Version classiqueVersion mobile

Quatre enquêtes sur Spinoza

 | 
Pina Totaro

Introduction

Texte intégral

1Il y a toujours eu des hommes et des moments décisifs qui ont irrévocablement marqué la vie d’un peuple, d’un pays, d’une époque entière. Ils ne sont pas nombreux, car dans l’histoire, comme l’écrit Stephan Zweig, « les moments sublimes, inoubliables, sont rares » :

  • 1 S. Zweig, Les très riches heures de l’humanité, traduit de l’allemand par A. Hella et H. Denis, Pa (...)

Un peuple doit toujours engendrer des millions d’hommes avant que ne naisse un génie, il faut toujours que des millions d’heures oisives s’écoulent dans le monde avant que n’apparaisse une heure d’une réelle importance historique. Lorsqu’un génie naît dans le domaine des arts, il transcende les époques ; lorsqu’une telle heure « historique » se produit, elle est décisive pour des décennies et pour des siècles. De même que l’électricité de toute l’atmosphère s’assemble à la pointe d’un paratonnerre, une masse considérable d’événements se trouve concentrée alors en un minimum de temps1.

2Spinoza représente l’un de ces moments où l’histoire est concentrée en un seul fait, en un seul « caractère décisif ». Spinoza résorbe et résume en lui-même des siècles de philosophie antérieure tout en exprimant pleinement son époque, mais son ombre se projette aussi sur les siècles suivants, en en définissant en quelque sorte la trajectoire.

3Mon objectif au cours des chapitres de ce livre sera de montrer la contribution décisive de Spinoza à l’histoire de la pensée, de montrer comment le philosophe a tenu compte de toutes les sources, mais les a réinterprétées en une synthèse unique et originale. Cela s’applique à Spinoza comme à tous les « classiques », dont on peut dire qu’ils ont tout lu, tout connu, tout remédité, refondu et transféré dans leur travail : épicurisme, aristotélisme, néoplatonisme, pensée hébraïque et chrétienne, en particulier.

  • 2 L. Bianchi, « L’averroismo di Dante. Qualche osservazione critica », Le tre corone. Rivista intern (...)

4L’inventaire des -ismes qui ont parfois été attribués à Spinoza – athéisme, libertinisme, scepticisme, stoïcisme – montre déjà la richesse, la variété et même le caractère insaisissable d’une pensée qui ne peut pas être facilement étiquetée et se prête mal à des définitions restrictives. Mais si (Luca Bianchi le rappelait à propos de l’averroïsme de Dante2) l’histoire est toujours une histoire contemporaine, comme l’affirme Benedetto Croce, elle « doit analyser le passé en utilisant des concepts qui n’existaient pas auparavant ». Ce qui rend problématique toute catégorie historiographique attribuée à Spinoza, c’est le fait qu’elle nous paraisse « aussi indéterminée que chargée de jugements de valeur », car – implicitement mais inexorablement – « elle fait référence à des notions également vagues et à des généralisations telles que le “déisme”, l’“hétérodoxie”, l’“incrédulité” », qui sont souvent formulées sur la base du langage des détracteurs et des accusations portées contre l’auteur.

5Ce livre sera donc consacré à quatre aspects ou domaines disciplinaires auxquels la philosophie de Spinoza peut être référée : l’ontologie, la gnoséologie, la théologie et la politique. En ce qui concerne la sphère liée à l’ontologie de Spinoza, je me concentrerai sur le thème central des relations qu’il établit entre « livre de la nature » et « livre de l’Écriture ». Pour la gnoséologie, je voudrais plutôt approfondir la réflexion spinozienne sur le concept de vérité, c’est-à-dire sur l’échange entre imagination et intellect. J’aborderai l’approche des thèmes de nature théologique à travers le traitement original de la figure du Christ par Spinoza. Enfin, je présenterai certains aspects de sa pensée politique en étudiant la fortune / infortune de la pensée du philosophe jusqu’au xxe siècle.

6Je vais immédiatement exposer le fil rouge, pour ainsi dire, qui relie les thèmes que j’aborderai dans ces quatre chapitres. Comme j’espère le démontrer, ceux-ci peuvent en effet se rapporter à une seule thèse. Et cette thèse est celle selon laquelle la philosophie est, pour Spinoza, la seule réponse forte et puissante qui peut être opposée à l’agressivité des théologiens.

7Dans une Europe perturbée par la haine interreligieuse, dévastée par des guerres continues et souvent exposée aux attentes messianiques et aux tensions millénaristes, les autorités religieuses assument des rôles décisionnels dans tous les domaines, en jouissant d’un pouvoir considérable pour influencer le peuple. Mais l’autorité religieuse est, selon Spinoza, en grande partie ignorante et incapable de comprendre correctement l’énorme potentiel des sujets traités : Dieu, avant tout, la nature, l’Écriture et sa vraie signification.

