Version classiqueVersion mobile

Guerre et paix en Assyrie

 | 
Frederick Mario Fales

Chapitre III. Les campagnes militaires assyriennes. Une vue dynamique

Texte intégral

1. Une vue d’ensemble

1L’étude de l’armement et des formations militaires précédemment menée nécessitait de rassembler des données très différentes provenant aussi bien des bas-reliefs que des textes « quotidiens ». Il s’agissait alors de donner un aperçu de ce qu’était le potentiel militaire assyrien. Vision statique de ce qui constituait la force des armées, à laquelle ce chapitre ajoutera l’analyse de la mise en action de cette force dans la durée. On s’appuiera donc sur la chronologie relativement bien établie des guerres assyriennes, obtenue par l’examen du contenu « événementiel » qui s’est constitué et développé durant la longue période de production des IRA. Dans ces IRA, les opérations particulières menées au cours des campagnes militaire – comme la marche, la pénétration en territoire ennemi, les tactiques d’approche, les techniques de l’assaut militaire – font hélas peu souvent l’objet d’une description précise. Il sera donc indispensable d’avoir une nouvelle fois recours aux sources iconographiques ou écrites, y compris à celles qui n’étaient pas destinées à connaître une large diffusion, mais qui étaient réservées au roi et avaient même parfois la qualité de rapports secrets.

  • 1 Voir pour ce point précis F. M. Fales, L’impero assiro ; F. Joannès, La Mésopotamie au premier mill (...)

2Néanmoins, établir ne serait-ce que rapidement le cadre spatial et temporel de l’expansion militaire assyrienne, en puisant les informations d’abord dans les inscriptions officielles des différents rois assyriens, est une première étape indispensable. Il ne s’agira pas pour autant de rédiger un précis d’histoire politique néo-assyrienne1, mais seulement de donner le cadre géographique des principaux événements militaires. Cependant, comme les Assyriens envisagèrent parfois plusieurs options géographiques, menées de front ou abandonnées au cours des différentes périodes, la meilleure façon d’y parvenir sera de suivre le développement chronologique de cette expansion territoriale.

  • 2 Voir en général A. Harrak, Assyria and Hanigalbat, Hildesheim 1987 ; P. Machinist, « Provincial Gov (...)

3Rappelons d’emblée qu’une première phase de conquête se déroula à la fin de l’époque médio-assyrienne, au xiiie siècle av. J.-C, sous les rois Salmanazar I (1274-1244) et Tukulti-Ninurta I (1243-1207). Ces deux souverains étendirent le territoire originaire de la cité-État d’Assur à toute la plaine entre le Tigre et l’Euphrate (ce qu’on appelle couramment la Djeziré), jusqu’aux frontières de l’Empire hittite, en y établissant une série de places fortes (comme celle de Tell Sabi Abyad) dotées d’une administration régionale confiée à des hauts fonctionnaires2. Puis, la crise généralisée des formations étatiques au xiie siècle atteignit le nouvel État assyrien, qui fut contraint de revenir à son noyau géographique d’origine, excepté sous Teglath-phalazar I (1114-1076) qui s’efforça de contenir les mouvements de population au Nord (les tribus de Nairi, Katmuhi) et les infiltrations des nomades araméens, qui se poursuivaient depuis longtemps.

  • 3 Sur le mode d’expansion « en tache d’huile », de l’Empire assyrien dans cette phase, voir M. Livera (...)

4Mais la phase de domination politique et militaire de tout le Proche-Orient par les Assyriens (ixe-viie siècles av. J.-C.) fut précédée par une crise qui dura environ deux siècles et au cours de laquelle les anciennes villes de la « patrie assyrienne » furent menacées par les invasions araméennes. On ne peut donc parler d’une reprise de l’offensive et de l’expansion qu’avec Adad-nirari II (911-891) qui, grâce à ses victoires au nord-est contre Nairi ou à l’ouest et presque jusqu’à l’Euphrate contre les Araméens, reprit le titre de ses aïeux, « roi des quatre parties du monde », modelé sur celui de Narâm-Sîn d’Akkad. Les conquêtes d’Adad-nirari furent consolidées par Tukulti-Ninurta II (890-884) : les deux rois parcoururent la vallée du fleuve Habur au cours de longues expéditions : véritables démonstrations de force qui permettaient notamment de prélever sur les vassaux3 d’importants tributs annuels et de recevoir des dons.

5Le passage à une véritable formation pré-impériale eut lieu sous les règnes d’Assurnazirpal II (883-859) et de Salmanazar III (858-824). Le premier renforça le contrôle des nouvelles frontières avec la restauration des colonies assyriennes sur le haut cours du Tigre et l’écrasement des révoltes araméennes de Laqê sur le moyen Euphrate. De plus, il soumit la région de Zamua et atteignit la côte méditerranéenne, protégeant ainsi les routes commerciales vers la région du centre de l’Iran et vers la Syrie centrale et méridionale. D’autre part, son effort majeur porta sur la grande boucle de l’Euphrate (une zone stratégiquement cruciale pour la pénétration de la Syrie) où un État semitribal et mobile, nommé Bit-Adini, sous l’autorité de l’habile Ahuni, opposa une farouche résistance militaire. C’est sous Assurnazirpal II que l’acquisition par les Assyriens de biens utilitaires ou de luxe, sous la forme de butin de guerre ou de tribut, prélevé une fois pour toutes ou de façon périodique sur les États conquis, devint une pratique systématique.

  • 4 Voir M. Liverani, « Assyria in the Ninth Century : Continuity or Change ? », p. 217.

6Son successeur Salmanazar III remporta la victoire finale sur Ahuni puis, après avoir mené des actions d’intimidation contre la puissance grandissante d’Ourartou au nord-est, envahit la Transeuphratène avec une grande armée (voir chap. II, 1) en 853, mais fut arrêté à la bataille de Qarqar sur l’Oronte par une puissante coalition menée par les États araméens de Hama et Damas avec l’appui des forces des États néo-hittites. Plus tard, il lança de nouvelles campagnes mais elles ne lui permirent pas de conquérir Damas, le nouveau centre du pouvoir au Levant. Toutefois, par rapport à son prédécesseur, il parvint à étendre la zone de pénétration assyrienne vers les régions du nord et de l’est, atteignant la haute vallée de l’Euphrate, la zone intérieure de Zamua -au-delà de la « Chaîne magistrale » des monts Zagros – et jusqu’à la région située autour de Hamadan dans le Zagros central4. Durant ses dernières années de règne, une révolte interne à laquelle participèrent les plus grandes villes du royaume éclata. Avec l’appui de l’État babylonien, son fils Shamshi-Adad V (823-811) finit par en avoir raison. Par la suite, son acharnement contre la Babylonie elle-même plongea cette dernière dans une longue période de chaos politique.

  • 5 Voir A. Lemaire, J.-M. Durand, Les inscriptions araméennes de Sfiré et l’Assyrie de Shamshi-ilu, Ge (...)

7Le demi-siècle suivant est considéré comme une période d’une certaine faiblesse politique des Assyriens. Les occasions d’expansion militaire ne manquèrent pas, en particulier en direction des puissants États araméens d’Arpad et Damas, mais entre-temps l’Ourartou avait élargi sa sphère d’influence en Syrie du nord. De plus, à l’intérieur, le pouvoir des gouverneurs provinciaux semble s’être développé, non seulement grâce à de grandes concessions de territoire, mais aussi grâce à la possibilité de mener la politique étrangère au nom du roi, comme ce fut le cas du général en chef Shamshi-ilu. Parfois, donc, on a l’impression que la dimension politique se substitua, faute de mieux, à la pure et simple conquête armée : comme dans le cas des accords entre les États nord-syriens de Kummukh et Gurgum, ou de Hamat et Arpad, qui furent également « bénis » par l’Assyrie ; ou encore, comme dans le cas du traité direct conclu autour de 750 entre Assur-nirari V et Mati-el de Arpad, qui – malgré le ton dominateur du texte- avait probablement pour but d’associer l’État araméen autour d’Alep à la politique assyrienne, le soustrayant ainsi à l’influence de l’Ourartou5.

  • 6 « Pendant 45 jours je mis mon campement autour de sa ville, et je le renfermai comme un oiseau dans (...)
  • 7 Sur les campagnes de Teglath-phalazar en Transeuphatène méridionale, dont la reconstruction nécessi (...)
  • 8 Voir J. A. Brinkman, Prelude to Empire. Babylonian Society and Politics, 747-626 B.C., Philadelphie (...)

8Cette phase d’incertitude prit fin sous Teglath-phalazar III qui accéda au trône en 745, après une révolte et un coup d’État à Kalhu. À la suite d’une victoire contre les Ourartéens pour l’hégémonie sur la Syrie, il conquit l’infidèle Arpad en 740, après un siège de trois ans. Mais la zone syrienne et levantine était destinée à rester pour longtemps un foyer de révoltes anti-assyriennes qui nécessitèrent plusieurs campagnes de représailles. Ainsi, en 734, Teglath-phalazar III attaqua-t-il la Palestine, passant, semble-t-il, par la route côtière. L’année suivante, il tenta, sans succès, la conquête de Damas, mais prit tout de même de nombreuses petites villes des environs, détruisit les vergers du royaume ennemi6, soumit la Transjordanie et ravagea le campement de la reine arabe Samsi. Enfin, il s’empara de la Galilée, descendant à Gezer et finalement à Ascalon. Durant cette campagne, il mit fin au dernier règne araméen à Damas et établit son trône dans cette ville7. Sur le front oriental, le roi fit dans les territoires des Mèdes des incursions qui lui permirent de ramener de riches butins. Surtout, il attaqua l’Ourartou jusque dans son territoire, assiégeant la capitale Turušpa sur le lac de Van, et il installa un réseau de garnisons défensives dans ce secteur. En Babylonie, il conduisit de vastes campagnes contre Mukin-zeri, un Chaldéen de Bit-Amukkani, qui s’était emparé du trône de Babylone8.

9À la fin de son règne, l’Assyrie avait désormais la physionomie d’un véritable empire. L’organisation du territoire fut réformée : on trouve des provinces gérées par des gouverneurs nommés par le roi, avec les pleins pouvoirs civils et militaires (organisation de la sûreté, collecte des entrées fiscales), à côté d’États clients, gouvernés par des rois pro-Assyriens. Des déportations massives furent organisées pour déraciner et disperser dans tout l’Empire les classes dirigeantes des pays vaincus (voir chap. IV, 2). Les capitales de province furent pour la plupart rebâties en style assyrien. Dans ces territoires, le système de recrutement assyrien fut imposé, comme d’ailleurs son système de poids et mesures.

10Le court règne de son fils Salmanazar V (726-722) est très peu connu. On ne sait même pas si, après la révolte anti-assyrienne d’Osée d’Israël, il fut bien l’auteur de la conquête de Samarie. Puis une grande révolte, visant à l’élimination d’anciens privilèges fiscaux accordés aux grandes villes, éclata en Assyrie intérieure. Porté par l’onde de ce mécontentement, un autre fils de Teglath-phalazar usurpa le trône, ce qui ne l’empêcha pas de prendre le nom de Šarru-kēnu, « roi légitime », le Sargon de la Bible.

  • 9 Voir J. A. Brinkman, Prelude to Empire, p. 45-66.

11Au cours de son règne (722-705) Sargon acheva le siège de Samarie et intégra le royaume de Hama dans l’ensemble des provinces. Il se tourna ensuite vers l’Ourartou, où le roi Rusa essayait d’étendre son influence politique dans la zone des monts Zagros. Après avoir rétabli sa légitimité dynastique auprès des Mannéens, Sargon établit dans la partie sud du Zagros une ligne défensive de forteresses. Après cela, en 714, il mena une vaste campagne contre les vassaux orientaux de Rusa puis contre les forts ourartéens sur le lac d’Urmia. Sur le chemin du retour, il pilla l’État-tampon de Musasir, où se trouvait le principal sanctuaire des Ourartéens. Dans les années qui suivirent, de vastes campagnes furent conduites au nord-ouest, contre la Cilicie (Que) et l’État de Tabal, tandis que les territoires intermédiaires de Karkemish, Melid, Gurgum et Kummukh furent réduits à l’état de province. En 710, les guerres reprirent en Babylonie, ouvrant ainsi une période de conflit contre les Chaldéens et les Élamites, qui dura pendant presque quarante ans. Après une série de rapides victoires contre le chef chaldéen Marduk-apal-iddina, le roi reprit la couronne de Babylone et réorganisa personnellement la région jusqu’en 7079. À son retour, il inaugurait sa nouvelle capitale, Dur-Sharru-ken, élevée en douze années de travail, mais la mort qui le frappa en 705 au cours d’une campagne en Anatolie ne lui permit jamais d’en jouir...

  • 10 Voir E. Frahm, Einleitung in die Sanherib-Inschriften, p. 1-32.
  • 11 Sur la campagne de Sennacherib contre la Judée, voir W. R. Gallagher,Sennacherib’s Campaign to Jud (...)

12Son successeur Sennacherib (705-681) n’eut, quant à lui, pas d’autre destin que de conduire une politique étrangère essentiellement défensive10. En Babylonie, il dut régler le contentieux persistant avec le coriace Marduk-apal-iddina, jusqu’à la défaite finale de celui-ci en 700. Mais cette région demeurait un foyer d’émeutes et d’hostilités permanentes : en 694, le prince héritier Assur-nadin-shumi, mis sur le trône de Babylone, fut capturé. Le roi assyrien répliqua par de violentes représailles, qui culminèrent avec le siège puis la chute et enfin la destruction de Babylone. Au Levant, la situation n’était guère plus calme : les États clients furent le théâtre de soulèvements violents. Le roi marcha donc contre Ascalon et Sidon, conquit ces villes et remplaça leurs dynastes. Le même sort échut à Ekron, dont les habitants avaient livré le roi pro-assyrien à Ézéchias de Judée et en avaient appelé aux forces égyptiennes. Celles-ci furent repoussées au cours d’une violente bataille à Eltekeh. Jérusalem fut assiégée et ses terres redistribuées aux États pro-assyriens environnants11. Mais les dernières années de Sennacherib se soldèrent par une série de défaites assyriennes, surtout dans les régions de montagne (Tabal au nord-ouest, Ellipi au sud-est), tandis qu’en Égypte, la dynastie saïtique sous Taharqa fomentait des révoltes au Levant. Comme on le sait, Sennacherib fut assassiné après qu’il eut choisi comme successeur le cadet de ses fils, Assarhaddon.

  • 12 Sur la Babylonie de l’époque néo-assyrienne plus récente, voir G. Frame,Babylonia 689-627B.C. A Po (...)

13Après une conquête difficile du pouvoir contre ses frères, Asarhaddon régna onze ans (680-669), conduisant une politique étrangère de contrôle et de limitation, chez les Mannéens, dans l’Ourartou et Shupria. À l’Ouest, une campagne contre Sidon – poussée à la rébellion par Taharqa d’Égypte – se conclut par la destruction de la ville et un traité de paix avec le roi de Tyr. Une campagne contre l’Égypte, malgré la fuite de Taharqa et la division du territoire entre gouverneurs assyriens et rois locaux, échoua à la suite de multiples révoltes. Ces échecs furent, pour partie, la cause du partage du pouvoir royal entre les deux fils d’Asarhaddon, Assurbanipal et Shamash-shum-ukin, le premier devant régner sur l’Assyrie et le second sur la Babylonie12. Ayant repris la route de l’Égypte en 669, Asarhaddon tomba malade en voyage et y mourut.

