Version classiqueVersion mobile

Étrangère et ancestrale

 | 
Françoise Van Haeperen

Chapitre IV. Honorer Mater Magna dans le port de Rome : lieux de culte, pratiques et agents

Texte intégral

  • 1 Voir F. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses à Ostie, port de Rome », dans N. Belayche, J.-D. (...)
  • 2 Qui a trait à l’approvisionnement en denrées alimentaires destinées à Rome, en provenance des provi (...)
  • 3 F. Van Haeperen, « Interventions de Rome dans les cultes et sanctuaires de son port, Ostie », dans (...)

1Ostie, où la déesse arrive en 204 avant notre ère avant de rejoindre Rome, offre un terrain fertile pour l’étude des cultes dans une cité antique1. La moisson de documents archéologiques, épigraphiques et iconographiques, à laquelle s’ajoutent quelques textes littéraires, y est fort abondante. Le culte de Mater Magna y étant particulièrement bien attesté, il est possible de l’étudier sous de multiples facettes, tout en gardant à l’esprit le caractère singulier d’Ostie. En tant que port de Rome, la cité revêt, dès le iiie siècle avant notre ère, un rôle militaire, comme base navale, et surtout, à partir du iie siècle avant notre ère et jusqu’à la fin de l’Empire, une fonction annonaire2 cruciale pour la capitale de l’Empire. Les dieux aussi contribuent, dans le port de Rome, à l’accomplissement de ces missions fondamentales : certaines fêtes religieuses sont même célébrées à Ostie par des magistrats de Rome3. Dans quelle mesure Mater Magna participe-t-elle à Ostie à ces fonctions militaires et annonaires ? Telle est l’une des questions auxquelles nous tenterons de répondre dans ce chapitre. Plus largement, il s’agira de comprendre quand et où ce culte est implanté dans la cité, qui sont ses agents cultuels mais aussi comment le culte est pratiqué dans les sphères publique et associative. La documentation épigraphique permet en outre d’éclairer, au moins partiellement, les réseaux divins qui se forment autour de la déesse.

Lieux de culte de Mater Magna à Ostie

2Mater Magna est une des divinités honorées à titre public à Ostie. Il est donc naturel qu’elle y reçoive un sanctuaire public ; il est en revanche plus surprenant qu’elle s’en voie attribuer plusieurs.

  • 4 Pour une histoire des découvertes, K. Rieger, Heiligtümer in Ostia (« Studien zur antiken Stadt » 8 (...)
  • 5 R. Mar, « Cambios de nivel en las calles de Ostia. Los datos de la excavación arqueológica en el sa (...)

3Son lieu de culte le plus fameux, le Campus de Mater Magna, est découvert à la fin des années 50 du xixe siècle, au sud de la ville (figure 4, no 10)4. Il est partiellement fouillé par les Visconti, oncle et neveu, qui dégagent notamment la zone du temple et du portique. Ceux-ci doivent interrompre leurs travaux à la suite de l’unification italienne. Une partie de leurs découvertes sont cependant publiées. Un archéologue italien, Guido Calza, reprend le flambeau peu avant la Seconde Guerre mondiale et met au jour une chapelle consacrée à Attis, l’Attideum (figure 3, no 3), et ses espaces adjacents, mais revient également sur les découvertes antérieures. Les résultats de ses investigations sont publiés, à titre posthume, par son épouse. Plus récemment, dans les années 1990, une équipe espagnole dirigée par Ricardo Mar a effectué plusieurs sondages dans le Campus, afin notamment de préciser la chronologie de ses différentes phases. Ces investigations n’ont malheureusement pas encore fait l’objet d’une publication, à l’exception de brèves mentions et d’une thèse de doctorat inédite sur les sculptures de l’Attideum, qui contient aussi quelques indications précieuses sur certains aspects des fouilles, sans plan malheureusement5.

  • 6 Il s’agit là de son nom antique. Nous reviendrons plus bas sur l’interprétation de celui-ci.
  • 7 L’aperçu qui suit est basé sur les références figurant à la note 4 et S. Berlioz, « Il campus Magna (...)

4Dans l’état actuel des connaissances, il apparaît que le terrain humide, voire marécageux, où est aménagé le Campus6 fait l’objet d’un assainissement à l’époque augustéenne. La première phase du sanctuaire n’est cependant pas antérieure au milieu du ier siècle de notre ère, comme l’ont démontré plusieurs recherches récentes7. Le Campus occupe d’emblée une très vaste superficie, près de 4500 m2, au sud de la ville, entre les murailles tardo-républicaines et le cardo maximus (figure 4, no 10).

  • 8 Voir F. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses », p. 110 pour les références aux sources et Id., (...)

5Cette aire sacrée compte parmi les lieux de culte publics de la colonie, comme l’attestent divers éléments8. D’une part, les prêtres et archigalles de la déesse s’y présentent, dans leur titre, comme prêtres ou archigalles de la colonie d’Ostie : il s’agit bien d’agents cultuels publics. D’autre part, le pontife de Vulcain et des édifices sacrés, le prêtre le plus important de la colonie, donne son autorisation à l’érection de statues, par des particuliers, dans le Campus de la déesse. Enfin, le très vaste espace qui constitue le sanctuaire indique, sans l’ombre d’un doute, son caractère public.

6Les structures les plus anciennes du sanctuaire d’Attis datent de la création du Campus. Il est alors constitué d’une enceinte presque carrée, à ciel ouvert, à laquelle on accède par une entrée décentrée (pièce carrée devant l’abside no 3, voir figure 3). Quant au temple même de Mater Magna (no 1), il pourrait, selon l’équipe espagnole, remonter à la même époque. Si cette datation précoce contraste avec les propositions antérieures, elle semble toutefois basée sur de nouvelles données stratigraphiques. Il est tentant de mettre cet aménagement du Campus vers le milieu du ier siècle en rapport avec l’introduction, sous l’empereur Claude, des fêtes de mars de la déesse dans le calendrier public.

Figure 3. Plan du Campus de Mater Magna à Ostie, d’après R. Meiggs, Roman Ostia, fig. 23.

Figure 3. Plan du Campus de Mater Magna à Ostie, d’après R. Meiggs, Roman Ostia, fig. 23.

Figure 4 Les sanctuaires publics d’Ostie. Carte élaborée par F. Van Haeperen, à partir de C. Pavolini, Ostia, 1986, p. 21.

Figure 4 Les sanctuaires publics d’Ostie. Carte élaborée par F. Van Haeperen, à partir de C. Pavolini, Ostia, 1986, p. 21.

7Que le Campus n’ait pas livré de trace d’activité cultuelle plus ancienne n’a pas manqué de surprendre les chercheurs, étant donné que la déesse est arrivée en grande pompe à Rome en 204 avant notre ère, en transitant par Ostie. Il est donc possible qu’ait existé ailleurs à Ostie un lieu de culte dédié à la Mère des dieux, antérieur à l’installation de son Campus au sud de la ville.

  • 9 Terme architectural désignant les temples (notamment grecs et romains) n’ayant qu’une seule rangée (...)

8La construction ou plutôt la reconstruction du temple de la déesse est généralement datée du règne d’Hadrien. Les Espagnols la font toutefois remonter à l’époque flavienne. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un temple prostyle9, sur un haut podium qui présente la particularité d’être entouré de puissants contreforts constitués d’arcades formant des niches, trois sur les côtés, deux à l’arrière. Selon certains, il s’agirait là d’un rappel des « grottes métroaques asiatiques ». Une telle hypothèse doit être considérée avec prudence, dans la mesure où l’on n’en a pas de trace par ailleurs et où la profondeur réduite de ces arcades n’invite guère à y reconnaître des grottes. Celles-ci avaient peut-être simplement une fonction architectonique, dans ce terrain humide, ou décorative. L’escalier menant au podium du temple présente une sorte de replat, après les trois premières marches, sur les côtés duquel ont été aménagées deux fosses, peut-être utilisées pour planter des arbres ou des fleurs. Devant le temple se trouvent les restes d’un grand autel. Seule construction imposante du Campus, le temple domine de sa taille toute l’aire sacrée et est visible depuis l’entrée du sanctuaire, donnant sur le cardo maximus.

9L’aire sacrée est retranchée d’une portion de terrain, à l’est de l’Attideum, où sont construits le temple de Bellone (figure 3, no 4 ; figure 4, no 11) et le siège de l’association des hastiferi (figure 3, no 5), sans doute à la fin de l’époque hadrienne. Il n’y a pas de passage direct entre le temple de Bellone et l’aire sacrée de Mater Magna, mais les liens fonctionnels entre les deux divinités sont connus – Bellone est parfois qualifiée de déesse pedisequa (suivante) de Mater Magna – et justifient l’attribution, à titre public, de ce terrain, pour la construction de ce temple aux dimensions modestes, qui sera restauré, quelques décennies plus tard, par les licteurs et affranchis de la colonie.

  • 10 D’autres structures, ailleurs qu’Ostie, ont été interprétées comme des fossae sanguinis, liées au c (...)

10C’est aussi au iie siècle que sont aménagés le portique (no 2) qui court le long de la muraille républicaine et l’espace occupant une tour de la muraille (no 6). Celui-ci a longtemps été interprété comme la fossa sanguinis, la fosse sanglante où était pratiqué le taurobole, tel qu’on se le représentait à la suite de la description de Prudence. Le renouvellement des études sur le taurobole d’une part, les investigations archéologiques plus poussées d’autre part ont contribué à rejeter cette identification : cet espace correspond plutôt à celui d’une citerne10.

11L’Attideum fait l’objet d’un agrandissement au iiie siècle selon la plupart des chercheurs, dans la deuxième moitié du iie siècle selon l’équipe espagnole. Une pièce à abside, dont l’entrée est encadrée de deux thélamons représentant le dieu Pan, est adjointe à l’enceinte carrée (no 3). Y ont été retrouvées de nombreuses sculptures et dédicaces. Quant à l’entrée de l’Attideum, elle est alors monumentalisée.

12Deux pièces, mal documentées, sont construites à proximité de l’Attideum, vers la même époque (nos 7 et 8). Il pourrait s’agir de chapelles ou de sièges de collège. Au nord du Campus sont aménagées de grandes pièces qui restent très mal connues (no 10). Peut-être s’agit-il de sièges de collèges (certaines dédicaces des cannophores ont été retrouvées en remploi dans le pavement de l’une d’entre elles). Quant au très vaste espace resté libre au centre du Campus, certains ont supposé qu’il a pu accueillir des pins, voire un bosquet sacré, et qu’il était utilisé pour les processions des fêtes de mars.

