Version classiqueVersion mobile

Pélage et le pélagianisme

 | 
Winrich Löhr

Préface

Winrich Löhr

Texte intégral

1Ce livre se fonde sur quatre conférences que j’ai eu l’honneur de présenter, en tant que Directeur d’études invité, en mars 2011 à la section des sciences religieuses de l’École Pratique des Hautes Études. Je remercie très vivement Michel-Yves Perrin et ses collègues, en particulier les responsables de l’École Pratique, pour leur invitation. Dès sa création, il y a plus de cent ans, l’École Pratique a toujours été un centre internationalement reconnu pour les recherches portant sur le christianisme antique, la philosophie antique et l’antiquité tardive. J’ai accepté l’invitation amicale de venir à Paris d’autant plus volontiers que – à vrai dire – tout au long de ma carrière en tant qu’historien de l’Église je n’ai cessé de profiter énormément des études et des éditions de savants français (dont quelques-uns sont liés à l’École), tels que François Dolbeau, Yves-Marie Duval, André-Jean Festugière, Pierre et Ilsetraut Hadot, Alain Le Boulluec, Simone Pétrement, Michel Tardieu (et plus récemment – comme cela deviendra évident par la suite – des publications de Michel-Yves Perrin et Jean-Marie Salamito).

2Je remercie toute la section des sciences religieuses de l’École, et en particulier Michel-Yves Perrin, Isabelle Bochet, Jean-Daniel Dubois et Martine Dulaey, pour leur chaleureux accueil à Paris. Je me souviens avec plaisir des discussions si intenses et si gaies avec directeurs et doctorants après chacune des conférences, qui se sont poursuivies au café ou au restaurant. Pendant mon séjour à Paris, j’ai aussi profité de l’hospitalité de plusieurs bibliothèques excellentes : en particulier, il faut mentionner la bibliothèque de l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm) dont l’utilisation m’a été permise grâce au soutien de son ancien élève, Michel-Yves Perrrin : jamais je ne me serais douté qu’elle dispose d’une section théologique si riche… D’autres bibliothèques doivent être encore mentionnées : la bibliothèque de l’Institut des Études Augustiniennes et la bibliothèque du Centre d’études du Saulchoir.

  • 1 Pour l’état des recherches modernes sur Pélage et le pélagianisme, voir O. Wermelinger, « Neuere Fo (...)

3J’ai décidé de consacrer ces quatre conférences à Pélage et au pélagianisme. D’un côté, ce sujet a déjà fait l’objet d’un certain nombre d’études : pour me limiter à des travaux modernes en français, on peut signaler les études de Georges de Plinval, la notice remarquable d’Aimé Solignac et de Flavio Nuvolone dans le tome 12 du Dictionnaire de Spiritualité et, plus récemment, l’importante monographie de Jean-Marie Salamito, tout comme les publications diverses d’Yves-Marie Duval. Et il ne faut pas non plus oublier la grande monographie d’Otto Wermelinger, Rom und Pelagius, qui a pris son origine à la Faculté de théologie de l’Institut catholique de Paris1. Mais, d’un autre côté, il faut remarquer que beaucoup de recherches, certaines très importantes, restent encore à mener : presque aucun des écrits pélagiens n’est publié dans une édition satisfaisante et, pour la plupart d’entre eux, on ne dispose ni d’une analyse ni d’un commentaire approfondi. De plus, comme on le verra dans le dernier chapitre, on ne semble même pas disposer d’une définition totalement satisfaisante du terme « pélagianisme ». Cela étant, ce livre ne peut pas et n’entend pas présenter une étude exhaustive de Pélage et du pélagianisme.

4 Le premier chapitre jette un regard sur la transformation de la doctrine de Pélage en hérésie. Le deuxième chapitre se focalise sur la personne de Pélage lui-même : dans la première partie je voudrais dresser le bilan de nos connaissances sur la biographie et l’œuvre de cet auteur. Dans la seconde partie, on s’occupera de ce qui peut être considéré – le commentaire des épîtres pauliniennes mis à part – comme le chef-d’œuvre de Pélage, la Lettre à Démétrias. Le troisième chapitre est consacré au Corpus Caspari, à savoir six écrits d’un aristocrate romain anonyme qu’on considère généralement comme un pélagien ; on s’occupe en particulier de deux de ces six écrits, à savoir le traité Sur la richesse (De Divitiis) et le traité Sur les mauvais docteurs (De malis doctoribus). Dans le dernier chapitre, je reprends la question de la définition même du pélagianisme (entre autres, on discutera de la nouvelle interprétation de Jean-Marie Salamito), du pélagianisme en tant que phénomène public et de l’enjeu intellectuel du débat entre Augustin et Pélage.

5Je remercie mon frère, le Professeur Hermut Löhr (Münster), d’avoir révisé une partie de l’ébauche du manuscrit de ce livre. Je remercie surtout Mme Géraldine Hertz d’avoir révisé et corrigé le manuscrit tout entier : sa diligence exemplaire m’a préservé de maintes erreurs grammaticales et a apporté de nombreuses améliorations stylistiques à mon texte. Michel-Yves Perrin a amicalement pris soin d’une autre lecture critique du manuscrit tout entier. Finalement Gilbert Dahan et Cécile Guivarch ont apporté leurs soins. Toutes les imperfections qui restent relèvent de ma propre responsabilité. Le livre est dédié à mon épouse, sine qua non.

6Heidelberg, mai 2012

Notes

1 Pour l’état des recherches modernes sur Pélage et le pélagianisme, voir O. Wermelinger, « Neuere Forschungskontroversen um Augustinus und Pelagius », dans C. Mayer – K.-H. Chelius, Internationales Symposion über den Stand der Augustinus-Forschung vom 12 bis 16 April 1987 im Schloss Rauschholzhausen der Justus-Liebig-Universität Giessen, Würzburg 1989, p. 199-217 ; M. Lamberigts, « Pélage : la réhabilitation d’un hérétique », dans J. Pirotte – E. Louchez (dir.), « Deux mille ans d’histoire de l’Église », Revue d’histoire ecclésiastique 95/3 (2000), p. 97-111 ; Y.-M. Duval, « Pélage en son temps : données chronologiques nouvelles pour une présentation nouvelle », Studia Patristica 38 (2001), p. 95-118. – Pour la chronologie de la controverse pélagienne (tout comme pour les dates des traités, des sermons et des lettres) ici adoptée je renvoie le lecteur aux ouvrages de référence, en particulier O. Wermelinger, Rom und Pelagius. Die theologische Position der römischen Bischöfe im pelagianischen Streit in den Jahren 411-432, Stuttgart 1975, et aux éditions et traductions des sources citées (par ex. les volumes respectifs de la Bibliothèque Augustinienne). Les citations bibliques sont largement selon La Bible de Jérusalem, Paris 1998.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search