Version classiqueVersion mobile

Guerre et paix en Assyrie

 | 
Frederick Mario Fales

Chapitre II. La technologie militaire et la composition de l’armée

Texte intégral

1Il est possible maintenant d’aborder l’organisation de l’armée assyrienne. Dans ce chapitre, on tentera de brosser un panorama complet de cette armée du point de vue statique, en décrivant ses composantes fonctionnelles et logistiques. Certains aspects de cette question – par exemple la subdivision structurelle de l’armée ou la typologie des armes établie à partir des représentations des bas-reliefs – sont de longue date des objets traditionnels de recherche, tandis que d’autres – par exemple les titulatures militaires et les problèmes logistiques particuliers – n’ont été examinés que depuis ces dernières années, à travers l’étude de données spécifiques qui proviennent surtout des textes « quotidiens » de l’Empire. Un nouvel effort s’avère donc nécessaire pour regrouper ces informations – désormais abondantes – dans un ensemble aussi cohérent que possible.

1. Combien d’hommes ?

  • 1 Voir déjà F. M. Fales, « Preparing for War in Assyria », dans J. Andreau, P. Briant, R. Descat, dir (...)
  • 2 Pour une discussion de ces problèmes à l’échelle de l’histoire ancienne d’Europe et d’Asie, voir to (...)

2L’armée assyrienne représente sans doute la plus grande « machine de guerre » mise en action au Proche-Orient avant les Achémenides, comme en témoignent les traditions biblique et classique. Mais de combien d’hommes cet ensemble était-il, en fin de compte, composé ? Les réponses peuvent évidemment varier en fonction des situations – comme c’est le cas pour les armées de tout temps y compris celles du présent1. Le calcul peut concerner (1) l’ensemble des forces militaires théoriquement disponibles pour l’État, (2) les effectifs déployés pour des opérations militaires spécifiques, (3) les troupes mobilisées pour des opérations de contrôle, de protection, d’application de la paix dans des scénarios particuliers (routes, zones de frontière, etc.)2.

  • 3 Diodore, II, 5. Il semblerait que ce calcul ait été aussi influencé par la lecture d’Hérodote : voi (...)
  • 4 Voir A. Gat, War in Human Civilization, p. 364.

3L’appréciation des forces totales à la disposition de l’État assyrien ne peut être – comme nous l’avons suggéré – que théorique, car nous ne disposons d’aucun texte nous renseignant directement sur la population globale de l’Assyrie, à partir duquel on pourrait faire des hypothèses socio-démographiques pour le recrutement des soldats. Il faut donc s’en tenir au calcul de l’effectif maximum qui a pu être déployé au cours de guerres particulières. Dans ces conditions, écartons d’emblée l’estimation plus qu’exagérée de Diodore de Sicile qui – en citant Ctésias – parle de 1 700 000 fantassins, 210 000 cavaliers et « un peu moins de 10 000 » chars de guerre pour le contingent militaire rassemblé par le roi (largement mythique) Ninos, dans son expédition contre la Bactriane3. Ces chiffres sont sans équivalent dans l’Antiquité (Dioclétien réussit à rassembler entre 450 000 et 600 000 hommes pour l’Empire romain4) et même pour les guerres modernes.

  • 5 Voir M. De Odorico, The Use of Numbers and Quantifications, p. 109- 112, pour les corrections de ce (...)

4En nous tournant vers les documents assyriens eux-mêmes, il faut remarquer que, comme on le verra par la suite, les textes « quotidiens », très utiles pour une analyse minutieuse de la composition de l’armée, ne nous ont laissé aucune donnée numérique d’ensemble. Pour cet aspect de la question, il faudra donc se contenter des textes officiels de l’Empire qui nous ont fourni de façon sporadique (et sûrement en raison de leur objectif qui était de propagande) des chiffres de l’effectif des forces, entre les règnes d’Assurnazirpal II (883-858) et Sennacherib (704-681). Ces données permettent de dresser un tableau quelque peu compliqué (voir tableau 2)5.

Tableau 2. Les forces de l’armée assyrienne : données numériques

  • 6 L’expédition vers le mont Mehru visait au découpage et au transport du bois, et aurait pu aussi com (...)
  • 7 Voir M. Liverani, Studies on the Annals of Ashurnasirpal II, p. 80,135.

5Comment faire bon usage de ces chiffres ? Le contexte réel de l’expédition d’Assurnazirpal II au mont Mehru est difficile à saisir car les scribes n’y ont fait que de brèves allusions dans les annales. On peut toutefois évoquer ici un recrutement exceptionnel6, car ailleurs sous ce roi – pour faire face à des armées ennemies qui ne dépassent jamais les 6 000 soldats – l’estimation d’une force assyrienne d’environ 20 000 hommes ne semble pas déraisonnable7.

  • 8 Voir M. De Odorico, The Use of Numbers, p. 111. W. Mayer, Politik und Kriegskunst, p. 424, utilise (...)
  • 9 RIMA 3, p. 23 : 1. 90-95.

6Quant à la mention des 120 000 soldats de Salmanazar, une récente relecture critique des chiffres donnés par les IRA fait évidemment douter de sa crédibilité. Toutefois, ce total n’est pas en soi inimaginable car – comme on l’a déjà indiqué – il aurait pu renvoyer à la taille maximale théorique de l’armée assyrienne, au moins « aux yeux des auteurs de ces inscriptions »8. De plus, si l’on pense qu’il s’agissait de l’armée levée pour affronter la vaste coalition des rois syro-palestiniens engagée dans la bataille de Qarqar en 853 et forte d’environ 65 000 têtes, comme l’indiquent les annales mêmes de Salmanazar9, ce nombre de 120 000 gagne encore en vraisemblance.

  • 10 Voir E. Frahm, Einleitung in die Sanherib-Inschriften, p. 102, pour les nombreuses variantes de ces (...)

7Mais on peut, à cet égard, faire encore quelques remarques. Les autres chiffres ne relèvent, comme on peut le voir, que de totaux partiels. On a suggéré, sur la base de quelques indications explicites chez Sargon et Sennacherib, qu’ils concernaient essentiellement l’armée permanente, le kiṣir šarri dont il sera question plus loin (chap. II, 5). Mais les chiffres de Sargon, par exemple, donnent seulement l’effectif des différentes forces étrangères intégrées à son armée et provenant des pays conquis. On remarquera que, dans le cas des « forces ajoutées de Karkemish », la proportion entre fantassins et cavaliers est de quinze pour un, et la même proportion pourrait s’appliquer à peu près aux « forces ajoutés de Bit-Yakin ». Les données de Sennacherib sont, en fait, très douteuses10.

8Il faudra également se rappeler que les effectifs de la charrerie sont exprimés en nombre de chars et que chacun d’eux transportait trois hommes. Tout cela étant considéré, on pourrait suggérer une intégration théorique pour les forces de Salmanazar III, notées dans la deuxième case comme le « total de l’armée rassemblée pendant son règne », mais dans lesquelles manque malheureusement l’infanterie. Il y aurait eu ainsi 78 630 fantassins qu’il faudrait ajouter aux 5242 cavaliers et aux 2001 chars (= 6003 hommes), ce qui nous donne un total général d’environ 90 000 hommes. Ce n’est au fond pas si éloigné du chiffre de 120 000 évoqué plus haut ; notons qu’on atteindrait ce dernier sans difficulté si l’on rajoutait, par exemple, tout le personnel civil qui suivait les combattants.

  • 11 Voir M. Liverani, « Assyria in the Ninth Century : Continuity or Change ? », p. 215-216, met ce nom (...)
  • 12 F. M. Fales, L’impero assiro, p. 141, soutenait l’hypothèse que « plusieurs milliers d’équidés (et (...)

9Avec une certaine prudence, on pourrait donc considérer les totaux indiqués pour la XIVe campagne de Salmanazar III comme exprimant la capacité maximale de forces militaires qu’un roi assyrien pouvait déployer11. D’autre part, même en se bornant aux totaux partiels de Sargon, on peut suggérer que sous son règne aussi de vastes armées ont été déployées. En tenant compte de l’impression donnée par les textes de ce même règne, qui traitent du rassemblement de chevaux dans la capitale impériale de Kalkhu pour la campagne de 710 en Chaldée avec des totaux de 2000 à 3 000 animaux12, cette hypothèse est encore plus vraisemblable.

  • 13 F. M. Fales, « Grain Reserves, Daily Rations, and the Size of the Assyrian Army », SAAB 4 (1990), p (...)
  • 14 L’emāru était composé par 10 sāti (pluriel de sūtu) ; et chaque sūtu pouvait avoir un nombre variab (...)

10Les textes « quotidiens » de l’Empire, et en particulier les documents administratifs et les lettres, ne nous fournissent que des quantités limitées et des totaux partiels concernant l’armée. Un des cas les plus évidents (mais qui, comme on le verra, ne résout pas le problème) est exposé dans la lettre SAA V, 250, écrite au roi Sargon par l’un de ses fonctionnaires13. L’auteur de la lettre (dont le nom est perdu) se trouvait à l’avant-poste de Kar-Aššur sur la frontière nord-orientale, où un premier contingent de l’armée attendait l’arrivée des « Grands du royaume » pour lancer une attaque dans les environs. Dans cette lettre, il répond à Sargon qui lui avait demandé de préciser la quantité de céréales stockée « dans [sa] ville, par mois et par jour ». La réponse est très précise : il y a 21 150 emāru de rations de grain par mois, soit 705 emāru (ce qui équivaut a 70 500 qa/litres) par jour pour les hommes14 ; et 17 340 emāru de fourrage par mois, soit 578 emāru (l’équivalent de 57 800 qa/litres) par jour pour les animaux. Suit le total général : 38 490 emāru, « plus ce que les Grands du royaume [vont apporter] » (SAA V 250 : verso, 1. 19’-20’).

  • 15 Ces données nous montrent que la quantité de 1 qa par jour était pour les déportés le minimum de no (...)
  • 16 Ce calcul se fonde sur les informations qui concernent l’armée macédonienne d’Alexandre le Grand, c (...)

11Or, si l’on calcule, à partir d’autres données provenant des textes épistolaires15, que les troupes assyriennes consommaient environ 2 qa (litres) de grain par jour – ce qui correspond à peu près à 1 200/1 300 grammes de pain ou équivalent, à assaisonner avec de l’huile de sésame et des herbes –, il ressort que les silos de Kar-Aššur pouvaient nourrir un maximum de 35 000 hommes pendant leur cantonnement dans la ville. Quant aux animaux, en utilisant des données comparatives en gros16, on peut estimer la quantité de fourrage dont ils avaient besoin à huit fois celle de grain que consommaient les hommes. On aboutit alors à un total d’environ 3 500 bêtes.

12Toutefois, les deux nombres auxquels on est parvenu non sans effort nous donnent en fin de compte très peu d’informations car ils se réfèrent uniquement à la quantité de nourriture disponible dans la ville de Kar-Aššur, au moment de l’envoi de la lettre. Par ailleurs, la lettre ne précise malheureusement pas si ces quantités étaient suffisantes ou non pour les troupes rassemblées. On remarquera néanmoins que ces effectifs sont globalement cohérents avec ceux que l’on a présentés plus haut pour les armées recrutées par Sargon II.

2. Bronze et fer

  • 17 R. Pleiner, J. Bjorkman, « The Assyrian Iron Age », PAPS 118 (1974), p. 283-313. Pour les attestati (...)

13L’armée assyrienne utilisait des armes de bronze ou de fer, supérieures en quantité et en qualité à celles de ses adversaires, même si l’approvisionnement en cuivre, en étain et en fer nécessitait des efforts particuliers (y compris la guerre), car sa région d’origine ne possédait aucune ressource métallurgique. On sait que la diffusion du fer eut lieu avec une certaine lenteur au début de l’époque qu’on appelle du point de vue archéologique « âge du fer I », après le xiie siècle av. J.-C.17. On a même suggéré que l’Assyrie avait eu quelque retard dans l’adoption des techniques de fusion et de façonnage du fer au début du Ier millénaire. En pratique, l’Empire assyrien se serait trouvé dans une situation intermédiaire, entre deux phases technologiques : celle de l’utilisation simultanée du fer et du bronze et celle de l’usage préférentiel du fer, même si le bronze n’avait pas totalement disparu. En tout cas, les IRA mentionnent fréquemment, comme butin, le fer sous forme brute. Il provenait des États du moyen et du haut Euphrate, proches des ressources minières de l’Anatolie du sud et du Liban, et entrait dans les stocks de l’État pour être redistribué ou transformé (fig. 16).

14À partir de cette période, le fer vint régulièrement s’ajouter au bronze pour la fabrication des armes, des ustensiles domestiques, des outils agricoles ou de construction (pioches, têtes de marteau, scies à double manche). Les qualités physiques du fer (dureté, résistance, plasticité favorable à la forge) le faisaient évidemment préférer au bronze, mais sa métallurgie était plus longue et complexe à mettre en œuvre, surtout en dehors des ateliers bien organisés comme ceux des palais royaux.

Fig. 16. Lieux d’origine du fer (flèches) et flux du métal vers les capitales assyriennes (carrés).

15Néanmoins, le bronze continua à être largement utilisé ; les IRA, par exemple, indiquent que des expériences avec outils et machineries en bronze étaient toujours menées en Assyrie. Plus simplement, une liste d’armes de Tell Halaf, datant des premières décennies du viiie siècle, mentionne les deux métaux :

au nom de (ou des) Habinu : 2 boucliers de fer, 2 boucliers de bronze, 10 poignards, 700 flèches, 5 arcs de bonne qualité, 1 carquois.
(TH 49)

  • 18 T. Deszö, Near Eastern Helmets of the Iron Age, p. 18-56. Pour les casques coniques représentés sur (...)

16Du point de vue archéologique, des casques en fer nous sont parvenus des fouilles de Layard à Nimroud/Kalkhu. Ils sont de deux types : soit à crête, suivant une forme déjà attestée dans les reliefs néo-hittites de Karkemish et qui avait été introduite en Assyrie par les corps d’auxiliaires venant d’Anatolie ou du nord de la Syrie puis intégrés dans l’armée impériale ; soit coniques, selon la forme assyrienne la plus typique qui provient de la tradition de l’âge du bronze18. Ces exemplaires étaient tout à fait semblables à ceux qui étaient en bronze ; les plus recherchés pouvaient aussi avoir, sur le fond en fer, des applications de bronze représentant des dieux à la bataille. Le poids de ces casques est estimé à environ 3 kg, tandis que les exemplaires en bronze ne devaient pas dépasser les 800 grammes (fig. 17).

Fig. 17. Casque assyrien à crête en bronze avec décorations gravées. Badisches Landesmuseum, Karlsruhe.

  • 19 Voir P. R. S. Moorey, Ancient Mesopotamian Materials and Industries. The Archaeological Evidence, O (...)
  • 20 R. Pleiner, J. Bjorkman, « The Assyrian Iron Age », p. 291.

17Quant aux poignards et aux flèches de l’époque, ils étaient autant que possible en fer, comme le riche dépôt de pièces de fer découvert à Khorsabad par Victor Place le montre19. De plus, les fouilles de Layard ont livré plusieurs écailles de fer qui faisaient partie de différents équipements (boucliers, cottes de mailles, cuirasses, etc.)20.

18Le commerce du fer pour la production d’armes semble avoir été strictement réglementé par les Assyriens. Ainsi, un gouverneur assyrien de Syrie centrale du temps de Sargon est accusé par le roi :

Tu as transformé Huzaza en une ville de marchands ! Les gens du lieu ont vendu du fer aux Arabes !
(SAA I, 179 : recto, 1.20-23)

19Le gouverneur, très vexé par cette accusation, répond au roi que les seuls marchands de Huzaza sont deux ou trois vieux qui accumulent des raisins pour fournir les Arabes des alentours et qu’il n’a rien à voir avec ce commerce. Par ailleurs, poursuit-il, ses transactions de métal se font uniquement avec des groupes incapables d’en faire des armes : « Je vends du fer seulement aux déportés ; aux Arabes, je vends du cuivre » (ibid., verso 1-2).

20D’autre part, il est clair que les préoccupations du roi, à propos des trafics locaux qui n’étaient pas directement contrôlés par les envoyés de l’État, avaient déjà eu des effets dans la région, comme le gouverneur le décrit :

Un inspecteur des impôts a (déjà) été placé à la porte de la ville de Ṣupat, et maintenant ils vont en placer un autre à Huzaza ; mais les Arabes s’en vont et ils ne reviennent plus, car ils ont eu peur.
(Ibid. : verso, 1.7-10)

  • 21 Voir par ex. R. Drews, The End of the Bronze Age : Changes in Warfare and the Catastrophe ca. 1200  (...)

