Version classiqueVersion mobile

Guerre et paix en Assyrie

 | 
Frederick Mario Fales

Chapitre IV. Conclusion des guerres : butin, triomphes, traités

Texte intégral

1. La conquête et le butin de guerre

1À quoi donc aboutissaient ces opérations militaires ? À la conquête certes, mais qu’en était-il une fois la victoire acquise ? On a souvent écrit que lorsque les Assyriens prenaient une ville, à la suite d’un siège ou après une bataille remportée en rase campagne comme celle de Dur-Yakin, ils la détruisaient avec un acharnement dont le résultat n’avait rien à envier à celui d’une explosion nucléaire. En effet, la destruction de fond en comble d’une ville est un des topoï littéraires les plus fréquents des IRA (selon la formule « les murs [de cette ville] je les déchirai, je les démolis, j’y mis le feu ») et est bien représentée sur les bas-reliefs qui exposent avec grande précision et force détails la démolition systématique des murs par des assaillants, descellant consciencieusement les maçonneries à coups de hache ! (fig. 51).

  • 1 Voir par ex. M. Broshi, I. Finkelstein, « The Population of Palestine in Iron Age II », BASOR 287 ( (...)

2En vérité, comme on pouvait s’en douter, la réalité fut plus complexe. Il faut, en effet, prendre également en considération les nombreuses exceptions à cette œuvre de destruction systématique. Dans certains cas, les Assyriens voulaient sans doute laisser la ville dans un état suffisamment bon pour y installer le trône d’un nouveau roi qui leur serait fidèle (c’est probablement la raison pour laquelle Carchémish survécut longtemps avant d’être réduite à l’état de province), ou éventuellement pour l’occuper et l’utiliser comme place forte impériale (ce qui fut notamment le cas de Til-Barsip). Comme cela a été fait pour la Palestine seulement1, il faudrait programmer pour le reste de l’Empire assyrien une étude archéologique à l’échelle au moins régionale, visant à répertorier et à comparer les villes qui furent totalement rasées par les Assyriens et jamais rebâties, celles qui au contraire furent relevées de leurs ruines et enfin celles qui ne semblent avoir été que partiellement détruites.

Fig. 51. Destruction systématique d’une ville conquise. Palais de Sennacherib à Ninive.

3En tout cas, la conquête d’une ville, qu’elle fût ou non complètement rasée, s’accompagnait de destructions importantes et surtout du pillage presque intégral du mobilier des bâtiments publics. Comme nous l’avons vu, les IRA manifestent une attention méticuleuse aux inventaires du butin rapporté de la guerre, notant de façon habituelle le poids des métaux précieux, les différents types du mobilier en ivoire ou en bois précieux, les habits brodés, de laine pourpre ou teinte de plusieurs couleurs, le nombre des équidés comme celui des autres têtes de bétail.

  • 2 M. Liverani, Studies on the Annals of Ashurnasirpal, p. 157-162.

4Les ensembles divers de biens précieux ou ordinaires sortis de chaque ville conquise nous donnent non seulement une bonne vision des biens produits en différents lieux, mais aussi de ceux qui faisaient l’objet d’échanges réguliers entre les différents royaumes. L’analyse faite par Mario Liverani de la documentation concernant la zone de la Djézireh à l’âge d’Assurnazirpal II met bien en évidence que certains types de marchandises, biens précieux ou d’usage courant, « se déplaçaient » le long des routes commerciales reliant les différents États de langue louvite ou araméenne qui formaient une véritable mosaïque dans cette vaste zone steppique2.

  • 3 Sg VIII, 1. 352-365.

5L’un des inventaires de butin les plus détaillés est celui du palais d’Urzana, roi de Muṣaṣir, l’État-tampon entre l’Assyrie et l’Ourartou, qui constitue la partie finale de la VIIIe campagne de Sargon. Pour avoir seulement une idée de la quantité d’objets en métal que les Assyriens pillèrent dans ce palais royal en 714 et dont ils firent l’inventaire en cunéiforme et en araméen, comme le montrent bien les bas-reliefs de Sargon même, reprenons quelques données de cet inventaire3 :

Métal en barres ou autre

34 talents, 18 mines (= 1029 kg) d’or ; 167 talents, 2,5 mines (= 5011 kg) d’argent et d’autres métaux et pierres précieuses non-numérotées2 ;

Mobilier en matériaux précieux

trônes [n] ; tables [n] ; 8 grands plats (?) et porte-fruits en forme de panier ; 6 soutien-vase, soutiens-jarre, revêtements, chaises et un soutien-coupe ; en ivoire, en bois d’ébène et buis, avec des garnitures en argent et or ;

Objets en or

6 poignards en or avec des poignées d’or, un petit poignard d’or, un chasse-mouche en or et un vase d’albâtre pour les offrandes, marqueté avec des pierres et de l’or ;

Objets en argent

un verre de Rusa avec la couverture, verres de la terre de Tabal avec les poignées d’or, boucliers, flèches avec la marqueterie d’or ; 34 verres avec la décoration « aux doigts », grands, petits et fins ; 54 verres d’argent massif avec des couvertures ; vases en forme de lune, [...], des anneaux ; carquois, gobelets, plats pour l’encens, [...] porte-encens du Tabal et instruments pour la fumigation ;

Objets en bronze

13 chaudrons, marmites, plats lave-mains, pots de cuisine, brocs ; 24 supports de chaudrons, plats, récipients, anneaux, crochets, lampes ; 120 objets, grands et petits, faits selon le style artisanal de son pays ;

Mobilier en fer

un four, une jarre à mesurer, un crochet, une bêche et une lampe.

6En tout cas, même les rois qui se rendaient aux Assyriens, évitant ainsi la destruction de leurs villes, devaient payer un lourd tribut au vainqueur. Ils pouvaient alors espérer bénéficier plus tard de certaines faveurs. Voyons, par exemple, l’inventaire des biens cédés à Sanhérib par Ézéchias, roi de Judée qui s’était d’abord rebellé mais avait fini par accepter son sort comme allié des Assyriens :

En plus des 30 talents d’or et des 800 talents d’argent, antimoine de choix, pierre-anzagul en gros blocs, divans marquetés d’ivoire, chaises marquetées d’ivoire, peaux d’éléphant, défenses d’éléphant, bois d’ébène et de buis, vêtements multicolores et de lin, laine de pourpre violet et rouge, objets de bronze et fer et de cuivre, étain et fer, chars, boucliers, lances, armures, couteaux de fer, arcs-tilpanu, flèches et pendentifs militaires, innombrables matériaux de guerre, il fit apporter auprès de moi à Ninive, ma ville royale, avec ses filles, ses femmes du palais, ses chanteurs et chanteuses.
(ESI, p. 54-55, 59, 1. 55-59)

  • 4 Qui était par ailleurs parallèle à celui des impôts dus par les différentes provinces : voir J. N. (...)

