Version classiqueVersion mobile

Perceptions ottomanes du surnaturel

 | 
Marinos Sariyannis

Avant-propos

Nicolas Vatin

Texte intégral

1L’ouvrage que nous présente aujourd’hui Marinos Sariyannis paraît précisément à son heure, dans la mesure où il est le fruit de différents facteurs convergents.

2Formé à l’excellente école du professeur Alexandropoulos à Salonique, membre de la jeune et remarquable équipe qui, à la suite des professeurs Zachariadou et Dimitriadis, a fait de Rethymno, en Crète, un des centres les plus actifs et prestigieux des études ottomanes au monde, Marinos Sariyannis appartient à une génération d’historiens grecs qui considèrent les études ottomanes comme un objet de recherche en soi. Cette progressive autonomisation du champ ottomaniste est un phénomène mondial, mais dans un pays longtemps marqué par le souvenir de la tourkokratia et souvent porté à ne s’intéresser aux sources ottomanes que pour étudier le monde grec post-byzantin, il s’agissait d’un mouvement courageux qui, rapide et vif, a porté des fruits d’une grande qualité.

  • 1 A History of Ottoman Political Thought up to the Early Nineteenth Century, Leyde-Boston, Brill, 201 (...)

3Cette jeune école a intensément fréquenté Istanbul sans jamais tourner le dos à Athènes, Vienne, Berlin, Paris, Londres, Cambridge, Harvard, Princeton ou Chicago – liste bien entendu lacunaire. La combinaison de ces formations et de ces cultures est remarquablement illustrée par l’œuvre de Marinos Sariyannis. Sa thèse, soutenue en 2005 à l’Université Aristote de Salonique, portait sur la société et les mentalités dans le monde ottoman du xvie-xviie siècle, avec un intérêt tout particulier pour les milieux marginaux sous les aspects les plus divers. Plus récemment, il s’est consacré à la pensée politique ottomane, à laquelle il a consacré un livre qui vient de paraître1. Il débroussaille depuis quelque temps un nouveau champ, celui des perceptions ottomanes du surnaturel. C’est une première présentation synthétique de cette réflexion en cours qu’il a bien voulu proposer aux auditeurs du séminaire d’« Études ottomanes (xve-xviiie siècles) » de la IVe Section de l’École Pratique des Hautes Études, aux mois d’avril et mai 2017. Il faut lui être reconnaissant d’avoir accepté de donner une forme imprimée à ce travail, « exposé préliminaire » pour reprendre sa propre formule, mais dont il me pardonnera de souligner la richesse et l’ampleur de vue.

4L’autonomisation de l’histoire ottomane, dans la seconde moitié du xxe siècle, est allée de pair avec son désenclavement : aussi Marinos Sariyannis, en travaillant sur le surnaturel ottoman, peut-il le faire en profitant des nombreux travaux qui se sont accumulés dans les dernières décennies tant en ce qui concerne les réflexions générales et les chronologies que plus particulièrement l’analyse de la pensée islamique. Le domaine était en revanche demeuré largement sous-exploité chez les ottomanistes, en partie parce que l’on avait négligé des textes jugés sans intérêt au motif qu’ils étaient issus, voire traduits, de la pensée arabe et de ce fait dénués d’originalité, et en partie faute de disposer de moyens d’investigation d’une ampleur suffisante. Quant au premier point, il allait de soi que, dans la nouvelle approche qu’envisageait Marinos Sariyannis, la question de l’originalité était un piège qu’il convenait d’éviter dès lors que c’est à l’univers intellectuel et mental des Ottomans qu’il entendait s’intéresser. Or cela devenait possible grâce à un dernier concours de circonstances favorable : depuis quelques décennies, un large courant de transcription et de publication de textes ottomans a vu le jour, notamment sous la forme de thèses universitaires turques, qui mettent à la disposition des chercheurs une documentation toujours croissante.

5On comprend dès lors pourquoi et comment le présent essai paraît précisément à son heure.

6Un avant-propos se doit d’être bref et modeste : je laisserai donc au lecteur le plaisir de découvrir par lui-même le propos de Marinos Sariyannis et me bornerai pour mon compte à présenter l’ouvrage à grands traits.

