Version classiqueVersion mobile

Guerre et paix en Assyrie

 | 
Frederick Mario Fales

Chapitre I. Guerre et paix en Assyrie : problèmes préliminaires et sources

Texte intégral

1. L’Assyrie, un État militariste de l’Antiquité ?

  • 1 Voir surtout E. Frahm, « Images of Assyria in Nineteenth- and Twentieth-Century Scholarship », dans (...)

1Commençons par examiner les tenants et les aboutissants qui ont permis de forger l’image d’une Assyrie véritable « machine de guerre », diffusée aussi bien dans les manuels scolaires que dans les ouvrages universitaires, dans les livres de vulgarisation comme dans ceux prisés par les amateurs férus d’histoire. Une série de travaux récents, concernant surtout les débuts de la science assyriologique, a clairement démontré que la découverte des principales villes d’Assyrie, par les archéologues français et anglais peu après 1840 et qui eut pour conséquence l’acquisition, à partir de 1847, d’une quantité considérable d’œuvres d’art et de textes cunéiformes par les musées nationaux des deux pays, avait permis l’éclosion de jugements sur l’Assyrie très influencés par les circonstances du moment1. Plus tard et jusqu’à nos jours, il en alla de même. Il est donc bien établi que l’interprétation historique de l’Empire assyrien fut marquée par des positionnements intellectuels particuliers, directement liés aux événements politiques de la période contemporaine.

2Avant les premières découvertes de Paul-Émile Botta et Austen Henry Layard, le souvenir de l’Assyrie -et de la civilisation mésopotamienne en général – était parvenu à l’Occident par le seul canal des auteurs classiques (avec un mélange curieux de données relativement précises et de traits à caractère semi-légendaire) et de l’Ancien Testament. Ce dernier, en tant que récit « national » du peuple d’Israël, ne pouvait porter qu’un jugement extrêmement négatif à l’encontre du peuple qui avait conquis la ville de Samarie et qui fut responsable du saccage des territoires autour de Jérusalem assiégée. De plus, peu de voyageurs européens avaient visité la Mésopotamie du nord qui était en ce temps-là une province pauvre et presque abandonnée de l’Empire Ottoman. Par ailleurs, les prêcheurs anglicans de l’époque considéraient cet état d’abandon (agricole et industriel) comme le signe évident et toujours actuel des punitions divines sanctionnant les grands malheurs provoqués par Sardanapale (c’est-à-dire Assurbanipal) d’Assyrie et Nabuchodonosor de Babylone.

  • 2 Voir la riche documentation écrite et photographique recueillie à ce sujet par J.-M. Humbert, L’égy (...)
  • 3 F. N. Bohrer, « Inventing Assyria : Exoticism and Reception in Nineteenth-Century England and Franc (...)
  • 4 Comme l’a rappelé B. André-Salvini, (« “Où sont-ils ces remparts de Ninive ?” Les sources d’informa (...)
  • 5 « L’Assyrien fondit comme un loup sur le troupeau/et ses armées luisaient de pourpre et d’or » : By (...)

3En somme, au moment où l’Égypte ancienne – grâce aux grandes découvertes archéologiques faites par les savants de l’expédition de Napoléon Ier en 1798-1802 et grâce au déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion (1824) – avait déjà révélé une partie considérable de son histoire et où son art avait été apprécié par le public d’Europe, au point de déclencher une vague d’« égyptomanie » dans l’architecture et les arts appliqués2, l’Assyrie se présentait encore à la mémoire collective comme le lieu de « l’ignominie, du péché, de la violence et de la transgression »3 -au fond, comme le premier « Autre » de l’histoire. Il suffit de regarder le fameux tableau d’Eugène Delacroix, Mort de Sardanapale4, présenté au Salon de Paris en 1827, pour recueillir au moins quelque chose de l’esprit de ce temps d’avant les grandes fouilles archéologiques en Assyrie. L’Angleterre, quant à elle, se trouvait dans des dispositions équivalentes, si ce n’est plus accentuées, en particulier à cause de la diffusion de la Bible comme livre habituel de lecture familiale et à cause de l’influence considérable du clergé dans les institutions culturelles. En convainc facilement la lecture des premières lignes du poème sur La destruction de Sennacherib, publié par Lord Byron en 1815, qui dans sa peinture des Assyriens met l’accent sur un autre aspect de leur caractère : leur agressivité à l’égard des peuples voisins : « The Assyrian came down like the wolf on the fold/and his cohorts were gleaming in purple and gold »5.

  • 6 Sur la vie et l’œuvre de Layard, voir la bibliographie en fin du volume.

4Mais le regard de la civilisation occidentale du xixe siècle sur l’Assyrie allait, en quelques années, radicalement changer à la suite des fouilles des trois grandes dernières capitales de l’Empire assyrien. Paul-Émile Botta, consul de France à Mossoul, fut le premier, en 1842, à entreprendre des fouilles en Assyrie. Il ouvrait ainsi l’ère des consuls archéologues en Mésopotamie, qui se poursuivit jusqu’à la fin du siècle. En 1845, il fut suivi sur les fouilles archéologiques par un jeune Anglais, aventureux et cultivé, Austen Henry Layard, qui, après un séjour en Perse parmi les tribus des Bakhtiyari, était devenu à l’ambassade d’Istanbul6 le secrétaire du prestigieux diplomate Stratford Canning.

  • 7 Voir notamment à ce sujet l’étude de J. E. Reade, « Les relations anglo-françaises en Assyrie », da (...)

5Les fouilles de ces deux pionniers de l’archéologie assyrienne se déroulèrent donc dans un climat de vive rivalité scientifique, empreinte de nationalisme entre la France et l’Angleterre. Pour les deux pays, l’enjeu était la première place dans la course aux découvertes archéologiques en Mésopotamie. Cela entraîna les deux savants ainsi que leur entourage à Mossoul puis leurs successeurs, non seulement dans une compétition diplomatique somme toute bien compréhensible, mais aussi -et c’est bien malheureux – dans de douteux trafics d’antiquités, au profit de leur pays respectifs7. Cela n’empêcha pas, loin s’en faut, que les relations personnelles entre Botta et Layard furent, et restèrent toujours, très amicales et ponctuées par de nombreux échanges de vues et de données, francs et ouverts.

  • 8 M. T. Larsen, The Conquest of Assyria. Excavations in an Antique Land, Londres-New York 1996, p. 14 (...)

6Paul-Émile Botta (1802-1870) était fils de Carlo Botta, un Piémontais naturalisé français, devenu recteur de l’Université de Rouen et bien connu pour ses travaux historiques. Paul-Émile jouit d’une jeunesse aisée, mais mouvementée : à la suite d’une éducation scientifique acquise auprès d’un adepte du naturaliste Cuvier, il avait entrepris un tour du monde en bateau (en suivant, quinze ans plus tôt, pratiquement le même itinéraire que celui de Charles Darwin) ; il fut ensuite impliqué dans la lutte pour l’indépendance de la Grèce et plus tard encore – dans les années trente du siècle – exerça en tant que médecin militaire en Égypte, sous le premier khedivé Mehmet Ali8. Grâce à sa connaissance de l’arabe, Botta fut enfin nommé (en 1842) au poste consulaire de Mossoul, ville commerciale d’une certaine importance sur le haut cours du Tigre, grâce à l’impulsion donnée par l’iranologue Jules Mohl, secrétaire de la Société asiatique et de surcroît élève direct du fondateur de l’Orientalisme français, Sylvestre de Sacy. Inaugurant une correspondance régulière avec son protégé, Mohl recommanda à Botta de se mettre séance tenante, et pour la plus grande gloire de la France, à la recherche de Ninive, la capitale de l’Assyrie, mentionnée par les prophètes bibliques : la ville vitupérée par Nahum mais visitée par Jonas, qui y aurait rencontré une population forte de 120 000 habitants – ce qui était considérable pour l’époque.

  • 9 C. F. Volney, Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires, Paris 1791, chap. II.

7C’est ainsi que Botta entreprit de fouiller la colline qui se trouvait en face de Mossoul sur l’autre rive du Tigre et s’appelait Quyunjik en turc, mais aussi Qal’ah Nuniya, « Château Nuniya », selon l’usage local ; cette dernière appellation renvoyant clairement à la Ninive de l’antiquité (Ninuwah dans la Bible). La première visite de Layard à Botta, en 1842, vit les deux jeunes hommes passionnés d’Assyrie parcourir d’un même pas le site de long en large ; sans doute avaient-ils tous deux à l’esprit la question posée plus d’un demi-siècle auparavant par le Comte Volney méditant sur la perte de tant de grandes œuvres de l’homme : « Où sont-ils, ces remparts de Ninive ? »9 La question avait pris un tour urgent depuis que l’Anglais Claudius James Rich avait, en 1820, dressé une carte topographique du site qui montrait avec précision une vaste zone en forme de trapèze allongé. Cela correspondait vraisemblablement aux remparts de la ville, mesurant quinze milles de longueur selon Xénophon et à l’intérieur desquels se dressaient deux monticules. Le plus petit, qui se trouvait en face de Quyunjik, était (et est toujours) traditionnellement appelé « Nebi Yunus (la colline du prophète Jonas) », comme l’avait déjà rapporté le voyageur danois Niebuhr aux alentours de 1765. Puis en 1830, le colonel anglais Chesney avait, au cours d’une mission scientifique sur le Tigre, observé « les murs ruinés de la cité » et même, sur l’un de ses côtés, les « vestiges de trois enceintes ». Tout, donc, semblait déjà indiquer que Ninive se trouvait en effet sous les pieds de Botta et de son jeune visiteur Layard.

8Cependant, par les tours et détours d’un curieux hasard, ce n’est pas à Botta que fut donné de refaire naître à la lumière du jour la ville du prophète Jonas à Quyunjik, mais à son ami anglais ! Seulement, il est vrai, après que les deux fouilleurs eurent découvert deux autres villes capitales de l’Empire assyrien respectivement considérées par chacun d’eux comme étant la vraie Ninive. En effet, après avoir entamé des fouilles malheureusement infructueuses sur le site, Botta se transféra – à la suite de découvertes fortuites des villageois locaux – sur une autre colline, Khorsabad, à environ 35 km de distance à l’est du Tigre, où déjà l’historien arabe du ixe siècle al-Yakubi avait signalé l’existence d’« une ville ancienne ruinée appelée Saro’ûn ». Témoignage précieux de la survivance d’une tradition orale bimillénaire sur Sargon II d’Assyrie, dont Botta fut informé par la suite.

  • 10 Lettre citée par É. Fontan, « Introduction », dans É. Fontan, éd., De Khorsabad à Paris, p. 12.

9En tout cas, à Khorsabad, Botta -aidé depuis 1843 par le peintre Eugène Flandin pour élaborer la documentation graphique- fit rapidement des découvertes admirables. Il s’agissait d’une architecture monumentale (l’angle nord-ouest du palais principal du site, quatorze salles en tout) et d’un ensemble statuaire considérable ainsi que des bas-reliefs sculptés sur des dalles de calcaire qui décoraient les murs intérieurs du monument. L’ensemble constituait le premier témoignage effectif de l’ancienne culture assyrienne. L’activité de Botta sur le terrain de fouille prit fin en 1845 et une abondante sélection des pièces sculptées fut transportée en radeau jusqu’à Bassorah, sur les rives du golfe arabo-persique, et de là par bateau jusqu’au Havre, où elle parvint en février 1847. Cette tâche étant achevée, Botta écrivait fièrement à Mohl : « Il me semble que l’Assyrie vaut bien l’Égypte et il serait bon de l’exploiter tout à fait. J’ai ouvert la voie »10.

  • 11 Les rapports sur les extraordinaires découvertes de Botta furent publiés entre 1843 et 1844 dans le (...)

10Les résultats spectaculaires obtenus par Botta et Flandin11 poussèrent en 1845, Stratford Canning à envoyer en mission à Mossoul Layard, dont l’objectif déclaré (mais évidemment fictif !) était une partie de chasse. Cette initiative avait été également soutenue par le nouveau « résident » diplomatique de Bagdad, le militaire et orientaliste Henry Creswicke Rawlinson, qui écrivait alors à Canning en ces termes :

  • 12 La lettre est reproduite par M. T. Larsen, The Conquest of Assyria, p. 67.

Je serais très heureux si l’Ambassadeur, et à travers lui le Gouvernement, étaient convaincus de s’intéresser aux antiquités de ce pays. Il est très douloureux pour moi de voir les Français monopoliser le terrain, car les fruits du travail de Botta [...] vont, dans le futur, constituer une gloire nationale, lorsque peut-être l’Empire turc, pour la conservation duquel nous luttons si vaillamment, sera devenu matière des livres d’histoire12.

  • 13 Le nom de ce site est également présent dans les œuvres anciennes se référant à Nimrod qui est décr (...)

11Mais Layard non plus n’entreprit pas de fouiller Quyunjik immédiatement, car le site était à portée de vue du Pacha et des autres autorités ottomanes de la ville. Stimulé par les essais de fouilles du missionnaire américain Badger sur un autre monticule de grandes dimensions des environs, Nimroud13, il se précipita plutôt à la recherche de Ninive sur ce dernier site, où – entre 1845 et 1847 – il mit au jour des ensembles architecturaux spectaculaires (notamment le « Palais de nord-ouest » d’Assurnazirpal II), une quantité de sculptures monumentales et d’inscriptions cunéiformes plus impressionnantes encore que celles de Botta. C’est donc avec fierté que Canning pouvait écrire au Premier Ministre Robert Peel :

  • 14 La lettre est reproduite par M. T. Larsen, The Conquest of Assyria, p. 96.

Sur les bords du Tigre, non loin de Mossoul, il y a un monticule gigantesque qui s’appelle Nimroud. Mon agent a réussi à l’ouvrir de part et d’autre et ses efforts ont été récompensés par la découverte de plusieurs pièces de sculpture intéressantes et par un univers entier d’inscriptions. Si cette fouille tient sa promesse jusqu’à la fin, il y a raison d’espérer que Montagu House [= le British Museum] va assurément battre le Louvre14.

12Quant à l’« agent » Layard, il réussit – bien qu’avec retard par rapport à Botta – à envoyer à Londres une grande partie des pièces qu’il avait trouvées (fig. 2).

  • 15 Ibid., p. 134-137.

13Par ailleurs, ayant eu la prévoyance de se faire précéder par des comptes rendus circonstanciés et bien rédigés, publiés par la presse populaire anglaise, à son retour en Europe il fut auréolé, par le monde des savants comme par le grand public, d’une véritable gloire scientifique. En s’arrêtant à Paris peu avant Noël 1847, Layard fut invité à parler à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres. Botta l’accueillit à bras ouverts et tous les membres de l’Académie (parmi lesquels Mohl et l’Allemand von Humboldt) se félicitèrent avec lui des découvertes de Nimroud, en admirant surtout les dessins des reliefs relatifs à la religion assyrienne. Layard visita à cette occasion le nouveau « musée assyrien » du Louvre, en restant un peu déçu par l’absence de sculptures importantes, même s’il devait reconnaître que les taureaux à tête humaine de Botta étaient plus majestueux que les siens. À cette occasion, Botta et Layard furent très souvent ensemble, mais c’était pour la dernière fois15.

Fig. 2. Layard fait enlever par cordes et traîneaux, selon la technique illustrée par les bas-reliefs assyriens, les statues des taureaux ailés à tête humaine de Nimroud.

  • 16 La Divine Comédie, Purgatoire, xii, 52-54, où il est question du meurtre du roi par ses fils. Pour (...)
  • 17 Comme on le sait, le deuxième grand palais de Quyunjik, le « palais nord-ouest » d’Assurbanipal, av (...)

14Ce ne fut donc que plus tard, précisément en 1849-1851, au cours de sa deuxième mission à Nimroud effectuée pour le compte du British Museum, que Layard, avec l’aide de Hormuzd Rassam, un chrétien natif d’Iraq élevé à l’anglaise, décida de poursuivre ses travaux archéologiques sur le site qui faisait face à Mossoul. Là, une chance extraordinaire lui sourit. Il y découvrit, en effet, le « palais sud-ouest », ou « palais sans rival », du roi d’Assyrie Sennacherib (celui qui avait assiégé Jérusalem, connu grâce au récit biblique non seulement par Byron, mais bien avant lui par Dante)16. Et c’est ainsi – pour achever le récit surprenant de la recherche de la ville du prophète Jonas – que les deux œuvres dues aux plumes de Layard (1847) puis de Botta (1849-1850) qui rendaient compte des premières fouilles et des résultats obtenus, présentèrent tour à tour – dans leur titre comme dans le corps du texte – les sites de Nimroud puis Khorsabad comme correspondant à l’ancienne « Ninive ». Mais tous deux avaient fait fausse route ! C’est seulement au cours de la décennie suivante, après le déchiffrement de l’écriture cunéiforme, que l’identification de Khorsabad avec la ville ancienne de Dur-Sharruken, fondée par le roi Sargon II (722- 705 av. J.-C.), et celle de Nimroud avec l’ancienne Kalkhu (Calah dans la Bible), fondée par Assurnazirpal II (883-858 av. J.-C.), furent établies. Du même coup, cela permettait d’établir sans équivoque que la vraie Ninive ne se trouvait nulle part ailleurs qu’entre les remparts qui entouraient les monticules de Quyunjik et Nebi Yunus, et dont le plan avait été relevé par Rich, mais que la tradition populaire avait justement localisée depuis déjà des siècles17 (fig. 3).

15Peu avant le milieu du xixe siècle, les trouvailles archéologiques sorties de la terre d’Assyrie parvinrent donc dans les musées nationaux de France et d’Angleterre, suscitant dans les deux pays un immense engouement populaire. Des deux côtés de la Manche, le public était ébloui par la majesté de ces œuvres qui n’avaient rien à envier à celles des Pharaons. La minutieuse exécution de ces pièces suscita même des comparaisons avec l’art grec, ce qui provoqua tout de même de véhémentes contestations des spécialistes de celui-ci. Mais ces trésors de l’Antiquité, jusqu’alors inconnus, furent largement utilisés pour exalter la gloire nationale des deux pays, conformément à l’esprit de compétition exacerbé qui avait animé les premières fouilles archéologiques en Mésopotamie. Ce fut le cas d’abord en France, où les grandes sculptures, les bas-reliefs et les tablettes découvertes par Botta arrivèrent en grande pompe dans le Paris de Louis-Philippe, souverain en proie à de violentes attaques politiques qui devaient déboucher sur la Révolution de 1848. Le Musée Assyrien du Louvre, réalisé par le nouveau conservateur des Antiquités Adrien de Longpérier, fut tout juste prêt pour l’inauguration de ces salles par le monarque le 1er mai 1847. Le journal L‘Illustration du 15 mai commentait alors l’événement dans des termes lyriques :

  • 18 É. Fontan, « Adrien de Longpérier et la création du musée assyrien du Louvre », dans É. Fontan, éd. (...)

Nabuchodonosor, Sardanapale, ou Ninus lui-même, car on ignore qui il est, le monarque assyrien enfin, mit le pied sur le rivage de la Seine. Une habitation nouvelle, plus digne de lui, le palais de nos rois, lui avait été destinée ; le Louvre lui ouvrit ses portes à deux battants18.

Fig. 3. Position respective des trois villes assyriennes de Dur-Sharrukin (Khorsabad), Kalkhu (Nimroud) et Ninive (Quyunjik), gisant sur le Tigre ou un peu plus loin, que Botta et Layard prirent tour à tour pour la « Ninive » des sources classiques et de la Bible.

16Et il en était plus ou moins de même outre-Manche où les bourgeois de Londres pouvaient -en contemplant les grands taureaux ailés à tête d’homme rapportés de Nimroud par Layard – comparer avec satisfaction la puissance de leur Reine à celle de ses lointains prédécesseurs sur le Tigre et l’Euphrate. Le climat intellectuel de cette époque particulière fut évoqué, trois générations après, par le spécialiste de l’Assyrie Reginald Campbell Thompson :

  • 19 Voir M. T. Larsen, The Conquest of Assyria, p. 214.

Ces énormes taureaux assyriens avaient bien quelque chose de commun avec la philosophie lourde et conservatrice du milieu de la période victorienne, avec son inébranlable foi dans le meilleur des mondes possibles, avec ses castes sociales fixes, prescrites par le Catéchisme, le tout destiné à se maintenir in saecula saeculorum19.

  • 20 Sur le style du récit de Layard, voir F. M. Fales, « Layard’s Observation of Iraq », dans F. M. Fal (...)
  • 21 J. Rudœ, « Lady Layard’s Jewellery and the “Assyrian Style” in Nineteenth-Century Jewellery Design  (...)

