Version classiqueVersion mobile

Mémoires de la religion grecque

 | 
Lorenz E. Baumer

Chapitre IV. Fin d’un culte ? Sur la fermeture des sanctuaires de Déméter en Grande Grèce et en Grèce

Texte intégral

1Nous avons l’habitude de voir aujourd’hui les temples antiques en ruines, privés de leur ornementation, leurs sculptures brisées, comme le montre l’exemple du temple d’Athéna Aphaïa à Égine au moment de la première fouille en 1811 (fig. 37). Avec de bonnes raisons, on part du principe que chaque sanctuaire a perdu sa fonction cultuelle à un moment donné, soit qu’il ait été détruit pendant une guerre, par un incendie ou un tremblement de terre, soit qu’il ait été tout simplement abandonné. Ainsi, sauf quand on essaie d’en fixer la date approximative, la question de la fin d’un sanctuaire ne suscite le plus souvent aucun intérêt particulier dans la discussion scientifique.

2Dès le iie siècle après J.-C., dans la Description de la Grèce ou Périégèse de Pausanias, on trouve une longue liste de temples détruits ou abandonnés, avec des toitures souvent effondrées : on n’en citera que quelques exemples choisis arbitrairement. Pour le temple d’Artémis Limnatis à Sicyone (Péloponnèse), Pausanias observait :

  • 1 Pausanias, Description de la Grèce, 117, 6.

On voit bien que le toit de ce temple est tombé ; quant à la statue, on n’a su me dire si elle avait été transportée ailleurs, ou si elle a été détruite sur les lieux de quelque autre manière.1

Fig. 37. Égine, vue du temple d’Aphaïa au moment des fouilles.

Fig. 37. Égine, vue du temple d’Aphaïa au moment des fouilles.

3Pour le fameux temple d’Apollon à Phigalie, en Arcadie, il notait :

  • 2 Ibid., VIII 41, 10.

Il y a, au-dessus du sanctuaire d’Apollon Épikouriois, un endroit dénommé Kotilon, et il y a une Aphrodite à Kotilon ; la déesse avait un temple dont la toiture n’existait plus et on lui avait fait une statue.2

4Et on ajoutera aussi un exemple en Béotie, où Pausanias indique pour la ville d’Haliarte :

  • 3 Ibid., IX 33, 3.

Il y a dans la ville plusieurs temples, mais sans aucune statue, et même sans toit ; je n’ai pu savoir à quelles divinités ces temples avaient été dédiés.3

5La notion de sanctuaires abandonnés est confirmée par d’autres sources : avant l’interdiction des cultes païens au ive siècle après J.-C., dont nous avons traité dans les deux premières conférences, la fermeture intentionnelle et éventuellement même rituelle d’un sanctuaire était une rare exception non seulement en Grèce, mais aussi dans les autres régions de la Méditerranée.

6Une image bien différente nous est offerte par les sanctuaires que nous allons étudier maintenant : il s’agit de sanctuaires tout simples, sans constructions et situés d’habitude dans la campagne. Et il faut tous les identifier comme des Thesmophoria : ils étaient donc affectés au même culte. Mais, avant de passer à l’étude de la documentation archéologique, il sera utile de rappeler rapidement les principaux éléments de ce culte particulier.

Les Thesmophories

Purification, fertilité et fécondité sont au centre d’une des fêtes les mieux attestées dans l’ensemble du monde grec, les Thesmophories, en l’honneur de Déméter. Elles sont documentées à la fois par des textes (Égine, Phlionte, Paros, Délos, etc.) et par des données archéologiques (Thasos, Corinthe).

  • 4 M. Jost, Aspects de la vie religieuse en Grèce, Paris 1992, p. 165.

7Voilà la présentation résumée de ce culte faite par Madeleine Jost dans son livre très utile sur la vie religieuse en Grèce, paru en 19924. L’information est élémentaire, mais c’est là que s’arrête l’accord de la recherche.

  • 5 Cet épisode dramatique est illustré par exemple dans la tombe dite « de Perséphone », une tombe à c (...)

8La base mythologique du culte était le mythe de Déméter et du rapt de sa fille Perséphone enlevée par Hadès aux enfers5. À cause de cet enlèvement, Déméter, en deuil, partit de l’Olympe et renonça à remplir ses devoirs. Mais finalement, Zeus proposa un compromis acceptable : Perséphone reçut la permission de retourner chez sa mère, à condition de passer ensuite l’autre moitié de l’année avec Hadès. Le moment du retour de Perséphone est illustré sur un cratère bien connu de New York, de 440 av. J.-C., où l’on voit à gauche Perséphone sortir de terre, accompagnée par Hermès, ainsi qu’Hécate qui court annoncer à Déméter le retour de sa fille (fig. 38).

9Alors que le substrat mythologique est assez clair, notre incertitude pour le culte est liée à la tradition littéraire sur les Thesmophories, qui est difficile à interpréter, car les rites ont été soumis à une consigne de silence. Et, de nos jours, tout comme dans l’Antiquité, l’interdiction d’en parler a durant l’Antiquité alimenté des rumeurs et des histoires fantaisistes. On rappellera ainsi – sans entrer dans les détails – la comédie des Thesmophories ou Thesmophoriazousai d’Aristophane, représentée pour la première fois à Athènes en 412 av. J.-C. La pièce est toujours une des sources principales pour ce culte, mais pose en même temps une série de problèmes particuliers.