13Le sanctuaire est toujours fréquenté au ive siècle, comme l’attestent notamment des dédicaces tardives.

  • 11 Celle-ci avait été identifiée par son fouilleur, G. Calza, au pastos, la chambre nuptiale où se pra (...)

14Les nouveautés issues de la mission archéologique espagnole ne tiennent pas seulement dans le phasage renouvelé des structures du Campus, mais aussi dans la fouille de la « vasque », tripartite, au sein de l’Attideum (environ 4 m x 3 m)11. Seules la thèse inédite de David Vivò Codina et quelques communications orales faites à la fin des années 1990 fournissent quelques maigres données à ce propos. La structure visible avant ces fouilles correspondait à un bassin. Le dégagement, très soigneux, des niveaux inférieurs au sol de la vasque, intacts, a montré que la structure revêtait de tout autres fonctions avant d’être aménagée en bassin. Cette structure tripartite aurait notamment servi de réceptacle mais aussi de dépôt pour des sacrifices (avec abondance d’os de volailles). Au niveau le plus profond a été dégagée une sorte de spatule en plomb, sur laquelle se trouvaient des restes de sang et de matière organique. La découverte avait de quoi faire fantasmer. S’agissait-il des traces de l’autocastration d’un galle ? D’après une conversation orale avec le responsable de la mission, elles correspondent plutôt aux vestiges d’un sacrifice animal. Il n’en reste pas moins que cette spatule ne semble avoir été utilisée qu’à cette occasion, dans un cadre manifestement rituel. La durée d’utilisation de cette structure en tant que dépôt sacrificiel est relativement courte, puisque sa construction semble dater de l’époque de Vespasien et que les fragments céramiques les plus récents sont datables de la fin du ier siècle. C’est à ce moment ou au début du iie siècle que la structure est alors transformée en bassin. Devant cet aperçu fragmentaire, on ne peut qu’espérer que cette fouille soit publiée. À n’en pas douter, elle livrera des informations importantes sur les pratiques rituelles qui avaient lieu au sein de cet espace – ces données sont d’autant plus fondamentales qu’elles sont, à ce jour, uniques, aucun autre sanctuaire de Mater Magna n’ayant livré de tels témoignages.

  • 12 K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, p. 102-103 ; P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor, p.  (...)

15Invisible de l’extérieur, accessible par une entrée qui était fermée d’une porte, l’Attideum apparaît, dès sa construction, comme clos sur lui-même. Sur la base de ce constat et des découvertes faites par les Espagnols, il est tentant de supposer que s’y déroulaient les mystères du culte ou, à tout le moins, des cérémonies réservées, non accessibles au tout-venant12.

  • 13 CIL XIV, 45. Le numen est à comprendre comme la puissance divine, la volonté divine ou la divinisat (...)
  • 14 CIL XIV, 116, 117, 118, 119, 285 ; CCCA III, 399.
  • 15 AE 1948, 28. Sur la schola des hastiferi, construite vers le milieu du iie s., K. Rieger, Heiligtüm (...)

16Deux associations (collegia) directement liées au culte public de Mater Magna disposent d’un siège (schola) au sein du Campus. Si ces locaux ne sont pas identifiés avec certitude sur le terrain, ils sont cependant attestés par les textes épigraphiques. Les dendrophores, responsables de la procession de l’arbre lors des fêtes de mars, dédient leur schola au numen de la maison impériale13. Les cannophores, qui étaient chargés de la procession du roseau lors de ces mêmes fêtes, se voient également dotés d’une schola dans le vaste espace du Campus. Si on ignore quel en est le dédicataire, on pourrait ici aussi songer à la maison impériale, au vu des dédicaces qui ont été posées pour ou par les cannophores14. Quant au collège des hastiferi, liés au culte public de Bellone, déesse pedisequa de Magna Mater, il fait construire sa schola face au temple de la divinité qu’il dessert et la dédie vraisemblablement aussi au numen de la domus Augustae15. Dans ce dernier cas, la schola revêt l’apparence d’un petit temple.

  • 16 CIL XIV, 408 ; AE 1940, 131.

17Mater Magna n’est pas seulement honorée dans son Campus. La cité d’Ostie s’est étendue au nord du Tibre, avec la construction de Portus sous Claude et son agrandissement sous Trajan. Le port même d’Ostie, fréquemment ensablé, a ainsi été doublé de nouvelles infrastructures. Celles-ci ne sont pas seulement portuaires et utilitaires. Les dieux sont également convoqués dans le nouveau port. Parmi ceux-ci figure Mater Magna, comme l’atteste la présence d’un personnel cultuel attaché à la déesse de l’un et l’autre port ou du port d’Auguste (c’est-à-dire Claude) et de Trajan, ces expressions désignant l’une et l’autre Portus16.

  • 17 CIL XIV, 429.

18Quant au titre d’un prêtre de Mater Magna, auquel est joint l’adjectif Transtiberina, il permet de suggérer l’existence d’un lieu de culte à cette déesse sur la rive droite du fleuve. Peut-être était-il plus ancien que le Campus de la déesse17.

Localisation du Campus de Mater Magna

  • 18 Sur les sanctuaires publics de la cité et leur localisation, F. Van Haeperen, « Installation des cu (...)

19Comment interpréter la situation excentrée du Campus de la Mère des dieux ? Afin d’apporter une réponse contextualisée, replaçons-le d’abord au sein de la topographie des sanctuaires publics de la cité18.

20Les lieux de cultes publics d’Ostie connus par l’archéologie se situent pour la plupart sur les grands axes de la ville et marquent pour certains d’entre eux de manière très nette le paysage urbain (figure 4). On les retrouve de part et d’autre du decumanus maximus, au croisement du decumanus maximus et de la via della Foce, le long de cette dernière et de son prolongement vers le sud.

21Plusieurs lieux de culte publics d’Ostie ont occupé le centre politique et administratif de la colonie, le Forum et ses environs immédiats : le Capitole, le temple de Rome et d’Auguste et le temple rond (figure 4, no 1, 2, 3). Un temple se dresse également sur l’autre place d’Ostie que constitue le vaste espace entouré d’un portique derrière le théâtre (no 6). Mais ces temples ne sont pas seulement présents sur les « grand-places ». Ils se dressent aussi à proximité des accès de la cité. Plusieurs temples républicains sont ainsi construits à l’extérieur de l’enceinte du castrum – à l’ouest, l’aire sacrée républicaine avec, notamment, son temple d’Hercule ; à l’est, un petit temple et l’aire sacrée des quatre petits temples ; plus éloigné du castrum, le temple de Bona Dea de la regio V (no 4, 8, 7 et 14). Sous l’Empire, d’autres sanctuaires publics sont construits en bordure, extérieure ou intérieure, de la nouvelle enceinte construite par Cicéron ou à proximité d’une limite naturelle. À l’ouest du decumanus, hors les murs, sont édifiés le temple de Bona Dea et le « Forum de la Porte Marine », identifiable à un sanctuaire, ou à l’extrémité orientale du même axe, encore dans les murs, une structure identifiable à un temple (no 13, 12 et 15). Mentionnons aussi le temple des Dioscures dominant le Tibre et la mer ou, à l’autre extrémité de l’axe nord-ouest/sud-est constitué par la via della Foce et son prolongement vers le sud, le Campus de Mater Magna (no 5 et 10).

  • 19 Voir par exemple C. Pavolini, Ostia, p. 208.

22Il faut donc nuancer l’interprétation selon laquelle la situation excentrée de ce dernier devrait être expliquée par la qualité d’étrangère de la divinité et par une volonté de maintenir son culte exotique aux marges de la ville19. D’autres temples, dédiés à des divinités traditionnelles (ou non identifiées) se situaient en effet en bordure de la cité. En outre, dans certains cas, à Rome notamment, la déesse est intégrée au cœur même du centre historique. Peut-être l’emplacement périphérique du sanctuaire doit-il être mis en rapport avec son nom, attesté, une fois n’est pas coutume, par des inscriptions : il s’agit d’un Campus. Cette dénomination nous livre une indication importante. Le terme est utilisé ici dans un contexte urbain (et non agricole) et peut donc être compris dans son sens militaire. La Mater Magna, souvent couronnée de murailles, apparaît ainsi comme protectrice de la ville. La situation périphérique pourrait aussi être liée à la nécessité de disposer d’un espace suffisant pour un culte dont les éléments perçus ou présentés comme phrygiens (processions et fêtes de mars) sont depuis Claude intégrés dans le calendrier public.

Commanditaires et financements des édifices construits sur le Campus

23Outre la question de l’emplacement du Campus se posent celles des acteurs liés à la construction du temple et des édifices du Campus. Les décisions ou les autorisations d’ériger ces édifices émanent selon toute vraisemblance des autorités publiques de la colonie, puisqu’il s’agit d’un lieu de culte public. Il convient toutefois de s’interroger sur leur financement : en effet, une construction à usage public, qu’elle soit cultuelle ou non, pouvait être financée par la caisse publique ou par un évergète.

  • 20 Sur ces questions et pour les références aux sources et à la bibliographe, F. Van Haeperen, « Insta (...)
  • 21 AE 1968, 80.

24La riche documentation d’Ostie livre différents cas de figure20. D’une part, l’épigraphie fournit des données exploitables, en faisant connaître l’identité, voire la fonction, de l’individu ayant construit et financé un sanctuaire. Ainsi, plusieurs temples ont été réalisés par un magistrat local, agissant soit à ses frais, soit sur les deniers publics, comme, par exemple, le temple de Bona Dea de la regio iv (no 13), édifié à ses frais par un duouir (c’est-à-dire le magistrat le plus important de la cité), au début de l’époque impériale21. D’autres temples publics ont été édifiés par un évergète qui ne semble pas avoir revêtu de charge publique, comme le Serapeum d’Ostie (no 9) financé par un Caltilius, issu d’une famille d’affranchis.

  • 22 P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor.
  • 23 P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor, p. 250-257.

25D’autre part, les matériaux de construction, voire l’identification des ateliers ayant œuvré aux éléments sculptés, offrent de précieux renseignements mis en lumière par les études de Patrizio Pensabene22 : ainsi par exemple, l’usage de tel ou tel marbre coûteux provenant de carrières impériales permet de supposer que le Capitole reconstruit à l’époque d’Hadrien a été financé par une intervention de l’empereur ou d’un de ses proches23.