8Aujourd’hui, face à la crise des religions confessionnelles en retrait constant devant la vague de sécularisation ou, au contraire, des fanatismes religieux, nous ne sommes plus en mesure de comprendre l’importance de la signification, idéologique et culturelle avant d’être politique, du conflit plus ou moins latent sous-jacent aux différentes interprétations de la Bible. Mais dans un siècle comme le xviie, où la réflexion sur les grandes questions idéologiques se joue au niveau des conflits exégétiques, la formation et l’orientation des consciences ne peuvent pas être laissées, aux yeux de Spinoza, aux disputes entre théologiens. Descartes, pour sa part, n’avait pas voulu se situer sur ce terrain et s’était toujours abstenu de traiter de manière approfondie des sujets théologiques. Nous pouvons rappeler les derniers mots des Méditations et des Principes de philosophie avec l’appel éphémère à l’autorité de Dieu comme garant également dans les questions philosophiques. Mais Spinoza reprend ce sujet là où Descartes l’avait laissé et il commence ses œuvres en parlant de Dieu et de la valeur des Écritures.

9La philosophie de Spinoza est ainsi également une réponse aux prétentions de ceux qui se considèrent comme seuls détenteurs de la vérité et seuls interprètes de la parole de Dieu et de tout ce qui concerne la religion et la divinité des Écritures. Dans la lettre 30 à Henry Oldenburg, Spinoza explique donc les trois raisons qui l’ont amené à composer un traité de son cru à propos du sens de l’Écriture. D’une manière ou d’une autre, de tels motifs constituent un acte d’accusation contre les prétentions d’une théologie qui n’est plus une exploration de la « parole de Dieu », mais une source d’arbitraire et de confusion :

  • 3 Ep-R, p. 202-203.

Et voici ce qui me pousse à le faire : 1. Les préjugés des théologiens. Je sais en effet que ce sont surtout ces préjugés qui empêchent les hommes de pouvoir consacrer leur esprit à la philosophie. Donc je travaille à les mettre en évidence et à en préserver les esprits les plus avertis. 2. L’opinion qu’a de moi l’homme du commun, qui ne cesse de m’accuser d’athéisme – autre malheur que je suis contraint de détourner, autant que faire se peut. 3. La liberté de philosopher et de dire son sentiment, que je désire réclamer par tous les moyens, et qui aujourd’hui est en quelque sorte supprimée par le trop d’autorité et le trop de virulence des prédicants3.

10Spinoza commence son œuvre la plus connue, l’Éthique, avec la section intitulée De Deo, et à partir du principe de causalité divine, il montre comment la causa sui s’exprime nécessairement, et cependant librement, dans le monde, et que l’unicité de la substantia est cause et la substance coïncide avec tout ce qui est et existe. L’Éthique présente ainsi un modèle de causalité basé sur l’idée de « participation », de telle sorte que toute chose participe à la causa sui et y correspond. Ce modèle de causalité, qui concerne tout l’être, répond à des questions métaphysiques et philosophiques précises et ne relève donc pas du domaine des préjugés des théologiens. En effet, ce modèle de causalité n’a rien à voir avec les notions traditionnelles de création, de miracles, de distribution des récompenses et des peines dans l’au-delà, pas plus qu’avec la résurrection des corps ; il ne répond qu’à une idée de « participation » qui consiste en la capacité d’être vraiment « cause » et d’être inséré dans une connexion infinie de causes éternelles. Ce principe de causalité universelle, qui sous-tend toute la philosophie de Spinoza, entre en jeu dans l’ontologie de l’Éthique, mais aussi dans la psychologie, la politique et la gnoséologie.

11Le premier chapitre traitera du livre des Écritures et d’exégèse. Je voudrais montrer le contenu profondément éthique que Spinoza attribue à la Bible et à l’exégèse. Mais il s’agit d’une éthique qui ne doit pas être comprise dans le sens de « moralité » telle que nous l’entendons aujourd’hui, mais comme une tentative de concevoir un Dieu beaucoup plus crédible et plus puissant que celui des religions anthropomorphes. Ce Dieu coïncide avec l’unicité, l’éternité et l’infinité de la substance parce que la vérité, qui est l’un des noms de Dieu, est unique.

12Le deuxième chapitre sera donc consacré au concept de vérité et je tenterai de démontrer, dans ce cas aussi, la spécificité de la philosophie de Spinoza par rapport à la théologie. Mais je parle ici de théologie et non de religion : la religion, la vera religio, selon Spinoza, est très différente de ce que les théologiens communs proposent. En ce sens, le philosophe montre l’extraordinaire force du concept de Dieu, concept que l’exégèse traditionnelle ne parvient pas à expliquer.