  • 13 Sur l’Élam, voir M. W. Waters, A Survey of Neo-Elamite History, Helsinki 2000.

14Ainsi parvient-on au règne du dernier des grands souverains d’Assyrie, Assurbanipal (668-626). Après plusieurs campagnes, le nouveau roi rétablit la situation en Égypte en assurant la domination assyrienne sur le delta du Nil jusqu’en 655. Entre-temps, les rois anatoliens de Tabal, Hilakku et même de Lydie (où régnait Gyges), menacés par les Cimmériens (ou les Scythes), demandaient l’aide assyrienne. À l’est, les Mannéens faisaient pression contre les forteresses assyriennes. Plus au sud, en Élam, les rois Urtaku puis Teumman mirent fin aux bonnes relations établies avec Asarhaddon en lançant, avec l’aide de la tribu araméenne de Gambulu13, une attaque en Babylonie. Assurbanipal attaqua Teumman en 653, le vainquit à l’issue d’une sanglante bataille sur le fleuve Ulay. L’Élam devint vassal de l’Assyrie et Gambulu fut sévèrement puni.

15Bien qu’il fût imposé par Assurbanipal, le nouveau roi élamite Ummanigash s’allia en 652 à Shamash-shum-ukin. D’autres nobles lui succédèrent sur le trône, mais tous furent hostiles au pouvoir assyrien. En 646, donc, l’impitoyable punition d’Assurbanipal s’abattit sur l’Élam : destruction et pillage de Suse et même profanation des tombes royales ! L’Élam, certes, disparaissait de la scène mais d’autres populations de la zone iranienne étaient prêtes à le remplacer : en premier lieu les Mèdes, pour l’instant vassaux de l’Assyrie, et après eux les tribus de Parsumash, sous Kurash (peut-être Cyrus I, l’aïeul de Cyrus II de Perse). En Babylonie, la rébellion du frère du roi, Shamash-shum-ukin, soutenue par des États de Syrie, de Nubie et des Arabes, éclata entre 652 et 648. La reconquête des territoires babyloniens, partagés entre zones pro- et anti-assyriennes, fut donc lente et coûteuse. Sa fin, avec la prise de Babylone et la mort du roi local dans le palais en flammes, fut particulièrement sanglante. Malgré cela, Assurbanipal eut encore, comme on l’a vu, la force de détruire l’Élam et de remporter des victoires sur les tribus arabes (650, 645).

  • 14 Sur la chute de Ninive, voir S. Zawadzki, The Fall of Assyria and Median-Babylonian Relations in th (...)

16La deuxième partie du règne d’Assurbanipal est très obscure, car les IRA comme les textes quotidiens font défaut. La fin de son règne en 627 comme la poursuite de sa gestion sur la seule Babylonie, sous le nom dynastique de Kandalanu, sont toujours discutées. De même, la suite des rois qui lui succédèrent pour quelques années est toujours débattue. Certes, à partir de 626, un militaire babylonien, Nabopolassar, montait sur le trône de Babylone, pendant que les Mèdes attaquaient l’Assyrie de l’Est. À la suite de l’alliance contractée entre les deux ennemis de l’Assyrie, Assur fut conquise en 614. Puis, en 612, après un siège de trois mois, Ninive tomba. Le dernier roi assyrien, Assur-uballit II, trouva asile à Harran, mais il en fut chassé en 609 et forcé de se réfugier au-delà de l’Euphrate. Le roi n’était peut-être déjà plus en vie (puisque son nom disparaît des chroniques) et l’espoir de l’aide promise par les Égyptiens fut ruiné quand, en 605, les troupes du Babylonien Nabuchodonosor gagnèrent la bataille de Karkemish, ouvrant ainsi l’ère d’une nouvelle conquête de la Transeuphratène par un État mésopotamien14.

2. Conditions géographiques, climatiques et sociales des territoires envahis

17Comme on le voit, le théâtre des opérations militaires assyriennes est très vaste, s’étendant sur plusieurs régions montagneuses, sur des zones steppiques comme en plein désert et enfin sur des terres sillonnées par de nombreux cours d’eau et canaux. La conquête de ces territoires par le roi et ses armées, nous l’avons déjà vu (chap. I, 3), constituait un des motifs rhétoriques et idéologiques privilégiés du discours des inscriptions officielles assyriennes. Ainsi, au cours de ses campagnes militaires, Asarhaddon se vante-t-il d’avoir, dans cet univers fait à la fois de montagnes, de déserts et de mer, surmonté héroïquement tous les obstacles naturels qui s’opposaient à la poursuite de l’ennemi :

Celui qui fuyait rapidement et qui prit les escaliers des lointaines montagnes, je le capturai comme un oiseau au milieu de ses montagnes, [...] aux Sutéens [= nomades] qui vivent dans les tentes, dont l’habitation est lointaine, j’arrachai les racines comme la force furieuse d’une tempête ; et aucun de ceux qui avaient fait de la mer leur défense et des montagnes leur forteresse n’échappa à mon filet ou ne réussit à s’enfuir.
(IA, p. 58 : l. 12-14)

18Ici, s’impose à l’historien l’objectif de brosser un tableau plus réaliste de cet ensemble diversifié et complexe de paysages que durent affronter et parcourir les armées d’Assyrie. En joignant la géographie historique aux informations textuelles et iconographiques, quatre principaux milieux géographiques sont décelables :

a. La zone centrale

  • 15 C’est l’impression que donnent non seulement les lettres, mais aussi les textes administratifs du « (...)

19La zone centrale, ou « patrie assyrienne » (māt Aššur), entre le Tigre et l’Euphrate. Il s’agit là d’une plaine steppique de forme triangulaire (environ 50 000 km2), traversée par l’isohyète minimal (200-250 mm) pour une culture sèche (dry farming). Cette plaine, la Djézireh d’aujourd’hui, est ponctuée par quelques ensembles de collines gypseuses ou basaltiques peu élevées – comme le Sindjar, riche en vignobles – et traversée par deux affluents de la rive gauche de l’Euphrate, le Balikh et le Khabour. Le long de ces cours d’eau furent établies d’importantes garnisons militaires comme Dur-katlimmu. Cette campagne, tout en étant occupée par un habitat dispersé – installé surtout à proximité des cours d’eau – même à l’apogée de la puissance impériale assyrienne15, avait une grande valeur en tant que terre de pâturage. C’est pour cette raison, qu’à l’époque de Teglath-phalazar III, le gouverneur de la province d’Assur et son voisin du nord, le gouverneur de la province de Kalkhu, se plaignaient en ces termes :

Tablette du gouverneur de la province (d’Assur) à Šarruduri. Tes gens ont mis la steppe en feu, et le feu a dévoré toute la campagne jusqu’à la terre de Suhu et la terre de Hatallu. Fais une enquête [...] moi, ils ne m’obéissent pas. (Maintenant), je t’ai écrit.
(GPA 188)

  • 16 Voir K. Kessler, « “Royal Roads” and other Questions of the Neo-Assyrian Communication System », da (...)
  • 17 Voir F. M. Fales, « Rivers in Neo-Assyrian Geography », dans M. Liverani, éd., Neo-Assyrian Geograp (...)

20La partie centrale de la Djézireh était traversée par une « voie royale »16 qui reliait les principaux lieux d’habitation et les nombreux « relais de poste » (bit marditi). Pour le transport des matériaux lourds, comme le bois, destinés aux constructions ou à l’aménagement des jardins royaux, on utilisait également les voies d’eau naturelles ou artificielles17. La partie la plus méridionale et aride de cette zone, lieu d’habitation des tribus araméennes vaincues et déportées par Teglath-phalazar III, fut l’objet d’une infiltration par des groupes ethniques arabes (peut-être provenant des oasis de la basse Transjordanie) au cours du règne de Sargon. Cette pénétration – pas toujours pacifique – en pleine Assyrie centrale posa de nombreux problèmes de sécurité et d’ordre aux gouverneurs des provinces de Kalkhu et d’Assur, comme en témoigne cette lettre du roi :

Pour ce qui concerne ce que le roi, mon seigneur, m’a écrit, c’est-à-dire : « Maintenant, rends-toi à Hinzanu, et qu’ils [= les Arabes] aillent et paissent avec toi ! Il n’y aura pas de restrictions des rives du wadi Tharthar jusqu’à la terre de Suhu » – j’irai maintenant à Hinzanu, mais ils vont (sûrement) abandonner le territoire que je leur assigne. Ils vont se déplacer plus en aval et ils vont faire des rezzou ; ils ne prêtent absolument aucune attention au chef des explorateurs que j’ai nommé.
Qu’on donne l’ordre au gouverneur de Kalkhu de nommer un eunuque en qui il a confiance pour les Arabes dans sa juridiction ; et qu’on me demande ensuite un territoire où ils puissent paître. En tout cas, leurs tentes doivent rester dans le territoire du gouverneur de Kalkhu.
(SAA I, 82)

  • 18 Voir récemment F. M. Fales, « Multilingualism on Multiple Media in the Neo-Assyrian Period : a Revi (...)

21Au cours du dernier siècle d’existence de l’Empire assyrien, la Djézireh devint une des destinations principales des déportations de masse (voir chap. IV, 2). Ici, sur l’humus linguistique et culturel araméen datant du début du millénaire, se créa au fil du temps une véritable symbiose assyro-araméenne dont témoignent plusieurs textes monolingues ou bilingues, pour la plupart de nature juridique. Ces documents montrent que dans cette zone en particulier, mais peut-être aussi dans les capitales de l’Empire, l’araméen devint la langue orale le plus couramment pratiquée, en concurrence quotidienne avec l’assyrien, qui conservait cependant la préférence dans les communications de la Cour18.

b. La Transeuphratène et le Levant

  • 19 Voir N. Na’aman, « Provincial System and Settlement Pattern in Southern Syria and Palestine in the (...)

22Comme on l’a vu, après le passage de l’Euphrate par Salmanazar III, la plaine d’Alep et la fertile vallée de l’Oronte devinrent les objectifs de nombreuses campagnes militaires assyriennes. Ensuite, la pénétration assyrienne s’étendit à la Syrie centrale, de Supite à Damas et jusqu’à la plaine de Galilée puis à Galaad à l’est du Jourdain, épargnant les villes côtières phéniciennes, qui furent réduites à la vassalité19. À l’intérieur de cette vaste zone, aux époques de Sargon et d’Assurbanipal, des problèmes de sécurité furent encore posés à l’armée assyrienne et surtout à l’administration civile des occupants par des mouvements de groupes arabes. C’est pour cela, vraisemblablement, que la route directe qui traversait le désert entre le Habour et la Syrie occidentale en passant par Tadmur (la Palmyre d’aujourd’hui), qui fut, comme on le sait, utilisée à l’époque de Mari, ne semble pas avoir été empruntée par l’armée assyrienne, sauf à l’occasion de véritables campagnes militaires.

23Le trajet suivi par les armées et, en sens inverse, par les tributs et les contributions fiscales envoyés vers l’Assyrie passait donc plutôt par l’Euphrate et l’Oronte puis par la Syrie de l’ouest (route Alep-Damas, route de la Beqa’), jusqu’à la Galilée, où des forts assyriens ont fait l’objet de fouilles archéologiques (Megiddo, Hazor). Dans la lettre suivante, on fait part à Sargon d’une embuscade que les Arabes tendirent, dans les collines de la Syrie centrale entre Damas et Homs, à une caravane qui amenait un butin d’animaux vers l’Assyrie :

Au roi mon seigneur, (de) ton serviteur Adda-hati. Bonne santé au roi mon seigneur. Ammi-li’ti, de la tribu des fils d’Amiri, se prépara avec 300 chameaux, dans l’intention d’attaquer le butin qui était en train d’être transféré de Damas à l’Assyrie. J’en entendis parler et j’envoyai un mot à Bel-iqbi ; il vint et nous allâmes ensemble à la rencontre du butin. Mais il nous vit et nous tendit une embuscade à revers, et nous combattîmes. 1 500 brebis du butin de la ville de Huzaza, 1 500 brebis de la ville de [...] et hommes […] (cassé).
Nous sommes revenus et sommes partis à sa poursuite, en arrivant jusqu’à […]ama, mais nous n’avons pas pu le rattraper. Le terrain était trop difficile, fait ni pour les chevaux ni pour les chars...
(SAA I, 175)

  • 20 L’ampleur réelle de l’expansion assyrienne en Transjordanie fait actuellement toujours débat ; tand (...)

24La Samarie, le territoire de la Judée et la zone côtière des anciens sites philistins fournissent des données archéologiques témoignant de l’occupation assyrienne. Gaza, Ascalon, Ashdod et Ekron surtout ont livré d’importants témoignages d’établissements commerciaux, fonctionnant toujours après la conquête assyrienne. À l’intérieur, Édom et peut-être Moab devaient jouer le rôle d’États-tampons, vassaux de l’Assyrie, destinés à endiguer les tentatives de soulèvement des Arabes contre l’État mésopotamien, fomentées par l’Égypte20. En tout cas, les routes commerciales pour l’Arabie et pour le Yémen, qui passaient par la Transjordanie ou le Néguev, étaient largement ouvertes, comme l’attestent les objets précieux d’origine arabe retrouvés dans les villes capitales de l’Assyrie.

c. Les zones du piémont et de montagne

25De la Cilicie au Khûzistân, un immense arc de montagnes de différentes altitudes, mais atteignant parfois 3 000 mètres, constitue une barrière naturelle entre la « patrie » assyrienne et les plateaux s’étendant au-delà. On y trouve les monts Taurus où se développèrent les royaumes louvites de l’Anatolie du centre sud et l’État de Shupria ; les plaines interrompues de formations volcaniques où s’étendait le vaste royaume de l’Ourartou centré sur les lacs de Van et Ourmia ; et enfin les formations étatiques des Mannéens et des Mèdes, de Ellipi et Parsumash/Parsua dans les chaînes parallèles des monts Zagros, jusqu’à l’Élam, qui jouxtait la Babylonie à l’est. Ce vaste ensemble de montagnes et de vallées étroites, densément boisé, très pluvieux, ponctué de nombreux sommets neigeux, où se trouvent les sources de l’Euphrate, du Tigre et de leurs nombreux affluents orientaux, ne fut que partiellement pénétré et conquis par les Assyriens, seulement quand l’imposaient des impératifs stratégiques : notamment, le ravitaillement en matières premières qui manquaient en Mésopotamie (bois, métaux, pierres précieuses) ou le contrôle des échanges commerciaux avec l’étranger. L’établissement de forteresses aux frontières joua ici un rôle important, en particulier pour contenir les ambitions expansionnistes rivales – de l’Ourartou au viiie siècle et des tribus du Zagros central au siècle suivant.

