Version classiqueVersion mobile

Étrangère et ancestrale

 | 
Françoise Van Haeperen

Avant-propos

Nicole Belayche

Texte intégral

1Une génération presque après l’ouvrage, devenu une référence, de Philippe Borgeaud : La Mère des dieux. De Cybèle à la Vierge Marie (Paris : Seuil, 1996), Françoise Van Haeperen s’est emparée avec bonheur de certains aspects de la figure de la Mater Magna, que l’État romain fit venir de Pessinonte à la fin de la deuxième Guerre punique (en 204 avant notre ère). Reprenant à son compte pour son titre une formule de Philippe Borgeaud, « Étrangère et ancestrale », l’étude qu’elle nous offre a des objectifs propres, justifiés à la fois par une documentation bien enrichie (notamment au plan archéologique) et, encore plus, par des renouvellements majeurs dans l’approche interprétative des polythéismes d’époque romaine. Le choix des quatre sujets qui charpentent l’ouvrage en autant de chapitres est clairement guidé par ce double contexte documentaire et théorique.

2Le lecteur embrassera d’autant mieux ce « petit » livre qu’il sera informé des grandes lignes scientifiques développées depuis une vingtaine d’années par Françoise Van Haeperen, Professeure à l’Université de Louvain (Belgique) et directrice d’études invitée à la section des Sciences religieuses de l’EPHE, PSL, par Philippe Hoffmann et moi-même, en 2017. En effet ces lignes éclairent les thématiques autant que l’herméneutique et la méthode de cet ouvrage. En ne retenant que des publications emblématiques, un premier grand champ de recherche de l’auteure concerne le religieux dans les institutions romaines ; son ouvrage sur Le collège pontifical (3e s. a.C. - 4e s. p. C.) (Bruxelles, Rome, 2002) est devenu un classique en la matière. Un deuxième champ d’investigation concerne Ostie et les cohabitations religieuses dans ce port de Rome, tout particulièrement dans son paysage religieux. Son troisième domaine d’expertise participe à un courant d’études qui a réexaminé de façon critique la notion de « religions orientales » héritée de Franz Cumont. L’auteure fut coéditrice de la réédition de ses Religions orientales dans le paganisme romain (Turin : Aragno, 2006). Tout naturellement, elle a donc rencontré la Mère des dieux, venue d’Orient justement, à laquelle elle a déjà consacré plusieurs travaux, à propos de ses agents rituels notamment. C’est dire l’autorité scientifique accomplie avec laquelle l’auteure pouvait aborder des aspects complexes du culte de la Mère Idéenne à Rome, aspects qui continuent d’alimenter le débat scientifique. Ce « petit » livre s’inscrit, on le comprend, dans la plus grande actualité de la recherche.

3Toutes les questions abordées dans ses quatre chapitres touchent à des points sensibles de l’histoire des religions du monde romain. Celle que seuls les textes littéraires appellent « Cybèle », mais que les témoignages cultuels, épigraphiques, appellent « Mère » (« grande », « des dieux », « idéenne »), se retrouve par les traits de son culte et de certains de ses desservants au cœur de catégories religieuses (esclaves de la divinité, cultes mystériques) qui ont été considérées depuis Franz Cumont au début du xxe siècle comme caractérisant les « religions orientales » : elles auraient été spiritualistes, parlant au cœur et à des initiés s’étant comme « convertis », contrairement aux traits présentés comme « froids » de la religion publique romaine. Armée d’outils théoriques récents – sur le ritualisme, la représentation du divin, la sociologie des religions, le langage visuel, le comparatisme –, et au prix d’analyses au scalpel de tous les types de documents (littéraires, épigraphiques, iconographiques), l’auteure continue de démonter ces reconstructions, en l’occurrence sur le dossier de la Grande Mère. Elle redonne aux galles, ces servants émasculés de la déesse, une juste place (« de pauvres hères ») dans le personnel religieux et bat en brèche l’identification d’un relief fameux (chapitre i). Elle montre comment l’étrangeté de la déesse a été cultivée pour construire une figure divine double mais pas ambiguë, de très haute stature car elle tire parti à la fois de son appartenance au panthéon de l’État et de ses origines anatoliennes, comme Énée, lointain père de Rome, et comme Rhéa, la mère des dieux olympiens (chapitre ii). Elle avance prudemment sur la question des « mystères métroaques » (sans lien avec l’autocastration des galles), constatant que les attestations sont minimes, mais que ces rares indices peuvent toutefois laisser imaginer une séquence secrète et réservée – mystérique – lors des cérémonies tauroboliques (chapitre iii), ce que pourrait confirmer l’Attideum d’Ostie. Car l’historienne nous conduit in fine sur le terrain, au port de Rome, munie des découvertes archéologiques les plus récentes et d’une riche épigraphie, pour y examiner l’insertion du culte de la déesse et de ses acteurs rituels dans le panorama socioreligieux local, et celle de la figure de la Mère dans le monde divin de cette colonie (chapitre iv).

4On l’aura remarqué, ces questions d’identité, de genre, de place de l’étranger/étrange, de religion dans la cité, toutes scientifiques soient-elles, renvoient autant d’échos à des problématiques contemporaines plutôt sensibles : lorsqu’est posée la question de l’identité des galles comme un possible « troisième genre », lorsqu’il s’agit d’apprécier comment la construction de l’ancestralité contribue à fonder une profession « nationale » mais pas nationaliste, lorsqu’est abordée la nature des « mystères » de la déesse et de ses éventuelles « initiations » dans notre siècle où l’occultisme fleurit sur la toile, lorsque sont examinées des situations de cohabitation religio-culturelle dans notre monde qui s’interroge sur les conditions du « vivre-ensemble ». Françoise Van Haeperen nous convie donc à une lecture utile et agréable pour restituer des traits du passé romain (autant que faire se peut), et qui fournit des éléments de réflexion pour appréhender notre présent.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search