Version classiqueVersion mobile

Le vieil homme qui vendait du thé

 | 
François Lachaud

Notices biographiques

Texte intégral

1Pour une chronologie détaillée de la vie de Baisaō, se reporter à l’ouvrage de Fukuyama Chōgan, Baisaō nenpu, (« Chronologie de la vie de Baisaō »), 1928. Pour le Baisaō gego, nous avons utilisé deux éditions :

  1. un exemplaire personnel, ayant pour titre Baisaō gego fusu sho meikō chagu mei (« Poèmes de Baisaō ; incluant en appendice le nom de divers instruments de thé célèbres lui ayant appartenu ») daté en fin de volume du septième mois de 1763 (Hōreki, 13) et publié à Kyōto chez Yūshōdō sous les auspices d’Ogawa Genbei ;
  2. un second exemplaire personnel, reproduction à l’identique de l’édition susmentionnée (tirage initial de trois cents exemplaires hors-commerce), mais réimprimé avec une courte postface, 1925
  3. une transcription de l’édition originale, sous le titre Baisaō gego, Baisaō den, dans Kōkan bijutsu shiryō, vol. 82, 1957 (non paginé).

2La meilleure édition critique disponible, même si elle demeure, elle aussi, un ouvrage très rare, est celle de Fukuyama Chōgan, Baisaō, 1934. Un déchiffrement accompagné de précieux commentaires en langue moderne figure dans Baisaō shūsei (« Collection de documents et d’images de Baisaō »), 1975 ; l’ouvrage le plus exhaustif réunissant des documents autour de la vie de ce personnage. Un commentaire, partiel, mais très précieux, figure dans Edo kanshisen (« Choix de poèmes en chinois de l’époque d’Edo »), vol. 5 Sōmon (« Moines »), 1996, p 28-142. Le même volume réunit en outre un choix de poèmes de deux moines qui furent intimement liés à Baisaō : Daichō Genkō et Daiten Kenjō. Sur les versions différentes de la biographie de Baisaō, voir Ogata Yoshirō, « Baisaō den kankei shiryō » (« Documents ayant trait à la biographie de Baisaō »), 1983, p. 42-49. Une approche du travail de Baisaō sous l’angle de la calligraphie est suivie par Morita Shiryū, dans Baisaō, 1962. Enfin, les ustensiles à thé ayant appartenu à Baisaō sont réunis dans le Baisaō chaki zufu (« Album illustré des instruments de thé de Baisaō »), publié en 1823 par le successeur de Kimura Kenkadō, Kimura Kōyō. Une réédition en tirage limité de ce tirage rarissime fut publiée sous le titre Baisaō chaki zu (« Reproductions des instruments de thé de Baisaō »), 1924. Cette édition, elle aussi à tirage fort restreint (300 exemplaires), fut publiée à la mémoire d’un des maîtres de sencha qui eut le plus d’affection et d’estime pour l’œuvre de Baisaō et sa contribution à la pratique du sencha, Tanaka Kakuō (1782-1848), voir postface et sceau de l’école Kagetsu.an, fondée par Tanaka Kakuō.

3Sur Baisaō, en langues occidentales, nous avons aussi consulté la brève étude et les « traductions » de Norman Waddell, « The Old Tea Seller : The Life and Poetry of Baisaō » (voir bibliographie), et Baisaō. The Old Tea Seller : Life and Zen Poetry in Eighteenth Century Kyoto, 2008.

4Daiten fut l’un des plus grands intellectuels et philologues sinisants de son époque. Pour un aperçu de sa carrière et de ses divers talents, voir le catalogue Daiten zenshi to Jakuchū (« Le maître zen Daiten et [Itō] Jakuchū »), 2001. La biographie de Baisaō rédigée par Daiten figure aussi dans le recueil des textes de ce moine, intitulé Shōunsei kō, au livre 8 (le texte, publié en 1775, comporte 12 livres réunis en six fascicules). On constate une légère différence de contenu et de longueur (688 caractères pour le Maisaō gego, 682 pour le texte du Shōunsei kō).

5Daichō était originaire de la province de Hizen, comme Baisaō. Son nom laïc était Urasato. Parmi ses noms lettrés, on trouve Roryō, Seimei ou encore Gesshi. Infatigable voyageur, il passait son temps entre Nagasaki, Izumi et Kyōto. Il occupa des fonctions importantes dans l’administration du Manpuku-ji. Le cercle de ses relations amicales et intellectuelles comprend des moines du Tendai, de l’école Sôtō, de l’école Rinzai et de l’école Ōbaku, des médecins, des confucianistes, des aristocrates, des guerriers et de riches marchands. Une étude de sa correspondance et de ses poésies permet de dresser un véritable panorama des « sociétés lettrées » de l’époque.

