Version classiqueVersion mobile

Pélage et le pélagianisme

 | 
Winrich Löhr

Avant-propos

Michel-Yves Perrin

Texte intégral

  • 1 Jean Cassien, De incarnatione Domini contra Nestorium I, 3 (éd. M. Petschenig, CSEL 17, p. 240, l. (...)
  • 2 Florus de Lyon, Adversus Ioannem Scotum (prae I), V (éd. K. Zechiel-Eckes, CCCM 260, p. 145, l. 79- (...)
  • 3 Martin Luther, De servo arbitrio, éd. A. Freitag, Weimar 1908 (D. Martin Luthers Werke. Kritische G (...)
  • 4 Pierre du Moulin, Anatome Arminianismi seu enucleatio contro-versiarum quae in Belgio agitantur, su (...)
  • 5 J. Ratzinger, « Pastorale Konstitution über die Kirche in der Welt von heute. Erster Hauptteil. Kom (...)

1« Pélagien ! ». L’épithète claque comme une dénonciation et expose celui qui en est frappé au dénigrement attaché à tout soupçon d’hérésie. « Pélagien », Nestorius au dire de certains de ses adversaires, et notamment le moine marseillais Jean Cassien1 ; « pélagien », Jean Scot Érigène de l’avis de Florus de Lyon au mitan du ixe siècle2 ; « pélagien », et même « ultra-pélagien », Érasme de Rotterdam sous la plume de Luther en 15253 ; « pélagien », Jacob Hermansz, l’Arminius inlassablement dénoncé par le calviniste de stricte obédience François Gomaer et ses soutiens4 ; « pélagienne » enfin, au jugement de Joseph Ratzinger en 1968, la terminologie d’une section de la constitution Gaudium et Spes issue du second concile du Vatican de l’Église romaine5. Les exemples d’un tel usage polémique du qualificatif de « pélagien », où la réduction hérésiologique impose, selon un procédé de controverse éprouvé, l’amalgame de positions doctrinales diverses, pourraient être tant multipliés de l’antiquité à nos jours que l’observateur finirait par ne plus savoir de quoi au juste il peut être question.

  • 6 Augustin, Lettre 4* (éd. J. Divjak, BA 46B, p. 112, l. 61 sq.), en est l’un des premiers témoins.

2L’ouvrage qui est ici offert au lecteur bénévole invite à se déprendre des rets des antiques ou modernes querelles pour proposer une élucidation d’un moment singulier de dispute théologique entre chrétiens : c’est en effet probablement Augustin d’Hippone qui, à partir de 4176, a forgé l’adjectif pelagianus (ou beaucoup plus rarement pelagianista) pour fustiger les thèses prêtées à l’un de ses adversaires doctrinaux, l’ascète Pélage, et à ceux qu’il considérait comme ses sectateurs. Le mot fut créé selon une méthode mise en œuvre depuis déjà plusieurs siècles dans le discours de controverse chrétien : pour dénier à un contradicteur toute légitimité et au fond le priver du nom de chrétien, on le désigne par un sobriquet formé sur le nom du chef de secte présumé. Il en va ainsi de la construction de l’haeresis pelagiana, le pélagianisme, dont chacun croit connaître les traits distinctifs : négation du péché originel, remise en question de la nécessité du baptême des petits enfants, affirmation de la possibilité effective d’une impeccabilité, etc. Or, dans l’analyse des disputes antiques, l’historien contemporain ne saurait endosser des perspectives hérésiologiques séculaires qui, visant à exclure de l’orbite chrétienne des thèses présentées comme déviantes, risqueraient par-là même de compromettre toute possibilité de compréhension adéquate des enjeux d’une querelle. Autrement dit, pour examiner sine ira et studio les origines de la crise dite pélagienne, il convient de prendre ses distances à l’égard de vulgates historiographiques, qui, même sous des dehors sophistiqués, ne font que proposer un simple décalque du discours hérésiologique de l’évêque d’Hippone, dominant car au final triomphant dans les décisions conciliaires appelées à faire jurisprudence comme dans les sources conservées. Autant dire que pour mener à bien une telle enquête de critique historique, il est nécessaire d’allier à l’érudition la plus sûre une vigilance toujours en éveil pour obvier aux distorsions polémiques de tous ordres, un sens aigu des lacunes et des déséquilibres de la documentation aujourd’hui disponible, une attention constante aux nuances, aux distinctions et aux singularités des thèses en conflit, une sensibilité enfin aux contextes divers, aux enjeux variés des affrontements doctrinaux, et à leurs possibles déterminations multiples, institutionnelles, politiques, sociales, culturelles, pour user ici de catégories sans doute trop grossières et qui n’embrassent qu’une partie du réel.

