Version classiqueVersion mobile

La philosophie ismaélienne

 | 
Daniel De Smet

Glossaire

Texte intégral

1 barzakh , pl. barâzikh : « barrière » ; terme coranique (S. 23 : 100) qui en eschatologie musulmane désigne le lieu de résidence des âmes attendant la Résurrection et le Jugement Dernier. Certains auteurs ismaéliens l’identifient aux corps (humains, animaux ou autres) dans lesquels les âmes doivent se réincarner avant l’avènement de la Grande Résurrection.

2 ba‘th  : « renaissance » spirituelle et corporelle ; recréation continue des corps et renaissance successive des âmes dans les cycles antérieurs à la Grande Résurrection.

3 in : « intérieur, caché, ésotérique » ; le sens ésotérique caché sous la lettre des textes révélés et des prescriptions légales, ou voilé derrière les phénomènes et événements du monde sensible.

4 dâ‘î , pl. du‘ât : « celui qui appelle ou invite » ; propagandiste ou missionnaire ismaélien qui, sous l’autorité de l’imam, est chargé d’enseigner la doctrine ésotérique aux initiés, de faire du prosélytisme et de recevoir du « Répondant » le pacte de fidélité envers l’imam.

5 dâ‘î mutlaq  : « le dâ‘î absolu » ; dans l’ismaélisme tayyibite, titre du représentant de « l’imam caché » qui dirige la communauté en son nom.

6 da‘wa  : « appel, mission » ; invitation à reconnaître l’autorité de l’imam et à accepter son enseignement ; organisation de propagande et de prosélytisme au service de la cause ismaélienne, composée d’une hiérarchie complexe de dignitaires (hudûd).

7 dawr al-kashf  : « cycle de manifestation » ; période dans l’histoire du monde où la science salvatrice est directement accessible, sans qu’elle ne soit révélée par des prophètes ou enseignée par des imams. Les croyants ne sont pas soumis à une loi extérieure imposée par les prophètes, ni tenus à observer des rites et des pratiques religieuses.

8 dawr al-satr  : « cycle d’occultation » ; période marquée par la succession de cycles prophétiques. La science est cachée sous la lettre des textes révélés par les prophètes et des lois imposées par eux. Elle n’est accessible qu’aux seuls initiés ayant accepté l’enseignement des imams qui en sont les dépositaires.

9 falsafa  : « philosophie », du grec philosophia ; courant de pensée en islam médiéval qui se réclame ouvertement de l’autorité d’Aristote et autres philosophes antiques.

10 faylasûf , pl. falâsifa : « philosophe, du grec philosophos » ; un représentant de la falsafa.

11 ghulât (pl. de ghâlî) : « exagérateurs, extrémistes » ; personnes et mouvements religieux accusés de ghuluww.

12 ghuluww  : « exagération en matière religieuse » ; thèses chiites jugées extrémistes et hérétiques par la majorité des musulmans, comme la divinisation des prophètes ou des imams et la transmigration des âmes.

13 haqîqa , pl. haqâ’iq : « vérité, essence réelle » ; terme souvent employé comme synonyme de bâṭin. Il désigne le sens « réel » des textes révélés, des lois religieuses et des phénomènes du monde sensible, caché sous le couvert du zâhir, de l’apparence extérieure. Ce sens, dégagé par ta’wîl, forme l’objet de l’enseignement ismaélien.

14 hikma  : « sagesse » ; terme que les Ismaéliens préfèrent à falsafa pour désigner leur « philosophie révélée ».

15 hudûd (pl. de hadd) : « limite » ; désigne à la fois les entités cosmiques qui forment la hiérarchie du monde intelligible (les « hypostases ») et les rangs de la da‘wa ismaélienne (les « dignitaires »).

16 hulûl  : « infusion, immanence » ; l’infusion de la divinité dans le corps du prophète ou de l’imam, ce qui lui confère une nature divine.

17 ibdâ‘  : « instauration » ; acte de création ex nihilo par lequel l’Ultime transcendant (« l’Instaurateur ») a fait apparaître le premier être, la première hypostase du monde intelligible. Ce mode de création exclut tout lien de causalité ou d’émanation entre l’Instaurateur et l’instauré.

18 Iblîs : le Démon, Satan.

19 imam : « guide » ; pour les chiites, successeur du prophète Muhammad (ou d’un prophète antérieur) auquel il a confié la science du sens caché de sa révélation.

20 mâdda  : « influx » ; effusion émanant de l’Intellect sur les hypostases inférieures du monde intelligible, ainsi que sur les intellects des prophètes et des imams. Elle maintient les hypostases dans l’existence et confère aux prophètes et aux imams la révélation et la science ésotérique.

21 Mahdî  : « le bien guidé » ; le Messie qui à la fin des temps restaurera la justice sur terre et anéantira les tyrans et les oppresseurs, tout en annonçant la Résurrection et le Jugement Dernier. Dans l’ismaélisme cette figure messianique est souvent identifiée au Qâ’im.

22 maskh  : « métamorphose » ; la transmigration des âmes humaines impies en des corps animaux, végétaux ou minéraux en guise de châtiment.

