Version classiqueVersion mobile

Guerre et paix en Assyrie

 | 
Frederick Mario Fales

Introduction

Texte intégral

  • 1 Sur les principes généraux de méthodologie historique dans les disciplines du Proche-Orient ancien (...)

1Cette série de conférences sur « Guerre et paix en Assyrie » est née de l’idée que l’étude de l’Empire assyrien représente aujourd’hui, parmi les disciplines historiques, philologiques et archéologiques du Proche-Orient ancien, un champ d’investigation en plein développement1. Comme il apparaîtra à la lecture de ce livre, l’époque néo-assyrienne (environ du ixe au viie siècle av. J.-C.) est aujourd’hui documentée par des milliers de textes, à présent bien transcrits et traduits, et par un ensemble de résultats archéologiques qui ne cesse de croître. Notons surtout que ces données concernent désormais non seulement le centre politique de l’Empire (correspondant aujourd’hui à l’Iraq du nord et la Syrie orientale), mais aussi certaines des zones périphériques (Syrie occidentale, Israël et Palestine, Turquie méridionale, Iran de l’ouest) investies par les Assyriens au terme de leurs conquêtes militaires (fig. 1).

  • 2 Notamment la série SAA : voir la liste d’abréviations pour les données bibliographiques.
  • 3 La série State Archives of Assyria Studies (SAAS), dans laquelle sont parus jusqu’à présent 20 volu (...)
  • 4 F. M. Fales, L’impero assiro : Storia e amministrazione (ix-vii sec. a. C.), Rome-Bari 2001 ; voir (...)

2Grâce à un regain d’intérêt international, motivé par différents facteurs, l’Assyrie de la dernière période de son existence historique est devenue, au cours de ces trente dernières années, l’objet d’une longue série de publications scientifiques, consacrées soit à la remise à jour des textes et des fouilles anciennes, soit à la présentation des plus récents résultats de la recherche philologique et des fouilles archéologiques toujours en cours2. Quant aux élaborations secondaires, elles peuvent à présent se trouver réunies dans des séries monographiques spécifiques et même dans une revue spécialisée d’études assyriennes, qui en est à son dix-septième volume3. Enfin, une synthèse des connaissances actuelles sur l’histoire assyrienne, qui comble ainsi un vide spécifique de plus de soixante ans, est parue en 20014.

Fig. 1. Carte de l’Asie occidentale à l’époque néo-assyrienne et néo-babylonienne

3En un mot, les études sur la période néo-assyrienne représentent aujourd’hui une « ligne avancée » de la recherche sur le Proche-Orient ancien, comme elles le furent il y a cent soixante ans déjà, quand la quantité considérable des trouvailles provenant des premières fouilles archéologiques menées en Mésopotamie du Nord fut accessible et que la science philologique des textes cunéiformes prit le nom d’« Assyriologie ». En témoigne l’intérêt suscité par les congrès internationaux exclusivement consacrés à ce sujet au cours de ces quinze dernières années. Mais c’est précisément à cause du dynamisme de ces études que les données ne cessent de se multiplier et les résultats de se modifier très rapidement. Ainsi, comme nous pourrons le constater dans les pages qui suivent, l’horizon historique qui concerne l’activité militaire des Assyriens s’est notoirement élargi au cours des deux dernières décennies. Le besoin de présenter un état actualisé de cette question a donc été à l’origine de ces conférences et par conséquent des pages qui suivent.

4Le titre qui leur fut donné, « Guerre et paix en Assyrie », pourrait, à première vue du moins, étonner le lecteur car lorsqu’on évoque l’Assyrie ancienne, l’image qui spontanément se présente à l’esprit est celle d’un État qui s’est totalement et inlassablement consacré à la guerre. En effet, l’idée qu’une paix, quelle qu’en fût la forme, pût être recherchée ou défendue par les Assyriens est pour nous difficilement concevable car aucun témoignage explicite d’une telle conception de leur part ne semble, au moins à première vue, nous être parvenu.

  • 5 Il convient de rappeler, au préalable, que les Assyriens, tout en ayant fondé un véritable empire t (...)

5 Cependant, si on l’examine attentivement, la réalité est différente, dans une certaine mesure au moins. C’est un fait bien établi, certes, que le conflit armé – mené sans relâche – fut, à partir du xive siècle av. J.-C., le moyen le plus utilisé par les Assyriens pour étendre progressivement vers l’ouest et le nord leur territoire, à l’origine très limité dans la plaine du Tigre. Ils finirent ainsi par constituer ce que l’on considère être le premier empire universel de l’Antiquité5. Rappelons que, du ixe à la fin du viie siècle av. J.-C., ce dernier s’étendait, d’est en ouest, des monts Zagros en Iran à la Méditerranée et, du nord au sud, des monts Taurus en Anatolie à l’Égypte, et que tous les États compris dans ce vaste ensemble étaient, sinon parties intégrantes de l’Assyrie proprement dite, au moins fortement liés à elle par des pactes de clientèle ou d’assujettissement. À l’intérieur de ce cadre général, notre objectif sera donc d’appréhender et de définir l’entreprise militaire des Assyriens en faisant appel à toutes les sources aujourd’hui disponibles. Celles-ci nous montreront que la guerre ne représentait jamais qu’un des éléments – bien que très important – d’une politique d’État globale, s’appliquant aussi bien à l’administration des territoires intérieurs qu’au contrôle des régions extérieures soumises en tant que « clients » ou alliés.