26Voici une lettre, envoyée à Sargon de la capitale provinciale de Kar-sharrukin en Iran occidental, dans laquelle le gouverneur explique que pour des raisons climatiques il ne sera pas possible de transporter, comme prévu, les équidés pour la revue qui doit se dérouler en présence du roi dans l’ekal mašarti de Kalhu :

Au roi mon seigneur, de ton serviteur Nabu-belu-ka”in. La meilleure santé au roi mon seigneur.
Regardant ce que le roi mon seigneur m’a écrit : « Sois à Kalkhu au premier de Nisan » [= 15 mars] !’ – or nous sommes en train de nettoyer les routes, mais il neige, et la neige les recouvre à nouveau. Il y a vraiment beaucoup de neige...
L’avant-dernière année, (quand) il y avait autant de neige, on m’a donné deux chars, mais les hommes et les chevaux qui étaient avec moi moururent dans la neige. (En tout cas), je serai en présence du roi mon seigneur le 6 ou le 7 de Nisan [= 21-22 mars].
(SAA XV, 82)

d. La Babylonie

27Enfin, la « quatrième partie du monde », que les Assyriens n’arrivèrent jamais à dominer entièrement et durablement, est la Babylonie, le secteur méridional de la plaine alluviale : une zone en pente douce, annuellement recouverte par les sédiments argileux déposés par la crue des Deux Fleuves et qui s’achève par un delta aux contours changeants, où se rejoignent les deux grandes voies d’eau jusqu’à leur entrée dans le Golfe Persique. Ce territoire se présentait aux Assyriens avec une morphologie complexe, constituée de champs, de potagers et de vergers jusqu’aux bords des sables éoliens, de vastes palmeraies alternant avec des plaines trop exploitées et blanchies par la salinisation, parcourue par des cours d’eau que régulaient des barrages, marquée par des méandres abandonnés depuis longtemps et enfin sillonnée par un réseau dense de canalisations et de bras secondaires, actifs ou morts. Cet ensemble débouchait à l’extrême sud sur des terres marécageuses densément plantées de peupliers et couvertes de cannaies, peuplées de flamants et de hérons, parsemées de quelques langues de terre ferme seulement.

  • 21 Pour une synthèse récente sur cette question, avec bibliographie antérieure, voir F. M. Fales, « Ar (...)

28C’est ici que les Assyriens furent confrontés à différentes populations, réparties dans plusieurs enclaves territoriales : les habitants des anciennes villes de la région de souche akkadienne, les tribus araméennes chassées de leurs territoires situés plus au nord, les groupes chaldéens les plus récents -peut-être mélange de Sémites du nord-ouest et d’Arabes – qui venaient de se constituer en confédérations politico-militaires21. Ainsi, la pénétration de l’armée assyrienne se heurtait-elle à toutes sortes de difficultés, comme le montre la lettre suivante, dans laquelle un fonctionnaire présente à Asarhaddon un projet de fabrication d’un pont de bateaux à Borsippa comme lieu de passage permanent :

Il y a des bateaux placés côte à côte en travers du fleuve de Borsippa. Aux temps de Sargon et du père du roi mon seigneur, puisque le fleuve de Borsippa était encore étroit, on construisit une rampe de terre pour le franchir, mais elle ne restait jamais en bon état. Maintenant, au temps du roi mon seigneur, le fleuve s’est beaucoup gonflé ; et (même si) on a amélioré la rampe, elle ne va pas rester en bon état. Que l’on garde (donc) le pont de bateaux comme il est ; quand le roi mon seigneur arrivera, on pourra y mettre un remplissage plus solide, (afin que) le roi mon seigneur puisse le traverser avec son char !
(SAA X, 364)

3. Se mettre en marche. Le départ pour la guerre

29Suivons maintenant l’enchaînement des différentes actions au cours des opérations militaires, à partir du moment où les troupes se retrouvaient dans les postes avancés, comme celui de Mazamua (voir chap. II, 1), ou comme celui de Kar-Aššur, sur la frontière avec l’Élam, dont il est question dans une autre lettre envoyée à Sargon, déjà citée en partie plus haut (chap. II, 3). Là, les divisions de l’armée – qui comprenaient à ce moment-là les seules troupes du ṣāb šarri, rassemblées par trois Grands du royaume et par des gouverneurs de province – se préparaient, en attendant que le reste des forces (notamment le kiṣir šarri et d’autres unités des gouverneurs de province) les rejoignent, ou que le roi leur donne l’ordre de marcher :

Nous sommes arrivés à Kar-Aššur le jour 2. Le Général en chef, le [chef eunuque (?)], le chef échanson, Taklakana-Bel [= gouverneur de Nasibina], Išmanni-ilu [= gouverneur de Laqê], et les gouverneurs de Si’imme, Tille, Guzana et Isana : ce sont les Grands du royaume qui sont arrivés avec nous à Kar-Aššur. Pour ce qui regarde l’entourage royal et le [reste] (?) des Grands, aucun n’est encore arrivé.
Nous sommes en train de préparer la première division de Nergal-eṭir, qui est sur le point d’arriver, au cas où le roi dirait : « Déployez la formation et avancez contre les forces ennemies ».
(SAA V 250 : verso, 1. 4.-17)

30Pour ses campagnes militaires, l’armée assyrienne, dit la littérature générale, se mettait en branle une fois l’an au printemps. Mais il faut considérer cette proposition avec prudence, d’autant plus que les itinéraires décrits dans les IRA semblent parfois bien trop longs pour avoir été faits d’une seule traite (en dépit de leur attribution, selon le schéma annalistique des scribes-rédacteurs, à un palû ou « année de règne »). On peut donc penser que, dans certains cas, les itinéraires décrits dans les IRA qui se réfèrent à une seule campagne ont pu être l’un des éléments seulement d’une stratégie de contrôle complexe des zones extérieures qui impliquait plusieurs petits groupes d’hommes armés.

31Pour ne donner qu’un seul exemple, rappelons que pour la VIIIe campagne de Sargon (714 av. J.-C.) contre l’Ourartou, malgré un exposé chronologique des faits, il semble à peu près assuré qu’au moment où un bataillon opérait sur les berges du lac d’Urmiyah, saccageant les forteresses ennemies, le roi se dirigeait avec un autre groupe armé vers Muṣaṣir, sur la frontière assyro-ourartéenne, pour le pillage du palais royal, celui du temple du dieu Khaldi et la saisie d’un riche butin. Dans le cas des campagnes d’Assurbanipal contre les Arabes en Syrie centrale et méridionale, il est également difficile d’identifier les différents chefs ennemis et même l’ordre précis des événements, à cause de l’amalgame de différentes actions qui caractérise le récit des scribes-rédacteurs.

  • 22 I. Eph’al, « On Warfare and Military Control in the Ancient Near Eastern Empires : a Research Outli (...)

32En tout cas, on a calculé (sur la base des itinéraires des IRA) que l’armée assyrienne pouvait faire, en terrain plat, des étapes de 25 à 35 km par jour22 – ce qui implique que pour le parcours aller-retour entre Ninive et l’Égypte (3 700 km) il aurait fallu marcher entre quatre et cinq mois sans arrêt ! Naturellement, une variation plus ou moins grande du temps de parcours dépendait des différents obstacles rencontrés en chemin, comme les cours d’eau à traverser à gué ou avec d’autres moyens, et de l’existence ou non de routes déjà connues, comme la « voie royale » mentionnée plus haut. Dans le texte suivant d’Assurbanipal, il devrait s’agir d’une expédition particulière durant trois jours environ dans le désert syro-arabe, aux alentours d’un camp établi dans un lieu précédemment fortifié et où il y avait de l’eau :

Je partis du site de Hadatta. À Laribda, une forteresse en pierre non taillée, je fixai mon campement auprès des citernes d’eau. Mes soldats creusèrent encore pour se désaltérer et reprirent le chemin, traversant une terre aride et sans eau, jusqu a Hurarina. Entre les sites de Yarki et Asalla, dans le désert, un endroit lointain, où les ruminants n’existent pas et où les oiseaux ne font pas leur nid, je vainquis la tribu des Isammì – la tribu du dieu Atar-samayin – et les Nabatéens. Hommes, ânes, chameaux et brebis sans nombre je leur pris comme butin. Pour une distance de 8 « doubles-heures » [= 90 km environ] mes armées marchèrent victorieuses. Elles furent de retour saines et sauves et purent boire jusqu’à satiété en Asalla.
(ALAK II, p. 70-73 : 1. 100-119)

  • 23 H. W. F. Saggs, « Assyrian Warfare in the Sargonid Period », p. 146.

33Quant au mois du départ en campagne, on suivra l’indication de Saggs selon laquelle il n’y avait pas de date fixe23. Avant la formation de l’Empire, il était coutume de choisir un temps autour du solstice d’été, quand la récolte de l’orge était finie. Mais par la suite les dates du départ semblent avoir été déterminées par les réponses oraculaires (comme par exemple dans le cas de la huitième campagne de Sargon contre l’Ourartou) ou par des circonstances particulières. C’est le cas d’Assarhaddon, qui affirme être parti en campagne contre ses frères sans perdre un seul instant et malgré le froid du mois de Šabāṭu (janvier-février) :

Je ne tardai ni un jour ni deux jours ; je n’attendis pas mes troupes ; je ne regardai pas en arrière ; je n’exécutai pas la revue des chevaux attelés et de mon équipement de guerre ; je n’entassai aucun ravitaillement pour ma campagne militaire. La neige et la gelée du mois de Šabāṭu et la dureté de l’hiver je ne craignis pas.
(IA, p. 63-64 : 1. 63-67)

34Le cadre d’exception « héroïque » peint par Assarhaddon sert à nous rappeler que, bien au contraire, les départs de l’armée assyrienne pour la guerre devaient être normalement bien préparés, d’autant plus que les forces étaient en alerte permanente, surtout dans des situations politico-militaires d’urgence. On a déjà vu plus haut (chap. II, 1) que les greniers d’État, localisés dans des forteresses ou des avant-postes, approvisionnaient de rations alimentaires les hommes et les animaux partant en mission. Bien sûr, à l’extérieur des frontières de l’Assyrie, les militaires assyriens devaient s’appuyer sur leurs alliés ou leurs tributaires, comme dans le cas de Sargon II, qui se fit ravitailler par le Mannéen Ullusunu : « Comme (l’auraient fait) mes fonctionnaires les préfets du pays d’Assur, il avait fait des provisions de farine et de vin pour la nourriture de mon armée » (Sg VIII, 1. 53). En plein territoire ennemi, d’autre part, la subsistance pouvait uniquement être assurée par le rezzou ; et, là aussi, Sargon nous laisse une image bien précise du pillage des principales denrées alimentaires que ses soldats firent dans la province de Sangibutu :

De grands tas d’orge et de froment qu’en de nombreux jours ils [= les ennemis] avaient amoncelés en des magasins pour la subsistance du pays et des gens, je les fis transporter à dos de cheval, de mulet, de chameau et d’âne par l’ensemble de mon armée : à l’intérieur de mon camp comme des tells je les entassai. Une nourriture d’abondance et de satiété je fis manger à mes gens : d’importantes provisions pour le retour au pays d’Assur ils firent dans la joie.
(Sg VIII, l. 262-264)

  • 24 Pour le paysage naturel dans les bas-reliefs assyriens, voir E. Bleibtreu,Die Flora der neuassyris (...)

35Sur les bas-reliefs, la représentation des soldats assyriens en campagne connut au temps de Sennacherib une évolution sensible. Les combattants en marche évoluent désormais dans un environnement naturel bien caractérisé24. Les soldats notamment sont dessinés l’un à côté de l’autre pour former des rangs élargis ou au contraire serrés ; les différentes formations ethniques (Assyriens, auxiliaires) ou fonctionnelles (archers, lanciers, etc.) de l’armée sont rassemblées en groupes compacts (fig. 39).

  • 25 Voir R. M. Czichon, Die Gestaltungsprinzipien der neuassyrischen Flachbildkunst, Munich-Vienne 1992 (...)

36En général, on tend à voir dans ces représentations deux types de formations en marche qui coexistaient : les rangs serrés correspondraient dans la réalité à une formation de soldats côte à côte, comme celle des hoplites de l’armée grecque, et les rangs espacés à une vue d’ensemble de la milice formée en colonne25. Normalement, le roi sur son char de guerre est au milieu de la colonne. Il est escorté par l’infanterie qui le précède et qui le suit. La cavalerie suit le char de guerre, mais en zones montagneuses les chevaux sont guidés par des hommes à pied.

Fig. 39. Auxiliaires assyriens en marche vers leur campement (à droite) dans un territoire collineux et boisé. Palais de Sennacherib à Ninive.

37Le passage des fleuves était naturellement très difficile, mais les Assyriens utilisaient des moyens techniques assez élaborés pour l’époque, comme on peut le voir sur les bas-reliefs d’Assurnazirpal, puis de Sennacherib. Les véhicules étaient transportés sans leurs chevaux sur de larges bateaux à rames, également tirés au moyen de cordes par une équipe avancée se trouvant sur l’autre rive. Les chevaux, tenus par une corde prise en main par les palefreniers embarqués, nageaient derrière les bateaux. L’infanterie traversait sur des peaux de chèvre gonflées et formant une sorte de bouée sur laquelle les soldats montaient ou s’étendaient, leurs boucliers et leurs armes sur leur dos étant maintenus hors de l’eau (fig. 40). Mais les conditions n’étaient pas toujours favorables, comme le montre la réponse qu’un officier fit à Sargon à propos d’un terrain difficile :

Quant à ce que le roi mon seigneur, m’a écrit : « Organise ton armée et sois attentif ! Si possible, prends la route pour Hirite par la rive » – ce n’est pas possible ! Le terrain est difficile ; il se trouve entre les montagnes, les eaux sont canalisées et le courant est fort. Il ne convient ni à l’utilisation des guffa, ni à celle des kelek. (De plus, ) le roi mon seigneur sait bien que les hommes ne savent pas nager.
(SAA 1, 199)

Fig. 40. Soldats assyriens nageant. Palais de Sennacherib à Ninive.

4. Forteresses et campements avancés. Les opérations d’espionnage

  • 26 Pour l’analyse iconographique des formes des campements assyriens, voir D. J. Tucker, « Representat (...)

38Les étapes des soldats en campagne militaire pouvaient avoir lieu soit dans des campements dressés pour l’occasion en rase campagne (madaktu), soit dans des forteresses permanentes (birtu), construites pour assurer la protection d’un certain territoire ou la surveillance d’un secteur ennemi. Comme le montrent les bas-reliefs, les deux dispositifs avaient en commun un certain nombre de caractéristiques comme un mur d’enceinte en briques, de forme carrée, ronde ou ovale, avec des portes à doubles vantaux et des tours de garde placées aux endroits stratégiques26.