23 masûkhiyya  : série de métamorphoses successives en des corps appartenant à des espèces de plus en plus viles, marquant la déchéance des âmes qui s’obstinent dans le mal ou l’ignorance.

24 Mubdi‘  : « l’Instaurateur » ; le Principe ultime, inconnaissable et ineffable, qui a instauré le premier être par ibdâ‘.

25 Mustajîb  : « Répondant » ; le néophyte ou l’initié qui a répondu à l’appel du dâ‘î en concluant avec lui le pacte de fidélité envers l’imam et qui, de ce fait, est autorisé à recevoir la science ésotérique.

26 Mutimm  : « Acheveur » ; le dernier imam d’un cycle prophétique, qui achève ce cycle et prépare l’apparition d’un nouveau prophète.

27 muwahhid , pl. muwahhidûn : « unitaire » ; croyant qui professe le tawhîd. Les Ismaéliens et les Druzes se désignent généralement par ce terme.

28 naskh  : la transmigration de l’âme humaine d’un corps humain à l’autre.

29 nasûkhiyya  : série de réincarnations successives des âmes sauvées en des corps humains d’une pureté et d’une luminosité croissantes, marquant la voie ascendante qui leur permettra finalement de retourner vers le monde intelligible dont elles sont issues.

30 Nâtiq  : « Énonciateur » ; prophète qui apporte une nouvelle révélation et instaure une loi religieuse (charia) abrogeant celle du prophète précédent. Il « énonce » le sens apparent (zâhir) de sa révélation et de sa loi et en confie le sens ésotérique à son « Dépositaire », le premier imam de son cycle.

31 Qâ’im  : « Résurrecteur » ; figure messianique qui clôturera notre présent « cycle d’occultation » en abrogeant l’islam et en ouvrant un nouveau « cycle de manifestation » sans prophètes, ni imams, ni lois apparentes. Le dernier Résurrecteur présidera à la qiyâma.

32 qiyâma  : « résurrection » ; la convocation, par le Qâ’im, de toutes les âmes en vue de leur jugement. Les âmes sauvées regagneront le monde intelligible, enfin libérées de leurs liens corporels, tandis que les âmes damnées seront coagulées dans une matière compacte qui sera leur lieu de châtiment éternel. Les Ismaéliens nient généralement une survie corporelle dans l’Au-delà

33al-qiyâma al-kubrâ : « la Grande Résurrection » ; terme souvent employé dans le sens de qiyâma. Dans le Tayyibisme toutefois, qui admet une série de résurrections et de Résurrecteurs intermédiaires, la Grande Résurrection est la qiyâma ultime qui adviendra à la fin des temps lorsque tous les cycles seront bouclés.

34 al-Sâbiq  : « le Devançant » ; l’Intellect qui, en tant que premier être instauré, « devance » toutes les autres hypostases du monde intelligible.

35 shirk  : « associationnisme » ; le fait d’associer à Dieu d’autres divinités ou de l’assimiler à ses créatures en lui accordant des attributs.

36 al-Tâlî  : « le Suivant » ; l’Âme universelle qui, en tant que premier être émané, « suit » l’Intellect en émanant directement de lui.

37 ta‘lîm  : « enseignement, instruction » ; enseignement de la doctrine ésotérique par l’imam ou le dâ‘î qui le représente.

38 tanâsukh  : « transmigration des âmes, métempsycose ».

39 taqiyya  : « dissimulation, discipline de l’arcane » ; mesure sécuritaire qui consiste à cacher son appartenance religieuse en un environnement hostile et à garder secrets la doctrine ésotérique, les écrits qui l’exposent ainsi que tout ce qui concerne l’organisation interne de la da‘wa ; obligation pour tout initié de ne pas divulguer la science ésotérique en dehors de la communauté, afin d’éviter qu’elle ne soit profanée par une personne moralement ou intellectuellement indigne de la recevoir.

40 tawhîd  : « profession de l’unité et de l’unicité absolues de Dieu » ; dans l’optique ismaélienne, elle consiste à attester la transcendance absolue de l’Instaurateur en le dépouillant de tout lien avec ses créatures et en éloignant de lui tout ce qui pourrait nuire à sa transcendance.

41 ta’wîl  : « exégèse ésotérique » ; démarche qui vise à « reconduire » le sens apparent (zâhir) des textes révélés, des lois et des phénomènes du monde sensible à leur sens ésotérique (bâtin). Le ta’wîl est enseigné par l’imam et ses du‘ât.

42 ta’yîd  : « inspiration » ; l’influx (mâdda) qui émane de l’Intellect universel et s’infuse dans l’intellect des prophètes et des imams. Par cet influx ils acquièrent la connaissance du zâhir et du bâtin.

43 wasî  : « Dépositaire » ; l’imam qui succède immédiatement à un Énonciateur et reçoit de lui la science ésotérique en dépôt.

44 zâhir  : « extérieur, apparent, exotérique » ; le sens littéral des textes révélés et des lois religieuses, ainsi que les phénomènes de la nature tels qu’ils se révèlent aux sens.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search