7À quoi donc était destiné un butin ? On peut affirmer qu’il alimentait un flux économique de biens de luxe assez complexe, comprenant plusieurs segments ou « rubriques » parallèles, mais qui allait toujours dans le même sens : de la périphérie vers le centre. En plus des butins de guerre et des tributs réguliers versés par les pays étrangers, ce courant centripète4 était aussi constitué par les donations à caractère cérémoniel faites, peut-être au moment des audiences officielles, à la couronne, à la famille royale et aux Grands du royaume. Les produits du commerce autorisés par l’État participaient également à cet apport de richesse. Cet ensemble de biens précieux pouvait ensuite circuler, soit à l’intérieur du Palais (comme apanage de la famille royale ou des fonctionnaires de rang supérieur) soit vers le secteur des temples (comme offrandes régulières ou exceptionnelles aux dieux ou entre les grands prêtres), soit enfin vers l’extérieur (comme cadeaux en gage d’amitié aux ambassadeurs ou aux groupes d’étrangers en visite officielle).

8Par ailleurs, une partie des matériaux recueillis était utilisée par le roi et ses artisans pour la création d’autres objets de luxe (par exemple, statues royales ou divines, trônes ou autre mobilier, enseignes rituelles ou triomphales, éléments de décor divers, vaisselle précieuse), placés dans les bâtiments officiels à l’occasion de célébrations particulières ou simplement pour leur embellissement. Enfin, une autre partie de ces richesses était redistribuée ou transformée en pièces de cuivre ou d’argent, servant au paiement de biens et/ou de services lors de transactions publiques ou privées.

  • 5 G. Herrmann, A. R. Millard, « Who Used Ivories in the First Millennium BC ? », dans T. Potts, M. Ro (...)

9Tout récemment, Georgina Herrmann (avec Alan R. Millard) et Julian E. Reade se sont, chacun de son côté, intéressés au thème des rois assyriens en tant que collectionneurs5. Ces savants n’ont pas seulement réexaminé la passion très ancienne et bien connue des souverains assyriens pour les plantes rares et les animaux exotiques dont ils peuplaient les parcs royaux – répondant en cela à une forte prescription de l’idéologie royale et suivant un penchant personnel volontiers revendiqué – mais ils ont surtout été attentifs à certains objets de valeur dont l’archéologie a montré qu’ils furent abandonnés dans des pièces secondaires des palais royaux. Ainsi en est-il notamment de très nombreuses pièces d’ivoire provenant du Levant, entassées pêle-mêle dans les magasins de « Fort Salmanazar ». En outre, ces ivoires semblent n’avoir jamais été utilisés comme éléments de parure personnels dans les tombes des reines assyriennes récemment découvertes à Kalkhu même, alors que bijoux, vêtements et vases d’or emplissaient ces tombes. Étrange situation, assurément, qui pose la question de savoir si ces ivoires phéniciens et levantins, ramenés des capitales de Transeuphratène en tant qu’objets de grand luxe, étaient vraiment du goût des Assyriens. Et selon Reade, il en est de même pour de nombreux objets en bronze, pièces de mobilier ou textiles, abandonnés dans ces magasins après avoir éventuellement été dépouillés de leur feuille d’or ou autres ornements réutilisables. Finalement, une partie des grands butins assyriens dont la prise avait coûté « sang et eau » finirent curieusement leur existence comme pacotille abandonnée dans le bric-à-brac des soupentes...

2. Les prisonniers de guerre et les déportations

  • 6 I. J. Gelb, « Prisoners of War in Early Mesopotamia », JNES 32 (1973), p. 70-98 : p. 70-72.

10Au Proche-Orient ancien, comme dans la plupart des sociétés de l’Antiquité, les vaincus ne jouissaient d’aucun droit. Dans les phases plus anciennes de la civilisation mésopotamienne, l’exécution des prisonniers de guerre, généralement par décollation, est une pratique courante, justifiée par des raisons stratégiques (crainte des révoltes) ou économiques (impossibilité d’utiliser leur force de travail)6. Parce que nos sources sur le sort des ennemis sont essentiellement représentées par les IRA et dans une moindre mesure par les bas-reliefs, il semble quelque peu risqué d’évoquer une évolution des mœurs allant de l’élimination physique des prisonniers de guerre à l’organisation de la déportation (fig. 52).

  • 7 Voir M. Liverani, Studies on the Annals of Ashurnasirpal II, p. 157.
  • 8 Voir B. Oded, Mass Deportations and Deportees in the Neo-Assyrian Empire, Wiesbaden 1979, p. 26, po (...)

11On remarque, en tout cas, que les inscriptions d’Assurnazirpal II, tout en faisant l’épouvantable récit du meurtre des prisonniers (bien illustré par ailleurs par les spectaculaires bas-reliefs de ce roi) font aussi état des premières déportations systématiques des populations de certaines régions conquises7. Et il n’est peut-être pas fortuit que les récits (et les bas-reliefs) des rois suivants, en particulier de Teglath-phalazar, insistent clairement sur l’enlèvement en grand nombre des vivants parmi les vaincus et sur leur départ forcé pour l’Assyrie8. Toutefois, Assurbanipal pouvait encore se concentrer sur des détails hideux de violences faites aux ennemis insoumis :

  • 9 J.-M. Aymard, Le prisme du Louvre A.O. 19.939, Paris 1957, p. 44-45 : 1.46-52.

Au cours de ma campagne, je conquis Bīt-Imbi, ville royale, centre de protection de l’Élam, qui barre le front de l’Élam comme un grand rempart. Je tuai ceux de ses habitants qui n’en étaient pas sortis et qui n’avaient pas rendu hommage à ma royauté ; je tranchai leurs têtes, je coupai leurs langues, et pour (les) montrer aux habitants de mon pays je les rapportai en Assyrie9.