39L’organisation interne des campements préfigurait en quelque sorte celle des camps romains : ils étaient souvent traversés par deux axes de circulation à angle droit tels le cardo et le decumanus. On sait peu de chose des autres structures. Tout ce que l’on voit dans les bas-reliefs (habitations, enceintes pour les chevaux, espaces pour les potagers, etc.) semble correspondre à des aménagements temporaires, comme on peut en juger par les scènes des bas-reliefs de bronze de Salmanazar III, où l’on voit l’armée abandonner des enceintes entièrement vidées.

  • 27 Cf. J. M. Russell, Sennacherib’s Palace Without Rival at Nineveh, Chicago-Londres 1991, p. 277, et (...)

40Les logements, ceux du roi comme du dernier des auxiliaires, étaient des tentes de toile, ou peut-être de peaux, montées sur des poteaux de bois. On peut distinguer un type simple de forme triangulaire, muni d’un poteau central vertical et d’au moins deux autres inclinés. Les aspérités visibles sur ces poteaux montrent qu’il s’agissait de branches même pas équarries. L’habitation provisoire la plus élaborée, réservée aux officiers ou – quand elle était plus grande – au roi, était un pavillon, dont la partie antérieure était droite et la partie postérieure en forme d’abside. Sur la partie avant du pavillon se dressait l’entrée, également en toile montée sur des poteaux, au-delà de laquelle se trouvait une petite cour à ciel ouvert (fig. 41). Il s’agit là d’une structure qui rappelle en quelque sorte la forme d’une maison contemporaine en briques crues, elle aussi caractérisée par l’entrée et la cour centrale ; dans une inscription de Sennacherib, cette habitation était appelée zaratu27. Le pavillon royal pouvait être muni d’une enseigne en forme d’animal sauvage à l’entrée.

Fig. 41. La tente à « apse » appartenant à Sin-ahu-usur, général en chef, dans le campement assyrien. Devant lui, se déroulent des rituels pour les étendards. Palais de Sargon à Dur-Sharrukin.

41Le lieu d’installation du campement devait naturellement être choisi en fonction des impératifs de sécurité, des possibilités d’approvisionnement en eau et de la disponibilité de pâturages pour les animaux. Dans la lettre suivante, adressée à Sargon, il est question du choix d’un tel lieu en territoire élamite :

Tu sais que le col d’Urammu est très difficile à traverser à pied ; il n’y a absolument aucun moyen pour les troupes élamites d’arriver jusqu’à toi. N’aie pas peur ; à la ville d’Urammu, où tu dois installer le campement, il y a une plaine qui est très bonne pour camper ; elle est aussi très bonne pour des missions de reconnaissance. Il y a beaucoup d’herbe là-bas, et c’est un bon endroit où faire étape.
(SAA I, 13)

42Dans d’autres cas, le maintien du camp dépendait en grande partie des bons rapports entretenus avec les populations locales pro-assyriennes, chargées du ravitaillement quotidien des occupants. Telle est la situation d’un camp en Babylonie dont il est question dans cette lettre adressée au roi :

J’ai entendu les Grands du royaume parler ainsi : « On placera le campement en Dilbat ! » (Mais) s’ils placent le campement en Dilbat, les gens mourront de faim. En outre, aucune caravane ne les rejoindra ; ce seront plutôt eux qui devront aller razzier une caravane ! Qu’ils installent le campement dans l’enceinte fortifiée de Babylone comme l’année passée, afin que les kelek et les guffa. puissent arriver chez eux.
(SAA XVIII, 175)

43Comme on peut le constater par cette lettre, les enceintes fortifiées restaient debout d’une année sur l’autre, prêtes à être réparées et de nouveau utilisées en cas de nécessité. Il n’y a donc pas de doute qu’en certains lieux, elles pouvaient devenir des structures permanentes, abritant des garnisons dévolues à la garde des territoires environnants et en particulier à celle des voies de communication de l’Empire. Comme on l’a vu plus haut, ce dernier était organisé sur l’axe principal d’une « route royale » (ḫarrān šarri) divisée en tronçons réguliers entre lesquels se trouvaient des relais de poste (bit marditi) qui pouvaient être de véritables forteresses. Ces relais pouvaient servir de lieux de repos aux troupes en marche. Par ailleurs, le service de transmission des messages écrits sur le ḫarrān šarri fonctionnait avec une certaine efficacité et régularité, comme le montrent a contrario ces propos qu’un courtisan adresse au roi pour se plaindre d’un dysfonctionnement temporaire :

Le long de la route, les [chargés] des relais de poste se transmettent mes lettres de l’un à l’autre pour les apporter enfin au roi mon seigneur. (Toutefois, ) cela fait déjà deux ou trois fois que ma lettre m’est revenue, provenant des villes de Kamanate, Ampihabi et […]garešu. Qu’on envoie un ordre avec le sceau du roi, afin qu’ils (continuent) à se passer les lettres l’un à l’autre, mais enfin qu’ils les transmettent au roi mon seigneur !
(SAA X, 361 : recto, 1. 3-11)

  • 28 Voir N. Na’aman, « An Assyrian Residence at Ramat Rahel ? », Tel Aviv 28 (2001), p. 260-280 : p. 26 (...)
  • 29 Pour le rôle joué par ces garnisons à la frontière de l’Assyrie et peu à peu transformées en établi (...)

44Du point de vue archéologique, on a retrouvé certaines forteresses assyriennes, soit au Levant28, soit sur la frontière nord-orientale dans les régions du Haut-Tigre ou de l’Ourartou29. L’implantation de ces forteresses impliquait évidemment des réalisations architecturales infiniment plus complexes que celle d’un simple campement : il devait y avoir de véritables habitations pour les officiers, des baraquements pour la troupe, des cours pavées pour les rassemblements, des magasins pour les denrées, des étables et des enclos pour les animaux – un peu comme cela nous est montré par l’organisation de l’espace dans l’ekal mašarti de Kalkhu, bien que sur une échelle plus réduite. Il est difficile d’évaluer la capacité d’accueil de ces forteresses par rapport aux campements, mais l’on pense qu’on pouvait certainement y loger plusieurs milliers d’hommes, comme dans le cas du camp de Mazamua. Par ailleurs, la lettre adressée à Teglath-phalazar de la région de Tushkhan, au confluent du Tigre et du Batman Su (en Turquie méridionale), nous donne une idée de ce que pouvait être la structure d’une forteresse assyrienne :

Au roi mon seigneur, de ton serviteur Duri-Assur. Pour ce qui concerne le travail au sujet duquel le roi mon seigneur m’a écrit : le mur de défense est terminé. [...] Les encadrements-nasari pour la porte de la maison des invités (?) ont été placés et les shibirni ont été appliqués avec du goudron chaud. 28 mahiri ont été mis en place. Le montant de la porte principale a été installé et le mécanisme du verrou a été réalisé. Les canalisations et la cour ont été enduites d’asphalte [...].
Les magasins de la troupe de garnison ont été entièrement construits. On est en train d’enduire les toits, de mettre en place les bassins et de daller les enclos. La citerne extérieure est très bonne. Quant à l’intérieure, l’eunuque va voir comment rendre meilleure l’eau du canal du Tigre. Je suis en train d’apporter les charrues de bois, les shugurru, le bitume liquide, le hamartu et les bœufs dans le complexe de la forteresse et de les mettre en place. Les troupes de la forteresse peuvent arriver et prendre résidence.
(NL67)

  • 30 Voir une bibliographie partielle de ces lettres dans B. Parker, « Garrisoning the Empire ».

45On a déjà décrit les métiers civils à l’intérieur du campement (chap. II, 4). Parmi les lettres « quotidiennes » envoyées aux rois restés dans leurs capitales, plusieurs traitent des conditions dans lesquelles se trouvaient ces forteresses, de ce qui s’y faisait et des opérations qui étaient lancées à partir de ces infrastructures essentielles pour l’expansion militaire et politique de l’Assyrie. Surtout à l’époque de Sargon, qui entretenait un vaste système de forteresses sur la frontière entre l’Assyrie et l’Ourartou, les lettres nous informent du ravitaillement, du matériel qui arrivait ou se trouvait dans les forteresses, ainsi que des menaces d’assaut et de prise de ces postes avancés par les Ourartéens30. Mais surtout, les lettres de cette époque nous montrent clairement la fonction remplie par ces forteresses comme centres de collecte de renseignements politico-militaires concernant l’ennemi.

  • 31 A. L. Oppenheim, « The Eyes of the Lord », JAOS 88 (1968), p. 173- 180 ; F. Malbran-Labat, L’armée (...)
  • 32 Voir F. M. Fales, L’impero assiro, p. 117-122.

46De Léo Oppenheim à Florence Malbran-Labat31, l’espionnage assyrien a été l’objet d’une littérature assez abondante. Pour en saisir le fonctionnement global, il faut tout d’abord se rappeler qu’un des principes – « éthiques » pourrait-on dire- fondamentaux qui régit la correspondance assyrienne, est celui de la maṣṣartu ou « vigilance, surveillance ». Tout fonctionnaire du roi, et plus largement, tout Assyrien – dans la mesure où la qualification de « serviteur du roi » correspondait à une « citoyenneté » dans l’Empire – était tenu d’informer le souverain de ce qu’il venait de voir et d’entendre sortant de l’ordinaire autour de lui. On pourrait pratiquement considérer que la totalité du corpus des lettres adressées aux rois d’Assyrie n’était rien d’autre que le produit de l’exercice de « vigilance »32. On le voit bien par des lettres dans lesquelles le message se réduit, en effet, à une formule qui en substance disait « tout va bien, rien de nouveau », comme cette missive qui fut envoyée à Sargon de la Syrie centrale :

Au roi, mon seigneur, de ton serviteur Adda-hati. Salutations au roi mon seigneur.
Ma vigilance s’exerce parfaitement : le district de Hamat dans son ensemble va bien. Le roi mon seigneur peut être content.
On n’a plus entendu parler des Arabes depuis que le roi mon seigneur a fait retour en Assyrie. Tout va très bien.
(SAA I, 174)

47Dans ce contexte d’espionnage au jour le jour de tout ce qui se passait et de devoir impératif d’en informer le roi, étaient rédigés des rapports politico-militaires sur les forteresses de frontière. Grâce à eux, souvent réunis dans des lettres-dossiers destinés à être envoyées au roi, on comprend bien qu’était mis en œuvre un ensemble assez bien organisé de rapporteurs, de messagers et d’interprètes assyriens qui pénétraient en territoire ennemi pour y recueillir les dernières nouvelles sur l’importance des forces ennemies, sur leurs mouvements, leurs lieux de rassemblement, etc. La situation a été bien tirée au clair par Madame Malbran-Labat :

  • 33 F. Malbran-Labat, L’armée et l’organisation militaire de l’Assyrie, p. 42.

Les lettres [...] nous permettent de voir, en quelque sorte, fonctionner sous nos yeux ce que nous appellerions, de nos jours, informateurs, réseaux de renseignement, éclaireurs et « deuxième bureau » de l’armée en campagne33.

48On donnera ici deux exemples seulement de ces rapports pour illustrer ce point. Il s’agit de deux lettres envoyées à Sargon, l’une par le gouverneur d’Amedi, l’autre par le gouverneur de Ta’idu ou Tidu :

Quant aux renseignements sur les Ourartéens, les espions (daiālī) que j’ai envoyés en reconnaissance m’ont informé comme suit : « Le gouverneur (ourartéen) qui est en face de nous tient la surveillance avec son vice-gouverneur dans la ville de Harda, qui est tout en face du Vizir (assyrien). Des troupes de recrutement sont en position, ville par ville, en ordre de bataille, jusqu’à la ville de Turušpa ».
(SAA V, 3)

Le troisième-chariste du roi mon seigneur qui est venu m’a dit (de sa part) : « Ta surveillance doit être forte ! ». Ma surveillance est (en effet) très forte. Trois gouverneurs (ourartéens) dans la ville de Pulua et trois autres dans Danibani sont rassemblés avec leurs bêtes de transport en face de nous. Nous maintenons la surveillance vis-à-vis d’eux. Tous les gens (du lieu) sont à l’intérieur des forteresses ; les bœufs et les brebis sont sur ce côté du fleuve. Nous sommes là et maintenons la surveillance.
(SAAV, 21)

  • 34 AEAD, p. 19b ; F. Malbran-Labat, L’armée et l’organisation militaire de l’Assyrie, p. 43-44.

49La profession militaire le plus souvent mentionnée dans ce contexte est celle du daiālu, qu’on traduit normalement par « espion » ou « éclaireur »34. Les daiālu semblent toutefois avoir eu des fonctions plus complexes que d’autres membres de l’armée employés pour la découverte et l’exploration, comme les rādi kibsi, « surveillants des (littéralement, « ceux qui suivent » les) sentiers » et le kallāpu (voir chap. II, 3, a). La confiance que leur accordait le roi est bien illustrée par cet ordre de Sargon à son délégué royal, qui lui répond ainsi :

Quant à ce que le roi mon seigneur m’a écrit : « Envoie en mission des éclaireurs (daiālī) ! » – (eh bien, ) je les ai envoyés par deux fois. Les premiers sont revenus et m’ont rapporté ces informations, les autres ne sont pas encore sortis (de là-bas).
(SAA V, 87 : verso, 1.3-9)

50Une autre lettre envoyée à Sargon par un gouverneur d’une région du nord-est, adjacente à l’Ourartou, nous montre ensuite la fonction pleinement militaire des daiālu :

Mes éclaireurs (daiālīya) dans les montagnes ont capturé un informateur qui était en train d’aller de la ville d’Argistiani chez Ariye [= le roi de Kumme], à travers la montagne. Je l’ai interrogé sur les nouvelles du roi de l’Ourartou.
(SAA V, 55 : recto, 1. 4-11)

  • 35 D. Ussishkin, « The ’Camp of the Assyrians’ in Jerusalem », IEJ 29 (1979), p. 137-142.

51Pour conclure, examinons le cas où le campement assyrien était placé dans les environs d’une ville assiégée. Le cas le mieux connu du point de vue archéologique est celui de Jérusalem ; ici, un endroit encore attesté au temps de Flavius Josèphe (ier siècle ap. J.-C.) comme le « campement des Assyriens » a pu être identifié sur une colline au nord-ouest de la ville. Le lieu du campement de l’armée de Sennacherib était caractérisé par des paramètres stratégiques particuliers : une distance réduite par rapport à la ville assiégée, mais hors de la portée du feu ennemi ; une hauteur équivalente ou même supérieure à celles des murs d’enceinte ; et enfin, un emplacement plat et spacieux pour pouvoir accueillir l’armée et ses services logistiques35. On imagine que ces conditions ont pu se retrouver dans plusieurs autres situations de siège : en effet, les bas-reliefs de Sennacherib concernant Lakish semblent indiquer un scénario tout à fait analogue.

5. Techniques de bataille : le siège et la conquête des villes fortifiées

  • 36 Voir A. Mazar, « The Fortification of Cities in the Ancient Near East », dans J. M. Sasson, éd., Ci (...)
  • 37 Sur le siège en Assyrie en général, voir P. B. Kern, Ancient Siege Warfare, Bloomington-Indianapoli (...)

