Version classiqueVersion mobile

Le vieil homme qui vendait du thé

 | 
François Lachaud

Avant-propos

Jean-Noël Robert

Texte intégral

1Que l’un des premiers textes accueillis dans cette nouvelle collection soit consacré au Japon de l’époque d’Edo et au personnage de l’excentrique est un événement qui mérite d’être salué à ces deux titres.

2Il vient d’abord marquer l’intérêt croissant des japonisants français pour une époque auparavant relativement méconnue, tant l’éclat de la période de Heian avait attiré les classicistes, tandis que le Japon d’après Meiji concentrait l’attention des autres talents. Déjà, les travaux de plus jeunes générations, représentées entre autres par Annick Horiuchi, Daniel Struve, Nathalie Koymé, Guillaume Carré, ont bien contribué à rétablir l’équilibre et l’on peut dire que, désormais, la culture d’Edo est pleinement restaurée dans son évidente importance, à la fois comme dernière étape de l’évolution intérieure – que l’on pourrait dire maîtrisée – de la civilisation japonaise, et comme base sur laquelle s’effectuera la radicale modernisation de Meiji. Pour la plupart des Japonais actuels, les représentations immédiates du passé se forment en réalité sur l’imagerie populaire d’Edo, elle-même largement filtrée et remaniée par Meiji, et le thème de la transition entre les deux âges est encore des plus en vogue, ainsi qu’en témoignent l’extraordinaire engouement et le débat passionné suscités par la toute récente dramatisation télévisée du roman de Shiba Ryôtarô, Saka no ue no kumo (« Nuages sur la colline »). On ne saurait donc trop étudier cette période.

3Malgré le nombre et la qualité des travaux publiés, malgré la prolifération des traductions littéraires, ne serait-ce qu’en français, on reste confondu devant le caractère répétitif, superficiel et formulaïque des reportages de grande diffusion sur le Japon, que ce soit dans la presse écrite ou télévisuelle. Il n’est de mois où telle chaîne de télévision ne vienne présenter un documentaire flattant, de façon si outrancière qu’elle en devient presque innocente, le voyeurisme le plus banal, du public ou des réalisateurs, on ne sait : la société Japonaise, toute époque confondue, y est révélée comme un conglomérat de pervers polymorphes où chacun se délivre de ses « frustrations » (un maître-mot qui revient sans cesse) par des réactions à la mesure de l’oppression subie. La conclusion de ces douteuses moralités revient inlassablement : dans une société où nulle place n’est laissée à l’individu, ces échappatoires singulières n’ont rien d’étonnant.

4On trouvera ici, et c’est le second point, un aspect méconnu de la culture d’Edo, l’intérêt porté aux personnages excentriques, à ceux qui ont choisi pour des raisons diverses d’apparaître en marge de la société et se trouvent de ce fait considérés non pas tant comme des réprouvés que comme des types littéraires, tout un pan, donc, de la réaction au conformisme social bien éloigné de celui qu’ont privilégié nos vidéastes compulsifs. Le regretté Hubert Maës (1938-1977), avant de se consacrer à la linguistique japonaise, fut l’un des premiers, dans son beau travail sur Hiraga Germai et son temps (1970), à consacrer une étude à l’un de ces « extravagants » (kijin), en montrant que son importance allait bien au-delà du simple pittoresque.

5François Lachaud, l’un des meilleurs japonisants de sa génération, nous présente ici, avec une érudition aussi flamboyante que son style, un autre personnage classé parmi les « extravagants » du célèbre recueil de Vies des Extravagants de notre temps, le Vieil Homme qui vendait du thé, que nous laisserons aux lecteurs le plaisir de découvrir. Religieux en rupture de ban, la secte même à laquelle il appartenait paraît excentrique dans l’histoire du bouddhisme japonais, car l’Ôbaku-shû, si elle ne se distinguait que peu dans sa version chinoise du courant Linji (Rinzai) dont elle émanait, a pris au Japon des contours fort originaux grâce à son exotisme esthétique, mais aussi linguistique. On doit en effet à l’Ôbaku l’introduction au Japon de la dernière grande vague de prononciation des caractères chinois, après celle des v-vie siècles, puis du viie et des alentours du xiiie siècle. Elle se voulait la fidèle transcription de la langue parlée dans la Chine des Ming, même si le syllabaire japonais qui la notait rendait désespéré tout effort de la reproduire oralement de façon efficace. Le fait demeure que ce dernier système phonétique, tout en demeurant de portée très limitée et en soi-même excentrique, a ravivé l’intérêt pour l’étude du chinois comme langue non plus idéale, mais effectivement parlée, et ne saurait être séparé ni de la grande entreprise d’édition du canon bouddhique dit de Tetsugen, qui influencera les autres grands courants du bouddhisme et sans doute aussi les nouvelles écoles confucianistes, ni du renouveau de la poésie sino-japonaise, dont le Vieil Homme qui vendait du thé est lui-même un exemple.

6On voit donc que ces excentriques extravagants étaient loin d’être de simples délirants ; ils étaient plutôt les représentants d’une méthode non orthodoxe qui allaient influencer en profondeur la culture de leur temps. Ce n’est pas un hasard si les pénétrantes recherches de François Lachaud ont pu mettre en lumière, pour la première fois semble-t-il, la possible influence d’un ouvrage en chinois de l’illustre missionnaire catholique Matteo Ricci (1552-1610) sur la notion même d’« excentrique », qui est devenue si importante dans le Japon d’Edo ; ces extravagants avaient vocation à devenir modèles par leur singularité même.

7Par-delà cette origine proche, les sources plus lointaines de l’excentricité, liée depuis toujours au retrait – et même à la fuite – du monde, sont ici explorées de la Chine au Japon. Il ne s’agit pas entièrement de passé : il suffira d’évoquer le parcours à la fois singulier et exemplaire de celui que l’on a appelé le dernier poète de style sino-japonais, Atô Hakkai (1894-1965), dont la vie est esquissée dans l’attachant essai de Kiyooka Takayuki, Shirai-denka (1975) : il renonça en pleine guerre à son poste d’enseignant à la prestigieuse université de Tôkyô pour se retirer dans sa province natale, où il vécut de la charité familiale et se consacra uniquement à la rédaction de poèmes en chinois classique. Il se trouva heureusement de pieux disciples pour les rassembler après sa mort. Véritable poète ermite, il est cependant l’auteur d’un poème gravé sur pierre et inauguré on ne peut plus officiellement à la mémoire de Kibi no Makibi, l’un de ceux qui contribuèrent à acclimater la culture chinoise au viiie siècle. À son poème chinois répond sur la même pierre un poème latin rédigé par le jésuite allemand Hugo Lassalle dit Makibi Enomiya (1898-1990), qui fut aussi moine zen et mérite tout autant l’appellation d’excentrique. Ce ne sont certes pas les derniers.

8C’est à ces personnages paradoxaux, à la fois hors du monde et dans la société, que nous conduit ce beau livre de François Lachaud, qui poursuit ainsi son exploration des aspects moins connus de la culture japonaise. Il faut savoir gré à Gilbert Dahan d’avoir discerné son importance et de l’avoir accueilli dans cette série dont on peut prévoir qu’elle aura un brillant destin. Un proverbe sanscrit le dit assez : mūrkhasya nāstyauṣadham, « A la sottise, point de remède » ; gageons que l’on continuera longtemps à dire des sottises sur le Japon, mais on aura de moins en moins l’excuse de l’ignorance.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search