17Par la suite, la fortune de l’art assyrien ne se démentit pas, surtout en Angleterre, grâce à la grande diffusion (y compris parmi les couches populaires de la société) des livres de Layard, assurée par le brillant éditeur John Murray : on peut sans exagération considérer ses œuvres (et notamment celle de ses débuts, Nineveh and its Remains) comme les premiers best-sellers d’archéologie. Encouragé par Murray, Layard y avait habilement mêlé le compte rendu de la découverte des antiquités assyriennes et la description des mœurs des habitants actuels de la Mésopotamie, dans le style des récits de voyage20. Rien d’étonnant dans ces conditions si l’on assiste, au cours des décennies suivantes, à l’éclosion dans la société victorienne d’une forme d’« assyromanie », sans doute limitée mais profondément ressentie. Les reproductions de l’art assyrien servaient d’illustrations aux récits bibliques et les formes figuratives assyriennes furent employées pour l’ornementation de divers types d’objets, des bijoux aux bibelots21 ; une « cour ninivite » fut même montée comme l’un des lieux d’attraction du premier parc commercial de loisir, le Crystal Palace de Sydenham inauguré en 1854 ; certaines villas privées dans la campagne anglaise accueillirent une « galerie assyrienne » dotée de bas-reliefs authentiques que Layard n’avait pas hésité à offrir à ses relations et à ses amis ; par ailleurs, de nombreux tableaux orientalistes intégraient dans leur composition des détails de l’art et du répertoire décoratif assyrien, remplaçant ainsi les restitutions purement imaginaires de l’Ancien Orient qui dominaient du temps de Delacroix. La littérature même, par exemple le roman de Thomas Hardy La main d’Ethelberte, témoignait de la révélation qu’avait été la qualité impressionnante de la sculpture assyrienne. Peu après, l’« assyromanie » victorienne passa outre-atlantique, bien que l’Amérique ne fût vraiment impliquée dans la recherche archéologique au Proche-Orient qu’à la fin du xixe siècle.

  • 22 Les dessins de Flandin, aussi bien que ceux de Layard et des artistes anglais qui l’aidèrent, forme (...)

18Toute différente fut la situation en France. Botta, victime des changements politiques du 1848, fut relégué dans un poste diplomatique à Jérusalem, où Flaubert le retrouva en 1850 déprimé et cherchant refuge dans une exaltation religieuse pathologique. Lorsque, en 1852, il fut de nouveau nommé Consul Général à Bagdad, il refusa de quitter Jérusalem. Là, il prit part aux tentatives de réconciliation entre Orthodoxes et Catholiques qui s’affrontaient dans une querelle sur les Lieux Saints (avec les Turcs comme spectateurs ou arbitres), querelle qui fut la toute première étincelle de la Guerre de Crimée. Enfin, en 1855, il fut transféré au consulat de Tripoli en Lybie. Un an après sa retraite, qu’il prit en 1869, il mourut à Achètes, village situé dans une anse de la Seine, à proximité de Paris. Son imposant chef-d’œuvre (Monument de Ninive, réalisé en 5 volumes en collaboration avec Eugène Flandin) ne sortit guère du cercle étroit des savants ou des salons des riches amateurs, à cause de ses dimensions et de son prix trop élevé22. Le destin de l’archéologie française en Assyrie ne fut pas plus heureux pour son successeur, le consul Victor Place qui fouillait à Khorsabad. Malgré l’excellente conduite de ses campagnes de fouilles sur le site, où il étendit considérablement la zone explorée par Botta, il dut en 1855 assister impuissant au désastreux naufrage du bateau qui transportait les trouvailles archéologiques en route vers le Louvre. Ainsi disparurent dans les eaux du Tigre toutes les caisses contenant les objets archéologiques, plusieurs statues monumentales et, bien pire encore, l’ensemble de ses notes et de ses dessins de fouilles.

  • 23 D. M. Reid, « Egyptology under Khedive Ismail : Mariette, al-Tahtawi, and Brugsch, 1850-82 », dans (...)
  • 24 Les trois autres étaient les spécialistes anglais du cunéiforme Edward B. Hincks et Henry C. Rawlin (...)

19La France ne reprit des fouilles archéologiques en Mésopotamie qu’une génération plus tard. Le pays s’intéressa de nouveau à l’Égypte, où -après 1850 – l’action d’Auguste Mariette, initiateur de l’égyptologie scientifique et fondateur du Musée du Caire sous la protection du Vice-Roi (khedivé) Ismaïl Pacha, reçut les encouragements et le soutien matériel de Napoléon III23. Entre-temps, tandis que Layard abandonnait l’archéologie mésopotamienne à ses associés pour être sacré Chevalier et entreprenait une longue carrière politique, marquée par de nombreux conflits, les savants anglais et français poursuivaient activement leurs travaux pour parvenir au déchiffrement de l’écriture et de la langue des abondantes inscriptions assyriennes. Ce fut ainsi qu’un Français, Jules Oppert, faisait partie des quatre savants qui se mesurèrent en 1857 devant un jury de la Royal Society à Londres, pour le déchiffrement d’une même inscription cunéiforme assyrienne24. Les résultats obtenus par les uns et les autres, séparément et sans consultation, furent jugés suffisamment concordants pour que l’on décide d’annoncer publiquement que l’écriture cunéiforme était enfin déchiffrée.

20Franchir les obstacles que constituaient le déchiffrement de l’écriture et la compréhension de la langue des textes assyriens initia une période très animée et riche en découvertes philologiques et historiques dans un champ de recherche qui prit immédiatement le nom d’« assyriologie ». Cela était surtout sensible dans l’Angleterre victorienne, où l’intérêt pour les traditions bibliques était toujours maintenu très haut, malgré les coups portés aux croyances traditionnelles par les progrès de la science, comme la géologie avec ses récentes découvertes chronologiques ou les nouvelles théories sur les origines de l’Homme (le Darwinisme notamment) et enfin la « critique radicale » d’origine allemande qui minait la conception traditionnelle selon laquelle la Bible était un texte d’inspiration divine. Dans ce pays donc, la découverte des antiquités assyriennes et leur arrivée à Londres avaient déjà été accueillies comme un don du Ciel. En effet, la réapparition physique de l’Assyrie n’apportait-elle pas une preuve tangible de l’exactitude des récits bibliques ? Pour saisir l’enthousiasme de l’époque, il suffit de lire les commentaires rédigés à l’intention d’un public religieux :

  • 25 S. W. Holloway, « Biblical Assyria and Other Anxieties in the British Empire », Journal of Religion (...)

La base historique de l’Ancien Testament a été confirmée d’une manière et à un degré qui défient tous les tenants de l’incroyance ou du scepticisme, présents et futurs... Soudain, les Pharaons de l’ancienne Égypte sont tombés de leurs bandes encroûtées de hiéroglyphes, et les monarques assyriens sont réapparus dans leur sévérité sereine et majestueuse, certifiant par leur présence physique et par les documents indélébiles de leur temps la réalité terrible des événements enregistrés dans la Bible, et proclamant de leurs tombeaux, longtemps silencieux, que Moïse et Isaïe n’avaient prononcé rien d’autre que la vérité25.

21Au fil du temps, l’identification du nom du roi d’Israël Jéhu dans le texte de l’« Obélisque noir » de Salmanazar III (fig. 4), ou celle du nom de la ville judéenne de Lakish dans les légendes des bas-reliefs de Sennacherib eurent un grand retentissement dans le public. Il en fut de même pour la recherche longue et complexe qui concernait un roi assyrien portant le nom de Pûl dans la Bible, mais dont les sources cunéiformes connues à l’époque ne faisaient aucune mention (On sait maintenant qu’il s’agissait d’un surnom (Pûlu) de Teglath-phalazar III, utilisé quand il s’empara du trône de Babylone). Par ailleurs, durant ces premières décennies de la recherche assyriologique, les jugements portés sur le caractère belliqueux des Assyriens étaient bien loin d’être prépondérants. Dans l’engouement suscité pour les grandes conquêtes intellectuelles et artistiques de ce peuple, ils étaient nettement relégués au second plan.

Fig. 4. La soumission de Jéhu d’Israël devant Salmanazar III, registre sculpté dans l’« Obélisque noir ».

  • 26 C. B. F. Walker, « The Kouyunjik Collection of Cuneiform Texts : Formation, Problems, and Prospects (...)
  • 27 E. Schrader, Die Keilinschriften und das Alte Testament, Giessen 1878. On rappellera qu’une générat (...)

22La deuxième moitié du xixe siècle apparaît, en effet, comme une période d’enthousiasme général pour la Mésopotamie dans son ensemble, enthousiasme alimenté aussi bien par les avancées accomplies dans le domaine philologique que par les découvertes archéologiques. En lisant les textes de la bibliothèque royale de Ninive, les spécialistes s’étaient très rapidement rendu compte que les Assyriens avaient emprunté aux grandes œuvres littéraires traditionnelles des foyers culturels et religieux de la Babylonie, dans l’extrême sud de la vallée fluviale, et que l’assyrien et le babylonien n’étaient, en fait, que deux variantes très voisines d’une même langue. Les bibliothèques royales assyriennes offraient ainsi l’opportunité d’accéder à la plupart des textes de la tradition « savante » mésopotamienne, en remontant même parfois jusqu’à la phase culturelle qui avait précédé l’ère assyro-babylonienne, celle de la langue sumérienne. C’est ainsi que, lorsqu’en 1872 l’assyriologue George Smith découvrit des morceaux du récit babylonien du Déluge Universel (dont nous savons aujourd’hui qu’il se trouve sur la onzième tablette de l’Épopée de Gilgamesh), le journal anglais Daily Telegraph organisa une collecte pour lancer une nouvelle expédition en Assyrie afin de retrouver les fragments manquants de ce texte. Ce qui fut fait puisque Smith en trouva encore quelques-uns !26 Une classification systématique de l’ensemble des données assyro-babyloniennes, en relation avec l’Ancien Testament, fut enfin entreprise par l’Allemand Eberhard Schrader27. Son œuvre marqua, dans les sphères culturelles allemandes, le début d’un intérêt spécifique et croissant pour le Proche-Orient ancien. Jusqu’à cette date, l’Allemagne bénéficiait certes d’une longue tradition dans les études philologiques, mais exclusivement orientée vers les cultures de la Grèce et de la Rome anciennes.

23Dans le même temps, d’autres auteurs commençaient à rédiger des histoires du Proche-Orient sans recourir exclusivement à la Bible. Ils utilisaient abondamment monuments et données textuelles de la Mésopotamie pour brosser un tableau complet de la « culture » et du « milieu » de ces contrées moyen-orientales. C’est à cette époque que s’élabore et se diffuse un nouveau schéma de l’histoire mondiale, dans lequel l’Égypte et la Mésopotamie anciennes étaient présentées comme « berceaux de la civilisation », en tant qu’antécédents des synthèses que représentaient le judaïsme et l’hellénisme. De ces deux grandes cultures étaient issues à leur tour les suivantes, des premiers âges chrétiens au Moyen Âge et de la Renaissance aux temps modernes. Ainsi les deux grandes civilisations de l’Orient ancien, la Mésopotamie et l’Égypte, étaient-elles considérées comme à l’origine, lointaine mais directe, de la culture occidentale moderne. Dans une synthèse historique de l’époque, la civilisation mésopotamienne est même créditée d’une importance toute particulière :

  • 28 F. Hommel, Geschichte Babyloniens und Assyriens, Berlin 1888, p. 5.

Mais l’histoire assyro-babylonienne n’est pas importante seulement parce quelle commence avant celle de l’Égypte et marque ainsi le début de l’histoire de l’Homme. Plus que par leur ancienneté, la civilisation de la Babylonie et plus tard celle de l’Assyrie sont importantes car elles se répandirent à travers l’Asie mineure jusqu’à nous en Occident. À cet égard, nous sommes débiteurs des Babyloniens bien plus que des Égyptiens et il n’est pas exagéré de dire que les origines de la civilisation humaine sont à rechercher sur les bords de l’Euphrate et du Tigre28.

  • 29 M. Liverani, « History and Archaeology in the Ancient Near East : 150 Years of a Difficult Relation (...)

24Au même moment, de nouveaux intervenants rejoignaient la France et l’Angleterre sur la scène des expéditions archéologiques en Mésopotamie : les États-Unis d’Amérique, d’une part, et l’Allemagne, dont le Kaiser Guillaume avait été personnellement gagné à la cause de l’archéologie orientale, d’autre part. Ces expéditions étaient essentiellement motivées par la recherche des grands centres religieux babyloniens. Dans le contexte de la recherche archéologique de l’époque où, depuis les travaux de Botta et Layard, les sites étaient considérés comme des exploitations minières29 et où la fouille consistait à creuser d’énormes tunnels jusqu’au centre du site, l’intervention des archéologues allemands (Koldewey à Babylone depuis 1899 puis Andrae à Assur à partir de 1903) eut d’heureuses conséquences sur le plan méthodologique. La fouille stratigraphique s’imposa, de même que l’attention portée aux structures architecturales anciennes.

  • 30 Cf. F. M. Fales, Saccheggio in Mesopotamia, Udine 2006, passim.

25Mais, au-delà de l’intérêt scientifique porté à ces entreprises archéologiques nationales, on entrevoit bien l’importance d’enjeux d’une tout autre nature : en particulier les ambitions politiques de l’Europe, qui visaient à contrôler les terres entre les Deux Fleuves, promises tôt ou tard à être affranchies de l’encombrante domination d’un Empire ottoman moribond, et prêtes à s’ouvrir ainsi aux besoins de l’Occident. Si les projets de fouilles de Botta et Layard étaient nés au sein (et avec le soutien) des ambassades ou des consulats européens dans un Empire ottoman encore relativement stable, les opérations archéologiques en Mésopotamie de la fin du siècle étaient, en revanche, liées au destin politique du Proche-Orient qui se décidait dans les chancelleries d’État. Ce lien entre l’archéologie et la politique au Proche-Orient, complexe et pas toujours explicite (peut-être même aux yeux des protagonistes), ne cesserait de se resserrer durant tout le xxe siècle et jusqu’à nos jours30.

  • 31 M. Liverani, « Imperialism », dans S. Pollock, R. Bernbeck, éd., Archaeologies of the Middle East : (...)

26Il est difficile aujourd’hui de saisir à quel moment eut lieu le changement d’opinion par lequel l’enthousiasme initial des historiens pour la grandeur de l’Empire assyrien, grandeur dont témoignaient aussi bien ses succès militaires que ses réussites culturelles et artistiques, se transforma en un jugement extrêmement critique, insistant sur son agressivité belliqueuse et sa violence inhumaine. Au début du xxe siècle, la publication scientifique des inscriptions des rois d’Assyrie et des bas-reliefs sculptés qui décoraient les salles des palais royaux joua certainement un rôle important dans cette mutation. On ne pouvait plus, en effet, échapper aux sentiments qu’inspiraient ces textes et ces images relatant, presque exclusivement, des guerres sans merci, des conquêtes brutales et des triomphes majestueusement célébrés. C’est ainsi que les historiens occidentaux commencèrent à percevoir dans l’Assyrie ancienne une série de modèles et d’antécédents de l’Empire ottoman, avec ses harems, ses eunuques, ses grands vizirs, en insistant particulièrement sur les aspects négatifs du « despotisme, de l’esclavage en masse, de l’économie centralisée, de la magie, de la stagnation, de la sensualité et de la cruauté sadique »31. D’autres, au contraire – mais de façon plus anachronique encore – préféraient interpréter les guerres menées par les Assyriens dans l’antiquité à la lumière des ravages occasionnés par les rezzous dont ils avaient été témoins lors de leur séjour parmi les tribus de Bédouins, éleveurs de chameaux. Ce fut le cas, par exemple, de l’orientaliste David G. Hogarth, devenu ensuite chef des services secrets anglais en Mésopotamie :

  • 32 D. G. Hogarth, The Ancient East, Londres 1915, p. 6.

Les plus anciens monarques sémitiques, c’est-à-dire tous ceux qui ont précédé Assurnazirpal d’Assyrie, allaient en expédition pour piller, attaquer ou recevoir des paiements de soumission32.

  • 33 A. T. E. Olmstead, History of Assyria, New York 1925.

27Mais une autre raison peut, à mon avis, être invoquée : l’impact considérable qu’eut sur les esprits la première guerre mondiale, avec son cortège d’atrocités, commises à une échelle sans précédent, sur le théâtre des opérations aussi bien occidental qu’oriental. Ainsi l’opinion publique internationale fut-elle particulièrement choquée par les mesures de déportation de masse prises par les Turcs contre les Arméniens. Et, comme le cadre géographique de ces « marches de la mort » coïncidait exactement avec le territoire de l’ancienne Assyrie, il fut facile d’établir des parallèles entre l’horreur moderne et la pratique des déportations « croisées » (dont on reparlera plus loin) utilisées par les Assyriens contre leurs ennemis. Une vision critique des temps modernes se reflète bien dans l’œuvre de celui qui écrivit la première histoire indépendante de l’Assyrie en 1925, Albert Ten Eyck Olmstead33. Il écrivait déjà en 1918 :

  • 34 A. T. E. Olmstead, « Oriental Imperialism », The American Historical Review 23 (1918), p. 759.

On a vu de nos jours et dans ces mêmes régions la résurrection du système assyrien des déportations. Nous avons appris combien tout cela est terriblement efficace et quel gaspillage cela a entraîné et entraîne encore. Les révoltes furent écrasées par la séparation des chefs et de leurs sujets, et par le placement de ces derniers comme colons dans des conditions telles qu’ils ne reçurent que haine de la part des gens parmi lesquels ils étaient installés. Ils étaient donc contraints de rechercher la protection de la puissance même qui les avait traînés à travers l’Empire34.

28Même si Olmstead -ayant toujours en mémoire le contexte politique de la Grande Guerre- suggérait aussi dans son essai que la paix, imposée par les armes au Levant par les Assyriens, avait mis un peu d’ordre dans le monde chaotique de ces petits États en perpétuel conflit, l’image négative des méthodes utilisées par les Assyriens au cours des campagnes militaires allait perdurer dans la période d’entre deux guerres. Ce préjugé plus ou moins négatif à l’encontre des Assyriens a pu également se maintenir du fait que les premières éditions de documents non officiels de l’Empire assyrien (documents que nous qualifierons de « quotidiens » d’ici peu), parues dans les années trente, se présentaient dans un état si fragmentaire et si lacunaire qu’elles ne pouvaient compenser l’image de cruauté extrême des expéditions guerrières brossée par les inscriptions officielles des rois d’Assyrie et par les scènes d’une violence spectaculaire représentées sur les bas-reliefs palatiaux.

  • 35 M. Liverani, « History and Archaeology in the Ancient Near East », p. 4.
  • 36 W. von Soden, Der Aufstieg des Assyrerreichs als geschichtliches Problem, Leipzig 1937.

29Un long silence des savants s’installe alors sur l’Assyrie. De nouveaux objectifs scientifiques, comme l’exploitation des textes hittites de Boghazkeui ou ceux qui sont écrits en akkadien de Nuzi, Mari et d’Ugarit, passionnaient de plus en plus les assyriologues. Comme on l’a fait récemment remarquer, les œuvres historiques issues de ces études textuelles étaient marquées par un intérêt de principe pour la problématique des « peuples » et des « États », avec un goût prononcé pour les élites militaires35. Un cas particulier, étendant la réflexion au concept de « race », est représenté par un ouvrage de 1937 de Wolfram von Soden (1908-1996), un savant qui devint par la suite l’un des assyriologues les plus célèbres et respectés, bien qu’il fît, dans sa jeunesse, le choix sans équivoque du nazisme. Pour cette idéologie, la constatation, empreinte d’admiration, de la grande énergie et de la puissance militaire développée par les Assyriens était en rapport avec l’idée que ces derniers n’étaient plus vraiment de race sémitique car de nombreux mélanges avec des éléments hourrites s’étaient produits à partir de la période médio-assyrienne36.

  • 37 E. Frahm, « Images of Assyria in Nineteenth – and Twentieth-Century Western Scholarship », p. 86-87
  • 38 T. Jacobsen, « Primitive Democracy in Ancient Mesopotamia », JNES 2 (1943), p. 159-172.
  • 39 W. von Soden, « Die Assyrer und der Krieg », Iraq 25 (1963), p. 131-144.
  • 40 H. W. F. Saggs, « Assyrian Warfare in the Sargonid Period », Iraq 25 (1963), p. 145-154.