  • 6 Sur la guerre comme composante permanente des rapports politiques dans la Mésopotamie ancienne depu (...)

6Nous établirons donc que la guerre ne fut pour les Assyriens qu’un outil politique ou une stratégie particulière pour le règlement des rapports internationaux, parmi lesquels existaient également des paix et alliances négociées. Ces dernières ne résultaient pas nécessairement d’une décision unilatéralement imposée, mais faisaient parfois l’objet d’un véritable accord diplomatique de non-belligérance convenant aux deux parties. « Guerre » et « paix », ces deux concepts antinomiques, mais pas nécessairement impossibles à rapprocher, et centraux dans le domaine de l’histoire et de la politique de tout État, antique ou moderne6, en particulier de toute entité à caractère impérial, vont constituer le premier objet de ce livre, consacré aux Assyriens, à qui l’on impute toujours la plus grande férocité qu’ait connue l’Asie occidentale ancienne.

  • 7 E. W. Saïd, L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, Paris 1996. Sur l’essentialisme comme co (...)

7Notre objectif sera, en fin de compte, de soustraire les Assyriens à un jugement typiquement « réifiant » ou pire « essentialiste », qui tendrait à exposer la nature par essence négative de l’autre pour faire mieux apparaître la vertu fondamentale que l’on attribue à la sienne. Comme on le sait après les travaux d’Edward Saïd et de ses disciples, un regard essentialiste de ce type se retrouve au fondement de nombreux jugements que portèrent les Européens sur l’Orient (ancien et surtout contemporain) à partir du xviie siècle de notre ère. C’est largement par une telle attitude que l’Europe parvint à une autodéfinition, fonctionnant comme paradigme et point d’aboutissement de la modernité7. Un bon exemple de ce regard essentialiste nous est donné par un passage de l’œuvre du voyageur et diplomate écossais John Malcolm (1769-1833) consacré à la Perse, toujours considérée comme un modèle d’immuabilité :

  • 8 J. Malcolm, The History of Persia from the Most Early Period to the Present Time, Londres 1815, vol (...)

Bien qu’aucun pays n’ait subi, pendant les vingt derniers siècles, plus de révolutions que le royaume de Perse, aucun sans doute ne fut moins altéré que lui par ce type d’événement. La puissance des rois et des satrapes des temps anciens ; l’époustouflante magnificence de la cour, les mœurs du peuple, leur répartition en citoyens, tribus guerrières et farouches montagnards ; l’administration interne et leur façon de faire la guerre, ont pour l’essentiel perduré ; les Persans, dans la mesure où nous pouvons en juger, ne sont pas actuellement un peuple très différent de ce qu’ils étaient dans la période de Darius, et de Nousheervan8.

8Ce type de jugement – véhiculant autant de jugements de valeur que d’éléments historiographiques- ne fait plus (ou ne devrait plus faire) partie des pratiques de l’historien de l’Antiquité, surtout depuis que les multiples méfaits commis à l’âge moderne ont réduit presque à néant la croyance en un progrès régulier de la civilisation. La complexité du monde actuel dans lequel on vient de découvrir – à la suite des récentes études sur l’orientalisme, le colonialisme ou l’impérialisme des deux derniers siècles – que tant de conquêtes de l’Occident moderne ont été accomplies (plus ou moins consciemment) au détriment des cultures voisines (et aussi parfois de ces « autres » qui vivaient parmi nous), nous engagent désormais à une certaine prudence dans l’attribution – aux autres comme à nous-mêmes – de caractéristiques immuables, propices au jugement de valeur.

9En pratique, donc, nous devons maintenant évaluer le caractère belliqueux des Assyriens seulement pour ce qu’il fut et ce qu’il signifia dans son cadre chronologique et culturel. Il faudra prendre en compte non seulement la violence et la cruauté dans les batailles engagées contre les peuples voisins, mais aussi et surtout les objectifs spécifiques en vue de l’édification d’un Empire que les Assyriens se proposaient de bâtir au moyen de la guerre (appropriation de territoires, exploitation des matières premières, mesures démographiques et sociales, etc.). C’est sur cette toile de fond complexe qu’il faudra donc apprécier, non seulement les actions guerrières des Assyriens, mais également leur propagande relative à la guerre. Celle-ci se voulait dissuasive en propageant le discours de la toute-puissance et de l’invincibilité comme en élaborant des représentations figuratives particulièrement crues et réalistes des conquêtes, massacres et déportations.

