Version classiqueVersion mobile

Étrangère et ancestrale

 | 
Françoise Van Haeperen

Introduction

Texte intégral

  • 1 H. Graillot, Le culte de Cybèle, mère des dieux (« BEFAR » 107), Paris 1912 ; P. Borgeaud, La Mère (...)

1La Mère des dieux, Cybèle, a été honorée pendant plus d’un millénaire, dans tout le bassin méditerranéen, bien au-delà de sa Phrygie natale. Accompagnée de lions, elle suscite le respect, insuffle l’effroi, voire provoque la folie de certains de ses dévots. Cette divinité a fasciné les Anciens comme les Modernes. Les raisons d’une telle attirance résident d’une part dans les récits mythiques qui lui sont consacrés. Dans leurs différentes versions, ils s’attachent notamment aux relations tumultueuses de la déesse avec Attis, jeune pâtre dont elle tombe amoureuse et qui s’émascule après qu’elle l’a frappé de folie en raison de son infidélité. D’autre part, un grand intérêt a été porté, dès l’Antiquité, au culte exotique de la déesse et, particulièrement, à ses dévots hauts en couleur, au premier rang desquels les galles châtrés. Les mythes liés à la déesse, les origines de son culte, sa réception, son développement et ses transformations dans les mondes grec, hellénistique puis romain ont ainsi suscité une bibliographie abondante. L’ouvrage ancien d’Henri Graillot et ceux plus récents de Philippe Borgeaud et de Lynn Roller restent des références fondamentales sur ces questions1.

2 Plus modestement, je me concentrerai sur la déesse qu’accueillent les Romains à la fin du iiie siècle avant notre ère et sur son culte, tel qu’il est pratiqué à Rome et dans des cités occidentales du monde romain, sous la République et durant l’Empire. En effet, le culte de la Mère des dieux ne concerne pas uniquement la cité même de Rome. Les cités de type romain, les colonies et municipes d’Italie et des provinces de l’Empire l’honorent aussi à titre public, en adoptant les modalités cultuelles présentes à Rome.

  • 2 La formule « étrangère et ancestrale » du titre du présent ouvrage est empruntée au livre de P. Bor (...)
  • 3 F. Cumont, Les religions orientales dans le paganisme romain (« Bibliotheca Cumontiana. Scripta Mai (...)
  • 4 W. Burkert, Les cultes à mystères dans l’Antiquité, Paris 1992 (trad. de Ancient Mystery Cults, par (...)
  • 5 N. Belayche, F. Massa, « Quelques balises introductives : lexique et historiographie », Mètis 14 (2 (...)

3De nouvelles découvertes et de nouveaux questionnements issus des recherches récentes sur les religions du monde romain permettent désormais de revisiter plusieurs dossiers liés au culte de Mater Magna, la « Grande Mère » des dieux, que les Romains considéraient comme à la fois étrangère et ancestrale2. Depuis la parution des livres de P. Borgeaud et de L. Roller, des vestiges archéologiques ont été mis au jour, en Italie et dans les territoires des provinces occidentales de l’Empire ; de nouvelles inscriptions ont été trouvées ou publiées (parmi celles-ci, les tablettes de malédictions exhumées lors des fouilles du sanctuaire de Mater Magna et d’Isis à Mayence). Ce matériel permet de revoir des questions de chronologie et jette un nouvel éclairage sur différents aspects du culte. D’autre part, les travaux menés sur les « religions orientales » ont permis de déconstruire cette catégorie moderne qui connut un succès énorme, dans le sillage du livre que leur consacra Franz Cumont. Loin de préparer le triomphe du christianisme, en élevant les âmes vers des notions de pureté et de salut céleste, ces cultes, que les Anciens n’ont jamais regroupés sous une même étiquette, n’ont guère de caractéristiques communes et se révèlent finalement fort proches des cultes dits traditionnels3. Un élément cependant semblait tous les rapprocher : la présence de mystères. Cette catégorie se révèle toutefois plus complexe que ne la présentait F. Cumont, comme l’a montré Walter Burkert à la fin des années 1980, et ces cultes, dits à mystères, sont plus proches des cultes traditionnels que du christianisme4. Néanmoins, de nombreuses approximations et surtout de nombreuses préconceptions christiano-centrées entravent encore aujourd’hui l’étude des mystères antiques, comme le montrent les travaux dirigés par Nicole Belayche et Francesco Massa5.