52Le premier millénaire av. J.-C. connut un important développement des fortifications des enceintes urbaines, comme l’a établi l’archéologie, surtout dans les États du Levant. À partir de l’âge du fer II, en particulier, on constate la mise en place de divers systèmes de fortification, comme le mur d’enceinte unique, le rempart à casemates (deux murs parallèles entre lesquels sont aménagées des pièces), le glacis de terre, pierre ou brique consolidé, les remparts (existant déjà au Moyen Bronze) et le fossé extérieur. Les accès furent également mieux protégés et organisés en un système qui comprenait plusieurs pièces36. Au renforcement des ouvrages défensifs opéré par les États voisins, l’Assyrie répondit en mettant en œuvre des techniques de siège assez élaborées, pour la plupart bien illustrées par les bas-reliefs. Les IRA (cf. chap. I, 2) en revanche ne font qu’évoquer cette phase importante de l’action militaire en usant d’une rhétorique conventionnelle, qui met davantage l’accent sur la destruction de la ville ennemie que sur la façon dont elle fut prise. Mais les longues listes de villes fortifiées ennemies tombées émaillant ces textes suffisent à montrer que le siège était un modus operandi particulièrement prisé des militaires assyriens pour des raisons à la fois stratégiques (la possibilité d’établir des campements organisés dans les alentours), économiques (la possibilité de procéder au rezzou des terres agricoles des ennemis intra muros) et enfin pour les pertes minimales en vies humaines que cette stratégie permettait37.

  • 38 C’est le cas de P. Dubovský, « Tiglath-pileser III’s Campaigns in 734- 732 B.C »., p. 161-164.
  • 39 C’est la thèse de A. Fuchs, « Über den Wert von Befestigungsanlagen », ZA 98 (2008), p. 45-98, qui (...)

53Mais un simple regard sur la liste des villes conquises dans les différents États et régions révèle à l’évidence que même l’armée assyrienne la plus forte peinait à faire tomber les grandes villes royales, les capitales des différents royaumes ennemis, protégées par de puissantes fortifications ou abritant une si vaste population qu’elles pouvaient résister longtemps. Les Assyriens firent donc souvent porter leurs attaques contre des villes de moyenne importance, plus facilement prenables car plus petites et/ou moins peuplées, cela peut-être aussi parce que leurs habitants avaient pu se réfugier dans la capitale. Deux types d’explication peuvent justifier l’adoption d’une telle stratégie. Il pouvait, en effet, s’agir soit d’un plan mûrement réfléchi, destiné à affaiblir progressivement les forces du pays ennemi38 ; soit de la prise en compte d’une capacité offensive bien inférieure à celle dont les Assyriens disposaient (ou du moins, dont ils se vantent dans les IRA)39. Ces deux interprétations ne sont d’ailleurs pas nécessairement exclusives. Selon les circonstances et les contextes particuliers, c’est l’une ou l’autre qui pourrait être validée.

  • 40 Cet aspect a bien été tiré au clair par I. Eph’al, « Ways and Means to Conquer a City Based on Assy (...)

54Quant aux textes « quotidiens », au moins ceux qui relèvent du domaine documentaire où l’on s’attendrait à trouver des renseignements, c’est-à-dire les lettres au roi ou les listes administratives, ils ne nous livrent malheureusement pas d’informations de grande importance ou de détails particuliers. En revanche, c’est à partir des interrogations sur le succès des opérations militaires envisagées que les rois (et surtout Esarhaddon et Assurbanipal) adressaient au dieu Shamash, par le truchement de la technique divinatoire de l’extispicine, que l’on peut reconstituer un véritable « catalogue » des différents moyens de conquérir une ville ennemie assiégée40. Dans le tableau suivant, on résumera donc les différentes stratégies offensives qu’on pouvait mettre en œuvre au cours d’un siège, telles que l’accumulation des questions posées au dieu solaire et de la justice les révèle.

  • 41 Bien que plus brièvement, un ordre analogue des gestes à faire envers les ennemis assiégés est pres (...)

55Cet inventaire étendu est en partie fondé sur une terminologie et des éléments techniques qui pourraient être plus anciens que l’Empire assyrien, mais l’on peut néanmoins en déduire trois grandes options stratégiques qui s’offraient au roi assyrien lors du siège d’une ville. À gauche du tableau sont notées les tactiques non-belliqueuses, politiques ou plus simplement psychologiques, que les assaillants pouvaient mettre en œuvre pour provoquer la reddition des ennemis. Au centre, sont mentionnés les facteurs internes (psychologiques ou physiques comme la faim et la soif ou le manque de préparation militaire) susceptibles de favoriser la capitulation de l’ennemi. À droite, enfin, sont énumérées les différentes techniques offensives que l’armée assyrienne pouvait mettre en œuvre pour prendre la ville41.

56Qu’en est-il de la première catégorie ? Les cas cités prévoient qu’on pouvait obtenir la capitulation d’une ville ennemie grâce à un discours persuasif. Un bon exemple de cette technique, disons « diplomatique », est représenté par le cas bien connu du siège de Jérusalem par l’armée de Sennacherib en 701, siège durant lequel le chef échanson assyrien exhorta la population locale, qui l’écoutait depuis les hautes murailles de la ville, à capituler. Mais les lettres de l’époque -et peut-être aussi de rares images dans les bas-reliefs (fg. 42) – font état de cas semblables qui nous montrent que « guerre » et « paix » étaient considérés par les Assyriens comme les termes d’un choix que chaque peuple étranger pouvait faire et dont il était, en fin de compte, responsable devant les hommes et les dieux à la fois. C’est ce qui sera visible au terme de cet ouvrage (chap. IV, 3).

Fig. 42. Dans un bélier armuré, un militaire assyrien semble garder dans la main (peut-être le lisant à haute-voix) un parchemin contenant les termes de la capitulation des ennemis assiégés dans la ville de Harhar, tandis que des soldats sont en train de mettre le feu à une des portes (en haut). Palais de Sargon à Dur-Sharrukin.

57Venons-en à la « disette », la « famine » et la « soif » mentionnées dans notre liste, tous éléments d’une tactique de siège permettant de faire tomber une ville, mais impliquant une longue occupation du territoire environnant pour couper la population de toute source de ravitaillement et la pousser à la capitulation. On sait qu’Assurbanipal assiégea Babylone pendant deux ans et avant lui Sennacherib pendant quinze mois. Pour cet épisode, on n’a qu’une documentation indirecte : celle des contrats rédigés en babylonien dans la ville de Nippur, qui fut également assiégée par les Assyriens et par leur adversaire le Chaldéen Nabopolassar. Dans le contrat suivant, écrit quand la ville était sous le contrôle des Assyriens, ce sont les clauses juridiques qui nous renseignent sur la situation épouvantable que dut affronter la population civile assiégée :

Dans l’année 3 de Sin-shar-ishkun, roi d’Assyrie, la ville de Nippur était assiégée ; la sortie par les portes était [impossible] ; l’équivalent d’un sicle d’argent était un (seul) sutu d’orge ; la ville était [...] ; les gens vendaient leurs enfants pour de l’argent. Gugalla […] dit à Ninurta-uballit, fils de Bel-usatu, ainsi : « Prends ma [...] fille Ri’indu et garde-la en vie ! Elle sera ton esclave domestique. Donne-moi 6 sicles d’argent, afin que je puisse manger [...] ». Pourtant Ninurta-uballit accepta son offre et [...] il prit Ri’indu pour 6 sicles d’argent comme prix exact […] Nippur, mois d’Elul, jour [x], 3e année de Sin-shar-ishkun.
(NT 297)

58Pour le siège de Samarie par les Araméens de Damas, la Bible décrit une situation guère plus enviable :

Il y eut une grande famine à Samarie et le siège fut si dur que la tête d’âne valait 80 sicles d’argent et le quarteron d’oignons sauvages 5 sicles d’argent.
(II Rois 6, 25)

  • 42 D. Nadali, « Assyrians to War », p. 180.

59Le troisième scénario mentionné dans notre tableau – lorsque, l’ennemi refusant de céder, le siège risquait de se prolonger trop longtemps et préjugeait des capacités de l’attaquant – est celui de la prise des villes fortifiées par des moyens techniques bien différents. Ce que les textes appellent « une puissante action de guerre » ne consistait probablement à rien d’autre qu’à se lancer massivement à l’assaut des murs de la ville. Sur les bas-reliefs (et surtout sur celui de la bataille pour la conquête de Lakish par Sennacherib), on voit les Assyriens, au pied de la ville assiégée et sur ses flancs, composer une masse d’archers, de lanciers et de porteurs de fronde alignés en plusieurs rangs qui convergent de toutes parts et finissent par encercler toute la cité (fig. 43)42.

Fig. 43. L’assaut assyrien à la ville de Lakish. Palais de Sennacherib à Ninive.

60La tête du bélier avait la forme d’une lame de hache ; ainsi pouvait-elle s’insérer dans la maçonnerie des pierres ou des briques des murs d’enceinte et, en pivotant, ébranler les structures jusqu’à ce qu’elles s’effondrent. Les hommes se trouvant dans le bélier, très exposés aux flèches de l’ennemi, étaient protégés par le tir de couverture des archers postés sur les tours mobiles, peut-être plus hautes que le bélier lui-même et qui le flanquaient.

  • 43 P. B. Kern, Ancient Siege Warfare, p. 46.

61Les béliers d’Assurnazirpal étaient sûrement efficaces, mais ils présentaient l’inconvénient majeur d’être lourds et donc très difficiles à manœuvrer. Des béliers d’un nouveau type semblent avoir été introduits par Salmanazar III, comme on peut le voir sur les bas-reliefs des portes de Balawat. Ils avaient une tête en forme de boutoir et se présentaient comme une sorte de longue brouette. Un modèle possédait quatre roues, tandis que le plus lourd en comptait six, avec six rayons, comme celles d’un char de guerre. L’inconvénient de ce modèle était que, sa tête étant très basse, il ne pouvait pas atteindre la partie supérieure des murs43.

  • 44 Y. Yadin, The Art of Warfare, p. 315 ; P. B. Kern, Ancient Siege Warfare, p. 47-48.

62Teglath-phalazar III introduisit encore une autre forme de bélier, bien plus élaborée que celle de ses prédécesseurs, car très légère, à quatre roues seulement, et munie d’une pointe de lance. Sur certains bas-reliefs on compte deux pointes, mais peut-être s’agit-il de la représentation de deux béliers côte à côte. Le même type de bélier fut utilisé par Sargon, dont les bas-reliefs montrent à quel point la tactique de l’assaut avait évolué. En effet, ces engins étant plus légers que les précédents, plusieurs d’entre eux pouvaient être alignés de front pour attaquer simultanément un point particulier des murs d’enceinte (fig. 44)44.

Fig. 44. Béliers à quatre roues et pointe de lance. Palais de Sargon à Dur-Sharrukin.

63Enfin, sous Sennacherib, ce type de machine de guerre connut une autre évolution : la pointe du bélier fut allongée, mais l’ensemble semble avoir considérablement gagné en légèreté, ce qui permettait de le monter et de le démonter très rapidement. Pour le règne d’Assurbanipal, on ne dispose d’aucune représentation figurative de bélier, mais ces engins étaient encore certainement utilisés puisqu’un demi-siècle plus tard, Nabuchodonosor les employait et que le prophète Israélite Ézéchiel les considérait comme des armes terrifiantes.

  • 45 Voir R. Borger, Die Inschriften Asarhaddons, Königs von Assyrien, p. 104, II, l. 1-7). Pour éviter (...)

64Les béliers étaient particulièrement efficaces contre les portes de l’enceinte et pouvaient, abrités par un groupe de protection, être amenés jusqu’au lieu précis de l’attaque. Dans certains cas, la ville à prendre pouvait se trouver au sommet d’un tell. Les assaillants assyriens devaient alors aménager une rampe de terre battue, recouverte en partie de pierres, de briques ou de bois, afin d’acheminer leurs machines de guerre jusqu’au rempart. Telle fut la situation de la conquête de la ville judéenne de Lakish, très clairement représentée sur les bas-reliefs de Sennacherib. Dans une opération de siège menée par son successeur Assarhaddon, les défenseurs de la ville d’Uppume réussirent à mettre le feu à la rampe assyrienne en y jetant des torches ; toutefois, comme le raconte le roi dans ses inscriptions officielles, un vent assez fort se mit soudain à souffler dans la direction des assiégés, donnant aini aux Assyriens un avantage imprévu45.

65Quelle parade pouvait-on opposer à l’action des béliers ? Toujours sur les bas-reliefs montrant la prise de Lakish, est illustrée la tactique qui consistait à lancer du haut des murs des torches enflammées sur les machines de guerre, vulnérables au feu puisqu’elles étaient faites de bois et de cuir. Pour réagir à une défense de ce type, un soldat assyrien muni d’un seau d’eau marchait à côté des béliers. Pour arrêter le bélier, en tout cas, les assiégés semblent avoir tout tenté : ainsi à Lakish les Assyriens avancent-ils sous une véritable pluie d’objets, bâtons, pierres et même roues d’un char, lancés des tours (voir fig. 43, en haut à gauche).

66En général, les fouilles archéologiques qui ont été conduites sur le site de Tell ed-Duweir, l’ancienne Lakish, par des expéditions anglaises et puis israéliennes ont pleinement confirmé les données des bas-reliefs assyriens, arrivant aussi à nous donner d’importants aperçus de la stratégie des sièges assyrienne. Tandis que la plus grande partie du tell de Lakish est impossible à approcher à cause de la présence d’un cours d’eau irrégulier (wadi), dans le coin sud-ouest il est relié à une colline voisine par un ensellement.

67Cette colline servit donc de base pour l’attaque assyrienne. La rampe mesurait entre 50 et 60 m de longueur et entre 70 et 75 m de largeur ; elle semble avoir été formée par l’accumulation de 13 000 à 20 000 tonnes de pierres ; sa couche supérieure était liée par du mortier pour créer une surface compacte et encore recouverte par un revêtement de terre pour faciliter l’approche des béliers. En réponse, les défenseurs construisirent derrière le mur d’enceinte, vis-à-vis de la rampe assyrienne, une contre-rampe formée de débris et d’échardes de calcaire, élevant ainsi efficacement les murs mêmes de trois mètres environ en cet endroit. Après l’abandon du mur d’enceinte, les Assyriens durent donc élever et étendre à leur tour la rampe d’attaque pour gagner la nouvelle ligne de défense.

  • 46 D. Ussishkin, « The Assyrian Attack on Lachish : The Archaeological Evidence from the Southwest Cor (...)

68Les fouilles ont encore révélé de grandes quantités de matériel militaire à la base des murs de la ville, indiquant l’intensité du combat ; par exemple, fragments de casques, de cottes de maille, de chaînes de fer, environ 850 pointes de flèche en fer, un petit nombre de pointes de flèche en os et des pierres de fronde (voir chap. II, 3, a). On trouva encore douze pierres de grande taille, pesant chacune entre 100 et 200 kg, avec des trous qui les traversaient, dont deux montraient des restes de cordes brûlées. Il devrait s’agir de pierres qui avaient été jetées afin d’essayer de détruire ou de détourner les béliers assyriens. Enfin, environ 1 500 squelettes désarticulés furent retrouvés dans des caves avoisinant le site : il s’agissait probablement de sépultures de masse hâtives46.