Fig. 38. Cratère. New York, Metropolitan Museum of Arts.

Fig. 38. Cratère. New York, Metropolitan Museum of Arts.
  • 6 En Italie du Sud où le culte jouait un rôle éminent, les rites pouvaient durer jusqu’à dix jours : (...)

10L’épiclèse de Déméter, Thesmophoros, n’a pas non plus reçu à ce jour d’interprétation unanimement acceptée : d’une part, on a proposé de la traduire par « celle qui a apporté les lois », c’est-à-dire les règles de la culture et de la civilisation. D’autre part, il est tout à fait possible que l’épiclèse ait été plus spécifiquement liée au culte : les Thesmophories se déroulaient normalement pendant trois jours en automne6, à Athènes par exemple du 11 au 13 Pyanepsion, qui correspond à peu près au mois d’octobre. Le premier jour était appelé l’Anodos ou « la remontée » : ce jour-là, des femmes choisies allaient recueillir dans des fosses consacrées des figures en pâte et des restes de porcelets, offerts et enfouis antérieurement, qu’on appelait les thesmoi. Ces offrandes, une fois déterrées, étaient ensuite pour une part placées sur les autels et pour une autre part mêlées aux semences de l’année pour assurer la fertilité du sol et des récoltes. L’épiclèse Thesmophoros de la déesse pourrait bien faire allusion à ces offrandes déposées dans le sol et à leur fonction fertilisante.

11Le deuxième jour était appelé la Nesteia et rappelait le deuil de Déméter après l’enlèvement de sa fille Perséphone par Hadès. C’était un jour de jeûne que les participantes passaient assises dans des tentes dressées pour la circonstance. Le troisième jour, nommé la Kalligéneia, on invoquait la déesse « qui donne naissance à de beaux enfants », ce que signifie le mot en traduction. On offrait à Déméter en tant que déesse de la fécondité humaine des sacrifices, suivis de banquets pour célébrer le retour de sa fille des enfers.

12Telles sont les informations sur les Thesmophories que nous livrent les sources littéraires. Même s’il reste beaucoup de questions pendantes, on peut constater que le culte avait sous plusieurs aspects un lien immédiat avec la terre, ce qui nous conduit aux données archéologiques.

Sanctuaires en Sicile et en Grande-Grèce (carte 1)

Le Thesmophorion de Bitalémi

13Le sanctuaire le mieux connu pour le culte des Thesmophories se trouve en Sicile près de la ville de Géla. Le site, nommé Bitalémi, est situé en dehors de la ville antique sur une colline, à une vingtaine de mètres de haut, près de l’embouchure du fleuve.

14Au début du dernier siècle et de nouveau dans les années 1960, les fouilles dirigées par Paolo Orsi et Pietro Orlandini se sont étendues sur une superficie de 40 m sur 50 et elles ont mis au jour une grande quantité de céramiques, de figurines en terre cuite et d’autres offrandes, ainsi que plusieurs bâtiments. D’après les trouvailles archéologiques, le sanctuaire a été installé vers le milieu du viie siècle av. J.-C., peu après la fondation de la ville de Géla en 690 ou 688 av. J.-C. Il a été abandonné au moment de la destruction de la ville par les Carthaginois en 405 av. J.-C.

Carte 1. Grande Grèce. 1 : Bitalémi – 2 : Syracuse – 3 : San Nicola di Albanella – 4 : Santa Maria d’Anglona – 5 : Entella.

Carte 1. Grande Grèce. 1 : Bitalémi – 2 : Syracuse – 3 : San Nicola di Albanella – 4 : Santa Maria d’Anglona – 5 : Entella.

15Pendant sa longue existence, le sanctuaire a connu plusieurs phases de construction (fig. 39). Comme on peut le discerner sur le plan sommaire, il s’agit d’habitude de constructions simples en pierres sèches qui ne se composent pendant les deux premières phases que de quelques petits édifices irréguliers ; ce n’est que pendant la dernière phase, autour du milieu du ve siècle av. J.-C., qu’on a édifié quelques bâtiments plus importants. Au moment de la fouille, chaque phase individuelle était, en coupe verticale, nettement séparée des autres par des couches composées de sable et d’argile neutres qui ne contenaient aucun matériel archéologique. La stratigraphie claire et nette a ainsi permis une définition précise des phases.

Fig. 39. Bitalémi, plan chronologique.

Fig. 39. Bitalémi, plan chronologique.

16De même, l’identification du culte ne posait aucun problème : le fragment d’une coupe portait l’inscription, en lettres majuscules grecques, HIARA THESMOPHORO ainsi que, en grec aussi, le terme SKANAS qui est aussi lié aux Thesmophories et désigne probablement les tentes dressées pendant le deuxième jour du culte (fig. 40). En 1991, à l’occasion d’une petite fouille de vérification, on a trouvé de plus deux autres fragments dont un portait de nouveau l’inscription gravée [TH]ESMOPHOR[O] et le second le nom de la déesse du sanctuaire, Déméter.