4Ces renouvellements profonds de l’historiographie, tout comme l’élargissement du socle documentaire, invitent à considérer sur de nouvelles bases plusieurs dossiers fondamentaux liés au culte de Mater Magna. Avant de les présenter, rappelons dans quel contexte celle-ci fait son entrée à Rome.

  • 6 Voir P. Borgeaud, La Mère des dieux, p. 89-91.

5La Mère des dieux est introduite officiellement dans le panthéon romain à la fin de la seconde guerre punique, en 204 avant notre ère6. Une série de signes, parmi lesquels des pluies de pierre, ont inquiété les Romains en 205 avant notre ère et ont été reconnus comme des prodiges. Le Sénat demande alors au collège sacerdotal des décemvirs de consulter les Livres sibyllins. Les prêtres rendent leur réponse : il faut chercher à Pessinonte la Mère des dieux, pour chasser l’ennemi de la terre italienne. Le processus est enclenché. Celle-ci débarque à Ostie en 204 avant notre ère, d’où elle rejoint Rome. Elle est d’abord installée dans le temple de la Victoire, sur le Palatin, et c’est à côté de ce sanctuaire que lui est ensuite construit un temple. Alors que, normalement, les divinités étrangères intégrées au panthéon romain reçoivent un lieu de culte hors du pomerium, la limite sacrée de la Ville, Mater Magna se voit dotée d’un temple au cœur même de la cité, sur la colline du fondateur de Rome. Le choix de ce site s’explique par la participation de la divinité à la légende troyenne : elle a aidé l’ancêtre de Romulus, Énée, à fuir Troie en proie aux flammes. Nouvelle arrivée dans l’Vrbs, la déesse étrangère peut donc aussi y assumer le statut de divinité ancestrale et tutélaire.

  • 7 Voir N. Belayche, « Deae Suriae Sacrum. La romanité des cultes “orientaux” », Revue historique 302/ (...)

6En suivant un passage de l’historien hellénophone Denys d’Halicarnasse, les Modernes ont admis que, d’emblée, deux formes de culte parallèles coexistent à Rome pour rendre hommage à la déesse : une forme romaine lors des fêtes publiques d’avril, célébrées par des magistrats romains et les citoyens ; une forme phrygienne, lors des fêtes de mars, qui sont supervisées par un prêtre et une prêtresse d’origine phrygienne. Ces fêtes de mars, considère-t-on généralement, restent en bonne partie tenues à l’écart du peuple romain jusqu’au milieu du ier siècle, avant de faire, sous l’empereur Claude, leur entrée dans le calendrier officiel romain et d’adopter, au moins partiellement, des formes romaines7.

  • 8 F. Vanhaeperen, « Des “médecins de l’âme”. Les prêtres des Religions orientales selon Cumont », dan (...)
  • 9 Cet adjectif se rapporte à ce qui concerne la Mère (mètèr) des dieux.
  • 10 M. Rauhala, « Obscena Galli Praesentia. Dehumanizing Cybele’s Eunuch Priests through Disgust », dan (...)