30À la fin de la deuxième guerre mondiale, après les horreurs inouïes commises de tous côtés, le désir de reconstruire un monde de paix ne pouvait certainement pas servir la cause d’une réhabilitation de la politique assyrienne. Récemment, on a pu montrer que les jugements les plus critiques sur la violence des armées d’Assur s’étaient radicalisés à cette époque, pour ne plus diminuer d’intensité jusqu’à nos jours37. Au contraire, après-guerre, on fut, comme on le sait bien, subjugué par d’autres domaines de l’histoire et de la culture mésopotamiennes : notamment, celui du monde sumérien, dans lequel Thorkild Jacobsen avait – une nouvelle fois, dans une perspective d’idéalisme historique- postulé l’existence des structures primitives de la démocratie38. Pourtant, dans certaines des analyses spécifiques de cette période, les Assyriens étaient quelque peu réhabilités par des propos que l’on pourrait qualifier de « justificatifs ». On y proposait, en effet, de tempérer le jugement négatif habituellement porté sur l’agressivité assyrienne en laissant entendre qu’elle répondait à des nécessités stratégiques particulières39 ou à la cruauté du même ordre dont étaient coupables les peuples avoisinants40.

31On parvint ensuite à un grand tournant dans l’élaboration des connaissances sur l’Assyrie : l’étude systématique du dialecte néo-assyrien – celui des documents non officiels de l’époque – qui fut entreprise à partir de 1965 par l’Allemand Karlheinz Deller. Le programme de recherche qu’il développa durant toutes les années 1970, avec ses premiers élèves (Parpola, Postgate, Fales, Kwasman, Watanabe, etc.) établit les principes grammaticaux et syntactiques de base nécessaires à la compréhension des textes « quotidiens » de l’Empire assyrien. Mais cette démarche nouvelle ouvrit surtout la voie à une réédition de l’ensemble de ces textes, comprenant l’intégration de nouveaux documents au corpus déjà existant. Cette vaste entreprise scientifique fut systématiquement poursuivie à partir de 1987, par le Finlandais Simo Parpola avec l’aide d’une équipe internationale.

  • 41 Voir la bibliographie en fin du volume.

32Les travaux de réédition dirigés par Parpola ont abouti à la publication de quinze volumes, contenant entre deux cent cinquante et trois cents textes chacun. Avec ces rééditions et grâce à la mise au jour de nouvelles archives de textes « quotidiens » sur plusieurs chantiers de fouilles ouverts dans les années 1990 surtout en Syrie (Tell Sheikh Hamad, Tell Shiukh Fawqani, Tell Ahmar), et grâce aussi à l’ouverture des archives berlinoises où, avant la chute du mur de Berlin, les textes d’Assur étaient « gelés », on parvint à élucider d’innombrables aspects de l’administration interne de l’État assyrien et son effort continuel au cours des siècles pour édifier un empire s’étendant à tout le Proche-Orient41. Ainsi, l’image d’ensemble de l’organisation militaire des Assyriens, comme on s’efforcera de le montrer, s’en trouva radicalement modifiée.

  • 42 F. Malbran-Labat, L’armée et l’organisation militaire de l’Assyrie d’après les lettres des Sargonid (...)

33Il est donc particulièrement regrettable que le seul travail en français et d’une façon générale l’une des très rares monographies consacrées à ce sujet depuis le début du xxe siècle42, n’ait pas pu bénéficier de cette œuvre collective, qui allait bientôt renouveler la philologie et les interprétations historiques, modifiant ainsi profondément le champ des études néo-assyriennes. L’idée de base du livre de Madame Malbran-Labat était, néanmoins, des meilleures sur le plan de la méthode : l’investigation des structures militaires assyriennes par l’analyse des textes « quotidiens » de l’Empire et en particulier l’exploitation du riche corpus de lettres qui nous est parvenu de la dernière capitale d’Assyrie, avec des données qui contrastent fortement avec l’image officielle de l’agressivité assyrienne. Comme l’auteur l’écrit dans ses conclusions :

  • 43 Ibid., p. 165.

L’image du guerrier assyrien, redoutable et cruel, illustrée par les bas-reliefs et perpétuée par la tradition biblique, n’est pas celle des soldats en garnison ou en campagne dont les lettres nous dépeignent la vie journalière43.

34Malheureusement, les versions de textes sur lesquelles l’auteur s’appuyait dataient des années trente. Les résultats finals, dans la perspective de l’élaboration d’une nouvelle histoire de l’armée assyrienne, étaient donc nécessairement voués à rester quelque peu flous. Ce livre ne parvint donc pas à remettre en cause le jugement sur le militarisme assyrien, considéré comme « règle de vie », qui s’était profondément enraciné dans une grande partie de la littérature secondaire. Des exemples de ce type de jugement nécessairement trop simplistes peuvent être trouvés dans les synthèses récentes du Canadien Albert Kirk Grayson (un assyriologue qui a pourtant dirigé avec succès le projet de réédition de tous les textes officiels d’Assyrie !), selon lequel :

  • 44 A. K. Grayson, « Assyrian Rule of Conquered Territory in Ancient Western Asia », dans J. Sasson, éd (...)
  • 45 A. K. Grayson, « Assyrians », dans E. M. Meyers, éd., The Oxford Encyclopaedia of Archaeology in th (...)

Le militarisme était au cœur de la domination assyrienne sur les territoires conquis car l’Assyrie était une nation de guerriers44. […]
La société assyrienne était dominée par les hommes et fondamentalement militariste. Chaque homme, en théorie, devait effectuer un service militaire quand il était appelé par le roi. Donc, la structure sociale était essentiellement fondée sur le rang militaire – le roi au sommet et l’infanterie composée de paysans à la base... Les hommes étaient engagés pour de dures actions sur le champ de bataille, sur le terrain de chasse et dans les champs et pâturages. Pour un regard occidental moderne, la société assyrienne apparaît rigoureuse et cruelle. Les punitions pour des actes criminels étaient sévères, elles impliquaient souvent la mutilation, la torture et la mise à mort45.

  • 46 Voir la bibliographie en fin de volume.

35Dans cette polémique sur les Assyriens, où en est-on désormais ? Disons métaphoriquement que l’on se trouve au milieu du gué. En effet, après une vingtaine d’années de réédition des textes « quotidiens », plusieurs études ont rééquilibré la balance du jugement historique sur l’Assyrie, la ramenant un peu à l’état dans lequel elle se trouvait il y a cent cinquante ans, caractérisé par la valorisation du climat de grande effervescence intellectuelle que connut la cour assyrienne, surtout au cours du viie siècle av. J.-C. Ces études ont mis notamment en lumière plusieurs évolutions fondamentales, dont les prémisses furent élaborées dans le contexte intellectuel particulièrement fécond de la cour de Ninive : le passage d’une astrologie superstitieuse à une astronomie scientifique, fondée sur les mathématiques, celui d’une médecine confiée aux dieux ou aux esprits à une véritable science des symptômes qui aurait influencé les premiers médecins grecs avant Hippocrate, et le passage d’une pratique économique faite d’échanges sans contrôle, effectués sur des bases un peu floues, à une conscience « pré-monétaire » des taux affectant les prix en fonction du temps et de l’espace et sur lesquels l’État commençait à intervenir. Ajoutons qu’un des résultats essentiels de ces récentes recherches est la mesure de l’héritage laissé par les Assyriens aux cultures postérieures, qui aujourd’hui englobent non seulement l’horizon achéménide et araméen-juif, mais aussi le monde gréco-latin ainsi que les premiers moments du développement de la culture arabe46.

  • 47 Voir la bibliographie en fin de volume.

36À ces données, il convient d’ajouter d’autres éléments historiques mis en évidence par les recherches récentes, pas davantage conciliables avec l’image d’une société dépendant d’un encadrement essentiellement militariste. Par exemple, le recours constant aux résultats de la mantique (astrologie, haruspicine, prophétie) qu’avaient les rois au moment de prendre leurs décisions. On constate alors que différents épisodes de la politique assyrienne furent marqués du signe de l’incertitude opérationnelle, dans l’attente de messages précis provenant des dieux47.

  • 48 Voir récemment S. Pakpola, « International Law in the First Millenium », dans R. Westbrook, éd., A (...)
  • 49 Il s’agit d’un texte composé sous le règne de Teglath-phalazar I (1115-1077 av. J.-C.) : voir B. R. (...)

37Mentionnons également l’existence de plusieurs traités réglant des conflits entre l’Assyrie et ses voisins, parvenus jusqu’à nous sous forme de documents complets ou de mentions dans les textes. Cela indique l’importance, pour les rapports internationaux, de l’instrument juridique, validé par un serment devant les dieux ; son usage apparaissant comme le « moment » structurel d’une alternative à l’action de guerre48. Et enfin, dans les textes littéraires de la cour assyrienne, on a même trouvé des traces d’une parodie des pompeux récits de conquête brutale qui formaient le noyau des inscriptions officielles des rois49.

  • 50 On ne peut se passer de citer ici, à propos des assyriologues, la critique bien connue de Jean Bott (...)

38Tout cela donne donc l’impression, dans les capitales comme dans les provinces, d’une société variée et mélangée aussi bien du point de vue culturel que linguistique et pas aussi soumise à un régime imposant de façon rigide les décisions venues d’en haut qu’on le pensait habituellement. Mais ces nouveaux résultats, qui, à mon avis, ont profondément transformé le cadre social aussi sinistre que rigide décrit par Grayson, ont-ils incité les spécialistes du Proche-Orient ancien à revoir leur jugement ? Je serai en ce domaine assez prudent, les assyriologues étant spontanément enclins au conservatisme vis-à-vis de « leur » propre champ d’études, et donc peu ouverts non seulement aux études comparatives, mais aussi aux résultats de la science qui leur est naturellement le plus étroitement liée, l’archéologie orientale50. Il n’est donc pas étonnant que le milieu assyriologique n’ait jusqu’à présent que peu tenu compte de deux résultats d’une certaine importance faisant suite aux fouilles archéologiques menées dans les territoires de l’Empire assyrien.

  • 51 S. Gitin, « The Neo-Assyrian Empire and its Western Periphery : the Levant, with a Focus on Philist (...)

39Le premier vient du Levant, où les fouilles israéliennes à Ekron ont montré que l’ancienne forteresse philistine, qui n’était qu’une petite ville sans importance, fut transformée après la conquête assyrienne en un centre urbain et industriel de premier ordre (voir chap. IV, 3). Une situation partiellement analogue a été révélée par des fouilles récentes, coordonnées par Lawrence E. Stager, dans la ville philistine d’Ashkelon où les relations avec des villes phéniciennes comme Tyr (elle, aussi, maintenue dans un état de « clientèle » par les Assyriens) semblent avoir été encore plus intenses51. Les Assyriens étaient d’autant plus enclins à faire ces concessions qu’ils en tiraient évidemment un avantage économique. On doit ici remarquer qu’il s’agit là d’un principe qui a réglé, dans toute l’histoire postérieure, l’institution d’une pax impériale sur les territoires dominés.

  • 52 B. J. Parker, The Mechanics of Empire. The Northern Frontier of Assyria as a Case Study in Imperial (...)

40Le deuxième résultat vient, au contraire, des territoires situés au nord-est, à la frontière entre l’Iraq et la Turquie. Des fouilles et des prospections effectuées par une équipe américaine ont mis en évidence le processus d’accroissement régulier des aires dominées par les Assyriens dans cette zone, en distinguant quatre « actions » : (1) la création d’infrastructures impériales (centres militaires et administratifs) ; (2) la colonisation de nouvelles zones de production agricole ; (3) l’exploitation des ressources naturelles (bois, métaux) ; (4) la création de « cellules vides » comme zones-tampons entre le territoire impérial et les États hostiles avoisinants52. Dans ce cas également, on constate que l’impérialisme assyrien se présente comme la réalisation d’une action politico-militaire bien conçue ayant pour objectif l’aménagement progressif et pacifique des régions soumises.

  • 53 W. Mayer, Politik und Kriegskunst der Assyrer, Münster 1995.
  • 54 A. Fuchs, « War das Neuassyrische Reich ein Militärstaat ? », dans B. Meissner et al., éd., Krieg – (...)

41Loin de prendre en considération ces résultats d’un grand intérêt historique, les assyriologues qui ont traité ces derniers temps de la guerre en Assyrie semblent avoir suivi la méthode assez indigente qui consiste à plaquer artificiellement leurs présupposés sur la documentation, perpétuant ainsi la tradition de l’idéalisme historique. Ainsi, un épais volume de Walter Mayer consacré à la guerre en Assyrie53 ne dépasse jamais le niveau d’une analyse strictement technique. Ne traitant aucune des données fournies par les textes quotidiens de l’Empire, il est sous-tendu par une admiration réelle pour les vertus guerrières des Assyriens. À l’opposé, un jeune et dynamique assyriologue, Andreas Fuchs, a tout récemment abordé la question de la nature militariste ou non de l’État néo-assyrien54. L’auteur a établi les quatre critères qui caractériseraient selon lui un État militariste : (1) la volonté de faire la guerre, appuyée sur une idéologie, (2) la mobilisation de la plupart des forces de la population pour la guerre, (3) l’utilisation sur le long terme de la plupart des moyens d’organisation de l’État pour la guerre, et (4) le maintien de l’État grâce aux succès militaires. Pour Fuchs, l’État assyrien répond bien à ces critères mais, n’étant pas dirigé politiquement par les militaires, il ne saurait être décrit comme une « dictature militaire ». Bref, on évite d’un souffle la préfiguration de Hitler !

  • 55 R. J. Van der Spek, « Assyriology and History : a Comparative Study of War and Empire in Assyria, G (...)

42Un peu plus élaborée était l’analyse faite en 1993 par le Hollandais Van der Spek55 qui évoquait au moins les avantages d’une démarche comparative avec l’impérialisme de la Grèce et de Rome et se posait le problème de l’utilisation des modèles interprétatifs pour dépasser la simple exégèse des textes, trop longtemps considérée comme étant la seule méthode historique en assyriologie. Mais finalement, ses résultats, exposés dans un court article seulement, étaient trop généraux.

  • 56 S. W. Holloway, Aššur is king !, passim.

43Beaucoup plus sophistiquée est, en revanche, l’analyse récemment menée par Steven W. Holloway qui a précisément examiné le thème des rapports pouvant exister entre la religion assyrienne et l’impérialisme56. Holloway, dans une perspective à la fois philologique-critique, partiellement historico-comparative et enfin ouverte à la « déconstruction » des données textuelles et surtout des interprétations qu’on en donna par le passé, parvient à mettre en évidence la grande complexité de l’impérialisme assyrien par rapport aux différents pays de domination, soit du point de vue militaire soit sous l’aspect religieux. Malgré l’absence regrettable de conclusion synthétique à cette vaste enquête, Holloway peut désormais être considéré, du point de vue de la géopolitique ancienne, comme l’historien le plus fiable et le plus profond de l’Empire assyrien.

  • 57 C. Cioffi-Revilla, « Origins and Evolution of War and Politics », International Studies Quarterly 4 (...)
  • 58 R. Cohen, R. Westbrook, éd., Isaiah’s Vision of Peace in Biblical and Modem International Relations (...)

44Comme on le voit donc au moment d’aborder une série de conférences sur la guerre et la paix en Assyrie à la lumière des sources actuellement disponibles, nous disposons encore de fort peu de points d’appui au niveau de la méthodologie historique : au contraire de ce qu’on peut constater pour les données techniques, qui ont bénéficié de nombreux nouveaux apports documentaires. Quelque consolation peut cependant nous parvenir de l’extérieur du cercle des spécialistes. Dans un monde qui – en dépit de tout ce qu’on avait assuré à la fin du deuxième conflit mondial ou avec la fondation des Nations Unies- ne cesse de présenter la guerre comme la première forme de résolution des différends politiques entre les États, le cas des Assyriens a de nouveau été examiné dans des études politologiques visant à comprendre la nature et l’origine de la guerre57. On reconnaît désormais que – comme dans le cas d’autres systèmes socio-économiques, par exemple celui de la Chine ancienne- l’Assyrie exerçait sa cruauté selon des modalités particulières dans le déroulement de ses actions guerrières. Les formes de cette cruauté sont à replacer dans le cadre d’un système étatique élaboré, fondé sur des structures complexes de décisions politiques (complex policymaking structures), dont la guerre était partie intégrante. D’autres études politologiques ont essayé d’analyser la politique implacable des Assyriens à la lumière des concepts aujourd’hui couramment utilisés de « réalisme offensif » ou « réalisme défensif »58. On ne peut, en conclusion, qu’espérer que ces contributions théoriques parviennent un jour à diffuser une image sinon nouvelle, du moins plus nuancée, du rôle de la guerre dans la politique du premier empire « universel » de l’Antiquité.

2. Les sources assyriennes sur la guerre

45Pour maîtriser les nombreuses sources de l’ancienne Assyrie qui s’offrent à l’historien intéressé par la problématique de la guerre, il convient tout d’abord d’établir une nette distinction entre deux ensembles de données : d’une part, les textes et les documents iconographiques à caractère officiel et, d’autre part, la documentation textuelle qu’on peut dire de nature quotidienne. On a déjà fait allusion à ces deux types de sources, mais il s’agit maintenant de définir les caractéristiques propres à chacune et de voir éventuellement en quoi ils s’opposent.

  • 59 Malgré le travail collectif considérable qui a été accompli pendant plusieurs décennies sur les IRA (...)
  • 60 Pour ce qui concerne la guerre, les bas-reliefs forment un corpus documentaire particulièrement ric (...)

46La documentation officielle est constituée d’un matériel écrit, les Inscriptions Royales Assyriennes (qu’on abrégera par la suite IRA), qui comptent plus d’un millier de documents59, et d’un corpus d’images, essentiellement sculptées en bas-relief sur des orthostates de calcaire fixés sur les murs des palais (bien plus rarement peints), corpus qui, même limité à des séries très fragmentaires, comprend plusieurs centaines de scènes individuelles (fig. 5)60. Mis à part un nombre relativement restreint d’exemplaires qui proviennent de découvertes occasionnelles ou du marché des antiquités, le corpus des sources officielles assyriennes de toutes sortes correspond aux découvertes faites par les principales missions archéologiques conduites dans les grandes villes de Mésopotamie à l’époque de Botta et Layard (au milieu du xixe siècle) et à celles de Koldewey et Andrae (au début xxe siècle), avec des ajouts postérieurs provenant des fouilles de Max Edgar Lucien Mallowan à Nimroud/ Kalkhu dans les années 1950 ou des fouilles occidentales ou iraqiennes de date plus récente.

Fig. 5. Groupe de fantassins dans les bas-reliefs d’Arslan Tash (Syrie). Musée archéologique d’Istanbul.

  • 61 Pour les inscriptions sur parois rocheuses, voir D. Morandi, « Stele e statue reali assire : diffus (...)

47En somme, les sources officielles assyriennes proviennent à peu près toutes des lieux officiels de l’Empire : palais et temples édifiés et entretenus par le pouvoir royal et même parois rocheuses à proximité desquelles étaient passées les armées assyriennes61. Le lien de nature officielle entre les IRA et les bas-reliefs est établi soit par les inscriptions gravées dans des bandes horizontales qui couraient entre deux registres figuratifs superposés, soit par les cartouches inscrits placés au-dessus de certaines des figures représentées, créant ainsi – avec la multitude de petits signes cunéiformes qui se suivaient – un enrichissement décoratif de l’ensemble iconographique, à la manière d’une arabesque (fig. 6).

  • 62 En anglais State Archives of Assyria ; pour une critique de la véracité historique de ce concept d’ (...)

48La documentation « quotidienne » – republiée, comme nous l’avons déjà signalé, à l’initiative de Simo Parpola au cours de ces vingt dernières années – peut se regrouper sous l’étiquette d’« Archives d’État assyriennes »62. Comptant aujourd’hui pas moins de six mille documents, elle comprend les catégories de textes suivantes : les lettres adressées au roi par toute une série de différents fonctionnaires (« arrivées » aux palais) ; les documents de comptabilité administrative ; les ventes, contrats et procès-verbaux juridiques ; les concessions et décrets royaux ; les traités et serments à usage interne ou international ; les rapports astrologiques et venant des haruspices en rapport avec les événements de la vie quotidienne ; les recueils des manifestations prophétiques ; les pamphlets et autres compositions à caractère littéraire-politique.

Fig. 6. Disposition des textes officiels (bande horizontale au centre) par rapport aux panneaux des bas-reliefs de Teglath-Phalazar III.