21Il est aujourd’hui bien établi qu’en général la diffusion des armes en fer, de moins en moins coûteuses au cours du Ier millénaire av. J.-C., eut de fortes répercussions sur la stratégie militaire. L’offensive fut de plus en plus confiée à l’infanterie et à la cavalerie, chargées du combat à longue distance ou au corps à corps21, tandis que la charrerie – force de frappe déterminante dans les batailles du iie millénaire – perdit progressivement de son importance, comme on le verra par la suite.

3. Les formations militaires

22L’armée assyrienne était une armée de terre (voir infra, d, pour l’emploi de la marine) et présentait trois unités ou formations spécifiques de combat, l’infanterie, la cavalerie et la charrerie, comme le montrent très clairement les bas-reliefs de l’époque (fig. 18). À l’intérieur de ces unités, on pourrait encore distinguer du point de vue théorique les différents corps qui les composaient, selon l’arme de préférence (arc, lance, fronde) ou en tenant compte de fonctions particulières (éclaireurs, sapeurs, etc.). Toutefois, du point de vue lexical, les grades, les différents noms de fonction à l’intérieur de l’armée et enfin la façon dont étaient constituées les formations sur le champ de bataille présentent encore aujourd’hui de nombreuses ambiguïtés.

Fig. 18. Membres de l’infanterie, cavalerie et charrerie assyriennes sortant du camp militaire à Lakish (Palestine). Palais de Sennacherib à Ninive.

  • 22 Ce texte a été traité plusieurs fois, tout récemment par J. N. Postgate, « The Assyrian Army in Zam (...)

23Pour bien cerner les problèmes relatifs à cet ensemble de données, on peut commencer en citant une importante lettre, SAA V 215, expédiée par un officier à Sargon II. Elle énumère précisément les effectifs présents dans le campement de Mazamua, ville située sur la frontière orientale qui séparait l’Assyrie des territoires des Mannéens22 :

  • 23 Le mot est écrit LÚ.GIŠ.GIGIR dans le texte. Pour l’équivalence de ce complexe logographique (qui, (...)
  • 24 La raison pour laquelle le mot LÚ.GIŠ.GIGIR = susānu est employé pour résumer les trois fonctions p (...)
  • 25 mutīr ṭēmē, littéralement : « celui qui rapporte les informations ».

Pour ce qui concerne l’ordre que m’a donné le roi, mon seigneur, « Fais une revue des troupes de Mazamua, et écris-moi », (voilà) :
10 chars, 2 fourgons. 10 (attelages) de chevaux ; 10 (attelages) de mules : un total de 20 attelages. 97 chevaux de selle.
11 cochers de char (mukil appāte), 12 « troisièmes hommes » [de l’équipage des chars] (tašlišu), 10 chefs de char (mār dammaqūté) ; 53 palefreniers [de char] (susānu)23 ; [20] chefs des attelages (rab urāté) -en tout, 106 hommes des chars.
161 cavaliers (ša pethallāte), 130 palefreniers [des chevaux] (susānu), 52 zunzurahhu : en tout, 343 susānu (?)24. 8 laquais, 12 tailleurs, 20 échansons, 12 magasiniers, 7 boulangers, 10 cuisiniers : un total de 69 domestiques.
8 savants (ummānu) ;
23 conducteurs d’ânes ;
1 officier des services d’informations [ou « rapporteur »]25 ; 80 fantassins/chevaliers éclaireurs (kallāpu).
Au total, 630 Assyriens.
360 Gurréens ; 440 Itu’éens.
Total général, 1 430 « hommes des troupes du roi », y inclus ceux qui étaient là auparavant et ceux que l’aide de camp m’a amenés.
(SAA V, 215 : recto, 1.4 – verso, 1.6)

  • 26 J. N. Postgate, « The Assyrian Army in Zamua », p. 94. On aurait donc affaire seulement à (20 x 2) (...)

24Comme on le voit, il ne s’agit là – encore une fois – que d’un total assez partiel, qui n’ajoute rien aux calculs effectués plus haut sur la taille de l’armée. Néanmoins, ce texte nous donne un aperçu assez intéressant et unique sur la composition d’un corps expéditionnaire assyrien et en particulier sur les troupes qui se retrouvaient dans les avant-postes, avant le lancement d’une campagne à l’étranger. Dans ce cas précis, l’énumération commence par les chars de guerre et les fourgons de transport (pour des armes ou des denrées alimentaires), avec leurs attelages (urāte) que l’on peut estimer de deux bêtes chacun26, puis passe aux troupes associées à ces deux moyens de transport, ensuite aux troupes à cheval, aux membres du personnel domestique (c’est-à-dire les « assistants » des combattants), puis aux membres du groupe privilégié des « spécialistes » de l’écriture et des techniques divinatoires, en arrive ensuite aux plus humbles conducteurs d’ânes (pour les fourgons) puis à un « rapporteur » et enfin à des troupes qui auraient pu également faire partie du contingent de découverte (voir ci-dessous). Toutes ces troupes (630 personnes) sont désignées collectivement comme des « Assyriens ». S’ajoute à cet ensemble bien différencié selon les fonctions un nombre plus important (800 personnes) de « non-Assyriens », identifiés par d’autres ethnonymes. Le total général des hommes – identifiés dans l’ensemble comme « troupes du roi » (voir chap. II, 5) – dont dispose l’officier de Mazamua s’élève donc à 1 430 ; total qui semble inclure des troupes de garnison permanente (« ceux qui étaient là auparavant ») et des troupes fraîches, rassemblées plus récemment.

25Les données de ce texte sont évidemment fort intéressantes en soi, mais si l’on veut obtenir un schéma général du fonctionnement de l’armée assyrienne, on doit les rapprocher des informations fournies par les autres sources de l’époque. Pour une vue d’ensemble des formations de base de l’armée assyrienne, on reprendra donc les renseignements contenus dans cette lettre en partant (a) de l’infanterie (traitant dans ce contexte des typologies et techniques des armes qui se réfèrent à cette unité) pour ensuite passer à (b) la cavalerie et (c) la charrerie (en progressant donc de la fin vers le début de SAA V, 215). On abordera enfin (d) les vagues traces de la marine dans la même armée.

a. L’infanterie

  • 27 F. Malbran-Labat, L’armée et l’organisation militaire des Assyriens, p. 77.
  • 28 AEAD, p. 134b. Une autre théorie encore est celle de K. Radner, Die neuassyrischen Texte aus Tall Š (...)

26L’infanterie représentait normalement le gros des troupes et le niveau le plus bas ; mais même les termes qui désignaient cette formation sont encore en partie obscurs. Dans les IRA comme dans certains des textes « quotidiens », les fantassins étaient habituellement décrits par le terme ṣabē (toujours noté dans le système logographique par les signes LÚ. ERIM. MEŠ), « hommes, troupes », accompagné parfois d’un mot précisant les armes utilisées (comme arītu, « bouclier », qassu, « arc »). Plus récemment pourtant, John Nicholas Postgate a suggéré que le mot kallāpu, que les assyriologues traduisaient habituellement par « estafette », ou par d’autres mots en rapport avec l’utilisation du cheval, pourrait en fait désigner le fantassin. Cette proposition se fonde notamment sur la place que ce terme occupe dans notre texte, bien loin de la mention des troupes montées ou des chars. Par rapport à cette interprétation, on doit rappeler l’opinion de Florence Malbran-Labat, selon laquelle zūku était le nom de l’infanterie27. En effet, Postgate lui-même note que dans un autre texte de Ninive, les zūku sont énumérés après 4 groupes de kallāpu. On pourrait donc bien – à son avis- penser que zūku était un mot plus général que kallāpu ; par ailleurs, dans le plus récent des dictionnaires assyriens, zūku a été traduit par « infanterie »28. Mais il se peut aussi que zūku ait eu, au moins en partie, le sens encore plus général de « troupes », comme variante de ṣabē ou même comme terme dialectal de la langue courante. Une lettre de Sargon à l’un de ses subordonnés, traitant de la destination de certains hommes, peut-être des déportés qui avaient survécu au long voyage vers l’Assyrie, semble illustrer cet usage :

Message du roi à Mannu-ki-Adad, (concernant) 1119 hommes (LÚ. ERIM. MEŠ) en bonne santé – il y en avait 5000 en tout, mais ceux qui sont morts sont morts et ceux qui ont survécu ont survécu.
Ils étaient destinés à entrer dans les troupes (zūku) du Palais et (en tant que tels) confiés à ta charge. (Alors, ) pourquoi t’en es-tu approprié, transformant ceux-là en recrues, ces autres en chefs de char, ces autres (enfin) en chevaliers, (mais tous) dans ta propre brigade ?
(SAA I,11 : recto, 1. 1-13)

  • 29 Sg VIII, p. 66-67, 1. 426. Ce calcul, sans aucun doute de nature symbolique, est normalement interp (...)

27Revenant à kallāpu, pour le fait que ce terme suit dans notre texte la profession de « rapporteur », on pourrait penser qu’il désignait des fantassins (ou même des cavaliers) particulièrement destinés à la tâche d’éclaireur. D’autre part, on peut observer que les kallāpu représentent le dernier groupe rangé parmi les « Assyriens » et précèdent ceux qui sont désignés par d’autres éthonymes, qui – comme on va le voir – étaient sûrement des fantassins. Dans ce sens, leur position à la fin de la liste des « Assyriens » se révèle tout à fait identique à celle attestée dans la partie finale de la relation de Sargon sur sa VIIIe campagne, où le roi donna le compte des victimes de sa propre armée : « Un chariste, 2 cavaliers, 3 kallāpu furent tués »29.

  • 30 Tenant compte principalement des données iconographiques, T. Deszö (« The Reconstruction of the Neo (...)
  • 31 J. N. Postgate, « Assyrian Uniforms », dans W. H. Van Soldt, éd., Veenhof Anniversary Volume, Leyde (...)
  • 32 Voir P. Albenda, « The Gateway and Portal Stone Reliefs from Arslan Tash », BASOR 271 (1988), p. 16 (...)

28Passons maintenant aux données iconographiques sur l’infanterie. Elles nous montrent clairement que l’infanterie assyrienne était formée par trois unités, que l’on peut distinguer selon leurs armements : les lanciers, les archers et les porteurs de fronde30. Mise à part l’hétérogénéité ethnique de l’armée, dont on parlera plus loin, on peut distinguer au moins deux « uniformes » (ou, au moins, types d’habit) qui caractérisaient les membres de l’infanterie. Le premier était une jupe (kusītu), plus ou moins courte, essentiellement formée par un morceau rectangulaire de tissu enroulé autour de la taille (fig. 19, à droite). Les jupes courtes portées par les auxiliaires étrangers ou celles, légèrement plus longues, portées par les Assyriens ont le bord externe frangé placé au côté droit du porteur. Dans le cas des Assyriens, les longs glands formaient une frange accrochée vers le bas, au-dessous du bord. Le deuxième pourrait se définir comme étant une « tunique », dans la mesure où il s’agissait d’un vêtement bien ajusté sur le torse, descendant jusqu’aux genoux ou légèrement plus haut, avec des manches courtes au-dessus du coude et un bord inférieur horizontal, simple ou frangé. Au-dessus de cette « tunique », les soldats portaient normalement une cotte de mailles sans manches ; c’était peut-être le mot assyrien gulēnu qui désignait cet habit31. Aux pieds, les fantassins avaient des chaussures variées, parfois des sandales plus ou moins ouvertes, parfois de courtes bottes, qui semblent dériver des modèles de la Syrie du nord32.

Fig. 19. Uniformes et armes des troupes auxiliaires : lanciers, porteurs de fronde et archers. Palais de Sennacherib à Ninive.

  • 33 Voir B. Hrouda, Die Kulturgeschichte des assyrischen Flachbildes, Bonn 1965, p. 86-87 et pl. 51 ; v (...)

29Tous les membres de ces unités étaient en outre dotés d’une épée de fer droite, avec une poignée se terminant « en champignon » pour combattre au corps à corps. Cette épée se rangeait dans un fourreau et était soutenue par un baudrier descendant jusqu’à la hauteur de la ceinture du côté de la cuisse gauche. Plus tard, l’épée était insérée directement dans la ceinture (comme on le voit par exemple dans le fameux bas-relief d’Assurbanipal à la chasse aux lions), mais étant longue et lourde, surtout jusqu’au règne de Sargon II, un baudrier croisé sur la poitrine pouvait alléger le poids porté sur la ceinture. Cet équipement était notamment celui des troupes auxiliaires, habillées avec le gulēnu. La partie supérieure du fourreau (et parfois même la partie inférieure) était souvent décorée de volutes ou de têtes de lion, surtout à l’époque de Sanherib33.

  • 34 Voir E. Salonen, Die Waffen der alten Mesopotamier, Helsinki 1965, p. 90-92,157 ; CAD Š/III, p. 233 (...)
  • 35 B. Hrouda, Kulturgeschichte, p. 86.

30Les lanciers menaient la charge dans le combat. La troupe qu’ils formaient jouait un rôle décisif dans l’assaut des villes fortifiées, mais aussi dans les batailles en terrain accidenté ou boisé. Leur cotte de mailles devait être lourde, mais leur lance légère et manipulable d’une seule main permettait à l’autre de tenir un bouclier. Les lanciers paraissent toujours casqués, portant, comme on l’a déjà signalé, différents types de casque. Les lances assyriennes (en akkadien šukurru, mais aussi kutahu)34 ont toutes une hampe de bois de section circulaire et un large fer en forme de feuille, aux bords droits ou convexes. L’extrémité de la tige était en forme de boule ou de bondon35.

31L’armée assyrienne a longtemps été confrontée au problème du choix des boucliers qu’il fallait adopter pour les lanciers. Devaient-ils être légers ou lourds ? Devaient-ils favoriser la mobilité ou la protection ? Des améliorations diverses ont été apportées à différentes périodes. Ainsi, les boucliers d’Assurnazirpal II sont rectangulaires et de taille moyenne. À l’époque de Salmanazar III, ils deviennent plus petits et arrondis et leur profil prend la forme d’un « S » (le bord retourné vers l’extérieur). Sur la surface externe, ils pouvaient être hérissés de pointes en forme d’épines, formant un cercle au centre duquel pouvait se trouver une rosette ou une tête de lion. Pour être le plus léger possible, ils étaient faits d’osier tressé ou d’autres tiges végétales et recouverts de cuir. Les militaires représentés sur les Portes de Balawat tiennent souvent le bouclier dans leur main gauche et une arme offensive dans la main droite. Les petits boucliers ronds sont encore attestés dans les bas-reliefs de Teglat-Phalazar III et jusqu’à l’époque de Sennacherib, même si, sous le règne de Sargon, sont également attestées des formes ovales (fig. 20).

Fig. 20. Lanciers avec les boucliers ronds. Palais de Sargon, Dur-Sharrukin.

  • 36 Voir Ibid., p. 90 et pl. 22, 24 ; Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 295 (et figures aux pages 294, 4 (...)

32Sous Sennacherib, le bouclier augmente de diamètre et reçoit une pointe au centre de sa surface bombée. Par ailleurs, il est fait de bandes métalliques concentriques. Durant la période d’Ashurbanipal, enfin, sont de plus en plus fréquemment représentés de grands boucliers trapézoïdaux et incurvés au bord supérieur arrondi, qui protégeaient la quasi totalité du corps du lancier36.

  • 37 A. Gat, War in Human Civilization, p. 396-397, qui remarque que l’infanterie assyrienne agissait là (...)

33L’efficacité des lanciers, la principale force de l’infanterie assyrienne, dépendait à son tour des archers qui jouaient un rôle déterminant dans les batailles contre les villes fortifiées comme en terrain découvert pour frapper l’ennemi et le désorganiser avant même le premier contact. Il s’agissait donc d’une « bataille d’attente avec missiles » préparant l’entrée en action de la chevalerie et de la charrerie37.

34Les Assyriens étaient équipés d’arcs composites très élaborés, faits de plusieurs éléments en différents matériaux, assemblés sous tension pour tirer le meilleur parti des propriétés mécaniques de chacun. Ainsi, un arc fait de tendon et de corne possède un potentiel d’énergie beaucoup plus important qu’un arc de bois de même longueur. En outre, la forme très courbée de l’arc composite permettait en pleine tension d’en rapprocher considérablement les extrémités et d’en augmenter d’autant la puissance (fig. 21 et 22).