Fig. 52. Après la chute de Lakish : représailles contre les militaires résistants, déportation de la population civile. Palais de Sennacherib à Ninive.

  • 10 Voir B. Oded, Mass Deportations and Deportees in the Neo-Assyrian Empire, p. 26, pour un calcul de (...)

12Les IRA et les inscriptions quotidiennes brossent le tableau de la déportation systématique des habitants des régions conquises, mise en œuvre par les Assyriens entre le ixe et la fin du viie siècle. L’ampleur de ces mouvements de population n’est pas facile à apprécier, tant les données numériques semblent exagérées. Néanmoins, il s’agissait sans doute d’un mouvement de masse10. Les bas-reliefs présentent plusieurs scènes de déportation, montrant une population civile comprenant hommes, femmes et enfants jetés sur les routes et sous la garde de soldats auxiliaires de l’armée assyrienne.

13Dans certains cas, on voit que les déportés furent assez rapidement répartis entre les officiers qui avaient conduit les opérations militaires. Il est évident que chacun de ceux-ci voulait pour lui-même les éléments les plus jeunes et en meilleure santé. Le rapport d’un officier à son gouverneur décrit avec réalisme le processus du partage :

Au gouverneur mon seigneur, (de) ton serviteur Nergal-etir... J’avais fait une enquête parmi (les groupes) des prisonniers qui étaient sortis (de la ville conquise), et j’avais jeté mon dévolu sur 30 personnes parmi eux. Je m’étais présenté devant le Général en Chef, et il me les avait donnés. (Après cela, toutefois), parmi les prisonniers qui étaient dans la ville de Rapiqu, et qui sont sortis de là, j’avais jeté mon dévolu sur dix personnes (seulement) ; mais l’humeur du Général en Chef n’était pas des meilleures, et je ne me suis même pas présenté devant lui. Puisse mon seigneur lui parler (de la question), quand il viendra au Palais.
(GPA 194)

  • 11 Voir la documentation de ces vêtements dans M. Wäfler, Nicht-Assyrer neuassyrischer Darstellungen, (...)

14La plupart de ces malheureux emportaient avec eux quelques effets personnels et, quand ils en possédaient, charrettes et animaux. Le caractère très émouvant de ces scènes vient notamment du réalisme avec lequel les artistes assyriens ont représenté les vêtements locaux et surtout ceux des femmes et des enfants11.

15Les marches forcées dans ces régions semi-arides ou montagneuses représentaient évidemment une épreuve très dure dont seuls sortaient vivants les plus robustes, comme le fait voir une lettre d’un de ses fonctionnaires à Sargon :

[NN] est arrivé à Šu[…] le 6e jour du mois. Nous avons maintenant inspecté les prisonniers et sommes en train d’écrire à cet égard au roi mon seigneur. Les gens sont très faibles ; les conditions climatiques ont ravagé leur aspect, et les montagnes les ont écrasés. Ils commencent à être fiévreux.
(SAA V, 156 : recto, 1.12 – verso, 1.7)

16Dans une autre lettre, un fonctionnaire se plaint à Teglath-phalazar III de ce que ses déportés n’auront pas de rations suffisantes pour leur voyage vers l’Assyrie :

  • 12 Édition plus récente du texte : F. M. Faces, « Cibare i deportati : una lettera al re assiro Tiglat (...)

En ce qui concerne ce que m’a écrit le roi mon seigneur : « Donne à manger aux six mille prisonniers qui sont à ta charge ! » (Mais) jusqu’à quand (ces) six mille pourront-ils survivre ? (Je) devrais les partager avec tous les Grands du royaume. N’avais-je pas écrit au roi mon seigneur l’année passée : « Il n’y a pas assez de rations d’orge » ? (Maintenant) le roi mon seigneur m’a dit : « Il est vrai, tu fis appel à moi ; (et pour cela) je te donne quarante mille rations d’orge ». Mais le roi doit savoir que je n’ai encore pas (assez) de rations d’orge ! Jusqu’à quand (dureront-elles) pour six mille (personnes) ? Qu’on me confie seulement trois mille (prisonniers) ! Et qu’on en confie trois mille à Šamaš-bunaya. Que (cette solution) puisse être agréable au roi mon seigneur !
(NL 96 : recto 1.16 – verso 1.10)12

  • 13 Ibid., p. 61-63, pour des sources à ce sujet.

17La crainte du fonctionnaire était donc que les rations à sa disposition ne puissent tenir plus d’une semaine : trop peu pour achever le parcours vers l’Assyrie. Dans d’autres textes, on voit les malheureux faire étape dans des campements ou des forteresses assyriennes, ou encore dans des villages agricoles réquisitionnés, où il y avait de l’eau potable13.

  • 14 Voir par ex. le texte ND 2679, publié par B. Parker, « Administrative Tablets from the North-West P (...)

18Le regroupement des déportés – indépendamment de leur état de santé – semble avoir été fait selon l’âge, quel que soit le sexe. Ainsi, dans des listes de Kalkhu comme ailleurs14, le personnel affecté à la servitude est grosso modo divisé en classes d’âge. À l’origine, cette classification était liée aux nécessités de l’allaitement (qui pouvait durer un an et demi, sinon davantage) et ensuite à la taille des sujets mesurée en « empans » (entre 25 et 28 cm) jusqu’à l’adolescence, considérée comme étant tout à fait le bon âge pour travailler et sans doute se marier. Le tableau suivant donne une idée de ces catégories « pratiques » de subdivision du personnel déporté :

19Quel était le statut juridique des déportés ? Sargon, après sa VIIIe campagne, affecte de n’avoir aucun doute à ce sujet :

Les gens de la province de Muṣaṣir avec les gens du pays d’Assur je les comptai : taille et corvée comme aux Assyriens je leur imposai.
(Sg VIII, 1. 410)

  • 15 V, SAA XI, 201 : verso I, 1.32 ; 202 : recto II, 1. 17 ; 207 : verso II, 1. 5’ ; 219 : III, 1.10’-1 (...)