49Certes, la majorité de ces textes nous vient également des grands bâtiments publics de l’Empire (à tel point que l’on peut se demander pourquoi certaines catégories – tels, par exemple, les procès-verbaux des affaires privées des fonctionnaires impériaux – y étaient conservées). D’autre part, il semblerait – à la vue des résultats des fouilles en Iraq et en Syrie des dernières décennies- que même les villes de province les plus petites et les plus éloignées de la capitale pouvaient conserver des lots de documents de cette nature, mais en moins grande quantité bien sûr. On doit donc considérer que ces textes « quotidiens » représentent la partie restante d’un vaste corpus d’enregistrements qui se trouvait un peu partout dans l’Empire pour répondre le plus minutieusement possible aux nécessités administratives ou de communication.

  • 63 Les IRA datent leurs récits par palû, ou « année de règne » de chaque roi. Par contre, la façon usu (...)

50Regardons maintenant le tableau 1, relatif aux sources assyriennes sur la guerre. En se limitant, dans la double classification à l’instant proposée, à l’aspect linguistique, on peut constater une opposition radicale entre les variantes de la langue accadienne employée dans les deux types de documents textuels. Les IRA sont rédigées dans une variante littéraire du Babylonien (Standard Babylonian), de caractère épique et donc non dépourvue de plusieurs archaïsmes lexicaux et tournures de prose sémi-poétique, allant même jusqu’à l’utilisation de structures métriques. Au contraire, les « textes quotidiens » sont écrits dans le dialecte néo-assyrien qui était assez proche de la langue parlée de l’époque et, d’une façon générale, ils ne relèvent d’aucune structuration préétablie. À cette opposition très nette entre les moyens d’expression linguistiques employés s’ajoute celle des matériaux, des formes et enfin des contenus des deux types de sources, qui va jusqu’à la façon de dater les textes63.

  • 64 Voir notamment à ce sujet R. S. Ellis, Foundation Deposits in Ancient Mesopotamia, New Haven 1968.

51Quant à l’aspect matériel, la documentation officielle assyrienne semble répondre à une exigence première : la pérennité du message. C’est pour respecter cet impératif que les inscriptions des rois d’Assyrie qui nous sont parvenues étaient dans la plupart des cas gravées sur des supports durs en pierre (plaques, stèles, parois de rocher), en terre cuite ou en métal précieux. Ainsi en est-il des textes officiels les plus courts, inscrits sur des briques cuites, produites en grande série et abondamment réparties dans la maçonnerie des murs des palais. Enfin, certains exemplaires étaient destinés aux sépultures, enfouis dans les soubassements des palais royaux ou des temples en tant que dépôts de fondation, afin de pouvoir être découverts par « un prince futur »64.

SOURCES OFFICIELLES (IRA et bas-reliefs) SOURCES QUOTIDIENNES (« Archives d’Etat assyriennes »)
L
A
N
G
U
E
S
Standard Babylonian, avec archaïsmes et modules littéraires. Néo-assyrien (proximité avec la langue parlée), araméen d’Assyrie. Témoignages rares ou absents pour le louvite, l’égyptien, les langues de l’Iran.
S
U
P
P
O
R
T
S
Pierre, métaux, briques inscrites produites en série ; plus rarement, tablettes, ou autres types d’objets en argile. Conservés : tablettes d’argile (en cunéiforme ou araméen alphabétique), ostraca, objets en bronze.
Perdus : tables en bois ou ivoire à la surface cirée, parchemins, papyrus.
F
O
R
M
E
S
Schéma fixe du texte ; bureaux de scribes pour la rédaction. Multiplicité des copies : (1) mises à jour des parties annalistiques ; (2) large diffusion des duplicata dans l’espace.
Datés de l’année de règne du souverain (palû).
Manque de témoignages pour les différents bureaux administratifs ; textes pour la plupart en un seul exemplaire.
Schémas fixes de composition pour certains types seulement.
Absence de datation (sauf dans les textes juridiques).
C
O
N
T
E
N
U
.
C
O
N
C
E
R
N
A
N
T
.
L
A
.
G
U
E
R
R
E
IRA : Année de la campagne (par numérotation en séquence) ; itinéraires avec toponymes et noms des rois ; description de la défaite des ennemis (topique) ; liste du butin (détaillée : biens, animaux et personnes) ; retour en Assyrie.
Bas-reliefs : plusieurs détails figuratifs sur : corps d’armée, uniformes, armements ; campements militaires ; opérations et techniques de siège et de conquête, traitement des rebelles, prise du butin de guerre et déportations des vaincus.
Quelques vues détaillées de bataille rangée.
Scènes de triomphe militaire au retour de la campagne.
Titres militaires, division de l’armée en corps et unités, combattants et personnel civil ; termes techniques des armements ; informations sur les recrutements, rassemblement, entraînement et ravitaillement des hommes, des chevaux et des chars.
Quelques données sur les sièges. Renseignements occasionnels sur : tactiques de positionnement, construction de forts, travaux du génie, embuscades, escarmouches, déportations, butin de guerre. Renseignements sur les opérations de contrôle et de pacification des territoires ; sur les pourparlers et sur les véritables traités de paix.

Tableau 1. Les sources assyriennes sur la guerre

  • 65 Leur réalisation semblerait dériver de modèles préliminaires à échelle réduite en argile, comme l’e (...)
  • 66 Les exemplaires qui survivent viennent surtout des palais provinciaux de Arslan Tash (l’ancienne Ha (...)
  • 67 Le premier témoignage de cette technique est représenté par les portes de la ville de Imgur-Enlil ( (...)
  • 68 D. Nadali, « Esarhaddon’s glazed bricks from Nimrud : The Egyptian campaign depicted », Iraq 68 (20 (...)

52Quant à la production officielle figurative, elle nous est, dans la plupart des cas, parvenue sous forme de bas-reliefs sculptés sur des orthostates en calcaire ou (plus rarement) en basalte. Ces orthostates, une fois sculptés65, étaient assemblés en une séquence continue pour recouvrir l’ensemble des murs des vastes salles des palais royaux, destinées essentiellement à la réception et à la représentation. L’ampleur majestueuse et la complexité de la composition de ces ensembles iconographiques devaient d’autant plus impressionner le spectateur que les figures sculptées étaient peintes de couleurs vives. Des représentations au contenu plus ou moins analogue étaient peintes à fresque sur les murs de certains palais66, ou bien façonnées avec la technique du métal repoussé sur des bandes de bronze qui décoraient les hautes portes de bois67. Enfin, des images du même type furent façonnées sur des briques émaillées sous le règne d’Assarhaddon68.

  • 69 Voir F. M. Fales, « Multilingualism on multiple media in the Neo-Assyrian period : a review of the (...)

53Pour ce qui concerne les textes quotidiens, en revanche, le support matériel le plus durable que l’on puisse espérer retrouver est la simple (mais souple...) argile, qui était gravée avec un stylet de signes cunéiformes. Dans les marges de ces textes étaient parfois peintes des annotations en caractères alphabétiques araméens (fig. 7). Toutefois, on peut facilement imaginer qu’une production textuelle au moins aussi importante, si ce n’est plus, que celle d’argile était constituée par des rouleaux de parchemin ou des feuilles de papyrus69. De nombreux textes de l’époque nous informent que des doubles de certains documents de la pratique étaient rédigés en assyrien cunéiforme et en araméen alphabétique, comme dans le passage suivant (d’une lettre de dénonciation adressée à Assarhaddon) :

(Et voilà) un autre de leurs crimes. (Pendant le règne d) u père du roi, on avait l’habitude d’écrire la quote-part (d’impôts) d’argent des bergers sur un document (nibzu) en assyrien et sur un document (nibzu) en araméen, et de sceller la quantité d’argent avec le sceau qui était au cou du trésorier PN, de l’administrateur de village, et du scribe, avec ces mots : « s’ils ne payent pas cette année, ils mourront ! » (Mais maintenant, ) puisqu’un pot-de-vin a été versé, ils ont cassé leurs sceaux-cachets et les sceaux-cylindres qu’ils portaient au cou et les ont jetés.
(SAA XVI, 63 : recto, 1. 12-19)

Fig. 7. Inscription en deux écritures/langues (cunéiforme/assyrien à gauche, alphabétique/araméen à droite) sur la même tablette d’argile.

54Nous verrons par la suite (chap. II, 4) que, dans l’iconographie des bas-reliefs, cette pratique de la double écriture est également représentée, surtout dans les scènes d’enregistrement du butin. Par ailleurs, la documentation atteste l’usage de tablettes de bois ou d’ivoire dont l’une des faces était recouverte d’une couche de cire (lê’ū en assyrien) destinée à recevoir une inscription dans l’une ou l’autre langue avant de pouvoir être effacée pour être de nouveau utilisée.

  • 70 Pour les références concernant l’utilisation des tablettes de bois, voir S. Parpola, « Assyrian Lib (...)

55Quelques-unes de ces tablettes ont été découvertes dans la capitale assyrienne Kalkhu70. C’est sans doute sur ces supports souples et fragiles qu’étaient également portés plans et autres schémas relevant de l’organisation administrative quotidienne de l’Assyrie. Tout cela a malheureusement disparu.

56Qu’en est-il maintenant des aspects formels de cette documentation ? Du point de vue chronologique, les IRA représentent la dernière manifestation d’une tradition, remontant à la fin du IIIe millénaire, de production d’inscriptions royales avec dédicaces ou ex-voto faits aux dieux sur des briques cuites ou des objets de valeur, telles les masses d’arme en pierre. Au fil du temps, à partir de la période médio-assyrienne notamment, la partie narrative célébrant l’action royale s’est amplifiée et s’est, au cours du Ier millénaire av. J.-C., conformée à un schéma strict de composition. Selon celui-ci, le texte commence par les épithètes laudatives attribuées aux dieux et même au roi, suivies d’un long récit des faits et gestes royaux (qui seront bientôt rangés en ordre annalistique, datés par les années de règne ou palû) ; il s’achève éventuellement par un récit de construction ou de restauration d’un bâtiment public. La partie finale des IRA enjoint normalement au « prince suivant » de ne pas détruire ou effacer l’inscription et surtout le nom du roi qui l’avait fait inscrire.

57Bref, les textes des IRA, comme toute l’historiographie ancienne, étaient rédigés pour des raisons précises : expliquer et justifier la politique étrangère de l’Assyrie, largement fondée sur la guerre et la conquête des territoires extérieurs. On comprend bien que -au fil du temps- les inscriptions royales devinrent un véritable genre littéraire, constitué d’apports successifs ; au point que, à partir du ixe siècle, aucun des rois d’Assyrie ne semble s’être passé d’ajouter au corpus préexistant ses propres récits glorieux et ses déclarations de piété. La rédaction du récit même devait être confiée à un groupe de scribes spécialisés qui avaient à leur disposition les textes royaux antérieurs ainsi que les hymnes et épopées de la tradition, comme par exemple le poème de Gilgamesh, pour y puiser les expressions littéraires les plus réussies et les adapter à la vie du roi actuel.

  • 71 L’étude de cet aspect rédactionnel des IRA commença avec A. T. Olmstead, Assyrian Historiography : (...)
  • 72 Un regard rapide aux éditions des IRA mises à jour par A. K. Grayson (voir la bibliographie en fin (...)

58De plus, le schéma annalistique du texte imposait la mise à jour régulière des récits, surtout dans le cas de règnes particulièrement longs et riches en faits et gestes royaux : cela se faisait soit en ajoutant simplement de nouveaux épisodes aux textes précédents, soit en abrégeant la narration des anciennes campagnes au profit des récentes71. Ces textes étaient également reproduits par les scribes pour assurer la diffusion et l’affichage, dans tous les lieux publics (palais royaux, palais provinciaux, temples) de la terre d’Assyrie, du message de louange adressé aux dieux et au roi. C’est pourquoi une inscription royale assyrienne nous est rarement parvenue en un seul exemplaire. Souvent, plusieurs exemplaires du même récit ont été rédigés par le même souverain, sans porter nécessairement la même date ni provenir du même lieu72.

59Une digression est ici nécessaire. Se pose, en effet, le problème de l’identification du public auquel – au moins en théorie- ces inscriptions royales, qui éclairent l’idéologie assyrienne du pouvoir et de la domination, étaient destinées (fig. 8). Compte tenu du nombre très réduit de personnes qui, à l’époque, étaient capables de lire, le jugement des historiens modernes a oscillé entre deux interprétations différentes : selon la première ces textes étaient l’objet de lectures publiques et selon la seconde ils n’étaient visibles, lus et appréciés que par le groupe restreint des fonctionnaires du palais. Dans ce dernier cas, ils auraient servi d’outils de propagande interne pour ce qu’on pourrait appeler un « réendoctrinement permanent ».

Fig. 8. Essai de reconstruction (par Layard, env. 1850) de l’accès aux salles royales du palais d’Assurnazirpal II a Kalkhu, avec ses longues séquences de bas-reliefs en couleurs vifs sur les parois et ses énormes taureaux ailés à tête humaine à l’entrée.

  • 73 P. Garelli, « La propagande royale assyrienne », Akkadica 27 (1982), p. 16-29.
  • 74 Ces bas-reliefs fonctionneraient donc comme une sorte de sacrifice commémoratif (L. Bachelot, « La (...)

60Mais ces théories ignorent toutes deux un autre public auquel s’adressaient certainement aussi les rois- « auteurs » des IRA : les dieux d’Assyrie eux-mêmes, ce que le grand spécialiste français Paul Garelli, récemment disparu, a justement souligné73. On sait, en effet, par des textes désignés comme « lettres au dieu », tel le récit de la VIIIe campagne de Sargon II, que les divinités assyriennes étaient non seulement censées lire les inscriptions royales, mais aussi y répondre par écrit, pour assurer les rois de leur faveur (voir 1, ci-dessus). Sans se perdre dans des conjectures sémiotiques, on peut raisonnablement conclure que cette volonté de diffusion des IRA sur toutes les terres de l’Empire se manifestait pour « les yeux et les oreilles » des divinités du panthéon national (et en premier lieu ceux du dieu Assur), aussi bien que pour tous les humains qui savaient déchiffrer – ou au moins écouter – le message louangeur qui y était contenu. Quant aux bas-reliefs, dont la production ne prévoyait que des séries uniques, érigées dans les plus importantes salles des palais royaux, la recherche de leur public éventuel a jusqu’ici surtout fait référence aux ambassadeurs étrangers en visite à la cour d’Assyrie, qui auraient été fortement impressionnés par la cruauté des batailles visibles dans les scènes sculptées qui les entouraient. On a pensé également à la dimension rituelle de ces œuvres que le roi aurait commanditées pour lui-même. Il rejouait ainsi symboliquement le rôle que lui avait donné la divinité, celui consistant à poursuivre l’extension de l’Empire74.

61L’intérêt que l’on doit maintenant porter aux textes quotidiens nécessite, comme pour les autres, l’analyse de leurs aspects formels. À la différence de ce que nous savons des sources officielles – et contrairement à ce que l’on attendrait si l’on considère l’immensité et la complexité de l’Empire assyrien – les structures administratives qui coordonnaient la rédaction et/ou la conservation des textes quotidiens ne nous sont guère connues. Au-delà des genres distincts dans lesquels ils peuvent clairement se répartir, les textes quotidiens permettent au mieux des regroupements par petits dossiers, mais sans qu’il soit possible, par le contexte archéologique ou par les allusions présentes dans le texte même, d’identifier les lieux où ils étaient regroupés et archivés. Il n’est pas impossible naturellement que le caractère très fragmentaire de la documentation quotidienne en argile qui nous est parvenue soit en partie responsable de cet état de choses. Souvenons-nous également que – comme nous l’avons déjà signalé – plus de la moitié sans doute des textes étaient inscrits sur des supports périssables à jamais disparus. Ces lacunes sont peut-être dues aussi aux destructions qui accompagnèrent la prise des grandes villes de l’Empire à la fin du viie siècle, mais la récupération des archives dans les documents des petites villes de province n’est guère plus fructueuse.

  • 75 Sur la sémiotique de la communication épistolaire assyrienne, voir F. M. Fales, L’impero assiro, p. (...)

62En outre, pour ce qui concerne les lettres qui comptent environ trois mille exemplaires et constituent ainsi le groupe le plus important de ces textes quotidiens, trois éléments au moins nous permettent de penser qu’elles n’étaient pas nécessairement archivées. En premier lieu, elles se réfèrent toujours à l’actualité du moment et ne contiennent aucune indication sur la date de leur rédaction, que ce soit dans le texte même ou sur les « enveloppes » d’argile qui les renfermaient. Ensuite, leur style indique aussi qu’il s’agissait la plupart du temps de communications plus ou moins rapides et immédiates pour lesquelles on attendait du roi des réponses tout aussi rapides. Enfin, on a retrouvé des ensembles cohérents de lettres dans les parties annexes de bâtiments publics, comme s’ils avaient été regroupés là pour être ensuite détruits75.

63Ainsi, contrairement à ce qu’il est possible d’entreprendre pour les textes officiels, replacer ces documents dans leur contexte historique (et, au moins, dans un ordre chronologique) n’est possible qu’à partir de la base très limitée des allusions qu’ils contiennent et des réponses qu’ils ont suscitées. L’onomastique et la prosopographie sont dès lors particulièrement utiles. On dispose d’environ cinq mille noms propres dont certains sont suivis d’un nom de profession, ce qui permet de déterminer non seulement un cadre ethno-linguistique général de l’Empire (avec ses composantes assyrienne, araméenne, égyptienne, mède, etc.), mais aussi un regroupement de ces noms selon les unités administratives de référence.

64De cette vaste réorganisation des données, émerge une image de la structure de l’État assyrien (au moins dans ses régions les plus centrales et les plus anciennes) largement fondée sur des principes « patrimoniaux », selon la définition de Max Weber, c’est-à-dire sur les faveurs et honneurs personnels accordés par le roi et par certains membres de la cour à leurs subordonnés respectifs. Curieuse évolution en vérité, qui indique que d’un côté les mœurs sociales et politiques héritées de l’ancienne cité-État d’Assur conservaient encore leur importance après un millénaire, et d’un autre côté que cette gestion étatique « verticale » était en contradiction avec le modèle d’empire « horizontal » que les Assyriens étaient en train de mettre en place dans les territoires soumis. On pourrait donc se demander si, d’aventure, le contraste intrinsèque et radical entre ces deux modus operandi administratifs de l’État assyrien fut une des causes de sa décadence, puis de sa chute finale en 612 av. J.-C. Enfin, pour ce qui concerne les contenus des deux types de textes, on se bornera aux aspects qui concernent la guerre et la paix en renvoyant au tableau n° 1. D’une façon générale, on peut affirmer que dans la documentation officielle les informations sur ce sujet se retrouvent de façon complémentaire dans les IRA et dans les bas-reliefs. Dans les IRA, à côté d’une quantité considérable d’expressions rhétoriques très conventionnelles, certaines sections sont riches en informations événementielles sur les campagnes militaires annuelles. Ces données concernent en particulier les itinéraires suivis par les armées en campagne, avec le nom des montagnes, des fleuves traversés et des villes attaquées, ainsi que celui des rois ennemis et les listes détaillées des biens ou objets prélevés dans chaque région soumise comme butin et tribut.

  • 76 Voir par ex. l’étude critique de R. Jacoby, « The Representation and Identification of Cities on As (...)

65Dans les bas-reliefs, par contre, ce sont les scènes de guerre plusieurs fois reproduites à l’identique, à quelques détails près, qui constituent pour nous le plus riche apport d’informations. On ne dispose malheureusement d’aucun renseignement direct sur la chaîne des opérations de production de ces bas-reliefs. On peut penser qu’ils étaient taillés à partir de croquis faits sur le champ de bataille. Comme pour les textes, il existait peut-être des modèles iconographiques ou « canevas » qui étaient modifiés et enrichis d’un orthostate à l’autre, d’un roi au suivant, par l’adjonction de détails conformes à une réalité particulière. Ce qui mériterait une minutieuse étude comparative76. C’est ainsi que, scène après scène, on parvient à distinguer les uniformes et les armements des différents corps de l’armée, les caractéristiques de l’attelage des chevaux et des chars de guerre, l’aménagement des campements militaires assyriens, les différentes techniques de siège ou de conquête des villes, le traitement des prisonniers de guerre, la composition matérielle du butin et enfin les maintes situations humaines et économiques liées à la déportation des populations civiles. En outre, les bas-reliefs sont aussi remarquables par certaines perspectives d’ensemble, qui nous donnent une vision non seulement des forces humaines mobilisées, mais parfois aussi de la variété des paysages naturels dans lesquels se déroulaient les opérations militaires.

