos. », Bartolomé Jiménez Patón, Elocuencia española en arte, éd. Francisco J. Martín, Barcelona, Puvill, 1993, p. 105-106.

21 « Acerca del origen de la lengua Castellana o Española se pudiera decir mucho, y hacer un libro entero en probanza de su antigüedad, y continuada duración, y desengaño de un común error en que caen muchos hombres de letras, que es imaginar que la lengua Española es derivada, y corrupta de la Latina por la semejanza de vocablos que tiene con ella; más yo no pretendo alargarme en argumento tan grande a más de un capítulo, que me parece basta para el Arte, remitiendo a los deseosos de saber esto más cumplidamente a lo que escribió con eminencia y bastante prueba el Doctor Alcalde Gregorio Madera en los muy doctos Discursos que hizo sobre la invención de las reliquias, láminas, y santos mártires del Monte Santo de Granada. », Gonzalo Correas, Arte de la lengua española castellana, éd. Emilio Alarcos García, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones científicas, 1954, p. 13.

22 Ibid., p. 19.

23 Gregorio de López Madera, op. cit., fol. 58 v.

24 Patrick Voisin, « La Germanie de Tacite : une table d’attente pour Julius Civilis et Arminius, une table de jeu pour le lecteur », Vita Latina, 182, 2010, p. 97.

25 « À chaque fois que je pense à nos ancêtres les Germains, hommes courageux et invaincus, je suis silencieusement agité d’un sentiment de profond respect et d’un immense frémissement. La seule mémoire de la vaillance divine et des hauts faits de ce peuple vénérable et libre m’impose une certaine vénération et une certaine révérence. Aux Romains, vainqueurs du monde entier, seuls ils résistèrent en leur tenant tête, et bien qu’il n’y eût rien que Rome, déesse des terres et des peuples, n’eût pas subjugué, elle ne put jamais soumettre le grand courage des Germains, tout en force et en impétuosité. Bien sûr, ces héros très courageux estimaient que la liberté de leur patrie se mesurait non à la grandeur des murailles et des villes, mais à la forteresse mentale de chacun. » (nous soulignons). Martin Opitz, Aristarchus, sive de contemptu linguæ teutonicæ, Imprimé par Johannes Dörfer, 1617, in William Jervis Jones, op. cit., p. 39-40.

26 Cette société linguistique est fondée par le prince Louis d’Anhalt-Köthen, sur le modèle des académies italiennes, dans un but de « renouveau patriotique à travers la purification linguistique ». Marie-Thérèse Mourey, « La littérature baroque en Allemagne », Littératures classiques, 36, 1999, p. 167.

27 Ibid., p. 168.

28 Pierre Béhar, « Le modèle dans la dramaturgie allemande du xviie siècle », in C. Balavoine, J. Lafond et P. Laurens (dir.), Le Modèle à la Renaissance, Paris, Vrin, 1986, p. 155.

29 « Tout le paradoxe de ce programme réside dans le désir qu’ont les réformateurs de la littérature de concilier deux exigences : le maintien de l’héritage antique et humaniste, et la mise en valeur d’une spécificité germanique. Ainsi, une des particularités de la littérature allemande à l’ère baroque, outre le maintien obstiné de la diglossie (la plupart des grands écrivains continueront d’écrire des textes poétiques en latin), et ce jusqu’à la fin du siècle, est la concomitance d’un mouvement identitaire patriotique qui implique souvent un durcissement des positions confessionnelles, et la persistance de l’ancienne idéologie de la respublica litteraria. », Marie-Thérèse Mourey, art. cit., p. 167.

30 Marie-Thérèse Mourey, « Hambourg, Philipp von Zesen et le développement de la langue allemande », in Roland Béhar, Mercedes Blanco, Jochen Hafner (dir.), Villes à la croisée des langues (xvie-xviie siècles). Anvers, Hambourg, Milan, Naples et Palerme, Genève, Droz, 2018, p. 261-275, p. 266.

31 « Cette langue si noble, si distinguée et si habitée de l’esprit de la patrie, ils nous l’ont transmise à travers tant de siècles, pure et propre de toute saleté étrangère. », Martin Opitz, op. cit., p. 39-40.