7 D’autres nouveautés apparaissent sous l’Empire dans le culte de la déesse : le rite du taurobole, sacrifice d’un taureau dont les testicules font l’objet d’un traitement particulier, et la fonction d’archigalle, lequel est parfois interprété comme une sorte de grand-prêtre supervisant le culte. Dans mes recherches antérieures sur les divers acteurs du culte de Mater Magna, j’ai montré que l’archigalle n’était pas identifiable au chef du culte8. Une telle interprétation, longtemps dominante, est tributaire d’une clé de lecture christiano-centrée, qui calque sur les acteurs du culte métroaque9 le modèle des structures hiérarchiques de l’Église catholique. Sur la base des textes anciens, épigraphiques pour la plupart, il apparaît que l’archigalle remplit une fonction prophétique, en recommandant l’accomplissement des tauroboles. Les prêtres et prêtresses sont, pour leur part, responsables des processions et des sacrifices et jouent un rôle dans la cérémonie du taurobole. Quant aux galles, ils occupent une place de premier plan parmi les caractéristiques exotiques du culte métroaque. Ceux-ci se châtraient à l’image d’Attis frappé de folie par la déesse. Ces desservants du culte ont souvent été confondus par les Modernes avec les prêtres de la déesse, qui supervisaient les fêtes de mars. D’autres approximations et idées reçues frappent, encore aujourd’hui, ces personnages ambigus. Il m’a donc semblé nécessaire de reprendre ici ce dossier (chapitre i), d’autant plus que les galles représentent, dans l’imaginaire antique mais aussi moderne, une des marques les plus visibles du caractère exotique, voire répugnant selon certains10, du culte de la déesse. Les résultats de cette enquête ont également des répercussions plus larges, dans la mesure où ils invitent à revoir des questions liées au culte ou aux mystères de la déesse. Contrairement à l’opinion largement répandue, nous verrons que les galles ne sont pas des prêtres : ils ne jouent, dans les faits, qu’un rôle très secondaire lors des fêtes de la déesse, qui sont ainsi, en quelque sorte, dégagées de ces figures encombrantes et peuvent faire l’objet d’autres questionnements. Si les galles ne sont pas des prêtres, quels étaient leur statut et leurs fonctions ? Comment, en outre, interpréter le geste extrême de l’autocastration ? Nous aborderons aussi la question de leurs représentations à travers différents types de documents, écrits et iconographiques.

8Le chapitre ii sera consacré aux identités et fonctions de Mater Magna, qui permettront aussi de rouvrir le débat sur les deux formes de culte rendu à la déesse et ses fêtes supposées phrygiennes en mars, romaines en avril. Étrangère et ancestrale, ce constat paradoxal a bien sûr déjà été dressé à propos de Mater Magna. Il vaut cependant la peine de l’examiner à nouveau. En quoi la déesse est-elle perçue comme à la fois ancestrale et étrangère par les Romains ? Dans quelle mesure son culte étrange et exotique reflète-t-il son extranéité, ses origines « réelles » ? ou n’a-t-il pas fait aussi l’objet d’une transformation, d’un remodelage voire d’une construction par les Romains ?

9 Les mystères de la déesse (chapitre iii) gagnent également à être détachés de l’autocastration des galles : un examen attentif des sources révèle en effet que celle-ci ne peut plus être interprétée en termes d’initiation. Ce constat a de profondes répercussions sur la manière d’envisager les mystères de la déesse que certains savants identifient au taurobole. La question même des mystères de la déesse est complexe et mérite d’être repensée sur la base des travaux récents consacrés, de manière plus large, à la catégorie « mystères ». On procédera à un examen attentif du vocabulaire et de l’iconographie métroaques, qui pourraient faire l’objet d’une interprétation en clé mystérique.

10Le dernier dossier qu’éclairent des découvertes et recherches récentes correspond à une étude de cas : le culte de Mater Magna à Ostie, port de Rome par lequel transita la déesse en 204 avant notre ère avant de rejoindre l’Vrbs. Ce chapitre permettra d’observer l’insertion de la divinité dans le paysage religieux d’une colonie bien particulière. Où est-elle honorée ? Dans quelle mesure trouve-t-on des indices d’éventuelles cérémonies mystériques dans son vaste sanctuaire ? Quelles fonctions y remplit la déesse ? Qui sont ses agents cultuels ? Une série de dédicaces posées par deux associations intimement liées à son culte permettront en outre d’éclairer les réseaux divins qui peuvent se tisser autour de Mater Magna et de son parèdre Attis.