Fig. 40. Fragment d’une coupe trouvée à Bitalémi avec une inscription mentionnant les Thesmophories.

Fig. 40. Fragment d’une coupe trouvée à Bitalémi avec une inscription mentionnant les Thesmophories.

Fig. 41. Bitalémi, dépôt votif.

Fig. 41. Bitalémi, dépôt votif.
  • 7 U. Kron, « Frauenfeste in Demeterheiligtümern. Das Thesmophorion von Bitalémi. Eine archäologische (...)

17Mais particulièrement intéressant pour le sujet de notre étude est le fait que la plupart des objets, en particulier la céramique et les statuettes en terre cuite, n’ont pas été retrouvés dans une position accidentelle, mais qu’ils avaient été soigneusement déposés, comme on le discerne sur quelques photos prises au moment de la fouille (fig. 41). D’après les fouilleurs, c’était le cas pour environ 90 % du matériel archéologique. Les vases ont été en général alignés, avec un petit groupe isolé au centre et leurs ouvertures dirigées vers le sol. D’après Uta Kron, qui a consacré en 1992 un important article au Thesmophorion de Bitalémi, ces dépôts auraient été constitués pendant les banquets rituels dans le cadre du culte régulier et seraient, autrement dit, le résultat de la pratique religieuse7.

  • 8 P. Orlandini, « Il Thesmophorion di Bitalémi (Gela). Nuove scoperte e osservazioni », dans G. Fiore (...)

18Mais comme on peut bien le voir sur les photos, et comme cela a été confirmé récemment par le fouilleur lui-même8, les dépôts recouvrent partiellement les murs des bâtiments, ce qui signifie qu’ils ont été mis en place au moment où les édifices étaient déjà démolis et juste avant que le terrain fût couvert d’une couche de sable et d’argile. Visiblement, à la fin de chaque phase d’occupation, on avait récupéré tous les objets disponibles dans le sanctuaire pour les déposer soigneusement et de manière rituelle, avant de sceller le sanctuaire par une couche neutre, autrement dit, avant de l’enfouir.

19Nous ne savons pas si la restructuration du sanctuaire a commencé immédiatement après ou s’il y a eu dans l’intervalle une période sans aucune activité cultuelle. Quoi qu’il en soit, il est évident que le Thesmophorion de Bitalémi a ainsi connu plusieurs périodes de fermeture transitoire.

Un sanctuaire de Déméter à Syracuse

  • 9 V. Hinz, Der Kult von Demeter und Kore, p. 102-107, fig. 15.

20Une situation au moins partiellement comparable se rencontre dans le sanctuaire de Déméter à Syracuse sur la place de la Victoire (fig. 42) ; au moment de sa fondation vers la fin du ve siècle av. J.-C., ce sanctuaire se trouvait hors de la ville, dans une zone qui avait servi auparavant de nécropole. Vu la longue histoire du site, la situation archéologique est assez complexe, et on se limitera ici à l’essentiel : le bâtiment le plus important, indiqué par un T sur le plan, a été interprété par les fouilleurs comme un temple de l’époque classique. Il a été précédé, comme l’a proposé Valentina Hinz dans sa thèse de doctorat de 19989, par le bâtiment indiqué en noir qui comprend les salles 53 à 55.

Fig. 42. Syracuse, plan du sanctuaire de Déméter de la place de la Victoire.

Fig. 42. Syracuse, plan du sanctuaire de Déméter de la place de la Victoire.

21Autour de ces deux édifices a été trouvée une série de dépôts qui comprenaient comme à Bitalémi des terres cuites et des vases, soigneusement arrangés et ordonnés d’après leurs types. Un intérêt particulier s’attache au dépôt trouvé dans la salle 53, car il a été couvert, ainsi que les murs du bâtiment, d’une couche de cailloux et de terre, probablement juste avant la construction du bâtiment « T ». Comme à Bitalémi, nous retrouvons donc à Syracuse une situation où les objets déposés dans le sanctuaire ont été regroupés avant d’être littéralement enterrés avec les anciens édifices et avant que commence une nouvelle phase de construction.

Fig. 43. San Nicola di Albanella, plan du Thesmophorion.

Fig. 43. San Nicola di Albanella, plan du Thesmophorion.

22Les autres dépôts retrouvés à l’intérieur du sanctuaire ont été de même soigneusement disposés. D’après la documentation publiée, une partie d’entre eux a été mise en place quand le sanctuaire toucha au milieu du ive siècle av. J.-C. à la fin de son existence. Au moment de sa découverte, l’ensemble du sanctuaire était recouvert d’une épaisse couche de pierres et de remblai. Comme il est resté ensuite sans aucune occupation pendant environ un siècle, on retrouve dans un tel contexte archéologique un sanctuaire qui a été véritablement fermé définitivement de manière rituelle, et qui a été enfoui sous une couche de terre et de déblais, sans qu’ait été prévue une réutilisation immédiate du terrain.

Le Thesmophorion de San Nicola di Albanella

  • 10 M. Cipriani, S. Nicola di Albanella : scavo di un santuario campestre nel territorio di Poseidonia- (...)