10À quel mécanisme renvoie le sous-titre « Religion et impérialisme » ? C’est ce qu’il convient maintenant d’examiner. Cette thématique, tout en étant constitutive de l’histoire du Proche-Orient ancien depuis le iiie millénaire av. J.-C., relève aussi de l’actualité. Dans le monde d’aujourd’hui, la religion a fait sa réapparition comme élément idéologique assorti d’un caractère agressif qui marque l’opposition entre les cultures et, de façon générale, établit des lignes de contraste et même de rupture – parfois violemment exprimées- avec les formes culturelles de la modernité (ce que l’on ne serait jamais parvenu à imaginer il y a seulement quarante ans : l’année 68 qui semble bien loin...). Bien entendu, il faut se garder d’une lecture catastrophiste de ce phénomène récent, comme celle de Samuel Huntington ou d’autres auteurs qui expriment une théorie de l’« affrontement des civilisations ». En effet, les tendances majoritaires – comme nous pouvons le voir autour de nous- vont dans le sens d’une intégration croissante des cultures, nonobstant les secousses et réactions « épidermiques » que l’on peut considérer comme normales.

11Il n’en demeure pas moins que – même sans donner lieu à des comportements de masse – le concept de « guerre sainte » a réellement fait une nouvelle apparition sur la scène idéologique. Il menace de ce fait le dialogue naguère patiemment instauré entre les religions et plus largement encore vient contrarier tous les efforts d’une cohabitation pacifique entre les différentes communautés, fondée sur une nécessaire et stricte distinction des sphères religieuse et politique. Et, bien entendu, force est de constater que l’appel à cette « guerre sainte » ne vient pas que d’un seul côté... À bien observer la situation, on constate au contraire que ce discours guerrier est désormais le fait de groupes particuliers (« intégristes » ou « fondamentalistes ») appartenant aux trois religions monothéistes de l’humanité. Au-delà de la différence des media utilisés, il possède, dans tous les cas, des traits caractéristiques singulièrement semblables, aussi bien dans les appels au militantisme interne que dans les attaques contre le relativisme qui dominerait la vie moderne et contre la « tolérance » des « laïques libéraux », jugée néfaste. Dans ce sens, Jihad, « Croisade », et Milḥamah sont des mots-clefs largement équivalents car ils ont pour objectif commun de « se libérer de la liberté » qui caractériserait la condition post-moderne actuelle.

12Que ce phénomène doive, au cours des années ou décennies prochaines, se dissiper pour ne laisser que le souvenir d’une « poussée fébrile », caractéristique d’une phase de grande incertitude historico-culturelle collective, ou, au contraire, que l’on assiste dans l’avenir à une prégnance grandissante de la foi religieuse sur la politique, sur la science et sur la vie collective -avec comme corollaire un affaiblissement considérable des valeurs de la modernité fondées sur l’esprit des « Lumières »– est pour l’heure indécidable. Dans ces conditions, l’étude scientifique du phénomène idéologico-politique de la guerre sainte et de toutes ses implications – y compris avec le recours au passé lointain pour détecter dans la culture des éléments d’intelligibilité – pourrait contribuer à la réalisation du premier scénario plutôt que du second.

  • 9 D. Warburton, « Aspects of War and Warfare in Western Philosophy and History », dans T. Otto, H. Th (...)

13Demandons-nous alors : qu’est-ce, au fond, qu’une « guerre sainte » ? Pour répondre à cette question les Assyriens présentent un cas particulièrement intéressant car ils nous ont légué – dans leurs récits officiels, à la fois historiographiques et idéologiques ou de propagande- le plus ancien témoignage d’un soutien de leurs entreprises guerrières par leur dieu national Assur, avec comme intermédiaire le roi d’Assyrie, dans son rôle de « vice-roi » ou de « grand prêtre » du dieu. Ce soutien d’Assur au peuple assyrien en guerre est total, permanent et prime sur toute intervention des autres divinités ; il s’exerce dès le début des opérations (avec l’ordre donné au roi de partir en guerre pour agrandir le territoire de l’Assyrie), puis au cœur de l’entreprise (avec la présence constante du dieu aux côtés de l’armée) jusqu’à l’épisode final : la victoire. C’est la sanction divine qui fait de la guerre une action juste et inévitable9. Elle est légitime et « juste » parce qu’elle est « sainte ». Et puisque cette action conduit nécessairement à la victoire -au moins, dans la présentation de leurs faits et gestes que les Assyriens ont laissée- sa légitimité cosmique est réaffirmée in perpetuo. Il était absolument impossible d’échapper à ce destin, comme le chef échanson assyrien le rappelait aux habitants de Jérusalem assiégée qui l’écoutaient du haut des murs de la ville (2 Rois 18, 25-35).