20Cette phrase – qui implique qu’on donnait aux déportés le statut de « serviteurs du roi » (urdu ša šarri), c’est-à-dire l’ensemble des devoirs et des droits de tout assyrien – est cependant ambiguë et sans doute marquée par un esprit de propagande. En effet, si Sargon lui-même – comme on a vu (chap. II, 1 et 5) – éleva bien certains de ses déportés au rang de troupes particulières et spécialisées dans son armée, il est certain que d’autres, que l’on retrouve dans les textes du « recensement de Harran » comme serfs attachés à la ferme de grands officiers d’État, venaient également des rangs des déportés15. Voilà une image, dans une lettre à Sargon, d’un village agricole où les déportés vivaient avec des « serviteurs du roi », mais étaient nettement distingués de ces derniers :

La récolte des déportés est bien réussie ; ils ont apporté tout le ravitaillement qu’ils avaient Les déportés et les animaux de transport mangent le grain stocké, tout comme les serviteurs du roi mon seigneur.
(SAA I, 219 : verso, 1.10-15)

  • 16 Voir F. M. Fales, L’impero assiro, p. 177-178.
  • 17 Voir B. Oded, Mass Deportations, p. 77 sqq.

21De plus, si on suit dans les textes juridiques néo-assyriens, la « carrière » des déportés, on devine que leur famille était souvent séparée de façon arbitraire : tandis que les hommes et un petit nombre de femmes étaient envoyés à la servitude agricole, d’autres femmes, avec leurs filles étaient vendues comme esclaves domestiques dans les maisons d’autres propriétaires16. Enfin, on n’a pas vraiment identifié de mot assyrien qui désigne le libertus, le serf ou l’esclave libéré. On ne peut donc pas affirmer que les « scribes araméens » ou les « scribes égyptiens », par exemple, fonctionnaires de l’administration centrale ou même de l’armée, aient été d’anciens déportés qui avaient recouvré la liberté17.

22La plupart des IRA indiquent que les déportations conduisaient ces étrangers au « pays d’Assyrie ». Cela n’est pas faux, mais on doit tenir compte du fait que, dès leur arrivée, les déportés devaient être triés et envoyés dans différents secteurs urbains ou ruraux du pays. Ces mouvements bénéficièrent non seulement aux villes majeures de l’Empire, mais aussi aux sites mineurs et aux nouvelles fondations urbaines, aux zones de frontière et aux régions rurales qui risquaient de connaître les affres du dépeuplement à cause des guerres continuelles.

  • 18 Voir K. L. Younger, « The Deportations of the Israelites », JBL 117 (1998), p. 201-227.
  • 19 N. Na’aman, R. Zadok, « Sargon II’s Deportations to Israel and Philistia (716-708 B.C.) », JCS 40 ( (...)

23La déportation croisée, qui consistait à procéder à des échanges de population entre deux zones périphériques, est également bien attestée. Cette stratégie permettait de repeupler entièrement ou partiellement des régions rebelles ou récemment soumises avec des gens d’autres régions, afin que les velléités de contestation envers l’Assyrie se neutralisent18. Ainsi, deux ostraca en araméen retrouvés à Tell Jemmeh, environ 10 km au sud de Gaza, pourraient contenir des noms de gens des régions à l’est de la Mésopotamie, où Sargon avait effectué des vastes déportations19. Une lettre de Ninive de l’époque de Sargon nous donne une idée de cette répartition secondaire des déportés :

  • 20 Litt., « 3 sāti » : voir chap. II, 1 pour cette mesure. Dans une autre lettre (SAA V, 242), la rati (...)

Au roi mon seigneur, de ton serviteur […] [nom cassé]. Au sujet des déportés à propos desquels le roi mon seigneur avait écrit à son serviteur, 160 personnes en bonne santé me sont arrivées de la ville de Si’immê : je les ai inspectées et reçues. Pour ce que le roi mon seigneur a écrit à son serviteur : « Tu vas les installer dans la région de Marqasi ; ils vont manger leur pain là-bas » – eh bien, le roi mon seigneur sait que (quand ils étaient) dans la ville de Guzana, ils consommaient du blé stocké, 3 litres20 par jour, et un pot d’huile de sésame. Maintenant, (on va faire) comme le roi mon seigneur le commandera : va-t-on leur donner l’huile aussi ? On fera comme le roi mon seigneur le commandera.
(SAA I, 257)

  • 21 B. Oded, Mass Deportations and Deportees, tableau aux p. 117-135.

24Une attention toute particulière fut accordée au déracinement des populations chaldéennes de la Babylonie qui n’avaient d’autre objectif que de se révolter contre les Assyriens ; on a déjà vu plus haut la lettre concernant les 6 000 prisonniers babyloniens à nourrir. Ainsi des habitants de la Babylonie, au sens large, furent-ils déportés à Samarie en Israël, au « ruisseau de l’Égypte » (moderne el-Arish, dans le Sinaï du nord), à Kummukh (Commagène, entre Syrie et Turquie modernes), à Melid (en Turquie méridionale), à Zamua (en Iran occidental) et vers d’autres lieux encore21. Très brièvement, le « vide » fait dans le territoire babylonien est aussi mentionné dans la seule lettre en araméen qui nous soit parvenue, sur un ostracon retrouvé à Assur :

Teglath-phalazar déporta les gens de Bit-Amukkanni, Ululayu [= Salmanazar V] les déporta de Bit-Adini, Sargon les déporta de Dur-Sin, Sennacherib les déporta de Kish.
(KAI 233 : 1. 15-16)

3. Pax Assyriaca

25Comme l’introduction de cet ouvrage le précisait déjà, le concept de Pax Assyriaca, « la paix des Assyriens », reste, même cent soixante ans après les premières découvertes archéologiques de Botta et Layard en Assyrie, une question très controversée dans les études sur le Proche-Orient ancien : la seule évocation de ce terme suscite toujours un scepticisme profond. Mais, dès le début de notre enquête, nous indiquions qu’il existe pourtant – même s’il est souvent masqué par le ton martial des textes anciens – un nombre non négligeable d’éléments montrant que les Assyriens n’étaient en rien totalement fermés à la recherche d’une issue « pacifique » à leurs inlassables efforts de conquête et d’assujettissement des peuples voisins. Il était donc temps de rendre justice à leurs réelles dispositions par une brève reprise des sources disponibles.

