Version classiqueVersion mobile

Guerre et paix en Assyrie

 | 
Frederick Mario Fales

Conclusions

Texte intégral

1En conclusion de cette étude sur le thème « guerre et paix en Assyrie : religion et impérialisme » – dans laquelle a été repris pour le public français, une génération après la dernière tentative de ce genre, l’ensemble de la documentation assyrienne- trois points de méthode historique, méritent d’être relevés, ne serait-ce que de façon synthétique.

2Le premier est que la documentation assyrienne, abondante et très détaillée, qu’on peut subdiviser en officielle ou « quotidienne » ainsi qu’en textuelle et iconographique, est d’une importance remarquable pour une évaluation du phénomène de la guerre et de ses reflets dans l’Antiquité en général. Le temps est donc venu d’abandonner les interprétations moralisantes insistant sur le caractère belliqueux des Assyriens ; il pourrait être maintenant intéressant d’analyser, à l’aune de cet ancien empire de Mésopotamie, les armées des formations étatiques et impériales qui le suivirent dans l’Antiquité, pour lesquelles nous ne disposons pas d’une documentation aussi abondante et détaillée.

3Le deuxième aspect sur lequel il convient d’insister est celui des multiples effets que la guerre eut sur les différentes sphères de la société assyrienne. L’examen du cas assyrien nous indique, nous l’avons vu, que la guerre trouvait ses racines dans une idéologie religieuse nationale. Mais un regard attentif sur la documentation nous montre qu’une partie de la vie sociale et économique du pays dépendait également des résultats – qui furent longtemps positifs – de l’expansion militaire et politique de l’État. C’est dans ce contexte particulier qu’eut lieu le développement spectaculaire des connaissances et des arts qui caractérisa les plus hauts échelons de la société de cour. Dans l’ensemble, on perçoit assez bien l’« esprit » de fierté particulière qui semble avoir animé la mentalité assyrienne, beaucoup plus profondément que celle des royaumes contemporains. Cette fierté nationale eut pour effet de favoriser l’émergence du concept de « paix à l’Assyrienne », dont pouvaient bénéficier non seulement les territoires de l’Empire mais aussi le monde environnant. Là encore, une telle situation pourrait servir de référence pour une comparaison avec les empires qui suivirent l’Assyrie, que ce soit en Asie ou en Eurasie.

4Et enfin, le troisième aspect, plus critique mais que l’on ne saurait ignorer, concerne la multiplicité de données qui – en dépit des importants résultats obtenus durant ces vingt-cinq dernières années dans les études philologiques et historiques sur l’Assyrie- restent à examiner. Ainsi de multiples voies de recherche peuvent désormais être ouvertes et doivent être empruntées de façon systématique. Aux générations de jeunes chercheurs, qui sûrement sauront faire bon usage de toutes les technologies modernes pour coordonner les données textuelles, artistiques et archéologiques concernant la guerre en Assyrie, est dédié cet ouvrage.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search