Fig. 21. Archer et porteur de bouclier.

Fig. 22. Un archer assyrien et son porteur de « pavois » incurvé, placés derrière des auxiliaires. Palais de Sargon à Dur-Sharrukin.

35Pour fixer la corde, la majorité des arcs disposaient à leurs extrémités de crochets de la forme la plus simple, légèrement courbée. Sur un fragment de brique émaillée provenant d’Assur, un arc de couleur blanche possède des crochets noirs. Cela indique probablement l’utilisation de différents matériaux dans la composition de l’arc. On peut donc penser que les crochets d’extrémité n’étaient pas faits de bois comme le reste de l’arc, mais de métal.

  • 38 B. Hrouda, Kulturgeschichte, p. 83 ; Y. Yadin, Art of Warfare, I, p. 6-7 ; II, p. 296.

36Durant toute la phase ancienne de la période néo-assyrienne, l’arc composite a gardé les caractéristiques de sa forme d’origine, contrairement à l’arc simple -et plus grand – également utilisé par certains des ennemis de l’Assyrie, comme les Arabes. La principale évolution morphologique de cette arme s’est produite au viiie siècle, quand les extrémités de l’arc furent retournées en contre-courbe sur la partie centrale, prenant ainsi la forme d’une tête de canard ou d’oiseau de proie38. Cette nouvelle forme facilitait grandement l’accrochage de la corde. Sous Assurbanipal, les têtes d’oiseaux furent parfois remplacées par des têtes de lion alors que la partie centrale de l’âme, la poignée, était entourée d’une cordelette. L’arc était porté soit à l’épaule, l’âme devant, soit sur le dos dans un carquois.

  • 39 B. Hrouda, Kulturgeschichte, pl. 59, 3 ; Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 295, 453.

37La première illustration de la technique utilisée pour monter l’arc se trouve sur un bas-relief de l’époque (fig. 23)39. On y voit un soldat qui, après avoir accroché la corde à l’une des extrémités en forme de bec d’oiseau de l’arc, fait plier l’âme en poussant avec son genou sur sa partie centrale tandis qu’un autre soldat accroche la corde à la deuxième extrémité. Il devait ensuite vérifier si la corde et les poignées se trouvaient bien dans le même plan.

Fig. 23. La tension de l’arc. Palais d’Assurbanipal à Ninive.

38Aux époques d’Assurnazirpal et de Salmanazar III, les archers portaient une longue cotte de mailles. Dans les combats rapprochés ou les assauts contre les villes, des porteurs de petits boucliers ronds, également équipés d’une armure, assuraient leur protection (fig. 21). Ce dispositif, loin d’être idéal à cause du poids de l’équipement et de la mobilisation de deux hommes, fut sensiblement modifié sous le règne de Teglath-phalazar III.

39C’est à cette époque que l’armée assyrienne se dota de façon systématique de très grands boucliers, ou « pavois », particulièrement efficaces au cours des sièges, notamment pour la protection des archers et des sapeurs qui démolissaient le pied des murs d’enceinte des villes ennemies.

  • 40 B. Hrouda, Kulturgeschichte, p. 91, pl. 24, 9-11 ; Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 296.
  • 41 Voir récemment D. Nadali, « The Representation of Foreign Soldiers and their Employment in the Assy (...)

40Sous Teglath-phalazar III, le « pavois » tenu par une poignée fixée à l’intérieur dépassait la taille du porteur et, grâce à sa partie supérieure recourbée à angle droit formant une sorte de petit toit, le protégeait, ainsi que l’archer qui se trouvait à ses côtés, des projectiles lancés par les défenseurs du haut des remparts. L’archer pouvait ainsi porter une cotte de mailles beaucoup plus courte et même s’en passer tout à fait. À l’époque de Sargon, ce bouclier « de siège » s’est incurvé, son bord supérieur étant désormais très effilé (fig. 22). Le bouclier incurvé était encore en usage sous les règnes de Sennacherib et d’Assurbanipal, mais avait encore gagné en taille40. À côté de ces archers d’élite, les Assyriens en employaient d’autres, appartenant aux corps d’auxiliaires étrangers. Toutefois, l’équipement de ces derniers était très léger, car ils ne disposaient ni d’armure, ni de bouclier, même au plus fort de l’assaut41.

  • 42 B. Hrouda, Kulturgeschichte, p. 83-86 ; Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 296-297. Pour des flèches (...)

41La forme des flèches, quant à elle, a peu évolué au cours du temps. De Tukulti-Ninurta II à Sennacherib, la flèche est faite d’une tige de section circulaire et d’un empennage rectangulaire aux bords plus ou moins parallèles. À l’époque d’Assurbanipal l’empennage prend la forme de la lettre delta. Le carquois des archers à pied (qu’on doit distinguer du plus grand carquois attaché au char et de l’étui pour l’arc des chevaliers) était vraisemblablement en cuir, long et tubulaire, de section ronde avec un fond carré ou rond, et pourvu de deux anneaux destinés à fixer une courroie d’épaule. L’avantage de ce montage était de permettre au carquois d’être basculé vers l’avant ou vers l’arrière. D’autres modèles, visibles sur les bas-reliefs, sont pourvus d’une tige destinée à rigidifier la structure ; dans un cas on trouve une sorte de charpente faite de tiges apparemment rigides des deux côtés, qui donne au carquois une forme carrée. Des motifs géométriques assez variés ornaient l’extérieur (fig. 24). Les carquois des troupes auxiliaires, plus simples, avaient un fond arrondi et une ouverture fermée par un nœud pour empêcher les flèches de tomber42.

Fig. 24. Archer assyrien pourvu de casque conique, épée avec fourreau à tête de lion, carquois décoré, avec courroie, traînant une prisonnière.

  • 43 On ne peut pas exclure l’utilisation de projectiles de plomb, tels qu’ils sont décrits par Xénophon (...)
  • 44 Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 297 ; R. A. Gabriel, K. S. Metz, From Sumer to Rome : The Military (...)

42Les frondeurs semblent avoir fait leur apparition dans l’armée assyrienne plus tardivement que les autres corps. En effet, on ne voit guère de fronde dans l’iconographie avant le viiie siècle. Cette arme a pu être introduite par les auxiliaires étrangers, peut-être les Araméens ou les Anatoliens. Elle est visible, ainsi que la façon dont elle était utilisée, sur un orthostate du palais de Kapara à Guzana/Tell Halaf (fig. 25). La fronde se compose d’une bande souple, souvent en cuir, formant une poche en son milieu, et prolongée à chaque extrémité par une lanière. Celle-ci se termine parfois par une anse. Dans la poche médiane se plaçait la « balle de fronde », en matériau dur, généralement une pierre arrondie43. Dans les bas-reliefs de Sennacherib et d’Assurbanipal, on voit les frondeurs opérer par deux, derrière les archers, tandis qu’ils gardent tout près leur sac de munitions. Ils étaient particulièrement efficaces dans les attaques contre une ville, parce qu’ils pouvaient lancer leurs projectiles selon des angles très aigus vers le sommet des pentes raides ; le projectile pouvait atteindre sa cible à soixante mètres environ. Mais, en dépit de l’épisode biblique de David et Goliath, on estime que la fronde ne permettait pas de viser précisément44.

Fig. 25. Porteur de fronde araméen, sur un orthostate de basalte. Palais du roi Kapara à Guzana ixe s. av. J.-C.).

b. La cavalerie

  • 45 Le sceau est reproduit par J. N. Postgate, « The Assyrian Army in Zamua », p. 98, fig. 2. Le cheval (...)
  • 46 Voir CAD P, p. 336a-b.

43Bien que la cavalerie ait joué un rôle significatif chez les Hittites, les Babyloniens et les Assyriens dès l’âge du bronze récent, comme le montre une empreinte de sceau de Tell Sabi Abyad du xiiie siècle figurant un cavalier armé d’une masse ou d’un bâton45, elle ne constitua un corps militaire autonome qu’à partir du Ier millénaire. En effet, la cavalerie – avec le terme technique pēthallu (dérivant de pētû + hallu, « ouvrir les cuisses ») – apparaît pour la première fois en Assyrie dans les textes officiels de Tukulti-Ninurta II, au début du ixe siècle46.

44Assurnazirpal mentionne des cavaliers, en même temps que les kallāpu, qui tendent des embuscades ou font de longues marches dans des zones montagneuses diverses où les chars ne pouvaient sans doute pas passer. À cette époque, les ennemis de l’Assyrie avaient également doté leur armée d’une cavalerie, comme on peut le voir dans les bas-reliefs néo-hittites. Et, presque deux siècles plus tard, Sargon exprimait sa surprise devant la grande habileté technique dans le dressage des chevaux dont faisaient preuve les habitants d’Ušqaya, une forteresse urartéenne sur le lac d’Urmia :

Les habitants de cette province, dans tout le pays d’Ourartou, comme aptes (à dresser) les chevaux de selle n’ont pas leurs pareils. Les jeunes poulains de sang, originaires de ce vaste pays, que (les habitants d’Ourartou) élèvent pour l’armée royale, ils les prennent tous les ans. Tant que (ces chevaux) n’ont pas été emmenés dans la province de Sûbi, que les habitants d’Ourartou appellent pays des Mannéens, tant que leurs capacités ne s’y sont pas montrées, ils ne les enfourchent pas : on ne voit (ces chevaux faire) ni sortie, ni volte, ni demi-tour, rien de ce qui convient au combat ; le harnais reste démonté.
(Sg VIII, 1. 170-175)

  • 47 M. A. Littauer, J. H. Crouwel, Wheeled Vehicles and Ridden Animals, Leyde 1979, p. 135 sqq. ; A. Fe (...)
  • 48 Voir S. Dalley, « Foreign Chariotry and Cavalry », p. 37. Dans la bataille de Qarqar en 853 av. J.- (...)

45À l’époque de Sargon, il est clair que les cavaliers qui flanquaient en grand nombre la charrerie étaient devenus le corps d’élite de l’armée assyrienne. Cette spécialisation de la cavalerie comme force d’assaut rapide aura eu un grand développement dans les époques successives, des Persans jusqu’à Napoléon47. Il suffit de comparer le nombre des cavaliers par rapport à celui des chars dans le tableau donné plus haut (chap. II, 1) pour constater l’accroissement considérable de la cavalerie entre les époques de Salmanazar III (2,6 cavaliers pour chaque char) et Sargon (3, 4, et même 10 cavaliers pour chaque char). C’est à un résultat équivalent que l’on parvient quand on fait le décompte du nombre de cavaliers et de chars que les Assyriens saisirent à leurs ennemis au fil du temps48. Par ailleurs, le fait que notre texte de Mazamua, examiné plus haut, fasse mention de 343 cavaliers et 97 chevaux, par rapport à 10 chars et 106 troupes de charrerie, semble bien confirmer l’importance croissante de la cavalerie par rapport à la charrerie, dont on parlera encore plus loin.

  • 49 Sg VIII, l. 131. Cet accompagnement du char royal par les cavaliers de l’élite se retrouve pour l’a (...)

46Dans sa VIIIe campagne, Sargon part contre le roi ourartéen sans attendre le reste des troupes, « avec – dit-il – [s]on seul char personnel et les chevaux qui toujours [l]’accompagnent dans les territoires ennemis ou amis, la légion de Sin-ahu-uṣur »49. Dans un autre passage, il est également question de son départ en solitaire vers Muṣaṣir :

Avec mon seul char de guerre personnel et 1000 cavaliers fougueux, porteurs d’arcs, de boucliers et de lances, je mis en ordre mes vaillants guerriers, expérimentés dans le combat, et je pris la route pour Muṣaṣir, une route difficile. Je fis monter mes troupes sur l’Arshiu, une montagne puissante, dont la pente est comme les marches d’une échelle, (sinon) il n’y a aucune montée possible.
(Sg VIII, l. 320-332)

47Sur les bas-reliefs, la cavalerie suit de près la charrerie, laissant ainsi penser que les deux armes pouvaient être rangées côte à côte. À cette époque, en fonction de son armement et de son rôle, la cavalerie se répartit en deux groupes : celui des archers et celui des lanciers. Par ailleurs, si l’on en juge par la forme pointue du casque des cavaliers des bas-reliefs, on peut être certain qu’ils faisaient partie des Assyriens, comme les hommes de la charrerie (fig. 26).

Fig. 26. Cavalerie assyrienne procédant dans un terrain boisé et collineux. Palais de Sennacherib à Ninive.

  • 50 Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 297 ; comme le remarque D. Noble, « Assyrian Chariotry and Cavalry (...)
  • 51 Voir D. Noble, « Assyrian Chariotry and Cavalry », p. 63.

48Les archers montés étaient confrontés à la difficulté de devoir à la fois se protéger et guider leur cheval tout en gardant leurs deux mains libres pour tirer à l’arc. Pour surmonter cette difficulté, les cavaliers assyriens optèrent au début pour une solution bien illustrée sur les bas-reliefs d’Assurnazirpal. Nous remarquons, en effet, qu’ils opéraient en tandem. L’un d’entre eux manipulait son arc et portait un bouclier attaché dans le dos, tandis que l’autre tenait les rênes des deux montures. Il en est de même pour les représentations de Salmanazar III, à ceci près que le deuxième cavalier pouvait également tenir une lance ou un bouclier dans sa main libre50. Ces cavaliers semblent avoir eu pour tâche de harceler les fantassins ennemis des lignes arrières, jouant ainsi le même rôle que la charrerie. Le cavalier-conducteur avait évidemment la responsabilité d’examiner attentivement le terrain pour trouver le meilleur chemin, et quand ils arrivaient devant un obstacle naturel, ravin ou cascade dans la montagne, ils mettaient pied à terre et poursuivaient en marchant. Leur position en selle était contractée, avec les genoux remontés sur la poitrine et les talons en arrière51 (fig. 27).

Fig. 27. Les cavaliers-archers attaquant en « tandem ». Palais d’Assurnazirpal II à Kalkhu.

  • 52 Ibid., p. 65 ; J. N. Postgate, « The Assyrian Army in Zamua », p. 99.

49Sous Teglath-phalazar III, on constate un changement du système : les cavaliers avancent toujours par deux et sont toujours équipés de la même façon, lance à la main et arc sur le dos dans un carquois, mais leur position, assise sur la croupe du cheval, les jambes tendues vers l’avant, semble meilleure. Enfin, entre la fin du viiie et le viie siècle, l’utilisation de cavaliers individuels se généralise, grâce à une innovation technologique : la « martingale », pièce de harnachement qui, en facilitant la conduite du cheval, permettait de mieux tirer à l’arc ou de manipuler une lance ; dans les bas-reliefs de cette époque, on voit le cavalier normalement avec une lance, mais parfois aussi avec un arc sur l’épaule52. Du point de vue stratégique, on a suggéré que – grâce à cette modification technologique – la cavalerie prit lentement la place de la charrerie comme principale force de frappe de l’armée assyrienne.

  • 53 Pour des illustrations de la marche de la cavalerie assyrienne dans des terrains accidentés, voir Y (...)

50Au combat, la cavalerie était employée, comme l’infanterie, pour les courtes ou les longues portées, mais, à la différence de l’infanterie, elle n’était guère utilisée pour l’attaque des villes fortifiées. En revanche, on pouvait la faire charger, dans les secteurs accidentés et boisés notamment. Nous verrons dans le prochain chapitre que les archers à cheval attaquaient la plupart du temps à partir de l’arrière et des flancs, tandis que les cavaliers armés de lance ouvraient normalement la charge, aussitôt suivis par les lanciers de l’infanterie53.

  • 54 En réalité, cette taille semble avoir été absolument dans la moyenne pour l’époque : voir les donné (...)

51Le type physique des chevaux assyriens peut se déduire de quelques données ostéologiques, de l’iconographie des bas-reliefs et de quelques notations dans les textes. Au ixe siècle, la taille au garrot de ces animaux était inférieure à 1,50 m, comme aujourd’hui celle des poneys de grande taille54 (fig. 28).

Fig. 28. Palefrenier et chevaux. Palais de Sargon à Dur-Sharrukin.

  • 55 Voir M. A. Littauer, J. H. Crouwel, Wheeled Vehicles and Ridden Animals in the Ancient Near East, p (...)
  • 56 L. Heidorn, « The Horses of Kush », JNES 56 (1997), p. 105-14. Pour les chevaux Mesay, on devrait p (...)
  • 57 Voir K. Radner, Die neuassyrischen Privatrechtsurkunden, Helsinki 1997, p. 306-307.