  • 24 AE 1948, 26. Cette inscription apporte des précisions intéressantes quant au processus ayant mené à (...)

26Quant aux divers temples et lieux de culte présents dans le Campus de Mater Magna, l’un d’entre eux au moins, celui de Bellone, a été réalisé puis restauré par un collège, l’association des licteurs et esclaves de la cité24.

Aulus Livius Proculus et Publius Lucilius Gamala fils, duumvirs et préfets de César, ont assigné sur décret des décurions ce lieu pour y bâtir le temple de Bellone, aux frais des licteurs et des esclaves publics qui sont dans cette corporation. S’en sont occupés Marcus Naevius Fructus et Marcus [[nom martelé]].

  • 25 P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor, p. 332.

27D’après les matériaux de construction, une telle hypothèse est également envisageable pour les autres lieux de culte du Campus, mais on ne peut exclure l’intervention d’un seul évergète voire d’un magistrat de la cité25.

  • 26 Voir supra.
  • 27 M. J. Versluys, « Orientalising Roman Gods ».

28Observe-t-on, dans la cité portuaire, une distinction entre les lieux de culte de Mater Magna, ou d’Isis ou Sérapis, dieux réputés étrangers (sacra peregrina) et ceux des divinités ancestrales (sacra patria) ? Si les premiers sont insérés dans la cité au même titre que les seconds, quelques différences sont cependant perceptibles. Ainsi, les lieux de culte de ces divinités considérées étrangères sont construits par des évergètes locaux ou des collèges26. On observe une moindre qualité de leur construction et de leur décoration, pour lesquels ont été mis en œuvre des matériaux moins prestigieux que pour la plupart des autres temples publics. Leurs caractéristiques édilitaires les rapprochent davantage de temples d’associations. Comme ces derniers, les sanctuaires de Sérapis et de Mater Magna présentent une architecture bien romaine, mais leur décoration porte des marques exotiques ou supposées telles. Il ne faut toutefois pas s’y tromper : nulle part dans leurs terres d’origine on ne trouverait un temple similaire à ceux-là. Ces lieux de culte ne sont pas davantage égyptiens ou phrygiens que les prêtres qui les desservent : on est en présence d’une altérité construite, présentée sous des traits « orientalistes »27.

Personnel cultuel de Mater Magna

  • 28 Tel semble aussi le cas, à Ostie, du personnel cultuel des divinités isiaques, à de rares exception (...)
  • 29 Le Génie représente, pour les Romains, le double divin d’un individu, d’un groupe ou même d’un lieu
  • 30 Une étude systématique de l’ensemble des prêtres d’Ostie reste à réaliser. Voir déjà les indication (...)
  • 31 Voir par exemple CIL XIV, 4627 (CCCA III, 420) ; CIL XIV, 371 (CCCA III, 423) ; CIL XIV, 408 (CCCA (...)

29Quant au personnel cultuel de Mater Magna, il ne se recrute pas dans l’élite de la population locale28, à la différence d’autres prêtres publics tels que le pontife de Vulcain, les flamines ou le prêtre du Génie de la colonie29. Les agents cultuels de la Mère des dieux semblent pour la plupart issus de milieux comparables à ceux qui gravitent dans les collèges (professionnels ou religieux)30. Leur onomastique indique fréquemment une origine ou une ascendance serviles31. Aucun indice ne permet de se prononcer sur leur éventuelle provenance phrygienne.

30La documentation d’Ostie atteste en revanche la diversité des fonctions liées au culte métroaque et la manière dont se font représenter les agents cultuels.

  • 32 Cette fonction est explicitement attestée pour l’archigalle de Portus. Voir infra.
  • 33 CCCA III, 395. Sur cet objet, F. Van Haeperen, « The Cista » avec la bibliographie antérieure et le (...)
  • 34 M. Beard, « Images de la castration ou Attis à Ostie », dans F. Dupont, C. Auvray-Assayas, éd., Ima (...)
  • 35 Voir l’analyse de M. Beard, « Images de la castration », p. 5-7.

31Comme ailleurs, l’archigalle revêt à Ostie et à Portus une fonction prophétique, en recommandant l’accomplissement de tauroboles32. Mais c’est ici un objet offert par l’un d’eux qui va retenir notre attention (figure 5). Contrairement à une idée répandue, il ne correspond pas à une urne cinéraire, puisqu’aucun emplacement n’a été prévu à cet effet. Cet objet, unique en son genre, a la forme d’une ciste33, voire d’un modius (mesure de blé). Si tel est le cas, il refléterait le nom de son dédicant, l’archigalle Marcus Modius Maximus, et constituerait une sorte de clin d’œil à son nomen34. Ce dernier, par la répétition du X dans son cognomen, Maxximus, pourrait en outre insister sur le fait qu’il est grand, très grand35.

Figure 5. Ciste de marbre de Modius Maximus, Rome, Musei Vaticani, inv. 10745 (K. Rieger, Heiligtümer, p. 146.

Figure 5. Ciste de marbre de Modius Maximus, Rome, Musei Vaticani, inv. 10745 (K. Rieger, Heiligtümer, p. 146.
  • 36 Voir par exemple Martial, Épigrammes, 13, 63-64.
  • 37 Voirsupra.
  • 38 Un tel rapprochement est présent chez Lucrèce, voir supra.
  • 39 Voir supra.

32Les tria nomina du dédicant surmontent son titre d’archigalle de la colonie d’Ostie, qui s’étend de part et d’autre de la représentation d’une syrinx. La ciste est surmontée d’un coq dont la queue se termine en épi. La présence de ce volatile constituerait également une sorte de plaisanterie visuelle, puisque les dévots châtrés de la déesse portent, comme les coqs, le nom de galli. Des jeux de mots suscités par de tels rapprochements entre coq et galle apparaissent en tout cas, à plusieurs reprises, dans la littérature ancienne36. La queue se terminant en épi a été comprise par M. Beard comme une allusion paradoxale à la fertilité dont sont privés les galles et aussi, selon elle, les archigalles. Il faut toutefois rappeler que les archigalles n’étaient pas des eunuques37. Ceci n’empêche évidemment pas Modius Maximus de se plier à ce jeu de mots, à moins précisément qu’il n’ait voulu insister sur sa propre fertilité. Une autre possibilité serait de voir dans ces céréales un autre jeu de mots. Celles-ci peuvent être qualifiées de frux ou fruges, à l’instar d’Attis ou des agents cultuels de la déesse supposés être des Phryges38. À droite de l’inscription sont représentés un pedum et une flûte courbe ; à sa gauche, au milieu de motifs végétaux identifiés à des roseaux, Attis reconnaissable à son bonnet phrygien, un lion, une tête barbue de Jupiter et une syrinx ; à gauche des roseaux, enfin, est gravé un grand cercle interprété comme une représentation schématique d’un tympanum. La présence d’Attis parmi les roseaux évoquerait son mythe (comme nous l’avons vu dans le chapitre ii, il aurait été abandonné, bébé, sur les rives du fleuve Gallus). Rappelons toutefois que les seules attestations de cet épisode sont tardives et n’évoquent pas les roseaux ; ceux-ci pourraient faire allusion à la nymphe dont s’éprit Attis ou renvoyer à la syrinx, fabriquée précisément à partir de roseaux et symbole des pâtres39. Bref, cet archigalle se met en scène dans un objet curieux, sorte de ciste-modius qui porte un décor en bonne partie lié à Attis.

  • 40 L’épitaphe de Julius Charelampis rappelle qu’il a introduit des arbres pendant 18 années (CIL XIV, (...)

33Plusieurs prêtres et prêtresses de la déesse sont également attestés à Ostie. Ils insistent fréquemment sur leur lien avec la colonie, en l’accolant à leur titre. Dans certains cas, ils apparaissent liés à l’introduction de l’arbre, lors de la dendrophorie, ou à la participation à des tauroboles40.

  • 41 Le Transtévère dont il est question ici correspond, très vraisemblablement, à celui d’Ostie. Sur le (...)
  • 42 CIL XIV, 429. F. Van Haeperen, « The Cista » avec la bibliographie antérieure. Une datation au iie (...)
  • 43 Voir supra.

34Certains d’entre eux sont représentés, en tant que prêtre, sur leur monument funéraire. Tel est le cas de L. Valerius Fyrmus, prêtre de la Mère des dieux du Transtévère et d’Isis à Ostie41. Il porte un habit oriental et est entouré d’objets se rapportant à ses deux sacerdoces. Il tient dans sa main gauche une corne (plutôt qu’un rouleau de parchemin) et dans la droite un flagellum ; son épaule gauche est surmontée de la tête d’un félin42. À gauche du personnage sont figurés un vase avec un cobra sur le manche, deux cistes, l’une décorée d’un buste radié (Sol ?), l’autre d’un motif érodé, et une double fleur de lotus ; à droite, un coq, une hydrie et une double fleur de lotus. Les faces latérales sont ornées, l’une d’une cruche, l’autre d’une patère. Certains de ces éléments se rapportent au culte égyptien (la cruche au cobra, les fleurs de lotus), d’autres au culte de Mater magna (l’habillement du prêtre, le coq, le lion). Il est tentant de considérer que les deux cistes évoquent les mystères de l’un et l’autre culte. Mais souvenons-nous des tablettes de malédiction de Mayence qui évoquaient plusieurs cistes liées au seul culte de Mater Magna43.

  • 44 CCCA III, 447-448 ; F. Van Haeperen, « The Cista » avec la bibliographie antérieure.

35Un autre agent cultuel de la déesse, anonyme cette fois, s’est fait représenter, portant les vêtements orientaux et insignes typiques de son sacerdoce (bracelet et couronne), sur le couvercle (figure 6) et sur deux panneaux latéraux de son sarcophage44.

Fig. 6. Couvercle de sarcophage, avec prêtre de Mater Magna. Ostia Antica (Isola Sacra). Museo Ostiense. Inv. 158.

Fig. 6. Couvercle de sarcophage, avec prêtre de Mater Magna. Ostia Antica (Isola Sacra). Museo Ostiense. Inv. 158.
  • 45 CIL X, 3698 = ILS 4175 = CCCA IV, 7.
  • 46 F. Vanhaeperen, « Les acteurs du culte », p. 471-474.