14Ainsi décrit, le tableau est encore aujourd’hui terrifiant et c’est bien l’effet que les Assyriens cherchaient à produire dans leurs écrits et leurs représentations iconographiques à caractère officiel, à présent accrochées aux murs des grands musées d’Europe et d’Amérique. Mais, à regarder de plus près ces données, on remarque qu’un des éléments constitutifs de l’idéologie de la « guerre sainte » qui nous choque particulièrement aujourd’hui y est totalement absent : la foi intériorisée, vécue à un niveau individuel, qui peut pousser son adepte jusqu’à l’obsession d’un geste fanatique et même au sacrifice suprême.

15La « guerre sainte » des Assyriens n’a rien à voir avec une telle attitude ; elle est celle du peuple, comme le culte d’Assur est un culte de la collectivité nationale ; la « guerre sainte » en Assyrie est finalement une manifestation religieuse de l’adhésion à la politique impérialiste du peuple assyrien, personnifié par son monarque terrestre. En adoptant les termes en usage auprès des spécialistes des relations internationales modernes, on pourrait décrire la vision assyrienne comme un « réalisme politique » (expression qui contient l’idée que la politique doit se fonder sur des rapports de forces réels) de nature « théocentrique », l’action d’Assur dans la guerre étant le facteur décisif pour modifier favorablement l’équilibre des forces en jeu.

  • 10 Pour la transcription de ce texte, voir B. Menzel, Assyrische Tempel, Rome 1981, II, n° 64.
  • 11 S. Parpola, « The Assyrian Cabinet », dans M. Dietrich, O. Loretz, éd., Vom alten Orient zum Alten (...)

16On était donc censé se battre et même mourir au nom du roi et au nom du dieu Assur, parmi ses compagnons d’armes. Mais, dans son espace domestique, tout Assyrien semble avoir été, en général, libre d’adopter les croyances traditionnelles de sa famille ou de sa lignée, de s’adonner à des cultes particuliers et domestiques, y compris à ses ancêtres divinisés. Ainsi – comme on peut le constater par les grandes listes cunéiformes de noms de divinités dites Götteradressbuch10 – tous les autres dieux d’Assyrie, qu’ils soient grands et petits, objets de cultes régionaux ou simplement locaux, étaient librement accueillis à la « cour » du dieu Assur, le roi du panthéon. Cette « cour » céleste avait de frappantes ressemblances avec celle du monarque terrestre à Ninive, avec ses très nombreux ministres et assistants11. Et les centaines de noms propres mentionnées dans les archives assyriennes où sont invoqués des dieux syriens ou phéniciens comme Apladad et Baal, des dieux arabes comme Ramman et Qus, des dieux égyptiens, mèdes, persans et même le dieu d’Israël, Yahweh (Iau), sont la preuve concrète d’une conception très « ouverte » des cultes que pouvaient pratiquer les populations de l’Empire.

  • 12 Les cas distincts – documentés par les inscriptions des rois d’Assyrie ou d’autres sources historic (...)

17Selon elles, aucun dieu étranger n’était foncièrement et définitivement « faux et menteur » – sauf s’il avait, par malheur, conseillé à ses adeptes de résister à outrance à Assur par les armes. Il s’exposait alors à des punitions qui pouvaient inclure la destruction des temples. Mais, même après sa défaite inévitable sur le champ de bataille, il pouvait trouver sa place dans le panthéon en constante expansion et qui tressait toujours la couronne d’Assur. Certes, les statues de culte de l’ennemi – dont on parle souvent dans les inscriptions officielles des rois et que l’on voit parfois, dans les bas-reliefs, enlevées par les militaires assyriens12 – prenaient la route de la capitale religieuse Assur pour augmenter le nombre des divinités subalternes, soumises au dieu national. Mais au fond, en cela, ces dieux connaissaient un destin tout à fait comparable à celui de leurs adeptes, qui, jadis ennemis de l’Assyrie, se trouvaient, après la défaite, intégrés parmi « les Assyriens », après avoir été déportés sur les terres lointaines de l’Empire. D’autre part, le déracinement – géographique, social et linguistique – que les Assyriens avaient programmé pour ces populations n’aboutit jamais à la destruction de la mémoire religieuse, au changement forcé des noms propres ou à l’obligation de nouvelles pratiques cultuelles. Et s’il est bien vrai que, sur le champ de bataille, les Assyriens s’efforçaient de tuer le plus grand nombre possible de leurs ennemis et qu’après la victoire ils traitaient, à titre de représailles, les combattants vaincus avec une immense cruauté, aucun document n’atteste que ces meurtres ou tortures furent accomplis au nom de la foi, comme punition cosmique de l’ennemi rendu coupable d’avoir adhéré à des croyances religieuses différentes de celles des Assyriens. Les « ennemis de la foi » feront, malheureusement, leur apparition dans l’histoire en des siècles et dans des contextes beaucoup plus proches de nous. Comme l’affirmait déjà l’éminent assyriologue Benno Landsberger en 1958 :

  • 13 B. Landsberger, dans C. H. Kraeling, R. M. Adams, éd., City Invincible, Chicago 1960, p. 177.

