Version classiqueVersion mobile

Le vieil homme qui vendait du thé

 | 
François Lachaud

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est le fruit de conférences données à la Section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études entre 2005 et 2009, prolongées par des communications et des cours sur ce thème au Musée national de Taipei et à l’université de Kyōto. Il doit, avant tout, son existence au patient soutien que lui a apporté M. Gilbert Dahan, Directeur de la collection Conférences de l’École pratique des hautes études, ainsi qu’à l’expertise de Mlle Cécile Guivarch du Service des publications. De très nombreuses personnes (beaucoup restent dans l’ombre à mon grand regret) m’ont fait bénéficier de leurs lumières sur les choses du bouddhisme mais aussi sur les arts du thé et leur pratique. Mon maître et ami M. Jean-Noël Robert, Membre de l’Institut, directeur d’études à la Section des sciences religieuses, m’a permis, dès 1999, d’obtenir ma première charge de conférences dans cette institution et d’esquisser les linéaments de cette recherche au long cours sur la vie retirée. Quelques années plus tard, M. Michel Zink, Membre de l’institut et professeur au Collège de France, a bien voulu me signifier, avec indulgence, tout l’intérêt d’une recherche sur le retrait du monde en Asie orientale mais dans une perspective ouverte au comparatisme. M. Franciscus Verellen, Membre de l’Institut, directeur de l’École française d’Extrême-Orient, m’a apporté son soutien depuis plusieurs années. Les professeurs Tominaga Shigeki (ainsi que son épouse Keiko) et Takahashi Hiromi, en dehors de leur prodigue amitié, jamais démentie au fil des ans, ont suivi pas à pas l’élaboration de cet ouvrage et m’ont fait profiter de leur conversation et de leurs conseils avisés. En France, M. Francis Marmande a – fidèle parmi les fidèles – été l’un des premiers témoins de la naissance de ce texte et, depuis, il n’a cessé de m’encourager à persévérer, à l’image de mes amis et mentors Michel Wasserman et Philippe Pons au Japon. Malgré les rigueurs d’un calendrier serré, l’érudition, les talents culinaires et le dévouement de ma collègue Kuo Liying ont été d’un secours précieux. Je tiens à exprimer aussi ma gratitude envers M. João Pedro Garcia de la Fundação Calouste Gulbenkian et ses collaborateurs, notamment à Mme Fátima Gil, précieuse relectrice. Il serait bien injuste d’oublier les collègues et étudiants qui m’ont aidé à mener cette tâche à son terme : M. Benoît Jacquet et MM. Julien Faury et Didier Davin. Enfin, je ne voudrais pas omettre les noms de personnes japonaises complices de longue date, à commencer par Mme Itō Masumi à Tōkyō et M. et Mme Hagiwara à Kyōto. Dans un registre identique, mais parisien cette fois, Mme Isabelle Poujol de l’École française d’Extrême-Orient a mis à ma disposition sa compétence et sa bonne humeur en des circonstances bien souvent difficiles.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search