36Il figure allongé sur le couvercle, tenant une branche de pin dans la main droite ; à son pied gauche se trouve une ciste entourée d’un serpent. Sur un des panneaux, on voit le prêtre sacrifier devant une statue de Mater Magna, précédée d’un petit Mercure et entourée de torches. Sur l’autre, il tient deux torches, tournées vers le haut, devant une statue d’Attis qui porte le pedum et la syrinx, devant un pin duquel pendent des cymbales. Ce personnage est généralement identifié à l’archigalle d’Ostie. Il faut toutefois souligner que, selon les sources épigraphiques, la couronne et le bracelet sont les insignes des prêtres de la déesse et non de ses archigalles45. En outre, l’acte même de sacrifier relève davantage de la compétence des sacerdotes que de celle des archigalles46. Cet acte récurrent est cependant rarement présent dans l’épigraphie métroaque, sans doute précisément parce qu’il était régulier et que la routine ne fait guère l’objet de commémorations épigraphiques. Sur ces bases, il est préférable d’identifier ce personnage à un prêtre plutôt qu’à un archigalle de la déesse.

  • 47 AE 1940, 131 (CCCA III, 444) : tympanistra Matris deum Magnae utriusque portus) ; CCCA III, 445 : t (...)

37Quelques musiciens du culte sont également attestés dans la colonie : un flûtiste ainsi que des joueuses de tympanum. Ces musiciens insistent soit sur leur caractère public, soit sur leur lien avec la colonie47.

38Plusieurs inscriptions évoquent en outre les collèges de dendrophores et cannophores et leurs membres actifs dans les processions de mars. Avant de nous pencher sur leurs dédicaces, riches en renseignements, il convient d’examiner quelles sont les fonctions remplies par Mater Magna à Ostie.

Fonctions et fêtes de Mater Magna

  • 48 F. Vanhaeperen, « Installation des cultes et sanctuaires publics ».

39Un grand nombre des dieux honorés à Ostie exercent des fonctions qui apparaissent avant tout liées aux intérêts de Rome, ou plutôt au rôle particulier que revêt Ostie en tant que port de Rome : port fondamental pour la flotte militaire sous la République, mais aussi pour l’approvisionnement en blé, dès les deux derniers siècles avant notre ère et sous l’Empire48. Hercule y revêt un rôle en bonne partie militaire sous la République et y est honoré par des généraux romains. D’autres divinités remplissent des fonctions en rapport direct avec la protection de la navigation, tels les Dioscures ou Isis, ou avec l’approvisionnement de Rome, telles Vénus, Cérès, Fortune et Spes, honorées dans le sanctuaire républicain des quatre petits temples. Quant à Vulcain, il prévient les risques d’incendies, à une époque où les céréales viennent d’être engrangées. D’autres divinités, qui ne patronnent pas directement les activités liées aux fonctions de port militaire ou annonaire d’Ostie mais qui peuvent y apporter leur protection bienveillante, sont honorées à titre public dans la cité. On y trouve bien sûr la triade capitoline ou le Génie de la colonie. C’est aussi le cas de Bona Dea, déesse matronale liée à la salus du peuple romain et à la santé, ou encore d’Esculape, dieu de la médecine.

  • 49 Voir supra. La déesse était également honorée à titre public à Portus, comme l’atteste la présence (...)
  • 50 F. Vanhaeperen, « Interventions de Rome », p. 34-35 (avec référence aux sources).

40Parmi les divinités fréquemment honorées dans la colonie figure également Mater Magna. Sa forte présence parmi les sanctuaires publics de la cité portuaire, dans son vaste Campus mais aussi sur l’autre rive du Tibre et à Portus49, constitue un fait remarquable, et, à ma connaissance, sans parallèle dans une cité romaine. Ce triple ancrage dans la cité s’explique vraisemblablement par le fait que la déesse arriva à Rome en transitant par Ostie, où elle fut accueillie en grande pompe par l’ordre équestre, le sénat, le peuple, les matrones et les vestales50.

  • 51 Voir supra.

41Si le Campus ne semble pas antérieur au milieu du ier siècle de notre ère, il est possible que son lieu de culte sur la rive droite du Tibre soit plus ancien51 ; il pourrait avoir été édifié à proximité de l’endroit où eut lieu le miracle de Claudia Quinta. Soupçonnée de ne pas être chaste, la matrone avait pris la déesse à témoin et réussit à faire avancer son bateau qui s’était enlisé dans le fleuve ensablé.

42Les fêtes publiques de mars et d’avril ne sont pratiquement pas documentées à Ostie, ce qui ne surprend pas, étant donné leur caractère régulier. La seule allusion à celles-ci a été repérée dans l’épitaphe d’un prêtre, déjà mentionnée, qui a introduit l’arbre pendant dix-huit ans : il s’agit bien sûr d’une évocation du rôle qu’il remplissait lors de la procession de la dendrophorie.

  • 52 Fragmenta uaticana, 148. Ce texte, retrouvé à la Bibliothèque vaticane, contient une série de fragm (...)
  • 53 Voir par exemple R. Duthoy, Taurobolium, p. 69.

43Hors ces fêtes régulières, des sacrifices, plus précisément des tauroboles, sont en revanche attestés à Ostie mais aussi à Portus. Selon un paragraphe consacré aux exemptions dans une compilation juridique du ive siècle52, celui qui fait à Portus un sacrifice (sacrum facit) pour le salut de l’empereur, à la suite d’une vaticination de l’archigalle, est dispensé de tutelle. Les Modernes ont généralement reconnu dans ce sacrum un taurobole, puisque ce sacrifice pouvait être prescrit par un archigalle, pour le salut du prince53.

  • 54 CIL XIV, 4301 ; CIL XIV, 4303. Voir CCCA III, 405, 406, 407, 417.
  • 55 Apulée, Métamorphoses, 11, 17, 3.

44À Ostie, dans son Campus, la déesse reçoit des tauroboles, dont certains sont rappelés selon un formulaire très officiel. Ceux-ci sont accomplis pour le salut de l’empereur, de sa famille, du sénat, des quindécemvirs, de l’ordre équestre, de l’armée, du peuple romain, des navigateurs, des décurions de la colonie, des cannophores, dendrophores, tauroboliés54. Ce formulaire n’est pas sans rappeler la prière formulée par le prêtre lors du nauigium Isidis, que nous a transmise Apulée : « Pour l’Empereur et le Sénat, pour les chevaliers et tout le peuple romain, pour les marins et les navires et pour tout ce qui dépend de la domination romaine »55.

45La Mère des dieux est ainsi sollicitée pour assurer le salut non seulement de ses dévots, qu’ils fassent ou non partie d’un de ses collèges, mais aussi du sénat local, des navigateurs et des principaux organes de l’État romain, sans oublier celui qui assure par une bonne gestion la stabilité de l’Empire, l’empereur. Ce type de formulaire pour un taurobole ne se retrouve qu’à Ostie et s’explique vraisemblablement par les liens particuliers qui unissent Rome à son port : fonctions militaire et annonaire d’Ostie semblent ici évoquées par le biais de l’armée et des navigateurs dont il s’agit de garantir la salus, l’intégrité physique et morale, tout comme celle de ceux pour qui et avec qui ils œuvrent, à Rome et à Ostie.

  • 56 Ainsi, les quindécemvirs approuvent les choix de nouveaux prêtres de Mater Magna que font les sénat (...)
  • 57 Voir supra.
  • 58 CCCA III, 397, 427-433.
  • 59 AE2005,1123.
  • 60 Une telle conception est présente dans les Argonautiques (1, 1092- 1095) d’Apollodore : la déesse y (...)
  • 61 CILVI, 3094 ; X, 3580, 3600 ; AE 1974, 248.

46Que Mater Magna soit invoquée pour le salut de l’empereur et des organes de l’État romain ou de la res publica locale n’étonne pas, elle qui protège Rome depuis son introduction dans la cité. La présence des quindécemvirs s’explique par le rôle de supervision des cultes étrangers qu’exerçait ce collège sacerdotal romain56. La mention des nauigantes surprend davantage : le participe se rapporte-t-il à l’armée navale ? Cela ne semble jamais le cas dans l’épigraphie, où il désigne la navigation commerciale civile. La protection de la Mère des dieux est donc invoquée pour ceux qui naviguent : peut-être parce qu’elle est Mère de Neptune et qu’elle est arrivée à Ostie, par la mer ; rappelons aussi qu’elle a offert à Énée les pins de son bois sacré pour construire ses bateaux57. La déesse est en outre figurée sur de nombreuses antéfixes d’Ostie comme trônant sur le bateau qui la mène en Italie, entourée de ses lions58. On notera aussi au passage qu’elle est présentée dans les tablettes de malédiction de Mayence comme capable de poursuivre le fautif sur terre et sur mer59. Ses terrains d’action se seraient-ils ainsi étendus à la mer60 ? Serait-ce pour cette raison que certains vaisseaux militaires étaient dénommés Salvia, à l’instar du bateau qui l’avait portée en Italie61 ?

Les offrandes des dendrophores et cannophores62

  • 62 Ce point est largement basé sur F. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses », p. 121-124 et F. Va (...)
  • 63 F. Van Haeperen, « Collèges de dendrophores », p. 50-55.

47Les dendrophores et cannophores, associations intimement liées au culte de Mater Magna, sont, en tout cas pour les premiers, largement attestés dans le monde romain occidental. Ils font partie des collèges reconnus au sein de la cité où ils sont établis et précisent en outre parfois qu’ils ont été officiellement autorisés à se réunir par le Sénat de Rome63. Comme les membres d’autres associations, ils sont pour la plupart recrutés parmi les affranchis et les plébéiens de naissance libre. Au sein d’une même association, on relève toutefois des distinctions entre les membres, qu’il s’agisse de distinctions sociales ou économiques. Certains d’entre eux sont insérés dans un réseau social bien développé et sont assez proches de l’élite de leur cité ; d’autres disposent d’un capital socio-économique bien plus modeste. L’organisation interne des collèges est en partie modelée sur celle de la cité, avec un ou plusieurs présidents (magister/magistri – similaires aux magistrats des cités), des patrons, etc. Ces associations offrent à leur membre un espace de convivialité. Ils se réunissent dans des espaces communs appartenant au collège : s’y tiennent des réunions, des rites et les banquets qui s’ensuivent. Quelques lois collégiales, de Rome ou de cités italiennes, indiquent que ces associations ont développé une vie religieuse propre, avec leur calendrier et leurs fêtes spécifiques.