69Mais revenons encore une fois à la liste des textes d’extispicine. Pour affaiblir les puissants murs d’enceinte, on voit qu’à côté des béliers et autres machines lourdes, on procédait à des actions plus minutieuses. Dans les bas-reliefs, en effet, on constate l’utilisation de divers leviers, des piques ou même seulement des lances et des épées, pour desceller les briques ou les pierres des murs. Les soldats assyriens du génie à qui était confiée cette tâche pouvaient porter de longues cottes de mailles, ou au moins avoir un bouclier fixé au dos pour les protéger des objets lancés par les défenseurs. Dans les bas-reliefs d’Assurbanipal, ces sapeurs sont protégés par d’énormes boucliers recourbés, appuyés au mur d’enceinte.

70Naturellement, la porte d’enceinte de la ville était l’objectif principal des assaillants. Pour dégager les lourds verrous ou les charnières de la porte, on voit les Assyriens utiliser là encore leur épée. Quand cette porte n’était pas protégée par un revêtement complet de métal, des torches enflammées étaient également jetées dessus pour l’incendier.

  • 47 Voir I. Eph’al, The City Besieged, Leyde-Boston 2009, p. 71.

71Enfin, suivant une tactique déjà expérimentée à l’âge du bronze, de longues échelles de bois étaient mises en place pour escalader les remparts. À en juger par le nombre de barreaux, on a calculé que ces échelles pouvaient mesurer jusqu’à huit ou dix mètres de hauteur et qu’elles étaient appuyées aux murs selon un angle compris entre vingt-cinq et quarante-six degrés. L’escalade étant probablement très coûteuse en vies humaines quoique de courte durée, il fallait protéger les attaquants par un tir de couverture intense des archers et des porteurs de fronde se trouvant au sol47.

Fig. 45. Techniques simultanées employées pour la conquête d’une ville assiégée, située près d’un cours d’eau. De gauche à droite, (1) l’escalade des remparts par des longues échelles ; (2) le creusement d’un tunnel sous les murs (en bas) ; (3) le descellement des murs avec des piques ou lances par les sapeurs (au centre) ; et enfin, en bas à droite, (4) une action conjointe de deux personnages qui essaient de tourner une cheville ou autre (peut-être pour l’ouverture d’une porte, ou d’une porte d’eau, à la base du mur). Palais d’Assurnazirpal II à Kalkhu.

72En conclusion, tous ces moyens mis en œuvre pour la conquête des villes – et dans toutes les circonstances envisagées par les rois assyriens dans leurs demandes d’oracles au dieu Shamash – avaient d’autant plus de chance de permettre un succès qu’ils étaient mobilisés simultanément. De tous les renseignements sur les campagnes militaires assyriennes, depuis le rassemblement des troupes jusqu’à la conquête de villes ardemment défendues, une autre conclusion doit être tirée : l’armée de l’État mésopotamien du nord semble avoir bénéficié d’une telle discipline militaire et d’une organisation si avancée, tant sur le plan hiérarchique que sur celui de la technique, qu’elle ne semblait craindre aucun concurrent.

73Ainsi, dans une lettre au roi, un grand officier est-il obligé de souligner que la bataille fut plus dure que ce que le roi pouvait penser :

  • 48 Voir F. M. Fales, « Tiglat-Pileser III tra annalistica reale ed epistolografia quotidiana », dans F (...)

On a atteint l’intérieur de la porte de l’enceinte, et on a ainsi achevé leur défaite. Mukin-zeri a été tué ; son fils Shum-ukin a été tué. Que le roi mon seigneur puisse se réjouir de cela. […] Peut-être le roi mon seigneur va-t-il dire : « Ils les ont (sûrement) vaincus dès qu’ils (ont pénétré) par la porte de l’enceinte » – je jure par les dieux du roi mon seigneur qu’on a dû pénétrer mètre après mètre, pied après pied, à l’intérieur de la ville ! Que le roi mon seigneur demande des renseignements à cet égard !
(NL 65 : recto l.9 – verso 1.6)48

6. La bataille en rase campagne

  • 49 Sur la bataille en rase campagne, voir I. Eph’al, « On Warfare and Military Control in the Ancient (...)

74Viennent d’être traités les cas où l’armée assyrienne avait réussi à confiner les ennemis dans leur ville fortifiée et pouvait donc utiliser toutes sortes de moyens pour la faire tomber. Mais, au cours des siècles durant lesquels les Assyriens partirent en campagne, à plusieurs reprises l’ennemi, informé par ses voltigeurs, rassembla ses troupes et alla à la rencontre de l’armée des envahisseurs ou l’attendit dans des endroits stratégiques49. Pour ne donner qu’un seul exemple, déjà mentionné, en 853, au cours de l’avancée de Salmanazar III en Syrie, les rois des États louvites, araméens et de la région palestinienne, avec les troupes montées sur chameaux du chef arabe Gindibu’, eurent tout le temps de se rassembler, de se positionner à Qarqar, dans la vallée de l’Oronte, et d’attendre de pied ferme l’envahisseur pour lui livrer bataille. Cette stratégie ne leur permit pas de remporter une victoire définitive mais au moins de ralentir la progression du roi assyrien vers le sud, même si ce dernier ne manqua pas de revendiquer la victoire.

  • 50 Il suffit de se rappeler que les Achémenides, pendant presque deux cents ans, perdirent de nombreus (...)

75En tout cas, il convient de souligner que l’armée assyrienne bénéficiait désormais d’une organisation si solide et si complexe, d’un réservoir d’hommes recrutables si vaste, que le fait de perdre une bataille – même avec des effectifs aussi nombreux que ceux de Salmanazar III à Qarqar – ne pouvait en aucun cas avoir de graves conséquences sur le destin politique et administratif de l’État. En ce sens, le cas assyrien représente le premier exemple d’un accroissement exponentiel de puissance, en termes de ressources humaines affectées à la guerre, qui caractérise tout l’âge du fer par rapport aux phases historiques précédentes50.

76Par ailleurs, il faut souligner que l’éventualité d’une victoire ennemie, comme ce fut toujours et partout le cas, était naturellement prise en compte par les généraux assyriens. Et si l’on a souvent été tenté de faire passer au second plan les doutes et les préoccupations exprimés par les Assyriens eux-mêmes à cet égard – et donc de considérer, comme on l’a déjà dit, tout le système militaire assyrien comme une implacable et imparable « machine de guerre » –, c’est parce qu’on a été largement influencé par la rhétorique victorieuse constamment répétée dans les IRA. Mais il suffit de reprendre certains textes des « archives étatiques d’Assyrie » – définies dès le début de l’ouvrage comme issues de la pratique « quotidienne » de communication et d’enregistrement – pour trouver maintes traces des doutes qui ont hanté tous les chefs de l’armée au cours de l’histoire. Pour les Assyriens, ces doutes portaient essentiellement sur la permanence et le niveau du soutien accordé par le dieu national Assur, par la déesse de la guerre Ishtar et par les autres grands dieux du panthéon assyrien. Pour s’en faire une idée, relisons par exemple, l’une des requêtes au dieu Shamash, confiée aux experts d’extispicine par les rois Assurbanipal :

Shamash, grand seigneur, donne une réponse résolue et positive à ce que je te demande ! Est-ce que les troupes de Mannéens, avec les forces armées qui sont avec eux, marcheront contre l’infanterie, la cavalerie, toutes les forces réunies d’Assurbanipal, roi d’Assyrie ? Et [...] après avoir avancé, est-ce qu’ils laisseront les troupes libres pour [...] et pour saccager ?
(SAA IV, 268)

77On peut lire également une prophétie sortie spontanément de la bouche d’une prêtresse du temple d’Ishtar d’Arbèles, pour comprendre les angoisses qui d’une façon générale tourmentaient le roi Assarhaddon quand il élaborait ses projets d’expansion politique et militaire :

Assarhaddon, roi de tous les pays, n’aie pas peur ! Quel vent s’est précipité contre toi dont je n’aie pas brisé les ailes ? Tes ennemis rouleront devant tes pieds comme des pommes mûres. Je suis la Grande Dame ; je suis Ishtar d’Arbèles, qui jette tes ennemis devant tes pieds. [...]
Je suis Ishtar d’Arbèles ; je vais enlever la peau à tes ennemis et te les donner. Je suis Ishtar d’Arbèles ; je marcherai devant toi et derrière toi.
N’aie pas peur ! Tu es paralysé, mais dans le cœur de l’armée je me lèverai et je m’assoirai (près de toi). (Oracle donné) par la bouche de la femme Issar-Ia-tašiyat d’Arbeles.
(SAA IX, 1)

78Cela étant dit, la reconstitution des batailles engagées par les Assyriens se heurte à de multiples difficultés, pour des raisons que l’on a déjà en partie évoquées : le fait que les IRA – même lorsque les chroniqueurs disposaient d’une riche documentation sur les forces en présence – tendent à réduire les batailles à leur seule issue toujours et incontestablement victorieuse ; le fait que les lettres adressées au roi ne signalent jamais que des embuscades ou des affrontements limités mais, il faut le noter, la plupart du temps défavorables à l’armée assyrienne ; et enfin, le fait que sur les bas-reliefs sont largement privilégiées les prises de villes assiégées, dont les représentations sont beaucoup plus spectaculaires que celles des affrontements en rase campagne. Cependant, en rassemblant les rares données disponibles, des études anciennes ou plus récentes ont tenté de dresser le tableau des tactiques militaires assyriennes dans les batailles. C’est donc essentiellement sur ces travaux que l’on se fondera.

  • 51 J. Hunger, Heerwesen und Kriegführung der Assyrer auf der Höhe ihrer Macht, Leipzig 1911 ; H.W. F. (...)

79On doit à Joseph Hunger, dans son étude de 1911, la première tentative pour cerner la stratégie militaire de l’armée assyrienne. Hunger est parvenu à éclairer le principe sur lequel étaient fondées les attaques assyriennes : l’attaque simultanée du front et des flancs de l’armée ennemie, attaque lancée par l’infanterie non pas en formation serrée comme le furent plus tard les phalanges, mais en petites unités mobiles. Par la suite, plusieurs autres auteurs se sont attelés à la tâche de décrire les tactiques d’attaque assyriennes. Ce fut le cas de Saggs qui, dans son étude de 1963, fut le premier à utiliser le manuel de von Clausewitz sur la guerre pour l’appliquer à l’Assyrie. En 1997, Joaquin Córdoba faisait une lecture « à la von Clausewitz » de la grande bataille lancée par Assurbanipal sur les bords du fleuve Ulay, dont il sera question plus loin51.

  • 52 J. A. Scurlock, « Neo-Assyrian Battle Tactics », dans G. D. Young, M. W. Chavalas, R. D. Averbeck, (...)

80Enfin, dans un essai également paru en 1997, Jo Ann Scurlock52 a essayé de reconstituer du point de vue stratégique quatre batailles entre le viiie et le viie siècle dont il est fait mention dans les IRA, en s’appuyant sur les principes du stratège chinois Sun Tzu. Selon la savante américaine, les généraux assyriens, comme d’ailleurs leurs adversaires, essayaient d’emporter la victoire par une série de manœuvres limitées, simples mais élégantes.

81La première consistait à utiliser les lanciers à pied ou à cheval, couverts par les archers également à pied ou à cheval, pour pénétrer jusqu’au cœur des formations ennemies et atteindre la position des personnages de haut rang de l’armée adverse (roi, nobles, officiers supérieurs) pour les tuer, les capturer ou au moins les contraindre à la fuite, comme ce fut le cas dans la bataille de Sargon II au mont Waush. Pour contrer cette manœuvre, il fallait donc tenir solidement cette position centrale grâce à un mur d’archers et en même temps essayer d’ouvrir une brèche sur les ailes des divisions ennemies. Une variante – expérimentée par les Assyriens dans la bataille de Halulê – était d’attaquer une des ailes de l’ennemi soit du centre soit du flanc. Enfin, une stratégie plus risquée, mais qui tirait pleinement avantage des archers à cheval, consistait à encercler partiellement et écraser l’une ou les deux ailes du contingent de l’ennemi, comme dans les batailles de Dur-Yakin et du fleuve Ulay.

82La plus ancienne des batailles étudiées par Scurlock est celle de Sargon contre le roi Ourartéen Rusa I au mont Waush. Le récit de la VIIIe campagne de Sargon en 714, qui est plus détaillé que les autres IRA car conçu comme un compte rendu des faits et gestes du roi assyrien adressé par lettre au dieu Assur, nous apprend que Rusa

réunit sa grande armée et celle de ses alliés et, afin de venger Mitatti de Zikirtu, rassembla ses guerriers expérimentés en bataille, dans lesquels son armée avait confiance. Il détacha leurs [archers et lanciers], prépara ses cavaliers et leur donna les armes.
(Sg VIII, 1. 103-105)

83Le champ de bataille du mont Waush, tel que l’a restitué Scurlock, se présentait comme un défilé très étroit débouchant sur une plaine où l’armée ourartéenne attendait, devant son propre campement, les envahisseurs. Rusa était dans les rangs de sa cavalerie d’élite, derrière l’infanterie d’assaut. La stratégie du roi ourartéen prévoyait que l’infanterie devrait affronter les deux divisions les plus avancées de l’armée assyrienne, identifiables par les étendards des dieux Adad et Nergal, tandis que les deux ailes, formées par les forces des rois tributaires de l’Ourartou, fondraient sur leurs vis-à-vis assyriennes, toujours en cours de déploiement après la sortie du défilé. Les divisions assyriennes de l’arrière, qui portaient le nom des dieux Assur, Shamash, Sin et Ishtar, seraient ensuite attaquées.

84Mais si l’on accorde crédit à la relation des événements faite par Sargon, rien n’alla comme Rusa l’avait souhaité. En effet, les Assyriens, vraisemblablement avertis des intentions de Rusa par leurs services de renseignements, sortirent du défilé sans perdre de temps à redéployer leurs ailes et à attendre leurs divisions arrières. Au contraire, Sargon lui-même prit la tête d’une des divisions centrales, immédiatement suivi par son général en chef Sin-ahu-usur, et « comme une flèche farouche », d’un seul élan lança l’attaque contre le centre de l’armée ennemie. La puissance de son attaque s’exerça sur une section des archers et lanciers d’élite, devant Rusa lui-même : « ses guerriers dans lesquels son armée avait confiance, ceux qui portaient arcs et lances, je massacrai devant ses pieds comme des agneaux et je leur coupai les têtes ».

85À partir de ce moment-là, le centre de l’armée ourartéenne commença à se défaire et 260 princes, officiers supérieurs et cavaliers de l’élite tombèrent entre les mains des Assyriens. Rusa lui-même tenta de se replier vers son campement, mais Sargon dit qu’il « tua les chevaux des chars sous lui avec des flèches ». Rusa fut donc contraint – au moins selon Sargon – « pour sauver sa vie, d’abandonner son char, de monter sur une jument et de conduire son armée dans la fuite » (Sg VIII, 1.140).