23La reconstitution de la fin du sanctuaire de Syracuse est renforcée par l’étude d’un autre Thesmophorion qui se trouve à San Nicola di Albanella, à environ 16 kilomètres à l’est de Paestum (fig. 44). Situé dans une petite vallée fertile, le site a été fouillé en 197810. Dans la vallée ont été localisés en outre plusieurs hameaux et fermes isolées du ive siècle av. J.-C., qui soulignent le caractère agricole de la région, et, à une distance de 200 m au nord-ouest du sanctuaire, une petite nécropole.

24D’après son plan, le sanctuaire se présente comme un simple enclos à ciel ouvert, d’une forme plus ou moins rectangulaire de 9,2 m sur 7,5 m. Il était accessible par un portillon et ne comprenait, à l’exception de cinq cercles de pierres et de quelques antes dont on ignore la fonction précise, aucune construction particulière. L’identification avec un Thesmophorion est assurée par les terres cuites qui figurent des porteuses de porcelet, les offrandes usuelles dans les sanctuaires de Déméter.

25Près des cercles en pierre, seuls quelques objets isolés ont été trouvés : à l’exception d’une unique terre cuite, il s’agit de céramique et de quelques vases miniatures, déposés en petits groupes de trois à quatre exemplaires et dans une position renversée, comme on l’a vu aussi à Bitalémi. Dans les cercles se trouvaient des végétaux carbonisés et des os d’animaux, ce qui indique des offrandes par le feu. À l’extérieur de l’enclos on a de plus découvert un petit dépôt votif de quelque 17 terres cuites et une petite coupe à vernis noir du ive siècle av. J.-C. Datant environ de la fin du ve siècle av. J.-C., elles représentent encore des porteuses de porcelets et des jeunes femmes avec des cistes. Ces terres cuites sont de qualité médiocre, ce qui dénote l’importance locale du site.

Fig. 44. San Nicola di Albanella, plan de la couche de pierres.

Fig. 44. San Nicola di Albanella, plan de la couche de pierres.
  • 11 La lacune au centre de la couche est moderne et date du moment de la découverte.

26Mais ce qui rend ce petit sanctuaire rural particulièrement intéressant, c’est le fait qu’il était recouvert au moment de sa découverte d’une épaisse couche de pierres sur une superficie de presque 100 m2 ! Et, fait presque unique, cette couche a été observée et documentée par les fouilleurs (fig. 44-45)11. À l’intérieur de la couche, les fouilleurs ont pu discerner une véritable stratigraphie qui comprenait plusieurs niveaux inférieurs, composés d’un mélange de pierres et d’objets votifs, alors que la couche supérieure, soigneusement arrangée pour couvrir l’ensemble du sanctuaire, était constituée de pierres de plus grand format et ne contenait aucun objet archéologique.

Fig. 45. San Nicola di Albanella, Thesmophorion, coupe.

Fig. 45. San Nicola di Albanella, Thesmophorion, coupe.

27La surface de la couche, dont la coupe illustre bien l’importance, est irrégulière, ce qui indique clairement qu’il ne s’agit pas d’une sorte de plateforme pour un bâtiment, mais d’un véritable couvercle qui devait sceller l’enclos pour toujours. Au moment de sa fermeture, celui-ci a été soigneusement nettoyé, et on a déposé dans le « couvercle de pierre » la quasi-totalité des offrandes et les autres objets conservés dans le sanctuaire.

28La catégorie la plus importante du matériel archéologique consiste en figurines en terre cuite qui représentent 73 % de tous les objets trouvés. Il s’agit de représentations de porteuses de porcelet et d’autres représentations qui datent de la fin du ve jusqu’à la fin du ive siècle av. J.-C. Pour la céramique, il s’agit pour moitié de fragments de marmites qui montrent des traces d’utilisation, et pour moitié de céramique fine à vernis noir, d’habitude des coupes, ainsi que de quelques vases miniatures.

29En somme, nous retrouvons à San Nicola di Albanella le Thesmophorion d’une société agricole qui a existé de la fin du ve jusqu’à la fin du ive siècle av. J.-C. Au terme de son existence, le sanctuaire a été soigneusement fermé, enfoui sous un couvercle de pierre, qui comprenait aussi la plupart des offrandes déposées : cette opération suppose un grand travail, ce qui indique qu’il s’est agi de l’œuvre d’une communauté qui en était responsable. Il semble en outre que le sanctuaire ait été fermé au moment où les installations agricoles de la région ont été abandonnées, mais nous devons admettre que nous ne connaissons pas les raisons précises de sa fermeture.

Le Thesmophorion de Santa Maria d’Anglona

30Le caractère encore provisoire de la documentation archéologique rend un peu moins évident le cas du Thesmophorion de Santa Maria d’Anglona en Apulie, situé à 10 km environ d’Héracléia-Policoro au pied de la possible acropole. Le site a été découvert dans les années soixante du siècle dernier, mais nous ne disposons pas encore d’une publication exhaustive de la fouille. Son identification est assurée par une dédicace qui porte le nom de la déesse, en grec italiote : DAMARTI.

