Version classiqueVersion mobile

Civilisation et femmes célibataires

 | 
Steven Collins

Préface

Texte intégral

1Cet ouvrage reprend les quatre conférences que j’ai données à l’École pratique des hautes études à Paris, en mai-juin 2006. J’y ai ajouté, en 2010, quelques idées et quelques références à des ouvrages parus depuis 2006, mais l’essentiel du livre est constitué de ces présentations orales. La collection Les Conférences de l’École pratique des hautes études étant « destinée à un large public cultivé mais non érudit », je n’ai donné aucune référence aux textes pali, introuvables pour presque tous mes lecteurs, et je n’ai cité dans les notes qu’un petit nombre d’œuvres secondaires. La bibliographie n’est pas exhaustive, mais elle est, je l’espère, représentative.

2Les textes pali dont je tire la plupart du matériel pour les premier et deuxième chapitres sont connus en Asie du Sud depuis au moins la fin du millénaire avant Jésus-Christ ; ils ont été graduellement introduits en Asie du Sud-Est depuis le début du second millénaire après J.-C. Le panorama géographique de ces textes est donc très vaste ; pour les discussions détaillées des troisième et quatrième chapitres, je me suis concentré sur la Thaïlande.

3Un mot d’explication à propos du titre de cet ouvrage : premièrement, il fait référence à un livre en anglais paru en 1962 sous le titre Sex and the Single Girl par Helen Gurley Brown (qui devint plus tard éditrice du célèbre magazine Cosmopolitan). Son livre était un recueil de conseils qui encourageait les femmes à être financièrement indépendantes, et à avoir des relations sexuelles en dehors du mariage. Ce fut un succès de scandale et le sujet de nombreuses discussions et controverses, surtout parmi les féministes. Un film américain tiré du livre est sorti en 1964 sous le même titre. Le livre fut traduit en français sous le titre Quitte ou Double mais la version française du film s’intitulait Une Vierge sur Canapé (le livre français est disponible aujourd’hui sous les deux titres). Deuxièmement, il y a un jeu de mots entre l’anglais et le français, dont je fais mention dans le premier chapitre. En français le mot « célibataire » veut dire principalement « non marié(e) ». C’est pourquoi on peut lire sur la quatrième de couverture de la traduction française de Sex and the Single Girl que « Helen Gurley Brown explique pourquoi, quand, comment la vie d’une femme célibataire […] peut être une vie gaie, mouvementée, divertissante et riche ». Mais en anglais celibate veut dire principalement chaste, qui n’a pas de relations sexuelles, que la personne soit mariée ou non. Donc l’expression « Sex and the Celibate Girl » n’aurait aucun sens. Mon but dans ce livre est de réfléchir, à un niveau macro-civilisationnel ainsi que plus précisément dans l’histoire et l’ethnographie de la Thaïlande moderne, à la fois sur des femmes célibataires (= non mariées) en général, et aussi sur celles qu’on appelle les « nonnes » (= chastes) en particulier (la nécessité de mettre des guillemets autour du mot nonne sera expliquée dans le livre). L’argument analytique au niveau de la civilisation en général est donné dans la première moitié du premier chapitre et dans la conclusion ; le reste du livre est descriptif et s’appuie sur des textes pali et sur la Thaïlande.

4Je remercie Justin McDaniel et Martin Seeger de m’avoir fait part de quelques éléments d’information. Je suis très reconnaissant à ma femme, Claude Grangier, de m’avoir beaucoup aidé à établir la version française.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search