48Les dendrophores et cannophores d’Ostie sont attestés dans une série de textes épigraphiques rappelant des offrandes faites au sein de leur association, qu’il s’agisse de statuettes de divinités ou de membres de la famille impériale. Il vaut la peine d’examiner attentivement ces inscriptions, tant au niveau de leur forme que de leur contenu. Où ces textes sont-ils exposés ? Sur quel support sont-ils gravés ? Par qui sont données ces offrandes ? Sont-elles faites au nom du collège ou par des membres agissant à titre individuel ? Quand ces offrandes sont-elles faites, à des dates significatives ? Qui en sont les destinataires, divins ou humains ? Dans quelle mesure un panthéon collégial émerge-t-il de ces dédicaces ? Les choix opérés éclairent-ils les réseaux divins qui peuvent se tisser autour de la Mère des dieux ? Quelle est la fonction de ces textes et des objets offerts ? Au final, il s’agit aussi d’évaluer dans quelle mesure ces offrandes rappelées par un texte contribuent à établir et à mettre en scène l’identité de ces deux associations.

Lieux d’exposition, forme et contenu

  • 64 Voirsupra.

49Les deux collèges disposent chacun d’une schola située dans le vaste Campus de la déesse, où ont été retrouvées la plupart des inscriptions qui nous retiendront. Mais, nous l’avons vu, leur lieu de réunion n’a pas été identifié avec certitude. Pendant longtemps, les chercheurs ont voulu identifier la schola des dendrophores aux structures retrouvées à l’arrière du temple. Un examen attentif des vestiges et de leur niveau rend toutefois cette hypothèse très peu vraisemblable : en effet, ces structures se situent à un niveau bien inférieur à celui du temple, qui les oblitère en bonne partie. Autrement dit, elles sont antérieures au temple (du moins à sa seconde phase, correspondant à sa reconstruction à l’époque des Flaviens ou d’Hadrien64) et n’ont pas pu fonctionner avec celui-ci. Certains savants ont en outre considéré que les niches à l’arrière du temple ont servi de lieu d’exposition des dédicaces qui y ont été retrouvées. C’est cependant aller un peu vite en besogne et négliger les précisions apportées par leur découvreur. Une de ces niches a bien livré sept dédicaces faites dans le cadre du collège des cannophores, ainsi qu’une statue de Mater Magna mais cette niche a été soigneusement obturée, peut-être par des païens souhaitant préserver intactes ces offrandes, après que les cultes païens ont été interdits et que les collèges cultuels se sont vus retirer leurs privilèges et surtout confisquer leurs lieux de réunion. Autrement dit, si cette niche contenait bien des dédicaces, tel n’était pas leur lieu d’exposition initial.

50Il est plus vraisemblable que le siège des dendrophores et celui des cannophores se soient situés dans une des vastes pièces au nord du Campus, malheureusement mal conservées et mal documentées, ou dans une des pièces (chapelles) à proximité de l’Attideum.

  • 65 Voir le tableau 2 dans F. Van Haeperen, « Establishing, displaying and strengthening group identity (...)
  • 66 CIL XIV, 35 ; AE 1948, 31.

51Si ces dédicaces n’ont pas été trouvées dans leur lieu d’exposition, leur forme matérielle suggère toutefois qu’elles ont été placées ensemble, au même endroit, dans le siège de l’association65. La plupart des offrandes des cannophores ont été posées sur des bases présentant des caractéristiques formelles très similaires : tant au niveau des dimensions (elles sont légèrement plus hautes que larges) que des moulures ou de l’encadrement du champ épigraphique. Deux autres dédicaces posées par le corpus des cannophores ont été retrouvées en remploi dans le pavement d’une pièce au nord du Campus : elles sont toutes deux très différentes de celles que nous venons de décrire brièvement mais très proches l’une de l’autre, puisqu’elles partagent une formulation et une apparence similaires. Elles pourraient donc avoir été posées en même temps. Elles semblent en outre plus anciennes que les sept autres. Peut-être appartenaient-elles à une autre phase de construction ou d’utilisation du siège de l’association, qui a fait l’objet d’une reconstruction, tout comme celui des dendrophores66.

52La plupart des dédicaces faites aux dendrophores semblent également suivre une sorte de modèle. Cette fois, il s’agit de bases posées sur leur long côté, de taille et d’apparence similaires, notamment au niveau des moulures. Si deux d’entre elles ont été retrouvées en remploi, hors du Campus, tant leur forme matérielle que leur texte ne laissent pas de doute quant à leur provenance initiale.

53Outre ces caractéristiques matérielles assez proches, les textes mêmes de ces dédicaces – tant des cannophores que des dendrophores – semblent suivre un certain formulaire :

  • éventuellement le nom de l’empereur, au datif ;
  • le nom du (ou des) dédicant(s), parfois suivi de sa (leur) fonction ;
  • la chose dédiée (sauf quand est présent le nom de l’empereur au datif) : une statuette ou un buste, par exemple ;
  • la mention éventuelle de la matière (argent) et du poids de la chose dédiée (parfois même si la chose dédiée n’est pas explicitement mentionnée) ;
  • le collège bénéficiaire de la dédicace (sauf quand le collège est lui-même le dédicant) ;
  • le verbe indiquant le don (sauf quand le collège est lui-même le dédicant) ;
  • la mention éventuelle d’une distribution ayant suivi la dédicace ;
  • la mention éventuelle de la date de la dédicace.
  • 67 Un constat similaire a pu être tiré à propos d’autres collèges d’Ostie (F. Van Haeperen, « Establis (...)
  • 68 E. Rosso, « Secundum dignitatem municipi : les édifices collégiaux et leur programme figuratif, ent (...)

54Ces fortes ressemblances pourraient laisser supposer que ces dédicaces ont été posées plus ou moins en même temps, par exemple lors de l’aménagement du siège de l’association. Les dates de ces dédicaces permettent toutefois de rejeter cette hypothèse. Des offrandes sont faites aux cannophori au moins entre le règne d’Antonin (138-161) et 212, aux dendrophores, au moins entre 142 et 256. L’aspect matériel et la formulation de ces dédicaces semblent avoir été relativement codifiés au sein ces deux associations67. Comment expliquer cette relative homogénéité, y compris durant plusieurs années voire décades ? Ces pratiques auraient-elles été réglementées dans la loi du collège comme le suggéraient certains ? Ceci me semble peu vraisemblable ; il s’agissait plutôt d’une coutume collégiale, qu’elle ait été ou non explicitée. Les premières offrandes faites au collège auraient servi d’exemple pour les donateurs successifs. Ceux-ci auraient imité le type d’offrande mis en œuvre par les premiers présidents ou donateurs. Ainsi, une sorte de modèle aurait émergé explicitement ou non et aurait été suivi par les membres, tant dans la forme matérielle que dans l’expression écrite de ces dédicaces. Emmanuelle Rosso est récemment arrivée à une conclusion similaire pour la décoration sculptée de certaines scholae en Italie. Les sculptures n’ont pas été installées au même moment, mais un programme iconographique assez cohérent résulte des diverses initiatives individuelles prises au fil des années68.

Identité des donateurs

  • 69 Pour un examen approfondi, F. Van Haeperen, « Establishing, displaying and strengthening group iden (...)
  • 70 AE 1969/70, 119 (Gaeta) ; CCCA V, 121 (AE 1913, 24), à Lambèse ; CIL II, 179 (ILS 4099 ; CCCA V, 18 (...)

55Se pose dès lors aussi la question de l’identité de ces dévots qui font des offrandes, au sein de ces collèges, en suivant un modèle que l’on pourrait qualifier de standardisé. La plupart d’entre eux sont des affranchis ou des descendants d’affranchis69. Une exception semble toutefois émerger. Une imago de Crispina, épouse de l’empereur Commode, aurait été dédiée par un u (ir) c (larissimus), c’est-à-dire un sénateur, à en croire la lecture de l’éditeur. Toutefois, une excellente photo permet de constater que cette lecture, VC (abréviation courante pour uir clarissimus) n’est pas correcte. Les lettres correspondent à un « y » et à un « g » ; elles sont précédées d’une lettre arrondie, sans doute un « r ». On peut dès lors proposer de lire « Fryg » ou « Phryg », ce qui fonctionne très bien puisque tant Mater Magna qu’Attis peuvent être qualifiés de « phrygiens »70. Cette nouvelle lecture élimine donc l’exception supposée.

  • 71 CIL XIV, 34-35 ; 53. La fonction d’apparator semble liée au culte de la déesse (on la retrouve en A (...)
  • 72 CIL XIV, 37, 69 (pater, mater), 117, 119 (immunis), 67 (honoratus), 71 ; AE 1989, 127 (quinquennali (...)
  • 73 CIL XIV, 71 ; AE 1987, 198.
  • 74 CIL XIV, 33.
  • 75 CIL XIV, 37 ; AE 1989, 127.
  • 76 CIL XIV, 36.
  • 77 CIL XIV 36, 37, 69, 127.

56Ces dédicants ne précisent cependant pas nécessairement s’ils sont membres de l’association. Quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas de dévots ordinaires. Soit ils revêtent une fonction, plus ou moins importante dans le culte de Mater Magna, tel l’archigalle qui offre deux statuettes aux cannophores, ou, sans doute plus modeste, un apparator de la déesse qui est affranchi d’un prêtre vraisemblablement lié au culte71. Soit ils occupent un rang particulier dans l’association, tel que président, président honoraire, père ou mère72. Deux d’entre eux sont même patrons de leur collège73 – il n’est sans doute pas anodin de constater que ce sont eux qui font les offrandes les plus lourdes et donc les plus chères. Un autre donateur fait état d’une fonction qu’il remplit hors de son association, celle de seuir augustalis, témoignant ainsi de sa réussite sociale74. Remarquons aussi que certains dédicants se regroupent pour faire leur offrande, peut-être pour partager les frais (tels le pater Domitius Aterianus et la mater Domitia Civitas)75. Au final, seule une dévote, Calpurnia Chelido, ne fournit aucun titre – c’est pourtant elle qui fait l’une des offrandes les plus lourdes76. Peut-être s’agit-il, comme la précédente, d’une mater du collège ? Notons enfin une présence significative des femmes parmi ces dédicants77, qui pourrait refléter le rôle joué par la gent féminine dans le culte de la déesse.