31D’après les photos publiées, le sanctuaire se présente de manière comparable au Thesmophorion de San Nicola di Albanella : il s’agit de nouveau d’un simple enclos de 15 m sur 17 m qui n’a été en fonction que pendant deux générations, de 330 à 280 av. J.-C. À l’intérieur se trouvait un cercle en pierres, ainsi qu’une sorte de naïskos, petite construction en forme d’abside.

32Un véritable « couvercle de pierre », comme on l’a trouvé à San Nicola di Albanella, n’est pas mentionné dans les rapports de fouille, mais, d’après les photos publiées, on a pour le moins l’impression que des amas de pierres ont recouvert partiellement le terrain. D’après les mêmes rapports, les objets ont été retrouvés disposés dans un certain ordre, ce qui indique que nous avons affaire de nouveau à un sanctuaire réorganisé au moment de sa fermeture. Les statuettes en terre cuite se concentraient dans le naïskos, où elles ont été plus ou moins soigneusement déposées, alors que les autres objets ont aussi été arrangés par catégories : les offrandes en métal et les vases de format normal se trouvaient dans la partie sud du sanctuaire, alors que la céramique miniature et les skyphoi ont été déposés dans le nord de l’enceinte.

33Les détails du sanctuaire de Santa Maria d’Anglona nous échappent encore, mais nous avons de bonnes raisons de soupçonner qu’il s’agit de nouveau d’un Thesmophorion qui, au moment de sa fermeture, a été soigneusement arrangé et où les offrandes ont été déposées de manière organisée.

Le Thesmophorion d’Entella

  • 12 F. Spatafora, A. Ruvituso, G. Montali, « Entella. Un santuario ctonio extra moenia », dans Quarte g (...)

34Plus clair, et avec lui nous retournons en Sicile, est le cas du Thesmophorion d’Entella qui est bien connu grâce à sa publication toute récente de 200812. L’identité cultuelle du site est assurée par un grand nombre de terres cuites, soigneusement arrangées, qui représentent en majorité des porteuses de porcelet.

Fig. 46. Entella, Thesmophorion, coupe.

Fig. 46. Entella, Thesmophorion, coupe.
  • 13 L’occupation ultérieure du site, discutée dans les publications citées dans la note précédente, ne (...)

35Le plan montre un sanctuaire qui ne possède, à l’exception de deux cercles de pierre, aucune structure particulière13. Plus intéressante est la coupe qui montre une stratigraphie nette (fig. 46) : la couche inférieure correspond au niveau d’utilisation du sanctuaire et comprenait le dépôt de statuettes que nous venons de mentionner. Beaucoup plus importante est la couche supérieure dont l’épaisseur atteint 0,5 m. Elle est constituée de pierres comme à San Nicola di Albanella et comprenait, comme cela est aussi indiqué sur le dessin, la plupart des objets retrouvés, des statuettes et aussi de la céramique et des os d’animaux.

36D’après les trouvailles, le sanctuaire d’Entella a été en activité pendant une assez longue période, de la fin du vie jusqu’au iiie siècle av. J.-C. À la fin de son existence, il a été soigneusement nettoyé, et la plupart des offrandes ont été déposées dans le couvercle massif en pierre qui le scellait.

37Pour une série d’autres Thesmophoria en Sicile et en Italie du Sud, les rapports de fouilles indiquent qu’ils ont aussi été fermés à un certain moment de leur histoire et de manière comparable à ceux que nous venons d’étudier, mais la documentation archéologique trop limitée interdit pour l’instant leur étude détaillée.

Carte 2. Grèce. 6 : Pella – 7 : Rhamnonte – 8 : Thasos.

Carte 2. Grèce. 6 : Pella – 7 : Rhamnonte – 8 : Thasos.

Sanctuaires en Grèce (carte 2)

Le Thesmophorion de Pella

38En Grèce, le cas le plus net d’un sanctuaire enfoui est fourni par le Thesmophorion de Pella en Macédoine, situé en dehors de l’enceinte de la ville. D’après les trouvailles archéologiques, ce sanctuaire a été installé dans le dernier quart du ive siècle av. J.-C. et il a existé jusqu’au milieu du iie siècle, donc jusqu’au moment de la conquête de la ville par les Romains.

Fig. 47. Pella, Thesmophorion, plan et coupe.

Fig. 47. Pella, Thesmophorion, plan et coupe.

39Il s’agit de nouveau d’un Thesmophorion à ciel ouvert, d’une forme parfaitement circulaire avec un diamètre de 10 m (fig. 47). Deux murs servaient probablement de rampe pour faciliter l’accès. L’intérieur du site est couvert de fosses irrégulières, creusées dans le sol naturel, et qui ont été utilisées sans doute pour des offrandes. Mais au moment de la fouille, elles étaient presque vides, après avoir été plus ou moins soigneusement nettoyées.

40Le matériel archéologique consiste en statuettes de jeunes danseuses et d’autres femmes, de divinités comme Athéna ainsi que d’autres représentations, comme par exemple de porcs et d’un groupe de chevaux. Mais, même si les types représentés sont plutôt inhabituels, l’identification du site avec un Thesmophorion est généralement acceptée dans la recherche et confirmée en particulier par sa structure.