86Sargon est encore le protagoniste du deuxième scénario de bataille évoqué. Le plus coriace des grands chefs chaldéens, Marduk-apal-iddina de Bit-Yakin, qui avait déjà défié les Assyriens sous son père Teglath-phalazar (et qui continuera encore à le faire jusqu’au règne de Sennacherib) prépara très soigneusement sa défense avant que Sargon l’attaque en 709 (fig. 46). D’abord, il emmena les habitants des villes avoisinantes dans sa ville royale, Dur-Yakin, et avec eux fortifia les murs d’enceinte pour résister au siège assyrien, creusant aussi autour de la ville un fossé qu’on estime avoir été d’environ 100 m de large et 9 m de profondeur. Ensuite, comme l’évoque Sargon, « il ouvrit une brèche dans (les berges de) l’Euphrate et fit s’écouler l’eau dans (la ville) ; il remplit les champs de la ville où il y avait un (possible) champ de bataille et coupa les ponts » (IS, p. 160, 1. 336-338). Enfin, continue Sargon, « il plaça, avec ses alliés et ses troupes, sa tente royale et organisa son campement entre les deux fleuves, comme une grue » (ibid., 1. 338-340). Scurlock précise que le but de cette manœuvre devait être d’empêcher les Assyriens d’utiliser leurs chars de guerre sur ce terrain partiellement inondé et – ajouterai-je- celui de ralentir la marche de l’infanterie.

Fig. 46. La bataille de Dur-Yakin : tentative de reconstruction du schéma tactique.

87À cette stratégie, Sargon répondit en faisant établir, couvert par ses troupes, une grande rampe de terre battue sur le cours d’eau, afin de permettre à son armée d’avancer. L’ouvrage terminé, Sargon dit avoir encerclé le campement du Chaldéen, faisant « s’envoler [s]es troupes sur ce cours d’eau comme des aigles » (ibid., 1. 341-342). La reconstitution de Scurlock nous montre donc l’armée de Sargon attaquer frontalement les Chaldéens, tandis que les ailes et deux divisions portent leurs coups sur les flancs de l’ennemi, où devaient se trouver les alliés. Ainsi, Marduk-apal-iddina fut forcé de se replier à l’intérieur de la ville et de laisser devant la porte de la cité ses alliés araméens en proie aux armes des Assyriens.

88Peut-être la bataille la mieux décrite dans les IRA est-elle celle de Halulê en 691, où s’affrontèrent Sennacherib et Mushezib-Marduk, roi de Babylone, avec ses alliés élamites. Pour cette bataille, les deux armées adverses purent, avec un certain degré de bonne foi, revendiquer la victoire. Le récit des deux adversaires se trouve dans les IRA de Sennacherib (qui proclament évidemment la victoire assyrienne) et dans la « Chronique babylonienne » qui précise bien que les Assyriens furent obligés de battre en retraite :

  • 53 Voir J.-J. Glassner, Chroniques mésopotamiennes, Paris 1993, p. 182.

En une année non connue, Humban-nimena rassembla l’armée d’Élam et d’Akkad ; il livra bataille à l’Assyrie à Halulê et provoqua la retraite de l’Assyrie53.

89En tout cas, si on lit les textes moins laconiques du roi assyrien, on comprend que celui-ci décida de marcher sur Babylone et de se débarrasser de Mushezib-Marduk. Le roi de Babylone répondit en rassemblant une vaste coalition, qui comprenait les citoyens de Babylone et de Borsippa, des tribus araméennes et chaldéennes ainsi que des troupes envoyées par ses alliés de l’est, c’est-à-dire les Élamites, les gens de Parsua et d’Ellipi. Toutes ces forces, nous dit Sennacherib,

  • 54 OIP 2, p. 43 : 1. 57, 60-62.

montèrent contre moi pour engager la bataille. Ils préparèrent leurs lignes de bataille devant moi à Halulê, sur les rives du Tigre. Ils bloquèrent mon accès à l’eau potable et aiguisèrent leurs armes54.

90À partir de cette description, Scurlock suggère que Sennacherib était probablement en marche du nord vers le sud, sur la route la plus directe qui menait à la Babylonie et qui passe par la rive droite du Tigre, quand il rencontra l’armée ennemie. Celle-ci, pour lui barrer la route et son accès au fleuve, devait être tournée vers le nord, son aile droite appuyée au fleuve. Scurlock émet également l’hypothèse que ce flanc, « ancré » de manière suffisamment solide à la rive, était peut-être constitué par les troupes les plus faibles de la coalition, c’est-à-dire par les tribus araméennes (fig. 47). Comme Sennacherib dit avoir capturé Humban-undasi, le « héraut » – mais en fait le général en chef – de l’armée élamite, ainsi que Nabu-shum-ishkun, chef des formations chaldéennes, on peut penser que ceux-ci étaient positionnés sur l’aile gauche qui subit l’essentiel de l’attaque assyrienne. Ce dispositif – évidemment très hypothétique- suppose que le roi élamite, Humban-nimena et Mushezib-Marduk même étaient restés au milieu des rangs et on pourra se demander lequel des deux était en effet en position dominante du point de vue stratégique.

Fig. 47. La bataille de Halulê : tentative de reconstruction du schéma tactique.

  • 55 Ibid., p. 44 : 1. 74-77.

91Sennacherib nous raconte : « je rugis comme Adad […] je soufflai contre l’ennemi sur les flancs long et court comme l’attaque d’une tempête enragée »55. Il semblerait donc que le roi assyrien attaqua au centre, tandis que son aile droite essayait de pénétrer l’aile gauche des ennemis par le côté. Le récit des IRA nous présente la victoire assyrienne comme nette :

  • 56 Ibid., p. 47 : 1. 24-29.

Humban-nimena, roi de l’Élam, avec le roi de Babylone et les chefs de la Chaldée qui étaient à son côté, furent accablés de la peur causée par ma bataille démoniaque. Ils abandonnèrent leurs tentes et, pour sauver leur vie, piétinèrent les corps de leur propre armée56.

  • 57 A. K. Grayson, « The Walters Art Gallery Sennacherib Inscription », AfO 20 (1963), p. 83-96 : p. 94 (...)

92Mais les lignes qui suivent laissent percevoir que la défaite des ennemis de l’Assyrie ne fut peut-être pas aussi entière. En effet, Sennacherib poursuit ainsi : « à mes pieds, ils implorèrent ma majesté : “Fais-nous vivre [...] tu as gagné ta victoire.” Je leur permis de se sauver vivants »57. Selon Jo Ann Scurlock, cette fin du récit n’est absolument pas crédible ; elle restitue donc ainsi l’affrontement : l’attaque de l’aile droite de Sennacherib, qui aurait dû pousser les ennemis vers le fleuve, se solda par un échec. Au contraire, le centre des unités élamito-babyloniennes aurait eu assez de force pour contre-attaquer et infliger aux Assyriens de lourdes pertes jusqu’au moment où, risquant d’être pris en tenaille par l’aile droite assyrienne, il se serait replié, mais en gardant intacte une partie importante de ses forces. Mais tout cela n’empêcha pas le roi assyrien d’écrire :

  • 58 Ibid., p. 94 : 1. 109-114.

À l’endroit où j’avais accompli la défaite du roi de Babylone et de Humban-nimena, roi de l’Élam […] je moissonnai leurs crânes comme du grain ratatiné et j’en construisis des tours. Je fis faire une stèle et j’y fis inscrire la victoire sur mes ennemis, que j’avais accomplie en mettant ma confiance dans les grands dieux, mes seigneurs, et je l’érigeai dans le district de Halulê58.

  • 59 J. A. Scurlock, « Neo-Assyrian Battle Tactics », p. 514 ; voir aussi J. J. Glassner, Chroniques més (...)

93En fin de compte, Sennacherib dut rester maître du champ de bataille et peut donc être considéré comme vainqueur, au moins du point de vue technique. Toutefois, l’armée assyrienne ne semble pas avoir eu la possibilité de poursuivre son avance vers Babylone et dut probablement reprendre le chemin de sa capitale les mains vides – permettant ainsi à la « Chronique babylonienne » d’affirmer que les Élamites avaient gagné la bataille et forcé les Assyriens à battre en retraite59.

94On peut conclure cet aperçu par l’affrontement de Til-Tuba, ou du fleuve Ulay, entre Assurbanipal et les Élamites, en 664. Le vrai champ de bataille couvrait en réalité une vaste zone dans la vallée qui s’étend au sud-est du Tigre, frontière entre la Babylonie et l’Élam, et qui se trouve aujourd’hui dans la province iranienne du Khûzistân.

95Cette vallée, par où passaient les grandes routes commerciales qui reliaient la capitale de l’Élam, Suse, à la Mésopotamie, est parcourue par plusieurs cours d’eau, dont l’Ulay, bras du Kerkha actuel. Cette région était bien connue des Assyriens qui y avaient mené des campagnes à partir de l’époque de Teglath-phalazar III et surtout sous les Sargonides, à la suite des nombreuses alliances conclues entre l’Élam et les Chaldéens contre les Assyriens. Le choix de la rive droite de l’Ulay comme terrain d’affrontement fut celui du roi élamite Tepti-Humban-Inshushinak, connu par les Assyriens sous le nom de Teumman, pour empêcher l’avance de l’armée d’Assurbanipal sur la capitale élamite.

96Comme plusieurs de ses prédécesseurs qui s’étaient opposés à l’avance assyrienne, Teumman avait soigneusement mis au point sa stratégie : il avait non seulement engagé des troupes supplémentaires en les payant en argent et en or, mais encore – nous dit Assurbanipal – « les alliés marchant à ses côtés, il les avait placés devant lui-même et avait ainsi concentré ses forces contre moi ». Comme nous l’avons vu plus haut, dans le combat, la place normale des formations des alliés était les ailes de l’armée (fig. 48). Peut-être le changement dans le placement des différents corps d’armée consistant à placer les alliés au centre, devant les Élamites et non sur les ailes, avait-il été opéré par Teumman pour éviter les défections au cours de la bataille. Enfin, Teumman « fit du fleuve Ulay sa forteresse et coupa l’accès à l’eau potable », c’est-à-dire qu’il s’installa devant le fleuve. Bref, le roi élamite avait décidé d’ouvrir une brèche au centre des divisions assyriennes grâce à la force de percussion concentrée sur la partie antérieure de son armée.

Fig. 48. La bataille du fleuve Ulay : tentative de reconstruction du schéma tactique, 1. Le plan de Teumman pour percer les forces assyriennes.

97Dans ses textes officiels, Assurbanipal ne fait pas le récit du déroulement de la bataille, mais nous disposons heureusement des grands et beaux bas-reliefs de l’affrontement, retrouvés par Layard dans le palais sud-ouest de Ninive, qui nous aident à comprendre sa stratégie. Selon Scurlock, les Assyriens semblent s’être passés de leurs chars de guerre, mais d’autres auteurs, ne les voyant pas sur les bas-reliefs, estiment qu’ils étaient simplement placés sur les lignes arrières non représentées. En tout cas, comme nous l’avons vu, les chars élamites étaient très primitifs et même dépourvus de parois auxquelles accrocher les armes, et au total fort peu impressionnants pour les fantassins et les cavaliers assyriens.

Fig. 49. La bataille du fleuve Ulay : tentative de reconstruction du schéma tactique, 2. L’encerclement assyrien sur le côté droit.

  • 60 Pour une analyse de cette scène fameuse, voir P. Albenda, « Landscape Bas-Reliefs in the Bit Hilani (...)

98La stratégie assyrienne consista à encercler l’aile gauche des Élamites avec la cavalerie des divisions principales et à la repousser vers le centre (fig. 49). Cependant, une voie de sortie, parallèle au fleuve et vers la droite des lignes ennemies, fut laissée libre. Comme on le sait, Teumman et son fils tentèrent de s’enfuir dans cette direction (fig. 50). Peut-être auraient-ils pu réussir si leur char n’avait pas été renversé mais, tombés du char, ils furent immédiatement encerclés par les fantassins assyriens qui, après un court combat, les tuèrent et leur tranchèrent la tête. Sur les bas-reliefs, celle-ci se retrouve pendue à la branche d’un arbre dans le jardin du palais d’Assurbanipal, où le roi et sa reine, jouissant de la vue de ce macabre trophée, se reposent et dînent à la fraîcheur des éventails qu’agitent leurs eunuques60.

Fig. 50. La bataille du fleuve Ulay entre Assurbanipal et les Élamites. Panneaux de gauche et central. Palais de Sennacherib à Ninive.

Notes

1 Voir pour ce point précis F. M. Fales, L’impero assiro ; F. Joannès, La Mésopotamie au premier millénaire avant notre ère, Paris 2000.

2 Voir en général A. Harrak, Assyria and Hanigalbat, Hildesheim 1987 ; P. Machinist, « Provincial Governance in Middle Assyria », Assur 5/2 (1982), p. 1-37 ; plus récemment, E. Cancik-Kirschbaum, Die mittelassyrische Briefe aus Tall Šēḥ Ḫamad, Berlin 1996, p. 25-29 et passim.

3 Sur le mode d’expansion « en tache d’huile », de l’Empire assyrien dans cette phase, voir M. Liverani, « The Growth of the Assyrian Empire in the Habur/Middle Euphrates Area : A New Paradigm », SAAB 2 (1988), p. 81-98 ; pour un modèle différent, voir J. N. Postgate, « The Land of Assur and the Yoke of Assur », World Archaeology 23 (1992), p. 247-63.

4 Voir M. Liverani, « Assyria in the Ninth Century : Continuity or Change ? », p. 217.

5 Voir A. Lemaire, J.-M. Durand, Les inscriptions araméennes de Sfiré et l’Assyrie de Shamshi-ilu, Genève-Paris 1984 ; S. Dalley, « Shamshi-ilu, Language and Power in the Western Assyrian Empire », dans G. Bunnens, éd., Syria in the Iron Age, Louvain-Paris-Sterling 2000, p. 79-88.

6 « Pendant 45 jours je mis mon campement autour de sa ville, et je le renfermai comme un oiseau dans une cage. Ses jardins […] et vergers je coupai ; je n’en laissai pas un seul » (TpIII, P. 73, 1. 10’-12’). Pour la destruction des vergers souvent pratiquée par les Assyriens pour affaiblir les ennemis du point de vue économique, voir S. W. Cole, « The Destruction of Orchards in Assyrian Warfare », dans S. Parpola, R. M. Whiting, éd., Assyria 1995, p. 29-40.

7 Sur les campagnes de Teglath-phalazar en Transeuphatène méridionale, dont la reconstruction nécessite un complexe « collage » de sources entre les données assyriennes et celles de l’Ancien Testament (notamment 2 Rois, 2 Chroniques et Isaïe), voir par ex. N. Na’aman, « Tiglath-pileser III’s Campaigns against Tyre and Israel (734-732 B.C.E.) », Tel Aviv 22 (1995), p. 269-271 ; P. Dubovský, « Tiglath-pileser III’s Campaigns in 734-732 B.C. : Historical Background of Isa 7, 2 K 15-16 and 2 Chr 27-28 », Biblica 87 (2006), p. 153-170.