57Ces réflexions sur les donateurs peuvent être approfondies. Notons d’abord que ceux-ci insistent souvent sur le bénéficiaire du don, à savoir le collège auquel ils appartiennent. Ces textes établissent donc clairement un lien entre le dédicant et l’association mais aussi entre, d’une part, le donateur et l’association et, de l’autre, le dieu ou l’empereur dont une représentation est offerte. Remarquons ensuite que faire une offrande au sein de l’association dont on est membre apparaît également comme un moyen d’autopromotion, le dédicant ne manquant pas d’indiquer le ou les titres qu’il porte au sein et hors du groupe. Peut-être certains membres étaient-ils tenus d’agir de la sorte, par exemple quand ils obtenaient une charge particulière dans l’association. L’offrande aurait alors correspondu à la summa honoraria payée par un magistrat de la cité après son élection ou à des dépenses ob honorem (des actes facultatifs de générosité, en remerciement pour la position obtenue). Les textes rappelant ces offrandes donnent donc à certains membres l’opportunité de se distinguer du reste de la plebs collegii, mais aussi de déployer leur relative aisance. Toutefois, certaines offrandes n’émanent pas d’individus agissant seuls ou à deux. Certaines sont faites au nom du groupe, sans mention des collegiati agissant en son nom. Dans ces cas, c’est évidemment l’identité du groupe et non des acteurs qui est mise en avant.

Empereurs et divinités honorés : des réseaux divins autour de Mater Magna

  • 78 CIL XIV, 36, 37.
  • 79 CIL XIV, 34, 35.

58Ces offrandes permettent aussi d’examiner quels étaient les divinités et empereurs honorés par ces deux associations et à quels moments. Il n’est pas étonnant que soient offertes des statuettes de la déesse titulaire du vaste sanctuaire et de son parèdre Attis. Ce qui pourrait davantage nous surprendre, c’est la multiplication de ces images divines au sein d’un même espace, du moins chez les cannophores qui reçoivent deux offrandes à Mater Magna et autant pour Attis. La forme même de ces dons varie. Un pater et une mater donnent ensemble une statuette d’Attis ; Calpurnia Chelido offre quant à elle un typum (image, bas-relief) de la déesse78. Le même archigalle donne, peut-être au même moment, deux imagines, l’une de Mater Magna, l’autre d’Attis. Il précise que celle de la déesse porte une effigie de Némésis et que celle d’Attis, en argent, est accompagnée d’un sigillum (figurine), en bronze, représentant une frux79(céréales). À la Némésis de Mater Magna, autrement dit à la déesse qui représente peut-être ici sa juste colère face à la faute d’Attis, correspondrait la Frux d’Attis, la céréale faisant allusion à sa fertilité perdue. Dans le même temps, cette frux pourrait évoquer l’adjectif Phryx qui se prononçait de manière similaire et, de la sorte, rappeler l’origine géographique du pâtre. Les archigalles d’Ostie auraient-ils été friands de jeux de mots et de plaisanteries visuelles ?

  • 80 CIL XIV, 45, 285.
  • 81 Notons que cette pratique est répandue parmi les associations et n’est en rien spécifique aux dendr (...)
  • 82 CIL XIV, 119.
  • 83 CIL XIV, 34, 97, 107, 116, 117, 119.
  • 84 CCCA III, 399 (Faustina Aug. filia) ; AE 1948, 24 (Crispina) ; 1989, 127 (Julia Augusta).

59La schola des dendrophores est dédiée au numen de la domus impériale – tout comme vraisemblablement celle des cannophores80. Ceci contribue à expliquer la présence, dans ces espaces, de nombreuses dédicaces à l’empereur ou à des membres de sa famille81. La date choisie pour l’une d’elles mérite d’être relevée. La dédicace à Caracalla tombe le 4 avril 212, qui correspond tant à la date de son anniversaire qu’au premier jour des Megalesia, les jeux de la déesse82. Outre l’empereur régnant83 (Lucius Verus ; Marc Aurèle ou Caracalla ; Septime Sévère ; Caracalla) peuvent aussi être honorés ses enfants (Faustine, fille d’Antonin), son épouse (Crispina, épouse de Commode) ou sa mère (Julia Augusta)84. Il convient également de souligner la place des femmes : les autres collèges de la cité ne semblent pas accorder une telle attention aux femmes de la famille impériale.

60D’autres divinités que Mater Magna et Attis sont également présentes dans ces dédicaces. Celles-ci témoignent-elles simplement de la dévotion privée des dévots ou reflètent-elles une sorte de panthéon du collège ?

  • 85 CCCA III, 399.
  • 86 CCCA III, 398.
  • 87 AE 1948, 30.

61Avant d’esquisser des réponses à ces questions, examinons la documentation. Outre leurs dédicaces à Mater Magna et Attis ou à la famille impériale, les cannophores n’ont livré qu’une offrande au Génie des décurions (l’équivalent des sénateurs au niveau local)85. Si le Génie de la colonie fait l’objet d’un culte public à Ostie, où il bénéficie d’un prêtre spécifique et a reçu un certain nombre de dédicaces, les offrandes au Génie des décurions sont plus rares dans la cité. L’une d’elles émane du collège des appariteurs de la cité, qui sont attachés aux magistrats et décurions86; l’autre d’un scribe de la colonie, qui appartient donc vraisemblablement à ce collège87 et qui est en outre lié à l’un des cultes du Campus, puisqu’il est hastifère. Sur cette base, on pourrait supposer que les cannophores ont compté dans leur rang des appariteurs de la cité.

  • 88 CIL XIV, 33, 53, 67, 69.

62Quant aux dendrophores, ils font et reçoivent des offrandes à Mars, Silvanus, Terra Mater et Virtus88. Ces choix peuvent être interprétés, en tenant compte des caractéristiques de la Mère des dieux et de ces diverses entités divines.

  • 89 J. Scheid, « Claudia, la Vestale », p. 9-10.
  • 90 CIL XIV, 33.
  • 91 CIL XIV, 69.
  • 92 G. Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris 19742, p. 252.
  • 93 CCCAV, 121 (Lambèse). Virtus apparaît également en relation avec la Mère des dieux, lors des prodig (...)

63Souvent représentée couronnée de muraille, la déesse de Pessinonte apparaît, dès son arrivée à Rome dans le contexte de la deuxième guerre punique, comme une divinité tutélaire, protectrice de l’Vrbs, mais aussi, ensuite, des colonies romaines qui l’adoptent. L’itinéraire qui la mène alors à Rome suit, comme l’a montré John Scheid, un parcours militaire, puisqu’elle passe par la porte Capène, devant le temple de Mars et celui d’Honos et de Virtus89. À l’instar de ces dieux traditionnels, la Mère des dieux est perçue comme une protectrice de la cité. Rappelons que la localisation de son sanctuaire à Ostie, en bordure de la muraille, tout comme le nom à connotation militaire de celui-ci (Campus), sont révélateurs de ce statut. Il n’est dès lors pas surprenant que les dendrophores d’Ostie se voient offrir des effigies de Mars90, dieu guerrier, protecteur redoutable contre tout ennemi, et de Virtus91, divinité personnifiant le courage et pouvant passer pour martiale92. L’offrande à Mars est faite le 15 mai, un jour après une fête publique en l’honneur de Mars Inuictus, jour des Ides de Jupiter. Virtus quant à elle avait, dans la sphère civique cette fois, reçu, en même temps qu’Honos, une statue en argent d’un riche évergète d’Ostie, en 146. Peut-être un dendrophore a-t-il souhaité imiter ce geste dans la sphère collégiale ? Remarquons aussi que la Mère des dieux est parfois honorée en même temps que Virtus93.

  • 94 CIL XIV, 53.
  • 95 P.Dorcey, TheCultofSilvanus. AStudyinRomanFolkReligion, Leyde 1992, p. 19, 31 ; CILVI, 641, 642.

64La présence de Silvanus se comprend aussi facilement94. Ce dieu, que son nom même rattache aux siluae, est souvent représenté portant une branche de pin et est qualifié de dendrophorus dans deux inscriptions de Rome émanant de dendrophores95. Il apparaît aussi comme gardien des limites, qu’il protège contre les périls extérieurs. L’offrande d’une statuette de Silvanus aux dendrophores par un apparator de Mater Magna semble donc tout à fait appropriée, à plus d’un titre.

  • 96 CIL XIV, 67.
  • 97 Voir par exemple Ovide, Fastes, 1, 673. G. Dumézil, La religion romaine archaïque, p. 375-381.

65C’est la veille du 13 des kalendes de mai, jour qui précède donc la fête de Cérès du 19 avril, qu’un président honoraire des dendrophores offre à ses confrères une statuette de Terra Mater96. Les Anciens, nous l’avons vu, peuvent, dans des interprétations allégoriques, assimiler Mater Magna à Tellus, la déesse terre. Une telle similitude est sans doute aussi ressentie par ce dendrophore et expliquerait son choix. Quant à la date retenue, elle évoque les liens unissant Tellus, Cérès et la culture des céréales97.

66Les dates retenues pour ces dédicaces ont été soigneusement sélectionnées et apparaissent directement liées au choix de la divinité ou de l’empereur honoré. Quant aux dieux honorés, leurs fonctions reflètent ou complètent divers aspects de l’action de Mater Magna. Si les liens entre Victoire et Mater Magna sont bien connus à Rome, ils sont également présents à Ostie, à travers les inscriptions tauroboliques posées pour le salut et le succès militaire des empereurs. Ce sont toutefois d’autres réseaux qu’éclairent les dédicaces des dendrophores. Ceux-ci se tissent également autour de fonctions liées au monde militaire, avec Mars et Virtus, ou autour de la protection contre les périls extérieurs, aux limites entre « vie civilisée » et « monde sauvage », avec Silvanus. Les réseaux que suggèrent ces dédicaces ne semblent pas seulement liés aux fonctions que revêtent ces puissances divines ; ils peuvent aussi s’inscrire dans les récits mythiques ou dans des interprétations allégoriques largement partagées, qui permettaient d’assimiler ou, à tout le moins, de rapprocher la Mère des dieux de Tellus.

Fonction des offrandes

  • 98 C’est-à-dire entre environ 325 et 980 grammes.
  • 99 B. Madigan, The Ceremonial Statues of the Roman Gods, Leyde 2013, p. 1-38.