66Les textes quotidiens, enfin, pourraient être définis comme le point de convergence des deux séries de données précédemment décrites. Même très fragmentaires, comme nous l’avons déjà souligné, ils nous offrent sur l’organisation militaire assyrienne des informations d’une richesse sans équivalent même à l’échelle de toute l’Antiquité. Citons rapidement quelques exemples particulièrement éclairants (voir les chapitres II et III) : les noms de tous les ordres militaires ; la subdivision de l’armée en différents corps et unités composées de conscrits assyriens et non-assyriens aussi bien que de mercenaires ; la présence de personnels civils à côté des soldats dans l’organisation et le fonctionnement des campements militaires ; les formes du recrutement et du rassemblement des troupes avant les campagnes ; l’entraînement des soldats en vue des guerres ; le ravitaillement des hommes et des animaux, le calcul des rations journalières ou mensuelles.

67Sur le déroulement des campagnes elles-mêmes, les renseignements sont plus rares et limités à certains détails seulement : par exemple les tactiques de déploiement des forces assyriennes sur le terrain par rapport aux positions ennemies, la construction de forteresses, certaines opérations de génie militaire. Par contre, il est bien rare d’avoir un vrai compte rendu d’une opération de conquête. Plus fréquentes sont, en revanche, les informations sur la tournure négative que pouvaient prendre les événements sur le terrain, tels que les embuscades subies ou les accrochages incertains, sans vainqueurs ni vaincus. Une exception est celle des textes d’hépatoscopie mettant en scène le roi Assarhaddon qui questionne le dieu Šamaš sur l’issue de l’opération militaire qu’il projetait. Dans ces demandes apparaissent parfois des listes de tous les moyens envisageables pour conquérir une ville assiégée, avec une richesse de détails tactiques comparable seulement à celle des bas-reliefs de la même époque (voir infra, chap. III, 5). Les phases finales des campagnes sont, elles, richement documentées dans les lettres au roi, aussi bien que dans les textes administratifs. De nombreux documents traitent des déportations en donnant l’ethnie, le nombre et la destination des malheureux vaincus. Les butins de guerre et leur partage entre les grands officiers de l’État sont également bien documentés.

68Enfin les lettres néo-assyriennes nous fournissent un certain nombre de renseignements sur les opérations de contrôle et de pacification des terres conquises puis annexées à l’Empire. Quant au règlement effectif des rapports de l’Assyrie avec les États avoisinants par le truchement des traités de paix, on a la chance de disposer, dans les « archives étatiques assyriennes », de traités internationaux suffisamment bien conservés pour que l’on puisse en déduire les principales clauses politiques et économiques (voir chap. II, 3, ci-dessous). De plus, plusieurs démarches en vue de conclure une paix, à l’initiative des Assyriens ou de leurs ennemis, sont mentionnées dans les lettres. Finalement, on parvient même à cerner le concept assyrien de « paix », la pax assyriaca – qui n’était sans doute pas moins fondée sur la guerre que la pax romana et qui comme elle était considérée, comme l’aboutissement positif et « civilisateur » propre à toutes les guerres qui avaient été menées.

3. Le dieu Assur et l’idéologie de la conquête en Assyrie

69Le deuxième grand thème de ce livre, celui des fondements idéologiques et religieux de la guerre des Assyriens, est incontournable. Avant de parcourir les étapes historiques qui menèrent à la formulation de l’idéologie assyrienne comme accomplissement des ordres spécifiques du dieu national Assur, un premier survol de la question s’impose.

  • 77 La plus fameuse est celle qui contient la description de la VIIIe campagne militaire de Sargon II e (...)

70Dès la première lecture des textes datant du dernier siècle de l’Empire assyrien – qu’ils soient officiels ou quotidiens – il est difficile de ne pas remarquer que la cohésion politique interne aussi bien que l’impulsion visant à l’expansion continuelle de l’Empire étaient soutenues et favorisées par un système idéologique complexe qui justifiait et encourageait sans cesse les activités du roi et de la classe dirigeante de l’Empire. Ce système – basé sur la prééminence accordée au dieu Assur dans le panthéon des figures divines vénérées traditionnellement par les Assyriens et sur le rapport de confiance qui liait le dieu national au roi, comme représentant de son peuple – trouve son expression la plus nette dans les IRA. Celles-ci exposent, comme nous l’avons vu, les activités politiques, militaires et économiques du roi dans une lumière sans ombre et toujours valorisante. Mais la même idéologie impérialiste se manifeste également dans certains textes des « Archives d’État assyriennes », notamment dans les traités internationaux et dans les serments de fidélité. On peut même percevoir son imprégnation, au quotidien, dans la conscience des sujets, par les lettres que les fonctionnaires adressaient au roi : soit dans les formules fixes de salutation, de louange ou d’auto-disculpation, soit dans les détails plus ponctuels du discours particulier. Elle se retrouve aussi dans les savantes compositions littéraires en néo-assyrien qui circulaient à la cour. Parmi celles-ci se trouvaient les lettres que le dieu lui-même aurait directement « écrites » au roi (probablement en réponse aux lettres de rapport que le roi lui-même avait envoyées à Assur)77, en le louant d’avoir exécuté ses ordres et en lui rappelant qu’il avait toujours soutenu sa royauté, comme dans le passage suivant :

J’ai envoyé devant toi mes armes terribles pour vaincre tes ennemis.
À la mention de ton nom, que je fis grand, tes troupes marchent victorieuses n’importe où se déroule une lutte armée.
Grâce à tes prières et tes supplications constantes, par lesquelles tu as imploré ma grande divinité, je fus à ton côté et je déversai le sang de tes ennemis.
(SAA III, 44 : 1.26-28)

  • 78 PNA, 1/I, p. 145-152. Il convient de rappeler aux non-spécialistes que l’on a pris l’habitude depui (...)

71Enfin, il faut analyser l’important témoignage de l’onomastique : les quelque cinq mille noms propres des gens d’Assyrie qui nous sont parvenus (voir déjà 2, plus haut) attestent fréquemment du recours à la mention du dieu Assur comme protecteur au niveau collectif ou individuel (par exemple, le nom du roi Assarhaddon est à entendre précisément comme Aššur-aḫu-iddina, « Assur a donné un frère »78). Ces noms étaient donnés à la naissance ou attribués plus tardivement au cours de la vie ou de la carrière de l’individu.

  • 79 Voir M. Liverani, « Guerra santa e guerra giusta nel Vicino Oriente antico (circa 1600-600 a. C.) » (...)

72Au fondement de cette structure idéologique répandue – comme on le voit – dans les moindres recoins de la société assyrienne, était enracinée la conviction que l’action du roi, symbole à lui tout seul de l’Empire, était contrôlée, guidée et favorisée par la divinité. Le souverain était le vicaire sur terre du dieu national Assur et, en tant que tel, agissait toujours au nom et pour le compte de la divinité. Bien entendu, le cas des dieux qui « guident » leur peuple dans des entreprises éclatantes et de grande envergure, en particulier les guerres, est omniprésent dans l’horizon historique du Proche-Orient ancien et en Égypte79. Mais jamais, comme en Assyrie, l’histoire ancienne du Proche-Orient ne témoigne d’un lien si étroit et profondément ressenti entre les « ordres » d’un dieu national et les actions que le peuple accomplissait en son nom. Autrement dit, la justification idéologique qui était proclamée au nom d’Assur pour tout événement public, concernant la politique intérieure ou internationale, représente une structure de la pensée politique tout à fait unique dans l’ensemble circumméditerranéen pré-hellénistique.

  • 80 W. G. Lambert, « The God Aššur », Iraq 45 (1983), p. 82-86.

73L’insertion du dieu Assur dans la théologie assyrienne échappe encore à une définition précise. On ne lui connaît ni ascendance ni épouse divine : des liens familiaux avec le panthéon traditionnel sumérien lui furent donnés à l’époque de Sennacherib (début du viie siècle av. J.-C.) seulement, pour des raisons de « promotion » théologique, quand il devint le fils des dieux Laḫmu et Laḫamu, pour remplacer ainsi le dieu de Babylone Marduk dans le mythe de la Création. Quant à ses relations avec les déesses, il fut, au fil du temps et là encore pour des raisons théologiques, associé à Ishtar, ancienne protectrice de Ninive, ou avec Ninlil-Mullissu, plus souvent connue comme parèdre du grand dieu suméro-akkadien Enlil80.

  • 81 A. Livingstone, « New Dimensions in the Study of Assyrian Religion », Assyria 1995, p. 165, pense q (...)
  • 82 Il se peut que plusieurs sanctuaires mineurs du dieu aient été bâtis dans les colonies commerciales (...)

74Le nom du dieu (Assur ou Aššur) est tout à fait identique à celui de la localité où il était vénéré et où les premiers habitants de souche akkadienne s’établirent dans la deuxième moitié du IIIe millénaire av. J.-C. On le trouve parfois aussi appelé šadû rabû, « grande montagne », peut-être à cause de l’éminence naturelle du plateau rocheux où s’étendait la ville81. Le caractère spécifique d’Assur semble donc avoir été, au moins au début, celui d’un numen loci (esprit du lieu) : une identification si étroite entre le territoire et le dieu représente certainement un cas unique dans le monde mésopotamien (le seul parallèle ancien qu’on puisse tout de suite invoquer, mais dans un contexte historique et politique tout à fait différent, est celui de la déesse Athéna et de la ville d’Athènes). C’est peut-être à cause de cette caractéristique première qu’à la différence de tous les autres dieux d’Assyrie – dont les temples et les chapelles parsemaient l’Empire – il n’eut d’autre lieu de culte que dans sa ville d’origine, au moins depuis l’époque médio-assyrienne82.

75Il s’agit en fin de compte d’un deus novus à la mesure de cette population d’homines novi qu’étaient les premiers « Assyriens », qui semblent s’être installés sur le Tigre à la suite des conquêtes de Sargon et de Naram-Sin d’Akkad dans le nord de la Mésopotamie (vers 2250 av. J.-C.). Toutefois rien, dans les témoignages anciens qui concernent cette divinité, ne montre qu’il se distinguait par un tempérament particulièrement belliqueux.

  • 83 J. N. Postgate, « The Land of Assur and the Yoke of Assur », World Archaeology 23 (1992), p. 247-26 (...)

76Et pourtant, au cours des siècles, le nom d’Assur se fera connaître bien plus largement que celui de tous ses compagnons divins, assyriens ou étrangers, à cause du lien étroit qui unissait sa figure aux conquêtes armées que menaient ses adeptes. C’est par la force des armes, en somme, que le dieu, à partir de sa ville d’origine, avait imposé sa réputation sur tout le Proche-Orient, au point de mettre en fureur les prophètes bibliques. C’est sous son nom, d’ailleurs, comme terres conquises du « pays d’Assur », que les territoires de l’Empire furent immédiatement désignés, tandis que les régions extérieures aux frontières de l’État étaient décrites comme placées sous le « joug d’Assur »83. Il s’agit donc de comprendre exactement quand et comment eut lieu cette transformation de la nature du dieu Assur qui amena le pacifique protecteur d’une petite cité-État installée dans un coin de la Mésopotamie à devenir l’inspirateur de la plus grande et de la mieux organisée des forces militaires que connut jamais l’Asie occidentale. Peut-être la réponse à cette question est-elle celle qu’a donnée Wilfred G. Lambert :

  • 84 W. G. Lambert, « The God Aššur », p. 86 ; voir aussi A. Livingstone, « New Dimensions in the Study (...)

[Assur], manquant d’attributs fondamentaux [...] endossa rapidement un rôle plus conforme au caractère de ses citoyens. Quand ceux-ci devinrent militaires et impérialistes, il devint un dieu de la guerre84.

Fig. 9. Plan du secteur nord de la ville d’Assur, sur un éperon dominant le Tigre et un ancien affluent du fleuve. En haut, de droite à gauche, le temple du dieu, puis la ziggurat à base carrée, ensuite le palais royal et les autres édifices publics fouillés par Walter Andrae. Le double mur d’enceinte délimite ce secteur vers ouest et sud.

  • 85 D. Charpin, J.-M. Durand, « Aššur avant l’Assyrie », Mari 8 (1997), p. 367-391 ; J.-N. Postgate, Ea (...)
  • 86 J.-M. Durand, « La situation historique des šakkanakku : nouvelle approche », Mari 4 (1985), p. 147 (...)

77Au cours des toutes premières phases de son histoire, la ville d’Assur se présente comme cité-État essentiellement vouée au commerce avec les régions avoisinantes et gérée par un groupe de grandes familles d’origine et de langue akkadiennes85. Ces dernières s’étaient installées dans une zone déjà habitée à la période chalcolithique qui s’étendait sur un vaste éperon rocheux de la chaîne du Jebel Makhul, surplombant de son à-pic le cours moyen du Tigre. À l’époque de la IIIe dynastie d’Our, la ville faisait partie du système provincial et en tant que telle entretenait des rapports politiques et économiques avec les autres centres majeurs de la Mésopotamie, notamment Mari, sur le moyen-Euphrate86. C’est à cette période que le premier temple du dieu Assur semble avoir été bâti sur la partie la plus haute de l’éperon, qui affecte la forme générale d’un court « index » tendu nettement distinct, du point de vue topographique, du reste du plateau en forme de poing (gauche) serré (fig. 9).

  • 87 J. Bär, « Walter Andrae – ein Wegbereiter der modernen Archäologie », dans J. Marzahn, B. Salje, éd (...)

78Dans leurs inscriptions dédicatoires déposées dans le temple, les chefs de la ville se définirent alors et pour des siècles, comme simples « administrateurs » ou « gouverneurs » du dieu, à qui seul était reconnue la fonction de vrai « roi » de la ville. Le temple d’Assur fut restauré et agrandi à plusieurs reprises, surtout après la formation d’un vrai État territorial assyrien, basé sur une royauté dynastique. Cela se vérifie notamment aux xve, xie et viie siècles av. J.-C., comme l’ont bien montré les fouilles conduites par l’architecte-archéologue allemand Walter Andrae pendant plus d’une décennie (1903-1913)87.

  • 88 Sur l’histoire des colonies assyriennes en Cappadoce, voir C. Michel,Correspondance des marchands (...)

79C’est de cette ville que partaient les grandes caravanes commerciales à destination de la Cappadoce, au sud de l’Anatolie centrale, où plusieurs grands comptoirs – en particulier celui de Kanesh (aujourd’hui Kültepe) – furent fondés par les habitants d’Assur, au xixe-xviiie siècles av. J.-C.88. Dans leurs lettres et procès-verbaux qui nous sont parvenus par milliers, ces riches marchands mentionnent souvent Assur comme ālum, « la Ville » par excellence, centre juridique suprême qui abrite aussi bien les habitants réunis en « assemblée » (puḫrum) que le Grand dieu. Puis, comme on le sait grâce aux archives de Mari, la ville fut englobée dans le « royaume de Haute-Mésopotamie » (ou « des deux rives du Tigre et de l’Euphrate »), créé par Shamshi-Addu I, un contemporain de Hammurabi de Babylone, né non loin de là dans la ville d’Ekallatum, mais dont la capitale fut déplacée à Shubat-Enlil (aujourd’hui Tell Leilan) dans la vaste steppe (en arabe Djezireh, « île ») située entre les deux grands fleuves de Mésopotamie.

  • 89 D. Charpin, N. Ziegler, Mari et le Proche- Orient à l’époque amorrite. Essai d’histoire politique, (...)

80À cette époque, Assur (fig. 10) devait jouir d’une situation enviable, grâce à sa très fructueuse activité commerciale ; Shamshi-Addu décrivait Assur comme « ma ville », mais il ne s’en proclama jamais le roi ; au contraire, Assur fut soumise au pouvoir de son fils Išme-Dagan, installé sur le trône de la ville voisine d’Ekallatum par son père. Malheureusement, l’urbanisme de la ville de cette époque (« paléo-assyrienne ») nous est connu seulement par des mentions dans des textes provenant d’autres cités, car les niveaux archéologiques concernés ne furent que rarement atteints par Andrae, très soucieux de conserver les vestiges des périodes postérieures qui les recouvraient89.

Fig. 10. Le temple et la ziggurat d’Assur vus du Tigre dans une reconstruction par Walter Andrae.

81Ce ne fut qu’au xve siècle, après une longue soumission à la nouvelle puissance politico-militaire du royaume hourrite de Mittani – dont la zone centrale se trouvait sur le Haut-Euphrate, mais avec de nombreuses « dépendances » féodales allant de la côte méditerranéenne à la vallée du Tigre – que la ville d’Assur devint le centre dynamique d’une royauté autonome, assez forte pour pouvoir franchir les limites étroites de la cité-État et pour s’étendre militairement au-delà de ses frontières. Par cela même, elle entrait en concurrence avec les autres puissances qui dominaient alors le Proche-Orient, celles des Hittites, des Égyptiens et des Babyloniens. Sous Adad-nirari I (1307-1275) surtout, le pouvoir fut concentré dans les mains du roi, aux dépens de l’ancienne noblesse, avec l’annexion des villes et des zones rurales avoisinantes. C’est de cette époque (« médio-assyrienne ») que datent les premiers témoignages d’une idéologie royale tout à fait particulière, selon laquelle le souverain recevait de son dieu l’ordre de conquérir les pays voisins. En effet, les premiers grands succès militaires à l’extérieur des frontières furent remportés sous les règnes de Salmanazar I (1274-1244) et de Tukulti-Ninurta I (1243-1207).

82Parallèlement, on assiste à un changement radical de l’idéologie royale qui affecta aussi les prérogatives du dieu national. On introduisit alors le concept de « nomination » par le dieu du souverain à sa fonction politique. Par la suite, on y ajouta la continuité dynastique avec la transmission des pouvoirs de père en fils. Cette disposition faisait ainsi remonter la « nomination » à la naissance du roi désigné, c’est-à-dire en tant que prince héritier, figure qui prit par conséquent une importance croissante. En pratique, toutefois, le véritable « roi » du pays et du peuple d’Assyrie restera toujours le dieu lui-même, dès lors élevé du rang de simple numen loci à celui de « dieu total » pour la communauté qu’il protège, et isolé dans cette fonction supérieure par rapport à tous les autres dieux du panthéon. En revanche, le souverain humain sera considéré comme son « représentant » et « la créature de ses mains » seulement. Cette conception ne subira aucun changement de fond pendant un millénaire : c’est ainsi que le concept de la « royauté » absolue d’Assur apparaît dans le rituel de couronnement médio-assyrien, et sera encore répété dans l’hymne de couronnement du dernier grand roi, Assurbanipal (668-626 av. J.-C.) :

Assur est roi – vraiment Assur est roi ! Assurbanipal est le représentant d’Assur, la créature de ses mains. Que les grands dieux puissent donner stabilité à son règne, qu’ils protègent la vie d’Assurbanipal, roi d’Assyrie ! Puissent-ils lui donner un sceptre juste pour agrandir le pays et ses gens ! Puisse son règne être renouvelé et puissent-ils consolider son trône royal pour toujours !
(SAA III 11 : l.15-18)

  • 90 S. M. Maul, « Marduk, Nabû und der assyrische Enlil : die Geschichte eines sumerischen Šu’ilas », d (...)
  • 91 A. George, House Most High : The Temples of Ancient Mesopotamia, Winona Lake 1993, p. 116,145

83Toutefois, la théologie particulière d’Assur sera modifiée par les rois successifs et leur entourage de savants et de prêtres, pour rendre ce culte moins « excentrique » et plus proche des fondements religieux de la tradition mésopotamienne. À l’époque médio-assyrienne, marquée par de fréquents conflits menés contre les voisins babyloniens – presque aussi puissants que les Assyriens- pour conserver la première place sur le territoire mésopotamien, Assur fut complètement assimilé au « roi des dieux » de la théologie traditionnelle suméro-akkadienne, Enlil90. La femme de celui-ci, Ninlil (Mullissu dans la version assyrienne), fut alors considérée comme la parèdre d’Assur et les dieux Ninurta et Zababa devinrent ses fils. La ville d’Assur prit le surnom de Libbāli, la « ville intérieure » (ou « la citadelle ») par excellence, emprunté à Nippur, la plus ancienne capitale religieuse de Sumer. Enfin, le temple d’Assur fut connu comme Ešarra (« maison de l’univers »), tout comme le sanctuaire d’Enlil à Nippur91. Par ces « jeux » politiques et théologiques, la ville sacrée d’Assyrie fut peu à peu considérée comme une véritable « nouvelle Nippur », d’où le « destin » du roi assyrien, en tant que conquérant du monde, s’accomplissait, comme au IIIe millénaire celui de Sargon d’Akkad à partir de l’« ancienne » Nippur.

  • 92 Cf. G. W. Vera Chamaza, Die Omnipotenz Aššurs, Münster 2006, p. 149-151.