52Ils semblent avoir été supplantés par des espèces plus grandes, comme le montrent les reliefs d’Assurbanipal. Les chevaux y apparaissent grands et musclés, avec des longs os et des sabots larges55. Les principales races sont décrites dans une série d’inventaires administratifs avec les termes suivants de provenance géographique : Kusay, Mesay, Harshay. Parmi ces trois lieux d’origine, seul celui de Kusay, qui renvoie au pays de Kush – le nom que l’on donnait à la Haute Égypte ou à la Nubie – est clair. Les deux autres espèces ont pu être originaires de l’est (Iran) ou du nord (Anatolie)56. Des descriptions fonctionnelles dans les mêmes listes se retrouvent dans les termes de « cheval à joug » et de hurbakannu, qui renvoie à un terme égyptien pour « cheval de combat »57. Enfin, on trouve des références aux couleurs de la robe, soit simples, « blanc », « noir », « rouge », soit mélangées, comme irginu, peut-être « brun-gris ». Tous ces différents types de chevaux doivent provenir soit des tributs volontaires des peuples soumis, soit de prises de guerre, soit d’échanges marchands réguliers avec les États avoisinants.

53Le rassemblement des chevaux pour l’armée se faisait sur ordre du roi aux gouverneurs provinciaux et concernait toutes les villes de l’Empire ainsi que les pays vassaux, liés à l’Assyrie par des pactes de fidélité. Les plus anciens de ces ordres proviennent de Guzana entre le ixe et le viiie siècle. Ici, c’est le gouverneur Mannu-ki-Assur qui en reçoit un :

Ordre du roi à Mannu-ki-Assur. Cinq attelages dans la ville de Ariyawati, cinq idem dans la ville de Guzana, cinq idem dans la ville de Rami, doivent être mis à disposition devant le Général en chef (turtanu). Ils doivent être mis à l’écurie et manger du bon fourrage. Quand arrivera le Général en chef, il les harnachera et partira.
(TH 3)

54Cette mobilisation concernait aussi les plus petits villages où s’étaient retirés, pour de courtes périodes de paix, les hommes chargés des attelages avec les chevaux qui leur avaient été confiés. Une liste d’Assur (KAV 31) nous donne un inventaire de dix-neuf chevaux, qui distingue ceux qui sont « en bonne santé » et ceux qui ne sont « pas en bonne santé », avec les noms de leurs responsables. On reviendra dans le prochain chapitre sur les préparatifs de guerre ; il suffit ici de rappeler que, partant des différents lieux, les chevaux étaient envoyés vers la capitale pour une revue devant le roi. Dans une lettre à Sargon, il est question des bêtes arrivées en petits groupes à un campement intermédiaire :

Au roi mon seigneur, ton serviteur Na’di-ilu. Salut au roi mon seigneur. Les 120 premiers chevaux de Nabu-remanni sont arrivés à Arzuhina le jour 27. Ils resteront là le 28 et repartiront le 29. Je les emmènerai au-delà du fleuve à Sarē et je les garderai à Sarē le 30, jusqu’au moment où les autres (chevaux) me rejoindront.
(SAA V, 64)

  • 58 Voir S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets from Fort Shalmaneser, Londres 1984, p. 28-31 pour une (...)
  • 59 Voir S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets frorn Fort Shalmaneser, p. 17-21,167-235.

55Comme on le voit, le rassemblement des chevaux (des centaines et parfois des milliers) dont l’armée avait besoin devenait progressivement une industrie d’État assez importante, gérée par un mécanisme étatique bien développé. Dans la capitale Kalkhu, les chevaux étaient rassemblés et inspectés, et ensuite confiés à des « officiers de recrutement » (mušarkisu) qui en soignaient le ravitaillement et préparaient les bêtes recrutées pour leur intégration dans les différents corps, de la cavalerie aussi bien que de la charrerie58. Du complexe militaire situé dans l’angle sud-est de la ville, connu sous le nom de « Fort Salmanazar », en assyrien ekal mašarti (« bâtiment de la revue militaire » ou, un peu plus librement, « arsenal ») qui comprenait de vastes terrains pour les manœuvres militaires et des espaces réservés aux écuries, magasins et dépôts (fig. 29), sont parvenues de nombreuses listes administratives qui décrivent précisément les différents groupes de chevaux rassemblés devant le roi, ainsi que leur état de santé, et nous informent sur les tâches auxquelles on les destinait : la guerre ou les travaux publics59.

Fig. 29. Plan général de l’ekal mašarti (« bâtiment de l’arsenal ») de Kalkhu/Nimroud, désigné « Fort Salmanazar » par les fouilleurs modernes. À remarquer, les trois vastes cours pour les revues des troupes et les nombreux petits magasins aux côtés.

56On trouve donc employés les termes administratifs un peu obscurs šallumu, « compléter » et šeṣû, « enlever », ainsi que les destinations différentes de harrānu, « campagne militaire » et mātu, « pays ». Voyons par exemple un total partiel :

Total, 25 chevaux devant Mannu-ki-Ninua et 5 devant Assur-šarrani. En tout, 30 chevaux pour la campagne militaire, plus 38 pour le pays, devant Mannu-ki-Ninua. Total général : 50 pour la campagne militaire, 54 pour le pays, en tout 104 (pour les chars) des troupes personnelles du roi. Il [= Mannu-ki-Ninua] devra en compléter 11 ; il pourra en enlever 93.
(CTN III, 107 : I, 11’-15’)

c. La charrerie

  • 60 R. A. Gabriel, K. S. Metz, From Sumer to Rome, p. 76.

57La charrerie, on le sait, eut une importance considérable depuis l’âge du bronze récent, car grâce aux chevaux et aux archers embarqués, elle dotait les armées de plates-formes de combat mobiles sur le champ de bataille. À examiner les bas-reliefs égyptiens représentant la bataille de Qadesh, on comprend que le char de guerre était la première arme qui pouvait prendre part à toutes les phases de la bataille avec une efficacité sans pareil. Les équipages d’archers embarqués pouvaient atteindre l’ennemi à distance (neuf fois sur dix, a-t-on calculé, s’ils étaient bien entraînés !) puis, en s’en approchant suffisamment, utilisaient javelot et hache pour porter des coups sévères à son infanterie. Arrivés à proximité immédiate des combattants ennemis, les équipages pouvaient descendre du char et combattre en armure comme l’infanterie60.

  • 61 TpIII, p. 104, 1. 20-21.

58Ces prémisses font aisément comprendre que le char, avec son efficacité redoutable dans la bataille, était, dans l’Assyrie des premiers siècles de l’expansion territoriale, le symbole par excellence du pouvoir royal. Ainsi Teglath-phalazar III proclame-t-il dans les textes officiels : « je suis allé où les chars des rois mes ancêtres n’étaient pas passés »61, tandis que son contemporain le roi Bar-rakib de l’État araméen se dit fier et heureux de pouvoir -en tant qu’allié – courir derrière le char du roi assyrien. Mais le rôle tactique du char de guerre était destiné à se modifier au fil du temps, surtout quand les ennemis ne se présentèrent plus seulement en rase campagne comme dans la plaine syrienne de Qarqar en 853 av. J.-C., mais en terrain accidenté. C’est pour cette raison également que la charrerie néo-assyrienne perdit progressivement de son importance et que son rôle effectif dans la bataille cessa de correspondre à sa valeur symbolique.

  • 62 Voir J. N. Postgate, « The Assyrian Porsche ? », SAAB 4 (1990), p. 35-38, qui suggère que ces chars (...)

59Jusqu’au ixe siècle, on continua à utiliser le traditionnel bige léger avec de petites roues à six rayons et à caisse basse, bien adaptée à un équipage de deux hommes debout (le conducteur et l’archer), accompagnés d’un éventuel « troisième homme » armé d’un bouclier et se tenant à l’arrière. Les chevaux attelés à ce bige étaient normalement deux, même si parfois on enregistre des attelages plus importants. Ce bige était également utilisé par les rois pour la chasse aux lions, comme on le voit dans les bas-reliefs d’Assurnazirpal. Il existait aussi un modèle de char plus léger pour la chasse aux animaux moins dangereux. À la bataille, ce bige, rapide et manœuvrable, permettait le passage rapide des lignes de front ou l’attaque par les flancs ainsi que la poursuite, mais il était aussi très vulnérable62 (fig. 30).

  • 63 Litt. : « celui qui tient les rênes » ; sur cette fonction, voir K. Radner, Die neuassyrischen Text (...)
  • 64 Le mot mār damqi, d’origine médio-assyrienne, signifie littéralement « noble » et semble renvoyer à (...)

60À partir du viiie siècle apparut donc un modèle de char plus lourd et mieux armé, pourvu de roues à huit rayons et tiré par trois ou quatre chevaux. L’axe des roues fut positionné à l’arrière du char et sur un timon allongé était arrimée une caisse aux flancs plus hauts et solides (fig. 31). Y prenaient place le conducteur (le mukil appāte63), le combattant au bouclier (le tašlišu, « troisième sur le char », parfois connu sous le nom de tašlišu ša ariti, « troisième avec le bouclier ») et jusqu’à deux hommes supplémentaires, qui devraient correspondre au LÚ. EN. GIŠ. GIGIR = bēl narkabti, ou au mār damqi/dammaqūte, « chef du char »64. Ces derniers étaient armés d’arcs mais aussi de lances et de boucliers supplémentaires, fixés à la caisse à côté des carquois.

Fig. 30. Char léger. Palais d’Assurnazirpal II à Kalkhu.

Fig. 31. Char lourd. Palais d’Assurbanipal à Ninive.

  • 65 Voir S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets from Fort Shalmaneser, p. 34, note 46 ; CAD T, p. 51a-b
  • 66 D. Noble, « Assyrian Chariotry and Cavalry », p. 65.

61Grâce à son armement plus important et à sa hauteur augmentée, ce type de char était incontestablement plus redoutable que le précédent tout en conservant une dimension et un poids qui permettaient de le transférer à dos d’homme sur des embarcations pour franchir fleuves ou chemins de montagne trop escarpés. Le terme tahlip, qu’on trouve dans les textes de Fort Salmanazar de l’époque de Sargon, semble faire référence à la protection métallique du char de ce type65. Les chevaux des chars étaient soignés par des « palefreniers » (LÚ. GIŠ. GIGIR = susānu ; voir chap. II, 1, plus haut) ; leurs devoirs envers les chevaux de la charrerie aussi bien que de la cavalerie sont bien illustrés dans un bas-relief représentant le campement d’Assurnazirpal II. L’armée de Sargon, on l’a vu (chap. II, 1), comptait plusieurs centaines de chars de guerre, soit « ouverts » soit « armés », et les listes administratives de son règne, provenant de Fort Salmanazar, font état de plusieurs unités de charrerie recrutées dans la région d’Arbèles, d’autres formées par des Chaldéens ou encore par des gens de Samarie (voir chap. II, 5). On a remarqué que les bas-reliefs de Sargon nous montrent une véritable « ligne offensive » de chars, comme à l’époque d’Assurnazirpal et Salmanazar III, mais contrairement aux représentations du règne de Teglath-phalazar III, où l’on voit seulement le char royal attaquer66. D’autre part, il est communément admis que Sargon a été le dernier à utiliser massivement la charrerie comme force de pénétration, peut-être à cause de ses limites dans le combat avec les unités de lanciers ennemies ou en terrain accidenté.

  • 67 Voir chap. III, 6, ci-dessous.

62Des documents plus récents sur la charrerie assyrienne proviennent des archives des palais royaux de Ninive à l’époque de Sennacherib. Le problème ici est de savoir si le char n’était plus utilisé que comme véhicule de cérémonie, par exemple pour les triomphes militaires, ou s’il avait toujours un usage fonctionnel sur le champ de bataille. Aucun relief de Sennacherib ne montre de char en action sur le terrain et, dans les représentations de l’époque d’Assurbanipal, ils n’interviennent que dans la bataille contre les Arabes qui se déroulait dans le désert. Cependant, les officiers de haut rang au moins ont peut-être continué à se servir des chars pour se distinguer de leurs troupes, mais il est bien vrai que dans la grande scène de la bataille du fleuve Ulay menée par Assurbanipal contre les Élamites, seuls ces derniers, qui furent d’ailleurs écrasés, utilisent le char, tandis que les combattants assyriens sont tous à pied ou à cheval67.

d. La marine

  • 68 Voir par ex. W. Mayer, Politik und Kriegskunst der Assyrer, p. 419, note 1.
  • 69 Voir M.-C. De Graeve, The Ships of the Ancient Near East (c. 2000-500 B.C.), Leuven 1981, p. 128-14 (...)

63Il convient enfin d’évoquer la marine, bien qu’elle ne fasse partie ni d’un corps « indigène » ni d’un corps régulier au sein de l’armée68. Pour leurs rares expéditions maritimes, les Assyriens firent appel aux capacités techniques des navigateurs phéniciens ; ce qui permit aux États de Phénicie, notamment Tyr, de bénéficier d’un statut d’« alliés » malgré leur soumission politique (voir le traité d’Assarhaddon avec Tyr cité dans l’Introduction). Un bas-relief de Sennacherib, qui représente la flotte des Sidoniens abandonnant Tyr, atteste l’utilisation de deux types de bateaux par les Phéniciens (fig. 32). Le premier est celui d’une galère (« galère de marchand ») à avirons avec une carène arrondie, étraves et étambots pointant vers le haut de façon symétrique. Le second est celui d’un véritable bâtiment de combat, caractérisé par une carène allongée, deux rangs de rames (« birème »), un bélier comme étrave et une voile ferlée69.

64Tels étaient peut-être les deux types de bateaux de pleine mer utilisés par Sargon lors de l’expédition contre les pirates des Iamanâ (= Ioniens) qui pillaient la côte entre Phénicie et Cilicie :

Pour défaire les Iamanâ, dont les lieux d’habitation se trouvent au milieu de la mer et qui depuis le plus obscur passé tuaient les habitants de Tyr et de la terre de Quë, et interrompaient leurs trafics commerciaux, je partis contre eux en pleine mer avec les bateaux de la terre de Hatti [= l’Occident] et je les abattis tous, petits et grands, avec mes armes.
(IS, p. 109,319-320 : 1. 116-117)

Fig. 32. Flotte phénicienne. Palais de Sennacherib à Ninive.

  • 70 Voir E. Frahm, Einleitung in die Sanherib-Inschriften, p. 117.
  • 71 J. A. Brinkman, « Babylonia under the Assyrian Empire, 745-627 B.C. », dans M. T. Larsen, éd., Powe (...)

65Quant à la « Mer inférieure », Sennacherib mit sur pied en 694 une véritable expédition navale pour poursuivre les Chaldéens réfugiés dans les marais près du Golfe Persique. Parce que c’était « le travail de leur pays », la construction d’une flotte fut confiée, à Ninive, aux Tyriens, Sidoniens et Ioniens que le roi avait déportés. Ces mêmes Occidentaux prirent ensuite en charge les bateaux, descendant le Tigre jusqu’à Opis, d’où la flotte fut transportée sur des traîneaux à l’Arahtu, un des cours d’eau faisant partie du système de l’Euphrate. De là, les bateaux descendirent l’Euphrate avec des troupes assyriennes à bord, tandis que le roi suivait sur son char par voie de terre. Quand les troupes arrivèrent aux marais, une tempête s’abattit sur eux cinq jours durant. Le flot inonda même le campement assyrien établi sur la rive (« Les vagues de la mer montèrent et entrèrent dans ma tente, entourant complètement mon campement »70). Enfin, l’armée rejoignit les côtes de l’Élam et engagea la bataille contre les Chaldéens. Bien que le roi assyrien se vantât de remporter la victoire, les Élamites pénétrèrent peu après en territoire babylonien, parvenant même à capturer le fils de Sennacherib71.

  • 72 Des kelek furent construits et utilisés par Layard et Place pour le transport de leurs pièces arché (...)