41Ce qui rend ce sanctuaire particulièrement intéressant pour notre propos est le fait que la plupart des offrandes se trouvaient disposées autour de l’autel au centre de l’enclos qui était, au moment de la découverte, recouvert par une couche de pierres. Il est donc évident que le Thesmophorion de Pella a été, au moment de sa fermeture et comme ses homologues en Grande Grèce, soigneusement nettoyé et que les offrandes ont été disposées autour de l’autel, avant que l’ensemble soit protégé sous une épaisse couche de pierres.

Le Thesmophorion de Rhamnonte

42Pour l’Attique, on mentionnera brièvement le Thesmophorion de Rhamnonte, situé entre la ville et le fameux temple de Némésis. Nous ne disposons pas d’une documentation exhaustive, mais il est au moins clair que le sanctuaire a été en service de la fin du vie jusqu’au début du ive siècle. D’après le plan (fig. 48), il se compose de deux enceintes voisines, dont l’une comprenait aussi quelques petites constructions. Au moment de la fouille, on n’a découvert dans cette dernière enceinte que quelques fragments de céramique isolés, tandis que la plupart des objets se trouvaient dans l’autre. Nous ne savons pas si cette seconde enceinte avait été couverte d’une couche de pierre, ce qui n’étonnerait pas après ce que nous venons de voir dans les autres Thesmophoria. Mais il est au moins évident que ce sanctuaire aussi a été – et probablement au moment de sa fermeture définitive – soigneusement nettoyé et réarrangé.

Fig. 48. Rhamnonte, Thesmophorion.

Fig. 48. Rhamnonte, Thesmophorion.

Le Thesmophorion de Thasos

43Le dernier exemple dans cette revue rapide nous conduit à Thasos où un autre Thesmophorion se trouve juste en dehors de la ville. Situé sur la pointe Evraiokastro qui descend vers la mer, le site a connu plusieurs utilisations, y compris par les chrétiens, comme l’illustre aussi une petite chapelle construite à cet emplacement dans les années 1960. D’après les trouvailles, le premier sanctuaire a été en service à partir du milieu du vie siècle et il a été abandonné en 370 av. J.-C. jusqu’à la période romaine.

  • 14 Voir A. Muller, Les Terres cuites votives du Thesmophorion. De l’atelier au sanctuaire, Paris 1996  (...)

44Dans les cahiers de fouilles se trouvent quelques indications qui permettent de clarifier la situation stratigraphique, illustrée dans une coupe schématique qui montre l’emplacement du sanctuaire sur une pente et soutenu par plusieurs murs de terrasse (fig. 49)14. D’un intérêt particulier sont les couches GT 5 et GT 8 au-dessus, qui est visiblement plus importante. D’après les cahiers de fouilles, on n’a trouvé dans la couche inférieure que très peu de matériel archéologique, en particulier un fragment d’antéfixe mal conservé et quelques petits fragments de céramique, ce qui permet au moins de dater la couche GT 5 du ve au début du ive siècle av. J.-C.

Fig. 49. Thasos, Thesmophorion, coupe.

Fig. 49. Thasos, Thesmophorion, coupe.
  • 15 Cité d’après A. Muller, Les Terres cuites votives, p. 17-18.
  • 16 En plus des statuettes féminines, particulièrement nombreuses et soigneusement étudiées par Arthur (...)

45Par contre, la couche GT 8, qui mesure jusqu’à 1,2 m d’épaisseur, consistait d’après les observations des fouilleurs en « pierraille de gneiss », en « cailloutis de gneiss assez gros, souvent décomposé en haut en poussière blanche, formant parfois des couches compactes et assez dures ; dedans, des poches de terre plus noire »15. Au contraire de la couche GT 5, elle a livré un matériel particulièrement riche qui comprenait entre autres des vases céramiques et un très grand nombre de terres cuites16. On lui attribuera en effet la presque totalité de ces catégories de matériel conservées au musée. Chronologiquement, les trouvailles de la couche GT 8 datent du début du ve siècle jusqu’au début du ive siècle av. J.-C. Cela signifie que, même si les deux couches GT 5 et GT 8 sont d’après leur composition nettement séparées, elles couvrent le même spectre chronologique, c’est-à-dire qu’elles sont chronologiquement parallèles.

46Au bout du compte, la stratigraphie rappelle les cas étudiés à San Nicola di Albanella et à Entella, pour ne mentionner que deux exemples : il paraît évident que nous avons à Thasos un autre Thesmophorion qui, à la fin de son existence, a été soigneusement nettoyé, ce qui explique l’absence presque totale de mobilier archéologique dans la couche GT 5. Les offrandes recueillies ont été ensuite déposées dans le couvercle GT 8 fait de « pierrailles de gneiss », qui a scellé le site jusqu’à l’époque romaine. Même si une preuve définitive est difficile à apporter pour l’instant, il y a de fortes chances de reconnaître dans le sanctuaire de Thasos un autre Thesmophorion qui a été volontairement fermé et littéralement enterré au terme de son existence.