84Plus tard, sous Sargon II d’Assyrie, le nom du dieu fut noté avec les signes AN-ŠÀR, qui renvoyaient au dieu Anšar, divinité primordiale de la mythologie babylonienne dont le nom signifie « le ciel à part entière ». De cette façon, le dieu des Assyriens parvenait à faire remonter à des temps plus anciens la généalogie divine traditionnelle de la Mésopotamie. Ainsi, sur l’échelle de la Création, se plaçait-il désormais non seulement avant son grand rival Marduk (fig. 11), mais aussi avant le père des dieux sumériens, Enlil92.

Fig. 11. Le dieu Marduk et son animal-symbole, d’après une stèle de donation de terres (kudurru) du IIe millénaire av. J.-C.

  • 93 Malgré la tentative de Tukulti-Ninurta I (1244-1208 av. J.-C.) qui s’installa dans une nouvelle vil (...)
  • 94 Pour une synthèse sur les offrandes au temple d’Assur, voir S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 100 (...)

85Pour de longs siècles, la ville d’Assur servit naturellement de capitale politique à ce nouvel État93 et en même temps de centre religieux pour le culte du dieu national. Cela est symbolisé par les tombes royales constituées de grands sarcophages de basalte placés dans les sous-sols du palais royal. C’est seulement sous le règne d’Assurnazirpal II (883-858 av. J.-C.) qu’eut lieu le choix d’une autre ville – Kalkhu, plus en amont sur le Tigre- pour établir la résidence royale et le centre politique de l’Empire. Malgré cette séparation géographique entre le lieu du culte et celui du pouvoir politique (qui conduisit par la suite à d’autres déplacements des capitales politiques assyriennes), la ville d’Assur conserva son rôle de centre cultuel prééminent de l’Empire, comme une sorte de « Vatican » assyrien. On peut reconstituer assez précisément une pratique régulière d’offrandes de toutes sortes (céréales et pains, viandes et poissons, fruits et végétaux, vins, troupeaux et êtres humains) envoyées au temple d’Assur par les gouverneurs de provinces94. La lettre suivante, datant du règne d’Assarhaddon, est très claire à ce sujet :

  • 95 Pour le système de provinces en Assyrie, voir maintenant K. Radner, « Provinz. C. Assyrien », dans (...)

Pour ce qui concerne les offrandes régulières de brebis comme offrandes régulières (ginû) au temple pour Assur, au sujet desquelles le roi, mon Seigneur, a écrit à son serviteur, en disant : « Qui, parmi les Grands du Royaume, n’a pas voulu les donner ? »– (eh bien, ) hier je ne pouvais les identifier. (Maintenant, ) voici les Grands du Royaume qui n’ont pas donné les offrandes de brebis : les gouverneurs de Barhalzi, Rasappa, Kilizi, Isana, Tillê, Kullania et Arpad. Tous ceux-là n’ont pas donné les offrandes régulières de brebis.
(Les gouverneurs de) Rasappa, Barhalzi, Diquqina, de la province du rab kāri, de Dayyan-Adad, d’Isana, Halziatbar, Birtu, Arzuhina, Arbela, Guzana, Šahuppa, Tamnuna, Talmusa – tous ceux-là n’ont pas donné les offrandes régulières d’orge et d’épeautre.
(SAAX, 96 : recto, 1.5-24)95

  • 96 Pour les œuvres au temple d’Assur des rois assyriens, voir G. van Driel,The Cult of Assur, Assen 1 (...)
  • 97 Voir E. Frahm, Einleitung in die Sanherib-Inschriften, Vienne 1997, p. 282-288 ; G. W. Vera Chamaza(...)
  • 98 L’étymologie du mot akītu, qui renvoyait peut-être à un ancien nom de mois, reste encore inconnue ( (...)

86Mais la ville d’Assur – réduite à n’être que le lieu de culte central de l’Empire – ne cessa jamais d’être celui de plusieurs grandes réalisations publiques commanditées par les rois assyriens, notamment à l’occasion de réformes théologico-politiques96. C’est ainsi, par exemple, que Sennacherib, après la furieuse destruction de Babylone, celle de ses temples et de sa ziggurat, en 689, fit attribuer au dieu Assur toutes les prérogatives et les fonctions du dieu babylonien Marduk97. Il faisait ainsi du dieu national assyrien l’ordonnateur de l’univers. Assur-Anšar bénéficia donc des rituels, traditionnellement accomplis pour Marduk, et fut honoré comme créateur du cosmos. C’était donc dans la ville d’Assur, au lieu de Babylone, que se déroulait la cérémonie de l’akītu, ou Fête du Nouvel An98.

Fig. 12. Le bit akiti d’Assur (vers le haut à droite, sur la rive de l affluent du Tigre) vu de la terrasse du palais royal dans une reconstruction par Walter Andrae.

87Ce rituel prévoyait que le dieu se rendait dans la bīt akīti ša ṣēri (« le temple-akītu de la steppe ») – un sanctuaire de forme presque carrée, avec une grande cour à portique et une cella à triple portail, entouré de plusieurs rangées d’arbres, qui fut bâti à cette occasion en face de la ville sur le bord du Tigre (fig. 12) – pour revenir ensuite triomphalement dans la ville, au milieu des chants et des prières de la masse qui défilait en procession. Ainsi, avec le « voyage » dans la « steppe », symbole du chaos où se déroulait la lutte contre le monstre mythologique Tiamat, et son retour en ville après la victoire, Assur célébrait tous les ans son « avènement » et son accession au rang prioritaire du panthéon de la Mésopotamie tout entière.

  • 99 Voir B. Oded, « ‘The Command of the God’ as a Reason for Going to War in the Assyrian Royal Inscrip (...)

88Par le lien indissoluble existant entre le dieu national et le roi, toute guerre menée par ce dernier était par définition « sainte », comme on l’a déjà mentionné dans l’introduction. Dans les IRA, donc, les campagnes militaires sont régulièrement considérées comme étant menées « sur l’ordre » (ina qibīt) ou « par le mandat » (ina tukulti) donné par le dieu Assur et les autres divinités du pays, sans recours à d’autres instances de nature humaine comme les assemblées populaires ou les conseils de guerre99. Seuls les dieux d’Assyrie avaient l’autorité pour déclarer la guerre en vertu de leur colère divine contre les ennemis. Dans ce sens, le roi n’était rien d’autre que l’instrument de cette rage.

  • 100 Pour cette dichotomie de base, voir M. Liverani, « Memorandum on the Approach to Historiographic Te (...)

89Comme en témoignent encore les IRA, la conscience assyrienne d’« avoir les dieux à ses côtés » est à l’origine d’une série de postures idéologiques qui aboutit à une conception binaire du monde. Ce dernier était composé d’une partie positive et d’une autre négative. Tout ce qui est « assyrien » ou « assyrianisé » est « bon », le reste est marqué des connotations de méchanceté et de péché. Le centre – l’Assyrie, les Assyriens- relève du « bon », la périphérie, au contraire, relève du « mauvais ». Il s’agit là d’une expression de l’opposition traditionnelle entre le cosmos et le chaos100.

  • 101 M. Liverani, « The Ideology of the Assyrian Empire », dans M. T. Larsen, éd., Power and Propaganda. (...)

90Dans les récits des IRA, cette bipartition ordonne de façon binaire les paysages naturels et les hommes : partant du territoire « amical » de son propre pays, le roi se trouvera souvent dans l’obligation de dompter, grâce à son héroïsme personnel, des espaces naturels, sauvages et hostiles, inexplorés auparavant. Quant aux hommes, les Assyriens civilisés -avec leurs institutions fonctionnant bien et leur culture avancée – se trouveront confrontés à des étrangers, barbares par définition, qui vivent dans le désordre des institutions et dans l’ignorance. Il est donc clair que la tâche du roi assyrien est de mener cette humanité « extérieure » à l’organisation et à une culture aboutie ; ramener la périphérie au centre est une œuvre de civilisation qu’il assume au nom de ses dieux101.

  • 102 F. M. Fales, « The Enemy in Assyrian Royal Inscriptions : the “Moral Judgment” », dans H.-J. Nissen(...)

91Les fondements idéologiques que l’on a décrit se marquent dans les récits officiels des IRA par des figures de style ou topoi qui se répéteront constamment au cours des siècles, même s’ils puisent d’un côté dans un répertoire littéraire très vaste et de l’autre donnent lieu à d’importantes variations internes. Une des « zones » textuelles dans lesquelles les oppositions susdites se concentrent normalement concerne les personnalités-symboles : le roi assyrien d’un côté, et le roi ennemi de l’autre, le reste de la population étant relégué à un lointain arrière-plan. Les épithètes utilisées qualifient les deux principaux protagonistes : tandis que le roi assyrien est décrit comme le seigneur du monde, « roi de la totalité », « roi des quatre régions du monde » et en tout cas « grand roi, roi puissant », l’ennemi n’est que le roi de son petit territoire, sans autre titulature. Il se définit souvent par des caractéristiques morales négatives : il ne saurait être que faible, lâche, toujours prêt à la fuite, incertain, sot, traître, rebelle, irrévérencieux envers les dieux (même les siens)102. Le contraste ne pourrait donc être plus grand avec l’image du roi assyrien, qui est loué dans les textes officiels pour ses nombreuses qualités : la force physique, le courage dans la bataille, l’intelligence et l’astuce, la puissance sexuelle (qui permettra d’engendrer des héritiers pour un gouvernement stable), la piété envers les dieux.

92Sur le champ de bataille, pour que le roi soit en pleine possession de ces qualités héroïques, la faveur divine se manifeste par les interventions directes du dieu Assur et d’autres divinités quand elles sont appelées. Ainsi fait-il parvenir ses armes au côté du roi et fait-il tomber le feu sur l’ennemi, alors que le dieu de la tempête Adad déchaîne sur ce dernier de violentes pluies qui se transforment finalement en un véritable déluge. En revanche, le roi ennemi ne peut compter que sur ses propres dieux. Mais ils sont impuissants et en viennent à l’abandonner.

93Mais le contraste entre « notre » roi et l’« autre » se marque aussi radicalement, selon les IRA, dans le domaine des relations en temps de paix, ou au moins dans celui du règlement des rapports à l’issue des conflits. C’est ici, en particulier, que la lâcheté de l’adversaire se montre clairement : il porte la responsabilité de n’avoir pas observé les pactes et les traités de paix, avec leurs (justes) obligations envers l’Assyrie ; il est coupable d’avoir interrompu les bons rapports précédemment établis ; c’est lui, enfin, qui a tenté de rallier à sa cause les rois voisins pour se soustraire au « joug d’Assur ». Dès lors, le roi assyrien, qui est sincère, juste et surtout qui respecte toujours les accords conclus, ne pourra qu’écouter la voix de son dieu qui l’incite à punir le rebelle – car la trahison des accords implique nécessairement la trahison des serments jurés par-devant les dieux. Et ainsi la paix réglée par serment divin et par la volonté politique des Assyriens se transformera-t-elle de nouveau en guerre « sainte ».

  • 103 S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 181-193.
  • 104 Voir CAD K, p. 296-297.

94Dans ce contexte général d’inspiration divine, une bonne appréciation du caractère belliqueux des Assyriens passe aussi par la mise en évidence de certains détails. Nous en évoquerons trois. Le premier concerne la fonction précise du roi. Comme l’indique une récente étude103, le souverain est effectivement considéré comme le simple (bien que tout puissant) exécutant des ordres divins – kašūš ilāni abūb tamḫāri, l’« arme toute puissante des dieux, le déluge en bataille »104 –, ce qui ne doit pas faire oublier que des prérogatives d’essence divine semblent aussi attachées à sa figure, sans qu’il s’agisse pour autant d’une véritable divinisation. Cette attribution relève essentiellement d’une rhétorique littéraire et prophétique, mais peut se retrouver çà et là dans la documentation « quotidienne », ce qui est significatif. Ainsi l’allaitement du roi par une déesse est-il mentionné dans un dialogue littéraire entre le dieu Nabû et Assurbanipal :

Tu étais un enfant, Assurbanipal, quand je te laissai chez la Reine de Ninive [= la déesse Ishtar]. Tu étais un nouveau-né, Assurbanipal, quand tu étais assis sur le genou de la Reine de Ninive ! Ses quatre seins sont placés dans ta bouche ; tu en suces deux, tu te remplis le visage de lait avec les deux autres.
(SAA III, 13 : verso, 1.6-8)

  • 105 Voir le livre de synthèse d’E. Cassin, La splendeur divine. Introduction à l’étude de la mentalité (...)
  • 106 S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 181-182, 187. Cette même ṣalam šarri constitue l’élément-sujet, (...)

95Rappelons également que, dans les IRA, le roi assyrien marchant à la bataille était enveloppé d’un melammu, un halo ou une aura superbe, à la fois rayonnante et terrifiante, qui était un attribut typique des dieux105. Par ailleurs, les sacrifices, comme les serments, pouvaient être accomplis devant les stèles ou les statues du roi (ṣalam šarri) comme devant celles des dieux. Les bas-reliefs en bronze des Portes de Balawat, par exemple, montrent trois cérémonies sacrificielles se déroulant devant l’image du roi sculptée et érigée dans des lieux lointains, symbolisant ainsi l’étendue de la puissance militaire assyrienne106.

96On peut donc affirmer qu’à côté d’une idéologie royale officielle dominante qui présentait la figure du roi comme « trait d’union » cosmique entre les dieux et l’humanité, existait une « veine » idéologique selon laquelle le roi assyrien était, pour une part au moins, investi des attributs et des prérogatives de la divinité. Cela résumait en quelque sorte la double nature du pouvoir royal assyrien qui se manifestait simultanément dans les sphères religieuse et politique. Il est bien connu, par ailleurs, que le culte des statues royales avait une longue histoire en Mésopotamie, puisqu’il est attesté dès l’époque sumérienne. Que l’image sculptée du roi assyrien, dressée aux frontières de l’Empire, ait eu pour double fonction de rendre hommage aux divinités et de célébrer la puissance royale, n’avait donc rien d’étonnant pour les contemporains et ne devrait pas nous étonner non plus.

Fig. 13. Étendard de guerre en métal de Sargon II

  • 107 Voir B. Pongratz-Leisten, K. Deller, E. Bleibtreu, « Götterstreitwagen und Götterstandarten : Götte (...)
  • 108 Une représentation d’Ištar se trouve aussi sur un casque en fer à crête de Nimrud : voir T. Deszö, (...)

97Deuxième élément qu’il ne faut guère négliger : les symboles divins qui accompagnaient les rois et les troupes assyriennes à la bataille. Malgré ce qui a été écrit de nombreuses fois, on peut aujourd’hui démontrer que l’emblème du dieu Assur ne faisait pas partie de l’ensemble des étendards et autres objets symboliques qui, installés sur un char réservé à cette fonction, suivaient celui du roi, en route pour la bataille (fig. 13). Ensuite, dans les campements, on accomplissait devant tous ces objets des rituels spécifiques107. L’étude (philologique et sur les bas-reliefs) de ces étendards a montré qu’il s’agissait pour la plupart d’effigies en bronze des dieux Nergal et Adad qui étaient portées à la bataille, parfois avec la déesse Ištar, « Dame de la guerre et de la bataille », au bout de longues hampes pour être bien visibles à la fois des troupes assyriennes et de leurs ennemis108. L’installation des étendards (urigallu) sur le char royal est évoquée par Sargon au début du long récit de sa VIIIe campagne : « Vers les pays de Zikirtu et d’Andia, je dirigeai le joug (du char) de Nergal et Adad, les emblèmes qui me précèdent » (Sg VIII, 1. 14). Une fois au campement, on rendait un culte aux trois divinités :

Dans la joie du cœur et l’allégresse, avec des chanteurs, des harpes et des tambourins, je (r) entrai au milieu de mon camp. À Nergal, Adad et Istar, les maîtres du combat, aux dieux demeurant dans les cieux et sur la terre et aux dieux demeurant dans le pays d’Assur, j’offris de superbes et purs sacrifices : dans les prosternements et les prières devant eux je me tins : j’exaltai leur divinité.
(Sg VIII, l.159-161)

  • 109 Voir par ex. R. D. Barnett, A. Lorenzini, Assyrian Sculpture in the British Museum, fig. 13. Il s’a (...)
  • 110 S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 160-177. Le complexe lexical de « l’arme d’Assur » (intéressant (...)

98D’après ce texte, le dieu Assur n’était donc pas physiquement présent dans le cortège qui allait à la bataille. Preuve en est, d’ailleurs, que le susdit récit de Sargon lui fut adressé sous forme de lettre, pour l’« informer » des faits et gestes du roi. Mais il est évident qu’Assur se manifestait pleinement au cours du combat, constamment et en usant de tous ses pouvoirs, par le truchement de la présence du roi et de l’armée qui exécutaient ses ordres divins. L’« immanence » de la divinité nationale sur le champ de bataille est sans doute symbolisée, dans certaines peintures murales ou certains bas-reliefs (notamment ceux d’Assurnazirpal) plus anciens, par la représentation d’un disque solaire ailé placé au-dessus des combattants et au centre duquel se trouve parfois une figure anthropomorphe barbue de profil armée d’un arc (fig. 14)109. Steven W. Holloway est parvenu à la conclusion que lesdits étendards des divinités liées à la guerre étaient bien décrits de façon synthétique comme « l’arme (ou : les armes) d’Assur (giš.kakki Aššur) » dans les IRA d’une période spécifique (entre Teglath-phalazar et Sennacherib), et qu’ils représentaient physiquement (1) l’occupation militaire assyrienne et sans doute aussi emblématiquement (2) la conclusion d’un traité de vassalité au profit de l’Assyrie110.

Fig. 14. Le dieu Assur en disque solaire ailé et en pose d’archer au-dessus du champ de bataille, sur une brique émaillée de Assur, époque de Tukulti-Ninurta II (d’après une aquarelle de Walter Andrae).

99Une troisième question concerne le rôle des dieux mineurs dans le culte des Assyriens. De tout ce que l’on a pu observer, il ressort que, si la primauté d’Assur au sein de la religion d’État assyrienne est incontestable, cette même religion d’État était également suivie en fonction de contingences « pratiques » ou « politiques », qui pour une raison ou une autre pouvaient à tout moment en infléchir singulièrement l’« orthodoxie ». Dès le début de cette étude, en effet, on a pu faire remarquer que l’introduction progressive des cultes étrangers dans la pratique religieuse assyrienne alla de pair avec l’expansion militaire de l’Empire et, dans ce chapitre même, observer les mutations que subit la « personnalité » d’Assur au fil du temps. Mais, mise à part l’image topique de la « cour » divine entourant Assur, quels étaient donc le statut et le rôle effectif des divinités assyriennes comme Nergal, Adad et Ištar et beaucoup d’autres encore ?

100Un bref aperçu géographique s’impose ici, sinon pour répondre à cette question, en soi très vaste, du moins pour en préciser les contours. Comme ils étaient parvenus, dès l’époque médio-assyrienne (xiiie-xiie siècles), à conquérir les terres qui s’étendaient entre le cœur de leur zone d’habitation (sur les deux rives du Tigre) et l’Euphrate, à l’extrémité occidentale de la steppe de la Djézireh, et qu’ils avaient ensuite été contraints de les reprendre (aux xe et ixe siècles) aux Araméens qui s’étaient progressivement infiltrés dans cette vaste plaine steppique, les Assyriens considéraient que tout le Nord de la Mésopotamie faisait partie intégrante de l’Assyrie. Dans ces conditions, la géographie imaginaire qu’ils avaient élaborée englobait les nombreuses villes implantées le long du Tigre et des affluents de l’Euphrate, villes dans la plupart des cas célèbres pour leurs temples dont la fondation remontait à une très haute antiquité. On comprend bien dès lors l’esprit qui anime le chant liturgique (ou « psaume ») donné à la cour de Ninive que voici :

J’aime Libbāli [= la ville d’Assur, voir plus haut], et j’aime aussi le dieu Assur !
J’aime la ville de Ninive, et j’aime aussi la déesse Ištar !
J’aime la ville d’Arbèles, et j’aime aussi la déesse Ištar !
J’aime la ville de Kalkhu, et j’aime aussi le dieu Ninurta !
J’aime la ville de Harrān, et j’aime aussi le dieu Sîn !
(SAAIII, 9 : l. 13-17)

  • 111 Voir T. M. Green, The City of the Moon-God : Religions Traditions of Harran, Leyde 1992.

101Toutes ces anciennes villes, et d’autres comme Guzana, Kurba’il, etc., avec leurs dieux et leurs temples, font partie de la géographie cultuelle revendiquée par les Assyriens ; on le constate aisément, non seulement par la présence des spécialistes chargés des cultes locaux mentionnés dans les textes (par exemple dans les lettres de la cour ou même dans les contrats juridiques où ils figurent comme témoins), mais aussi par l’onomastique, l’un et l’autre des grands dieux du panthéon apparaissant comme sujet d’une phrase exprimant un souhait, qui constituait le nom même. Dans plusieurs cas, on peut ainsi déterminer l’origine géographique de certains personnages grâce aux dieux qui entrent dans la composition de leur nom. Ainsi, ceux dont le nom comprend l’élément « Sîn » étaient très probablement originaires de la région de Harrān où se trouvait, depuis l’époque de Mari, plus de mille ans auparavant, un grand temple dédié à la divinité lunaire111.