6Ministre célèbre de l’impératrice Wu Zetian, d’abord administrateur de province réputé, puis au service de l’impératrice. Sa conduite devint l’un des modèles de référence pour les lettrés.

7Dongfang Shuo était un personnage qui, au service de la cour, adopta l’attitude du bouffon. Il est l’un des modèles de ces ermites retirés au milieu de la cour (c. chaoyin), dont les remarques et les conseils, proférés avec l’humour et le détachement des moines chan / zen, ont marqué les discussions chinoises sur le retrait du monde.

8Moine de l’école Ōbaku. Après avoir suivi Yinyuan à Nagasaki, il était resté auprès du fondateur de l’école Ōbaku aux monastères du Fumon-ji et du Manpuku-ji. Moine très prometteur, même s’il fut une figure controversée, Duzhan contribua de manière très importante au développement de l’école Ōbaku au Japon. Il fut abbé du Manpuku-ji de 1682 à 1692.

9Moine japonais de l’école Ōbaku né à Nagoya. Lié à la famille des daimyō Date, il fut très actif dans la diffusion de l’école Ōbaku dans les provinces du Japon.

10Personnage dont le refus des honneurs et l’amour de la pauvreté firent dire de lui qu’il était une réincarnation du disciple préféré de Confucius, Yan Hui. Sur les conseils de ses amis, il finit par se rendre à la capitale pour y entrer en service officiel mais n’y parvint pas.

11Katayama Hokkai, originaire de la province d’Echigo, se consacra aux études confucéennes qu’il enseigna à Ōsaka et à la poésie chinoise. Il fonda la société poétique Kontonsha, « Société du chaos ». Celle-ci, fort libre dans ses statuts, fut l’un des salons littéraires les plus renommés d’Ōsaka, réunissant, outre Hokkai, Nakai Chikuzan (1730-1804), Kimura Kenkadō (1736-1802) – riche collectionneur qui conserva une partie des instruments de thé de Baisaō – et Rai Shunsui (1746-1816), confucéen et fin poète en chinois. Sur ce cercle de poètes et Kimura Kenkadō, collectionneur, antiquaire et riche marchand d’Ōsaka, personnalité par ailleurs dévouée à la mémoire de Baisaō et grand amateur de thé et de bibliophilie, le livre posthume de Nakamura Shin.ichrō apporte un éclairage précieux ; voir Kimura Kenkadō no saron (« Les salons de Kimura Kenkadō »), 2000. Une approche plus érudite de Kimura Kenkadō, permettant de corriger quelques-unes des approximations de l’ouvrage précédent, est celle suivie par Mizuta Norihisa dans Mizu no chūō ni ari : Kimura kenkadō no kenkyū (« Au beau milieu des eaux : recherches sur Kimura Kenkadō »), 2002. Pour un examen des objets et des peintures des collections de Kenkadō ayant trait à Baisaō et au monde du thé en feuilles, voir le catalogue de l’exposition du Musée d’Ōsaka, Kimura Kenkadō : Naniwa chi no kyojin (« Kimura Kenkadō : le géant polymathe de Naniwa »), 2003, notamment p. 68-74. Se reporter également aux actes du colloque Kenkadō jidai no nihon bunka (« La culture japonaise au temps de Kenkadō »), 2002.

12Moine de l’école Ōbaku originaire de la province de Chikugo (partie sud-ouest de l’actuel département de Fukuoka à Kyūshū). Son patronyme laïc était Nakagawara. Sa mère avait pour patronyme Kunitake.

13Moine de l’école Ōbaku originaire de la région de Kōbe. Il apprit le sencha auprès de Baisaō, la peinture lettrée auprès d’Ike no Taiga et d’Itō Jakuchū. Après avoir exercé comme supérieur du monastère du Hōsen-ji, il se retira au monastère de l’Enkō-ji dans le nord-est de Kyōto, non loin du Shisendō.

14Un des Sept Sages de la Forêt de Bambous (c. Zhulin qixian).

15Uno Meika était né dans une famille de riches marchands actifs dans le secteur des services et des transports. Mais il décida de ne pas reprendre l’activité familiale et de se consacrer aux lettres et aux études. Il fut le premier confucianiste à faire des cours sur l’école d’Ogyū Sorai à Kyōto. Puis, abandonnant ce qu’il concevait comme le « rigorisme » de Sorai, il adopta le parti de l’« éclectisme » (j. secchū), se consacrant aussi bien à l’approche zhuxiste, à celle de Wang Yangming et à la lecture philologique défendue par les « études anciennes ». Son maître pour les études chinoises fut Daichō Genkō, le disciple et successeur de Baisaō au Ryūshin-ji.

16Moine célèbre de l’école Ritsu (dont le monastère principal est le Tōshōdai-ji de Nara), originaire de la province d’Ōmi (actuel département de Shiga).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/2097/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2k

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search