26Du point de vue des Assyriens, la « paix » (ou au moins la non-belligérance) prenait des formes très diverses, selon qu’elle concernait l’intérieur du « pays d’Assur », les États clients ou alliés ou les puissances étrangères assez fortes pour être capables de déclarer la guerre à l’Assyrie. À cause de ces cas de figures très différents, la « paix des Assyriens » – concept de l’histoire politique que nous, modernes, avons créé sur le modèle de la Pax Romana – recouvre des réalités allant d’un simple contrôle de sécurité et du maintien de l’ordre public au partenariat économique et commercial, et, enfin, à une diplomatie élaborée conduisant à de vrais traités entre États.

27Sur les terres assujetties à l’Assyrie, c’est-à-dire dans les provinces intérieures de l’Empire, la protection de la pax assyriaca était confiée aux militaires (avec les Itu’éens jouant souvent le rôle de « police militaire » en alerte permanente) et à l’administration civile. Le mot-clé ici était šulmu, « état de paix », qui désigne une situation de sécurité intérieure optimale, dont les fonctionnaires rendaient compte au roi dans leurs lettres, en tant que résultat de la « vigilance » (voir chap. III, 4) qu’ils avaient exercée dans les territoires qui leur avaient été confiés.

28Un examen, même rapide, de ces documents montre qu’en effet les risques pour le šulmu pouvaient être divers et variés. C’était le cas notamment dans les zones frontières, par exemple vers l’Ourartou ou l’État-tampon de Shupria, où la « paix » pouvait être perturbée par l’ingérence de pays voisins qui soulevaient des différends frontaliers ou qui laissaient se développer la contrebande de biens de luxe, voire l’enlèvement de sujets assyriens.

29Ailleurs, par exemple en Syrie intérieure ou en Babylonie du nord, des groupes semi-nomades ne tenant aucun compte de l’intégrité territoriale assyrienne pénétraient illégalement dans le pays, parvenaient parfois à bloquer les voies de communication impériales, ou même s’adonnaient au chapardage dans les villages et les propriétés. Ailleurs encore, et en Djézireh surtout, domine l’impression que le plus grand danger venait de gens en marge de la société comme les bandes de fugitifs de la déportation ou les déserteurs, qu’il fallait poursuivre et traduire en justice.

  • 22 Voir F. M. Fales, L’impero assiro, p. 179-183.

30Enfin, un peu partout sont attestés des cas d’abus de pouvoir de la part des membres de la classe dirigeante, des gouverneurs de province aux administrateurs des temples ou aux commandants militaires ; toutes corruptions et prévarications qui jouaient évidemment contre les intérêts de l’État. À tous ces facteurs qui compromettaient la šulmu, on devait s’opposer en pratiquant la dénonciation aux autorités, sinon directement au roi, afin qu’on envoyât des forces spéciales (les qurbutus du kiṣir šarri ou des eunuques armés) pour contrôler et éventuellement redresser la situation22.

31Tout autre était la situation dans les États liés à l’Assyrie par alliance. Là, la pax assyriaca a pour mot-clé les « pourparlers amicaux » (dibbī ṭābūti dabābu) avec l’allié. Cette forme préliminaire de relation pouvait ensuite conduire à un vrai traité, qui présentait – selon les circonstances politiques- des avantages non seulement pour les Assyriens (exploitation des matières premières, impôts sur les produits, gestion des commerces), mais aussi pour le partenaire (qui gardait pleinement son territoire et ses institutions, participant aussi parfois aux profits). C’est ce que montre bien une lettre envoyée à Teglath-phalazar III, dans laquelle la condition de soumission pacifique de Tyr est comparée à celle de Sidon qui avait eu besoin d’un rappel à l’ordre par les armes :

Au roi mon seigneur, de ton serviteur Qurdi-Assur-lamur. À l’égard du [roi] de Tyr, dont le roi m’avait dit : « Fais des pourparlers amicaux avec lui »-eh bien, tous les quais sont à sa disposition, et ses sujets vont et viennent sur les quais comme ils veulent, en vendant et en achetant. Le mont Liban est (aussi) à sa disposition, et ils y montent et en descendent comme ils veulent, en apportant du bois. J’impose (seulement) la taxe à quiconque apporte du bois en bas ; j’ai mis en place des percepteurs sur tous les quais du mont Liban, et ils surveillent la montagne.
J’avais aussi mis en place un percepteur pour ceux qui descendent aux quais qui sont dans la ville de Sidon, mais les Sidoniens l’ont chassé. Ensuite, j’ai envoyé les Itu’éens sur le mont Liban, et ils ont fait ramper les gens de peur. Enfin, ils m’ont écrit qu’ils avaient décidé de faire rentrer le percepteur à Sidon. Je leur ai dit : « Allez, apportez le bois en bas, et faites-y votre travail librement, mais n’en vendez pas aux Égyptiens ou aux Philistins. Sinon, je ne vous permettrai plus de mettre le pied sur la montagne ! »
(NL 12 : recto 1.1 – verso 1.2)

32Par la suite, sous le règne d’Assarhaddon, les relations avec Tyr aboutirent à un véritable adê ou traité (voir Introduction), prévoyant entre autres que le roi phénicien pouvait avoir accès aux ports côtiers du Levant suivants :

  • 23 SAA II, 5 : verso III, 1. 18’-22’.

Acco, Dor, le district des Philistins, toutes les villes en territoire assyrien sur la côte, ainsi que Gubla [= Byblos], le Liban, toutes les villes dans les montagnes23.

  • 24 N. Na’aman, « An Assyrian Residence at Ramat Rahel ? », p. 260-263.

33Ce traité nous donne donc un aperçu des zones contrôlées par les Assyriens dans les États levantins avec lesquels ils avaient passé des contrats d’alliance. D’autres établissements assyriens se trouvaient à Gaza, où Teglath-phalazar III affirme avoir créé un comptoir (bīt kāri) assyrien, vraisemblablement pour assurer le contrôle des activités commerciales des Philistins, ainsi qu’« un magasin royal et une bīt kāri sur le bord de la mer » à Ahta, qui pourrait être Al-Mina en Cilicie. Cette politique d’occupation de la côte méditerranéenne à des fins commerciales, qui faisait incontestablement bénéficier les populations locales d’un développement économique considérable mais qui contribuait surtout à remplir les caisses des capitales de l’Empire, se poursuivit sous Sargon. Selon Nadav Na’aman24, ce dernier aurait fondé le port de Ashdod-Yam, détournant ainsi les revenus de la ville voisine d’Ashdod qui se rebella à deux reprises mais sans par ailleurs recevoir l’aide des Égyptiens ou d’une autre puissance. En conséquence de quoi, Ashdod-Yam devint la nouvelle capitale de la province, tandis que la ville la plus ancienne fut à moitié abandonnée pendant le viie siècle.