8 Voir J. A. Brinkman, Prelude to Empire. Babylonian Society and Politics, 747-626 B.C., Philadelphie 1984, p. 39-44.

9 Voir J. A. Brinkman, Prelude to Empire, p. 45-66.

10 Voir E. Frahm, Einleitung in die Sanherib-Inschriften, p. 1-32.

11 Sur la campagne de Sennacherib contre la Judée, voir W. R. Gallagher,Sennacherib’s Campaign to Judah : New Studies, Leyde 1999, avec bibliographie antérieure.

12 Sur la Babylonie de l’époque néo-assyrienne plus récente, voir G. Frame,Babylonia 689-627B.C. A Political History, Leyde 1992.

13 Sur l’Élam, voir M. W. Waters, A Survey of Neo-Elamite History, Helsinki 2000.

14 Sur la chute de Ninive, voir S. Zawadzki, The Fall of Assyria and Median-Babylonian Relations in the Light of the Nabopolassar Chronicle, Delft 1988.

15 C’est l’impression que donnent non seulement les lettres, mais aussi les textes administratifs du « recensement de Harran » de l’époque de Sargon (SAA XI, nos 201-220 ; voir F. M. Fales, L’impero assiro, p. 170-178) où les fermes agricoles sont parfois décrites comme situées ina madbar, « en pleine campagne », c’est-à-dire assez loin des villes qui ponctuaient ce territoire.

16 Voir K. Kessler, « “Royal Roads” and other Questions of the Neo-Assyrian Communication System », dans S. Parpola, R. M. Whiting, éd., Assyria 1995, p. 129-36. Pour l’hypothèse, fondée aussi sur les données bibliques, qu’un autre secteur du ḫarrān šarri parcourait la Transjordanie, voir B. Oded, « Observations on Methods of Assyrian Rule in Transjordania after the Palestinian Campaign of Tiglath-Pileser III », JNES 29 (1970), p. 177-186 : p. 182.

17 Voir F. M. Fales, « Rivers in Neo-Assyrian Geography », dans M. Liverani, éd., Neo-Assyrian Geography, Rome 1995, p. 203-215.

18 Voir récemment F. M. Fales, « Multilingualism on Multiple Media in the Neo-Assyrian Period : a Review of the Evidence », SAAB 16 (2007), p. 94-122, avec bibliographie antérieure.

19 Voir N. Na’aman, « Provincial System and Settlement Pattern in Southern Syria and Palestine in the Neo-Assyrian Period », dans M. Liverani, éd., Neo-Assyrian Geography, p. 103-115.

20 L’ampleur réelle de l’expansion assyrienne en Transjordanie fait actuellement toujours débat ; tandis que B. Oded (« Observations on Methods of Assyrian Rule in Transjordan ») et G. W. Vera Chamaza (Die Rolle Moabs in der neuassyrischen Expansionspolitik, Münster 2005) imaginent une présence assyrienne assez massive dans Édom, Moab et Ammon, d’autres (par ex. P. Bienkowski, « Transjordan and Assyria », dans L. E. Stager, J. A. Green, D. Coogan, éd., The Archaeology of Jordan and Beyond. Essays in Honor of James A. Sauer, Winona Lake 2000, p. 44-53) rappellent qu’il n’existe aucune preuve archéologique de cette présence et pensent plutôt que l’occupation assyrienne se développait ailleurs, par exemple en Palestine du sud.

21 Pour une synthèse récente sur cette question, avec bibliographie antérieure, voir F. M. Fales, « Arameans and Chaldeans : Environment and Society », dans G. Leick, éd., The Babylonian World, New York- Londres 2007, p. 288-298.

22 I. Eph’al, « On Warfare and Military Control in the Ancient Near Eastern Empires : a Research Outline », dans H. Tadmor, M. Weinfeld, éd., History, Historiography and Interpretation, Jérusalem 1983, p. 88-106 : p. 99 ; tandis que H.W. F. Saggs, « Assyrian Warfare in the Sargonid Period », p. 147, se basant sur les distances indiquées dans le récit de la huitième campagne de Sargon, suggère la possibilité d’une marche de trente milles (environ 50 km) par jour.

23 H. W. F. Saggs, « Assyrian Warfare in the Sargonid Period », p. 146.

24 Pour le paysage naturel dans les bas-reliefs assyriens, voir E. Bleibtreu,Die Flora der neuassyrischen Reliefs, Vienne 1980 ; M. L. Marcus, « Geography as Visual Ideology : Landscape, Knowledge, and Power in Neo-Assyrian Art », dans M. Liverani, Neo-Assyrian Geography, p. 193-203.

25 Voir R. M. Czichon, Die Gestaltungsprinzipien der neuassyrischen Flachbildkunst, Munich-Vienne 1992, passim ; D. Nadali, « Assyrians to War »

26 Pour l’analyse iconographique des formes des campements assyriens, voir D. J. Tucker, « Representations of Imgur-Enlil on the Balawat Gates », Iraq 56 (1994), p. 112-113 ; M. G. Micale, D. Nadali, « The Shape of Sennacherib’s Camps : Strategic Functions and Ideological Space », Iraq 71 (2004), p. 163-175 ; A. Schachner, Bilder eines Weltreichs, p. 133-136 (les portes de Balawat présentent 21 campements, dont 4 de forme ronde, 3 de forme ovale, et le reste de forme rectangulaire).

27 Cf. J. M. Russell, Sennacherib’s Palace Without Rival at Nineveh, Chicago-Londres 1991, p. 277, et figures 3,112.

28 Voir N. Na’aman, « An Assyrian Residence at Ramat Rahel ? », Tel Aviv 28 (2001), p. 260-280 : p. 268-275, sur les forteresses à Edom et dans le Negev. Le cas de Tell Kheleifeh, sur la route entre l’Arabie et la vallée de Beersheba, où fut retrouvé un grand nombre de vases qui imitaient les typologies assyriennes, est particulièrement intéressant car il suggère que des fonctionnaires assyriens assistaient les gens du lieu non pas seulement dans les provinces de l’Empire, mais aussi dans les royaumes vassaux.

29 Pour le rôle joué par ces garnisons à la frontière de l’Assyrie et peu à peu transformées en établissements permanents, voir B. Parker, « Garrisoning the Empire : Aspects of the Construction and Maintenance of Forts on the Assyrian Frontier », Iraq 59 (1997), p. 77-87. Pour le site de Ziyaret Tepe, voir l’aperçu donné par ce même auteur, « Archaeological Manifestations of Empire : Assyria’s Imprint on Southeastern Anatolia », AJA 107 (2005), p. 525-557, avec bibliographie antérieure.

30 Voir une bibliographie partielle de ces lettres dans B. Parker, « Garrisoning the Empire ».

31 A. L. Oppenheim, « The Eyes of the Lord », JAOS 88 (1968), p. 173- 180 ; F. Malbran-Labat, L’armée et l’organisation militaire de l’Assyrie, p. 41-57.

32 Voir F. M. Fales, L’impero assiro, p. 117-122.

33 F. Malbran-Labat, L’armée et l’organisation militaire de l’Assyrie, p. 42.

34 AEAD, p. 19b ; F. Malbran-Labat, L’armée et l’organisation militaire de l’Assyrie, p. 43-44.

35 D. Ussishkin, « The ’Camp of the Assyrians’ in Jerusalem », IEJ 29 (1979), p. 137-142.

36 Voir A. Mazar, « The Fortification of Cities in the Ancient Near East », dans J. M. Sasson, éd., Civilizations of the Ancient Near East, vol. 1, New York 1995, p. 1523-1537. Sur les villes ennemies dans les bas-reliefs, voir R. Jacoby, « The Representation and Identification of Cities on Assyrian Reliefs », bien que l’auteure doute de la vraisemblance des représentations.

37 Sur le siège en Assyrie en général, voir P. B. Kern, Ancient Siege Warfare, Bloomington-Indianapolis 1999, p. 46-58.

38 C’est le cas de P. Dubovský, « Tiglath-pileser III’s Campaigns in 734- 732 B.C »., p. 161-164.

39 C’est la thèse de A. Fuchs, « Über den Wert von Befestigungsanlagen », ZA 98 (2008), p. 45-98, qui pense que les grandes villes étrangères sont tombées aux mains des Assyriens plus pour des raisons de politique interne que sous la pression des assaillants.

40 Cet aspect a bien été tiré au clair par I. Eph’al, « Ways and Means to Conquer a City Based on Assyrian Queries to the Sungod », p. 49-53.

41 Bien que plus brièvement, un ordre analogue des gestes à faire envers les ennemis assiégés est prescrit par la Bible dans Deutéronome 20 : 10-12 : « Quand tu approcheras d’une ville pour lui faire la guerre, tu l’inviteras à la paix./Et s’il arrive qu’elle te fasse une réponse de paix et quelle s’ouvre à toi, alors tout le peuple qui sera trouvé dedans te sera tributaire et te servira./Et si elle ne fait pas la paix avec toi, mais qu’elle fasse la guerre contre toi, tu l’assiégeras ».

42 D. Nadali, « Assyrians to War », p. 180.

43 P. B. Kern, Ancient Siege Warfare, p. 46.

44 Y. Yadin, The Art of Warfare, p. 315 ; P. B. Kern, Ancient Siege Warfare, p. 47-48.

45 Voir R. Borger, Die Inschriften Asarhaddons, Königs von Assyrien, p. 104, II, l. 1-7). Pour éviter le risque d’une telle riposte, les rampes de Lakish avaient été aménagées nuitamment (voir I. Eph’al, « The Assyrian Siege Ramp at Lachish : Military and Lexical Aspects », Tel Aviv 11 [1984], p. 60-70 : p. 63-64).

46 D. Ussishkin, « The Assyrian Attack on Lachish : The Archaeological Evidence from the Southwest Corner of the Site », Tel Aviv 17 (1990), p. 53-86.

47 Voir I. Eph’al, The City Besieged, Leyde-Boston 2009, p. 71.

48 Voir F. M. Fales, « Tiglat-Pileser III tra annalistica reale ed epistolografia quotidiana », dans F. Pecchioli Daddi, M. C. Guidotti, éd., Narrare gli Eventi, Rome 2005, p. 163-191 : p. 183-184.

49 Sur la bataille en rase campagne, voir I. Eph’al, « On Warfare and Military Control in the Ancient Near Eastern Empires », p. 93-96.

50 Il suffit de se rappeler que les Achémenides, pendant presque deux cents ans, perdirent de nombreuses batailles contre les Grecs sans que cela portât particulièrement à conséquence pour la survie de l’État. De même, en 255 av. J.C., la marine romaine, vaincue à Cap Pachynus, perdit ses 248 navires et environ 15 % des hommes destinés à l’armée dans toute l’Italie sans que cela empêche l’État de reconstituer immédiatement sa flotte et de repartir en guerre contre les Carthaginois : voir R. A. Gabriel, K. M. Metz, From Sumer to Rome, p. 45.

51 J. Hunger, Heerwesen und Kriegführung der Assyrer auf der Höhe ihrer Macht, Leipzig 1911 ; H.W. F. Saggs, « Assyrian Warfare in the Sargonid Period » ; J. Córdoba, « Die Schlacht am Ulaya-Fluss. Ein Beispiel assyrischer Kriegsführung während der letzten Jahre des Reiches », dans H. Hauptmann, H. Waetzoldt, éd., Assyrien im Wandel der Zeiten, Heidelberg 1997, p. 7-17.

52 J. A. Scurlock, « Neo-Assyrian Battle Tactics », dans G. D. Young, M. W. Chavalas, R. D. Averbeck, éd., Crossing Boundaries and Linking Horizons (Festschrift M. Astour), Bethesda 1997, p. 491-517.

53 Voir J.-J. Glassner, Chroniques mésopotamiennes, Paris 1993, p. 182.

54 OIP 2, p. 43 : 1. 57, 60-62.

55 Ibid., p. 44 : 1. 74-77.

56 Ibid., p. 47 : 1. 24-29.

57 A. K. Grayson, « The Walters Art Gallery Sennacherib Inscription », AfO 20 (1963), p. 83-96 : p. 94, 1. 99-101.

58 Ibid., p. 94 : 1. 109-114.

59 J. A. Scurlock, « Neo-Assyrian Battle Tactics », p. 514 ; voir aussi J. J. Glassner, Chroniques mésopotamiennes, p. 67. Souvenons-nous, en effet (cf. chap. III, 1), que le destin de ce souverain assyrien fut de conduire une politique étrangère largement défensive, assortie de succès militaires limités. On rappellera également qu’au cours de la campagne contre la Judée de 701, Jérusalem ne fut pas prise et que l’armée assyrienne dut se retirer. Cela n’empêcha pas les déclarations triomphantes de Sennacherib, qui revendique un grand succès dans ses textes officiels comme dans ses bas-reliefs.

60 Pour une analyse de cette scène fameuse, voir P. Albenda, « Landscape Bas-Reliefs in the Bit Hilani of Ashurbanipal », BASOR 225 (1977), p. 29-48 : p. 29-33.

Table des illustrations

Légende Fig. 39. Auxiliaires assyriens en marche vers leur campement (à droite) dans un territoire collineux et boisé. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 40. Soldats assyriens nageant. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 41. La tente à « apse » appartenant à Sin-ahu-usur, général en chef, dans le campement assyrien. Devant lui, se déroulent des rituels pour les étendards. Palais de Sargon à Dur-Sharrukin.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 42. Dans un bélier armuré, un militaire assyrien semble garder dans la main (peut-être le lisant à haute-voix) un parchemin contenant les termes de la capitulation des ennemis assiégés dans la ville de Harhar, tandis que des soldats sont en train de mettre le feu à une des portes (en haut). Palais de Sargon à Dur-Sharrukin.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 43. L’assaut assyrien à la ville de Lakish. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 44. Béliers à quatre roues et pointe de lance. Palais de Sargon à Dur-Sharrukin.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 45. Techniques simultanées employées pour la conquête d’une ville assiégée, située près d’un cours d’eau. De gauche à droite, (1) l’escalade des remparts par des longues échelles ; (2) le creusement d’un tunnel sous les murs (en bas) ; (3) le descellement des murs avec des piques ou lances par les sapeurs (au centre) ; et enfin, en bas à droite, (4) une action conjointe de deux personnages qui essaient de tourner une cheville ou autre (peut-être pour l’ouverture d’une porte, ou d’une porte d’eau, à la base du mur). Palais d’Assurnazirpal II à Kalkhu.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 46. La bataille de Dur-Yakin : tentative de reconstruction du schéma tactique.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 47. La bataille de Halulê : tentative de reconstruction du schéma tactique.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 48. La bataille du fleuve Ulay : tentative de reconstruction du schéma tactique, 1. Le plan de Teumman pour percer les forces assyriennes.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 49. La bataille du fleuve Ulay : tentative de reconstruction du schéma tactique, 2. L’encerclement assyrien sur le côté droit.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 50. La bataille du fleuve Ulay entre Assurbanipal et les Élamites. Panneaux de gauche et central. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1847/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search