Version classiqueVersion mobile

Civilisation et femmes célibataires

 | 
Steven Collins

Avant-propos

Matthew Kapstein

Texte intégral

1L’auteur du présent ouvrage, Steven Collins, a été l’un des spécialistes majeurs de l’étude du bouddhisme en occident durant les trois dernières décennies. Titulaire de la chaire Chester D. Tripp et président du Département des Langues et Civilisations de l’Asie du Sud à l’Université de Chicago, S. Collins a soutenu sa thèse de doctorat à Oxford en 1979. Publiée en 1982 par Cambridge University Press sous le titre de Selfless Persons, cette thèse a été saluée immédiatement comme l’ouvrage de référence sur les dimensions multiples de l’enseignement difficile du « non-ego » (non-self) dans le Bouddhisme. Réimprimée à plusieurs reprises, elle est également accessible au public francophone par l’article paru en 1988, « L’absence d’âme dans le bouddhisme theravāda » du Grand Atlas des Religions de l’Encyclopaedia Universalis, qui en expose les arguments-clés.

2Les rapports de Steven Collins avec les chercheurs français étaient et demeurent, cependant, bien plus profonds que ne le suggérerait la seule publication qui vient d’être mentionnée. Déjà, dans Selfless Persons, il était évident que l’école française de sociologie, en même temps que l’école britannique d’anthropologie, avait joué un rôle majeur dans l’élaboration de ce schéma théorique : son approche consistait essentiellement en une mise en relation avisée des méthodes analytiques des sciences sociales avec les textes conservés du bouddhisme theravāda, en vue de révéler, avec une précision qui n’avait jamais été encore observée, les linéaments de cette pensée. Le rôle important de la tradition française dans l’élaboration de cette perspective a été bien explicité dans une belle collection d’essais que S. Collins publia en 1985 avec l’anthropologue Michael Carrithers et le philosophe Steven Lukes ; le volume, intitulé The Category of the Person, proposait une réflexion approfondie sur le célèbre essai de Marcel Mauss, « Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne, celle de “moi” » (1938), par une douzaine d’éminents chercheurs.

3Le dialogue constant et fécond de l’analyse scientifique sociale avec les textes canoniques du bouddhisme amena Steven Collins à travailler sur un nouveau thème, dans les années 1990 : il orientait alors ses recherches vers l’idéal salvifique de la religion bouddhiste, le Nirvana. L’ouvrage magistral qui en fut le fruit, Nirvana and Other Buddhist Felicities (1998), explore les conceptions bouddhiques de la béatitude, telles qu’elles sont décrites dans les textes narratifs et doctrinaux, trouvant dans ces sources une réflexion que l’auteur qualifie d’« imaginaire Pali ». En employant le terme français d’imaginaire, plutôt que l’anglais imaginary, S. Collins renvoie à son emploi par les historiens de l’école des Annales, notamment Jacques Le Goff, pour qui l’imaginaire embrasse l’ensemble du domaine des formes idéales et symboliques qui définissent les mentalités dans des contextes socio-historiques donnés, et pas simplement, comme c’est le cas dans l’emploi normal du mot anglais, les imaginations éphémères des individus.

4Au même moment, M. Collins a commencé à élargir le champ de ses recherches sur le bouddhisme theravāda au-delà des sources textuelles historiques, sur lesquelles ses ouvrages majeurs s’étaient concentrés jusque-là, pour se tourner vers l’observation directe du bouddhisme theravāda contemporain, particulièrement en Thaïlande. C’est cette nouvelle orientation qui est à la base du présent ouvrage, Civilisation et femmes célibataires dans le bouddhisme en Asie du Sud et du Sud-Est. À la base de cette étude, une conscience très fine du réseau complexe de correspondances et de discordances entre le discours des textes canoniques sur le genre et les réalités de la société. À travers les explorations de Steven Collins, nous découvrons l’histoire concrète d’une civilisation engagée dans une lutte entre ses idéaux culturels et les défis de la réalité « de terrain ». Le lecteur attentif qui entreprend ce voyage aura le bonheur de découvrir ici quelques reliefs dominants des civilisations bouddhiques du Sud-Est asiatique, dans le miroir des images littéraires et des réalités présentes de femmes bouddhistes, laïques et religieuses.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search