102Mais dans quel ordre « hiérarchique » ces dieux mineurs qui entouraient la grande divinité nationale se trouvaient-ils ? Pour en saisir les éléments principaux, il convient d’examiner les formules d’adresse qui ouvrent les lettres envoyées au roi par les spécialistes de la « sagesse » et les autres expressions de bénédiction qui y sont attestées.

Au roi mon seigneur, (de) ton serviteur Adad-šumu-uṣur. Puissent Assur, Sîn, Šamaš, Adad, Marduk (et) Zarpanitu, Nabû (et) Tašmetu, Ištar de Ninive, Ištar d’Arbèles, Ninurta (et) Gula, Nergal (et) Las, (et tous les autres) grands dieux du ciel et de la terre, bénir abondamment le roi mon seigneur, le (roi) véridique, le bienfaiteur qui aime son peuple !
(SAAX, 228 : recto, 1.1-8)

103Comme on le voit ici (dans une lettre de Adad-šumuuṣur, exorciste au service direct des rois Assarhaddon et Assurbanipal), un ordre théologique précis s’appliquait au panthéon soumis à Assur : on trouve d’abord les grands dieux de la Lune, du Soleil et de la Tempête (Sîn, Šamaš, Adad), suivis du dieu majeur de Babylone Marduk avec son épouse Zarpanitu, puis le dieu de l’écriture et patron des scribes Nabû avec son épouse Tašmetu (à laquelle certaines des reines assyriennes semblent avoir été dévouées), puis deux manifestations distinctes de Ištar (la déesse de la guerre de Ninive et la déesse de la divination spontanée – et en l’occurrence de la prophétie – d’Arbèles), ensuite le dieu Ninurta, défenseur de l’ordre cosmique sur la terre, accouplé à la déesse de la médecine Gula et enfin le dieu des Enfers et de la bataille Nergal avec son épouse Las.

104Bien entendu, cet ordre théologique pouvait varier, même beaucoup, en fonction des tendances de chaque roi ou même des circonstances politiques (fig. 15). Il ne semble pas fortuit, par exemple, que, pendant le règne d’Assarhaddon, une partie de la cour qui faisait pression sur le roi pour qu’il reconstruise Babylone, détruite par son père Sennacherib, ait utilisé une adresse épistolaire invoquant le dieu Marduk et son fils divin Nabû.

Fig. 15. Dessin du relief sur paroi de rocher à Maltaï (Iraq du nord), représentant le roi Sennacherib priant devant le panthéon assyrien : le dieu national Assur, suivi de son épouse Mullissu, puis des dieux Sin, Enlil (?), Shamash, Adad et in fine peut être la déesse Ishtar, chacun sur son animal-symbole.

  • 112 B. Pongratz-Leisten, « The Interplay of Military Strategy and Cultic Practice in Assyrian Politics  (...)
  • 113 Le temple-akītu de Harrān fut entièrement reconstruit par Assurbanipal et décoré d’éléments d’or, d (...)

105Une autre façon d’apprécier l’importance des dieux mineurs dans les pratiques cultuelles des Assyriens, importance dont ils étaient détenteurs par nature ou par le rôle particulier qu’ils avaient pu jouer dans la « politique religieuse » au cours du temps, est de considérer le calendrier cultuel de l’année, auquel le roi devait se soumettre, sinon directement, du moins par l’intermédiaire de ses représentants. Ainsi, constate-t-on que des fêtes du même type que l’akītu d’Assur (cf. supra) étaient célébrées dans les différentes villes du pays avec des dieux locaux comme principaux intervenants112 : à Kilizi, sur la frontière orientale, d’où partaient des campagnes militaires vers la région de Zamua (voir chap. II, 3), c’était Adad, le dieu de la Tempête, qui était fêté ; à Kurba’il, près de la frontière avec l’Ourartou, une série de dieux participaient à l’akītu avec les vêtements du roi qui le représentaient ; à Harrān, sur le versant occidental de l’Assyrie, on tenait une fête-akītu pour le dieu lunaire Sîn113 ; à Der, sur la frontière entre Assyrie, Babylone et l’État oriental de l’Élam, c’était le dieu Anu, d’ancienne souche sumérienne, pour qui on accomplissait des rites, peut-être semblables à l’akītu ; à Ninive, dans le temple Emašmaš, on célébrait la déesse Ištar et il en était de même à Arbèles, ou, mieux, dans la ville voisine de Milqia, où le temple akītu, qui existait déjà au temps de Salmanazar III, fut reconstruit sous Assarhaddon, puis encore sous Assurbanipal. Sur la cérémonie qui devait se dérouler dans ce temple, on dispose d’une lettre adressée à Assarhaddon, dans laquelle le roi est appelé à se prononcer sur l’étiquette qui devrait être suivie pour l’entrée de la statue de la déesse et la sienne dans la ville d’Arbèles :

Demain, la (statue de la) déesse Šatru-Ištar pourrait laisser Milqia tôt et entrer (dans la ville d’Arbèles) avant (la statue du) roi et (la statue du) roi entrera après elle, ou bien le roi pourrait entrer (en premier) et Ištar suivra. Que le roi, mon seigneur, écrive quel (ordre d’apparition) est préférable au roi, mon seigneur. Peut-être (la statue d’) Ištar pourrait partir d’une direction et (la statue du) roi de l’autre. Comment le roi, mon seigneur, va-t-il se présenter devant Ištar ? C’est à propos de cette affaire que je viens d’écrire au roi mon seigneur.
(SAA XIII, 149)

  • 114 Sur cette tentative de coup d’État contre Assarhaddon, voir F. M. Fales,L’impero assiro, p. 271-27 (...)

106Le fait qu’une partie de ces villes se trouvait dans des zones frontalières où se déroulaient de fréquents combats, tandis que d’autres étaient le siège de cultes très anciens et bien enracinés dans la conscience des habitants locaux ne doit pas échapper au regard. En s’appropriant les cérémonies de l’akītu de tradition babylonienne, les rois assyriens les avaient considérablement modifiées. Tandis qu’en Babylonie, les dieux des centres de culte mineurs se rendaient à Babylone pour fêter le dieu principal Marduk et que le roi de Babylone justifiait ses actions au cours de l’année devant sa statue, en Assyrie c’est le roi qui rendait visite aux dieux locaux. Il ne le faisait pas tant pour vénérer ceux-ci dans leur contexte local que pour en obtenir une bienveillance personnelle. Il parvenait ainsi à consolider la fidélité des communautés locales des croyants envers la couronne assyrienne. Que cette politique religieuse des rois assyriens fût inspirée par la crainte des menaces qui pesaient sur la cohésion de l’Empire peut se démontrer a contrario par le fait que la seule vraie tentative de coup d’État contre la dynastie royale, en 670 av. J.-C., eut comme foyer principal le temple du dieu lunaire Sîn à Harrān114.

  • 115 P. Garelli, « Le dynamisme assyrien », dans Assyria 1995, p. 65-68.

107De ces informations, l’on peut conclure que la religion assyrienne se présente comme une religion d’État complexe, mêlant des composantes de nature très diverse dont l’historien doit établir le « poids spécifique ». D’une part, se déploient devant nous un ensemble de structures religieuses de longue tradition avec un cortège de modifications intervenues au cours de l’histoire (tel, par exemple, l’ensemble du culte d’Assur en tant que « dieu des Assyriens » tout court) ; d’autre part, à côté des cultes partagés par la collectivité nationale – personnifiée par le roi – on a affaire à des croyances traditionnelles propres aux différentes communautés locales de l’Assyrie proprement dite. De plus, l’historien se trouve dans l’obligation de rendre compte à la fois des pratiques religieuses spécifiques aux Assyriens d’origine et de celles de maintes populations déplacées de l’étranger vers les différents coins de l’Empire. Enfin, un des aspects les plus frappants de la religion assyrienne est qu’elle semble – au moins dans les phases les plus récentes de son histoire – dominée par la volonté précise d’établir un lien intime entre le déroulement des événements terrestres et l’histoire du cosmos. Cette volonté (Paul Garelli aurait dit « dynamisme »115) vise non seulement à modifier l’histoire du monde par les conquêtes politiques et militaires sur les peuples alentour, mais en même temps élabore, grâce à des recherches théologiques approfondies et stimulées par la couronne, une justification de nature divine aux modifications qu’elle a imposées : sur le plan des généalogies cosmiques primordiales, de la Création du monde ainsi que du conflit entre le Bien et le Mal. Ainsi s’intégrait-elle à la plus pure et à la plus ancienne tradition suméro-akkadienne dont elle ambitionnait désormais d’être l’accomplissement.

  • 116 Sur le culte d’Assur après la chute de l’Empire assyrien, voir P.-A. Beaulieu, « The Cult of AN.ŠÀR (...)

108Loin d’accréditer l’image d’une mentalité « primitive », uniquement tournée vers le pillage et la spoliation des biens de consommation ou de luxe arrachés aux peuples voisins – comme elle fut longtemps présentée, et l’est parfois encore, par les historiens – la guerre menée par les Assyriens apparaît, à cause de sa dimension religieuse notamment, comme l’expression d’une idéologie certes impérialiste mais d’un haut niveau d’élaboration. Bref, sur le champ de bataille comme dans les négociations de paix, d’alliance ou d’assujettissement, les Assyriens tenaient le discours d’une domination globale mais à plusieurs facettes, un discours auquel des structures étatiques et culturelles plus simples – pour des raisons diverses et parfois pour n’avoir qu’un passé historique beaucoup plus limité – avaient beaucoup de mal à répondre positivement. Ni « bons » ni « mauvais » en soi, selon les canons réducteurs d’une historiographie moraliste, les Assyriens peuvent être jugés simplement comme « les meilleurs dans ce qu’ils faisaient », grâce au lien organique qui unissait le Cosmos et le dieu national, le dieu national et l’État, l’État et l’action militaire, l’action militaire et le discours idéologique de la conquête. Telle est, si l’on veut, la formule qui semble mieux que d’autres faire droit aux tentatives les plus approfondies et les plus récentes de donner une définition aussi complète que possible de la politique des Assyriens, mélange d’impérialisme et de religiosité116. Configuration unique dans l’Antiquité, au moins jusqu’à l’Empire d’Auguste qui en reproduisit partiellement les mécanismes fondamentaux.

Notes

1 Voir surtout E. Frahm, « Images of Assyria in Nineteenth- and Twentieth-Century Scholarship », dans S. W. Holloway, éd., Orientalism, Assyriology, and the Bible, Sheffield 2006, p. 74-94.

2 Voir la riche documentation écrite et photographique recueillie à ce sujet par J.-M. Humbert, L’égyptomanie dans l’art occidental, Paris 1989.

3 F. N. Bohrer, « Inventing Assyria : Exoticism and Reception in Nineteenth-Century England and France », dans S. W. Holloway,Orientalism, Assyriology and the Bible, p. 222-266.

4 Comme l’a rappelé B. André-Salvini, (« “Où sont-ils ces remparts de Ninive ?” Les sources d’information sur l’Assyrie avant les fouilles », dans É. Fontan, éd., De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris 1994, p. 22-43 : p. 32) le tableau de Delacroix (maintenant au Musée du Louvre) reprend la description de l’historien Diodore (II, 26-28) sur la mort du dernier roi d’Assyrie. Celui-ci, ayant reçu un oracle négatif sur le sort de Ninive et de sa royauté, s’enferma « avec ses femmes et ses eunuques dans une chambre construite au milieu d’un bûcher, (et) il se fit réduire en cendres avec ses gens et son palais ».

5 « L’Assyrien fondit comme un loup sur le troupeau/et ses armées luisaient de pourpre et d’or » : Byron, The destruction of Sennacherib, 1815, strophe 1.

6 Sur la vie et l’œuvre de Layard, voir la bibliographie en fin du volume.

7 Voir notamment à ce sujet l’étude de J. E. Reade, « Les relations anglo-françaises en Assyrie », dans É. Fontan, éd., De Khorsabad à Paris, p. 116-135.

8 M. T. Larsen, The Conquest of Assyria. Excavations in an Antique Land, Londres-New York 1996, p. 14-20. En Égypte, Botta fit la connaissance du dandy et écrivain (et ensuite Premier Ministre d’Angleterre) Benjamin Disraeli, qui l’immortalisa comme l’opiomane Marigny dans son roman Contarini Fleming (ibid., p. 16). Vers la même époque, curieusement, Austen Henry Layard faisait aussi la connaissance de Disraeli dans les salons de son oncle, avocat de Londres, et plusieurs années plus tard, il deviendra, comme membre du Parlement anglais, un soutien du gouvernement.

9 C. F. Volney, Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires, Paris 1791, chap. II.

10 Lettre citée par É. Fontan, « Introduction », dans É. Fontan, éd., De Khorsabad à Paris, p. 12.

11 Les rapports sur les extraordinaires découvertes de Botta furent publiés entre 1843 et 1844 dans le Journal Asiatique, provoquant ainsi une grande curiosité tant en France qu’en Angleterre. De plus, Canning et Layard eurent l’occasion d’admirer les dessins de Flandin pendant son passage à Istanbul durant son voyage de retour.

12 La lettre est reproduite par M. T. Larsen, The Conquest of Assyria, p. 67.

13 Le nom de ce site est également présent dans les œuvres anciennes se référant à Nimrod qui est décrit comme « grand chasseur » dans la Bible (Gen. 10, 8-12) et dans le Coran (21 : 52-69) : voir V. K. van der Toorn, P. W. van der Horst, « Nimrod before and after the Bible », The Harvard Theological Review 83 (1990), p. 1-29.

14 La lettre est reproduite par M. T. Larsen, The Conquest of Assyria, p. 96.

15 Ibid., p. 134-137.

16 La Divine Comédie, Purgatoire, xii, 52-54, où il est question du meurtre du roi par ses fils. Pour les données assyriennes sur le même épisode, voir S. Parpola, « The Murderer of Sennacherib », dans B. Alster, éd., Death in Mesopotamia, Copenhague 1980, p. 171-182.

17 Comme on le sait, le deuxième grand palais de Quyunjik, le « palais nord-ouest » d’Assurbanipal, avec 24 000 tablettes environ provenant de la « bibliothèque royale » et les extraordinaires bas-reliefs de la chasse au lion, fut fouillé en 1852 par Rassam, à l’insu de Victor Place.

18 É. Fontan, « Adrien de Longpérier et la création du musée assyrien du Louvre », dans É. Fontan, éd., De Khorsabad à Paris, p. 230.

19 Voir M. T. Larsen, The Conquest of Assyria, p. 214.

20 Sur le style du récit de Layard, voir F. M. Fales, « Layard’s Observation of Iraq », dans F. M. Fales, B. J. Hickey, éd., Austen Henry Layard tra l’Oriente e Venezia, Rome 1987, p. 55-79.

21 J. Rudœ, « Lady Layard’s Jewellery and the “Assyrian Style” in Nineteenth-Century Jewellery Design », ibid., p. 213-226.

22 Les dessins de Flandin, aussi bien que ceux de Layard et des artistes anglais qui l’aidèrent, forment la plus grande partie des illustrations de ce livre car ils offrent une plus grande netteté que les photographies en noir et blanc des bas-reliefs en pierre. En outre, ces dessins témoignent de plusieurs scènes sculptées qui ont malheureusement disparu au cours du dernier siècle et demi, par effet de l’incurie ou du pillage.

23 D. M. Reid, « Egyptology under Khedive Ismail : Mariette, al-Tahtawi, and Brugsch, 1850-82 », dans S. W. Holloway, éd., Orientalism, Assyriology, and the Bible, p. 139-185.

24 Les trois autres étaient les spécialistes anglais du cunéiforme Edward B. Hincks et Henry C. Rawlinson et le génial amateur William Henry Fox Talbot (1800-1877) – l’inventeur de la première forme de reproduction d’images sur plaque (« calotype »), qui avait stimulé la compétition même. Sur Fox Talbot, voir le portrait approfondi par S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 27-36.

25 S. W. Holloway, « Biblical Assyria and Other Anxieties in the British Empire », Journal of Religion and Society 3 (2001), § 6.

26 C. B. F. Walker, « The Kouyunjik Collection of Cuneiform Texts : Formation, Problems, and Prospects », dans F. M. Fales, B. J. Hickey, éd., Austen Henry Layard tra l’Oriente e Venezia, p. 183-193.

27 E. Schrader, Die Keilinschriften und das Alte Testament, Giessen 1878. On rappellera qu’une génération après (1902-1905), le vent de la polémique « Bibel-Babel », amenée par Friedrich Delitzsch (et soutenue personnellement par le Kaiser), selon laquelle les plus importants récits bibliques ne représentaient rien d’autre qu’une reprise de la littérature babylonienne, secoua le monde scientifique et religieux allemand avec ses poussées d’antisémitisme (voir R. G. Lehmann, Friedrich Delitzsch und der Babel-Bibel-Streit, Fribourg-Göttingen 1990).

28 F. Hommel, Geschichte Babyloniens und Assyriens, Berlin 1888, p. 5.

29 M. Liverani, « History and Archaeology in the Ancient Near East : 150 Years of a Difficult Relationship », dans H. Kühne et al., éd., Fluchtpunkt Uruk. Schriften für H.J. Nissen, Rahden 1999, p. 2.

30 Cf. F. M. Fales, Saccheggio in Mesopotamia, Udine 2006, passim.

31 M. Liverani, « Imperialism », dans S. Pollock, R. Bernbeck, éd., Archaeologies of the Middle East : Critical Perspectives, Oxford 2005, p. 225- 226.

32 D. G. Hogarth, The Ancient East, Londres 1915, p. 6.

33 A. T. E. Olmstead, History of Assyria, New York 1925.

34 A. T. E. Olmstead, « Oriental Imperialism », The American Historical Review 23 (1918), p. 759.

35 M. Liverani, « History and Archaeology in the Ancient Near East », p. 4.

36 W. von Soden, Der Aufstieg des Assyrerreichs als geschichtliches Problem, Leipzig 1937.

37 E. Frahm, « Images of Assyria in Nineteenth – and Twentieth-Century Western Scholarship », p. 86-87.

38 T. Jacobsen, « Primitive Democracy in Ancient Mesopotamia », JNES 2 (1943), p. 159-172.

39 W. von Soden, « Die Assyrer und der Krieg », Iraq 25 (1963), p. 131-144.

40 H. W. F. Saggs, « Assyrian Warfare in the Sargonid Period », Iraq 25 (1963), p. 145-154.

41 Voir la bibliographie en fin du volume.

42 F. Malbran-Labat, L’armée et l’organisation militaire de l’Assyrie d’après les lettres des Sargonides trouvées à Ninive, Genève-Paris 1982.

43 Ibid., p. 165.

44 A. K. Grayson, « Assyrian Rule of Conquered Territory in Ancient Western Asia », dans J. Sasson, éd., Civilizations of the Ancient Near East, II, New York 1995, p. 959.

45 A. K. Grayson, « Assyrians », dans E. M. Meyers, éd., The Oxford Encyclopaedia of Archaeology in the Ancient Near East, I, Oxford 1997, p. 230.

46 Voir la bibliographie en fin de volume.

47 Voir la bibliographie en fin de volume.

48 Voir récemment S. Pakpola, « International Law in the First Millenium », dans R. Westbrook, éd., A History of Ancient Near Eastern Law II, Leyde-Boston 2005, p. 1025-1070 ; F. M. Fales, « Il periodo neo-assiro : trattati ed editti », dans M. Liverani, C. Mora, éd., Diritti dell’Oriente cuneiforme, Pavie 2008, p. 29-78.

49 Il s’agit d’un texte composé sous le règne de Teglath-phalazar I (1115-1077 av. J.-C.) : voir B. R. Foster, From Distant Days. Myths, Tales and Poetry from Ancient Mesopotamia, Bethesda 1995, p. 206-207 ; D. O. Edzard, « LKA 62 : Parodie eines assyrischen Feldzugsberichts », dans G. Frame, éd., From the Upper Sea to the Lower Sea. Studies… A.K. Grayson, Leyde 2004, p. 80-87.