32 « Je te salue, ô langue de ma patrie, que n’a jamais altéré le contact des voisins, mais pure, mais chaste, mais langue de plein droit, fille allemande de l’antique courage, Je te salue ô langue de ma patrie, fleuris pour toujours. », Hugo Grotius, Poemata, imprimé à Leyde par André Clouquium, 1617, p. 36.

33 Toon Van Hal, « Persian-german language comparison », in Gerda Hassler, Gesina Volkmann (dir.), History of linguistics 2008. Selected papers from the 11th international conference on the history of the language sciences, Amsterdam, John Benjamins, 2011, p. 157-158.

34 Abraham Mylius fut pasteur à Dordrecht et exerça les fonctions d’échevin et de bourgmestre à Gand.

35 L’artisan de la théorie du « néerlandais originel » n’était autre que Goropius Becanus, qui écrit en 1569 ses Origines Antwerpianæ et dont nous ne parlerons pas ici. Voir à ce sujet Daniel Droixhe, La Linguistique et l’appel de l’histoire. Rationalisme et révolutions positivistes, Genève, Droz, 1978, p. 54 sq.

36 Sur ce point, voir Jan Blanc, « Hugo Grotius, historiographe des Bataves au xviie siècle », in Chantal Grell (dir.), Les Historiographes en Europe de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Paris, PUPS, 2006, p. 307 sq.

37 En fait Caius Julius Civilis, qui se souleva en 69-70 contre les Romains.

38 « Les légions romaines elles-mêmes qualifient les membres de leur armée de très valeureux, les hommes de très courageux, d’anciens vainqueurs de toutes les guerres. », Hugo de Groot, Liber de Antiquitate Reipublicæ Batavicæ, Imprimé à Leyde par François Ravlenghien, 1610, fol. XXI. De même, au sujet de la prise des armes par les bataves et de leur goût pour la liberté : « Tum vero, cum Romani auxilia in dilectum mutarent, dilectum ipsum non modo avare exercerent, sed, quod minime ingenuis ferendum erat, stuprorum contumelia onerarent, fecere Batavi quod viros fortes decebat, ut arma sumerent, quibus et libertatem et pudicitiam tutarentur », Ibid., fol. XXI. « Mais, alors que les Romains avaient changé leur aide en affection, non seulement ils n’en furent pas prodigues, mais, ce qui était à peine supportable aux autochtones, ils les accusèrent de l’outrage de commettre des viols. Alors les Bataves firent ce qu’il convenait à des hommes courageux : ils prirent les armes, grâce auxquelles ils protégèrent et leur liberté et leur honneur. »

39 Mark Morford, « Theatrum hodiernae vitae: Lipsius, Vaenius, and the rebellion of Civilis », in Karl Enenkel, Jan De Jong, Jeanine De Landtsheer (dir.), Recreating ancient history: episodes from the Greek and Roman past in the arts and literature of the early modern period, Boston/Leiden, Brill, 2001, p. 57-74. Le très bel ouvrage d’Otto Van Veen est consultable sur Archive.org : Batavorum cum Romanis bellum a Cornelio Tacito olim descriptum, figuris nunc aeneis expressum, Imprimé à Anvers par Philippus Lisaert, 1612 (ark:/13960/t1sf6875t).

40 Tacite décrivait également dans le livre IV de ses Histoires l’exil des Bataves, chassés de leur territoire qu’ils partageaient avec les Chattes, par une révolte, vers cette île : « Batavi, donec trans Rhenum agebant, pars Chattorum, seditione domestica pulsi extrema Gallicae orae vacua cultoribus simulque insulam inter vada sitam occupavere, quam mare Oceanus a fronte, Rhenus amnis tergum ac latera circumluit », Tacite, Histoires, vol. 3, éd. et trad. Pierre Wuilleurmier et Henri Le Bonniec, Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 10. Voici la traduction de Pierre Wuilleurmier et Henri Le Bonniec : « Les Bataves, tant qu’ils vivaient au-delà du Rhin, faisaient partie des Chattes ; chassés par une sédition intérieure, ils s’établirent à l’extrémité, alors inhabitée, de la côte gauloise et dans une île entourée de hauts-fonds, baignée en face par l’Océan, en arrière et sur les côtés par le Rhin. » Les historiens néerlandais l’appelèrent par la suite Batavorum insula, comme dans le titre de Gerard Geldenhauer, Lucubratiuncula de Batavorum insula (imprimé à Anvers par Michiel Hillen van Hoochstraten, 1520). L’île correspond en fait à la Betuwe, région située entre les deux principaux bras du Rhin : le Waal au Sud et le Rhin inférieur et le Lek au Nord. Voir Jan Blanc, art. cit., p. 308 et Karin Tilmans, « Aeneas, Bato and Civilis, the forefathers of the Dutch : the origin of the Batavian tradition in Dutch humanistic historiography », in Jean R. Brink, William F. Gentrup, Renaissance culture in context. Theory and practice, Aldershot/Brookfield, Scolar, 1993, p. 129.

