Version classiqueVersion mobile

Pélage et le pélagianisme

 | 
Winrich Löhr

Annexe

Texte intégral

I. Tableau chronologique

410 Prise de Rome
410/11 Séjour de Pélage en Afrique
411 Conférence de Carthage : réconciliation des donatistes
411 (?) Condamnation de Céleste par un synode à
Carthage (libellus de Paulin de Milan)
412/3 Augustin s´occupe de la réfutation des doctrines pélagiennes (par ex. De meritis peccatorum et remissione ; sermo 294 etc).
413 Lettre à Démétrias de Pélage
415 Timase et Jacques communiquent à Augustin le traité De natura
415 28 juillet : colloque de Jérusalem
415 20 décembre : synode de Diospolis
416 été : conciles de Carthage et de Milève
417 27 janvier : confirmation de la condamnation africaine de Pélage et Céleste par le pape Innocence de Rome
417 mars : mort d´Innocence / élection de Zosime
417 21 septembre : réhabilitation de Pélage par Zosime
417 automne/hiver : protestations des évêques africaines
418 30 avril : édit de l´empereur Honorius
418 1er mai : concile de Carthage
418 juin/juillet : Tractoria du pape Zosime

II. L´acte d´accusation du synode de Carthage (411) contre Céleste (trad. De Plinval – De La Tullaye, BA 21)

11. Adam a été créé mortel, en sorte que soit qu´il péchât, soit qu´il ne péchât pas, il était voué à la mort.

22. Que le péché d´Adam n´a fait tort qu´à sa seule personne et non au genre humain.

33. Que la loi conduit au royaume tout comme l´Évangile. 4. Qu´avant l´avènement du Christ il y eut des hommes sans péché.

45. Que les nouveau-nés se trouvent dans l´état où s´est trouvé Adam avant la prévarication.

56. Que le genre humain dans son ensemble ne meurt pas à cause de la mort et de la prévarication d´Adam, pas plus que dans son ensemble il ne ressuscite en vertu de la résurrection du Christ.

III. L´acte d´accusation du synode de Diospolis (415) (trad. BA 21)

61. Nul ne peut être sans péché, hors celui qui aura possédé la connaissance de la Loi.

72. Tous sont gouvernés par leur propre volonté.

83. Au jour du jugement, il ne devra pas exister de pardon pour les impies, mais qu´ils devront brûler au feu éternel.

94. Le mal ne vient même pas à la pensée.

105. Le royaume des cieux a été promis dans l´Ancien Testament.

116. L´homme peut, s´il le veut, être sans péché.

12(1.-6. : tirés des Extraits / Eclogae de Pélage)

137. Que la piété, qui nulle part ne se rencontre, trouve chez toi un refuge ; que la justice partout étrangère trouve chez toi une demeure ; que la vérité, désormais ignorée de tous, devienne ta compagne familière et ton amie, et que la loi de Dieu méprisée par presque tous les hommes, soit honorée par toi seule ! (Pélage [?], Lettre à une veuve)

148. Oh ! tu es heureuse et bienheureuse si la justice qui, nous devons le croire, n´existe plus qu´au ciel, se découvre chez toi seule sur la terre ! (Pélage [?], ibid.)

159. Celui-là élève dignement les mains vers Dieu, celui-là émet sa prière avec une bonne conscience qui peut dire : « tu connais, Seigneur, combien sont saintes, innocentes et exemptes de toute malice, de toute iniquité, de toute rapacité, ces mains que je tends vers toi ; combien justes, pures et dépourvues de tout mensonge sont mes lèvres par lesquelles je t´offre ma prière pour que tu aies pitié de moi. » (Pélage [?], Liber de vita christiana).

1610-15. Voir II, 1-6.

1716. L´homme peut, s´il le veut, être sans péché.

1817. Les enfants mêmes non baptisés auront la vie éternelle. 18. Les riches baptisés, à moins de renoncer à toutes leurs richesses, ne retirent aucun mérite du bien qu´ils paraissent accomplir et il leur est impossible d´avoir le royaume de Dieu.

1919. L´église ici-bas est sans tache ni ride. (16.-19. : propos des pélagiens recueillis par Hilaire de Syracuse)

2020. Que nous faisons plus qu´il n´est prescrit dans la Loi et Évangile. (Livre de Céleste, c. 1)

2121. La grâce et l´aide de Dieu ne nous sont pas accordées pour chacun de nos actes mais résident dans le libre arbitre, ou encore dans la Loi et la doctrine. (Ibid., c. 3)

2222. La grâce de Dieu nous est accordée selon nos mérites, car si Dieu l´accordait aux pécheurs, il semblerait injuste. [Et il conclut par ces mots] :

Voilà pourquoi la grâce de Dieu a été déposée en ma volonté, que j´en aie été digne ou indigne. Car si nous accomplissions tout, au moyen de la grâce, lorsque nous sommes vaincus par le péché, ce n´est pas nous qui sommes vaincus, mais la grâce de Dieu qui voulait nous aider de toute manière et n´a pas pu. (Ibid., c. 3)

2323. Si c´est une grâce de Dieu que nous triomphons du péché, Dieu lui-même est en faute lorsque nous sommes vaincus par le péché, car il n´a absolument pas pu ou pas voulu nous garder. (Ibid., c. 3)