66À des fins proprement militaires, la flotte était, comme on le voit, organisée ponctuellement, avec le concours de constructeurs navals non-assyriens. En revanche, le trafic fluvial (surtout en aval) était confié à des bateaux totalement « indigènes ». Pour le transport des hommes et du matériel furent utilisés essentiellement deux types d’embarcation que l’on peut voir encore aujourd’hui naviguer le long du Tigre et de l’Euphrate. On trouve d’une part les kalakku (aujourd’hui kelek) ou larges péniches faites de troncs d’arbre auxquelles étaient rattachées tout autour des dizaines de peaux gonflées, d’autre part des barques rondes en forme de baignoire (fig. 33), faites de roseaux recouverts de peaux de bêtes cousues, qu’on dirigeait « à la vénitienne », avec une seule rame (en Assyrien quppu, aujourd’hui guffa)72.

Fig. 33. Une guffa transportant un char. Palais de Sennacherib à Ninive.

  • 73 Pour l’étude des bas-reliefs à ce sujet, voir J. Reade, « Studies in Assyrian Geography : Part I : (...)

67Sur les bas-reliefs assyriens, on voit ces deux types de bateaux chargés de matériaux lourds : troncs d’arbres destinés à devenir les poutres des bâtiments publics et dalles de pierre qui serviraient à leur décoration. Le transport fluvial le mieux connu est celui des taureaux ailés de pierre colossaux par les hommes de Sennacherib, qui nous est décrit dans les textes et est représenté dans les bas-reliefs de ce roi73. Après avoir extrait la pierre dans une carrière sur le Tigre septentrional et l’avoir sculptée sur place, les Assyriens halèrent avec des cordes les statues fixées sur des traîneaux de bois jusqu’à la rive, où elles furent embarquées sur de robustes radeaux pour le voyage vers Ninive. Le seul accident connu eut lieu à l’arrivée dans la capitale :

(Les statues colossales) firent couler les grands bateaux à l’entrée du port, et donc les équipes firent de grands efforts et tendirent leurs corps. Avec force et vigueur, se blessant même, ils les mirent à terre et les placèrent dans leurs portes.
(ESI, p. 117)

68Pareil épisode avait déjà été rapporté par le gouverneur de Kalkhu, sur un ton désolé, à Sargon :

Aššur-šumu-ke”in m’a appelé pour l’aider. Il était en train de charger les statues de taureaux ailés sur les bateaux, mais les bateaux n’arrivèrent pas à supporter le poids (et coulèrent). Maintenant, bien qu’avec grande peine, je les ai soulevées à nouveau.
(SAA I, 119 : recto, 1.4 – verso, 1.3)

Fig. 34. Bataille sur bateaux et déportation des Chaldéens cachés dans les marécages. Palais de Sennacherib à Ninive.

  • 74 Voir M. C. De Graeve, The Ships of the Ancient Near East, p. 89-93.

69Enfin, quand les Assyriens poursuivirent et mirent en déroute les Chaldéens qui s’étaient réfugiés dans les denses marais du fin fond de la Mésopotamie, près du Golfe Persique (fig. 34), ils utilisèrent des bateaux faits de roseaux liés ensemble, parfois avec des bords relevés à la proue et à la poupe. Aujourd’hui encore, ces bateaux sont construits par les tribus de Ma’dan de l’Iraq du sud74.

4. Personnel non militaire

70Le texte de Mazamua nous indique qu’un certain nombre d’éléments non-combattants faisaient partie intégrante de l’armée assyrienne. Il s’agit de 8 laquais, de 12 tailleurs, de 20 échansons, de 12 magasiniers, de 7 boulangers et de 10 cuisiniers, pour un total de 69 domestiques et enfin de 8 ummānu, ce qui fait un total de 77 individus, représentant 12 % de tous les « Assyriens » présents dans le camp.

71Commençons par les ummānu. Ce terme peut désigner des spécialistes ou experts dans des activités diverses, d’ordre technique ou intellectuel. Il se retrouve sans aucun doute dans le sens de « scribe » dans une lettre de Nimroud qui contient un ordre royal (de Teglath-phalazar III ou de Sargon II) pour l’enregistrement des impôts (voir déjà chap. I, 2) :

Message du roi. Tous les ummānu du palais, qu’ils soient de langue assyrienne (Aššurāyu) ou araméenne (Aramāyu), qui seraient jamais (?) arrivés dans ton pays – (eh bien, ) envoie tes messagers dans tous les districts où ils se trouvent, rassemble-les et envoie-les moi ! Désigne des cavaliers et des Itu’éens pour qu’ils aillent avec eux et pour qu’ils les fassent aller jusqu’à la ville de Dur-Bel-ila’a. Il faut que tu saches que (la période) pour l’imposition de la taxe-iškāru approche.
(NL86)

  • 75 T. Madhloom, The Chronology of Neo-Assyrian Art, p. 121-122 ; J. E. Reade, « Assyrian Architectural (...)

72Les bas-reliefs montrent bien que certains scribes écrivant le cunéiforme et d’autres l’araméen accompagnaient les troupes en campagne militaire afin d’enregistrer les butins. Les premiers tiennent dans une main une tablette d’argile et dans l’autre un stylet, tandis que les seconds – à leurs côtés – ont en main un rouleau en matériau souple, du parchemin ou du papyrus, et un pinceau (fig. 35). On rappellera à ce propos que Tariq Madhloom et Julian E. Reade ont avancé l’hypothèse que l’individu avec un pinceau pouvait également être un artiste chargé de faire les esquisses préalables à la réalisation des bas-reliefs75. Toutefois, même si la présence de tels artistes au sein du groupe des ummānu n’est pas inenvisageable, il semble peu douteux que nous ayons à faire ici à un scribe, chargé de l’enregistrement du butin en écriture alphabétique araméenne.

Fig. 35. De droite à gauche : le scribe avec la tablette et le Stylus (plus avancé) et l’autre avec le parchemin et la petite brosse enregistrent le nombre des ennemis décapités, tandis qu’un officier assyrien récompense un auxiliaire pour son œuvre, lui mettant au poignet un bracelet. Palais de Sennacherib à Ninive.

  • 76 J. E. Readb, « Religious Ritual in Assyrian Sculptures », dans B. N. Porter, éd., Ritual and Politi (...)

73Mais les ummānu comprenaient sûrement aussi des spécialistes de la mantique, qui exerçaient des fonctions propitiatoires pour une issue favorable à la campagne. Dans les représentations de campement de l’époque d’Assurnazirpal, les plus anciennes, quatre scènes assez stylisées occupent les cadrans du tracé circulaire représentant l’enceinte fortifiée. Celle du bas à gauche montre un individu portant un haut chapeau qui, aidé d’un assistant, découpe un ovin posé sur une table. Il s’agissait certainement de la préparation des entrailles (du foie notamment) de l’animal pour une interprétation divinatoire (fig. 36)76. Du reste, on sait bien que les rapports des barû, ou experts en extispicine, étaient souvent adressés aux rois assyriens, en réponse aux requêtes concernant l’issue de la guerre. Ainsi, dans un texte de Ninive de l’époque d’Assurbanipal, prend-on connaissance de la demande et de la réponse qu’elle reçut :

Est-ce que du jour 8 de ce mois d’Ab [= mois V], jusqu’au jour 8 du mois d’Elul [= VI], l’armée élamite se rassemblera, s’organisera, marchera et combattra avec les hommes et les troupes d’Assurbanipal, roi d’Assyrie ? (Réponse : ) Défavorable.
(SAA IV, 281 : verso, 1. 4’-8’)

Fig. .36. Campement assyrien, avec représentation schématique à grande échelle des principaux métiers des civils : dans le secteur en bas à gauche, préparation d’un animal sacrifié pour l’examen des entrailles (extispicine). Palais d’Assurnazirpal II à Kalkhu.

  • 77 Ibid., p. 18-19.

74On pouvait également faire intervenir des spécialistes dans le camp en d’autres occasions ; par exemple pour la bénédiction des étendards royaux (chap. I, 3). Ces derniers étaient habituellement fixés sur le char de guerre royal, mais ils pouvaient en être détachés pour être dressés sur des socles, devant un haut « brasero » (dans ce cas, peut-être faisait-on aussi brûler des huiles aromatiques) et une table à offrandes, en face de deux prêtres, portant parfois de hautes tiares, qui célébraient la cérémonie. Dans d’autres circonstances (en particulier sous Sennacherib), c’est le char lui-même, avec tous ses étendards, qui était béni. Julian E. Reade a émis l’hypothèse qu’il en fut ainsi car, les derniers rois d’Assyrie ne prenant plus part personnellement au combat, leur char n’avait désormais plus qu’une fonction cérémonielle77.

Fig. 37. Campement assyrien : les danses rituelles des « hommes-lions » (en haut) ; prisonniers qui défilent devant un eunuque sur la porte du pavillon du roi ou du commandant-en-chef (en bas). Palais d’Assurnazirpal II à Kalkhu.

  • 78 Sur ces « hommes-lions », R. S. Ellis, « ‘Lion-Men’ in Assyria », dans M. de Jong Ellis, éd., Essay (...)
  • 79 Voir CAD K, p. 558b.

75Enfin, d’autres spécialistes accomplissaient des danses rituelles, peut-être à connotations burlesques, à l’occasion des triomphes militaires. Ils étaient vêtus de peaux de lion qui leur recouvraient la tête et la presque totalité du corps et brandissaient des bâtons ou des fouets (fig. 37)78. Si ces personnages masqués correspondent aux kurgarrû mentionnés dans les textes et dans lesquels on voit habituellement des « acteurs chargés des jeux, des récitations, des danses et de la musique dans un contexte cultuel »79, peut-être associés au culte de la déesse Ishtar, il est possible qu’un inventaire néo-assyrien des actions cultuelles se réfère à ce type de performance :

Les kurgarrû qui jouent sur le champ de bataille, [...] qui jouent du tambourin, qui hurlent, qui élèvent […] l’un l’autre, qui gazouillent, [...]
(SAA III, 37 : 1. 29-33).

  • 80 La lyre (symétrique ou asymétrique) et la harpe étaient aussi utilisées, avec le tambourin, dans le (...)
  • 81 Voir le texte SAA VII, 24.

76Plusieurs moments de la séquence d’actions de guerre prévoyaient aussi l’emploi de musiciens jouant de la lyre ou de la harpe, de la flûte de roseau ou de bois, du tambourin, des cymbales ou du sistre : les bas-reliefs nous montrent des musiciens jouant de leurs instruments soit pendant l’avancée des troupes, soit dans le campement militaire, soit lors du retour triomphal vers l’Assyrie80. Un inventaire de la cour assyrienne nous indique que plusieurs femmes étrangères (araméennes, de Tyr, de la Transeuphratène, etc.) étaient employées comme musiciennes et chanteuses au palais de Ninive81.

77Les textes de l’époque, qu’ils soient officiels ou « quotidiens », ne font pas état des autres catégories du personnel civil. En revanche, on a la chance d’en avoir quelques représentations dans l’iconographie contemporaine. En effet, sur les bas-reliefs en pierre ou en bronze allant de l’époque d’Assurnazirpal jusqu’à celle de Sennacherib, plus de deux douzaines de scènes de différentes tailles illustrent la vie dans les campements militaires assyriens. Ces scènes sont d’autant plus remarquables que ce sont les seules qui traitent de la vie quotidienne de la population civile. Et, comme la différence entre l’organisation ou l’administration de la vie civile et celle de la vie militaire était bien moins marquée en Assyrie que dans les empires qui ont suivi, on peut tirer de ces représentations un certain nombre d’éléments qui permettent de restituer la « vie quotidienne » de l’époque, notamment dans les zones rurales ou dans les villages.

  • 82 Voir F. M. Fales, M. Rigo, « Everyday Life and Food Practices in Assyrian Military Encampments », d (...)

78La plupart de ces scènes de campement concernent ceux qui étaient décrits comme des « domestiques »82. On voit ainsi intervenir différents personnages visiblement chargés d’assurer le bien-être et le confort des combattants. Ils s’activent dans les tentes triangulaires ou pavillons réservés aux soldats et alentour : ils refont les lits des officiers, manipulent des ustensiles domestiques (vases, balais, etc.), parfois accrochés aux poteaux, ou préparent les repas. Certains s’affairent au découpage des animaux (brebis, vaches), d’autres cuisent du pain dans des fours en argile à l’extérieur des tentes, d’autres encore préparent des soupes, d’autres enfin offrent aux guerriers qui reviennent rompus du champ de bataille ou des opérations de reconnaissance les boissons qu’ils ont préparées. D’autres civils, probablement affiliés aux troupes non-assyriennes, ont en charge des petits travaux d’horticulture, le tri et le broyage du grain des rations alimentaires ainsi que l’entretien et la nourriture des chevaux. Dans le campement, ou un peu à l’extérieur, peuvent également se trouver les familles de déportés que l’armée ramenait avec elle en Assyrie (fg. 38)

Fig. 38. Tentes et animaux dans un campement fortifié assyrien. Palais d’Assurbanipal à Ninive.

5. Armée de conscrits et armée professionnelle. Les responsables des armées assyriennes

79Un des aspects les plus difficiles à appréhender de l’histoire militaire de l’Assyrie est sa hiérarchie militaire. Dès les études du début du xxe siècle, il apparaissait clairement que la terminologie assyrienne renvoyait à deux réalités bien distinctes : les militaires qui faisaient partie des ṣāb šarri, « les troupes du roi » et les autres qui faisaient partie du kiṣir šarri, « la cohorte du roi ». On qualifie habituellement les ṣāb šarri d’« armée de conscrits », armée dont faisaient partie tous ceux qui étaient sujets aussi aux services ou aux redevances dues à l’État, partout dans le territoire assyrien ; et le kiṣir šarri d’« armée professionnelle ». Toutefois, ces deux ensembles paraissent, en réalité, s’être constitués – et sans doute modifiés au fil du temps- en fonction des circonstances : conquêtes territoriales, besoins militaires particuliers ou vicissitudes de la politique.

  • 83 W. Manitius, « Das stehende Heer der Assyrerkönige und seine Organisation », ZA 24 (1910), p. 97-14 (...)
  • 84 H. W. F. Saggs, Assyrian Warfare in the Sargonid Period, p. 145-146.
  • 85 J. N. Postgate, Taxation and Conscription in the Assyrian Empire, Rome 1974, p. 218-219.

80Cette double composante de l’armée fut pour la première fois repérée par Walther Manitius en 1910. C’est à lui que nous devons l’idée que l’armée était principalement formée de conscrits recrutés dans les provinces, sous le contrôle des gouverneurs, à côté d’un corps d’armée permanent, moins grand, composé de formations venues des territoires soumis ; toutefois, il pensait que l’armée des conscrits s’était réduite après le règne de Teglath-phalazar III83. Cette idée fut, dans son principe, acceptée par Henry W. F. Saggs (1963)84, qui toutefois soutenait qu’il existait aussi d’autres unités professionnelles, non dépendantes du roi, formées en particulier de troupes très mobiles, qu’on retrouve en différents lieux de l’Empire. J. Nicholas Postgate (1974), quant à lui, maintenait que la conscription jouait un rôle plus important que celui qu’imaginaient ses prédécesseurs. Il distinguait donc trois types de militaires : (a) les soldats professionnels permanents ; (b1) les soldats régulièrement enrôlés ; (b2) les soldats recrutés exceptionnellement pour une campagne militaire85.

  • 86 R. Mattila, The King’s Magnates, Helsinki 2000.

81Comme on le voit, la question est encore loin de faire l’unanimité. Il est donc sage, pour le moment, de s’en tenir à un regroupement aussi cohérent que possible des données fournies par la documentation existante. Les « hommes du roi », l’armée de conscrits, semble avoir été composée d’un ensemble assez diversifié, placé officiellement sous les ordres du roi, mais en fait confié au turtānu ou Général en chef. Les autres rabūti ou « Grands du royaume » (une classe de hauts fonctionnaires qui, au moins en principe, comptait sept individus, d’après l’étude récente de Raija Mattila86) et les gouverneurs des principales provinces participaient à la constitution de cette armée par l’envoi de leurs propres contingents. Cette force militaire semble donc être l’addition de plusieurs forces : (1) des soldats en permanence dans les garnisons, accompagnés de leurs aides civils, et (2) un important personnel recruté dans les différentes provinces selon les nécessités.

  • 87 Voir S. Parpola, « The Construction of Dur-Šarrukin in the Assyrian Royal Correspondence », dans A. (...)
  • 88 Voir SAA XI, Introduction, p. xv-xvIII.