[...] les Assyriens, bien qu’ils enlevassent les statues des dieux, ne forcèrent jamais les gens conquis à adorer le dieu Assur. Ils voulaient simplement montrer à leurs sujets que Assur était plus puissant que tous les petits dieux qu’ils avaient13.

  • 14 Voir S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 71 : « Il n’y a aucune preuve concrète que le statut de pr (...)

18C’est cette extraordinaire combinaison d’absolutisme de la religion nationale et de tolérance vis-à-vis des croyances particulières et individuelles, aboutissant à la constitution d’un vaste panthéon polythéiste dominé par Assur et dont l’extension régulière suit celle de l’État englobant des régions soumises à Ninive, qui caractérise de façon unique la conception de la « guerre juste » et de la « guerre sainte » en Assyrie. La façon d’être naturelle de cet État – sans aucune idéologie de la conversion obligatoire au culte du dieu assyrien – est radicalement différente de celle qui, ailleurs, après et jusqu’à nos jours, s’appuie sur le concept de « guerre sainte ». Sur les lieux conquis, sauf à l’occasion des célébrations symboliques de « l’arme d’Assur », le culte au dieu national des Assyriens ne fut jamais imposé par la force. Si des lieux de culte changèrent de nom ou de fonction au fil du temps (comme on peut dans quelques cas le constater, grâce à l’archéologie), ce fut le résultat d’influences culturelles directes exercées dans des conditions particulières, et non à la suite de conversions forcées à un culte avec les réaménagements artificiels des sanctuaires que ce dernier exigeait14, comme celles que l’on peut, par exemple, observer au siècle dernier dans les Balkans anciennement ottomans et les zones arméniennes de la Turquie, dans un sens ou dans l’autre.

19Un dieu absolu qui impose son pouvoir à tous les autres dieux et un monarque absolu qui fait de même avec les ethnies les plus variées, mais qui permettent tous deux à ceux qu’ils ont soumis non seulement de survivre mais de ne rien changer à leur particularisme : telle est l’image étonnante de la « gestion » de la religion d’État par rapport aux autres cultes que nous a laissée l’Empire assyrien. Comme on l’a écrit :

  • 15 B. Oded, War, Peace and Empire, p. 187.

Mettre le monde sous l’emprise d’Assur n’impliquait pas l’obligation au culte d’Assur, mais tout simplement l’assujettissement à la souveraineté du représentant d’Assur et d’être au courant de l’existence d’Assur15.

20Aussi frappante qu’elle puisse être pour nous, cette image n’est cependant pas tout à fait inédite : elle ressemble, en effet, beaucoup à celle qu’on donne habituellement de l’Empire des Achéménides qui succéda à celui des Assyriens. En relisant, par exemple, les papyrus contenant les archives de la colonie juive-araméenne d’Éléphantine en Égypte au Ve siècle av. J.-C., où il est question d’un temple de Yahweh implanté, sous la bienveillante indifférence des autorités politiques persanes, à proximité immédiate du sanctuaire du dieu-bélier égyptien Khnum sur l’île située sur le Nil en face d’Assouan, on se trouve devant un tableau historique très semblable. Pour autant, l’Empire assyrien ne nous a pas encore transmis de témoignages de tolérance religieuse de la part de ses rois, comparables à la fameuse « lettre de Pâque » de 419 av. J.-C. :

  • 16 La traduction donnée suit en partie celle de P. Grelot, Documents araméens d’Égypte, Paris 1972, p. (...)

À mes frères, à Yédaniah et à ses collègues de la garnison des Judéens, (de) votre frère Hananiah. Que les dieux accordent le salut de mes frères. Maintenant, cette année-ci, l’an 5 du roi Darius, il a été mandé par le roi à Arsames [= satrape persan d’Égypte], disant : « Dans le mois de Nisan, qu’il y ait la Pâque pour la garnison des Judéens. Comptez maintenant en conséquence quatorze jours du mois Nisan et faites la Pâque, et entre le 15e jour et le 21e jour de Nisan qu’il y ait sept jours de pain sans levure. Soyez purs et prenez garde. Ne faites pas de travail le 15e jour et le 21e jour… ». Qu’il soit fait ainsi chez vous, selon ce qu’a dit le roi Darius. À mes frères, Yédaniah et ses collègues de la garnison des Judéens, (de) votre frère Hananiah16.