11Je tiens à remercier chaleureusement Nicole Belayche et Philippe Hoffmann qui m’ont invitée à donner à l’EPHE quatre conférences sur Mater Magna, étrangère et ancestrale. Nicole Belayche m’a encouragée à les publier dans cette collection : ce livre lui doit d’exister. Ma grande gratitude s’adresse également aux collègues et aux auditeurs de ces conférences qui, par leurs questions, m’ont permis d’affiner mes réflexions. Un tout grand merci à Nicole et aux amis parisiens pour leur accueil et pour les discussions qui ont suivi les conférences, dans des cadres conviviaux.

12Je suis reconnaissante à mon institution, l’Université catholique de Louvain, de m’avoir octroyé un congé sabbatique qui m’a permis de terminer la rédaction de ce livre dans d’excellentes conditions.

13À Véronique Suys qui a relu le manuscrit avec une rigueur à toute épreuve, tous mes remerciements.

14À Christine Dupont enfin pour son soutien de tous les moments et son humour quotidien.

Notes

1 H. Graillot, Le culte de Cybèle, mère des dieux (« BEFAR » 107), Paris 1912 ; P. Borgeaud, La Mère des dieux. De Cybèle à la Vierge Marie, Paris 1996 ; L. E. Roller, In Search of God the Mother. The Cult of Anatolian Cybele, Berkeley – Los Angeles – Londres 1999.

2 La formule « étrangère et ancestrale » du titre du présent ouvrage est empruntée au livre de P. Borgeaud (La Mère des dieux, p. 91). Sur l’appellation Mater Magna (et non Magna Mater), N. Belayche, « La Mater Magna, Megalè Mètèr ? », dans C. Bonnet, V. Pirenne-Delforge, G. Pironti, éd., Dieux des Grecs – Dieux des Romains. Panthéons en dialogue à travers l’ histoire et l’ historiographie, Bruxelles – Rome 2016, p. 45-60.

3 F. Cumont, Les religions orientales dans le paganisme romain (« Bibliotheca Cumontiana. Scripta Maiora » 1), éd. C. Bonnet, F. Van Haeperen, Turin 2006 (rééd. de la 3e éd. Paris, 1929), avec l’introduction historiographique.

4 W. Burkert, Les cultes à mystères dans l’Antiquité, Paris 1992 (trad. de Ancient Mystery Cults, paru en 1987, Cambridge [Mass.] – Londres).

5 N. Belayche, F. Massa, « Quelques balises introductives : lexique et historiographie », Mètis 14 (2016), p. 7-19.

6 Voir P. Borgeaud, La Mère des dieux, p. 89-91.

7 Voir N. Belayche, « Deae Suriae Sacrum. La romanité des cultes “orientaux” », Revue historique 302/3 (2000), p. 565-592, part. p. 572 (= Romanité) ; P. Borgeaud, La Mère des dieux, p. 132.

8 F. Vanhaeperen, « Des “médecins de l’âme”. Les prêtres des Religions orientales selon Cumont », dans C. Bonnet, C. Ossola, J. Scheid, éd., Rome et ses religions. Culte, morale, spiritualité. En relisant Lux perpetua de Franz Cumont (« Supplemento a Mythos. Rivista di Storia delle Religioni ». 1 n.s.), Caltanissetta 2010, p. 49-62 ; F. Van Haeperen, « Les acteurs du culte de Magna Mater à Rome et dans les provinces occidentales de l’Empire », dans St. Benoist, A. Daguet-Gagey, C. Hoët-van Cauwenberghe, éd., Figures d’Empire, fragments de mémoire. Pouvoirs et identités dans le monde romain impérial iie s. av. n.è., vie s. de n.è., Lille 2011, p. 467-484.

9 Cet adjectif se rapporte à ce qui concerne la Mère (mètèr) des dieux.

10 M. Rauhala, « Obscena Galli Praesentia. Dehumanizing Cybele’s Eunuch Priests through Disgust », dans D. Lateiner, D. Spatharas, The Ancient Emotion of Disgust, Oxford 2006, p. 235-252.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search