Conclusion

47Même si la documentation souvent provisoire ne permet pas toujours une étude approfondie, nous avons pu constater pour un assez grand nombre de Thesmophoria qu’ils n’ont pas été simplement abandonnés au terme de leur existence, mais qu’ils ont été volontairement fermés et littéralement scellés sous un couvercle massif en pierres. On a aussi vu que la fermeture se pratiquait en Grande Grèce ainsi qu’en Grèce, qu’elle était donc commune dans la civilisation grecque.

48Le procédé exact de la fermeture – ou plutôt son résultat – peut différer d’un lieu à l’autre, mais on relève quelques éléments communs : (1) le nettoyage soigneux du sanctuaire et la collecte des offrandes, souvent anciennes ; (2) le réarrangement des offrandes d’une manière ou d’une autre ; et, finalement, (3) la couverture du sanctuaire sous une couche importante de pierres.

49Dans plusieurs cas, par exemple à Bitalémi mais aussi ailleurs, on a pu constater que la fermeture a été suivie d’une réoccupation du site, sans qu’on puisse définir toujours de manière précise la durée exacte de l’interruption. Mais, dans les autres cas, la fermeture a été définitive et elle a été, comme par exemple à Entella et à San Nicola di Albanella, probablement aussi à Thasos, prévue dès le début pour être définitive.

50Le processus de fermeture nécessitait évidemment, et en particulier pour la constitution du couvercle, un travail assez important et sans doute aussi coordonné, qui était fait par un groupe assez nombreux de participants. Selon toute probabilité, la fermeture d’un sanctuaire ne se faisait pas spontanément, mais on peut supposer que la décision était prise par ses utilisateurs.

51En Attique, les Thesmophoria étaient organisés par les dèmes, communes politiques de l’époque classique dont nous avons parlé dans la deuxième conférence, et il semble assez normal d’attribuer aussi leur administration dans les autres régions à la communauté locale correspondante. Les raisons qui ont conduit les communautés à la fermeture d’un sanctuaire sont difficiles à reconstituer et peuvent sans doute varier d’un lieu à l’autre. Dans plusieurs cas, comme à San Nicola di Albanella, on peut soupçonner que la fermeture a été liée à l’abandon de la région, éventuellement pour des raisons économiques. À Pella, on a l’impression que le sanctuaire a été fermé devant la menace romaine. Mais, dans d’autres cas, par exemple à Rhamnonte qui a continué à exister, on ne pourrait qu’émettre des hypothèses. Quoi qu’il en soit, les exemples cités montrent qu’on ne peut pas comprendre ce phénomène en considérant seulement les sanctuaires, mais qu’il faut l’interpréter au cas par cas, en observant le développement général de la région et de la société dans laquelle il apparaissait. Car un sanctuaire antique, pas seulement les grands sanctuaires panhelléniques, n’est pas un lieu religieux isolé, mais il fait partie intégrante de la vie sociale et aussi, ce qui est un point à ne pas oublier, de la vie politique et économique de la communauté qui l’entretenait et le fréquentait.

  • 17 F. Sokolowski, Lois sacrées des cités grecques, Paris 1969, p. 69-71, n° 36.

52Pour ce qui est des idées religieuses qui ont conduit à la fermeture si particulière des Thesmophoria, on ne peut que constater l’absence de toute information textuelle. Quelques inscriptions provenant d’autres sanctuaires nous donnent des informations sur des actions de nettoyage, mais aucune ne mentionne, pour autant que je sache, la fermeture perpétuelle ou temporaire d’un sanctuaire. Dans une longue inscription du ive siècle av. J.-C. qui relate les décisions du dème sur le Thesmophorion du Pirée, nous trouvons par exemple une réglementation détaillée sur la pureté rituelle des prêtresses, mais aucune information sur le nettoyage du sanctuaire lui-même, sans parler de son éventuelle fermeture17. L’absence de sources écrites ne limite pas seulement la possibilité de reconstituer avec quelque détail le processus et ses modalités pratiques, mais elle impose aussi des limites méthodologiques pour proposer une interprétation religieuse à partir des documents archéologiques. Comme les mêmes phénomènes se répètent dans plusieurs sanctuaires, nous pouvons partir du principe qu’il s’agissait bien d’un rituel particulier, lié au culte des Thesmophories, même si celui-ci pouvait varier d’une région à l’autre et d’un sanctuaire à l’autre. D’après les sources littéraires que nous avons sur le culte et sur son fondement mythologique, on peut ainsi soupçonner un lien immédiat entre « l’enfouissement » d’un sanctuaire et le culte qui avait une affinité particulière avec le sol et la terre, non seulement sous son aspect agraire, mais aussi en rapport avec le retour de Perséphone des Enfers et avec les aspects moraux qui lui ont été liés. Mais rien ne nous permet d’aller plus loin dans l’interprétation religieuse et spirituelle de la fermeture rituelle des Thesmophoria. Sans informations supplémentaires, toute déduction des aspects religieux d’après les seuls documents archéologiques ne peut être que provisoire.

  • 18 C. Renfrew, The Archaeology of Cult. The Sanctuary of Phylakopi, 1985 (“The Annual of the British S (...)