21Néanmoins, tout en étant rédigée dans une langue plus conventionnelle et simple, la lettre du roi assyrien Adad-nirari III (810-783 av. J.-C.) témoigne du même esprit. Elle nous frappe pour l’empressement qu’elle manifeste envers les cultes annuels du dieu Adad de Guzana, vénéré de la même façon par les plus anciens habitants de souche araméenne et les plus récents occupants venus d’Assyrie :

Ordre du roi à Mannu-ki-Assur [= gouverneur assyrien de Guzana]. Toi et les gens de ton pays, pour trois jours devant Adad, pleurez les larmes du visage et priez ! Purifiez votre pays et vos champs ! Brûlez des offrandes ! Qu’on organise le rituel de purification des magasins ! Faites les hémérologies devant Adad ! Que (tout) cela soit fait au premier jour (du mois).
(TH 5)

22Mais quelle image le lecteur de ce livre – affligé par les menaces quotidiennes de « guerres saintes » et par la réalité des « nettoyages ethniques » qui, comme on l’avait proclamé, ne devaient jamais plus se reproduire et qui ont cependant été de nouveau perpétrés avec zèle à quelques centaines de kilomètres de nous – pourrait-il construire pour garder en mémoire cette combinaison idéologico-politique tout à fait originale de l’Assyrie qui mêle une pulsion de « guerre » sans merci et une certaine idée de « paix » qu’il fallait tout de même réaliser à la fin des opérations militaires, ou encore un nationalisme impérialiste à très forte connotation religieuse qui malgré tout tolérait en son sein les cultes des « autres » ? À notre avis, rien ne peut mieux éclairer ces deux aspects si étroitement entrelacés que la lecture des traités de paix et d’alliance que les Assyriens établirent au fil du temps avec les États voisins.

23Il conviendra d’examiner notamment l’un de ces traités, particulièrement équilibré, que l’Assyrie, sous le règne d’Asarhaddon, passa avec la cité-État de Tyr après 676 av. J.-C., dans le but de confirmer aux Tyriens les privilèges économiques et commerciaux que représentait l’accès aux ports de la côte méditerranéenne et de limiter le droit des Assyriens à la présence d’un agent du roi et aux prélèvements fiscaux « comme par le passé ». Le passage présenté se trouve au début de la IVe colonne de la tablette, où sont énumérées les malédictions que les dieux pourraient envoyer sur les éventuels parjures qui se risqueraient à ne pas respecter les clauses de l’accord.

  • 17 Pour les dieux phéniciens, voir E. Lipiński, Dieux et déesses de l’univers phénicien et punique, Lo (...)

24Malheureusement, une cassure de la tablette nous prive des malédictions promises par Assur et les autres grands dieux d’Assyrie aux contrevenants de l’accord. Toutefois, la fin des malédictions des dieux assyriens (y compris l’épouse d’Assur, Mullissu) et des dieux de tout l’horizon sémitique de la Transeuphratène (Beth-’el, Anath-Beth’el) est préservée. Mais surtout, nous est parvenue l’énumération des fléaux dont les dieux des Tyriens eux-mêmes (Baal Shamêm, « le seigneur du ciel », Baal Malagê, « le Seigneur de la traversée [de la mer] » et Baal Ṣapānu, « le Seigneur du mont Ṣaphon ») ainsi que les grands dieux pan-phéniciens (Melqarth, Eshmun et Astarté), pourraient frapper les parjures17. Ici, il est intéressant de remarquer que les malédictions des dieux des deux pays et des deux horizons culturels s’appliquent à des domaines tout à fait différents. En particulier, celles des dieux phéniciens concernent les dommages causés aux navires ou, plus largement, la déportation, le déracinement et la bataille perdue – toutes situations militaires dont seuls les Assyriens, il faut le noter, auraient pu être à l’époque responsables.

Que Mullissu qui habite Ninive vous frappe d’une épée en flamme ! Qu’Ishtar, qui habite Arbèles, ne vous concède ni merci ni pardon ! Que Gula, la grande Dame de la médecine, introduise la maladie et la lassitude dans vos cœurs et une putréfaction sans remède dans votre corps ; quelle vous plonge dans le sang et dans le pus comme dans de l’eau ! Que les Sibitti [Pléiades], dieux héroïques, vous abattent avec leurs armes terribles !
Que Beth-’el et Anath-Beth’el vous livrent aux griffes d’un lion avide de chair humaine !
Que les grands dieux du ciel et de la terre, les dieux d’Assyrie, les dieux d’Akkad [= la Babylonie] et de Ebernari [= la Transeuphratène], vous maudissent par une indissoluble malédiction !
Que Baal Shamêm, Baal Malagê et Baal Ṣapānu fassent sur vos vaisseaux souffler un vent funeste pour rompre les amarres et arracher votre poteau d’amarrage, qu’une vague puissante les fasse sombrer en mer et qu’une marée violente surgisse contre vous.
Que Melqart et Eshmun livrent votre pays à la destruction et votre peuple à la déportation ; puissent-ils vous déraciner de votre pays et vous enlever la nourriture de la bouche, les vêtements de votre corps et l’huile à votre onction.
Qu’Astarté brise votre arc au plus fort de la mêlée et vous jette aux pieds de votre ennemi, puisse un ennemi étranger se partager vos biens.
(Tablette du traité établi avec Baal, [roi] de Tyr : SAA II, 5 : col. IV, 1.1’-21’)