  • 25 S. Gitin, « Tel Miqne-Ekron in the 7th Century B.C.E : The Impact of économic Innovation and Foreig (...)

34Les traces archéologiques de la pax assyriaca (aux viiie et viie siècles av. J.-C.) sur les États vassaux n’ont pour le moment été repérées qu’en Palestine, sur la ville d’Ekron (l’actuel Tel Miqne), située entre la côte méditerranéenne et les collines de Judée. Jadis ville philistine de première importance, elle fut prise par Sargon en 712 à l’issue d’un siège, passa ensuite sous le contrôle d’Ézéchias de Judée, avant de revenir dans le giron assyrien comme État vassal après la campagne de Sennacherib en 70125. Tandis que de nombreux autres centres de Judée (Beth Shemesh, Tel Beit Mirsim, par exemple) furent détruits, ou vidés de leur population, au point de ne plus pouvoir se relever, Ekron semble avoir été choisie par les Assyriens comme centre économique particulièrement intéressant à cause de sa proximité avec la côte, les routes commerciales et les sources de matières premières.

35Comme le montre encore son urbanisme inaltéré, Ekron demeura intacte à l’âge du fer II et devint un centre économique spécialisé dans la production intensive d’huile d’olive. On a pu calculer que la quantité d’huile produite dans les 105 pressoirs actuellement découverts sur ce site représentait environ 20 % de la production actuelle de l’État d’Israël. Un signe de la prospérité économique de la ville est également donné par la découverte de plusieurs trésors monétaires de pièces d’argent, témoignant du besoin de « liquidités » pour le paiement des multiples marchandises échangées dans la ville. L’un de ces trésors comprenait un médaillon gravé d’une scène représentant un homme qui prie la déesse Ishtar. Cette pièce est l’un des indices de la présence physique des Assyriens, qui menaient une politique commerciale tournée vers l’extérieur et en particulier vers l’Occident. Le caractère international d’Ekron comme place économique est par ailleurs montré par la diversité des provenances de la céramique retrouvée (locale, assyrienne, attique, corinthienne) aussi bien que par les nombreuses figurines de style phénicien, assyrien ou égyptien. À la fin du viie siècle, les Assyriens se retirèrent d’Ekron, cédant ainsi l’hégémonie commerciale aux Égyptiens. Cette phase est marquée par une certaine baisse de la production d’huile, jusqu’au moment où, à la fin du vie siècle, la conquête babylonienne de la Judée mit fin à l’existence de la ville.

  • 26 S. Sherratt, A. Sherratt, « The Growth of the Mediterranean Economy in the Early First Millennium B (...)

36La grande période de prospérité d’Ekron et des comptoirs phéniciens sous contrôle assyrien correspond certainement au développement de la phase culturelle que les spécialistes des périodes classiques nomment « orientalisante » ou « de l’orientalisation » (viie siècle). Cette phase est caractérisée par la diffusion le long des routes maritimes qui s’étendaient de la Phénicie à l’Égée, l’Italie et l’Espagne, de biens de luxe d’origine orientale ; mécanisme qui favorisa une production locale (surtout en Grèce et en Étrurie) imitant les objets orientaux et caractérisée par des frises d’animaux (fauves et cervidés), la représentation d’êtres fantastiques (sirènes, griffons et sphinx) et de motifs végétaux comme la rosette, le lotus ou la palmette26. Il est donc probable que ce développement particulier de l’art occidental, largement porté par le dynamisme commercial des Phéniciens en direction de la Méditerranée centrale, ait été l’un des effets de la pax assyriaca imposée sur les villes de la côte levantine.

  • 27 Pour les fouilles et les monuments de Sam’al, voir tout récemment R.-B. Wartke, Sam’al. Ein aramäis (...)

37Par ailleurs, les avantages économiques certains liés au statut de vassal de l’Assyrie – s’il était adroitement géré par ledit vassal – sont bien montrés par l’inscription araméenne de Bar-rakib roi de l’État de Sam’al27 qui mentionne volontairement Teglath-phalazar III. Malgré la pitoyable image de servilité donnée par ces rois vassaux courant derrière le char royal assyrien, il est vraisemblable que tous étaient sans doute assez satisfaits d’avoir eu cette possibilité :

Grâce à la loyauté de mon père, et grâce à ma propre loyauté, mon seigneur (le dieu) Rakib-El et mon seigneur Teglath-phalazar me placèrent sur le trône de mon père. Et ma maison devint plus forte que toutes les autres. Et je courus à la roue (du char) de Teglath-phalazar, parmi de grands rois riches en argent et or. Et je pris possession du palais de mon père et je le fis plus beau que les palais de tous les autres grands rois.
(KAI 216)

38Passons enfin à la politique de paix que les Assyriens s’efforcèrent de construire avec des États militairement presque aussi puissants qu’eux (fig. 53). Ici, les mots-clés sont ṭūbu, « bonnes relations » et sulummû, « paix, pacification », parfois accompagnés ou remplacés par le verbe salāmu, « être en paix ». Le verbe en soi joue un rôle particulier dans la lettre qui suit, dans laquelle Assurbanipal, en tant que prince héritier, annonce à un haut fonctionnaire la paix conclue par son père Assarhaddon et le roi élamite :

Message du Prince Héritier à Šulmu-ahu. Salut à toi. Le roi de l’Élam et le roi d’Assyrie, s’étant consultés à maintes reprises l’un avec l’autre, ont fait la paix (isselmū) par l’ordre du dieu Marduk, et ils sont (ainsi) devenus partenaires dans un traité.
(CT 54580 : recto 1-7)

Fig. 53. Pax Assyriaca : base du trône de Salmanazar III avec scène de l’alliance conclue entre l’Assyrie et Marduk-sakir-šumi de Babylonie (à droite). Musée de Baghdad.