67Reste à se demander quelle était la fonction de ces statuettes offertes, pesant une à trois livres98 et posées sur de petites bases de marbre. Si elles étaient selon toute vraisemblance exposées dans le siège du collège, servaient-elles uniquement à des fins décoratives ? Leur petite taille ne plaide guère dans le sens d’un usage cultuel. Elles auraient en revanche pu servir lors de processions auxquelles participaient les dendrophores et cannophores, lors des fêtes de mars mais peut-être aussi lors d’autres processions civiques, sans lien avec le culte de Mater Magna. Quelques indices suggèrent en effet que les collèges d’une cité prennent part aux diverses processions qui rythment son calendrier. Les petites offrandes faites au sein des deux collèges considérés correspondent en tout cas parfaitement à la catégorie de statues processionnelles, récemment mise en lumière par Brian Madigan, sur la base, notamment, de sources iconographiques99. Si cette hypothèse est correcte, ces petites dédicaces n’auraient pas seulement servi à orner le siège de ces collèges, mais auraient aussi été portées en procession, hors du lieu de réunion, voire même hors du Campus de la déesse. Elles auraient ainsi contribué à manifester l’identité de ces groupes dans la sphère publique.

  • 100 F. Vanhaeperen, « Collèges de dendrophores », p. 50-54.

68Ce qui nous amène aux liens que dendrophores et cannophores d’Ostie entretiennent avec leur cité. Les premiers comme les seconds affirment explicitement leur ancrage civique, puisqu’ils utilisent presque toujours l’adjectif Ostiensis dans leur titre. Cette pratique, partagée par une série d’associations ayant pignon sur rue, à Ostie et ailleurs dans l’Empire, caractérise les collèges qui se distinguent des autres par l’utilité publique qu’ils revêtent, soit en raison de la profession exercée par leurs membres, soit par leur participation active à la vie religieuse de leur cité100.

  • 101 K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, p. 190-198.

69Les liens qu’une association entretient avec la cité peuvent aussi être analysés au vu de sa présence hors de son siège. La cité attribue-t-elle au collège une portion de sol public pour y élever des statues, par exemple sur le forum ? Certaines des associations d’Ostie, comme celle des boulangers, se montrent très fières de ce genre de privilèges, qu’elles rappellent sur les inscriptions dressées dans la sphère publique. Les dendrophores et cannophores ne présentent pas un tel profil public. Seule une inscription émanant des dendrophores, une dédicace à Antonin le Pieux datée de 139, pourrait avoir été exposée dans un autre endroit que le Campus de la déesse. Vu son lieu de découverte, elle pourrait provenir du temple rond, qui était dédié au culte impérial (figure 4, no 3)101. Tout collège peut ainsi exprimer sa loyauté à l’empereur dans des espaces publics, en déployant son identité de groupe sur des inscriptions.

  • 102 E. Rosso, « Secundum dignitatem municipi : les édifices collégiaux et leur programme figuratif », p (...)

70Les dédicaces à l’empereur faites dans le siège de l’association peuvent également être interprétées comme une manière de connecter le groupe au monde plus large. La large place occupée par les représentations de l’empereur en contexte associatif a parfois été expliquée par le fait que ces collèges avaient reçu du prince l’autorisation de se réunir. Peut-être est-ce le cas pour les rares associations qui bénéficiaient d’un tel privilège. Mais cette explication ne suffit pas. Selon Emmanuelle Rosso, « la volonté des corpora de se doter de cycles dynastiques de grande ampleur semble aussi témoigner d’un souci d’égaler les manifestations les plus officielles du loyalisme municipal, ou plus exactement de leur donner une réplique au niveau collégial ». De la sorte, poursuit-elle, « les collèges s’associent au chœur civique de la célébration impériale mais comme entités distinctes, reconnues et identifiables »102.

  • 103 CIL XIV42,43,4303 (Ostia)

71Comme dans la plupart des cités romaines d’Occident où sa présence est attestée, la Mère des dieux porte à Ostie le titre sous lequel elle est connue et vénérée à Rome, depuis la République : Grande Mère idéenne des dieux. La tête couronnée d’une muraille, elle est accompagnée de lions, à Rome comme dans son port, où elle est notamment honorée comme protectrice de l’empereur, à qui elle assure salus et victoria103. Elle apparaît aussi, à Ostie, comme la protectrice des diverses composantes de l’État (le sénat, l’ordre équestre), de l’armée et des navigateurs : bref de ceux qui œuvrent pour la protection et l’approvisionnement de Rome. Sa protection s’étend en outre aux décurions locaux, aux membres des collèges qui desservent son culte, aux tauroboliés.

72Étrangère et ancestrale : son caractère phrygien, comme celui de son parèdre Attis, est parfois affirmé. Ses agents cultuels portent des vêtements orientaux, mais leur onomastique ne permet guère de se prononcer sur leur origine géographique. En revanche, ils apparaissent comme issus de couches sociales comparables à celles qui composent les collegia : membres de la plebs media, affranchis ou descendants d’affranchis. Pas un d’entre eux n’appartient à l’élite locale (très rares sont ceux à accéder à l’augustalité, ce qui témoigne du fait qu’ils ne devaient pas appartenir à la couche la plus aisée des affranchis).

  • 104 Voir par exemple CIL III, 1100 (Apulum) ; CIL V, 6956a (Turin) ; CCCAV, 124 (en Afrique proconsulai (...)

73Le Campus de la Mère des dieux offre peut-être le seul exemple attesté archéologiquement d’un espace qui aurait pu servir pour les initiations ou la célébration des mystères de ce culte. L’Attideum revêt en effet un caractère très réservé. On peut en outre se demander si les traces de rites que les fouilleurs espagnols y ont repérées se rapportent à de telles cérémonies. Si des structures similaires n’ont pas été identifiées ailleurs, les sources écrites font allusion à des pièces dissimulées aux regards. On pense aux cistae penetrales mentionnées dans les tablettes de Mayence : l’expression semble indiquer que ces cistes sont conservées dans les tréfonds du temple ; on pense aussi au substantif sanctum qui apparaît dans plusieurs inscriptions métroaques et semble désigner un lieu non accessible au grand nombre104. Les auteurs tardifs fournissent aussi l’une ou l’autre indications : Firmicus Maternus évoque les interiores partes du temple, l’Histoire Auguste, les objets du culte cachés au plus profond.

Notes

1 Voir F. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses à Ostie, port de Rome », dans N. Belayche, J.-D. Dubois, éd., L’Oiseau et le poisson. Cohabitations religieuses dans les mondes grec et romain, Paris 2011, p. 109-128 ; F. Van Haeperen, « Installation des cultes et sanctuaires publics d’Ostie, port de Rome (4e s. av. n.è.-3e s. ap.) », dans S. Agusta-Boularot, S. Huber, W. Vanandringa, éd., Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires antiques : Motivations, agents, lieux (« Collection de l’École française de Rome » 534), Rome 2017, p. 259-275.

2 Qui a trait à l’approvisionnement en denrées alimentaires destinées à Rome, en provenance des provinces. Les céréales notamment transitent ainsi par le port de Rome, avant de rejoindre la capitale.

3 F. Van Haeperen, « Interventions de Rome dans les cultes et sanctuaires de son port, Ostie », dans M. Dondin-Payre, M.-T. Raepsaet-Charlier, éd., Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles 2006, p. 31-50.

4 Pour une histoire des découvertes, K. Rieger, Heiligtümer in Ostia (« Studien zur antiken Stadt » 8), Münich 2004, p. 93 ; P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor, Rome 2007, p. 322.

5 R. Mar, « Cambios de nivel en las calles de Ostia. Los datos de la excavación arqueológica en el santuario de Cibeles », MedNedInstRome 58 (1999), p. 83 ; R. Mar et al., « Santuarios y urbanismo en Ostia. La excavacion en el campo de Cibeles », MedNedInstRome 58 (1999), p. 20-22 ; D. Vivó Codina, El programa iconogràfic de l’Attideion del Campo della Magna Mater a Ostia, Universitat de Girona, Tesi Doctoral, 1998, p. 209-215.

6 Il s’agit là de son nom antique. Nous reviendrons plus bas sur l’interprétation de celui-ci.

7 L’aperçu qui suit est basé sur les références figurant à la note 4 et S. Berlioz, « Il campus Magnae Matris di Ostia », Cahiers du Centre Glotz 8 (1997), p. 97-110 ; K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, p. 96-172 ; C. Pavolini, Ostia, Rome-Bari 2006, p. 207-210 ; P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor, p. 321-334 et F. Van Haeperen, Fana, templa, delubra. Ostia-Portus, Rome, sous presse.

8 Voir F. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses », p. 110 pour les références aux sources et Id., Fana, templa, delubra.

9 Terme architectural désignant les temples (notamment grecs et romains) n’ayant qu’une seule rangée de colonnes en façade.

10 D’autres structures, ailleurs qu’Ostie, ont été interprétées comme des fossae sanguinis, liées au culte de Mater Magna. Un examen attentif de ces dossiers révèle toutefois que de telles interprétations des vestiges sont fortement conditionnées par une historiographie basée sur Prudence, sans que les découvertes ne permettent réellement de les appuyer. Voir N. Mclynn, « The Fourth-Century “Taurobolium” », p. 320-321 et J. Alvar, Romanising Roman Gods, p. 263-264.

11 Celle-ci avait été identifiée par son fouilleur, G. Calza, au pastos, la chambre nuptiale où se pratiquait la hiérogamie. Ici aussi, l’interprétation de vestiges est totalement dépendante de recherches basées sur des documents textuels qui peuvent faire l’objet d’une tout autre lecture..

12 K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, p. 102-103 ; P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor, p. 327-329.

13 CIL XIV, 45. Le numen est à comprendre comme la puissance divine, la volonté divine ou la divinisation du pouvoir d’action. Sur ces associations à Ostie, F. Van Haeperen, « Establishing, displaying and strengthening group identity by making offerings and producing texts : some case studies from Ostia’s guilds », Religion in the Roman Empire 3 (2017), p. 87-118.

14 CIL XIV, 116, 117, 118, 119, 285 ; CCCA III, 399.

15 AE 1948, 28. Sur la schola des hastiferi, construite vers le milieu du iie s., K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, p. 108-110 ; C. Pavolini, Ostia, p. 210 ; P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor, p. 323, 330.

16 CIL XIV, 408 ; AE 1940, 131.

17 CIL XIV, 429.

18 Sur les sanctuaires publics de la cité et leur localisation, F. Van Haeperen, « Installation des cultes et sanctuaires publics ».

19 Voir par exemple C. Pavolini, Ostia, p. 208.

20 Sur ces questions et pour les références aux sources et à la bibliographe, F. Van Haeperen, « Installation des cultes et sanctuaires publics », p. 268-269.

