Version classiqueVersion mobile

Guerre et paix en Assyrie

 | 
Frederick Mario Fales

Avant-propos

Maria Grazia Masetti-Rouault

Texte intégral

1Entre le ixe et le xiie siècle avant Jésus-Christ, l’Empire néo-assyrien arriva à unifier brièvement tout le Proche-Orient, depuis le Zagros jusqu’à l’Égypte. L’histoire de sa formation, ainsi que celle ainsi que de son éclipse et de sa chute, au fond très rapides, fournit un modèle puissant et utile à tous ceux qui essayent de comprendre les dynamiques politiques, militaires et économiques qui se fondent, dans leurs trajectoires d’expansion, sur la conception d’un pouvoir unique et universel, ayant pour vocation de gérer le monde. Héritière à son tour des idéaux et des traditions politiques de l’Empire d’Akkad, qui les avait élaborés et imposés dans le monde syro-mésopotamien dès la fin du troisième millénaire, l’idéologie de l’Empire néo-assyrien a laissé l’empreinte de sa structure et de ses principales articulations rhétoriques dans toutes les cultures impériales ultérieures, depuis Babylone jusqu’à la cour perse. Au-delà, son influence est sans doute encore reconnaissable dans le programme et dans l’image d’Alexandre, et c’est à Rome que le concept d’empire semble prendre sa signification ultime, développant et portant à sa réalisation un projet bien plus ancien.

2Un pouvoir ainsi représenté, destiné à contrôler le monde et tous les barbares, ne peut que correspondre à une prérogative divine, transcendante, confiée à un homme et à une élite élus, choisis dans l’histoire, auxquels les dieux délèguent leur autorité, afin que les humains – dont les efforts sont enfin coordonnés- puissent former la société idéale, productive et pacifiée. C’est bien de cela que les dieux ont besoin, pour voir garantis et leur propre entretien et l’équilibre de l’ordre naturel et cosmique. Le fondement « religieux » de l’idéologie de l’État et de ses institutions, et la référence constante à la relation avec les dieux et à la dynamique sacrificielle pour expliquer et justifier la guerre, la conquête et l’exploitation des autres, sont des éléments évidents du discours politique de l’Empire néo-assyrien, véhiculé tant par la documentation écrite produite par la Cour royale, que par l’iconographie des reliefs des palais. Pour ces raisons, inviter un assyriologue, spécialiste reconnu de l’Empire néo-assyrien – de son fonctionnement, de ses pratiques, de la production de sa chancellerie et de son administration –, à tenir des conférences dans le cadre de l’enseignement des « Religions du monde syro-mésopotamien » a été non seulement un choix pertinent, mais aussi nécessaire, pour ouvrir un débat et pour comprendre mieux le rôle et le sens de la religion officielle dans les sociétés du Proche-Orient ancien.

3Frederick Mario Fales est l’un des savants qui ont participé le plus près à la découverte et à l’interprétation de l’évolution de la pensée politique des sociétés et des États mésopotamiens de l’Âge du fer et du premier millénaire av. J.-C. C’est sans doute à l’école formée par Mario Liverani et ses étudiants en histoire du Proche-Orient ancien à l’Université de Rome qu’il faut reconnaître le mérite d’avoir fait, dès le début des années 70, les premiers essais significatifs de lecture critique des textes produits par les chancelleries royales assyriennes. Cette équipe a progressivement identifié, dans le récit historiographique antique, une sorte de « grammaire générative » de l’idéologie de l’État. F. M. Fales, formé à cette école, a fondé son propre travail d’historien sur l’analyse des textes grâce à des compétences très précises d’épigraphiste, et de philologue, spécialisé tant dans la culture néo-assyrienne cunéiforme du premier millénaire, que dans les textes alphabétiques araméens. Sa thèse, publiée à Rome en 1973, Censimenti e catasti di epoca neo-assira, a mis à la disposition des savants la nouvelle édition d’une importante collection des textes appartenant à l’administration de l’Empire dans les provinces occidentales, fournissant en même temps une nouvelle hypothèse d’interprétation historique de l’économie et des modes de gestion des territoires occupés.

4 La très longue liste des travaux de F. M. Fales reflète bien l’articulation complexe de ses études et de ses intérêts, correspondant certes aux différents aspects de ses recherches et sa participation aux débats en cours, mais aussi à son engagement à intégrer l’histoire du Proche-Orient ancien et son image, la plus précise possible, dans la culture actuelle. On y trouve aussi bien des éditions de textes araméens ou néo-assyriens que des ouvrages de synthèse, comme L’impero assiro. Storia e amministrazione (ix-vii sec. a. C.), qui offre une belle présentation des structures impériales de l’État assyrien.

5L’ouvrage présenté ici correspond aux conférences que F. M. Fales, répondant à mon invitation, a données à l’École Pratique des Hautes Études – section des Sciences Religieuses au printemps 2007. À travers la description de la rhétorique, de la logistique, et des techniques de la guerre, il nous a fourni une autre image, plus complexe, du pouvoir assyrien, de son organisation et de sa rationalité, ouvrant des voies nouvelles à notre propre réflexion.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search