39Et il n’est pas sans intérêt de comparer les mots de satisfaction d’Assurbanipal dans cette lettre « quotidienne » avec les expressions hautaines utilisées par Assarhaddon dans ses inscriptions officielles pour décrire la même circonstance :

L’Élamite et le Gutéen, rois obstinés dont les rapports avec mes aïeux avaient été hostiles, entendirent parler de la puissance d ’Assur que j avais montrée à tous mes ennemis ; la peur les accabla et -afin de préserver l’intégrité des frontières de leurs pays- ils envoyèrent leurs messagers d’amitié et de paix (ša ṭūbi u sulummê) chez moi à Ninive et jurèrent un pacte par les grands dieux.
(IA, p. 58-59)

40Mais en poursuivant l’enquête à partir de la documentation « quotidienne », on s’aperçoit que les rois aussi ne dissimulaient pas un certain soulagement, quand une perspective de guerre – même lointaine, mais qui semblait difficilement évitable en raison des prescriptions idéologiques assyriennes- se transformait soudainement en accord de paix. Telle fut la situation de Sargon, qui répondait avec enthousiasme à la nouvelle selon laquelle Mita de Muški (le roi Midas de Phrygie) avait arrêté des messagers envoyés par l’État de Quë vers l’Ouratou en mission contre les Assyriens :

Quant à ce que tu m’as écrit, « Un messager de Midas le Phrygien est venu chez moi, apportant avec soi 14 hommes de Quë, que Urik [= le roi de Quë] avait envoyés comme ambassadeurs vers l’Ourartou’ », eh bien, mes dieux, Assur, Šamaš, Bel et Nabû ont agi, et sans (mener) une bataille ou rien d’autre, le Phrygien nous a donné sa parole et il est devenu notre allié !
(SAA I, 1)

41On voit bien que – malgré les propos belliqueux qui parsèment les récits officiels – l’avantage que représentaient des accords négociés avec des puissances potentiellement dangereuses sur le champ de bataille n’échappait pas aux monarques d’Assyrie. Souvenons-nous aussi que, dans les textes oraculaires, la première action envisagée devant les murs d’une ville ennemie assiégée était la reddition obtenue par les moyens « diplomatiques » (chap. III, 5). Dans la même veine, la requête oraculaire d’Assarhaddon qui suit montre que le roi semble ne pas ménager sa peine pour établir de bonnes relations avec les Scythes. Entre les deux dynasties, c’est un mariage qui est envisagé :

(Regardant) Bartatua, roi des Scythes, qui a maintenant envoyé ses messagers à Assarhaddon, pour une fille royale (à recevoir) en mariage.
Si Assarhaddon, roi d’Assyrie, lui donne une fille royale en mariage, est-ce que Bartatua, roi des Scythes, parlera avec Assarhaddon, roi d’Assyrie, de bonne foi, (utilisant) des mots de paix (sulummû) véridiques et honnêtes ?
Est-ce qu’il respectera le traité avec Assarhaddon, roi d’Assyrie ? Est-ce qu’il fera ce qui est agréable à Assarhaddon, roi d’Assyrie ?
(SAA II, 20)

42Comme on le voit par ces textes, dans les rapports internationaux, la « paix » représentait la seule alternative à la guerre. En théorie du moins, il n’y avait pas de moyen terme entre la pax assyriaca et une guerre qui, comme on l’a vu (voir Introduction), était considérée juste en soi et pour soi. Pour les Assyriens, très souvent le déclenchement de la guerre n’était donc que la réponse faite à la violation d’un traité de paix précédemment juré devant les dieux. Que cela soit vrai ou faux, – du point de vue des représentations idéologiques – l’engrenage qui faisait passer de la paix à la guerre mettait en action toutes les forces du cosmos contre les malheureux transgresseurs. Le passage suivant concernant les Arabes, extrait des textes officiels d’Assurbanipal, en témoigne :

Les dieux Assur, Sîn, Šamaš, Bel, Nabû, Ištar de Ninive et Ištar d’Arbèles, les grands dieux, mes seigneurs, chargèrent sur eux toutes les malédictions qui étaient inscrites dans leur traité (adê). Les jeunes chameaux, les ânes et les agneaux suçaient sept fois le sein de leur mère et pourtant ne réussissaient pas à rassasier de lait leurs estomacs. Les gens de la terre des Arabes continuaient à se demander l’un à l’autre : « Pourquoi ce fléau a-t-il frappé le pays des Arabes ? » – (et ils se répondaient), « Parce que nous n’avons pas été fidèles au traité du dieu Assur, et nous avons péché contre la faveur d’Assurbanipal, le roi bienaimé par Enlil ! »
(ALAK, II, p. 74-76).

43Bref, malgré l’injonction traditionnelle et persistante du dieu Assur pour conquérir les peuples voisins, la paix – ou, pour mieux dire, la « pacification » d’un univers éternellement imparfait, car peuplé d’un grand nombre d’insoumis potentiels- était l’objectif idéologique à atteindre le plus élevé et le plus noble pour tout roi qui montait sur le trône d’Assyrie. Ce n’est pas un hasard si un « règne parfait », tel que le décrit dans une lettre au nouveau roi Assurbanipal l’exorciste de cour Adad-šumu-uṣur, ne pouvait se présenter autrement que paré de la paix, du bonheur et des bons sentiments enveloppant tout le pays :

Assur, le roi des dieux, a prononcé le nom du roi mon seigneur pour la royauté sur l’Assyrie, et Šamaš et Adad, par leurs présages dignes de confiance, ont confirmé le roi mon seigneur pour la royauté sur le monde.
(C’est) un règne heureux – jours de justice, années de rectitude, pluies abondantes, grandes inondations, taux d’échange favorable. Les dieux sont assouvis, il y a beaucoup de craintives révérences envers les dieux, les temples sont abondants ; les grands dieux du ciel et de la terre sont devenus exaltés au temps du roi mon seigneur.
Les vieux dansent, les jeunes chantent, les femmes et les filles sont joyeuses et se réjouissent ; les femmes sont données en mariage et pourvues de boucles d’oreille (précieuses) ; garçons et filles sont engendrés, les naissances sont abondantes.
Le roi, mon seigneur, a ranimé celui qui était coupable et condamné à mort ; tu as libéré celui qui était en prison depuis des années. Ceux qui étaient malades pour de longs jours sont guéris ; les desséchés ont été oints avec de l’huile, les indigents ont été couverts avec des robes.
(SAA X, 226 : recto 1.5 – verso 1.3)

Notes

1 Voir par ex. M. Broshi, I. Finkelstein, « The Population of Palestine in Iron Age II », BASOR 287 (1992), p. 47-60 : p. 55, pour les destructions de villes dans le Royaume d’Israël ; J. A. Blakely, J. W. Hardin, « Southwestern Judah in the Late Eighth Century B.C.E. », BASOR 326 (2002), p. 11-64, qui fournissent les preuves archéologiques pour des destructions en Judée pendant les campagnes de Teglath-phalazar III en 734-732.

