Version classiqueVersion mobile

La philosophie ismaélienne

 | 
Daniel De Smet

Préface

Texte intégral

1Malgré le regain d’intérêt pour l’islam chiite au cours de ces dernières décennies et les progrès remarquables réalisés dans l’étude de sa branche ismaélienne, la réflexion philosophique menée par les Ismaéliens pendant plus d’un millénaire, du ixe au xixe siècles, n’a pas encore trouvé la place qu’elle mérite dans l’histoire de la philosophie en terre d’islam. Souvent considérée comme « non-philosophique » car trop « religieuse » ou trop « ésotérique » par les spécialistes de la « vraie » philosophie arabo-musulmane, celle d’un Avicenne ou d’un Averroès par exemple, la pensée ismaélienne est à la fois méconnue et mal connue. Il n’en existe jusqu’à ce jour aucune synthèse, aucune présentation d’ensemble accessible à un public dépassant le cénacle très restreint des collègues versés dans les recherches ismaéliennes à travers le monde.

2Le présent livre est une première tentative pour combler, du moins partiellement, cette lacune. Je n’y aborderai pas la riche tradition nizarite de langue persane, qui soulève des problèmes particuliers, ni ses prolongements en Asie centrale et aux Indes, domaine passionnant certes mais qui se situe en dehors de mes compétences. Concentrant mon attention, en revanche, sur les écrits d’auteurs issus de la mouvance carmathe, fatimide et tayyibite, j’essaierai de montrer comment ils ont essayé de répondre aux grandes questions qui occupent à la fois la philosophie et les différentes religions monothéistes. Quelle est l’origine de l’univers ? Comment concevoir le Principe ultime, Dieu ? Comment notre monde terrestre, avec les espèces innombrables qu’il abrite, a-t-il été généré ? Par qui, par quoi, pourquoi ? Quelle est la nature de l’âme humaine et son lien avec le corps qu’elle anime ? Quelle est l’origine du mal en ce monde ? Comment Dieu peut-Il entrer en contact avec ses créatures ? Quel est le sens de notre existence ? En quoi réside le salut de notre âme ? Quel sera son sort après la mort ? Comment penser l’Au-delà ? Quelle sera la destinée finale de l’univers ?

3Les réponses à ces questions, telles qu’elles sont proposées par les penseurs ismaéliens avec de multiples variantes d’un auteur et d’un courant à l’autre, partent toutes d’une certaine interprétation de la révélation coranique qui se veut rationnelle, car menée selon les principes de la raison et sous la direction de l’Intellect universel qui se manifeste en ce bas monde dans les prophètes et les imams. Il en résulte une synthèse hautement originale et cohérente de philosophie néoplatonicienne, d’aristotélisme, d’exégèse coranique et de conceptions gnostiques, parfois très proches du manichéisme.

  • 1 Voir le compte rendu de ces conférences dans D. De Smet, « Ésotérisme shi‘ite et philosophie aux ix(...)

4Reflet des recherches que j’ai menées depuis plus de vingt-cinq ans, d’abord à l’Université de Louvain (KU Leuven) et actuellement au CNRS à Paris, l’ouvrage est construit autour d’une série de conférences données à l’École Pratique des Hautes Études pendant l’année académique 2006-20071 sur invitation de mon collègue et ami Mohammad Ali Amir-Moezzi, auquel je tiens à exprimer toute ma gratitude. Je remercie également Gilbert Dahan pour l’enthousiasme avec lequel il a sollicité mon texte pour l’inclure dans la collection « Les conférences de l’EPHE » qu’il venait de créer. Mais je lui suis avant tout reconnaissant pour sa patience, car pris par une multitude d’autres travaux et des délais pressants, j’ai été contraint de reporter à chaque fois la rédaction du manuscrit final. Enfin, il me reste l’agréable tâche de remercier chaleureusement Jan Van Reeth pour ses remarques pertinentes et érudites.

5 Conformément aux normes de la collection, j’ai renoncé aux signes diacritiques pour la translittération des noms et des mots arabes. Sauf indication contraire, toutes les traductions sont miennes. Les versets coraniques, par contre, sont cités dans la traduction de Denise Masson.

6Je voudrais dédier ce livre à Heinz Halm, Professeur-émérite de l’Université de Tübingen, dont les travaux enrichis par les nombreux entretiens amicaux que j’ai eu le privilège d’avoir avec lui, m’ont ouvert le vaste horizon des études ismaéliennes. Qu’il trouve ici, à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, l’expression de ma profonde estime.

Notes

1 Voir le compte rendu de ces conférences dans D. De Smet, « Ésotérisme shi‘ite et philosophie aux ixe et xe siècles », Annuaire EPHE, Sciences religieuses 115 (2006-2007), p. 147-151.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search