2424. Tout homme est susceptible de posséder toutes les vertus et toutes les grâces et d´éliminer ainsi la diversité des grâces enseignée par l´Apôtre. (Ibid., c. 5)

2525. Ne peuvent être appelés enfants de Dieu que ceux qui auront été délivrés du péché d´une façon complète. (Ibid., c. 6)

2626. L´oubli et l´ignorance ne relèvent pas du péché, puisqu´il proviennent non de la volonté, mais de la nécessité. (Ibid., c. 7)

2727. Le libre arbitre n´existerait si l´homme avait besoin de l´aide de Dieu, puisque chacun possède en sa volonté propre la faculté d´accomplir ou de ne pas accomplir quelque chose. (Ibid., c. 10)

2828. La victoire est nôtre, puisque c´est avec notre propre volonté que nous avons pris les armes, de même qu´inversement la défaite est nôtre, puisque nous avons négligé de nous servir des armes de notre propre volonté. (Ibid., c. 12)

2929. Le pardon est accordé à ceux qui se repentent, non pas selon la grâce et miséricorde de Dieu, mais selon leur mérite et l´effort de ceux qui, par la pénitence, auront été dignes de la miséricorde. (Ibid., c. 13)

IV. Concile de Carthage (1 mai 418) : résumé des canons (trad. dans C. J. HEFELE, Histoire des conciles d´après les documents originaux, t. II/1, Paris 1908, p. 192-193)

Propositions anathématisées

30c. 1 : La mort d´Adam n´est qu´une nécessité de la nature, non pas le salaire du péché.

31c. 2 : Le baptême des enfants n´est pas pour la rémission des péchés, car ils n´ont pas en eux le péché originel transmis d´Adam.

32c. 3 : Il y a un lieu intermédiaire, dans le royaume de Dieu ou ailleurs, où les enfants morts sans baptême vivent heureux.

33c. 4 : La grâce de Dieu procure la rémission des fautes déjà commises, mais ne fait pas éviter les fautes à venir.

34c. 5 : La grâce nous aide vers l´impeccabilité parce qu´elle nous procure une intelligence plus claire des commandements divins, mais non pas parce qu´elle nous donne une force pour accomplir ce que nous savons être bon.

35c. 6 : La grâce nous a été donnée uniquement pour que nous accomplissions avec plus de facilité ce que nous sommes tenus de faire.

36c. 7 : 1 Jean 1, 8 (« Lorsque nous disons que nous sommes sans péché, nous nous trompons nous-mêmes) veut dire que c´est par pure humilité que nous devons nous reconnaître pécheurs.

37c. 8 : Mt 6, 12 (« Pardonne-nous nos péchés ! ») n´est pas écrit à propos des saints, mais pour les autres.

38c. 9 : Les saints prononcent Mt 6, 12 par pur sentiment d´humilité, et non pas dans toute la vérité du mot.

V. Augustin, De gestis Pelagii 46 (trad. BA 21)

39(1) Car, pour parler plutôt de mon propre cas, j´ai connu le nom de Pélage, tout d´abord quand il était au loin établi à Rome, entouré de grands éloges ; (2) puis un bruit a commencé à nous arriver qu´il raisonne contre la grâce de Dieu. Bien que je le déplorasse et que j´eusse fait crédit à ceux qui me l´avaient dit, j’aurais voulu connaître, venant de lui ou de l´un de ses livres, une assertion telle que, si j´entreprenais de le réfuter, il ne puisse se dérober. (3) Mais, après être arrivé en Afrique, il fut reçu en mon absence sur la côte d´Hippone où, comme je l´ai appris par des amis, rien de tel ne fut entendu de sa part, car il partit plus vite que l’on ne pensait. (4) Peu après, autant que je m´en souvienne, j´ai aperçu une fois ou deux son visage à Carthage, au moment où j´étais extrêmement occupé par l´organisation de la conférence que nous étions sur le point d´avoir avec les hérétiques donatistes ; mais lui se hâta de partir outre-mer. (5) Pendant ce temps, ces doctrines, propagées par la bouche de ceux qui – comme on colportait – étaient ses disciples bouillonnaient à tel point que Céleste dut venir devant un tribunal ecclésiastique et en remporta un verdict digne de ses erreurs. (6) Nous pensions, en tout cas, que l’on agirait plus sainement contre eux, si, tout en taisant le nom des auteurs, on se contentait de les dénoncer et de les réfuter, eux et leurs erreurs. Ainsi seraient-ils plutôt amendés par la crainte du tribunal ecclésiastique que punis par le jugement. Nous n´arrêtions donc pas les polémiques contre de tels maux, soit dans nos livres, soit dans nos instructions au peuple.

VI. Les quatre thèses de Jovinien

40D’après Jérôme, Contre Jovinien 1, 3, PL 23, 214 B

41I. Les vierges, les veuves et les mariées sont d’un mérite égal si elles ont reçu le baptême chrétien.

42II. Ceux qui ont été régénérés dans le baptême avec une foi complète ne peuvent pas être ébranlés par le diable.

43III. Il n’y a aucune différence entre le jeûne et la prise d’un repas avec action de grâces.

44IV. Il n’y a qu’une récompense dans le royaume de cieux.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search