25En conclusion, ce texte représente un très bel exemple d’impérialisme ancien, qui non seulement s’exerçait sur le champ de bataille mais aussi dans la « gestion » de la paix – y compris le maintien de la dignité et du pouvoir des dieux des subordonnés. Autrement dit, si selon l’idéologie religieuse assyrienne Assur est – et reste toujours – indiscutablement le roi des dieux, tout peuple entretenant des relations avec l’Assyrie conserve le droit de s’en remettre à ses propres divinités ; et ce seront elles qui, grâce à l’accord « céleste » de paix avec Assur (tout à fait semblable à celui qu’établissent les rois sur terre), frapperont de fléaux divers leurs propres gens en cas de désobéissance ou de non-respect des pactes. Pour rappeler une fameuse maxime d’histoire religieuse bien postérieure, on pourrait dire qu’ici s’applique la règle cuius religio, eius et maledictio.

26En d’autres mots, la stratégie à long terme de l’Empire assyrien en matière de politique étrangère passait aussi par le soutien effectif aux dieux des populations assujetties et par le respect de leurs temples. Mais attention, pas à tous ! Si le réalisme politique poussait les Assyriens à reconnaître qu’il y avait de nombreux avantages à ne pas faire peser trop lourdement l’idéologie d’Assur sur ces terres lointaines en rendant obligatoires les cultes des Assyriens et la fréquentation de leurs temples, trop éloignés qu’ils auraient été des sentiments de la population locale, tout autres étaient leurs dispositions à l’égard de la Babylonie. Là-bas, en Mésopotamie du sud, vivait une population de même origine que les Assyriens, avec à sa tête un grand dieu, Marduk, héritier de la première génération des divinités de la terre de « Sumer et Akkad » et jouissant de ses propres et très vénérés lieux saints (Babylone en premier). Ce peuple bénéficiait donc d’une culture religieuse dont les Assyriens partageaient les prémisses. Dans ce cas, aucune politique du « laisser-faire » n’aurait suffi à transformer les habitants de ces anciennes terres de culte en dociles sujets du roi d’Assyrie et de son dieu national. Comme on le verra dans les chapitres suivants, les rois assyriens essayèrent donc d’appliquer à la Babylonie différentes solutions : ils tentèrent parfois de mettre en œuvre des politiques d’apaisement, mais d’autres fois se laissèrent aller à de violentes agressions contre les temples et les cultes de Babylone. Ce qui, ni dans un cas ni dans l’autre ne leur assura le succès, bien au contraire.

27 Cet ouvrage représente la publication d’une série de quatre conférences données à l’École Pratique des Hautes Études en avril et mai 2007, sur invitation de Madame Maria Grazia Masetti-Rouault, Directeur d’études à la section des Sciences religieuses. À cette collègue et amie, à laquelle m’ont lié plusieurs entreprises scientifiques au cours des années, je veux encore une fois exprimer ma profonde reconnaissance pour m’avoir donné l’opportunité d’enseigner dans une institution aussi prestigieuse que l’EPHE. Je tiens également à remercier les nombreux collègues de Paris et des autres villes universitaires qui me firent l’honneur d’assister à ce cours, ce qui donna lieu à de très stimulantes discussions, profitables aux étudiants et – sans aucun doute – au conférencier lui-même, qui en a tenu compte pour la rédaction de ce livre.

28Parmi ces collègues, deux amis de longue date m’ont aidé en particulier. Un grand remerciement va à M. Luc Bachelot (CNRS-Université de Nanterre), pour son aide très amicale et généreuse dans la mise à point détaillée du style des conférences et du texte définitif ici publié ; et à M. Francis Joannès (Université de Paris I) pour avoir très généreusement mis à ma disposition la carte de l’Assyrie avec la toponymie en langue française qui est reproduite en figure 1. Je remercie aussi M. Martin Sauvage (EPHE) pour son aide en d’autres problèmes de cartographie

29Enfin, je suis sincèrement reconnaissant à mon collègue M. Gilbert Dahan pour avoir accueilli avec amitié et générosité ce texte dans la nouvelle collection Les Conférences de l’École Pratique des Hautes Études, et à son équipe éditoriale de l’EPHE (Mme Cécile Guivarch, M. Francis Gautier) pour l’aide aimable et soigneuse dans la préparation du texte.

Notes

1 Sur les principes généraux de méthodologie historique dans les disciplines du Proche-Orient ancien qui seront appliqués dans ce volume, je renvoie à M. Liverani, Antico Oriente. Storia società economia, Rome-Bari 1988 ; voir aussi F. M. Fales, « L’historien du Proche-Orient antique : entre passé et présent », Transeuphratène 31 (2006), p. 55-66.

