Version classiqueVersion mobile

Quatre enquêtes sur Spinoza

 | 
Pina Totaro

Préface

Jean-Christophe Attias

Texte intégral

  • 1 J. Baumgarten, I. Rosier-Catach et P. Totaro (éd.), Spinoza, philosophe grammairien, Paris, CNRS É (...)

1J’ai d’abord rencontré Pina Totaro, puis je l’ai lue. J’ai participé à un colloque qu’elle a organisé en 2016 à Paris, avec deux autres collègues, sur Spinoza grammairien, et j’en ai même postfacé les actes1. Je l’ai enfin invitée pendant un mois, en janvier-février 2019, à la Section des Sciences religieuses de l’École pratique des hautes études. C’est Irène Rosier Catach qui en avait lancé l’idée. Christophe Grellard s’y était rallié et je m’étais fait un devoir de l’accueillir à mon séminaire. Je n’avais que de bonnes raisons pour cela. Pina Totaro est une universitaire de renommée internationale, Senior Researcher, à Rome, à l’Istituto per il Lessico Intellettuale Europeo e Storia delle Idee (ILIESI) du Conseil national de la recherche italien. Ses études portent sur l’histoire de la philosophie moderne et elle s’est notamment illustrée comme spécialiste du philosophe d’Amsterdam. Elle a édité et traduit en italien son Traité théologico-politique, on lui doit un important travail sur son abrégé de grammaire hébraïque, elle est enfin la co-découvreuse de l’unique exemplaire manuscrit de L’Éthique à la Bibliothèque Vaticane.

2Reste que je ne suis pas, moi, moderniste, et que je ne suis pas davantage « spinoziste », en quelque sens d’ailleurs qu’on veuille bien entendre ce mot : ni disciple lointain du grand hérétique, ni, on s’en doute, un connaisseur particulièrement averti de sa pensée. J’avoue cependant que la lecture assidue de son TTP a beaucoup et depuis longtemps nourri ma réflexion d’historien de l’exégèse rabbinique de la Bible, et que ce n’est pas sans un plaisir suspect, et par l’effet de quelque coupable et naturelle tendresse pour tous les excommuniés, que j’ai demandé à Pina Totaro de donner ses quatre conférences précisément dans le cadre de mon séminaire, tout de même intitulé « Pensée juive médiévale »… Je ne reviendrai pas moi-même ici sur la question de savoir si, et si oui en quoi et dans quelle mesure exactement, Spinoza peut encore être tenu pour un penseur médiéval et pour un penseur juif. Je me contenterai de signaler que Pina Totaro aborde le sujet en plusieurs passages de ce livre, d’une manière à la fois subtile et prudente.

3Spinoziste, donc, je ne suis pas. Totariste, en revanche, je le suis devenu. Et je ne doute pas que vous le deveniez vous-même une fois que vous aurez lu cet ouvrage. Il y a chez Pina Totaro une modestie qui lui donne de la hauteur, et une simplicité qui nous convainc de la suivre. Ce ne sont pas là les moindres de ses qualités. Je n’ai pas oublié avec quelle attention elle écoutait les questions, parfois naïves, ou décalées, ou même obscures, de certains de ses auditeurs (fort nombreux), lors de ces quatre séances de l’hiver 2019. Elle les écoutait, ces questions, et prenait grand soin d’y répondre, soit sur le moment, soit au début de la séance suivante, lorsque le problème soulevé justifiait quelque examen complémentaire avant d’être tranché. C’est que Pina Totaro est à la fois une authentique chercheuse et une pédagogue achevée. Vous retrouverez ces précieux talents à l’œuvre dans le petit livre que vous avez sous les yeux et qui reprend l’essentiel de ce qui fut dit – et discuté – lors de ces quatre séminaires. Vous vous imaginiez peut-être que Spinoza était un auteur difficile dont l’accès était réservé aux initiés. Vous découvrirez que Spinoza est effectivement un auteur difficile, mais que des chercheuses et des pédagogues comme Pina Totaro savent en ménager astucieusement l’accès.

4C’est que Pina Totaro est avant tout elle-même une poseuse de questions. On ne trouvera pas ici un exposé synthétique du « spinozisme ». La stature exceptionnelle du philosophe n’est nullement niée, et il est clair que l’analyste aime son objet. Si admirative qu’elle soit de l’œuvre et de l’homme, elle ne les fige néanmoins jamais, évite bien sûr de les enfermer dans quelque « -isme » que ce soit, forcément simpliste et réducteur, et n’hésite pas à revenir sur les débats et les jugements contradictoires que cet homme et cette œuvre ont suscités jusqu’à nos jours. Elle souligne certes ce qui, de cette pensée, échappe aux contingences du lieu et du temps de sa naissance et de son mûrissement, et ce qui, en elle, nous nourrit encore aujourd’hui. Elle n’en néglige pas pour autant de situer Spinoza dans une histoire complexe, parfois ambiguë, toujours riche. Le « système » spinoziste est une chose. L’atelier de cette pensée-là en est une autre. C’est dans cet atelier que Pina Totaro nous fait entrer. Par quatre portes distinctes : exégèse, vérité, Christ, politique. Je dis quatre portes distinctes, mais qui toutes quatre nous ramènent au cœur d’un spinozisme vivant, en travail, audacieux et fertile.

5Vous ne vous ennuierez pas. Vous apprendrez beaucoup. Et en chemin, vous penserez. Je ne vois pas ce qu’on pourrait demander de plus.

Notes

1 J. Baumgarten, I. Rosier-Catach et P. Totaro (éd.), Spinoza, philosophe grammairien, Paris, CNRS Éditions, 2019 (« Cahiers Alberto-Benveniste »).

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2021

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search