82Les lettres de l’époque fournissent nombre de détails sur le mécanisme du recrutement, qui était organisé, province par province, non seulement dans le cas de déclaration de guerre, mais aussi en vue des grands travaux publics, comme la construction de la nouvelle capitale de Sargon à Dur-Sharrukin/Khorsabad87. Pour ces entreprises colossales, on mobilisait massivement dans toutes les provinces. On apprend par ailleurs que la construction de l’immense mur d’enceinte de Dur-Sharru-ken fut soumise à des consignes strictes, allant jusqu’au nombre d’assises de briques crues qu’il fallait poser chaque jour88 ! Exemple s’il en fut de l’emprise de l’organisation militaire sur certains domaines de la société civile, au moins durant les derniers siècles de l’Empire.

  • 89 R. Mattila, The King’s Magnates, p. 149 sqq.

83Mais la « cohorte du roi », tout en étant une formation militaire permanente, était encore plus composite. Suivant R. Mattila89, qui a reconstitué le kiṣir šarri en se fondant sur les listes de militaires et d’équidés de Fort Salmanazar, la « cohorte du roi » au temps de Sargon devait se diviser en deux sous-groupes :

  • qurubtu, forces personnelles du roi :
    . sa qurbuti, « gardes du corps/commissaires du roi »
    . sa šēpē, « gardes personnels » ;
  • ekalli, sous la responsabilité du Chef Eunuque90
    unités des villes ou de groupes ethniques / sociaux particuliers (Assur, Arzuhina, Arrapha, Arbèles, Araméens, des déportés).
  • 91 T. Deszö, « Reconstruction of the Assyrian Army of Sargon II (721-705 B.C.), based on Nimrud Horse (...)

84Mais, d’après un récent essai de reconstitution de ces mêmes listes de Kalkhu par Tamás Deszö91, il semblerait que la réalité soit encore plus complexe. Deszö reconstruit le kiṣir šarri comme étant formé par deux divisions militaires complètes et distinctes. La première était sous le contrôle du chef eunuque et comprenait le personnel du quartier général (ša qurbuti et ša šēpē) ainsi que les unités des villes, tandis que la deuxième division ne l’était pas et intégrait des unités dites « de province » commandées par des généraux qui étaient aussi – semble-t-il – des gouverneurs de province. Sur le champ de bataille, ces unités auraient donc pu se rattacher aux forces régulières du roi provenant des mêmes provinces pour être contrôlées et dirigées en son nom. Quant aux rassemblements dans l’« arsenal » de Kalkhu, Deszö suppose, sur la base de la reconstruction de l’archive, que les deux divisions du kiṣir šarri ont pu, selon les intentions du roi, être réunies et inspectées ensemble, ou même séparément.

  • 92 S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets from Fort Shalmaneser, p. 27-46.
  • 93 Voir SAA VII, 4, qui contient une liste de gouverneurs récapitulés comme « en tout, 49 Grands de ha (...)

85Toutefois, cette reconstruction n’est pertinente que pour le règne de Sargon. Selon Stéphanie Dalley et J. Nicholas Postgate, la structure de l’armée assyrienne subit un changement radical sous Sennacherib92. Au terme d’une profonde réforme de l’armée, celui-ci divisa le kiṣir šarri en plusieurs parties, dont chacune dépendait d’un membre de la famille royale. D’après deux textes administratifs de Ninive, une « nouvelle milice de Sennacherib » fut créée qui devait comprendre les corps d’armée dépendant des Grands du royaume (au moins le chef eunuque et le masennu, le chambellan) et du gouverneur de Ninive. Elle était donc distincte des unités dépendant des gouverneurs provinciaux, dont le prince héritier semble avoir été chargé93. Mais ce n’est pas tout : on trouve aussi dans ce texte que la reine disposait d’une cohorte personnelle. Avec la multiplication des charges – non seulement militaires mais qui concernaient aussi le personnel civil affecté à l’intendance et aux liaisons –, la reconstitution du cursus honorum assyrien, déjà difficile à la lecture des seuls inventaires de Fort Salmanazar, devient maintenant impossible. Même le recours le plus minutieux à l’instrument prosopographique ne permet pas de distinguer les différents grades des carrières individuelles.

  • 94 Voir A. K. Grayson, « Assyrian Officiais and Power in the Ninth and Eighth Centuries », SAAB 7 (199 (...)

86Il est difficile de ne pas sentir le poids de la politique dans cette réforme. Comme on le sait bien, l’un des grands problèmes de l’Empire assyrien fut -au moins depuis l’époque de Salmanazar III – d’équilibrer la balance du pouvoir entre le roi et les gouverneurs provinciaux. On peut voir aisément qu’entre la fin du ixe siècle et la première moitié du viiie siècle, ces derniers jouirent d’une autorité grandissante par rapport à un pouvoir royal affaibli (selon certains) ou au contraire complaisant (selon d’autres théories plus récentes)94. La formation de la « nouvelle milice de Sennacherib » pourrait donc bien être l’ultime réaction face au danger représenté par des gouverneurs de province de plus en plus puissants et dont le nombre s’était grandement accru avec les conquêtes territoriales de Sargon.

  • 95 Voir chap. 1/2, p. 67, plus haut.

87Mais il y a peut-être une autre perspective historique à suivre, jusqu’à présent peu reconnue par les spécialistes, celle d’un conflit structurel dans l’histoire assyrienne entre deux vocations : d’un côté construire un empire avec un droit et une économie à caractère « universel » et, de l’autre, gérer les richesses acquises de façon « patrimoniale », selon la terminologie de Max Weber, c’est-à-dire les redistribuer surtout sur la base du favoritisme personnel95. Le fait d’avoir renforcé le pouvoir de la famille royale (la reine et le prince héritier) et des Grands du royaume au détriment des gouverneurs semble aller dans ce dernier sens. Durant le règne suivant, celui d’Assarhaddon, les zones rurales seront réparties entre plusieurs bētu-s ou « manoirs », dépendant ici du roi même, là de la Reine, là encore du prince héritier, et là enfin des Grands du royaume. On constate également une division du personnel administratif et un éparpillement des terres comme des corps militaires dans toute l’Assyrie, qui ne pouvaient que favoriser les abus de pouvoirs, abus dénoncés par les lettres adressées au Commandant Suprême, c’est-à-dire au roi lui-même.

  • 96 Voir F. M. Fales, « bīt bēli : an Assyrian Institutional Concept », dans E. Rova, éd., Patavina Ori (...)

88Quoi qu’il en soit, cette politique d’attribution des privilèges accordés par le roi aux officiers et fonctionnaires en faveur a pu cesser avec Assurbanipal. Du point de vue militaire, Deszö a remarqué que les unités des ša qurbuti et des ša šēpē avaient été probablement rassemblées dans une seule formation des gardes du corps du roi. Sur le plan administratif, j’ai suggéré ailleurs qu’on voit disparaître la multitude des « manoirs » de l’époque précédente et s’imposer l’usage d’une nouvelle formule administrative, celle de la bēt bēli, littéralement « la maison du Seigneur », qui correspond peu ou prou à l’« administration » ou au « gouvernement » en son sens premier96. La création de la bēt bēli, en somme, témoignerait de l’ambition de réunifier sous l’autorité du souverain tous les pouvoirs de l’administration civile et militaire, peu avant la chute finale de Ninive. Cette reprise en main fut cependant trop tardive pour sauver l’Empire.

6. « Assyriens » et « non-Assyriens »

  • 97 D. Nadali, « The Representation of Foreign Soldiers and Their Employment in the Assyrian Army », p. (...)
  • 98 E. Lipiński, The Aramaeans : Their Ancient History, Culture, Religion, Louvain 2000, p. 437-438 ; T (...)

89Reste, pour achever ce chapitre, à faire un dernier retour au texte SAA V 215, où apparaît une importante distinction entre « Assyriens » et « non-Assyriens », pour aborder la question de la présence de troupes auxiliaires de souche étrangère dans l’armée assyrienne ; une présence qui aurait, au fil du temps, transformé cette armée en un organisme pleinement multi-ethnique97. Les « Gurréens » et les « Itu’éens » sont des ethnonymes qui renvoient respectivement (1) à des gens d’origine nomade de la région se trouvant à l’est du Tigre – sans doute de filiation sémitique de l’Ouest – et (2) à un ensemble ethnique sans conteste araméen qui avait été combattu sur le Bas-Tigre par Teglath-phalazar III98. La lettre concernant Mazamua montre donc clairement qu’à la fin du viiie siècle av. J.-C. ces deux groupes faisaient normalement partie de l’armée assyrienne

90L’opinion qui s’est imposée voulait que ce soit Teglath-phalazar – considéré comme le vrai bâtisseur de l’Empire – qui ait intégré les Itu’éens dans l’armée assyrienne, en en faisant une force auxiliaire permanente. Mais en examinant la documentation au-delà de ce texte, on se convainc rapidement que ces troupes non-assyriennes firent partie intégrante de l’armée dès le ixe siècle.

  • 99 Voir B. K. Ismail, « Two Neo-Assyrian Tablets », SAAB 3 (1989), p. 61-65 : p. 62.

91Un texte découvert à Tell Baqqaq, petite forteresse assyrienne fouillée pendant les campagnes archéologiques de sauvetage sur le Tigre menées dans les années 80, nous donne une liste de casques, d’épées, d’arcs, de flèches et de carquois pour les Utu’aya -associée à la forme la plus archaïque de ce nom de tribu99. Cet indice pourrait montrer que l’enrôlement forcé des Araméens dans les rangs de l’armée assyrienne commença dès l’époque de la reconquête des territoires entre le Tigre et l’Euphrate, pour ne plus cesser au cours des siècles suivants.

  • 100 J. E. Reade, « The Neo-Assyrian court and army : evidence from the sculptures », Iraq 34 (1972), p. (...)

92C’est Julian Reade100 qui, pour la première fois, identifia la présence de ces éléments auxiliaires dans l’armée assyrienne dans les représentations des bas-reliefs. Le critère de distinction utilisé par Reade était simple : les fantassins portant un casque pointu étaient assyriens, ceux qui portaient un casque d’un autre type (par exemple à crête) ou pas de casque du tout, les cheveux simplement maintenus par un bandeau, et portant des courtes jupes à franges faisaient partie des troupes auxiliaires (voir la figure 19, plus haut). Toujours selon cet auteur, les Gurréens et les Itu’éens étant mentionnés ensemble dans plusieurs textes, il faudrait identifier les premiers avec les lanciers auxiliaires et les seconds avec les archers auxiliaires.

93L’hypothèse est séduisante, mais il faudrait examiner de plus de près les nombreuses lettres où les Itu’éens sont mentionnés seuls et remplissent clairement la fonction d’une sorte de gendarmerie : accompagnement et protection des notables dans les zones isolées et dangereuses, poursuite des fugitifs et même coupe ou déracinement des arbres pour les expédier dans les capitales de l’Empire. De plus, ces troupes auxiliaires avaient des officiers qu’il est encore plus difficile d’identifier sur les bas-reliefs. Une lettre de protestation, envoyée au roi Assarhaddon par un prêtre du temple d’Assur, nous parle de ces cadres :

Bibiya, un préfet des Itu’éens, et Tarditu-Assur, un autre préfet des Itu’éens, adjoint de celui-ci, sont stationnés à l’extérieur de la Citadelle [= Assur], en face de la porte, mangeant du pain et buvant du vin ensemble, et (ainsi) dilapidant les taxes de sortie de la Citadelle. Quand j’ai essayé de discuter avec eux, ils m’ont pris les prémices et m’ont frappé ; je suis rentré chez moi avec mes seuls vêtements sur le dos. Je n’ai pas la force de m’opposer à eux. Ils ont arrêté les hommes de Sinnu qui apportent du bois au temple d’Assur et ont reçu 18 mines d’argent de leur part. Le chef du service des consignations a dû les libérer des fers, et (ensuite) ils se sont enfuis. Maintenant, aucun ne veut plus servir aux consignations !
(SAA XIII, 33 : 9-marge gauche 3)

94Mais, en fait d’étrangers, les Gurréens et les Itu’éens ne représentent que la « partie visible de l’iceberg ». Dans le courant des viiie et viie siècles, plusieurs autres peuples vinrent à faire partie des structures, aussi bien militaires que civiles, de l’Empire assyrien. C’est à l’époque de Sargon même, en effet, qu’on voit un développement important, déjà évoqué plus haut : l’ajout de corps particuliers d’étrangers dans la cavalerie et la charrerie de l’armée. Comme l’explique l’inscription royale suivante de Sargon concernant les gens de Samarie, ces corps étaient pris au complet au moment d’une victoire :

  • 101 Voir S. Dalley, « Foreign Chariotry and Cavalry in the Armies of Tiglath-pileser III and Sargon II  (...)

Les Samaritains, qui avaient [conspiré] contre le roi mon [prédécesseur] pour ne pas supporter la servitude ni apporter leur tribut, devinrent hostiles et donnèrent bataille. Avec l’armée des grands dieux mes seigneurs, je combattis contre eux. Je comptai comme dépouille [2]7 280 personnes, incluant (leur) charrerie et les dieux qui les aidaient. Je formai une unité de 200 chars parmi eux comme partie de mon armée royale, et j’installai le reste en Assyrie. Je repeuplai Samarie plus qu’auparavant, et j’y mis des gens des pays que j’avais conquis101.

  • 102 S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets from Fort Shalmaneser, p. 173.

95On retrouve une partie de cette unité des Samaritains dans les textes « quotidiens » de la même époque, en particulier dans les listes de chevaux et d’officiers retrouvées à Fort Salmanazar, le « bâtiment de la revue militaire » de Kalkhu ; une de ces listes nous donne treize noms « de la ville de Samarie »102. D’autres unités dans ces listes sont celles des « Chaldéens » (donc, originaires de la Mésopotamie méridionale) et des « déportés » : cette dernière aurait pu regrouper des gens d’origine différente, par exemple cavaliers ou charistes de Hamath, de Carchémish et d’autres lieux pour lesquels les inscriptions royales de Sargon mentionnent une dépouille de chars. On a aussi des mentions sporadiques d’unités formées par des populations étrangères dans les documents « quotidiens » des règnes successifs. Par exemple, Assarhaddon se vante d’avoir déporté de nombreux militaires et civils du royaume de Šubria, qui avoisinait l’Ourartou, et de les avoir intégrés dans sa « cohorte royale » (kiṣir šarrūti : v. 2, § 5) :

  • 103 IA, p. 106,1.18.
  • 104 Pour le terme daiālu, qu’on traduit normalement comme « espion », voir chap. III, 3.

Les [...], les charistes de (mes) forces personnelles, les cavaliers de (mes) forces personnelles, les préfets des écuries, les eunuques, les artisans, les savants, les kallāpu au (?) bouclier103, les espions104, les agriculteurs, les bergers, les jardiniers – (avec tous ceux-là) j’augmentai beaucoup les vastes forces d’Assur et la cohorte des rois, mes ancêtres. Je remplis toute l’Assyrie comme un carquois.
(IA, p. 106 : 1.16-20)

96Plus généralement, toutefois, un bon échantillon des multiples composantes étrangères – qu’on imaginera pour la plupart employées dans l’armée- est fourni par une série de textes de requêtes oraculaires du règne d’Asarhaddon. Dans ces textes, dont il existe de nombreux exemplaires parallèles (SAA IV, 139-145), le roi mentionne tous ceux qui pourraient conspirer contre lui et la dynastie royale et sollicite du dieu Shamash une réponse à cet égard. La liste des composantes étrangères est la suivante (l’astérisque indique les ethnonymes attestés seulement dans certains exemplaires) :

  1. Itu’éens
  2. Élamites
  3. archers à cheval [?]105
  4. « Hittites » [= gens de la Transeuphratène]
  5. Gurréens
  6. *Mannéens
  7. *Mèdes106
  8. « Accadiens » [= Babyloniens]
  9. Araméens/ « Ahlamites »107
  10. Cimmériens108
  11. Égyptiens
  12. *Philistins
  13. *Sidoniens
  14. Kouschites [= Nubiens]
  15. Qédarites
  16. Iasbuqéens/les troupes alliées des Iasbuqéens109.
  • 110 On rappellera, à ce propos, la synthèse de P. Bourdieu, « De la maison du roi à la raison d’État », (...)