13La figure du Christ, sujet de mon troisième chapitre, est emblématique de ce parcours : le Christ est présenté selon une exégèse pour ainsi dire « scientifique », contre les théologiens de l’allégorie ou du littéralisme aveugle, partisans d’une lecture peu pertinente selon Spinoza. En tant que figure du contact avec Dieu de mente ad mentem, le Christ représente la « participation » de l’intellect à l’ordre de l’univers, comme le montrent partout les Écritures. Contrairement aux prophètes, le Christ ne semble pas être chez Spinoza une figure politique – en effet, il n’est ni législateur, ni administrateur, ni dirigeant –, à l’inverse, sa nature messianique consiste en une éthique comprise comme l’enseignement de la lumière naturelle.

14Dans le dernier chapitre, j’aborderai quelques thèmes spécifiques de la pensée politique de Spinoza et suivrai certains de ses développements jusqu’à l’époque contemporaine.

15En résumé, le conflit latent que je voudrais mettre en lumière est toujours celui qui oppose, chez Spinoza, la philosophie à certains aspects d’une certaine théologie et qui, au-delà de toute vision confessionnelle, impose la nécessité de leur séparation. En ce qui concerne, en revanche, la sphère religieuse, la véritable religion n’est constituée, selon Spinoza, que de deux principes universels, communs à tous, à savoir : l’amour de Dieu et l’amour du prochain.

16Les sujets que j’aborderai ici peuvent également être lus (je viens de le mentionner) selon différentes catégories historiographiques auxquelles la philosophie de Spinoza est souvent ramenée : le scepticisme (ou averroïsme), le rationalisme (ou stoïcisme), l’athéisme, le libertinage etc. Je crois pouvoir dire que si chacune de ces étiquettes a été attribuée pour de bonnes raisons à sa pensée, aucune d’entre elles ne pourra toutefois rendre complètement la « vraie » parole du philosophe, qui semble être marquée par les textes et les auteurs les plus représentatifs de ces différentes traditions et en même temps les dépasser toutes sans jamais coïncider avec aucune d’entre elles.

17Plusieurs auteurs au cours des dernières années ont confirmé, sur la base des travaux de Manuel Joël, Henry Austryn Wolfson, Israel Révah, etc., la dette de Spinoza envers la tradition juive médiévale, en particulier en ce qui concerne la négation de la creatio ex nihilo, soutenue par Gersonide et les commentateurs radicaux du Guide des perplexes de Maïmonide, et la négation des miracles, influencée par Chasdaï Crescas. La thèse de l’adhésion de Spinoza à des sujets directement ou indirectement imputables à Averroès a également été abordée, ainsi que d’autres thèmes similaires, tels que la séparation entre philosophie et théologie, les relations avec Maïmonide, les critiques aux théologiens, la thèse selon laquelle la vérité est témoin de soi et surtout, pour le sujet qui nous intéresse le plus aujourd’hui, « l’interprétation morale de la Bible » (« considérant qu’elle enseigne exclusivement la pratique de la justice et de la charité et converge, seulement pour ces enseignements, avec la raison »). Nous allons partir de ces deux derniers éléments pour analyser des aspects essentiels de la philosophie de Spinoza. Mais avec une précaution : dans la philosophie de Spinoza, il existe une combinaison d’éléments structurels allant du judaïsme au christianisme et à d’autres cultures, mais cette synergie de sources différentes ne constitue pas une faiblesse ou un manque ; elle sanctionne, au contraire, la richesse et l’originalité de la pensée de Spinoza. Il soutient que la philosophie a toujours parlé de Dieu, de la cause et de ses attributs, de l’éternité et de la temporalité, de la mutation incessante de l’être de la substance, selon des combinaisons, des connexions et des régénérations infinies et éternelles.

18J’espère mettre en évidence, dans tous les chapitres qui suivent, les liens étroits entre les contenus de l’Éthique et du Traité théologico-politique et l’importance des chapitres centraux du Traité – des chapitres généralement négligés par les critiques – dans lesquels Spinoza montre sa méthode et ses modalités d’interprétation du livre des Écritures par rapport à certains concepts clés de l’exégèse biblique traditionnelle.

19Dans les « notes en marge » à la fin des chapitres I et III, j’essaie de résumer le contenu de certaines des réponses aux questions qui m’ont été posées lors des conférences à l’EPHE.

Notes

1 S. Zweig, Les très riches heures de l’humanité, traduit de l’allemand par A. Hella et H. Denis, Paris 1989, p. 9-10.

2 L. Bianchi, « L’averroismo di Dante. Qualche osservazione critica », Le tre corone. Rivista internazionale di studi su Dante, Petrarca e Boccaccio 2 (2015), p. 71-110 : 71. À partir de maintenant, sauf indication contraire, les traductions de l’anglais ou de l’italien sont de moi.

3 Ep-R, p. 202-203.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2021

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search