2 M. Liverani, Studies on the Annals of Ashurnasirpal, p. 157-162.

3 Sg VIII, 1. 352-365.

4 Qui était par ailleurs parallèle à celui des impôts dus par les différentes provinces : voir J. N. Postgate, « The Economic Structure of the Assyrian Empire », dans M. T. Larsen, éd., Power and Propaganda, p. 193-221.

5 G. Herrmann, A. R. Millard, « Who Used Ivories in the First Millennium BC ? », dans T. Potts, M. Roaf, D. Stein, éd., Culture Through Objects. Ancient Near Eastern Studies in Honour of P.R.S. Moorey, Oxford 2003, p. 377-402 ; J. E. Reade, « The Assyrians as Collectors : from Accumulation to Synthesis », dans G. Frame, éd., From the Upper Sea to the Lower Sea, p. 255-268.

6 I. J. Gelb, « Prisoners of War in Early Mesopotamia », JNES 32 (1973), p. 70-98 : p. 70-72.

7 Voir M. Liverani, Studies on the Annals of Ashurnasirpal II, p. 157.

8 Voir B. Oded, Mass Deportations and Deportees in the Neo-Assyrian Empire, Wiesbaden 1979, p. 26, pour un tableau du nombre des déportations et de la quantité des déportés, roi par roi, là où elle était enregistrée.

9 J.-M. Aymard, Le prisme du Louvre A.O. 19.939, Paris 1957, p. 44-45 : 1.46-52.

10 Voir B. Oded, Mass Deportations and Deportees in the Neo-Assyrian Empire, p. 26, pour un calcul de tous les déportés enregistrés dans les IRA, arrivant à un total de 1 210 928 personnes. Sur ces totaux, il faudra toutefois appliquer les principes critiques élaborés par M. De Odorico, The Use of Numbers and Quantifications, passim.

11 Voir la documentation de ces vêtements dans M. Wäfler, Nicht-Assyrer neuassyrischer Darstellungen, Neukirchen-Vluyn 1975.

12 Édition plus récente du texte : F. M. Faces, « Cibare i deportati : una lettera al re assiro Tiglath-pileser III (ND 2634) », dans D. Morandi Bonacossi, E. Rova, F. Veronese, P. Zanovello, éd., Tra Oriente e Occidente : Studi in onore di Elena Di Filippo Balestrazzi, Padoue 2006, p. 47-64.

13 Ibid., p. 61-63, pour des sources à ce sujet.

14 Voir par ex. le texte ND 2679, publié par B. Parker, « Administrative Tablets from the North-West Palace, Nimrud », Iraq 23 (1961), p. 43, ainsi que les documents du « Recensement de Harran », (SAA XI, 201-220), parmi d’autres.

15 V, SAA XI, 201 : verso I, 1.32 ; 202 : recto II, 1. 17 ; 207 : verso II, 1. 5’ ; 219 : III, 1.10’-11’ pour des individus qui sont dits « provenant de la profession » telle ou telle, c’est-à-dire ayant jadis exercé cette profession.

16 Voir F. M. Fales, L’impero assiro, p. 177-178.

17 Voir B. Oded, Mass Deportations, p. 77 sqq.

18 Voir K. L. Younger, « The Deportations of the Israelites », JBL 117 (1998), p. 201-227.

19 N. Na’aman, R. Zadok, « Sargon II’s Deportations to Israel and Philistia (716-708 B.C.) », JCS 40 (1988), p. 36-46.

20 Litt., « 3 sāti » : voir chap. II, 1 pour cette mesure. Dans une autre lettre (SAA V, 242), la ration des déportés comprend le grain, un peu de sel (une demi-tasse par mois) et du cresson.

21 B. Oded, Mass Deportations and Deportees, tableau aux p. 117-135.

22 Voir F. M. Fales, L’impero assiro, p. 179-183.

23 SAA II, 5 : verso III, 1. 18’-22’.

24 N. Na’aman, « An Assyrian Residence at Ramat Rahel ? », p. 260-263.

25 S. Gitin, « Tel Miqne-Ekron in the 7th Century B.C.E : The Impact of économic Innovation and Foreign Cultural Influences on a Neo-Assyrian Vassal City-State », dans S. Gitin, éd., Recent excavation in Israel A View to the West, Dubuque 1995, p. 61-79.

26 S. Sherratt, A. Sherratt, « The Growth of the Mediterranean Economy in the Early First Millennium BC », World Archaeology 24 (1993), p. 361-378 ; M. E. Aubet, The Phœnicians and the West, Cambridge 1993 ; G. Markœ, « The Emergence of Orientalizing in Greek Art : Some Observations on the Interchange between Greeks and Phœnicians in the Eighth and Seventh Centuries B. C. », BASOR 301 (1996), p. 47-67.

27 Pour les fouilles et les monuments de Sam’al, voir tout récemment R.-B. Wartke, Sam’al. Ein aramäischer Stadtstaat des 10. bis 8. Jhs. v. Chr und die Geschichte seiner Erforschung, Mayence 2005.

Table des illustrations

Légende Fig. 51. Destruction systématique d’une ville conquise. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 52. Après la chute de Lakish : représailles contre les militaires résistants, déportation de la population civile. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 53. Pax Assyriaca : base du trône de Salmanazar III avec scène de l’alliance conclue entre l’Assyrie et Marduk-sakir-šumi de Babylonie (à droite). Musée de Baghdad.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search