97Comme on le voit, cette liste renvoie pratiquement à tous les territoires de l’Empire et aux zones immédiatement avoisinantes. En particulier, des chaînes montagneuses du Zagros (dans l’Iran occidental) sont originaires les Mannéens, les Mèdes et les Élamites ; d’une zone intermédiaire entre Iran et Anatolie devraient venir les Cimmériens ; les désignations « Accadiens », Itu’éens, Gurréens et Araméens/ « Ahlamites » indiquent des populations nomades ou sédentaires de la Mésopotamie ; avec les « Hittites », lasbuqéens, Sidoniens, Philistins, on a affaire à la Transeuphratène de l’intérieur et de la côte ; les Qédarites renvoient à une population de l’Arabie septentrionale ; tandis qu’avec les Égyptiens et les Kouschites nous nous trouvons au-delà du Sinaï. Bref, cette liste de populations alliées – par choix ou par contrainte- à l’Assyrie, dont les membres faisaient en quelque sorte partie de l’armée assyrienne ou des structures d’appui, nous donne grosso modo un cadre géographique de l’influence politico-militaire de l’Empire aux alentours de 670 av. J.-C. Dès lors, se pose la question de la raison pour laquelle un si grand nombre de « non-Assyriens »– en tant que tels – furent, au fil du temps, intégrés à l’appareil bureaucratique/militaire de l’Empire. Était-ce parce que l’on imaginait que ces gens poseraient ainsi moins de problèmes pour le sort de l’Empire110 ? Mais une lettre envoyée à Assarhaddon, qui donne une liste de quinze déserteurs (dont seulement un, Rama-il d’Arrapha, était un Assyrien) montre que tous ces étrangers n’étaient pas enthousiastes de servir sous les étendards du « pays d’Assur » :

  • 111 Ce nom est d’un intérêt particulier ici, parce qu’il a été interprété comme grec (adakrytos, « sans (...)

Quant à ces déserteurs que le gouverneur de Der ma envoyés, et à l’égard desquels le roi mon seigneur m’a écrit, en disant : « Interrogez-les ! » – eh bien, on les a interrogés. Il s’agit de Bur-sila, « troisième-chariste » du prince héritier, et de Kudurru, serviteur de Mannaipite, également « troisième-chariste » du prince héritier : en tout, deux Élamites. (Il y a encore) Rama-il, un homme d’Arrapha, combattant du char du gouverneur ; Addiqritushu111, et les serviteurs de Ia’iru, l’homme de Gambulu. En tout, (cela fait) 15 déserteurs que le gouverneur de Der m’a envoyé.
(SAA V, 136 : recto, 1. 6-verso, 1. 7)

98Ou y avait-il à ce choix des raisons démographiques et sociales, liées par exemple au besoin de maintenir dans toutes les provinces d’un empire désormais très vaste les troupes des « Assyriens » dans les garnisons, afin d’empêcher les révoltes des populations locales ? Il faut se rappeler qu’à l’époque de Sargon déjà, un gouverneur, chargé de contrôler une province de la Syrie intérieure, se plaignait ainsi, auprès du roi, du manque de personnel tant civil que militaire :

Je suis moi-même obligé de moissonner les champs cultivés de la ville de Hesa, et je dois aussi moissonner 1 000 hectares de champs cultivés de la ville de Laba’u. Maintenant, le roi devrait me donner des Assyriens et des Itu’éens, pour que je les installe dans la steppe.
Il n’y a plus un seul Assyrien, comme surintendant de ville ou même garde de portail, dans toute la province de Supat !
(SAA I, 176 : verso, 1. 25-33)

Notes

1 Voir déjà F. M. Fales, « Preparing for War in Assyria », dans J. Andreau, P. Briant, R. Descat, dir., Économie antique. La guerre dans les économies antiques (“Entretiens d’Archéologie et d’Histoire” III), St.-Bertrand-de-Comminges 2000, p. 35-62. Comme le remarque M. Liverani (Studies on the Annals of Ashurnasirpal II. 2. Topographical Analysis, Rome 1992, p. 135), les études moins récentes sur la guerre en Assyrie « sont plutôt vagues sur les problèmes quantitatifs ».

2 Pour une discussion de ces problèmes à l’échelle de l’histoire ancienne d’Europe et d’Asie, voir tout récemment A. Gat, War in Human Civilization, p. 358-376 et passim.

3 Diodore, II, 5. Il semblerait que ce calcul ait été aussi influencé par la lecture d’Hérodote : voir M. De Odorico, The Use of Numbers and Quantifications in the Assyrian Royal Inscriptions, Helsinki 1995, p. 109.

4 Voir A. Gat, War in Human Civilization, p. 364.

5 Voir M. De Odorico, The Use of Numbers and Quantifications, p. 109- 112, pour les corrections de ces calculs. Pour les références documentaires, voir F. M. Fales, « Preparing for War in Assyria », p. 38-43 ; voir aussi R. Mattila, The King’s Magnates, Helsinki 2000, p. 151, pour un tableau en partie semblable. Abréviations des noms des rois : Anp. = Assurnazirpal II ; Salm. = Salmanazar III ; Sg. = Sargon II ; Sen. = Sennacherib.

6 L’expédition vers le mont Mehru visait au découpage et au transport du bois, et aurait pu aussi comprendre des travailleurs non militaires (voir M. Liverani, « Assyria in the Ninth Century : Continuity or Change ? », dans G. Frame, éd., From the Upper Sea to the Lower Sea. Studies… A.K. Grayson, Leyde 2004, p. 213-226 : p. 215).

7 Voir M. Liverani, Studies on the Annals of Ashurnasirpal II, p. 80,135.

8 Voir M. De Odorico, The Use of Numbers, p. 111. W. Mayer, Politik und Kriegskunst, p. 424, utilise ce nombre pour calculer la population totale de l’Assyrie au temps de Salmanazar : en estimant (à partir de données d’époques postérieures) que le nombre de combattants représentait 3,5 % de la population totale, il évalue cette dernière à 3 ou 4 millions de personnes.

9 RIMA 3, p. 23 : 1. 90-95.

10 Voir E. Frahm, Einleitung in die Sanherib-Inschriften, p. 102, pour les nombreuses variantes de ces chiffres, qui semblent augmenter dans les rédactions successives des inscriptions royales de ce roi.

11 Voir M. Liverani, « Assyria in the Ninth Century : Continuity or Change ? », p. 215-216, met ce nombre en relation avec l’ampleur croissante des coalitions que Salmanazar III dut affronter, par rapport aux plus maigres ensembles d’ennemis qui firent face à Assurnazirpal.

12 F. M. Fales, L’impero assiro, p. 141, soutenait l’hypothèse que « plusieurs milliers d’équidés (et jusqu’à 10 000) venant de tout l’Empire représentaient, pour le règne de Sargon, des contingents réguliers qu’on a même pu réunir plusieurs fois par an ». Au contraire, T. Deszö, « Reconstruction of the Assyrian Army of Sargon II (721-705 B.C.), based on Nimrud Horse Lists », SAAB 15 (2006), p. 93-140, pense que les chiffres de Nimroud correspondaient au total des équidés réunis pour une seule campagne, celle de 710 av. J.-C.

13 F. M. Fales, « Grain Reserves, Daily Rations, and the Size of the Assyrian Army », SAAB 4 (1990), p. 3-34.

14 L’emāru était composé par 10 sāti (pluriel de sūtu) ; et chaque sūtu pouvait avoir un nombre variable de qa, normalement dix, mais parfois aussi neuf ou huit. On a calculé ici 10 qa par sūtu d’un côté, et de l’autre une équivalence conventionnelle de 1 qa = 1 litre (en réalité il s’agirait plutôt de 0,83 litre). Pour les unités de mesure à l’époque néo-assyrienne, voir J. N. Postgate,Fifty Neo-Assyrian Legal Documents, Warminster 1976, p. 67-69.

15 Ces données nous montrent que la quantité de 1 qa par jour était pour les déportés le minimum de nourriture indispensable : voir F. M. Fales, « Grain Reserves », p. 28-30.

16 Ce calcul se fonde sur les informations qui concernent l’armée macédonienne d’Alexandre le Grand, cf. M. De Odorico, The Use of Numbers, p. 108, note 258. D’autre part, un coup d’œil aux rations des chevaux dans les tablettes de Persépolis nous indique que les chevaux de types différents bénéficiaient de quantités d’orge assez variées : voir M. Gabrielli, Le cheval dans l’empire achémenide, s.l. 2006, p. 44-46.

17 R. Pleiner, J. Bjorkman, « The Assyrian Iron Age », PAPS 118 (1974), p. 283-313. Pour les attestations du fer météorique dans la documentation des iiie et iie millénaires, voir K. Reiter, Die Metalle im alten Orient, Münster 1997, p. 344-400.

18 T. Deszö, Near Eastern Helmets of the Iron Age, p. 18-56. Pour les casques coniques représentés sur les Portes de Balawat, voir A. Schachner,Bilder eines Weltreichs, p. 161.

19 Voir P. R. S. Moorey, Ancient Mesopotamian Materials and Industries. The Archaeological Evidence, Oxford 1994, p. 290. Ce dépôt est constitué d’environ 160 tonnes de métal, avec une grande quantité de fer, ainsi pour des ustensiles qui furent vraisemblablement employés pour le travail de la pierre lors de la construction de la ville par Sargon II.

20 R. Pleiner, J. Bjorkman, « The Assyrian Iron Age », p. 291.

21 Voir par ex. R. Drews, The End of the Bronze Age : Changes in Warfare and the Catastrophe ca. 1200 B.C., Princeton 1993, p. 164-173.

22 Ce texte a été traité plusieurs fois, tout récemment par J. N. Postgate, « The Assyrian Army in Zamua », Iraq 62 (2000), p. 89-108. Une traduction en français fut donnée par F. Malbran-Labat, L’armée et l’organisation militaire des Assyriens, p. 85-86, mais avec des lectures et interprétations aujourd’hui dépassées.

23 Le mot est écrit LÚ.GIŠ.GIGIR dans le texte. Pour l’équivalence de ce complexe logographique (qui, en soi, équivaut à « l’homme du char ») avec susānu, venant de l’hourrite aššuššānnu emprunté à l’indo-aryen aswas, « cheval », voir J. N. Postgate, « The Assyrian Army in Zamua », p. 92. La traduction « palefrenier » est due à l’idée que le mot hourrite devait signifier quelque chose comme « personne liée au cheval » – une définition qui conviendrait aussi bien pour les palefreniers de la charrerie que pour ceux de la cavalerie (voir la note suivante).

24 La raison pour laquelle le mot LÚ.GIŠ.GIGIR = susānu est employé pour résumer les trois fonctions précédemment énumérées, c’est-à-dire ša pethallāte, susānu même, et zunzurahhu, échappe jusqu’à présent à tous les interprètes de ce texte.

25 mutīr ṭēmē, littéralement : « celui qui rapporte les informations ».

26 J. N. Postgate, « The Assyrian Army in Zamua », p. 94. On aurait donc affaire seulement à (20 x 2) + 97 = 137 chevaux momentanément présents au campement, contre 106 + 343 = 449 personnes préposées aux animaux à différent titre.

27 F. Malbran-Labat, L’armée et l’organisation militaire des Assyriens, p. 77.

28 AEAD, p. 134b. Une autre théorie encore est celle de K. Radner, Die neuassyrischen Texte aus Tall Šēḥ Ḫamad, Berlin 2002, p. 9, qui identifie le pluriel raksūte, traduit d’habitude par « recrues » avec le mot général pour les fantassins.

29 Sg VIII, p. 66-67, 1. 426. Ce calcul, sans aucun doute de nature symbolique, est normalement interprété comme un hommage aux « soldats inconnus » de la campagne. Mais on pourrait le comprendre aussi comme un hommage avec une progression croissante (=1 -> 2 -> 3) qui reproduirait grosso modo les proportions des différents corps de l’armée. Donc, une tentative de traduction quelque peu libre pourrait être la suivante : « (Pour tout) chariste qui fut tué, il en mourut deux parmi les cavaliers, trois parmi les fantassins ».

30 Tenant compte principalement des données iconographiques, T. Deszö (« The Reconstruction of the Neo-Assyrian Army as Depicted on Neo-Assyrian Palace Reliefs, 745-612 BC », AAASH 57 [2006], p. 87-130 : p. 89) distingue formellement trois sous-types dans l’infanterie, selon leurs armements : l’infanterie « légère » était composée d’auxiliaires étrangers, tandis que l’infanterie « régulière » et l’infanterie « lourde » (c’est-à-dire dotée d’armure) ne comptaient que des Assyriens.

31 J. N. Postgate, « Assyrian Uniforms », dans W. H. Van Soldt, éd., Veenhof Anniversary Volume, Leyde 2001, p. 373-388 : p. 381-382, 385-386.

32 Voir P. Albenda, « The Gateway and Portal Stone Reliefs from Arslan Tash », BASOR 271 (1988), p. 16, fig. 23.

33 Voir B. Hrouda, Die Kulturgeschichte des assyrischen Flachbildes, Bonn 1965, p. 86-87 et pl. 51 ; voir aussi Y. Yadin, The Art of Warfare in Biblical Lands, Londres 1963, II, p. 295-296.

34 Voir E. Salonen, Die Waffen der alten Mesopotamier, Helsinki 1965, p. 90-92,157 ; CAD Š/III, p. 233-235 ; CAD K, p. 603.

35 B. Hrouda, Kulturgeschichte, p. 86.

36 Voir Ibid., p. 90 et pl. 22, 24 ; Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 295 (et figures aux pages 294, 442-443). E. Salonen, Die Waffen der alten Mesopotamier, p. 198, compare cette forme de bouclier au scutum romain, sauf pour le bord supérieur arrondi.

37 A. Gat, War in Human Civilization, p. 396-397, qui remarque que l’infanterie assyrienne agissait là en conformité à d’autres situations belliqueuses d’Asie de tout temps, et à la différence des développements dans l’organisation de l’infanterie qui eurent lieu en Europe.

38 B. Hrouda, Kulturgeschichte, p. 83 ; Y. Yadin, Art of Warfare, I, p. 6-7 ; II, p. 296.

39 B. Hrouda, Kulturgeschichte, pl. 59, 3 ; Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 295, 453.

40 B. Hrouda, Kulturgeschichte, p. 91, pl. 24, 9-11 ; Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 296.

41 Voir récemment D. Nadali, « The Representation of Foreign Soldiers and their Employment in the Assyrian Army », dans W. H. Van Soldt, éd., Ethnicity in Mesopotamia, Leyde 2005, p. 222-244 : p. 223.

42 B. Hrouda, Kulturgeschichte, p. 83-86 ; Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 296-297. Pour des flèches inscrites du Louristan, voir par ex. E. Salonen,Die Waffen der alten Mesopotamier, pl. xxv.

43 On ne peut pas exclure l’utilisation de projectiles de plomb, tels qu’ils sont décrits par Xénophon. Pour un petit groupe de pierres à fronde de silex, d’environ six centimètres de diamètre, retrouvé en contexte archéologique, voir D. Ussishkin, The Conquest of Lachish by Sennacherib, Tel Aviv 1982, p. 56, fig. 47.

44 Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 297 ; R. A. Gabriel, K. S. Metz, From Sumer to Rome : The Military Capabilities of Ancient Armies, Westport (Conn.) 1991, p. 74-75.

45 Le sceau est reproduit par J. N. Postgate, « The Assyrian Army in Zamua », p. 98, fig. 2. Le chevalier était peut-être le sukkallu Ili-ipadda auquel le texte du sceau fait allusion.

46 Voir CAD P, p. 336a-b.

47 M. A. Littauer, J. H. Crouwel, Wheeled Vehicles and Ridden Animals, Leyde 1979, p. 135 sqq. ; A. Ferrill, The origins of war : from the Stone Age to Alexander the Great, Londres 1985, p. 84.

48 Voir S. Dalley, « Foreign Chariotry and Cavalry », p. 37. Dans la bataille de Qarqar en 853 av. J.-C., Salmanazar III avait capturé le même nombre de cavaliers et de chars aux forces de Damas et de Hamath, et douze ans après il enleva même jusqu’à trois chars pour chaque cavalier aux armées de Damas ; mais déjà son successeur Šamši-Adad V prit 2 cavaliers pour chaque char à Babylone. Enfin, comme on l’a vu plus haut dans le tableau n° 2, Sargon dota son gouverneur en Babylone de 10 cavaliers pour chaque char.

49 Sg VIII, l. 131. Cet accompagnement du char royal par les cavaliers de l’élite se retrouve pour l’armée de Xerxès chez Hérodote (VII : 40) et dans la fameuse mosaïque d’Alexandre le Grand à la bataille d’Issos (copie d’une œuvre hellénistique) provenant de Pompéi (aujourd’hui au Musée archéologique de Naples).