50 On ne peut se passer de citer ici, à propos des assyriologues, la critique bien connue de Jean Bottéro : « Trop peu nombreux et suroccupés à déchiffrer leurs documents épineux, sortis de terre, depuis un siècle, par centaines de mille et inscrits sur de friables plaquettes d’argile, dans un langage et une écriture morts et oubliés depuis deux millénaires, ils donnent l’impression d’astronomes exclusivement fascinés par quelque énorme globe errant au firmament et séparé de nous par des milliers d’années-lumière » (J. Bottéro, Mésopotamie : l’écriture, la raison et les dieux, Paris 1987, p. 42).

51 S. Gitin, « The Neo-Assyrian Empire and its Western Periphery : the Levant, with a Focus on Philistine Ekron », dans S. Parpola, R. M. Whiting, éd., Assyria 1995. Proceedings of the 10th Anniversary Symposium of the Neo-Assyrian Text Corpus Project, Helsinki 1997, p. 77-90 ; D. Masters, « Trade and Politics : Ashkelon’s Balancing Act in the Seventh Century B. C. E. », BASOR 330 (2003), p. 47-64.

52 B. J. Parker, The Mechanics of Empire. The Northern Frontier of Assyria as a Case Study in Imperial Dynamics, Helsinki 2001, p. 10 et passim.

53 W. Mayer, Politik und Kriegskunst der Assyrer, Münster 1995.

54 A. Fuchs, « War das Neuassyrische Reich ein Militärstaat ? », dans B. Meissner et al., éd., Krieg – Gesellschaft – Institutionen, Berlin 2005, p. 35-60.

55 R. J. Van der Spek, « Assyriology and History : a Comparative Study of War and Empire in Assyria, Greece, and Rome », dans M. E. Cohen et al., éd., The Tablet and the Scroll… Studies W. W. Hallo, Bethesda (Md.) 1993, p. 262-270.

56 S. W. Holloway, Aššur is king !, passim.

57 C. Cioffi-Revilla, « Origins and Evolution of War and Politics », International Studies Quarterly 40 (1996), p. 1-22 ; et surtout le vaste volume de A. Gat, War in Human Civilization, Oxford 2006.

58 R. Cohen, R. Westbrook, éd., Isaiah’s Vision of Peace in Biblical and Modem International Relations, passim.

59 Malgré le travail collectif considérable qui a été accompli pendant plusieurs décennies sur les IRA, on n’est pas parvenu aujourd’hui encore à une édition complète et à jour, en translittération et traduction. Voir la bibliographie en fin du volume.

60 Pour ce qui concerne la guerre, les bas-reliefs forment un corpus documentaire particulièrement riche. En 250 ans, six ensembles de bas-reliefs (datant des règnes de Assurnazirpal II, Salmanazar III, Teglath-phalazar III, Sargon II, Sennacherib, Assurbanipal), montrant des dizaines de scènes de guerre chacun, ont été taillés. Pour les études sur la guerre dans les bas-reliefs assyriens, voir la bibliographie en fin de volume.

61 Pour les inscriptions sur parois rocheuses, voir D. Morandi, « Stele e statue reali assire : diffusione e implicazioni ideologiche », Mesopotamia 23 (1988), p. 105-156.

62 En anglais State Archives of Assyria ; pour une critique de la véracité historique de ce concept d’archive étatique, de sa pertinence et de sa fonction, voir F. M. Fales, L’impero assiro, p. 92-96.

63 Les IRA datent leurs récits par palû, ou « année de règne » de chaque roi. Par contre, la façon usuelle de dater les textes « quotidiens » en Assyrie était l’utilisation des limmu ou « éponymes », hauts fonctionnaires qui donnaient leur nom à l’année en cours, parfois suivant un ordre hiérarchique préétabli. Pour les listes d’éponymes (indispensables aux historiens modernes pour pouvoir en déduire une chronologie absolue), voir A. R. Millard, The Eponyms of the Assyrian Empire, 910-612 B.C., Helsinki 1994.

64 Voir notamment à ce sujet R. S. Ellis, Foundation Deposits in Ancient Mesopotamia, New Haven 1968.

65 Leur réalisation semblerait dériver de modèles préliminaires à échelle réduite en argile, comme l’exemple fragmentaire reproduit dans R. D. Barnett, A. Lorenzini, Assyrian Sculpture in the British Museum, Toronto 1975, p. 36.

66 Les exemplaires qui survivent viennent surtout des palais provinciaux de Arslan Tash (l’ancienne Hadattu) et de Tell Ahmar (l’ancienne Til-Barsip), deux villes fouillées par l’assyriologue et archéologue français F. Thureau-Dangin. Sur l’utilisation des couleurs, voir par ex. P. Matthiae, L’arte degli assiri, Bari 1996.

67 Le premier témoignage de cette technique est représenté par les portes de la ville de Imgur-Enlil (la moderne Balawat, non loin de Nimroud), découvertes par Hormuzd Rassam (voir 1, plus haut) en 1878 : voir tout récemment A. Schachner, Bilder eines Weltreichs, Turnhout 2007.

68 D. Nadali, « Esarhaddon’s glazed bricks from Nimrud : The Egyptian campaign depicted », Iraq 68 (2006), p. 109-120.

69 Voir F. M. Fales, « Multilingualism on multiple media in the Neo-Assyrian period : a review of the evidence », SAAB 16 (2007), p. 95-122.

70 Pour les références concernant l’utilisation des tablettes de bois, voir S. Parpola, « Assyrian Library Records », JNES 42 (1983), p. 1-29. L’usage de l’écriture sur cire continua dans toute l’Antiquité, au Moyen Âge et jusqu’au xviiie siècle ; voir par ex. E. Lalou, « Les tablettes de cire médiévales », Bibliothèque de l’École des Chartes 147 (1989), p. 123-140.

71 L’étude de cet aspect rédactionnel des IRA commença avec A. T. Olmstead, Assyrian Historiography : A Source Study, Columbia (Missouri) 1916 ; pour l’état actuel de la question, voir F. M. Fales, « Assyrian Royal Inscriptions : Newer Horizons », SAAB 13 (1999-2001), p. 115-144.

72 Un regard rapide aux éditions des IRA mises à jour par A. K. Grayson (voir la bibliographie en fin du volume) suffit pour prendre connaissance du nombre (très variable) des exemplaires existant pour chaque « édition » des textes de cette catégorie.

73 P. Garelli, « La propagande royale assyrienne », Akkadica 27 (1982), p. 16-29.

74 Ces bas-reliefs fonctionneraient donc comme une sorte de sacrifice commémoratif (L. Bachelot, « La fonction politique des reliefs néo-assyriens », dans D. Charpin, F. Joannès, éd., Marchands, diplomates et empereurs, Paris 1991, p. 109-128). Toutefois, même dans ce cas, on a omis de considérer les divinités assyriennes comme un autre public possible de ces manifestations figuratives.

75 Sur la sémiotique de la communication épistolaire assyrienne, voir F. M. Fales, L’impero assiro, p. 122-128.

76 Voir par ex. l’étude critique de R. Jacoby, « The Representation and Identification of Cities on Assyrian Reliefs », IEJ 41 (1991), p. 112-131.

77 La plus fameuse est celle qui contient la description de la VIIIe campagne militaire de Sargon II en 714 (F. Thureau-Dangin, Une relation de la huitième campagne de Sargon (714 av. J-C.), Paris 1912) ; l’édition plus complète de ce texte, qui comprend aussi des fragments découverts plus récemment, est maintenant celle de W. Mayer, « Sargons Feldzug gegen Urartu – 714 v. Chr. Text und Übersetzung », MDOG 115 (1983), p. 65-131.

78 PNA, 1/I, p. 145-152. Il convient de rappeler aux non-spécialistes que l’on a pris l’habitude depuis les débuts de l’assyriologie d’appeler certains des derniers rois d’Assyrie (voir le tableau chronologique en fin de volume) non par leur nom d’origine, mais par celui qui leur fut attribué dans les textes bibliques (remodelé ensuite dans les versions de l’Ancien Testament par les différentes traditions linguistiques européennes). Cela vaut pour Salmanazar III (ass. Šulmānu-ašaredu), Teglath-phalazar II (ass. Tukulti-apil-Ešarra), Sargon II (ass. Šarru-kēnu), Sennacherib (ass. Sîn-aḫḫē-erība) et Assarhaddon, cité plus haut. Au contraire, certains des rois assyriens, non mentionnés dans l’Ancien Testament, ont plus ou moins conservé leur nom originel dans les œuvres historiographiques modernes (c’est le cas, par ex., de Assurnazirpal II, Adad-nerari II/III et d’Assurbanipal). Pour les noms propres assyriens dans la Bible et les textes ouest-sémitiques, voir A. R. Millard, « Assyrian Royal Names in Biblical Hebrew », JSS 21 (1976), p. 1-14.

79 Voir M. Liverani, « Guerra santa e guerra giusta nel Vicino Oriente antico (circa 1600-600 a. C.) », Studi storici 2002, p. 639-659 : p. 639, pour le projet d’« agrandir les frontières » de sa propre terre, qui était aussi un motif fréquent de l’idéologie royale des Pharaons de la XVIIe dynastie.

80 W. G. Lambert, « The God Aššur », Iraq 45 (1983), p. 82-86.

81 A. Livingstone, « New Dimensions in the Study of Assyrian Religion », Assyria 1995, p. 165, pense qu’Assur se trouvait sur une éminence considérée comme sainte depuis la préhistoire, « comparable en principe avec certains lieux saints élevés en Palestine et en Arabie du Nord ».

82 Il se peut que plusieurs sanctuaires mineurs du dieu aient été bâtis dans les colonies commerciales assyriennes en Cappadoce au début du iie millénaire. Le cas le plus récent de « duplication » date du xiiie siècle : Tukulti-Ninurta I, voulant déplacer toute l’administration de l’État dans sa nouvelle capitale, Kar-Tukulti-Ninurta, y plaça aussi un temple d’Assur. En revanche, dans la nouvelle capitale de Sargon II (722-705), Dur-Sharruken, on ne construisit aucun temple dédié à la divinité nationale (voir G. Frame, « My Neighbour’s God : Aššur in Babylonia and Marduk in Assyria », BCMS 34 (1999), p. 12).

83 J. N. Postgate, « The Land of Assur and the Yoke of Assur », World Archaeology 23 (1992), p. 247-260.

84 W. G. Lambert, « The God Aššur », p. 86 ; voir aussi A. Livingstone, « New Dimensions in the Study of Assyrian Religion », p. 165-167.

85 D. Charpin, J.-M. Durand, « Aššur avant l’Assyrie », Mari 8 (1997), p. 367-391 ; J.-N. Postgate, Early Mesopotamia, Londres-New York 1992, passim.

86 J.-M. Durand, « La situation historique des šakkanakku : nouvelle approche », Mari 4 (1985), p. 147-172.

87 J. Bär, « Walter Andrae – ein Wegbereiter der modernen Archäologie », dans J. Marzahn, B. Salje, éd., Wiederstehendes Assur. 100 Jahre deutsche Ausgrabungen in Assyrien, Mayence 2003, p. 45-52.

88 Sur l’histoire des colonies assyriennes en Cappadoce, voir C. Michel,Correspondance des marchands de Kanish, Paris 2001, qui donne un recueil exhaustif et complètement mis à jour des lettres échangées entre Assur et Kanish.

89 D. Charpin, N. Ziegler, Mari et le Proche- Orient à l’époque amorrite. Essai d’histoire politique, Paris 2003.

90 S. M. Maul, « Marduk, Nabû und der assyrische Enlil : die Geschichte eines sumerischen Šu’ilas », dans S. M. Maul, éd., tikip santakki mala bašmu... Festschrift für Rykle Borger, Groningen 1998, p. 191-192.

91 A. George, House Most High : The Temples of Ancient Mesopotamia, Winona Lake 1993, p. 116,145

92 Cf. G. W. Vera Chamaza, Die Omnipotenz Aššurs, Münster 2006, p. 149-151.

93 Malgré la tentative de Tukulti-Ninurta I (1244-1208 av. J.-C.) qui s’installa dans une nouvelle ville, bâtie à peu de distance d’Assur, Kar-Tukulti-Ninurta : voir T. Eichoff, Kar Tukulti Ninurta : eine mittelassyrische Kult- und Residenzstadt, Berlin 1985.

94 Pour une synthèse sur les offrandes au temple d’Assur, voir S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 100-108.

95 Pour le système de provinces en Assyrie, voir maintenant K. Radner, « Provinz. C. Assyrien », dans RlA X, p. 42-68.

96 Pour les œuvres au temple d’Assur des rois assyriens, voir G. van Driel,The Cult of Assur, Assen 1969, p. 1-31.

97 Voir E. Frahm, Einleitung in die Sanherib-Inschriften, Vienne 1997, p. 282-288 ; G. W. Vera Chamaza, Die Omnipotenz Aššurs, p. 151-154. Son fils Assarhaddon, menant une politique religieuse tout à fait contraire – peut-être par crainte que la disgrâce des dieux ne frappe la dynastie royale – fit entièrement reconstruire le temple Esagila de Marduk dans la ville sainte de la Mésopotamie méridionale, accomplissant volontairement un rituel d’inauguration des travaux. À partir de ce moment et au cours du règne suivant d’Assurbanipal (qui remporta la statue de Marduk à Babylone), le statut de Marduk semble avoir été plus ou moins équivalent à celui d’Assur. Chacun était chef du panthéon de son pays.

98 L’étymologie du mot akītu, qui renvoyait peut-être à un ancien nom de mois, reste encore inconnue (voir CAD A/1, 271-272). Pour la fête-akītu en Assyrie, voir F. Joannès, éd., Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, article « Fêtes religieuses », p. 333-336.

99 Voir B. Oded, « ‘The Command of the God’ as a Reason for Going to War in the Assyrian Royal Inscriptions », dans M. Cogan, I. Eph’al, éd., Ah, Assyria... Studies in Assyrian History and Ancient Near Eastern Historiography Presented to Hayim Tadmor, Jérusalem 1991, p. 223-230.

100 Pour cette dichotomie de base, voir M. Liverani, « Memorandum on the Approach to Historiographic Texts », dans G. Buccellati, éd., Approaches to the Study of the Ancient Near East. Studies Offered to Ignace Jay Gelb (“Orientalia” 42/1-2), Rome 1973, p. 178-194.

101 M. Liverani, « The Ideology of the Assyrian Empire », dans M. T. Larsen, éd., Power and Propaganda. A Symposium on Ancient Empires, Copenhague 1979, p. 297-317.

102 F. M. Fales, « The Enemy in Assyrian Royal Inscriptions : the “Moral Judgment” », dans H.-J. Nissen, J. Renger, éd., Mesopotamien und seine Nachbarn, Berlin 1982, II, p. 425-435.

103 S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 181-193.

104 Voir CAD K, p. 296-297.

105 Voir le livre de synthèse d’E. Cassin, La splendeur divine. Introduction à l’étude de la mentalité mésopotamienne, Paris-La Haye 1968 ; CAD M/2, p. 11b-12a.

106 S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 181-182, 187. Cette même ṣalam šarri constitue l’élément-sujet, de caractère théophore, dans plusieurs noms propres de l’époque.

107 Voir B. Pongratz-Leisten, K. Deller, E. Bleibtreu, « Götterstreitwagen und Götterstandarten : Götter auf dem Feldzug und ihr Kult im Feldlager », BaM 23 (1992), p. 293-356. Cf. aussi la figure 25, plus haut.

108 Une représentation d’Ištar se trouve aussi sur un casque en fer à crête de Nimrud : voir T. Deszö, Near Eastern Helmets of the Iron Age, Londres 2001, p. 47-49. La déesse est représentée debout sur un lion, avec deux carquois croisés dans son dos, un bouclier (?) sur le dos et une épée à la ceinture, selon une iconographie qu’on trouve aussi sur stèles et sceaux-cylindres. Deszö pense qu’il s’agit ici en particulier de la déesse Ištar d’Arbèles, sur la base de la description assez semblable qu’en donnait Assurbanipal, après l’avoir vue en rêve avant une bataille, dans une de ses inscriptions officielles (Cylindre B, col. V : l.49-53).

109 Voir par ex. R. D. Barnett, A. Lorenzini, Assyrian Sculpture in the British Museum, fig. 13. Il s’agit d’un motif stylistique qui dérivait de l’art médio-assyrien, et qui perdit son attraction au fil du temps. De nombreux commentateurs pensent, par ailleurs, qu’il s’agit ici du dieu du soleil et de la justice Šamaš.

110 S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 160-177. Le complexe lexical de « l’arme d’Assur » (intéressant en soi pour ses connotations belliqueuses, tandis qu’il devait en principe s’appliquer à des opérations d’alliance) sera remplacé par le terme technique d’origine araméenne adê, « traité », dans les règnes suivants.

111 Voir T. M. Green, The City of the Moon-God : Religions Traditions of Harran, Leyde 1992.

112 B. Pongratz-Leisten, « The Interplay of Military Strategy and Cultic Practice in Assyrian Politics », Assyria 1995, p. 245-252 ; ead., « Neujahr(sfest). B. Nach akkadischen Quellen », RlA IX, p. 294-298.

113 Le temple-akītu de Harrān fut entièrement reconstruit par Assurbanipal et décoré d’éléments d’or, d’argent et d’autres métaux brillants. Comme l’a éclairci J. Novotny, « A note on the Akītu-House at Harrān », dans C. Wunsch, éd., Mining the Archives. Festschrift... C.B.F. Walker, Dresde 2002, p. 191-199, ce roi installa le temple à l’intérieur de la ville, tandis qu’auparavant il était à l’extérieur et – semble-t-il – caractérisé par la présence massive de bois de cèdre.

114 Sur cette tentative de coup d’État contre Assarhaddon, voir F. M. Fales,L’impero assiro, p. 271-272.

115 P. Garelli, « Le dynamisme assyrien », dans Assyria 1995, p. 65-68.

116 Sur le culte d’Assur après la chute de l’Empire assyrien, voir P.-A. Beaulieu, « The Cult of AN.ŠÀR/Aššur in Babylonia after the Fall of the Assyrian Empire », SAAB 11 (1997), p. 55-73.

Table des illustrations

Légende Fig. 2. Layard fait enlever par cordes et traîneaux, selon la technique illustrée par les bas-reliefs assyriens, les statues des taureaux ailés à tête humaine de Nimroud.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 3. Position respective des trois villes assyriennes de Dur-Sharrukin (Khorsabad), Kalkhu (Nimroud) et Ninive (Quyunjik), gisant sur le Tigre ou un peu plus loin, que Botta et Layard prirent tour à tour pour la « Ninive » des sources classiques et de la Bible.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 4. La soumission de Jéhu d’Israël devant Salmanazar III, registre sculpté dans l’« Obélisque noir ».
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 5. Groupe de fantassins dans les bas-reliefs d’Arslan Tash (Syrie). Musée archéologique d’Istanbul.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 6. Disposition des textes officiels (bande horizontale au centre) par rapport aux panneaux des bas-reliefs de Teglath-Phalazar III.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 7. Inscription en deux écritures/langues (cunéiforme/assyrien à gauche, alphabétique/araméen à droite) sur la même tablette d’argile.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 8. Essai de reconstruction (par Layard, env. 1850) de l’accès aux salles royales du palais d’Assurnazirpal II a Kalkhu, avec ses longues séquences de bas-reliefs en couleurs vifs sur les parois et ses énormes taureaux ailés à tête humaine à l’entrée.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 9. Plan du secteur nord de la ville d’Assur, sur un éperon dominant le Tigre et un ancien affluent du fleuve. En haut, de droite à gauche, le temple du dieu, puis la ziggurat à base carrée, ensuite le palais royal et les autres édifices publics fouillés par Walter Andrae. Le double mur d’enceinte délimite ce secteur vers ouest et sud.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 10. Le temple et la ziggurat d’Assur vus du Tigre dans une reconstruction par Walter Andrae.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 11. Le dieu Marduk et son animal-symbole, d’après une stèle de donation de terres (kudurru) du IIe millénaire av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 12. Le bit akiti d’Assur (vers le haut à droite, sur la rive de l affluent du Tigre) vu de la terrasse du palais royal dans une reconstruction par Walter Andrae.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 13. Étendard de guerre en métal de Sargon II
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 14. Le dieu Assur en disque solaire ailé et en pose d’archer au-dessus du champ de bataille, sur une brique émaillée de Assur, époque de Tukulti-Ninurta II (d’après une aquarelle de Walter Andrae).
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 15. Dessin du relief sur paroi de rocher à Maltaï (Iraq du nord), représentant le roi Sennacherib priant devant le panthéon assyrien : le dieu national Assur, suivi de son épouse Mullissu, puis des dieux Sin, Enlil (?), Shamash, Adad et in fine peut être la déesse Ishtar, chacun sur son animal-symbole.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1837/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search