  • 7 W. Löhr, Die Entstehung der homöischen und homöusianischen Kirchenparteien. Studien zur Synodalgesc (...)
  • 8 W. Löhr, Basilides und seine Schule. Eine Studie zur Theologie und Kirchengeschichte des zweiten Ja (...)
  • 9 W. Löhr, « Pelagius’ Schrift De natura : Rekonstruktion und Analyse », Recherches Augustiniennes 31 (...)

3Le Professeur Winrich Löhr était sans aucun doute l’un des savants les plus qualifiés pour revisiter les premières années de la « crise pélagienne » et proposer à nouveaux frais une analyse de ses enjeux et de ses acteurs. Titulaire de la chaire d’histoire de l’Église ancienne et médiévale auprès de la Faculté de théologie protestante de l’illustre Ruprecht-Karls-Universität de Heidelberg, dont il a récemment été le doyen, il s’est affirmé comme un historien majeur des crises doctrinales du christianisme antique : il a en particulier consacré ses premiers travaux à l’analyse d’un moment crucial de la crise arienne au milieu du ive siècle7, puis a dédié une importante monographie au « gnostique » Basilide et à son cercle8, avant de s’intéresser à la figure et aux œuvres de Pélage9. On notera que sa première publication dans ce dernier champ d’étude l’a été en 1999 dans les Recherches Augustiniennes. Il prépare actuellement l’édition critique des fragments de Pélage pour la series latina du Corpus christianorum, et vient de donner au Reallexikon für Antike und Christentum l’article « Pelagius/Pelagianer ».

  • 10 W. Löhr, Pelagius – Portrait of a Christian Teacher in Late Antiquity, University of Aberdeen, 2007 (...)
  • 11 On en trouvera une brève présentation dans l’Annuaire de l’EPHE. Section des sciences religieuses 1 (...)
  • 12 Voir aussi, sans exhaustivité, W. Löhr, « Der Streit um die Rech-tgläubigkeit des Pelagius 414-418  (...)

4Familier des historiographies française et anglaise – il a enseigné à Cambridge –, Winrich Löhr a tenu en 2007, à l’invitation de l’Université écossaise d’Aberdeen, les premières Alexander Souter Memorial Lectures on Late Antiquity : Pélage en était le sujet10. Les quatre conférences qu’il a données au mois de mars 2011 sous le titre « Pélage, le pélagianisme et le conflit des valeurs dans l’Antiquité tardive » à l’École Pratique des Hautes Études11 s’inscrivent dans le prolongement de cet ensemble de travaux12. Aux participants à ces séminaires, étudiants, hommes et femmes de culture, comme chercheurs chevronnés, il fut offert aussi bien de scruter avec précision un certain nombre de sources, dont certaines peu fréquentées, que de prendre un salutaire recul pour voir s’ouvrir des perspectives interprétatives nouvelles et singulièrement éclairantes. Les amicales discussions nourries et passionnantes qui ont suivi chacune des conférences portent témoignage du vif intérêt qu’elles ont suscité. Gilbert Dahan, directeur de la Collection des conférences de l’EPHE, a souhaité qu’elles fussent publiées et y a apporté tous ses soins. Qu’il en soit ici remercié.

  • 13 W. Löhr, « Christianity as Philosophy : problems and perspectives of an ancient intellectual projec (...)

5La clarté et la vigueur de l’exposé de Winrich Löhr dispensent d’en donner un résumé dans cet avant-propos. On voudrait seulement souligner un certain nombre de traits de son analyse. Dès la première section dédiée à la fabrication de l’haeresis pelagiana frappe l’alliance entre l’établissement minutieux des faits historiques ou philologiques et le sens des structures de comportement à l’œuvre dans la société de l’antiquité tardive : à la lumière d’études récentes consacrées à l’amicitia dans le monde romain, la question des protecteurs supposés de Pélage prend un autre relief. Sur le cas de la lettre de Pélage à la jeune Démétrias, le deuxième chapitre met en évidence l’efficace du recours à des considérations issues de la réflexion sur les genres littéraires en usage dans l’antiquité tardive, dès lors qu’il s’agit de déterminer la visée et la portée exactes d’un texte : l’identification de cette correspondance comme relevant essentiellement du discours protreptique conduit à mieux entendre ce qu’elle dit, la manière dont elle le dit, et le but qu’elle poursuit, mais aussi bien ce qu’elle ne dit pas et les raisons de ce silence. Les conceptions anthropologiques de Pélage en ressortent singulièrement éclairées. La troisième partie envisage des documents transmis sans nom d’auteur(s) et qu’il s’agit de tenter de situer dans un espace de controverse : Winrich Löhr offre un modèle d’établissement d’une sorte de cartographie fine d’une dispute doctrinale, soucieuse de faire droit à la diversité de ses protagonistes autant qu’à la pluralité de leurs points de vue. La dernière section tresse les fils tirés tout au long des précédentes analyses pour proposer une hypothèse très argumentée sur les enjeux intellectuels du débat entre Pélage et ses contradicteurs : à l’image des autres chapitres où elle était explicitement ou implicitement présente s’y exprime une évaluation critique, courtoise et généreuse, de contributions anciennes ou récentes à l’historiographie de la crise pélagienne. Elle n’a d’autre finalité que de préciser points d’accord, points de désaccord, apories et limites des connaissances actuelles, en vue d’ouvrir la voie à une interprétation d’ensemble : Winrich Löhr en identifie les ressorts dans la reprise en contexte chrétien de l’antique interrogation sur la puissance transformatrice du discours philosophique13.