21 AE 1968, 80.

22 P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor.

23 P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor, p. 250-257.

24 AE 1948, 26. Cette inscription apporte des précisions intéressantes quant au processus ayant mené à la dédicace de ce sanctuaire : le terrain a été assigné par les duouiri (à la fin du règne d’Hadrien), sur décret des décurions, tandis que la construction a été financée par l’association des licteurs et esclaves publics de la cité.

25 P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor, p. 332.

26 Voir supra.

27 M. J. Versluys, « Orientalising Roman Gods ».

28 Tel semble aussi le cas, à Ostie, du personnel cultuel des divinités isiaques, à de rares exceptions près au iiie s.

29 Le Génie représente, pour les Romains, le double divin d’un individu, d’un groupe ou même d’un lieu.

30 Une étude systématique de l’ensemble des prêtres d’Ostie reste à réaliser. Voir déjà les indications données par R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 19732, p. 337-338, 340, 354, 361-362, 369.

31 Voir par exemple CIL XIV, 4627 (CCCA III, 420) ; CIL XIV, 371 (CCCA III, 423) ; CIL XIV, 408 (CCCA III, 442 : ancienne esclave ou descendante d’esclave de Salone).

32 Cette fonction est explicitement attestée pour l’archigalle de Portus. Voir infra.

33 CCCA III, 395. Sur cet objet, F. Van Haeperen, « The Cista » avec la bibliographie antérieure et les références aux sources. L’objet est généralement daté de la fin iie ou du début du iiie s.

34 M. Beard, « Images de la castration ou Attis à Ostie », dans F. Dupont, C. Auvray-Assayas, éd., Images romaines (« Études de littérature ancienne » 9), Paris 1998, p. 7.

35 Voir l’analyse de M. Beard, « Images de la castration », p. 5-7.

36 Voir par exemple Martial, Épigrammes, 13, 63-64.

37 Voirsupra.

38 Un tel rapprochement est présent chez Lucrèce, voir supra.

39 Voir supra.

40 L’épitaphe de Julius Charelampis rappelle qu’il a introduit des arbres pendant 18 années (CIL XIV, 4627 [CCCA III, 420]) : la mention du nombre d’années indique que ce sacerdoce était viager, du moins à Ostie. Des prêtres de la déesse assistent à la célébration de taurobole, éventuellement en dictant la formule (CIL XIV, 4303 [CCCA III, 418]) ou en jouant un rôle d’intermédiaires (CIL XIV, 39 [CCCA III, 499]).

41 Le Transtévère dont il est question ici correspond, très vraisemblablement, à celui d’Ostie. Sur le cumul d’un sacerdoce d’Isis et de Mater Magna et d’autres associations (notamment au sein d’un même sanctuaire) de ces deux déesses, voir L. Bricault, « Mater Deum et Isis », Pallas 84 (2010), p. 265-284.

42 CIL XIV, 429. F. Van Haeperen, « The Cista » avec la bibliographie antérieure. Une datation au iie s. semble vraisemblable.

43 Voir supra.

44 CCCA III, 447-448 ; F. Van Haeperen, « The Cista » avec la bibliographie antérieure.

45 CIL X, 3698 = ILS 4175 = CCCA IV, 7.

46 F. Vanhaeperen, « Les acteurs du culte », p. 471-474.

47 AE 1940, 131 (CCCA III, 444) : tympanistra Matris deum Magnae utriusque portus) ; CCCA III, 445 : tympanistra publica ; CIL XIV, 408 (CCCA III, 442) : tibicen Matris deum Magnae portus Augusti et Traiani Felicis.

48 F. Vanhaeperen, « Installation des cultes et sanctuaires publics ».

49 Voir supra. La déesse était également honorée à titre public à Portus, comme l’atteste la présence de prêtresses ou musiciennes publiques qui lui y étaient attachées (CIL XIV, 408 ; AE 1940, 131).

50 F. Vanhaeperen, « Interventions de Rome », p. 34-35 (avec référence aux sources).

51 Voir supra.

52 Fragmenta uaticana, 148. Ce texte, retrouvé à la Bibliothèque vaticane, contient une série de fragments de iura et de constitutiones, émanant d’empereurs et datables entre 202 et 372 (éd. T. Mommsen, Collectio librorum iuris anteiustiniani, III, Berlin, 1890, p. 1-106).

53 Voir par exemple R. Duthoy, Taurobolium, p. 69.

54 CIL XIV, 4301 ; CIL XIV, 4303. Voir CCCA III, 405, 406, 407, 417.

55 Apulée, Métamorphoses, 11, 17, 3.

56 Ainsi, les quindécemvirs approuvent les choix de nouveaux prêtres de Mater Magna que font les sénats des colonies et municipes : ces prêtres peuvent dès lors porter dans leur titre la précision de quindecemuiralis.

57 Voir supra.

58 CCCA III, 397, 427-433.

59 AE2005,1123.

60 Une telle conception est présente dans les Argonautiques (1, 1092- 1095) d’Apollodore : la déesse y apparaît comme gouvernant les vents, la mer, et toute la terre, depuis ses tréfonds jusqu’à la cime enneigée de l’Olympe.

61 CILVI, 3094 ; X, 3580, 3600 ; AE 1974, 248.

62 Ce point est largement basé sur F. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses », p. 121-124 et F. Van Haeperen, « Establishing, displaying and strengthening group identity », p. 88-95. Le lecteur trouvera dans ces articles de plus amples références aux sources et à la bibliographie.

63 F. Van Haeperen, « Collèges de dendrophores », p. 50-55.

64 Voirsupra.

65 Voir le tableau 2 dans F. Van Haeperen, « Establishing, displaying and strengthening group identity », p. 108-112, pour les références précises à ces dédicaces et leurs caractéristiques.

66 CIL XIV, 35 ; AE 1948, 31.

67 Un constat similaire a pu être tiré à propos d’autres collèges d’Ostie (F. Van Haeperen, « Establishing, displaying and strengthening group identity »).

68 E. Rosso, « Secundum dignitatem municipi : les édifices collégiaux et leur programme figuratif, entre public et privé », dans A. Dardenay, E. Rosso, éd., Dialogues entre sphère publique et sphère privée dans l’espace de la cité romaine. Vecteurs, acteurs, significations, Bordeaux 2013.

69 Pour un examen approfondi, F. Van Haeperen, « Establishing, displaying and strengthening group identity ».

70 AE 1969/70, 119 (Gaeta) ; CCCA V, 121 (AE 1913, 24), à Lambèse ; CIL II, 179 (ILS 4099 ; CCCA V, 184), à Olisipo ; CIL VI, 508 (Rome : sacerdos Phryx maximus) ; CIL VI, 10098 ; CILVIII, 8457, à Sitifis.

71 CIL XIV, 34-35 ; 53. La fonction d’apparator semble liée au culte de la déesse (on la retrouve en Afrique [AE 1961, 201] et en Gaule [CIL XIII, 1754]), mais le faible nombre d’occurrences ne permet pas de la cerner pré cisément ; sans doute est-elle liée à la préparation ou à l’ordonnancement des célébrations (H. Graillot, Le culte de Cybèle, p. 170).

72 CIL XIV, 37, 69 (pater, mater), 117, 119 (immunis), 67 (honoratus), 71 ; AE 1989, 127 (quinquennalis).

73 CIL XIV, 71 ; AE 1987, 198.

74 CIL XIV, 33.

75 CIL XIV, 37 ; AE 1989, 127.

76 CIL XIV, 36.

77 CIL XIV 36, 37, 69, 127.

78 CIL XIV, 36, 37.

79 CIL XIV, 34, 35.

80 CIL XIV, 45, 285.

81 Notons que cette pratique est répandue parmi les associations et n’est en rien spécifique aux dendrophores et cannophores d’Ostie.

82 CIL XIV, 119.

83 CIL XIV, 34, 97, 107, 116, 117, 119.

84 CCCA III, 399 (Faustina Aug. filia) ; AE 1948, 24 (Crispina) ; 1989, 127 (Julia Augusta).

85 CCCA III, 399.

86 CCCA III, 398.

87 AE 1948, 30.

88 CIL XIV, 33, 53, 67, 69.

89 J. Scheid, « Claudia, la Vestale », p. 9-10.

90 CIL XIV, 33.

91 CIL XIV, 69.

92 G. Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris 19742, p. 252.

93 CCCAV, 121 (Lambèse). Virtus apparaît également en relation avec la Mère des dieux, lors des prodiges de l’année 38 avant notre ère. Selon Dion Cassius (48,43,4-5), à la suite de l’incendie de la cabane de Romulus et de la chute d’une statue de Virtus, face contre terre, certains affirmèrent, sous l’inspiration de la Mère des dieux, que cette déesse était irritée contre les Romains. Les livres sibyllins prescrivirent de baigner sa statue dans la mer (vraisemblablement à Ostie).

94 CIL XIV, 53.

95 P.Dorcey, TheCultofSilvanus. AStudyinRomanFolkReligion, Leyde 1992, p. 19, 31 ; CILVI, 641, 642.

96 CIL XIV, 67.

97 Voir par exemple Ovide, Fastes, 1, 673. G. Dumézil, La religion romaine archaïque, p. 375-381.

98 C’est-à-dire entre environ 325 et 980 grammes.

99 B. Madigan, The Ceremonial Statues of the Roman Gods, Leyde 2013, p. 1-38.

100 F. Vanhaeperen, « Collèges de dendrophores », p. 50-54.

101 K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, p. 190-198.

102 E. Rosso, « Secundum dignitatem municipi : les édifices collégiaux et leur programme figuratif », p. 87-88.

103 CIL XIV42,43,4303 (Ostia)

104 Voir par exemple CIL III, 1100 (Apulum) ; CIL V, 6956a (Turin) ; CCCAV, 124 (en Afrique proconsulaire).

Table des illustrations

Titre Figure 3. Plan du Campus de Mater Magna à Ostie, d’après R. Meiggs, Roman Ostia, fig. 23.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Figure 4 Les sanctuaires publics d’Ostie. Carte élaborée par F. Van Haeperen, à partir de C. Pavolini, Ostia, 1986, p. 21.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 5. Ciste de marbre de Modius Maximus, Rome, Musei Vaticani, inv. 10745 (K. Rieger, Heiligtümer, p. 146.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1342/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 6. Couvercle de sarcophage, avec prêtre de Mater Magna. Ostia Antica (Isola Sacra). Museo Ostiense. Inv. 158.
URL http://books.openedition.org/ephe/docannexe/image/1342/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10k

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search