53Dans son ouvrage sur un sanctuaire à Phylakopi, Colin Renfrew remarquait de manière absolument justifiée : « L’archéologue, nous devons nous le rappeler, ne peut pas observer la croyance : on ne peut que travailler avec les restes matériels, les conséquences des actions »18. Cela vaut aussi pour les sanctuaires que nous venons d’étudier : la fermeture des Thesmophoria en Grande Grèce et en Grèce était une action, volontaire et coordonnée, qui a laissé des traces matérielles ; mais nous n’avons pas la possibilité de clarifier à ce niveau les aspects religieux qui lui étaient associés. Toutefois nous pouvons au moins constater la manière rituelle dont on marquait dans les Thesmophoria la « fin du culte ».

Notes

1 Pausanias, Description de la Grèce, 117, 6.

2 Ibid., VIII 41, 10.

3 Ibid., IX 33, 3.

4 M. Jost, Aspects de la vie religieuse en Grèce, Paris 1992, p. 165.

5 Cet épisode dramatique est illustré par exemple dans la tombe dite « de Perséphone », une tombe à ciste de la seconde moitié du ive s. av. J.-C., qui a été trouvée en 1977 au sud de la fameuse tombe royale de Vergina en Macédoine. Voir ultérieurement H. Brécoulaki, La Peinture funéraire de Macédoine. Emplois et fonctions de la couleur, ive-iie s. av. J.-C., Paris 2006 (“Μελετήματα” 48), p. 77-100, pl. 11-25.

6 En Italie du Sud où le culte jouait un rôle éminent, les rites pouvaient durer jusqu’à dix jours : V. Hinz, Der Kult von Demeter und Kore auf Sizilien und in der Magna Graecia, Wiesbaden 1998 (“Palilia” 4), p. 28-30.

7 U. Kron, « Frauenfeste in Demeterheiligtümern. Das Thesmophorion von Bitalémi. Eine archäologische Fallstudie », Archàologischer Anzeiger (1992), p. 611-650.

8 P. Orlandini, « Il Thesmophorion di Bitalémi (Gela). Nuove scoperte e osservazioni », dans G. Fiorentini, M. Caltabiano, A. Calderone, éd., Archeologia del Mediterraneo. Studi in onore di Ernesto De Mira, Rome 2003, p. 507-513.

9 V. Hinz, Der Kult von Demeter und Kore, p. 102-107, fig. 15.

10 M. Cipriani, S. Nicola di Albanella : scavo di un santuario campestre nel territorio di Poseidonia-Paestum, Rome 1989 (“Corpus delle stipi votive in Italia” IV, Regio III ; 1. "Archaeologica” 81).

11 La lacune au centre de la couche est moderne et date du moment de la découverte.

12 F. Spatafora, A. Ruvituso, G. Montali, « Entella. Un santuario ctonio extra moenia », dans Quarte giornate internazionali di studi sull’area elima, Erice 1-4 dicembre 2000. Atti III, Pise 2003, p. 1189-1201 ; F. Spatafora, « Entella : Il Thesmophorion di Contrada Petraro », dans C.A. di Stefano, éd., Demetra. La divinità, i santuari, il culto, la leggenda. Atti del I congresso internazionale, Enna, 1-4 luglio 2004, Pise-Rome 2008, p. 273-284.

13 L’occupation ultérieure du site, discutée dans les publications citées dans la note précédente, ne fait pas l’objet de notre étude.

14 Voir A. Muller, Les Terres cuites votives du Thesmophorion. De l’atelier au sanctuaire, Paris 1996 (“Études thasiennes” 17), p. 10-16, pl. 4-5.

15 Cité d’après A. Muller, Les Terres cuites votives, p. 17-18.

16 En plus des statuettes féminines, particulièrement nombreuses et soigneusement étudiées par Arthur Muller, sont à mentionner aussi quelques rares représentations d’hommes ainsi que d’animaux, de nouveau des chevaux et des porcelets.

17 F. Sokolowski, Lois sacrées des cités grecques, Paris 1969, p. 69-71, n° 36.

18 C. Renfrew, The Archaeology of Cult. The Sanctuary of Phylakopi, 1985 (“The Annual of the British School at Athens suppl.” 18), p. 12.

Table des illustrations

Titre Fig. 37. Égine, vue du temple d’Aphaïa au moment des fouilles.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 38. Cratère. New York, Metropolitan Museum of Arts.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Carte 1. Grande Grèce. 1 : Bitalémi – 2 : Syracuse – 3 : San Nicola di Albanella – 4 : Santa Maria d’Anglona – 5 : Entella.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 39. Bitalémi, plan chronologique.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 40. Fragment d’une coupe trouvée à Bitalémi avec une inscription mentionnant les Thesmophories.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 41. Bitalémi, dépôt votif.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 42. Syracuse, plan du sanctuaire de Déméter de la place de la Victoire.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 43. San Nicola di Albanella, plan du Thesmophorion.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 44. San Nicola di Albanella, plan de la couche de pierres.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 45. San Nicola di Albanella, Thesmophorion, coupe.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 46. Entella, Thesmophorion, coupe.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Carte 2. Grèce. 6 : Pella – 7 : Rhamnonte – 8 : Thasos.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 47. Pella, Thesmophorion, plan et coupe.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 48. Rhamnonte, Thesmophorion.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 49. Thasos, Thesmophorion, coupe.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1965/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search