41 Karin Tilmans, « Dutch national consciousness in early Humanist historiography: The Italian influence on Cornelius Aurelius (c. 1460-1531) and his contemporaries », in Theo Hermans, Reinier Salverda (dir.), From Revolt to Riches. Culture and History of the Low Countries, 1500-1700, London, UCL, 2017, p. 20 sq.

42 Patrick Duval, « Humanisme et renaissance nationale batave dans la Hollande du comte-empereur Charles Quint », in Jean-Paul Duviols, Annie Molinié-Bertrand (dir.), Charles Quint et la monarchie universelle, Paris, PUPS, 2001, p. 100.

43 Cornelius Aurelius, Defensiorum gloriæ Batavinæ, in Bonaventura Vulcanius, Batavia, sive de Antiquo veroque ejus insulæ quam Rhenus in Hollandia facit situ, descriptione & laudibus, adversus Gerardum Noviomagum, imprimé à Leyde par François Ravlenghien, 1586. Aurelius décrit ainsi la « probita[s] Batavorum » fol. II, le courage et la vigueur des Bataves : « Proinde exire tritum in gentibus proverbium, fortissimos omnium Batavos esse » (« C’est pourquoi ce proverbe ressort souvent chez les gens : tous les Bataves sont très vaillants »), fol. II ; on trouve aussi le substantif fortitudo fol. 2 et fol. 9. Aurelius loue l’érudition flamande : « Plurimum enim ejus eruditioni pariter & religioni deferendum esse quis ambigit ? » (« qui doute qu’il doive être connu pour sa grande érudition et sa grande religiosité ? »), et mentionne les « fruits de leur science ». Enfin, Cornelius de Gouda exalte leur amitié toujours loyale et leur patriotisme : « Qua videlicet in hostes virtute, qua in amicos fide et gratia, quo denique in patriam amore fuerint, quam paucissimis repetemus » (« Et il est évident que leur courage contre l’ennemi, leur loyauté et leur obligeance envers leurs amis, enfin leur amour de la patrie, sont si grands, qu’on ne peut les trouver que chez très peu de gens. »).

44 Ibid., p. 37, où Aurelius transcrit une inscription latine qu’il aurait lue en Batavie : « Gens batavorum, amici et fratres Romani Imperii ».

45 Ibid., p. 39 : « Cujus rei gratia, suorumque precibus, Civilis vir sane quam regi stirpe, nostrasque provocatus, filio Romani principis filiam suam dedit uxorem. Ea demum ratione ut communibus populi sui rebus ingenue consuleretur, & pacem cum Romanis perennem haberet » (« Par reconnaissance envers ce roi, et grâce à ses prières, Civilis, homme d’une souche tout à fait royale, et en notre nom, donna sa fille en épouse au fils d’un patricien romain. Et cela pour être consulté en homme libre au sujet des choses publiques de son peuple, et pour avoir une paix pérenne avec les Romains. ») C’est la rupture du pacte tacite de bienveillance de la part des Romains qui provoque par la suite sa rébellion, selon le récit qu’en donne Aurelius.

46 « À la rigueur de leur mode de vie et de leurs actes s’ajoutait une langue qui ne différait pas des faits : pleine de suc et pleine d’une majesté qui lui était propre. », Martin Opitz, op. cit., p. 39.

47 Qu’il cite respectivement aux folios 71r. et 75r. en mentionnant explicitement leurs théories de la langue nationale originelle.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.