50 Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 297 ; comme le remarque D. Noble, « Assyrian Chariotry and Cavalry », SAAB 4 (1990), p. 61-68 : p. 64, « on ne peut pas s’imaginer qu’ils aient ainsi eu un haut degré de capacité de manœuvre, ou de visée précise ». Pour les portes de Balawat, voir A. Schachner, Bilder eines Weltreichs, p. 159.

51 Voir D. Noble, « Assyrian Chariotry and Cavalry », p. 63.

52 Ibid., p. 65 ; J. N. Postgate, « The Assyrian Army in Zamua », p. 99.

53 Pour des illustrations de la marche de la cavalerie assyrienne dans des terrains accidentés, voir Y. Yadin, Art of Warfare, II, p. 456-459 ; voir aussi P. Albenda, The Palace of Sargon King of Assyria, Paris 1986, pl. 134. Dans l’une des scènes des portes de Balawat (A. Schachner, Bilder eines Weltreichs, pl. 7 en haut), on voit les cavaliers attaquer l’ennemi frontalement et de l’autre coté des fantassins descendant d’une colline. S’agissait-il ici d’une bataille avec un encerclement programmé de l’ennemi par les deux corps d’armée ? Schachner (ibid., p. 160) note ici qu’il s’agit de la seule scène de cet ensemble de sculptures du ixe siècle où les cavaliers n’évoluent pas à côté de la charrerie.

54 En réalité, cette taille semble avoir été absolument dans la moyenne pour l’époque : voir les données discutées par M. Gabrielli, Le cheval dans l’empire achémenide, p. 8-10 (« l’immense majorité des chevaux antiques serait actuellement rangée dans la catégorie des poneys » : ibid., p. 10)

55 Voir M. A. Littauer, J. H. Crouwel, Wheeled Vehicles and Ridden Animals in the Ancient Near East, p. 111 ; voir aussi M. Gabrielli, Le cheval dans l’empire achémenide, p. 13, qui semble porté à se fier aux représentations de l’art assyrien dans ce sens.

56 L. Heidorn, « The Horses of Kush », JNES 56 (1997), p. 105-14. Pour les chevaux Mesay, on devrait penser à la région de Mēsu / Mīsu, qui est dite dans les annales de Sargon être dans la terre des Mannéens : voir L. D. Levine, Geographical Studies in the Neo-Assyrian Zagros, Toronto-Londres 1974, p. 11,114, qui localise Mēsu / Mīsu près du Lac Zeribor dans l’Iran nord-occidental.

57 Voir K. Radner, Die neuassyrischen Privatrechtsurkunden, Helsinki 1997, p. 306-307.

58 Voir S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets from Fort Shalmaneser, Londres 1984, p. 28-31 pour une liste de tous les mušarkisu connus de l’époque de Sargon ; voir aussi T. Deszö, « Reconstruction of the Assyrian Army of Sargon II », p. 95-96.

59 Voir S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets frorn Fort Shalmaneser, p. 17-21,167-235.

60 R. A. Gabriel, K. S. Metz, From Sumer to Rome, p. 76.

61 TpIII, p. 104, 1. 20-21.

62 Voir J. N. Postgate, « The Assyrian Porsche ? », SAAB 4 (1990), p. 35-38, qui suggère que ces chars auraient été nommés pattūte, « ouverts », dans la documentation textuelle (IRA et textes « quotidiens »).

63 Litt. : « celui qui tient les rênes » ; sur cette fonction, voir K. Radner, Die neuassyrischen Texte aus Tall Šēḥ Ḫamad, p. 9-10.

64 Le mot mār damqi, d’origine médio-assyrienne, signifie littéralement « noble » et semble renvoyer à une fonction un peu comparable à celle que l’on a attribuée aux membres des ordres de la chevalerie au Moyen Âge et après. Mais peut-être le mot ne désignait-il désormais rien d’autre que l’« officier » commandant l’équipage du char. Voir K. Radner, Die neuassyrischen Texte aus Tall Šēḥ Ḫamad, p. 10, qui soutient l’identité de fait du mār damqi et du bēl narkabti, contre Postgate, « The Assyrian Army in Zamua », p. 95.

65 Voir S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets from Fort Shalmaneser, p. 34, note 46 ; CAD T, p. 51a-b.

66 D. Noble, « Assyrian Chariotry and Cavalry », p. 65.

67 Voir chap. III, 6, ci-dessous.

68 Voir par ex. W. Mayer, Politik und Kriegskunst der Assyrer, p. 419, note 1.

69 Voir M.-C. De Graeve, The Ships of the Ancient Near East (c. 2000-500 B.C.), Leuven 1981, p. 128-140, pl. 87.

70 Voir E. Frahm, Einleitung in die Sanherib-Inschriften, p. 117.

71 J. A. Brinkman, « Babylonia under the Assyrian Empire, 745-627 B.C. », dans M. T. Larsen, éd., Power and Propaganda, p. 223-250 : p. 236.

72 Des kelek furent construits et utilisés par Layard et Place pour le transport de leurs pièces archéologiques sur le Tigre de l’Assyrie jusqu’à Basra, où étaient ancrés les navires pour l’Europe : voir M. C. De Graeve, The Ships of the Ancient Near East, p. 83-84. Quppu signifie « corbeille », et au fond ce bateau n’est vraiment rien d’autre qu’une grande corbeille flottante : ibid., p. 85-89.

73 Pour l’étude des bas-reliefs à ce sujet, voir J. Reade, « Studies in Assyrian Geography : Part I : Sennacherib and the Waters of Nineveh », RA 72 (1978), p. 47-72 : p. 55-60.

74 Voir M. C. De Graeve, The Ships of the Ancient Near East, p. 89-93.

75 T. Madhloom, The Chronology of Neo-Assyrian Art, p. 121-122 ; J. E. Reade, « Assyrian Architectural Décoration : Techniques and Subject-Matters », BaM 10 (1979), p. 23-26.

76 J. E. Readb, « Religious Ritual in Assyrian Sculptures », dans B. N. Porter, éd., Ritual and Politics in Ancient Mesopotamia, New Haven 2005, p. 7-32 : p. 15-16.

77 Ibid., p. 18-19.

78 Sur ces « hommes-lions », R. S. Ellis, « ‘Lion-Men’ in Assyria », dans M. de Jong Ellis, éd., Essays on the Ancient Near East in Memory of J. J. Finkelstein, Hamden 1977, p. 67-78. Dans une autre scène de Nimroud, de l’époque de Teglath-phalazar III, un personnage vêtu de peaux de lion marche derrière deux hommes barbus qui battent des mains en cadence (ibid, fig. 19).

79 Voir CAD K, p. 558b.

80 La lyre (symétrique ou asymétrique) et la harpe étaient aussi utilisées, avec le tambourin, dans les cérémonies de bénédiction des étendards décrites plus haut : voir S. A. Rashid, Musikgeschichte im Bildern II/2 : Mesopotamien, Leipzig 1984, p. 119, 123. Pour une étude détaillée des typologies des instruments mésopotamiens à partir de l’iconographie, voir R. J. Dumbrill, The Archaeomusicology of the Ancient Near East, s.l. 2005, passim.

81 Voir le texte SAA VII, 24.

82 Voir F. M. Fales, M. Rigo, « Everyday Life and Food Practices in Assyrian Military Encampments », dans L. Milano, éd., Methods and Perspectives applied to the Study of Food Practices in the Ancient Near East, Padoue 2010.

83 W. Manitius, « Das stehende Heer der Assyrerkönige und seine Organisation », ZA 24 (1910), p. 97-149 ; p. 185-224.

84 H. W. F. Saggs, Assyrian Warfare in the Sargonid Period, p. 145-146.

85 J. N. Postgate, Taxation and Conscription in the Assyrian Empire, Rome 1974, p. 218-219.

86 R. Mattila, The King’s Magnates, Helsinki 2000.

87 Voir S. Parpola, « The Construction of Dur-Šarrukin in the Assyrian Royal Correspondence », dans A. Caubet, éd., Khorsabad, le palais de Sargon II, roi d’Assyrie, p. 47-77 ; F. M. Fales, L’impero assiro, p. 146-155.

88 Voir SAA XI, Introduction, p. xv-xvIII.

89 R. Mattila, The King’s Magnates, p. 149 sqq.

90 On a associé ce mot au fait que ce corps résidait dans l’ekal mašarti de Kalkhu : voir S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets from Fort Shalmaneser, p. 29, note 15 ; R. Mattila, The King’s Magnates, p. 153.

91 T. Deszö, « Reconstruction of the Assyrian Army of Sargon II (721-705 B.C.), based on Nimrud Horse Lists ».

92 S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets from Fort Shalmaneser, p. 27-46.

93 Voir SAA VII, 4, qui contient une liste de gouverneurs récapitulés comme « en tout, 49 Grands de haut rang du prince héritier ; tous (assignés au) prince héritier » (verso, 1. 6’-7’), précédée d’une liste des Grands du Royaume associés à « la nouvelle milice de Sennacherib » (recto, 1. 8’). Il est curieux de constater que le nom de cette formation militaire assyrienne trouve par chance un parallèle précis dans celui du fameux corps des Janissaires (du turc yeni çeri, « nouvelle milice »), fondé par les Ottomans en 1329 ap. J.-C.

94 Voir A. K. Grayson, « Assyrian Officiais and Power in the Ninth and Eighth Centuries », SAAB 7 (1993), p. 19-52 ; F. Blocher, « Assyrische Würdenträger und Gouverneure des 9. und 8. Jh. : eine Neubewertung ihrer Rolle », AoF 28 (2001), p. 298-324 ; M. Liverani, « Assyria in the Ninth Century : Continuity or Change ? »

95 Voir chap. 1/2, p. 67, plus haut.

96 Voir F. M. Fales, « bīt bēli : an Assyrian Institutional Concept », dans E. Rova, éd., Patavina Orientalia selecta, Padoue 2000, p. 231-249.

97 D. Nadali, « The Representation of Foreign Soldiers and Their Employment in the Assyrian Army », p. 222.

98 E. Lipiński, The Aramaeans : Their Ancient History, Culture, Religion, Louvain 2000, p. 437-438 ; T. Deszö, « The Reconstruction of the Neo-Assyrian Army as Depicted on Neo-Assyrian Palace Reliefs », p. 91-93.

99 Voir B. K. Ismail, « Two Neo-Assyrian Tablets », SAAB 3 (1989), p. 61-65 : p. 62.

100 J. E. Reade, « The Neo-Assyrian court and army : evidence from the sculptures », Iraq 34 (1972), p. 87-112.

101 Voir S. Dalley, « Foreign Chariotry and Cavalry in the Armies of Tiglath-pileser III and Sargon II », p. 36. Il faut remarquer que, dans sa grande inscription commémorative (IS, p. 197, 1. 24), Sargon indique seulement 50 chars provenant de Samarie.

102 S. Dalley, J. N. Postgate, The Tablets from Fort Shalmaneser, p. 173.

103 IA, p. 106,1.18.

104 Pour le terme daiālu, qu’on traduit normalement comme « espion », voir chap. III, 3.

105 Compte tenu du contexte, on ne peut pas exclure que cette désignation purement logographique (LÚ. GIŠ. BAN. TAG. GA. MEŠ) puisse avoir indiqué aussi, par antonomase, un groupe particulier de troupes étrangères.

106 Sur les Mèdes, voir M. Liverani, « The Medes at Esarhaddon’s Court », JCS 47 (1995), p. 57-62.

107 Il s’agit là d’une désignation, extraite des IRA plus anciennes, où Ahlamû représentait l’indication traditionnelle d’une tribu ou d’une profession particulière (dérivant peut-être d’un mot sémitique signifiant « guerrier ») rattachée à l’éthnonyme « araméen ». Voir Lipiński, The Aramaeans, p. 35-39.

108 Pour le rôle historique des Gimirrayu (qu’on rend habituellement « Cimmériens » en se rattachant aux informations de l’historiographie grecque sur ce peuple montagnard), voir G. B. Lanfranchi, I Cimmeri, Padova 1990 ; A. I. Ivantchik, Les Cimmériens au Proche-Orient, Göttingen 1993.

109 La région de Iasbuqu (siège d’une tribu de ce nom) est placée dans la Syrie du Nord par A. M. Bagg, Die Orts- und Gewässernamen der neuassyrischen Zeit, Teil I : Die Levante (“Répertoire géographique des textes cunéiformes” 7/1), Wiesbaden 2007, p. 126-127.

110 On rappellera, à ce propos, la synthèse de P. Bourdieu, « De la maison du roi à la raison d’État », Actes de la recherche en sciences sociales 118 (1997), p. 55-68 : p. 60, qui évoquait – comme structure permanente des États dynastiques –, les « grandes bureaucraties de parias, exclus de la reproduction politique, eunuques, prêtres voués au célibat, étrangers sans liens de parenté avec les gens du pays (dans les gardes prétoriennes des palais et les services financiers des empires) et privés de droits, ou, à la limite, esclaves qui sont la propriété de l’État et dont les biens et le poste peuvent revenir à tout moment à l’État ». Certainement, le rôle des « gardes prétoriennes des palais » semblerait avoir été pleinement joué par les roitelets des Mèdes à l’époque d’Assarhaddon et peut-être aussi d’Assurbanipal, suivant la reconstruction de M. Liverani, « The Medes at Esarhaddon’s Court »

111 Ce nom est d’un intérêt particulier ici, parce qu’il a été interprété comme grec (adakrytos, « sans larmes »), dans PNA 1/1, p. 52a.

Table des illustrations

Légende Tableau 2. Les forces de l’armée assyrienne : données numériques
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 16. Lieux d’origine du fer (flèches) et flux du métal vers les capitales assyriennes (carrés).
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 17. Casque assyrien à crête en bronze avec décorations gravées. Badisches Landesmuseum, Karlsruhe.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 18. Membres de l’infanterie, cavalerie et charrerie assyriennes sortant du camp militaire à Lakish (Palestine). Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 19. Uniformes et armes des troupes auxiliaires : lanciers, porteurs de fronde et archers. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 20. Lanciers avec les boucliers ronds. Palais de Sargon, Dur-Sharrukin.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 21. Archer et porteur de bouclier.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 22. Un archer assyrien et son porteur de « pavois » incurvé, placés derrière des auxiliaires. Palais de Sargon à Dur-Sharrukin.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 23. La tension de l’arc. Palais d’Assurbanipal à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 24. Archer assyrien pourvu de casque conique, épée avec fourreau à tête de lion, carquois décoré, avec courroie, traînant une prisonnière.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 25. Porteur de fronde araméen, sur un orthostate de basalte. Palais du roi Kapara à Guzana ixe s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 26. Cavalerie assyrienne procédant dans un terrain boisé et collineux. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 27. Les cavaliers-archers attaquant en « tandem ». Palais d’Assurnazirpal II à Kalkhu.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 28. Palefrenier et chevaux. Palais de Sargon à Dur-Sharrukin.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 29. Plan général de l’ekal mašarti (« bâtiment de l’arsenal ») de Kalkhu/Nimroud, désigné « Fort Salmanazar » par les fouilleurs modernes. À remarquer, les trois vastes cours pour les revues des troupes et les nombreux petits magasins aux côtés.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 30. Char léger. Palais d’Assurnazirpal II à Kalkhu.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 31. Char lourd. Palais d’Assurbanipal à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 32. Flotte phénicienne. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 33. Une guffa transportant un char. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 34. Bataille sur bateaux et déportation des Chaldéens cachés dans les marécages. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 35. De droite à gauche : le scribe avec la tablette et le Stylus (plus avancé) et l’autre avec le parchemin et la petite brosse enregistrent le nombre des ennemis décapités, tandis qu’un officier assyrien récompense un auxiliaire pour son œuvre, lui mettant au poignet un bracelet. Palais de Sennacherib à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. .36. Campement assyrien, avec représentation schématique à grande échelle des principaux métiers des civils : dans le secteur en bas à gauche, préparation d’un animal sacrifié pour l’examen des entrailles (extispicine). Palais d’Assurnazirpal II à Kalkhu.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 37. Campement assyrien : les danses rituelles des « hommes-lions » (en haut) ; prisonniers qui défilent devant un eunuque sur la porte du pavillon du roi ou du commandant-en-chef (en bas). Palais d’Assurnazirpal II à Kalkhu.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 38. Tentes et animaux dans un campement fortifié assyrien. Palais d’Assurbanipal à Ninive.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1842/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search