7Tout le souci de l’auteur est de réussir, partant de nos concepts, à se faire une idée des conceptions des Ottomans (ou, pour le dire de façon plus pédante, de passer de l’etic à l’emic), tout en prenant garde d’une part aux évolutions au cours des siècles, d’autre part à la coexistence de visions divergentes en fonction des milieux et des individus. Le préternaturel – domaine des phénomènes étranges ne procédant pas directement de miracles divins mais de causes naturelles inconnues ou cachées – s’oppose, en gros, au surnaturel – domaine des phénomènes échappant aux lois naturelles et à l’entendement humain. Ces deux notions correspondent à peu près, en arabe et en turc ottoman, aux termes adja’ib et gara’ib. Pourtant les deux mots paraissent former bien souvent une paire de termes indifférenciés. Kâtib Çelebi, brillant esprit novateur du xviie siècle, élargit la pensée ottomane aux sources européennes, mais analyse celles-ci selon les méthodes traditionnelles ottomanes. Une forme de scepticisme à l’égard des miracles qu’une certaine piété rigoriste voudrait laisser au seul Prophète n’empêche pas leur présence obsédante dans l’univers de la piété populaire et l’on voit se glisser la politique dans des débats entre oulémas et soufis, comme auparavant le millénarisme apocalyptique avait influé sur le rapport au pouvoir temporel. Des tendances naturalistes, voire matérialistes, à partir du milieu du xviie siècle, n’empêchaient pas les croyances populaires de prospérer et les diffuseurs mêmes de la pensée d’Ibn Khaldun préféraient ignorer son hostilité à l’occultisme…

8On voit que la présentation de Marinos Sariyannis, toujours claire et structurée, n’est pourtant nullement simpliste et qu’elle laisse leur part au doute, au flou et à l’ambivalence. En cas de besoin, il contourne l’obstacle pour tenter de l’aborder par un autre flanc : s’il apparaît difficile d’évaluer une éventuelle rationalisation des sciences occultes, alors il envisagera la question en se penchant sur la médecine et son rapport à la magie ou sur l’histoire et les réflexions qu’elle induit sur la causalité.

9Le plan suivi est simple et cohérent. Un premier chapitre est consacré aux conceptions du surnaturel par l’examen de la littérature ottomane des adja’ib, notamment sous la forme de textes géographiques ottomans des xve et xvie siècles hérités d’une abondante littérature médiévale décrivant un monde saturé de phénomènes extraordinaires. Si ce premier chapitre est plutôt – mais il ne faut pas forcer le trait – celui du préternaturel, le deuxième se concentre sur un surnaturel violant les lois naturelles, « incontrôlé ». Ici, la société et le gouvernement ottomans se trouvaient face aux miracles des saints comme à l’irruption des revenants et fantômes, voire à la présence du mal. Pouvait-on donc contrôler le surnaturel ? C’est la question posée par le troisième chapitre, celui des sciences occultes, de la magie et de la divination : univers des démons, ou discipline scientifique ? Les deux visions existaient et des efforts furent déployés pour rationaliser et expliquer les pratiques. Jusqu’où pouvaient aller ces efforts ? Le quatrième et dernier chapitre aborde la modernité ottomane telle qu’elle se développe à partir du milieu du xviie siècle et s’interroge sur l’existence et les limites d’un « désenchantement du monde » à l’ottomane.

10En bonne méthode, Marinos Sariyannis conclut en soulignant tout ce qui reste à explorer, tout ce qui reste à faire pour parvenir à se former une idée plus complète de la boîte à outils mentale des Ottomans. On pourrait ajouter que le terme même d’Ottoman mériterait d’être examiné de plus près. Les sources de Marinos Sariyannis et son intérêt pour l’histoire des concepts l’ont amené à privilégier une vision turque à profondeur musulmane. Pour autant il est bien conscient que la société ottomane était faite de plus d’une culture et le quatrième chapitre, parce que les instruments nécessaires étaient plus aisément disponibles, élargit ce champ de vision. Il s’agit là de questions à envisager plus tard. Ce qui compte n’est pas ce qu’on pourrait faire encore, mais ce qu’a déjà fait Marinos Sariyannis, à l’issue d’un impressionnant travail de lectures et de réflexions : il a prouvé l’existence, dans le domaine particulier du « surnaturel », d’une culture ottomane autonome, diverse et en perpétuelle évolution, mais parfaitement en phase avec des mouvements contemporains en Europe.

Notes

1 A History of Ottoman Political Thought up to the Early Nineteenth Century, Leyde-Boston, Brill, 2019.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search