2 Notamment la série SAA : voir la liste d’abréviations pour les données bibliographiques.

3 La série State Archives of Assyria Studies (SAAS), dans laquelle sont parus jusqu’à présent 20 volumes (voir la liste d’abréviations en fin du livre) ; et la revue SAAB, dont ont été publiés 17 volumes (1987-2007).

4 F. M. Fales, L’impero assiro : Storia e amministrazione (ix-vii sec. a. C.), Rome-Bari 2001 ; voir le compte rendu de P. Villard, Annales. Histoire, Sciences Sociales 57 (2002), p. 675-677.

5 Il convient de rappeler, au préalable, que les Assyriens, tout en ayant fondé un véritable empire territorial basé sur un système articulé de provinces dotées de gouverneurs, utilisèrent toujours le terme mésopotamien traditionnel de « royauté » ; de là l’apparente contradiction terminologique entre les concepts utilisés par les historiens modernes, d’« empire assyrien » et de « roi(s) d’Assyrie » (voir F. Joannès, éd., Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, Paris 2001, article « Roi », p. 729-733). Dans les textes assyriens, l’empire territorial – si grand qu’il pût devenir – ne fut jamais défini autrement que comme « pays d’Assur » (māt Aššur), tandis que la puissance politique maximale atteinte par les rois d’Assyrie leur valurent le titre (qu’ils s’attribuaient eux-mêmes) de « rois des quatre régions du monde » (šar kibrāt erbettim), même si une autre dénomination, šar šarrāni, « roi des rois » se retrouve dans la correspondance du dernier grand monarque, Assurbanipal. Voir en général F. M. Fales, L’impero assiro, p. 28-35.

6 Sur la guerre comme composante permanente des rapports politiques dans la Mésopotamie ancienne depuis le iiie millénaire av. J.-C., voir B. Oded, War, Peace, and Empire. Justifications for War in Assyrian Royal Inscriptions, Wiesbaden 1990.

7 E. W. Saïd, L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, Paris 1996. Sur l’essentialisme comme composante centrale du regard orientaliste, voir par ex. A. Salvatore, « Beyond Orientalism ? Max Weber and the Displacements of “Essentialism” in the Study of Islam », Arabica 43 (1996), p. 457-485.

8 J. Malcolm, The History of Persia from the Most Early Period to the Present Time, Londres 1815, vol. II, p. 621. Le « Nousheervan » du texte est Chosroes I Anushirvan, un contemporain de Justinien (531-579 ap. J.-C.).

9 D. Warburton, « Aspects of War and Warfare in Western Philosophy and History », dans T. Otto, H. Thrane, H. Wankilde, éd., Warfare and Society : Archaeological and Social Anthropological Perspectives, Aarhus 2006, p. 37-55 : p. 40-41, indique que saint Augustin et ensuite Thomas d’Aquin élaborèrent des théories de la « guerre juste » qui peuvent remonter aux conceptions assyriennes et égyptiennes, par l’intermédiaire de la Bible.

10 Pour la transcription de ce texte, voir B. Menzel, Assyrische Tempel, Rome 1981, II, n° 64.

11 S. Parpola, « The Assyrian Cabinet », dans M. Dietrich, O. Loretz, éd., Vom alten Orient zum Alten Testament. Festschrift... von Soden, Neukirchen-Vluyn 1995, p. 379-401.

12 Les cas distincts – documentés par les inscriptions des rois d’Assyrie ou d’autres sources historico-littéraires – dans lesquels les Assyriens « déportèrent » les statues de cultes des ennemis sont au nombre de 55 et se situent entre les xiie et viie siècles av. J.-C. : voir S. W. Holloway, Aššur is king ! Aššur is king !, Leyde-Boston-Cologne 2002, Table 3, p. 122-144, avec un riche commentaire à l’appui.

13 B. Landsberger, dans C. H. Kraeling, R. M. Adams, éd., City Invincible, Chicago 1960, p. 177.

14 Voir S. W. Holloway, Aššur is king !, p. 71 : « Il n’y a aucune preuve concrète que le statut de province ou de clientèle imposé par les Assyriens entraîna la décision de modifier ou de fermer des temples locaux, d’après ce que montrent grosso modo les sols archéologiques et la stratigraphie. La découverte, en 1996, d’un temple philistin à Tel Miqne-‘Ekron datant du viie siècle révèle un mélange unique de motifs architecturaux et de matériaux de construction égyptiens, de traditions syro-palestiniennes et peut-être assyriennes ».

15 B. Oded, War, Peace and Empire, p. 187.

16 La traduction donnée suit en partie celle de P. Grelot, Documents araméens d’Égypte, Paris 1972, p. 383-384, avec les additions proposées par B. Porten, A. Yardeni, Textbook of Aramaic Documents from Ancient Egypt, I, s.l. 1986, p. 54.

17 Pour les dieux phéniciens, voir E. Lipiński, Dieux et déesses de l’univers phénicien et punique, Louvain 1995, passim.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de l’Asie occidentale à l’époque néo-assyrienne et néo-babylonienne
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search