6Cette simple évocation n’aura pu faire qu’entrevoir la richesse multiforme et l’importance de cet ouvrage. Au lecteur de la découvrir dans sa plénitude.

Notes

1 Jean Cassien, De incarnatione Domini contra Nestorium I, 3 (éd. M. Petschenig, CSEL 17, p. 240, l. 16 sq.) et V, 1-2 (p. 301, l. 24 – p. 304, l. 6).

2 Florus de Lyon, Adversus Ioannem Scotum (prae I), V (éd. K. Zechiel-Eckes, CCCM 260, p. 145, l. 79-80) et VIII (p. 164, l. 256-260). Je dois ces références à mon ami Warren Pezé.

3 Martin Luther, De servo arbitrio, éd. A. Freitag, Weimar 1908 (D. Martin Luthers Werke. Kritische Gesamtausgabe, XVIII), p. 664, l. 18-19.

4 Pierre du Moulin, Anatome Arminianismi seu enucleatio contro-versiarum quae in Belgio agitantur, super doctrina de providentia, de praedestinatione, de morte Christi, de natura et gratia, Leiden, Abraham Pacard, 1619, XXXV, vii, p. 298.

5 J. Ratzinger, « Pastorale Konstitution über die Kirche in der Welt von heute. Erster Hauptteil. Kommentar zur I Kapitel », dans Das zweite vatikanische Konzil. Konstitutionen, Dekrete, Erläuterungen lateinisch und deutsch. Kommentare, t. III, Fribourg, Bâle, Vienne 1968 (Lexikon für Theologie und Kirche. Zweite, völlig neu bearbeitete Auflage), p. 332.

6 Augustin, Lettre 4* (éd. J. Divjak, BA 46B, p. 112, l. 61 sq.), en est l’un des premiers témoins.

7 W. Löhr, Die Entstehung der homöischen und homöusianischen Kirchenparteien. Studien zur Synodalgeschichte des 4. Jahrhunderts, Bonn 1986. On signalera aussi l’important mémoire, « Arius Reconsidered », dans Zeitschrift für antikes Christentum 9 (2005), p. 524-560, et 10 (2006), p. 121-157, et les contributions données à l’Athanasius-Handbuch, éd. P. Gemeinhardt, Tübingen 2011.

8 W. Löhr, Basilides und seine Schule. Eine Studie zur Theologie und Kirchengeschichte des zweiten Jahrhunderts, Tübingen 1996 (« WUNT » 83).

9 W. Löhr, « Pelagius’ Schrift De natura : Rekonstruktion und Analyse », Recherches Augustiniennes 31 (1999), p. 235-294.

10 W. Löhr, Pelagius – Portrait of a Christian Teacher in Late Antiquity, University of Aberdeen, 2007 (« The Alexander Souter Memorial Lectures » 1).

11 On en trouvera une brève présentation dans l’Annuaire de l’EPHE. Section des sciences religieuses 120 (2011-2012), p. 177-180 (http://asr.revues.org/1076). Je remercie mes collègues et amis Marie-Odile Boulnois et Jean-Daniel Dubois d’avoir bien voulu s’associer à cette invitation.

12 Voir aussi, sans exhaustivité, W. Löhr, « Der Streit um die Rech-tgläubigkeit des Pelagius 414-418 », dans V. H. Drecoll, éd., Augustin-Handbuch, Tübingen 2007, p. 183-196 ; Id., « Augustinus und sein Verhältnis zu Pelagius : eine Relecture der Quellen », Augustiniana 60 (2010), p. 63-86 ; Id., « Augustin, Pelagius und der Streit um die christliche Lebensform », dans Th. Fuhrer, éd., Die christlich-philosophischen Diskurse der Spätantike : Texte, Personen, Institutionen, Stuttgart 2008, p. 221-244.

13 W. Löhr, « Christianity as Philosophy : problems and perspectives of an ancient intellectual project », Vigiliae Christianae 64 (2010), p. 160-188.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search