Version classiqueVersion mobile

Religion et État en Israël

 | 
Ilan Greilsammer

Conclusion

Texte intégral

1Il faut être clair. Ce que les partis politiques représentant le public laïque (Kaddima, Yech Atid, le Mouvement de Tsippi Livni, les Travaillistes, Meretz) voudraient aujourd’hui, ce n’est pas tant « détruire » le statu quo convenu en 1947, ce qui mettrait gravement en danger la cohésion de la société, que « grignoter » à la marge ce statu quo en l’assouplissant partout où cela est possible. Dans le contexte démographique et sociologique actuel, il n’est pas question en Israël d’une séparation « à la française », telle que garantie par la loi de 1905 ! Ce qu’il faudrait, du point de vue des réformateurs, c’est diminuer fortement les exemptions de service militaire et développer le service civil des jeunes orthodoxes (et des jeunes Arabes d’ailleurs), imposer l’étude des disciplines de base dans l’enseignement haredi, faire ouvrir de plus en plus de magasins, de cinémas et de lieux culturels le jour du chabbat et les jours de fête juive pour respecter les droits des laïcs, faire fonctionner des lignes d’autobus le chabbat pour permettre à ceux qui en ont besoin et qui n’ont pas de voiture de se déplacer, multiplier les autorisations aux restaurants et aux magasins de produits alimentaires non cacher pour satisfaire une partie du public (notamment les immigrants « ex-russes »), etc.

2C’est vrai, il ne s’agit là que de petites choses, et sûrement pas d’une révolution copernicienne dans les relations entre religion et État en Israël, mais des changements subtils qui tendent à faire évoluer les lignes de front. Qu’on imagine le tollé en Israël, si un gouvernement se mêlait de légiférer sur les signes extérieurs de religiosité à l’école !

3 Bien entendu, les partis ultra-religieux essaient d’agir exactement comme les laïques et de proposer des « avancées » (de leur point de vue). Il s’agit pour eux surtout de « tester » les réactions du grand public. C’est ainsi que l’on voit apparaître sur certaines lignes d’autobus, à l’initiative des ultra-orthodoxes, des véhicules où hommes et femmes sont séparés, hommes à l’avant et femmes à l’arrière, un phénomène jusqu’à présent inconnu en Israël et qui irrite particulièrement les milieux laïques tant il évoque une forme d’apartheid. Des femmes qui ont tenté de s’asseoir près des hommes à l’avant de ces autobus se sont vues injuriées voire molestées. De même, sous la pression des milieux orthodoxes, les images et représentations publicitaires de femmes tendent à disparaître des panneaux et des murs en Israël. Ce phénomène est couramment qualifié hadarat nashim (« éviction des femmes »). Les autorités orthodoxes parviennent à convaincre – par la menace – les sociétés israéliennes que ce serait tout « à leur avantage » de faire disparaître les images de femmes de leurs annonces et de leurs publicités. Apparemment, intimidés par la menace, bien des firmes et des magasins obéissent.

4Dans le même ordre d’idées, les milieux les plus religieux commencent à demander que les femmes « ne chantent pas » lors de cérémonies officielles, notamment militaires, car la halakha interdirait d’entendre le chant d’une femme... Des soldats orthodoxes ont ainsi essayé de s’opposer à ce que des soldates chantent dans des réunions et cérémonies de l’armée.

5À la suite des élections à la Knesset de 2013, un nouveau gouvernement israélien a été formé ; le parti laïc Yech Atid y occupe une position primordiale, son chef est le nouveau ministre des Finances, et les deux partis ultra-orthodoxes, Judaïsme de la Torah et Shas, ont été rejetés dans l’opposition. Reste à voir si on assistera bientôt à des changements concrets, à de réels changements dans les relations religion-État. Certes, il ne s’agit pas vraiment de bouleverser le monopole du rabbinat orthodoxe sur l’état-civil ou de toucher à l’indépendance des courants d’éducation religieux, axiomes fixés pour longtemps à la naissance de l’État, mais de faire « bouger sensiblement les lignes de front » dans un sens résolument moderne, tolérant et démocratique. L’avenir nous dira si c’est, ou non, mission possible.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search